L’incertaine élection de Donald Trump

Intéressants développements dans la campagne présidentielle américaine : le FBI vient de rouvrir l’enquête sur Clinton. Ou plus ou moins…

Soyons honnête : pour l’observateur extérieur, il devient compliqué de comprendre quelque chose dans les positions du FBI, et dans l’impact qu’elles peuvent avoir sur les très prochaines élections américaines. Par voie de conséquence, il devient impossible de faire des prévisions un tant soit peu solides sur le résultat de ces élections qui promettent, en tout cas, une solide dose de spectacle et d’imprévus.

Clinton

Et avec les dernières déclarations de Comey, le directeur du FBI, c’est à un nouveau rebondissement de ce spectacle qu’on assiste. En substance, ces déclarations reviennent sensément à signaler à l’ensemble du corps électoral que la candidate Clinton pourrait avoir du souci à se faire ; c’est en tout cas la théorie séduisante tenue par Scott Adams, l’auteur du cartoon Dilbert, qui explique que dans chacune de ses interventions, Comey aurait toujours placé les intérêts de son pays avant tout le reste.

Au final, cela revient à mettre les États-Unis dans une situation délicate puisque celle qui pourrait devenir présidente pourrait aussi se retrouver emberlificotée dans une enquête fédérale à peine élue, enquête qui aboutirait potentiellement à sa destitution (« empeachment »). Le peuple américain se retrouve à devoir factoriser dans son vote ce risque délicat à évaluer.

Une autre théorie tout aussi séduisante serait que Comey et le FBI sont un peu mieux au courant des courants d’opinion que les médias traditionnels, quasiment auto-intoxiqués par leur ferveur presque unanime à voir Clinton élue. Pour Comey, lâcher de telles informations à quelques jours du vote reviendrait à prêter allégeance à la future administration Trump.

Finalement, peu importe laquelle de ces deux théories (ou toute autre qui vous plaira) est la bonne. Il n’en reste pas moins que les sondages actuels, ceux-là même qui donnaient Clinton gagnante de façon quasi-certaine il y a une semaine, s’en tiennent maintenant à une victoire plus serrée. Pour d’autres, les scores des deux candidats sont à ce point proches qu’ils sont dans les marges d’erreur, rendant l’exercice particulièrement illisible. Enfin, il est difficile de totalement ignorer un phénomène de sous-déclaration de la part des votants penchant pour Trump, qui n’est pas sans évoquer celui qui avait encore cours en France pour le Front National il y a quelques années.

Autrement dit, si, sur le papier, le score de Clinton lui permet d’être élue dans un fauteuil, l’actuel paysage politique américain, ses sondages, les affaires criminelles et la nature même du vote américain (avec ses grands électeurs et ses « swing states ») rendent l’ensemble hautement imprévisible.

En pratique, tout ceci a un parfum de Brexit : tout comme pour ce référendum qui en attrapa plus d’un par surprise, les messages des deux camps se sont fort polarisés. Tant pour le Brexit que pour Trump, les opposants n’ont pas hésité à ressortir les accusations de racisme, de xénophobie, de repli sur soi. Tant pour le Brexit que pour Trump, la presse aura souvent présenté les partisans comme des personnes pas toujours informés, voire intellectuellement amoindries. Tant pour le Brexit que pour Trump, la structure des paris chez les bookmakers anglais et américains donne à réfléchir, avec 71% de l’argent misé sur une victoire de Clinton, mais avec, en nombre, une large majorité (65%) de paris pro-Trump.

Trump

En conséquence de ces éléments, je ferai une prévision, relativement périlleuse (soyons joueur), celle que Trump sera élu. J’ai, bien sûr, de gros risques de me planter en faisant un tel pari et si c’est le cas, je le reconnaîtrais d’autant plus aisément que ni Trump, ni Clinton ne représentent une quelconque victoire pour qui que ce soit, ni ici, ni Outre-Atlantique.

En effet, pour le libéral que je suis, le programme proposé par Trump ne permet pas de voir la fin du tunnel d’interventionnisme tous azimuts ; quant au programme de Clinton, il est rempli des mêmes âneries économiques que celui d’Obama, ce qui continuera de pousser l’Amérique vers les bourbiers de la sociale-démocratie la plus pâteuse. Si on peut se rassurer de la relative neutralité de Trump vis-à-vis des Chinois et des Russes, son inexpérience complète sur le plan international laisse planer des doutes sur sa capacité à résoudre des crises qui surviendront inévitablement, à commencer très probablement par celle qui secouera les marchés s’il est élu. A contrario, Clinton fera indéniablement preuve de plus d’expérience dans la résolution de conflits internationaux, mais on est en droit de se demander si elle ne sera pas directement responsable de les avoir créés en premier lieu.

Bref, l’un comme l’autre semblent, au moment où ces lignes sont écrites, à peu près équivalents en terme de médiocrité. Peut-être le FBI en sait-il suffisamment plus long sur Clinton pour lui préférer Trump ?

Quoi qu’il en soit, et malgré les perspectives assez peu réjouissantes que ce couple de candidats offre à l’Amérique, une victoire de Trump représenterait cependant au moins une raison de se réjouir : avec un tel résultat, voilà une belle catastrophe pour les instituts de sondages, devenus incapables de sonder ; voilà une grosse gamelle pour nombre de médias trop massivement pro-Clinton qui n’ont pas réussi, avec toute leur puissance de feu, à faire barrage au candidat honni.

epic-fail-with-faceplant

Trump élu, on peut s’attendre dans les médias à un instant d’effroi tout à fait comparable à celui qui a suivi le surprenant Brexit, la même réalisation que leur rôle est de moins en moins pertinent et que l’argent qui est investi en eux n’est plus du tout aussi bien investi que dans d’autres supports, d’autres méthodes.

Par ailleurs, et n’en déplaise à ceux qui ne voyaient dans le Brexit qu’un message xénophobe ou de repli sur soi nationaliste, n’en déplaise à ceux qui ne voient en Trump qu’un populiste xénophobe offrant un facile repli sur soi nationaliste, le fait qu’une majorité d’électeurs fasse un choix si peu consensuel, si fracturant, malgré la bordée de qualificatifs négatifs qui lui sont attachés, implique que ces formes bien spécifiques de politiquement correct ont vécu.

Or, toujours dans cette hypothèse de Trump élu, on peut parier sur la non prise en compte obstinée de ce changement drastique de l’opinion par les médias. Vous verrez qu’à l’instar des descriptions larmoyantes de ceux qui avaient voté le Brexit sur le mode « ils n’ont pas compris ce qu’ils votaient », nous bénéficierons de reportages sur ces idiots utiles qui regrettent d’avoir voté Trump (larme à l’œil) et qui « n’ont pas compris ce qu’ils votaient ». Parions aussi qu’on nous ressortira l’un ou l’autre reportage sur des Rednecks idiots détenteurs d’armes à feu qui se réjouiront niaisement de leur nouveau président, qu’on les prendra comme exemple du citoyen américain moyen, bas du front donc méprisable, qui ont poussé leur pays dans la folie du racisme, de la xénophobie, du nationalisme et du repli sur soi, gnagnagna…

Certes, Trump président, ce n’est vraiment pas la grande classe pour l’Amérique. Mais la déconfiture magistrale du Camp du Bien qui l’accompagnerait adoucira grandement ce résultat.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires204

  1. Aristarkke

    L’ inexpérience du candidat ???
    Quand on pronostique les résultats de l’ expérience d’Hillary, on parle davantage de guerre que de paix…
    Pour Ronald R. que n’entendîmes nous pas au sujet de son inexpérience tous azimuts???

    1. bibi

      Reagan avant de devenir président a été gouverneur de Californie pendant 8 ans, il n’est pas arrivé de nulle part comme Trump.

      1. Aristarkke

        N’ empêche qu’il était quotidiennement flingué sur son inexpérience internationale, son passé d’acteur de second rang, etc…
        Trump ne sera tout de même pas tout seul au Pouvoir.
        Il aura une Administration avec lui.
        Fera t il ou non des bêtises ou des gaffes appartient à l’ avenir d’ autant plus inscrutable que la prétendue expérience préalable n’ apporte guère de garantie solide à cette aune.

          1. Aristarkke

            A l’ époque de sa réélection au milieu des années 80, la TV-Pravda n’ avait pas manqué de ressortir quelques films où il apparaissait dans une vaine tentative de le faire passer pour un saltimbanque des plus abrutis, dans un contre-emploi de Président (évidemment, il n’avait les bonnes références du sérail)…
            Il n’avait jamais eu de premier rôle dans un blockbuster mais des flopées de second rôle où il était crédible pour son jeu d’acteur. Dans le cas contraire, il n’aurait d’ ailleurs jamais pu être autant recruté comme il l’a été…
            Il avait aussi été abaissé, dans une seconde série de critiques à n’être qu’un petit politicien provincial, façon conseiller général pour la Grance alors qu’il était gouverneur de la Californie, somme toute aussi peuplée que la Grance à l’ époque et la suivant de près en termes économiques si elle avait pu être estimée en tant qu’État indépendant…

      2. Balthazar

        Comme Hollande élu de conseil général…

        C’est aussi un des principes de notre belle démocratie : n’importe qui doit pouvoir se présenter aux élecrions et pourquoi pas les gagner

        Sauf à admettre que seule une minoritée ointe de je ne sais quel pouvoir/savoir puisse y parvenir…

      3. Deres

        On a un président qui a été très longtemps président du conseil général de Corrèze. On a vu ce que cela donne, surtout quand il s’entoure d’incapables sans expérience gouvernementale de son acabit pour ne pas se faire de l’ombre …

    2. albundy17

      ben oui, hilarry a toutes les compétences pour suivre l’éternelle ligne des usa, la guerre chez les autres, depuis toujours

      1. bibi

        Les USA jusqu’à la fin de la WWII étaient isolationniste, durant les deux guerres mondiales, ils ne sont entré dans les conflits que contraint et forcé (guerre sous-marine contre la marine marchande plus télégramme Zimmerman en 1917 et Pearl Harbor 1941), ce n’est qu’à partir du moment ou l’URSS a mené des guerres d’expansion que les USA sont intervenus à l’étranger.

        1. Le Gnôme

          Ils n’ont même pas déclaré la guerre à l’Allemagne en 1941, c’est Hitler qui l’a fait.

        2. albundy17

          Gnééé ?

          1775-1776 : Au Canada2 et dans l’Atlantique au cours de la guerre d’indépendance des États-Unis.
          1798 à 1800 : Quasi guerre Conflit naval contre la France Révolutionnaire. Mer des Antilles et côtes nord-américaine de l’Atlantique. Terminé par le traité de Mortefontaine.
          1801 à 1805 : Guerre de Tripoli plus connue sous le nom de guerre barbaresque, le bey de Tripoli et ses alliés de Tunis et d’Alger déclarent la guerre aux États-Unis qui ne voulaient plus payer de tribut pour le passage de leurs navires.
          1815 : Seconde guerre barbaresque contre la régence d’Alger, dirigée par le commodore Stephen Decatur, qui force le dey Omar à signer un traité mettant fin aux attaques de navires américains par les corsaires barbaresques.
          1838, 2 janvier : Muckie à Sumatra, un détachement de Marines protège des citoyens américains.
          1843 : Combat en Côte d’Ivoire dans le cadre de la lutte contre le commerce des esclaves3
          1846 : Guerre américano-mexicaine, les États-Unis d’Amérique annexent la moitié du territoire mexicain. Ce territoire est maintenant réparti en États : la Californie, le Nevada, l’Utah, l’Arizona, le Nouveau-Mexique, et une partie du Colorado.
          1852, 3 au 12 février, 17 septembre et en avril 1853 : Argentine, Les Marines s’installent à Buenos Aires pour protéger les intérêts américains durant une guerre civile.
          1853 : Nicaragua, protection des citoyens et des intérêts américains pendant des troubles politiques.
          1853 et 1854 :
          Japon, le commodore Matthew Perry oblige le Japon à s’ouvrir à l’Occident avec la Convention de Kanagawa en 1854
          Îles Ryukyu et Îles Bonin. Le contre-amiral Perry utilise la force de dissuasion de sa flotte navale envers les autorités de Naha, sur l’île d’Okinawa, qui lui accordent la gestion d’une concession minière, les îles de Bonin, ainsi que des facilités commerciales.
          1854, 12 juillet : Nicaragua, en représailles à une offense faite au ministre-résident américain en poste au Nicaragua par une rébellion qui voulait percevoir des taxes, bombardement de Greytown (San Juan del Norte).
          1855, 25 au 29 novembre : Uruguay, intervention américaine et européenne en Uruguay pour protéger leurs intérêts lors d’une tentative de révolution à Montevideo.
          1859, 31 juillet au 2 août : Chine, protection des intérêts américains à Shanghai
          1860 : Angola, intervention afin de protéger les citoyens et des biens américains lors d’une révolte indigène à Kissembo contre le Portugal.
          1893 : Hawaii, afin de protéger les vies et les biens des États-Unis, mise en place d’un gouvernement provisoire sous l’autorité de Sanford D. Dole, annexion définitive en 1898.
          1894 : Nicaragua, intervention à Bluefields afin de protéger les intérêts des États-Unis à la suite d’une révolution.
          1898 : Guerre hispano-américaine avec comme motif la libération de Cuba de la tutelle espagnole. Les États-Unis imposent la possibilité d’investissements financiers et un droit d’ingérence dans les affaires intérieures du pays. Construction d’une base militaire.
          1898 :
          Porto Rico, Hawaï, Wake, Guam
          Philippines
          1900 : Chine, participation à l’Alliance des huit nations qui intervient à Pékin pendant la révolte des Boxers.
          1903 : Colombie, aide à une révolte, visant à la séparation de ce qui deviendra la république de Panama en vue de la construction du Canal de Panama.
          1909 : troupes d’occupation au Nicaragua
          1914 : troupes d’occupation à Veracruz, Mexique4.
          1915 : troupes d’occupation en Haïti
          1916 : troupes d’occupation en République dominicaine
          1916-1917 : expédition dans le nord du Mexique à la suite de l’incursion armée de Pancho Villa aux États-Unis5
          1917 à 1918 : Les États-Unis pendant la Première Guerre mondiale
          1926 : Nicaragua : défense des intérêts des citoyens américains pendant des troubles politiques intérieurs6.
          1941 à 1945 : participation américaine à la Seconde Guerre mondiale, en Afrique, en Europe, et dans le Pacifique.
          1945 et 1946 : envoi de troupes en Chine pour désarmer les forces de l’armée impériale japonaise et rapatrier les ressortissants japonais après la capitulation de ce pays7.
          1946 : Philippines soutien au gouvernement face à une insurrection.
          1947 : Grèce, soutien logistique militaire au régime royaliste engagé dans la guerre civile grecque soutenu auparavant par le Royaume-Uni.

          1. Aristarkke

            Dans cette énumération, vous avez oublié le pont aérien de ravitaillement de Berlin… 😉
            Bref, ils sont isolationnistes quand cela les arrange… de le dire…

            1. albundy17

              Oui, il en manque. D’ailleurs, pour le ravitaillement les us se faisaient payer en or par le biais de la suisse qui refondait l’or dentaire pour l’estampiller BNS tout propre

            2. Marco40

              Dans ce recensement fort intéressant, on dirait que pour la moitié des cas, c’est suite à : -menaces, extorsion, actes de violences, etc… Donc il s’agit d’une réponse du berger à la bergère…
              Après la 2nde WW, l’interventionnisme a pour but d’endiguer les Forces du Bien communistes : ça dérange qui?
              Si j’ai un reproche à leur faire, ce serait de ne pas avoir appliquée la même méthode en Irak qu’au Japon et Allemagne. Mais bon, on ne refait pas l’histoire.

                  1. MadeInCH

                    albundy17 1 novembre 2016, 12 h 31 min
                    Donnez-moi quelques raisons qu’auraient eu les USA pour aller en Irak?
                    Les bombes nucléaires?
                    Les WMD?
                    Le 11Sept2k1?

                    1. albundy17

                      Golfe Persique, chiites, pétrole, gazoduc.

                      Vous pensez peut être que c’est pour libérer le peuple de l’horrible sa dame ?

                    2. Pheldge

                      le 9/11 point barre ! une attaque meurtrière sur le sol américain, impensable de ne pas riposter pour la première puissance mondiale. Ils ont un verbe pour ça qui exprime la loi du Talion : to retaliate !
                      Saddam était un choix logique, c’était un salaud, tout le monde le détestait, surtout ses voisins depuis l’invasion du Koweit … y aller était quasi une promenade de santé, avec en prime, l’éternelle reconnaissance des pétromonarchies …

                    3. Pheldge

                      Al, j’ai pas dit que Saddam était responsable du 9/11 mais qu’il faisait un bouc émissaire idéal pour une Amérique qui 1/ demandait justice 2/ se devait d’affirmer son statut de superpuissance. il fallait du sang et Saddam était une excellente option, vu de Washington à l’époque !

                    4. albundy17

                      On parlait des raisons qui ont poussé les us a fracasser l’irak, pas ce qu’ils ont fait gober à la populace

                    5. Royaumont

                      On pourrait gloser longtemps sur les véritables raisons de l’intervention US en Irak en 2003.
                      J’en vois plusieurs :
                      suite au 11/09, il fallait taper sur quelqu’un. L’Arable Saoudite étant trop risquée, l’Irak était un bon candidat : personne ne prendrait la défense de Saddam et cela intimiderait les saoudiens. De plus les US avaient là une bonne raison pour positionner des troupes dans la région et, bénéfice collatéral, ils augmentaient leur influence sur le marché du pétrole.
                      Par ailleurs, Saddam Hussein en 2002 annonçait qu’il vendrait désormais son pétrole en … euros, ce qui était une tentative de remise en cause du roi dollar. Moins d’un an après, il se balançait au bout d’une corde. La suprématie du dollar est sans doute l’arme géostratégique la plus importante dont dispose les US, chercher à la remettre en cause est une véritable déclaration de guerre.

                    6. Mhmhm l’Irak était une épine dans le cul sunnite et donc l’Arabie trouvait fort bien que Saddam s’en prenne une bonne. Quant à la théorie que les Américains auraient attaqué à cause d’un hypothétique passage à l’euro, c’est juste ça, une théorie. En pratique, depuis, d’autres pays ont basculé vers autre chose que le dollar et n’ont pas subi les foudres américaines (contre exemple typique : l’Iran, qui a même vu ses positions se dégeler avec les US, à mesure que les positions US se durcissaient avec l’Arabie Saoudite).

          2. Duff

            Une question, je suis impressionné par cette longue énumération qui évidemment contredit totalement ce qu’on m’a enseigné en cours d’histoire avec la tentation « isolationniste » fréquente dans l’histoire des USA.

            De quelles lectures tirez-vous cette observation si ce n’est directement cette énumération? C’est juste par curiosité parce que je trouve ça très intéressant.

          3. Higgins

            Il ne faut pas tout mélanger. Il y a des conflits qui sont clairement du ressort d’un pays en construction (cas des conflits fin XVIIIe, début XIXe). Par contre, dès que la doctrine de Monroe entre en oeuvre, ça change. Au XXe, la tendance isolationniste reste forte mais les circonstances et les pouvoirs en place en décident autrement.

            1. bob razovski

              Ca aura toujours été le paradoxe américain.

              L’union intérieure est si hétérogène que le fédéralisme va d’accepté à rejeté en bloc en fonction des états. Il ne reste que l’extérieur à l’administration pour se donner un semblant d’existence. Donc on s’invente des histoires pour passer le temps et se divertir.

              1. bob razovski

                petit ajout : on peut faire le parallèle avec l’UE.

                Sauf que l’UE n’ayant pas d’armée de soldats à sa disposition, celle de ses fonctionnaires en col blanc ne peut s’attaquer qu’aux états eux même composant l’UE à coups de lois zé décrets en tous genres. mais la finalité reste la même : prouver qu’ils sont utiles et qu’ils méritent ce qu’ils perçoivent.

                Tel le taulier qui parie sur Trump, je parie que si l’UE était dotée d’une armée fédérale, l’UE serait en guerre partout, et pourquoi pas contre les USA d’ailleurs (pas directement, mais via les théâtres d’opération)

                1. petit-chat

                  si l’UE était dotée d’une armée fédérale
                  Elle s’en servirait probablement en premier lieu contre les Etats qui s’éloigneraient du Camp du Bien.
                  Actuellement, sa seule force de coercition est le pipeau.

  2. Le Gnôme

    Je dois avouer que j’ai beaucoup de mal à me faire une opinion sur Trump, Les medias européens n’ayant pas la moindre objectivité et se contentant de rapporter les ragots. Comme mon anglais est sommaire, je ne peux donc pas aller à la source.

    1. Aristarkke

      Vu que la Presse américaine de notoriété nationale/internationale est massivement anti-Trump ainsi que le dessin humoristique dans le corps du texte d’aujourd’hui, le résume crûment, il n’est même pas sûr que nous serions plus avancés de pouvoir la lire dans le texte.

      1. albundy17

        Les programmes respectifs n’ont pas vraiment d’importance, pour obama, la ligne électorale était « prouve que tu n’es pas raciste », maintenant c’est « prouve que tu n’es pas misogyne »

    2. MadeInCH

      On ne peut pas dire que les médias et posteurs francophones sont pro-Trump.
      Je vous invite à lire la page Wikipedia sur Trump.
      En ce qui me concerne, ses positions me sembles défendables. Peut-être parce que je pense souvent comme lui? (Et ceci, de AVANT de le connaître!)
      Exemple: Intervention militaire en Irak: Il ne fallait PAS y aller! Mais si on y va, il faut y aller avec absolument toute la force nécessaire! PAS au compte-goutte!
      Exemple: Mariage Homo: Il y est opposé à titre personnel. Mais en tant que président, il ne reviendra pas dessus et défendra leurs droits.
      C’est assez opposé à l’idée d’un va-en-guerre homophobe.

      1. Pat

        Et réciproquement, quelqu’un qui est adoubé par tout la classe jacassante peut avoir quelques (dizaines de millions de) cadavres dans son placard.
        Souvenez-vous du gentil Mao, des gentils Khmers Rouges…

  3. Patatrac

    A dix jours du scrutin, la sortie de James Comey et ses répercussions sur la campagne électorale ne sont pas un hasard. Si les raisons qui l’y ont poussé sont plutôt obscures, il est par contre certain qu’elles doivent être solides. Le discours de Trump lors du dîner de gala de la Smith Memorial Foundation, avant la sortie de Comey et en présence d’Hilary Clinton, balançait pavé sur pavé dans la mare, mais il semblait cependant assez résigné sur l’issue de l’élection. Curieusement, depuis trois jours Trump ne s’est pas saisi de cette opportunité hors du commun pour pousser sa campagne jusqu’au bout.

    1. Aristarkke

      C’est peut-être une tactique pour jouer les surpris abasourdis devant ce rebondissement avec une sidération effarante décalant la réaction?
      Peut-être aussi Halloween qui a une forte importance aux yeux américains???
      Embrayer immédiatement à la suite pourrait donner des arguments aux pro-Hillary au sujet d’un complot contre leur championne, ourdi par son adversaire, ce qui apparaitrait comme dénué de tout fair-play.

  4. Higgins

    En tout cas, le kandubien serre les fesses. La perspective d’une victoire de Trump dans quelques jours les préoccupe un tantinet depuis une semaine.Personnellement, je crois Trump beaucoup plus fin qu’il ne l’affiche ou ne le montre. De la même manière que l’actuelle administration ne laissera pas un grand souvenir dans l’histoire des USA, une administration Clinton ne changera pas grand chose à la situation actuelle. On touche là aux limites du politiquement correct, le sexe ou la couleur de peau n’étant pas nécessairement gage de compétence.

    Déjà en 1940, le célèbre WC Fields (Plus je connais les hommes, plus j’aime les chiens) avait brocardé l’élection présidentielle à travers un petit ouvrage aujourd’hui réédité « Fields président »: « On sait depuis Ronald Reagan que les présidents américains sont parfois de mauvais acteurs. Alors pourquoi ne pas confier cette lourde tâche à un vrai clown, gentleman de surcroît ? Impôts, éducation, santé, beau sexe, affaires, spiritueux, corruption… Si vous votez Fields, en trois coups de cuiller à pot, il réglera tous vos problèmes !
    Parue en 1940, cette parodie de programme électoral populiste, signée par l’un des plus grands auteurs et acteurs comiques de son temps, flingue à tout va avec un humour caustique et décapant tout à fait moderne, qui n’est pas sans évoquer un Coluche en France.
    On n’en attendait pas moins de l’homme qui a déclaré un jour : « Tout le monde a besoin de croire en quelque chose. Moi, je crois que je vais reprendre une bière.» Enfin un président qui tiendra ses promesses ! » (http://www.nouvelles-editions-wombat.fr/livre-I28.html)

    1. « je crois Trump beaucoup plus fin qu’il ne l’affiche ou ne le montre »
      Oui. On ne devient pas milliardaire par hasard.

    2. Royaumont

      Bien sûr que Trump est plus fin qu’il ne veut bien le paraître. Il joue un personnage, avec un certain talent d’ailleurs.
      s’il ne rebondit pas personnellement sur cette nouvelle affaire Clinton, c’est parce que d’autres le font à sa place et que c’est beaucoup plus efficace ainsi.
      S’il dit du mal de son adversaire, il sera toujours taxé, non sans raisons, de partialité. Si l’attaque vient de personnes a priori sans parti pris, l’argument porte mieux.
      Il a beau l’ouvrir à temps et à contretemps, il sait très bien quand il faut se taire.

  5. Taisson

    Encore un billet de vrai « journaliste » au sens noble du terme!!

    En tant que Franco-Français je ne me risquerait pas non plus à un pronostic..
    En tous cas, il semble bien qu’une part de l’administration soit sur le point de lâcher le clan Clinton.
    Peut on imaginer chez nous une enquête pour atteinte à la sureté de l’état sur Hollande, ou même un simple contrôle fiscal ? c’est quelque chose de ce genre qui arrive à Clinton !
    Et j’aimerais beaucoup voir les tronches de catastrophe de nos vedettes des médias si Trump gagnait…
    Toutes les baffes que peuvent prendre ces nuisibles me réjouissent !!

  6. Bernard

    Il semblerait même qu’Obama soutient Comey par l’intermédiaire d’une déclaration publique vantant son intégrité et sa droiture.
    Savonnant ainsi la planche sur laquelle s’était réfugié le camp du bien en accusant Comey de traitrise à sont pays depuis la réouverture de l’enquête vendredi dernier.

    Je vois avouer que ce scénario est très brexitant et me fait beaucoup rire 🙂

  7. Duff

    L’article fait la synthèse de ce que j’ai pu lire le week-end dernier. On doit partager de nombreuses sources : La remarque sur la sous-estimation de Trump comme le FN jadis, j’ai vu ça sur objectif éco et les détails de l’enquête du FBI chez l’excellent @vaevix sur twitter.

    La similitude troublante avec le Brexit c’est aussi l’écart à 10 jours du scrutin qui ré-augmente comme si on cherchait à décourager les brexiters (ce qui peut avoir l’effet inverse en relâchant l’attention des remainers).

    Comme pour l’UE, il n’y a pas chez les électeurs de Clinton une grande appétence pour la cause tandis que les partisans de Trump sont possiblement moins nombreux mais probablement aussi déterminés. La présence à un meeting de Nigel Farage et son discours qui établissait le parallèle était intéressant. Les supporters de Trump sont parfaitement conscients des enjeux et ne s’offusquent pas que leur champion dérape régulièrement (reconnaissance du résultat/dès pipés etc).

    Je ne crois pas qu’il soit si risqué de parier sur l’élection de Trump. Charles Gave a émis 2 idées intéressantes : Ce combat Clinton/Trump c’est aussi celui de la presse agonisante et pourrie contre les leaders d’opinion sur le net qui sans toujours prendre position pour Trump sont autrement plus virulents sur Clinton et font le travail. L’autre idée c’est que Trump parlerait à l’Amérique déclassée qui ne vote plus (l’abstention est traditionnellement élevée aux USA) en cas de hausse de la participation Trump passe.

    Avec les derniers événements je pense que l’idée #2 de CG sera invalidée, on peut plutôt s’attendre à une moindre mobilisation du camp pro-Clinton tandis que les médias qui chient sur Trump n’ont depuis le départ aucune prise sur son électorat (ce qui les désespèrent). Situation qui peut conduire à l’élection par défaut de Trump.

    1. Higgins

      Je suis globalement d’accord. On a eu la même chose en 2002 en France avec JMLP au deuxième tour devant Jospin. Pour l’année prochaine et de la même manière, on ne peut plus exclure, malgré le battage fait autour de Juppé, une élection au premier tour de la Marine. Je constate simplement qu’elle se tient autour de 35% alors qu’on ne l’entend quasiment pas, En 2002, je n’avais pas été surpris. La côte de Jean-Marie montait lentement mais sûrement depuis plus de 6 mois.

      1. Duff

        J’extrapolerai pas sur la France néanmoins. Il y a 3 pôles actuellement (divisés en interne) pour 2 sièges au second tour. C’est à celui qui dissimulera le mieux ses divisions internes qui l’emportera à mon avis : d’ici mai 2017 d’autres élections pourraient bien émerger voire faire élire des courants anti-système.

    2. Je rejoins l’analyse de Gave : Trump est un populiste, i.e. il parle au peuple, il évoque des choses (émotionnellement parlant) à ceux auxquels il s’adresse, et montre les comprendre. Peu importe qu’il dise blanc puis noir en 2h d’intervalle, dès lors qu’il montre être proche d’eux. Clinton ne peut pas espérer ce genre de charisme.

      1. Duff

        Oui quand je dis que l’idée de CG sera invalidée, c’est pas sur le fait que l’électorat de Trump est réceptif à son discours populiste et est plus déterminé que les pro-Clinton, c’est sur la participation. Une hausse de la participation peut effectivement aider Trump, je parie plus sur une certaine démobilisation du camp démocrate.

        1. amike

          La primaire républicaine a mobilisé près de 2 fois plus en 2016 : 30 millions sur tous les candidats vs 18 millions en 2012, 19 millions en 2008,

          1. Duff

            J’avais vu, bien avant les derniers caucus Trump avait réuni plus de voix que Romney.

            D’où la polémique sur l’affluence de ses meetings où la tv us montre des sièges vacants alors qu’il fait apparemment un tabac partout où il passe.

      2. monoi

        Sauf qu’il ne dit pas blanc puis noir, il est tres consistant dans son message. Par contre, il va le faire en mettant la barre tres haut au depart, en negociateur avise, ce qui peut donner cette impression, mais c’est juste ca, une impression. Les merdias vont alors se fixer sur une partie de ce qu’il dit, generalement hors contexte, mais il semble que les americains soient moins idiots qu’on ne le pense et comprennent le message dans sa globalite.

        Pour ceux qui comprennent l’anglais, le dessinateur Scott Adams sur son blog a quasiment tout prevu sur cette election depuis aout dernier. Il explique aussi tres bien comment sont tirees les ficelles, notamment sur nos emotions qui dirigent quasiment toutes nos decisions, meme si on aime se croire rationel. Il qualifie Trump de « master persuader ». Ce dernier est loin d’etre stupide.

        Et puis il est toujours rigolo d’entendre les francais bien pensants critiquant Trump en repentant les aneries des merdias, alors qu’on a eu le choix entre Sarkozy, royal et hollande pour les 2 dernieres elections. Apres avoir elu mitterand et chirac. Pas de quoi pavoiser.

    3. Gossein

      L’idée même selon laquelle Trump  »parlerait à l’Amérique déclassée », est très suspecte d’avoir pu être diffusée par les dits démocrates. Elle n’est pas étayée et fait appel au ressenti. Cela revient à propager  »loser vote Trump » vs  »killer vote Hillary ».

  8. Marco40

    Aux USA, ils ont Trump vs Hilary, nous on risque d’avoir un Sarkosy vs Hollande.
    Est-ce un signe des temps où seuls les populistes et les hypocrites sont en mesure d’accéder aux fonctions suprêmes?
    Il est une chose de sûr et pourtant d’incroyable, c’est l’incroyable présence et contrôle des tenants de cette pensée unique dont l’ADN est une idéologie criminelle qui a sévit et sévit encore.

      1. Marco40

        Matin brumeux qui m’a fait oublié cette évidence, tant nos merdias nous parlent de tous les candidats sauf une…
        Je suis persuadé que le travail d’Hollande est de créer un vide autour de lui : personne d’assez « lourd » ne voudra se sacrifier pour cette présidentielle. Même la cruche sans fond du Poitou l’a compris.
        Reste à voir comment Hollande va manoeuvrer pour faire gagner Sarkosy aux primaires.
        Une chose de sûr : je ne voterai pas pour Hollande ni aucun candidat de gauche. De ce fait, je vais réimprimer mon « bulletin » que j’avais copié-collé de ce site 😀 😀 😀

        1. bibi

          Hollande a besoin d’un centriste repris de justice face à lui, il sait très bien qu’il ne peut devancer Sarkozy au premier tour car son électorat du premier tour de 2012 n’a pas disparu.

            1. albundy17

              Il y a Rousset à propos du chômage, lui a dit « qu’il devrait la fermer » loool

              Bon, ça fait un peu polémique, il s’est repris en disant qu’il ne s’adressait pas à lui, mais à sapine, re loool

        1. Pheldge

          t’inquiète, y’en a des qui, par ici, ils y croient encore à Flamby/MLP ! y’en a même des certains qui-z-ont fait des paris risqués ! je tairai les noms, par décence et commisération anticipée … 😉

    1. Bonsaï

      Ceci nous prouve une fois de plus que la démocratie telle qu’elle est pratiquée de nos jours n’est qu’un leurre et qu’elle sert toujours certains intérêts plus que d’autres.
      Tant que les leviers du pouvoir seront truqués à l’avance, tant que de petits groupe d’influence pourront agir dans l’ombre et en toute impunité, le vote démocratique restera un pur fantasme…

      1. MCA

        Comment peut on parler de vote démocratique en France alors que la France n’est pas une démocratie?

        http://www.algarathselect.com/eveil/la-republique-francaise-nest-pas-une-democratie/

        Et tant que j’y suis, un HS dont je partage bien volontiers le contenu:

        Les causes de l’effondrement de l’Empire Romain et ce qui se passe actuellement en France, tout y est :

        http://www.algarathselect.com/eveil/rome-hier-nous-aujourdhui-le-declin-sordide/

        Désolé H16 pour la promotion d’un site concurrent … :o)))

        1. Nicolas

          C’est un thème à la mode, et certes, immigration et Etat à donf semble être la cause de la chute de Rome.

          Amusant, le mouvement de ruralisation qu’on observe à l’époque et maintenant, la fiscalisation, le Pain et les Jeux, la fuite des riches (en Perse), ou la baisse de l’alphabétisation, ou celle du niveau de vie..
          Et bien sur la désolidarisation avec le régime, le pays, la société, des gens qui n’en « peuvent plus »

          La différence semble être surtout la vitesse, puisque chez nous une génération ou deux à suffit, alors que pour Rome on parle de deux trois siècle..

          Au passage j’ai appris que la théorie selon laquelle les barbares n’avaient pas assassinés du tout Rome, symbiose, bisous, etc, était sorti d’un unique livre d’un Italien des années 70. Evidement, il est devenu évangile pour les immigrationistes et autres saloperies de gauche.

          Mais tout confirme (archéologie) que c’est faux : la fin fut une mort violente, et certaine techniques alors connu n’ont pas étaient retrouvé avant.. le XVIIIéme siècle !

          Un désastre. Un meurtre.

          1. MCA

            Oui, le parallèle est troublant et la pente est commune, ce qui laisse augurer un funeste avenir.

            L’éternelle question qui se pose en lisant les articles de H16 ressurgit à chaque fois : …. que faire?

            Dans ce cas précis, je ne vois que l’action au niveau individuel pour tenter d’éviter d’être emporté par la débâcle.
            ______________________________________________________

            J’ai découvert alagarathselec.com il y a seulement quelques jours.

            Y figurent des développements très pointus sur qui sont Trump et Clinton et l’histoire de leur ascension.

            Hélas, depuis hier ce site est devenu payant pour un bon nombre d’articles; mais j’ai eu la chance de lire ces articles juste avant qu’il ne le devienne.

            Je m’apprêtais à les faire rentrer dans le jeu des échanges et Ils auraient pu amener des éléments de réflexion éclairant l’article du jour d’une lumière nouvelle.

            Dommage, c’est raté…

            Notamment que Trump est un mondialiste attaché aux financiers londoniens alors que Clinton est une nationaliste attachée aux financiers US, ce qui serait deux systèmes incompatibles et les londoniens vont gagner à long terme (peut-on en conclure hâtivement que c’est Trump qui va l’emporter?).

            Cela dit, ils seraient tous deux des enfants des Rothschild et à ce titre auraient un ascenseur à renvoyer.

            Pour résumer, la conclusion de ces articles était : que ce soit Trump ou Clinton élu, c’est Rothschild qui in fine gagnera l’élection.

            Le gérant du site est un financier à la retraite qui semble très bien informé des méandres des relations entre politiques et financiers avec de très grands développements sur la future monnaie mondiale à base de DTS depuis que la Chine a rejoint le club des monnaies éligibles.

            Pour ceux / celles que ça intéresse….bonne lecture…

            1. BDC

              Bonjour MCA, bien sûr ! J’ai lu le texte et j’y ai repéré des mots et expressions typiquement socialistes : « Peuple » avec une majuscule, « néolibéral », « révolution », « tyrannie capitaliste », et aussi ce passage : « si nous voulons engager notre économie dans une vaste zone de libre-échange transatlantique de type néo-libéral, si nous voulons doper la compétitivité des entreprises en leur offrant un crédit d’impôt de vingt milliards d’euros, si nous voulons conserver l’industrie nucléaire, etc.  » , ce vocabulaire et ces idées ne sont pas du tout dans la ligne éditoriale du Patron ! Quant au fond de l’article : passer à une démocratie directe, c’est issu de l’extrême gauche, cf. Etienne Chouard et son tirage au sort. Ensuite j’ai vu la source : Michel Collon, notoirement très à gauche, il a été interviewé sur Thinkerview.

      2. theo31

        « la démocratie telle qu’elle est pratiquée de nos jours »

        2500 ans après, La guerre du Péloponnèse n’a pris aucune ride et la démocratie reste toujours le pire des régimes.

        1. MadeInCH

          La Démocratie Directe, à la mode Helvète, me semble pas mal.
          – Dissolution des pouvoirs.
          – Pas de Grand Président Timonier.
          – Possibilités non contournables du Peuple pour bloquer ou forcer des choses.
          – Les zélus ont, de fait, pas mal de limitations.
          – Système fédéral, garantissant que les Grands Cantons n’écrasent pas démocratiquement les petits par simple masse de votant. Assez similaire au principe des Grands électeurs USA que j’approuve.
          Beaucoup de ceux qui tiennent du pouvoir sont plus proche du peuple (le peuple se rend plus comte) que dans une république jacobine royaliste centralisée.
          .
          Oui beaucoup n’y croient pas. Il y a déjà eu de grosses discussion ici, partant du principe que les « gens » sont des vaux et qu’ils acceptent n’importe quelle proposition populiste (du vrai populisme de gauche!) du genre « travaillez mois et gagnez plus. C’est l’Etat qui paye ».
          Mais l’Histoire, et la liste des initiatives et référendum, montre que les initiatives « DeGôche populiste » ne sont JAMAIS passée en un peu plus de 1 siècle! Même lorsque c’était pour « plus de vacances gratuites »!
          Les gens ne sont PAS des imbéciles. Surtout lorsqu’ils sont assez informés et comprennent que la monnaie c’est (censé être) du travail, et le travail de la monnaie.
          Okay… Une initiative de gauche est passée. C’était il y a 1 siècle, pour mettre la proportionnelle. Qu’elle supprimerait bien maintenant, comme en France, je pense. A l’époque, le PS était sans doute trop minoritaire.

  9. Bonsaï

    L’affaire Clinton semble aller vers un psychodrame assez inédit.
    Selon de nombreuses sources on apprend maintenant qu’Hilary Clinton aurait été prévenue à l’avance des questions qui lui seraient posées, ce qui lui procurait un avantage incontestable.
    « D’après des mails publiés par Wikileaks, Hillary Clinton a reçu en avance certaines questions qui lui ont été posées lors de débats de la primaire démocrate. Donna Brazile, la collaboratrice de CNN qui lui aurait fourni, a démissionné. »
    in lexpress.fr

    1. Bernard

      Il semblerait même (à prendre au conditionnel) que le couple Obama ait annulé toutes ses participations aux meetings d’Hillary.

  10. Pierre

    Un seul exemple de l’auto intoxication des sondeurs.

    De nombreux démocrates tendance « gauche », ceux qui avaient voté pour Bernie aux primaires… ne peuvent pas encadrer Clinton, et ses copains de Goldman Sach et ses conférences à 500 000 USD le bout.

    Que vont ils faire ?

    Rester chez eux bien entendu ! Mais ils ne voteront pas pour la folle de l’Arkansas.

    Idem pour les noirs, les hispanos. Là aussi, les sondeurs balancent des énormités pro hillary… Nous aurons également des surprises. Les blacks, après 8 ans de Obama The Black Jesus Yes We Can Not…. commencent à comprendre que les démocrates… les prennent pour des demeurés et considèrent leurs votes comme « acquis » pour l’éternité.

    Ils ne voteront certes pas pour Trump…Mails ils resteront à la maison mardi.

    Autre point : les services de renseignement, CIA, NSA, ne peuvent pas piffrer Clinton (car elle représente un danger ambulant, elle a lâché voire plus les « p’tits gars » à Ben Gazi etc.). Ce ne sont pas les Russes qui « piratent » les emails… Les fuites viennent bien entendu de l’intérieur.

    Enfin, rappelons un point important : elle est malade.

    Bref, c’est une formidable liability… On peut parier que l’état profond… va choisir le pragmatisme… et s’entendra avec Trump plutôt que de subir tous les risques/casseroles de Clinton.

    Je parie comme vous sur une grosse surprise façon Brexit.

    Et comme vous je savoure à l’avance les Unes ahuries de Libé, Le Monde, en fait de toute la « presse » française la semaine prochaine.

    Nos pauvres « journalistes » vont être durement secoués.

    1. MadeInCH

      Si Hillarante est élue, qui sera le vice-président?
      Parce que ce n’est pas impossible de construire un scénario à la « House of Cards » suivant:
      – Pousser Hillare -y à être élue.
      – Elle claque. De maladie, bien sûr! Qu’allez.vous croire!
      – Le vice-président devient président. Non élu. Ce qui était le but des Maîtres du Jeux au départ. Sans forcément que Hillary soit au courant.
      Mais je ne connais pas assez le système américain. Y a-t-il des nouvelles élections? Ou bien l’ancien vice reste prez jusqu’à la fin du mandat?

      1. bibi

        Hillary peut très bien devoir renoncer avant même le 20 janvier (date d’entrer en fonction) et ne plus jamais s’assoir dans le bureau avale ou travaillait Bill et Monica.
        Les élections sont tous les 4 ans il n’y a pas d’élection anticipées pour cause de vacances du pouvoir car il ne peut être vacant.
        Si le président quitte le pouvoir pour quelle raison que cela soit c’est alors son vice président prend se place et son premier acte en tant que président est de nommer un nouveau vice président.
        Si par le plus grand il n’y a plus de président ni de vice président il y alors un ordre de succession déjà établi président de la chambre, président du sénat, et l’ensemble des membres du gouvernements dans un ordre bien déterminé, et cela à condition qu’ils satisfassent les règles nécessaires pour être candidats aux présidentielles notamment être né citoyen américain et avoir plus de 35 ans.

        1. MadeInCH

          Ce qui m’amène aux questions suivantes:
          Qui sera son vice-président? Son collistier?
          Quel est le profil du future vice-président? (Si l’Hillarante Clingon est élue)

  11. bibi

    Ce ne sont pas les sondages qui ont toujours donné Killary Clingon largement vainqueur mais leurs interprétations par une presse voulant y voir le résultat qu’elle souhaite, il y a un nombre considérable d’états ou l’écart est dans la marge d’erreur.

    Bien sur Clingon a une plus large base de grands électeurs acquis que son adversaire qui lui aura besoin de remporter tous les swings states (Caroline du Nord(15), Colorado(9), Floride(29), Iowa(6), Ohio(18), Nevada(6)), mais cela n’a jamais été à exclure.
    De plus il faut noter qu’il y a des instituts qui au niveau du vote populaire n’ont jamais donné une avance à Killary au dessus de la marge d’erreur.

    Mais de toute façon avec les sondages ce qui est important ce sont les évolutions et depuis la réouverture de l’enquête contre Clingon, et l’évolution est clairement favorable à Trump tant au niveau du vote populaire qu’au niveau des swings states la Floride et le Nevada auraient basculé clairement de son côté.

    1. MadeInCH

      « Clingon ». J’y ai même pas pensé! 😀
      L’Hillarante Clingon. ça veut même dire quelque chose!!!

  12. Nocte

    Un truc assez « fun » avec les médias (US/UE), si un site ou un journal ne soutient pas HC, alors il est pro-trump et classé à l’extrême-droite, ca rappelle vaguement un biais similaire en France (mais limité à la blogosphere, étant donné que les journalistes français sont pour une très grosse majorité à gauche).

    1. Duff

      Il sévit une partout en occident le même phénomène : le réel invalide les prédictions du camp progressiste qui a gagné la bataille des idées il y a une trentaine d’année en coupant le sifflet de ses contradicteurs. La fin de la récré s’approchant à grand pas leur énervement est décuplé, c’est l’atmosphère de fin de règle. Comme ils sont prêts à tout, en cela, HC est la personnification de ce système mafieux ça ne va pas facilement se terminer.

      1. bibi

        Ca fait quand même un moment que Killary est ménopausée pour envisager une atmosphère de fin de règle.

          1. bibi

            Alors que bizarrement les filles de W on regrette qu’il en fait que 2.
            La texane élevée au grand air et nourri au grain c’est incomparable.

      2. Pheldge

        Hey Duff, et tout le monde aussi, pour faire ché-bran comme les ricains faut pas dire « HC » mais « HRC » … 🙂

  13. Serpico

    Merci pour ce billet (ho ho).
    Vous voyez, je pensais être tombé dans la paranoïa à répéter à qui voulait l’entendre dans mon entourage que les media favorisaient outrageusement Clinton, à faire passer les partisans de Trump pour des attardés… Bref, h16 l’a dit bien mieux que moi.

    Mais non. Et comme je l’ai lu dans les commentaires ici (il y a deux semaines peut-être), j’attends follement la victoire de Trump pour voir le flot de propagande semblable au séisme du Brexit (qui, comme dit récemment aussi ici, n’a pas mené à l’effondrement du monde), pour voir la quantité de butthurt dans la presse mainstream et tout ce qu’elle compte de chiens de garde de la Bonne Pensée.

    Bref, ça fait maintenant quelques années que je traîne mes guêtres ici, quoique je lurk plus que je ne poste et je m’y suis rarement autant senti chez moi qu’aujourd’hui.

    Merci au propriétaire de l’endroit, merci à ceux qui parsèment et emplissent ce blog de commentaires souvent drôles (théo31 a la palme du one-liner), parfois très fins et toujours intéressants.

    Que Cthulhu vous accompagne dans votre quête de la liberté !

  14. Infraniouzes

    Trump n’aurait pas de compétence à l’international ? Parce que notre Flamby en aurait lui ? Et en plus il a nommé un guignol – Ayrault – à ce poste sensible. On sait bien que, dans tous les cas de figure, une armée de spécialistes œuvre dans la coulisse. Mais comment se comportera le gouvernement Trump ? Ça c’est une autre histoire. L’incompétence de Flamby a été largement amplifiée par tout ce qui compte comme blaireaux influents au PS. Et lui, incapable de trancher, aura fait plus de mal à la France que le fantasque Trump n’en fera aux USA.

    1. bibi

      Il y a quand même une différence notoire entre Trump et Hollande, Hollande avait derrière lui 30 ans de carrière politique sans que quiconque n’en veuille comme ministre et quand vous pensez que sa Royale concubine elle l’a été a plusieurs reprise avant 2012, ça en dit long sur l’incompétence du bonhomme.

      1. Aristarkke

        Ni même secrétaire d’État qui est, traditionnellement, la période test pré-portefeuille ministériel.

      2. Deres

        Et le premier ministre qu’il a choisi n’avait non plus aucune expérience ministériel. Ce quinquennat fut vraiment un epic fail.

        En tout cas, si Trump gagne, ce sera rigolo puisque notre président actuel et son ministre des affaires étrangères l’on déjà tout deux insulté dans des interviews officiels … La subtilité de la diplomatie à la socialiste !

    2. Le Gnôme

      Trump doit savoir trancher, il a dirigé des entreprises dans un secteur concurrentiel. Toutmou n’a dirigé que la Corrèze et fait des synthèses au PS.

    3. Il faut apprendre à lire et construire un raisonnement logique. Quand on parle de Trump vs Clinton, dire « Trump n’a pas de compétence à l’international » est toujours en contraposée avec Clinton qui en a (c’est une évidence). Qu’elle n’en fasse rien de bon est ici périphérique. Quant à Hollande, c’est un parfait cheveu dans la soupe.

      Du reste, le paragraphe dans lequel on évoque cette dimension ne laisse aucun doute pour celui qui prend le temps de comprendre.

      1. Roi Heenok

        On peut dire que Clinton a de l’experience a l’international. Mais de la competence? Voyez comme les etats unis sont detestes desormais après que la Clinton et le Kerry (meme politique que Clinton) aient fait totue leurs conneries.
        Russie demonisee, Chine clairement defiante, les Philippines qui ont clairtement quitte l’alliance americaine et veulent expulser leurs troupes, le reste de l’Asie du Sud Est qui risque de suivre, la continuation des deboires au moyen orient, armer des terroristes en Syrie et Iraq, favoriser le Pakistan contre l’Inde, corruption prouvee par les petromonarchies (le Qatqr a fait une donation d’un million au compte de Clinton, non pas une fondation, direct sur le compte de Clinton, comme quoi nos mafieux deviennent complaisants et finissent par faire des fautes de debutant), printemps arabe et autres…

        1. Duff

          C’est bien ce que H16 explique. L’un est un business man qui a des affaires partout l’autre une pourrie vendue à des intérêts malsains. S’imaginer que Trump peut faire pire que neo-cons qui règnent depuis 1991 est une plaisanterie.

          1. Duff

            J’irais même plus loin, ce qui compte c’est l’administration de Trump une fois élu. On verra vite selon qui l’entoure ce qu’il vaut faire et franchement je ne doute pas un seul instant que les gars valables du parti républicain qui soutiennent Trump avec une pince à linge sur le nez se réjouiront de faire partie de son administration.

        2. channy

          Les Philippines qui lâchent les USA
          j ai lu cela, on va reparler quand les USA et alliés vont renvoyer à duterte quelques millions de travailleurs ofw ,c est lui qui donnera à bouffer à quelques dizaines de millions de
          philippins, duterte en Asie du Sud Est, il passe pour le bouffon de service

  15. René-Pierre Samary

    Trump n’aurait pas de compétences à l’international.
    A l’international, il faut d’abord avoir des convictions, c’est-à-dire savoir quelle partition on va jouer. Pour le reste, c’est un travail d’exécutants, et ça ne manque pas.

    1. Nicolas

      « Trump n’aurait pas de compétences à l’international. »

      Pas comme Obama. Mais il est noir, donc ca compte pas ?

      Mais alors, un rouquin ?

  16. Pierre

    Autre facteur, hors Clinton cette fois, mais historiquement vérifié : « It’s the economy stupid » !

    Les Américains votent avec leur portefeuille.

    Donc clairement le parti sortant part avec un gros désavantage.

    Tout est faux, biaisé, tordu, manipulé dans la « recovery » et la « croissance » aux USA, depuis 2008.

    Nous sommes aveuglés par la Silicon Valey, les fusions/acquisitions, FaceBook, Microsoft etc… Mais l’américain de base, lui, souffre :

    -revenus qui stagnent au mieux, depuis 2008

    -coûts santé en forte hausse (arnaque obacamare)

    -coûts éducation en forte hausse (endettement étudiants)

    -taux de chômage totalement trafiqué, 10 % minimum au lieu de 5% officiels

    -inflation trafiquée (immo, loyer, santé + éducation)

    -fausse création d’emplois (dans la restauration, petits boulots, qui remplacent des emplois industriels, détruits, qui étaient bien rémunérés eux)

    … Voilà la réalité économique aux USA.

    Il y a infiniment plus d’américains moyens et popu que de millionnaires démocrates de la Silicon Valey, de stars du cinéma gauchistes, de journalistes achetés etc…

    Donc… Clinton, représentante du parti Démocrate, va perdre selon toute probabilité.

  17. Sargos

    Sans entrer dans le débat : voter pour un mal élevé ou pour une « escroque », il semble que Corney ait lâché son ex-protégée pour cause d’implosion (morale, politique, éthique ?) du FBI. Ce qui risque d’avoir plus de conséquences que l’élection elle-même…

  18. Desproges54

    J’avoue une nette préférence pour Trump. Je souhaite vraiment que ce scénario soit le bon. Non que j’ai un respect infini envers le personnage, mais d’un point de vue purement français, c’est plutot avantageux. La mère Hillary qui, comme à son habitude, propose la guerre partout, et en particulier au Moyen Orient, donc à nos portes, non merci. après l’échec de leur politique en Irak et en Afghanistan, ils peuvent passer leur chemin les américains. Ras le bol de les voir mettre sans dessus dessous la zone et ainsi favoriser l’émergence de groupes terroristes que nous récupérons ensuite chez nous….

    1. Gossein

      Le Point bloque la lecture si Adblock. Il fait donc partie des médias à restreindre dans Google actus, Et même à éliminer de cet accès, si quelqu’un a la méthode ?
      Vu que son contenu payant est naturellement protégé, ses articles d’appels passeront ainsi à la trappe également : on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre !

      1. Pheldge

        il y a eu un article de h16 sur les bloqueurs de bloqueurs … relire les commentaires. J’utilise u-block origin qui est plus souple que Add block +, et qui me permet d’accéder au Point, sauf bien sûr les articles pour abonnés.
        Mais il y a parfois des articles qui en cours de journée passent en « pour abonnés » …

      2. sam player

        AdZhosts : ça marche très bien, ça renvoie les adresses des régies pub sur une adresse locale (127.0.0.1). Pour l’instant y a qu’avec M6 que ça merde mais je n’ai pas fait la mise à jour depuis un moment.

  19. JiJiBé

    Je me trump peut-être de sujet mais tout de même je transmets :
    ___________________

    « La décomposition de notre pays est le résultat du refus des gouvernants – et d’une partie de la classe politique – de reconnaître officiellement (alors qu’officieusement ils l’admettent) que l’islam, incompatible avec la démocratie mais encensé par certains, a mené au communautarisme, au refus du vivre-ensemble par une partie importante de cette immigration musulmane et aux attentats de masse, prémices d’une guerre intérieure à présent inévitable.

    Et c’est bien ce sujet capital pour l’avenir de la nation qui doit dominer le débat de cette prochaine élection présidentielle surtout lorsqu’on y ajoute le problème des clandestins de Calais que l’on répartit sur le territoire pendant que d’autres continuent d’arriver en provenance d’Italie et dont l’immense majorité ne sont ni Irakiens ni Syriens.
    En revanche ils sont adeptes de l’islam qui véhicule une culture de mort. »

    (Général Martinez 1er novembre 2016)
    __________________

    A ce sujet je me permets de rappeler que le 1er novembre ne s’appelle plus la Toussaint mais la journée des maures.

    1. albundy17

      Je pense que le communautarisme n’est pas un problème, nous avons de tout temps eu des quartiers regroupant tel ou tel groupe, ça me parait tout a fait naturel.

      Vous même, si vous vous expatriez, rejoindrez vraisemblablement le quartier français, il y en a dans tout les pays.

      Les clandés que vous fustigez de tout les maux, je vais compter large à 100.000, ne représentent RIEN en pourcentage de la pop française, on a reçu bien plus de chinetoque, viet, polonais, portugais, italien, etc, etc. Ils ne sont donc pas le problème non plus.

      Les muzz, pareil, tout le monde focalise sur ces adeptes barbus et pourtant, comme pour toutes les populations venu s’installer en france avant eux, ils ne sont pas à l’origine de cette pétaudière qu’est devenu la france.

      La vérité est ailleurs :mrgreen:

      1. Gossein

        Albundy 17, s’ils ne sont pas à l’origine de la pétaudière qu’est devenue la France, ils en sont une des conséquences. Cause > conséquence, facile pourtant, non ? Demandez à votre tailleur si ce n’est pas vrai.

        1. albundy17

          C’est parce que vous n’avez pas identifié la cause, demandez aux flics qui se rassemblent dans les rues depuis quelques temps, ils vont vous affranchir.

          « Demandez à votre tailleur si ce n’est pas vrai. »

          Ma femme n’en sais rien

      2. Deres

        Il est certain que pour pouvoir s’engouffre dans la brèche, il faut tout d’abord une brèche. Le problème vient de notre élite qui vend le pays par petit bout depuis 30 ans.

      3. Nicolas

        « Je pense que le communautarisme n’est pas un problème, nous avons de tout temps eu des quartiers regroupant tel ou tel groupe, ça me parait tout a fait naturel. »

        heu, le communautarisme, c’est du politiquement correct pour dire « chacun sa Loi »…. Une race, une Loi, comme après les invasions Barbares, par ex..

        Bref, la Partition -que même « Le Petit Homme » reconnait comme en train d’avoir lieu.

        Alors, il faut y réfléchir sans a priori. Pourquoi le 93 n’aurait pas la Sharia’ comme Code Civil ? Avec des pouvoirs législatifs propres ? Une frontière ?

        « Les clandés que vous fustigez de tout les maux, je vais compter large à 100.000, »

        Par ans ?

        Entre 1850 et 1914 ont a eut 130.000 immigrés, surtout italiens, dont un tier sont finalement rentré chez eux.

        Bein en 2015 le nombre d’immigrés a augmenté de 500.000, tandis que 500.000 français décédaient…

        On n’est pas DU TOUT dans les même proportion.

        Les gars du FN disent que l’immigration coute l’équivalent de la totalité de l’impôt sur le revenu (?)

        Du reste le discours socialos est passé de « Ce sont NOS valeurs sale fils de pute de nazi » à « C’est comme ca.. on n’y peut rien.. que voulez vous.. et ca ne fait que commencer.. »

        Par ailleurs j’observe que pas mal de fous de l’immigration sont eux même des immigrés, quelque soit la couleur de leur peau……… Coincidence ?

  20. kekoresin

    Umpf! Je pense qu’on aura droit au même choix cornélien d’ici peu…

    En attendant, les médias, qui se goinfrent du pognon qui coule des poches des citoyens de base et qu’ils méprisent copieusement en retour, expliquent en effet que la bonne démocratie est celle que les journalistes éclairés tentent d’imposer aux vers de terre provinciaux, voire aux rednecks du Wisconsin! Si la majorité grouillante n’adhère plus aux mensonges roses bonbon de nos petits dictateurs technocratiques au profit d’un Hitler en puissance, des appels à la résistance ne manqueront pas de foutre un bordel sans nom. Si par contre le battement d’un papillon au Zimbabwe fait que l’extrême gauche arrive au bon pouvoir en France, ça serait quand même moins grave aux yeux de nos journaleux élevés pour la plupart au grain rouge des facs, dont l’autre débouché est l’élevage intensif d’anti-fa conscientisés et prompts à éduquer à coup de lattes la minorité non consentante dans des centres de dé-capitalisation.

  21. albundy17

    « celle que les journalistes éclairés tentent d’imposer aux vers de terre provinciaux »

    j’ai regardé 2 jt ces derniers jours, dans chacun d’eux il y a eu un mini reportage sur un ex migrant totalement integré. Ce midi, c’était un afghan arrivé en 2000, actuellement gérant d’un resto, souriant, très bon français, etc,etc… :mrgreen:

    Un bémol durant ce JT, ils nous ont collé 22 migrants de calais à Fouras, y’en a 11 qui ont déjà disparu et la gendarmerie les cherchent aux alentours. Sont con, y’a qu’a demander, j’en ai vu 6 qui remontaient vers la rochelle à pied, sur la 4 voies à 110

    1. kekoresin

      Ouaip, je pense que l’apprentissage de la flûte traversière doit être obligatoire dans les cursus de journalisme. En tout cas, quelle objectivité en ce moment! Pas une image du métro Stalingrad, juste une annonce bien mielleuse faite avec la bouche, sinon les couillons de la France profonde attraperaient les miquettes et le fusil à pépé en voyant ça!

      https://www.youtube.com/watch?v=Ek1ENuEyWHE

      1. bibi

        En Parallèle on apprend que la France veut rassurer les touristes chinois:
        lefigaro.fr/conjoncture/2016/11/01/20002-20161101ARTFIG00043-la-france-veut-rassurer-les-touristes-chinois.php

      2. sam player

        Ce ne serait pas plutôt des casseurs pro qui sont venus foutre le bordel afin de permettre par la suite l’évacuation « naturelle » des migrants ?

  22. Bonsaï

    Ces 22 migrants ne se seraient-ils pas transformés en rôtis du dimanche ?
    Avec baies de poivre et genièvre, cela pourrait inspirer quelque poètes du fourneau…
    Et dire que les autorités laissent des ados tout seuls dans de telles circonstances, c’est un pur scandale.

  23. Higgins

    Si j’en crois ce qui est écrit sur le blog à Lupus, « Le sondage ABC News qui donnait 12 points d’avance à Clinton sur Trump il y a une semaine, ne lui donne plus que 2 points d’écarts. Mais ce que les médias ne vous ont pas dit, c’est que ce nouveau sondage a été fait avant l’annonce de la réouverture de l’enquête par le FBI. La forte réduction de l’avance de Clinton est le résultat des révélations que les prix de l’assurance santé Obamacare vont exploser, de 40 à 110% selon les Etats, tandis que la franchise non remboursée va pour de nombreux assurés atteindre 10 000 dollars. » (https://leblogalupus.com/2016/11/01/elections-us-barack-obama-lache-une-bombe-nucleaire-sur-lelection/)

    Sinon, capitalisme de connivence ou pas?: « Elections US : Le plan colossal de Google pour aider Clinton ! et fausser les élections… » (https://leblogalupus.com/2016/11/01/elections-us-le-plan-colossal-de-google-pour-aider-clinton-et-fausser-les-elections/)

    Si Trump gagne, ça va être sanglant. La question est maintenant: va-t-on le laisser gagner?

  24. Greg

    Ce qui est hallucinant de mon point de vue de petit Suisse, c’est la plus complète subjectivité des médias en langue française.

    Je viens de passer 2 mois avec un média assez génial… Youtube !
    J’y ai trouvé les séances entières de commissions d’enquêtes du Sénat suite à l’attaque de Benghazi, très instructives puisque remettant en cause le rôle de Hillary comme secrétaire d’Etat à l’époque.
    Il y a toutes les séances publiques sur l’affaire du serveur email privé d’Hillary.
    Et là c’est un véritable régal !
    Il faut suivre l’affaire, c’est long mais passionnant et plein de rebondissements.

    Comey a selon moi une position très peu enviable, le cul entre non pas 2 mais bien plus de chaises : son mandat de chef du FBI le laisse coincé avec le DoJ (département de la justice, la cheffe Madame Lynch s’étant par le plus pur des hasards retrouvée 30 minutes à discuter cadeaux à faire aux petits-enfants avec Bill Clinton, une démocrate qui sait qu’elle perd son poste si Hillary perd l’élection), DoJ qui seul peut fournir ou non des mandats, décider d’instruire ou non, le FBI n’étant qu’un acteur de recherches de preuves…
    Coincé aussi avec la commission d’enquête du Sénat qui depuis le départ démontre fait après fait tous les manquements dans l’enquête, pour cause de subjectivité due à la personnalité de « l’accusée Hillary »…
    Coincé avec ses propres employés qui sont plus que très bien placés pour savoir que pour le dixième des manquements d’Hillary dans cette affaire ils finissent en prison pour trahison, il en a fait mention dans ses dépositions devant la commission du Sénat (de ses difficultés à faire passer la pilule en interne).
    Coincé avec son envie non pas de seulement garder son poste (je crois qu’il sait déjà que quel que soit le résultat de l’élection présidentielle il est grillé) mais plutôt de ne pas mourir bêtement d’un accident (sans entrer dans la plus facile des théories du complot, il y a beaucoup de suicides et d’accidents mortels parmi les ennemis des Clinton).

    Il faut absolument voir Lynch répondre à un sénateur la même réponse en langue de bois que les 60 questions précédentes, questions fermées qui appellent un oui ou non chez à peu près toutes les personnes raisonnables…
    Question du sénateur : si je roule à 60 dans une zone limitée à 50, ai-je enfreint la loi ? Réponse Lynch : un officier de police pourrait vous mettre une amende, mais cela dépend des circonstances et je ne saurais vous répondre autrement sans avoir l’ensemble des éléments nécessaire à l’appréciation du cas.
    Lynch n’a jamais JAMAIS répondu à une seule question par oui ou par non !

    Et surtout, il ne faut pas oublier un point très important : le futur Président choisi l’Attorney General, actuellement Lynch qui s’est fait promettre sa continuité dans un avion en discutant petits-enfants si Hillary passe, mais avec Trey Gowdy si Trump passe.
    Il faut s’intéresser à Trey Gowdy ! S’il reste peut-être un incorruptible parmi les sénateurs, c’est Gowdy. Et Gowdy s’est mis les grands médias US à dos dans l’affaire Benghazi…

    Les médias US n’ont pas peur de Trump, ils ont peur de Gowdy comme Attorney General…

    Franchement, il y a 2 mois je ne connaissais rien à Hillary Clinton. Une 50aine d’heures de commission publique du Sénat m’ont fait comprendre beaucoup de choses qu’aucun média francophone n’a jamais tenté de commencer à vouloir avoir le début d’idée d’envie de peut-être esquisser un début de couverture des faits…

    1. Trump, c’est l’inconnu, le chaos, l’imprévisible. Mais Hillary, c’est la perversion, la corruption et pour tout dire, la folie.

  25. lafayette

    Démocrate ou Républicain vu de loin ça sens le même caca. On sait bien que le résultat ne changera pas la manière de mettre son nez dans les affaires mondiales et de continuer de laisser crever à petit feu le reste du monde.

    1. Pheldge

      « laisser crever à petit feu le reste du monde … » pardon ? j’ai peur de comprendre: donc il faudrait que, ou encore c’est leur devoir de « prendre à leur charge la misère du monde » parce que c’est la première puissance mondiale ?

      1. sam player

        +1
        Ambivalence de ceux qui ne mettent pas 2 sous de réflexion dans ce qu’ils écrivent : s’ils ne font rien ils sont coupables, s’ils font ils sont coupables.

  26. Nyamba

    Je me suis farci les « débats » présidentiels, et ai même poussé la torture à quelques discours de Trump (honnêtement, j’ai été incapable d’en finir un seul). En mettant de côté le contenu (inexistant) de son programme, la fatuité du personnage (repoussant au possible, mais ce n’est que mon opinion), j’ai un énorme problème avec la forme de son argumentaire.
    Ce que ses supporters lui trouvent est un mystère pour moi : je ne vois aucune trace d’intelligence dans ses propos. De la vantardise (c’est le roi du moi-je), de l’invention spontanée basée sur du rien, de la grossièreté, de la paranoïa doublée d’un esprit revanchard et mesquin, il en a des tonnes à revendre. Mais, ses mensonges mis à part, tout cela demeure du domaine du ressenti. Sur le plan intellectuel, en revanche, il est objectivement infoutu de produire un discours construit, correctement argumenté et au minimum compréhensible. Il m’est impossible de suivre une seule de ses démonstrations – à vrai dire je ne l’ai jamais entendu en offrir aucune. Il répond à côté de la plaque aux questions les plus élémentaires, s’écoute parler des plombes à propos… de rien. C’est horriblement frustrant – et il est possible que ce soit de là que vienne la réputation de « bas du front » de ses supporters, parce qu’il faut moins de deux neurones fonctionnels pour écouter tranquillement son blabla sans péter un câble. Au delà de l’opinion que ses idées sont nauséabondes, merdiques ou tout simplement stupides, je lui reproche surtout de ne même pas faire l’effort de les vendre avec des arguments cohérents. Oui, il s’adresse au ressenti de ses supporters – uniquement à leur ressenti, sans jamais passer par la case « cerveau ». C’est une qualité, je suppose, pour un prof de fitness standard. Pour un chef des armées? Pas sûr…
    Quant aux autres candidats… Autant l’avouer, cette élection est déprimante à l’extrême. Elle a un goût de celle à venir en France.

    1. Duff

      Trump fait appel au instincts les plus bas comme un vulgaire socialiste. C’est amusant que ce soit le cas d’un ennemi désigné du camp du bien qui utilise les mêmes bassesses.

        1. Duff

          Ce que je dis dans mes commentaires, dans ceux d’H16 ou de nos lectures respectives, ce n’est hélas pas l’objet de cette élection. On voudrait un débat d’idée mais comme le prouve Hollande, la nature du mensonge à gauche avec des considérations morales portent sur un plan bien différent qui élèvent au rand d’artistique la duperie démagogique. Que la gauche morale se retrouve concurrencée par un type qui pratique les mêmes méthodes en crachant dans la soupe de cette corruption inouïe est assez plaisant au fond.

          C’est pas ce qui se joue aux USA. Comme en Europe d’ailleurs. C’est le choix entre un type qui dénonce le système mafieux (peu importe qu’il ait les fesses propres ou non apparemment on n’a rien trouvé de mieux qu’une pauvre vidéo où il est à l’image de lui même!) et une incarnation de cette mafia.

          Comme beaucoup qui se sont prêté au jeu, on sait bien que nos idées sont nettement mieux portées par Gary Johnson. Peu importe on s’en fout. Ross Perot a faire perdre un pourri ce qui a facilité l’élection d’un pourri. Il y a beaucoup d’éléments qui laissent penser qu’on n’est pas dans la même situation.

          1. Nyamba

            Je reste perplexe : le fait qu’il dénonce le système ne peut suffire à expliquer son succès. N’importe quel clampin pourrait dénoncer le système avec davantage de bon sens que Trump – ce d’autant plus que Trump, du haut de ses succès et sa fortune, est un escroc notoire qui, justement, profite éhontément (et se vante même !) de ce qu’il dénonce. Dans l’ensemble, on retrouve les mêmes ficelles démago grossières chez un Bernie Sanders. Ce qui m’effare, c’est que Sanders passait à minima pour un « gentil ». Trump, même pas. Et pourtant, ses partisans lui pardonnent tous les écarts, tous les faux-pas, y compris ceux dont les implications sont profondément dérangeantes (voire s’en délectent). Je ne sais que retenir de tout cela, ni ce que cela traduit de la personnalité du supporter lambda – hormis l’idée que lui et moi ne vivons pas dans la même réalité…

              1. Bonsaï

                Toujours est-il que le niveau intellectuel et verbal des débats est tout de même largement supérieur lors des élections françaises.
                Obama, me semble-t-il, était le premier président à oser afficher un style plus intello et cosmopolite. Avec Trump, on est vraiment au fond des tiroirs du sud profond…

                1. albundy17

                  Le niveau verbal est tellement alambiqué pour s’éviter le crif que leurs phrases ne veulent plus rien dire, il n’y a que du vide.

                  Ecoute ce discours de trump, il est fin et drôle:

                  youtube.com/watch?v=bkGbzvyx5bk

                2. Pheldge

                  C’est gonflé de la part d’une Helvète de critiquer le discours ! Quand on n’utilise que la langue des autres pour s’exprimer, et en l’écorchant le plus souvent, on évite de la ramener sur ces sujets délicats ! 😉

                  1. Bonsaï

                    Si l’impertinent garnement que tu es se donnait la peine de relire son Histoire, il s’arracherait le peu de cheveux qui lui restent.
                    Car à sa grande honte, il constaterait que Genève était déjà citée par Jules César il y a 2000 ans sous le nom de Genava… qui donc a été chercher la langue des autres ?

                3. sam player

                  « Toujours est-il que le niveau intellectuel et verbal des débats est tout de même largement supérieur lors des élections françaises. »

                  Tu rigoles ? Les vrais sujets ne sont jamais abordés ! C’est de la langue de bois continuelle. As-tu déjà entendu ne serait-ce qu’un embryon de solution proposée par les candidats au sujet des migrants ? des guerres au M-O ? etc…

                  Au moins dans le débat US ils en parlent et ça les force à prendre des positions.

                  Tout juste ai-je entendu Sarko dire hier que l’alliance Bayrou-Juppé nous conduirait à une nouvelle tranche d’impôts de 50%.

                  1. Bonsaï

                    Il faut dire que c’est pas dans l’espace de la minute, 35 secondes généreusement mise à leur disposition par France Télé que les candidats peuvent réellement broder…

                    1. sam player

                      Bonsaï 2 novembre 2016, 10 h 26 min
                      Justement le débat des primaires est intéressant pour cela et là ce n’est pas 35 secondes mais 15 minutes par candidat mais je n’y ai rien vu de plus, juste des différences infinitésimales entre les candidats.

                  2. BDC

                    Pourquoi s’embarrasser d’un programme ? Suffit de se faire élire en se positionnant contre son adversaire, ça a marché pour Moi je. On rassemble davantage pour détruire que pour construire (cf. Hayek), et comme de toutes façons ils se font élire par des cons (cf. Frêche), il faut se résigner à n’avoir pour élus que des médiocres et des débats « démocratiques » ras-les-pâquerettes.

              2. Nyamba

                Sur les écarts et faux-pas : le choix et vaste. Les plus populaires incluent le « pussygate »; les raccourcis malheureux sur les mexicains (« They’re bringing drugs, they’re rapists… and some of them, well, they are alright »), sa manie d’interrompre grossièrement ses opposants ou supporters (cf les débats présidentiels pour exemples), ou encore les chiffres ou faits qu’il avance sans preuve, systématiquement démontés par les factcheckers (par exemple: http://www.npr.org/2016/09/26/495115346/fact-check-first-presidential-debate).

                Sur les escroqueries : Trump University me vient en tête (https://www.theguardian.com/us-news/2016/jun/02/donald-trump-university-lawsuit-new-york-attorney-general-fraud ; http://fortune.com/2016/03/08/trump-university-financial-elder-abuse-charges/). D’autres lièvres ont été levés par John Oliver dans Last Week Tonight – un show pour rire, à tendance « liberal » comme beaucoup d’autres, mais largement sourcé.

                A l’attention de Gossein : j’ai bien pris soin de différencier ce qui ressortait de mon ressenti, et de ce qu’objectivement je pouvais retirer de mes observations du personnage. Que cela vous ait échappé est votre problème, pas le mien. Trump s’exprime comme un crétin, point barre. Je n’ai pas vu une seule intervention, ni lu une seule interview de lui qui puisse me contredire. Vous pouvez arguer du contraire – je ne demande qu’à être convaincue !

                1. Gossein

                  Je n’ai pas à vous convaincre de choses que vous suivez davantage que moi-même. Je voulais juste dire que votre texte précédent contenait des stéréotypes peu à même d’éclairer rationnellement vos interlocuteurs de ce que serait, pratiquement et selon vous, Donald Trump.
                  Sans vouloir pour autant vous prêter les raccourcis de certains qui affirment que son électorat, qui le comprend, serait arriéré, tout en prétendant eux-mêmes ne pas comprendre le discours de Trump.
                  Il faudrait savoir … qui est qui ! Je ne vous fais pas de dessin 🙂

                  1. Pheldge

                    « le pussygate », je voudrais pas être discourtois, ni passer pour un « male chauvinist pig » encore un peu plus, ni ternir un peu plus mon image auprès des Dames lecteuses, mais franchement … ou alors il faut pousser des cris d’orfraie et parler de Beaupin-gate et de DSK-gate qui sont autrement plus croustillants !

                2. miniTAX

                  Nyamba : « sa manie d’interrompre grossièrement ses opposants ou supporters (cf les débats présidentiels pour exemples) »
                  Trump interrompt grossièrement ses… supporters ?? WTF, vous tenez ça d’où, Laberration, l’imMonde ? Quant à sa manière de débattre, en supposant qu’il interrompt « grossièrement » ses opposants (un jugement très légèrement subjectif), c’est quand même ballot de ranger ça dans la case « écart et faux-pas » alors que c’est avec ça qu’il a dézingué ses 17 concurrents lors des primaires ! Sans doute, dans votre univers parallèle, un loser poli est-il préférable à un winner grossier pour gouverner les affaires d’un pays.

                  Sur les Mexicains, Trump parlait des immigrés il.lé.gaux, rien à voir avec vos extraits tronqués qui fleurent bon le mensonge par omission à-la-Pravda. Il a rencontré même le Président mexicain et ils ont fait ensemble une allocution publique de plus d’une heure, on peut y citer des dizaines de passages où il fait l ‘éloge des Mexicains, bref vos preuves à charge ne valent rien. Pour anecdote, Alex Jones avait compté bien plus de banderoles « Latinos for Trump » aux meetings de Trump que de « Latinos for Hillary » aux meetings de Hillary, ça ne compte pas ça peut-être ?

                  Quant à la Trump Unversity, s’il y a une seule escroquerie, il devrait y avoir condamnation, point barre. Vous parliez « d’escroqueries » (au pluriel), où sont-elles les preuves de condamnation ? C’est bien beau de balancer une rumeur, encore faut-il en assurer le SAV. Bon, je sais, venant d’anti-trumps, on peut attendre la Saint Glinglin…

                  1. Nyamba

                    Je vous lis toujours votre prose avec une grimace d’anticipation, miniTAX – et vous ne me décevez jamais.
                    On me demande des exemples, j’en fournis, ils ne vous plaisent pas, soit. Me traiter d' »anti-trump » et me reprocher de ne pas assurer le SAV ? Beau raccourci.
                    Interrompre la réponse d’un autre candidat est effectivement grossier. C’est également un faux-pas, eu égard au format du débat présidentiel (réponse du candidat d’abord, débat entre candidats ensuite). « dans votre univers parallèle, un loser poli est préférable à un winner grossier » Dans mon univers parallèle, je n’ai rien à foutre des « winners » et des « losers ». Mais j’apprécie la politesse élémentaire et l’élégance dans les propos. Ce n’est peut-être pas votre cas, mais pour moi, ça compte.
                    « supporters » : My bad. C’était « reporters ». Mes sources, c’est Youtube – j’ai regardé les vidéos.
                    La partie sur les immigrés *il.lé.gaux.* a en effet été largement rabâchée par les bons journalistes de Fox News – est-ce chez eux que vous trouvez vos sources ? Pardonnez-moi, je ne les trouve pas satisfaisantes – comme je ne trouve pas satisfaisante votre référence au discours élogieux tenu au Mexique. C’est l’équivalent politicien du « J’ai moi-même un très bon ami noir », c’est du vent.
                    « Pour anecdote, Alex Jones avait compté […], ça ne compte pas ça peut-être ? » : Non, ça ne compte pas. N’importe qui peut faire des banderoles contenant n’importe quoi. Et c’est hors sujet.

                    Accessoirement, et au cas où cela vous aurait échappé, je ne « soutiens » aucun des candidats US. Je ne suis pas citoyenne des US, que voulez-vous que je change à leur élection? Je n’aime pas le personnage Trump pour les raisons citées précédemment, mais je n’aime pas non plus le personnage Clinton. Une différence entre les deux, et qui était la base de mon propos, est que Trump a la foi et la confiance de ses fans – et ça me laisse pantoise.
                    Cordialement.

                    1. miniTAX

                      « Non, ça ne compte pas. N’importe qui peut faire des banderoles contenant n’importe quoi. Et c’est hors sujet.  »
                      ————
                      Le fait qu’il y a plein de latinos qui soutiennent Trump, bien plus que pour n’importe quel autre candidat républicain, n’est pas hors sujet justement, ça réfute complètement l’image que vous donnez de lui ! Vous le faites passer pour un raciste primaire en citant des phrases hors contexte et vous balayez sous le tapis tous les faits contraires qu’on vous présente, c’est tout sauf honnête comme raisonnement. Ses meetings et discours publics sont sur Youtube ou Cspan, pourquoi vous ne citez pas la vidéo complète, histoire qu’on sache réellement ce qu’il a dit, pas ce que vous lui faites dire ? (bon, on sait déjà pourquoi hein).

                      Et vous parliez, je vous cite, « d’escroqueries » par Trump, ce qui supposerait procès, jugement, condamnation, amende, etc… où sont-ils vos faits, on les attend toujours. Et ce n’est pas la peine de tenter de noyer le poisson, votre rhétorique de l’enfumage, c’est d’un banal à pleurer. Soit vous avez de quoi étayer votre histoire « d’escroqueries », soit vous n’avez pas, point.

                      « Accessoirement, et au cas où cela vous aurait échappé, je ne « soutiens » aucun des candidats US. Je ne suis pas citoyenne des US, que voulez-vous que je change à leur élection? »
                      —————
                      J’ai n’ai jamais insinué le contraire. Ca ne change rien au fait que vous ne présentez que des éléments à charge (qui ne sont pour l’instant que des procès d’intention et des affirmations mensongères, aucun fait concret, amha) contre Trump, si on ne peut pas appeler ça de l’anti-trump, ce serait quoi, un raisonnement factuel, objectif et rationnel ? /sarc

  27. Pierre

    Pour bien mesurer les enjeux économiques dont je parlais plus haut… et la manipulation totale incarnée par Obama et ses pseudo réformes bénéficiant au peuple américain.

    Un seul article : « Minnesota will let the health insurers in its Obamacare market raise rates by at least 50 percent next year, after the individual market there came to the brink of collapse, the state’s commerce commissioner said Friday. »

    http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-09-30/near-collapse-minnesota-insurers-up-obamacare-rates-by-half

    Voilà. Mettez vous à la place du péquenot de base qui habite le Minnesota…. Il va voter pour qui d’après vous en voyant sa facture assurance santé exploser ?

    Pour Hillary qui incarne Obama et ses délires… Ou Trump qui dit depuis le début que Obamacare est une arnaque ?

    Et quand en plus le péquenot de Minnesota tire la langue, car d’autres dépenses contraintes augmentent, voire a carrément perdu son boulot car l’usine du bled a fermé… Il a bien la rage… Il va voter Démocrates d’après vous ?

  28. Franck Boizard

    Ne sous-estimez pas Trump : sous son style désagréable, il a montré une finesse certaine, sachant réorienter sa campagne. Il est moins psycho-rigide que Cruella Clinton.

  29. Franck Boizard

    Et après ?

    Admettons pour les besoins du raisonnement que Trump soit élu.

    Nous aurions avec le TCE 2005, Orban, le Brexit, Trump, peut-être la défaite de Renzi au référendum de décembre, une tendance claire des peuples occidentaux au rejet de l’hyper-classe mondialisée.

    Mais que fait-on ensuite ? Est-ce un feu de paille ou un mouvement durable ?

    L’hyper-classe mondialisée va tout faire, vraiment tout, pour que Trump et compagnie échouent, pour qu’elle puisse dire « Vous voyez bien qu’on avait raison, qu’il fallait continuer à voter pour nous », pour que ce ne soit qu’un feu de paille.

    Que fait-on que cela ne soit pas un feu de paille ?

    1. miniTAX

      « Mais que fait-on ensuite ? Est-ce un feu de paille ou un mouvement durable ? »

      Trump veut supprimer un max de réglementations, combattre l’inflation législative (supprimer deux lois à chaque fois qu’on en introduise une nouvelle), restaurer la sécurité, contrôler l’immigration, lutter contre l’hystérie climatique (il veut couper le budget US du GIEC, en grand partie financé par les USA et nommer à la tête de l’EPA Ebell, un climato-sceptique !), supprimer l’Obamacare… Et il a une liste impressionnante de gens compétents pour faire le boulot (Gingrich, Christie, Giuliani, Ebell, Ben Carson, Flynn), ça m’étonnerait que ce soit un feu de paille.

  30. Gossein

    Nyamba : Que Trump ne soit pas top chief, c’est possible, mais de là à le réduire à un moins que rien sur un ressenti, il y a de la marge. Rien que votre expression  »idées nauséabondes » en est une explication.
    La suite  »sur le plan intellectuel », fait la paire. Elle n’allait pas contredire vos  »impressions …

  31. bibi

    J’ai trouvé un scénario rigolo et parfaitement réalisable Trump qui a déjà fait basculé le Nevada et la Floride fait basculer la Caroline du Nord(15) et le New Hampshire(4) et la répartition entre les grands électeurs du Maine(4) et du Nebarska(5) se fait à 5 pour Trump et 4 pour Clinton.
    Le Maine et le Nebraska attribuent deux grands électeurs à celui qui remporte le vote populaire au niveau de l’état, et un grand électeur à celui qui remporte le vote populaire dans chaque district (2 districts dans le Maine, 3 districts dans le Nebraska).
    Bilan il y aurait 269 grands électeurs pour chacun et donc pas de vainqueur et là cette élection deviendrait vraiment fun.

  32. BDC

    Populiste… populiste … je déteste ce mot et sa connotation péjorative. Parler au peuple pour lui dire ce qu’il veut entendre c’est bien la conséquence de la démocratie non ? Vaut-il mieux des chiens de garde pour expliquer au peuple ce qui est bon pour lui et ce qu’il doit voter, en toute impartialité et avec droit de réponse bien sûr ? Trump a tout de même tenu des propos pro-russes à contre-courant des idées de son électorat et rien que pour sa volonté d’apaisement avec Poutine il a ma sympathie. Quant à la qualité des débats, je me méfie du biais de sélection dans les médias, mainstream ou non : je fais entièrement confiance à nos journaleux pour ne saisir que les passages les plus flatteurs … . J’aimerais vraiment qu’il soit élu, d’une part pour avoir la preuve qu’Hillary n’ait pas suffisamment confisqué l’appareil démocratique aux USA, et d’autre part pour rire des mois entiers des perles de nos chers médias. Le top serait un discours de Trump devant notre Présiflan, serait-il capable de surpasser Obama dans l’humiliation de notre petit baron ?

        1. Pheldge

          STP, non ! avec n’importe qui ç’aurait été pareil ! peux-tu enfin comprendre que les USA première puissance économique et militaire mondiale, ne pouvaient pas rester sans réaction après le 9/11, que quel que fut le président, en plus de cet argument, le peuple US entier voulait en découdre , que ça n’a rien à voir avec G.W. Bush ?

          1. Bonsaï

            Ne mélangeons pas tout.
            Je parle ici de tempérament, de caractéristiques psychologiques et non de décisions politiques lourdes ayant dû faire l’objet de pressions diverses, notamment de la part des généraux.

            1. Pheldge

              « dans le genre Simplet de composition, on a déjà eu Bush.
              On a vu que ça avait conduit plus loin que prévu… »
              Tu caricatures , le « Simplet de composition » avait été deux fois gouverneur du Texas ! tu adoptes les mêmes préjugés que les journaleux de chez nous !

            2. miniTAX

              Considérer Bush comme un simplet en dit plutôt long sur votre ignorance du sujet. Donc en effet, c’est sage de pivoter sur le tempérament et les caractéristiques psychologiques (quoi que ça puisse vouloir dire), ça ne mange pas de pain et ça permet de causer 😉

            3. BDC

              « Caractéristiques psychologiques » … vous le connaissez intimement Bonsaï ? Vous illustrez le biais de sélection des médias dont je parlais plus haut.

                  1. Bonsaï

                    Allons, vous pouvez arrêter de vous fatiguer à plaider la défense.
                    Si vous relisez ma phrase, vous verrez que j’ai pris la précaution d’écrie « simplet de composition. !
                    Cela vous parle-t-t-il ou vous faut-il encore une explication de texte ?

            4. Higgins

              Quelque soit le niveau de conneries obtenu lorsqu’on est titulaire du poste, on ne devient pas chef d’un état en étant simplet. La capacité à accéder à ce type de poste ne préjuge en rien des aptitudes à l’occuper de façon pertinente.

  33. miniTAX

    Les sondages sont devenus un outil d’agitprop des démocrates, John Podesta, le directeur de campagne de Clingon les considère comme un outil pour manipuler l’opinion (cf wikileak). Les chaînes de télé s’en servent abondamment d’une part parce que les journaleux sont totalement ignorants des stats, d’autre part parce qu’ils s’en servent pour racketter les candidats à dépenser un max pour la pub en faisant croire que l’opinion publique peut changer de plusieurs points en quelques jours au gré de l’actualité et que c’est reflété par les sondage , un mythe totalement risible.

    Tous les sondages qui donnent Clinton gagnants sont échantillonnés avec un fort pourcentage de démocrates, même plus des indépendants, ce qui est grotesque vu qu’il y a (probablement) autant de démocrates que de conservateurs et que les indépendants sont largement devant chacun des deux partis (sans parler de la taille ridicule des échantillons, de l’ordre de 1000 sondés à chaque fois). En clair, un sondage, c’est une hypothèse basée sur une autre hypothèse avec un « intervalle de confiance » virtuel complètement idiot, le tout commandée par des utilisateurs partiaux (les médias massivement à gauche et les politiciens), bref, ça ne vaut pas un clou. Le fait que les merdias déblatèrent dessus des heures entières tous les jour comme si c’était des « données », ça devrait faire sonner l’alarme anti-foutage de gueule. On peut faire le parallèle avec les modèles climatiques, même pipo (poubelle in, poubelle out), même hystérie médiatico-politique, mêmes résultats foireux.
    Soit-dit en passant, le patron de Monmouth, l’institut qui fournit des sondages qu’on voit partout sur ABCnews, WSjournal, etc est un supporter fanatique de… Hillary, ça me rappelle un peu notre Jouzel national et l’arnaque climatique. Ce serait presque drôle si c’était pas une aussi vaste farce.

    Moi, je dis raz-de-marée Trump, à-la-Reagan.

  34. BDC

    Quand je parlais de false flag … voilà maintenant des pirates informatiques commandités par Poutine pour influencer les élections américaines ! Si Trump est élu ce sera parce que Poutine a truqué les élections, je suppose que le scrutin sera invalidé, MDR !

    1. Dr Slump

      Oui, Poutine est devenu le nouveau croquemitaine. Attention, si tu ne votes pas bien, le croquepoutine nous mangera! Alors sois sage et vote Clitnon!

      1. Pheldge

        Dans le genre croquemitaine, les Russes, ça fait toujours son effet ! une amie me racontait que sa mère , dans es années 70, la menaçait « tu verras, quand tu devras manger le gras des Russes … » à l’époque on craignait l’invasion de l’ogre soviétique. 😉

        1. Pheldge

          Et dans les séries TV US, les mafieux Russes, c’est pas des tendres …
          Enfin certaines Helvètes leurs sont transies d’amour en pensant aux glorieux et virils soldats des forces spéciales …

  35. Pheldge

    HS, mais trop bon :
    lefigaro.fr/flash-actu/2016/11/02/97001-20161102FILWWW00235-exclusif-barometre-figaro-magazine-francois-hollande-atteint-son-plus-bas-historique.php

    le goudron et les plumes lui avait prédit Sarko … je vois que le goudron est chaud et prêt 😉

Les commentaires sont fermés.