Une étonnante résilience

Beaucoup, moi y compris, ont été étonné par le krach de 2008. Non pas parce qu’il s’est produit, la plupart des observateurs lucides de la situation économique d’alors n’avaient guère de doute sur l’occurrence d’un tel événement, mais bien sur ses suites que nous avons été nombreux à pronostiquer d’ampleur biblique. En effet, tout indiquait que ce krach provoquerait un effondrement majeur du système financier et, à sa suite, politique. Ce ne fut pas le cas.

Oh, bien sûr, la bourse a dévissé comme rarement. En l’espace de quelques semaines, les cours perdent alors plus de 40% de leur valeur, et des douzaines d’établissements financiers (surtout bancaires) se déclarent soit en faillite, soit dans des difficultés telles que les États sont obligés d’intervenir, de manière plus ou moins concertée, pour les recapitaliser.

Et justement : au lieu d’un effondrement complet, on assiste surtout à des vagues de mouvements violents, de soubresauts et de décisions prises fiévreusement par différentes autorités. Les banques centrales abaissent leurs taux et se démènent comme jamais pour éviter une interruption complète et fatidique du marché interbancaire. Au bout de quelques mois, dans le courant de 2009, les cours se stabilisent. De façon assez incroyable, la catastrophe immédiate est effectivement évitée. Mais à quel prix ?

Du côté des contribuables, des consommateurs et des clients des banques, les dommages ont été circonscrits. Les années suivantes permettront de mesurer, petit-à-petit, l’ampleur des mesures qui furent prises à ce moment et dont nous ne mesurons pas encore toutes les conséquences encore aujourd’hui, huit ans plus tard. Pour tout le monde, le constat évident que le système a « survécu » est répété par les médias qui n’ont guère fait d’effort de pédagogie ni d’enquête sur le sujet, se contentant des habituels poncifs anti-libéraux, oubliant avec une facilité déconcertante qu’une société où les États interviennent justement si massivement dans l’économie est tout sauf libérale. Mais tout a tenu bon, et pour la masse, c’est l’essentiel.

Bien évidemment, cela aura coûté une masse considérable d’argent public. Les banques, finaudes, ont bien vite remboursé les avances qui leur furent faites (permettant au passage aux États d’engranger parfois de solides plus-values).

Mais la succession de bidouillages massifs sur les marchés monétaires (Quantitative Easing en tête) aura rapidement transformé des marchés jusqu’à présent agités en marchés illisibles. La formation des prix, information capitale pour l’échange éclairé et profitable de biens et de services, est maintenant à tel point distordue par les interventions étatiques que plus aucun marché ne semble sain.

the fed demotivator

Dans le même temps, la récession, issue logique d’une ré-allocation massive de capitaux à la suite d’un krach et de mauvaises allocations précédentes (immobilier inutile, typiquement), a été combattue avec toute la vigueur possible par des gouvernements trop heureux de trouver dans le keynésianisme des prétextes pour dépenser toujours plus. À l’austérité exclusivement composée d’une augmentation des impôts, il aura été ajouté moult dépenses faites avec appétit par une caste politicienne trop heureuse de pouvoir distribuer sans compter. Les dettes des États ont explosé.

De ce point de vue, oui, l’ensemble du système a montré une résilience remarquable depuis 2008, et peu sont ceux qui avaient pu prévoir qu’il tiendrait aussi bien, aussi longtemps.

Malheureusement, ces bidouillages et ces politiques à l’encontre du bon sens n’ont fait que retarder le nécessaire ajustement aux réalités de terrain. On a accumulé les expédients pour compenser les empilages d’erreurs : au risque de bank-runs, à la fuite des capitaux et au travail au noir, les États répondent par la guerre contre le cash, les taux négatifs, de discrets bails-in d’établissements boiteux, et le détournement d’attention (via le terrorisme notamment).

Moyennant quoi, tout continue à peu près comme avant. En première analyse, ce n’est même plus de résilience dont le système fait preuve, c’est quasiment de l’étanchéité au réel.

Pourtant, la situation courante est bel et bien désastreuse.

En France, on additionne (de moins en moins calmement, admettons-le) les grosses entreprises dans lesquelles l’État s’agite et accumule les dettes. Air France, EDF, Areva, la SNCF, chaque jour la liste s’allonge et les montants grossissent.

À ces entreprises étatisées fort mal gérées, on doit encore ajouter les collectivités locales, nombreuses, empêtrées dans des finances déficitaires, souvent à cause d’emprunts complexes souscrits par des responsables politiques ou bien incompétents, ou bien d’un cynisme sans borne. Au final, les dettes d’exploitations de nos administrations publiques dépassent allègrement les 700 milliards d’euros et continuent, là encore, de grossir.

Si l’on ajoute la situation dramatique des nombreuses caisses d’assurances publiques, que ce soit de retraite (CIPAV, AGIRC ou ARRCO) ou de santé (RSI en tête), l’explosion des chiffres du chômage, et la fuite des capitaux hors du pays, il est réellement difficile de trouver là matière à se réjouir.

Dans le reste du monde, là encore il est tout aussi difficile de faire preuve d’optimisme. L’économie des « émergents » est en berne, depuis la Russie jusqu’au Brésil (aussi dans une très mauvaise passe politique), en passant par l’Inde ou la Chine qui marque franchement le pas, à tel point, d’ailleurs, que les prix du fret maritime se sont effondrés, et qu’on trouve maintenant des tankers à 1$ pièce (ou quasiment)…

Difficile aussi d’oublier les tensions montantes entre l’Arabie Saoudite et les États-Unis. Ou de passer sous silence les tensions entre la Russie et les États-Unis. Ou de négliger les tensions entre la Chine et les États-Unis. La guerre étant généralement le prolongement politique des crises économiques et politiques, on est d’ailleurs en droit de s’inquiéter de la bonne santé américaine. Du reste, les pronostics en termes de candidats à la prochaine présidence laissent songeur…

En Europe, le Brexit ou n’importe quelle réplique équivalente d’un autre État membre de l’Union peut très bien déboucher sur une panique boursière ou sur n’importe quelle suite d’événements tragiques.

Pendant ce temps, les observateurs sérieux auront noté que les prix de l’or, de l’argent et même du Bitcoin sont en hausse, ce qui pourrait constituer un signe assez clair que les investisseurs un peu avisés commencent à redouter quelques soucis sur les monnaies fiat. Du reste, les manœuvres récentes de la Chine sur le métal précieux et les aveux de manipulations des cours de l’or au fixing de Londres ont sans doute nettement aidé, mais, plus généralement, en observant les banques centrales s’agiter pour créer de l’inflation sans y parvenir, tout le monde aura compris qu’à force d’essayer, elles risquent bien d’en avoir un bon coup, mais bien trop et sans plus pouvoir la contrôler ensuite…

Alors oui, effectivement, le système financier mondial a, sans discuter, montré une résilience assez extraordinaire jusqu’à présent. Mais ceci peut-il tenir ? Ceci peut-il tenir longtemps ? Ceci peut-il tenir suffisamment longtemps pour un retour à une situation stable avec croissance, capitaux bien investis, taux d’intérêts positifs, inflation très maîtrisée et dettes apurées ?

Au vu du tableau brossé précédemment, on est en droit de douter.

this will not end well

Commentaires211

  1. Aristarkke

    La formation des prix, information capitale pour l’échange éclairé et profitable de biens et de services, est maintenant à tel point distordue par les interventions étatiques que plus aucun marché ne semble sain.
    C’es exact. Les Banques Centrales en manipulant sans cesse les taux de base au lieu de constater leurs niveaux empêchent la formation de prix vrais. En outre, l’argent facile crée des bulles à tout va puisque n’importe quel projet n’a plus besoin d’une rentabilité minimale pour absorber le cout de financement.
    C’est notamment ce que répète à longueur de son blog, dont cette semaine, Charles Gave mais aussi bien d’autres.

      1. albundy17

        Certains pensent qu’il radote.

        Un ami de bientôt trente ans me demandait pourquoi je ne renouais pas avec mes anciennes activités boursières, et lui ai mis Gave en lecture.

        Plus rien de cohérent, on observe le sourcil de jellen ou junker

        1. sam player

          Il ne faut pas rechercher de cohérence au jour le jour en bourse.
          J’avais conseillé en 2009 à ma famille et amis Free, Gameloft et Etam entre autres pour ce qui est français (PEA)
          Aujourd’hui je trouve que Technip est intéressant. Même si le pétrole n’est pas porteur en ce moment cette ingénierie est d’un super bon niveau avec pas mal d’expertise dans tous les domaines industriels (chimie, sidérurgie, spatial…). A ce prix là (51€) c’est cadeau..

          1. albundy17

            évidement, pas au jour le jour, mais une analyse macro et mico économique ne donnent maintenant plus aucune visibilité sur le moyen terme, tout est faussé.

            Sur le long terme, y a pas photo, energie, eaux, putes, drogue et casino seront toujours gagnant

            1. sam player

              Bah sauf que Energie tous les opérateurs mondiaux sont dans le rouge depuis 2008. Capitalisations divisées par 3 ou 4.
              Je ne parle pas de micro ou de macro, juste d’entreprises unitaires qui ont un bon fonds de commerce et une bonne gestion.
              Pas de secteurs, de l’individuel.

        2. Aristarkke

          Effectivement, il tient ce type de discours depuis trois ou quatre ans. Mais comme les conditions qui le lui font tenir ainsi, ne changent pas sinon qu’en renforçant un peu plus lesdites conditions, il est vain d’ espérer le voir changer de refrain…

    1. Peste et coryza

      Cela, c’est un proverbe inventé par un vieux de la Volkssturm, lorsque ils sont été capturés avec des gamins de 15 ans servant dans je ne sais quelle autre formation paramilitaire de l’Allemagne en fin de course.

  2. Aristarkke

    À l’austérité exclusivement composée d’une augmentation des impôts, il aura été ajouté moult dépenses faites avec appétit par une caste politicienne trop heureuse de pouvoir distribuer sans compter. Les dettes des États ont explosé.
    La Grance est un bon applicateur depuis 40 ans (et non pas depuis seulement 2008) de cette méthode de dépenses de fonctionnement plutôt stériles financées par une masse d’impôts et d’emprunts qui finissent par étouffer tout le pays.

    1. Flaghenheimer

      Si vous pouviez arrêter d’écrire « Grance » à la place de France ce serait bien urbain.
      Au bout de la 56ème fois c’est un peu pesant.

      1. Aristarkke

        Je ne reconnais actuellement mon pays que comme une grosse Grèce avec toutes les tares du socialisme qui le boursoufflent tant et bien trop. 😕

  3. tabbehim

    que vous êtes pessimiste 😀
    L’état a encore une marge de manoeuvre dans son monde imaginaire ^^
    pensez y, il y’a plein de gens qui sont encore taxable et imposable !
    tant qu’il y’a des vacanciers, il y’a de quoi se financer !
    et ils ne pourront rien dire, vue que la majorité des « votants » sont des fonctionnaires et autre biberonné à l’argent publique 🙂

    la faillite se fera, c’est certains, mais lentement, doucement, tranquillement, mollement et dans le parfait respect du vivrensemble, des bonsentiment et du Kampdubien 😉

    dommage que l’effondrement de 2008 n’est pas eu lieu, mais bon, on est gouverné par des gens qui vont maintenir le système plus loin et plus longtemps que ce que nous pourrions imaginer, vu que leur imagination à eux est égale à leur bêtise ^^

      1. tabbehim

        Oui merci, moi, je connais
        mais nos étatistes eux, ça reste à voir

        Un problème? cure de taxe, impôt, prélèvement, contribution avec un bouquet de loi en prime
        vous n’avez pas encore de problème? pas grave, c’est juste que vous en êtes pas conscient, on va le trouver et le traiter pour vous !

    1. Pheldge

      Bande de défaitistes ! on en est à seulement 57 % du PIB pour les dépenses de l’état, ça veut dire qu’il reste encore 43 % à l’aise … alors, hein ? 😉

      1. tabbehim

        quand l’état sera tout, et que tout sera état, quand il faudra expliquer les problèmes d’argent, je vois déjà des « c’est la faute aux autres pays jaloux de notre modèle super génial que tout les peuples nous envies le matin en se levant ! »
        bah, on est dans un pays gouverné par des mort vivants datant du soviétisme donc bon ^^
        bon courage à vous camarade 😉

        1. René-Pierre Samary

          Vu la dépendance du secteur privé, et jusqu’à la dépendance des individus vis-à-vis de l’état (il n’y a pas un (petit) coin où il ne fourre pas son nez, influençant toutes nos décisions, nous sommes dans un système totalement collectivisé, et pas seulement partiellement. La liberté (de décider de sa vie, de bouger à sa guise, etc etc), cela n’existe plus.

      2. Bugbreeder

        Bein non, il y avait du capitalisme en URSS (tres discret mais tres efficace), et quand Elle s’est effondree Elle en etait a 60% pour la part de l’etat dans le PIB, et les 57% officiels actuels sont certainement minores, donc on est en droit de s’affoler.

  4. Gerldam

    Quand on voit les embouteillages monstres dans les vallées alpines lors des vacances scolaires, deux questions viennent immédiatement à l’esprit:
    1. tous ces français vont-ils encore à l’école?
    2. combien de fonctionnaires dans tous ces bouchons?
    En fait, on connait la réponse au 1): avec les 35 heures et les quasi 6 semaines de congés, les français peuvent prendre -presque -toutes les vacances scolaires.
    Quant au 2), il y a beaucoup de cadres et petits cadres qui, ayant rogné sur la bouffe, partent même faire du ski.
    Dans n’importe quel pays, on serait déjà en récession, genre Grèce. Et bien, non, grace aux 3000 milliards d’épargne que l’on peut toujours chypriser, la France emprunte ce qu’elle ne produit plus comme richesse. Et à des taux ridiculement bas.
    Comme le dit notre hôte, tout cela va mal finir.

    1. albundy17

      les stations de ski enregistrent depuis 2 à 3 ans, une baisse de fréquentation de l’ordre de 3 à 4 % annuel.

      Mais c’est sur qu’avec les jt, ça bouchonne de plus en plus, et il fait de plus en plus beau sur les cotes

        1. sam player

          Tu rigoles ? Week end de 3 jours dans une station des Alpes avec un joli domaine skiable, pension complète et remontées incluses pour 150€ par personne… (je ne parlerai que sous la torture)

            1. Peste et coryza

              Pas possible !
              Bon, si, la Plagne et la petite station pas loin du léman ne sont pas très chères.
              Mais 150 euros, sans compter le trajet depuis la campagne bretonne, ça fait cher.

                1. MCA

                  Achtung! à présent le client est condamnable, il faut donc rajouter le prix de l’amende aux 150E ce qui majore sensiblement le coût horaire!

                  1. Pheldge

                    l’amende ? avec la prostitution 2.0 , le délit de racolage disparait, et pour prouver celui de consommation , bon courage ! tout se passe par mail et téléphone. Et ce sont des massages ou de l’escort qui sont vendus ! l’uberisation, c’est bien mieux que le claque !

            1. MadeInCH

              T’inquiète. On commence par la langue.
              Le chemin est plus important que le but.
              Rater l’objectif c’est parfois pas grave, si le voyage a été distrayant.
              Toi aussi « I’ll be supportive. »?

        1. Pheldge

          « il y en a un paquet ici qui peuvent témoigner…. » y’en un surtout, oui !
          Et il compte plus que tous les autres réunis 😉 tu devrais écrire : « il y en a un papet ici qui peut témoigner ! »

          1. Pheldge

            Tu es sûr ? 82 kg de bonne viande bien ferme, que du muscle bien entretenu, peu de gras …
            Et pour ta gouverne, je ne veux pas « bouffer » le papet, juste prévoir son recyclage en une matière noble et négociable !

            1. Pheldge

              je ne te parle pas de la cervelle, bien copieuse, le foie non cirrhotique, les rognons en parfait état, et n’oublions pas les ris …

              1. Aristarkke

                Pas de cirrhose, c’est toi qui le dis. Entre les piles enrhumées et les canettes de panaché, c’est pas vraiment sans alcool, ta bibine ordinaire. Rien ne nous assure que tu ne bistouilles d’ ailleurs pas ton panaché en le dopant par pile discrètement épanchée… En apparence, vertueux à siroter une boisson de dame et de gamin sauf que les gouttes perdues trouent les tables… Déjà vu la combine dans mes pérégrinations… 😕

            2. albundy17

               » juste prévoir son recyclage en une matière noble et négociable ! »

              Le mot m’échappe, comment appele t on quelqu’un qui veut se faire du pognon sur un cadavre ? :mrgreen:

              Sinon, je ne suis pas très viande, surtout celle sans gras (loué sois tu, gras, divination de la cuisine) me contenterai des abat s’ils sont dans les conditions décrites.

              Faut prendre un ticket ?

              1. theo31

                « comment appele t on quelqu’un qui veut se faire du pognon sur un cadavre ? »

                Verrès.

                Il facturait aux familles des condamnés à mort de son expédition foireuse (à cause de lui bien sûr) contre les pirates le bon déroulement de leur décapitation.

            3. Pheldge

              Papet, sois assuré que si je veux me piquer la ruche et boire du raide à longueur de journée, je ne me cacherai nullement !
              Mais une demi canette suffit à m’endormir, désormais, alors pourquoi irai-je me compliquer la vie à me ruiner et le porte-monnaie , et accessoirement le foie , hein ?
              Vieux jaloux, va ! 🙂

              1. Pheldge

                @ Aristarkke 22 h 38 Euh Aristarque le vieillard sénile et décati, je précise, pour qu’il n’y ait pas de confusion …

  5. panchovilla

    la France est BEL ET BIEN, pas « belle et bien » (le féminin de « bel et bien  » c’est « belle et bonne »).

    1. petit-chat

      😆 miam, belle et bonne !
      Quant au reste, c’est une locution adverbiale (= invariable)
      Merci de ce rappel, y’en UN qui lit soigneusement…!

            1. Aristarkke

              Quelle sollicitude! Votre bon coeur en déborde (de trop) quoiqu’ abondance de biens ne nuit pas, à ce qu’il paraît (maxime du percepteur)…

          1. Pheldge

            Faut dire que le Patron ( que de louanges chantées en Son nom) est un peu rapiat quand même ! un éditeur de post ça rend service, quand emporté par l’inspiration on valide et envoie le commentaire sans relire …
            Au passage , facebook est déjà une catastrophe orthographique, malgré la présence du correcteur auto et de l’édition de messages. Je n’ose l’imaginer sans ces deux options …

  6. Bonsaï

    A la prochaine crise de grande ampleur, il sera intéressant d’observer si le filet de sécurité de l’UE présente un effet positif ou tire plutôt ses membres vers le bas.
    La Grande-Bretagne a choisi de ne pas attendre que la réalité ne lui rentre dans le capot et va donc mettre sa sortie en jeu par le vote démocratique.
    Mais unis par une même monnaie, les membres de l’UE sont maintenant unis par le même destin et par là-même soumis aux décisions prises à Bruxelles et sur lesquelles ils n’ont plus aucun effet de levier…

  7. sam player

    Perso la crise de 2008 ne m’a jamais vraiment affolé et la façon dont cela a été « géré » ressemble plus à ce qui s’applique aux entreprises dans le cas de dépôt de bilan et règlement judiciaire (je n’ai pas dit liquidation judiciaire). Ce qui n’empêche pas que la france a, comme à son habitude, été trop loin en essayant de soutenir la demande intérieure : c’est cela que l’on paie maintenant, pas la crise.
    D’aucuns auraient certainement préféré une liquidation générale, le grand soir etc… mais ce sont en général ceux qui n’ont rien qui sont prêts à de telles extrémités puisqu’ils n’ont rien à perdre.

    Pour faire un parallèle : Imaginez que vous vous soyez mis un crédit de 300KE sur le dos pour acheter votre résidence principale et qu’il vous arrive un impair. Il sera toujours préférable pour tous les acteurs (même le prêteur) de geler votre actif plutôt que de le vendre au premier offrant (à vil prix dans une situation d’offre excédentaire) ce qui n’effacera pas vos dettes et vous empêchera de vous relever définitivement. C’est ce qui s’est passé pour les actifs à problème qui ont été logés dans des structures de défaisance comme à l’époque du Crédit Lyonnais : on attend que ça se tasse pour éviter de plomber le marché et c’est ce qu’ont fait les américains avec leur immobilier.

    Perso si vous faites l’inverse ça ne me gêne pas mais c’est rajouter une instabilité sociale, vecteur d’insécurité, à l’instabilité économique… jeter de ‘huile sur le feu.

    1. albundy17

      Marrant, je n’ai pas les mêmes sons de cloche concernant ce qui a été fait aux US pour les débiteurs en immobilier, un film (plutôt sympa) avait été tourné pour montrer le terrain, confortant un gros paquet de témoignages.

      Le même chemin avait été pris en Espagne mais certaines banque ont fini par comprendre le bon gros sens de ce que tu évoquais, j’ignore si ça a vraiment été appliqué.

      Heureusement, ce pays est lui aussi avec une grosse reprise.

      1. sam player

        Aux USA si tu n’arrives pas à rembourser ton crédit immo tu peux donner les clefs à la banque et leur dire de se débrouiller avec les parents de la gamine : tu ne dois plus rien (y a juste ton credit scoring qui va en prendre un coup)

        1. albundy17

          Je n’ai pas saisi le « se débrouiller avec les parents de la gamine »

          Sinon, j’évoquais plutôt le cas des gens qui se sont retrouvé dans leur bagnole dans les bons cas

  8. albundy17

    HS, mais ça me touche de près, j’ai retrouvé ma maison avec plein de fragments de plâtre au sol et la chienne terrorisée, une première pour cette magnitude dans mon coin depuis que j’y vis.

    Je ne peux m’empêcher de penser a un gars qui pronostique une recrudescence de séismes pour début mai avec éventuellement un 9 sur une zone autrement importante que le Népal ou l’Equateur (sic), ce qui permettrait une sortie honorable aux financiers imprimeurs

    1. sam player

      J’aime bien, ce sont les américains qui ont donné en premier la localisation exacte du séisme, sa magnitude et sa profondeur !
      Toujours aucune info précise du coté français.
      Bon sinon 4.2 c’est pas la mort… on a eu un 6.5 en Bourgogne il y a quelques années c’était marrant…

          1. sam player

            Oui certainement, en fev 2003 et 2004. Une des 2 fois j’étais accoudé au comptoir d’un bar… ah ah
            Allez sur sisfrance.net. Ils les donnent à 6.5 et 5.5 en intensité épicentrale… 6.5 c’est bien le souvenir que j’en avais.

          2. Hang’em high

            Voui, mais le 18 octobre 1356 ? hein ? épicentre à Bâle, mais les gués de la Saône à Tournus sont descendus de 6 mètres… alors, hein, les Suisses !

      1. albundy17

        5.2 relevé pour le moment, et oui c’est loin d’être la mort, ça fait juste trembler les portes et mousser la bière, c’est le coté inhabituel de la magnitude pour mon nouveau plat pays, a vrai dire ça a apparement affolé du monde vu qu’on a des entrepôts sevezo (genre que c’est galère de flicage pour aller bosser dans le port autonome)

    2. MCA

      @albundy17 – 28 avril 2016, 10 h 31 min

      Vous habitez quelle ville?

      Je suis actuellement à St Pierre d’Oléron et pas l’ombre d’une secousse à 8h46 ce matin.

      Par contre j’ai des amis à Nieul les Saintes qui ont crû que la maison allait leur tomber sur la tête.

          1. Aristarkke

            Non, confrère.
            Je parle d’une action située dans le passé, connue et établie.
            En aucun cas, elle n’ a le caractère d’une éventualité parmi d’autres possibilités. C’est donc un temps de l’ indicatif qui doit être utilisé. 😉

  9. Kloupa

    Le propre des dettes, c’est que tôt ou tard, il faudra les rembourser, ou sinon, c’est la faillite et c’est encore pire. Il ne suffit pas pour relancer sainement les économies de pousser à la souscription de crédits, surtout quand in fine les souscripteurs n’auront pas la capacité de rembourser le principal, en dépit de taux artificiellement bas, qui posent eux-mêmes plus de problèmes qu’ils n’en résolvent. Nous sommes dans une situation bel et bien inextricable, sans passer par la case « crise grave ».

  10. Pheldge

    Et comme le monde est un milieu fermé ( c’est pas les martiens qui vont venir nous prêter …) et que tout le monde, c-à dire tous les pays sont endettés, en rapport avec la richesse nationale, qui détient les créances ? je pense ici à l’assurance vie, placement préféré de nos concitoyens. Et cette créance ne va jamais être réclamée d’un coup, donc je pense que le système va perdurer , avec des réajustements réguliers encore quelques bonne décennies …

    1. albundy17

      Quelques décennies ? ze sait pas, ça me parait long. Il y a une caisse de retraite US qui calanche, pas basé sur ponzi français, a priori, mais bon j’ai l’impression que c’est symptomatique du reste. Comme tout le monde doit du pognon a tout le monde un reset comme lagarde en parle, bon ben…

      1. Greg

        Pas trop d’accord, moi je ne dois rien à personne mais il y a une caisse de pension qui gère sans mon avis mon épargne obligatoire de 2ème pilier qui devrait me revenir à ma retraite…
        Avant le reset j’aimerais que l’on me rembourse puisque moi j’ai jamais emprunté !

        1. Bonsaï

          Il faudrait te dépêcher camarade ! Il est question de baisser le niveau de l’AVS, et comme on sait que les caisses de pension sont une grosse fumisterie à la merci de tes employeurs…

                1. Ciderking

                  Oser les appeler « fermières » c’est exagéré… Si elles étaient toutes gaulées comme ça, notre agriculture serait le premier poste (re)productif du pays…

  11. Nomi

    Un homme averti en vaudou, et ne se contente pas de sacrifices de poulets et de danses devant le feu la nuit. Aussi, mes maigres économies « placées » (lol!) sur un PEP vont sortir de la banque par petites fractions, transformées en piécettes d’argent, d’or. Voire de bronze, des fois qu’on y retourne, à l’âge en question!

    1. Bonsaï

      Je ne voudrais pas vous décourager, mais le cas échéant le problème serait de trouver le quidam qui voudra bien vous les échanger… et contre quoi ?
      Des patates et de la barbaque ? Une bouteille de rhum, entre pirates ?

      1. petit-chat

        Durant l’occupation Allemande où tout était rationné, ceux qui mangeaient étaient détenteur de petites pièces d’or (Napoléon ou demi-napoléon), échangées directement chez le producteur. D’où le ressentiment contre les paysans d’ailleurs, à la Libération, pas justifié selon moi.
        Maintenant, notre époque progressiste permet d’échanger directement le petit Louis contre deux autres plus grands…

        1. Bonsaï

          Affreux, ce que vous dîtes là. Sous-entendriez que nous sommes revenus aux temps de l’esclavage, les deux grands Louis étant censés vous ramener de quoi mettre sous la dent ?
          😀

  12. lafayette

    le terme même ‘La crise de 2008’ c’est juste une façon médiatique de mettre le projecteur sur une partie du problème financier, mais comme il s’agit de mondialisation et de surinvestissement dans tous les secteurs à croissances probables, la crise à mis qu’une partie des problèmes en mal d’autres se font tout petits pour ne pas subir le même retour de manivelle, mais le pire c’est que cela va durer encore avec des répliques comme lors des séismes.

  13. Duff

    Avec les taux négatifs, des assureurs et des fonds de pension vont sauter rapidement. La mauvaise nouvelle c’est que ça permettra aux communistes française d’affirmer encore une fois que le capitalisme ne marche…

    1. Nocte

      Ils n’ont pas besoin de ça… ILS savent, EUX.
      Les mecs, tu peux leur démontrer par A+B que la retraite par répartition c’est un schéma de ponzi, ils continueront à dire que non, et que tu n’es rien d’autre qu’un odieux personnage, égoïste car non solidaire avec ceux qui t’ont fait naître et t’ont éduqué.
      Tu peux leur démontrer que les fonds de pensions sont exposés à cause des taux négatifs, pour eux, sans ces taux bas, l’Etat ne pourrait pas survivre et que c’est dégueulasse de profiter des dettes d’Etat pour enrichir de vieux bourgeois.

      Tu peux dire tout ce que tu veux, le seul moyen de les faire taire, c’est soit d’être d’accord avec eux, soit de leur loger une balle dans le crâne.

      1. Duff

        c’est évident mais contrairement à ce que je lis souvent, je ne crois pas que la populace ait tant le cerveau lavé par le socialisme. Notre problème est nettement plus institutionnel. Organisez les mêmes consultations référendaires en France que celles qui se sont tenues en Suisse et les résultats seraient assez similaires. La France n’est plus une démocratie où on vote tous les 5 ans pour un tyran. Les socialistes s’étant emparé de tous les organes de contrôle de cette ploutocratie, on ne voit plus comment s’en sortir et on accuse trop facilement les électeurs d’être des moutons : Ont-ils le choix en vérité? Redonnez-leur le choix, rétablissons la démocratie et je suis certain que de bonnes décisions seront prises et approuvée par la majorité.

        1. Bonsaï

          En Suisse il existe depuis 1848 le droit d’initiative populaire, qui est considéré comme le moteur de la démocratie directe. Pour présenter un tel referendum, il suffit de récolter 100’000 signatures en 18 mois et après vérification et approbation, le projet de loi sera présenté en votation populaire.

          1. sam player

            … et rejeté à 90% 😀
            Le référendum facultatif est lui plutôt pas mal pour empêcher des lois d’être appliquées. Il suffit de 50,000 signatures en 100 jours (70% acceptés)

            1. Bonsaï

              Et si on montait un cabinet de conseil pour conseiller les candidats à l’expatriation qui souhaiteraient bénéficier de l’air vivifiant de la Suisse ?
              Comme tu habites pas loin de de la frontière, tu dois bien connaître les petites routes de campagne pour passer ni vu ni connu…

          2. Zer

            « démocratie directe »

            Peu importe, le pouvoir est illégitime, quel que soit son mode d’attribution.
            La démocratie, directe ou en zig-zag, n’est qu’une des manifestations de la superstition du « pouvoir ». Croire en l’autorité politique, ce n’est pas mieux que l’astrologie.

            1. Duff

              Fabuleux et vous voulez quoi à la place? Parler d’anarchie à propos d’un pays devenu communiste, c’est comme engraisser des vaches avec de la farine animale..

              oups

        2. Nocte

          J’ai bien réussi à faire comprendre à mes parents la logique de libre-échange et de marché et en quoi c’était bénéfique, donc tout est possible.
          Néanmoins, une partie des français refuse que le socialisme s’applique à eux, mais est parfaitement ouverte à l’idée que l’Etat se charge de dépouiller le voisin (« c’est bon quoi ! T’as vu tout ce qu’il a ? 10% en plus pour lui, c’est que dalle ! »)

  14. yoananda

    Excellente analyse.
    Moi aussi j’avais annoncé un « gros pépin » en 2007 et j’ai été étonné de la manière dont « le système » à pu changer ses règles « à la volée » pour perdurer.

    Mais depuis, comme vous, je ne cesse de voir les nuages noirs s’accumuler.
    A chaque fois je me demande si « cette fois ci c’est la bonne », si ça sera « la crise de trop ». A chaque fois le système se contorsionne et continue de plus belle.

    En tout cas les annonces de méga-crach imminent se multiplient partout sur le net, c’est assez impressionnant à voir.

    Depuis 2008, les gouvernements/banques centrales ont achetés du temps. Ni plus, ni moins.
    Que va-t-il se passer une fois le temps écoulé vu la quantité de poussière accumulée sous le tapis ???

    Pour ma part je suis un peu inquiet tout de même.

        1. sam player

          Je passe sur le fait que le phénomène des subprimes a pour origine l’état.

          Pour que tout le monde s’y retrouve il était logique dans cette situation anormale de soutenir les banques, sinon :
          – les banques auraient toutes capotées en cascade et ça aurait impacté les particuliers et les entreprises
          – le marché immo se serait aussi cassé la gueule et ça aurait aussi impacté le citoyen lambda qui n’aurait eu aucun intérêt à rembourser son crédit… D’où cascade etc…

              1. yoananda

                il a donné des milliards aux banques, pas aux banquiers (eux ils ont qq millions).
                sauver les banques pour sauver l’épargne de papy/mamy et la trésorerie des entreprises.

                c’est quand même différent… il n’a rien distribué a mémé Bettencourt non plus.

                1. Pheldge

                  kess t’en sais ? c’est un ami des riches ce salaud, à la potence ! la Flamby , lui par contre …
                  Et pis si t’es pas d’accord, la guillotine t’attend 🙂

                  1. Peste et coryza

                    @Yoananda
                    Certes, mais il n’empêche que tout cela est profondément amoral.
                    Sans parler du fait que rien n’a été résolu : les mêmes jouisseurs irresponsables sont toujours aux manettes.

                    Au moins, du temps de Roosevelt, les pires requins de Wall street ont été suicidés.

            1. sam player

              Bah c’est simple : imagine ta (ou tes) banque fermée définitivement et ton logement qui vaut le 1/10ème de ce que tu l’as payé pour peu que tu puisses trouver un acheteur. SI cette solution ne paraît mieux c’est que tu t’appelles P&C n’as rien.

                1. albundy17

                  Si ça ne tenait qu’a moi je vendrais la maison avant qu’elle ne vaille « plus rien » vu que je suis intimement convaincu de la pertinence du billet du jour, pour le reste j’ai pris mes assurances non pas survivalistes mais bien d’assurance.

                  Les QE n’ont fait que retarder l’échéance, en augmentant la falaise, mais suis confiant, il reste encore des tas de moyens pour encore reculer le merdier.

                  j’aurais préféré que ce soit là maintenant, question d’age

            1. sam player

              Le timing était super bon. Loïc disait en février 2007 :

              « Le scénario le plus probable pour le début de la récession aux USA est un délai de quelques mois à un an, au grand maximum 18 mois (hypothèse moyenne fin 2007).
              Pour la France et l’Europe on peut compter sur un décalage de 2-3 trimestres supplémentaires, donc plutôt à partir de la 2ème moitié 2008, mais les marchés actions suivront eux les USA sans délai ! »

              (lien en cours de modération)

            1. sam player

              MDR Le LEAP ! Ca manquait.
              Ils auraient dû se rebaptiser Philipilus.
              Bulletin d’anticipation de rien du tout. Mais il me semblait que c’était un papier de toi qui était attendu.

              1. sam player

                @ Albundy, google:
                « GEAB N°10 »
                (avec les guillemets)
                … et continue ensuite avec 11, 12 etc pour les n° suivants
                Le n°10 est de décembre 2006, n°11 Janvier 2007 etc…
                Tu as ainsi accès au sommaire du bulletin

                Le n°19 (nov 2007) parle du sujet mais se borne à donner le temps qu’il fait

          1. yoananda

            La confiance règne je vois !!!

            J’en ai parlé à mes proches en 2007.
            Premier post public sur la question avant que je n’ouvre mon blog : http://www.onpeutlefaire.com/forum/topic/8637-panique-%C3%A9conomique/?hl=panique+%E9conomique

            Ensuite, j’ai découvert le pic pétrolier, que j’analyse depuis presque 10 ans, avec une grosse période ou j’étudiais ça tous les jours.

            Ensuite j’ai creusé d’autres aspects de la crise (démographie, contrôle des populations, impact de la technologie, etc…)

            J’ai bloggué pendant quelques années.
            J’ai fermé/supprimé mon blog après la vague des « JeSuisCharlie ».

        2. bibi

          Les subprimes il y en avait a peine pour 2000G$ qui valait en gros le tiers de leurs valeurs donc une purge de 1400G$ était largement supportable mais l’état US n’a pas voulu laissé faire le marché car ça aurait été la faillite de Freddie Mac & Fannie Mae bilan au lieu d’avoir à affronter une crise immobilière US on se retrouve avec une crise mondiale et des états qui bien entendu font des relances keynésiennes couplé à une politique monétaire monétariste.

          La faillite est un élément vital et nécessaire au capitalisme vouloir l’empêcher ce n’est que retarder et faire grossir le problème.

          1. yoananda

            Le problème de Freddie Mac & Fannie Mae c’était surtout que derrière il y avait la Chine, si ma mémoire est bonne. C’était surtout pour ça qu’ils ont du les sauver.

            1. sam player

              Rappelons nous déjà que Stiglitz (Prix Nobel d’éco) avait estimé que la probabilité de défaut de ces agences était presque nulle.

              Nulle besoin d’aller imaginer la Chine. Ces agences avaient 5200 milliards de dollars d’hypothèques, 2 fois et demi le PIB de la france.

    1. christophe

      Il est assez facile de deviner la suite des événements.

      Il faut penser à un escalier…

      -on a déjà franchi les marches : taux d’intérêt, dévaluation masquée, attouchements monétaires, déplacements des dettes privées vers le « public », explosion des dettes totale, comptabilité créatrice, bailout, etc.

      Les prochaines marches de l’escalier ne seront plus d’ordre « financier » ou « économique ».

      Face à de telles dettes, de telles promesses non financées (les retraites), face à de telles surcapacités de production… C’est polemos qui va reprendre le dessus.

      En clair, la guerre.

      Elle prendra différente forme bien entendu, mais on voit déjà la forme privilégiée ici : le « terrorisme » plus les conflits ethniques (en Europe, avec l’immigration).

      C’est à la fois logique et historique.

      Et vous verrez que :
      -le système en sortira…. renforcé

      -la capacité de protestation de madame michu sera réduite à néant (elle sera prêt à perdre son pognon, à accepter les pires saloperies de la part de l’état, pourvu que ce dernier lui assure la « sécurité » durant la « guerre »).
      Madame Michu sera totalement domestiquée.

      -la guerre permettra de purger les surcapacités donc, de purger les prétentions de madame michu pour sa retraite et ses « avantages acquis » etc. voire… de purger madame michu tout court (moyen le plus expéditif au fond pour éteindre les promesses non finançables…)

      1. yoananda

        oui, je pense que guerre ou pas guerre, « le système » a encore qq cartouches en réserves.
        Je l’ai déjà dit ici je crois : revenu universel, couplé à la fin du cash et à un impot non moins universel qui va permettre de verrouiller le système. Du moins son coeur.

        1. honorbrachios

          @ yonanda :
          tout le problème avec cette théorie, c’est qu’il faut préalablement une création de
          richesse, l’impôt ne se prend pas sur du rien, alors certes, la Bce peut imprimer plein de billets, mais leurs valeurs ira vite vers 0…
          Quand au verrouillage complet du système, c’est une vue bureaucratique idéaliste : Pour faire tourner une porte, il faut du gras et du jeux, tu retires le sale et tout le jeux pour que ce soit parfait et propre : …et la porte ne s’ouvre plus.

            1. honorbrachios

              le robot ne change rien au problème – création de valeur -sauf pour les tâches répétitives.
              par exemple, le marteau, par rapport au caillou, n’a pas empêché les gens de travailler mais ils le font mieux et plus rapidement

    2. MadeInCH

      Je vois ça comme un gros dolmen, porté au-dessus de la tête d’un tas de gens. Le dolmen se promène sur une foule dense. Les gens sont immobile et passe le rocher vers le suivant, vers des gens un peu plus en avant. Le machin est gros et long (Comme un école de recrue (vous pensiez à quoi?)) et le poid augmente. Ceux qui sont dessous le font avancer vers les suivants. Personne n’est seul dessous. Un type voit ça s’approcher de lui, que faire? Le passer plus loin.
      Mais le dolmen s’alourdit. Ptet aussi paske il y a les Dirigeants du Dolmen assis dessus. Et les peintres, décorateurs, amuseurs qui se croient sur un char de carnaval, et que totu ce monde se met à construire des échafaudages et des maisons à étages pour loger de plus en plus de gens plus égaux que d’autres sur le rocher.
      Alors, pour aider le dolmen à être porté et à avancer:
      a) L’assiette est élargie, plus longue et plus large, pour que plus de gens puisent le porter.
      b) Des ballons d’hydrogène (pas d’hélium!) un peu poreux y sont accrochés, pour soulager le poids.
      Il arrivera un moment ou dolmen porté par-dessus têtes (par les « autres »(avec minuscule)) sera si gros qu’il effrayera tout le monde.
      La crainte que le caillou arrête d’avancer, écrasant immédiatement ceux qui sont dessous, est de plus en plus grande. Donc le caillou est passé au suivant de plus en plus vite. De plus en plus vite.
      Et ça continue, encore et encore. C’est que le début, d’accord, d’accord.
      Jusqu’à ce que:
      1) Vraiment trop lourd. Un type trébuche… Plus de poids vers son voisin.
      2) Même si ce n’est que momentané, lus d’hydrogène en réserve maintenir les ballons.
      3) Orage avec des éclairs. Les ballons faisant paratonnerre…
      4) Un petit malin, physique ou entité morale, s’esquive.
      5) Les constructions sont trop hautes, et le poids, irrégulièrement réparti, entraîne un poids trop élevé d’un côté. -> 1) &¦¦ 4).
      Le Dolmen, qui aurait pu continuer un moment sans le grain de sable, s’arrête.
      Trop lourd pour que ceux qui se trouvent dessous le tiennent.
      Les suivants n’en veulent plus?
      Les rares qui sont sur les bords tentent s’écartent vite. La sortie du casino en feu est trop petite.
      Les bravent courageux altruiste qui tentent de soutenir malgré tout pour éviter l’écrasement sont, heuu… personne ne verra de différence, sauf si ils auraient pu sauter sur le côté et dans ce cas les familles pleureront. (Ceux au milieu ont probablement leur famille autour d’eux, donc personne ne se souviendra d’eux).
      Sproutch.
      Connaissez-vous l’histoire de « Paf le chien »? Ou des trois escargots se promenant sur un rail de chemin de fer? (1)
      Comme, solidarité/responsabilitécommune/sécurité l’exige, il fallait toujours élargir le Ferrerro pour qu’il soit plus facile à porter (et porter plus de monde sur le Dolmen):
      Quelle sera l’assiette de la population sous le rocher?
      Rassurez-vous. Les dirigeants du Dolmen sont assis sur des sièges bien rembourrés. Pas les peintres et amuseurs.
      (1) 3 escargots se promènent sur un rail de chemin de fer. Un train arrive, dans leur dos.
      Le dernier escargot dit « Hé? Je crois qu’il y a un… » {sproutch}
      Le deuxième dit « Hein? Tu dis qu’il y a un… » {sproutch}
      Le premier de la colonne dit « Aha! Donc il y a un… » {sproutch}

      1. sam player

        Drogue Infos Services 0800 23 13 13
        Faites vous aider.

        Parce qu’il peut être difficile de rencontrer quelqu’un pour se faire aider, parce que certains questionnements ne justifient tout simplement pas de prendre un rendez-vous, avoir recours à l’aide à distance peut être particulièrement approprié.

      2. petit-chat

        Jolie image.
        La dalle mesure/pèse déjà 57% portée par 43%, soit, à la louche, en virant les inactifs, les assistés, les inutiles, les zélitres : 7 millions d’esclaves productifs (et honnis).

    3. Bonsaï

      Finalement, il n’est pas si mal ce Frédéric Lordon.
      Concernant l’oubli bien confortable du krach de 2008 et de ses origines, on a une brillante petite causerie sur les-crises.fr :
      « Il faudrait sans doute commencer par dire des complots eux-mêmes qu’ils requièrent d’éviter deux écueils symétriques, aussi faux l’un que l’autre : 1) en voir partout ; 2) n’en voir nulle part. Quand les cinq grandes firmes de Wall Street en 2004 obtiennent à force de pressions une réunion longtemps tenue secrète à la Securities and Exchange Commission (SEC), le régulateur des marchés de capitaux américains, pour obtenir de lui l’abolition de la « règle Picard » limitant à 12 le coefficient de leviérisation globale des banques d’affaires [1], il faudrait une réticence intellectuelle confinant à l’obturation pure et simple pour ne pas y voir l’action concertée et dissimulée d’un groupe d’intérêts spécialement puissants et organisés – soit un complot, d’ailleurs tout à fait couronné de succès. Comme on sait les firmes de Wall Street finiront leviérisées à 30 ou 40, stratégie financière qui fera leur profits hors du commun pendant la bulle… et nourrira une panique aussi incontrôlable que destructrice au moment du retournement. Des complots, donc, il y en a, en voilà un par exemple, et il est de très belle facture. ».

      1. sam player

        Les explications simples sont trop simples : la faute de l’état US.
        Mais bon il faut trouver que c’est la faute à la finance.

        1. Nomi

          Ah, justement le bidule google du jour c’est les Shadoks. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? Ce n’est qu’en essayant continuellement que l’on finit par réussir…. En d’autres termes, plus ça rate et plus on a de chances que ça marche!

          J’ai toujours pensé que cette naïve émission était visionnaire.

      2. BDC

        S’il pouvait en conclure que l’Etat est fort avec les faibles (le peuple complotiste), et faible avec les forts (les too big to fail), ce serait pas mal aussi.

        1. Duff

          inutile de prendre des pincettes à son propos, il est totalement fou. Rédigez un article à son sujet si vous pensez qu’il le mérite dans le cas contraire, quiconque ayant pris la peine (la douleur en fait) de l’écouter ne s’offusquera pas de lire qu’on le traite de grand malade surtout à la vue de ses états de service et de son background social qui ne le prédisposait pas du tout à une si parfaite médiocrité.

        2. Bonsaï

          Oui, bon vous avez raison sur ce coup-là :
          « Il réinterprète le conatus spinoziste et, ce faisant, se dégage de l’emprise du structuralisme althusserien pour réintroduire la dimension de l’action des individus-sujets au cœur des rapports sociaux et des sociétés. Considérés comme des élans de puissance, les individus spinozistes sont déterminés par des affects extérieurs qui orientent leur comportement. Lordon oppose cette thèse à l’humanisme subjectiviste autodéterminé qui forme le cœur de l’imaginaire néolibéral1 ».
          N’empêche qu’il a un style d’écriture assez fascinant…

          1. sam player

            « N’empêche qu’il a un style d’écriture assez fascinant… »

            Nous avions remarqué que tu étais assez sensible au style plutôt qu’au contenu.

            1. Bonsaï

              Et voilà qui va faire plaisir au Boss : les petits gars de Nuit Debout se font évacuer par centaines ce matin.
              Flûte alors, plus d’auditoire touché par la grâce pour Lordon !

      3. Pheldge

        Le but recherché est de désigner un ennemi réel , et l’Oncle Sam qui incarne le méchant capitalisme voire le libéralisme pour les cocos d’ici, est le choix naturel. En plus on fait un clin d’oeil au passage à « mon ennemie, la finance », ça fédère du prolo au bobo un pareil discours : « nous, contre les méchants », ça prend à tous les coups !

  15. tabbehim

    Oui merci, moi, je connais 🙂
    mais nos étatistes eux, ça reste à voir 😀

    Un problème? cure de taxe, impôt, prélèvement, contribution avec un bouquet de loi en prime 🙂

  16. sam player

    HS mais pas trop :

    Réforme du RSI: le gouvernement enclenche la vitesse supérieure

    « Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, et Christian Eckert, secrétaire d’État chargé du Budget, ont aussitôt réagi en demandant aux directeurs respectifs du RSI et de l’agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss) – qui assure la tutelle des Urssaf – de leur proposer une nouvelle organisation du recouvrement des cotisations sociales. »

    Autant recruter les agents de sécurité des banques à Fleury Mérogis…

    1. Nomi

      Et note surtout que le but de la manoeuvre est explicitement « une nouvelle organisation du recouvrement des cotisations sociales », je répète: du recouvrement des cotisations sociales.

      Autant dire qu’à partir de désormais, comme les huissiers et les mises en demeure ne suffisent plus, le recouvrement sera « organisé » avec le concours de gendarmes armés, chiens, et soutien hélico. Quoi qu’ils « organisent », ça ne sent pas bon et je ne serais pas étonné que le taux de suicide des petits patrons et autres agriculteurs fasse un bond significatif.

    2. Calvin

      « Autant recruter les agents de sécurité des banques à Fleury Mérogis… »
      Pourquoi déroger à la même tactique qui est en usage dans la République pour le choix des élus ??

    3. Aristarkke

      Sam, STP : MST et CE ont réagi à quoi ?
      Pour proposer ce que tu rapportes ensuite…
      Pense à ceux qui ne sont pas connectés en permanence sur des fils info.

    4. petit-chat

      C’est très vivrensemble cette intégration des Dashistes-de-retour dans l’économie publique : moins d’assistés, moins de chômage, moins de Patrons.
      Quant aux agriculteurs-éleveurs, la course à la subvention les as déjà tous tués, outre quelques « vacheries » (sanctions Washingtonniennes contre le Mal, normes en mouvement perpétuel).

      1. Pheldge

        Holà camarade PC, diantre , quel manque d’ambition, allons-y franchement : « la course hallal subvention les ons déjà tousses tuérs » ! (oui, « ons » parce que « les » ) 😀

  17. Aristarkke

    L’ idée de la nouvelle organisation va être probablement de confier aux Urssaf de recouvrer toutes les cotisations sociales avec ventilation des ponctions entre tous les acteurs. Cela évitera la lourdeur d’ avoir une organisation ponctionnaire officiellement à la manoeuvre mais qui sous traite aux Urssaf qui sont donc bridées si l’ organisme officiel est nul.

    1. Nomi

      Tu devrais la vendre au ministère de la culture et de l’art officiel, en tant qu’exemple d’oeuvre représentative du malaise social qui étreint les minorités visibles opprimées. C’est très créatif, très expressif mon coco, ils vont te porter ça au pinacle de l’art conceptuel contemporain.

  18. jeans82

    ça y est, c’est la saison. Manuel un amis qui vous veut du bien, l’Archange Michel et François notre père à tous, vous envoient comme chaque année leur lettre vous appelant à votre dévotions. Si vous avez gagné trop d’argent cette année, c’est que vous êtres de vilains capitalistes, il va falloir faire acte de contrition en faisant don au culte du tout puissant François le mou 1er. Il faut aider notre seigneur a financer les croisades qu’il a engagé contre les infidèles. Grâce à votre denier du culte il peut entretenir cette merveilleuse organisation du diocèse qui fourmille de petites mains toujours prête à vous amener vers le bonheur absolu. Libérez-vous du mal et achetez-vous une place dans notre paradis, donnez à la sainte famille des contributions.
    A votre bon coeur !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.