La France en pleine tempête de libéralisme

On l’a déjà dit à de nombreuses reprises : si la situation économique et politique de la France sont aussi mauvaises, c’est bien parce que tous nos hommes politiques, tous nos médias sont complètement inféodés à l’ultra-libéralisme triomphant. C’est bien simple : où qu’on regarde dans ce pays, on ne trouve que libéralisme qui verdoie et capitalisme qui poudroie.

Et le pays en souffre, de ce trop plein de libéralisme, de cette liberté tous azimuts, sans freins ni lois qui baigne toute la politique, les citoyens et les contribuables. Le pays n’en peut plus de ces trop grandes libertés distribuées à toujours plus de renards trop libres dans un poulailler républicain plein de poules bien trop indépendantes.

le honzec - la domination libérale

Tenez, prenez l’ultra-libéral Manuel Valls. Pavanant sans la moindre honte depuis ce sommet de Davos, exemple si typique d’un capitalisme débridé pas du tout de connivence et des fricotages massifs avec les politiciens et les Etats du monde entier, le Premier Ministre n’a pas pu s’empêcher de rajouter une grosse louchée de libertés supplémentaires dans ce pays déjà perclus d’autonomie et d’individualisme : prenant à témoin l’existence d’une menace grave pour la République, il a déclaré clairement vouloir prolonger encore l’état d’urgence et ce, tant que l’Etat Islamique ne serait pas hors d’état de nuire. Et qu’est-ce que l’état d’urgence sinon l’épitomé évidente d’une société ultra-libérale ?

D’ailleurs, qui pourrait avoir l’imprudence, que dis-je, l’inconscience de demander la fin de cet état d’urgence alors qu’un attentat peut, à tout moment, menacer la République ? Qui pourrait vivre sereinement une fois cet état levé et cet attentat survenu ? Moyennant quoi, un attentat pouvant, par définition, intervenir n’importe quand, cet état d’urgence ultranéolibéral sera prolongé et les immenses marges de liberté permises par lui (surtout pour la police du régime) pourront donc durer. Tout ce libéralisme enrobé de RAID et de GIGN est quelque peu effrayant, ne trouvez-vous pas ?

Sur sa lancée, il a réclamé un renforcement des contrôles aux frontières extérieures de l’Union Européenne, montrant ainsi une soif inextinguible de liberté échevelée. Ces contrôles accrus s’ajouteront bien sûr à la liberté de devoir remettre des contrôles aux frontières intérieures, frontières qui sont, là encore, une démonstration vibrante de cette liberté indécente dont le Premier Ministre asperge tous ses discours ultralibéraux.

oh filocheDécidément, ces tempêtes de libertés nouvelles déboussolent beaucoup les citoyens qui n’ont pas été habitués à passer aussi vite de l’encadrement douillet et protecteur de leur état républicain à une véritable jungle sans loi ni règles.

Et si on regarde un peu plus loin que ce Premier Ministre décidément vendu à la cause turbo-libérale, on se rend compte que le capitalisme prévaricateur, l’appât facile du lucre et du profit sans limites s’est aussi emparé de tout l’État républicain.

Ici, je ne parle pas des grands groupes capitalistiques bien sûr inféodés aux conjurations obscures de la finance internationale apatride régulièrement dénoncées par une gauche vertueuse et morale (Gérard, si tu nous lis, tiens bon !), mais bien de l’État Républicain lui-même, ce sel de la terre, cette entité omnipotente et omnisciente et jusqu’alors bienfaitrice qui baignait les citoyens de Sa Lumière et de Sa Vérité.

Eh bien même lui a succombé au turbo-capitalisme, même lui s’est laissé aller au plus vils penchants néolibéraux et s’est laissé aller à augmenter, encore et encore, le nombre de taxes et de ponctions dont il tabasse les contribuables, y compris les plus faibles, ceux qu’il prétendait jusqu’à présent protéger.

On apprend en effet, grâce à une étude forcément douteuse d’un grand cabinet de conseil (lui aussi inféodé patati finance apatride patata) et de son observatoire des politiques budgétaires et fiscales que la fameuse « pause fiscale » décrétée par François Hollande (suppôt évident de l’ultralibéralisme galopant) n’arrive toujours pas et que le gouvernement rivalise d’inventivité fiscale. D’années en années, le parlement et les ministres poussent régulièrement dans les tubulures chromées de Bercy plus de taxes nouvelles qu’ils n’arrivent à en supprimer.

Dans son étude, le cabinet, qui ne recule devant aucune bassesse, n’hésite d’ailleurs pas à comparer la France avec d’autres pays européens, pour bien montrer toutes les particularités françaises, à savoir

« Une plus faible imposition de la consommation: une forte concentration de l’impôt sur le revenu, une fiscalité sociale et sur le patrimoine plus lourde ainsi que la place non négligeable occupée par les taxes diverses »

Ainsi, malgré les promesses répétées du candidat Hollande , l’avalanche de taxes n’a pas cessé, et comme ce sont les taxes diverses qui dégringolent de toute part, c’est bien le petit peuple qui subit le plus la giboulée. Pire, la France est le pays d’Europe où les cotisations sociales patronales sont les plus élevées, ce qui n’incite certainement pas à créer de l’emploi, à embaucher et à développer des entreprises, ce qui pourrait aider les plus modestes…

D’un autre côté, des taxes ultralibérales, il en faudra ! Plein !

Comment, autrement, boucher les trous, dettes et déficits des caisses de retraites, de sécurité sociale, d’assurance chômage, les abysses creusées par les collectivités territoriales, l’État et les myriades de Commissions Théodule, d’Agences bidons et autres comités trucs qui pullulent à tous les niveaux administratifs ? Comment remettre d’équerre un pays aux finances publiques exsangues alors qu’on le sait, l’épargne des Français n’a jamais été aussi dodue et qu’elle prête ainsi, comme jamais, son flanc rebondi à la concupiscence baveuse des ultralibéraux turbocapitalistes du gouvernement ?

Et puis surtout, comment la République peut-elle, sans ponctionner fièrement son peuple, continuer à flamber dans le casino mondial, dans la distribution de pourboires et autres facilités partout dans le monde ? Hollande vient ainsi d’annoncer un plan d’un milliard d’euros de soutien à la Tunisie. Parce que voilà, bon, on en a les moyens. Et que c’est le bon moment. Et puis après tout, l’ultra-libéralisme, c’est bien évidemment d’aller piquer dans la poche des riches et des pauvres Français pour aider les pauvres (mais bien plus sûrement les riches) Tunisiens, non ?

Tristesse et désolation :  si ce président ultra-néo-libéral n’aime pas franchement les riches, ses actes montrent clairement qu’il déteste au moins autant les pauvres.

hollande n'aime pas les riches

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires100

  1. Le Gnôme

    Pas de liberté pour les ennemis de la liberté disait déjà Saint-Just, c’est donc une de ces valeurs républicaines dont ont nous brise les oreilles à longueur de journée. Il convient donc de restreindre les libertés pour être libre.

    Finalement, la République, c’est comme le socialisme, c’est magique.

  2. Nomi

    Avalanches, tempête, pluies diluviennes… cela contraste sévèrement avec les annonces de réchauffement climatique. Euh, mais c’est quoi qui se contracte finalement? ou qui se refroidit? ou qui se réchauffe? ou qui se propage dangereusement? Est-ce le capitalisme, le libéralisme, le fisc, ou le climat? les inondations étatiques ou le réchauffement libéral? Tout se mélange dans ma tête, je vais plutôt préparer l’apéro hein!

  3. RBF

    Je pense qu’il aurait été judicieux de préciser que pour Flamby, être riche c’est gagner plus de 4’000 euros par mois (le patrimoine étant bien évidemment occulté).

    J’aimerais donc demander à notre cher président qu’il nous explique en quoi quelqu’un qui gagne, disons 5’000 euros par mois, est riche (riche comme « capable de se payer, à défaut d’un yacht de 60 mètres, au moins une modeste Ferrari »). Ou s’il ne vaut pas mieux avoir le patrimoine de Marisol Touraine, du gosse de Fabius, plutôt qu’un salaire comme ça.

    1. theo31

      Le « pauvre » Flamby s’est obligé à faire le service militaire (dont il avait été exempté et qui était indispensable pour faire de la politique), sucer quelques chibres et passer un concours, pardon prêter allégeance au socialisme, pour s’assurer une planque à la cour des comptes et obtenir l’attention de son mentor de l’époque. Pour n’avoir que la planque au final.

      C’est un bel exemple de cette jalousie pathologique qui anime de nombreux Français.

      1. RBF

        « dont il avait été exempté »

        Je serais curieux de connaître la raison de cette exemption. Il y a de toute façon une chose qui est claire, c’est que notre caste dirigeante ne veut pas pour elle ce qu’elle impose au manants comme nous.

        Ils ont probablement oublié ce qui est arrivé à Louis 16 et à sa femme Marie-Antoinette. Ma foi, ceux qui ne comprennent pas l’histoire ne seront condamnés qu’à la revivre…

        1. theo31

          La caste dirigeante franchouille fonctionne exactement comme celle de l’URSS : coupée des réalités, vivant par tous les moyens à l’écart des sans dents qu’elle pressure jusqu’à la mort, avec des privilèges gigantesques. Pour vivre en parasite comme les innombrables petites merdes encartées à gauche (mais aussi à droite), il n’ y pas meilleur régime que le communisme.

          1. Peste et coryza

            +1
            Le plus « drôle » est que le crony capitalism est en train de prendre la même pente que le communiste sauce URSS : l’espérance de vie baisse, la natalité diminue, des maladies disparues ressurgissent, la police n’est plus en mesure de défendre les citoyens (mais les taxer, ça oui !).

      2. channy

        Ah le service militaire, il faut dire que cela faisait iech bon nombre de « jeunes », et que tous les moyens étaient bon pour se faire recaler aux « 3 jours » raison médicales comme pieds plats, vieille fracture,la vue,on y amenait tout son dossier médical, faire le taré était aussi une option, connaitre un politicard était la voie royale…
        A une époque les vrais sans dents étaient réformés car: »l’état de la dentition qui devait permettre de déchirer les étuis de papier contenant la poudre à fusil, dosée au coup par coup. »

        Par contre bizarrement être chef d’entreprise ne vous dispensez pas de le faire..vous aviez des salariés? un beau portefeuille client…l’anpe prenait tout en charge, même votre réinsertion.

        1. Higgins

          Je dois dire qu’au sein de l’armée des Indes, la fin du service militaire a été accueillie favorablement tant il était devenu injuste. En étant méchant, je dirai que seuls les imbéciles (comprendre, ceux incapables de se faire exempter) le faisaient (ces propos ne visent évidemment pas l’auguste personne de Normal 1er dont la clairvoyance et l’intelligence nous garantissent des lendemains qui chantent). Bon, la République s’étant construite autour de deux piliers inconstestables, l’instruction obligatoire et le service militaire, il est logique de voir cette dernière partir en saucisse une fois les deux piliers détruits (on doit à cet égard souligner l’opiniâtreté et la constance des responsables. Le pays part en c… grave mais ca, ils l’ont réussis). Un cul-de-jatte ne gagnera jamais un cent mètres.

          1. RBF

            « En étant méchant, je dirai que seuls les imbéciles (comprendre, ceux incapables de se faire exempter) »

            Merci pour l’imbécile Higgins, j’apprécie le compliment. Quand on a 20 ans et que nous avons toujours été intoxiqués par la propagande socialiste, il faut bien reconnaître que ce n’est pas si simple de faire la part des choses.

            Eh voyez-vous, l’armée n’est pas une époque de ma vie que je regrette. Bien au contraire.

            Hélas à l’époque je n’atteignais pas les sommets intellectuels de sa majesté Higgins. Le libéralisme serait-il uniquement réservé à une autre caste que celle qui nous dirige ? Ou est-il possible de l’atteindre, en ayant eu fait fait l’incroyable bourde d’avoir fait le service militaire ?

            Faut-il en vouloir à celles ou ceux qui ne trichent pas ? Je ne le crois pas. 🙂

            1. channy

              Pourquoi vous avez échoué à vous faire réformer ou exempter?
              Ou bien vous étiez ravi d’ y aller, fait une prepa militaire voir
              Il y avait de tout durant le service militaire

              1. RBF

                Non, je n’ai pas triché sur mon état de santé et psychologique, c’est tout. Je n’ai fait aucune préparation militaire, j’ai d’ailleurs fini moquette. J’ai fait mon service militaire parce qu’à l’époque, on m’a obligé à le faire et que ce n’est pas mon genre de m’inventer des problèmes.

                Cela dit, c’était une bonne expérience. Si c’est une gloire que d’avoir réussi à se faire exempter, alors c’est clair, je ne suis pas glorieux.

                Mais je tiens tout de suite à vous rassurer, je n’en ai pas fait mon métier, même pas j’ai signé pour un service plus long.

                Comme je l’ai dit, à l’époque j’ignorais plein de choses. Et quand bien même, je pense que l’armée reste la seule institution française qui tient encore la route…

                1. deres

                  Cela correspond bien à la République des passe-droit et des magouilles. Le service était obligatoire sauf si on avait des relations ou que l’on connaissait les bons trucs. Autrement dit, seule les « sans-dents » le faisait par obligation ou sans choisir leur affectation. Par exemple, Flamby ne l’a pas fait n’importe ou, Il l’a fait dans la « bonne » caserne parisienne avec des gens de son milieu histoire de se construire un carnet d’adresse.

            2. Taisson

              @RBF : Tout à fait d’accord.
              Le service militaire, tel que les enfants du peuple, l’ont connu n’était devenu qu’une machine à faire détester l’armée ! Les appelés du populo, arrivant bourrés de propagande gaucho- communiste, étaient tous antimilitaristes, avant même d’avoir compris de quoi il s’agissait.
              Bien sur, les fils de bourges, intelligents ou non, faisaient tous des études supérieures, et se voyaient proposer les EOR !! C’était le cas de Flamby, qui comme beaucoup d’entre eux, n’avait pas de respect particulier pour l’armée, mais pensaient surtout à leur carrière dans la fonction publique, ou un grade d’officier de réserve faisait encore bien dans le CV.
              Après des classes à peine plus dures, c’était pour eux, la colonie de vacances, avec chambre en ville et repas corrects (pendant que les autres finissaient les boîtes de rations « musulmans » et il y avait des stocks, l’Algérie n’était pas encore loin ), ou carrément chez papa maman pour les planqués de la région parisienne.
              L’armée dont je parle, (63/68 ) était encore sous le choc des purges de gradés suite à l’OAS, et les meilleurs au sens moral et militaire du terme étaient partis…Ce n’est pas l’encadrement médiocre restant qui aurait pu rattraper les dégâts fait par la propagande anti militariste !
              De plus, les appelés les emmerdaient plutôt, et seuls quelques sportifs sans cervelle trouvaient grâce aux yeux du sous off moyen.
              Chirac qui à supprimé le service militaire, à vu simplement un moyen facile et consensuel à l’poque pou éviter les emmerdes : 68 était passé par la, et l’armée aurait du subir des procès permanents de la par des parents des appelés, car tout ce qui était accepté avant devenait des mauvais traitements, du harcèlement, et je passe sur l’insalubrité.
              De plus, avec les nouvelles populations, inemployables, car n’acceptant aucun ordre de qui que ce soit n’appartenant pas à leur communauté, les difficultés auraient été insurmontables, et parmi eux, seuls les apprentis djiahdistes auraient fait profil bas pour se former militairement…Et introduire le ver dans le fruit pour leur futur…
              Le service militaire est mort de sa belle mort, avec le développement du laxisme, et la fin du patriotisme, la haine de notre propre pays, et l’importation massive sans aucun choix ni contrôle de populations qui elles même se revendiquent des leur arrivée comme inassimilables.
              Dans ce contexte, prétendre en faire un ciment sociétal, c’est carrément une blague dangereuse !!
              L’idée était belle, et intellectuellement séduisante, mais ne peut plus exister dans un pays déconstruit, moralement inexistant, ou plus rien n’est fait pour que les morceaux tiennent ensemble !! Le seul parti qui ose parler de patriotisme est la cible de toutes les attaques et d’amalgames, comme si aimer son pays était synonyme d’enfermement !
              Le jeunes Français sont devenus « citoyens du monde », sans histoire commune (même légendaire..), membre de pseudos communautés genre Fesse-bouc, ne s’intéressant à rien, sauf au fric nécessaire pour s’offrir les dernières applis…
              Ils ne feront pas le poids, quand les vraies communautés importées le décideront.
              Longtemps avant, et c’est déjà commencé, les « élites » auront choisi pour eux…
              Il n’y à plus la moindre place pour un service « armé », d’où les projets d’envoyer directement les jeunes se faire former dans « les associations » !! Propagande et formatage direct, c’est tout ce qui est possible aujourd’hui… Ce pays est foutu !

              1. theo31

                Avant de mourir pour la patrie, les soldats meurent pour les gros SAM du gouvernement : recevoir une médaille posthume des mains de Minimou, c’est la honte et le déshonneur.

            3. Higgins

              Vous vous méprenez sur le sens de mes propos (je ne suis pas du tout méchant) et si je vous ai vexé, je m’en excuse bien volontiers. J’ai eu beaucoup de plaisir à travailler avec des appelés et je garde d’excellents souvenirs de cette période. A la fin, nous voyions tous que le système partait en saucisse et que les petits malins qui savaient y faire s’en sortaient les c… nettes. Ne vous trompez donc pas quant à ceux qui sont ou ont été l’objet de ma sympathie. Bonjour l’égalité républicaine chère aux TDC qui nous gouvernent et bienvenu dans le monde où l’hypocrisie est roi.
              La grande erreur a été du fait de Mitterrand quand il a refusé que le contingent participe à la première guerre du Golfe. Il a signé de fait l’arrêt de mort de cette institution, pilier plus ou moins bon du régime.
              Maintenant, ça, c’était avant. Contrairement à ce vous pensez peut être, je n’avance pas dans l’avenir les yeux rivés vers un passé révolu. Sauf crise d’une exceptionnelle gravité, je ne vois pas comment on peut désormais revenir en arrière. Les TDC qui ont présidé à cette mesure n’ont probablement jamais mesuré la porté de leur acte et ses conséquences vu l’histoire de pays. Qu’ils s’en débrouillent mais sans moi. C’est désormais trop tard et ce ne sont les vaines et pathétiques agitations de Normal 1er qui y changeront quelque chose. Le Libéralisme, auquel je souscris depuis longtemps, n’exige pas ce genre de contrainte ou alors, peut être sous la forme de la milice en Suisse

              1. Pheldge

                Camarade Major, peux-tu nous parler plus longuement de ce paradis LGBT, ce pays de cocagne pour trans-tous-les-genres, je cite : « le monde où l’hypocrisie est roi …  » et certainement, le mensonge, sa copine, est reine. 😉

                1. Higgins

                  Notre hôte vient de le décrire mieux que je ne pourrai le faire. C’est le pays où l’ultra-néo-libéralisme règne en maître. Preuve de son excellence, ses habitants consomment très peu de psychotropes et autres calmants et le suicide y est quasiment inconnu. Quant à la fuite des cerveaux, elle se fait surtout de l’extérieur vers lui.

  4. Bonsaï

    A propos de néo-libéralisme, on a pu voir au forum de Davos le ministre Emmanuel Macron se livrer à de belles acrobaties linguistiques avec les journalistes du monde entier pendus à ses lèvres de jeune premier dynamique et mondialisé (du coup Valls, ivre de rage est resté pour le week-end !).
    Pour les media anglophones, il déroulait dans un anglais excellent la version d’une France libérale et ouverte sur le marché mondial. Pour les reportages indigènes franco-français, il faisait la part belle à la protection des salariés, et patati et patata…
    Evidemment tout ceci n’a pas été rapporté sur une chaîne française, mais bien en direct live par la télévision suisse.

    1. RBF

      Il n’y a pas un seul jour où je n’écoute pas ou ne lis les médias helvétiques. Quand je pars au boulot le matin, médias français jusqu’à la douane. Ensuite je ne capte plus et je passe sur les médias suisses.

      Et ce que vous dites est absolument vrai. Parfois il y a un décalage entre les deux pays sur la façon dont les informations sont présentées qui est juste…. hallucinant. Il m’arrive d’ailleurs parfois de perdre le contrôle de mon Audi S8 et d’écraser des chatons.

      1. Aristarkke

        Vu comme les salariés suisses sont pressurés contre un salaire de misère ne leur laissant qu’Audi comme fournisseur, vous devriez rentrer au bercail de l’ amère patrie…

        1. RBF

          Joli jeu de mots !

          Je vous apporte des nouvelles très bientôt sur l’assurance maladie. Deux dates importantes: demain et le 28 janvier. Personnellement, j’y crois, la France va se faire ramasser.

        1. deres

          Pendant ses vacances aux USA payées par l’ENA, l’argument étant une étude sur les fast-food si je me rappelle bien. Comment se foutre de la gueule du monde …

      1. MCA

        @Higgins – 24 janvier 2016, 14 h 19 min

        Je crains fort qu’il faille s’y habituer, Christine Lagarde avait donné le ton à son époque.

        L’essentiel des documents rédigés par les instances européennes sont en anglais, beaucoup de conférences se font en anglais, et à l’heure de la mondialisation, qu’on le veuille ou non, la langue clé est l’anglais.

        Ce qui me choque beaucoup plus est la difficulté que rencontre l’EN pour enseigner un anglais utilisable dans la vie de tous les jours à nos enfants.

        Ministre ou pas, pour un français, la langue anglaise est un outil, ni plus ni moins.

        D’ailleurs j’estime qu’un président de la République Française devrait parler couramment l’anglais ainsi que la majorité de ses ministres.

        Comment voulez vous défendre les intérêts du pays que vous êtes censé gouverner si vous ne comprenez pas ce qui se dit dans les instances internationales et que vous êtes obligé de passer en permanence par l’intermédiaire d’un interprète?

        Assez curieusement, les candidats à la présidentielle sont très discrets sur ce détail dans leur CV.

  5. albundy17

    Je les trouve très imprudents, ou pas assez novateurs voire sclérosé. La prolongation de l’état d’urgence pour dans 2 mois pasqu’on sait pas ce qui va se passer d’ici là (en fait, si: rien du coté de la sécurité des moutons), ils devraient tout de suite annoncer état d’urgence permanent et annulation des présidentielles afin de se concentrer sur une meilleure surveillance de tout le monde (et surtout de leurs portefeuilles)

      1. Aristarkke

        Elle veut surtout dire, cette excuse de Daech, que sont « légitimés » par avance les futures prolongations, période après période mais qu’ on arrêtera, promis, juré, croix de bois… dès que Daech sera lessivé… 😉

      2. MCA

        A ce sujet j’ai lu récemment une remarque amusante :

        « l’état d’urgence devrait se prolonger jusqu’au prochain attentat et cesser ensuite, car cet attentat prouvera par son existence que l’état d’urgence n’aura servi à rien »

        Plus sérieusement,

        ma vision est que l’état d’urgence est un prétexte pour mettre en place une organisation destinée à contenir les débordements futurs :

        Guerre civile liée à différents facteur (migrations massives et incontrôlables et réactions de rejet de la population (observez ce qui se passe à Calais), agressions physiques (Cologne), arrêt des aides en tout genre par un état ruiné, pillage de l’épargne par des banques devenues insolvables, pillage de l’épargne des français par un état devenu insolvable, augmentation en flèche des impôts en tout genre, sentiment de spoliation à tous les étages municipaux, intercommunaux, régionaux, inter régionaux, nationaux, européens à venir etc…

        Le malaise de ce pays est accentué par le clivage communautaire qui va grandissant.

        Le phénomène nouveau dans notre société qui terrorise les dirigeants est la vitesse phénoménale de circulation de l’info, la puissance des réseaux de communication. Certes ils peuvent espionner grâce à ces technologies, mais ils ont une peur viscérale que la machine s’emballe comme le lait sur le feu et qu’ils en perdent le contrôle; comme aux USA, ils sont préoccupés par la mise en place d’un bouton d’arrêt immédiat.

        Les politiques savent que la population leur voue un haine farouche (Cf interview Thinkerview de Jean Lassale)

        Pour terminer, je voudrais livrer à votre réflexion cette remarque personnelle :

        Je me suis longtemps interrogé sur le pourquoi de tous ces ronds points qui fleurissaient un peu partout; jusqu’au jour où je me suis dit qu’il suffirait d’installer sur ces ronds points un fusil mitrailleur en batterie pour neutraliser tous les axes qui y convergent.

        1. Hmmh. Plus simplement, l’architecte d’état touche des ronds sur la réalisation du rond-point (et n’en touche pas si on place des feux).

          1. deres

            A la base, les ronds-points diminuent la mortalité. Mais pas le nombre d’accident. Par contre, ils sont moins violents car à plus basse vitesse et avec des angles moins importants (par rapport au croisements en X). De plus, les ivrognes ont tendance à faire des tout-droit, donc à planter leur voiture au milieu du rond point sans blesser personne au lieu d’aller griller un feu ou faire une collision frontale plus loin. La vraie gabegie, c’est de faire des ronds-points pharaoniques avec moult décorations inutiles au milieu.

    1. deres

      Ce que j’adore c’est la différence entre les annonces de Cazeneuve de 11 attentats empêchés et la réalité des chiffres des perquisitions menant à une unique accusation de terrorisme … Tout cela n’est donc que du vent. En effet, les cellules terroristes dormantes ne commettent des crimes que pour effectuer leurs attentats. Donc avant cela, tout ce que l’on peut leur reprocher sont leurs mauvaises relations.

  6. ophilosmouPhilos

    Bien vu H … mais il faudra quand même un jour expliquer aux français qu’il faut arrêter de croire au père Noël soviétique avec sa hotte toute pleine de l’argent gratuit des autres … pardon de l’Etat !

    1. theo31

      Ce besoin compulsif de s’inventer des ennemis imaginaires pour justifier la guerre civile permanente, pilier de tous les socialismes : Juifs pour les nazis, Polonais puis Juifs pour les staliniens, libéraux apatrides (et donc un peu juifs) pour les cas soces franchouilles.

        1. Peste et coryza

          Sauf par le moustachu.
          (voyez les CV de Lénine, Trosky, etc… très peu de russes).
          A tel point que la rumeur dit que Staline (géorgien) a fait ses purges pour « russifier » le communisme.

        2. Yrr

          Vous êtes trompés, et Wikipédia est une source totalement politisée. Je vous invite, moi, si vous souhaitez être correctement informé, à ne plus jamais lire d’article Wiki dès que le sujet se rapproche tant soit peu de la politique.
          Depuis la révolution de 1917 (100% de juifs au premier soviet suprême), sous Staline (antisémitisme considéré comme un crime grave et férocement réprimé) et jusqu’à l’effondrement du soviétisme, (99% de juifs devenu « oligarches » en pillant les entreprise d’état dont ils étaient gestionnaires), il est impossible de dire les juifs victimes de quoi que ce soit en URSS.
          Étant donné qu’au départ tous les décisionnaires étaient juifs, évidemment en cas de purge…

          1. Bonsaï

            J’abonde dans votre sens. Un « vieux de la vieille » (garde) comme le Major devrait pourtant savoir à quoi s’en tenir en matière d’objectivité quant à Wikipedia, lequel comme chacun sait est ouvert à tous les rédacteurs volontaires, sans aucun examen préalable de leur dossier !

            1. wikipedia.fr est un repaire de gauchistes. wikipedia dans les autres langues, nettement moins. Subitement, il devient difficile d’oublier certains détails de l’Histoire.

              1. zelectron

                J’abonde !
                Les « petites mains » socialistes surtout en « grance » à l’œuvre dans les encyclopédies en particulier Wikipédia font et refont le monde selon les instructions de leurs chefs de cellules ou de section, départementale, régionale, nationale.
                A titre d’exemple, Je me suis penché sur la page des « radios libres », rien à propos du ministre de la propagande Georges Fillioud copie conforme du fameux Goebbels avec l’élimination (par TOUS les moyens) de toutes les radios de droite et du centre.
                Une fois ce sinistre « travail » accompli, Mitterrand dans sa grande magnanimité déclara qu’il instituait la liberté sur les ondes !
                J’ai essayé , en vain, de corriger le texte à 2 reprises, mais ces rats sont trop nombreux !

                1. Higgins

                  Je ne suis pas naïf mais l’antisémitisme d’État était une réalité en URSS. Il existe une littérature variée et abondante sur ce thème que ce soit des romans, « Vie et destin » en est un, ou des études historiques comme « La cour du tsar rouge » de Simon Sebag Montefiore disponible chez Tempus (prix du livre d’histoire 2004 du British Book Award). Dans cet ouvrage, on trouve par exemple qu’en décembre 1949, Kroutchev dans la Pravda souligne « l’intransigeance absolue de Staline envers les cosmopolites sans racine » (comprendre les juifs) ou qu’en décembre 1951, Staline rentre à Moscou bien décidé à initier une Grande Terreur clairement antisémite. Le célèbre « complot des blouses blanches » illustre parfaitement cet antisémitisme. Au moins sous Staline, une proximité très proche avec le pouvoir ne garantissait aucunement la sécurité même si on était de confession juive et qu’on était un bolchevik de la première heure.

    2. Duff

      Vanryb est très juste mais il n’assume pas l’étiquette de libéral alors qu pour un non libéral qu’il serait, il a tout de même confessé d’avoir lu et fait la promotion à l’antenne du « pulp libéralisme » de Daniel Tourre. C’est tout de même pas très courageux alors que tous les vendredi ou il passe chez Doze il est toujours très bon et pertinent.

      1. Higgins

        C’est lui (avec un autre invité) qui a eu la réaction salutaire quand Nicolas Doze a parlé de l’amendement contre le lien hypertexte (c’était entre lundi et mercredi): « Mais elles n’ont rien d’autre à foutre! » ou quelque chose d’approchant à propos des deux phares de la pensée auteurs de cet amendement crétinesque.

  7. kekoresin

    Ponctions sur les entreprise. Meuh non! Avec les aides bricolgouv, vous aurez un allègement de l’enclume de 2000 roros par année d’esclavage dans ce pays de merde. 2000 roros ponctionnés sur…les entreprises! Assez pour qu’un expert BFMWC proclame, crave bien droite, que « ça payera les charges d’un smic sur un an »!!!

    J’en viens à J’en viens à souhaiter des émeutes et la grille de l’Élysée décorée avec les têtes de nœuds qui caracolent en vue de l’iceberg. Pas de panique, le glaçon va fondre d’ici à se qu’on percute, non?

  8. olivier r

    Je ne mettrai pas cet excellent article en lien sur mon Facebook tellement j ai peur de voir certains de mes contacts ne pas saisir l ironie et le second degré de certain passages!

  9. Nicobos

    Et si le milliard à la Tunisie ne visait tout simplement pas à permettre à notre cher chef d’état, de récupérer par retrocommissions ou trafic d’influence divers, une rémunération complémentaire, pour qu’il puisse enfin obtenir une rémunération à la hauteur de ses compétences prodigieuses ? Il suffit simplement de quelques comptes offshore.

  10. Calvin

    L’argument moisi de Valls visant à culpabiliser ceux qui refusent la prolongation de l’état d’urgence, peut se retourner contre lui si un attentat survient en plein état d’urgence : à quoi cela servait de le prolonger….

    1. petit-chat

      Mheu non innocent Calvin : si (quand) un attentat commandité se produira, c’est justement parce qu’on n’aura pas assez prolongé l’Etat d’urgence

      1. chat de nuit

        Ou bien que les mesures prises durant l’état d’urgence ne sont pas assez fortes. Donc, on renforcera les mesures sécuritaires au mépris de nos libertés. Il faut bien ça pour empêcher d’autres attentats….

  11. Duff

    Billet simple et clair aujourd’hui. Il y a un point qui n’est pas décrypté : A quoi sert Macron si ce n’est que de casser l’image de réformateur volontaire que Valls essayait de se construire? Hollande lui a flanqué Macron dans les pattes pour que le seul minustre à la côte de popularité à peu près potable ne fasse pas d’ombre au leader minimo de l’Elysée?

    Macron est une énigme, apparatchik n’ayant pas démissionné de la haute administration chez Bourdin cette semaine il était impeccable. Il semble réellement qu’il soit un fan de Schumpeter. Ce qui est encourageant dans cet océan de débilités socialistes c’est que les polémiques lancées suite aux propos de Macron ringardisent complètement la classe politique et que les français sont de plus en plus favorables à abandonner l’esprit « lignes Maginot » qui étouffe l’économie et les individus au nom d’une chimérique protection.

    Je ne suis pas naïf sur Macron, mais il faut avouer qu’à défaut de vraies réformes, il a un impact très positif dans le débat.

    1. Higgins

      En étant mauvaise langue, je dirai qu’il ne lui est pas trop difficile de trancher sur la médiocrité ambiante et sur celle de son entourage politique. Sur Atlantico, il est mentionné qu’il a fait un tabac à Davos alors que son maître Manolito, lui, a fait un four.
      Malin, il semble qu’il ne soit plus au PS.

      1. Duff

        Libéral dans les propos mais possiblement corruptible, l’histoire nous le dira, Emmanuel Macron est un cheval de Troie parfait pour les capitalistes de connivence qui se réunissent avec gaïté à Davos… ça ne m’étonne en rien, d’ailleurs si je me classe plutôt à droite c’est parce que naïvement peut être j’ai la faiblesse de penser que ceux qui assument leur patriotisme sont plus capables de mener une politique allant dans l’intérêt général que la satisfaction d’intérêts particuliers notamment de grands groupes étrangers ou français pratiquant la corruption légale nommée lobbying. De ce point de vue, les mandats de Sarkozy et d’Hollande ont fait sauté tous les tabous..

                  1. Pheldge

                    Par ailleurs, Macron n’est rien d’autre qu’un ersatz, un libéral « Canada Dry » ! il sert d’appât pour l’électorat de droite, au même titre que Taubira apaise et rassure celui de la gauche dure et pure !

    2. deres

      Macron est le nuage de fumée libéral dans la stratégie d’enfumage tout azimut de Flamby. Il ne faut y voir rien d’autre. Notre président est un spécialiste de la synthèse et du consensus mou. Il lui faut donc avoir un courant libéral à ses côtés pour le mettre en avant devant toute demande de plus de libéralisme. Il pourra donc dire qu’il atout essayé, y compris le libéralisme. C’est juste une flèche de plus dans son carquois. Y voir des grandes stratégies pour le pays, c’est tomber dans le panneau.

  12. Aristarkke

    Les contrôles aux frontières de la Grance se poursuivent-ils??? Je parle de ceux mis en place avec force pub pour la COP21, enfin officiellement parce que les vidéos montrant le passage des frontières grançaises sans croiser le moindre gabelou foisonnent tellement!!!

  13. LM

    En général quand je sors à un type que 8 des 10 propositions du Parti Communiste de 1981 sont en application aujourd’hui, ca les calme !

  14. LM

    Mes beaux parents, qui ont vécu le communisme dans le bloc de l’est, sont choqués de voir que dans de nombreux domaines, ils étaient plus libres à leur époque qu’aujourd’hui en Grance. C’est notamment le cas pour le logement.

  15. Aristarkke

    Monseigneur, ci-après le propos d’un grand libéral sûrement avancé par rapport à ses troupes actuelles :
    L’homme de droite honnête parle de la liberté comme d’un axiome de droit public, et non comme d’une réalité vivante et quotidienne. Il fait un beau discours, rentre chez lui et dort en paix. On devine qu’il sera très surpris le jour où la liberté, passant sous sa fenêtre, chantera le « Ça ira ».

  16. Aristarkke

    Limiter notre critique au seul aspect économique du système en cours réduirait par trop notre capacité de convaincre. Au socialisme, il faut une morale. Un projet de société qui se passerait d’un projet de civilisation buterait vite sur l’impossible. L’amour et la beauté, la liberté et le savoir sont toujours à réinventer.
    Du même que ci-dessus. N’est-ce-pas alléchant comme programme ??? Vendeur, n’est-il pas ???
    Dommage qu’on ne soit toujours trahi que par les siens…

    1. Pheldge

      C’est encore du François 1 er ? tu possèdes donc ses œuvres complètes , les relis-tu religieusement pour y trouver l’inspiration ? l’Évangile selon St François 😉

  17. Aristarkke

    C’est bien simple : où qu’on regarde dans ce pays, on ne trouve que libéralisme qui verdoie et capitalisme qui poudroie.
    Patron, vous auriez dû ajouter « ainsi que les consciences qu’on broie ».

    Le devoir d’éduquer, de former les esprits aux obligations et aux choix que suppose toute rupture de société ne peut être confondu, sans dommage majeur, avec cette épouvantable machinerie mise en place un peu partout pour broyer les consciences, en brisant, au besoin, les corps.

    (àl tse ne no hneP monhP À).

    1. Pheldge

      Ari,  » les consciences qu’on broie … » tu m’excuseras, mais ça ne colle pas avec la métrique. Essaye  » les consciences qu’on foudroie … »
      Tu ne me colleras jamais sur une rythmique 😉

      1. Aristarkke

        Je n’essayais absolument pas de rimailler.
        Je reprenais un texte de l’Arsouille à propos des consciences broyées qui me paraissait aller dans le prolongement du texte du Boss mais que je situais beaucoup plus près de nous, pour tout dire vers Bérégovoy suicidé, alors qu’il remonte à 76 après la chute du Cambodge.

  18. Aristarkke

    Et puis, il faut reconquérir les libéraux. Selon une excellente définition de Guy Mollet, et il me permettra de lui emprunter […], les libéraux [sont ceux], qui, évidemment acceptent comme nous l’héritage démocratique dans le domaine politique, mais qui refusent nos méthodes et nos structures sur le plan de l’économie.
    Heureusement que nous les refusons.
    Nous avons assez d’exemples en terme de travaux pratiques…

Laisser un commentaire