Journalistes : pourquoi tant de haine ?

Alors que nous sommes dans la dernière ligne droite avant le premier tour de l’élection présidentielle, tout ce que la presse compte de journalistes affûtés est de sortie pour nous détailler ce qu’il faut savoir, ce qu’il faut comprendre et, éventuellement, ce qu’il faut penser ou, mieux encore, ce qu’il conviendrait de voter.

Malheureusement, la polarisation politique étant ce qu’elle est, le militantisme de certains journalistes se heurte en cette période électorale au militantisme de certains électeurs. Et quand j’écris « se heurte », il s’agit parfois de la version littérale puisqu’on apprend que, parfois, des coups sont même échangés : Hugo Clément de Quotidien a ainsi reçu une gifle d’un sympathisant de François Fillon lors d’un meeting, ce qui a donné l’occasion à toute la presse de produire quelques articles intéressants sur le thème crédible « le journaliste doit-il courber l’échine » ou sur la radicalisation des uns et des autres dans le cadre des campagnes.

Bonus de l’affaire : il s’agissait, de loin, du candidat Fillon, ce qui donne encore une fois une bonne raison d’aller débiner ses soutiens et partisans, et de rappeler, une fois le leader des Républicains interrogé sur la question, que le candidat trouverait logique ce genre de comportements :

« Je condamne toutes les violences. Simplement j’invite ces journalistes à se poser la question: pourquoi est-ce que dans les meetings il y a une crispation à leur égard ? »

Bref, le petit cœur des journalistes saigne à l’idée qu’ils occuperaient une profession de plus en plus mal aimée. Pourtant porte-étendard de la démocratie, de la liberté d’expression et de la pluralité des opinions politiques, les journalistes semblent actuellement la cible de (presque) tous les partis, de tous les reproches.

Mais est-ce vraiment leur faute si les informations qu’ils délivrent sont de plus en plus prises avec scepticisme ? Est-ce leur faute s’ils doivent maintenant batailler pied à pied, mot à mot, paragraphe pour paragraphe, avec de méchants réseaux sociaux qui n’arrêtent pas d’enfler des rumeurs et des informations bidons qu’ils se font fort, pourtant, de ne jamais, au grand jamais, colporter dans leurs colonnes et leurs papiers ?

D’où vient donc ce mépris, de plus en plus palpable, qu’un nombre grandissant de personnes semble afficher partout, depuis Facebook et Twitter en passant par les commentaires des sites de presse ?

Allez savoir !

Une course à l’uniformisation ?

Serait-il possible que l’uniformisation dramatique dont fait preuve la profession soit, quelque peu, en cause ? Serait-il possible que le public ressente négativement ces masses journalistiques parce qu’il n’y trouve plus la nécessaire pluralité et le brassage d’idées qu’il est en droit d’attendre ? Force est en tout cas de constater de belles unanimités lorsque certains thèmes sont abordés. Force est de constater de beaux morceaux de panurgisme bien compact lorsqu’il s’agit d’analyser une situation. Force est de constater que, tous, parlent de la même façon, au point que c’en est comique, et que si c’est vrai pour le ton de la voix, cela peut très certainement l’être aussi pour le contenu lui-même (et là, c’est le drame)…

Une déconnexion du réel ?

Serait-il possible aussi que ce mépris de plus en plus ouvert soit issu d’une déconnexion complète de certains de ces journalistes avec le quotidien vécu par tous ? En tout cas, cela expliquerait sans doute l’opinion plus contrastée des lecteurs lorsqu’il s’agit de leur presse régionale ou locale comparée à leur presse nationale, issue d’une Capitale de plus en plus lointaine. Le pompon reste tout de même lorsque cette déconnexion est clairement assumée par ces éditorialistes vibrant d’incompétence dont l’accumulation de faits d’armes contre-productifs pour leur profession laisse planer un doute franc sur leur avenir dans une France décidément de moins en moins bisous.

Une vision dépassée de leur rôle ?

Serait-il possible que ce mépris soit aussi lié au décalage entre ce que le journaliste croit faire et ce qu’il fait réellement ?

En effet, les médias traditionnels, dont le contenu se nourrit de ces productions journalistiques, continuent d’avoir une approche « top down », du haut vers le bas, de l’information : ils captent une source, ils s’occupent de sa diffusion à des écouteurs passifs.

Cependant, avec internet, l’information est en transmission latérale, de pair à pair, voire de plus en plus souvent, en « bottom up », du bas vers le haut : différentes personnes sont témoins d’un événement qu’elles peuvent rapporter directement à l’ensemble d’une population donnée, sans filtre ou, disons, avec ceux que ces témoins choisissent, qui, en dernière analyse, valent toujours par leur subjectivité les filtres qu’imposeraient de toute façon un journaliste patenté.

Or, lorsque ces informations latérales ou « bottom up » sont en contradictions répétées avec les informations qui sont délivrées de façon traditionnelle par la presse grand public, les médias et ceux qui les représentent perdent rapidement en crédibilité.

Malheureusement, plutôt qu’essayer de comprendre le nouveau mécanisme, d’y prendre part et d’y apporter une expertise ou d’y faire fructifier les expériences innovantes, ces médias et ces journalistes se battent bien souvent pour museler ces nouvelles sources. On pourrait illustrer avec le cas caricatural des Décodeurs du Monde, dont la réalisation verse si grotesquement dans la propagande qu’ils sont devenus un « anti-point de repère » pour une part croissante et certainement pas négligeable de la population ; de la même façon, la multiplication des articles sur tous les supports officiels à propos des « fake news », les tentatives parfois burlesques de faire passer des informations légitimes pour telles et les rétro-pédalages catastrophés qui s’ensuivent achèvent de donner une image déplorable à l’ensemble de ces médias.

Pire encore : psychologiquement, plus ces journalistes tentent d’attaquer ces sources alternatives d’information, plutôt que se concentrer sur la diffusion d’information de qualité et répondant aux demandes de leur lectorat, plus ils se retrouvent en opposition frontale à tous ceux qui, nouvellement convertis, ont pris (à tort ou à raison) fait et cause pour ces nouveaux pourvoyeurs d’informations. Les batailles qui s’ensuivent sont alors aussi homériques qu’asymétriques en défaveur des médias traditionnels : il faut déployer des quantités d’énergie énormes pour réfuter des âneries, bien plus que pour les produire, et lorsque, parfois, il ne s’agissait pas d’âneries, on se retrouve durablement décrédibilisé.

Une presse sous ordre ?

Serait-il enfin possible que ce mépris sinon cette haine à l’endroit des journalistes provienne d’une terrible compromission de cette profession aux pouvoirs en place ? On ne peut s’empêcher de poser la question, tant les connivences entre journalistes et pouvoirs s’affichent tous les jours plus nombreuses – je vous encourage à regarder cette courte vidéo qui pose assez bien la question et apporte même une réponse sans ambiguïté :

Et puis bien sûr, à ce chapitre, il reste la douloureuse, l’épineuse et si peu abordée question des subventions.

Comment, en effet, croire à une véritable indépendance de la presse et des journalistes lorsqu’ils dépendent, ultimement, du bon plaisir de l’État à continuer de financer leur existence ? Comment imaginer que le journaliste est vraiment libre d’écrire ce qu’il pense lorsque son chèque de fin de mois dépend en définitive de sa bonne conformité aux attentes du pouvoir ? Comment, surtout, croire que ces journalistes et ces médias auront un devoir de coller aux aspirations et demandes de leur audience alors que ces derniers sont par leurs impôts totalement captifs de leur production ?

On le voit, on ne manque pas de raisons qui expliquent pourquoi les journalistes, en France en 2017, ne sont pas en odeur de sainteté. Depuis le temps, cette analyse assez facile à faire devrait leur avoir imposé une certaine prise de conscience. Or, il n’en est rien (et l’entretien de Barbier, cité plus haut, en est une illustration presque outrancière). Le chemin qui leur reste à faire est encore long.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires219

    1. Gosseyn

      Posez-vous des questions, mais de préférence les bonnes !

      Quel titre fait appel aux lanceurs d’alerte ? Un site  »réinformatif » :
      http://www.breizh-info.com/2017/02/18/62356/breizh-info-com-a-besoin-de-lanceurs-dalerte
      Avez-vous vu cela se faire (sincèrement) dans les grands titres de presse ?

      Un site réinformatif met les points sur les i au sujet de certaines pratiques de la justice française :
      http://www.minurne.org/?p=10442
      Même question.

      Mais aussi, comment attenter à un site  »gênant » ?
      http://www.breizh-info.com/2017/03/31/66212/site-breizatao-com-dereference-google-boris-le-lay

      Ou bien comment tenter d’aller bien au-delà en visant l’ensemble de ces sites ; il n’est qu’à agiter le risque qu’ils font courir à la pensée unique :
      https://youtu.be/3CW2T98hrLs

      Ceci part d’une simple recherche de ce jour. Vous pouvez assurément mieux faire !

  1. nemrod

    Je plussoie sauf pour ce qui concerne la Presse Régionale qui serait plus proche du « bon peuple ».
    Les journaleux y sont de tels propagandistes hors sol ( de gauche evidemment ) que c’en est risible.

          1. BDC

            Par contre l’horoscope est toujours juste, c’est l’effet Barnum. D’ailleurs cet effet s’applique à l’ensemble des lecteurs de L’Aberration, l’Immonde, etc.

  2. Le Gnôme

    L’endogamie des journalistes devient un lieu commun. Il faut désormais passer par des écoles spécialisées dans le rabotage des différences pour avoir accès à cette profession là où une bonne plume suffisait autrefois. Il faut y ajouter un certain manque de diversité politique dans les quotidiens qui se ressemblent tous peu ou prou, qui sont la propriété de gens qui ne favorisent pas une indépendance farouche. Et je ne parle pas des medias d’état qui sont à sens unique.

  3. Higgins

    Pourtant, il existe encore des journalistes digne de ce nom. Je pense entre autres à certains spécialistes en matière de Défense (ils savent ceux-là que le milieu dans lequel ils évoluent ne leur fera aucun cadeau si d’aventure ils se laissaient aller. Les liens de confiance patiemment noués seraient rompus à jamais),
    Le gros problème vient de la presse mainstream. Celle-ci est en dessous de tout. Ça commence par des inexactitudes si flagrantes qu’elles en deviennent gênantes. Exemple: la semaine dernière, un fait divers tragique (En Corse, à Ghisonnacia, un jeune de 20 ans tue son père. Problèmes familiaux semble-t-il). Le titre du Parisien plaçait la ville surnommée à l’ouest de la Corse alors qu’elle se trouve sur la côte orientale (en plus, il y avait une carte en début d’article). D’aucuns parleront de regrettables erreurs, d’autres, dont je fais partie, de désinvolture manifeste et mensongère à l’égard des lecteurs. Après tout, tout le monde n’est pas sensé savoir où se situe cette ville. Mais passons en n’oubliant pas que ce genre d’erreur foisonne dans tous les articles ce qui donne une idée du sérieux avec lequel ils sont écrits. Plus grave est la désinformation pure et simple comme celle rapportée par Eolas dans ce billet « Les déconneurs du Monde » publié le 31 juillet dernier. Je vous laisse le soin d’en découvrir la teneur. Olivier Berruyer, en guerre ouverte contre elle journal de référence depuis que ce dernier a mis en ligne son Décodex, publie également sous la plume de Jacques Sapir, l’économiste, un billet sur les moeurs « douteuses » en cours à la rédaction de l’Immonde (le 14 avril dernier: « Dérive du journalisme, naufrage d’une journaliste du Monde ».
    Il est en plus paradoxal de voir cette population vilipender les puissances d’argent et réclamer sans cesse au nom d’une « objectivité » illusoire les mannes d’un état évidemment indifférent à la nature des articles publiés ( on en a un exemple avec les problemes lies à l’euro ou le prétendu réchauffement climatique). De temps en temps, une heureuse surprise comme cet article d’Anne Nivat, publié le 14 avril sur le site du Figaro, intitulé « Dans la France d’en bas, les gens n’ont pas envie de se mélanger ». Le ton de l’article tranche sans contexte avec les a-priori pénibles en matière de bisounourserie et de vivre ensemble rabâchés en permanence.
    En clair, sauf à connaître une révolution intellectuelle qu’elle semble incapable de promouvoir par cécité et bêtise, la clique journalistique n’est pas prête de voir l’indice de confiance remonter. On ne s’en plaindra pas.

    1. Pheldge

      Euh, Major, « Jacques Sapir, l’économiste, », économiste, tu veux dire sérieux comme Jacques Généreux le bien nommé conseiller de à Mélenchon ? 😉

    2. channy

      Le semaine passée dans le « daubé libéré » Le journaleux nous disait en titre que la tension montait entre Washington et Seoul…à propos des essais nucléaires fait par Pyong Yang..no comment

  4. René-Pierre Samary

    Le parti-pris des médias a fini par pénétrer si bien dans l’esprit du public qu’il suffit qu’un journaliste dise une chose pour que beaucoup de gens pensent immédiatement le contraire. Ce qui, d’ailleurs, donne quelque raison d’espérer.

    1. albundy17

      Mouais… C’est sans doute pour ça que personne ne croit au réchauffement climatique anthropique, qu’assad gaze ses ptits n’enfants à chaque fois quelques jours avant des rencontres de l’onu ou que poutine tue tout ses opposants et envahi l’ukraine

      1. René-Pierre Samary

        « personne ne croit » etc.
        On n’en sait rien. Pour savoir ce que les gens pensent du réchauffement anthropique et du reste, on ne le saurait qu’en leur posant la question.
        Mais la réponse me donnerait moins de raisons d’espérer, peut-être…

  5. Pheldge

    Le scepticisme sur l’information, c’est peut-être parce qu’elle est … fausse !*

    *ami lecteur, il y a ci-dessus, en sous entendu, un de ces puissants traits d’esprit qui font ma réputation : Pheldge ™, humour délicat, fin et spirituel. Est 1961 😉

  6. rrobert

    Aude Ancelin a écrit un livre qui n’a rien de personnel mais uniquement pour dénoncer les dérives d’une profession, seulement elle ne le fait qu’après avoir été licenciée.

    Elle est par ce livre et de façon amusante l’archetype du « camp du bien », quant à « l’ignorance » de Bourdin je ne sais si elle me fait rire ou m’inquiète.

  7. Loki dort

    Christophe Barbier *réprime un haut-le-coeur*, journaliste qui se défend d’être idéologue? Et je viens de lire dans Télédrama le portrait d’Elise Lucet, qui se défend de l’être aussi, qui se définit comme une journaliste qui fait son devoir sans parti-pris ni conviction politique… non, sérieusement? Et je suis sûr que si on posait la question à tous leurs collègues, ils diraient tous d’une seule voix la main sur le coeur: « Moi idéologue? Jamais ! ».

    Le problème n’est pas qu’ils aient des convictions, des parti-pris idéologiques ou politiques, si on est pour la pluralité et la liberté d’expression alors c’est leur droit. Le problème est tout autre, et il est double, voire triple:

    – chacun d’eux croit sincèrement être neutre et impartial… et moi je crois qu’Elvis est toujours vivant
    – ils sont tous orienté idéologiquement
    – ils ont globalement tous la même orientation idéologique

    Et ils s’étonnent qu’on les envoie sur les roses, avec leur micro et leurs questions irritantes, à force de présenter les choses toujours de la même façon? Ils devraient déjà être contents de pouvoir toujours faire leur métier!

    1. albundy17

      « ils sont tous orienté idéologiquement »

      Et tous dans le même sens.

      Je me trompe sans doute mais je pensai que le métier de journaliste consistait à rapporter des faits vérifiés, pas de les tordre pour nous expliquer quoi penser en fonction de leur idée politique. Je les mets au même rang que ces « artistes » qui donnent des consignes de vote, leur influence devrait les obliger à un peu de déontologie.

      1. Royaumont

        « ils sont tous orienté idéologiquement ». C’est un peu inévitable qu’ils aient une opinion.
        Cependant, ils feraient bien de (re-)lire Thucydide : avec de la méthode, il est possible de juguler l’influence de ses propres opinions pour pouvoir relater des faits objectivement.
        Donc le problème n’est pas qu’ils soient orientés idéologiquement (nous le sommes tous), mais qu’ils le soient tous dans le même sens et qu’ils ne prennent aucune précaution méthodologique pour prévenir les dérives.

    2. BDC

      Trop drôle Loki, par le plus grand des hasards, j’ai ce télédrama sous les yeux, Elise Lucet qui « accroche les hommes politiques de tout bord », MDR elle ne parle que de Sarkozy et Fillon, et les femmes politiques alors, pas d’enquête ? « La première année, ils (les hommes politiques et les dirigeants) étaient ravis de voir débarquer la fille sympa du 13h et ne se méfiaient de rien (…) puis ça s’est compliqué, il y a d’abord eu des mouvements de retrait, d’agressivité, de fuite parfois … ils ont compris l’effet calamiteux de ces conduites sur leur image à l’antenne et certains ont suivi des formations pour nous répondre. » Donc en gros elle explique qu’elle les piège, monte un reportage à charge, les types s’en méfient comme de la peste et sont obligés de se former pour déjouer leurs techniques immondes et les traîner en justice. Elle se vante de n’avoir aucun veto de sa « pédégette » (même ici on n’aurait pas osé un nom aussi ridicule), tu parles : Sarkozy, Fillon, la pédophilie chez les curés, les agriculteurs empoisonneurs, les enfants exploités en Asie du Sud-Est, les financiers du mauvais côté, etc.

    1. Pat

      Bourdin qui a demandé en substance : « vous pensez que je reçois des ordres de ma direction ? » (sous-entendu : évidemment non). Il n’est même pas conscient qu’il fait partie de la meute, et qu’il suffit de le laisser faire…
      Cette video est accablante.

  8. Gérard

    En même temps, quand on est pour la paix des ménages, on doit bien comprendre qu’un(e) journaliste qui couche avec un(e) homme(femme) politique doit défendre les mêmes idées. Tous sont issus des mêmes formations, il est normal et inévitable, les campus étant mixtes, qu’ils finissent par coucher ensemble, et c’est ce qu’on constate tous les jours.

  9. channy

    On a souvent évoqué ici un événement qui ferait que l’élection présidentielle serait annulé en cas de vote pas bisous compatible
    Un journaleux nous donne un éclairage intéressant sur cette élection en période d état d urgence(rire)
    http://www.lalsace.fr/actualite/2017/04/17/une-election-a-tres-hauts-risques

    Bref un attentat dans un bureau de vote annulerait a coup sur cette élection car cela exacerberait le populisme , les français feraient plein d amalgames etc etc

    1. Aristarkke

      Le coup des 500.000 doubles cartes de vote pourrait aussi servir en cas d’un résultat très (trop) serré, bien sûr en sélectionnant le candidat à préserver de l’horreur de l’élimination…

      1. Royaumont

        Ce candidat, comme chacun sait, est forcément victime de la fraude, et sûrement pas son auteur. En politique, la probité à un visage, nos amis les media l’ont assez dit.

  10. Bonsaï

    Le problème des journalistes c’est qu’à l’heure d’internet, le public a accès à de nombreuses sources d’information et à des visions diversifiées de l’actualité. Certains d’entre eux, comme Christophe Barbier justement essaient de se recycler en bavard indispensable sur des chaînes comme BFM TV ou LCI, mais la concurrence est rude et le public n’a que l’embarras du choix…

    1. Gosseyn

      Le public a aussi de plus en plus l’embarras du non-choix : que ne pas choisir, pour éviter mièvreries, débilités ou pensée unique – pensée inique …

  11. Aristarkke

    Et quand j’écris « se heurte », il s’agit parfois de la version littérale puisqu’on apprend que, parfois, des coups sont même échangés :

    Monseigneur : vous devez être bien jeune pour que vos enseignants ne vous aient pas appris qu’il fallait éviter de répéter le même mot à si peu de distance (on se prenait à mon époque une remarque pour pareille réutilisation, surtout, circonstance aggravante, dans le même jet de phrases liées…
    La règle promulguée était d’intercaler au moins une phrase avant réutilisation…
    Le but était évidemment d’obliger à utiliser un vocabulaire étoffé…

    Si vous tenez à accentuer, faites-nous le plaisir d’utiliser « à l’occasion », « étonnamment » ou quelque chose du même tonneau

      1. Aristarkke

        Avec le contact trop fréquent de Méremptoire…
        Que voulez-vous qu’il se produisît ???
        😆
        [ici, il est causé le français de France… par de Suisse ou de Belgique… 😉 ]

          1. Pheldge

            … je ne crois pas qu’il soit maltraité en Suisse… par charité et décence, nous n’insisterons pas ! Et sache, chère arrogante Helvète que les Québécois sont très à cheval sur le respect des règles … 😉

    1. Aristarkke

      Mélusine, il y a de l’ouvrage :

      ce qui donne encore une fois une bonne raison d’aller débiner ses soutiens et partisans, et de rappeler, une fois le leader des Républicains interrogé sur la question (…) = Peste la belgitude par acclimatation gagne Monseigneur… 😆

      constater de beaux morceaux de panurgisme bien compact-S- lorsqu’il (…)
      tous parlent de la même façon [suppression de la virgule après tous qui n’a aucune justification entre sujet direct et verbe]
      les rétro-pédalages catastrophIQUES
      qui s’ensuivent , achèvent [mettez donc la virgule enlevée ci dessus, ici 😉 ]
      plutôt que DE se concentrer sur la diffusion d’information
      sinon cette haine , à l’endroit des journalistes [virgule]
      derniers sont par leurs impôts, totalement captifs de leur production ?[virgule]
      qui leur reste à faire, est encore long.[virgule]

  12. Aristarkke

    Pourtant porte-étendard-S- de la démocratie,(…)

    Vu le nombre d’idéaux dont les journaleux se veulent les hérauts, une mise au pluriel est appropriée…

  13. Pheldge

    HS : la litote de l’année : « Conscient, que les chances de Benoît Hamon d’accéder aux plus hautes fonctions de l’État sont désormais infimes, le Parti socialiste a décidé de la jouer stratégique pour les législatives. »
    « infimes » ? MDR, franchement nulles, oui ! 😀

    1. Aristarkke

      Il avait déjà été dégoté, il y a au moins un mois, que BH avait déjà sa place réservée sur les investitures du PS pour les élections législatives qui vont suivre…

    2. Pheldge

      t’inquiète pas pour lui, « Camba » a déjà déminé le terrain :
      lepoint.fr/presidentielle/legislatives-la-petite-manoeuvre-du-ps-pour-epargner-en-marche-17-04-2017-2120295_3121.php

        1. Pheldge

          Al, tu pourrais être gentil pour une fois et mettre, sinon un lien, au moins une phrase qui permette de retrouver sans se fatiguer, un lundi de Pâques ? 😉

            1. Aristarkke

              Là, l’ADLT prend son ton patelin pour obtenir réalisation de son souhait parce qu’aux îles, c’est tous les jours qu’il convient de ne pas se fatiguer… 😥

                    1. Aristarkke

                      Ne te réjouis pas trop !
                      C’est très intéressé qu’il est :
                      En fait, mine de rien, il surveille son stock ambulant de SG.

                    2. Pheldge

                      il faut savoir rester pratique … la raison l’emporte, pas de sensiblerie inutile ! d’ailleurs ça serait insultant pour RPS car trop féminin 🙂

                    1. Pheldge

                      t’as intérêt à grossir et à arrêter de fumer, oui ! je veux de la bonne matière première, du SG , pas du saumon fumé !

                    2. Aristarkke

                      Vu la localisation de RPS, il vaut mieux que tu vises de la bacalao…
                      Tu seras moins déçu…

                  1. René-Pierre Samary

                    Philou, je sens le tabac et la morue, suis maigre comme un hareng saur, et mon foie, ah ! mon foie, je ne dis pas !*.. Toujours preneur, en considérant distance et frais de transport ?
                    Il y a du sg tout frais dans le ch’nord, à ce que j’ai compris. Réfléchis !
                    * Oui : prétérition, sam, lâche-moi.

          1. Aristarkke

            Tu ne vas pas nous soutenir que tu n’es jamais allé sur le site de l’Institut des Libertés…
            Sont vraiment loin de la civilisation, ces îliens…

              1. Aristarkke

                Leur site est un peu « lent ».
                Il faut rebooter la page pour le voir apparaître et ne pas en rester à la page qui réapparaît immédiatement après ton envoi.

  14. Aristarkke

    en dernière analyse, valent toujours par leur subjectivité les filtres qu’imposeraient de toute façon un journaliste patenté.

    On peut même ajouter que ces journaleux nous imposent de plus en plus leurs philtres idéologiques à la moindre occasion…

  15. BDC

    Ils sont détestés aussi car ils sont dans l’impunité la plus totale, tout comme leurs copains politiques. Ils peuvent raconter des salades et être rattrapés par les faits, il n’y aura personne dans leurs rangs pour les dénoncer, ils se tiennent tous eux aussi par les forces centripète et centrifuge de M-F Garaud : soit tu rentres dans le rang et on te protège, soit tu es éjecté par la force centrifuge. Normal qu’ils combattent internet vu que c’est là qu’est fait le boulot complémentaire qui discrédite leur ministère de la Vérité.

  16. Onaneur de Moosh

    Patron, très beau papier.

    Cependant les ingrédients spécifiquement Français de la journalitude sont:

    1 – Le corporatisme
    2 – L’inceste constant, manifeste, et parfois affiché entre le quatrième pouvoir et les trois autres.
    3 – Le corporatisme
    4 – La copulation débridée avec les généreux mécènes
    5 – Le corporatisme
    6 – La pensée unique, ou « groupthink »
    7 – Le corporatisme

  17. lxy

    Que voulez-vous, la France a un « modèle social » que le monde entier lui envie, elle a réussi à la perfection le « vivrensemble », Son sytème de sécurité sociale est exemplaire, Ses hôpitaux assurent les meilleures conditions à la fois pour les patients et le « personnel soignant ». Le plein emploi est garanti.Ses entreprises pètent de fric.Son education nationale est irréprochable, restant la meilleure du monde. Ses élites intellectuelles et artistiques éclairent de leur puissante lumière les ténèbres du Monde. L’ultra-libéralisme qui rend les peuples esclaves y a été définivement éradiqué, Son organisation administrative a trouvé le parfait équilibre entre contralisation et décentralisation, Les peuples qui l’entourent se pressent à ses portes venant de très loin et toujours plus nombreux pour s’installer dans ce merveilleux pays où coule à flot le le miel et le lait…Pourquoi voudriez-vous que les journalistes se donnent de la peine pour noircir ce tableau idyllique ?

  18. albundy17

    ^^ La journaliste Marie-Anne Cohendet a déclaré sur cnews que des hackers d’origine inconnue sont depuis une semaine a favoriser mélanchon, le pen et asselineau, tous favorables à Putin, précise t elle ^^

  19. sam player

    Il faut lire la bande son de l’émission « Et là c’est le drame » (en fin de l’article Télérama en lien dans l’article)…
    9 minutes mais ça vaut le coup… ou comment les mots « haricots verts » peuvent devenir angoissants ! arghhhh….
    .

    1. Lark on the Wing

      Outre le phrasé, il y a les mimiques : j’adore les mouvements de sourcils et les yeux soudain plissés (Lucet ou Gaessler font cela très bien, mais tous les autres suivent)…. j’aimerais leur mettre un nez rouge : cela ne changerait rien et ce serait plus franc…

      Il y a aussi les transitions ou plutôt l’absence thereof : le ton pénétré (de douleur ou d’angoisse) pour les catastrophes, suivi immédiatement dans le sujet suivant d’un ton primesautier pour l’annonce du carnaval ( de Nice ou d’ailleurs).

      Ce cinéma comediante/tragediante me paraît aussi une des raisons de la perte de crédibilité journalistique

      1. René-Pierre Samary

        Il se vérifie peu à peu que, dans tous les domaines où les femmes deviennent relativement nombreuses (politique, journalisme, enseignement, justice) il se produit en même temps une baisse tendancielle, malgré de brillantes exceptions. La femme est l’avenir médiocre de l’homme, et ceux qui ont promu ce changement sont semblables au Titan Épiméthée, l’époux de Pandora, le frère de Prométhée, et dont le nom signifie « celui qui réfléchit après coup ».

        1. Quiet Desperation

          Sans doute, sans doute… « The monstrous regiment of women », comme disait Knox, qui s’y connaissait… mais en dernière analyse, les hommes dans les mêmes fonctions sont ils notablement supérieurs ? Je crains bien que la médiocrité moderne ne soit pas l’apanage exclusif du genre 1….

          1. René-Pierre Samary

            « Notablement supérieurs », « apanage exclusif »… À envisager la question de cette façon, on ne peut répondre que par la négative. De la même façon, on pourrait dire avec justesse : la délinquance n’est pas l’apanage exclusif de certaines populations.
            Quiet, vous me faites de la discussion-télé, sans vouloir vous offenser. C’est en envisageant la question avec plus de distance qu’on peut en arriver à une tendance à la baisse du niveau en raison d’une présence féminine de plus en plus massive, et cela d’autant plus que le principe de la discrimination positive, admise implicitement ou explicitement, propulse vers le haut des femmes sans tenir compte de leur niveau comparatif de compétence. Si on évalue (assez arbitrairement) la baisse de niveau due à la féminisation de, disons 5 % (sur un « fond » de médiocrisation générale, je suis d’accord), cela n’a l’air de rien mais c’est énorme dans un contexte compétitif.

            1. René-Pierre Samary

              Bon, il est temps que je prenne la route. Mon bureau de vote est à 1200 km.
              « Qui n’a pas vu la route à l’aube entre ses deux rangées d’arbres, toute fraîche, toute vivante, ne sait pas ce que c’est que l’espérance. »
              Georges Bernanos

              1. Lark on the Wing

                Voui, mais Georges, sur sa moto, il n’était pas très habile… tombait tout le temps… comme Napo à cheval (l’avait la cuisse plate)…

                Et je ne vois pas – et pour cause, puisque la télé est proscrite chez moi – pourquoi dans notre monde actuel, la pitoyable médiocrité que je constate chaque jour à tous niveaux, et tous corps d’état (si j’ose dire) confondus, et frappant les personnels tant homme que femme, ressortirait à la discussion-télé…

                Que la discrimination positive en faveur d’un sexe ou d’une ethnie etc. relève de l’imbécilité du politiquement correct, nous en conviendrons aisément, mais – et hormis dans certaines professions très particulières – je ne vois pas que les femmes soient inférieures à leurs homologues masculins.

                Ce qui ne signifie pas, au reste, qu’une profession colonisée par le genre 1 n’entraîne pas sa dépréciation aux yeux du genre 2 pour une question d’image : je pense là notamment aux professions du droit et surtout la Magistrature… mais c’est une problématique différente…

                1. Pheldge

                  Werther, tu me permets une citation ? 1 Corinthiens 14:34 :
                  « que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d’y parler; mais qu’elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi. »
                  Acclamons la Parole de l’Éternel !

                  1. Lark on the Wing

                    J’ai du mal à le croire : moi, machiste de fondation, me faire agresser pour ma défense et illustration du genre 1 !!!! et l’AdP qui me balance maintenant du Saint Paul, comme si j’avais été sur le chemin de Damas….

                    1. Aristarkke

                      L’ADLT ne retient que ce qui lui paraît « intéressant »…
                      Voir mon commentaire de 11H23.

                    2. Lark on the Wing

                      by the way, hein, j’ai sauté le pas à propos de Napo : « il n’avait pas la cuisse plate »… je dis ça avant qu’un autre cavalier ne me censure pour l’erreur…

                    3. BDC

                      En progrès, mon bon Maître ! Vous allez finir comme moi, à trouver parfois pire que la solution officielle 😉 …

                  2. Aristarkke

                    Philou, il y a des exceptions…
                    Par exemple : Et Abram écouta la voix de Saraï+ (Gen 16:2 (dernière partie)

                    Je crains que tu n’interprètes l’apôtre Paul que dans un sens très dominateur alors que cette attitude de soumission ne concerne que la congrégation des croyants en réunion.

                    Mais pour adoucir ta peine :

                    « Si donc elles veulent apprendre quelque chose, qu’elles interrogent leurs propres maris à la maison, car il est honteux pour une femme de parler dans une congrégation. ” — 1 Corinthiens 14:35.

                    Résumons en disant qu’il n’appartient pas à une femme d’avoir un rôle sacerdotal (d’enseignement ou de rendu de culte) dans une réunion de culte…

                    Note aussi au passage que les premières apparitions de Christ ressuscité se font au bénéfice exclusif du genre un, qui est donc soumis à des ordonnances de comportement mais pas autant qu’on le croit ordinairement…

                    1. albundy17

                      « Note aussi au passage que les premières apparitions de Christ ressuscité se font au bénéfice exclusif du genre un,  »

                      La fiesta à 13 de la Cène serait donc une espèce d’enterrement de vie de garçon ?

                    2. Lark on the Wing

                      vieille plaisanterie : c’était pour que la nouvelle de la Résurrection se répandît plus vite….

                    3. Aristarkke

                      Reportage tardif selon Luc, chapitre 24 :

                      8 Elles se rappelèrent alors ses paroles+, 9 et elles s’en retournèrent de la tombe de souvenir* et racontèrent toutes ces choses aux onze et à tous les autres+. 10 C’étaient la Magdalène Marie, et Jeanne+, et Marie la [mère] de Jacques. Les autres femmes+ aussi qui étaient avec elles disaient ces choses aux apôtres. 11 Cependant, ces paroles leur apparurent comme une absurdité, et ils refusèrent de croire+ les [femmes].

                      Pierre sera tout de même le premier à aller vérifier…

                    4. Pheldge

                      Mon passage préféré (trad inconnue ), c’est : Genèse 3 : Il dit à la femme: « J’augmenterai la souffrance de tes grossesses … , tu seras soumise à ton homme, et il te dominera » …
                      Y’a pas à dire, le Tout Puissant, il s’y connaissait en feumeuh ! 😉

                    5. Aristarkke

                      Soumise à ton homme …
                      Cela sent son créole…
                      Traduction de mirliton local, probablement…

                    6. Aristarkke

                      Philou et pour relever ton niveau de patois :

                      “ Que les femmes soient soumises à leurs maris. ” — ÉPHÉSIENS 5:22.
                      sied quand même mieux, non ???

                    7. Aristarkke

                      « Femmes, soyez de même soumises à vos maris, afin que, si quelques-uns n’obéissent point à la Parole, ils soient gagnés sans parole par la conduite de leurs femmes, »

                      Celui là n’est pas mal non plus… (1Pierre 3:1)

                2. René-Pierre Samary

                  Lark (10.18) Ce que j’assimilais un peu cavalièrement à une discussion-télé, c’est cette façon de multiplier exemples et contre-exemples, pour finalement n’aboutir à rien, faute de fil conducteur.
                  Le mien (de fil) est de me baser sur une théorie que je peux argumenter de plusieurs façons.
                  Cette théorie, c’est la haute probabilité d’une petite mais significative infériorité du genre 1, qu’il s’agisse des capacités cognitives et du caractère. Il s’agit bien sûr d’une théorie se basant sur les grands nombres, ce qui ne présume en rien des cas individuels, qu’on peut multiplier par millions.
                  Ce que tu dis dans ton dernier paragraphe est certainement exact. Comme tout argument, il fait avancer la discussion, l’approfondissement d’une idée qui ne se veut pas caricaturale, mais qui ne remet pas en cause, à mon avis, son bien-fondé.

                  1. Pheldge

                    Faisons avancer alors ! Étant entendu que la femme est inférieure à l’homme, physiquement, mais surtout, intellectuellement, il convient maintenant de se poser LA question : pourquoi ? 😉

                    1. René-Pierre Samary

                      Physiquement, intellectuellement et, si je puis dire, moralement. Le « pourquoi » demanderait de longs développement. Mais il faut d’abord questionner cette affirmation. Est-elle plausible ? Comment la soutenir ? Cela aussi demande une argumentation, un peu trop longue dans le cadre de ce blog.
                      Je tiens à dire encore une fois qu’il faut se représenter cette infériorité comme une fréquence, et non un absolu. Nul homme ne peut se targuer d’une supériorité en tant qu’homme, et regarder de haut une femme qui peut être le dépasse de la tête et des épaules dans une des catégories en question.
                      Question suivante : ayant admis que cette supériorité, est principalement de l’ordre de l’inné comme je le crois, comment cela peut-il évoluer, sous l’influence de l’actuel vécu ? J’aimerais être optimiste, comme dans le bouquin que j’écris actuellement, mais le féminisme/communautarisme met un bémol à cet espoir.

  20. albundy17

    Jeu de mots ouest france « Hervé Morin à Sucé pour soutenir François Fillon »

    france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/jeu-mots-ouest-france-herve-morin-agite-toile-1233923.html

  21. kekoresin

    La presse est aussi indépendante que la justice et gare aux couilles qui se frottent aux mauvaises jambes. Dans ce pays à l’ombre des bananiers géants, tout le monde doit des services à tout le monde. C’est le propre de la corruption et/ou de la dictature. Mais on a affaire à des virtuoses, des experts en enculade furtive, celle qui ne s’entend pas au milieu du constant brouhaha des scandales vite oubliés. Et dire que les porteurs de cartes de journalistes incitent à voter, histoire de remettre une petite couche de verni démocratique sur les pustules laiteuses de leur compromission carriériste. Alors à tous ce enculés et leur enculeurs qui ne se gênent plus pour faire leur petites saloperies sans honte le jour en pleine rue, je leur pisse dessus du balcon et je craque une allumette!

  22. Gosseyn

    Et pour ce soir, trois bonnes blagues :
    – Un journaliste intègre.
    – Un juge intègre.
    – Un politicien intègre.
    Bon, d’accord, elles sont archiconnues !

    1. Lark on the Wing

      Racontez nous une histoire de voleurs, M. de Voltaire !

      – hmm…. hé bien, il était une fois un Fermier Général….

      C’est tout ?

      – Oui, c’est suffisant….

      1. Aristarkke

        C’est très crédible mais François Marie A. préférait probablement ne pas s’étendre sur le sujet.
        Disons qu’il n’était pas blanc bleu comme il aimait à le paraître dans ses partis-pris et que son honnêteté financière n’était pas plus constante ni fermement assurée que son honnêteté intellectuelle.
        Il aurait participé à des opérations spéculatives plutôt borderline au milieu de plus orthodoxes mais qui se sont toutes bien terminées pour lui puisqu’il a pu s’offrir le château de Ferney et y mener un grand train…

  23. Aristarkke

    HS : Keko, ton commentaire récent sur la prose de ton député Rabin, a eu les honneurs d’ être repris par le site du stupide qu’a voté Peak de la Faribole, la saine lecture des homélies de Mgr étant par ailleurs, chaudement recommandée…

  24. Roi Heenok

    Comme prévu, la France a un bon train de retard (façon SNCF) sur l’Anglosphère où les journaleux sont ouvertement méprisés. Je pense que nous vivons une époque ambigüe où de plus en plus de gens savent qu’ils ne faudrait pas écouter les journalopes sérieusement mais ils continuent de faire attention à ce qu’elles disent et même continuent de les utiliser comme principale source d’information.
    S’il n’y a pas une refonte complète du milieu, j’ose espérer que les journaleux deviendront inoffensifs avec le temps, par manque d’audience. Mais ils leurs restent probablement deux bonnes décennies de nuisance aigüe même en continuant sur leur lancée.

  25. sam player

    HS mais pas trop… vu que c’est une histoire très mal documentée par les medias

    Y a un article sur Reason au sujet du problème qui est arrivé sur le vol United avec le passager débarqué manu militari. Le sujet est intéressant surtout qu’il a été très mal traité en france mais aussi aux USA où certains se sont empressés de vouloir remettre en cause le surbooking alors qu’en fin de compte c’est un super système pour les clients et les compagnies aériennes pour peu que le dédommagement fasse l’objet d’enchères montantes … sauf que dans le cas présent il ne s’agissait pas de surbooking mais de l’oubli par la compagnie aérienne du booking de l’équipage retour…

    Dans les commentaires de l’article de Reason j’ai failli renverser mon café :

    Chipper Morning Wood|4.12.17 @ 2:26PM
    « I think we should just pass a law that says that if something bad happens, it automatically becomes illegal to do that thing again, a new tax is added to anything related to that thing, and the money from the tax goes to a special interest group opposed to that thing. Then we can all go home, including Congress. »

    The United Airlines Incident Does Not Require New Laws, Despite What Chris Christie Says. It Could Have Been Resolved by Intelligent Use of Markets.

    reason.com/blog/2017/04/12/the-united-airlines-incident-does-not-re

    1. Aristarkke

      Tu en as un sur Contrepoints aussi. L’ auteur y est très gentil avec UA car c’est grâce aux commentaires que tu y apprends que le fautif est UA ayant oublié d’ inscrire son équipage retour… Tout semble alors porter sur le méchant surbooking et la fôtapad’chance…

      1. sam player

        Déjà que la nouvelle maquette de CP n’est pas terrible… mais le panel d’articles est de pire en pire. et pour les commentaires c’est pas mieux, il y a très peu de contradictions : ainsi j’ai appris récemment que la fermentation du pain permettait d’obtenir plus de vitamines et de minéraux… Du pain nucléaire certainement…

        1. Aristarkke

          « il y a très peu de contradictions »
          Et pour cause, tes commentaires se font éliminer purement et simplement s’ils ne plaisent pas, même écrits sans animosité ou propos « limites »
          Une fois, deux, fois après, cela te lasse d’y aller laisser ton avis…
          Tu as déjà dû remarquer qu’ils sont systématiquement mis en attente de validation et que certains ne passent pas ce goulet…
          Sûr que pour un média qui se dit « libéral », cela la fout mal…

        2. Lark on the Wing

          « il y a très peu de contradictions : ainsi j’ai appris récemment que la fermentation du pain permettait d’obtenir plus de vitamines et de minéraux… Du pain nucléaire certainement… »

          Non pas, non pas, seulement une querelle d’ergot….

        3. sam player

          MDR, Vintray de CP a changé le titre de son article du 17 avril en rajoutant « probablement »

          Et le titre devient :

          Présidentielle : pourquoi Macron ne sera probablement pas au second tour

          FDG

          1. sam player

            PTDR
            Le titre de l’article du 17 avril vient encore de changer !

            Après :
            pourquoi Macron ne sera pas au second tour

            Puis :
            pourquoi Macron ne sera probablement pas au second tour

            Voilà :
            pourquoi Macron pourrait ne pas être au second tour
            ____________
            Arghhhh Internet est vraiment cro mechant.
            Dans 3 mois le titre sera : Pourquoi Macron sera au second tour (je vous l’avais bien dit)
            ____________
            En parcourant la bibliothèque de Vintray, j’ai vu qu’il avait écrit un article en s’offusquant d’un gars sur FACEBOOK qui, après avoir reçu des like sur une page FB quelconque, avait changé le titre et le contenu de la page pour en faire une tribune pro-Asselineau.
            En fait il fait pareil…

      2. Gosseyn

        … Grâce aux commentaires qui n’y sont pas encore censurés. Une revue  »libérale » LOL ! Bon, mais cette ironie appelle un questionnement.
        Je vous informe, à titre de comparaison, qu’il m’est arrivé de poster sans problème sur Le Monde et Le Figaro des informations de même nature que celles pour lesquelles je suis désormais ostracisé sur Contrepoints.
        Contrepoints m’ayant fait l’honneur d’héberger mes commentaires un long moment, pour entièrement les supprimer vers octobre 2016, c’est qu’il étaient conformes à la charte et prescrits contre tout retrait légalement recevable.
        Je considère donc pour le moment qu’une influence externe les a fait supprimer. Certainement alors avec une suggestion du genre  »qu’on-ne-peut-pas-refuser » ! Absolument hors la loi.
        Dans ce cas, il n’y a que l’embarras du choix pour identifier quel représentant de quelle institution a pu œuvrer ainsi. J’ai bien ma petite idée …

        1. Pheldge

          Je pense qu’une fois que tu as été modéré, c’est foutu, faut revenir avec un autre pseudo/e-mail, c’est inutile d’insister.

            1. Pheldge

              dans ce cas, il y a des extensions VPN pour navigateur, j’utilise souvent DotVPN, il y en a d’autres … mais je crois que le filtrage se fait par rapport au couple pseudo/mail.Et l’IP change à chaque fois qu’on redémarre la Box …

        2. Aristarkke

          Contrepoints à la recherche de l’audience maximale :
          Tu cliques sur son lien
          La page de Une s’affiche
          Trois secondes après, tu as un pop-up te demandant ton adresse mêl pour t’envoyer la lettre quotidienne.
          Si tu n’es pas intéressé, tu ne peux pas aller plus loin parce que le bouton de fermeture de ce pop-up est introuvable, sauf peut-être au microscope électronique (je leur laisse une chance de me dire que j’ai mal vu).
          Tu sens tout de suite un puissant désir de la rédaction de conquérir du lectorat…

          [en fait, je suis mauvaise langue : il met cinq secondes à apparaître]

  26. Roi Heenok

    Ce n’est pas si HS que cela. Le traitement de ce fait divers de peu d’intérêt est typique de la manière dont les medias peuvent complètement renverser une situation. En jouant sur l’ambiguïté concernant la surbooking (qui n’a rien à voir avec l’affaire en question en effet) et surtout sur les images du mec se faisant jeter hors de l’avion, ils ont pu totalement biaisé l’opinion. Entre les 90% de gens qui se contentent de retweet l’image du mec se faisant jeter sans même comprendre ce qui s’était passé et la majorité des 10% restant étant persuadés que l’achat d’une place équivaut à un contrat de location, il n’y avait aucune difficulté à salir l’image de la boite.
    C’est un peu comme une accusation de viol il y a encore quelques années. Facile à fabriquer, un impact choc sur les couillons lisant le journal le matin. Des mois pour que l’intéressé se blanchisse, avec moult interactions bureaucratiques, et sans aucune répercussion pour l’accusation.

    Les journaleux ont depuis longtemps profité de cette totale asymétrie entre leurs pouvoir de persuasion et de nuisance et la capacité d’un particulier à se défendre contre un consensus de journalistes défendant grosso modo toujours la même vision.

      1. sam player

        Y a un pote à toi sur Reason (même article) :
        « Some, especially the women, are rule-followers by nature. Refusing to cooperate doesn’t even occur to them. »

        1. Aristarkke

          Elle se souviennent de leur lointaine ancêtre qui a inauguré la rébellion et tachent d’expier, peut-être… 😉
          Bon, enfin, cette attitude de soumission, c’est en public…

        2. René-Pierre Samary

          « rule-followers by nature »
          Deux choses se combattent chez la femme. D’une part le conformisme natif, d’autre part le goût de la nouveauté. La versatilité s’oppose au suivisme.
          « Sur le plan psychologique, la grande plasticité (de la femme), la grande crédulité, l’adaptabilité et la tendance à se laisser suggestionner, qui sont typiques du psychisme féminin, ainsi que l’attitude féminine consistant à accepter et à assimiler les idées et les formes venues de l’extérieur, avec une éventuelle rigidité subséquente (…) Ainsi s’explique l’opposition apparente entre, d’une part, le caractère changeant de la nature féminine et d’autre part, le fait que sociologiquement la femme exprime essentiellement des tendances néophobes et conservatrices. »
          RPS, la voix de ses maîtres, en toute modestie.

    1. Aristarkke

      Je suis désolé mais UA a foiré d’ un bout à l’autre dans cette affaire en allumant lui même la mèche. Quant à son Pdg que l’ auteur encense, il est en réalité parfait pour la SNCF mais pas une compagnie d’aviation privée. Quand vous voyez les dégâts collatéraux de cette affaire : buzz intense négatif, chute du cours de bourse, probable baisse de CA dans les prochains mois…

    2. Aristarkke

      Roi Heenok, si ce passager confie cette affaire à un bon avocat US (il va se faire sûrement démarcher directement), entre les images diffusées et les articles accablant ledit passager sans compter l’exorde nulle du PDG qui n’accorde pas un mot en sa faveur (on a fait n’importe quoi MAIS en observant d’excellentes règles), UA n’a pas fini de payer une douloureuse salée…

      1. Pat

        Genre quelques millions de dollars… En l’occurrence, United avait des solutions et est donc bien totalement fautive. Soit affréter un jet privé pour emmener leur équipage retour, soit offrir une somme vraiment motivante (en vrai cash, pas en bons d’achat sur des vols de la compagnie) pour que des passagers se désistent (et l’enchère inversée est une assez bonne idée).

  27. Aristophanedecarotte

    Barbier ne sait pas ce que c’est que du lierre.Il doit confondre avec la vigne vierge. Le lierre est capable de mettre à bas tous les murs…

  28. Aristarkke

    RPS, au secours! ma part féminine s’agrandit et a failli me faire renoncer!

    Je viens de trouver que si tu cliques sur le bouton d’acceptation de l’offre mais sans fournir une adresse, tu as une réponse t’indiquant que tu as oublié le champ « adresse » ET l’apparition du bouton « fermer »…

    Donc, il faut outrepasser l’offre en rebelle pour l’éviter…
    Vont piéger le genre UN avec ce stratagème et RPS ne pourra plus y aller voir… 😉

    1. René-Pierre Samary

      « ma part féminine s’agrandit et a failli me faire renoncer! »
      Réjouis-toi, Ari.
      Quand la part féminine augmente (simple effet d’une libido masculine en baisse, sans toutefois disparaître), nous comprenons mieux les femmes, et les comprendre mieux, c’est mieux s’en défier (entre autres avantages).
      PS. Fort occupé entre mes écritures et le tournoi de Monte-Carlo, je n’ai pas réussi à suivre cette histoire de boutons. Je n’ose penser que tu as perdu l’emplacement exact, précis, du petit bouton qui provoque l’ouverture, et non la fermeture. Allons ! Cherche bien !

      1. bibi

        Il faut être complètement détraqué au niveau cérébral pour regarder du tennis sur terre battue, surface qui fait la part belle au joueur sans talent, juste capable de renvoyer la balle comme Borg ou Nadal.
        Heureusement des fois il y a des heureuses surprises comme les victoires des Helvètes dotés de revers à une main.

        Vivement la saison sur gazon en espérant que le All England Club aura compris à la vu de l’Australian Open qu’il faut accélérer le jeu, et puis maintenant que l’écossais (un écossais même pas un anglais) a gagné le tournoi et par deux fois, ils peuvent satisfaire les amateurs de beau jeu.

        1. René-Pierre Samary

          Je préfère les surfaces rapides, moi aussi, mais la terre peut aussi provoquer de beaux échanges. Tes critiques datent un peu (référence Borg !)
          L’Helvète, j’en suis fan.
          Murray, Anglais quand il gagne, Écossais quand il perd.
          Bon, ne gâche pas mon plaisir. Plus de 15 ans sans télé, pour moi c’est comme tout neuf.

            1. bibi

              Aujourd’hui le tennis masculin ressemble de plus en plus à du tennis féminin totalement insipide avec des jeux style Bollettieri.
              J’ai arrêté le tennis féminin après les retraites de Hénin et Mauresmo tant c’est juste devenu du pousse baballe avec des joueuses sans la moindre technique il n’y en pas une avec un revers à une main ou capable de maitriser le slice.
              En plus d’avoir détruit le tennis masculin car hormis Federer et à de rares occasion Wawrinka qui tutoie les sommets on a plus ce qui faisait la saveur de ce sport les affrontements de style, on a plus que des affrontements de fonds de cours avec des joueurs de revers à deux mains, le ralentissement des surfaces à complètement tué le tennis féminin.
              Sinon j’avoue que j’ai quand même un gros faible pour Hantouchova.

                    1. Pheldge

                      Et quand on s’adresse à leur « intelligence »*, on est carrément dans l’irréel et le subjonctif est LE mode qui s’impose ! 😀

                      *à la fiancée suisse du comptablator châlonais : intelligence est à prendre au sens éthyli-mot-logique 😉

              1. theo31

                Bollettieri n’a jamais été fichu de préparer un champion qui serait resté au sommet pendant au moins 10 ans.

                Quant au revers à deux mains des mecs, c’est la honte.

                Ca fait environ 25 ans que je regarde plus le tennis à cause de la pub et de la débilité profonde des commentateurs qui devraient prendre des cours auprès de leurs homologues américains. Mais bon, on ne peut pas comparer un journaliste américain à un suceur de subventions (SS) français.

                1. René-Pierre Samary

                  @ bibi et theo31
                  Pour ce qui est des commentaires débiles, bon…
                  Pour le reste, je ne peux pas être d’accord. Djoko pousse la baballe !? Chez les femmes, Williams pousse la baballe ?
                  Ah ! le bon vieux temps des stylistes !
                  Le revers à deux mains permet de prendre des angles avec plus de sûreté. Et quels angles ! On n’a jamais vu ça autrefois.
                  Bon, la prochaine fois, on parlera de F1, ou de boxe. Ayant pratiqué ces sports, de même que le tennis, je suis certain d’apprendre un tas de choses de la part de gens qui les ignorent.

                  1. bibi

                    Mon dieu défendre cette hérésie qu’est le revers à deux mains, ce monde a perdu tout sens du beau, et de l’élégance.
                    Note : si tous les plus grands joueurs ont un revers à une main ce n’est pas un hasard.

                    1. bibi

                      Quand vous voyez la proportion de joueurs avec des revers à deux mains, n’est-il pas étonnant que les deux plus grand joueurs des dernières décennies furent Sampras et Federer?

                2. Higgins

                  En matière de commentaire de tennis, jamais ne sera égalée en la matière Pierre Desproges (je cite de mémoire): « … Borg qui passe à Connors qui passe à Borg qui passe à …. non, il vient de louper la balle! ,,, « .

                    1. BDC

                      OH punaise, le pauvre … Lucas Pouille … sérieux il y a des parents qui ont osé ? Ça sent pas bon …

                  1. Lark on the Wing

                    pas de boggie woogie tonight, BDC !

                    youtube.com/watch?v=fUn6ghfVRuU&ytbChannel=Do%C3%B1a%20Oxford

                    youtube.com/watch?v=-y_YM1ikva0&ytbChannel=beercandave

      2. Aristarkke

        Pour une raison mal connue, mon commentaire s’est décalé en fin de liste puis j’ai d’ailleurs subi des « absences de réponse » de la part du site…

        RPS, je parlais de part féminine pour la tendance à l’obéissance spontanée aux directives qui, en l’espèce, semblent ne pas te laisser le choix que de donner ton adresse mêl…
        Pour le bouton de la boutonnière, je le trouve et retrouve sans besoin de GPS…

      3. theo31

        Faut pas 70 ans pour s’apercevoir qu’il n’y a que trois choses (le pognon de l’homme, le pognon de l’homme et le pognon de l’homme) qui intéressent les femmes ou alors faut consulter d’urgence.

  29. UnLorrain

    A l attention de Christophe Barbier s’il passe ici cela dit. Le lierre euuuh ben regarde le bien pousser,il est ni plus ni moins qu’un tueur d’autres végétaux,par compression mais aussi de toute évidence,son feuillage qui fait ombre et empêchera la croissance de l autre végétal,redoutable tueur ce lierre,crois moi ! 🙂

  30. UnLorrain

    Autre conseil a Barbier,lire Aristophanedecarotte !
    Si j’osais une métaphore je dirais que le lierre est envahissant comme une meute de journalistes psychopompe ( ce mot est dans un bouquin de King,la part des ténèbres si j’ai bonne mémoire,dans ce livre ce sont des cuicuis,des moineaux,qui sont psychopompe )

  31. Lorelei

    A cause des fake news, de nombreux journaux (écrits, radio, télé) ont renoncé à faire des articles « poisson d’Avril » cette année. Comme quoi, déméler le vrai du faux…

  32. UnFrancaisPasEnFrance

    Les journalistes sont de mon point de vue impuissant et improductif (pour la société) voir contreproductif. Ces gens denoncent et nous donnent des lecons de morale, sans jamais prendre les armes eux-mêmes. Ils préfèrent être faiseur de reines et de rois mais surtout pas se mouiller la chemise.
    Evidemment deverser sa bile sur les autres, c’est plus jouissif que d’en prendre plein la tronche, comme les politiques, indépendamment de leurs qualités et défauts.

    A leur décharge, j’ai l’impression que l’on est dans un monde très complexe voir complexifié, et que de résumer le programme d’un candidat en 30seconde au 20heures n’est pas chose facile. Mais alors pourquoi le faire ? Sommes nous vraiment devenu a ce point fainéant, que nous ne pouvons pas passer 15min ou une heure par candidat pour lire leur programme. Avons nous besoin d’un résumé de 30secondes ? Les journalistes ne devraient-ils pas refuser ce genre d’exercice
    par déontologie ?

    Quand a l’aspect factuel de l’information, il a complètement disparu. On est dans la manipulation des opinions pour le bien moral, comme évoqué si-dessus.

  33. panchovilla

    pour être journaliste il suffit de commencer par « journaliste stagiaire ». Il faut donc un « parrain », et il faut donc soit penser comme lui soit lui procurer un avantage. On a donc un florilège d’enfants d’anciens journalistes qui se multiplient dans les grands médias, ainsi que de « fils et filles de… ». On a eu Baroin, Baudis, Ferrari, Sinclair, etc..
    Le pire est arrivé avec l’explosion de radios dites libres, et leur nécessité de trouver des cruches pour lire les dépêches de l’AFP dans ce qu’ils appellent le journal.
    D’ailleurs je garde un souvenir ému d’une nouvelle passée sur NRJ, dans la bouche de la cruche de service (qui a un nom de banquier), et qui disait en gros qu’à Fukushima la centrale nucléaire a explosé, provoquant un tremblement de terre qui a causé un tsunami. Si, je vous jure. Dans la radio la plus écoutée de France.
    Je vous passe sur le fait que plus personne ne se demande pourquoi les victimes de tremblements de terre à Haiti et les migrants marocains sont interviewés en Anglais (parce que nos valeureux « reporters » ne quittent jamais le 15ème arrondissement et que c’est plus facile d’acheter des reportages ?) ni pourquoi on a des fautes de traductions énormes dans les reportages (tiens, ils ne parlent même pas 3 mots d’anglais nos cadors ?).

  34. Pheldge

    HS : petit cadeau pour les adorateurs de Laure, vu ce matin sur le forum gala HP ; « … Installation de l’élément 1 sur 8 : HP Deskjet driver software… » la barre est casiement verte … »
    Mon Dieu, mon Dieu … les mecs qui écrivent ça sont des Bac + 3 au moins !

        1. Aristarkke

          En ce cas, peut-être aurais-tu dû écrire Laure Seins Clairs, vieux çà tire ??? (suggestion suggestive ???)
          Oui, Werther: j’ai honte de profiter de cette occasion servie (là je n’ose pas)

          1. Lark on the Wing

            c’était plutôt sur la base du « Auri sacra fames »…. mais si je connais Anne, je n’étais pas, en revanche, familier de cette intéressante Laure, qui me paraît avoir des arguments… quant à Harry, il devrait effectivement se couvrir la tête de cendres….

          2. Pheldge

            Je constate que dans le domaine du XXX vintage, Brigitte Lahaie, Zara Whyte, Tabatha Cash, et Katsuni n’ont aucun secret pour nos deux compères libidineux ! 😉

    1. Pheldge

      Farpaitement ! je veux j’exige aussi une TVA fixe, qui soit variable ! et pis que les prix soient libres, mais contrôlés …
      Merde, mais c’est presque du Macron dans le texte … 😉

      1. Aristarkke

        Toi, tu réclames comme producteur que l’état veille à ce que tes prix soient les plus élevés possibles et comme consommateur qu’il veille à ce que les prix que tu dois acquitter, soient les plus bas possibles…

Laisser un commentaire