Soumission consentie pour dictature tranquille

Aujourd’hui, un bref billet pour vous recommander un livre dont j’ai récemment achevé la lecture.

livre soumission consentie pour dictature tranquilleIl s’agit de « Soumission consentie pour dictature tranquille », d’Augustine C., auto-éditée, et disponible sur Amazon ici, dont le propos est de raconter l’histoire de Rémi, qui se fait arrêter, de sa femme Lilou et de son ami Yann, qui tentent tous deux de comprendre pourquoi et surtout comment sortir leur ami des pattes de l’administration. Toute l’action se passe dans un futur pas trop lointain et présente une société dystopique où la bien-pensance, le vivrensemble et le politiquement correct ont été poussés à un tel paroxysme que s’est établit une dictature complète par un contrôle social étouffant.

Ce livre se lit bien (et vite) et l’histoire y est bien menée. Compte-tenu de ce que j’observe dans les billets de mon blog, les dérives de la société que le livre décrit y sont « idéologiquement » pertinentes, dans un mi-chemin intéressant entre 1984, où tout le monde observe et dénonce tout le monde, où l’autorité centrale impose un flux permanent d’information et de surveillance sur chacun des citoyens (pour son plus grand bien, soyez en sûr), et le Meilleur des Mondes où tout le monde s’efforce d’être heureux, les plus nombreux en se faisant joyeusement décérébrer par les émissions télé idiotes, les administrations pléthoriques et les associations lucratives sans but, les autres, bien minoritaires, pour éviter les soucis permanents que risquerait de leur imposer la société.

Le lecteur comprendra sans doute que ce livre n’est qu’un premier tome d’une suite qu’on pressent dans les dernières pages et que j’attendrai sagement, pour voir où nous mène la rébellion qu’on sent poindre chez l’un des protagonistes.

Ouvrage agréable et peu cher, je vous encourage à vous le procurer. Bonne lecture.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires79

  1. hop hup

    1.000 missions de service civique consacrées au soutien aux réfugiés

    accompagnement dans les démarches administratives, soutien linguistique…: le ministre de la Jeunesse, Patrick Kanner, a détaillé vendredi le type de missions qui pourront être confiées à des jeunes en service civique pour participer à l’accueil des réfugiés.

    Comme il l’avait annoncé en conseil des ministres le 9 septembre, M. Kanner a rappelé son objectif de consacrer 1.000 missions de service civique au soutien aux réfugiés accueillis par la France. «Nous verrons en fonction des besoins s’il faut augmenter ce chiffre», a-t-il ajouté devant la presse. […]

    «Nous pouvons accompagner les migrants dans leurs démarches quotidiennes, leur permettre de rencontrer des gens en faisant des sorties, en participant à des événements, créer du lien avec les habitants», a expliqué ce dernier. […]

    Les associations spécialisées ou services publics qui souhaitent accueillir des jeunes sur ce type de missions bénéficieront d’une procédure accélérée d’autorisation, a-t-il précisé.

    Lancé en 2010, le service civique permet aux 16-25 ans d’effectuer une mission d’intérêt général de six à douze mois, indemnisée 573 euros nets par mois, auprès d’associations, de collectivités ou de services publics. L’objectif du gouvernement est d’accueillir au total 70.000 jeunes volontaires cette année, et 150.000 en 2017. […]

    vous avez vu ça

  2. albundy17

    « Je pense qu’il ne reste plus rien de la démocratie » Chevenement, il y a un ou deux jours.

    Il serait donc effectivement sorti du coma ?

      1. René-Pierre Samary

        Disculpe, ma culture musicale était insuffisante, se limitant à… beaucoup de choses, mais pas aux Rolling Stones. J’en profite pour évoquer Bye Bye Blackbird ( un peu de promo, patron, si vous le permettez). Here I go, feelin’ low… Sur Amazon, mais on ne trouve sous ce titre que Keith Jarrett, Coltrane, Miles Davis ; en bonne compagnie, donc… Voir René-Pierre Samary pour accéder à mon premier opus.

  3. carpe diem

    Merci pour cette suggestion de lecture. A mon tour de vous parler de deux livres, que je considère comme prophétiques.
    – le camp des saints de Jean Raspail, écrit en 1973 et qui nous narre une invasion migratoire gigantesque permise par la soumission des envahis.
    – l’oiseau d’Amérique de Walter Tevis (en poche éditons folio sf). Oui, c’est un livre de science fiction dans la lignée de Farenheilt 451 de R.Bradbury ou 1984 d’Orwell. Ecrit en 1980, le livre décrit un futur où » l’humanité s’éteint doucement, abreuvée de tranquillisants (les sopors) prescrits par des robots qu’elle a elle même construits. Les robots ont envahi la terre et les humains , par paresse, les ont laissés prendre le pouvoir. Une novlangue est instaurée faite se slogans creux débilitants. C’est une invasion progressive et consentie, ça ne vous rappelle rien? Vous remplacez les sopors par l’assistanat et vous aurez une bonne idée de notre actualité. Mais chers, lecteurs, ne vous laissez pas envahir par un désespoir légitime! Il va suffire de trois « réfractaires » : un homme, une femme et un foetus pour changer la donne…Je vous laisse découvrir la suite. Bisous à tous!

    1. Aristarque

      Dans un genre identique avec une intrigue très voisine, il y a le classique Un bonheur insoutenable d’Ira Levin narrant une société maintenue en contrôle permanent par une sorte d’ abrutissement médicamenteux… (il date des 70’ies)…

    2. Nathalie

      J’ai lu le Camp des Saints… J’en suis encore malade, et tous les jours un peu plus en voyant et en lisant les infos… Jean Raspail a d’ailleurs laissé une belle interview dans VA au printemps dernier où il espère un sursaut des Français avant qu’il ne soit trop tard…

      Parfois je me demande si le dicton « l’homme qui ne sait pas ne souffre pas » ne serait pas plus confortable… Comme les moutons de la couverture du livre. C’est tellement fatigant et frustrant d’essayer d’ouvrir les yeux à ceux qui sont à fond dans le système. On se sent bien seul trop souvent.

        1. Nathalie

          Tout à fait… De plus en plus optimiste… Bon ! je vais manger le gâteau au chocolat 6 min au micro onde que je viens de terminer… Ce sera toujours ça de pris.

          1. Beldchamps

            Désolée Nathalie je compatis. J’ai connu cet état-là en 2012, quand mes collègues étaient sincèrement à fond pour le Présigland Normal 1er, plus ils sont instruits et plus ils sont imprégnés du système. J’ai renoncé à discuter avec eux et c’est bien mieux pour eux comme pour moi. J’ai mes petites compensations : le blog de H16 (et ses contributeurs), le sport pour se défouler, et à chaque élection je me fends d’un petit bulletin personnalisé : j’ai la satisfaction de m’exprimer clairement devant les assesseurs ébahis et d’alourdir le dépouillement de cette belle démocrassie.

        1. albundy17

          J’avoue partager le sentiment de Nathalie, ce blog est rassurant mais n’apporte pas de hug, et il y a un paquet de gens préférant ne pas savoir, sans doute car il le pressente et préfèrent l’autruche.

          Quand on voit ce qui se passe… et je ne parle pas que de la france, ça me la met au court bouillon, et je ne parle pas de zani

          1. carpe diem

            Effectivement, on se sent seul quand on arrive à comprendre. Je ressens cela dans mon environnement, bien des gens ne veulent pas savoir parce que c’est plus confortable et chercher c’est du boulot. Quand j’entends dans ma famille qu’on lit « ouest france » en étant sûr d’être informé, je rigole dans mon coin. Il y a encore du chemin mais les réseaux comme face book font que même les plus bouchés se prennent des infos par le biais de leurs amis.

            1. Bonsaï

              L’attitude face à l’information est d’abord une question d’attitude (aptitude ?) mentale.
              Se contenter d’une seule source d’information sans chercher à la mettre en perspective, c’est déjà l’assurance à court terme de ne disposer que d’un point de vue limité, voire tronqué.
              Voilà une chose qu’on devrait enseigner dans les écoles, savoir débusquer les informations et faire usage d’esprit critique !

              1. sam player

                Ils le font à l »école :
                ENSEIGNEMENT RÉNOVÉ 1980 :
                Un agriculteur vend un sac de pommes de terre pour 1 00 F.
                Les frais de production s’élèvent à 80 F, et le bénéfice est de 20 F.
                Devoir: Souligne les mots  » pommes de terre  » et discutes-en avec ton voisin.

                1. Beldchamps

                  Ça va pas non, prendre un exemple pareil ! ☺️Déjà 100 F le sac c’est de l’arnaque, mais surtout vous exposez l’agriculteur à de gros ennuis : il n’a pas payé sa taxe CNIPT ! Il faut une étiquette sur le sac (je suis sérieuse mon père a eu affaire à eux et c’était les 70’s).

                2. Pheldge

                  La réforme suivante de 1990 est encore plus intéressante: « Un péizan kapitalist privilégié sanrichi injusteman de 20 F sue un sac de patat.
                  -Analiz le tekste er recherch lé fôte de contenu de gramère d’ortograf de ponktuassion et ansuite di se ke tu panse de cête -maniaire de sanrichir. »
                  cette belle méthode développe autant l’esprit critique, la lucidité que le vivransamble !

    3. Pat

      Les slogans creux débilitants, c’est maintenant.
      « Le camp des saints » : je suis en pleine lecture. On croirait lire notre actualité (sauf sur l’origine des migrants). Il faut être humain, ouvrons les portes en grand.

  4. Etienne

    Je souhaite acheter le livre au format Kindle (oui je suis lourd avec ça) mais pour ça je dois le faire sur un autre amazon que le .fr. Pensez-vous qu’en ajoutant le paramètre d’affiliation cela marchera aussi ? (?tag=liberauxorg-21). Je préfèrerais faire d’une pierre deux coups…

      1. Higgins

        Maintenant, les lecteurs du truc connaissent. J’ai pris le temps de lire les commentaires. Pas spécifiquement bisournourso-compatibles dans l’ensemble. Et puis Bastiat est cité.

    1. Aristarkke

      Lire cela et mourir… de rire!!!
      «Ils poursuivent une utopie qui se saborde dès qu’elle est en contact avec la réalité», assène Sébastien Caré, politologue à l’université catholique de Lille et spécialiste du mouvement.
      (tiré du texte fourni par djedje.
      A part cela l’auteur de l’article achète de l’ultra à la douzaine pour pouvoir en assaisonner copieusement son texte…

  5. René-Pierre Samary

    Puisqu’on en est aux suggestions de lecture, côté romans, « Le Pont sur la Drina », de Ivo Andric, pour pas cher. Perso, profitant de mes « vacances » en Grance, je viens de recevoir, d’Amazon, deux Georges Bataille, « L’Erotisme » et « Théorie de la Religion ». Et puis Molière… Tout Molière, parce qu’il faut toujours revenir aux fondamentaux.

  6. hop hup

    Ras-le-bol des maires : entendez-vous dans nos campagnes…
    En première ligne, mais peu considérés, les maires manifestent leur ras-le-bol. Une fronde pas seulement alimentée par la baisse des dotations budgétaires.

    Hollande, t’es foutu, les élus sont dans la rue… On pourrait résumer par ce slogan provocateur cette journée d’action décidée par l’Association des maires de France (AMF) en ce samedi 19 septembre. À l’appel de leur président (LR) François Baroin, sénateur et maire de Troyes, les maires sont appelés à organiser avec leurs concitoyens des réunions publiques pour expliquer les enjeux de la cure d’austérité budgétaire que leur impose l’État. Bref, les édiles signifient leur ras-le-bol. Objet principal de leur courroux : la baisse de 30 % – d’ici à 2017 – des dotations budgétaires, en clair des subventions qui sont accordées à leurs communes. Argument essentiel : cette mesure drastique va entacher considérablement les missions de service public, et notamment de proximité qu’assument les municipalités. Effet domino : une chute de l’investissement public que les collectivités prennent, globalement, aux trois quarts en charge.

    vous savez pourquoi ils manifestent tous ces élus par peur de perdre leurs petit pouvoirs leurs milles et un privilèges financiers ou matériels c’est juste pour ça qu’ils manifestent

    1. René-Pierre Samary

      Tout juste, c’est pour ça qu’ils manifestent. Missions de services publics, and so and so, barati baratin. Cela fait 20 ans qu’ils pleurnichent sur les baisses des dotations de l’Etat, c’était déjà le cas quand j’officiais pour une municipalité. Mais vous en faites pas, ils sauront les compenser, les baisses. Quant à se serrer la ceinture, côté clientélisme, c’est pas demain la veille.

      1. Nathalie

        Mon maire a laissé un prospectus à ce sujet. Je n’irai pas. Ça ne changera rien, si ce n’est le montant des impôts. Et pourtant ce serait le moment de montrer qu’on peut faire des économies…

  7. Duff

    c’est significatif cette foison de livres brodant à partir de 1984 qui partent du principe hélas avéré que l’univers d’Orwell est d’ors et déjà une réalité. Amusantes les réaction face au « Soumission » de Houellebecq alors qu’il paraît que le bouquin n’est pas si subversif que ça. Amusant le silence radio sur le bouquin d’un écrivain algérien francophone « 2084 » encore plus sombre. Bin oui dénoncer le totalitarisme de l’état c’est tabou, dénoncer celui qui pourrait advenir si cet été pantagruélique était mis sous la coupe réglée d’une dérive totalitaire de la religion musulmane, n’y songez même pas!

    Derrière la soumission il y a cette idée amusante et déjà testée grandeur nature en France après juin 1940 : Comment les hommes par calcul personnel et foncièrement odieux acceptent l’inacceptable tant qu’ils sont mieux traités que les vilains petits canards qui gémissent devant l’horreur de l’arbitraire. On croyait avoir tout vu au XXème siècle, je crains que notre imagination ne soit pas à la hauteur des immondices à venir.

    1. Higgins

      Le pays a connu trois traumatismes majeurs au XXème siècle : 14-18, le naufrage de 1940 (conséquence directe du premier) et l’abandon de l’Algérie en 1962. Il ne s’en est toujours pas (et aura du mal à s’en remettre) tant que la clique qui tient les rênes du pays sera présente. La psychanalyse collective n’a pas pu jouer d’où la situation actuelle. Je suis personnellement très pessimiste pour l’avenir et, adepte de la théorie du choc des civilisations chère à Huttington, j’ai bien peur que le pire soit à venir. Les clowns qui nous gouvernent ou prétendent le faire ne sont tout simplement pas à la hauteur de l’enjeu et leur arrivisme les empêchent d’avoir une vision objective de la situation.

  8. titi18

    L’ennui c’est que l’on a déjà tout compris à la lecture du résumé, voire du thème. Acheter un livre pour qu’il vous décrive ce qui est sous vos yeux ?

  9. sam player

    Anyone sur Moody’s qui a dégradé cette nuit la note de la FFFFrrrraaaaannnnncccceee !
    2010 AAA
    2011 AA
    2012 Aa1
    2015 Aa2

    Anyone sur les architectes qui ont obtenu d’intervenir obligatoirement sur les constructions à partir de 150m² vs 170m² auparavant et de même mettre leur nom sur votre maison ?

    Anyone sur l’élu de Nice mis en garde à vue pour avoir fait de la main le geste de fermer sa boi-boite à Estrosi ?

    1. Aristarkke

      Mettre son nom d’ architecte sur une construction est une vieille prérogative du métier, façon peintre ou sculpteur qui signe son oeuvre. On le trouve quasiment toujours sur les immeubles parisiens du XIXme et du XXme (jusqu’à WWII). Idem pour le sculpteur quand les façades en sont ornées. Enfin, il y a assez souvent le nom de l’ entrepreneur qui a construit. C’est du au droit d’ auteur sur l’ oeuvre (au sens du dessin) du bâtiment considéré. Très pratique pour attribuer à chacun ce qui lui revient ainsi que la date d’achèvement de l’ immeuble qui permet de le dater. C’était aussi en manière de publicité pour son atelier, à l’ époque ou on devait survivre sans photo, sans vidéo, sans téléphone et sans internet sans parler de l’absence de foule d’ auxiliaires de maintenant.

      1. sam player

        Il vient de t’échapper Harry qu’on vient de l’écrire dans une loi et que tu ne pourras pas retirer cette mention.
        Il t’échappe aussi que ce droit sur l’oeuvre devrait donc nécessiter une autorisation de l’auteur si tu veux faire une modification (y a déjà des litiges en cours sur une place dans une grande ville)
        Il t’échappe aussi que c’est à rapprocher du droit à l’image et qu’ainsi la photo de la maison de Bartolone n’aurait jamais pu être publiée.

        Décidément beaucoup de choses t’échappent. Pas étonnant qu’on en soit là.

        1. Aristarkke

          Coupe le feu sous la soupe, STP!
          Merci de m’attribuer des pouvoirs (une loi est passée parce que je ne m’y suis pas opposé directement ou que je n’en ai pas compris l’enjeu… C’est me faire beaucoup d’honneur parce que personnellement, je me sens mal doté mais peut-être douté-je trop de moi? Tu peux arrêter cinq minutes avec tes outrances ???
          Plus sérieusement, ce droit d’apposer son nom sur sa construction qui était plutôt une tradition qu’une véritable obligation n’a pas été reprise par le décret de septembre 1941 (oui, sous Pétain qui n’avait rien de plus urgent que de s’occuper du statut des architectes, bouilleurs de cru et autres juifs) et pas non plus par la grande loi de VGE de janvier 77, abrogeant le décret de 41. A part pour l’ego de certains, tout le monde se fout d’avoir le nom de l’architecte gravé sur la façade de son immeuble du moment que ce ne soit pas un gusse frappé d’indignité nationale ou quelque chose du genre. Quant au droit moral de l’architecte sur son oeuvre intellectuelle (c’est son côté « artiste ») qui oblige en théorie à le consulter dès que l’on veut y apporter la moindre modif, elle ne date certainement de cette loi :

          http://www.cnrs.fr/aquitaine/IMG/pdf/CDP_no31.pdf

            1. Aristarkke

              Je te répondais qu’il n’y avait pas de quoi sonner le tocsin à propos de la consécration d’ une habitude séculaire de la profession de mettre son nom d’auteur sur son oeuvre. Point. Remarque que personne d’autre n’a embrayé sur ton émoi, ce qui se serait passé si ta cause initiale était réellement un scandale comme tu as cru qu’elle était. Quant au droit moral de l’ archi sur son oeuvre, même topo : ce n’est certainement pas du nouveau sous le soleil. Quant à l’ abaissement du seuil de recours obligatoire à archi, c’est un nonosse donné à ronger pour une profession globalement sinistrée ( 17.000 dans les 70’ies quand sortir 400.000 logements par an paraissait plutôt faiblichon pour une pop de 60M contre 27.000 actuellement où on fait la fête si on passe les 300.000 lgts/an pour une pop de 66/67 M de Grançais).

        2. Aristarkke

          Perso, comme syndic, j’ai eu à connaître ce genre de revendication d’un architecte d’un groupe d’immeuble à Vitry sur Seine sur les deux pignons desquels avaient été peints une fresque totalement abstraite (pas de titre et personne ne savait dire ce que cela pouvait bien représenter) qui était la marotte de la commune de Vitry en son temps de construction, d’imposer cela aux promoteurs (cela continue d’ailleurs avec les bailleurs sociaux). La copro voulait ravaler et n’avait aucune envie de perpétuer cette oeuvre. L’architecte lui a fait un procès en vue de cette perpétuation et en dépit de ses assertions qu’il y avait un droit moral (étant établi que le peintre qui avait conçu ces fresques était absent du débat : disparu dans la nature, mort, héritiers sans intérêt pour cette histoire) parce que cette fresque était peinte sur son oeuvre donc consubstantielle à son dessin de bâtiment. Il l’a perdu (son procés) parce que le juge a suivi notre argumentaire disant qu’il ne pouvait apporter la preuve d’être chargé de veiller au respect du droit moral du peintre et que cela ne se présumait pas du seul fait d,être sur son bâtiment. Une oeuvre éventuellement du Michel-Ange du XXme siècle a donc été perdue…

          1. sam player

            Oui on ne peut ester pour un tiers… sauf les associations lucratives sans but. Mais justement ton intervention prouve bien que ce droit d’auteur est un vrai danger pour la propriété privée.
            Il y a déjà des architectes qui s’opposent à la modification / destruction de leurs créations. Bientôt il faudra demander l’autorisation de l’architecte pour changer la couleur des stores.

  10. carpe diem

    Une petite info : je suis allée déjeuner dans un grill ce midi. Il vient d’être entièrement refait. La gérante nous signale, affligée, qu’on lui a imposé les fameuses normes PMR handicapés et de ce fait, c’est 22 couverts de moins.
    On a constaté que même les porte manteaux doivent être à hauteur d’homme assis! kafkaïen. Faites le compte du manque à gagner.

  11. hop hup

    Manuel Valls a évoqué samedi son avenir présidentiel et se projette à l’Élysée après deux mandats de François Hollande, à partir de 2022. « J »me voyais déjà »… Comment ne pas avoir à l’esprit la célèbre chanson d’Aznavour ? L’Élysée, décidément, le Premier ministre de François Hollande y pense certainement le matin en se rasant, comme tant […]

    notre prochain président…

  12. René-Pierre Samary

    Tous les jours, on se marre, même le samedi.
    « Interrogée en 2011, Joëlle Ceccaldi-Raynaud avait expliqué au tribunal que l’argent déposé dans la banque du Grand Duché provenait de l’héritage de sa grand-mère, institutrice en Corse. »
    Trois millions d’euros, en or et en liquide. Et on dit que les instits son mal payés !

      1. Nyamba

        Je garde un œil noir sur l’actualité gauloise ; c’est un merveilleux remède contre le mal du pays… Quant au système de notation de Moody’s, il s’inspire probablement de celui des piles électriques, que je n’ai jamais compris !

            1. Pheldge

              C’est aujourd’hui dimanche, ô petite tortue, devant la page blanche, on a fait ce qu’on a pu … 🙂

              Et d’ailleurs si tu dis , là-bas , « He got me a black eye … » on comprendra tout de suite qu’il y a eu une discussion animée ( à desseins 😉 )

Laisser un commentaire