[Redite] Pschiitt

Article initialement paru le 28.05.2007

Il y a dix ans, l’élection présidentielle confirmait Sarkozy au poste de président de la République. Comme prévu, les promesses de campagne s’étiolèrent rapidement pour ne plus former qu’un magma mou vite oublié. Avec l’élection quasi-certaine de Macron à ce poste, on se demande dans quelle mesure ce qui s’est passé il y a dix ans ne risque pas de se reproduire exactement de la même façon…

Alors que l’horizon avance sur les législatives qui s’annoncent à peine plus sportives que la présidentielle, tout, dans l’attitude du nouveau président et de sa dream-team au pouvoir s’inscrit dans la fixation d’objectifs ultra-mous et en super-pas-rupture, ou, pire encore, dans l’amnésie pratique des résolutions de campagnes qui avaient pourtant encore droit de cité il y a quelques semaines…Le Sarkozy est un fin politique : on n’arrive pas là où il est sans faire un minimum de jogging d’efforts et sans déployer toute une panoplie de roueries stratégies habiles.

Cependant, celle qui consiste à ménager, comme lui et son équipe le font avec des pincettes nanométriques, la chèvre et le chou électoral avant les élections législatives tend à montrer que le courage qui semblait les caractériser début mai s’évanouit progressivement avec l’arrivée du mois de juin. Il faut se rendre à l’évidence : si Chirac avait inventé l’affaire qui fait pschiitt, Sarkozy nous aura démontré possible le gouvernement qui en fait autant.

Il est de notoriété publique que demander à un mâle de retenir des choses importantes juste après un orgasme relève de l’exploit ; peu arrivent en effet à concentrer suffisamment d’énergie pour former un semblant de mémoire qui perdurera. Avec les élections, la similitude est frappante. Ainsi, la réduction du déficit public semble d’ores et déjà appartenir à un passé brumeux où, dans les vapeurs hormonales d’une victoire fumante, on promet un peu tout et n’importe quoi sans trop réfléchir histoire de pouvoir s’endormir rapidement sur des lauriers envoûtants.

Et ça va même plus loin. Enquiquiné d’avoir à admettre une véritable débandade sur le sujet, nos épuisés de la campagne se perdent en excuses et tortillages de sens qu’on croirait typiques d’un mauvais film sentimental qui vire à l’aigre : la baisse des déficits est modifiée en ralentissement de la baisse, pour finalement arriver à la conclusion typiquement couillemolisée que finalement, ces déficits, c’est plutôt pas mal puisque ce sont … des investissements. Vraiment, la rhétorique au service des gros mâles qui s’endorment, ça a quelque chose de fascinant, non ?

On pourrait se dire qu’avec ces premiers bruits pitoyables de dégonflement le petit bateau pneumatique de la République ne tiendra pas le coup et qu’il faudrait donc, en toute bonne logique, s’arrêter là. Après tout, taillader la barcasse alors qu’on atteint la pleine mer, c’est un peu suicidaire.

Eh bien non ! Pendant que les matelots s’emploient à regonfler péniblement un petit boudin du canot, le capitaine décide, dans son coin, de faire de la musique en faisant chanter les valves qui ouvrent grand l’autre partie du frêle esquif : là où il devait y avoir une remise à plat des services publics pour assurer – enfin ! – un service minimum, le président s’est décidé à avancer avec tellement de tact et de doigté qu’on ne peut que constater une reculade franche ; il faut s’y résoudre, dans ce pays, si les syndicats sont heureux, c’est que l’immobilisme est de rigueur ou que la collectivisation de la société continue au petit trot.

Mais le pompon, ce sont bien les efforts discrets mais réitérés du translucide ministre de l’Education pour détricoter rapidement les pâles mesures pourtant dans le bon sens de son Robien de prédécesseur. Agitant l’écran de fumée habile de la carte scolaire, dont la suppression doit être l’Arlésienne des gouvernements un peu soucieux de leur image depuis 30 ans, le nouveau ministre au passé hyalin occupe ainsi la scène médiatique et les esprits tout en abrogeant progressivement tout ce qu’il peut en coulisse. La méthode syllabique, destinée à revenir et remplacer définitivement la méthode (semi-)globale, catastrophe dyslexisante de toute une génération d’élèves en insécurité orthographique, sera finalement oubliée au profit des expériences éducatives tentées depuis les trente dernières années avec le succès que l’on peut constater.

Il semble évident que de telles compromissions, de tels aménagements, à l’approche des élections, ne peuvent que faire penser à des manoeuvres politiques pour convaincre un maximum d’électeurs que les maîtres-mots de Sarkozy, « dialogue » et « concertation », ne soient pas vains. Cependant, on peut noter aussi que cette méthode, celle d’un dialogue ou d’une concertation, aura été tentée à de si nombreuses reprises depuis les années 70 ou 80 qu’elle n’est plus, en elle-même, une méthode, mais bien une habitude, qui s’est véritablement mue en rite rôdé dans lequel, dans un premier temps, le gouvernement montre ses bras, dans un second temps, les syndicats montrent les leurs, et dans un troisième, tout le monde rentre chez lui en attendant la prochaine législature.

Sarkozy n’a que jusqu’à Septembre pour arrêter de dégonfler son rafiot et pour le regonfler à la force de ses petits poumons de joggeur fou. Après, il sera définitivement trop tard. Je ne suis pas optimiste.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires67

    1. Gérard

      Moi je verrai bien Bécassine première ministre(sse ?). Elle est comme la bêbête qui monte, qui monte et a été un grand succès à l’EdNat avec des idées géniales : suppression des notes pour que les futurs citoyens ne se mêlent pas d’évaluer ce que leur coûtent les taxes et impôts, élimination de l’enseignement des langues du passé (grec, latin et pourquoi pas français) et promotion de la langue du futur (l’arabe), sélection de nos futurs médecins par tirage au sort etc. En plus elle doit bien passer auprès de « nos compatriotes » musulmans (veiller seulement à porter le voile de façon plus systématique), c’est un symbole réussi de la « diversité, sans laquelle rien n’est vrai …

    2. channy

      La Dingue du Poitou aux finances
      Le Foll à la défense
      Valls comme premier ministre comme cela on annoncera clairement couleur

              1. Lark on the wing

                Voilà qui devrait réjouir votre coeur de roqueur, M. de Sameplaillère ! nourrissiez-vous donc quelque illusion ?

                « Emmanuel ! » dans la cour du Louvre, entrant sous la musique de l’hymne à la Joie en rythme lent, et recevant, ébloui de lui-même, les félicitations de Merkel et de Juncker… cependant que les ralliements casse-croûte se précipitent, toute admiration dehors pour le Brochet…

                Dans le Journal du marquis d’Argenson, je trouve cette phrase : « les royaumes périront quand les sots auront seuls part à l’administration… Il n’y a plus part à rien aujourd’hui que pour les sots ; aussi les jeunes gens ne s’étudient qu’à être sots, et de sots qu’ils sont, se font fripons encore »….

                La Banque Internationale et Bercy aux commandes, quelle belle illustration ! il suffisait ce matin d’écouter les émerveillements sur Europe1 pour être édifié… Les « suceuses de ministres » comme disait Geneviève Dormann, sont sur les dents… J’aimais bien Jacques Laurent, ami de la même Geneviève, lui qui disait : « le pouvoir est méprisable, non parce qu’il est bas en lui-même mais parce qu’il est bas de le vénérer ».

                Laurent et Dormann sont morts, mais les vérités sont éternelles, qui portent sur cette si décevante humaine nature…

                Décevante pour les niais seulement, bien sûr ….

    3. Loki dort

      Ségolène Royal, *s’étrangle dans une quinte de toux*, Première Ministresse
      Yann Moix, Ministre de l’Education de la Bien-pensance Nationale
      François Bayrou, Ministre de l’Emploi, l’Egalité des Chances et de la Lutte contre l’Emploi Fictif
      Najat Vallaud-Belkaskouye, Ministre de l’Intérieur, de l’Extérieur & des Migrations Entre les Deux
      Manuel Valls, Ministre des Affaires Sociales, de la Solidarité et de la Cohésion Apaisée
      Le Drian, Ministre des Affaires Etranges Etrangères
      Pierre Bergé, Ministre de la Culture, la Communication, et des Minorités Visibles
      Attali, Secrétaire d’état aux Retraités, Seniors et Anciens Combattus
      Cambadelis, Garde des Sots Sceaux, des Bisous et des Pochettes Surprise
      Cécile Duflot, Ministre de l’Agriculture, de l’Ecologie, de l’Agriculture et l’Economie écologiques

      En tout une bonne vingtaine de ministres, une cinquantaine de secrétaires d’état, et une centaine d’attachés au secrétariat ou au conseil des machins-bidules qui manquent ici et là.

      1. Pythagore

        Jean Louis « bourre l’os », ministre de la prévention alcoolique, de la jeunesse et des pores
        (ben oui les jeunes, i’s ont les pores bouchés, ce qui donne de l’acné, faut bien un ministre pour les déboucher)

    4. Larebil

      Tant que les législatives n’ont pas eu lieu Macron doit continuer dans le « marketing. Donc le premier ministre sera une femme et ne sera ni socialiste ni de droite. Je vois bien Marielle de Sarnez à ce poste.

        1. BDC

          Oh Bonsaï, on est tous tellement déprimés qu’on n’a même pas fait de pronostics 😥 … Siiii un truc rigolo : dans mon bureau de vote il y avait une pile de bulletins blancs ! Par les assesseurs eux-mêmes ! Ahhh j’aime ma ville.

            1. Lark on the Wing

              Je verrais bien Bergé à l’Agriculture : outre son patronyme prédestiné, il vient de se « marier » avec un jardinier…

                    1. Lark on the wing

                      you can bet your …
                      ://photos.auctionanything.com/x/9186/dg491d2.jpeg

      1. BDC

        J’ai droit à une question bête ? Pourquoi Macron n’a-t-il pas annoncé le nom de son premier ministre ? Ça fait pas un peu malhonnête de pas nous dire pour qui on vote ? Je sais bien qu’il y a les législatives dans un mois mais si c’est marketing justement il n’y a pas d’enjeu.

          1. albundy17

            En fait ça rajoute du plaisir, comme avec Bonux.

            Avec qui était il le plus accoquiné durant son séjour au pouvoir ?

            AU MON DIEU, JE VIENS DE COMPRENDRE ! IL VA PRENDRE HOLLANDE COMME PM !

            :mrgreen:

        1. Val

          @BDC j’ai les pires prémonitions pour le PM : NVB , Taubira, un de ses obscurs démiurges ? , la soirée va être rude.
          La question est loin d’être bête car Macron a tellement parlé à hue et à dia que chacun y a vu ce qu’il voulait, du coup tout le monde fantasme son PM, le réveil va être difficile pour les benêts qui sont allés Macronner comme des moutons.

          1. BDC

            Comme tout le monde trouve ça normal qu’il nous cache qui sera son PM, j’ai l’impression de ne pas avoir compris un truc évident. En fait il gruge les gens par le biais de sélection et c’est normal, bon, OK.

                1. Lark on the Wing

                  Un fils inscrit en STAPS et déjà besoin d’une cellule psychologique ? ‘Tain, sont fragiles dans les Charentes…

  1. Le Gnôme

    Il paraît que l’histoire est un perpétuel recommencement et je ne croyais pas à cette fable. Il semble qu’il y ait une part de vrai.

    J’avais dit aussi que Bayrou serait premier ministre, il paraît aussi qu’il a de bonnes chances. Un premier moyen de flinguer un quinquennat tout neuf.

  2. Bonsaï

    Oui, ça peut rassurer de comparer avec un passé qui s’est finalement bien passé.
    Il se trouve que certains n’ont pas encore compris que le sourire de Macron est celui d’un grand fauve…

      1. Lionel31

        un roquet pour ses maimaitres , mais un prédateur pour la populace ( le fameux faible avec les forts et fort avec les faibles )

  3. Pheldge

    Bon, dans l’élection annoncée de Macron, et l’échec des autres, il y a deux points positifs : la disparition actée du PS de Mitterrand /Jospin/Holland, et l’éclatement prévisible de la droite, avec enfin, l’enterrement du « gaulisme » comme alpha et oméga des partis dits de droite … et ça c’est déjà immense !
    Après, je me dis que le Macron, a été assez effronté pour, s’affranchir du Flamby, refuser de passer par les primaires de la gauche, être une des raisons du renoncement Hollandais … alors, il n’est pas déraisonnable de penser qu’il saura débarquer les plus encombrants et les plus grillés de ses soutiens, une fois élu.
    On commencera à y voir plus clair en juin avec la nouvelle assemblée … Là on saura si le nouveau pshittt est servi frais 😉

          1. Mildred

            Ah, vous l’aimez bien l’effronté Macron ! Celui dont HollandE dit : « Dans deux ans la France pourrait être à feu et à sang, les jacobins exsangues. Alors tout redeviendra possible… »
            C’est sans doute ce que vous appelez : commencer à y voir plus clair ?

  4. taisson

    En attendant, on verra pendant la fête si l’on y agite les mêmes drapeaux que pour moije…Ou si la banniere arc en ciel des amis à Macron réussira à cohabiter avec les drapeaux Algériens…Ou bien les remplacera !
    En affaires, on parle de deals gagnant/gagnant , et avec les élections, en France on est bien habitués à être perdant/perdant!

  5. Loki dort

    Bon l’important n’est pas de savoir qui va être élu, OSEF, et on le sait déjà, mais de savoir où et quand va frapper le prochain attentat d’un équilibriste islamiste radicalisé, pour que soit prolongé l’état d’urgence. En fait, même pas besoin d’un attentat pour ça, mais bon, pour la forme!

    1. floriska

      Ils ont fait le tri ! c’est plus facile au Louvre qu’à république ou bastille mais on a pas les images à la bastille :

    2. Loki dort

      Sauf qu’ils ont lancé les « festivités » avec l’hymne européen, à la place de la Marseillaise… ça a fait un flop… beau symbole pour la suite!

  6. Léo C

    Ah oui, il ne manque plus qu’à remettre ça avec la Taub, le Valls et la Najat. Là, ce serait le pompon.
    Remarque, si ça peut accélérer la déconfiture de ce futur gouvernement de blaireaux, genre IVème République, ça me va.

Laisser un commentaire