Vous me mettrez un Brexit et petit vent de panique, merci

Ceux qui me lisent régulièrement, ou ceux qui, plus simplement, se tiennent un peu au courant de l’état économique mondial, savent que la situation européenne n’est pas à proprement parler réjouissante. Dans un précédent billet où je notais l’extraordinaire résilience des États devant l’adversité, j’avais en outre mentionné la probabilité non nulle qu’un événement singulier (je pensais au Brexit) pourrait peut-être provoquer un grain boursier tant les tensions accumulées étaient grandes. Dernièrement, les faits semblent me donner raison.

Et bien évidemment, la presse (notamment française) est en première ligne pour se goinfrer de poncifs, de raccourcis et de sous-entendus douteux. Alors qu’on apprend jeudi matin que six fonds de gestion d’actifs immobiliers ont gelé toutes leurs opérations, nos journaux, plein de courage et de fine analyse, n’hésitent plus à titrailler que le Brexit n’en finit plus d’affoler.

Il est vrai qu’il y a matière à se poser des questions : en l’espace d’une semaine, six fonds de gestion immobilière ont été obligés de suspendre les remboursements devant l’afflux des demandes de particuliers, qui ont augmenté de façon sensible après le Brexit. En substance, des milliers d’investisseurs positionnés dans l’immobilier anglais et ayant fait appel à ces fonds pour gérer leurs placements demandent maintenant à en sortir suite au changement possible de fiscalité liée à la sortie britannique de l’Union Européenne. Bien évidemment, l’immobilier étant par nature bien moins liquide que d’autres types de fonds, le manque de liquidités disponibles s’est rapidement fait sentir pour un premier puis un second fonds qui ont été obligés d’arrêter leurs remboursements en attendant de pouvoir liquider certaines de leurs positions.

L’information, rapidement connue de tous, n’a fait qu’encourager les clients d’autres fonds à prendre leurs dispositions pour éviter de se retrouver coincés à leur tour. On est dans un schéma classique de « bank run » sur un marché qui, de surcroît, est particulièrement délicat puisque non seulement peu liquide mais aussi particulièrement profond et très lié au reste de l’activité économique du pays. Les fonds actuellement bloqués représentent ainsi plus de 17 milliards d’euros d’actifs, et pour répondre aux demandes des clients, les gérants de ces fonds doivent à présent … vendre des biens immobiliers. Par ricochet, il n’est pas invraisemblable d’imaginer une baisse sensible de l’immobilier britannique, notamment à Londres où le marché du haut de gamme est particulièrement tendu selon la Banque d’Angleterre et où les prix dépassent de 54% les sommets atteints avant la crise financière de 2008.

Cette situation, propre au marché britannique, intervient alors que d’autres problèmes continuent de se développer sur le continent.

D’une part, on ne peut plus passer sous silence la situation aussi gênante que visible de la Deutsche Bank, dont le cours ne cesse de s’éroder ces derniers mois (avec une chute de 49% depuis le début de l’année – et de 89% depuis son sommet de 2008) et qui s’accélère ces derniers jours puisque son cours a atteint son plus bas historique.

cours deustche bank juillet 2016

draghi whatever it takesLe souci est que cette banque n’est pas une petite banque régionale pépère, qu’elle ne gère pas qu’une poignée d’euros d’un modeste Land, mais qu’elle représente aussi bien sur le plan psychologique que financier une part importante de la puissance allemande : pour le Fonds Monétaire International, le groupe allemand, avec plus de 1 600 milliards d’euros à son bilan et 100.000 salariés, « apparaît comme le plus important contributeur net aux risques systémiques au sein du secteur bancaire international, devant HSBC et Crédit Suisse ». Autrement dit, s’il y a bien une banque qui ne peut pas, ne doit surtout pas faire faillite, c’est bien la Deutsche Bank, et on peut raisonnablement imaginer que tout sera fait pour l’éviter. Maintenant, compte tenu des volants énormes de produits dérivés (on parle de 50.000 milliards d’euros), on se perd un peu en conjectures sur la puissance des expédients que Mario Draghi, à la tête de la BCE, pourrait utiliser pour éviter la catastrophe…

D’autre part, la banque allemande n’est pas seule dans la tourmente, puisque les banques italiennes, de leur côté, accumulent des difficultés : grevées de 360 milliards d’euros de créances douteuses dont elles n’ont pu se séparer depuis la récession de 2011, elles affichent un besoin de capitaux de l’ordre de 40 milliards qu’elles sont bien en peine de trouver. Et si la Deutsche Bank peut prétendre, par son aspect systémique, à une aide bienvenue de la part de la BCE, la plupart des établissements italiens n’auront pas cette chance et devront se diriger vers la faillite (en effet, même avec un petit 20% de pertes, seul Unicredit serait encore solvable). Compte-tenu des dernières règles bancaires, on assisterait à un bail-in, c’est-à-dire un renflouement via les créanciers, les actionnaires … et les déposants de ces banques.

Politiquement, c’est si impopulaire que c’en est quasiment suicidaire. Or, à cette situation financière périlleuse, il faut ajouter le piège dans lequel s’est fourré le gouvernement actuel de Matteo Renzi en proposant un référendum en octobre prochain qui a toutes les chances d’entraîner sa démission et de déclencher des élections législatives. Les sondages actuels montrent que ces dernières amèneraient probablement au pouvoir Beppe Grillo, du mouvement M5S dont l’une des promesses de campagne porte sur … un référendum sur le maintien de l’Italie dans l’euro (toute ressemblance avec un cas précédent n’est pas totalement fortuite).

Ici, je pourrais choisir de m’appesantir sur les taux de rendement des emprunts d’État, tous en territoire négatifs, y compris en Suisse, et sur les attentes de plus en plus pressantes des investisseurs de nouvelles actions de la part des banques centrales sur le mode « faites un truc, n’importe quoi, mais vite », et noter avec un certain désabusement que « n’importe quoi » est tout à fait dans leurs cordes. Mais je me contenterai de fournir un graphique, celui du cours de l’or qui monte gentiment, montrant que certains se retirent à l’abri et que l’ambiance globale n’est plus du tout à l’euphorie.

cours or EUR juillet 2016

Bref, comme j’expliquais en introduction, quelques jours après le Brexit, les problèmes de l’Union européenne font surface avec violence et la sidération politique qui a accompagné le vote britannique laisse maintenant place à un petit vent de panique boursière.

Malgré tout, il serait faux de caractériser ce qui se passe actuellement comme la résultante de ce Brexit, en condamnant au passage la décision des Britanniques, quitte à l’affubler de petits adjectifs acides comme « irresponsable » ou « émotionnelle ». Non, décidément, le Brexit n’est pas la cause des craquements qu’on entend de toute part sur les marchés, et n’est certainement pas la cause des difficultés de la Deustche Bank ou des banques italiennes (ou même françaises), qui couvent depuis bien plus longtemps que le référendum britannique. Ce dernier n’est qu’un élément déclencheur, la petite piqûre de rappel de la réalité à tous ceux qui pensaient qu’on pouvait continuer à faire ainsi léviter les marchés à coup d’injections de monnaie, de bricolages monétaires plus ou moins subtils, d’incantations politiques et de petits mouvements de mentons décidés.

Et surtout, s’il est hasardeux de lancer un pronostic sur ce qui peut se produire maintenant, il est encore plus hasardeux de croire que ces problèmes vont se résoudre tout seuls, sans casse, et a fortiori en augmentant les doses de ce qui a été tenté, sans succès, toutes ces années précédentes, par les mêmes fines équipes qui nous ont fourré là en premier lieu.

this will not end well - vélo

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires168

    1. Dr Slump

      Exactement! Les spectateurs vont se concentrer très fort et très vite pour faire apparaître un tapis volant pour amortir sa chute en douceur. Même que hein! à la BCE ils font pareil d’abord!

    2. honorbrachios

      le cycliste va générer de la croissance : ambulance, essence, plâtres, dentiers, radios, frais d’obsèques….
      le brexit, j’y vois déjà la belle excuse du flamby : «la croissance elle était là, elle est plus là à cause des anglais qui sont pas gentils et qui font exprès d’embêter la bonne politique menée.
      Pour la peine que la croissance elle est plus là, on va être obligé de mettre la tva à 25% vu que l’Europe elle va nous tirer les oreilles sinon»

      1. Aristarkke

        Heureusement que l’UE a fixé un plafond pour la TVA. Sinon, le 33% serait d’autant plus envisageable qu’il a été pratiqué autrefois par la Grance…

        1. Pheldge

          Je te rassure mon Papet, en cumulant une « TVA réduite » à 4 % + octroi de mer à 18 % (15.5 + 2.5) le tout payé sur la valeur du colis rendu Réunion, ça me fait un bon 27 % de taxe quand j’achète une guitare ou un ampli en direct ! Et cerise sur le gâtal, certains sites -français- te vendent TTC ( TVA de 18.6 % ) je laisse le Camarade comptable cumuler les taxes payées par ces bienfaiteurs de l’état que sont les musiciens amateurs 😉

          1. Pheldge

            Non, enfin, si tu déclares qu’il s’agit d’effets personnels etc … la poste a un tarif éco à 60 € 30 kg max sous réserves que L+l+h < 2m mais dans ce cas ça veut dire que j'achète en métropole et que je paye les 18.6 % . Tu me diras que c'est toujours mieux que 27 % 🙂

            1. sam player

              oki… mais juste pour info la TVA en métropole c’est 20% depuis la loi du 29 décembre 2012 sous François II, taux qui était à 19.6% depuis 2000. Le taux à 18.6% a existé entre 1992 et 1995.
              T’étais dans le coma depuis plus de 20 ans ? ah ah ah hi hi hi

            2. Pheldge

              non, j’ai fait une recherche rapide et je suis tombé sur une page des impôts qui devait être périmée (j’avais pas mis l’année de référence – oui Ari, je sais je n’ai pas mis la négation, mais je m’adapte à mon lecteur 🙂 )

              1. Bonsaï

                L’hiver est rude, je compatis…
                Ici c’est la canicule, accentuée par un vent torride. Stores baissés, je déguste une glace framboise-vanille en lisant vos tartufferies. Et en attendant le match du siècle !

                1. Lark on the Wing

                  Certains appellent Lady B « Arbolito »…. warum nicht … mais l’arbolito, c’est aussi, je crois, le couteau du gaucho… je dis ça, hein…

                  1. Pheldge

                    L’arbolito c’est l’engin à Guillaume Tellito , non ? celui avec lequel il a transpercé d’une flèche le morceau de morue posé sur la tête à son lardon !

                    1. Bonsaï

                      Bon Messieurs, venant du pays de Guillaume Tell je sais ce qu’est une arbalète et je sais par conséquent qu’elle envoie des flèches. Mais pour vous faire plaisir on peut les appeler des traits ou des carreaux, détail que tout cela. Détail mesquin…

                    2. Aristarkke

                      J’y vais puisque personne n’a osé moucher à 800 m les maïnoks les berloques de la connaissure : le projectile d’une arbalète est un carreau…

                  2. Aristarkke

                    Werther, j’ai repris Arbolito en y ajoutant Nano parce que l’assonance des deux termes m’évoque une mignonnette plante ou bestiole. Dans le cas présent, arb convient à Bonsaï, ce qui va dans le sens. Mais je ne me suis pas inquiété du sens réel potentiel (je ne suis pas l’inventeur de ce diminutif)…

          2. honorbrachios

            A mon avis, pour les «zelites parisiennes», dans les îles lointaines on n’utilise pas de guitares mais on souffle dans des coquillages et on tape sur des noix de coco

          3. Aristarkke

            C’est une façon détournée de vous taxer sur les subventions…
            « J’aime » cette manière clientéliste de vous laisser croire que vous ne payez qu’un cinquième de la TVA continentale…

        2. Gerldam

          Je croyais que ce plafond était fixé à 25% jusqu’à ce que je constate qu’en Hongrie la TVA est à 27%. Si plafond il y a, il est au delà de 27%

          1. Aristarkke

            En ayant fait quelques recherches rapides, il n’y a en fait que deux taux minimaux qui sont obligatoires : un taux réduit à 5% en plancher et un taux normal à 15% en plancher également. Mais en maximum, il n’y aurait qu’ une recommandation de se limiter à 25%. La Hongrie a négocié un taux plus élevé mais en compensation de niveaux de taxes autres et d’impôts directs nettement plus faibles que la moyenne (je n’ai pas trouvé de chiffres). Cela, c’était au départ de la CEE de vouloir une harmonisation fiscale mais depuis une vingtaine d’années, la complexité est apparue avec plusieurs taux réduits +/- réduits, un taux super réduit, voire un taux zéro dans certains pays sur des zones économiques très ciblées…

    3. Black Mamba

      Yep ! Je pense aussi…
      Cela me rappelle une chute : un jour mon fils grimpe sur gros bloc de pierre, malheureusement il se mêle ,on ne sait comment , les béquilles , il tombe tête première et par réflexe, il met son bras en avant et roule sur lui-même et se relève d’un seul chef … Les cours d’Aïkido avaient été utile …

  1. Bonsaï

    Devant cette nouvelle journée qui s’annonce caniculaire, H16 a pris les devants en nous envoyant une brise fraîche, un petit vent d’angoisse voire une menace d’orage…
    Effet garanti, mission accomplie !

  2. Pat

    Le marché immobilier britannique, même en dehors de Londres, était dans une bulle qui a l’air d’être bien partie pour s’effondrer. Une maison moche dans le Kent coûte (coûtait ?) plus cher qu’une belle maison dans le midi de la France.
    Le brexit est peut-être la goutte qui va mettre le feu aux poudres…

    1. Bonsaï

      En effet, c’est un peu le phénomène de l’avalanche :
      « C’est le deuxième effet du Brexit… Depuis deux jours, les gels de retrait des fonds investis dans l’immobilier britannique se multiplient comme des petits pains. Après Aviva, M&G et Standard Life, trois nouveaux fonds (Henderson, Canada Life, et Columbia Threadneedle), au moins, viennent de prendre cette décision, symbole d’un vrai malaise sur les marchés. »
      in yetiblog.org

      1. sam player

        « …symbole d’un vrai malaise sur les marchés… »

        Non c’est écrit dans les règles de fonctionnement de ces fonds : quand on veut vendre sa part il faut simplement trouver une contrepartie qui l’achète.
        Le fonds ne prend pas la décision de bloquer comme il est souvent écrit mais il met simplement en face les ordres d’achat et de vente.
        Si je veux vendre ma voiture 10,000€ et qu’elle ne se vend pas, ce n’est pas leboncoin qui bloque la vente.

        Les gens qui ont ce que l’on appelle des parts B au Crédit Mutuel par exemple (mais ça existe dans toutes les banques quand on a des sommes importantes à placer à court ou long terme) devraient lire leur contrat plus consciencieusement car c’est aussi écrit que normalement la vente (et donc le crédit de votre compte) se fait sous 48h mais que s’il n’y a pas d’acheteurs il faut attendre une réunion du conseil d’administration pour prendre des décisions en vue de liquidifier les parts : ventes d’actifs.

          1. Pheldge

            rassure-toi, la densité de 4×4 et de SUV est assez conséquente, tu serais surpris, voire jaloux ! c’est la remarque que je me fais à chaque fois que je reviens de métropole ! D’autant qu’en bidouillant un peu, tu peux défiscaliser l’achat de ton véhicule (société de location par exemple)

            1. Pheldge

              Mon mentor ? à la rigueur mon favori (dans le sens que j’ai déjà longuement expliqué ici de « moins pire » et en positivant un peu de « plus capable de faire bouger les choses » …). je vais encore me répéter par pure pédagogie : de toutes façons, en 2017 il y en aura un d’élu, alors tu procèdes par élimination, comme moi 🙂

              1. Aristarkke

                C’est pour te faire bisquer (et ça marche!!! Hi, hi, hi).
                Mon carreau du Parthe pour tes conjugaisons fantaisistes qui me gâtent l’ oeil!!!

        1. sam player

          Extrait des conditions statutaires :
          Disponibilité
          Vous pouvez à tout moment demander le remboursement de tout ou partie de vos Parts B en vous adressant à votre Caisse de Crédit Mutuel. Le capital social peut être réduit dans les limites fixées par la loi du 10 septembre 1947. Dans ce cadre et en l’absence corrélative de souscripteur, la Caisse s’engage à vous les rembourser dans un délai de 5 ans à compter de votre demande de remboursement3, sous réserve de l’accord du Conseil d’administration de votre Caisse.
          __________
          Donc on vous remboursera ce qui reste !… et dans 5 ans…

          Autre chose à savoir avec le Crédit Mutuel, vous êtes co-responsables des pertes de votre banque… bah oui c’est mutuel et vous avez acheté une part sociale… on vous l’avez pas dit ? hi hi hi… pas moi nananère j’ai fermé mon compte il y a longtemps…

            1. Dr Slump

              Je crois bien, j’y ai des parts aussi. Et un petit emprunt, mais je crois que je ne vais pas attendre les dernières mensualités l’année prochaine pour en sortir les éconocrocs…

              1. sam player

                En plus ces sommes placées en dépôt (parts B ou à MT genre 8 ans) ne bénéficient pas de la garantie bancaire… j’ai vu ça cette aprem en cherchant justement les conditions des parts B.

                1. albundy17

                  Je me demande qui ne s’est pas vu proposer ces deux dernières années des « parts sociales » de la part de son banquier.

                  Une bien belle arnaque, si la banque en question clapote (il y en a une petite dizaine depuis le début de l’année en europe) ce n’est même plus les fonds engagé qui sont perdus, ça peut aller chercher plus loin dans vos économies. Sociétaire, le mot n’est pas anodin

        2. Aristarkke

          Oui mais il me semble que certains fonds ont des contrats qui prévoient une avance possible de trésorerie gagée sur la valeur de ce que tu vends. Pour permettre aux gens qui ont un besoin urgent d’avoir plus rapidement leurs fonds et d’éviter de devoir vendre en mode panique, ce qui ne fait pas sérieux. Or là, il est devenu évident qu’un nombre anormal de positions venderesses sont arrivées avec beaucoup moins de contreparties acheteuses en face (sauf prix fortement bradés) et la trésorerie est rarement illimitée.

          Ne fustige pas Nano Arbolito car elle se base comme beaucoup sur les articles de la Presse, laquelle a renoncé depuis longtemps à tout rôle pédagogique au profit de la logorrhée soce pour complaire à ses maîtres.

          1. sam player

            Oui pour l’avance gagée par tes positions, mais quand tu lis bien, ce n’est qu’un gage mais c’est décorrélé et s’il n’y a pas compensation, alors tu dois le solde.

            A popos de l’arbre, c’est pourtant elle qui vient de nous dire qu’il y a pluralité… c’est assez comique. Je cite :
            « …donc on n’est pas obligés de lire des journalistes complaisants ou affiliés au système. »

            1. Bonsaï

              Ah! mais ne cherchez donc pas la petite bête. Pas chez moi, je suis clean, on n’est pas suisse pour rien.
              « on n’est pas obligé » ne dit pas qu’il ne faut pas le faire. Et logiquement si on veut s’informer correctement, on cherche l’info où elle est. Et parfois elle est là où on n’irait pas spontanément. Bref, le détective ne s’interdit rien qui puisse compléter son enquête.
              C’est assez clair comme ça ?

              1. sam player

                Y a rien à clarifier, ta démonstration de 11 h 56 prouve juste que tu propages ce que tu as lu et que tu es comme beaucoup, moi y compris, bien que tu t’en défendes.
                Le fou croit souvent que c’est les autres qui sont fous. Perso je me pose souvent la question.

                1. Bonsaï

                  La morale de cette séquence est que si on n’a rien dire, mieux vaut ne rien dire du tout. (Bon, disons qu’un motif louable pour commenter sur le mode du n’importe quoi pourrait être de faire grimper les stats du Boss).
                  Même chose pour les sophismes tirés par les cheveux que certain(e)s adorent exhiber en pensant faire du deuxième degré… alors qu’ils sont aussi lourds qu’une moissonneuse-batteuse au mois de juillet. Et j’ajouterai lieuse pour bien me faire comprendre…

                  1. sam player

                    L’arbre, il semble que tu tires les mauvaises conclusions alors que tu as les bonnes données d’entrée : right in, wrong out.
                    C’est parce que nous fréquentons de tels sites et que nous y écrivons que nous pouvons avoir une meilleure perception du monde qui nous entoure et que nous évitons de prendre des V6 pour des lents ternes.
                    Perso c’est en fréquentant de tels sites, ici ou ailleurs (mais pas Nathalie MP*), que j’ai appris par exemple que les vieux n’avaient pas voté Brexit et les jeunes Remain mais que moins d’un jeune sur 3 avait voté alors que plus de 3 vieux sur 4 s’étaient déplacés.Idem sur la 2ème plus grande ville du pays qui a voté le Brexit contrairement à ce que les medias qui nous ont fait croire que le Brexit c’est la faute aux bouseux.

                    * : sa référence c’est souvent les pages wikipedia ou ce qui se dit dans les medias et qui n’est donc d’aucune utilité… pour moi.

                    1. Nathalie MP

                      Pour quelqu’un qui critique en permanence ce que je fais, je trouve que vous parlez beaucoup de moi….

                      J’ai écrit 187 articles : pas un seul n’a trouvé grâce à vos yeux ?

                      En tout cas vous n’aurez pas ménagé vos efforts pour bien me démolir. Comme il y a 8000 lecteurs par jour ici, vous avez fait du bon boulot.

                      Eh bien soyez content, je suis dument démolie, mais ne soyez pas trop fier car rien n’est plus facile que dire du mal.

                  2. BDC

                    La moissonneuse-lieuse… tractée par des chevaux… 😉 je vois d’où ça vient… Bravo Lady B. on voit aussi que ça fait un bout de temps que vous n’avez pas baguenaudé dans les pâturages !

    2. Peste et coryza

      Pas étonnant : les aristocrates anglais n’ont pas été décimés contrairement à ceux de la France, et leurs héritiers tiennent presque toutes les terres…
      Le marché immo en France est cher, mais pour de toutes autres raisons…

      1. honorbrachios

        je fais le Sam =absolument faux!
        et dans les Wales ou la Cumbria, tu trouves des prix très attractifs, de même qu’en france, dans la creuse, l’ariège et plein d’autres régions…

        1. sam player

          Je disconviens respectueusement concernant mon utilisation supposée de cette expression 😀 surtout rehaussée de cet « absolument » qui pourrait faire croire qu’il y a des faussetés relatives, comme la mécanique newtonienne.

          Par contre vous verrez souvent « il me semble » car comme j’ai souvent dit à mes enfants depuis leur plus jeune âge « si tu veux être crédible fais en sorte de ne jamais être pris en défaut et ne t’engage que ce sur quoi tu es sûr. »…. « …et comme ça, le jour où tu racontes volontairement une connerie, on te croira et personne n’ira vérifier. » 😀
          C’est tout un art !

          1. honorbrachios

            usurpation certes oui… mais ne seriez vous pas tombé vous même sur le rable de PetC pour écriture délibérée et répétée de grosses conneries !

            1. sam player

              Peut-être dans un moment d’égarement face à des conneries de compétition mais même là j’ai un doute sur les 6 derniers mois…

              1. Peste et coryza

                Pourquoi, connerie ?
                C’est ce que m’ont dit tous les anglais que j’ai rencontré.
                Peut être qu’ils avaient du ressentiment contre les prix de l’immo chez eux, ou peut être qu’ils m’ont raconté de fausses infos.
                C’est également ce que j’ai pu lire dans la presse fr :
                http://www.lemonde.fr/m-styles/article/2012/07/13/voyage-au-pays-des-lords_1733058_4497319.html
                http://mensuel.lutte-ouvriere.org/documents/archives/la-revue-lutte-de-classe/serie-actuelle-1993/grande-bretagne-grande-propriete
                http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2011/08/13/2567833_l-angleterre-et-la-grande-bretagne-pays-inegalitaire-qui-la-possede.html

                Bref, les biens immobiliers et les terres en Angleterre semblent bien plus concentrées qu’en France…

                1. Pheldge

                  T’es sérieux ? t’as lu tes liens ? je passe sur le « journal de révérence », mon préféré étant celui vers le « mensuel lutte ouvrière » … Waooow , ça dépote grave ! comment as-tu déniché pareille perle ? d’autant que la couleur (rouge cramoisi ) est annoncée, et Trotsky par-ci et lutte des classes par là … sans oublier les prolétaires qui vont s’unir contre la révolution bourgeoise …. Ahhhh ça m’a rappelé des souvenirs 🙂

                  Si t’en as d’autres comme ça, partage, ne sois pas égoïste, fais nous rigoler un bon coup ! 😀

    1. yoananda

      La bienpensance, c’est le conformisme, le conformisme c’est ce qui maintient le système, le système c »est ce qui évite le chaos, le chaos c’est l’étape avant la violence débridée.
      Les médias ont une responsabilité : ne pas affoler les populations en empirer la situation.
      Je ne les défends pas, mais on peut les comprendre.

      1. Bonsaï

        Et qui dit médias dit un éventail de choix énorme entre les différents courants et les loups solitaires… donc on n’est pas obligés de lire des journalistes complaisants ou affiliés au système.

        1. sam player

          Non, les fréquences de la TNT sont accordés par l’état ainsi que le retrait d’autorisation. Par leur présence à l’antenne les politiques biaisent le marché et le subventionnent par leur présence / absence en décidant qui doit vivre et qui doit mourir : cf les politiques qui se désistent d’une interview si le media les critiquent.
          Idem pour les journaux qui eux carrément sont subventionnés directement suivant des critères qui bloquent les nouveaux entrants (comme en politique). Dernière lubie du ministère de la culture, n’accordez des subventions qu’à ceux qui n’ont pas été condamnés pour déviance de la bien pensance : soit tu marches droit, soit tu es écarté.

          1. Dr Slump

            +1. Ajoutons à cela:

            – le quasi-monopole de l’AFP, qui distribue 90 % des dépêches en France, lesquelles sont reprises telles quelles par les médias, sans vérification ni comparaison

            – le copinage (et communion d’intérêts) évident entre l’état, les journalistes et l’AFP, invités chaque année pour une journée de renforcement des liens à l’Elysée, à base de champagne, petits fours, et massages mutuels. Les exemples abondent à propos de cette proximité entre monde politique et médiatique.

            – les niches fiscales dont bénéficient les journalistes, surtout les parisiens, évidemment, étant donné qu’ils sont plus proches du pouvoir.

            – le monopole de la distribution des journaux et magazines donné à.. la CGT.

            1. sam player

              Merci Docteur.
              CGT qui a fait un chantage en exigeant dernièrement un encart de Martinez dans tous les journaux au sujet de la loi Travail sinon ils ne seraient pas distribués par le monopole étatique.

              1. Dr Slump

                Et je ne ferai ici que des allusions tout à fait officieuses, et évidemment totalement « mensongères », à propos des relations très suivies entre les directeurs successifs de l’AFP et les membres du gouvernement (mon défunt oncle en fut un).

                De déjeuners en cafés et cocktails divers, le/la dirigeant de l’AFP sait bien des choses sur le petit milieu de la politique française, qui sera le prochain présidentiable, qui va faire quoi comment, qui va capoter, qui va être coopté.

                Mais motus et bouche cousue, évidemment. Ce ne serait pas bien de laisser la France d’en bas avoir un point de vue plus réaliste sur leurs dirigeants et leurs plans. En fait, le dirigeant de l’AFP a forcément un accès à ce qui se trame au sein de « l’état profond » et en tant que directeur d’un organe de presse de cette importance, je trouve cela inouï.

                1. Bernie Gunther

                  Attention, on commence à évoquer un « Etat profond » et on tombe de suite dans la complosphère.

                  La reduction ad complotum (on comprendra l’idée), hélas, commence bien avant l’étape « false flag du 11/09 par des aliens sionistes ».

                    1. Bernie Gunther

                      Je vais imaginer que « l’état profond » du Dr Slump a parmi ses objectifs celui de maintenir la populace dans l’état profond de conscience politique que vous évoquez.

                      Jusqu’à présent, pas une réussite à 100 % mais pas un foirage à 100 % non plus.

                  1. Dr Slump

                    Mais toutafé! Et d’ailleurs j’attendais cette remarque. Ce à quoi je réponds toujours qu’il n’y a pas besoin de complots, juste de convergences d’intérêts, ce qui peut être pire.

                    1. René-Pierre Samary

                      Pas de complot, juste une convergence d’intérêts.
                      Et ça peut être pire en effet, car un complot, ça se démontre et ça se démonte. Une convergence d’intérêts, c’est indémontrable et indémontable.

                    2. Dr Slump

                      Et pile poil juste à prpos, une petite leçon de chose à ce propos sur le blog de Verhaege:

                      eric-verhaeghe.fr/gouvernement-profond-gouvernement-cache-cas-de-secu/

                      Ca parle de sécu, mais vous noterez que la presse est de la partie…

      2. sam player

        Non les medias n’ont pas de responsabilités exceptée la diffamation pour laquelle ils versent des indemnités si elle est avérée vraie.

        Un mauvais media coule, point barre parce qu’il n’a plus de clients, sauf si ton système le maintient à flot (L’Huma).

        Les medias devraient être naturellement des medias d’opinion comme en UK mais ici ce sont des medias qui servent la soupe des politiques aux malcomprenants.
        N’y voyez aucun lien avec le fait que la loi en france protège l’indépendance des rédactions et des journalistes qui peuvent même démissionner et être indemnisés s’ils ne sont pas d’accord avec la politique éditoriale de leurs canards.

        1. Bernie Gunther

          « Un mauvais media coule, point barre parce qu’il n’a plus de clients, sauf si ton système le maintient à flot (L’Huma). »

          Pas très sympa de ne citer que l’Huma : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/05/06/aides-a-la-presse-qui-touche-le-plus_4411883_4355770.html#partie2

          « mais ici ce sont des medias qui servent la soupe des politiques aux malcomprenants » : exact, mais l’intéressant est évidemment de savoir dans l’intérêt de qui ? La presse, comme n’importe quel outil de communication de son propriétaire, peut ne pas avoir vocation à être rentable en soi si l’activité principale dudit propriétaire n’est pas la presse.

          Les subs publiques, c’est pour assurer facialement une indépendance journalistique. Dans les faits, il s’agit de remplacer une unique dépendance journalistique (le proprio) par une double (le proprio + le subventionneur).

          Donc à part La Canard et certains Web Medias, l’indépendance …

          1. sam player

            Bernie vous avez dû raté l’effacement par l’état de la dette de 4 millions d’euros de l’huma… d’où mon commentaire ciblé. Googlez :
            l’humanité 4 millions.

            Il se dit que la situation du journal ne s’est pas arrangée pour autant et que des aides pourraient être débloquées vu que les gentils lecteurs ne sont pas très prompts à aider leur journal.

            Le Canard : fail, des subventions comme tout le monde, quelqu’un a déjà mis un lien ici.

            « Les subs publiques, c’est pour assurer facialement une indépendance journalistique. » gloubiboulga, une indépendance de quoi ? L’info est par nature subjective et est toujours dépendante de celui qui l’écrit.

            En Suisse, pratiquement pas de subventions* et les journaux se portent super bien avec gros gros bénéfices à la clef (20%du CA).
            En Nouvelle Zélande, aucune subvention, rien, nada..

            * : Suisse, la subvention pour la distribution a été divisée par 2 entre 2000 et 2014 (50M CHF)

            La france et l’Italie sont les 2 seuls grands pays d’Europe à financer leur agence de presse : 110M€ mini pour la france… pas la Suisse, ni l’Allemagne, ni la Belgique, ni les Pays Bas, ni l’Espagne, ni l’Autriche, ni le Danemark, ni le Royaume Uni, ni la Norvège, ni la Suède.

            1. Bernie Gunther

              « L’info est par nature subjective et est toujours dépendante de celui qui l’écrit. » : ah boooonnn ?
              OK pour la tautologie, mais je parlais bien sûr de la dépendance du journaliste, pas de l’article !
              Alors s’il me faut expliciter que le journaliste est en effet dépendant de sa conscience, ça complique un peu …

              Bref, comme dit ce bon A.S., un journaliste, c’est une pute ou un chômeur.
              Le trait est bien entendu excessif mais il donne à réfléchir.

              Néanmoins, je reste modeste sur ce point, moi-même, en tant que salarié, ne pouvant prétendre m’exonérer de ces petites lâchetés du quotidien.

              La différence fondamentale, c’est que l’information des masses n’est pas ma fonction sociale ni mon gagne-pain.

              Quant au reste de votre post, hormis la rectification concernant les subs au Canard, dont je vous donne acte, je ne vois guère en quoi il contredit le mien : que les journalistes soient mono-dépendants de leur employeur ou bi-dépendants de leur employeur et de l’Etat subventionneur (+ régime fiscal préférentiel) ne change pas grand chose à l’affaire en termes de déontologie.

              1. sam player

                En premier c’était surtout l’Huma.

                Le journaliste dépendant de sa conscience : et le salarié qui manipule à longueur de journée des produits importés de Chine qui selon lui mettent des salariés français au chômage il a pas le droit de faire appel à sa conscience ?, et celui qui est non violent et qui travaille dans une fabrique d’armes ou simplement chez un transporteur il a une conscience aussi et va donc refuser le chargement ? et celui qui est végétarien et qui met en rayon de la viande au Carrouf’ du coin il n’a pas le droit d’avoir une conscience ?

                J’arrête ou pas ?
                Un végétarien dans un abattoir c’est une pute ou un chômeur.

                Vous vous rendez compte que vous raisonnez strike>comme Bonsaï avec 2 neurones… euh 1 en fait puisque le 2ème vous sert à ne pas chier en marchant ? 😀

                1. Bernie Gunther

                  Je ne vois pas où j’aurais écrit que tel ou tel autre n’aurait pas le droit d’en appeler à sa conscience.

                  Vous ne semblez pas comprendre que mon sujet, ce n’est pas la conscience de tel ou tel autre, mais simplement le fait qu’il fasse un boulot honnête ou pas.

                  Il m’importe seulement que le manutentionnaire manutentionne correctement, que le non violent fabrique des armes qui fonctionnent, que le végétarien mette sa viande en rayon dans les règles de l’art et que le journaliste me donne l’impression que son article est écrit en conscience (c’est à dire honnêtement en fonction des infos dont il dispose).

                  Cette simple et (hélas) désuette conscience professionnelle, en quelque sorte, comme pouvait la décrire Péguy dans L’Argent, par exemple.

                  1. sam player

                    Faire bien son boulot… chiche.

                    Qui a écrit :
                    « Si un chiffre, même faux, attire l’attention sur un problème réel, fait progresser la cause, où est le mal ?  »

                    L’article s’appelle « Investigation : Mentir utile »

                    1. Bernie Gunther

                      Une resucée du voltairien « Le mensonge n’est un vice que quand il fait mal. C’est une très grande vertu quand il fait du bien. Soyez donc plus vertueux que jamais. Il faut mentir comme un diable, non pas timidement, non pas pour un temps, mais hardiment et toujours. Mentez, mes amis, mentez, je vous le rendrai un jour. ».

                      C’est cela qui nous différencie, en effet …

    1. sam player

      Que dalle : les pays négocieront leurs traités chacun séparément, ce que ne permet pas l’union européenne. La Suisse ou l’Australie ont plus de traités de libre échange que l’Europe qui n’a toujours pas ce type de traités avec les USA ou le Canada.

  3. Dr Slump

    Aaaah le Burpit, quel bonheur! Pas plus tard qu’hier, mon cousin et néanmoins grand copain, toujours le même, me dit à ce propos:

    – aux infos ils disent que les français expatriés en Angleterre vont devoir partir…
    – mec, sérieusement, arrête de regarder les infos, ils ne disent que des conneries!

    Depuis que je ne regarde plus la télé, je suis devenu plus intelligent. Sérieusement, tout ce temps de cerveau disponible maintenant consacré à m’informer et m’instruire par différentes sources fiables, quel perte pour l’internationale bureaucratique bienpensante !

  4. Bonsaï

    31 commentaires à 14 heures, cela m’inspire quelques petites réflexions. D’habitude sur le billet du dimanche ça se bouscule au portillon pour apporter son grain de sel perso. Aujourd’hui c’est le calme plat : tous partis en vacances ou tous dans les préparatifs du maître-match de ce soir ?
    Par rapport à d’autres peuples, le Français semble toujours à son aise dans les mouvements de foule, il va là où il y a du monde… à l’exception bien entendu des ermites et des misanthropes. Il aime bien s’attacher à des groupes, peut-être par crainte de la solitude. Contrairement aux Anglais qui ne daignent participer aux groupes que des pour motifs de loyauté sportive et d’honneur. Leur véritable tempérament est celui du solitaire qui n’a pas peur du vide et du silence.
    D’où l’expérience virile et courageuse du Brexit…

      1. René-Pierre Samary

        Et dans quelle catégorie tu me ranges, moi qui vais me mettre au milieu de la foule portugaise, ce soir ?
        Courageusement, je ne nierai pas que « so frances ».
        Lâchement, je tirerai de ma poche, au besoin, une écharpe aux couleurs de « la selecao ».
        Mon père, raflé comme otage, a pris la file des nominés avec sous le bras un exemplaire de « Je suis partout ».
        Ce n’était pas l’époque des résistants en tongs. C’était la vraie guerre, et c’était une vrai peau qu’on risquait
        Soixantuitards, je vous hait.

    1. sam player

      C’est le dimanche avant le départ en vacances du boss…
      Dans quelques minutes il va nous mettre un billet pour justifier son repos syndical… 😥

          1. Pheldge

            le verre est plein, je le vide, le verre est vide, je le plains ( oui, le verbe pleiner=remplir, n’a pas encore été imposé, donc pas « pleins », pas encore, Najat, si tu nous lis … 😉 )

    2. Bernie Gunther

      + les quelques miens systématiquement dans le sas du purgatoire (une histoire de rapport signal/bruit, me semble-t-il).

      Non je ne me plains pas ! Et bonnes vacances si c’est le cas.

  5. Pheldge

    pour certains, je ne donnerai pas de noms, ile se reconnaîtront, (au passage, vieillard, plombier grec et alcolo ça commence à faire lourd, je plains la famille ! 😉 ) ça sera plutôt « allez les verres … » 😉

      1. BDC

        Vous pouvez rire Bonsaï, c’est pas vous qui allez subir les concerts de klaxons et sonos à fond jusqu’à pas d’heure. Mais je dois avouer que je la trouve sympathique cette sélection d’équipe de France. Que les meilleurs gagnent !

                  1. Bonsaï

                    Alors je vous signale en direct live depuis Genève, que chez nous les formalités d’usage ont déjà commencé : dans les rues on entend cette espèce de corne de brume, actionnée par de fervents supporters de C. Ronaldo…

              1. Pheldge

                toss ou tôsse , comme tu voudras, c’est du verlan abrégé de tos-por pour « portos » , comme on dit les « keufs » pour « keu-fli » ou encore le « teush » pour le « teu-shi » 🙂

                Phledge , DEA de verlan, de créoles divers, serviteur 🙂

          1. Pheldge

            @ sam : méfie-toi des suissesses qui ont du poil sous les bras et qui mangent de la morue … ce ne sont pas toujours des suissesses 🙂

  6. Pheldge

    Non, je pique du nez dès 21 h locales et le match commence à 23 h … Je suivrai comme je pourrai, en fonction de mes diverses allées et venues nocturnes 🙂

    1. Pheldge

      sympa ! je m’attendais à ce que tu me proposes gentiment de m’envoyer un paquet de tes couches super absorbantes … je suis un peu déçu 🙂

      1. Bonsaï

        En réalité, avec l’âge je suppose que nous avons tous à improviser de nouvelles pratiques afin de gérer certaines de nos fonctions de façon optimale.
        Qui a dit que la vieillesse était un art ? Plutôt un apprentissage de tous les instants, dirai-je…

            1. Lark on the Wing

              Tenant le livre des Évangiles dans ses mains, le célébrant exhorte celui ou ceux qui viennent pour recevoir le consolament à placer toute leur foi dans ce consolament et l’espérance du salut de leurs âmes en Dieu et dans ce consolament.

              Pauvre Pheldge….

          1. Dr Slump

            oui, ça c’est l’étape qui précède la finale, celle de l’arbre-a-camé… je sais, c’est pas terrible, mais non, je ne sors pas.

  7. Gerldam

    Je pense que le Brexit n’aurait pas fait tant de vagues si l’équipe qui devra négocier avec l’UE avait été prête et un nou eau premier ministre aussi.
    On eut:
    1. le coup de poignard dans le dos de Gove à Boris Johnson
    2. La démission annoncée de Cameron avec un délai assez long pour passer le flambeau (les marchés n’aiment pas les délais assez longs)
    3. la démission de Nigel Farage, parfaitement compréhensible mais incomprise de ce côté-ci du Channel
    4. la vengeance des députés conservateurs qui ont viré Gove de la course
    5. enfin l’attente pour désigner Theresay May qui calmerait beaucoup les marchés si elle était désignée demain matin.

    1. libellule

      Barroso rejoint Golman Sachs et que dit ce triste sir : Qu’il est très impressionné par l’engagement de Goldman Sachs pour les niveaux les plus élevés en termes d’éthique » et par la « culture d’intégrité et de responsabilité » de l’entreprise. Pouah, Pouah, Pouah!!!!!. Bonjour le cynisme.

  8. lxy

    Gerldam dit « le coup de poignard dans le dos de Gove à Boris Johnson »
    On peut comparer Boris Johnson à notre Danton, un personnage bipolaire capable de prononcer des discours enflammés pour galvaniser les révolutionnaires parisiens, puis de disparaître pendant 2 mois de la scène parisienne pour s’enfermer dans sa propriété d’ Arcis/Aube. Evidemment à son retour Robespierre s’est empressé de lui faire couper la tête… B. Johnson a prétexté le coup de poignard de Gove, mais c’est bien lui-même qui a reculé devant l’obstacle, c’est-à-dire la perspective du pouvoir (ref DSK). Aucune certitude mais c’est une piste à creuser.

    1. sam player

      Je crois plutôt qu’ils ont très bien compris que pour négocier la sortie et la suite il était préférable d’avoir un PM posé et non exubérant comme Farage ou Johnson.
      Le choix deTheresa Mae est nickel pour le job.

      Imaginez Farage et son « alors aujourd’hui vous rigolez moins hein ! » dans la négo !

Laisser un commentaire