Rentrée et nouveaux programmes : fuyez, pauvres fous !

Marronnier de saison et point de passage rituel de l’actualité en ce début septembre : c’est la rentrée ! À nouveau se profile ce moment charnière où des paquets d’enfants bigarrés, de collégiens turbulents et de lycéens boutonneux vont transiter des vacances vers l’école et retrouver les temples modernes de l’apprentissage et de la formation pour, essentiellement, relier les points et découvrir ce que Pluto a dans sa gamelle.

Comme à chaque rentrée, les articles de presse se multiplient pour revenir sur les évidentes difficultés que traversent (dans l’ordre) les petits bambins découvrant la maîtresse, les parents quand ils parcourent les listes de fournitures et les rayonnages de magasins bondés, les professeurs lorsqu’ils découvrent leur établissement ou leurs élèves et la ministre lorsqu’elle tente de lire une recette de cuisine. Comme à chaque rentrée, on insistera sur les nouveautés et sur les changements de l’organisation ou des programmes scolaires. Et comme à chaque rentrée, on s’attend bien sûr à quelques communiqués de presse, du ministère ou des syndicats pour dénoncer ceci ou expliquer cela. Rien que de très normal, en somme.

les pastilles de najatSauf que cette année, en plus des inévitables articles lacrymogènes du Monde ou de Libération, on sait déjà que ça ne pourra pas bien se passer.

Il faut en effet se rappeler que l’année scolaire précédente s’était soldée par un constat d’échec au sujet de l’actuelle réforme des collèges tant les différents acteurs du dossier s’étaient crispés sur leur position. D’un côté, le corps enseignant, à commencer par les professeurs de lettres (latines et grecques) et ceux de langues, avait compris la mise en pièce de leurs discipline par le ministère. De l’autre, la ministre, enfilant mensonges et propos dilatoire pour noyer un poisson de plus en plus gros et de plus en plus frétillant, refusait de bouger d’un iota ; sa réforme était en route, rien ne pourrait plus l’arrêter.

On aurait pu croire que les vacances auraient apaisé les tensions. Il n’en est rien. Déjà, la période estivale fut l’occasion pour beaucoup d’enseignants de continuer d’exprimer leur mécontentement, tant sur les réseaux sociaux que dans la boîte à lettre du ministère en lui envoyant l’une ou l’autre carte postale rappelant que l’actuelle réforme ne leur plaît guère. En outre, les vacances furent aussi propices à la préparation d’un inévitable mouvement de grève dont on ne sait pas encore quand il tombera mais qui marquera aussi, avec une régularité saisonnière touchante, la rentrée syndicale.

Notons au passage qu’en marge des grognements de plus en plus vifs liés à la réforme du collège et à la bulldozerization des programmes scolaires, on retrouve dans la bouche des syndicats les sempiternelles demandes d’augmentation de moyens. Quelque part, ces demandes marquent bien l’écart entre la base enseignante inquiète des directions idéologiques prises par l’actuel gouvernement dans l’élaboration des programmes et les syndicats, encore et toujours arc-boutés sur des réclamations financières et humaines : elles apparaissent outrancières au vu de l’état général des finances du pays et du rapport pourtant sans ambiguïté entre l’argent cramé dans l’éducation et les résultats minuscules obtenus en retour.

éducation nationale : toujours plus de personnel

À ces tensions malgré tout entretenues pendant les vacances et qui promettent de se développer encore dans le mois à venir quand les petits soucis de programme seront connus de tous, il va falloir ajouter celui de la gestion toute politico-médiatique du Conseil Supérieur des Programmes (CSP) par le ministère de l’Éducation Nationale. Le CSP, c’est cet appendice organisationnel ajouté en octobre 2013 par Vincent Peillon, en remplacement plus ou moins heureux du précédent Haut Conseil de l’éducation, lui-même évolution du Conseil national des programmes datant de 1989. L’idée derrière ce comité théoduleConseil, c’est d’avoir un groupe de personnes qui donne son avis (plus ou moins scientifique) et formule des propositions sur les programmes scolaires ; il est normalement indépendant du ministère et les avis rendus doivent permettre d’orienter concrètement les programmes.

La réalité, bien sûr, est un peu plus pastel : depuis son installation, on est à la quatrième démission d’un de ses membres. Et après la démission d’Alain Boissinot, son propre président, qui reprochait à cette structure de ne pas être en capacité de « fabriquer les programmes, très concrètement, à tous les niveaux du système éducatif », c’est au tour d’Annie Genevard de claquer la porte. Pour la député du Doubs, le CSP n’est absolument pas indépendant du ministère (« Chaque semaine, le président du Conseil supérieur des programmes rencontrait un membre du cabinet de la ministre. On est indépendant, ou on ne l’est pas. ») et, en outre, « la feuille de route donnée à ce Conseil n’est pas tenable. Réformer neuf niveaux en même temps est une folie ».

Plus enquiquinant pour le pouvoir en place, on observe depuis le début la multiplication des reproches envers la ministre de partis pris idéologiques et pédagogiques pour l’élaboration de ses programmes ; par exemple en Histoire, on découvre le mélange d’une approche chronologique et d’une approche thématique ou la mise en valeur de certains aspects au détriment d’autres, ce qui n’arrangera rien à la confusion qui règne déjà dans la matière. En Français, un projet de programme recommandait dans sa première mouture de respecter la parité entre les auteurs, ce qui posera, on s’en doute, quelques petits soucis dans les textes classiques.

Plus les jours avancent, plus les discussions s’enflamment, plus les fuites des différentes recommandations, circulaires et modifications des programmes laissent entrevoir une réforme qui entraîne encore un peu plus l’enseignement français vers l’abîme. Tout semble ainsi fait pour faire s’évaporer l’excellence, pour que le goût de l’effort et que le niveau d’exigence soit suffisamment abaissés afin de ne laisser personne sans un diplôme, et ce même si sa valeur résiduelle pratique devient nulle.

Devant ces éléments, l’inquiétude est de mise.

run you foolsOn pourra toujours arguer que le corps enseignant a pris conscience des dégâts possibles de cette réforme, puisqu’il bataille déjà âprement pour un retour à des bases plus saines. Cependant, le mouvement est enclenché et la bureaucratie éducative semble tous les jours plus puissante, plus lourde et plus implacable. Et du point de vue des parents consciencieux, on ne peut pas décemment leur demander de tout miser sur la présence d’esprit de professeurs qui, en définitive, devront choisir entre leur carrière et des programmes cohérents, entre leur tranquillité d’esprit (voire leur paye) et un combat de tous les jours pour essayer de faire passer des savoirs que toute l’institution tente de morceler, d’éparpiller et de diluer dans une myriade de sous-matières rigolotes mais parfaitement inutiles.

Autrement dit, la fuite des élèves de familles les moins défavorisées vers le privé continuera, s’accentuera même. Ceux qui le pourront mettront leurs enfants dans le privé sous contrat, puis hors contrat, le mal s’étendant, montrant à tous que chaque nouvelle réforme, chaque nouvelle dose massive d’idéologie, de collectivisme et de nivellement par le bas sera une raison supplémentaire pour pousser les parents à reprendre en main l’éducation de leurs enfants. La rentrée 2015 devrait voir le mouvement de repli des parents vers le privé, ou vers l’auto-éducation (à la maison) atteindre de nouveaux sommets.

Jamais le décalage n’aura été aussi fort entre ce que les individus réclament, ce qu’ils payent avec leurs impôts et leur travail, et ce que l’État leur jette au visage.

Là encore, force est de conclure que ça va forcément bien se passer.

ça va bien marcher

J'accepte les Bitcoins !

1C9F2cuE65Abntxg6GAooRbN6ALD6CXf4

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires224

  1. Le Gnôme

    Quos vult perdere Jupiter dementat disait déjà ce bon Virgile, compagnon de mes vertes années.

    Une foule ignare, illettrée et sans repère est plus facile à contrôler. On ne m’ôtera pas de l’idée que tout cela est voulu, et je fais rarement dans le complotisme. Le citoyen éclairé est moins perméable à l’idéologie.

    1. Voulu, pas en tant que tel, mais disons obtenu par la force des choses, par nivellement par le bas, abandon, facilité, compromis & compromissions, oui, sans aucun doute.

      1. Pactol

        Ah si, c’est voulu, c’est pas possible autrement, soit pour se protéger (éviter les questions qui fâchent ou assurer des places bien chaudes à sa progéniture), soit par pur démagogie. Je pense à la première solution. Ces gens (gauche et droite) sont cyniques et sans aucune forme de moralité. Seul leur importe le maintient du système social en place. On peut dénoncer les castes en Inde. En France c’est pas mieux !

      2. Higgins

        Je suis d’accord. L’échec croissant et inéluctable de l’EN est plus le fruit d’une série d’erreurs, d’idéologie, de renoncement et de compromissions que le résultat d’un complot visant à l’extinction de l’ascenseur social. La connerie pure et dure est la plus sûre explication mais c’est absolument dramatique. Exemple: dans « Le lycée » public de ma ville, les classes dites « euro » sont en passe d’être supprimées par la volonté du proviseur car regroupant les meilleurs élèves et, de fait, ayant le meilleur niveau. Une de mes filles , scolarisée dans le privé, a vécu la même chose en 5ème: la classe était trop bonne et l’établissement a été contraint de séparer la groupe d’élèves sur ordre du rectorat. Au royaume de la médiocrité, nouveau nom de la Socialie, aucune tête ne doit dépasser (j’ai un autre exemple identique à l’université où une formation sélective de’tres’haute qualité est sciemment détruite par la nouvelle direction car anti-égalitaire).
        Ce système d’éducation est foutu.

        1. Deres

          Le grand souci est que l’idéologie prime sur le réalisme. L’exécutif est censé agir mais en réalité il réfléchit surtout dans sa tour d’ivoire, coupé du monde des sans-dents qui pourraient tout simplement manger de la brioche.

          1. Higgins

            Oui. C’est la même chose en économie avec les résultats que nous connaissons. J’entendais tout à l’heure aux Experts que Normal 1er savait tout à fait que les choix économiques de 2012-2013 étaient idiots mais il les a faits quand même.

              1. john

                Hollande est surtout un grand calculateur. Il est pas plus socialiste que vous à mon avis. Vu là où il est né, et vu les études qu’il a faites, il sait même peut etre encore mieux que vous que c’est stupide. Mais politiquement il devait le faire. Donc il l’a fait.

            1. sam player

              Oui j’ai lu ce week end qu’il avait accordé une interview dans laquelle il faisait son meat culpa sur ses erreurs dont -par exemple- la suppression de la TVA sociale de Sarko… il n’aurait pas dû disait-il.

                    1. Pheldge

                      Et après, ça se permet de me faire des réflexions, quand j’ose un innocent mais néanmoins fort subtil calembour !
                      J’envoie derechef au Patron (grâces lui soient rendues !) un exemplaire de mon CERFA bobo customisé-prérempli, au nom de … ah oui, aujourd’hui « sam player » 🙂

          2. john

            C’est pas seulement une coupure avec le peuple. C’est vraiment, comme vous le dites, un problème d’idéologie. Ils veulent changer la société (ok, tout le monde est ainsi, et ça peut être positif). Ils pourraient le faire en expliquant, en essayant de convaincre. Le problème est qu’ils préfèrent la force. Parce qu’ils savent mieux que les autres ce qui est bon pour eux. Cela leur dicte d’utiliser la force. Et ils l’utilisent. C’est de l’idéologie.

            1. « tout le monde est ainsi »
              Je vous assure que non. Il existe une frange (mince, oubliée, honnie même) de la population qui prend la société et les gens tels qu’ils sont, et qui réclament simplement qu’on les prenne, eux, tels qu’ils sont.

              1. MadeInCH

                La société ne vous prend pas comme elle est.
                Vous voulez que la socié vous prenne comme vous êtes.
                .
                La société n’est pas assez libérale.
                Donc, vous voudriez bien changer la société.
                .
                CQFD.
                .

                😀

                1. Non. Le libéral veut juste qu’on lui fiche la paix. Il n’a que faire de « changer la société » (ce qui ne veut rien dire). Et vous commettez une erreur tragique mais habituelle de mélanger « les gens » (les individus) avec « la société », truc amorphe (ce que je n’avais pas fait dans mon énoncé).

                  1. Laurent

                    Oui la « société » n’existe pas c’est comme le « bien commun » ce ne sont que des mythes créés par les hommes de pouvoir pour justifier l’oppression de masse.

                  2. bob razovski

                    Parce que, selon moi, il y a deux façons de voir la société :

                    – Soit en tant que résultante de l’addition d’individus, vision libérale

                    – Soit en tant que fabrique, vision socialiste. Dans ce cas, le mélange « gens/société » n’est pas une erreur tragique

            2. Nathalie MP

              « Ils veulent changer la société » : J’ai compris une chose très utile et très importante, qui me vient de mon éducation chrétienne. Dans l’évangile, le Christ nous dit « Changez vos coeurs » (de pierre en coeur de chair), pas celui des autres. On ne peut que se changer soi-même. Ce changement-là aura peut-être un impact sur notre vie sociale, mais ce qui est certain, c’est que personne n’a ni le pouvoir ni la légitimité de changer les autres.

        2. Beldchamps

          D’accord avec Higgins, les idéologues baignent dans l’entre-soi, autour d’épiphénomènes propres aux bobos du 16ème, dans des lycées publics d’élite (d’ailleurs meilleurs que dans le privé qui se récupère les élèves virés), et où les gamins pourtant doués font des dépressions car se retrouvent médiocres au milieu de types brillants dans les classes par niveau. Ces quelques cas de « fils de » concernés les maintiennent dans cette idée d’égalitarisme pour tous.

    2. Aristarque

      Je vous suis. Pour moi, cet affaissement résulte de la volonté de mettre en panne l’ ascenseur social. Les bonnes places sont limitées en nombre et laisser la porte ouverte aux gueux et aux manants entraîne une concurrence considérée comme anormale aux yeux de la pseudo élite qui estime que tout cela doit lui revenir de droit.

      1. Duff

        Je compléterais : L’EN est une administration bureaucratique dans l’administration, rien de plus stalinien, donc qui encourage les comportements les plus vils et médiocres pour l’avancement et parallèlement, un incompétent ne supportant pas l’ascension d’une personne qui peut lui faire de l’ombre, les bons éléments sont volontairement brimés. Voilà pourquoi toutes les expérimentations aux résultats concluants sont laissés sans suite. Etc. L’ednat n’est donc nullement réformable, il faut la privatiser complètement et sans état d’âme.

    3. Isselet

      Quand je dis ça on me prend pour un fou. Heureux de voir que d’autres le pensent aussi. C’est d’une logique implacable. Mais bon tant que les ignares obtiendront quelques miettes de notre bon système ils en profiterons sans se plaindre. Et on continuera a fabriquer des ignares.

    4. Calvin

      Attention, dans ce débat voulu/subi, vous avez tous raison à la fois, mais pas selon les acteurs.
      Les idéologues pédagogos marxistes ont obtenu ce qu’ils voulaient (méthodes, résultats, structures).
      Les politiques ont obtenu l’administration qu’ils voulaient mais pas les résultats obtenus.
      Les enseignants ont obtenu la mise en avant de leur problématique mais pas des solutions retenues.
      Les parents n’ont rien obtenu.
      Les enfants ont tout perdu.
      Ce pays est foutu.

  2. Black Mamba

    Dire que sur Khan Academy , on peut visualiser des enfants (10 -12 ans) entrain de construire leur propre robot et les faire fonctionner …
    Un autre monde …

  3. royaumont

    Tout va bien, la preuve, Belkassine est contente d’elle-même.

    Il faudrait souffler à Mou 1er qu’à cause d’elle, il risque de perdre l’électorat enseignant et que sa réélection s’en trouve compromise. S’il l’entend, elle sera virée sur le champ.
    Le tout est de savoir discerner les vraies priorités.

    1. Deres

      C’est le BA-BA des ambitieux et des délinquants. Ne jamais admettre ses crimes et ses erreurs, ne surtout jamais s’excuser. Mieux, s’en vanter comme des actions positives méritant le respect et les récompenses.

      1. Deres

        Prenons Flamby par exemple. Il a fait n’importe quoi et exclusivement augmenter les impôts et cliver encore plus la société française. Mais dans son discours, il a uniquement fait des réformes courageuses des retraites, de la société, de l’éducation, du code du travail, etc. Plus c’est gros plus ça passe.

          1. Deres

            Son regret est de l’avoir repoussé d’une année car il a fait la même chose d’un façon différente et encore plus compliqué pour le camoufler l’année suivante. Ceci dit, annuler tout ce qu’avait fait Sarkozy était sa principale promesse de candidat. Noter bien que son seul regret concerne l’annulation d’une hausse d’impôts. En effet, parmi toutes les nombreuses annulations effectués, c’est la seule concernant une hausse d’impôt, toutes les autres ayant été pieusement conservées.

    2. Guillaume_rc

      Il est clair que si les profs ont majoritairement voté Flamby par anti-sarkozysme compulsif, ils ont une méchante gueule de bois.
      Entre les hausses d’impôts et la baisse de revenus (du fait de l’aménagement des rythmes scolaires en primaire), ça faisait déjà beaucoup.
      La réforme du collège enfonce le clou.

      1. john

        Pas seulement les profs …
        Les socialistes que je connais sont furibars (pour un tas de raisons). Vraiment furibars.
        Mais fondamentalement, l’equation est compliquée : ils votent pour un parti qui a des principes, qui, s’ils sont mis en pratique, compliquent les problèmes en voulant les résoudre, quand il le ne les créent pas de toute pièce. Soit ils mettent les mettent en pratique et, à terme, les électeurs ralent parce qu’évidemment ça ne fonctionne pas et on leur reproche alors de n’en faire pas assez. Soit ils font le contraire (réforme de type Macron) et on leur reproche d’agir en contradiction avec les principes.
        Fondamentalement, mis à part quand il s’agit de piquer du fric à Paul pour le filer à Pierre (les socialistes devraient en réalité toujours se limiter à ce genre d’initiatives), les electeurs ne peuvent qu’avoir la gueule de bois. Parce que ça ne marche pas et que ça ne marchera jamais.
        Ca ne les empêchera pas de revoter Hollande au 2e tour, vous verrez.

        1. theo31

          Les khmers verts voteront PS comme des clebards fidèles malgré le cocufiage magistral infligé par molle glande. On sortira l’epouvantail Sarkozy et le tour sera joué.

      2. bob razovski

        « Il est clair que si les profs ont majoritairement voté Flamby par anti-sarkozysme compulsif »
        Les profs ont-ils seulement un jour voté autrement qu’à « gauche » ?

  4. Villon89

    Plus de notes, un enseignement systématiquement ludique, les sujets historiques polémiques supprimés (Bon courage pour le tri !), et tout le monde est beau, tout le monde est gentil;
    Il ne manque plus que la diffusion en continu durant les cours de l’intégrale de Bob Marley et la boucle est bouclée…

          1. Pheldge

            C’est assez misogyne : pas de femme, pas de larmes ( sous entendu la paix royale , doigts de pied en éventail , affalé devant la télé à regarder du foot ou du porno , avec une bière à la main, le Paradis quoi 🙂

            1. Nyamba

              Il parle créole, donc ta traduction est réductrice (mais tu le savais, avoue). C’est plus de l’ordre de « Non, femme, ne pleure pas » (confirmé par « So dry your tears, I say »).
              Bob était un pendard question femmes, certes – mais pour le reste, ses paroles et sa musique sont tout, sauf médiocre. Rien qu’au niveau rythmique, tiens.

              1. Pheldge

                Bin j’a vu une ouverture pour dire une bêtise : j’ai foncé ! moi, quand je peux aider le Patron à mettre de la bonne rumeur dans ses billets, c’est de bon coeur 🙂

  5. Higgins

    La fuite vers le privé est indéniable mais ce qui me frappe le plus, c’est l’augmentation des structures hors-contrat. Le privé traditionnel diispose d’une marge de manœuvre réduite face aux exigences du Léviathan, les règles sont connues depuis longtemps et les protagonistes ne se découvrent pas. Je pense cependant que le clan « laïc » a décidé de faire la peau de l’enseignement privé sous-contrat (comprendre tuer l’enseignement catholique classique). Les gens le sentent bien comme ils sentent la dégradation croissante qui affecte l’institution d’où la création des structures hors-contrat.

  6. hop hup

    Une ancienne adjointe socialiste d’une mairie d’arrondissement de Marseille avait refusé en 2014 de marier un couple homosexuel, invoquant des raisons religieuses.

    Sabrina Hout, ancienne élue de gauche des quartiers nord de Marseille, était jugée mardi devant le tribunal correctionnel de Marseille pour discrimination. Elle a en effet fait faux bond lors de la célébration d’un mariage entre deux femmes il y a un an. Le couple a finalement été marié dans les règles le 14 février dernier. Le parquet a requis mardi trois mois d’emprisonnement et 1.500 euros d’amende pour discrimination.
    D' »édifiants stratagèmes d’évitement ». Issu d’une citation directe par les deux femmes, Hélène Burucoa et Claude Génart, ce procès est « une première depuis la loi de 2013 » sur le mariage pour tous, a souligné la représentante du parquet à l’audience. « Cette loi est en réalité, depuis son adoption, appliquée par toutes les communes de France. Pour autant (…), les faits de discrimination subie par les plaignantes, pour exceptionnels qu’ils soient, n’en sont pas moins inacceptables », a-t-elle estimé.
    « La réparation attendues par les victimes est parfaitement légitime (…) Tout est symbole dans cette affaire », a-t-elle poursuivi, mettant en exergue les « édifiants stratagèmes d’évitement, constitutifs de la discrimination ».
    Remplacée par un officier non habilité. Le 16 août 2014, Sabrina Hout, adjointe socialiste à la famille des 15-16e arrondissements, avait expliqué qu’elle ne se sentait pas très bien au moment de célébrer le mariage de deux femmes d’une cinquantaine d’années, dont l’une est fonctionnaire de police. Elle avait donc laissé officier un conseiller d’arrondissement, non habilité, disposer le chevalet avec le nom d’un autre élu non présent et falsifié le registre de mariage. Des éléments qui ont entraîné l’annulation de l’acte par le tribunal de grande instance de Marseille.
    Convictions religieuses. L’édile avait pourtant célébré d’autres unions le même jour. Et devant les enquêteurs, les deux fonctionnaires de mairie présentes, ainsi que le conseiller d’arrondissement qui a célébré l’union, ont tous témoigné que Sabrina Hout avait mis en avant ses convictions religieuses pour ne pas conduire cette célébration, évoquant la pression de ses frères. Le couple de femmes avait été prévenu quelques semaines plus tard par la sénatrice Samia Ghali, maire du 8e secteur, d’un problème lors du mariage. Samia Ghali avait retiré sa délégation à Sabrina Hout.
    Des faits « inadmissibles ». Le parquet de Marseille avait ouvert une enquête pour « faux et usage de faux en écriture publique par personne chargée d’une mission de service public. Quatre mois plus tard, le procureur de la République de Marseille Brice Robin, tout en qualifiant les faits d' »inadmissibles », avait convoqué Sabrina Hout pour un simple rappel à la loi.
    « Nous avons alors décidé de poursuivre nous-mêmes en citant directement Madame Hout devant le tribunal correctionnel pour discrimination », a expliqué le couple dans un communiqué. « Assister, en pleurs, à l’annulation de ce mariage qui représentait une journée heureuse (…) nous a donné la force de nous engager jusqu’au bout dans l’espoir d’un jugement exemplaire (…) », ont-elles ajouté. Deux associations se sont également portées parties civiles.

    et pour le coup c’est pas un politicard d’extrême droate les journaleux doivent avoir la haine la sur le coup ils peuvent pas criés au loup

  7. Pat

    Bonne nouvelle : savoir écrire et compter va être bientôt être exigé pour entrer dans l’enseignement supérieur, d’abord pour les enseignants, puis dans l’avenir, peut-être, pour les étudiants.

  8. yoananda

    Il faut quand même dire que de nombreux changements dans l’éducation ont pour objectif « l’égalisation », avec en ligne de mire la population issue de l’immigration. Une partie non négligeable consiste à ré-écrire l’histoire pour ménager les susceptibilité, à favoriser l’introduction de la langue arabe, a baisser le niveau pour qu’ils puissent suivre, etc…

    Ce sont des réformes mélangiste / remplaciste, que ce soit pour les genres ou les races, ou les classes sociales.
    Ce qui revient in fine à tuer la méritocratie et l’égalité de chances.

    Nous sommes en train de fabriquer une génération perdue. Et c’est peut-être la plus inquiétante des news pour la France après tout.

    1. albundy17

      1 – Dès sa petite enfance, donnez-lui tout ce qu’il désire. À la maison, qu’il n’ait qu’à mettre les pieds sous la table. Plus tard, il sera persuadé que tout le monde est à son service et qu’on lui doit tout.

      2 – De grâce, n’exigez pas qu’il dise : « Merci, s’il te plaît, bonjour ». Vous êtes de votre temps !

      3 – S’il lance des grossièretés amusantes à vos voisins, éclatez de rire, il a de l’esprit. Dès lors, il prendra confiance en lui.

      4 – Ne le contrariez pas. Ne lui dites jamais que c’est mal. Il pourrait développer un complexe de persécution.

      5 – Si un enseignant lui a infligé une punition, filez immédiatement à l’école. Exigez que la punition soit levée, au nom de la justice. Dans quelque temps, il sera convaincu de son impunité.

      6 – Donnez-lui l’argent qu’il réclame. Que tous ses désirs soient satisfaits. Sinon, il sera frustré.

      7 – Au collège, il a agressé un jeune élève ? Eh bien, il n’a pas tous les torts. Dites-vous que la vraie responsable, c’est la société. Ainsi, il ne sera pas traumatisé par un sentiment de culpabilité.

      8 – S’il ne rentre pas de la nuit, ne vous inquiétez pas. Demain, il dormira toute la journée.

      9 – Si, dans la rue, vous voyez une bande de jeunes qui ressemblent à votre fils, soyez effrayé et changez de trottoir. Qu’ils sachent qu’on les craint, qu’ils ont tous les droits et qu’ils sont tout-puissants.

      10 – A la maison, s’il vous menace, surtout ne répondez pas. Baissez les yeux. Sinon, il s’imaginerait que, chez vous, il n’est pas encore le plus fort, et il deviendrait violent, avec vous aussi. Proclamez plutôt que vous n’avez jamais rien pu en faire. C’était en lui.

      11 – En dernier recours appelez Police-Secours. D’avance, la Police sait pourquoi elle doit intervenir chez vous.

      12 – Et surtout, préparez-vous à une vie de douleur. Vous l’aurez !

        1. Pheldge

          Comment s’est passée ta rentrée pitchoun ? tu n’as pas trop pleuré de devoir quitter ta maman et ton papa ? la maîtresse est-elle gentille ? les petits camarades te font-ils tous des bisous ?

    2. tabbehim

      l’égalité de chances, à l’école, n’existe pas !
      l’égalité des chances, il y’a la française des jeux pour ça.
      Les meilleurs avancent dans leur domaines, les autres ne peuvent qui suivre, ou chercher leur voie.
      On admet qu’on est pas égaux devant le sport, comment peut il en être autrement de l’apprentissage?

        1. tabbehim

          Pour l’égalité des chances, je cite Brighelli 😉
          Et comment fait on des résultats égaux? sans faire de truchement mathématique évidemment 🙂
          de toute façon, l’école a été devoyé, au lieu de s’appeler instruction, elle s’appele éducation, préférant éduquer à être de bons mouton plutôt que de fournir des connaissances solides et en laissant soin aux parents de fournir l’éducation….
          à quand le retour des hussards noirs? 🙁

        1. tabbehim

          égalité des talents?
          j’ai du mal à cerner la chose à vrai dire, j’ai des talents que les autres n’ont pas et vice versa. je fait quoi? je pleure à maman état de me fournir un cerfa bobo pour me plaindre des talents que j’ai pas au nom d’une égalité aussi débile qu’irréalisable?
          Personne n’est égale, et ce dès la naissance, que ce soit en talent ou en physique.
          Mais si vous me prouvez que nous sommes tous des talents égaux, je veux bien faire l’effort d’y croire 🙂

          1. sam player

            Tu as vraiment la compréhenditude difficile.
            On ne te dit pas qu’il y a égalité des talents, on te dit qu’il y a bien une égalité des chances mais que tu la mets en doute en regardant le résultat.

            Quant aux talents, chacun en a et chacun peut faire quelque chose avec : il y en a qui ont l’oreille musicale, d’autres des capacités de communication, d’autres de la force physique, d’autres des,capacités dans la programmation, d’autres dans les calculs, d’autres dans le dessin… etc… etc..

            1. tabbehim

              et justement, je remet en cause cette égalité des chances qui est à mon goût faussé par l’éducation reçu des enfants par des parents plus ou moins consciencieux, ainsi que par les talents que ces derniers ont acquis 🙂
              c’est pour ça que quand on veut instauré l’égalité des chances à l’école, je grince des dents, sachant que c’est juste une stupidité socialiste qui n’a aucun fond.
              Comment garantir cette égalité des chances, vous qui la défendez? en mettant un niveau si bas que tout le monde aura une chance de réussir les examens peut être?
              Dès lors qu’on a quelque chose qui commence par : « égalité des/de/du …. » c’est d’ors et déjà une fumisterie si ça ne concerne pas les jeux de hasard.
              et j’attend qu’on me convainc que j’ai faux et que l’égalité des chances est une réalité.

              1. sam player

                Non, l’égalité des chances c’est dans ce cas ce que l’état met à disposition de chaque citoyen à égalité et le chèque éducation irait dans ce sens car ça permettrait à chacun de choisir son école.
                Actuellement la carte scolaire va à l’encontre de l’égalité des chances mais avec 50E par mois on peut la rétablir (école privée).

                Mais tout le reste ça fait partie de l’investissement personnel des enfants ou de leur famille.

                L’égalité de résultat que tu prônes c’est celle là celle des socialistes.

                1. tabbehim

                  Dieu merci, je ne prône nullement d’égalité des résultats, je prône une méritocratie absolue. je pensais mon point de vue assez clair de ce point de vue là.
                  L’égalité des moyens, pourquoi pas. si tant est que les academies les plus médiocre sont parmi les plus subventionné j’ignore comment on va décider de cette égalité des chances ^^
                  après, sur le papier, c’est mignon, une répartition égalitaire des ressources de l’edNat par tête de pipe sous principe d’égalité. j’ai une sorte de reflexe pavlovien d’imaginer de suite le détournement pourri que nos socialauds feraient d’une idée pareille….
                  excepté ça, avant de proposer quelques choses, il y’aura toujours deux questions à se poser : qui payent et combient ça coûte !

  9. Pat

    Hors sujet : mettre le feu à un immeuble et causer la mort de 8 personnes dont 2 enfants est un « acte de malveillance ». J’espère que le ou les coupables passeront une nuit au poste de police et seront réprimandés !

    1. royaumont

      Ça dépend, si les victimes sont des CPF, la perpétuité est requise. Sinon, bon, il faut savoir être indulgent pour les petites bêtises.

    1. Pat

      L’Allemagne est peu vieillissante, il me semble. Il est temps qu’elle fasse comme la France des années 70, avec une bonne immigration au taux de natalité élevé. Il semblerait, vus les événements récents, que Merkel ait compris qu’elle avait une occasion à saisir, tout en donnant au reste de l’Europe une leçon de « générosité ».
      Aux futures générations de subir les conséquences de cet émouvant « vivrensemble »…

      1. Deres

        Ce que Merkel a compris c’est que le gros des migrants actuels viennent de Syrie. Ils sont globalement éduqués et fuient la guerre, pas la misère. Une fois qu’ils auront appris l’allemand, ce seront de bons citoyens heureux et redevable à l’Allemagne, capable de lui apporter plus que du travail manuel non qualifié à bas coût.

    2. Guillaume_rc

      ça m’a surpris aussi vu le faible taux de natalité en Allemagne.

      Mais faut pas non plus oublier que les Allemands sont 80 M (et nous 66).

      Cette faible différence n’est donc pas si étonnnante

  10. cherea

    Ok, le constat est là, catastrophe éducative. Macramé & théâtre. Mais question simple ou complexe, c’est selon, l’avis d’un professeur est demandé:

    Comment remet-on l’école sur les bons rails? Quelles sont les quelques mesures simples qui pourraient remédier à cette catastrophe industrielle??

    Finalement, h16, on arrive par un moyen ou un autre à la fin du collège unique, où toutes les places dans les prépas puis dans les grandes écoles seront réservées aux anciens des lycées privés sous contrat & puis hors contrat, un peu comme aux US ou UK et puis les anciens de l’école publique sur les voies de garage.

  11. Bonsaï

    Pour souligner la rentrée le trublion Mélanchon n’a pas oublié de faire sa fête à la ministre de l’Education Nationale et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’y va pas avec le dos de la cuillère.
    (extraits de son blog) :
    « Je prouve que NVB ment sciemment concernant le trucage du nombre d’enseignants. Elle ment sciemment. Mais elle me recommande de façon hautaine de « me grandir » et même de « grandir » avec toute la morgue de ceux qui grouillent autour de Valls.
    Je lui recommande d’apprendre les additions et les soustractions, qui s’apprennent en CM1, et peuvent se réviser à tout âge. ».

  12. Guillaume_rc

    Pour compléter le tableau désastreux de l’EN sous Flamby, l’Association des Maires de France a sorti une étude sur l’aménagement des rythmes scolaires.

    – ça coûte 1 Milliard
    – ça aggrave les inégalités.

    Mais on persiste quand même (et même Juppé ne veut pas revenir dessus).

    1. hugeus

      Les NAP (nouvelles activités pédagogiques), ça n’a duré qu’un an dans l’école de mon fils dans le 92.
      La mairie a dit : trop cher. Aux parents : vous voulez payer pour que ça continue ?
      Les parents : non.
      La mairie : Bien, alors ils auront tous centre aéré pendant les 3 heures de NAP.

    1. Pheldge

      Juppé ? no comment ! ah si , Brighelli s’encharge : lepoint.fr/invites-du-point/jean-paul-brighelli/brighelli-juppe-de-l-eau-tiede-pour-sauver-l-ecole-27-08-2015-1959681_1886.php

  13. cherea

    Le premier ministre israélien est un meilleur ministre de l’éducation que NVB, en voilà un qui a tout compris:

    « Entouré de petites mains qui agitaient des drapeaux israéliens, il a conseillé aux enfants de surtout briller « en mathématiques et en sciences ».

    http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/09/01/les-ecoliers-chretiens-prives-de-rentree-en-israel_4742687_3218.html

    je n’ose imaginer un premier ministre en France qui dirait « brillez surtout en Maths & en sciences ».

        1. Higgins

          Le budget de la Justice étant ce qu’il est, il ne faut pas et ne fallait pas s’attendre à des miracles. De source sûre, il devient très difficile dans certains endroits de trouver des traducteurs, des organismes chargés de pratiquer des enquêtes sociales, de suivre socialement certains individus,de trouver des experts de bon niveau tant les règlements des honoraires dus sont payés tardivement. La Justice prend les trzducteurs qu’elle a sous le coude. Dans bien des cas, le traducteur turc qu’on réveille à deux heures du matin pour pouvoir faire l’audition d’un supect de même origine tient le kebab du coin (c’est un exemple vécu parmi tant d’autres). Je ne vous dit pas le problème quand l’individu arrêté parle une langue disons plus « folklorique ». Je ne souhaite à personne de se retrouver dans ce genre de cas avec AUCUNE solution à porter de main (je pense entre autres au JLD quand il doit décider ou non d’une incarcération).
          Comme a crûment dit un expert dans un procès très médiatisé: « Quand on a des honoraires de femme de ménage, on a des expertises de femme de ménage ! ». Pris dans un faisceau d’obligations parfois kafkaïennes, les juges font ce qu’ils peuvent avec ce que le pouvoir politique leur octroie. S’il est bon de dénoncer les abus, la faute n’en incombe pas aux acteurs qui subissent le système à leur corps défendant.

          1. royaumont

            Je suppose évidemment que les prévenus y mettent du leur et ne comprennent subitement plus un mot de français, ni d’aucune langue répertoriée.

            1. Higgins

              La maison bourreman (la police, dictionnaire de l’argot moderne de Geo Sandry et Marcel Carrère, édition Aux quais de Paris) à laisse tomber en déshérence quelques méthodes éprouvées pour guérir les amnésies soudaines).

                1. Higgins

                  Ils font leur boulot d’avocat. C’est normal mais à qui la faute quand ils été impossible de trouver dans les dé!ais prescrits le traducteur indispensable ou que ce dernier est en vacances et qu’il est le seul de disponible dans cette petite sous-préfecture.
                  Pour les divorces, chose éminemment importante lorqu’on y est confronté, les juges ont souvent besoin de diligenter une enquête dite sociale pour appréhender au mieux les conditions générales de vie des uns et des autres. Dans un tribunal de mes connaissances, la chancellerie a subitement divisée par deux le déjà malgré budget alloué à cette fin. Il y a également le cas de ce laboraroire du sud de la France (à Montpellier je crois) assignant le ministère de la Justice pour se faire payer ses expertises, faute de quoi, il serait contraint de déposer son bilan devant l’importance des arriérés accumulés.

                  1. Bonsaï

                    Hallucinant !
                    Par ailleurs, Dame Taubira en grande comédienne qu’elle est, joue la candeur au sujet des traducteurs, interprètes et autres assistants qui ne relèvent pas d’un statut ou d’une fiche de paie en bonne et due forme : « J’ai hérité ça de l’ère Sarkozy »…
                    Mais bien sûr.

          2. Vodkaman

            Pratique ces 50 000 travailleurs au noir pour faire baisser la courbe du chômage. il n’y aura qu’à prendre le pretexte de régulariser la situation pour embaucher 50 000 fonctionnaires de plus.

            1. bulltrap

              Pourquoi au noir? Ils n’ont qu’à démocratiser à tous cette excellente formule, où l’intégralité du salaire est versé à l’exécutant, charge à lui ensuite de s’assurer pour les risques de son coté…

    1. Deres

      Et il n’a expliqué en rien dans quel but. Il se fixe des objectifs chiffrés sur lesquels il est en prise directe donc dont il a la quasi garantie de les réaliser (il a appris de ses promesses sur le chômage). On ne sait pas du tout à quoi vont servir en théorie ces embauches. Et en réalité, on sait très bien que cela permet surtout aux enseignants en place de quitter les postes merdiques dans les banlieues et les grandes villes. Donc chaque embauche d’enseignant fait gagner deux clients : l’enseignant embauché et l’enseignant mutés dans une meilleure commune. Flamby a compris qu’électoralement, l’enseignement est le secteur le plus rentable pour les embauches.

      1. royaumont

        « chaque embauche d’enseignant fait gagner deux clients ». Ce n’est pas certain : l’enseignant qui quitte un poste pourri le doit à son ancienneté et ne fait pas le lien avec le nouvel embauché. Le second, après quelques mois de bain culturel au milieu des CPF s’est forgé une vision du monde qui n’est pas forcément bisou-compatible. L’image d’Épinal de l’enseignant socialiste reste vrai à Louis-le-Grand, beaucoup moins à Mantes-la-Jolie.
        Je ne serais qu’à moitié surpris d’apprendre que la stratégie clientéliste de l’ectoplasme élyséen se retourne contre lui.

        1. Deres

          Il est tout à fait possible que cette stratégie fasse pschitt car effectivement elle est décidée par contact avec les syndicats enseignants, pas les enseignants eux-même. En tout cas, les enseignants sont très conscients du fait que l’absence d’embauche ou pire le non remplacement des départs à la retraite diminue fortement la vitesse des changements d’affectation à l’ancienneté.

          1. theo31

            Les vieux briscards ne voulant pas les postes difficiles, on jette en pâture les nouvelles recrues qui n ont rien appris à l’IUFM pour s étonner ensuite qu’elles rendent leur tablier au bout d une semaine dans certains cas. Pour acheter des voix, c est pas top.

  14. hipparchia

    Vous ne mentionnez pas – et je sais qu’il est impossible de tout aborder – l’EMC qui va être mis en place sans des conditions surréalistes et le fait qu’avec la réforme dans certains établissements (autonomie, hein) les élèves de collège auront trois heures de français par semaine.

    Tout va bien.

      1. royaumont

        La fin de l’article est assez surprenante : le Point, plutôt « modéré » à l’accoutumé, accuse Hollande, de manière à peine voilée, de haute trahison.

        1. Beldchamps

          En fait mon mari me souffle que Brighelli est l’auteur de La fabrique du crétin. D’après Wikipedia c’est un ancien gaucho militant maintenant pour Debout la France. Ecrivain qui fait aussi dans l’éclectisme …

          1. Pheldge

            S’il fut jamais un gaucho, il s’est plus qu’amendé et repenti ! il n’y a aucune honte à ça. Je fais partie de ceux-là, pour qui la révélation a été peut-être un peu brutale, mais salutaire. Et avec ce que l’Ed Nat a bourré dans le crâne des élèves depuis 40 ans, ça devient l’exception que de ne pas être « naturellement gauchiste « ardent partisan du Camp du Bien ! Alors des repentis ? oui, tant mieux ! 🙂

      2. hipparchia

        Mais si je me souviens bien de cette conversation, je ne vous rabrouâtes point, je m’agaçais de lire encore une fois l’argument de l’académie de Créteil, parce qu’entre un professeur des écoles et un professeur de lycée, il y a un monde. Brighelli va tout à fait dans le sens de ce que j’avançais, dans les autres concours, on préfère laisser un poste vacant que recruter n’importe quoi. En philosophie c’est une centaine de postes pour 1500 inscrits, autant dire que la sélection est une réalité.

        Le problème de Créteil, c’est que personne ne veut aller bosser là-bas, surtout pour ce salaire, alors qu’avec un CAPES, comme on passe un concours national, le problème se pose un peu moins.

        @royaumont : Brighelli.

          1. Pheldge

            Alors donc c’était une litote ? « va, je ne te rabraouâte pas … » déclaration d’Hyper « Chiamène » à « Gros Drigue » 😀

            1. hipparchia

              Citez-moi un autre métier dont la société se mêle autant et tout le temps ? Il y a de quoi grincer des dents. Désolée du malentendu.

  15. Deres

    J’hallucine ! La communication sur les baisses d’impôts pour les plus modestes est en fait une véritable imposture …

    En réalité, suite à la non réévaluation des tranches en 2013 et à la suppression d’une tranche en 2014, le nombre de foyers imposable à l’IR a légèrement augmenté (il est passé de 46% à 46.5%). Mais le plus fort c’est que la première tranche est maintenant à 14% et non plus à 5.5%. Dans les faits, ce tour de passe-passe sur 2 ans a donc permis d’augmenter de 10% l’IR des plus modestes. Et le tout en leur faisant croire qu’ils sont privilégiés par le gouvernement grâce à un magnifique deux pas en arrière discret puis un pas en avant très médiatisé. Bravo les artistes !!!

      1. Pheldge

        « J’ai un pote aux impôts… » ah, je suis déçu ! à vos commentaires je vous prenais pour quelqu’un de bien …
        Non, je blague 🙂

    1. Deres

      C’est quand même très fort. Sur 3 ans, le résultat réel est que la tranche à 5.5% est passé dans la tranche à 14% ! Elle n’ a pas été supprimé, elle a été augmenté !

      1. Higgins

        C’est pour cette raison que les postes d’inspecteur des finances sont réservés aux meilleurs des promotions d’énarque. En… Le moutontribuable sans qu’il ne sente rien est un art réservé à l’élite.

  16. Bonsaï

    Déjà enseigner le grec et le latin, la géographie et l’histoire et tout ça sans les falsifier… ce serait déjà pas si mal !
    Mais le programme de NVB c’est clairement : du passé faisons table rase….

    1. theo31

      Je ne sais pas ce que tu prends comme engrais, mais ce doit être sacrément bon. Car pour falsifier les déclinaisons grecques et latines, il faut se lever très tôt.

      1. Bonsaï

        Je pensais surtout à l’histoire et à son rapport à la géographie. Il est vrai que la formulation est hâtive et peu lisible.
        Merci de l’avoir relevé pour me permettre de plaider ma cause !

        1. theo31

          J ai été saque par un inspecteur pour avoir dit que Lénine avait pris le pouvoir pour instaurer un régime totalitaire.

          Quand les théories d un défenseur de la pédophilie ont droit de cité à l’ednat, il y a du souci à se faire.

          Les soces sont de grands malades.

          1. MadeInCH

            C’est surtout Staline qui a instauré une « encore plus dure » dictature. En trichant même sur les règles internes des élections au sein du parti, su je ne me trompe.
            .
            Donc, tromper les nom-membres (mécréants/kouffars) n’est pas grave. C’est tricher dans le parti et nuire au parti (l’Oumma?) qui est grave!
            .
            Certaines similitudes sont intéressantes.

    2. Pheldge

      Et il commence par « Debout les damnés délétères, debout les faux sages de l’afin, l’oraison énonce les critères, c’est le début de la FIN  » 🙂

  17. DoS

    Pour l’école, l’affaire est classée, la page est tournée pour moi et mes proches.
    Encore une preuve de l’incompétence crasse de nos élus fonctionnaires.
    Qu’ils commencent par perdre leur protection, qu’ils viennent donc dans notre réalité !

    HS, mais utile pour info:
    http://www.imdb.com/title/tt2821314/

    Sur youtube, j’avais trouvé également des bonnes infos sur la question.
    Un documentaire de plusieurs heures.
    L’auteur disait qu’il n’investirait pas dans le Bitcoin, malgré son adoration pour la chose.

  18. DoS

    L’hymne au fonctionnaire:

    Le fonctionnaire passe sa vie à jauger les autres, il ponctionne, parasite, étouffe, inonde le monde de cerfa et de rapports. Pire, il aime cela.
    Le fonctionnaire est un être abject. Il ne souffre d’aucune concurrence dans sa médiocrité. Pire, il s’en vante.
    Le fonctionnaire n’évolue pas. Pire, il se perpétue à l’infini.
    La fonctionnaire est une fonction, il n’a ni corps, ni tête, il n’est pas humain. Pire, il adore cela.

    Le fonctionnaire est un être visqueux qui n’est même pas utile à lui-même. Pire, il le sait. C’est pour cela qu’il aime être fonctionnaire.
    Le fonctionnaire a un organe qui est créé par sa fonction, plus c’est gros, plus ça passe, est sa seule devise pour monter les grades.
    Finalement être fonctionnaire en France, c’est dépasser la honte, la haine, l’humiliation, la petitesse humaine. C’est l’acceptante de la médiocrité et d’emmerder les autres qui nous offrent pourtant : leur vie, leur argent, leur temps, leur liberté.
    Alors, pour toutes ces raisons, ne payons plus la médiocrité. Refusons ce système !

    1. Deres

      Ce ne sont pas les hommes qui sont en cause, mais les institutions. Les hommes s’adaptent à la situation que leur présente les institutions, avec les objectifs directs ou indirects qu’elle impose. Si le hasard vous avait fait devenir fonctionnaire, si vous êtes intelligent, vous seriez probablement un des pires …

      1. DoS

        Oui, j’aurais été le pire, sans avoir besoin d’intelligence.
        Je me porte en défenseur du fonctionnaire, je veux lui rendre sa dignité humaine. Vous ne me comprenez pas !
        Qu’est ce que ce truc informe qu’est devenu le fonctionnaire ?
        Il peut être syndicat, homme politique, président de la République. A la justice, aux renseignements et en même temps au FISC.
        Comment ne pas être répugné par cette dérive à grands coups de lattes dans les droits de l’homme.
        Ils devraient être nos fidèles serviteurs, nos protecteurs.
        Ils ne reste rien d’humain dans la fonction de fonctionnaire. Rien.

    2. Deres

      Le vrai problème de la fonction publique en France est qu’en se cachant derrière le fameux service public elle sert surtout ses intérêts propres comme toutes les administrations.

      J’ajoute que comme le Moloch, elle a tendance à manger ses enfants chéris. En effet, ceux-ci se retrouvent rapidement dans leur bulle, perde leurs compétences initiales et seraient incapable de retrouver un emploi dans le privé tant leur esprit a été déformé par les tendances contre-nature du service public.

      1. Bonsaï

        Le problème avec les fonctionnaires est similaire, quel que soit le pays. Ayant un emploi « garanti à vie », n’ayant donc pas peur de se faire licencier, ils ont tout loisir de pouvoir se laisser aller à leurs petites faiblesses. Dont certaines ne tiendraient pas le quart d’heure dans le secteur privé…
        En plus, selon les postes et la hiérarchie, on trouve de vrais idiots du village qu’il aurait été difficile de recaser ailleurs… pourquoi vos regards se tournent-ils soudain vers l’Elysée ?

    1. Alx

      Source Wiki:
      « L’expression s’emploie aujourd’hui pour parler d’une idée fixe, que l’on poursuit avec acharnement jusqu’à sa réalisation ; elle peut signifier aussi la nécessité de détruire une institution ou une structure devenue néfaste mais qui persiste. »

      Coïncidence amusante…

    1. Higgins

      Elle a un parcours universitaire correct (DESS de droit public) et a connu le monde du travail pour financer ses études. Ensuite, pur produit de la Socialie, elle n’a jamais fréquenté d’entreprise si j’en crois sa fiche Wikipédia… Elle ignore donc a priori tout du secteur privé, de son évolution et de ses exigences dans la compétition internationale. Le code du travail n’est donc pas prêt de diminuer ni en épaisseur et ni en complexité.

      1. Deres

        Exemple typique des hommes politiques actuelles qui font leur réseau dans le back office des élus (petite main quoi) avant de faire une carrière fulgurante dans le front office grâce à ce même réseau.

        1. tabbehim

          enfin, du front qui envoie des instructions mal tournée vers le back n’est pas censé recevoir des réponses porsitives ^^ faire des em.add impôts à l’infinie, ça aurait du faire planter le système 😀
          Mais j’aime la manière dont s’est exprimé 😉

      2. Deres

        Dans son secrétariat à la ville ses objectifs étaient uniquement la « promotion de la diversité ». Pour les emplois, on s’en que cela va discriminer positivement à fond les manettes.

      3. sam00

        Le problème avec le code du travail, c’est que tous les politiques français parlent de le réformer, mais qu’aucun ne semble comprendre qu’il faut l’abroger purement et simplement; et si nécessaire en réécrire un tout neuf pour les grandes lignes utiles (de mon point de vue, je n’en vois pas l’utilité, mais je serais tolérant si on le réduit de 90%)

        Tera Nova, le think(?) tank du PS, nous explique qu’il faut le remplacer par des accords de branches et des accords d’entreprises; et les journaleux de sortir des papiers sur la révolution culturelle au PS qui remet en cause le code du travail …

        Et il n’y a semble-t-il personne pour dire qu’entre du communisme d’état et du communisme de syndicat, il n’y a aucune différence!
        Personne pour dire qu’il faut revenir au contrat négocié entre le salarié et l’employeur, point barre.

        Franchement, c’est pathétique.

        Je bosse pour une boite qui fabrique des prothèses dentaires. Petite PME d’une centaine de personnes (un peu moins en ce moment).
        Premier problème: la taille moyenne des labo de prothèse dentaire est d’environ 5 à 8 personnes.
        Déjà, on sent bien que la convention collective n’est pas bien adaptée pour nous.
        Deuxième problème: je suis informaticien, ça n’existe pas dans la convention. Je me retrouve au grade de chef de labo, impossible à placer dans la grille de salaire, etc … et je ne parle même pas des astreintes!
        Etc etc

        Ce pays est gangrèné par le communisme le plus intégral … c’est à pleurer

    2. Higgins

      J’ignorai totalement son existence jusqu’à aujourd’hui mais sa nomination me fait penser que c’est comme si on confiait la direction d’une guerre de grande ampleur à une personne parce qu’elle a été championne au Risk. Je ne suis pas certain que ce soit la meilleure manière de gagner la guerre.

      1. Deres

        La principale fonction du ministre du travail est d’annoncer les mauvais chiffres du chômage tous les mois ou de tenter de justifier les magouilles ayant permis les chiffres pas trop mauvais. Personne ne veut de ce poste. C’est pour cela qu’il tape dans une trentenaire aux dents longues. De toute façon, elle est censé avoir quitter ses fonctions exécutive à la mairie de Paris donc elle a tout intérêt à être un petit soldat méritant si elle veut bénéficier d’un placard en cas de branlée en 2017.

    3. bulltrap

      Alors qu’elle est dans la politique depuis 2008, amusant n’est ce pas ? Je soupçonne les élus de se livrer à un grand concours de bluff à l’occasion de ces déclarations patrimoniales, et sur ce coup Myriam a placé la barre très haut, grande favorite pour le Cahuzac d’or 2015.

  19. Karamba!

    Il m’a suffit d’entendre qu’il n’était plus vraiment primordial d’apprendre bien à lire et à écrire à nos mômes, que tout passait désormais par la parole dans notre société moderne, pour me dire qu’on était bien en train de revenir à l’âge des cavernes. Avant Lascaux bien entendu.

  20. vegeta

    Favoriser l’islam à l’école et détruire l’histoire de la France, dans quelques années lire un livre d’histoire sera pire pénalement que de commettre un braquage.

  21. wxopwx

    « Autrement dit, la fuite des élèves de familles les moins défavorisées vers le privé continuera, s’accentuera même. »

    Mon petit y est depuis cette rentrée : Ecole bcp mieux fournie en matériel, administration bcp plus humaine, cantine de qualité (voir plus bas), pas de TAP, pas d’école le mercredi matin, devoirs dès le premier jour d’école (parait que les devoirs c’est maintenant interdit dans le public)…. tout ça pour 43E/mois (privé sous contrat)….

    Petit exemple de différence de relation client par rapport à l’école publique, pour la cantine:

    Dans le public :
    – si le petit ne mange pas a midi il faut prevenir impérativement AVANT 9H (sachant qu’ils répondent que entre 8h50 et 9H) sinon c’est facturé, yawohl… Donc faut soit être en mesure de prévoir quand le petit va être malade 24 h à l’avance, soit espérer joindre quelqu’un pendant les 10 minutes autorisées!
    – la bouffe est industrielle
    – le prix est fonction du quotient familial (comprendre : merci de fournir ta déclaration d’impot pour qu’on te donne le prix)
    – menu unique, affiché sur une papier à l’école (zon pas de site bien sur)
    – pour UN SEUL enfant de famille muz dans toute lécole, le porc (jambon, saucisson, paté, etc…) c’est une seule fois par mois !

    Dans le privé
    – il a une carte de cantine qu’on recharge avec des crédits, et le petit pointe quand il mange. No comment !
    – la bouffe est fait sur place (et le menu fait envie)
    – le prix est fixe
    – menu chaque jour ; 4 entrées, 2 viandes/poisson, 2 legumes, 2 laitages, 4 dessert, aux choix tous les jours, publié sur le site internet de l’école la semaine d’avant
    – évidemment ya du porc, mais on a le choix de pas en manger!

    Ce qui me fait bien marrer c’est:
    – d’y rencontrer une ATSEM de l’école publique qui met son gosse à l’ecole privée, mais surtout pas à l’école ou elle bosse.
    – beaucoup plus de muz qu’a l’école publique, bien que ça soit une école catho , avec son heure de catéchisme obligatoire par semaine 😉
    – le mari d’une amie de ma femme, qui bosse chez Orange, vote socialiste (voire FDG) avec qui je me suis déjà embrouillé quand j’évoquais de pouvoir libéraliser certains services public (en particulier l’école), maintenant que son gosse est en age de renter en maternelle, il le met … dans le privé…. 😀

    1. Black Mamba

      Dans l’école privée où mes enfants sont inscrits, les musulmans sont de plus en plus nombreux aussi, c’est l’école privée la mieux côté du département… Le précédent directeur avait eu des échanges musclés avec le prêtre qui officiait les messes, celui ci était furieux car les heures de catéchèse et des messes avaient diminués … En effet le directeur avait expliqué que le nombre d’élèves musulmans avait augmenté , il fallait adapté à la fois l’enseignement et l’emploi du temps , les familles dites catholiques n’avaient pas les moyens d’inscrire leurs enfants à l’école privée…
      L’argent toujours est le nerf de la guerre…

  22. carpe diem

    merci de ce témoignage très intéressant qui nous conforte dans ce que nous pensons tous : le socialisme avec l’argent des autres, une idéologie seulement pour les autres, des lois pour les autres, tant que dure l’argent des autres.

  23. Black Mamba

    Tiens !? Nous n’avons plus 5 commentaires dans la file de gauche … La recherche des nouveaux commentaires va être un plus hasardeux 🙄

  24. Doubrit

    La radio nationale s’y met aussi pour que tous les enfants
    soient « Charlie » en 4 minutes 30 par semaine, écoutez :
    Emmanuelle Daviet nous présenter « inter-classe » dans
    L’émission du dimanche 30 août 2015 de 7h à 9h
    Sur France Inter : Le 7/9 du week-end par Patricia Martin
    En début d’émission de 1. 30 à 6. 00 :
    http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=1143573 ://
    http://www.franceinter.fr/emission-le-79-du-week-end-andre-comte-sponville-olivier-faure-et-philippe-delerm ://

  25. hipparchia

    Sinon, vous pouvez aussi nous soutenir. L’opération « carte postale », n’est pas réservée aux seuls professeurs. Montrons donc que nous sommes opposés à cette mise à mort de la culture au sens individuel et premier d’élévation de l’esprit.

    Je me suis assise en deux mois sur trois journées de salaire et ce n’était pas pour défendre un quelconque droizaki mais bien parce que cette réforme est nuisible. Nous devons les faire reculer parce que profs+parents > gouvernement et fcpe.

    Et je les emmerde profond avec un balai.

    1. Pheldge

      Vos collègues ont quand même été s’un incroyable naïveté en votant massivement pour l’actuel bouffi de l’Elysée. Et vous l’êtes encore plus de croire qu’une mobilisation , une pétition ou je ne sais quelle expression du mécontentement populaire fera changer quoi que ce soit. Ce sont des idéologues dangereux et sectaires : ils ne reculeront jamais !

  26. cerf8d

    J’entends de plus en plus souvent parler des Réseaux d’Education Prioritaires de l’EN pour lesquels la communication se base sur le fait qu’ils utiliseraient des méthodes efficaces (méthode syllabique ?) alors que les nouveaux programmes seraient pour les non prioritaires.

    Réalité ou fantasme ?

  27. sam player

    HS
    En Lozère, l’incroyable histoire de Marvejols, une commune surendettée
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/09/02/01016-20150902ARTFIG00193-en-lozere-l-incroyable-histoire-de-marvejols-une-commune-surendettee.php
    ____
    Marvejols… c’est en Lozère… ça me dit quelque chose
    Les électeurs sont dans le déni complet, un collectif s’est monté pour faire réouvrir la piscine municipale… 242 signatures, la piscine est réouverte dans ce village de 5000 habitants…

  28. Bonsaï

    Vu de l’étranger cette lente et inexorable dégradation de l’enseignement français est suivie de très près, et ce n’est pas une bonne nouvelle.
    Depuis l’Antiquité grecque on avait coutume de penser qu’un esprit alerte s’alliait naturellement à un langage fluide et cohérent, construit sur un vocabulaire aussi varié que précis. On avait là l’image d’un pont parfaitement élégant, dont les structures à la fois simples et complexes relient avec art les deux rives d’un fleuve tumultueux…
    Or, on voit que de nos jours le personnel en charge de l’éducation des adolescents se targue d’adopter un langage qui se voudrait fun et branché, mais qui n’est en réalité que confus et prétentieux. Dès lors on comprend mieux pourquoi de nombreux jeunes ont tendance a décrocher rapidement et à inventer leurs propres néologismes pour parer à la carence linguistique dont semble souffrir leur corps enseignant.

    1. Calvin

      Il y a pire.
      Les nouveaux stagiaires qui viennent lire des contes en maternelles (futurs profs des écoles) ânonnent sans vraiment comprendre ce qu’ils lisent. Sans émotion. Sans même se rendre compte qu’ils n’ont pas le niveau.

  29. sam player

    C’est énorme quand même, il y a eu des milliers de migrants qui sont morts en traversant la méditerranée et c’est la première fois qu’un enfant meurt… les autres flottaient ou savaient nager ?

    1. Calvin

      C’est juste monté en épingle pour que le gouvernement se réunisse dans son ensemble.
      Un enfant mort échoué, vous n’y pensez pas ?
      …..

      1. sam player

        Les journaux anglais ne font pas mieux aujourd’hui avec les « What a shame! » alors qu’il y a une semaine ils envisageaient de fermer le tunnel.

  30. Callejon

    Qui pourra m’expliquer pourquoi il y a tant de classes avec plus de 30 élèves alors que 859294 enseignants pour 10547000 élèves cela fait en moyenne 12, 27 élèves (en moyenne) par enseignant ?
    Combien (en %) de classes avec 13 élèves ou moins par classe ?

    1. sam player

      LOL… parce que votre calcul est bête… un enseignant ne s’occupe pas d’une classe.
      Un prof fait 18h et sa classe en fait au moins 30.

      1. Black Mamba

        Et un certain nombre est prévu pour remplacer les absents pour maladie ( les enseignants éternellement en dépression , impossible à virer…) , grossesse, accident ….

    2. royaumont

      Il y a aussi quelques « petits » problèmes administratifs : cette année, une erreur dans le calcul des barèmes de mutation s’est traduit pas un afflux de plusieurs centaines de professeurs dans l’académie de Nice (très demandée). Quand l’erreur a été détectée, que c’est il passé ? Rien, les nouveaux arrivants, environ 400 sont sans affectation, c’est tout. Pour une seule académie, 400 fonctionnaires sont payés à ne rien faire, sans que personne ne s’en émeuve.
      Ajouter à cela ceux qui grenouillent dans les rectorats travaillant sur les « sciences de l’éducation », qui sont à l’origine du sabir des directives officielles et vous arriver à plusieurs dizaines de milliers de professeurs occupés à autre chose que leur métier et sans utilité réelle.

  31. tabbehim

    https://boldomatic.com/shop/product/poster-16in/xdQsJg?&design=original&color=white&size=16×16

    L’école, sous ses jolies atours, prend l’eau ^^
    enfin bon, ce n’est pas comme si on n’a jamais été prévenu ^^

    https://www.youtube.com/watch?v=qkS4BAOiDQE

    déjà en 2007, un documentaire parlait de syndicat autiste.
    et ce documentaire le dit clairement, ces conneries sur l’éducation nationale, on va le payer très cher !
    comme quoi, on peut allez toujours plus bas, toujours plus sombre, toujour plus au fond des fosses sceptiques de l’intelligence humaine !

  32. Gadjo

    Mais pourquoi il n’y a pas un de vous qui prendrait les rênes ?
    car à priori tout le monde a des solutions meilleures mais personne ne veut y aller….

    1. Black Mamba

      Le soucis @Gadjo, le milieu de l’éducation est une chasse gardée, n’entre pas qui veut …
      Trop facile de dire qu’on ne veut pas !!!

Laisser un commentaire