Rentrée scolaire : c’est horrible, les prix baissent !

Et voilà que le mois d’août s’achève mollement avec, entre deux attaques de couteaux déséquilibrés sans amalgames, la rentrée scolaire qui pointe à l’horizon. Avec elle et comme à chaque année ressortent les marronniers journalistiques.

Entre le poids des cartables et les nouvelles tendances des fournitures à la mode (cette année, agenda Reine des Neiges, stylos aux effigies Marvel ou taille-crayon Croc-croc ?), difficile de passer entre les palpitants sujets d’une presse qui sort difficilement de la léthargie estivale pour se glisser douillettement dans la monotonie automnale. Et tout comme les précédents sujets, celui de l’allocation de rentrée scolaire nourrit lui aussi quelques vibrants papiers tentant de montrer comment on peut arriver à équiper un écolier moderne avec la si misérable aumône que nous accorde l’État français.

Et grâce à cette profusion d’articles, on découvre qu’il existe moult solutions pour réduire la facture et utiliser à bon escient cet argent tombé du ciel en droite provenance de la poche des autres. Pour ne pas gâcher une belle occasion de faire un peu de prosélytisme écologique gluant, on pourra même en profiter pour caser l’une ou l’autre remarque sur le recyclage des fournitures de l’année dernière (comme si les parents réellement organisés n’y avaient pas déjà pensé) et les « bons plans » ou autres « astuces » afin de faire des achats écolos, bios ou respectueux de la nature (youpi).

Bref, toutes les rédactions sont mobilisées pour que cette rentrée se passe bien et soit la moins coûteuse possible pour les parents d’élèves. Pensez-donc ! Même le gouvernement s’est fendu d’une liste officielle de cahiers et de gommes pour que les établissements de France et de Navarre puissent orienter leurs professeurs et leurs élèves vers les bonnes fournitures ! L’État-maman à la rescousse des parents perdus, voilà qui serait très croquignolet si ce n’était pas devenu une habitude parfaitement standard, depuis les messages dégoulinants de niaiserie agressive sur les autoroutes (en été, il faut « boire régulièrement » et en hiver, il faut « rouler prudemment ») jusqu’aux recommandations alimentaires idiotes (voire néfastes) qu’on découvre à chaque encart publicitaire ou par le truchement d’applications téléphoniques navrantes.

Mais à force, des résultats sont palpables puisque les chiffres sont formels. Alors qu’il y a dix ans, la sueur perlait sur le front de Darcos, alors ministre de l’Éducation Nationale, devant les prix des fournitures qui n’arrêtaient pas d’augmenter (au point que j’en faisais un petit billet lisible ici), la situation est à présent complètement différente : les prix baissent ! Pour la première fois depuis 2013 et selon une étude annuelle publiée il y a quelques jours par la Confédération Syndicale des Familles (CSF), le coût de la scolarité recule de 2,91% en 2018.

Ce qui, à en lire certains papiers du Monde, véritable phare de la pensée actuelle en France, n’a pas l’heur de plaire à tout le monde. En effet, cette baisse du coût pour les familles s’explique de deux façons.

D’une part, par une attention plus grande des parents aux dépenses familiales, en focalisant celles-ci sur les fournitures réellement indispensables et en diminuant donc la part superflue (comme, par exemple, l’achat de vêtements de marques au profit d’habillements plus fonctionnels et moins chers). On comprend que cette méthode ne peut pas déclencher le moindre commentaire négatif tant il recouvre une réalité qu’on sent diffuse mais réelle dans le pays : les gens s’appauvrissent et font donc plus attention.

D’autre part et en revanche, l’autre méthode pour diminuer les coûts des familles consiste à diminuer les prix. Or, à en lire l’article du Monde, aucun doute n’est permis : cette diminution des prix ne peut s’obtenir que grâce à une concurrence exacerbée entre les différents fabricants et distributeurs. Le règne d’un capitalisme féroce, débridé même, semble consacré avec la baisse des prix des fournitures scolaires.

On apprend ainsi que certaines grandes enseignes de distribution n’hésitent pas à demander des promotions énormes (« à moins 70%, comme celle du Nutella »). Bien évidemment, on retiendra que ce genre de tactiques commerciales est « malsain. Il faut que le consommateur connaisse la valeur des choses. »

Selon la fine analyse du Monde, tout se passe comme si la pression qui ne pouvait plus être exercée sur les rayons alimentaires se reportait sauvagement sur les rayons gommes & stylos : là où les pouvoirs publics ont décidé de restreindre les promotions sur les produits alimentaires à la suite des états généraux de l’alimentation (EGA), pour les autres rayons, il n’en est rien et c’est donc la loi de la jungle, avec les distributeurs qui « cherchent le prix le plus bas pour augmenter le trafic dans les magasins ».

Quelle bande de salauds ! Vouloir des prix toujours plus bas pour les consommateurs, vouloir avoir du trafic dans les magasins, alors que tout le monde sait qu’il y a, derrière ces articles en vente, des hommes et des femmes qui reviennent de la mine ou des enfants qui travaillent dans des caves humides pour obtenir ces résultats (au minimum) !

On lit même de l’inquiétude chez les fournisseurs qui doivent trouver des moyens de produire moins cher, alors que tout le monde sait qu’en réalité, il faudrait que les prix augmentent ! Tout le monde préfère à l’évidence payer sa baguette 8€ plutôt que 0.85, rembourser un prêt à 25% plutôt qu’à 2.5% et avoir un salaire avec un, deux ou quatre zéros de plus, comme au Venezuela par exemple.

Décidément, pas de doute : l’acharnement de certains à vouloir ainsi faire baisser les prix ne peut mener qu’à une catastrophe. Peut-être faudra-t-il en passer par une nationalisation complète de la liste de fournitures scolaires, avec des Ateliers Nationaux de Gommes, Cahiers et Crayons Citoyens ? Rien n’est pour le moment décidé, mais à l’évidence, de même qu’il fallait, il y a dix ans, mettre un terme à la hausse des prix qui embarrassait les familles les plus modestes, il faut maintenant en finir avec la baisse des prix qui embarrasse les fournisseurs les plus modestes !

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires178

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Pas nécessairement : baisse des prix, donc achat d’un article supplémentaire (ou d’un niveau de gamme supérieur).
      Donc la TVA rentre toujours.
      De plus, cet article supplémentaire ou de marque a plus de chance d’être fabriqué en France qu’un basique.
      Donc lutter contre la baisse des prix n’a d’intérêt ni pour le consommateur, ni pour l’industrie nationale ni pour l’Etat taxateur, ni pour personne en fait.

          1. Aristarkke

            Comme celle appliquée sur les taxes et autres contributions mises dans les prix des carburants…
            Y a pas de petits profits…

    2. Pheldge

      Royaumont, faut bien que tu comprennes, le Papet, quand il économise sur une promo, c’est pas pour dépenser ailleurs ! faut pas déconner : lui, il ramasse les centimes dans une boîte en fer blanc qu’il planque au dessus de l’armoire. Bon, quand c’est des billets, il les colle sous le matelas, que ça lui tient chaud en hiver ! mais dépenser ces économies ? tu n’y penses pas !

  1. Aristarkke

    En bonne logique, la dotation à la prime de rentrée scolaire devrait diminuer ou rester stable malgré la légère inflation…
    Moins de redistribution justifiée, l’horreur pour des Soces…

  2. Le Gnôme

    Il suffit de fixer les prix par décret, avec embauche de contrôleurs des prix pour amender les contrevenants, simple et facile à faire. Il n’y aura plus qu’une sorte de cartable, une variété de gomme, de stylo et tutti-quanti, comme en URSS ou personne ne manquait de rien, c’est bien connu.

    1. Aristarkke

      Personne ne manquait de rien à condition de le trouver, toutefois.

      Cela ne valait cependant pas pour la nomenklatura qui se fournissait directement dans des magasins réservés…

  3. Calvin

    Moi, j’ai une astuce pour économiser les cahiers.
    J’écris tout au crayon gris, et je passe mes vacances à gommer délicatement.
    Ça me prend un temps fou, mais pendant ce temps je ne suis pas occupé à des futilités.

    1. albundy17

      Tu souffres de procrastination Calvin en utilisant une seule feuille de papier, gommée chaque soir en guise de devoir, tu n’aurais pas cette charge de travail durant les congés bien mérité !

          1. P&C

            On a une pétition d’élèves à chaque année de bac…
            « c’est trop dur », « le sujet n’était pas prévu », « le sujet n’était pas clair » (il parait que 20% des candidats au concours ENA ne comprennent pas les énoncés).

            Plus fort que le roquefort, c’est quand vos élèves vous disent que vous ne les aviez pas prévenu et que le contrôle était trop dur (alors que l’épreuve est annoncée 1 mois à l’avance, avec les notions qui peuvent tomber…) et qu’il fallait faire des calculs pour répondre aux questions ! en 1ere S, en physique chimie !

            1. bob razovski

              20% ?

              Faut les comprendre aussi, imagine que l’intitulé ne parle ni de taxation, ni de contribution, ni d’impôt…

              1. P&C

                Le plus drôle est qu’il y a quelques années, l’ENA, consciente de son déficit en scientifiques parmi ses élèves (imaginez les dégâts si l’ENArque en question sévit dans le domaine de l’énergie) a eu l’idée de créer un concours pour les docteurs… en droit… et en économie.
                WTF ?

                Je dois sans doute être un idiot, mais si je voulais recruter par voie de concours des scientifiques ayant un niveau PhD, j’aurai plutôt tapé chez les physiciens, chimistes, informaticiens, roboticiens, biologistes, géologues, télécom et autres ingénieries…

      1. MadeInCH

        Il y a ces stylos à billes, effaçable par friction.
        En fait, c’est l’augmentation de la température qui rend l’encre invisible.
        Donc, mettre tout un cahier dans le four à la bonne température, fait que toutes les pages redeviennent blanche.
        Cool!
        J’ai testé avec des gribouillis sur feuilles A4. Pour voir si ça marcherait. Pis, ben oui.

  4. Infraniouzes

    Il est évident que la baisse des fournitures scolaires rendrait l’allocation de rentrée scolaire aussi incongrue qu’injuste. On pourrait même, nadir de l’horreur, envisager de recycler les livres de l’année dernière, ou d’avant, et de les faire fournir par l’école comme tout ce qui est indispensable, au lieu de faire apporter par les élèves des monceaux de tubes de colle ou des feutres pour créer une sorte de mutualisation de l’équipement de base Deux forces non tranquilles s’y opposent: les éditeurs de livres scolaires qui perdraient leur gagne-pain et l’état qui perdrait une bonne occasion de jouer à l’empereur romain en distribuant les sesterces et les talents. Effectivement la hausse des coûts aident beaucoup de gens mais pas ceux qu’il faudrait.

    1. Pythagore

      Dans mon lycée, c’était le cas: livres scolaires achetés par le lycée et loués ou prêtés aux élèves (me souviens plus). Il me semble que l’état du livre était enregistré et il y avait une pénalité si le livre était rendu dégradé.
      Recyclage, écolo et tout et tout.
      Mais bon à l’époque les programmes étaient relativement stable de sorte que les livres duraient qq années, pas sûr que ce soit tjs applicable aujourd’hui.

      1. René-Pierre Samary

        Pendant la brève période de mes « études », je crois me rappeler que les livres étaient fournis. On devait les rendre en bon état et, à cette fin, les couvrir soigneusement. Ôtez-moi d’un doute : il faudrait désormais acheter des livres chaque année ? Cela me semble incroyable !
        Je sais qu’il faut sans doute refaire les livres d’histoire chaque année, pour la remettre à jour, style Orwell. Mais les livres de géographie… la dérive des continents n’est pas si rapide ! Ou bien serait-ce les considérations sur le climat, qui évolueraient ?
        Je me perds en conjectures…
        Phiphi, seraient-ce ou serait-ce ?

        1. Calvin

          Pour avoir lu un vieux livre de geographie, d’avant 1990, où la RDA était considérée industriellement égale à la RFA, et où les bobards sur l’URSS étaient legions, oui, la géographie est elle-aussi sujette à moultes évolutions.

          1. Pheldge

            mais petit, tout le monde sait que la RFA moribonde a été sauvée par la vaillante RDA. De même que l’effondrement, la transformation dynamique de l’URSS a dopé l’économie mondiale !

                    1. Pheldge

                      allez, juste pour rigoler à peu de frais* :
                      Mode sam player on :
                      attention, tu mélanges causes et conséquences !
                      Mode sam player off

                      *c’est le sam qui régale 😀

                    2. albundy17

                      C’est parce que tu l’as interprété à ta manière, ne voyant que le PQ alors que j’évoquais une politique économique de merde…

                      :mrgreen:

        2. Val

          @René « il faudrait désormais acheter des livres chaque année  » oui c’est presque ça il faut bien ̶e̶n̶g̶r̶a̶i̶s̶s̶e̶r̶ nourrir les incapables qui pondent ces livres chaque année plus vides,colorés et chers. Et comme ils sont justement plus vides et chamarrés les parents doivent en plus acheter les autres livres, ceux qui ne sont ni vides ni imagés mais qui sont utiles . Pour les éditeurs c’est banco tous les ans … pour les parents c’est différent .

      2. hub

        la plupart du temps, oui. Les livres sont valables d’une année sur l’autre. Payés par la région, évidemment…. on les garde cinq ou six ans, en moyenne, parfois davantage dans certaines matières. Le plus con c’est quand on entend la documentaliste (qui gère ça) dire « ah ben voilà, si vous voulez un nouveau manuel, c’est maintenant, vous avez une dotation dans votre matière, pas sûr que vous l’aurez l’an prochain »… et certains profs de dire « ah oui, on va changer les manuels, ça coûte rien », sans une seconde réfléchir que c’est en provenance directe de notre poche via les impôts…

        1. Pheldge

          « de mon temps » au collège (de 71 à 75 ), livres prêtés, au lycée (–> 78 ) livres achetés, mais il y avait une bourse au livre organisée par les parents d’élève … donc on achetait puis revendait l’année suivante.

          @RPS : tu cherches le sujet « les considérations » ==> pluriel, sinon tu essaies à l’indicatif : ce sont les considérations, l’inversion sujet verbe, après, étant due à la forme interrogative 😉

          1. sam player

            Désolé de prendre le contre-pied mais :

            « Serait-ce, fût-ce, ne serait-ce que, ne fût-ce que (pour introduire un renchérissement, une précision) sont des formes figées (conjuguées à l’imparfait du subjonctif) qui restent invariables. »

            parler-francais.eklablog.com/c-est-ce-sont-a3976581

            Disclaimer :
            Bon, j’suis pas un littéraire hein…
            Désolé si j’ai mal compris et que j’ai mis la même chose que toi

            1. Pheldge

              Sam, te vexe pas, t’es pas un littéraire, y’a interrogation avec un sujet et un verbe, pas « renchérissement » !
              Mais merci quand même pour le lien, je suis un peu moins ignare depuis.

  5. Aristarkke

    Excellent, le titre de l’article ancien : la rentrée des claques. Tout H 16 s’y trouve déjà… dans l’article aussi…

  6. Bonsaï

    S’il n’y avait que ces microscopiques problèmes de support matériel… censé être le support de la culture, toute la Culture avec un grand C ! Les élèves en ont-ils seulement une vague idée ?

        1. Calvin

          En France d’aujourd’hui, ce n’est pas tout à fait ça.
          On ne dit pas que les comptes ne sont pas justes, juste qu’ils sont insincères…

          1. Jacques Huse de Royaumont

            On parle aussi de créativité comptable.

            Les comptes de l’état ne sont pas falsifiés, ils sont créatifs.

  7. Gerldam

    Effectivement, contrairement à ce qu’on lit ici ou là, l’inflation sous-jacente (hors prix du pétrole et autres babioles importées indispensdables) est quasi nulle. Passionnante discussion sur le sujet chez N. Doze ce matin.

    1. Calvin

      La plus grosse inflation est celle de l’immobilier, des taxes, des PV, etc…
      Rachida Dati lui avait donné un nom bien senti à ce type d’inflation.

    2. Calvin

      D’ailleurs, il faudrait revoir le mode de calcul de l’inflation, par exemple, en mettant la main au panier de la ménagère (de moins de trente ans).

  8. Pheldge

    « les parents réellement organisés … » aïe, je ne sais pas comment c’est en Métropole, mais chez nous, doux sauvages des isles, déjà l’espèce « les parents réellement parents », est extrêmement minoritaire, alors en plus si on en veux qui soient et parents, et organisés, c’est … difficile !
    L’ARS ? elle fait le bonheur de mon copain restaurateur, la rentrée est un bon mois pour lui !

    1. Pheldge

      non, juste que 3 gosses ==> 3 allocs quasiment 1000 €, y’a de quoi acheter les Nikes et les Lacostes, et le minimum de fournitures , vu que la maîtresse fait « une coop » dans la classe et que les riches payent ! Donc il reste pour aller au restaurant , et plusieurs fois !
      Désolé c’est la réalité. J’ai z-eu une amie, sur 600 € pour 2 gosses, elle arrivait à les équiper pour l’année en fournitures (y’a des hypers …) et à mettre de côté 300 € !

      1. Calvin

        T’ain, faut que je demande une rallonge d’argent de poche pour septembre : pas question que mes parents se fassent du pognon sur mon dos !

        :mrgreen:

      2. Jacques Huse de Royaumont

        De nos jour les coop marchent moins bien : les « riches » en ont marre de se faire racketter à chaque occasion et sont moins enclins à en rajouter.
        La solidarité forcée nuit à la vraie solidarité.

  9. MarieA

    Excellent article. J’ai lu celui du Monde également, je conseille à tous les lecteurs du blog de le lire, il vaut son pesant de cacahuètes!
    Je me rappelle avoir lu ce genre d’articles quand j’étais jeune (« les prix des fournitures baissent, snif, snif, c’est une catastrophe!!! ») et je ne comprenais pas où était l’aspect négatif dénoncé par le journaliste, finalement j’en concluais que je n’avais pas les connaissances économiques requises et je passais à autre chose. J’étais tellement naïve que je ne pouvais même pas imaginer que les journalistes pouvaient écrire des conneries volontairement. 🙂

    Dans mes souvenirs, c’est surtout la période du collège qui est la pire en terme de fournitures scolaires, chaque prof a sa « petite » liste avec des critères d’une précision délirante! J’avais un prof qui nous obligeait à venir avec 4 cahiers différents (format, nombre de pages, etc… définis par lui) en plus du manuel pour son cours : un pour les leçons, un pour les exercices, un pour le brouillon, etc… A chaque fois, qu’on oubliait un cahier, une petite croix, au bout de 3 croix, avertissement, réunion avec les parents et 1 point en moins sur la moyenne. Et malheur à celui qui n’avait pas l’intégralité de sa liste de fournitures assez rapidement au goût du professeur, humiliation publique devant la classe sur sa prétendue pauvreté et/ou idiotie. Peut-être une façon de compenser un égo défaillant.

    L’école à la française c’est la prison.

    J’ai lu le post de 2007, très drôle, mais je ne me souviens même pas de cette liste Darcos!

    1. Calvin

      « J’étais tellement naïve que je ne pouvais même pas imaginer que les journalistes pouvaient écrire des conneries volontairement.  »
      Ça a changé.
      Maintenant, ils les écrivent involontairement car ils ont zéro culture économique.

  10. Calvin

    Non à la dictature des marchés. Il n’ya plus de juste prix (surtout depuis que Risoli fait du théâtre).
    Seuls les technocrates savent ce que doit coûter un objet. Parce que.

  11. Val

    Tres amusant. je me souviens d’un échange avec une prof catho de gauche confite de « bons sentiments » . Elle se gargarisait de payer très peu cher son abonnement mobile Free. Je lui ai gentiment fait observer qu’elle contribuait ainsi au marché et à la guerre des prix, qu’Orange était obligé de licencier, d’externaliser ses centres d’appels à l’étranger (comme Free) et que donc ce n’était pas très raccord avec sa manière de voter. Elle m’a alors dit oui (miracle , le catho est quand même un brin honnête) mais qu Orange était trop cher pour elle et qu’il faudrait définir « le juste prix » pour le service. Évidemment je lui ai dit : et pour toi c’est quoi ? suivi d’un « chaipas » de sa part. Les socialistes ont le mythe du « bon/juste prix » , du « bon salaire » . Si tout le monde était payé « au bon salaire » et les choses au « juste prix » alors tout irait bien au paradis socialiste. Mais voilà dans la rude réalité le prix refuse d’être « juste » et « bon » il est toujours trop ou pas assez , Sal*peries de prix quand même !

        1. Val

          @calvin tres bien observé (qu’il est bien notre minot, j’en ai la larme à l’oeil ) . La discussion avec la prof athée aurait tourné autrement : « ben alors ? , il y a ce que je pense et ce que je fais, cela n’a aucun rapport et ne me pose aucun problème » . Avec ceux là on tire l’échelle des le départ , ça évite bien des fatigues sans compter la frustration de ne pouvoir leur envoyer une belle gauche, non droite , bon les deux finalement.

        2. Jacques Huse de Royaumont

          Athées ? Païens devrais-tu dire : ils se précipitent dans les bras de toutes les idoles idéologiques qui passent. Anti-fa, anti-raciste, écolo, vegan, anti-capitaliste, pédagogiste, égalitariste tout est bon.
          Il n’y a pas plus sous influence que ces « libres penseurs ».

      1. Bartleby

        On trouve aussi des catho de droite vous savez? Et même de droite conservatrice, mais dans ce cas ils ont le droit au glorieux titre de « facho ».

    1. Pheldge

      « miracle , le catho est quand même un brin honnête », euh Val, tu me cherches là ? 😉
      Normalement, le catho de base, il fait régulièrement un petit examen critique de ses actes et pensées, ça lui permet de s’améliorer, d’évoluer … alors que y’en a des certains (j’ai des noms 😀 )

      1. albundy17

        il fait régulièrement un petit examen critique de ses actes et pensées ça lui permet de s’améliorer, d’évoluer …

        Heu nan, le catho faisant une mauvaise action (violer une petite fille, piquer dans le tronc, enfin ce genre de babioles) y va a confesse et dors bien la nuit suivante, et peut recommencer le lendemain

        1. Pheldge

          ah, je m’attendais à ta réaction ! j’ai pourtant été prudent « Normalement, le catho de base … » après chacun est libre de suivre ou non les préceptes.

    2. Nemrod

      Oui
      Dernièrement j’échangeais vaguement…discuter ne convient pas car sinon il aurait pris le saladier dans la tronche, ce qui n’aurait pas plus a Madame, avec un gaucho faisant acte de présence au Palais de la sueur, j’ai nommé la Banque de France.
      Le gus, accroché à son statut comme la bernique au rocher me glisse incidemment qu’il était a Direct Energie car EDF est trop cher, et « qu’il n y a aucune raison de payer plus cher le même service »
      Ces gens sont excrémentiels.
      Doivent avoir des glaces en bois.

  12. Nemrod

    Cette allocation de rentrée scolaire est un scandale.
    Elle ne sert que très marginalement à équiper les gosses ; fait connu de tous sauf des journaleux et des politiques ( enfin ils les disent mais en off ces faux culs consanguins).

    Il n’y a pas un seul politocard pour revenir dessus, c’est dire le niveau de croupissement du pays.

    En quoi l’éducation de ses propres gosses devrait relever de la solidarité nationale…j’ai beau chercher, je ne vois pas.
    Je te sucrerais aussi les allocations familiales aussi, tiens !

    En laissant l’équivalent aux con…tribuables, je n’y verrai que du positif.
    En particulier de rendre le pays moins attractif pour les parasites.

    Mais je suis un facho.

    1. WorldTour73

      Surtout que les parents qui mettent leurs enfants en privé, payent deux fois l’instruction de leurs enfants.

      Tuons le mammouth!

    2. Pheldge

      tiens nemrod, j’ai pensé à toi en lisant ça, je sais que c’est un peu HS, mais si tu peux donner ton avis rapide :
      lefigaro.fr/actualite-france/2018/08/27/01016-20180827ARTFIG00009-les-chasseurs-a-l-elysee-attendent-les-arbitrages-de-macron.php

      1. Vassinhac

        L’article ne dit pas grand chose ; rien de révolutionnaire semble-t-il.
        Toutefois :
        – le permis moins cher, pourquoi pas bien sûr, mais les fédérations départementales vont se rattraper sur le prix des bracelets ou des taxes à l’hectare, car les charges en face ne diminuent pas (ni la mégalomanie de certains présidents quant à leur siège).
        – le problème de la régulation de certaines espèces est effectivement un vrai sujet, mais rien dans l’article ne laisse entrevoir de véritable changement à ce niveau-là.
        – police rurale : bullshit. L’ONCFS est déjà très peu nombreuse, donc étendre leurs prérogatives n’a de sens que si on multiplie par beaucoup leurs effectifs.
        – la gestion des dégâts de gibier est un vrai problème ; mais a-t-on une solution ? On demande aux chasseurs de payer, or plus ils payent, moins il y a de chasseurs…
        – la grâce animale permet de calmer le jeu, mais j’attends de voir la mise en pratique. Y aura-t-il un véto agréé disponible le bon jour pas trop loin pour tirer une seringue sur l’animal ? Et puis, remis dans son habitat naturel après 5 heures de chasse, je ne donne pas cher de sa peau.

        1. albundy17

          Je suis ça de très loin mais voilà: il est question de diviser par deux le prix du national, et d’augmenter le départemental.

          ça tombe bien, il y a très peu de national, les chasseurs ont parfois un métier (si si) et n’en ont rien à carrer d’aller chasser à quelques centaines de kilomètres de chez eux.

          En gros, c’est une augmentation avec une carotte pourrie

        2. WorldTour73

          Les écolos comme bayou veulent interdire la chasse. Il faudra qu’il m’explique comment il fera quand on aura plusieurs millions de sangliers.
          Je suis sur qu’il veut pas qu’on touche aux rats de Paris.

          1. Dr Slump

            Pour beaucoup de monde (on trouve pas mal de chasseurs dans le lot), la nature, c’est comme l’économie: ça doit être régulé, sinon comment ferait-elle sans nous?

            1. Vassinhac

              la nature se débrouillerait très bien sans nous, mais si on ne s’en occupe pas, c’est nous qui allons avoir des problèmes.

            2. albundy17

              Oui, il faut laisser faire, les milliers de rats se baladant dans les rues de Paris, c’est trop cool, comme tout le pognon que l’on verse aux agriculteurs dont les champs sont ravagés par les sangliers et les lapins, ou encore les millions que coûte la réfection des berges bousillées par ces adorables ragondins.

              1. Dr Slump

                Bah quoi les ragondins? Espèce introduite, c’est bon pour la bioudiversité, c’est même l’argument d’un agronome sur Ctpts
                Et pis la chasse au ragondin, ça ferait une chouette sortie pour nos écolier en classe verte! :mrgreen:

                1. Husskarl

                  J’ai connu quelqu’un qui était subventionné à planter certaines essences de bois près des rivières. Une association était aussi subventionnée juste à côté pour relâcher…des castors.

            3. Nemrod

              C’est quoi la nature ?

              La nature originelle c’est la forêt primaire, des déserts, des toundras, deux ou trois prairies naturelles ou les super prédateurs sont à l’affût…
              Oui vous avez raison, cette nature là s’est débrouillée sans nous et pour cause, elle est largement invivable pour l’homme qui y est une espèce au statut précaire parmi les autres.
              On peut y revenir.

              Moi je n’y suis pas prêt…bien que beaucoup plus que 99 pour cent de mes contemporains.

              1. Dr Slump

                Ce ce que je dis aux écolos, test tout simple: allez donc dormir dehors à la belle, pas en camping hein, pas de tente, faites vous un café au petit matin, avec votre feu, allez vous laver dans le ruisseau, revenez m’en parler après, de la nature!

                1. Husskarl

                  Il manque quelques espèces tant regrettées par nos écolos, il faut donc faire cela… mais en Amazonie où la nature est bien plus proche de ce qu’elle était. Du coup, y’aura pas de lendemain à priori.

                  1. Nemrod

                    bof pas besoin.
                    95 pour cent de la population crèvera de faim, de froid et de stress en 3 semaines si on les lâche avec leur bite et un couteau en forêt de Fontainebleau.
                    Dans les 5 pour cent de survivants 4 /5èmes survivrons au dépend de ceux précités et pourrons faire souche.

                    1. Vassinhac

                      certes, mais on ne conservera pas forcément les plus fins et les plus intelligents, et on risque d’avoir beaucoup de brutes, pas bon pour la suite.

        3. Vassinhac

          pour l’histoire du véto agréé, j’imagine bien un cerf défoncer un jardin (ou pire, l’intérieur d’un bâtiment) pendant deux heures, le temps que le véto arrive, le tout sous les yeux du propriétaire de lieu… qui finira par supplier le piqueux de tirer une balle pour arrêter le massacre.

        4. Nemrod

          Bon…
          Déjà je me méfie de cette clique qui veut mon bien sachant qu’ils sont intéressé par mes biens.

          Pour ce qui est de la fameuse diminution du permis, cela a été dit, elle va se traduire par une hausse pour la majorité des pratiquants…ça part mal.

          Police rurale…pas de sous donc bullshit

          Grâce animale: gadget marginal

          Régulation des espèces : en fait on ne parle que du sanglier et un peu du cerf.
          Il faut savoir que pour pour le secteur agricole le nombre de sangliers supportables est égal à zéro ; idem pour les cerfs et les forestiers.

          En raison gardant, le phénomène est complexe et est surtout lié aux nouvelles pratiques agricoles qui sont profitables aux sangliers par la fin des disettes, l’irrigation, la fréquentation débridée des forêts qui déplace les animaux au calme c’est à dire au milieu des récoltes.

          Enfin les moyens de régulation existent mais sont interdits aux chasseurs : par exemple le tir de nuit qui existe ailleurs en Europe.
          Vous me donnez le droit de tirer la nuit et je vais augmenter mon prélèvement, par exemple en ce moment ou les sangliers viennent au Maïs à minuit et repartent aux fourrés à 4 heures du matin.
          De 6 h à 22 h on à juste le loisir de se faire engueuler par le paysan.

          1. P&C

            Questions :
            – pourquoi les cerfs gênent les forestiers (à priori, les cerfs ne mangent pas les arbres) ?
            – pourquoi les sangliers gênent les agriculteurs ? (ok, ils dévastent tout, mais ils retournent le sol, ajoutent du fertilisant… et il suffit d’un tas de fumier savamment placé pour fixer leur attention).

            Pourtant, la présence de ces animaux ne date pas d’hier…

            1. Husskarl

              Embryons de réponses:

              – Ils se frottent aux arbres et les abîment, ils tuent également les jeunes pousses ainsi.
              – Pas vraiment que ça à faire d’inventer des attire-sangliers incertains je suppose ? « ils dévastent tout » résume parfaitement le problème.

              1. Dr Slump

                Oui: ils frottent leurs andouillers contre le tronc des arbres pour en enlever le velours, et ça abime l’écorce des arbres. Et ils bouffent les jeunes pousses. Ca pose surtout un problème aux propriétaires pour l’exploitation du bois, qui ne pensent que rendement le plus rapide possible.
                Sans quoi la forêt a toujours survécu aux cerfs, aux sangliers, au dahu, mais moins à l’homme, parce qu’il a bien fallu qu’on se chauffe, qu’on s’abrite, qu’on dégage de la surface pour les cultures céréalières, qu’on étaye les galeries de mines,etc.

                1. Vassinhac

                  c’est ça : consommation des jeunes pousses et écorçage des arbres jusque 10-15 cm de diamètre, soit protection à mettre en place pendant 15 à 30 ans selon les espèces. Le coût en est extrêmement élevé.

                  Quand aux forestiers qui veulent du rendement le plus vite possible, je ne connais pas beaucoup d’autres industries où on accepte un cash-flow qui commence à être positif après 30 ans seulement. Et les dégâts de cerfs dans certaines régions sont tels qu’il ne s’agit pas seulement de temps perdu, mais de plantation à refaire entièrement, en espérant que ça ne recommence pas.

                  Le coût de la protection contre les cerfs sur une plantation est acceptable quand vous protégez une très grande surface assez compacte (>20 ha voire plus) pour optimiser le rapport surface / périmètre, ce qui ne va pas dans le sens de la préconisation des coupes rases sur des petites surfaces.

                  1. Dr Slump

                    S’ils veulent un rendement rapide il faut changer de secteur, dans la restauration par exemple.
                    Le problème des propriétaires de surfaces boisées est qu’ils veulent un rendement quasi-industriel avec des forêts qui implique des projections forcément plus longues, et qu’ils reboisent massivement avec des résineux, qui acidifient les sols et les cours d’eau. Les coupes rases sont un mode d’exploitation contre-productif, qui annihile la performance des sols (réseaux sous-terrains des racines, mycélium, micro-organismes, et tous les échanges qui soutiennent la production et la santé des espèces), la coupe sélective s’avère permettre de meilleurs rendements sur le long terme, les allemands l’ont compris avant nous. Ces coupes rases sont une idiotie, à l’exception peut-être de cas comme les Landes, malgré ses inconvénients.

                    1. Vassinhac

                      c’est bien ce que je vous dis, les propriétaires forestiers ne le seraient pas s’ils cherchaient un rendement rapide…

                      pour ce qui est des coupes rases ou des futaies irrégulières, c’est un autre débat. Mon point de vue est que le propriétaire fait bien ce qu’il veut, si c’est une idiotie tant pis pour lui.

                      Mais en ce qui concerne les dégâts de cerfs, puisque c’est la question à la base, le problème est encore pire avec une forêt irrégulière puisque vous n’avez alors aucune régénération sur l’ensemble de la forêt, cela tient 15, 20, 30 ans peut-être mais après on commence à voir que la forêt n’est pas renouvelée et qu’il manque des arbres… et donc la présence de gibier favorise précisément ce que vous considérez comme une idiotie.

                      Ou alors il faut interdire les cerfs dans toute la forêt (par une grande clôture bien entretenue), mais alors on arrive au contraire de ce que vous disiez, à savoir que le cerf n’est pas un problème dans la forêt.

                    2. Vassinhac

                      et j’ajoute que les dégâts de cerfs n’ont rien à voir avec le côté prétendument industriel ou les résineux. Je connais des endroits où les parcelles de chênes « bien de chez nous » ne se régénèrent pas, et ce très manifestement à cause des cerfs.

                    3. albundy17

                      « à l’exception peut-être de cas comme les Landes, malgré ses inconvénients. »

                      ben ça fait plus de 250 ans que ça à l’air de marcher, et avant il n’y avait que marécages et moutons.

                      Tu parles des exploitants forestiers qui devraient changer de secteur, c’est croquignolesque, n’est ce pas….

                      La coupe sélective, c’est supair quand tu as besoin d’un type d’essence, ou d’une forme particulière, mais ce n’est jamais rentable.

                    4. Dr Slump

                      @Vassinhac
                      J’ignorais que les dégâts causés par les cerfs prenaient ces proportions, j’apprends quelque chose.

                      @albundy
                      Dans les Landes il y avait 200000 ha de forêts naturelle (youpi!) avant les paysans et les plantations.
                      Pour ce que j’appelais improprement la « coupe sélective », cela ne consiste pas à sélectionner des essences, c’est une coupe de récolte et de régénération, où l’on sélectionne les troncs qui vont être abattus plutôt que tout couper ras. La coupe raisonnée se pratique en France, et permet de meilleurs rendements.

                      actu-environnement.com/ae/news/jean-luc-peyron-gip-ecofor-arbre-sylviculture-perception-peter-wohlleben-29566.php4

                      Je suis comme Idéfix, quand on rase un bout de forêt, je suis triste 😥

                    5. albundy17

                      Mais maintenant, il y a des arbres, et 200.000 hectares, c’est pas grand chose en regard des 64 millions de l’hexagone.

                      Ils font de la coupe sélective ds les landes, quand c’est à maturité d’exploitation, comme ds les champignonnières, à moins que tu préfères les champignons de Paris tout noir ? :mrgreen:

                      A ce propos, si vous tombez sur des champignons de Paris cultivés à Pons (17 :roll:) sont délicieux et de taille à les farcir

            2. Nemrod

              Si les cerfs mangent les arbres, surtout quand ils poussent…un arbre fait pas 30 mètres tout de suite, hein !

              Ca s’appelle de l’abroutissement.

              Pour les sangliers, les centaines de milliers d’ha de maïs datent de pas longtemps.
              La déprise agricole , la fermeture du milieu non plus pas plus que la désertification des campagnes.

              Pour ce qui est de fixer leur attention avec un tas de fumier…vous n’y connaissez visiblement absolument rien.

              1. P&C

                Je ne connais rien en dissuasion des incursions de sangliers. Feu mon grand père était resté à la solution chiens+cloture+C12.
                Merci pour ces précisions concernant les cerfs.

                1. Nemrod

                  Ca marche mieux que le tas de fumier mais ça suppose une surveillance régulière et une surface pas trop grande.
                  Et il faut bien comprendre que l’animal est nocturne le plus souvent.
                  Le chien et le calibre 12 sont dans ce cas inopérants.

                  1. albundy17

                    « et il suffit d’un tas de fumier savamment placé pour fixer leur attention). »

                    Pis de toute façon, on ne dépose pas du fumier là ou on veut, il y a des règles sanitaires strictes (terminé les épandages, c’est dangereux)

                    Du coup on les a tous mis au gouvernement

          2. Aristarkke

            « par exemple en ce moment ou les sangliers viennent au Maïs à minuit et repartent aux fourrés à 4 heures du matin. »
            On ne croirait pas que ces bestiaux à l’air frustre (suis plutôt citadin et ne connaît rien à ces gibiers) aient leurs petites habitudes bien bordées quant aux horaires…

            1. albundy17

              Tout les animaux ont des horaires ari (à lire vite ^^)

              regarde nous !

              C’est également ce qui piège les taupes quand je leur colle un coup de 14, suffit de se présenter 5 minutes avant et attendre que ça bouge

                    1. Pheldge

                      ton commentaire sur les levés nocturnes du Papet, avaient pourtant un parfum de vécu … faut pas avoir honte 😉

            2. Val

              @Harry « ces bestiaux à l’air frustre etc » je pense que les sangliers et les cerfs en disent autant de nous Lol question de point de vue :mrgreen:

              1. Vassinhac

                En effet !
                De façon générale, les chasseurs (notammment à courre) savent bien que les grands animaux sont malins, tout particulièrement les vieux sangliers et les vieux cerfs.

    3. MCA

      @Nemrod 27 août 2018, 15 h 19 min

      « En quoi l’éducation de ses propres gosses devrait relever de la solidarité nationale…j’ai beau chercher, je ne vois pas. »

      Il faudrait plutôt parler d’instruction et non pas d’éducation.

      Ca relève d’une idéologie qui dit que chaque français est un bien national et en tant que tel doit être pris en charge, du moins en partie, par la collectivité en faisant le pari qu’un jour il y aura un retour sur investissement au bénéfice de cette collectivité .

      Il y a des cas où on peut se poser la question de la pertinence de l’investissement, suivez mon regard… dans d’autres cas ça peut se défendre.

  13. Raoul Kermes

    (

    Pour le boss : pour éviter les liens qui débordent dans les commentaires ajouter une ligne au fichier hashtable.css

    .comment-content a{word-break: break-all !important}

    )

  14. Pheldge

    Bon pour les ceusses qui z-auraient pas eu connaissance, Hulot se barre !
    lepoint.fr/politique/nicolas-hulot-ministre-de-la-transition-ecologique-quitte-le-gouvernement-28-08-2018-2246253_20.php

      1. Citoyen

        Ha ha ! Un nuisible de moins !…. C’est toujours ça de pris … Le problème, c’est qu’il en reste encore beaucoup pour nuire ….

        1. Duff

          Je propose un combo magique pour le remplacer.

          Fusionner son ministère avec celui de Marlène et la laisser faire des taxes et des interdictions solidaires et écoresponsables

        2. Vassinhac

          il est probable qu’il soit remplacé par un pur politique, qui lui va savoir comment faire passer des trucs (=docteur ès lubrifiants), ce qui sera pire qu’aujourd’hui (mais on le sentira moins passer).

      1. taisson

        Bonne nouvelle… Ça fait plaisir, bien sur, mais attendons un peu qui va le remplacer.
        Il en à des wagons de bien pires qui grattent à la porte !
        Voyons un peu quelle nouvelle ânerie pondront ils pour redorer l’image de Micron dans la nébuleuse éco-socio-fachos qui dicte nos modes de vie…
        Et quelle est l’entourloupe pour les chasseurs ?
        Qui y à t’il derrière le soit disant « cadeau » monté en épingle par toute la presse, et annoncé avec le ton réprobateur par tous les « VIP » commentateurs ?
        Nous ne nous en apercevrons surement lors de l’application des nouveaux textes!

        1. Nemrod

          L’entourloupe est l’augmentation de la ponction et la mise sur pied d’une remise à niveau périodique qui érodera un peu plus les effectifs.

          Business as usual…augmenter le périmètre de l’Etat, toujours, en toutes occasions pour augmenter les motifs à prébendes et sinécures pour les oints du seigneur.

          Il faut toujours avoir à l’esprit que cette caste ne fait pas les choses dans notre intérêt, c’est une boussole infaillible.

            1. Nemrod

              On a vu arriver des trucs beaucoup plus cons.
              Il n’est pas impossible que ça arrive.

              Le tout est de trouver l’angle d’attaque et d’ensuite de lâcher les propagandistes appointés sur le coup, a savoir les journaleux.

              Je propose un mix entre l’entretien des trottoirs et la sécurité.
              Une mise en avant de l’écologie serais décisive mais là je vois pas.
              Une idée ?
              Je transmettrais à Bercy.

              1. Higgins

                « Le tout est de trouver l’angle d’attaque et d’ensuite de lâcher les propagandistes appointés sur le coup, à savoir les journaleux. »: https:/ /www.contrepoints.org/2018/08/28/323532-tous-nudges

              2. albundy17

                Les pompes en plastoc avec gel amortisseur pétrolier sous traitées au bing la desh par des usines chinoises tournant au charbon ?

                Mais les journalopes ne sont pas assez cons pour se tirer une balle ds le pied de joggeur invertébré.

                Faut aller sur le terrain de la sécutité, ou du coût à la collectivité, les opérations des genoux explosent depuis cette mode à la con, des très jeunes !

              3. Jacques Huse de Royaumont

                En courant les joggeurs respirent plus, donc plus de CO2 émis. Pan, taxe carbone.
                De plus, ils brûlent plus de calories, donc vont manger en conséquence, donc plus de logistique pour leur fournir le nécessaire. Pan, re-taxe carbone.
                Par ailleurs ils usent beaucoup plus les chemins qu’ils empruntent. Donc taxe.

                  1. albundy17

                    M’est avis qu’il faudrait les pucer, taxe au km de bitume esquinté de leurs pas et crachats.

                    Les cyclistes aussi, ceux ci s’évertuant a user des départementales voire nationales, le tout sans gyrophares

      2. Jacques Huse de Royaumont

        Bonne nouvelle ? A voir.
        Le Bhulot avait gobé toutes les couleuvres qu’on lui avait servi. A l’usage, il s’était révélé relativement inoffensif. Le suivant pourra se révéler largement aussi con, mais beaucoup plus pugnace. On aura perdu au change.
        Cela dit, voir tous mes collèges bobos la larmichette au coin de l’œil est un spectacle réjouissant dont on lui est finalement redevable.

            1. albundy17

              Et pHeldge, le hulot, tu l’as trouvé pas docile ^^

              même le glipho, il a reculé, alors que t’as toute la presse mondiale qui le soutenait ^^ Un bel exemple de couilles au cul 😀

      1. MCA

        Ne rigole pas,ce sont les portugais (ou espagnols, je ne me souviens plus) qui ont modulé la taxe sur les bien immobiliers en fonction du panorama vu du balcon et notamment de l’ensoleillement.

        Chez eux aussi il y a de l’imagination au pouvoir.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          C’est pour les retraités français : s’il ne se sentent pas dépouillés par l’Etat, ça va trop les dépayser. S’il n’y a pas de taxe, ils vont se demander où est le piège. Une taxe idiote, ça les rassure, on rentre dans un cadre familier.

          1. albundy17

            « houlaaaa !….se sont… »

            nan, la première version à mi-apéro est la bonne ^^

            Et ce sont les espagnols qui auraient implanté cette nouvelle taxe, j’ignore si elle est vraiment en application, z’attendent peut être le catalan blancos pour se lâcher.

            1. Aristarkke

              Au Portugal, il me semble que la taxe d’ensoleillement et de vue panoramique ne concerne que les biens > prix minimal normalement largement au-dessus du prix du bien du lusitanien lambda… Malin de cibler les « riches » étrangers…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.