Oups ! Avec les biocarburants, l’Europe a augmenté les émissions de CO2

S’il y avait un marché des idées idiotes, nul doute que les politiciens y seraient des acteurs de premier plan. Et parmi ces idées idiotes, celle d’utiliser de la nourriture pour faire rouler nos voitures afin de réduire les émissions de CO2 aurait sans doute une place de choix, dans le podium des imbécilités de choix.

Et pourtant, malgré cette place évidente au sommet des idioties, l’usage des bio-carburants (tant les huiles que les alcools) ne cesse de s’étendre.

On sait, depuis la dernière crise et les rapports circonstanciés de la Banque Mondiale et de la FAO, qu’utiliser du maïs, du colza ou du tournesol pour produire des huiles et de l’éthanol qu’on brûlera joyeusement dans nos voitures ensuite, incline furieusement à provoquer des tensions sur les marchés des matières premières agricoles, tensions qui peuvent aller jusqu’à des émeutes.

biofuel domino

Mais quand bien même : ce n’est pas parce qu’une idée est intrinsèquement idiote qu’il faut s’en tenir là.

Même si la production de biocarburants est extrêmement coûteuse et complètement inadaptée au parc automobile mondial, cette idée ne pouvait pas être arrêtée en si bon chemin. D’une part, cela reviendrait à remettre en cause les douzaines de petits robinets à subvention qui déversent de l’argent public gratuit dans les gosiers de ceux qui, justement, mobilisent des terres arables pour ce genre de lubies. On comprend que certains se sont fait des fortunes avec le procédé (en entrée, des terres cultivable et un gros paquet d’argent des autres, en sortie, quelques litrons d’un produit qui partira en fumée) et ils n’entendent absolument pas que la bonne combine s’arrête, quitte pour eux à arroser, à leur tour, quelques élus compréhensifs et quelques organisations non gouvernementales-mais-presque.

D’autre part, arrêter brutalement la production de ces biocarburants reviendrait à admettre que les écologistes et les politiciens à leur suite se sont trompés en les promouvant avec autant d’entrain. Dans un cadre scientifique, cela pourrait encore aller, mais l’écologie ne souffre pas d’amendements dans le dogme, comme toute religion directement révélée à ceux qui en sont les doctes professeurs.

Et puis, même si le bilan économique d’un litron de colza est franchement mauvais — cela coûte beaucoup plus cher qu’un litron d’essence minérale, surtout avec la récente dégringolade du prix du baril — au moins ce produit peut-il fanfaronner dans les dîners mondains d’être éco-compatible puisque renouvelable. Autrement dit, dans la doxa officielle, l’huile de tournesol ou l’éthanol de maïs sont peut-être des produits de luxe réservés à la population occidentale riche au ventre plein, mais au moins ils ne polluent pas notre atmosphère en la lardant de coups de CO2 néfaste.

Soit. Sauf que ça aussi, c’est une légende taillée dans du bois de pipeau : les biocarburants ont un « bilan-carbone » franchement mauvais. Dans une étude récente de l’ONG Transport & Environment au nom particulièrement rigologène de Globiom et commandée par la Commission européenne, tous comptes faits, les biodiesels (qui représentent 70% des biocarburants dans l’Union européenne) provoquent 80% d’émissions de CO2 en plus des diesels fossiles qu’ils remplacent, avec une mention spéciale pour les biodiesels issus d’huile de palme et de soja qui sont trois et deux fois pires respectivement (cf p8 du rapport).

Entre les changements d’utilisation des sols pour les productions de ces huiles et de ces éthanols, le déplacement de ces huiles parfois sur de grandes distances (l’huile de palme n’est pas produite là où elle est consommée, loin s’en faut), le bilan est donc globalement très mauvais.

oh noesOh, zut alors ! Encore un projet écolo, correctement identifié comme idiot dès le départ par tout ceux qui ont deux doigts de bon sens, qui s’avère effectivement ruineux à court et moyen terme et qui loupe finalement l’objectif qu’on lui avait assigné dès le début avec maestria. Si d’autres projets écolos aussi ambitieux n’étaient pas construits sur le même schéma avec les mêmes résultats désastreux, la surprise aurait vraiment été totale.

On pourrait parler de l’énergie éolienne, par exemple, avec ces turbines chargées de terres rares dont l’extraction est extrêmement polluante et dont le bilan carbone est désastreux. On pourrait, mais ce serait méchant.

les éoliennes sabotent le paysage

On pourrait aussi évoquer le bilan carbone des voitures électriques qui sont remplies de lithium (là encore, très polluant) et qui se rechargent en tétant des réseaux électriques dont l’énergie est produite à partir de fossiles dans l’écrasante majorité des pays du monde. Ce serait probablement inutile, tout comme il serait inutile de mentionner les autonomies jusqu’à présent rikiki de ces mêmes véhicules.

Mais plus dans l’actualité, et toujours pour continuer dans les exemples de projets écolos idiots et rigoureusement contre-productifs, on aura surtout envie d’évoquer la récente course de Formules E organisée par l’inénarrable mairie de Paris, jamais en retard pour soutenir des événements écologiquement catastrophiques en croyant faire avancer « la bonne cause ». Comme il fallait promouvoir des voitures électriques, et que les Mia de Ségolène Royal ont eu quelques petits soucis, l’équipe municipale a jugé bon d’installer une piste de course au milieu de la Capitale, histoire de faire vrombir ou disons buzzer les auto-tamponneuses monoplaces devant tout le monde. Dans la bouche de Jean-François Martins, adjoint à la maire de Paris chargé des sports et du tourisme, cela donne même carrément ça :

« Au départ, la Fédération internationale de l’automobile avait pensé au bois de Vincennes. On a dit non. Si on le faisait, il fallait frapper fort, au cœur de la ville. On assume. »

Enfin, « on », « on », c’est vite dit, puisque ce sera surtout le contribuable parisien qui va assumer, et c’est lui qu’on va frapper fort avec la jolie facture de l’événementiel branchouille écopublicitaire. De surcroît, il faut rappeler que cette magnifique illustration de la politique écologique gérée en dépit de tout bon sens aura nécessité l’épandage de plusieurs milliers de litres de bitume sur les pavés parisiens (un bitume bio, éco-conscient et syntonisé avec Gaïa, soyez en convaincus), avec de pesants engins de chantiers (qui ne roulent pas au bio-éthanol ou au bio-diesel, désolé). Bitume qu’il va falloir retirer une fois la manifestation terminée. Là encore, ce n’est pas cher, c’est le bio-État qui paye. À tel point que le projet a franchement irrité le groupe … écolo à la mairie tant le « bilan carbone » de la manifestation a été déplorable.

Autrement dit, en parfait accord avec les habitudes écologiques, on lance des projets dont le résultat est à peu près diamétralement opposé avec les buts officiellement recherchés, et tout le monde se congratule joyeusement en s’enfilant des coupettes de champ’, voire on relance le bastringue dans la foulée en décrétant non pertinente cette réalité qui refuse de se plier aux demandes impérieuses.

Compte-tenu des conclusions de l’étude Gloubi-Globiom, l’Union européenne aurait donc tout intérêt à diminuer nettement les incitations à produire un carburant finalement pas du tout écolo. L’avenir dira ce qu’il en est, mais, rassurez-vous, pendant ce temps, en France, le cap a été choisi et on n’en changera pas avant un moment : c’est décidé, même lorsque tout le monde aura compris l’erreur économique et écologique de ces produits, la France continuera de trouver des débouchés aux biocarburants.

Commentaires188

  1. Le Gnôme

    En essayant continuellement on finit par réussir. Donc : plus ça rate, plus on a de chance que ça marche disaient les Shadoks.

    Nous sommes au royaume des Shadoks.

      1. Calvin

        Sur Google, c’est uniquement aujourd’hui.
        Pour la France, ça dure depuis 1973.
        On devrait mettre un shadock sur notre drapeau et changer notre devise :
        Égalité, Fraternité, Pompage.

    1. Deres

      Cela fait penser à la devise du Flamby. Il ne sert à rien d’avoir des résultats, il faut juste répéter suffisamment de fois que cela va mieux.

      1. yoananda

        C’est ultra-kafkaïen j’en conviens mais :

        * s’ils nous vendent un truc (sauver la nature/le climat),
        * font l’inverse de ce qu’ils disent (taxe carbone qui du coup priverait les arbres de co2)
        * mais obtiennent le résultat inverse de ce qu’ils annoncent (plus de CO2)
        * et qu’au final on obtient le truc vendu au départ (aider les arbres)

        eben alors ou est le problème ??? lol
        au final ce qui compte c’est que les arbres (donc la nature) soient gagnants.
        non ?

          1. yoananda

            j’ai pas oublié,

            1/il faut bien qu’ils mangent un peu de caviar, qu’ils puissent aussi aller d’hotel en hotel baiser les putes locales tout ces socialistes/technocrates !
            2/ ne rien faire, peut-être que le CO2 aurait diminué …

            raciste, fasciste, islamophobe va !!! 😉

            1. sam player

              Raciste ? Oui j’étais en prise hier avec un commentateur de CP qui soutenait qu’on ne pouvait pas être libéral et raciste…
              Ce thème est rarement abordé abruptement dans les écrits des libéraux sauf pour dire que le racisme n’est pas condamnable.
              Mais j’ai trouvé sur CP justment une étude de cas de Hoppe que je ne connaissais pas trop et qui est assez cash sur le sujet. Sa position est même intéressante sur l’immigration et pourrait nous réconcilier avec Kazar.
              Et puis comme c’est un anarcho-capitaliste (Hoppe, pas Kazar) ça devrait plaire au boss (que mille vierge soient enfantés avec sa semence féconde).
              Lien à suivre

              1. Bonsaï

                Je n’ai pas encore lu le débat dont tu parles, mais à priori ton contradicteur à tendance à confondre les sujets. Le libéralisme est un modèle sociétal alors que le racisme est un ensemble de théories formalisées ou non, qui prône la supériorité de certaines races humaines.
                Une société de type libéral peut donc très bien s’avérer de type raciste (l’apartheid en Afrique du Sud ?).

                1. sam player

                  @Bonsaï
                  L’apartheid, même si je ne connais pas trop ce régime, ne me semble pas très libéral dans le sens où c’est une politique de répression n’accordant pas les mêmes droits à tous les individus : l’état s’il existe doit être neutre. Les relations entre les individus dans leurs communautés respectives c’est autre chose.
                  Mais bon, je n’ai pas trop suivi le sujet, j’étais trop jeune.

              2. yoananda

                Les races existent, c’est reconnu par la science académique. (mais pas par tout les scientifiques, pour des raisons politiques)

                Le racisme (indépendamment du fait que les races existent) est une « fonction » de la vie de groupe des humains, et, dans une certaine mesure, existe aussi chez les animaux (mais pas exactement sous la même forme).

                Attention toutefois il ne s’agit pas de la même chose que les « races » de chien qui sont « fabriquées » par sélection par les hommes.

                1. bibi

                  Vu la jeunesse de l’espèce Homo Sapiens (60 000 ans) et que les individus appartenant à l’espèce ont en commun 99.9% de leur génome, établir des races au sens biologiques est assez hasardeux et tout dépendra des critères sont choisis pour définir une race.

                  On sait que selon les populations, il y a prévalence de certains gênes, mais ces quelques gênes différents sont-ils suffisant pour pouvoir établir des races au sein de l’espèce Homo Sapiens?

                    1. bibi

                      Il existe des critères précis en taxonomie (qui ne consiste pas à lister les taxes) pour classer les êtres vivants, qui font qu’il existe plusieurs genres pour les Hominidae et donc les genre Homo, Pan, Pongo, Gorilla.

                      Personnellement je n’ai rien contre le fait de créer des races au sein de l’espèce Homo sapiens mais je voudrai juste savoir sur quels critères génétiques cette classification va se faire.

                  1. yoananda

                    Oui, sachant qu’il y a 99.5% (de mémoire) du génome en commun entre nous et un chimpanzé. 99.9% c’est « suffisant ».

                    De toute manière, moi, je parle des publications à référés (anglo). Les races sont reconnues.

                    1. bibi

                      Le mot race en anglais est employé pour faire référence aux races blanche, noire, jaune, rouge, marron et qui sont des races établies sur des critères phénotypique et non génétique.

                2. René-Pierre Samary

                  Le mot « race » est l’un de ceux, nombreux, qui ne signifient rien, on peut leur faire dire ce qu’on veut. C’est juste un mot instrumentalisable. Remplacez « race » par « variété », et l’on évite les débats idiots. Il y a des variétés (races) dans l’espèce humaine, comme chez les plantes ou les animaux. Dire « les races n’existent pas », arguments « scientifiques » à l’appui, montre que l’on peut être un scientifique et en même temps un con, et un manipulateur.
                  Les races de chiens (ou de plantes) sont fabriquées par sélection artificielle. Les races humaines l’ont été par sélection naturelle.
                  L’inégalité des races humaines devrait être un débat forclos, tant les prémisses de ce débat sont vaseux. Inégalité devant quoi ? La résistance à la maladie du sommeil ? La performance intellectuelle ? Les « qualités humaines », classiquement baptisées « vertus » ?

                  1. albundy17

                    Une étude de QI sur les serial killers aux US (majoritairement blancs, mais pas que) les montraient avec des scores plutôt élevés pour une certaine « variété » tandis que franchement à la ramasse pour l’autre « variété »

                    Bon, maintenant ce ne sont que des test QI

                    1. Pheldge

                      Ô très sublime, faisez-vous une idée par vous même 😉
                      Je rappelle pour les mauvais élèves du Patron (sa douce bénie est une offrande aux vierges du monde ) que je suis un 50/50, mère métro, père créole blanc.
                      Quant au métissage légendaire, il remonte aux origines du peuplement de la colonie en 1665 …

                  2. yoananda

                    Les « races » existent pour les généticiens, dans la littérature académique.

                    Et même les ethnies (ça s’appelle un haplogroupe).

                    Il y a 3 races : africains, européene, asiatique.

                    On peut déterminer la race d’une personne d’après son ADN.
                    Les 3 races ont des caractéristiques bien distinctes.

                    Je parle, je le redis parce que je me demande si vous l’avez lu vu les remarques qu’on me renvoies, de la science académique, des publications à référé.

                    1. Bonsaï

                      Et il est bien normal et même souhaitable que toute démarche cognitive puisse s’accompagner d’une formulation linguistique qui lui est spécifique.
                      Il faut de toute urgence stopper cette entreprise terroriste de type socialisant laquelle, sous couvert d’antiracisme ou de neutralité, permet de bloquer la parole, de détourner le discours et de culpabiliser l’orateur.
                      Une société qui n’ose plus nommer les choses n’est plus en contact avec le réel, car nommer c’est aussi comprendre…

                    2. bibi

                      En taxonomie aujourd’hui il n’y a pas de subdivision en race de l’espèce Homo sapiens.

                      Personnellement ça ne me dérange pas de parler de races blanches, rouges jaunes, noires, marrons mais il faut bien s’entendre que cela est non pertinent sur le plan biologique.

                    3. bibi

                      On en revient au problème de définir les critères génétiques des races chez Homo sapiens.

                      Quelles sont les caractéristiques bien distinctes des races que vous énoncez?

                      Donnez moi un gène ou une combinaison du gènes qui soient présent uniquement dans les races que vous énoncez et dans ce cas il n’y absolument aucun problème.

                      Le problème c’est que la seule chose que vous trouverez c’est une plus grande prévalence de certains gênes chez les individus des populations africaines, asiatiques, européennes, et selon l’échantillon que vous aurez pris pour définir les critères d’appartenances à une race vous aurez des incohérences en les appliquant à d’autre populations.

                      A quelle race appartiennent les aborigènes d’Australie?

                    4. yoananda

                      Personne ne vous empêche de publier un papier pour contredire les généticiens. Vous me ferez signe quand sera validé par un comité de lecture.

                    5. BDC

                      C’est vrai ça Bibi. Et les cousins de mon Pheldge à (peau) dorée alors ? Ils ont des gènes des 3 familles mélangés, Yoananda et ses géniticiens les classent où ?

                    6. yoananda

                      Je ne sais pas, je ne connais pas tous les détails par coeur de chaque ethnie (il me semble qu’ils sont classés chez asiatiques, c’est peut-être une ethnie d’asie ?) et ça ne change pas grand chose.

                      Mais admettons qu’ils soient incassables (ce que je ne crois pas).
                      C’est comme avec les genres : ce n’est pas parce qu’il y a quelques individus qu’on ne sait pas classer que les genres n’existent pas et qu’on ne sait pas les reconnaître.

                      La c’est pareil, même s’il y a des ethnies « intermédiaires », ça n’invalide pas l’existence des races.

                      Il faut voir ça de manière dynamique. Les races n’apparaissent pas d’un coup, mais se différencient au cours du temps. Donc rien n’empêche que certaines populations « intermédiaires » soient en fait des futures races en devenir.

                    7. yoananda

                      J’ai aussi constaté que sur les forums (du moins ce que j’ai vu) anglophone, ils parlent des races « normalement ». Je n’ai pas fait attention si c’était des forums « de droite », ça m’avait plutôt l’air orienté « scientifique » à la lecture, ce n’était pas politisé.

                      J’aurais tendance à croire que le tabou des races est typiquement français… ou européen du moins.

                    8. bibi

                      Je n’ai pas besoin de produire un papier pour contredire les généticiens puisqu’il n’existe pas aujourd’hui en taxonomie des races pour Homo sapiens.

                      Si on avait des critères pertinents pour déterminer des races on aurait résolu beaucoup de problèmes sur les origines de certaines populations comme les aborigènes d’Australie.

                    9. yoananda

                      Je ne suis pas généticiens, et la, j’atteins les limite de mes compétences mais :
                      de ce que je peux observer sur les diagrammes PCA, il y a plus de différences entre les races (qui soit disant n’existent pas – obtenues par sélection naturelle) d’humains qu’entre (certaines) les races (obtenues par sélection artificielle) de chiens.

                      De plus j’ajoute qu’il y a de nombreuses publications qui expliquent comment l’adaptation au milieu expliquent ces différences.

                    10. Bonsaï

                      @ BDC, 10:16
                      Comment ces éléments biographiques que sont la couleur de peau des cousins de votre idole (à peau dorée) sont-ils parvenus à votre connaissance ?
                      (Dès lors que vous exposez ici même vos états d’âme romantiques, nous estimons logiquement avoir droit aux détails inhérents à la bonne compréhension de l’intrigue en cours…).

                    11. Bonsaï

                      @ Bibi, 22:31, 10:44
                      Vous avez une fascination pour les aborigènes d’Australie et vous avez raison. Ils seraient les descendants d’un continent mythique appelés Mu.
                      Sachons admettre que notre science actuelle est pleine de lacunes. Dans les années 60 deux individus très cultivés, Louis Pauwels et Bergier avaient publié « Le Matin des Magiciens » qui était un recueil d’hypothèses plus fascinantes les unes que les autres. J’aimerais bien pouvoir remettre la main dessus.

                    12. Bonsaï

                      Et voilà, cher Bibi, votre persévérance concernant les aborigènes d’Australie est récompensée :
                      « …Ce mouvement a été largement exploité par le journaliste suisse Erich von Däniken qui en 1968, développe la théorie des anciens astronautes.
                      Cette même année, Jacques Bergier apparaît sous le crayon d’Hergé dans Vol 714 pour Sydney, album où Tintin se retrouve confronté à des traces d’une civilisation très ancienne apparemment d’origine extra-terrestre. »
                      in Wkipedia re: le Matin des Magiciens
                      Et voilà pourquoi Yoananda s’obstine à ne pas vous répondre. Soit :
                      1. il ne sait pas.
                      2. il est lui-même extraterrestre.

                    13. Pheldge

                      « il est lui-même extraterrestre » ça y est, Bonzaille va pas tarder à nous ressortir son couplet sur Rael et les élohims … 😉

                    14. BDC

                      Bonsaï, Pheldge est Réunionnais, et l’océan indien est le plus métissé que je connaisse, comme je n’ai jamais vu la peau de Pheldge j’ai préféré citer aussi ses cousins à l’aide d’un article indéfini pour rester suffisamment vague.
                      Cf. Wikipédia :
                      « La démographie locale se caractérise par la jeunesse des habitants et leurs origines variées, à la fois européennes, ouest-africaines, est-africaines, malgaches, indiennes, annamites, malaises et chinoises. »

                    15. Bonsaï

                      @ Pheldge, 13:07
                      J’ose espérer que c’est sciemment que, tenant la barre d’une main aussi experte et virile, tu as planté ton commentaire au beau milieu du labyrinthe, là où seule Belle DC saura remonter la pelote, telle une Pénélope éplorée…

                    16. Bonsaï

                      @ BDC 13:16
                      On vous sent saisie d’une certaine perplexité.
                      Ce mutisme est-il de bonne augure ou vous attendiez-vous à une représentation plus conforme à la doxa « touristique » ? Comme vous dites, vous avez jusqu’à juin et même plus pour réfléchir…

                    17. BDC

                      Pheldge, Bonsaï.
                      Je suis sincèrement touchée par votre geste, Pheldge, vous qui ne connaissez pas même mon âge. Vous me voyez mutique car les mots me manquent, j’espère pouvoir trouver les bons pour votre anniversaire, vous le méritez tant !

                  3. theo31

                    « Les races de chiens (ou de plantes) sont fabriquées par sélection artificielle »

                    Mon chien ne lisait pas Nature avant de partir en chasse. Il cherchait juste un vagin accueillant. Il avait plus de succès que DSK.

                    1. Bonsaï

                      @ Pheldge, 12:31
                      Entre la « peau dorée » et les aborigènes d’Australie, il faut bien que quelqu’un se charge de répertorier et classifier les thèmes, tout en y adjoignant quelques précieuses remarques érudites pour l’édification du lecteur curieux !
                      😀

                    2. BDC

                      Naaaannn ! C’est vrai ? C’est bien votre photo à vous ? J’y crois pas … Bon, juin n’est pas loin, j’ai encore le temps d’y réfléchir.

                    3. Pheldge

                      vous en voulez une autre ? l’actuelle date d’une petite heure …
                      Désolé de ruiner vos illusions et surtout vos fantasmes …
                      ce n’est cependant pas une raison pour vous défouler venger sur Herr Schön 😀

                    4. BDC

                      Merci mon bon Pheldge, tout va bien, c’est la 2ème fois que je suis autant bouleversée sur ce blog. Herr Schön m’avait pourtant prévenue que les émotions positives étaient beaucoup plus difficiles à gérer (vous n’avez rien ruiné du tout).

            2. petit-chat

              Tiens, les Rouges (la Race, pas le pinard), subtilement éradiqués des deux Amériques, ne figurent pas dans les races continentales évoquées. Pourtant, en cherchant bien, on doit bien en retrouver quelques exemplaires (encore) vivants ?!

              1. Bonsaï

                Exact. Mais si mes souvenirs sont bons, les travaux ethnographiques les font en général venir d’Asie en traversant le détroit de Behring, puis se répartissant jusqu’au Mexique.
                Mais il y a aussi la question des peuplades océaniennes (type tahitien ou hawaiien), qui ont des caractéristiques physiques et linguistiques spécifiques.

                1. Hang’em high

                  Extra-terrestre ? j’aime bien…

                  Dans un dîner, tu annonces très sérieusement que tu es un extra-terrestre, que tu souhaites en faire l’aveu dans un cercle restreint d’amis.

                  Tu prends alors la main de ta voisine, en affectant d’avoir besoin de soutien (« confiez moi votre main, chère amie, pour m’aider psychologiquement ») et tu déclares que, certes, tu es réellement extra-terrestre, mais que finalement, il y a peu de différences avec les humains : on respire le même air, on mange la même nourriture, on a le même humour…

                  et pendant ce temps, tu agites doucement la main de ta voisine.

                  L’idéal est ensuite d’avoir un complice, qui pose la question, mais on peut s’en passer, en disant soi-même : « en fait, la principale différence, c’est l’emplacement de notre organe reproducteur »…

                  Silence des convives, alors. Et alors tu précises : « oui, en effet, il est placé, chez nous, au centre de la paume »… « et je vous remercie, chère amie, de l’excellent moment que je viens de passer avec vous » !….

                  J’ai, un soir, fait ce sketch avec la participation involontaire d’une dame que je connaissais assez peu, mais du genre très coincé : le regard auquel j’ai eu droit, après coup !…. si j’ose dire…

                    1. Hang’em high

                      Ma critique, cher Roi Créole, est toujours éminemment constructive, et ne tend qu’à apporter – ou tenter d’amener à – quelque sensible bonification au monde dans lequel je vis, volens nolens…

                      Depuis ma parousie, i-e le retour sur ce Blog indispensable à la santé mentale et morale des commentateurs tombés dans son assuétude, je constate ainsi, non sans une intime satisfaction, que vos détestables tendances à l’humour sous toutes ses formes (essentiellement d’ailleurs les calembours et les à-peu-près) en viennent à s’amender.

                      Oh! certes, le progrès est minime et lent, mais comme disait Harry le Taciturne, n’est-ce pas, « il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer »….

                      Comptez donc, Sire (Créole), sur une attentive contribution de ma part à l’amélioration de votre psyché profonde…. et je ne désespère pas de vous trouver acceptable – pour les dames de cette auguste assemblée virtuelle – vers les 85 ou 90 ans.

                      Naturellement, dans cet hiver de votre vie, vous ne serez plus un doux péril pour leur vertu, mais songez aussi que votre pouvoir de séduction, même tombé dans la velléité, n’en sera que plus grand! Je vois déjà BDC courbée sur son fuseau, ou Lady B aux racines nouées, l’une et l’autre ce sourire énigmatique aux lèvres, murmurant « It might have been… » !!!!

                    2. Pheldge

                      « Ma critique … est toujours éminemment constructive » il avoue enfin , c’est un odieux constructiviste ! ensuite, « certes, le progrès est minime » … mais il ne manque pas d’audace de s’attribuer ce qui ne lui revient pas : tu es comme Hollande qui s’auto-congratule ( toujours mieux que de se gratuler le c.n , mais bon ). Enfin « une attentive contribution de ma part à l’amélioration de votre psyché profonde », mon ami, tu t’attaques à forte partie, pour ne pas dire à une partie perdue …

                      Et par délicatesse, en parfait gentleman, je n’insisterai pas sur « Je vois déjà BDC courbée sur ton fuseau » …

                      Continue mon ami, je ne peux que me perfectionne à ton contact 😉

                    3. Hang’em high

                      On y est, Votre Créole Majesté ?…

                      On se prend pour The Deep ? mais Mickey Spillane est mort…

                    4. Pheldge

                      C’est pas encore gagné, j’ai rechuté :voir post en réponse à Bonzaye 1 mai 2016, 10 h 30 min

                    5. Hang’em high

                      J’ai vu, hélas… Proverbes 26:11

                      Remarquez, Spillane, par ailleurs,, c’est assez dans la ligne :

                      « Spillane regarded himself as a super-patriot, and was so regarded by others. John Wayne gave him a Jaguar XK140 for his anti-communism and Ayn Rand (author of Atlas Shrugged) publicly commended his prose style to her disciples. Spillane’s patriotism was, however, always tinged with a pessimistic, quasi-religious sense of doom, and in the early 1960s he predicted a race war in America. »

                    6. BDC

                      Ah ! Le Hussard est de retour, et en forme ! Le fuseau, ça me rappelle un conte de fées où une fille de paysans filait la laine qui devait se transformer en or pour épouser le roi (mon Herr Schön évidemment). Elle y parvint à l’aide d’un sort d’un horrible nain, qui lui réclame son premier-né … Cher Hussard, quelle curieuse façon de mettre en scène mon ange Gabriel …

        1. Bonsaï

          Et ne vous en faites pas pour le moral des moral des arbres, ils ont déjà survécu à bien d’autres avanies…
          « Une équipe russe a réussi à faire renaître des fleurs à partir de graines enterrées par des écureuils il y a environ 32.000 ans dans le sous-sol gelé sibérien. »
          in lefigaro.fr, 22.02.2012

            1. Nomi

              Oui, et on a aussi découvert qu’ils pouvaient déployer une forme de communication, par voie aérienne et aussi souterraine, et aussi que les plantes réagissaient à la menace, du sécateur par exemple.
              Ca sent mauvais pour les végétariens/liens tout ça. Que vont-ils pouvoir manger à la fin? du prâna?? de l’air?

              1. Bonsaï

                C’est prévu, on s’entraîne…
                En attendant pour lutter contre l’ère glaciaire qui nous retombe dessus (eh! oui, on nous ment… on nous bassine avec le grand méchant réchauffement pour éviter les soulèvements populaires) mangeons du chocolat !
                Suisse, et éventuellement belge.

        2. Calvin

          Se méfier des objectifs par une ou plusieurs bandes !!
          Le CO2 profite à tous les végétaux et donc c’est l’agriculture qui en profite pas mal. D’où de meilleurs rendements. Or les écolos sont contre le rendement et sont de plus en plus crypto-eugénistes.
          L’objectif « sauvez la nature » s’entend comme « limitez l’agriculture et le progrès ».

          1. Bonsaï

            Ah! mais voilà qui relance le débat de manière subtile, Calvin vous avez un brillant avenir comme avocat ou vendeur de nuages qui s’ouvre devant vous !
            « crypto-eugéniste », il fallait oser et c’est excellent !

            1. Theo31

              Certains de ces fachos ne cachent plus leur désir d’éliminer 90% de la population mondiale. Africains et Asiatiques seraient en première ligne.

    1. albundy17

      Sinon en fait, l’écologie on s’en tape le coquillard, l’important c’est que le consommateur (z’avez remarqué, on ne parle plus d’habitant, ou de clients), que le consommateur donc, achete des truc ecolo compatible pour relancer la croissance

  2. Calvin

    Soulignons que le terme bio des biocarburants n’a rien de « bio », au sens agriculture biologique. Mais ça fait vendre aux décideurs (ceux qui achètent avec notre argent)…
    Quand je serai grand, je créerai un parti biopolitique, avec des bioélus à la bio impeccable et proposerai des biopromesses.

    1. Peste et coryza

      Pour avoir les biocarburants comme contexte de thèse, oui, c’est de l’arnaque… surtout pour le thésard, que se retrouve fort dépourvu une foi que la bise est venue.
      Pour le labo, ça fait toujours du financement.

      HS : punaise, je ne peux pas me reconvertir…
      Le reconversion vers l’informatique, c’est mort. Je ne peux pas revenir à des postes de technicien, je me fais refouler systématiquement…

  3. sam player

    C’est quand même fou de taxer un produit à mort pour le faire payer 3 fois le prix puis d’arriver à faire croire que le produit non taxé donc forcément moins cher est une solution de remplacement.

  4. Le Gnôme

    J’ai entendu hier sur une radio dite périphérique que le gel dans les vignobles était dû au réchauffement climatique, ce qui m’a fait hurler de rire.

    Ah, les cons !!!

    1. nemrod

      Il pleut : c’est le réchauffement climatique
      Il pleut pas : c’est le réchauffement climatique
      Il fait chaud : c’est le réchauffement climatique
      On se pèle les c…au moi de Mai : c’est le réchauffement climatique
      Il fait pile poil bon comme il faut : en profite pas salaud de pollueur car ça durera pas à cause…DU RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE bravo ami lecteur ( gagné un vélo électrique au jus de purin pour le premier qui a trouvé…c’était facile)

      1. sam player

        « On se pèle les c…au moi de Mai… » : c’est clair
        Et la miss meteo se garde bien de nous seriner qu’on est largement en dessous des moyennes saisonnières. Neige tous les jours dans les Vôôôsges en ce moment.

        1. albundy17

          Ils ITW des vioques qui se rappellent que dans le temps ils faisait froid comme ça a la même période, donc c’est normal et ne remet pas en cause le réchauffement anthropique.

          Je vois aussi que tout le monde geint que le muget est en retard, qu’il y en aura donc moins, mais rassurer vous, sans influence sur le prix….

          Chez moi, le pare terre de muguet est fidèle à lui même et sera ouvert comme d’habitude dans une semaine

            1. albundy17

              Merci, je faisait l’erreur des saintes glaces.

              Cela dit, habitant à 2 kms de l’atlantique, cette année est la première en 15 ans avec la chaudière encore allumée, même le vent d’ouest est froid.

              Je redoute que certains alarmistes prevoyant un nouveau minimum de maunder ne soit dans le vrai, les taches solaires œuvrant dans ce sens

              1. sam player

                Là ça serait la grosse rigolade. Mais a priori en france le début d’année qui suit El Nino est toujours froid et l’hiver qui suit (fin 2016 donc) aglagla

  5. hub

    Jamais à court d’excellentes idées, et estimant qu’ils fument de la bonne, les politiciens doivent avoir un pipi lourdement chargé… a-t-on essayé de faire rouler des autos avec?

    1. BLACK MAMBA WARRIOR

      Cela viendra … C,est juste une question de temps … le temps nécessaire pour monter un dossier, une étude chèrement payée et le tour est joué :mrgreen:

  6. Gerldam

    Tiens, encore un couplet contre les éolienes! Comme le patron sait que le coût de consruction est amorti entre 6 mois et un an, il se rabat sur les terres rares. S’il est exact que les éolienes à aimants permanents, c’est à dire celles du genre « Enercon », du nom du fabricant à avoir longtemps été le seul à réaliser de telles éoliennes -sans boîte de vitesses- , en utilisent, il n’en demeure pas moins que la grosse majorité des autres types d’éoliennes, avec multiplicateurs (boîte de vitesse à l’envers) n’utilisent pas le moindre gramme de terre rare (néodyme essentiellement), car ledit multiplicateur permet d’utiliser n’importe quel alternateur du marché (de qqs MW).
    En revanche, sur les biocarburants, je suis entièrement d’accord. c’est une connerie, sans circonstance atténuante.

          1. Gerldam

            Si on compare le tarif éolien (82€/MWh) avec le prix de revient du kWh produit par un EPR (~100€/MWh), c’est tout à fait rentable.
            Au Brésil du nord, où les vents soufflent fort presque toute l’année, l’éolien est rentable SANS subvention. Prix des appels d’offre de l’ordre de 50€/MWh)

            1. Val

              @Gerldam ,bon à supposer , mais on est en France . Et puis sérieusement , vous la voyez la techno de rupture avec l’éolien ? Vous êtes sérieux ? Si ce truc avait l’avenir qu’on nous dépeint , ça fait belle lurette que l’on en aurait tiré bénéfice non ? C’est vieux comme le monde ce truc . Alors maintenant , mettre totalement une croix dessus , pas d’accord , mais PAS DE SUBVENTION . Pour moi les subventions éventuelles (et encore : pincettes !!!) c’est pour la recherche sur du neuf , pas de la vieille techno archi éculée .

            2. sam player

              MDR utiliser un tarif sur quelque chose qui n’est pas en fonction.
              Je vais donc reprendre mon calcul plus bas avec tes 100€ le MWh et ça nous donne donc l’éolienne entre 100KE et 200KE.
              J’en prends toujours 10.
              Mais je n’aurais toujours pas de réponse.

            3. Dans 99% des pays, ce n’est pas rentable point (la tirade sur l’EPR n’a aucun sens). Et les quelques endroits où il y a du vent en permanence sont sans intérêt puisqu’on ne sait pas trimballer l’électricité depuis ces lieux jusqu’aux endroits où elle est le plus demandé.

              Gerldam, n’insistez pas, vous n’avez pas la logique de votre côté : si c’était rentable, il n’y aurait pas besoin de subventions nulle part, et les éoliennes seraient en place depuis longtemps, partout, tant cette techno est vieille. La réalité refuse votre bobard. Désolé.

      1. Calvin

        600 ans est exagéré.
        C’est 20 ans pour l’éolien domestique.
        Pour l’industriel, il faut compter sur les subventions (CSPE).

        1. sam player

          20 ans c’est l’amortissement comptable (fiscalité) car après 20 ans tu peux la mettre à la benne (flexions compressions alternées dans la structure, les pales et le massif béton fragilisant la résistance).

          C’est à relativiser avec l’amortissement économique. Si tu as une bonne idée sur un process de fabrication tu peux très bien présenter ton projet en disant qu’il est amorti économiquement en 2 ans alors que fiscalement il sera amorti en 5 ans suivant les règles comptables. Cet amortissement économique permet de justifier dans les CAPEX que si la production change dans 2 ans tu auras amorti ton investissement et donc tu pourras solder par anticipation l’amortissement sans perte.

    1. sam player

      « Comme le patron sait que le coût de consruction est amorti entre 6 mois et un an.. « 

      Gerldam tu nous prends vraiment pour des billes !
      La production d’électricité d’une éolienne est de 2000 MWh par MW installé.

      A 50 euros le MWh (je suis sympa) a nous ferait 2000×50= 100KE de production en 1 an.
      Donc si elle est amortie en 6 mois à 1 an ça nous fait l’éolienne de 1 MW entre 50KE et 100KE. A ce prix là vous m’en mettrez 10 !

    2. Popeye

      « le coût de construction est amorti entre 6 mois et un an »
      L’assertion me fait un peu tiquer.
      Premier point, sauf erreur de ma part, le prix de rachat du kilowatt généré est fixé par l’état. Donc le chiffre d’affaires généré, permettant l’amortissement de l’installation, dépend 1) des conditions météo 2) de l’intervention étatique.
      Si sur le facteur 1) l’investisseur n’a que peu d’influence, sur le facteur 2) l’investisseur, qui finance aussi le politique, a une forte influence. L’amortissement ne dépend donc pas de la valeur qu’un client solvable, libre d’acheter ou non le kilowatt généré, est prêt à mettre dans le kilowatt « bio »
      Je vérifie donc, google est mon copain. la recherche « prix de rachat kilowatt éolien » me renvoie en premier lien le site d’EDF à la page « Rachat d’électricité »

      Une lecture rapide me fait remarquer ces quelques mots « EDF ou les entreprises locales de distributions (ELD) lorsque les installations sont raccordées à leur réseau, sont tenues d’acheter l’électricité produite par certaines installations dont l’Etat souhaite encourager le développement, à des conditions définies par les pouvoirs publics. »
      Deuxième point, renforçant le premier : le marché est fa-bu-leux pour l’investisseur. Il suffit de produire, pas besoin de s’emmerder avec un commercial à l’égo pénible à gérer. Ce qui est produit est acheté, automatiquement.

      Acheté, certes. Combien de temps? et à quel prix?
      Pour l’éolien, 15 ans.
      Prix fixe et connu pendant 10 ans. Susceptible de baisser ensuite pendant les 5 années suivantes.

      Troisième point, un lien avec l’amortissement justement.
      On peut lire : « Les conditions d’achat, arrêtées par le ministre en charge de l’énergie, permettent conformément à la loi « une rémunération normale des capitaux investis ». »
      Donc une installation, censée durer 15 ans – puisque le contrat court sur au moins 15 ans – peut être amortie en « 6 mois ou un an »
      Donc, aux yeux du fisc français, un capital payant une installation fonctionnant 15 ans, avec fort peu de coûts de maintenance amorti en 6 mis / un an, c’est une « rémunération normale des capitaux investis »
      Je sais bien que Bercy a parfois une perception distordue de la réalité, mais là, comment dire, on ne pousserait pas le bouchon un peu loin?!?

      1. Deres

        Le prix de rachat n’est pas je crois la seule subvention et de loin. Il y a des histoires de crédit d’impôts très intéressantes pour les entreprises également. Et ils bénéficient de subventions directes très variés ainsi que de prêts préférentielles.

          1. Pheldge

            Je confirme , pour avoir travaillé sur une ferme éolienne et plusieurs photovoltaïques, c’est un investissement qui paye ! Et les hyper du Groupe Bourbon on couvert leurs parkings de panneaux …
            Subvention Européenne + état + région, + défisc + rachat à prix garanti , c’est un investissement qui rapporte plus que le Livret A 😉

      2. jeans82

        Pour valider la viabilité économique d’une éolienne il faudrait le faire sans aucune subvention. N’y a l’installation, n’y a la survaleur du Kwh racheter par EDF.
        Comme pour les panneaux photovoltaïque, je suis sidéré que tout le monde trouve normal que le plus grand nombre paie sont électricité plus chère pour qu’une minorité de bobo puisse défiscaliser et s’offrir du tout électrique a moindre coup.
        Vu le coup des investissements de bases d’une éolienne ou d’un panneau solaire, c’est encore plus con de savoir que ce sont les plus aisés qui peuvent jouer aux bobos écolos a vos frais. D’autan que pour défiscaliser il faut déjà payer pas mal d’impôts.
        Il me semble que la majeure partie de la population a d’autre chose à penser qu’a mettre une éolienne sur son balcon !
        A noter le lobbying des installateurs de ces merveilles qui font leurs maximum pour que ces aides perdurent afin de maintenir leur activité économique complètement artificielle.
        Les shadocks pompaient, Nous, nous allons devoir pédaler dur pour nous sortir de ce merdier.

  7. Rastapopoulos

    Concernant la voiture électrique, je ne dépenserais pas mon énergie à la combattre, elle va mourir d’elle-même. Aujourd’hui y a 0.00001% de Tesla/Prius donc c’est pas un problème. Quand il y en aura 10%, le réseau électrique pour les recharger s’effondrera (voir bien avant). Cela restera un marché de niche pour bobo très riche.

    1. sam player

      Je ne serai pas si tranchant que cela. Faudrait voir le coût sans subventions et non simplement en enlevant la subvention. En effet une subvention à toujours tendance à faire gonfler les prix (70% à 80% des APL sont des hausses de loyer par exemple).
      Un autre point concerne le fait que pour une 2ème voiture ça peut être une bonne idée… mais encore faudrait-il que budgétairement les gens puissent s’acheter une 2ème voiture quand on voit la pression fiscale.

      Dernier point enfin, ça dépend effectivement du coût de l’électricité dédiée à la voiture. Je me rappelle qu’il y a quelque temps les dépités avaient voulu voter une loi taxant différemment l’électricité affectée à la recharge des voitures (en plus hein, pas en moins!). On ne sait pas trop comment ils voulaient faire (peut-être une prise spéciale lockée?!) Une solution pourrait être la recharge en temps masqué avec du PV d’un 2ème jeu de batteries mais tout dépend du coût qui n’est pas si important que ça si on considère que le pack dure 2 fois plus longtemps et c’est juste de l’immobilisation de capital (comme un jeu de pneus été/hiver).

      1. Le Grincheux

        La prise spéciale lockée et le compteur spécifique qui va avec elle est déjà prête. J’ai eu l’occasion de travailler dessus. L’état ne va pas s’asseoir sur la TIPP, voyons !…

        1. Aristarkke

          Ce mankagagner a tué la voiture à gaz de ville qui pouvait être alimentée à partir du compteur domestique moyennant un compresseur, etc… Comme ce type de carburant ressortait d’ une disposition européenne, la Grance a tourné la difficulté en autorisant l’ importation /fabrication de tels véhicules essence/gaz de ville mais en imposant que le plein de gaz soit uniquement faisable initialement dans les seuls centres techniques de GDF habilités au minimum un par département, en attendant la distribution en station service…
          Cette énorme contrainte tue tout développement éventuel de réseaux de plein dans les stations services puisque le marché des véhicules est bloqué (Fiat a en catalogue son Doblo avec une formule bi-carburant que quasiment seul GDF utilise et que l’on peut trouver à des prix dérisoires en ventes aux enchères). A part cela, il FAUT trouver une alternative au gazole dans les villes…

          1. Pheldge

            « une alternative au gazole dans les villes  » ? que dis-tu de ça : avec une remorque supportant une vache et un peu de fourrage, tu assures une production de méthane purement Bio ! c’est pas une idée géniale ça ? 😉

                1. Bonsaï

                  Vert de gris, ce n’est pas ma faute si la qualité de ton matos n’est pas à la hauteur de l’excellent blog où tu publies ta jolie chetron !
                  C’est le succès mondial garanti, ça…

                    1. Pheldge

                      J’ai dit « les femmes », pas les serpents 😉 je précise qu’il s’agit juste d’humour facile sur le pseudo, et non d’une attaque personnelle indigne. Merci de ne pas mésineterpréter.

                    2. Bonsaï

                      Tu as raison de préciser.
                      Un peu de galanterie ne fait pas de mal, surtout après nous avoir fait apparaître pendant quelques trop courts instants ton faciès aussi sérieux qu’avenant…

      2. Rastapopoulos

        Certes mais le réseau électrique est en ce moment totalement incapable de recharger ne serait-ce que 5 millions de Tesla. Imaginez les travaux d’infrastructures pour que le réseau distribue la quantité de courant suffisante. Bon je sais c’est pas cher, c’est l’Etat qui paye mais quand même !
        Ce qui est rigolo c’est que les gens qui sont pour les Tesla sont en général les mêmes qui sont contre les centrales nucléaires.
        Et puis dans une Tesla, y a quand même 1 tonne de batteries. J’attends que les ecolos commencent à s’intéresser à leur recyclage.

    2. douar

      J’étais chez un client qui est très branché DevDur’. Ils ont donc, pour l’image, une Zoé, au milieu des autres véhicules au mazout (pas fous quand même).
      Or, voilà t y pas qu’à l’accueil, je surprends une conversation: la Zoé a cessé de fonctionner après seulement 90 kms et était à recharger depuis 2 heures.
      Faudrait qu’ils fassent comme les Formule E: disposer de deux véhicules pour être tranquille.
      La durabilitude, ça n’a pas de prix.

      1. sam player

        Bah ça dépend si c’est le jour ou la nuit hi hi
        Comment ont-ils résolu le chauffage dans la Zoé ? Car dans une voiture électrique du boulot il y a un réchaud à essence ou à alcool je ne sais plus.

        1. Aristarkke

          Les toutes premières Porsche 901(futures 911) avaient été équipées d’un brûleur à essence placé dans le coffre avant pour produire de l’ air chaud pour l’ habitacle. A ce qu’il paraît, très peu au point sauf comme source d’incendie. Porsche a produit initialement quelques premières centaines de Porsche 901 avant que Peugeot ne proteste pour ses droits déposés pour des numéros avec un zéro central…

    3. René-Pierre Samary

      Cette course de Formule E, organisée à grands frais, est en soi la démonstration des limites de la voiture électrique, soit la démonstration de l’inverse que ses promoteurs voudraient démontrer. Les pilotes sont obligé de changer de voiture à mi-course, l’autonomie de leur bolide n’étant pas suffisante.
      Grand amateur de Formule 1, je constate que c’est dans le monde entier que l’on peut les admirer, sauf en France.
      En France, on devrait organiser des courses de dindes, nul doute qu’elles seraient nombreuses sur la ligne de départ…

      1. bibi

        En France on aurait pu organiser une course de Formule E sur un circuit de légende ou se sont imposés les plus grandes légendes du sport automobile (Nuvolari, Fangio, Ascari, Brabham, Clark, Cevert) et le tout pour pas un rond de plus pour le contribuable, et voir ce que valaient ces monoplaces (en comparaison de petite F3), mais Pau ça ne doit pas être assez bien pour la Formule E.

  8. Ernesto

    Hahaha, le GP de Formule E.

    J’y étais et l’organisation était très représentative de la France : des places à vendre situées sur l’extérieur de la piste et des places gratuites (i.e. réservées aux invités) en tribunes à l’intérieur de la piste.

    Pour résumer : ces crevards de plébéiens qui paient leur place ne voient… rien (ou des belles banderoles Visa) et ne bénéficient de… rien. Par contre, ces chers invités bénéficient de tout le confort (siège, écrans géants, commentaires dans les enceintes) et peuvent même voir la piste avec les voitures dessus !

    Cherchez sur Twitter @ParisePrix, vous comprendrez.

  9. Chieur chiant

    Arrêtons de respirer, courir, consommer, manger, marcher, rouler, voler, nager, bruler, bref de vivre, et rentrons en hibernation… hein, quoi, c’est le printemps, bon eh, on verra ça un autre jour, et comme dirai l’ami pain aux raisins: apéro, c’est vendredi, avant de manger une bonne aïoli avec la morue dessalée… bon appétit, et bon weekend éco-logique.

  10. Bonsaï

    En fait le but de l’UE n’est pas vraiment de travailler pour le bien-être de ses peuples, mais de faire des expériences dans (et sur) leur dos. Un laboratoire idéal, à ciel ouvert avec des sujets vivants et coopératifs : on peut ainsi faire toutes sortes de petites études passionnantes dont on ne sait jamais où elles vont mener. Car rien ici n’est écrit d’avance, sauf que les informations ainsi recueillies sont bien récoltées et décryptées quelque part…

  11. Zer

    Presque pas HS: $ 1500 milliards par an pour lutter contre les hausses de températures, pour un gain de 0.17 C à la fin du siècle :
    http://www.breitbart.com/big-government/2015/11/10/cost-climate-change-1-5-trillion-year-reduce-global-warming-0-048c/
    Qui dit mieux ? Ceux qui veulent protéger ce marché du climat en criminalisant le « scepticisme climatique » :
    http://cnsnews.com/news/article/melanie-hunter/ag-lynch-doj-has-discussed-whether-pursue-legal-action-against-climate

  12. zelectron

    un peu de géothermique profonde* avec Total et quelques ingénieurs islandais, les meilleurs si possible ! ! !
    (en oubliant EDF et Soulz sous Forêt, le gouffre financier qu’on sait)
    *pour lui faire oublier la fracturation hydraulique …

  13. Cultilandes

    OK les subventions, taxes et autres contraintes faussent toute concurrence, donc toute comparaison économique, et tout bilan énergétique.
    Faute de maîtrise de l’anglais je n’ai pas épluché l’étude en référence, mais prend elle en compte la co-production de tourteaux? En effet, de nombreuses études biaisées, pour dénigrer cette filière, n’ont pris en compte que la production de carburant, alors qu’on produit aussi des aliments riches en protéines pour animaux, complémentaires des céréales.

    1. sam player

      Certes, mais rien que le fait que cette énergie soit subventionnée en direct et/ou par des droits de douane préférentiels et/ou une fiscalité différentielle la disqualifie sans qu’il soit besoin d’aller plus loin dans une étude.
      Les subventions biaisent le marché car elles changent la perception qu’en ont les acteurs (producteurs / consommateurs) mais ce qui est encore plus pire c’est que ces subventions viennent de l’argent extorqué à vous et moi qui en aurait fait un usage différent forcément meilleur dans une autre filière.
      Accessoirement les subventions bloquent ou ralentissent l’innovation puisqu’elles flèchent directement les investissements vers un processus de production bénéficiaire sans avoir besoin de faire de recherche / développement. Exactement le même effet qu’un protectionnisme : si une solution rentable (sans subventions) pouvait émerger, elle serait éjectée par les solutions qui sont en place et subventionnées…et donc quel intérêt de faire de la recherche ?

      1. Nomi

        C’est n’importe quoi, t’as vraiment rien compris mécréant libéral que tu es! Bien sûr que si ça stimule la recherche: la recherche de pognon, la recherche de subventions, pardi! Alors, ça te la coupe hein !?

  14. Pheldge

    HS : le week-end commence bien :
    lefigaro.fr/conjoncture/2016/04/29/20002-20160429ARTFIG00278-pour-une-majorite-de-francais-la-lutte-des-classes-existe-toujours.php

    Mon Dieu, que t’ai-je donc fait ?

    1. Pheldge

      Non seulement tu ne te relis pas, mais en plus tu ne sais pas lire ! j’ai écrit « Mon Dieu » et pas « mon vieux » ! ça n’a donc absolument rien à voir avec tézigues 😉

    2. Bonsaï

      Il faut dire que quand on voit les salaires hors-sol de certains patrons de multinationales, il y a en effet des questions à se poser.
      Quant à parler de lutte des classes, tout ça est une approche un peu périmée. Alors que la nouvelle saison des grandes migrations va bientôt reprendre, après les dernières giboulées d’avril, il faudra bientôt se faire une raison : tout le monde a bien le droit d’être ambitieux…

    3. sam player

      Amha la question est mal posée : tant qu’il y aura un socialiste ou un syndicaliste en france il y aura une lutte de classes. Il aurait été préférable de poser la question « est-elle justifiée? ».
      Bon, tant qu’on mettra sous le nez des gens les rémunérations des 93 foyers fiscaux gagnant plus de 9ME par an on aura des commentaires style Bonzaï.

    1. Bonsaï

      Tout à fait, il a raison, merci Pheldge !
      « Il dit croire aux énergies renouvelables mais craindre « qu’à force de subventionner ce secteur, on finisse par complètement déstabiliser l’ensemble du marché de l’énergie ». « Il faut aider les énergies renouvelables mais pas créer les conditions d’une économie artificielle, ce qui est en train de se passer aujourd’hui », dit Nicolas Sarkozy, à quatre jours d’une convention de LR consacrée à l’énergie. »
      Hollande est encore en train de saborder le secteur de l’énergie avec ses petites grassouillettes et ses choix idéologiques débiles…

  15. Pheldge

    Nouveau HS, mais qui fait le Buzz : le proprio de la Porsche qui a cramé à Nantes (déjà un mec de Nantes, c’est un nantis doncça s’annonce mal ) qui veut « écrire au préfet et au procureur de la République » pour réclamer des comptes.
    lefigaro.fr/actualite-france/2016/04/29/01016-20160429ARTFIG00337-le-desarroi-du-proprietaire-de-la-porsche-incendiee-a-nantes.php

    Bon courage mon pote ! fallait acheter une Clio série spéciale « l’Huma » avec la peinture bien rouge, et des décos en forme de marteaux et de faucilles, plutôt qu’une voiture de riche !

  16. jeans82

    Sego était au Kenya pour prendre la défense des éléphant ! Elle s’y connait en trompes, entre dsk et François elle en a vu…..

  17. Boudoir

    En sachant que beaucoup d’innovations dans l’automobile proviennent de la Formule 1, je ne vois pas trop le problème de la formule E. La compétition va peut être pousser la recherche dans le bon sens et faire trouver de nouvelles techniques prometteuses. Ca veut le coup d’essayer, non? Au lieu de toujours rabâcher et revenir au « toutes les mesures ecolos sont foireuses, brulons du pétrole ».

    1. Je crois que vous devriez relire attentivement le billet, parce que le sujet n’est pas « brûlons du pétrole » mais plutôt « les actions contre-productives des écolos » ce qui est très différent. Et je n’ai rien contre la formule E en tant que telle.

  18. Bonsaï

    Ouf ! on a eu chaud…
    « Genève (AFP) – Une fouine qui s’était introduite dans le plus grand accélérateur de particules du monde a provoqué un court-circuit et une panne du collisionneur situé à la frontière franco-suisse.
    Le LHC (Large Hadron Collider) a connu une « grave perturbation électrique vendredi à 05H30 (03H30 GMT) », a annoncé le CERN (l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire) dans son rapport quotidien d’activité. »
    in sciencesetavenir.fr

      1. Hang’em high

        Ommigod ! voilà Sa Majesté Créole qui retombe dans le quasi Satanic …. mais bon, cent fois sur le métier, n’est-ce pas ?

  19. Hang’em high

    Pas vu, en effet ! grisonnant ? c’est sa couronne de King Creole, en fait : or gris… et les Grisons, c’est en Suisse, n’est pas ?

  20. kobus van cleef

    j’espère bien que la vronze va continuer à en produire , des bio carburants
    j’ai des actions dedans , moi !
    pas que ça paye beaucoup,mais quand même….

  21. Ragnar D. Anskool

    Produire du biocarburant c’est détruire de la biomasse donc réduire la photosynthèse qui permet de fixer le CO2.
    Extraire du carburant fossile et le brûler, c’est réinjecter du CO2, qui sous l’effet de la photosynthèse permet d’augmenter la biomasse.

    Plutôt que de limiter les émissions de CO2, ne faudrait il pas mieux chercher à augmenter l’absorption du CO2?

    Faut pas confondre l’effet de serre sans photosynthèse (planète Venus) et l’effet de serre avec photosynthèse (agriculture sous serre) !

Laisser un commentaire