Les aventures de la route solaire de la Reine des Neiges

Le 22 décembre 2016, la France se préparait déjà à passer la période des fêtes de fin d’année dans des températures et des précipitations de saison. Toute la France ? Presque puisqu’une fine politicienne, Ségolène Royal, résistait alors à l’envie de prendre une retraite amplement nécessaire et venait faire profiter de son immense talent les habitants de Tourouvre-au-Perche en Normandie en inaugurant, avec pompe et fanfare, une extraordinaire « route solaire ».

Comme l’expliquait alors Le Monde dans un article étonnamment prudent, la Reine des Neiges s’était alors entichée de ce projet de tronçon routier recouvert de panneaux photovoltaïques, sans précédent au monde par sa taille : un kilomètre de pavage solaire, permettant d’après les industriels derrière le concept de produire de l’électricité en suffisance pour la consommation de l’éclairage public d’une ville de 5000 habitants.

À l’époque, en dehors de quelques petits doutes sur la rentabilité globale du projet financé par un État décidément pas avare de l’argent gratuit des autres, nombre de journalistes avaient loué l’innovation technologique que représentait cette fumisterie prouesse électrique en revenant avec plus ou moins de détails sur la technique employée pour enfermer les feuilles photovoltaïques dans une résine soi-disant résistante aux impératifs routiers.

L’idée de base était, comme souvent, aussi simple qu’idiote : puisqu’installer des panneaux solaires représente à la fois un risque de défigurer des paysages naturels et un manque à gagner en termes de surface agricole dès lors qu’on veut le faire sur une surface un peu sérieuse, pourquoi ne pas mettre à profit ces vastes surfaces déjà largement exposées au soleil (et donc aussi à toutes les intempéries) que sont les routes du pays ? Et quoi de mieux que ces routes, qui supportent le passage d’engins pouvant peser des dizaines de tonnes, à des vitesses importantes, qui soulèvent une quantité considérable de poussière généralement opaque, pour accueillir un matériau à la fois fragile, très sensible aux obstructions lumineuses, pour fournir à tous une énergie aussi variable qu’intermittente et dont la gratuité claironnée haut et fort s’arrête au moment de payer la facture du fameux revêtement ?

En plus, à 5 millions d’euros du kilomètre, pourquoi se priver, puisque c’est l’Etat qui paye ?

Aussitôt dit, aussitôt payé, aussitôt fait : prometteuse d’une vaste extension de cette filouterie idée lumineuse à un réseau plus large de routes françaises, l’expérience pilote était lancée.

Pourtant, dès le départ, plusieurs pointaient les problèmes inhérents de cette fausse bonne idée : rendements faibles, durabilité discutable, tout pointait déjà vers un désastre financier. Vingt mois plus tard, en août 2018, les choses se précisaient, levant la plupart des doutes sur la foirade magistrale qu’on pouvait deviner dès le départ : entre des rendements encore plus faibles que prévus (409 kWh au lieu de 767) et une production totale dont le prix global se montait à peine à 6000€ (soit un rendement de 0.1%), le désastre financier était consommé.

ségolène royal : la crisitude

C’est donc avec une surprise très mesurée qu’on apprend ces derniers jours que cette même route solaire va subir un ravalement complet et subir de lourds travaux après ses trois belles années de bons, loyaux et microscopiques services.

Le constat est cruel et sans ambiguïté : le projet initié par Ségolène Royal a subi le même sort que tant d’autres dans lesquels celle qui était alors ministre de l’Environnement a fourré ses doigts avec insistance. Il n’a pas rempli ses objectifs initiaux et doit être entièrement revu. Pour cela, une nouvelle tranche de travaux (dont le coût total n’est pas encore connu) a été lancée afin de tenir compte du magnifique « retour d’expérience » de ces trois premières années. Parce qu’en plus du rendement minable, il faut y ajouter les plaintes des riverains agacés par le bruit que génère cette installation : dès que les véhicules dépassent 50 km/h, les nuisances sonores sont suffisamment fortes pour que la mairie ait décidé d’abaisser la vitesse maximale autorisée.

Pour faire bonne mesure, le tronçon recouvert par les panneaux sera donc réduit à 700 mètres, ce qui ajoute au sentiment de fiasco total sans lequel ce projet n’aurait probablement pas pu bénéficier du « Label Ségo, Des Fiascos Rigolos »™.

Mais nous sommes en France et même un Fiasco Rigolo labellisé peut toujours nous emmener vers des sommets de lolitude et de cramage décomplexés de pognon des autres : non seulement le désastre précédent ne semble pas avoir suffi pour qu’enfin, une administration, un politicien ou simplement la populace qui finance ces âneries y mettent le holà, mais en plus est-on décidé à rendre toute l’opération aussi citoyenne que festive en faisant réaliser une fresque murale aussi peu gratuite qu’utile à sauver le projet : grâce à l’intervention dûment facturée d’un collectif de grapheurs nantais, la glissière de sécurité en béton qui longe cette route solaire de la servitude carbonée va être joliment décorée ce qui ne manquera pas, espérons-le, de camoufler le désastre…

Cette pénible aventure illustre à elle seule plusieurs maux que le peuple français subit régulièrement sans trop grogner : idiotie d’une idée initiale, sa récupération pour des raisons purement médiatiques par des politiciens aussi incompétents qu’avides d’exposition facile, capitalisme de connivence qui permet à certaines entreprises bien en cour de bénéficier d’une publicité gratuite et, dans une certaine mesure, d’investissements publics coûteux, résultats navrants mais qui ne remettront en cause ni le projet ni les investissements et n’apporteront aucune opprobre pourtant logique sur le politicien qui aura porté cette ânerie à bout de bras, et, mieux que tout, relance du bourrichon pour une nouvelle fournée encore une fois payée au moins en partie par le contribuable qui n’a, dans cette affaire, jamais son mot à dire.

La France crève de ces initiatives idiotes et coûteuses, de ces politiciens sans vergogne et systématiquement oubliés lors des bilans, de cette presse bien trop arrangeante pour rappeler leur responsabilité directe dans ces échecs. De millions cramés en routes inutiles en autres millions perdus dans des projets tout aussi dispensables, ce sont finalement des milliards qui, chaque année, disparaissent et appauvrissent chacun d’entre nous.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires233

  1. Le Gnôme

    Eolienne impériale est décidément une catastrophe industrielle. N’y a t-il pas un moyen de lui faire rendre gorge pour tous ses méfaits ? Un patron du privé aurait fait faillite et aurait été interdit de gérer, elle, non, elle peut continuer à étaler sa nullité dans les médias.

    1. Blondin

      Justement, c’est là où on voit que le niveau des médias et leur embrigadement idéologique sont catastrophiques.
      Normalement un fiasco pareil devrait faire la une des journaux (et pas un simple article dans un blog – si brillant soit-il).
      De même que les pignouferies et dérapages budgétaires abyssaux de la consternante Hidalgo, les milliards engloutis par la politique de la Ville, etc, etc. La liste est longue.
      Bref, en l’absence d’une presse digne de ce nom, la France s’enfonce de plus en plus dans la médiocrité (pour être gentil).

      1. theo31

        « La femme serait vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente. ».

        Françoise Giroud

        On y est.

        1. Higgins

          Si la connerie au km était une source d’énergie, la France serait sauvée avec des politocards comme Pyralène Impériale (un autre de ses surnoms).

          1. Citoyen

            Et le pire, qu’on oublie un peu vite, c’est qu’on a failli l’avoir à l’Elysée, la dinde du Poitou !
            Il ne s’en est pas fallu de beaucoup …
            C’est triste à dire, mais il faut presque remercier Sarko, de nous avoir évité ça …

  2. Aelil

    Je trouve l’intro un peu méchante, l’idée de départ d’utiliser les routes pour générer du courant n’est pas fondamentalement idiote, ce qui est idiot c’est les nombreux paramètres importants qui ont été oubliés:
    – Rentabilité négative du projet
    – Les experts qui annonçaient bien avant la très large sur-évaluation de la durée de vie de la route (renforce le point 1)
    – Les experts qui annonçaient aussi la surévaluation du rendement (renforce encore le point 1)
    – L’oubli que les véhicules roulent parfois aussi sur des cailloux sur la route et ça abîme fortement tout revêtement
    – Le coût pharaonique

    Parce qu’un prototype est rarement rentable (et il faut bien innover de temps à autres), mais là c’est vrai que le fiasco était largement prévisible et prévu.
    Par contre maintenant que le retour d’expérience confirme que ça ne marche pas faut vraiment être con pour continuer…

    1. Gosseyn

       »l’idée de départ d’utiliser les routes pour générer du courant n’est pas fondamentalement idiote » Si !

      Même pas besoin du niveau CAP pour se rendre compte du fait que la rencontre entre la surface la plus sollicitée qui soit et le module industriel le plus fragile du moment est une aberration !

      Même vous, après avoir soutenu ça ne placerez jamais votre argent sur un compte qui vous en restituerait au mieux 0,01 % (capital perdu) ! Ou, par miracle (croissance de 500 % ?) 0,05 % …

      1. Aelil

        Je crois qu’on a une divergence quant au point qu’on regarde: Vous considérez déjà que ça va planter et par conséquent vous ne miseriez pas dessus, je suis du même avis en l’état actuel de la science, MAIS, je n’exclus pas l’hypothèse que dans un futur plus ou moins lointain (surtout lointain en fait) on ne mette pas au point un système crédible qui permettrait de faire les deux, et en admettant que ça devienne réalisable, l’idée n’est alors pas idiote de par les surfaces disponibles (une nouvelle fois moyennant un sacré progrès technique soudain).

        1. Pheldge

          il faudra quand même de sacrés progrès pour que cette idée débile au départ le soit un peu moins dans son application ! Faire une toiture de panneaux solaire aurait été moins con, mais pour l’image, pour le buzz ça ne devait pas assez le faire …

          1. Aelil

            Une nouvelle fois je ne trouve pas l’idée débile en soi, mais du coup ça va être un débat stérile puisque de toute façon il manque la technologie.

        2. Calvin

          Non, le problème, c’est que les panneaux solaires doivent avoir un angle avec le sol, proche de 45 degrés.
          Idée pourrie à la base

            1. Pythagore

              Ben que la reine des neiges veuille en éviter la fonte en recouvrant les pistes de panneaux solaires, c’est bien compréhensible.
              J’en connais un qui a hérité de terrains et qui veut installer des panneaux verticaux. C’est la nouvelle mode. Les panneaux sont placés à la verticale ds un axe nord-sud et peuvent capter les photons des 2 côtés. Production max. matin et AM. Apparemment en moyenne, ca produit plus que les panneaux orientés au sud.

                  1. Pheldge

                    t’es sûr ? ici, toutes les installations industrielles sont à panneaux fixes …
                    L’exemple type étant le parking de grande surface, installation largement subventionnée, état+europe+région assaisonné de défiscalisation de l’investissement, et assorti du juteux contrat de rachat de la prod par EDF : c’est que du bénèf !
                    En plus la clientèle est ravie de pouvoir mettre « gratuitement » ses bagnoles à l’ombre …

                    1. albundy17

                      media.ooreka.fr/public/image/panneaux-solaires-champ-main-12258887.jpg

                      évidemment pas sur les parkings et les toitures, j’évoquais le cas des fermes solaires, photovoltaïques ou à fours

          1. sam player

            Oui Calvin, dans le précédent billet en 2016, on avait envisagé qu’elle nous fasse une route avec des virages relevés à 45 degrés.

    2. sam player

      Si, c’était une idée idiote, car vouloir faire 2 trucs avec un seul truc, c’est non pas additionner les contraintes mais les multiplier par 4.
      Dans le design d’équipements industriels dont je m’occupe encore de temps en temps, quand un gars me dessine un truc qui peut servir à 2 fonctions (même un simple support) je raye…
      En plus dans le cas présent les contraintes étaient carrément opposées (résistance, transparence): faudrait relire ce qu’on avait dit ici à l’époque… j’ai même dû parier un billet…

      1. Pheldge

        « j’ai même dû parier un billet…  » oui, et comme t’as perdu, tu me dois 100 € ! Alors je te donne mon adresse XMR parce que depuis Nabilla, la « commission patronale » pour transmettre des thunes, elle a considérablement augmenté 😉

      2. albundy17

        « car vouloir faire 2 trucs avec un seul truc »

        Tu causes du cerveau féminin ?

        Il peut, c’est juste qu’elle essaient de faire 2 trucs en même temps, du coup tout est raté.

        1. bibi

          Il vous aura sans doute échapper que vous parler de quelque chose de portatif.
          Si les seuls appareils multifonctions sont portatifs ce n’est pas un hasard, mais parce que cela répond à besoin de gain d’espace et de masse.

          1. Aelil

            Il y a des trucs moins portatifs, par exemple les éoliennes, elles font éoliennes quand il y a du vent et ventilateur quand il n’y en a pas (c’est exagéré mais c’est vrai qu’on utilise de l’électricité pour les faire tourner). :p

            1. sam player

              Ils font tourner doucement les éoliennes quand il n’y a pas de vent, c’est pour éviter le brinelling : le marquage des pistes des roulements quand ils restent dans la même position.
              Mais pas la peine d’aller si loin pour avoir un générateur qui sert effectivement aussi de moteur suivant qu’il est entraîné ou entraînant : les alternos- démarreurs des voitures avec Start&Stop (les récentes).
              Y a même un brevet (japonais je crois) pour arrêter le moteur juste avant une compression pour qu’il redémarre immédiatement sans même faire 3 tours.

              1. Aristarkke

                C’est aussi pour les aider à redémarrer quand le vent est assez fort pour entretenir le mouvement mais pas pour relancer les pales à l’arrêt.

        2. sam player

          Le boss nous avait sorti le précédent billet à ce sujet le 1er avril 2016 hi hi et j’avais écrit:

          « Là dans le cas de la route il n’y a pas de compétitions avec de l’existant. Le modèle est foireux dès le départ. Plus on en fera plus ça coûtera et certainement plus en frais de fonctionnement qu’en investissement.
          Ils ont inventé le presse purée qui fait aussi fer à repasser : ça ne fait pas de la bonne purée et ça ne repasse pas bien et ça finira à la poubelle. »

          Je n’ai rien contre les trucs qui font 2 choses à la fois *, mais comme dit, il n’y a pas de point commun et les contraintes sont opposées, comme si on voulait un truc léger et que l’utilisation alternative nécessitait un truc de 3 tonnes.

          *: je viens d’acheter sur bricoprivé une débroussailleuse qui fait élagueuse (mini tronçonneuse) et taille haies: le point commun étant la motorisation, logique.

          1. sam player

            Je vous propose, ce week end de faire le mariage de la carpe et du lapin en proposant un « Ségolène like », i.e. l’assemblage de 2 trucs qui n’ont rien à faire ensemble, je commence :
            h16 et Nabilla
            – un vélo et une pelleteuse hi hi hi

          2. Aelil

            « les contraintes sont opposées »
            Actuellement, mais si ça se trouve ils trouveront l’alliage d’hypochlorite de gallinacée ( :p ) qui retire la contrainte de fragilité du panneau solaire, et des lors l’avantage de la surface vaut le coup même sans un rendement optimum. On ne connaît pas l’avenir, une nouvelle fois c’est là dessus qu’on s’écharpe: Vous parlez en fonction de ce qui se fait aujourd’hui (et en concluez que c’est débile), je regarde l’idée indépendamment (fondamentalement non), pour ensuite dire qu’aujourd’hui ça ne marche pas (mais aujourd’hui oui).

    3. Murps

      « l’idée de départ d’utiliser les routes pour générer du courant n’est pas fondamentalement idiote ».

      Ben si, justement. Une route c’est un truc par terre qui bouge pas, on ne voit pas en quoi et pourquoi ça générerait de l’énergie.
      Un panneau solaire c’est un truc fragile et même dans les conditions optimales c’est pas rentable pour produire sur un réseau alors posé à même le sol pour rouler dessus, on imagine !!

      « Par contre maintenant que le retour d’expérience confirme que ça ne marche pas »

      C’est là que la connerie dépasse l’entendement parce qu’il était tellement évident que ça ne pouvait pas marcher que ça n’était même pas la peine d’essayer.
      L’idée est tellement tarte qu’on se demande si ça n’est pas un gamin de collège qui l’a pondue. Il y a un problème de maturité mentale a vouloir s’entêter dans un projet comme celui-là.
      N’importe quelle responsable politique normalement constitué aurait du mettre le holà immédiatement à une telle joyeuseté et dans l’hypothèse d’un financement privé (???) n’aurait jamais du se rendre à l’inauguration, histoire de rester crédible.

      – on peut aussi financer des petites turbines sur les gouttières, comme ça quand il pleut on récupère du courant.
      – pourquoi ne pas installer des mini alternateurs sur les portes des administrations ? comme ça, chaque fois qu’on actionne la poignée…
      – pensez aux millions de hamsters galopant dans des les cages d’exercices, on devrait utiliser intelligemment cette énergie !
      – version coercitive : chaque français doit disposer d’un vélo d’appartement relié au réseau, et en fonction de l’âge, du sexe et de l’état de santé, chacun doit tant de kWh au réseau de la communauté verte.

      Avec un grand bon en avant, tous ensembles on peut arriver à sauver la planète et lutter contre le capitalisme.

      1. Aelil

        « Ben si, justement. Une route c’est un truc par terre qui bouge pas, on ne voit pas en quoi et pourquoi ça générerait de l’énergie. »
        Ben si tu peux pourquoi pas ?
        « C’est là que la connerie dépasse l’entendement parce qu’il était tellement évident que ça ne pouvait pas marcher que ça n’était même pas la peine d’essayer. »
        Aujourd’hui d’accord j’aurai parié contre, avec raison. Mais à l’avenir ?
        Après de toute façon ce n’est pas le rôle de l’Etat, ainsi le producteur aurait dû trouver un client intéressé (probablement EDF en tant que producteur d’électricité), et les deux auraient pu proposer aux autorités de financer la différence entre une route normale et ce type de route afin de créer le prototype.
        Maintenant vu que ce n’est pas viable aujourd’hui aucun acteur privé n’ira, d’ou le fait que l’Etat s’en charge, ce qui est complètement con vu que c’est parce que ce n’est pas viable qu’il y va.

        1. adawong1789

          Pour toute expérience qui a l’air foireuse, mais pourquoi pas, sur un coup de chance ou un malentendu, je ne suis pas contre : tenter le truc avec les sous-sous de volontaires, et dimensionner le merdier en fonction des thunes récoltées. Ils auraient fait une route de 12 mètres, ils auraient perdu leur mise, et le contribuable n’aurait pas dérouillé du postérieur.

    4. Aristarkke

      Si ce projet avait présenté un intérêt économique particulier de par sa rentabilité attendue, je ne suis pas inquiet que Vinci ou un autre de ces géants du crony capitalisme n’aurait pas manqué de faire des pieds et des mains pour obtenir une autorisation d’essai à ses frais entiers (et il n’y en aurait pas eu pour 5M€, prix client final).
      Là, nous avons eu un superbe travail de lobbying pour susciter l’envie de plastronner chez Éolienne Impériale, résultat garanti chez elle.

    5. Francis Kuntz

      Je vois qu’il y a des experts pour à peu près tout, mais y-a-t-il des experts en finances publiques pour dire non à ce merdier ?

      1. adawong1789

        Ils sont tous tombés dans l’escalier ou ont eu de petits problèmes type freins qui lâchent, pas de bol. Les rares survivants sont au bagne, c’est d’ailleurs pour ça qu’on garde nos vraies ordures dans le confort de l’hexagone, y a pu de place pour les serial violeurs et les terroristes.

    6. Husskarl

      Si, c’était débile. Quand theoriquement on sent que ça va foirer, alors on change son fusil d’épaule avant d’investir.
      Second point, quand c’est l’argent public, ce n’est pas de l’innovation mais du détournement de fonds.

  3. PLC

    Bordée d’arbres à vent, cette route aurait été encore plus productive.
    N’est-il pas non plus misogyne de douter de la réussite de ce projet ?

      1. Pheldge

        à propos des spas à gnôles (les préférés à l’Al qui aime les installer 🙂 ) des nouvelles de Manolo, qui assure son avenir :
        madame.lefigaro.fr/societe/manuel-valls-susana-gallardo-riche-heritiere-catalane-photos-du-couple-290818-150239
        Faire payer les riches, version 2.0 !

  4. theo31

    De la morue bien salée pour vendredi, le taulier nous gâte.

    Blague à part, on se souvient que du temps où elle « bossait » pour Claude Allègre, la reine des neiges voulait interdire le port du string au collège. Cette femme est malade et surtout elle nous coûte très cher.

    1. albundy17

      « Cette femme est malade et surtout elle nous coûte très cher. »

      T’imagine mon soulagement depuis que ma région est rattachée à la tienne ^^

          1. Francis Kuntz

            et puis modeste avec ça. Quand elle était ministre elle exigeait de tous les membres du ministère se lèvent à chaque fois qu’elle apparaissait qq part

      1. Citoyen

        ??? Toulouse aurait été rattaché à l’Aquitaine, pour éponger les dettes ? …. On ne nous dit pas tout !
        En fait, Théo31 n’a pas tort, la dinde du Poitou laisse des dettes partout où elle passe … Et donc, au-delà de sa région, elle en a fait aussi au niveau national pour que tout le monde en profite … comme ça, y’ a pas de jaloux …

      2. Theo31

        Je ne suis pas rattaché à l’Aquitaine. En revanche, nous allons hériter des ardoises de Freche, notamment sa gare TGV fantôme.

  5. Higgins

    Ce matin, j’avais le sourire aux lèvres. Sur BFM Business, lors du débat entre N. Doze et JM. Daniel, Frédéric Bastiat était à l’honneur. Il faisait beau. Tout était parfait. Las, ce juste rappel de l’existence et des méfaits de la dinde du Poitou a tout mis à terre.

      1. zen aztec

        Heureusement qu’il y aura une jolie fresque,parce qu’un pouffage à 5 millions €/ km excusez nous de faire un peu la gueule ce matin

    1. Dr Slump

      Allons Major, il y a de l’espoir: en 2 ans, la route a perdu 300 mètres. A raison de 150 mètres d’amputation par an, d’ici 5 ans la route n’existera plus. Heureusement une chose est absolument certaine: rien ne dure!

    2. Aristarkke

      C’est parce que la boboitude francilienne est en week-end prolongé qu’on se laissait aller à parler de Bastiat chez BFM???
      Les mines n’étaient pas trop celles de conspirateurs ???

  6. WorldTour73

    Je me posais la question des panneaux solaires de la reine des neiges il y a peu en pensant à l’ecologie pouet pouet vendu h24 à la tv : eh bien j’ai ma réponse aujourd’hui, c’est une catastrophe.
    Enfin merci pour le fou rire.

  7. Gosseyn

    Le vol légal. Expression des pays de l’Est qui finira par faire fureur chez nous !

    Enfin, parvenir à refiler des millions d’euros aux copains, sans même commercer de substances rigolotes, le tout avec le soutien désintéressé de la presse subventionnée … Le top, quoi !

    C’est devenu tellement naturel, chez certains, au point que cela ne choque plus guère. Ensuite un petit rappel de la Cour des comptes, pour la forme et sans conséquences aucunes. Des politiciens que le Monde nous envie.

  8. Nemrod

    C’était à peu près aussi con qu’une expo de porcelaine sur la bande d’arrêt d’urgence de l’A6…fallait être débile ou énarque pour pas le voir.

  9. taisson

    Quand ce projet fut évoqué par les médias, toujours adorateurs de de toutes les âneries de Cette « reine » …), j’avais un peu naïvement pensé qu’il s’agissait de plaques du genre piezo electrique, fonctionnant à la pression, comme dans les boîtes de nuit !!
    Je n’ai aucune idée de la fiabilité et du rendement de ces trucs, mais, pourquoi pas essayer …
    Sauf que ces crétins on mis des panneaux solaires, que l’on pose d’ordinaire sur les toitures, justement pour que rien ne les touche, ni ne marche dessus !!

    Comment des gens ayant une formation technique ont pu un instant croire que ça allait marcher ?
    On revient à mon interrogation habituelle, entre la théorie et la pratique..
    C’est comme tous ces techniciens de haut niveau incapables de rebrancher les fils du va et vient de leur couloir si par malheur leur genre1 à refait le papier peint !!!

    1. Pheldge

      « plaques du genre piezo electrique, fonctionnant à la pression, comme dans les boîtes de nuit  » oh là, ô Camarade Taisson, faudra m’esspliquer le truc, bicauze que la dernière fois que j’ai mis les pieds dans ce genre d’établissement, remonte à près de 20 ans ! 😀

    2. Vodkaman

      Pas de soucis, ça marche à fond(s perdus)

      bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/la-californie-va-transformer-ses-automobilistes-en-producteurs-d-electricite-1041975.html

      Pour donner une idée, le rentabilité est à partir de 600 véhicules / heure. Soit un toute les 6 secondes. (et c’est d’après le concepteur donc sujet à réduction dans les faits)

      Même pas sur que sur le périph parisien on y arrive. pour marcher, le pression exercée doit varier, donc aux heures de pointe quand c’est bouché, pas sûr qu’on y soit.

      Faire la moyenne sur 24 heures doit donner une bonne idée.

  10. Higgins

    Le service public à la française (cadre ligne de bus dans une ville de province) : bus programmé à 14h50, annoncé pour 14h55, toujours pas passé à 15h10l

      1. Aristarkke

        Major, honnêtement, une panne peut se produire inopinément, même sur un matos qui a démarré le matin sans problème. Bien évidemment si c’est une panne réelle et non pretextée…

            1. Higgins

              Ma fille a pris le train hier dans dans le sens Paris-province. Dans l’autre sens, le train similaire avait tout simplement une heure de retard affiché. Avec la SNCF, redécouvrez le train!!! La neige, me suis-je dit in petto.

              1. durru

                La réponse correcte était : « ça c’est de l’exploitation de république bananière, pas de l’exploitation commerciale » 😉

                1. Dr Slump

                  D’où est née la fameuse expression: partir en banane. Non non je reste. Prochainement je vous expliquerai les expressions « partir en cacahuète, et « partir en sucette ».

                  1. Gosseyn

                    Ajoutez aussi République pommière pour la France, parce qu’au moment de devoir payer, c’est toujours pour notre pomme !

                    1. Pheldge

                      je répondais à « c’est de l’exploitation de république bananière » … mais comme c’est « Air France. Pas Air Côte d’Ivoire », « patate » me semble plus approprié que « banane » 😉

            1. Pythagore

              Les réacteurs d’avion sont devenu très fiable, ce qui explique qu’il n’y a quasiment plus que des bi-réacteurs ds les avions vendus neufs. Une des raisons qui a tuée l’A380. On parle d’une panne par million d’heures de vol.
              https:/ /aviation.stackexchange.com/questions/25043/what-are-the-reliability-statistics-for-modern-jet-engines

            2. sam player

              Et listeria récemment sur un vol Air france … y a fallu 3 jours pour alerter les passagers…
              Y a pas de secret, au lieu de faire des économies sur les salaires, ils font des économies sur les prestations…

              Je me rappelle il y a quelques années d’un vol commun entre Air India (ou un truc du genre) et Air france … mais l’avion était de Air India… mais ça on le savait à l’époque que quand on monte dedans.
              3 annonces de retard de l’avion à l’arrivée avant embarquement… (il venait des US) puis 2 reports d’embarquement, puis 1 embarquement, roulage puis débarquement… j’ai refusé de remonter dans l’avion et du coup la moitié des passagers ont fait de même (des vrais moutons)…. et Air france nous a logé à l’hôtel (wifi payant lol) et le lendemain c’était un avion Air france… Je n’ai plus jamais repris un avion Air france

                1. bibi

                  Le pilote s’est senti fiévreux, la gorge sèche, et lorsque la bactérie s’est attaquée aux globules rouges il a été pris de vertiges, puis de démangeaisons, suivi de spasmes musculaires graves, avec vomissements et jets de baves, enfin tout le système digestif s’est bloqué, en s’accompagnant d’une incontrôlable flatulence, jusqu’au moment ou le moribond s’est transformé en une boule de gelée informe et tremblotante.

                  Mais heureusement il y avait un passager dans l’avion qui savait piloter et qui n’avait pas manger de poisson.

                    1. Pheldge

                      non, et c’est pour ça qu’il a été arrêté à sa descente d’avion, puis condamné à de la prison ferme, pour mise en danger de l vie d’autrui !

                    2. Higgins

                      Pilote privé avion, pilote d’hélicoptère professionnel (dans l’armée des Indes), la dernière fois que j’ai été confronté au cas, j’ai préféré laisser l’avion s’écraser. Il ne faut jamais prendre de risque inconsidéré -;)

    1. Pheldge

      oui, mais Camarade Major, depuis que c’est le privé qui fait le boulot, à cause de la casse du service public, comme le dit souvent le Camarade Martinez, faut plus râler ! du temps que c’était de vrais travailleurs, et camarades fonctionnaires, ça marchait impec, y’avait jamais de problèmes, ni de retards …
      Moralité c’est la faute au néo-turbo-libéralisme, que les cars ils respectent plus rien comme horaires ! 😉

      1. Pythagore

        Je ne connais pas les contrats de franchise en France, mais pour les franchises d’exploitation de lignes de train en Allemagne, y a des pénalités, et si train pas à l’heure, toilettes défectueuses, ou train trop sale, l’opérateur a des pénalités. Vous pourrez le dire à votre Kamarade.

  11. Delta-00

    Pour habiter dans le coin, c’est encore pire que ça: la fumeuse route n’en est pas une. Il s’agit d’une seule voie sur une petite route de campagne bien étroite. Et c’est cette seule voie qui est limitée à 50, l’autre étant restée à 90 (…). Je vous laisse faire le jeu de mots facile.
    Et sinon, l’entreprise du coin qui fabricant les panneaux à, bien entendu, bien vite calanché par intoxication au ségolium, si bien que la légende locale dit que les panneaux de remplacement (une route étant une route, il a fallu continuellement changer les cellules durant la courte vie de cette voie lumineuse) étaient fabriqués en extrême-orient. Et je ne parle pas de l’Alsace.

  12. Francis Kuntz

    les défenseurs de ce genre de projet vous répondrons que c’est avec les échecs d’aujourd’hui que l’on prépare les succès de demain
    (nota : ce n’est pas mon opinion)

    1. Pheldge

      y’a aussi le coup du complot qui marche bien « c’est une idée trop en avance sur son temps, et qui dérange pas mal de monde, le lobby pétrolier, le lobby du nucléaire, alors ils sabotent toutes les tentatives, ils ont du pognon et des gens pour ça ! comme ils ont tué le moteur à eau inventé par un savant Français méconnu, dans les années 70 et mystérieusement disparu … »

      NB: si je devais mettre des smileys pour bien souligner l’ironie de mon post, il en faudrait 2 lignes … 😉

      1. Francis Kuntz

        le contre-exemple parfait de ce genre de raisonnements : le rafale. Un projet démesuré au départ, sur lequel on a misé pendant des décennies en pensant que ça finirait par marcher. Aujourd’hui qu’il est obsolète on s’aperçoit enfin que tout ce pognon n’a finalement servi à rien (voir aussi Concorde, A380, etc…)

  13. Tess

    Moi qui croyait que nous recyclions nous mêmes nos plastiques (vu le tarif qu’on paye pour le recyclage),ah ben non, on envoie toutes nos merdes plastique à recycler en chine et philippine. Je comprends pourquoi la déchèterie de Manille est la plus grosse décharge au monde. Mais alors pourquoi nous faire chier à recycler nos plastique pour les envoyer dans d’autre pays pour les traiter ? Du coup, la chine nous renvoie nos déchets plastiques.
    Il n’y aurait-il pas un problème écologique !

        1. albundy17

          C’est normal, ce sont des écolos, et les écolos, leur définition de sauvegarde de la planete, c’est la pollution hors de leurs frontières, des nationalistes. 🙄

          on envoie toutes nos merdes plastique à recycler en chine et philippine.

          Ça c’était avant, les chinois refusent désormais de recevoir nos merdes en plastiques. Après tout nous n’avions qu’à ne pas les leurs acheter ^^

          1. Tess

            Non ! on vend nos merdes au chinois ! En contre partie ils envahissent le marché Européen avec leurs produit à deux balles !

                1. albundy17

                  mdr, sacré apéro ^^

                  Mais non, c’est fini depuis quelques mois, ils ne reprennent plus nos merdes, décision de leur gvt d’arrêter d’être notre poubelle, même contre argent sonnant et trébuchant

            1. Pythagore

              « ils envahissent le marché Européen  »
              Teuh teuh teuh, personne n’est obligé d’acheter les dits produits 😉
              Ce ne sont pas eux qui envahissent, c’est ns qui achetons.

                  1. Pheldge

                    Non, parce que l’état agonise nos entreprises de charges, et qu’elles ne sont pas concurrentielles sur ce type de produits, malgré l’avantage d’être proche du client !

      1. Francis Kuntz

        sans compter les communes trop pauvres ou trop feignasses qui remélangent les déchets gentiment séparés par leurs administrés dans une benne unique pour envoi à l’incinérateur (de mémoire surtout des communes de type méridionales)

  14. Bouli

    HS, mais je ne peux pas m’en empêcher tellement c’est gros…
    Trouvé en commentaire sous un article du Monde traitant de la destruction de HLM dans des villes de province où il y a trop de logements HLM vacants…

    « Il faut obliger les Parisiens riches à vivre à Montluçon. Créer des emplois de fonctionnaires comme propose pour servir la nouvelle population.ralentir l’usage de l’ordinateur et de l’internet de manière a employér plus de fonctionnaires dans les provinces. Les appartements libérés par les Parisiens envoyes à Montluçon doivent être vendus au profit de la réindustrialisation des campagnes. Ceux qui achètent ces appartements devront les louer à des populations défavorisées. Ce cercle vertueux permettra d’éliminer les inégalités et de repeupler les provinces. »

    C’est un best-of je crois…

    1. Dr Slump

      Concernant la connerie, y’a quand même un niveau de concentration qu’il faut éviter hein, pour préserver son bien-être personnel. Et donc, l’Immonde, ben je ne le lis pas, je m’arrête aux titres, ça suffit.

    2. durru

      « En même temps » ©, ça serait pas si c.n que ça d’obliger ceux qui imposent des décisions à la c.n de vivre comme ils veulent en obliger les autres. Mais bon, ce n’était clairement pas son idée 😉

    3. Francis Kuntz

      Pour ma part je ne trouve pas cela complètement idiot. En effet, pourquoi l’Etat devrait obligatoirement installer ses services dans les capitales économiques ? Si cela se justifie pour le siège d’une entreprise, je ne vois pas en quoi tel ministère devrait faire de même. Aux USA, les capitales administratives des Etats sont situés pour la plupart dans de petites villes loin des centres économiques

      1. sam player

        Ça vient de la centralisation originelle en France : sauf changement récent, il ne doit y avoir qu’une seule entreprise du CAC40 qui n’a pas son siège en région parisienne : Michelin qui est à Clermont-Ferrand.
        Aux USA, moins de la moitié des entreprises (30% à vérifier)du Dow ou du Nasdaq ont leur siège à New-York : Coca Cola Atlanta, Apple Cupertino, Walmart Arkansas, Exxon Texas…

        On se demande bien ce que fout Peugeot à Paris… bon, doit pas y avoir d’aéroport international a Sochaux…

          1. Francis Kuntz

            ah oui deux villes pourtant séparés par une frontière qui mettent en commun un aéroport. Trop fastoche. Alors qu’à coté de ça nimes/montpellier et Pau/biarritz ont chacun le leurs

              1. Francis Kuntz

                les plans de régionalisation prévoyait un grand aéroport par chef-lieu de région mais c’était pas assez on en a fait pour chaque chef lieu de département

                1. Higgins

                  C’est un peu plus complexe que ça. Beaucoup de villes possèdent un aérodrome petit ou grand. Dans ce dernier cas, cette existence est intimement liée à l’Histoire (existence d’une infrastructure militaire ou rattachée à une industrie généralement aéronautique). Jusqu’à un passé récent, ces terrains vivaient pour beaucoup des multiples passages d’aéronefs militaires. Chaque atterrissage ou décollage était compté comme un mouvement. Des terrains comme celui de Poitiers, Nevers ou Rodez étaient fortement utilisés car offrant des infrastructures intéressantes, sans trop de trafic parasite (aeéo-club ou commerciaux) permettant des entraînements sans gêne. Par exemple, Poitiers bénéficiait de nombreux passages car situé à 15 mn de vol de la base de Tours et une petite trentaine de mn de celle de Cognac. Depuis une vingtaine d’années, la flotte militaire a fondu comme neige au soleil alors que de nombreux sites perdaient leur vocation aéronautique (cas de la base de Tours qui n’abrite plus l’école de Chasse). Les chambres de commerce, généralement affectataires de ces installations, ont rarement su en tirer profit. Il est vrai que l’administration de l’aviation civile n’est généralement pas d’une très grande aide et que le corporatisme malsain qui prévaut dans certains corps comme celui des contrôleurs aériens est un puissant frein à toute tentative de développement. Quant aux responsables politiques, mieux vaut ne pas les voir à la tête d’une entreprise. Comme l’a dit Coluche, donnez leur le désert et dans cinq ans, il faudra commander du sable. Si je reprends celui de Poitiers que j’ai longuement pratiqué, idéalement placé (10 mnndu centre ville, 15 mn du Futuroscope), il n’est même pas desservi par une ligne de bus et son potentiel est totalement sous-exploité avec les retombées économiques que l’on devine. Encore une des caractéristiques du mal français.

                  1. Higgins

                    J’ai oublié de préciser qu’à un mouvement correspond une taxe, taxes que les armées payaient rubis sur ongle. Les chiffre ainsi obtenu ont perverti la vision de la plateforme par les autorités de tutelle style « mon terrain est vraiment important parce qu’il est fréquenté » d’où des investissements hasardeux. Rajoutons à cela l’attention bienveillante d’une grande compagnie nationale pour qui la concurrence est une bête féroce qu’il faut tuer dans l’oeuf. De nombreuses petites compagnies régionales prometteuses ont dû soit se soumettre soit disparaître.

                    1. Francis Kuntz

                      merci pour cette réponse très détaillée. On en apprend tout les jours. J’ai quand même l’impression que des maires avoir leur aéroport (cf. Ayrault à Nantes) quelque soit sa rentabilité, comme d’autres aiment avoir leurs stations TGV

                    2. Aristarkke

                      Pour un maire ambitieux, c’est plus facile et rapide d’avoir un aéroport qu’une gare TGV.
                      Cf le psychodrame avec Amiens quand ils ont appris que le TGV Paris Lille passerait par la gare des betteraves au lieu d’Amiens (et d’Arras)

                    3. Pythagore

                      @Ari, au fait je n’ai jamais compris pourquoi ils n’pnt pas fait passer le TGV par Lille-Lesquin, ca aurait pu constituer le 3ème aéroport parisien, e.g. servir de plateforme charter pour l’été et amener un énorme développement. Surtout que l’aéroport est bien placé pour ca, quasiment sur la ligne, ca n’aurait pas été un grd détour.
                      Une idée ?

                    4. durru

                      @Pythagore 21h40
                      Certainement parce que les bons rouages n’ont pas été correctement graissés.

                    5. Aristarkke

                      A Pythagore :
                      Parce que créer des lignes ferroviaires en milieu urbain dense n’est plus guère possible.
                      Parce que la SNCF a été le maître d’oeuvre qui a cherché à profiter au maximum du réemploi des lignes existantes à cet endroit.
                      Parce que Gros Quinquin la voulait absolument à Lille à deux pas de la Gare classique pour « l’interconnexion ».
                      Résultat : elle est trop éloignée pour un déplacement cum pedibus mais trop proche pour les transports en commun.
                      Parce que l’aéroport de Lesquin, victime des coûts et taxes français a toujours été (violemment) concurrencé par celui de Bruxelles.
                      En plus, la gare TGV de Lille, pourtant créée dans un espace urbain neuf, au dessus des voies ferrées, est maintenant bien trop à l’étroit avec ses accès conçus étriqués dès le départ.
                      Aux heures d’affluence, c’est un bazar quasi inextricable même vu par un francilien d’adoption rodé, si bien que je n’y donne plus mes RDV de covoiturage

                    6. Aristarkke

                      A Durru
                      Oh que si, il y a eu de la graisse dans les rouages.
                      Peut-être certains ont été oubliés mais sûrement pas les principaux.
                      Des rues ou des îlots entiers ont été soumis aux DUP ad hoc, puis vendus de force aux prix habituellement de niveau adapté, vers le milieu des années 80. On avait prévu « tres large »… Trop large… Zones inemployées… Anciennes constructions en ruine qu’il a fallu faire raser par de généreux acheteurs dévoués au bien Public… Et on a reconstruit plein de choses dont des locaux supplémentaires pour le Conseil Général dont l’immeuble de la rue Gustave Delory, datant tout juste de la période GQQ premier ministre ne paraît pas spécialement étriqué…

                    7. Higgins

                      @ Aristarkke 21h27

                      Amiens dispose d’un beau petit aérodrome, Amiens Glisy. A une quarantaine de km au nord-est de la capitale picarde, il y a l’aéroport d’Albert Picardie, du fait de la présence avant-guerre des usines Potez dont l’administrateur n’était autre que le père de Jacques Chirac, grand ami d’Henri Potez lui-même condisciple de Marcel Dassaut (https:/ /fr.wikipedia.org/wiki/A%C3%A9roport_Albert-Picardie). Le terrain, bien équipé, n’existe qu’à travers l’usine Airbus qui a pris la suite des usines Potez. Le trafic purement commercial est quasi-nul mais le terrain est vital au plan économique pour le coin. C’est juste pour illustrer que, souvent dans ce pays, des infrastructures aéroportuaires existent depuis longtemps. On peut certes envisager d’autres configurations mais le poids de l’histoire est là.
                      Pour Lille-Lesquin, le terrain est idéalement placé entre Bruxelles et Paris et il aurait pu faire une ideal troisième aeroport parisien mais il souffre de la concurrence de Charleroi qui a misé sur le Low-cost. Dans un pays normal, il y aurait une relation directe entre le TGV nord et l’aéroport mais nous sommes en Grance. C’est donc la plus mauvaise solution qui a été privilégiée. On ne changera jamais un âne en cheval de course.
                      Enfin, à Châlon en Champagne (ex Châlon sur Marne), il existe le terrain de Vatry. Construit sur des standards OTAN au plus fort de la guerre froide, il n’a jamais été réellement utilisé. Il y a une vingtaine d’années, le ministère de la Défense l’a retrocédé à la région et/ou chambre de commerce. Il a été décidé d’en faire une plate-forme dédié au fret aérien, profitant de la proximité d’une autoroute et d’une voie ferrée qui desservait le terrain, le tout a moins de 200 km de la capitale et ce, dans une région un peu négligé au plan économique comme au plan démographique. Il ne fait pas bon dans ce pays de se heurter à des puissances installées fortes de l’appui de la machine étatique. L’initiative a déplu et le terrain, qui dispose de réels atouts, vivote

            1. Higgins

              A ce sujet, les cons ne se cachent même plus : https:/ /news.google.com/articles/CAIiEB6dFRQEEGTMx3GdD9ZtJWIqGQgEKhAIACoHCAowoab-CjD5sYoDMO3U_QU?hl=fr&gl=FR&ceid=FR%3Afr

                1. Higgins

                  Certes oui mais là, nous sommes clairement dans une remise en cause de la liberté de circulation et d’entreprendre. Aujourd’hui l’avion, demain la voiture individuelle puis viendra l’heure du passeport intérieur avec justificatif du déplacement.

          2. sam player

            À côté… hi hi à 1h…
            Il est où le major, on l’attend pour déjeuner ? Non, il est parti chercher le pain à côté…

              1. Higgins

                Sam, pas pire que de vouloir fair un matin Issy les Molulineaux – le Bourget ou Issy – Toussus le Noble (aviation d’affairre). Je sais, j’ai donné.

        1. Francis Kuntz

          je me demande si c’est la centralisation économique qui a poussé à la centralisation politique ou l’inverse (la poule, l’oeuf …)

    4. Gelato29

      Ça m’a tout l’air d’être une « écossaise » : le commentateur se fout littéralement de la gueule des lecteurs de l’immonde

    5. Citoyen

      Ha ! c’est du lourd !
      Le mec qui pond ce genre de commentaire devrait aussi donner la marque des produits qu’il s’injecte, … c’est du redoutable !… Faut prendre rapidement des mesures pour protéger les populations …

  15. Tess

    HS mais ce qui est intéressant c’est que 60 % des ministres ont fait l’objet d’un redressement fiscal ! mais silence radio dans les médias subventionnés !

  16. sam player

    Je viens de regarder la photo de l’article du monde : MDR, je comprends pourquoi ils ont mis la vitesse à 50kph… On freine comment là-dessus ?!
    Encore plus débile que ce que je pensais !

      1. Francis Kuntz

        La solution idéale pour ne pas finir dans le fossé : ne pas rouler sur cette route. La voilà la route de demain. La route qui produit de l’électricité et sur laquelle personne ne roule.

    1. Francis Kuntz

      tiens il parait que le périph’ va passer à 50 km/h.
      Les banlieusards de la petite couronne qui ont massivement voté EELV seront les premiers à expérimenter les conséquences de leurs votes.

    1. albundy17

      lol.

      Ma Peg voulait pour la plage de la piscine un carrelage foncé pour être raccord avec la terrasse gris anthracite, du coup j’ai fait passer un réseau hydraulique comme pour les planchers chauffants sous la surface du carrelage, le tout branché sur la filtration piscine.

      Le carrelage reste ainsi à T° tout à fait confortable et ça réchauffe la piscine

      1. Gosseyn

        Et voilà un panneau solaire où un camion pourrait passer ! Mais vous n’êtes pas énarque, alors cela ne peut être retenu !

          1. Pheldge

            y’a des mots, qui ont un pouvoir attractif puissant, auxquelles, certaines MILF ne peuvent résister … et c’est encore pire, quand ils ne sont pas dits, juste suggérés.
            Bon après c’est Herr Schön qui doit s’y coller 😉

  17. Dr Slump

    Dans la même veine, cette vidéo qui montre les conséquences concrètement désastreuses qu’ont ces délires réchauffistes, en aprticulier sur les populations les plus vulnérables. Les générations futures n’auront aucune pitié pour nous…

    1. sam player

      Ça semble bien être l’explication de la hausse, déjà vu ailleurs cette explication: une débilité ce truc de forcer un fournisseur à approvisionner ses concurrents et à augmenter ses prix pour que ses concurrents puissent être concurrentiels…

      Bon, y en a un qui a réussi à placer dans le fil :
      « Cela confirme bien qu’il faut privilégier un mode d’approvisionnement énergétique en circuit court pour accentuer la proximité entre le consommateur et le producteur »

      Ça veut rien dire, à part, il faut se mouiller les mains pour avoir les mains mouillées…

          1. albundy17

            Ha ben non, pas le schiste, c’est le mal absolu, mais par contre, un élevage de porcs pour alimenter la bulle à méthanisation…

      1. Dr Slump

        Je ne vois vraiment pas le rapport avec cette histoire de « circuit court », sauf peut être si le gars fait le même rapprochement que pour l’agriculture, mangez local, luttez contre la mondialisation débridée, toussa. Consommez notre électricité verte de nos éoliennes qui bousillent nos paysages, youpi!

        1. sam player

          Dr tu essaies de trouver des arguments là où le gars ne s’est même pas donné la peine d’en mettre puisqu’il a écrit une tautologie.
          Rapporté au consommer local (forcément nationaliste hi hi), ca donnerait : il faut consommer local pour être plus près du producteur.

          Contrairement à ce qu’on croit, ce genre d’arguments porte car il n’est pas agressif, le récipiendaire n’ayant plus qu’à mettre en place les bonnes connexions dans son cerveau en fonction de sa sensibilité à lui.

          D’ailleurs dans le fil de tweets du Al, le contradicteur ne relève même pas la tautologie, mais au contraire discute un argument qui n’a même pas été évoqué… cet argument étant né dans la tête du contradicteur façon génération spontanée.

          Je m’amuse parfois à faire cela avec les gens, c’est assez rigolo.

          1. albundy17

            « le récipiendaire n’ayant plus qu’à mettre en place les bonnes connexions »

            Il s’agit en fait plus exactement d’un court circuit n’empruntant plus même la moindre connexion de réflexion, à l’instar du réchauffement climatique ou que les fachos sont de droite.

            Pavlovien, quoi

            1. sam player

              C’est un peu réducteur Al, je ne pense pas que les gens soient bêtes à ce point là, y en a mais pas tous.
              Je crois plutôt qu’un jour, un des arguments entendus a fait mouche par rapport à une de leurs sensibilités.
              Les commerciaux utilisent souvent ce principe : écouter le client et détecter cette sensibilité et jouer à fond dessus de façon discrète.

              Perso, ceux que je préfère sont ceux qui ont des bagnoles allemandes… ils sont capables d’engager des travaux qui dépassent la valeur du véhicule… genre dernièrement une Golf avec 430,000km au compteur…

              1. albundy17

                Ha mais ce n’est pas une question de bêtise, plutôt de fainéantise.

                A force d’entendre partout et en continu que le CO² est toxique, que le cicuit court, c’est bien, que Putin bouffe des enfants au pti déj et que Trump il est con et méchant, la plupart ne font que répéter.

                    1. Francis Kuntz

                      comme dit Renaud dans sa chanson
                      « les bobos (…) sont fiers d’payer beaucoup d’impôts »

                    2. sam player

                      J’suis d’accord pour les pistes cyclables, il en faut plus… sauver* un ecolo, offrez lui un vélo…

                      * : sauver au sens religieux du mot…

                    3. Dr Slump

                      Pour les vélos je suis d’accord, et aussi pour leur donner encore plus le droit de ne pas suivre le code de la route, leur taux de mortalité grimpera en flèche comme ça :mrgreen:
                      (le smiley, c’est un trigger warnning, des fois qu’un écolo tombe sur ce commentaire et crie à l’incitation à la haine)

          2. sam player

            J’appelle ça « discuter pour ne rien dire » et ça amène souvent le client à dire ce que lui a envie de dire : ainsi hier, pendant que je changeais la batterie d’une de ses voitures et qu’il me collait aux basques, lui dire des tautologies l’a amené à me dire que sur un autre devis ce n’est pas le prix qui le gênait mais s’il pouvait payer en plusieurs fois… et tout ça sans parler du devis mais en parlant de Oscaro… la communication douce… (ouais je me force, ça n’a pas été le cas avec le gars et sa greluche qui s’étaient garés en travers sur le parking de Morauto)

  18. Francis Kuntz

    « sauver* un ecolo, offrez lui un vélo… »

    Un jour j’ai lu sur l’en-tête d’un papier administratif (qui plus est dépendait du MTES) la mention « sauver un arbre, tuez un castor ».
    ça m’a beaucoup fait rire. Pour une fois qu’on rit avec l’administration

  19. Laurent P.

    Faites savoir CONCRÈTEMENT à Ségolène Royal, la tout autant inutile que dispendieuse Ambassadrice chargée de la négociation internationale pour les pôles Arctique et Antarctique (bah oui, ça existe vrament…) que vous partagez pleinement l’opinion exprimée dans cet article : Imprimer l’article et le lui envoyer par la poste à l’adresse postale publique de sa quasi virtuelle pseudo ambassade, que vous trouverez sur la page
    https://lannuaire.service-public.fr/gouvernement/administration-centrale-ou-ministere_1094009
    Pour imprimer facilement l’article, c’est pas compliqué :
    https://www.printfriendly.com/p/g/CswgkC
    Dans la fenêtre d’impression qui s’ouvre, choisir la taille de texte 90% et la taille d’image 100%.
    Cliquer sur l’icône PDF.
    Choisir la taille de page « A4 » (« Letter » est le format américain) puis cliquer sur « Téléchargez votre PDF » et enregistrer le PDF sur votre ordinateur.
    Désormais vous pouvez imprimer l’article dans sa version « véritable lettre », en imprimant les quatre pleines pages de la version PDF que vous venez de créer en deux feuilles imprimées chacune recto-verso (la première feuille avec les pages 1 et 2, la deuxième feuille avec les pages 3 et 4).
    Optionnellement, vous pouvez inclure votre prénom et ville en guise de signature dans le petit espace blanc au bas de la dernière page (inutile de risquer de potentielles représailles en indiquant naïvement vos coordonnées complètes).
    Voilà, contribuer à pousser la folle du Poitou à enfin prendre une retraite parfaitement pas méritée mais oh combien salvatrice pour les futures finances publiques, ça ne coûte qu’un timbre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.