[Redite] Licornes et leprechauns : Pénicaud et Schiappa à l’assaut de l’écart salarial hommes-femmes

Article initialement paru le 22.01.2018

Il y a un an, le gouvernement avait encore, croyait-il, de solide marges de manoeuvres : les ponctions pouvaient aller bon train, les dépenses publiques pouvaient continuer d’augmenter tranquillement. Tout au plus fallait-il, pour occuper le peuple et s’en assurer l’assentiment sinon vocal au moins passif, lui occuper l’esprit avec ces hochets sociétaux qui sont devenus, au cours des 40 dernières années, la marque de fabrique à la fois du progressisme et d’un État en quasi-faillite, infoutu de faire autre chose que des bricolages marginaux qui s’imposent aux autres et ne lui coûtent rien ou presque.

Depuis, l’année 2018 est passée et avec elle, les belles idées de nos ministricules de lancer l’un ou l’autre chantier d’apparat, l’une ou l’autre Commission Bidule pour lutter contre l’une de ces misères sociales dont l’écrasante majorité du peuple se fout en réalité éperdument. À présent, c’est du sérieux ! Fini ces vaporeuses idées, place au Grand Débat National, scrogneugneu !

Comment tenir occupé un pays de 65 millions d’individus dont le taux de chômage augmente ?

Une première solution consiste à vendre du vent ; cela marche plutôt bien : regardez, des éoliennes poussent partout, et Macron est même devenu président avec ce produit miracle !

Pour continuer la distribution de cadeaux sociaux et permettre que l’argent des riches (de moins en moins riches car de moins en moins nombreux) continue d’aller dans la poche des pauvres (de plus en plus pauvres car de plus en plus nombreux), on peut aussi continuer le bombardement d’impôts.

Là encore, force est de constater qu’Emmanuel Macron persiste avec brio dans la voie empruntée par ses prédécesseurs : en créant pas moins de huit nouvelles ponctions sur le cheptel français, il montre ici sa maîtrise et son attachement à la vraie et seule production artisanale française reconnue réellement partout dans le monde, celle de taxes innovantes, d’impôts précurseurs et de ponctions inspirantes qui se nichent à des endroits toujours plus malins.

Une autre façon d’amuser la galerie d’occuper une population dont l’avenir semble chaque jour plus incertain, c’est bien évidemment de l’occuper à des questions sociétales sinon triviales du moins périphériques à leurs principaux problèmes.

Alors que le pays semble assez clairement se débattre dans un marécage administratif tous les jours plus gluant, qu’il doit faire face à des défis techniques, technologiques, économiques, scientifiques et éducatifs de plus en plus importants, qu’il est en proie aux doutes les plus prégnants concernant ses propres valeurs, le gouvernement a choisi de faire porter une partie de ses efforts sur… l’égalité salariale entre les femmes et les hommes.

C’est ainsi que Muriel Pénicaud, l’actuelle ministre du Travail, veut agir pour faire disparaître le fameux écart de salaire de 9% entre femmes et hommes à postes équivalents, qui persiste malgré l’égalité pourtant constitutionnellement reconnue dans la loi. C’est sans doute pour cela qu’elle s’est adjoint les indispensables services de Marlène Schiappa qui va certainement pouvoir frétiller sur ce nouveau créneau comme elle nous y a déjà habitué.

L’idée est fort simple, finalement : comprenant malgré tout qu’une loi ne règle pas tout, nos deux responsables gouvernementales vont lancer un chantier consistant à perfectionner les bidulotrons indicateurs permettant de comparer la situation des hommes et des femmes dans les entreprises. À la suite des écarts évidemment constatés, la ministre proposera des dépliants en quadrichromie et papier glacé avec de vrais « programmes de rattrapage salarial étalés sur plusieurs années » et, certainement, des t-shirts et des porte-clefs pour ceux qui auront réussi à redresser la barre.

Il fallait bien ça : tout le monde sait que les hommes sont mieux payés que les femmes, et tout le monde sait ou, à tout le moins, suppute assez fortement, que l’écart s’explique par (au choix, panachage possible) le machisme des patrons, les habitudes culturelles défavorables aux femmes ou la société occidentale à l’oppression patriarcale permanente (ou presque).

Que voulez-vous ! La réalité statistique n’intéresse réellement personne, d’autant qu’électoralement, elle ne vend pas du rêve puisque, lorsqu’on épluche effectivement les études qui ont été réalisées dans le domaine (ce que font cet article-ci et celui-là), l’écart en question est surtout un artéfact : s’il existe bel et bien, il ne s’explique pas par une quelconque discrimination sexuelle, mais bien par des différences objectives : temps de travail plus faible pour les femmes, parcours de carrière différent, domaines choisis moins rémunérateurs, sélections privilégiée des secteurs aux contraintes sociales moins fortes ou avec moins de prises de risques qui entraînent aussi des salaires plus faibles, etc.

Du reste, l’argument économique le plus simple est surtout le meilleur : si les femmes touchent systématiquement moins que les hommes à travail égal, pourquoi diable les patrons continuent-ils d’employer des hommes, plus cher de 20 à 30% ? Les employeurs seraient donc assez malins pour discriminer activement les femmes et les empêcher d’accéder aux postes mieux rémunérés, mais trop sots pour le faire avec les hommes. Sauf à rentrer dans le mécanisme intellectuel douteux du complot mondial, un tel comportement semble assez mal passer le rasoir d’Occam.

Mais ces considérations logiques, économiques et statistiques n’ont en réalité aucun intérêt.

Comme on l’a compris, il ne s’agit pas ici de résoudre un problème réel, objectif et prégnant dont la population serait victime et que tout le monde s’accorderait à trouver insupportable. Non, ici, il s’agit de trouver une distraction intellectuelle à une administration (celle de Schiappa, de Pénicaud, ou les deux), de fournir aux journalistes quelques éléments de langage qu’ils pourront resservir plus tard dans le cadre d’une grande fresque sur le vrai combat féministe et/ou égalitariste du président Macron, et un magnifique jeton de présence du gouvernement pour les ligues de vertu dont le pays s’est rapidement alourdi ces dernières décennies.

En somme, si la mode avait été à la chasse aux Schtroumpfs, nos ministres auraient décrété trop élevé le taux de Schtroumpfs dans nos campagnes et un nouveau plan de lutte contre les Schtroumpfs aurait été lancé. Ensuite de quoi, une fois ceux-ci disparus ou réduits à leur portion congrue, on se serait rendu compte que a/ les problèmes réels (économiques, techniques, sociaux, éducatifs) n’ont absolument pas disparu (méchants Schtroumpfs  !), b/ la chasse aux Schtroumpfs aura créé ou nourri un climat délétère dans le pays (qui abrite les Schtroumpfs ? À qui doit-on dénoncer ceux qui les laissent vivre ou n’en ont rien à carrer ?) et surtout c/ en éliminant les Schtroumpfs, on aura créé tout un monde de nouveaux casse-têtes que seul le gouvernement se proposera de résoudre…

Oui, décidément, pour tenir occupé un pays de 65 millions d’individus dont le taux de chômage augmente, dont l’économie continue de se dégrader, dont le tissus social se délite, le gouvernement n’est décidément pas désarmé et rien ne vaut les babioles sociétales.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires115

  1. Le Gnôme

    C’est un échec total, le pipotron n’a pas fonctionné, les Femen sont en gilets jaunes et la seule chose qui marche en France est la production de grenades lacrymo.

    De quoi pleurer.

  2. Aristarkke

    Dire que si ces maudits centimes de taxations supplémentaire avaient été collés aux redevables alors que le baril de pétrole tutoyait les 110/120 $ au lieu des 70$, le populo n’y aurait rien vu ! Pas de GJ à se fader..
    Mais ce serait oublier qu’un bon nombre de leurs petits copains y avaient été agglomérés entretemps..

  3. pabizou

    Ainsi va la vie en socialie . Si t’as plus de quoi bouffer, achétes des kleenex tant que tu peux encore en trouver. Le magasin est de l’autre côté de la rue…il reste peut-être même du PQ . Heureusement qu’on pense pour toi . Merci qui?

  4. Chat de nuit

    Désolé, rien à voir avec le billet publié, mais bon, soyons rassurés…
    Nous sommes sauvés… le gouvernement travaille sur une nouvelle loi anti casseurs… Encore une belle usine à gaz en préparation. J’aurais pourtant pensé, que notre arsenal législatif avait déjà tout ce qu’il fallait pour lutter contre les casseurs…. apparemment non.

  5. Passim

    L’égalité des salaires hommes/femmes…! Quand je vois que sur les courts de tennis elles touchent les mêmes primes pour une durée de travail bien moindre ; pour des prestations bien en-deçà ; pour des tribunes bien dégarnies…
    La revendication égalitaire consiste toujours à obtenir des avantages, sans renoncer à ses privilèges.
    « À l’heure où les faux-culs sont la majorité
    « Elles montrent le leur, pour mieux nous enc… »

    1. kekoresin

      Ha! Le football et ses règles…

      Halte! Propos feminicidoïde! 15 ans de goulag sous le commandement sévère mais juste de Katia la Nerveuse, qui saura vous faire passer l’envie de critiquer les mammifères dotés de mamelles lactées grâce à ces 12 ans d’expérience à la Fistinière!

  6. Yves

    Une fois la loi égalité salariale H/F bien en place, on écoutera les mêmes pleurnicher que le chômage des femmes augmente plus vite que chez les hommes. Alors il faudra pondre une loi pour que l’embauche des femmes augmente et ce sera alors la compétitivité qui baissera et des emplois qui partiront à l’étranger. On sera tous égaux dans un peu plus de pauvreté pour tous.

      1. BDC

        On a déjà le prélude avec le rapport sur l’égalité Femme-homme. Un genre 1 a été nommée à un poste important dans ma boîte, le DG s’est senti obligé de préciser que c’était pour ses compétences et pas pour équilibrer les quotas. Allez savoir pourquoi, mes bobos ont été choqués. Sont jamais contents. Et toujours grâce aux féministes, plus aucun N+x n’ose aborder les subalternes dans les couloirs ou ascenseurs, trop de risque de passer pour un gros porc. Du coup le réseautage est encore plus compliqué pour les femmes. Heureusement que j’ai de l’entregent. 😎

        1. Dr Slump

          Te plains pas, dans la petite boite où je travaille y’a pas de femmes dans les bureaux, même pas une vieille secrétaire (mais ça c’est plutôt une bonne chose), que des mecs, et que des cons: un responsable QSE péteux lèche-botte, un responsable technique d’origine suisse perfectionniste obsédé et saboteur imbu de sa personne, et un patron faux-derche et sournois. Des femmes, s’il vous plaît!
          Bon, je vais changer de crémerie en fait, mais j’espère qu’il y aura des femmes là où j’irai bordel!

        2. MarieA

          « Du coup le réseautage est encore plus compliqué pour les femmes. »

          Et ben voilà, encore une fois la vie des femmes s’en trouve facilitée… Pfff…

          J’ignorais que ce genre de choses étaient aussi prises au sérieux en France. Dans les quelques entreprises dans lesquelles je suis passée, j’ai trouvé que c’était tout l’inverse, beaucoup de drague! Mais ce n’était pas des grandes entreprises donc je pense que ce genre de mode bobo n’a pas forcément le même impact.
          Un de mes patrons nous faisaient d’ailleurs part de sa détestation des femmes grosses (sachant que grosse pour lui ça commence à 55 kilos) régulièrement et dans un langage des plus explicites! Pas très women-friendly comme ambiance de travail…

          1. BDC

            En fait si les gars ont été formés à la culture anglo-saxonne, ils fuient tout genre 1 de moins de 100kg. J’ai connu aussi les gauloiseries des petites boîtes, c’était le bon temps ! Mais chez moi c’était fait avec goût et délicatesse sur les callipyges et les bouches à faire cambrer les bananes …

            1. plutarque

              Maintenant, je suis obligé de faire passer les entretiens d’évaluation des mes esclaves « genre 1 » porte ouverte…

              Je sens bien que ça les emmerde quand ça parle salaire et que ça voudrait bien piapiater sur les collègues…

              Je rigole.

          2. Aristarkke

            Il y en a un autre pour lequel sa détestation commence au delà du demi-siècle (pourtant dépassé en ce qui le concerne) mais il ne parle pas de cognac ou d’armagnac

            1. Pheldge

              bon, on peut aborder un sujet de fond ? « heureusement que j’ai de l’entrejambe » qu’elle nous avoue, notre Très Sublime … on pourrait avoir des détails, surtout nous, le spécialistes de la spécialité ? ticket de métro ? toison taillée en cœur ? rasée totalement ? touffue ? 😉

              1. BDC

                Maître Pheldge, vous oubliâtes le fameux tablier de forgeron, façon Carole Laure. Les Anciens au boulot s’en souviennent avec une pointe de nostalgie. M’enfin cette luxuriante nature n’est pas donnée à tout le monde (ouf !).

                1. sam player

                  Carole Bouquet si je puis me faire mettre.
                  Carole Laure c’était une scène de fellation… ce qui a dû vous embrouiller l’esprit… je comprends…

                  1. BDC

                    Me souviens bien de sa tête, les Anciens m’avait montré une scène avec Carole Laure. Mais après comparaison, j’admets que Carole Bouquet gagne la toison d’or !

        3. Pheldge

          euh, le re-sautage, c’est bien quand cé qu’on a fricoté entre collègues, que c’était fini, et puis qu’un jour on remet le coup, vert ? 😉

    1. kekoresin

      Et les blacks, les jaunes, les amérindiens, les maghrébins, les handicapés mentaux, les handicapés physiques, les transgenres, les gouines, les phoques the duck, les zoophiles, les personnes de taille ridicule, les masturbateurs sourds, les aveugles qui braillent, les communistes, les spationautes……..mélangez au shaker, pas à la cuiller, secouez tant que vous voulez, servez, et … les chiottes sont au fond à gauche pour déposer une belle pêche égalitariste de toutes les couleurs qui fouette sa mère!

      youtube https://www.youtube.com/watch?v=Ek0Fw96AXpQ&w=1037&h=540

    2. Dr Slump

      Et du coup, les hommes qui auront changé de sexe se sentiront baisés de ne plus trouver d’emploi, et ils se retourneront contre l’état. Alors au nom de l’égalité, l’état dira qu’à partir de désormais, pour que tout le monde soit égale, tous les hommes devront devenir des femmes.
      Sans hommes, il n’y aura plus de guerres, de viols, de sexisme, il n’y aura plus d’homophobie, et même mieux, plus de réchauffement climatique! La femme est l’avenir de l’homme! Enfin, sans lui hein.
      Je pense que ma brillante idée ferait un magnifique roman d’anticipation! J’ai raté ma vocation :'(

      1. kekoresin

        Le roman de Robert Merle est excellent. Voir aussi Bernard Werber (les enfants d’Eve) avec son monde entièrement peuplé de femmes qui pondent des œufs! Je suis sur que dans ce monde, Schiappa serait condamné à la couvaison éternelle…

      2. P&C

        Ce serait marrant… enfin, surtout pour les autres hommes.

        Ben oui, tous ces délires hypergamiques et solipsistes ne concernent que les males blancs.
        Les males plus bronzés sont restés à l’ancienne… et pourraient revenir à, la mode Mehmet, une fois le terrain dégagé. Et remettre les féministes à leur place à grands coups de baffes.

  7. Pheldge

    ton smiley, comme d’autres parfois (les <3 par exemple) je les vois dans les mails sur Thunderbird, mais pas dans le navigateur (Opera ou IE ou autre ). Comme ces mêmes smileys s'affichent sur d'autres sites, je pense que c'est du côté de WordPress qu'il faut chercher … essaye un coup chez Mâame MP, pour voir …

  8. albundy17

    Ds les annonces JT de coudray, « faut il taxer, les gafa, et google et Facebook »

    Me rappelle plus de sa formulation exacte, mais clairement aucun lien, mis à part que ce sont des salopes de sociétés bouffant du gilet jaunes

    1. Aristarkke

      Maman Etat, allo bobo !!!
      Pour m’éviter de devoir me remuer pour suivre le concurrent que d’en est trop fatigant, tu pourrais pas lui refiler des gueuses à se coltiner???

  9. Creation Rebel

    L’ égalité mal / femelle

    Ayant été esclave dans la « grande » distribution dix ans, intérim et contrats similaires en CDD à la semaine, la réponse du patron à mon envie de CDI fût ( ou fuck ) :  » je préfère, privilégie recruter des femmes… » avec style et langue de bois de directeur franchisé, pourtant cool mais faux cul comme pas deux.
    Dociles, serviables, ponctuelles, malléables ou valeur ajoutée pour le client, va savoir !
    Le seul risque, c’ est une grossesse de l’ employée.
    Un bonhomme a toujours un truc à dire pour améliorer le business et ça dérange.

    Depuis un an, je travaille dans un autre secteur, toujours intérimaire ou plutôt survivant, vu qu’ ils ont écrémés une centaine de cobayes qui ne restent pas.
    Il y a dans cette entreprise d’ énormes difficultés à garder les employés.
    Mais je m’ y plait, c’ est mieux niveau monnaie, horaires, ambiance
    Les plantes que je croise ont des postes à responsabilité et tout se passe bien.

    Je lance un appel et un défi aux lecteurs de ce précieux blog :

    Allez au marché près de chez vous, boycottez ces enseignes de voleurs, c’ est tout juste utile pour acheter du PQ ou de l’ eau de javel

  10. P&C

    Egalité salariale… à conditions que les hommes continuent de se taper les boulots de m*rde et/ dangereux.
    Et qu’ils valident leurs délires en les protégeant de la prédation des hommes issues de contrées moins riantes niveau mœurs.

    Ce qu’elles veulent en fait, c’est l’égalité avec l’homme de pouvoir. Je n’ai jamais vu une féministe militer pour l’égalité chez les égoutiers, les cordistes, ou les militaires du rang.

    1. MarieA

      « que les hommes continuent de se taper les boulots de m*rde et/ dangereux.
      en les protégeant de la prédation »

      Ben, c’est un peu votre mission sur Terre quand même…

        1. MarieA

          Oui, Maître.

          Par contre, heu, pour votre commentaire sur les CPF, oui, oui, toutes les femmes se disent « Il a un doctorat, ha non, surtout pas! Par contre, celui qui se comporte comme un singe dans le métro et qui a la conversation d’un gosse handicapé mental de 5 ans, ha oui, oui voilà la personne à qui je vais confier mon avenir et celui de mes enfants! » Vous avez une excellente opinion du genre 1!!!

          Plus sérieusement, je suis d’accord avec vous, les associations féministes sont dominées par des bourgeoises (avocates ou journalistes à 99%) qui ne pensent qu’à leurs intérêts de classe.

          1. P&C

            J’ai côtoyé plein de femmes, qui, à 20 ans, se mettaient avec un singe, comme vous dites, faisaient des gosses avec… arrivées à 30 ans, redevenues célibataires, avec mioches sous le bras, cherchaient un gentil pigeon (bien thuné si possible) pour les entretenir.

            « Alpha fucks, Beta bucks », comme disent les amerloques.

            Diplômes, intelligence, gentillesse, conversation, maitrise… n’ont presque aucune valeur aux yeux du genre 1.
            Ah, j’étais si naïf à l’époque… mais finalement, mes collègues de thèse chinoises, indiennes, turques… que je draguais m’ont expliqué le fin mot de l’histoire :  » ça marcherait mieux si tu avait une bonne situation, et de l’argent bien sur ».

            1. MarieA

              Alors que les hommes ne se tapent jamais de femmes qu’ils ne respectent pas vraiment pour ensuite rechercher une personne plus sérieuse avec l’âge hein…

              L’argent c’est toujours un plus pour un homme, comme être jolie et d’accord de faire la vaisselle à genoux est un plus pour une femme, mais encore une fois, deux poids, deux mesures…

              « mes collègues de thèse chinoises, indiennes, turques »
              Le problème ici c’est que vous visez des personnes avec une culture très différente de la vôtre ce qui posera beaucoup de problèmes dans votre potentielle future vie commune : où penser les vacances, chez qui passer les fêtes, comment élever les enfants, vivra-t-on toujours en France ou partira-t-on dans le pays de l’autre, etc, etc… Donc oui, pour surmonter ça il faut avoir un assez important argument dans sa poche, donc, oui, de l’argent.

              Mais encore une fois, pourquoi ne pas taper dans votre vivier naturel : les Européennes, et spécifiquement, les Françaises?

              Une hypothèse pourrait être que parce que comme elles viennent de pays plus pauvres et moins développés, on pense qu’elles auront moins d’exigences, et donc, qu’on pourra se permettre de faire moins d’efforts avec elles.

                1. Pheldge

                  depuis que Nabilla a établi officiellement un périmètre patronal de sécurité, faudra que la petite MarieA, elle se fasse une raison (les reubeuhs, ils sont assez exclusifs, alors, les femmes reubeuhs …). Si notre alchimiste bio, sait placer ses pions, c’est dans la cheu-po ! 😉

              1. P&C

                Hypothèse fausse.
                Je les fréquentais uniquement car nous étions dans des labos proches. Comme d’autres, françaises.
                Et à l’époque, je n’envisageais rien au delà d’une bonne bouffe et plus si affinités.

                Je n’ai rien contre taper dans mon vivier naturel, bien mon contraire. A la base, mes parents avaient prévu un mariage arrangé avec une cousine éloignée, mais le plan a du être abandonné suite à nos projets d’études respectifs.

                  1. BDC

                    Des sources ? Parce que le panel que j’ai avec mes alliances d’agriculteurs ne fait pas rêver. S’il y a moins de divorces, c’est surtout pour ne pas séparer le patrimoine.

                    1. BDC

                      Rrhhooo… ils faisaient plus d’enfants … et il n’y avait pas la pilule pour distinguer le sexe de la reproduction … Mais peut-être que des patrimoines génétiques relativement proches sont aussi tout bêtement + fertiles.

                    2. Aristarkke

                      Belle, nos ancêtres faisaient davantage d’enfants d’une part en l’absence de contraceptifs, certes mais aussi en raison de la mortalité infantile élevée.
                      Un oncle de ma femme, passionné de généalogie, remontait ainsi aux racines de ses deux parents jusqu’à Henri IV et Louis XIII.
                      jusqu’au XIXme siècle, il fallait, à en juger par ses travaux entre cinq et six pour en avoir deux arrivant à l’âge adulte… Cela ne commençait à décroître qu’aux environs du second Empire…
                      Et avoir au moins un héritier était primordial pour un paysan.

                1. MarieA

                  @ P&C 22 janvier 2019, 10 h 53 min :

                  D’accord, pardon, mais comme tu n’avais mentionné que les étrangères ce qui laissait à penser que tu ne visais que celles-là.
                  Enfin, ça révèle quand même quelque chose, tu les mentionnes probablement parce que tu pensais qu’elles écarteraient les cuisses plus facilement et donc tu es davantage choqué par leur refus.

                  « rien au delà d’une bonne bouffe et plus si affinités. »
                  Traduction : enfoncer sa teub dans madame.
                  Je sous-entends que ça n’a aucune valeur mais par mes reproches je montre que ça a beaucoup de valeur pour moi. Par contre, je refuse à l’autre partie de ressentir la mesure de cette valeur parce que je suis un petit con immature.
                  Je ne parle pas pour toi en particulier mais pour tous les hommes occidentaux de moins de 40 ans en général parce que c’est le même son de cloche partout.

                  1. Husskarl

                    @Marie A
                    « Je ne parle pas pour toi en particulier mais pour tous les hommes occidentaux de moins de 40 ans en général parce que c’est le même son de cloche partout. »

                    Quelle est la cause ?

                    1. MarieA

                      @ Husskarl 22 janvier 2019, 11 h 40 min :

                      La cause, vous la connaissez très bien, vous l’avez dite vous-même juste au-dessus : avant = mariages de raison, donc quasiment tous les hommes se vidaient les couilles à la demande, donc ils étaient moins frustrés = pas de plaintes en public

                    2. Husskarl

                      @Marie A

                      « La cause, vous la connaissez très bien, vous l’avez dite vous-même juste au-dessus : avant = mariages de raison, donc quasiment tous les hommes se vidaient les couilles à la demande, donc ils étaient moins frustrés = pas de plaintes en public »

                      Hum, je pense qu’il faut chercher un peu plus loin encore même si la proposition est partiellement juste.

                    3. MarieA

                      @ Husskarl 22 janvier 2019, 11 h 56 min :

                      Oui, c’est la raison principale. A cela, il faut ajouter votre tendance naturelle à vouloir niquer le plus de femelles possible + le fait que vous puissiez imaginer coucher sans trop de dégoût avec 80% des femmes que vous croisez dans la rue + le fait que vous pensiez que c’est réciproque + le fait que vous ne voulez pas apprendre à contrôler vos pulsions sexuelles + le fait que vous les trouviez parfaitement légitimes jusqu’à l’excès.
                      Mais ce charmant petit cocktail, quand il ne rencontre pas de dérivatif, ça crée des générations de mâles qui dénigrent et se plaignent sans cesse des femelles tout en se comportant comme si elles étaient quelque chose de grande valeur puis en s’appuyant sur une extrême minorité de cas pour théoriser une explication « logique » à leur frustrations ou leurs échecs. Ce qui donne en dessous d’une vidéo Youtube de l’interview d’une actrice/chanteuse/femme pas totalement immonde physiquement, un commentaire : « Elle aura toujours une place sur mon visage où s’asseoir/elle peut s’asseoir quand elle veut sur mon visage (j’ai découvert cette expression américaine sur Youtube et je rougis rien que de l’écrire tellement je la trouve choquante!) mais c’est une sale pute qui ne se tape que des étrangers. »

                    4. P&C

                      @MarieA

                      C’est bizarre, mais tous ces reproches disparaissent dès que le baiseur s’avère gagner plus que 100Keuros/an…
                      Aucune femme n’a reproché aux Henri 8, François 1, et autres Moulay Ismail de les poursuivre de leurs assiduités… ni même François Hollande…

                      Bref, les femmes aussi couchent sans trop de dégout… tant que le gus a des talents…

                      Vu que le genre 2 est celui qui subit la sélection du genre 1, celui ci ne devrait pas se plaindre d’avoir sélectionné certains traits au sein de la population du genre 2…

                      @Husskarl
                      Le coté couilles vides/couilles pleines joue. En France, que des embrouilles en boite de nuit ou dans les bars dansants, surtout avec les suédois, bien frustrés à ce niveau là. Par contre, en Hongrie, tout va bien…

                      Note : l’immigration la chance actuelle est un truc de capitalistes… et de femmes.
                      A la base, une tribu accepte facilement une immigrée femme car elle peut faire des gosses, et un immigré male uniquement s’il apporte des compétences et s’il ne met pas trop de concurrence entre les males pour accéder aux femelles.
                      Par contre, augmenter le nombre d’hommes permet aux femmes d’augmenter leur prix sur le marché…(En Inde, c’est maintenant aux hommes de payer la dot, même un prof a des chances très limitées de se trouver une paysanne vu les prix demandés par les familles… et après on s’étonne que ça viole à tout va là bas).

                  2. P&C

                    Arrêtes de projeter tes pensées sur moi.

                    Je ne suis pas allé vers elles car je pensais qu’elles seraient plus facile, mais simplement parce que je les côtoyais tous les jours et que je les trouvais sympa.
                    Et entre le s*xe et la bouffe, je choisis toujours la bouffe.

                    Et non, je n’ai pas pété un câble parce que je me suis fait éconduire. Je n’ai même pas pété de câble du tout.
                    – j’ai bien mangé et ai passé un bon moment. Une fois, j’ai même refusé d’aller plus loin alors que la fille m’avait invité, et était ch**de… mais j’étais venu pour manger, pas pour autre chose. Et puis, la bouffe indienne est dangereuse pour mon estomac, j’ai fini cette soirée devant le trône.
                    – j’ai appris pas mal de choses.

                    1. Pheldge

                      en clair « entre le sexe garanti et une bouffe passable, et une bonne bouffe suivie de … rien du tout, ceinture ==> veuve poignet, tu préfères l’option 2. C’est … poignant 😀

                    2. Husskarl

                      @PC

                      Je parlais des hommes de notre pays, pas des légions de métèques importés par nos socialistes.
                      Et je ne parlais pas que d’instinct. Poussez vos réflexions plus loin en commencant par vous demander « qu’est ce qui a changé ? »

                    3. Husskarl

                      @Marie A

                      L’instinct commande effectivement de s’accoupler. C’est un truisme bien naturel.

                      Maintenant, comment expliquez vous que certains hommes sachent se tenir et ne sautent pas sur tout ce qui passe ? Expliquez moi donc l’exception que je suis (avec beaucoup de mes amis)
                      Quelle est la différence qui n’a pour le moment pas été évoquée ?
                      Ça ne sert a rien de se préoccuper des conséquences, il faut remonter à la cause.

              2. Husskarl

                Il faut dire que les françaises, en général, ne savent plus faire grand chose… 80% de gauchistes sentimentales (je suis sympa et je ne dis pas que c’est différent pour les hommes), 20% de correctes. Dans les 20%, ensuite, il faut composer avec ses goûts/valeurs et celles qui sont déjà prises. Il ne reste plus grand chose.

                C’est assez complexe je trouve sauf milieu particulier.

                En Europe de l’est c’est moins dégénéré, encore une fois, en général. Mais la différence de culture peut en effet être un sérieux obstacle. Je ne parle même pas de l’Asie.

                1. Pheldge

                  « les françaises, en général, ne savent plus faire grand chose … » je confirme, l’art de la fée Lassion* se perd, sans qu’aucune autre fée ne semble vouloir se manifester !

                  *je parle ici de l’authentique, la seule la vraie, « BJ à la french »

            2. Pheldge

              Darwin mon bon P&C, Darwin, encore et toujours ! une femme cherchera à protéger sa progéniture avant tout.
              Ensuite, si étudiantes, elle ne faisaient pas toujours le tri, une fois le diplôme acquis, pourquoi veux-tu qu’elles aillent s’emm3rder avec un pauvre, quand elles peuvent se trouver un riche ?

              Y’a que chez Harlequin que tu trouves des princesses qui épousent des pauvres, rien que par amour 😉

              Enfin, une femme célib, vers la trentaine, appréciera un mec qui lui parlera de projets de vie, et ne cherchera pas seulement de parties de jambes en l’air, et soirées beuveries avec les copains ! 😉

                  1. P&C

                    @Pheldge et Aristarkke

                    Oui. Leur franchise était appréciable, et a contribué à me purger des restes de gauchisme que j’avais encore à l’époque.
                    Et leur cuisine également (enfin, pas la cuisine indienne…).

                    La turque, Mervé de son prénom, envoyait du lourd. Comme elle est issue d’une famille riche, hors de question d’épouser un homme moins riche que son père. Elle m’avait répondu : « tu sais, t’es mignon (là, déjà, tu sais que c’est mort !) mais t’es pas banquier ».

                    Faites l’expérience : demandez à une fille si elle pourrait sortir avec un réfugié. En général, une française tournera autour du pot, une étrangère sera bien plus franche.

                    Oh, certaines étudiantes font bien le tri… celles issues de bons milieux, qui ne prêchent que du gauchisme de façade… tout en se gardant bien de l’appliquer à elles mêmes.
                    Ce sont les filles issues des classes moyennes et populaires qui se font avoir et restent avec un allomorphe.

                    Quant aux françaises…
                    Je me rappelle de la dernière… 33 ans, 4 gosses, tous métis, et tous d’un père différent. Bien sur, elle me l’avait caché, je n’ai obtenu l’information quand observant son logement. Je suis parti en courant, sans même passer la nuit sur place. Trop risqué (mon cousin en import export a une meilleure technique : il fait le gosse, ne le reconnait pas, puis se barre. Il en est rendu à son dixième…). Et après, elle osait se plaindre, avec discours du type « je ne trouve pas de mecs biens » (= qui a du bien…).

                    Femme célib de 30 ans, c’est pas un bon plan. Le mur approchant la travaille, elle veut ferrer un bon poisson rapidement. Surtout si elle a déjà un enfant, et vous non. C’est l’assurance de passer en dernier, même après le chat si par malheur elle en possède un également.
                    Et puis, autant je suis prêt à dépenser un peu pour une fille de 25 ans, autant une femme de 30 ou plus… elle a intérêt à envoyer du lourd si elle veut que j’investisse sur elle plus que le prix d’un café…

                    1. MarieA

                      « Et puis, autant je suis prêt à dépenser un peu pour une fille de 25 ans, autant une femme de 30 ou plus… elle a intérêt à envoyer du lourd si elle veut que j’investisse sur elle plus que le prix d’un café… »

                      Je ne sais pas si c’est une méthode efficace pour viser ce que tu souhaites. Ensuite, je crois savoir que tu n’as pas 25 ans non plus. Pourquoi est-ce qu’une fille de 25 ans devrait dépenser du temps, de l’argent et de l’énergie pour toi?

                      Aucune femme ne sait jamais dit « Je rêve d’être avec un mec moche, con, qui a 15 ans de plus que moi mais qui gagne bien sa vie. »
                      D’ailleurs, ça ne se voit pas dans la réalité. Les gens se mettent en couple avec quelqu’un de leur classe sociale et de leur culture.
                      Sinon, on verrait 90% des femmes être mariées ou les maîtresses de 10% des hommes dans chaque pays occidental.

                      Par ailleurs, il pourrait être judicieux de voir la poutre dans son oeil plutôt que de se fixer sur la paille dans celui de sa voisine. 99% des hommes sur Terre sont laids et comme les femmes, ils subissent les outrages du temps, et donc deviennent de plus en plus laids, malheureusement, c’est une donnée qu’ils oublient souvent dans leurs savants calculs. Comme ils ne nous expliquent pas pourquoi les femmes de 25 ans ne sautent pas en nombre sur les hommes de 75 ans de la bourgeoisie hein…

                      Ce type de théories sont compréhensibles chez un gosse boutonneux de 15 ans mais passé un certain âge, je pense que ça fait plus de mal que de bien si on souhaite toucher une femme une fois dans sa vie.

                    2. « 99% des hommes sur Terre sont laids »
                      Non. 50%. Comme les femmes. En revanche, la façon dont les jugent les femmes aboutit à ce biais. Je pourrais retrouver plusieurs études qui montrent de façon assez amusante que le critère est lourdement biaisé pour les femmes, et quasiment pas pour les hommes (les hommes biaisent sur d’autres critères).

                    3. BDC

                      Marie, des copains de promo du style intello boutonneux, puceaux à 25 ans qui trouvent soudainement l’amour de leur vie à 100k€/an 35 ans avec leur stagiaire… tu expliques ça comment ?

                    4. P&C

                      @MarieA

                      Allons, c’était pour vous taquiner.
                      Quoique… je suis déjà sorti avec une fille de 25 ans alors que j’en avait 31, mais elle cherchait en fait un père de substitution.

                      Je sais bien que les mariages sont endogames (surtout en France, logique de castes oblige).

                      Pour la différence d’Age, rappelez vous un certain chroniqueur :
                      https://www.hommesdinfluence.com/actualite/28682_yann-moix-et-les-femmes.html

                      Je connais également les stats.
                      https://www.bing.com/images/search?view=detailV2&ccid=%2fJS7SZER&id=CEA92BA6D63268C3511FE3763127B1027328800F&thid=OIP._JS7SZERmF6ECeofk7ZaogHaEN&mediaurl=https%3a%2f%2fquoidansmonassiette.fr%2fwp-content%2fuploads%2f2018%2f09%2fRencontres-en-ligne-criteres-d%c3%a9sirabilit%c3%a9-age-ethnicite.jpg%3fx38713&exph=385&expw=678&q=attractivit%c3%a9+hommes+femmes&simid=607999988485128386&selectedIndex=10

                    5. Ah ah ah non, je suis désolé, mais ce n’est pas comme ça que ça fonctionne.

                      Que vos critères (les tiens et ceux des femmes en général) éliminent 80% de la population masculine est une évidence (et de ce point de vue, tu tombes complètement dans le canon habituel). Que ce soit ce sur quoi vous choisissiez finalement, c’est aussi évidemment faux (en réalité, la position sociale, la richesse / le potentiel perçu et l’assurance / prestance sont des critères qui, sociologiquement, sont prouvés comme étant plus influents sur vos choix, mesdames, que le physique).

                      En gros, un homme symétrique de taille normale (mais supérieure à vous) suffit pour les critères de beauté. Si si. Désolé, MarieA, tu es une femme comme les autres 😉 …

                    6. MarieA

                      @ BDC 22 janvier 2019, 12 h 06 min :

                      Oui, je l’ai écrit plus haut, l’argent est un plus pour l’homme, comme le fait de ne pas être totalement répugnante l’est pour une femme, c’est indéniable mais ça n’explique pas tout.

                      Encore une fois, est-ce la majorité des cas? Ou alors nous avons des définitions très différentes de « riche ». Sinon, pourquoi est-ce que toi et moi, on est pas avec des vieillards impotents qui ont des revenus supérieurs à nos conjoints actuels ou au lieu d’être célibataires?
                      Nos rues devraient être peuplées de familles polygames avec des papis riches entourés de femmes.

                      Je voulais simplement souligner le caractère relatif de ce critère.

                    7. L’argent est un critère qui arrive très haut. Le papy de 75 ans (ou le vieux beau de 50) a un problème cependant : sur le plan reproductif, il est moins assuré de pouvoir produire quoi que ce soit. Or, pour une femme, c’est – bien avant la beauté physique – un élément déterminant en ce que son stock de gamètes et son temps sont limités. Donc au-delà de 55 ans, la richesse devra être proportionnellement de plus en plus grande pour compenser le risque pris.

                    8. P&C

                      @MarieA

                      Nos sociétés, pour empêcher les membres du genre 2 de se taper dessus sans arrêt par frustration, ont interdit aux hommes d’avoir plus de 1 femme… en public.

                      Je connais plusieurs gus à 6Keuros/mois (dont 1 quasi sosie de Jean Dujardin), officiellement célibataires (et ils ne s’en privent pas, les bougres…), mais ayant des maitresses plus ou moins entretenues (le quasi Jean Dujardin en a 6 ou 7)

                      Il faut aussi considérer le fait que c’est maintenant hyper risqué pour un homme de se marier. D’ailleurs, la tendance chez les hommes riches à la DiCaprio est de ne pas se marier et de tirer de la mannequin à tout rompre… parce que, en cas de divorce, il risquerait de perdre pas mal de son quart de milliard de dollars.

                    9. MarieA

                      @ P&C 22 janvier 2019, 12 h 08 min :

                      Moi, je te taquine pas, je suis très sérieuse. Si tu ne veux pas « investir » avec une femme (cf. le café à 3 euros), tu vas tomber dans le panneau idiot des tenants, et en même temps des uniques victimes, de cette théorie, qui pensent qu’à 75 ans ils vont être millionnaires ET que des bombes sexuelles de 25 ans vont sauter sur leur teub jusqu’à la fin de leurs jours!
                      C’est paradoxal parce que tu fais beaucoup d’efforts et d’investissements dans un secteur peu rémunérateur (professionnel) en général, et où tu estimes ne ramasser que des miettes, mais en même temps, tu dis ne vouloir en faire aucun dans un autre secteur qui t’en apporterait pourtant beaucoup plus à coup sûr.
                      Pour qu’une femme dise oui, la majorité du temps, il faut qu’elle se sente en confiance et désirée, tu crois vraiment que tu vas faire un carton avec « Salut, je ne veux pas dépenser 3 euros pour te payer un café et apprendre à te connaître pour créer et développer une relation de confiance. En plus tu n’as pas 25 ans, donc tu ne les vaux clairement pas. Les toilettes sont juste à côté et j’ai déjà un préservatif dans ma poche, je te préviens j’aime finir sur le visage, on couche ensemble/se marie/se met en couple/passe un bon moment/etc.. ? »
                      Je dis ça pour t’aider et te faciliter la vie, parce que dans ma grande bonté, je pardonne toujours au genre 2 même quand il ment comme un arracheur de dent. 😛
                      « Et entre le s*xe et la bouffe, je choisis toujours la bouffe. »
                      Oui, oui, oui.

                    10. P&C

                      @MarieA

                      Prendre un café dans un bar est le moyen idéal pour prendre la température. C’est pas bien méchant.
                      Mais apparemment, pour toi, même cette petite démarche est déjà inqualifiable.

                      Sinon, y a la pèche aux mollusques et crustacés + bataille de vase, suivi d’un bon repas, avec salade de crevette + crabe, moules marinières, calamars à la romaine pour les muz présents, frittes, un ptit blanc ou un cidre… et en Tchéquie, j’avais tenté d’inviter la thésarde en biomol avec escargots fait maison + chartreuse importée à mes frais. ça n’a pas marché…

                      Pour la fille de 25, oui, c’était bien une vue de l’esprit. Je les trouve déjà fatigantes… et peu intéressantes. Et puis, va vivre avec quelqu’un avec qui tu n’as pas le même vécu (les conversations Partiels + vie à la fac /déclaration IR + chef qui fait ch*er sont d’une dichotomie).

                      Je sais déjà que je ne serai jamais millionnaire, en tout cas pas en restant dans la biochimie… et que je serai mort à 70 ans (aucun homme de ma famille n’a dépassé cet age, je peux donc m’attendre à subir le même sort).

                      Si, j’investis un peu de mon temps dans d’autres secteurs : le machine Learning, la chimiométrie… car ça peut me rapporter plus… mais ça fait plus d’un mois que je suis coincé !

                      Et l’homme, il ne faut qu’il se sente en confiance lui aussi ?
                      « Salut, je veux que tu me payes le resto, le café, l’entrée en boite, des fringues… par contre je vais te traiter comme un étron. »

                      Pour la dernière phrase, il n’y a qu’un seul moyen de répondre à la question : invites moi à manger.

                    11. BDC

                      Bravo Patron, c’est exactement ce que je voulais dire, mais en mieux 😀 . J’aime bien les stats de P&C sur les critères d’attractivité. La courbe des hommes est étrangement corrélée aux revenus… et celle des femmes délicieusement cruelle. Marie, si je ne suis pas avec un papy de 75 ans, c’est bien parce que j’ai trouvé un meilleur père de famille potentiel. Et il reste des critères complètement subjectifs, comme l’odeur de l’autre, les phéromones c’est quand même magique pour sublimer une rencontre !

                    12. Aristarkke

                      comme l’odeur de l’autre
                      Et cela ne peut pas être l’odeur de son argent qui l’écrase puisque tout le monde sait que le dernier cité est sans odeur… 😛

                    13. MarieA

                      @ P&C 22 janvier 2019, 14 h 05 min :

                      Je propose de clôturer notre différend de façon juste et égalitaire : sur un site de rencontre, nous créons 2 profils différents : 1 français avec 1 doctorat (ma théorie) et 1 issu de la diversité (ta théorie). Celui des deux profils qui reçoit le moins de marques d’intérêt des ces dames invite l’autre au restaurant.

                      Tu peux commencer à faire des heures supp parce que j’ai un solide appétit.

                      😛

                    14. P&C

                      @MarieA

                      Défi relevé !

                      Mais j’ajoute une condition.
                      Préciser les revenus des deux personnes : le type issu de la diversité la chance aura des revenus supérieurs à celui en doctorat.
                      Prépares ton portefeuille !

            3. plutarque

              Merci à tous pour ce bel échange, qui explique le déclin démographique de l’Occident : des hommes et des femmes qui sont devenus trop difficiles et se posent trop de questions existentielles.

              Je suis finalement heureux d’être un psychopathe : ce qui vient du reptilien ne doit pas toujours être castré par le surmoi… Et les singes avec un QI à 2 chiffres semblent plus doués pour la survie que l’occidental(e) étranglé par son égo.

              @ P&C : j’espère au moins que la Marie a dit « oui » !

    1. Passim

      Tu noteras, Philou, que je ne me mêle pas de cette conversation. Pour qui a réfléchi depuis longtemps à l’échange économico-sexuel tel qu’il existe depuis la nuit des temps entre les hommes et les femmes, et à ses modernes variantes, il ne me vient à l’esprit, en entendant ces jeunes gens, que le mot du Général : c’est vous, le nègre ? très bien, continuez !

  11. Pheldge

    P&C et MarieA faisez un essai, et pas besoin d’en faire de la pub, vous pourriez vous surprendre.
    J’ai le sentiment que vous voyez le mariage comme un échange « baise contre nourriture », ou « comment avoir un partenaire à portée de main au moindre coût ». Le mariage, c’est la première étape pour fonder une famille (famille comme bébés, enfants, toussa …). Bon, ça n’empêche pas le sexe et la bouffe, mais ça va quand même un peu plus loin … 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.