[Redite] Harcèlement de rue : la lutte paradoxale

Billet initialement paru le 25.09.2017

Il y a un an, le gouvernement, au travers de son faire-valoir féministe, se lançait dans des gesticulations amusantes visant à faire disparaître le harcèlement de rue. Depuis, les lois, décrets et affaires s’empilent, mais rien n’indique que la tendance s’inverse. Il faut dire que les solutions préconisées semblent tendrement décalées avec une réalité particulièrement peu pliable aux fantasmes des âpres lutteurs anti-tout…

Vendredi dernier, c’était sortie découverte pour certains factotums du gouvernement Philippe. C’est ainsi que Marlène Schiappa, l’alibi féministe du président Macron, s’est rendue à Bordeaux pour discuter de l’importance du vélo pour les femmes (ne riez pas, c’est vrai) et, incidemment, du harcèlement de rue (avec ou sans vélo).

Dans cette lutte qu’elle entend mener contre les comportements particulièrement pénibles de certains individus à l’encontre des femmes qu’ils croisent, elle rejoint le constat déjà posé en mai dernier alors que, Porte de la Chapelle à Paris, des habitantes du lieu l’avaient interpellée pour qu’elle soit sensibilisée au problème.

S’en était suivi une intéressante polémique pour savoir si ce harcèlement, dénoncé par les habitantes concernées, existait bien ou s’il ne s’agissait pas, en réalité, d’un simple problème d’agencement urbain – les trottoirs ne seraient-ils pas trop étroits, par hasard ? – ou, plus fondamentalement, le fait que les villes soient essentiellement machistes ?

Bref, on le comprend : tant à Paris qu’à Bordeaux et, certainement, en plein d’autres endroits en République du Bisounoursland, le harcèlement est devenu une sorte de sous-culture machiste ancrée dans nos vilaines habitudes qu’il convient de combattre hardiment. Si on nettoie les notules médiatiques de leurs scories imbéciles visant à transformer un problème connu de police et de justice en trampoline légal pour les idioties constructivistes et les âneries turbo-féministes, il reste un réel problème de harcèlement que le citoyen ne peut que vouloir voir réglé rapidement. Oui, le harcèlement ne devrait pas exister et oui, tenter d’y remédier est effectivement nécessaire.

La méthode, cependant, importe.

En Socialie, les Bisounours du Camp du Bien choisissent toujours d’y réfléchir à trois fois avant de faire quelque chose de concret et finissent généralement par abandonner en rase campagne en reprenant des chocopops. Pour cela, ils commencent généralement par lancer un projet de loi, un comité d’étude et de réflexion ou un groupe de travail, solution d’ores et déjà préconisée par Marlène et son Camp du Bien qui le mettra en place afin que des experts et des expertes se réunissent pour en papoter à l’occasion d’un goûter ou deux (chocopops à volonté – ce n’est pas cher, c’est l’État qui régale).

Malheureusement, le Camp du Bien, c’est aussi (et même surtout) des thèmes différents, contrastés et tous aussi gluants de moraline les uns que les autres. Dès que l’un d’eux s’approche de l’autre, pouf, il y a réaction et tout devient collant, pâteux et rapidement inextricable. Pour camoufler le résultat souvent désastreux, on parle alors non pas de gloubiboulga intellectuel, mais d’intersectionnalité des luttes et autres fadaises rigolotes.

C’est probablement dans cette convergence intersectionnelle des luttes anti-discriminatoires pro-inclusion que s’inscrivent différentes militantes anti-harcèlement de rue, avec cependant un souci de taille : la réalité est tout d’un coup plus complexe que prévue et refuse de se débarrasser de quelques aspérités bien enquiquinantes lorsqu’on refuse de discriminer, de stigmatiser et qu’on veut malgré tout éliminer et interdire (ici, le harcèlement).

Comme l’explique de façon forcément emberlificotée cet article de L’Obs, la cruelle réalité est que s’attaquer au harcèlement de rue, ce n’est pas simple et surtout, cela risque de stigmatiser des individus.

En effet, les individus qui harcèlent ne sont pas tous des blancs cis de la classe moyenne aisée, loin s’en faut, mais de façon nettement plus prédominante – et au moins dans les cas les plus médiatiques – des individus pas franchement blancs, pas de la classe ni aisée ni moyenne et s’ils sont trans, c’est plutôt « -phobe » que « -genre ».

Pour nos militantes intersectionnelles inclusives transphiles, le problème se transforme en véritable nœud gordien : d’un côté, le harcèlement (au travail, sexuel, ou dans la rue) est clairement un problème dont il faut venir à bout, et ce, quand bien même cette lutte serait portée par les plus grotesques des harpies féministolâtres ; de l’autre, le Camp du Bien a déjà pondu un petit catéchisme précis et pointilleux sur ceux qu’il ne faut pas surtout stigmatiser ni discriminer et malheureusement, il semble bien que beaucoup de harceleurs entrent dans cette catégorie :

« Le risque, c’est que ce soient toujours des hommes non blancs qui soient stigmatisés… »

Argh. Et zut.

Autrement dit, le harcèlement de rue serait assez facile à museler si c’était plutôt des petits bourgeois blancs qui le pratiquaient. Manque de bol, la pratique est bien plus vaste. Sapristi.

Le problème de ces ultraféministes turbojusticières n’est malheureusement pas la première fois où le Camp du Bien se prend le pied dans ses multiples tapis idéologiques. Ici, le féminisme est progressivement passé de la recherche de l’égalité à l’égalitarisme ; il exige assez normalement que soit mis fin aux harcèlements dont il sera très complexe de définir les contours tout en tenant compte de l’absolue nécessité de ne surtout pas discriminer et encore moins stigmatiser.

Évidemment, cela pose problème.

Tout comme en pose généralement l’accumulation de luttes et de combats parfois paradoxaux : on doit combattre les inégalités et il ne faut surtout pas discriminer mais, dans le même temps, on essaiera de faire comprendre que les différences (mères des inégalités et des discriminations) nous enrichissent. De la même façon, une femme doit être fière de son corps et ne pas hésiter à le montrer, mais tout en tenant compte du fait qu’exposer le corps d’une femme est sexiste. Dès lors, toute représentation d’une super-héroïne ouvrira alors les vannes à un déluge de commentaires contradictoires (Wonder Woman, symbole sexiste ou héroïne féministe ?). Vous me suivez encore ? C’est que je n’ai pas été assez inclusivo-intersectionnel, manifestement.

Enfin, notez bien que les races n’existent pas mais on cherchera à ne pas stigmatiser les « non-Blancs » et on considérera les Blancs comme abominablement privilégiés ce qui est gênant puisqu’ils n’existent pas, je vous le rappelle. Incompréhensible.

Par définition, l’Humanité étant pleine d’individus tous différents, on va donc accumuler les différences et les opportunités de discriminations ce qui ne fait qu’intensifier les comportements antagonistes.

À la fin, il ne restera qu’une lutte permanente et systématique contre tout et son contraire, sans qu’il soit possible de rien faire de concret. À condition de tortiller suffisamment les faits, il n’est aucune réalité qui ne puisse s’analyser, se dénoncer comme inégalité insupportable puis se plier aux fantasmes collectivistes les plus invraisemblables.

Dès lors, la distribution de chocopops reprendra de plus belle.

Commentaires24

  1. Bonsaï

    Trop facile, la position qui consiste à ménager la chèvre et le chou !
    Une éducation structurée est comme une colonne vertébrale. Ou encore un gouvernail qui permet de vivre en société de manière relativement équilibrée.
    Or, l’excès de laxisme n’est bien souvent que du laisser-aller désinvolte ou pire, de l’inculture totale…

      1. Calvin

        Si j’ai bien compris ce que veut dire Bonsaï :

        Face à de gros problèmes liés à l’abandon de l’éducation familiale, le gouvernement et les médias ont choisi une voie qui vitupére sans juger, qui met en place des choses pour agir.

          1. Vassinhac

            Ou de l’Ed nat ??
            Horreur, malheur…

            On commencera à avoir des Free schools avec dotation publique dans 50 ans, après la chute du mur (Maginot)…

            Le plus terrifiant est qu’en discutant avec des gens intelligents, la perspective de ne pas avoir le même programme scolaire au même âge pour tout le monde les terrifie… comme si aujourd’hui le fait d’avoir édicté des programmes faisait que tous les élèves absorbent la même chose et à la même vitesse !

            1. Vassinhac

              Le hors contrat actuel, bien sûr, ne pouvant rester que marginal (même en croissance forte) car le prix est exorbitant pour la plupart des parents.

              Surtout qu’à mesure de leur succès, le fait d’avoir transformé le régime de déclaration en régime d’autorisation permet aux autorités de mettre sérieusement les bâtons dans les roues des ouvertures : qui est capable de donner une liste de profs pour une nouvelle école 6 mois à l’avance, surtout quand l’autorisation est encore plus qu’incertaine ?

    1. Aristarkke

      « Autrement dit, le harcèlement de rue serait assez facile à museler si c’était plutôt des petits bourgeois blancs qui le pratiquaient. Manque de bol, la pratique est bien plus vaste. »
      Pratique bien plus vaste et surtout très déséquilibrée, étant surtout assurée par du mâle importé de fraîche date ou plus anciennement de contrées exotiques… Surtout que « personne ne lui a dit qu’on ne pouvait pas le faire » …

  2. Dr Slump

    Marlène Schiatique: « Comment différencier, le jeu de séduction, d’une agression, d’un harcèlement ? La loi doit apporter une réponse »

    Pour ces hurluberlus, faire des lois est comme un pouvoir créateur divin, qui leur permet de transformer la réalité à l’image de leurs désirs. Sérieusement, les hippies sous champi des années 60 n’étaient pas aussi complètement hallucinés qu’eux.

    1. MarieA

      « « Comment différencier, le jeu de séduction, d’une agression, d’un harcèlement ? La loi doit apporter une réponse » »

      C’est terrifiant et comique à la fois. Le pire c’est que tout le monde a intégré cet état d’esprit : il faut une loi pour tout, nous ne pouvons pas vivre sans loi.
      Et puis on fait une loi pour chaque type de lieu : sur le lieu de travail, dans la rue, etc… C’est l’inflation des règlementations.
      J’ai hâte de lire les récits des premiers procès quand Madame dénoncera du harcèlement de rue et Monsieur un jeu de séduction… Enfin, tout est bon pour se servir dans les poches des pauvres français!
      Dans les situations paradoxales et amusantes rapportées par H16, on pourra bientôt ajouter la femme traînée au tribunal par Monsieur pour harcèlement de rue : sera-t-elle condamnée? Plaidera-t-elle le jeu de séduction? Si elle était condamnée, est-ce que cela ne constituerait pas une attaque contre le female empowerment, et finalement du sexisme de la part de la Justice?

  3. René-Pierre Samary

    Pas vraiment HS, puisqu’on y parle aussi de femmes, le sujet sur lequel je me plais à m’étendre…
    C’est dimanche, et c’est le jour de votre feuilleton. À ne pas rater, c’est le dernier épisode !
    On y apprend que Frédéric a repris sa route solitaire vers le Guatemala, où l’attend son destin. Mais pourquoi ce titre, associant une fille et le Mont des Oliviers ? Pourquoi Frédéric a-t-il eu l’impression de communiquer avec le royaume des morts, têtes sans force* ? Combien coûte la bière Gallo à l’Abarroteria Ingrid ? Pourquoi pense-t-il au film “La Strada” ? De quelle manière les guatémaltèques améliorent-ils la sécurité routière ? Comment Frédéric est-il amené à faire acte de contrition ?
    Et enfin, que se passe-t-il après le mot “fin” ?

    * Expression tirée d’Ulysse, d’Homère. Ces dernières pages comprennent d’autres citations ou allusions. Cioran (“une idiotie songeuse”) ; Brassens (“son ultime érection”) ; Vilfredo Pareto (Les bestiaux qui n’ont pas voté pour le boucher qui allait les égorger, ni pour le bourgeois qui les mangerait…”)

  4. René-Pierre Samary

    Dans le parler du Camp du Bien, on ne parle plus de non-blancs, mais de gens se ressentant comme non-blancs.
    Pour les Blancs ordinaires, il devient difficile de s’identifier ; je me ressens non-noir, non-asiatique, non arabe, non-juif… Au fond, je ne dois être rien.

    1. Vassinhac

      Je suis certain que certains blancs peuvent s’identifier comme non-blancs… le blanc devenant une catégorie post-raciale, imaginaire, porteuse de toutes les tares…

  5. theo31

    Si son gosse meurt, Schiappa n’appelle pas les secours mais un taxi. Si si.

    Les grosses connes osent tout. C’est à ça qu’on les reconnaît. Schiappa est classée cinq étoiles au bullshit detector.

  6. Aristarkke

    « le problème se transforme en véritable nœud gordien :  »

    que certaines trancheraient bien volontiers, vu leurs éructations… 😕

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.