Bitcoin : un prochain fork agité

Le 16 novembre prochain, au matin, un événement secouera le petit monde des monnaies cryptographiques : Bitcoin subira un nouveau fork, c’est-à-dire une nouvelle séparation en deux chaînes de blocs distinctes. Pourquoi ? Comment ? Est-ce bien nécessaire ?

Le débat qui agite la communauté Bitcoin fait rage depuis deux ans et porte sur la méthode que la monnaie cryptographique doit suivre pour croître aussi harmonieusement que possible. Cette croissance passe par l’augmentation du nombre de transactions que le réseau peut supporter à chaque nouveau bloc, produit une fois toutes les 10 minutes environ.

Deux grandes écoles s’affrontent : la première vise à augmenter le nombre de transactions dans chaque bloc ce qui revient à augmenter la taille des blocs. La seconde entend faire porter la plupart des transactions en dehors de ces blocs et de ne reporter dans les blocs effectivement produits que des transactions de règlement global (settlement). Tout se résume donc à savoir si Bitcoin peut grossir en accroissant la taille de ses blocs ou en déportant une partie de plus en plus importante des transactions dans une seconde couche protocolaire (appelée Lightning Network).

Si, il y a deux ans, les deux options étaient ouvertes et le débat animé, les positions des uns et des autres se sont progressivement cristallisées et endurcies à tel point que les deux factions semblent maintenant irréconciliables.

La première école, tenante des « gros blocs », a déjà réalisé un premier fork en Août dernier que j’évoquais dans un précédent billet et qui a donné naissance au Bitcoin Cash. De façon intéressante, une partie des mineurs qui sécurisent la chaîne Bitcoin a rejoint les équipes de Bitcoin Cash et parallèlement, une majorité des mineurs sur le marché semble indiquer vouloir augmenter la taille des blocs aussi sur la chaîne historique.

La seconde école, dite Bitcoin Core, s’y refuse maintenant catégoriquement au point que les dissensions s’accumulent entre les mineurs (tenant d’un doublement de la taille des blocs) et les développeurs de Core.

Dans ce contexte et du point de vue extérieur d’un investisseur lambda, mettre de l’argent (ou laisser de l’argent) dans Bitcoin actuellement, c’est prendre de fait un pari risqué sur la capacité de tout un écosystème à surmonter ces dissensions internes d’autant que les deux familles ont des positions par nature antinomiques et ont un autre souci : les développeurs assurent la maintenance de l’applicatif, les mineurs assurent la sécurisation du réseau.

Autrement dit, on ne peut guère se passer ni des uns, ni des autres sur le plan technique.

Sur le plan économique, cependant, c’est plus complexe encore : les développeurs sont, par nature, achetables (même si un paquet de ceux travaillant sur Core sont maintenant millionnaires puisque bénéficiant des récentes montées de cours du Bitcoin). Les mineurs, par nature, ont lourdement investi pour leur infrastructure. Changer complètement de chaîne ou de méthode de travail leur coûterait potentiellement une fortune, ce qui leur impose un pragmatisme économique implacable. S’ajoutent à ces acteurs les échanges (plateformes de trading et d’achat/vente de bitcoin ou de cryptomonnaies) qui peuvent faire un choix politique en donnant ou non la possibilité aux acteurs de marché d’échanger ou non les cryptos produites ainsi qu’attribuer des tickers (des noms) à ces cryptos. Ainsi, un échange qui déciderait de donner le ticker « BTC » à la chaîne produite par les mineurs (Segwit2X) donnerait directement la possibilité aux acteurs de marché d’échanger ce bitcoin spécifique plutôt que le « bitcoin Core », et inversement.

Les autres acteurs économiques (traders, consommateurs lambda, commerçants) n’ont en réalité pas leur mot à dire puisque leurs échanges et leurs « votes économiques » ne sont comptés que lorsqu’ils font des transactions, transactions qui sont prises en compte par les échanges et enregistrées in fine par les mineurs. Restent les nœuds du réseau pair-à-pair, ceux qui ne minent pas et qui se contentent de valider les transactions : ces derniers peuvent choisir d’accepter ou non les bitcoins des uns ou des autres, mais en définitive ils n’ont pas d’impact réel tant qu’il existe au moins un nœud de chaque parfum donné, connecté à un ou plusieurs échanges.

Économiquement, les seuls acteurs pertinents du tableau sont donc les mineurs et les échanges qui déterminent quasiment à 100% dans quel sens le marché se comportera vis-à-vis de tout nouveau fork. Les autres acteurs seront obligés de suivre.

Concrètement, c’est actuellement une belle confusion entre les différents échanges et les mineurs : une super-majorité de ces derniers veulent S2X (c’est en tout cas ce qu’ils signalent), et les échanges semblent tendre à considérer que la nouvelle chaîne produite par ces derniers sera libellée B2X et non BTC, ce qui impactera directement son prix (l’acheteur/vendeur lambda voulant du BTC et pas autre chose).

Cette confusion signifie aussi que le fork sera potentiellement un moment de grande volatilité. Dans ce genre de situation, il faut être sûr de pouvoir acheter ou vendre rapidement, ce qu’aucun échange ne pourra garantir ; pire, cette situation pourrait durer le temps que les deux chaînes issues du fork se sécurisent correctement. Si 80% du hashrate (la puissance de calcul fournie par les mineurs) disparaît de la chaîne Core, la production du bloc de transactions suivant sera 5 fois plus lente, par exemple. Si le prix chute sur l’une des deux chaînes, les mineurs devront faire des choix économiques rapides pour rediriger leur puissance vers la chaîne la plus rentable. Les variations de cette puissance pourraient ajouter à la confusion, sans compter que, pour un mineur, basculer d’une chaîne B2X vers une chaîne Core ou même vers une chaîne Bitcoin Cash ne représente guère d’effort technique, mais seulement un pari économique.

Tous les ingrédients sont réunis pour une belle panique, ou, en tout cas, une volatilité importante du cours du Bitcoin. Si elle est temporaire, ceux qui seront sortis avant cette période pourront très bien se repositionner plus tard en rachetant à moindre coût les Bitcoins devenus meilleurs marchés lorsque la poussière retombera…

On devra donc agir avec prudence dans les prochaines semaines.

Sur le plan philosophique à présent, si on observe les comportements précis des communautés derrière les mineurs d’un côté et Core de l’autre, on remarque un autre souci : ce sont des communautés qui s’adressent à des publics très différents, et particulièrement étanches.

Les premiers sont essentiellement des business-men qui recherchent le profit et qui seront tenus, économiquement, de s’adapter à la donne, quelle qu’elle soit. Les seconds, en revanche, peuvent très bien faire fi des réalités économiques et se concentrer sur les aspects purement techniques. Ce n’est pas forcément gênant en soi, mais cela induit des pratiques qui ralentissent à l’évidence la pénétration du Bitcoin en tant que produit sur un marché particulièrement concurrentiel (à titre d’exemple, on pourra noter que le logiciel principal n’a pas évolué en ergonomie sur les sept dernières années).

Autrement dit : la communauté des mineurs vise à rendre le système capable de répondre à des demandes croissantes de transactions, ici & maintenant. En cela, ils rejoignent Bitcoin Cash, à tort ou à raison, qui cherche à fournir un système capable de traiter un nombre progressivement plus grand de transactions, directement sur la blockchain, sans passer par des inventions technniques supplémentaires.

A contrario, Core cherche à pousser les petites et nombreuses transactions en dehors de la chaîne principale (via Lightning Network), ce qui ne permet absolument pas de répondre aux besoins exprimés ici & maintenant, mais seulement à des besoins futurs, éventuellement, si les développements se passent bien et si le réseau se comporte comme prévu. Core propose dans le futur des réponses techniques fort complexes à des problèmes actuels dont la solution simple et rapide a déjà prouvé qu’elle fonctionnait (au moins sur les sept précédentes années de croissance du Bitcoin). De surcroît, pour l’utilisateur lambda, les techniques proposées sont particulièrement complexes à comprendre et à utiliser (je vous mets au défi d’expliquer les side-chains et Lightning Network à votre grand-mère).

On peut ergoter des heures sur les avantages comparés des techniques d’un côté et de l’autre. Il reste néanmoins que la vision initiale de Nakamoto consistait à créer une monnaie électronique sans tiers de confiance, utilisable par tout le monde. Un tel but nécessite d’apporter des réponses technologiques dont la sécurité et la facilité d’usage soient au moins égales à celle de l’argent liquide et des moyens de paiement électroniques qu’on connaît actuellement.

Or, depuis l’arrivée du Bitcoin, d’autres cryptos continuent à rechercher ce but. Bitcoin qui bénéficie jusqu’à présent de son avantage de premier arrivé et de son effet réseau, se fait progressivement grignoter des parts de marché. Les deux années écoulées sur ce débat trop animé, qui se terminent par ce fork délicat ont laissé du temps aux concurrents pour se solidifier. Peut-être ce fork permettra-t-il de clarifier les positions.

En tout état de cause, ces éléments imposent à mon sens la plus grande prudence concernant Bitcoin et les investissements qu’on pourra y faire dans les prochaines semaines.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires64

    1. Pheldge

      Papet, ce n’est pas le jour « haddock » … 😉

      Ofète, gros cachotier, t’aurais pu prévenir : le Aricoin, hein ?
      coinwarz.com/cryptocurrency/coins/aricoin

      1. Aristarkke

        J’avais bien pensé à Arico sur les fonts baptismaux mais cela ne m’a pas paru être une bonne ligne, prêtant trop à confusion…

  1. Bonsaï

    Mercredi, Sieur Aristarque, c’est nous les littéraires qui sommes à la punition ! Mais que cela ne vous arrête pas de leur envoyer de la belle écriture, comme vous savez faire…

      1. Aristarkke

        Période de vacances = Mélusine ailleurs = correction(s) non effectuées comme par exemple champ de mineS avant-hier qu’attend toujours.

        Le Papet, certaines fois, de se décarcasser, las il est…

      2. Aristarkke

        Là, je suis exclusivement sur mon fidèle lumia qui ne se prête pas vraiment au copié/collé.
        Mais je vous rassure qu’il n’y a pas que ce que vous avez trouvé à grand peine apparemment puisque vous en parlez comme d’une pépite. Vous le constaterez tantôt.

        1. Aristarkke

          Par exemple *ces* dissensions internes en parlant de celles de l’ écosystème alors que la logique impose *ses*, vu que ce sont justement des internes dans le sujet de la phrase…

        2. Aristarkke

          Chose promise, chose dûe :

          S’ajouteNT à ces acteurs les échanges (…)
          en donnant ou non la possibilité AUX acteurs de marché d’échanger (…)
          Ainsi, un échange qui décideRAIT de donner le ticker « BTC » à la chaîne produite par les mineurs (Segwit2X) donneRAIT directement la possibilité aux acteurs de marché d’échanger ce bitcoin spécifique plutôt que le « bitcoin Core », et inversement. (Un conditionnel -incertain- ne peut pas engendrer un présent -certain-
          les Bitcoins devenus meilleuR marchE (c’est une locution qui reste au singulier puisqu’elle décrit un état de situation)
          la sécurité et la facilité d’usage soient au moins égaleS à celle (…)

  2. Yoan

    « Si 80% du hashrate (la puissance de calcul fournie par les mineurs) disparaît de la chaîne Core, la production du bloc de transactions suivant sera 5 fois plus lente« 
    Non, un bloc est créé toute les 10 minutes, quelque soit la puissance des mineurs sur le réseau.

    1. Non et non. Un bloc est créé toutes les 10 minutes pour une difficulté donnée. La difficulté reste la même pour 2016 blocs. Si 80% du hashrate se déplace après l’ajustement de difficulté, 20% du hashrate doivent se taper des blocs avec une difficulté 5 fois trop forte avant le prochain ajustement.

        1. Il pourrait facilement monter jusqu’à 6000 d’ici au 16 novembre. Ensuite, il y aura probablement des moments brusques qui dureront le temps que les choses se stabilisent. Il est difficile de savoir comment elles se stabiliseront, à quel niveau sera BTC mais il est possible que le prix descende un peu à ce moment là.

  3. Pheldge

    J’ai lu que Bitcoin Gold était conçu pour ne plus être miné par des ASIC, mais des GPU, de façon à re décentraliser le minage, revenant ainsi aux fondamentaux …
    Également que derrière chaque branche du fork, il y avait des intérêts très divergents …
    lu égalemnt ce commentaire que je livre tel quel :
    « Je pense que ceux qui ont connu bitcoin à ses débuts (des transactions gratuites et un développement où tout le monde pouvait suggérer des choses) savent apprécier l’initiative des forks. Hélas l’immense majorité des utilisateurs d’aujourd’hui est arrivée après la prise de contrôle de Blockstream, et surtout depuis le départ de Andresen, et n’ont pas tout l’historique en tête… Et c’est sûr que S2x est vue comme une véritable attaque pour eux, avec en plus la peur de voir le cours de Bitcoin dégringoler face à cette attaque… »

    1. Mon blog est témoin que j’ai suivi l’affaire depuis un moment. Je confirme qu’il y a comme un écart, en effet, entre le Bitcoin de 2010/2011 et celui qu’on connaît actuellement.

  4. Cerf D

    Je me pose une question sur l’absene de tiers de confiance. Nakamoto n’est pas lui-même un tiers de confiance ? En effet rien n’indique qu’il n’a pas connaissance d’une vulnérabilité de la courbe elliptique utilisée pour les signatures.

    1. a/ d’une part, ces courbes n’ont montré aucun trou/vulnérabilité et celle choisie (secp256k1). On pourra lire ce qu’en disent différents organismes et cryptographes reconnus.
      b/ en 8 ans, s’il y avait une vulnérabilité exploitable, elle aurait été exploitée.

      1. Cerf D

        a/ Il n’y a pas de vulnérabilité générale des courbes elliptiques. Par contre certaines de ses courbes sont vulnérables. De plus il peut exister des vulnérabilités inconnues du public. Par exemple les courbes P-224, P-256, P-384 fournies par le NIST sont désormais fortement suspectes. Car elles dépendent d’un paramètre fixé arbitrairement, qui pourrait permettre de créer un courbe ayant une vulnérabilité connue du NIST seul.
        Concernant la courbe sep256k1, elle est citée comme non sûre par SafeCurves : https://safecurves.cr.yp.to/index.html
        Bitcoin.fr présente même un article dans lequel sa fiabilité est remise en question : https://bitcoin.fr/bitcoin-est-un-systeme-extremement-deficient/

        b/ Ou pas. Pourquoi se presser de l’exploiter alors que BTC a encore un gros potentiel à la hausse ?

        c/ Le but de mon commentaire était de faire remarquer que de fait Satoshi Nakamoto était un tiers de confiance, car toute la sécurité de Bitcoin dépend de la supposition qu’il ne connait pas une vulnérabilité de sep256k1 que personne d’autre ne connaîtrait. après c’est un tiers de confiance probablement plus sûr que les banques et certainement plus sûr que l’état.

        1. a/ « non sûres » pour atteindre le standard ECC. Ce n’est pas la même chose. L’article sur Courtois me rappelle son existence et sa façon bien française d’envisager les choses. Tiens, d’ailleurs, il pose régulièrement des paris sur le cassage de secp256k1 (ici, , …) qu’il perd. Manifestement, ce n’est pas si facile que ça.
          b/ on est dans le complot² : complot1 : « on va introduire une ecc toute pourrite en vraie pour pouvoir la casser » et complot2 : « on va tout de même tout bien faire monter pour en profiter et on cassera tout ensuite parce que, parce que, parce que bon nous sommes des méchants comploteurs ».
          c/ il n’y a pas que Courtois qui fait de la crypto. Il y a eu d’autres petits mathématiciens qui sont passés dessus et qui ne semblent pas trouver tout ceci trop cassé. Comme quoi.

          Le point important est surtout que ce n’est même pas essentiel : l’algo choisi n’est pas ce qui fait la beauté de Bitcoin (à la limite, tout pourrait très bien fonctionner avec RSA par exemple) et l’absence de confiance ne repose pas sur le choix de l’algo qui peut fort bien être changé pour résoudre l’éventuel problème qui se poserait. Le postulat qu’on doit reposer sa confiance sur Nakamoto est en réalité le même que dire qu’on repose aussi sur la confiance qu’on fait aux protocoles TCP/IP, UDP (pour la partie FIBRE de Bitcoin), HTTPS pour d’autres, voire sur la capacité des puces ASIC à hasher correctement etc…

          1. Cerf D

            a/ En même temps, en matière de confiance, le fait que Bitcoin.fr relaie les propos hostiles de Courtois est plutôt rassurant.

            b/ Le complot1 est pourtant probablement ce qu’ont fait la NSA et le NIST. (Même pour RSA à partir du moment où la NSA recommande des clés de 3072bits, c’est qu’il faut passer à 4096).

  5. Murps

    Quel bordel mes amis.
    Il faut vite faire intervenir l’Etat pour réguler tout ça.

    Ne tapez pas… d’ailleurs je suis déjà sorti —>

  6. cherea

    oui c’est le meilleur article au moins en français sur le grand fork. En revanche je ne comprends pas l’intérêt de Segwit avec bitcoin cash maintenant. Parce que passer le bloc à 2Mo, c’est pour aller vers 4Mo et 8Mo plus tard, non?

    Je vais essayer de faire la synthèse de la stratégie financière qui sous-tend cet article. Sortez du bitcoin avant le 15-16 Novembre et soit aller sur du fiat soit trouver une autre crypto comme valeur refuge? Eth, Dash, litecoin… et puis attendre de retrouver un peu de stabilité, voir qui l’emporte btc ou b2x et réinvestir son capital sur cette crypto…

    est-ce clair?

    Je pense sincèrement que de grandes institutions financières auraient pu payer pas mal de blé pour une telle analyse, c’est une vraie mine cet article qui pose clairement les termes du débat…

    1. cherea

      je pensais aussi laisser mes btc en wallet pour avoir du « free money », mais en fait non, avec bch, on a eu un bch à 400$ alors que le btc était à 4000, soit environ 10%, pas mal et puis avec btc gold, on avait un btc gold à 120 pour un btc à 5000, soit un peu plus de 2%…bref le « free money » n’est plus super intéressant avec la volatilité à venir…donc sortir du btc avant le fork, good move:::

      1. Kermit

        Personne, je dis bien personne, ne sait ce qu’il va se passer avant, pendant et après le fork !

        Avant le fork du BCH, il y avait eu une legère baisse, avant le fork du BTG il y a eu une augmentation justement due au BCH, augmentation qui continue d’ailleur sans aucune raison.
        La, il ne s’agit pas de free money, mais d’un hard fork interne au bitcoin !

        Le terme de free money est impropre car cela à un cout sur la crédibilité du bitcoin et surtout sur son réseau !
        .
        Ce fork est intéressant, il s’agit du premier fork « technique » d’une cryptomonnaie, mais le risque est aussi important pour ceux qui se débarrasseront de leurs BTC avant le fork, que pour ceux qui les conserveront.

        Je ne pense pas que le bitcoin s’effondre, personne n’y a intérêt !

        Mais comme h16 l’indique, le bitcoin perd pieds face aux autres cryptomonnaies et malheureusement, ce n’est pas ce fork, réussi ou non, qui y changera grand chose !

  7. Kermit

    Depuis environ 2 mois, je n’utilise plus les bitcoins, ceux qui m’achètent de la cryptomonnaie préfèrent maintenant l’Ether ou le Dash. La durée des transactions en BTC est aléatoire et le cout de transaction prohibitif. Moi-même, lorsque je dois recevoir des paiement, je préfère ne pas recevoir de BTC.

    Je suis très intéressé par le Bitcoin Gold car je considère que le bitcoin « kanal historique » est mort du fait du minage ASIC. Le danger du minage ASIC a été perçu très tôt et est une véritable calamité.
    Mais en réfléchissant bien, pourquoi miner en ZK-SNARK du Bitcoin Gold alors que l’original, le ZCash, est bien meilleur ?!
    La hausse actuelle du bitcoin est déraisonnable et provient de personnes ne comprenant pas grand chose aux cryptomonnaies, outre les forks à répétitions on parle de Bitcoin Silver maintenant), le minage ASIC, les délais de transactions et leurs couts, le bitcoin n’a plus grand chose pour lui à part son nom – car même son réseau est en train de partir en sucette –

    Enfin, comme h16 qui l’a très bien dit, les solutions pour faire progresser le bitcoin doivent être simples et efficaces alors que ce qui est proposé n’est que confusion, délires technoboboïdes et conflits d’intérêts.

    Le peu de BTC qu’il me reste sont dans un wallet Legacy et ne sont pas près d’en sortir !

    1. JYF

      Comme le disait quelqu’un, le but secret des forks successifs et ridicules de Bitcoin est que les 10 premières places du fameux classement CoinMarketCap (https://coinmarketcap.com) ne soient à terme que des Bitcoinz.

      Pour ma part, fini le cirque BTC, je suis désormais 100% Dash.

    1. MichelC

      Spout te nick …

      Ce n’est pas nouveau, cela existe au niveau de toute société ayant des paiements à faire. Examiner la cible, les logiciels. Attendre un édition de paiements. Et hop tu insère 100 k EUR en dernier, ni vu ni connu, en espérant que la banque sera à l’apéro. Vu qu’il y a une certaine vigilance, la cible a changé.

      1. albundy17

        J’ai cru comprendre autre chose, il s’agitait plutôt d’un virus qui copie le presse papier quand il reconnait une clé wallet, presse papier (copier/coller) que tu utilises lors de transactions vu la longueur de la clé

        1. bibi

          Et dire qu’il suffit pour éviter cela de prendre exemple sur un système de paiement bien connu la carte de bancaire, où la clé est séparée en deux le numéro à 15 ou à 16 chiffres et le cryptogramme au dos.
          Il ne faut jamais faire un copie-colle de l’intégralité d’une clé soit on la stocke sur deux fichiers différents et on fait un copie colle de chaque morceau, soit on apprend quelques caractères les premiers et les derniers et on ne stocke dans un fichier qu’une partie de la clé.

          1. Pheldge

            z-y va, bibi, tous les wallets te donnent la possibilité de copier ton adresse, parce que c’est plus facile ainsi … Et puis pour scinder en 2 ou 3 une adresse Monero à 95 caractères, faut déjà pas se gourer ! 😉

            1. bibi

              Au temps pour moi, j’oublie parfois qu’il est trop difficile pour certains que maitriser le copier-coller est déjà bien difficile alors rajouter une instruction de plus avec couper ça serait vraiment abuser.

  8. Australopitheque

    Cher H16,
    Alors apres ce brillant exposé; recommandes tu de solder ses positions avant le fork ou peux t on laisser tout chez Copay en attendant dy voir plus clair ?

    1. bibi

      Tout dépend de votre stratégie d’investissement, si vous voyez BTC comme un instrument spéculatif avec lequel jouer, il est surement temps de prendre vos bénéfices, par contre si vous voyez cela comme un investissement à plus long terme dans lequel vous avez investi quelques euro il y a un an ou plus et que vous avez déjà multiplié votre mise par au moins 8, je vous conseillerai d’observer le fork tranquille dans votre canapé avec un armagnac un cigare et affublé de votre t-shirt Gadsden Flag.

    2. Je recommanderai en tout cas de sortir un peu avant le fork des positions BTC qui me semblent risquées. Les positions dans les altcoins risquent de prendre cher pendant la période d’incertitudes ; celui qui veut faire de belles affaires pourrait en profiter pour racheter lorsque les cours seront un peu tombés.

      Notez bien qu’actuellement, toutes les cryptos prennent cher, à l’exception de BTC donc (+23% entre dimanche et aujourd’hui) et BCH (+40% entre dimanche et aujourd’hui) – et notez que ces % et les cours pourraient bien varier largement au cours des prochains jours. La volatilité est extrême et le marché très très nerveux.

        1. Pheldge

          ça fait un peu Ponzi, parce que pendant ce temps, je ne vois pas qui a intérêt à faire une transaction en BTC, qui va lui coûter 10 % de plus une fois validée parce que le cours a monté …

    1. Parce que ce n’est pas ce qui va se passer.
      Si on reste et qu’on attend, on se retrouve potentiellement avec 2 monnaies (appelons les B1X et B2X). Le B1X est évalué actuellement à 7400$ et le B2X à 1400$, et absolument rien ne permet d’indiquer qu’on aura les mêmes niveaux de prix après. Il sera délicat d’échanger après le fork les B1X avec les B2X (les liquidités étant liées à l’agilité des chaînes en dessous, ça promet d’être intéressant). Les prix seront très volatils. Pire : il est parfaitement possible qu’on se trouve ensuite avec deux monnaies qu’on ne pourra pas bouger parce que les échanges ne le permettront pas, les chaînes seront à l’arrêt (au moins l’une d’entre elle potentiellement) et les frais prohibitifs. Enfin, on est dans ce cas seulement si on est inscrit dans la blockchain avant le fork. Sinon (si on est sur un échange), on peut se retrouver dans tous les cas de figure possible.

      Bref, c’est tout sauf clair.

    1. Oui. Ce n’était pas du tout l’option la plus évidente, mais l’équipe S2X a laissé tomber.

      Ce qui, fondamentalement, ne fait que repousser les problèmes soulevés (transactions limitées, frais élevés).

  9. Pheldge

    Peut-être un début de prise de conscience des enjeux réels, et financiers, par les différents protagonistes : ils ont tous beaucoup à perdre, quand on voit la flambée du BTC, et son hégémonie sur les cryptos !

    1. Ce n’est pas le premier ni le dernier des soucis de Ethereum. Des abominations comme celle-là, on en verra d’autres sur ce projet mal pensé au départ.

        1. Le marché et ce que je pense de ETH sont des choses différentes et le marché continuera très probablement longtemps de voir en ETH bien plus que ce qu’il n’est capable de fournir. A ce titre, investir dans ETH n’est pas une mauvaise idée sur le moyen terme. Mais fondamentalement, ethereum ne peut pas fonctionner comme affiché, et ce tant qu’il n’y aura pas de vérification formelle des contrats. Pour le moment, on est dans le bricolage qui permet de fournir des trucs rigolos, et c’est tout. La killer app sur Ethereum risque fort d’être une killer app d’Ethereum lui-même.

  10. Jaybee

    Et si je cherche une plateforme open/libre pour encrypter et horodater des documents sous fonctionnement Blockchain…? Un lien ? Je connais ascript.io mais c’est limité aux photos.

Laisser un commentaire