Logement social parisien : gabegie et usine à gaz à tous les étages

Un article de Nafy-Nathalie et h16

Depuis des années, le discours est le même : Paris perdrait ses pauvres et ses classes moyennes à cause de propriétaires trop méchants. Il faut donc protéger les locataires de leurs griffes, ce que s’emploient ensuite à faire le législateur en pondant loi absurde sur loi absurde, quitte à corriger ensuite ses nombreuses erreurs… par d’autres lois. Et comme les autres, sœur Anne, bourgmestre parisienne, est partie en croisade à coup de lois.

La dernière invention de la Mairie de Paris, le dispositif « multiloc’ » en est l’illustration la plus absurde puisqu’on prétend ainsi ramener les classes moyennes intramuros en payant les propriétaires pour qu’ils leur louent leurs logements. Et dans le même temps, la mairie a aussi lancé une politique de récupération/expropriation des chambres de bonne inoccupées, au prétexte qu’un million de mètres carrés seraient inutilisés dans les beaux quartiers.

ps Hidalgo ensemble la préemption

Toute l’idée derrière ces bricolages législatifs est de pousser à la mixité sociale puis de se féliciter bruyamment des dispositifs permettant soi-disant d’y arriver. Sur le site du parti socialiste on se glorifie ainsi qu’un immeuble social de 51 logements ait vu le jour près de la place Vendôme (1er arrondissement) et des Champs-Élysées (8e). On apprend aussi qu’avenue de La Motte-Piquet au cœur du septième arrondissement, la Mairie de Paris a racheté un immeuble à 18.000 euros du m2 afin de faire vingt logements sociaux dont certains avec terrasses et balcons. Il sera possible pour une famille d’obtenir un logement de 89m2 avec vue somptueuse sur la tour Eiffel pour 900 euros par mois, charges comprises.

Maintenant, le contribuable parisien tiquera peut-être un peu sur le fait de loger quelques familles seulement, sous prétexte de mixité, en pleine crise du logement et à un tel prix. Par extension, il pourra calculer ce qui lui en coûtera au final lorsque la mairie sera parvenue aux 30% de logements sociaux fixée par la loi SRU, et bien se rappeler ce que scande le communiste Ian Brossat, adjoint chargé du logement, qui martèle obtinément que « Les logements sociaux ne doivent pas être cantonnés dans le nord-est de Paris, nous devons faire de la mixité sociale partout ».

Encore que la notion de mixité sociale à Paris fait parfois doucement sourire.

Prenez le dispositif multiloc’, ou celui de réappropriation des chambres de bonne : normalement à destination des « classes moyennes », les petites lignes d’explication dévoilent une version très socialiste de ces dernières. Avec des revenus inférieurs aux plafonds du logement intermédiaire (41 000 euros pour une personne, 62 000 euros pour deux et 90 000 euros pour quatre), on comprend aisément qu’avec l’impératif de gagner trois fois le montant du loyer, ne seront retenus que les locataires les plus aisés et non les plus modestes.

Quant aux HLM, leur mode d’occupation est très révélateur.

En 2010 un article de la Tribune nous apprend que

« (…) dans Paris, 31,4 % des locataires du parc locatif social parisien comptaient à la fin 2007 parmi les 30 % des ménages les plus riches de France »

Décidément, le social se niche vraiment à des endroits insoupçonnables. Mieux encore, si l’on s’amuse à lister des politiciens ou des hauts fonctionnaires qui occupent de tels logements, indépendamment de leur tendance politique, on obtient une énumération pléthorique, étayée par des scandales réguliers, que ce soit avec la gauche, avec la droite ou même le centre, personne n’est épargné.

Un article du Monde de décembre 2013 commençait même un début de liste d’élus parisiens (toutes tendances confondues) en HLM et indiquait que les politiciens concernés « (…) invoquent en général la « précarité » de leur statut et leurs difficultés à se loger dans le privé de ce fait », ce qui ne fera sourire qu’au lendemain d’élections charnières, et encore.

Il faut s’y résoudre, les chiffres sur l’occupation des logements HLM en région parisienne montrent un curieux paradoxe : en 2011 par exemple, 47% des locataires HLM ont des revenus supérieurs à 60% au plafond de ressources, alors que dans le parc privé, 36% des locataires ont des revenus inférieurs à ce plafond. En 2009, un des locataires HLM avait même déclaré 256.000 euros de revenus. Ces chiffres sont connus, et même commentés dans un rapport de la Cour des comptes d’avril 2015 qui y souligne que

« les bailleurs franciliens ont tendance, pour équilibrer leurs opérations, à privilégier les logements du type prêt locatif social (PLS), assortis des niveaux de loyers les plus élevés, au détriment des logements de types PLAI et prêt locatif à usage social, accessibles aux plus modestes. »

Ce n’est pas tout. Ce même rapport précise ainsi que

« les subventions et les efforts se sont concentrés dans les zones où le coût de construction est le plus élevé et le foncier le plus rare. Ces contraintes ont souvent conduit à acquérir et conventionner des logements existants pour leur donner un statut social, sans accroissement de l’offre globale, ni modification du peuplement quand les immeubles étaient occupés. On observe en outre une part importante de petits logements au détriment des logements familiaux, car ils sont comptabilisés de la même manière dans les statistiques. »

Quant aux règles d’attributions et de gestion de ces HLM, elles sont « appliquées de manière variable » et ont même « des effets particulièrement négatifs en Île-de-France ». La Cour n’est pas tendre et appelle à une plus grande transparence, et à « une application sans dérogation ni plafonnement des suppléments de loyers de solidarité. »

Enfin, on note dans ce marché parallèle et très mal surveillé les inévitables dérives où, par exemple, ceux qui bénéficient d’un logement social sans plus y habiter les conservent pour les sous-louer (ce qui est facile à vérifier avec l’apparition d’annonces sur Le Bon Coin).

Peut-être poussée par quelque idéal moral ou, plus probablement, par l’odeur de soufre toujours plus difficile à camoufler, la Mairie de Paris tente actuellement de remédier un peu à ces dérives.

Il aurait été logique de commencer par libérer les logements sociaux mal occupés afin de les réaffecter immédiatement à des personnes qui en auraient réellement besoin. Anne Hidalgo avait d’ailleurs fanfaronné cette idée d’un tweet retentissant :

Youpi, de l’action, donc ?

Eh bien non. À l’exception de trop embarrassants scandales, aucun profiteur n’a été expulsé. Pour nos élus, le service public n’est pas d’être au service du public mais d’être payé par les fonds publics.

En attendant, la Mairie de Paris a préféré parler de transparence dans les procédures d’attribution des logements sociaux. Choc de simplification oblige, elle a totalement lâché les élastiques et propose à l’aspirant locataire une hallucinante grille de critères avec distribution de gommettes points en fonction de la misère dans laquelle s’ébroue le demandeur. Apparemment, quand on est une famille de 6 personnes dans une petite pièce unique, que le préfet a autorisé l’expulsion par la police (avec concours de la force publique), qu’il ne reste plus un rond après loyer payé et que vous justifiez (avec une attestation de domiciliation) que vous êtes SDF (si si), vous obtenez un tel pactole de point que votre dossier va aller vite…

Cette bureaucratie délirante qui fleure bon l’encre de tampons serait comique si les conditions décrites ne représentaient pas des situations dramatiques que ces paperasseries déchaînées poussent carrément dans le sordide le plus déshumanisé. Parce qu’apparemment, pour chaque logement, 3 dossiers seront retenus en comité ouvert au public et 3 dossiers seront soumis aux organismes HLM qui sélectionneront celui qui leur convient le mieux. Mais sérieusement, qui ira assister à ces réunions pour vérifier ce qui s’y passe ? Comment garantir que ces dossiers suivront le bon circuit sans interférence ? Et surtout, en quoi cette « transparence » change-t-elle l’absence totale de reprise des logements lors de l’accroissement des revenus des attributaires ? À l’odeur des tampons encreurs de ronds-de-cuir mécaniques s’ajoute celle d’un nouveau foutage de gueule assez typique d’une République certes Populaire mais surtout et avant tout Socialiste…

la République de l'anneau

Exagération ? Et que penser alors de ces volumes de logements dont l’État et les collectivités locales sont réservataires d’office alors que les élus se retrouvent en même temps à la tête des SEM qui vont bénéficier d’un droit de préemption délégué pour construire des logements sociaux et les gérer ensuite ? Coïncidence pratique ou pure connivence ? Et au fait, si l’on sait que les locataires des HLM sont prioritaires pour acquérir leurs logements à prix concurrentiels, est-ce encore une coïncidence d’y trouver tant d’élus ?

Depuis des années, le discours est le même : Paris perdrait ses pauvres et ses classes moyennes à cause de propriétaires trop méchants. Pour ceux qui viennent de lire et de comprendre les lignes précédentes, les méchants propriétaires ne sont vraiment pas ceux qu’on croit et certainement pas ceux que la Mairie de Paris s’emploie systématiquement à pointer du doigt.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires118

  1. albundy17

    C’est marrant, ça doit voter aujourd’hui pour l’installation de logements « sociaaux » dans le 16eme, mais par contre on entend que ça rale

      1. bibi

        Il suffit de créer des HPM des Habitats aux Prix du Marché et la manière la plus efficace est d’en finir avec les PLU et autres réglementations débiles, mais laisser faire le marché pour produire ce dont les individus ont besoin c’est vraiment pas bisous.

            1. Kazar

              Ah mais ne t’y trompe pas, je suis pour. Mais impossible de faire baisser le nombre de fonctionnaires, clientélisme oblige. D’ailleurs, MLP avait clairement indiqué qu’en cas de victoire, elle ferait baisser le nombre de fonctionnaires territoriaux grâce aux départs à la retraite. Je ne compte pas sur Bertrand pour faire de même.

          1. gameover

            J’ai lu ton article et ton commentaire sur le blog de Phil. Il s’en est sorti avec une digression puis a oublié la question. Le mec sait que le principe qu’il défend ne tient pas debout, il avoue… mais faut quand même persister car c’est de la « justice sociale ».

        1. bibi

          Pas temps que ça en fait il suffit de les vendre aux locataires solvables (remplissant toujours les critères d’attribution) à un prix préférentiel, maintenant que l’on a dépensé le pognon pour les construire autant en récupérer une part en les vendant.

          1. Deres

            Tu fais donc un cadeau supplémentaire aux bénéficiaires de ces HLM alors … C’est encore le coup de la soulte qui entérine par rachat un avantage indu …

  2. Le Gnôme

    Je crois qu’il faut étendre Paris comme l’a fait Napoléon III qui a inclus des communes comme Belleville et autres, ou Berlin au début du XXe siècle. Il n’y aurait plus de « mur » du périphérique, il y aurait une gestion qui pourrait être plus cohérente. Mais cela ne se fera pas, des zélus pourraient se retrouver au chômage, et on préfère rajouter une strate appelée Grand Paris qui permet d’avoir une couche de prébendiers supplémentaires.

    1. Le Parisien Libéral

      tu as raison, le gnome, mais meme si cette extension serait une bonne chose, ca ne change pas les données de base de ce probleme : il y aura (enfin, logiquement) toujours plus de demande pour un logement Place des Vosges que pour un logement à la cité des 4000, et le marché libre, avec des loyers qui fluctuent librement, est le moyen de réguler ca.

  3. Aristarkke

    Il faut savoir qu’HLM est un classement administratif qui ne préjuge en rien de la qualité réelle de l’ immeuble et surtout pas de son adresse. Comme toujours, il y a des exceptions qui confirment la règle.

        1. bibi

          Mais qu’avez-vous donc contre Miaouss?
          Lui au moins c’est pas un branleur, il se lève sur ses petites pattes, il se bouge le cul, et il va l’acheter tout seul son Kwiskas, il est pas comme tous les autres chats qui dépensent leur pognon au baby-foot et qui passent leur temps à fumer des pétards.

        1. gameover

          Jessie: Nous sommes de retour,
          James: Pour vous jouer de mauvais tours,
          Jessie: Afin de protéger le monde de la dévastation,
          James: Afin de rallier tous les peuples à notre nation,
          Jessie: Afin de dénoncer l’amour et la vérité,
          James: Afin d’étendre notre pouvoir jusqu’à la voie lactée,
          Jessie,
          James,
          Jessie: La Team Rocket plus rapide que la lumière,
          James: Rendez vous tous ou ce sera la guerre,
          Miaouss, oui la guerre!

              1. Pheldge

                Je suis une victime du méchant décalage horaire 😉
                Et je suis tellement content d’avoir retrouvé le rire de Diabolo que je l’ai ressorti avec plaisir.
                Tiens, je vais même en faire un gimmick 🙂

  4. Val

    Toute ressemblance avec ce qui se passait ds certains pays de l est est purement fortuite …. bientôt les tontons muscles pour virer les proprios récalcitrants qui ne veulent pas vendre pas cher pour recyclage étatique . Ça sent vraiment le pourri avancé.

  5. Pheldge

    HS: Pour ceux qui ne l’auraient pas encore vu, lepoint.fr/medias/l-amendement-mediapart-finalement-rejete-a-l-assemblee-16-12-2015-1991483_260.php

    1. Deres

      Ils vont remplacer cela par une aide exceptionnel pour payer les arriérés d’impôts alors. D’une manière générale, je pense que le gouvernement veut surtout conserver cet épée de Damoclès au-dessus de leur tête le plus longtemps possible … Médiapart a été un gros lanceur d’alerte ces derniers temps et donc ce chantage est un excellent moyen de les contrôler. ils viennent de dire clairement que si ils voulaient, ils pourraient effacer l’ardoise. C’est gros comme une maison.

      1. Higgins

        Comme le dit si bien Perceval: « C’est pas faux. »
        Nonobstant cela, les clowns se sont certainement rendus compte, avec la bérézina des deux derniers week-ends, que l’exaspération était à son comble. Pas la peine de laisser un baril de poudre à proximité d’un feu ardent surtout que les perspectives économiques ne sont pas brillantes.

        1. Kazar

          Non, ils n’ont rien compris, si vous vous mettez à croire leurs déclarations…la preuve, les deux faux LR que sont Estrosi et l’assureur, comment déjà, ah oui Bertrand, ont déclaré qu’ils allaient en gros gouverner en faisant participer les socialistes, ce qui va pousser encore plus d’électeurs LR à voter FN la prochaine fois.
          Et dans deux jours, ils auront même oublié les scores des régionales…

          1. sam00

            Ils sont déjà en train de modifier les règles électorales pour la prochaine présidentielle …

            Proposition de loi de urvoas et le roux en débat aujourd’hui même à l’Assemblée Nationale

              1. sarah

                ca y est, encore des preuves de notre glissement vers une république bananière collectiviste ! La démocratie oui mais pas pour tous les partis et courants d’idée. si il est si affreux ce parti pourquoi ne pas l’interdire ca sera moins hypocrite

                1. sam00

                  Vous en doutiez?
                  Et je trouve que vous n’allez pas assez loin … interdire le FN parce que ce serait un parti trop affreux ne résoudra que partiellement le problème car ils continueront de se plaindre des mauvais citoyens qui ne votent pas.
                  Non, le mieux ça serait liste ou candidat unique, et vote obligatoire sous peine de travaux forcés … là, je pense qu’on aurait réglé le problème de l’hypocrisie 😉

    2. sam00

      Notez bien qu’il y a un net progrès de représentation à l’assemblée nationale … 21 présents lors du vote de cet amendement, 62 présent pour le rejet en deuxième lecture
      On se demande toujours où sont passés les 515 manquants … une épidémie de gastro sans doute :-/

      1. Bonsaï

        A qui rendent-ils des comptes, ces gens-là ? A leurs électeurs, certainement, mais aussi à tous les Français qui constatent ce triste spectacle.
        Je préfère encore voir la fougue de certains pays où leurs députés en viennent aux mains en pleine séance !

      2. sam00

        Ah! La bonne époque du « Petit Local » où le président de séance pouvait envoyer un député un peu trop agité, prendre un temps de repos bien mérité 🙂

        C’est sur qu’il est loi le temps des belles joutes verbales, et des discours avec de grandes envolées lyriques … maintenant quand ils parlent à la tribune de l’assemblée nationale, on se demande si c’est de la langue française ou du sanglier de banlieue :-/

  6. Calgon

    Le coup de « l’attestation de domiciliation délivrée par un organisme habilité » pour justifier qu’on est sans domicile, c’est juste énorme (à la fois de cynisme et de déconnexion avec la réalité) !

  7. MCA

    Allez, un petit exercice histoire de dérouiller les neurones:

    Vouloir virer ceux qui occupent un logement HLM avec des revenus qui dépassent les limites d’attribution, n’est ce pas du point de vue politique une scandaleuse obstruction à la mixité sociale?

    Vous avez deux heures.

    1. DoS

      ça ne marche pas car un élu n’a pas d’argent sur son compte bancaire. Un élu est par définition PAUVRE. Il n’est riche que de l’argent qu’il vole chaque jour. Arrêtons de lui donner notre argent et il méritera sa place de HLM. J’ai bon ?

      1. MCA

        « Arrêtons de lui donner notre argent et il méritera sa place de HLM. J’ai bon ? »

        Ce n’est pas comme ça que le problème se pose : On ne lui donne pas notre argent, c’est lui qui le sert et saute d’une rente vers l’autre.

        Observez le cas Barto :

        2017 arrive et le risque de perdre le perchoir avec, donc vite il brigue la présidence de la région IDF et hop! c’est reparti pour un tour.
        Pas de chance, Pécresse est élue alors il ouvre le parachute ventral et retourne au perchoir.
        J’ai hâte de voir comment il va retomber sur ses pattes, mais pas de risque d’ANPE, les parlementaires se sont auto voté un doublement du temps des indemnités de chômage; ça laisse le temps de se retourner pour la suite.

          1. bibi

            Si il a l’age de la retraite, il est à le retraite et touche donc sa/ses pensions, en 2017 si il n’est plus député il touchera alors sa rente d’ancien député.

            Ce qui va le plus lui manquer à mon avis ce n’est pas l’argent supplémentaire qu’il aurait touché en tant que président de la région IDF mais tous les à côtés que lui aurait offert la fonction quand il ne sera plus président de l’AN.

            Passer de 4ème personnage de l’état à simple député ou conseiller régional c’est rude vous n’avez plus de chauffeur, les invitations se font bien plus rare, …, et pour un Bartolone, c’est là que se situe le véritable problème.

      2. Deres

        Ce qui se passe est que les politiques commence la politique avec peu de moyens mais en élargissant leur réseau politique. Ils obtiennent donc des HLM grâce à ces réseaux avant que leur parti ne leur trouve un point de chute électoral. Et après, ils ne lâchent plus leur HLM qui est en fait un de leurs premiers avantage acquis d’homme politique.

        1. gameover

          Provisoirement il y aurait bien une solution pour celui qui n’aurait pas bénéficié d’un passe droit et qui serait élu après avoir eu son logement « social » : un surloyer progressif sur 1 à 2 ans mais un surloyer vraiment dissuasif qui l’éjecte.

          1. Deres

            Le fond du problème est que les loyers sont déterminés par la concurrence dans le marché privé. Sans concurrence, il n’y a aps de moyens de déterminé le « juste prix » de location des appartements HLM. le seul moyen serait d’avoir des appartements similaires dans la même résidence, en HLM et en privé et d’aligner les loyers théoriques avant ristourne HLM sur ceux accepté par les locataires privés. Pour moi, l’avantage HLM devrait être considéré comme un avantage en nature d’ailleurs et donc soumis à cotisations et impôts …

  8. Higgins

    Chronique d’un naufrage annoncé. Quoi attendre de plus de ceux qui passent leur temps à cramer (sous le soleil, c’est plus difficile) le pognon des contribuables pour satisfaire leurs lubies et faire des pâtés de sable l’été (http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/12/11/20002-20151211ARTFIG00132-le-tres-cher-sable-de-paris-plages-epingle-par-la-cour-des-comptes.php)?
    Pour la bureaucratie délirante citée, je pense tout de suite à Brazil de Terry Gillains. Nous nous en rapprochons un peu plus tous les jours. C’est assez terrifiant comme perspective.
    Sinon, une petite bonne nouvelle en cette grise matinée. Les clowns du Palais Bourbon ont senti le vent des boulets tirés les deux derniers week-end: l’amendement Médiapart est passé à l’as.

    1. gameover

      Y a une suite : hier le sponsoring de Paris Plage par Coca Cola (18ME quand même) sur proposition socialiste a été repoussé grâce à une alliance FDG, Ecolo et Droite sous prétexte qu’en 2001 Coca avait été accusé de racisme.

      1. Pheldge

        T’es compliqué, GO ! pourquoi s’emm3rder avec du sale argent capitaliste, alors qu’on peut avoir une rallonge de belle et bonne subvention d’argent bien propre et bien démocratique ? il suffit de créer une petite taxe, un petit péage … les idées ne manquent pas ! au pire, on pourra toujours souscrire un emprunt 🙂

        1. gameover

          Ceux qui soutenaient le sponsoring par Coca sont les mêmes qui avaient demandé le retrait des bâches Apple sur les bâtiments en rénovation.

  9. DoS

    J’imagine un monde où les outils du camp du bien@tmPS se retourneraient contre lui même.

    Imaginons une machine qui déraille. Un service des renseignements qui se renseigne sur les élus. Un tracfin qui filtre les transactions obscures de la politique. Un Hadopi qui envoie des mails à Valls qui télécharge son porno en cachette.

    Imaginons des merdias qui sentent le vent tourner. Que le petit peuple en à ras le bol d’entendre les mêmes niaiseries quotidiennes au travers de bouches baveuses socialistes.

    Imaginons un peuple qui refuserait de payer ses impôts et même d’aller travailler.
    Imaginons un monde économique parallèle au travers d’internet en direct entre les individus.

    Pour les grands qui ont encore un cœur d’enfant:
    J’y crois, j’y crois, j’y crois….allez y ! Répétez…..

    Attention, Peter Pan n’est plus très loin. Capitaine Crochet devrait trembler.

    Et c’est pas un Pokémon qui va nous arrêter. 🙂

  10. Gerldam

    En fait, c’est la notion même de « logement social » qui est à la base du problème.
    Dans le bon vieux temps, avant celui des ascenceurs, la mixité sociale existait bel et bien: dans un même immeuble, l’entresol était réservé aux boutiquiers, le premier et le deuxième étage « au dessus de l’entresol » étaient les étages nobles et ensuite, au fur et à mesure de l’élévation, les hauteurs sous plafond diminuaient et les loyers aussi. On trouvait ainsi au dernier étage, sous les chambres de bonne, réservées au personnel des 1er et 2ème étages, des couturières, de petits artisans, de sorte que, souvent, pour appeler le plombier, il suffisait de monter quelques étages.
    Les vrais pauvres étaient parqués dans les bidonvilles, comme à Nanterre.
    Certes l’hygiène chez ces derniers était déplorable, mais le système a fonctionné pendant des décennies sans trop de heurts.

    1. Royaumont

      En parlant de magouilles, Estrosi a annoncé qu’il renonçait à faire un audit des comptes de la région PACA. En clair, il couvre les « écarts de conduite » de ses prédécesseurs. Un premier renvoi d’ascenseur.

  11. Deres

    Le coup de la commission publique analysant 3 dossiers seulement est un grand classique de la corruption. Dans les faits, ceux qui font les classements sélectionnent avec précaution deux dossiers moins bon que celui qu’ils veulent faire passer. C’est aussi simple que cela. Je connais un couples de CSP+ dont un fonctionnaire qui ont une maison secondaire et qui cherchait une maison en banlieue à un million d’euros qui finalement ont obtenue un 100m² avec vue dans Paris … Quand on peut aller rencontrer le gars qui prépare les 3 dossiers, c’est tout de suite plus facile. C’est aussi pour cela que les collectivités locales veulent aussi des compétence générale. cela permet d’avoir des vanadates généraux, que ce soit sur l’immobilier, la santé, la finance, …

    1. Royaumont

      Je ne suis pas choqué par le faible nombre de dossiers retenus par l’appel d’offre. De mon coté, je participe à des études visant à choisir un progiciel de sécurité (IAM). Le dossier de choix comprends notamment ce qu’on appelle un POC (prove of concept) et qui demande pour chaque une charge de travail importante. Si on multiplie les candidats, le coût et la durée de l’étude deviennent prohibitifs. La limitation du choix à 2, 3 ou 4 (max) candidats est une nécessité.

      1. gameover

        Relis l’article, ici ça ne concerne pas les dossiers suite à appel d’offres mais l’attribution d’un logement parmi des milliers à 3 dossiers pré-sélectionnés, mais pré-sélection biaisée à dessein.

        1. Kazar

          Ce n’est pas un jeu de mots, comme on pourrait le croire, mais simplement que cela intéresse tous les commentateurs et non pas seulement H16…

            1. Kazar

              Chiche ! fais gaffe quand même…je ne suis pas très fréquentable. Même chez les Avocats. D’ailleurs, ça m’a fait marrer lundi au Palais, il y a avait des candidates qui distribuaient leurs flyers pour les élections au conseil de l’ordre, et j’ai commencé à discuter avec elles, et l’un me dit « les gens ont un peu la gueule de bois quand même ».
              Moi : « ah bon, pourquoi ? »
              Elle : « ben, le Front national, hier aux élections ».
              Moi « : ah oui, ça m’a fait plaisir, je vote FN ».

              Sa tête, un vrai régal !!!

              1. Royaumont

                Dommage que tu n’ais pas de photo…

                Pourtant, en IDF, le TSB (tout sauf Bartolone) a bien fonctionné et a pénalisé le FN. Mais c’est aussi un banc d’essai pour un front républicain d’un nouveau genre (cf les articles d’hier sur Boulevard Voltaire de Yannik Chauvin ou Nicolas Gauthier).

              2. gameover

                Oui j’ai l’impression que beaucoup n’ont pas intégré que ça représente un français sur 3 (car je pense que chez les abstentionnistes c’est au moins autant).

                Déjà que j’avais arrêté de faire des blagues sur les homos en réunion depuis que j’avais entendu que c’est un sur 10 (donc y en a 2 ici qui ont un point commun avec Keynes).

                Pour les pro-palestiniens j’avais arrêté mes blagues du jour où en pleine réunion j’avais dit que Tsahal allais réglé les problèmes de sécurité du chantier… on l’a perdu (le chantier) mais Kodak a déposé le bilan peu après et celui qui a eu le marché a suivi.Kodak dans sa déconfiture.

          1. MadeInCH

            Vu que c’est tout de même un gros HS…
            Si vous en voulez, y’a ça aussi, même si c’est plus pour un billet précédent:
            http://www.romandie.com/news/Le-petrole-de-nouveau-dans-le-rouge-dans-un-marche-focalise-sur-les-EtatsUnis/659130.rom
            Ce que je note:
            « … Congrès américain a décidé de lever officiellement l’interdiction des exportations américaines de brut en vigueur depuis 1973. »
            Paske je ne savais pas que cette interdiction existait.
            Ce qui, pour le principe, met encore un peu la pression sur pas mal de producteurs.

  12. DoS

    C’est bon !
    J’ai commandé une nuit avec ces 2 créatures:
    https://youtu.be/o3mP3mJDL2k

    Sinon, un calendrier Aubade ou Pirelli ou de Clara pour mon garage (pendant que ma femme fait à manger et le ménage….je pourrai ainsi bricoler)

    Et enfin, j’ai fait le souhait que le vieux père Noël soit une femme badasse cette année. Je trouve ça macho comme fête. Oui au portes jartelles et à la mère Noël.

  13. gameover

    HS
    Les archives de Paris n’avaient vraiment rien à foutre pour se lancer dans la sauvegarde des petits dessins déposés sur les mémorials des attentats ?
    Qu’on en sauvegarde une dizaine après un vote sur une page facebook je veux bien mais des milliers… les bras m’en tombent… ils traînent par terre là… (mes bras)

  14. sam00

    Ah! ça y est! le gouvernement vient de trouver une source potentielle d’économies pour redresser le budget de la nation!

    Je cite :
    « Il y a un mois, le gouvernement reculait face à la gronde des jeunes qui refusaient que soit remis en cause l’universalité des aides au logement pour les étudiants.Cette semaine, le gouvernement avance à nouveau sur le sujet en s’attaquant cette fois-ci aux jeunes travailleurs précaires. Comme l’ont dénoncé l’Unef et la Fage sur leur site Internet, un décret prévoit de réduire les aides personnalisées au logement (APL) pour les jeunes de moins de 25 ans exerçant une activité rémunérée hors CDI et gagnant moins de 1290 € par mois. Ce décret pourrait entrer en application dès le 1er janvier 2016. »

    http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/le-gouvernement-va-reduire-les-aides-au-logement-des-jeunes-travailleurs-precaires-18295/

    Tout de suite, on sent le grand levier d’action pour enfin réduire fortement la dépense publique 😉

  15. Kazar

    A propos de HLM, j’ai des clients de plus de 60 ans qui vivent à Paris dans un appartement régi par la vieille loi de 48, donc avec un loyer très très bas. Le propriétaire souhaitant reprendre l’appartement pour y loger de la famille, ils ne remplissent a priori pas les conditions diverses pour bénéficier de la protection de la loi (mais là n’est pas mon propos) et ont fait une demande de HLM. Réponse, les dossiers comme le leur doivent en moyenne attendre 4 ans avant qu’un logement leur soit attribué. Ils sont retraités, sans enfants, avec environ 2000 euros de revenus (à eux deux) par mois, payent leurs impôts, et à ce titre, leur cotation est de 1,10 sur 42,59 points …C’est vrai, ils ne sont pas réfugiés syriens, et ne sont pas élus, ni n’ont de relations à la mairie…

      1. Kazar

        Vu leur profil, je doute un peu de la possibilité d’adaptation…En plus, ils votent FN (je crois que voir les clandestins et autres réfugiés être prioritaires pour les logements les a un peu énervé…).

  16. john

    « Et au fait, si l’on sait que les locataires des HLM sont prioritaires pour acquérir leurs logements à prix concurrentiels, est-ce encore une coïncidence d’y trouver tant d’élus ? »

    Eh oui … et l’avantage n’est pas mince ! Le prix de vente est bien souvent de 20-30% en dessous du prix de marché.
    Mais puisque l’electorat croit encore que ses elus socialistes veulent son bien, ils ont raison de ne pas se priver.

Laisser un commentaire