[Redite] Les animaux sont enfin des humains comme les autres

Article paru initialement le 17 avril 2014

En cette période électorale, certaines questions restent trop peu évoquées. Le bien-être animal, vous y pensez, hein, vous, au bien-être animal ? Pourtant, avec les récentes vidéos scandaleuses au sein d’abattoirs immondes diffusées sur tous les réseaux sociaux et aux chaînes de télévision nous rappellent à quel point des progrès restent à faire. Parallèlement, c’est aussi l’occasion de rappeler les grandes avancées du quinquennat Hollande sur la question. Enfin, « avancées », c’est un peu vite dit…


Grâce au travail acharné de nos parlementaires, toujours sur la brèche afin de nous tailler à la dynamite un monde toujours plus proche du paradis qu’ils nous ont vendu lors des campagnes électorales, la République du Bisounoursland vient de faire un grand bond en avant : ça y est, les animaux ne sont plus des biens mobiliers !

Egalité, Taxes, Bisous : République du BisounourslandIl était plus que temps qu’enfin, on admette dans la Loi que non, les chiens et les chats ne sont ni des tables, ni des chaises, ni même des petits tabourets qui permettent d’atteindre les étagères les plus élevées, mais bien de petits et de grands « êtres vivants doués de sensibilité ». C’est maintenant chose faite avec une modification législative introduite à la suite d’une pétition lancée il y a près de deux ans par « 30 Millions d’amis », et qui a reçu le soutien de plusieurs intellectuels comme Brigitte Bardot.

Encore mieux, cette récente modification s’inscrit dans le cadre d’un projet de modernisation et de simplification du droit : afin de rendre les choses du droit, et notamment le Code Civil, plus modernes et plus simples, on va donc ajouter un truc-bidule supplémentaire aux trucs-bidules qui existent déjà, c’est-à-dire une nouvelle catégorie de biens corporels meubles, qu’on pourra par exemple appeler « les zanimorigolos » (simple suggestion, bien sûr), dont on se gardera bien de définir ensuite le moindre effet juridique attaché. Et puis, il faut comprendre que comme les autres codes (rural et pénal, notamment) reconnaissaient déjà implicitement ou explicitement que les animaux sont des êtres vivants et sensibles, il n’était que temps que cette précision soit aussi apportée au Code Civil, non mais alors.

À la suite de quoi, les associations de défense des zanimorigolos trépigneront de joie, le crédit de l’institution juridique sera d’autant augmenté, et tout le monde sera content. Il y aura des sourires sur les visages des enfants, de l’émotion dans la voix de vieilles dames donnant un biscuit à leur chien, et le monde sera plus doux.

animal sensible 1

Bien évidemment, après cette « simplification juridique », on va devoir explorer des domaines nouveaux dans lesquels les arguties juridiques promettent d’être remplies d’envolées lyriques sur ces petits êtres, aussi vivants que doués de sensibilités, confrontés aux comportements abominables des humains pour lesquels, au passage, il n’a jamais été spécifié nulle part qu’ils étaient aussi des êtres vivants doués de sensibilité, mais on s’en fiche parce que les humains sont des êtres méprisables qui détruisent la nature et émettent des petits cris stridents très désagréables (tout ceci ayant amplement été prouvé par Cécile Duflot).

Selon nos fiers députés, jamais en retard d’une innovation juridique, l’idée derrière ce changement est de permettre, selon eux, de « concilier la qualification juridique et la valeur affective » de l’animal. C’est mignon.

Je suis cependant dubitatif. Bien que ne doutant absolument pas du caractère généreux et humaniste de la démarche qui vise enfin à reconnaître à l’animal un statut particulier dans le droit, avec des bisous et des petits cœurs, je ne peux m’empêcher de me demander si ce petit changement anodin n’est pas la traduction maladroite d’une vision erronée de la nature, vision erronée qui pourrait bien se trouver être ensuite la source de maux plus gênants encore que la maltraitance animale que cette modification entend combattre.

Par exemple, difficile de ne pas voir un certain spécisme, avatar encore plus large du racisme bien humain celui-là, qui vise clairement à départager les espèces en plusieurs sous-catégories avec d’un côté les animaux mignons et de l’autre, ceux qui grattent, qui piquent et qui sont, disons-le franchement, moches.

animal sensible 2

En effet, si l’on imagine sans mal que cette modification juridique accorde explicitement son quota de protection et de sécurité aux chatons mignons ou aux petits chiens rigolos, qu’en sera-t-il pour le requin qui croque ou la tarentule qui pique ? J’entends d’ici certains qui récriminent, probablement à raison, en me faisant savoir que le changement est fort modeste, d’une part, et que d’autre part, la portée du texte ne va pas aussi loin et se contente très probablement de restreindre cette notion d’être vivant et sensible à nos animaux familiers, ces petits êtres sensibles qui nous apportent le journal, réchauffent les cuisses de mamie, ramènent les joujoux qui couinent quand on les leur lance, bref, partagent chaque instant de notre vie, au plus près de nos activités.

animal sensible 3

Eh oui, il faut se rendre à l’évidence : certains êtres vivants qui vivent à nos côtés, s’ils sont bien sensibles, n’en sont pas moins particulièrement pénibles à supporter (et je ne parle pas ici exclusivement de Cécile Duflot, entendons-nous bien). De façon générale, qui, de nos jours, défend vraiment les requins contre les hordes humaines qui se baignent sur leurs lieux de chasse ? En outre, si on comprend bien que l’amendement fut déposé pour sensibiliser les citoyens à la souffrance des animaux, notamment de ceux qui vont devenir des steaks dans notre assiette, quel sera le courageux végétarien qui défendra la tarentule, la hyène ou le moustique ?

Qu’il est difficile, le chemin juridique pour accorder des droits plus ou moins réalistes à ces animaux qui n’en ont jamais réclamé et n’auront jamais à respecter les devoirs qui sont pourtant le pendant logique de ce qu’on va leur accorder ! Qu’il est compliqué de faire comprendre que le bien-être animal ne dépend pas d’une loi, d’un paquet de textes qu’on ne pourra jamais correctement ficeler ! Qu’il est ardu de voir qu’il s’agit avant tout d’une démarche morale des individus eux-mêmes, que cette démarche dépend de facteurs multiples dont le bien-être humain avant tout !

En effet, vous ne pourrez pas parler de bien-être animal à des ventres affamés qui, dit-on à raison, n’ont pas d’oreille. Vous ne pourrez pas, sous peine d’abandonner cet humanisme qui, justement, a motivé ce bricolage juridique, faire passer le bien-être des animaux avant celui de vos frères humains, d’autant que ces derniers ont eu la force et l’intelligence non seulement de réclamer ouvertement ces droits, mais en plus ont cette capacité (inouïe dans le reste du monde animal) de respecter les devoirs qui y sont attachés.

On ne peut pas être surpris d’apprendre que l’amendement introduit est le fruit d’une poignée de socialistes qui, toute incohérence bue, n’entendent évidemment pas porter sur la place publique les délicats problèmes des combats de coqs et de la corrida. Comme d’habitude, il ne s’agit en réalité pas du tout de bien-être animal, mais bien plus sûrement de bien-être humain, celui des consciences apaisée et des lobbyistes repus.

N’oubliez pas : après tout, eux aussi sont des êtres vivants doués de sensibilité.

animal sensible 4

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires72

  1. Le Gnôme

    Je sens que je vais créer une association pour la protection des bactéries et des virus. Pourquoi a t-on fait disparaître un microbe comme celui de la variole ? C’est une atteinte aux droits du vivant.

    Bon, si un organisme public veut bien me filer quelques subventions pour mener notre combat à bien, je ne dirais pas non.

    1. Peste et coryza

      +1000
      Surtout les vieux, même les rétro virus comme le méchant HIV. Ce sont des vecteurs d’évolution extra ordinaires (même s’ils ne sont pas vivants…)

      Oui, vous, bobos végans, n’existez que parce qu’un virus, il y a très longtemps, a piqué des gènes à une espèce, pour nous les refiler (depuis, le rascal squatte nos cellules…).
      Oui, vous êtes des OGM obtenus par une série de recombinaisons génétiques !

      Anecdote amusante à dire aux amoureux du socialisme et du partage : oui, vous êtes un être multiple, une colonie… vous hébergez plus ou moins volontairement 10 e18 locataires divers (du poux au virus, en passant par les bactéries, vers, et autres champignons…).

        1. Pheldge

          Mme Loki ne connait ni Hydralin ni Bétadine ? 😉

          Tiens, ça me rappelle quand l’inénarrable Jean Lassale s’était fait tirer le portrait , en train de repeindre un gite des Pyrénées : on avait écrit dans la presse ! « Lassale peint gîte ! » 😀

  2. Loki dort

    « plusieurs intellectuels comme Brigitte Bardot. » MDR

    Heureusement, je n’étais pas en train de boire quelque chose, mon écran n’a pas été aspergé. Ouf! 😀

    A quand une loi qui reconnaisse aux humains le statut d’être libre (et sensible) ?

    1. René-Pierre Samary

      BB n’est pas « the smartest one of the block », mais elle est gentille. Loki, tu es un iconoclaste. Elle a même fait de bons films (bon, ce n’est pas sa faute). Je viens de revoir « En cas de malheur » et « La Vérité ». Elle y est parfaite. Elle seule pouvait interpréter ces personnages d’idiotes avec tant de naturel.

      1. Loki dort

        Mais j’en suis personnellement convaincu mon cher. Et elle a en plus assez de courage et d’intégrité pour en compenser l’absence chez tout ceux qui nous gouvernent: il en faut un paquet pour plaquer une carrière de star internationale, au profit d’un combat pour la défense des animaux.
        N’empêche, la saillie de Hash m’a quand même bien fait rire.

    1. Pheldge

      Pour les rats, Al, tu sais que c’est leur fête aujourd’hui, à Meaux, chez Copé ? bin oui, aujourd’hui, c’est le dimanche des rats, à Meaux ! 😉

  3. UnLorrain

    « Les animaux disait-il sont dans nos mains les otages de la beauté celeste vaincue » : un monsieur se raconte a Bloy,Léon écrit a ce propos qu’il n’en saisi pas toute la profondeur…Si quelqu’un peut mieux que lui ? 🙂

  4. calal

    si toussa peut faire baisser le nombre de chiens et de chats dans le pays,je suis preneur…putin,y en a plein…et que ca aboie pour tout et nimpy, et que ca divague,chie et pisse ou ca veut.l’ete a la campagne c’est folklo, ou c’est tondeuse ou c’est aboiement…

      1. BDC

        Et alors ? M. Calal ne se plaint pas des tracteurs qui salissent la route et créent des embouteillages, ou du parfum du lisier ! 😀
        Maître Pheldge, que pensez des comptables du code général des impôts qui considèrent les étalons comme des « immobilisations amortissables » ? C’est pas du manque de respect dû aux animaux ça ?
        Article 38 sexdecies D
        II. Peuvent être considérés comme des immobilisations amortissables les équidés et les bovidés utilisés comme animaux de trait ou affectés exclusivement à la reproduction ainsi que les chevaux de course mis à l’entrainement et les chevaux de concours soumis à un entraînement en vue de la compétition, âgés de deux ans au moins au sens de la réglementation des courses.

        1. Pheldge

          Ô très fiscale, « peuvent être considérés … » et non doivent !
          C’est un aménagement pour les copains, car je doute que le producteur laitier de base connaisse cette disposition !

          1. BDC

            Maître Pheldge, le producteur laitier de base, il n’a pas de taureaux car il insémine ses vaches avec des doses en paillettes. Par contre les verrats ne sont pas cités, c’est pas logique de ne pas leur accorder cet avantage fiscal … Sinon c’était évidemment pour taquiner aussi les vieux mâles reproducteurs du blog 😉

              1. Pheldge

                « vieux mâles » ? tu as raison, Al, je ne suis pas concerné, moi ! toi, le Papet, sam, le HB, RPS sûrement, par contre 😉

                1. albundy17

                  Oui, c’est ce que je disais, sinon BDC aurait évoqué « vieux mâles décatis ». (je sais pas pourquoi elle a mis au pluriel, étant le plus jeune, ça ne peut que s’adresser aux autres que tu cites)

                    1. Aristarkke

                      Vieux mâle reproducteur.
                      Cela peut me convenir avec quatre enfantements officiels hors les officieux…
                      Pour Pheldge, il est aussi vieux (que sont 10% d’écart face aux décades en jeu) mais rien en reproducteur.
                      Il est donc normal qu’il ne soit pas de la liste et cela vaut mieux pour le maintien de la race…

                  1. albundy17

                     » elle ne t’a pas éliminé du lot … »

                    En même temps elle ne m’y a jamais mis, vu mon age calvinesque, ni toi, vu comme précédemment, mon pauv vieux qui tirait à blanc. 😀

                2. René-Pierre Samary

                  « RPS sûrement »…
                  Dans un concours de vieillitude, je suis sans doute sur le podium..
                  75 balais, qui me contredira ?
                  Mais j’ai toujours été fâché avec les chiffres. Et une heureuse génétique me permet de faire des choses (!) qu’à mon âge beaucoup s’abstiendraient, même en retranchant 10 printemps.
                  Des preuves ?

                  1. BDC

                    Bon alors, je rappelle qu’à l’origine de cette discussion, j’avais répondu (pour une fois) sur le billet du jour sur « ça y est, les animaux ne sont plus des biens mobiliers ! » , pour dire que les comptables de l’État, traitaient certaines bêtes comme des immos amortissables. Pas les vieux cochons, ma mère vient de m’expliquer qu’elle n’amortissait pas les verrats, parce qu’ils ne servent pas exclusivement à la reproduction. Du coup … Harry et son potentiel de Soylent Green … ne doit pas être amorti ! 😀

  5. kkun

    Un bipède libéré doit même pouvoir oser cette pensée, qui prend le problème soulevé par h16 par un autre bout, quitte à ensuite éventuellement écarter cette pensée car le juridique ne peut la traiter rigoureusement, et car elle est foncièrement méchante et philosophiquement révolutionnaire.
    Quelle est cette pensée? La voici.
    Ne peut on considérer qu’un chimpanzé un bonobo un porc ou une tarentule sont éminemment plus respectables, et devraient avoir des droits plus protecteurs, et une obligation de devoirs moins ferme, que des bipèdes tels Fabius Ayrault Sarkozy Guéant Duflot Urvoas LesDeputesAsOneTeam bref la liste est longue mais nous avons là une « espèce » semble t’il?
    Alors, une baffe à un chaton (ou un rat ogm) serait il un acte bien plus grave qu’une baffe à un des bipèdes sus-cités?
    Faut il faire juger de cela par des bipèdes terriens qui ont la tendance à considérer les bipèdes comme un aboutissement au détriment des chimpanzés bonobos porcs et tarentules, ou faire plutôt juger par un conseil de sages octopodes que sont nos amis encore mal connus de la lointaine aldebrand?
    Est ce trop libéral d’oser considérer cela, en tant qu’individu faisant ainsi fie des normes et des dogmes socialement acceptables et recommandés? 😀
    PS. Ont été laissées de côté les considérations alimentaires, du genre est il sain moralement et pour la santé de manger du porc stressé en abattoir ou du Urvoas par exemple, les plantes sont elles des créatures sensibles comme la charolaise maltraitée et pas comme, que faire des puces de lit mais dans le strict cadre des conventions de Megève bien entendu, eccetera…

      1. kkun

        En tant qu’arachonophobe, qui après des années de remises en question et d’apprentissage de la tolérance ait accepté d’avoir dans un coin d’une de mes pièces une araignée vivante, si pas trop grosse, je vous le dis : en Tulle ou en Salle de bain elle est respectable car dépourvue du sens des droits et des devoirs.
        Je n’accepterai par contre pas la présence dans une de mes pièces, hormis le temps d’un dépeçage pour nourrir les superbes fauves du zoo de vincennes, un de ces bipèdes dont je parle.
        Faut il légiférer sans eux ces bipèdes, et à leur sujet? Je vous le demande.

        -;)

          1. nemrod

            Ils vont geler vers le 20 avril.
            Et nous le 23.
            Meluche président le 30.
            Là c’est la gelée noire.
            Comme la merde dans laquelle nous sommes.

    1. Aristarkke

      Je ne sais pas pour Le Tampon qui est en automne mais en IDF, le temps est absolument superbe au point qu’on peut manger dehors en tenue d’été…

      1. BDC

        Un temps magnifique occupé à déclarer ma nounou sur pajemploi … 😥
        Enfin reçu mon numéro cette semaine, demandé en décembre !

      2. Pheldge

        Etudier un peu la géographie ultra-marine (je ne parle pas des « courbes du FN » ) ne te ferait pas de mal ! je sais que le nom de « Le Tampon » te fait bicher,(au fait, nous z-autres, les indigènes, doux et pacifiques, pas comme y’en a des qui, sur le continent américain,, nous disons, « aller AU Tampon … » 😉 ), mais moi, je réside à St Gilles les Hauts, à près de 50 km 😉

  6. coca8

    C’est bien vrai, ça ! Des humains-comme- les-autres, hiérarchisés tout pareil ?
    Ne pas confondre Médor et une huitre, ni nos gosses et les bébés yéménites….

  7. Aristarkke

    « Enfin, « avancées », c’est un peu vite dit… »
    Les étudiants de Sciences Po de dans dix ou vingt ans ne vont pas attraper des migraines avec la liste des oeuvres positives du règne de Peak de la Faribole…
    Une page A4 avec du Bookman Old Style ou du Garamond, corps 14, double interligne, suffira amplement à lister…
    Je ne propose pas de diminuer la taille de la police ou du simple interligne parce que là, c’est le A5 qui suffirait mais ces petites feuilles ont trop tendance à s’envoler et avouez que ce serait dommage que toutes ces avancées ne soient pas connues des djeunes futurs…

  8. Aristarkke

    Monseigneur, le quadrupède rose indéfinissable : c’est le résultat d’hybridation donnant un raton tout juste mis bas par une ratte.
    Vu les canines, ce ne peut être que la fameuse variété rattus rattus socialistus

  9. Pheldge

    Bon, bin maintenant, nos députés vont pouvoir s’attaquer aux droits des robots !
    lepoint.fr/justice-internet/au-tribunal-de-l-internet-61-faut-il-un-droit-pour-les-robots-10-04-2017-2118462_2081.php

  10. MCA

    Chez Bonzaï ça ne rigole pas avec la gent miaoutesque.

    D’ailleurs quand mon chat ne m’écoute pas, je lui promets des vacances en Suisse et comme par hasard, tout rentre dans l’ordre.

    Non seulement ils sont doués de sensibilité, mais également d’instinct de sauvegarde.. :o))))

    Enjoy it :

Laisser un commentaire