En France, on invente la propriété privée… de location

Il y a six mois, on apprenait (pas vraiment surpris) que la dette de la Mairie de Paris continuait d’enfler gaillardement. Grimpant à plus de 6 milliards d’euros (dont 3 en huit ans), ce dérapage budgétaire aussi festif qu’inquiétant n’empêchait alors pas du tout l’équipe municipale de dormir, elle qui déclarait aux médias interrogatifs que la situation était saine et ne méritait pas la moindre anxiété.

Il n’empêche : un petit milliard par ci, un petit milliard par là et rapidement, on parle gros sous. Au bout d’un moment, il faut même se résoudre à trouver des fonds pour continuer à faire pulser la capitale aux rythmes endiablés des nuits musicales, des vélos qui déraillent, des quartiers festifs et de propreté alternative et des uritrottoirs design qui sentent d’abord le marché public juteux.

Dès lors, puisque le volet « dépenses » ne s’est jamais aussi bien porté (et qu’avec la brochette de clowns socialistes aux manettes, on n’est pas encore au maximum), il faudrait garnir un peu le volet « recettes ». Outre l’augmentation des taxes et impôts, inévitable et déjà dans le tuyau (Parisiens, souriez ! Vous allez être taxés), l’autre solution consiste bien sûr à distribuer des amendes.

Pour cela, rien de plus simple : il suffira de violemment punir les citoyens qui respirent de travers.

Bien entendu, c’est une image ici. Il ne s’agit pas réellement de tabasser les asthmatiques et de toute façon, il n’y en a plus guère à Paris – la fermeture des voies sur berges et l’augmentation de pollution afférente a fini de les faire fuir extramuros. Cette métaphore est là pour signifier qu’il suffira de trouver un crime aussi abominable qu’imaginaire pour dégotter des malfaisants qu’il sera ensuite fort pratique de ponctionner.

C’est ainsi qu’on apprend qu’à force de chercher, la Mairie a donc trouvé de quoi lever 1,3 millions d’euros d’amendes pour « locations illégales ».

Eh oui : grâce à une règlementation municipale ad hoc qui redessine encore une fois la notion de propriété privée à coups de bâtons de dynamite, un peu plus d’une centaine de logements ont été déclarés « locations illégales » et ont permis d’infliger 1,38 million d’euros d’amende à leurs propriétaires (soit 12.000 euros par logement en moyenne).

Le frétillant communiste Ian Brossat, l’adjoint au logement en charge de la traque des bourgeois capitalistes exploiteurs de la classe touristique, véritables « professionnels déguisés en amateurs » (avec lunettes fumées d’amateur, fausse barbe d’amateur et imper mastic d’amateur, je présume), peine à cacher sa joie en constatant que le nombre d’amendes (111 cette année) représente déjà 30 de plus que l’année dernière.

Ah, que tout ceci est jouissif pour notre brave petit Ian qui, s’il était né plus tôt, n’aurait décidément pas hésité à enfiler un manteau en cuir et faire du zèle durant ces heures les plus sombres de notre histoire où la France éternelle a eu besoin de faire du bon gros ménage dans ses rangs ! Et qu’on le sent vibrant d’indignation mesurée lorsqu’il lance sa brigade du Bureau de la Protection du Logement et de l’Habitat (BPLH) sur une nouvelle piste fraîche de bourgeois rentier-pirate à débusquer !

Pensez-donc, m’ame Michu : des individus louches, que dis-je, des « multipropriétaires » même, ont eu l’impudence de mettre en location leurs résidences secondaires meublées ! Les mots manquent pour décrire toute l’horreur de la situation puisqu’il s’agit ici d’un phénomène qui a déjà coûté plus de 20.000 logements normaux à la capitale, sachant que par « normaux », on entend remplis de locataires mais pas de touristes.

En somme, tout se passe comme si des personnes ayant acheté un ou plusieurs biens les meublaient avec goût et poussaient le vice à les placer en location, pour des périodes courtes, afin que des touristes viennent visiter la capitale dans un autre cadre que l’hôtelier qui ne répond pas, loin s’en faut, ni à la demande en termes de quantité, ni à celle en termes de rapport qualité/prix.

Par voie de conséquence, les richesses créées directement par cette nouvelle forme de tourisme ainsi que celles engendrées par la présence de ces touristes sur place représentent d’insurmontables affronts à cette municipalité qui œuvre avant tout contre la hausse des loyers, l’attractivité touristique de la capitale (l’opération « Des Rats Partout, Des Vélos Nulle Part » remporte d’ailleurs un succès fou) et, bien sûr, le profit (qui pourrit le cœur des hommes, chacun sait ça).

Et puis, comment passer sous silence les victimes évidentes de ces locations illégales ? Toutes ces veuves, tous ces orphelins qui se retrouvent ainsi renvoyés à la mine avec un quignon de pain, vous y avez pensé, à ces victimes-là ?

Oui, je sais : certains hôteliers, ne comprenant pas que leur métier est justement d’offrir un service au-dessus de ce qu’on peut obtenir dans une location meublée, revendiquent plus ou moins bruyamment le droit d’être « victime » des affreuses plateformes à la AirBnB. Cependant, il faut comprendre que les publics ciblés par les locations meublées et ceux des hôtels sont différents et qu’il appartient donc aux uns et aux autres de se différencier, de s’adapter. Compter sur l’État ou la Mairie de Paris pour camoufler des problèmes d’ajustement, c’est signer pour s’attirer des ennuis dans quelques années.

Et oui, je sais aussi que certains propriétaires usent de ces plateformes pour s’affranchir de leurs devoirs fiscaux, permettant ainsi de trouver dans la municipalité une « victime » toute trouvée, alors affublée d’un terrible mankagagner sans lequel tout communiste, Ian Brossat en tête, se sent nu comme une saucisse industrielle. Pourtant, tout ceci relève bel et bien de la fiscalité et non du logement. Du reste, à voir les chiffres (111 logements sur les 65.000 disponibles sur AirBnb), on comprend ou bien que la brigade est déjà débordée (le manque de moyens, que voulez-vous !) ou que le nombre de flibustier de la location touristique est extrêmement faible (on parle de 0.2%).

Autrement dit : désolé mon petit Ian, ta frétillance n’est pas de mise, et les amendes ne doivent même pas couvrir le coût de la Brigade Brossat qui ferait dès lors économiser bien plus au contribuable parisien en cessant d’exister.

Fondamentalement, on a ici la parfaite illustration de tout ce à quoi peut conduire le naufrage idéologique de la gauche en général, du communisme en particulier et de cette guerre ridicule et nuisible contre la création de richesse et le développement d’opportunités auxquels se livrent les idéologues de la Mairie de Paris.

Plutôt que tenter de justifier son existence par de pathétiques chasses au rentier, Brossat, sa brigade et le reste de la Mairie de Paris devraient ardemment se pencher sur les possibilités offertes par ces plateformes pour redynamiser une ville dont l’élan touristique commence à se briser contre les idées farfelues de la Maire et l’incompétence généralisée de l’équipe.

Avec six milliards d’euros de dette, il est plus que temps.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires295

  1. Aristarkke

    Churchill disait : En France, tout est permis même ce qui est interdit, en URSS, tout est interdit, même ce qui est permis. Cela a bien changé depuis. Devinez quel est notre modèle actuel… 😕

  2. Le Gnôme

    Laisser des individus libre de faire ce qu’ils veulent avec leurs propriétés est un outrage innommable pour un collectiviste. Bientôt la confiscation des biens et la restauration du pilori, place de grève, devant les fenêtres d’Hidalgo.

  3. Aristarkke

    Espérons que le petit Ian Brossat n’a pas reçu son prénom à la mémoire de Jan Palach, étudiant tchécoslovaque qui s’était immolé par le feu, façon bonze vietnamien protestant contre la guerre du Viet nam, en protestation contre l’énorme afflux subit de touristes russes dans Prague, venus avec armes et bagages, enfin surtout armes, congestionnant la libre circulation dans les rues…
    Drôle de manières pour un sit-in ne visant toutefois pas à de l’appropriation culturelle si ce n’est plutôt l’inverse…

    1. Le Gnôme

      On ne peut que déplorer l’attitude xénophobe de cet individu qui refusait l’arrivée pacifique de migrants venus chercher une vie meilleure. Ce n’est pas parce qu’ils avaient des kalachs qu’il fallait mal les accueillir.

      1. Gosseyn

        C’est vrai que c’est mal. La preuve, ceux que nous accueillons en ces temps sont obligés de se payer eux-mêmes leurs kalachs. Le camarade Brossat n’est décidément pas à la hauteur. Mais peut être a-t-il prévu de leur en fournir pour lutter contre les infâmes propriétaires ? En souvenir de l’appui communiste au F.L.N. …

  4. Higgins

    « L’erreur fondamentale du socialisme (et du peintre de la mairie de la capitale) est de caractère anthropologique. En effet, il considère l’individu comme un simple élément, une molécule de l’organisme social, de sorte que le bien de chacun est tout entier subordonné au fonctionnement du mécanisme économique et social, tandis que, par ailleurs, il estime que ce même bien de l’individu peut être atteint hors de tout choix autonome de sa part, hors de sa seule et exclusive décision responsable devant le bien ou le mal. L’homme est ainsi réduit à un ensemble de relations sociales, et c’est alors que disparaît le concept de personne comme sujet autonome de décision morale qui construit l’ordre social par cette décision. De cette conception erronée de la personne découlent la déformation du droit qui définit la sphère d’exercice de la liberté, ainsi que le refus de la propriété privée. En effet, l’homme dépossédé de ce qu’il pourrait dire « sien » et de la possibilité de gagner sa vie par ses initiatives en vient à dépendre de la machine sociale et de ceux qui la contrôlent ; cela lui rend beaucoup plus difficile la reconnaissance de sa propre dignité de personne et entrave la progression vers la constitution d’une authentique communauté humaine. »

    Jean-Paul II (encyclique Centesimus Annus, 1er mai 1991)

    1. bob razovski

      On reconnait là le coup de tatane catholique dans la fourmilière du voisin soviétique qui participera à la destruction de celle-ci. Le choix de la fête du 1er mai pour ce genre de discours n’est pas innocent. 😉

    2. theotimedesavoie

      Merci de citer St Jean-Paul II le Grand, destructeur du communisme. Surtout en ces jours où nous devons supporter un pape marxisant qui n’a strictement rien compris aux enseignements de ce grand esprit.

  5. baichette

    Bonjour à tous. Ça existe vraiment la « brigade du Bureau de la Protection du Logement et de l’Habitat (BPLH) »? Vraiment, avec ce nom? Je rêve… enfin je cauchemarde!

      1. baichette

        donc il y a encore de la viande sur la bête si on peut se payer ce genre de « bouzin » aussi inutile que néfaste. On est encore loin de l’os…. L’agonie n’est pas pour demain, hélas pour les contribuables français.
        En Suisse alémanique depuis presque 5 ans, je m »en félicite chaque jour, et encore plus les jours de vos publications !.

        1. albundy17

          Ben, il est pas habilité a faire des frites, tout le reste, oui, quel beau CV comme dirait lang, à part son age.

          Doit nous couter une blinde cui la

  6. Bonsaï

    Le pire cauchemar de H16 et de bon nombre de Parisiens ? Dame Hidalgo, reine de Paris et des trottoirs sales, du foutoir généralisé et de la saleté qui fait fuir les touristes. Surtout ceux qui ont les moyens de payer rubis sur l’ongle comme les Arabes du Golfe et les Japonais, qui préfèrent nettement se délasser dans des cités accueillantes et propres comme Genève par exemple…

              1. albundy17

                Trop bon, trop con, les Belges sont un peu en avance.

                Je me faisais ce jour la réflexion qu’il n’y a jamais de touristes suédois chez moi, j’ai tout les autres pays, mais pas eux. Ils vont ou ???

  7. P&C

    Je ne suis pas Parisien… mais la dernière fois que j’y suis allé (avec des copines de thèse qui voulaient visiter la ville), voilà ce que j’ai constaté :
    – le RER qui pue la p*sse ou/et la m*rde.
    – La saleté, presque autant qu’à Marseille (et pourtant Marseille détient le record en la matière).
    – les rats dans le métro, se baladant sans être inquiétés.
    – à certains endroits, on dirait qu’on se téléporte à Alger ou à Bamako…
    – Les prix de voleurs (5 euros la bière en terrasse, l’hôtel « pigeon doré »…).
    – les plans incompréhensibles (sans parler du niveau d’anglais et de courtoisie des agents…).
    – le wesh wesh, espèce dangereuse vivant en meutes, qui prolifère.
    – le coté « sodome corrompue » promue par les habitants des beaux quartiers.
    – il n’y a que des restaurants gastronomiques : une cuisse de moineau, une gastro, le tout pour un prix astronomique.
    – le mépris pour les provinciaux et les touristes.

    Dans le même temps :
    Varsovie, Budapest, Prague, Bratislava, Vienne… voir même St Petersbourg ou Londres ?

    Question 1 :
    Quel touriste est franchement assez c*n pour aller perdre du temps dans ce trou à rats, alors que des cités bien plus accueillantes existent en Europe, avec ces gens qui vous sourient un minimum et vous propose un vrai service en échange de votre thune ?

    Question 2 :
    Par quel miracle Paris conserve-t-elle son aura auprès des étrangers, alors que même les cadres franciliens la fuie ?

    1. Flaghenheimer

      « Quel touriste est franchement assez c*n pour aller perdre du temps dans ce trou à rats, alors que des cités bien plus accueillantes existent en Europe, avec ces gens qui vous sourient un minimum et vous propose un vrai service en échange de votre thune ? »
      Les américains, les japonais et les chinois, entre autres. Environ 34 millions au total l’année dernière.

      1. albundy17

        « Environ 34 millions au total l’année dernière. »

        Le malheur, c’es que ça ne doit être que des pauvres venant avec leurs tentes et la bouffe, vu ce qu’ils ont dépensé sur le territoire, hein….

          1. albundy17

            250 milliards pour les states, c’est mieux.

            @PC: « – Les prix de voleurs (5 euros la bière en terrasse »

            Prends au comptoir ^^

            j’ai payé en début d’année un café 13 euros (y’avait un petit biscuit, genre spéculos sous blister)

            Le café était très bon, le cadre idyllique. Le pire c’est que l’on ne m’a pas forcé

    2. Pheldge

      Paris vit encore sur sa réputation … Et puis, les touristes ne vont pas à Barbès, ni dans le,XIXème. Après , que les touristes ne reviennent pas parce que dégoûtés, ce n’est pas un problème, le réservoir est encore bien plein, d’autres attendent !

      1. Citoyen

        Pas nécessaire d’aller à Barbès … Quand on voit la faune qui se trimbale dans les rues, y compris sur les Champs Elysées, … certains ont l’envie subite d’aller voir ailleurs ….

    3. Jacques Huse de Royaumont

      Les « prix de voleurs » pratiqués sont certes déconcertants pour beaucoup, mais ce n’est pas mieux à Londres ou à Milan, par exemple. Paris est chère, mais il y a pire.

    4. sam player

      Bon tu m’as bien fait rigoler Profiteroles & Chocolatines…

      Le commentaire type de celui pour qui la bière à 5€ lui est restée en travers, alors qu’en fait c’est pas cher vs la ville. Franchement, qu’est-ce que t’en as à foutre du niveau d’anglais des agents ?
      Pour le reste, la prochaine fois, prends un taxi ! voire un Uber ou une limousine…
      Et pour bouffer, se loger, y a le choix… t’es un peu euh beaucoup réducteur

      1. Aristarkke

        « Le commentaire type de celui pour qui la bière à 5€ lui est restée en travers, alors qu’en fait c’est pas cher vs la ville. »
        Le prix se justifie quand même par le lieu exact de la ville où tu la sirotes, ta bière à 5€ (que je suppose être aussi un demi-pression (de blonde) servi au comptoir d’une production industrielle de masse et pas une kriek ou une Guiness, par exemple.
        Même Paris n’est pas uniformément intéressante en tous lieux de celle-ci.
        Si tu la prends sur les Champs Elysées ou dans un autre lieu surpeuplé de touristes et de Parisiens, genre Place du Tertre, tu paies entre autres l’attractivité du lieu et la localisation subie par le tenancier sous la forme de loyers bien costauds.
        Maintenant, si tu décides de la siffloter dans un bistrot au fin fond d’une rue sans grâce d’un arrondissement de la périphérie de Paris, là c’est évidemment du vol, compte tenu du prix de revient, même du loyer.

    5. Mildred

      @ P&C : « les rats dans le métro, se baladant sans être inquiétés. »
      Ôtez-moi d’un doute, vous aurait-on empêché de les inquiéter ?

      1. P&C

        Non, je préfère inquiter les lapins et les pigeons sauvages.

        @SP
        Oui, ça m’est resté en travers de la gorge. En plus c’était de la p*sse d’ane.

        Concernant l’anglais des agents, je n’en ai rien à faire, mais mes copines indiennes et turques, qui ne pipaient pas un mot de français, oui (mais ça leur apprendra à faire genre qu’elles peuvent se débrouiller toutes seules, non mais !).

      2. Aristarkke

        RATP : environ 60 000 agents normalement payés pour certains à cette fin.
        Un peu comme les balayeurs de la Ville de Paris…
        Reste à savoir où ils opèrent exactement…

    6. Pheldge

      Ah, y’avait la chanson ♫ « je ne suis pas parisienne, ça me gêne, ça me gêne … » ♫ et aujourd’hui on a droit à ♫♪ « je ne suis pas parisien, et je geins, et je geins … » ♫♪
      Welcome back P&C ! 😉

    7. Pythagore

      Pas que je veuille défendre Paris absolument, mais bon Varsovie, Budapest, ou Viennes, c’est sympa pour un long WE, mais y a pas non plus des masses de trucs à faire. Il faut avouer que Paris a une offre en terme de monuments, d’architecture et de musées qui est qd même assez unique. Après, très dommage qu’il faille se taper des à-côtés regrettables.
      5EUR la bière, 25cl alors ? Je connais plutôt 9EUR. Plus cher qu’à la fête de la bière.

  8. sam player

    Tout ça me fait repenser à l’incendie ayant eu lieu récemment dans un immeuble d’une ville communiste d’île de france. La mairie, communiste donc, cible les marchands de sommeil qui eux, au moins, ont le mérite de fournir des logements à des familles.
    Y en a pas un qui s’est posé la question de savoir ce qu’il adviendrait si ces familles (on parle de milliers dans cette ville) n’avaient pas cette solution, certes pas idéale, mais qui a le mérite d’exister.
    Les « marchands de sommeil » disparaitront d’eux mêmes (ou transformeront leur logement) le jour où il y aura de la concurrence, bridée actuellement par la réglementation qui appauvrit, et le propriétaire et l’offre… et ne laisse aucun choix au client.

    Pour similitude : la réglementation sur le prix du pain a conduit à une baisse énorme de la qualité (et de la consommation qui s’est reporté sur d’autres produits). Ce n’est que depuis que le prix du pain est libre que la qualité est revenue, avec en plus une énorme diversité dans l’offre : chacun peut trouver ce qui lui plait. Mais il a fallu au moins 20 ans pour retrouver un marché fonctionnant normalement, avec quand même quelques coups de canif ici ou là (ouverture 7/7, appellation Boulangerie très encadrée etc…)

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Oui, cette affaire des « marchands de sommeil » est consternante. Pas tant par le constat d’une situation viciée que par les réponses qui sont apportées au problème. Tout ce qu’ils sont capables de proposer, c’est une répression par l’état. Toute réflexion en terme d’offre et de demande a l’air d’être hors de portée de ces grands génies.

      1. Raoul Kermes

        « Tout ce qu’ils sont capables de proposer, c’est une répression par l’état. Toute réflexion en terme d’offre et de demande a l’air d’être hors de portée de ces grands génies. »

        Oui, et tout ce qu’est capable de demander le peuple aussi.
        « grands génies » ils sont ! …de la recette éléctorale.

  9. cherea

    Bonjour H16,

    hier j’ai entendu Ian Brossat à la radio, émission les Grandes Gueules, je crois…Bref, catastrophique le mec, je n’ai pu aller au bout mais en 3 mots: remise en cause de la propriété privée en disant « on ne fait pas ce qu’on veut avec son logement… » et aussi « scandaleux d’avoir à payer des propriétaires qu’on exproprie », je ne rigole pas et pour finir « faut faire comme au Portugal, dépense publique…..gnagna… » sans bien sûr préciser ce qui a été fait avant par le gouvernement qui s’est fait plier. Et pour finir le frémillant Brossat reluire ne fera pas la campagne de Paris, il s’exflitre pour mener je te le donne dans le mille Émil, la liste communiste aux européennes, bref poste de député européen pour le coco et tout le traitement qui va avec, bien sûr en gardant son poste de conseiller du 18ème. Si les rats pouvaient quitter aussi vite la ville de Paris qu’ils ne le font à la Mairie, on serait sauvé…

        1. Pheldge

          Bien sûr et des grands hommes : Maurice Thorez, Jacques Duclos, Waldeck Rochet, Georges Marchais … tu vas voir, ils vont cartonner aux élections ! Quoi, tu savais pas ? Mélenchon prête au PC son générateur d’hologrammes !

  10. kelevra strike

    je vous conseille de lire la fiche wiki du loustique brossat, parents fonctionnaires d extreme gauche juif socialiste, grand pere agent du kgb espionnant israel apres son installation dans le pays, il n est que la troisieme generation de raclure, pendant la WWII comme tout bon coco il aurait eu son rond de serviette a la kommandantur . cette petite merde sera tete de liste aux européennes, ca sent le sapin a la mairie de paris, il faut se trouver un emploi de branleur avant.

  11. Pheldge

    Bon, comme vous êtes tous, rien que des râleurs et des grincheux de pleurnichards, voici pour vous réjouir, l’arme secrète fatale écolo de l’äne de Paris, pour capter le touriste : l’Uritrottoir !
    Je recommande un petit tour sur leur site, via le lien suivant :
    uritrottoir.com/principe-de-fonctionnement-uritrottoirs/
    je cite « l’uritrottoir est un équipement qui s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire, collecte & valorisation » . Il y a juste un détail qui n’est pas mentionné : grosse subvention !

    J’ai connu les sanisettes Decaux, et franchement, fallait vraiment pas avoir le choix et ne plus pouvoir se retenir pour y aller ! J’attends donc quelques semaines et l’avis parfumé des lecteurs parisiens.

    1. hub

      eh bien on sort quéquette devant tout le monde, on regarde en l’air, on sifflote, et on a tort : c’est bouché par des canettes de bière ou autre chose. L’argument des utilisateurs? C’est gratuit. Y en a qui n’ont rien compris….

    2. Pheldge

      Bon, grâce à le Major, j’ai ma réponse : « Question odeur, c’est sur que ça sent parfois un peu, car même s’il est vidé régulièrement, l’objet ne peut pas être toujours propre, ça reste un urinoir », reconnaît Laurent Lebot.(un des inventeurs …) « Ces reproches nous attristent car on essaye juste d’apporter un début de solution aux rues qui puent et où l’on patauge dans l’urine. »
      Ah bon, patauger, vraiment ?
      Et franchement au lieu de mettre en place un nouveau système centralisé et soviétique de gestion du pipi, c’était pas plus simple, plus propre et plus économique, de trouver un accord avec les bistrotiers et commerçants pour une mise à dispo de leurs WC existants et entretenus ?

      1. sam player

        « …c’était pas plus simple, plus propre et plus économique, de trouver un accord avec les bistrotiers et commerçants pour une mise à dispo de leurs WC existants et entretenus ? »

        T’as de ces idées Alakon parfois souvent…

        1. Pheldge

          bin, la propreté et l’hygiène sur la voirie communale étant de sa compétence, tant qu’à vouloir faire semblant de gérer, autant recenser les chiottards existants et optimiser leur utilisation, moyennant contrepartie ?

      2. albundy17

        « un accord avec les bistrotiers et commerçants pour une mise à dispo de leurs WC existants et entretenus ? »

        C’est déjà le cas, tu consommes, t’as l’accès aux chiottes

        1. Pheldge

          Pour les non consommateurs ! dans certains quartiers y’a des monnayeurs sur la poignée du chiotte. le pisseur paye 😀
          @sam, pas plus que toi pour le gratuit, mais en attendant que chacun, résident comme touriste soit suffisamment responsable pour accepter de payer pour pisser, au lieu de se soulager dans un coin de rue … à ce tarif tu supprimerais les poubelles de rue, parce que « c’est gratuit aussi » ?

          1. sam player

            Si tu vois pas la différence entre une poubelle qui ne demande aucun entretien et aucun consommable et qui sera vidée sur le trajet des éboueurs et un chiotte… pisse et chie dans ta poubelle et on en reparle…

            1. albundy17

              Ben nan, les poubelles coûtent une blinde, et y’a des tas de cons qui jettent par terre, je te leur collerais des amendes accompagnées de TIG pour leur faire passer l’envie…

              Pheldge, si ils ne consomment pas, il pissent quoi ? Je passe ds le coin, je peux venir pisser dans tes chiottes stp ?

              1. Pheldge

                Bien sûr, quand tu quittes ton domicile le matin, après avoir avalé ton bol de café, et ton jus de carottes (celui qui te rend si aimable ici 😉 ) tu attends d’être rentré le soir pour te vider la vessie dans ton chiotte à toi ! jamais il ne t’arrive d’avoir une envie subite … Tu dois être un droïde, comme le sam !

                1. albundy17

                  Heuuu, nan encore, c’est la salade qui rendrait aimable, les carottes, c’est pour la cuisse rose.

                  Envie pressante –> un café –> accès aux chiottes. A moins que tu ne boives rien de la journée ?

                    1. Pheldge

                      c’est sans fin votre histoire : pour pouvoir pisser, faut boire ! plus tu bois, plus tu pisses !

      3. Pythagore

        « WC […] entretenus  » ?!?!?!???!!!!???????????????
        Tu parles bien des bistrots à Paris ??? Franchement c’est une honte, je n’ai pas souvenir d’un toilette où j’y aurais posé mes fesses.
        Pourtant pas dur de mettre à dispo un pchittt désinfectant, et d’avoir un employé qui y fait un petit tour ttes les 30 min pendant le service.

        1. sam player

          « …d’avoir un employé qui y fait un petit tour ttes les 30 min pendant le service. »

          Vite, une loi !
          Si l’hygiene des toilettes ne te convient pas, change de crémerie.

            1. sam player

              Y a des bars ou des restaurants qui se visitent rien que pour l’état de propreté des toilettes et les accessoires… on boufferait parterre (c’est une image hein!)
              Quand je vais déjeuner avec ma fille dans des restaurants étoilés (ça fait partie de son job) et vu que c’est une pisseuse, je visite pas mal de chiottes à chaque fois qu’elle s’extasie…

        2. Pheldge

          bin, y’a pas de papier, mais y’a une petite boîte de conserve avec un peu d’eau propre, comme au bled ! c’est conforme à la volonté du Prophète 😉

          1. albundy17

            ça me rappelle, il y a quelques moments, je m’occupais de l’intendance d’une sci de bureaux (une soixantaine de cellules), la conso de PQ était astronomique, expliquée par l’ancien en poste par le fait que les gens préfère pisser et chier une fois au bureau (gratuit et payé).

            J’en ai choppé 2, avec rouleaux sous le bras (du rembobinée, hein, artisanal, z’avaient peur de manquer à la maison, pis c’est gratuit), une bonne pub que je leur ai fait, sur le ton de la plaisanterie bien sûr, et miracle, budget PQ divisé par plus de 2.

            Pheldge, tu piques du PQ, toi aussi ? 😀

          2. Pheldge

            Oui, bien sûr, et pas que le PQ, tout y passe ! pas « au bureau » bicauze que comme indépendant, ça n’a pas d’intérêt, mais sinon, partout : dans la famille, au resto, à l’église, partout que je te dis ! Et même j’ai une boîte pour les pastilles de désinfectant des pissotières !

            Plus sérieusement, j’ai, jadis, dans une vie très très antérieure, consommé de l’infirmière et de l’aide soignante, et entre les médocs, les produits de soin, d’entretien, les outils, les fournitures diverses, gaze stérile utilisée comme serviette à démaquiller, voire des draps (pourtant brodés du nom du CHU …), j’ai pu constater ce qu’est le « gratuit », ou le « je suis pas assez payé donc j’ai droit » …

            1. René-Pierre Samary

              Manie très répandue, en effet, au point que ceux et celles qui la pratiquent sont profondément surpris qu’on leur en fasse le reproche. L’excuse est toujours la même : la pauvreté, souvent assez falsifiée, qui sert d’excuse. Ce genre de petite malhonnêteté me donne une idée -depuis le vol des rouleaux de PQ jusqu’aux pompes en croco du ministre payées par le contribuable, du niveau de pourriture atteint dans les mentalités. CPEF.

              1. Bonsaï

                Je pense que c’est surtout une question de milieu et d’éducation. On peut être pauvre et avoir de la classe, allant même jusqu’à partager le peu que l’on a, comme le démontrent souvent les habitants du tiers monde.

                1. albundy17

                  allant même jusqu’à partager le peu que l’on a,

                  Les pauvres sont plus généreux que les riches, ce n’est pas nouveau.

                  De là a penser que les riches le sont car radins 😀

                  1. Aristarkke

                    « De là a penser que les riches le sont car radins »
                    Tu aurais eu à gérer des copropriétés dans les beaux quartiers de l’IdF que tu serais beaucoup moins catégorique dans le grincement de dénégation…
                    Autant cette population peut se montrer très dispendieuse pour le dernier truc à la mode qui permettra d’épater la galerie, autant la même peut se montrer de la dernière radinerie pour maintenir des lieux qui ne l’intéressent pas, dans un état simplement passable…

                2. sam player

                  Bonsaï, ce n’est pas une question de milieu ou d’éducation, mais de rapport à la propriété : pour eux le patron est un exploiteur et il n’y a pas de mal à voler un voleur.
                  Pour les fonctionnaires qui se servent : c’est pas cher, c’est l’état qui paie et c’est un réajustement de la fiche de salaire, ce qu’on ne me donne pas, je le prends, et je fais comme les autres au-dessus.

                  Cf celle qui se faisait payer ses taxis perso par l’INA, pourtant d’un bon milieu et d’une bonne éducation.

                  1. Aristarkke

                    « Cf celle qui se faisait payer ses taxis perso par l’INA, pourtant d’un bon milieu et d’une bonne éducation. »

                    N’oublie pas qu’elle disposait pourtant de voiture de fonction AVEC chauffeur, ce qui ajoute à la malhonnêteté…

                    Mais récemment, nous avons vu qu’elle n’avait pas été gênée vraiment dans la progression de sa carrière puisque ayant grimpé d’un échelon, comme si de rien n’était…

            2. MarieA

              Les sales ordures!

              Moi, je vole au bureau également. Avant, j’étais comme vous, un vrai chevalier blanc, mais comme le dit ta pote, quand on se fout de ma gueule à un certain niveau, je me venge de façon pitoyable en consommant de la fourniture de bureau pour mes besoins personnels.
              J’imprime mes documents perso au bureau, quand j’ai besoin d’une enveloppe, je me sers, etc…

              Evidemment, avant qu’on soit déloyal envers moi je ne l’étais pas non plus, mais ça c’est quelque chose que les entreprises françaises ne peuvent pas comprendre alors…

              1. sam player

                Marie, pour le côté déloyal, faudra quand même trouver une autre excuse.
                Tu justifie ton vol par la déloyauté de ton employeur, ce qui est 2 niveaux différents, tu t’arranges avec ta conscience.

                Avec le même genre de raisonnement ton employeur pourrait justifier ton meurtre par ton vol.

                Tu as un contrat de travail : s’il est respecté il n’y a pas déloyauté, s’il ne l’est pas fais valoir tes droits.
                Si tu n’es pas contente, démissionne.

                1. Pheldge

                  sam, une des grandes incompréhensions des salariés c’est « je ne suis pas payé à ma juste valeur ».
                  Or la valeur, c’est le prix auquel tu arrives à te vendre, ni plus ni moins.
                  Tu gagnes 2000 et tu estimes « valoir 3000 » ? pas de soucis, si tu les vaux vraiment, tu trouveras un employeur pour te les payer, sinon, bin désolé, tu vaux tes 2000, mais pas plus !

                  1. sam player

                    Digressions inutiles Pheldge : tu vaux la valeur marquée sur ton contrat de travail que t’as signé, point barre.

                    Le reste c’est des excuses pour justifier le vol et s’arranger avec sa conscience.

                    1. Pheldge dit la même chose. Il faudrait éviter de prendre le contrepied systématique pour pouvoir dire « j’ai pris le contrepied ! ».

                    2. sam player

                      H16
                      S’il dit la même chose, alors pourquoi le dit-il ?
                      Il introduit une incompréhension que je conteste plus bas.

                      Le violeur n’avait pas compris qu’elle n’avait pas envie alors qu’elle était habillée à ras la touffe. Abavala c’est . une incompréhension. C’est trop facile.

                    3. « pourquoi le dit-il ? »
                      Et pourquoi pas ? C’est quoi l’idée ? Que ta parole est suffisante et ne supporte aucune exégèse possible ? Et concrètement, pourquoi revenir dessus pour tenter à tout prix d’y trouver une incohérence ?

                    4. sam player

                      Pourquoi le dit-il ?… C’est quoi l’idée ?

                      Bah l’idée justement c’est qu’il ne dit pas pareil. Il t’a juste échappé qu’il met ça sur le dos de l’incompréhension : je ne suis pas d’accord et je le dis.
                      C’est la culture de l’excuse.
                      Ça te plaît pas, c’est pareil.
                      Autant je mets des +1 quand je suis d’accord, autant là je n’en aurais pas mis et je dis pourquoi.

                  2. René-Pierre Samary

                    Tu vois, Philou, même quand tu « fais » du sam (« la valeur, c’est le prix auquel tu arrives à te vendre, ni plus ni moins »), le sam sera en désaccord, tout en disant la même chose sous une autre forme (« tu vaux la valeur marquée sur ton contrat de travail »).
                    Ce gars est indécrottable.

                    1. Pheldge

                      j’explique ça à Marie, comme dirait Réné-Pierre (humour … dois-je vraiment expliquer ? )

                    2. sam player

                      Dire que c’est une digression inutile ce n’est pas un désaccord : je te rappelle que c’est toi le littéraire.

                      Tu vois mes commentaires au travers d’un prisme déformant.

                    3. Pheldge

                      sam, toi, tu trouves que c’est inutile, mais demande à n’importe qui, tu verras que la digression, comme tu dis, il ne l’a jamais entendue, qu’il « pensait autrement » (quoi exactement, il ne sait pas trop, mais c’était différent) et que « il n’avait jamais envisagé les choses sous cet angle », et dans quelques rares cas « qu’il trouve finalement que c’est du bon sens! » !

                    4. sam player

                      Pheldge, je trouve que le présenter comme une incompréhension (c’est ton mot), c’est fournir une excuse toute prête à quelqu’un qui n’en avait pas demandée.

                      Alors tu vas me dire, nan je fournis pas une excuse : bah si ! car l’incompréhension est peut être la seule raison qui devrait être retenue pour disculper quelqu’un qui fait une connerie. Et crois moi, je suis vachement tolérant face à ceux qui n’ont pas compris, car bien souvent c’est que ça a été mal expliqué.

                      Y a-t-il incompréhension quand quelqu’un veut payer le prix sur l’étiquette d’un produit alors qu’il y a manifestement une erreur ?
                      Non, les gens savent manifestement que le prix à payer est celui marqué sur l’étiquette, sans considération du travail fourni pour le produit ou de leur estimation au doigt mouillé.
                      Maintenant, remplace étiquette par contrat de travail.

                    5. Pheldge

                      En fait j’ai voulu dire par là que comme à l’école, on apprend tout sauf à appréhender le réel, quand tu tiens ce genre de discours, il n’est pas compris, comme extra-terrestre … et quand tu développes, et expliques, tu as des gens qui tombent des nues …

                    6. sam player

                      Ah oui Pheldge, je comprends : le gars signe un truc ou c’est écrit 2000 mais il pense qu’on lui donnera 3000… et toussa c’est la faute à l’école…

                  3. MarieA

                    @ Pheldge 26 août 2018, 11 h 22 min :

                    « sam, une des grandes incompréhensions des salariés c’est « je ne suis pas payé à ma juste valeur ». »

                    hihihi c’est mignon, vous découvrez la vie Sam et toi ce matin! Vous avez fait la fête ou quoi hier soir? 😛

                    Ces pauvres taches de salariés n’ont peut-être pas votre niveau intellectuel et votre connaissance de la nature humaine, à Sam et à toi? Est-ce qu’on peut leur en vouloir de ne pas être aussi fins et intelligents?!?

                    1. Pheldge

                      non, moi je visais l’EdNat surtout, qui forme des étudiants pleins d’illusions sur eux-même …jusqu’à leur première embauche !

                2. MarieA

                  @ sam player 26 août 2018, 10 h 49 min :

                  « Tu justifie ton vol par la déloyauté de ton employeur »
                  TES VOLS comme expliqué plus haut.

                  « Avec le même genre de raisonnement ton employeur pourrait justifier ton meurtre par ton vol. »
                  Et alors? Je suis tout à fait pour que chacun punisse à la hauteur de ce qu’il estime être son préjudice.

                  « Tu as un contrat de travail : s’il est respecté il n’y a pas déloyauté, s’il ne l’est pas fais valoir tes droits.
                  Si tu n’es pas contente, démissionne. »
                  Euh… LOL toi qui fais tant d’efforts pour passer pour quelqu’un de pas naïf, je ne comprends pas pourquoi, tout à coup, tu fais le naïf? Les bisounours ont encore frappé!

                  « Tu justifie ton vol par la déloyauté de ton employeur, ce qui est 2 niveaux différents, tu t’arranges avec ta conscience. »
                  ??? Je ne comprends pas l’histoire des niveaux et de la conscience.
                  Je ne justifie pas, je tentais d’expliquer comment quelqu’un de normal finit par faire quelque chose qu’il réprouvait au départ. La moralité et le bon comportement doivent aller dans les deux sens sinon ça ne marche pas. Je ne vais pas voler quelqu’un qui ne m’a rien fait mais je ne vois pas d’inconvénient à voler quelqu’un qui m’a fait du tort.

                  Pour être sincère, c’est toujours un PLAISIR de voler quelqu’un qui t’a nui.

                  1. sam player

                    « Et alors? Je suis tout à fait pour que chacun punisse à la hauteur de ce qu’il estime être son préjudice. »

                    10 gouttes et au lit !

                    Naïveté : je suis pour le respect des contrats. Tu estimes que ton employeur n’a pas été loyal par rapport à ce qu’il a écrit : fais valoir tes droits ; par rapport à ce qu’il a dit : ça te servira de leçon pour la prochaine fois, tu le feras écrire.

                    2 niveaux différents : ton employeur contrevient à ton contrat (contravention) et toi tu commets un vol (délit).

                    Conscience : comme tu as manqué à tous tes devoirs lorsque tu as signé ton contrat (ce qui n’est pas écrit n’existe pas), tu voles en te donnant bonne conscience en invoquant un manque de loyauté imaginaire.

                  2. Pythagore

                    « je ne vois pas d’inconvénient à voler quelqu’un qui m’a fait du tort. »
                    Oeil pour oeil, dentier pour dentier, comme dirait le Papet.

                3. Pythagore

                  @Sam, le contrat de travail n’est pas la seule règle qui te lie à l’entreprise. Il y a aussi les accords d’entreprise ou de branche mais aussi les règles internes de gestion. Dans mon cas, règle au sujet des augmentations non annoncée à l’avance du coup, rien pour moi, alors que mon chef reconnait que je le mérite.
                  Oui je peux tjs démissioner mais alors je devrais probablement changer de boite tous les ans, et perso, c’est pas mon truc, j’aime bien construire sur le long terme.

                  1. sam player

                    Si, Pythagore, le contrat de travail est la seule chose qui te lie à ton entreprise et c’est bien pour cela que la convention collective applicable est indiquée dans ton contrat de travail.
                    Quand tu démissionnes, tu dénonces ton contrat de travail : pas le Code du Travail ni les accords d’entreprise ni la Convention Collective.

                    De par mon expérience, si tu es obligé de demander une augmentation c’est cuit, car tu seras toujours obligé de demander. Il n’est généralement pas bon, non plus, que ton employeur sache que tu privilégies le long terme car quand tu dis ça, ton boss comprend que tu veux t’investir et que récolter les fruits tardivement ne te gêne pas (c’est le principe du long terme).

                    Tu te mets en veille active sur LinkedIn… et t’auras rapidement un retour…

                    Perso, un jour que ma feuille de paie ne me convenait pas, j’ai attendu que mon boss rentre dans mon bureau, je lui ai demandé si on sponsorisait toujours l’équipe de basket de Chalon, et après avoir fait une boule de papier avec ma feuille de paie, je lui ai dit : attrape ! Et hop +30% sans rien dire de plus…

                    1. Aristarkke

                      T’es tout entier et bien mignon, Sam mais ce genre d’attitude ne passe que quand tu occupes un poste crucial (ou estimé comme tel) par ton employeur où il aura du mal à te remplacer rapidement et avec succès de la greffe.

                      Pour beaucoup de salariés, ils ne sont pas assez importants à ce titre pour que le patron cède au chantage implicite de cette attitude.

                    2. Aristarkke

                      Tu sembles oublier que l’attitude de l’employeur dépend aussi de ses difficultés/facilités à recruter dans les domaines dont il a besoin pour son business… Et pas seulement qu’en Grance…

                    3. sam player

                      J’entends bien l’ancêtre… Pythagore a dit qu’il était ingénieur.
                      D’autre part je fais de temps en temps du coaching professionnel pour aider des salariés à négocier leur carrière et leur salaire : pour des gens qui n’ont jamais fait de nego de leur salaire j’arrive à leur faire avoir 30% sur 1 à 3 ans.
                      En fait, la raison est assez simple : un employeur accordera toujours un bonus à l’employé dont il connaît les compétences vs un nouveau postulant.

                    4. sam player

                      « Sam mais ce genre d’attitude ne passe que quand tu occupes un poste crucial… »

                      Ça ne faisait que 6 mois que j’étais dans la boîte, dont j’avais été licencié 8 ans auparavant… :mrgreen:

                    5. Pythagore

                      L’employé qui se comporterait ainsi avec moi, je lui ouvrirais la porte et l’aiderais à faire ses cartons, pour la bonne est simple raison, que si le chantage fonctionne, ca n’a rapidement plus de limite. À moins que tu es été sous-payé et qu’il a juste rétabli l’ordre des choses. Impossible également de tenir des coûts.

                    6. sam player

                      @ Pythagore 22h38

                      Un scoop pour toi : une négociation c’est un chantage.
                      Ton employeur fait du chantage aux clients : je vous vends ça si vous me payez X€, le client fait du chantage : je vous achète ça si vous me le vendez X€, tu fais du chantage quand tu candidates : je travaille pour vous si vous me donner X€… etc… ta boulangère, ton plombier, ta femme, tes gosses, toi… tu vois l’idée…

                      « Impossible également de tenir des coûts. »
                      Tu prends le problème à l’envers : si tu as un budget de 2000€ pour payer un soudeur, tu en auras pour 2000€.
                      Dans une boîte où j’ai bossé, y a un gars qui arrivait au boulot dans une Mustang V8, 5 ou 6 litres, 500cv, jaune triple de surcroît. Les clients et fournisseurs demandaient toujours quel poste avait ce gars : euh… c’est un soudeur.
                      Ce gars était capable de te dire que sur des soudures en double pénétration de 50mm d’épaisseur sur 5m de développé il n’aurait aucun défaut US ou radio, ou alors que s’il avait un défaut il pourrait se situer dans telle zone à telle profondeur.
                      J’en ai connu quelques uns comme ça et qui savaient faire du chantage se vendre.
                      Et toi tu les aides à faire leurs cartons ?
                      Et dans chaque métier tu trouves des gens qui ont du talent: soit qu’ils travaillent 3 fois plus vite que le lambda, soit qu’il n’y a pas à repasser derrière, soit ils ont de bonnes idées etc…
                      Si tu veux te valoriser dans ton métier il faut simplement que tu aies un poste qui te permette de mettre en évidence ta valeur, et être dans une équipe de développement par exemple c’est pas ça, car ta performance est noyée dans celle des autres.

                      « À moins que tu es été sous-payé… » : mauvaise compréhension de la valeur (déjà abordé plus haut) ; surpayé ou sous-payé, dans le privé ça n’existe pas, sauf si tu couches avec le patron… et encore c’est même pas sûr : tu participes à la santé du patron, donc de l’entreprise :mrgreen:

                    7. Un chantage, c’est une extorsion sous menace, notamment de révélations compromettantes ou diffamatoires. Je ne sais pas comment tu te comportes avec ton patron ou tes clients, mais je doute que ce soit ainsi.

                    8. sam player

                      H, et d’une j’ai réutilisé l’expression de Pythagore dans son message de 22h38.
                      Et de deux, regarde le dictionnaire, par extension c’est un moyen de pression.
                      Bien à toi.

                    9. Ma définition vient du dictionnaire. Un moyen de pression sans coercition (via menace, révélations compromettantes, etc.) ce n’est pas du chantage. C’est simplement un moyen de pression (tu lis ta définition à l’envers : les chantages sont des moyens de pression ; le contrat de travail peut servir de moyen de pression mais n’est pas un chantage).

                    10. Aristarkke

                      Sam, je maintiens que tu continues de parler de postes où la compétence de l’employé n’est pas facilement trouvable sur le marché de l’emploi. Ou qu’il a des capacités remarquables tout aussi rares même si le métier l’est moins. Je continue à douter que l’employé lambda puisse avoir du résultat avec son « chantage au départ pour la concurrence »

                    11. sam player

                      Bah va falloir faire un update, y a des promos avec la rentrée scolaire…

                      Google chantage definition
                      1er lien direct en ligne :

                      chantage
                      nom masculin
                      1.
                      Action d’extorquer à qqn de l’argent ou un avantage sous la menace d’une révélation compromettante.
                      Faire du chantage (maître chanteur).
                      2.
                      par extension
                      Moyen de pression.
                      Chantage au suicide.

                      Larousse sur internet :
                      -Délit consistant à extorquer, à l’aide de menaces, des fonds, des valeurs, une signature d’un acte.

                      -Action de brandir une menace pour obtenir de quelqu’un quelque chose qu’il refuse : Un chantage sentimental.

                    12. Comme je l’ai dit : tu lis ta définition à l’envers. Les chantages peuvent être des moyens de pression, tous les moyens de pression ne sont pas des chantages. Tu décris précédemment des moyens de pression, pas des chantages.

                      Insiste pas, tu as tort.

                    13. sam player

                      Harry, la réponse est dans ton commentaire :

                      « chantage au départ pour la concurrence »

                      S’il ne s’agit pas d’un bluff, c’est bien que la concurrence existe et pourrait être intéressée.

                      Sinon c’est comme au poker… Quand t’as rien dans la main ça peut se retourner contre toi… mais là c’est de la bêtise si tu te plantes, sinon t’es un génie…

                      Bien sûr, pour le magasinier ça va être plus compliqué :mrgreen: mais il y a plein de gens qui ne mettent pas en valeur leurs compétences naturelles et bien souvent par peur : y en a par exemple qui ont de bonnes compétences en communication et dans le contact client et qui ne veulent pas être commerciaux… (les objectifs toussa) et qui restent magasinier…

                    14. Aristarkke

                      « la concurrence existe et pourrait être intéressée. »

                      pourrait…

                      Mais sera-t-elle d’accord, en sus, outre le recrutement espéré, d’y mettre le prix escompté ???

                      Bien sûr, si tu as une promesse de recrutement à ton prix, tu es à l’aise pour négocier de la surenchère…

                      Les arbres ne grimpant pas au ciel, il y a des moments où il faut s’arrêter dans la revendication…

                      Un compte d’exploitation n’est malheureusement pas taillable et corvéable à merci.

                    15. Pythagore

                      « Tu prends le problème à l’envers : si tu as un budget de 2000€ pour payer un soudeur, tu en auras pour 2000€. »
                      @Sam, tu fais une offre à 2000€ à m, à m+6 ton gars te coûte 2600€ car il t’a négocié 30%. Ton offre, elle court toujours, tu fais quoi -600EUR de bénéf ? Tu retires ton offre ?

                    16. albundy17

                      « Un compte d’exploitation n’est malheureusement pas taillable et corvéable à merci. »

                      Pas d’après Lemerde:

                      romandie.com/news/948391.rom

                      Amusant, continuer à ponctionner est donc une économie 😥

                    17. albundy17

                      « tu fais quoi -600EUR de bénéf ?  »

                      Non, tu vires le contrôleur de l’ancien soudeur et tu en demandes plus au nouveau pour justifier de l’excellence dont il se targue :mrgreen:

                    18. sam player

                      Harry
                      pourrait : ouais j’ai utilisé le conditionnel, car tant que c’est pas écrit et signé ce n’est que du vent.

                      On accorde toujours plus de valeur à ce que l’on a que ce qui est chez le voisin (d’où les 30%) sauf si l’on n’a pas et à ce moment là on lorgne chez le voisin.

                      J’ai parlé aussi il n’y a pas longtemps du mimétisme : tu te balades avec une belle femme au bras et tous les genres un te désirent .
                      C’est pareil dans le boulot et c’est une des raisons pour laquelle on demande aux candidats leur salaire actuel : ce n’est pas uniquement pour savoir s’il rentre dans le budget mais pour savoir à combien son employeur actuel le valorise, c’est con mais c’est comme ça.
                      Tu te pointes avec une paie antérieure de 3000, on te prends pas, mais avec 4500 si.

                      Harry, tu sais bien que le boulot de plombier c’est tout dans la dextérité : j’ai vu mon frère donner 10 coups de mètre et faire ses 10 coudes cuivre en enfilade sur l’établi et ça tombait nickel, là où d’autres auraient fait le truc en 3 morceaux : cette dextérité ça se paie, c’est du temps de gagné et des fuites en moins.
                      La dextérité se paie à un tel point que certains se sont spécialisés dans les bandes de plaço et ne font que ça et gagnent super bien leur vie et ça c’est vraiment à la portée de celui qui veut apprendre.

                    19. sam player

                      @ Pythagore 9h56
                      Tu changes l’hypothèse, tu as raisonné avec un budget de 2000€, tu as un gars dont la valeur est de 2000€… c’est idiot de lui donner 2600.

                      Quand tu embauches du personnel, tu te donnes un budget mais tu l’adaptes au candidat et t’en gardes quand même sous le pied. Mais rien ne sert non plus de prendre un candidat exceptionnel là où tu n’en a pas besoin, car il ne restera pas.
                      Comme exécutant on ne prend jamais le meilleur car il est cher et a peu de marge de progression.
                      Avec quelqu’un dans la moyenne haute, il existe un différentiel plus important entre son coût et ce qu’il rapporte.

                    20. albundy17

                      « dans les bandes de plaço »

                      Des bandeurs, ça fait toujours rire une copine qui bosse à popol emploi

                      « On accorde toujours plus de valeur à ce que l’on a que ce qui est chez le voisin  »

                      Ben non, cf l’herbe. 🙄

                    21. Pythagore

                      « tu as un gars dont la valeur est de 2000€… c’est idiot de lui donner 2600. »
                      ???
                      @Sam,c’est toi même qui m’a dit que tu as négocié 30%, 6 mois après ton embauche, ce qui est exactement l’exemple que je présente.
                      J’ai un employé que j’embauche à 2000, je fais une offre en fonction des coûts dont ce salaire, et l’employé vient me voir 6 mois plus tard et demande 30% de plus (c’est ton exemple). Ben je peux plus tenir mes coûts.

                    22. Pythagore

                      @Al, 9 h 56 min
                      Très fort ce Le Maire. Moi qui croyais que les économies ce font sur le poste de dépense, mais lui apparemment, il fait des économies sur le poste de recette, trop fort.
                      .
                      « cet allégement de quatre points supplémentaires du 1er janvier 2019 au 1er octobre 2019. Il est différé, ça permet d’économiser plus de 2 milliards d’euros », dixit Le Maire

      4. Aristarkke

        Vu qu’il commence à y avoir de nombreux locaux commerciaux qui restent inoccupés dans les rues secondaires, il serait imaginable de lancer un business de WC publics (au sens de l’accès), payants avec garde par dame-pipi selon le terme habituel, garantissant aux dames des cabines propres et entretenues…

        A noter qu’en la matière, j’avais vu un article, il y a quelques années, où il fallait prévoir une répartition 60/40 ou 65/35 des lieux d’aisances en faveur du genre un pour faire face équitablement à la clientèle globale…

          1. Aristarkke

            Sûrement mais quand il s’agit de répondre à des besoins urgents, il devrait y avoir des entrepreneurs qui se lancent.
            La preuve avec l’uritrottoir… sauf que la nullité est de cibler exclusivement la plus petite part du gateau…

      1. albundy17

        Fort à parier que je verrais aussi les spermotons sur les chaines nationales avant mon trépas.

        @sam: le pisse debout, déposé par une boite toulousaine, mais comme c’est en principe pour le genre 1, t’imagines bien que c’est à usage unique.

        J’avais réglé le problème du sac à main (quel nom idiot) de la Peg, avec un astucieux et bête crochet tenant sur touts les rebords de tables et évitant de poser le sac sur le sol plein de merde

          1. albundy17

            j’ai mis le lien quand c’est sorti, le pheldge en a recausé 4 ou 5 mois après comme une découverte, et c’est sans doute réutilisable, suffit que le carton sèche, ds le sac « à main »

            1. albundy17

              y’a aussi la « cup » qui vaut son pesant de cacahuète ^^

              C’est vraiment sale, le genre 1.

              Ben ça me rappelle, je fus étudiant à Valenciennes, ben y’avait un paquet de bailleurs refusant les étudiantes, « elles salope tout » c’est pas de moi, hein,^^

              1. Aristarkke

                Cela devait venir de ceux qui n’ étaient pas arrivés à les mettre dans leur lit, ce genre de commentaires (ou de ceux nantis d’ un genre un jaloux et suspicieux), voire un peu des deux…

              2. MarieA

                « C’est vraiment sale, le genre 1. »

                Tellement sale que vous passez votre vie à essayer d’y entrer.

                Pas trop dégoûté de savoir que vous en êtes sorti d’un? Vous devez dépenser des fortunes chaque mois en savon…

      1. sam player

        Un genre d’entonnoir pour femme existe (quelqu’un avait mis le lien ici)… nickel, après utilisation tu le fous dans le sac à main… Déjà que les dessous de sac à main c’était un nid à bactéries… maintenant l’intérieur aussi !

  12. MadeInCH

    A Berne (Helvétie)
    ..
    Le budget 2019 du canton de Berne prévoit un bénéfice de 88 millions de francs. Mais pour anticiper une baisse des recettes attendue au cours des prochaines années, le gouvernement annonce la suppression de 80 postes dans l’administration d’ici à fin 2021. Dans l’immédiat, le canton est en mesure de financer par ses propres moyens la totalité de l’investissement net prévu, soit 436 millions de francs. Les résultats du budget 2019 et du plan financier permettent une consolidation des finances. La dette devrait être réduite de 91 millions de francs d’ici 2022. Le canton de Berne a pu dégager des résultats positifs grâce à la mise en oeuvre du programme d’allégement.
    .
    Je ne met pas le lien, paske sinon, ben mon post il met trop long à s’afficher.

            1. Mildred

              @ MadeInCH
              J’aimerais bien connaître la nationalité des femmes qui travaillent dans les « sex-box » dont vous paraissez si fier ?
              Je dis ça parce que, comme toutes les petites Suissesses, j’ai dû lire : Heidi, Heidi grandit, Heidi jeune fille, et ainsi de suite jusqu’à Heidi grand’mère, et je n’ai aucun souvenir d’avoir eu à lire : Heidi pute !

        1. Jacques Huse de Royaumont

          S’il étaient dans l’UE, on pourrait les rappeler à leurs devoirs de solidarité communautaire et leur montrer ce qu’est le partage en leur donnant généreusement une partie de notre dette.
          Là c’est plus dur.

          1. Pheldge

            tu rigoles, c’est dans l’autre sens que ça marche : ils partagent leur excédent avec nous ! Il y a quelques années, la commune de St Louis rendait la justice sous un chêne coco, était mise sous tutelle préfectorale bicauze déficit abyssal : les cocos et socialos ont réclamé l’aide de l’état, mais également le partage des dotations attribuées aux « communes riches » … Et sur les ondes, le sentiment exprimé par les auditeurs était « c’est juste ! »
            Pour info, St Louis est toujours sous tutelle …

            1. Pheldge

              t’inquiète, y’a plein de bonnes idées : « région ultra périphérique », là, c’est Bruxelles qui rince, sinon, plus classiquement, « solidarité nationale », et « continuité territoriale », alors pourquoi avoir besoin de pétrole ?

      1. Pythagore

        Tout frais du jour, 48,1Mds d’excédent au premier semestre.
        .
        lesechos.fr/economie-france/conjoncture/0302157507660-lallemagne-enregistre-un-excedent-budgetaire-record-2199836.php

          1. albundy17

            ouais, ben ça discute bien sec à se sujet, ça se profile tout de même, et je dirais « fuyez, pauvres fous »

            mais bon, comme vous vous collectivisez à mort, ça me parait cramé

    1. Val

      @Madeinch Nulle surprise ! Les suissses sont les premiers de classe dans ce type de compétition comme tout bon pays protestant, le hic étant que l’on s’y ennuie comme dix fleurs en pot alignés comme à la parade 😉

      1. MadeInCH

        J’vais pas à la parade. Je vais au Tir Fédéral, au Tir en Campagne, à la Bourse aux Armes de Lausanne, et celle de Lucerne.
        Et depuis peu je fais joujou avec mon imprimante 3D.
        Entre temps, je nettoie devant ma porte, et je garde mon champ.
        Pis j’économise pour aller à la Fête des Vignerons.
        Faut que j’y aille. J’ai un cors des Alpes à cirer.
        .
        Ben quoi? Kesket’a à me regarder comme ça?

      2. Bonsaï

        Ne l’écoute pas, Val, MadeInCh te fait marcher ! Il semblerait que tu n’as pas mis les pieds en Suisse depuis longtemps… parce que entre les conférences internationales, toutes les grandes institutions internationales que nous abritons à Genève (ONU, BIT, OMS, etc… j’en passe et des meilleures). Sans parler de l’hôtellerie de luxe qui attire la jet-set du monde entier, je ne vois pas comment tu peux t’ennuyer. Sinon, il y la montagne, les eaux thermales, les musées, l’industrie chimique qui fournit tous les pays du monde. Bref, je m’arrête là.

        1. Bonsaï

          Ah! et j’allais oublier ! C’est un peu sadique mais tant pis, je me lance : soulignons encore qu’en Suisse les trottoirs sont balayés tous les jours, contrairement aux pratiques parisiennes…

        2. sam player

          Euh… on se fait quoi ce soir, un resto ? Et pourquoi pas une conférence internationale hein ? On devrait pas s’ennuyer… pi après un p’ti coup de jet set… hein… pi ensuite une industrie chimique ?
          Wah ça déchire !

          1. Pheldge

            la conférence internationale et la jet set, je sais pas, mais avec l’ industrie chimique, t’as le choix pour t’éclater avec Hoffman Laroche et ses cachetons magiques de toutes les couleurs, que si tu en prends trop, tu restes collé au plafond comme pas mal de musicos des 70′ 😉

        3. albundy17

           » j’en passe et des meilleures »

          Ouais, c’est marrant toutes ces jolies organisations s’organiser pour mettre le siège de la boite dans la meilleure boite à blanchiment de pognon, hein le Bonsaï ^^

          C’est pas les coucous et les montres qui font tout le pognon de la suisse, ni ses poètes..

          1. albundy17

            C’est mal connaitre leurs banquiers pour nettoyer l’argent de la planète ^^

            Ils ne brillent par ailleurs nulle part, excepté ce qui est résumé par « se barrer en Suisse », ce n’est pas la destination, mais un art de vivre

  13. Val

    Lol Opération « des rats partout etc » Oui Paris c’est bientôt un agrégat de « Full lethal racket » dans un décor de « Voyage au bout du RER »

      1. Gaston

        Le Monde perdu : Socialiste Park (The Lost World: Socialist Park) est un rêve d’aventure français sorti en 1981, réalisé par François Mitterrand, scénarisé par Jacques Attali, produit par FM Pictures, Capital Connivence Entertainment et Red Khmer Production.

  14. Gros Quinquin

    Bonjour,

    … toutes les actions individuelles, aussi petites soient-elles, devraient être réglementées afin d’éviter qu’une personne ne vienne s’ajouter à une catastrophe potentielle …

    « L’idéal gauchiste est un idéal dans lequel tous les gens sont généralement d’accord – ils pensent que tous les gens sont liés les uns aux autres dans une grande chaîne sociale, que chaque action individuelle a des conséquences pour tous les autres dans cette chaîne et, par conséquent, que toutes les actions individuelles, aussi petites soient-elles, devraient être réglementées afin d’éviter qu’une personne ne vienne s’ajouter à une catastrophe potentielle pour le reste de l’humanité. Le véritable individualisme est perçu comme étant « égoïste » et perturbant les perspectives de survie du groupe. », Brandon Smith.

    Source initiale: http://www.alt-market.com/articles/3489-the-strengths-and-weaknesses-of-leftists-vs-conservatives
    Source traduite: http://lesakerfrancophone.fr/les-forces-et-les-faiblesses-des-gauchistes-par-rapport-aux-conservateurs

    Cordialement,
    Gros Quinquin.

    1. sam player

      Rigolez pas, c’est ce que prêchent même ici certains en répétant que l’homme est un animal social… c’est du même tonneau… J’aime bien cette version, elle est nettement plus trash pour faire prendre conscience de la bêtise de cette théorie.

        1. Bartleby

          Social ne veut pas dire socialiste. Dire que l’humain est social est un fait, à l’opposé du tigre qui vit solitaire, ni plus ni moins.

    1. Bonsaï

      Excellent ! J’ignorais qu’ils en sont à organiser des festivals. C’est bien la preuve que c’est une idéologie qui touche beaucoup de monde, et même de plus en plus pourrait-on dire…

      1. sam player

        « C’est bien la preuve que c’est une idéologie qui touche beaucoup de monde, et même de plus en plus pourrait-on dire… »

        Euh ça ne serait pas plutôt le contraire ?
        Pour justement faire connaître un positionnement qui touche 0.5% de la population (en france), et surtout des plus de 50 ans. Chez les jeunes il y a encore un zéro après la virgule.
        Bon, bien leur en fasse tant qu’ils sont dans un positionnement non violent… genre percer toutes les barquettes de viande dans les rayons des supermarchés…

        1. taisson

          Sam,
          Je ne discute pas du chiffre, 0.5%, pourquoi pas?
          Mais les militants anti viande et buveurs d’eau ( ils sont aussi éco-responsables, anti capitalistes, etc…) que j’ai pu côtoyer ou dont j’ai simplement entendu parler, sont tous jeunes, voire très jeunes, pas un ne s’est encore approché de la cinquantaine et en plus, la quasi totalité sont du genre1 (ou assimilés)!
          Que leurs meneurs et propagandistes soient des vieux, c’est pas très étonnant, mais le gros des troupes, ce sont des post ados éternels, bourrés de stéréotypes sans arguments, appris par cœur, et très proches des milieux universitaires, voire encore à l’école, ou enseignants….
          En tous cas c’est comme ça sur ma planète… Ce qui est bien plus inquiétant que si le phénomène ne touchait que les vieux !

            1. taisson

              Avec ce qu’ils mangent et fument, et leur niveau d’activités, ils n’est pas certain du tout qu’il en ait plus qui deviennent vieux dans leurs rangs que dans ceux des anciennes générations omnivores !!

                1. albundy17

                  Vive darwin !

                  j’en ai lu un pas mal, bien que relativement courant, Saïd* a sans doute joué à la roulette russe avec une arme déchargée, ses potes l’ont largué vite fait aux urgences, mais bon, c’est passé par le vital, manque de bol.

                  *: le prénom n’a pas été changé

          1. sam player

            On pourrait demander son avis à RPS, mais c’est dans le journal de référence et que donc c’est pas des fake news :

            « Enfin, les végétaliens, qui proscrivent tout produit animal, ne dépassent pas 0,5 %.« 

            mobile.lemonde.fr/planete/article/2017/12/01/un-tiers-des-menages-francais-sont-flexitariens-2-sont-vegetariens_5223312_3244.html

            1. Pythagore

              « flexitariens » ?!?
              Des astronomes auraient-ils découverts la planète flexitar et ses joyeux habitants, que je s’rais pas au courant ? Des petits bonshommes verts certainement ?

          2. sam player

            En fait Taisson, j’ai relu ton com’ et tu as le raisonnement type RPS : tu fais ta statistique par rapport à ton observation qui est forcément biaisée et tu crois que tu as un point de vue objectif parce que… enfin… j’ai vu donc c’est vrai.

            Ça me rappelle un gars au service après vente de Géant qui ramène sa tondeuse à gazon car elle est en panne… et qui découvre que le gars devant lui dans la file d’attente a aussi la même tondeuse…et son tour venu il apostrophe le préposé de Géant en lui demandant si toutes les tondeuses de ce type n’auraient pas par hasard un vice caché : le préposé lui répond qu’il est au SAV !
            Capiche ?

        1. Aristarkke

          D’ ouque ch’est qu’ te nous sors ce monstre, mon bon(ne) Al ?
          Deu d’in ta chaussette ?

          Je le veux bien pour le jeu de mots des festi-veaux au sens gaullien mais pas pour le pluriel desdites manifestations d’été …

          1. Pheldge

            Papet, sois logique : soit tu dis un chacal, des chacals, un festival des festivals, un cheval … des chevals, ou bien un cheval des chevaux, un chacal des chacaux, un festival, des festivaux ! d’ailleur ne dit-on pas un val (un, pas une ! ) des vaux ? 😀

          1. albundy17

            Oui WT73, je pensais en particulier à cette gamine, mais elle n’est pas la seule qui risque d’en pâtir, sans compter les frais de SS pour ceux qui ne vont pas claquer.

            Ari, je me sais mauvais mais tout de même…

          2. MarieA

            Vous mélangez lait de substitution/infantile et lait normal (qui n’est pas une préparation destinée à couvrir les besoins des bébés). Comme les parents de cette gamine qui ont acheté du lait « normal » au lieu d’acheter du lait infantile.

        2. MarieA

          @ Albundy17 et WorldTour73 :

          « les nourrissons crevant de mal nutrition »

          Tous les nourrissons sont végétariens. Ils ne consomment que du lait.

          Le lait maternel ne contient que 8 à 12 g de protéines au Litre.

            1. MarieA

              La mère qui nourrit son bébé volontairement avec son propre lait est donc exploitée par son bébé?
              Vous avez des préparations infantiles à base de lait végétal.
              Dans les deux cas, c’est vegan.

              1. albundy17

                Non le lait maternel n’est pas vegan, c’est animal.

                Mais c’est la logique vegan, en chaussures cuir et assis dans le canapé pleine peau, refusant de bouffer un oeuf car futur poulet, et prônant l’IVG.

                tordu jusqu’au bout des ongles vernis.

                PS: le lait végétal n’existe pas, c’est juste du marketing pour la secte d’abrutis

                  1. albundy17

                    mdr bibi, je vais l’ajouter à mon panel quand je tombe sur ce genre de débiles.

                    à moins qu’ils n’utilisent du pétrole discriminatoire, mais là, encore un sujet de discorde en vue ^^

                    Plein le dos qu’ils me fassent la morale ces igues du cul.

                  2. sam player

                    Arghhhh bibi tous ces micro-organismes morts… et qu’en plus on brûle après… Hitler était un p’ti joueur à côté de cette hécatombe.

                    1. sam player

                      Et puis après quand ils mettent de là nourriture dans des boîtes plastiques, bah en fait c’est des cercueils… Et puis les capotes, j’en parle même pas, là c’est de la zoophilie…

                    2. albundy17

                      Sans compter leurs bagnoles en plastique rechargée au charbon.

                      A propos de zoophilie, y’en a trois qui se sont fait poisser et condamner, pour 1462 viols de chiens et biquettes, au moins c’est précis chez les amerloques 🙄

                    3. Aristarkke

                      « Sans compter leurs bagnoles en plastique rechargée au charbon. »
                      Ou au nucléaire pour changer…
                      Mais, faut pas le dire ! Tu vas désespérer la bobosphère…

                  1. albundy17

                    Du même acabit, avec sans doute moins de similitudes structurelle ayant vraisemblablement provoqué quelques cancers, avec plein de « si », mais bon, rien ne vaut le gras, ça fait maigrir

              2. P&C

                @MarieA

                Le lait le plus adapté à votre nourrisson sera toujours celui sortant de vos pis, ne vous en déplaise, problèmes médicaux mis à part. Non seulement sa formule est adaptée, et en plus il contient des anticorps qui ne seront pas neutralisés par ceux du bébé, et aideront à sa survie.
                Le lait végan soit disant reconstitué ne remplacera jamais le lait humain.

  15. Higgins

    L’extrême-gauche française ou faites ce que je dis mais ne dites pas ce que je fais: http:/ /authueil.fr/post/2018/08/24/Le-Media%2C-miroir-de-l-extr%C3%AAme-gauche-fran%C3%A7aise
    La gauche française est un concentré d’hypocrisie, pour ne pas dire plus, impressionnant.

    1. dov kravi דוב קרבי

      1 – pas d’espace entre les deux / du début de l’adresse.
      2 – Miller est un clown médiatique, pas un psychanalyste digne de ce nom.
      3 – article bien venu, mais n’est-ce pas le cas dans tous les pays non dictatoriaux (voir la dérive du parti dit démocrate aux USA) ?

  16. Aristarkke

    Rappelons que Delanoë avait trouvé Paris, au sortir de la gestion Tiberi avec une cagnotte disponible (hors emprunts) conséquente de plusieurs centaines de M€ (6 à 700, de mémoire)…

  17. albundy17

    C’est marrant, les palestos gueulent comme des putois vu que l’oncle sam leur coupe 200 millions.

    C’est un dû. Comme quoi les dons sont vraiment une oeuvre de satan lui même 😀

  18. Higgins

    Winter is coming:
    http:/ /chevallier.biz/2018/08/yield-spread-10y-2y-tic-tac-tic-tac%e2%80%a6-enfin-l%e2%80%99e-crash-a-portee/#comments

  19. René-Pierre Samary

    Les atteintes à la propriété ont-elles un rapport avec la destruction des structures sociales ? Celles-ci sont-elles voulues ?
    Nous vivons une époque où a été imposée, par l’action du marxisme culturel, une vision faussée de l’Histoire, analogue à ce que fût le géocentrisme en cosmologie.
    Pour remettre l’histoire « sur ses pieds », il faudrait abattre bien des citadelles mentales – celles-là même qui titrent ce nouvel épisode de « Bye Bye Blackbird », mis en ligne aujourd’hui grâce à la mansuétude du patron de ces lieux.
    Je vous en livre un court extrait :
    « Ils ont été soumis à un bombardement intensif de propagande, par une présentation artificieuse des faits, une argumentation orientée, des omissions calculées, de vicieux anachronismes. Les plus atteints sont ces demi-savants qui font l’opinion. La guérison est-elle seulement possible ? La destruction systématique des structures est allée si loin que la pathologie est devenue invisible. Des cas de répugnantes involutions s’observent dans la nature. Pourquoi n’en serait-il pas de même dans les sociétés humaines ? »
    Le hasard des voyages me fait passer quelques jours parmi des jeunes gens, en Belgique wallonne. Nous parlons un peu politique. Jeunes gens sympathiques, pas bêtes… Mais, dieu ! Ils sont bien atteints ! Tout est jugé par le prisme simpliste du « bien » ou du « mal ». L’air du temps est bien celui-ci, d’une morale qui ne connaît que les raisons de l’émotion, les raisons d’esprits féminisés…

    1. Bonsaï

      RPS, qui est un fervent adepte du Yin et du Yang ? C’est bien vous et vous nous le démontrez abondamment dans vos œuvres. Pas de nuances, c’est blanc ou c’est noir, c’est ça le principe de base ?

      1. René-Pierre Samary

        Le Yin et la Yang, c’est une autre affaire. Deux principes qui parfois s’opposent, parfois se complètent…
        Bien à rebours de ce que vous semblez penser, mon « principe » si j’en ai un n’est sûrement pas du type « blanc ou noir ». M’auriez-vous mal lu ?

    2. Pythagore

      « ces demi-savants qui font l’opinion. »
      Je crois que c’est un des noeuds du problème. Bcp de choses sont présentées sous une forme scientifique, mais ce n’est en fait que de la propagande pseudo-scientifique.
      Pour celui qui estime que les affirmations scientifiques e.g. au sujet du RCA sont vrai, la réaction en conséquence n’a rien d’émotionelle, c’est tout à fait raisonné.
      La complexité du monde et le faible niveau de formation et de compréhension scientifique et statistique, je rajouterai, de la population, fait que chacun croit raisonner par rapport à des faits scientifiques alors qu’il s’agit en fait que de propagande destinée à attiser les peurs.
      Exemple également le bio souvent cité par le Patron, ou l’engouement pour le naturel (au menu du jour un ragout d’amanite phalloide, c’est naturel).

      1. Higgins

        Une formation essentiellement scientifique quoique généraliste, alliée à une curiosité naturelle importante, m’incite depuis toujours à avoir du recul face aux différentes « vérités » énoncées avec enthousiasme par nos chers merdias ou officiels. Généralement, le premier signal d’alerte est donné par le consensus affiché (typiquement la cas du RCA) ou la simultanéité suspecte d’articles portant sur une thématique identique, articles allant généralement tous dans le même sens et ne laissant aucune place à la contradiction si minime soit-ellle. Je cherche alors à savoir ce qu’il y a de l’autre côté du miroir et, en règle générale, je ne suis pas déçu car, souvent, comme dit le proverbe, il y a loin de la poire au fromage.
        C’est devenu chez moi une seconde nature et ça ne me demande pas trop d’efforts. Cependant, il faut bien être conscient que pour la plupart de nos coreligionnaires, assommés en permanence par toutes les publicités, commerciales ou pas, sortis du système scolaire avec un bagage des plus minces (les grands corps peinent à recruter des candidats d’un niveau acceptable ce qui démontre au passage la déliquescence du système universitaire, classement international faisant fois) ne dispose plus des outils requis pour discerner le bon grain de l’ivraie. Les conséquences, nous les constatons tous les jours. Ayn Rand avait été prémonitoire lorsqu’elle a écrit « La Grève ». Un tout récent accident survenu à un TGV entrant dans la gare de Marseille est là pour le prouver (déraillement d’une rame à faible vitesse).

        1. René-Pierre Samary

          « la plupart de nos coreligionnaires, (…) sortis du système scolaire avec un bagage des plus minces (…) ne dispose plus des outils requis pour discerner le bon grain de l’ivraie. »
          Je ne suis pas certain que ce soit la minceur du bagage qui empêche, au moins, le sens critique. Le bagage peut être imposant, et ne contenir que la démonstration du géocentrisme et ses « épicycles ».
          Un « bombardement intensif de propagande », que j’évoquais plus haut, peut rendre inepte, sourd et aveugle le plus instruit.
          Major, vous qui avez connu le rouleau compresseur du marxisme culturel encore en action aujourd’hui, et mis en route dans les années d’après-guerre avec Gramsci, vous savez bien que les meilleurs esprits peuvent en être victime !

          1. Higgins

            Le « bombardement intensif de propagande », c’est là la mise en œuvre de la notion de tittytainment que l’on doit à Zbigniew Brzeziński (mot-valise désignant un sous-système soutenu voire mis en œuvre pour inhiber la critique politique chez les laissés-pour-compte du libéralisme et du mondialisme. Il passe notamment par l’omniprésence de divertissements abrutissants et une satisfaction suffisante des besoins primaires humains. source https:/ /fr.wikipedia.org/wiki/Tittytainment).

            Pour la conclusion, je suis d’accord (les meilleurs esprits peuvent en être victime !)

            1. sam player

              Dans l’article wiki, il est dit :

              « Le problème se poserait alors sur la manière de gouverner 80 % de la population restante, superflue dans la logique libérale, ne disposant pas de travail ni d’occasions d’aucun type, ce qui nourrira une frustration croissante. »

              Y a un non sens : la population ne peut pas être superflue, ne serait-ce que par sa consommation.
              Après il y a 2 solutions : assistance ou déréglementation du travail. Je penche pour là 2ème, sinon c’est pas tenable, l’assistance conduisant à avoir 2 classes : une qui travaille et une qui ne travaille pas, condamnée à végéter.

              1. Aristarkke

                « condamnée à végéter »
                et à trouver que les productifs n’en font jamais assez pour lui assurer un niveau de vie adéquat…

                1. sam player

                  Ah oui, j’avais oublié les retraités, Cruella est demandé au guichet des réclamations, en jupette si possible pour attendrir les ayant-droits…

                  1. Aristarkke

                    Je ne pensais pas aux retraités qui eux, ont mis de l’argent dans le bouzin en d’autres temps et qui ont aussi pour la plupart, vraiment passé l’âge de travailler, sauf éventuellement ceux dans les professions « intellectuelles » ne nécessitant pas de capacités physiques particulières mais aux assistés permanents qui sont visés dans les 80%.

                    Je suis scandalisé personnellement par le déficit de M.O. pour assurer les vendanges ou les récoltes de fruits car que je sache,
                    – tous les chômeurs ne sont pas des incapables d’efforts physiques, en mauvaise santé (appréciation de la réalité et pas à partir des gémissements de ceux qui sont déjà épuisés de devoir se lever le matin).

                    – tous les chômeurs n’ habitent pas à 500 kms des lieux de récolte et n’ont donc pas besoin de se trouver un logement sur place qui bouffera la marge, etc…

                    Il s’en trouve des locaux qui n’y vont pas, même en voisins…

                    Maintenant, je ne méconnais pas les problèmes liés au sucrage des indemnités pendant que le courageux va bosser et aux normes absconses que l’on a du imposer depuis 43 ans que je suis allé en faire (en partant du Nord pour aller dans l’Hérault).

                    Mais il y a aussi de la faute des viticulteurs dont la plupart ne sont quand même pas des pauvres travailleurs de la terre sans le sou et manquant de place car autrefois, il y avait de la main d’oeuvre en masse à loger sur place pour le travail annuel.

                    Ceux chez qui j’étais allé n’avaient aucun problème à recruter car ils offraient déjà des piaules semi-collectives (quatre par pièces) avec douches individuelles, WC en nombre, le tout correctement aménagé + cinq repas par jour plus que copieux et arrosés contre un prix modeste, genre prix coûtant que tu aurais dépensé chez toi de toute façon, pour un équipage d’une vingtaine de personnes…

                    Et un Smic net mensuel pour un boulot de deux semaines…

                    Mais comme nous sommes en Grance avec des masses de lobotomisés appris à ne plus compter que sur l’Etat et ses pseudo-podes pour se débrouiller au moindre problème à résoudre, cela part en carafe direct, la plupart du temps…

              2. Higgins

                Je ne cautionne aucunement l’article de Wikipédia surtout lorsqu’il fait preuve d’un anti-libéralisme assez imbécile (je ne vois d’ailleurs aucun rapport ou lien entre les deux concepts). Je l’ai mis juste au cas où des personnes souhaiteraient en savoir plus sur cette notion que je considère importante.

              3. Higgins

                « Jusqu’ici la charité publique ou privée n’ont fait qu’accroître considérablement la foule des inadaptés. Dès qu’un bureau d’Assistance Publique fonctionne quelque part, le nombre· des pauvres s’accroît dans d’immenses proportions. » Gustave le Bon (https:/ /leblogalupus.com/2018/08/24/gustave-le-bon-et-le-choc-ps-podemos-en-espagne/)

                1. Aristarkke

                  Major, les gens sont rationnels. A partir du moment où par le jeu des aides sociales au sens large et des exonérations de ceci ou de cela, vous arrivez à atteindre le niveau de vie de base sans devoir aller vous casser le dos à bosser (ou à peine moins), vous restez tranquillement chez vous sans dépenser des frais de voiture, etc…
                  D’accord, vous n’allez pas atteindre un niveau de vie époustouflant mais tout le monde ne rêve pas à un train de vie aisé du moment qu’il n’y a pas la contrainte du travail…
                  qui est souvent assuré en loucedé par les entraides diverses dans les petits coins campagnards…

  20. René-Pierre Samary

    « Pour celui qui estime que les affirmations scientifiques e.g. au sujet du RCA sont vrai, la réaction en conséquence n’a rien d’émotionelle, c’est tout à fait raisonné. »
    Pour celui qui estime que les affirmations au sujet du RCA sont vraies, alors qu’il/elle n’a aucun moyen d’en juger, il faut qu’il/elle soit prédisposé à les accepter. Cette prédisposition repose non sur la raison (la raison commanderait de s’abstenir), mais sur l’émotion, par exemple la peur, ou l’espoir – à l’instar des religions.
    L’opinion fonctionne à l’émotion. Mais comme dit Pareto, l’homme n’est pas un être raisonnable, c’est un être raisonneur. Les « scientifiques » affirmant le RCA fournissent, avec la complicité des demi-savants des medias, des « raisons » scientifiques de croire ce que l’opinion (une partie de l’opinion) veut croire, en accord avec ses émotions, ses peurs, ses espoirs, etc.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.