En marche … arrière, et surtout à petite vitesse

Dès le départ et lorsqu’il avait lancé, en fanfare, son brochet projet pour la France, le président Macron souhaitait mettre le pays « En Marche ». À mesure que le dirigeant français s’enfonce dans son quinquennat comme une chips molle entre les deux coussins dans un gros canapé en cuir, le doute s’immisce sur la volonté de réellement faire avancer le pays.

En fait de le mettre en marche, Emmanuel Macron semble avoir poussé le pays à reculons : les réformes fanfaronnées dans toute la presse se dégonflent les unes après les autres, et les vagues bricolages présentés comme des progrès ressemblent de plus en plus à des reculades ou des atermoiements qui riment plus avec piétinement qu’avec avancement.

Les derniers résultats des élections européennes, bien que lourdement entachées d’une abstention record, ont de surcroît envoyé un message très clair au frétillant quadragénaire qui les interprète pourtant simplement comme un besoin des Français pour davantage d’écologie ou, plus prosaïquement, lui ont rappelé que sans vigoureusement ripoliner ses élucubrations politiques d’une solide couche de vert tendre, il risquait de se prendre une peignée aux élections suivantes.

La presse, comprenant le pari élyséen, lui a donc emboîté le pas dans cette nouvelle orientation écoloïde, ce qui aboutit aux torrents d’imbécillités niaiseuses auxquelles nous assistons actuellement, depuis les idioties sur les effets néfastes potentiels, supposés et particulièrement imaginatifs du réchauffement climatique sur notre avenir (ce dérèglement entraînant – par exemple – la prochaine crise financière ou les précédentes crises humanitaires, la disparition du poisson ou des nuages, …), jusqu’à l’hystérie complète devant l’un ou l’autre événement en rapport direct ou pas avec l’environnement (comme c’est le cas avec l’Amazonie).

On aboutit au final à un véritable tir groupé du politique et du médiatique pour bien nous faire comprendre que tout, absolument tout allait être fait pour nous sauver la mise d’une fin apocalyptique, contre notre gré s’il le faut, et grâce à l’empilement judicieux d’interdictions, de taxes et de contraintes (car tout le monde sait que les taxes et les interdictions, ça marche !).

C’est ainsi qu’on se retrouve avec les déclarations consternantes du président concernant la marine marchande, déclarations reprises sans la moindre remise en question par la presse, lors du dernier G7. Pour Macron, une des solutions pour réduire les émissions de dioxyde de carbone consiste à réduire la vitesse des cargos :

« De manière solennelle, pour la première fois, nous allons nous engager avec les transporteurs maritimes pour réduire la vitesse des navires »

Eh oui : les calculs des transporteurs, des organisations plus ou moins non-gouvernementales, des journalistes et des politiciens du Ministère des Petits Oiseaux et de l’Air Pur sont formels puisqu’en réduisant sa vitesse de 12 à 11 nœuds (de 22 à 20 km/h), un pétrolier réduirait sa consommation de carburant de 18%…

Apparemment, personne ne semble trop se soucier de quelques éléments pourtant importants : ralentir le commerce maritime, cela veut aussi dire de façon quelque peu tautologique (mais apparemment nécessaire à rappeler) qu’un bateau qui avance moins vite prendra plus de temps à faire le trajet qu’on lui demande, et arrivera donc plus tard au port de destination. Or, ceci a des conséquences économiques évidentes à commencer par le fait qu’en accroissant les durées des flux, on en augmente substantiellement les coûts et les contraintes. Quand il s’agit de pétrole, cela peut avoir un impact (sur les cours). Quand il s’agit de nourriture, cela peut modifier là aussi sensiblement les impératifs de récolte, les pertes en transport, entraîner d’autres coûts annexes (chaîne du froid)…

Tout ceci n’est pas gratuit et l’introduction de ces nouvelles limitations, lorsqu’elles sont ainsi imposées par des politiciens et non par des contraintes de marché, revient à contraindre une série de prix qui s’en retrouvent inévitablement biaisés, rarement en faveur du consommateur.

En outre, la lenteur des uns fait le bonheur des autres, plus rapides. Au plan international, il apparaît fort peu raisonnable de parier sur le fait que tout le monde va ralentir alors que le premier à ne pas le faire va s’en retrouver sensiblement avantagé…

Pour le moment, les grandes sociétés de transporteurs qui se sont engagées à réduire la vitesse de leurs bateaux l’ont fait volontairement, en faisant avant tout un calcul économique et marketing : en se positionnant ainsi, elle peuvent (quitte à faire un peu de greenwashing ou écoblanchiment) prétendre œuvrer pour une meilleure planète, tout en réduisant leur facture de carburant, en tenant compte des contraintes de marchés auxquelles elles sont soumises et s’adaptent naturellement avec autant de souplesse que possible.

L’idée de Macron se traduira inévitablement par une loi qui anéantira cette adaptabilité : plus question alors, pour tel transporteur, d’autoriser exceptionnellement tel ou tel cargo à voyager plus vite sur cette ligne ou lors de ce trajet particulier afin de garder un contrat…

On le comprend : l’avenir maritime semble se diriger (doucement, tout doucement) vers une marche chaloupée et taxée pour s’assurer que rien n’arrivera trop vite.

Or, de façon inquiétante, il s’agit bien d’une tendance de fond à laquelle on assiste, alors que peu semblent prendre la mesure de ce qu’elle implique.

Il n’y a pas si longtemps, quelques décennies tout au plus, on cherchait plutôt à augmenter la vitesse de déplacement des biens, de l’information, des capitaux et des personnes. On semblait avoir compris que le temps était une denrée rare, la plus rare de toutes sans doute, et qu’il était donc désirable de diminuer le temps passé à attendre (fut-ce un bien, un service, un individu ou le résultat d’un calcul).

Il n’y a pas si longtemps, on cherchait à relier Paris à New-York en moins de trois heures et le Concorde le permettait. On cherchait à rapprocher les villes les unes des autres (quitte à engouffrer des fortunes dans un TGV au détriment de toutes les autres lignes). On cherchait à fluidifier les déplacements de ville en ville, et à l’intérieur de celles-ci.

Et puis subitement, dans quelques sociétés vieillissantes dont la France fait maintenant partie, il n’a plus été question que de ralentir.

La voiture fut la première victime, évidemment, avec la pluie de réduction des vitesses maximales autorisées au point que le 50 km/h en ville n’est plus qu’une chimère. Les aménagements urbains de plus en plus délirants, visant tous à la faire fuir hors de la ville, ont surtout multiplié les bouchons et rendu les commerces du centre inaccessibles (puis en faillite).

L’avion est maintenant sur la sellette : polluant, beaucoup trop bon marché et par conséquent proposant à trop d’individus d’aller voir ailleurs s’ils y sont, c’est une attaque en règle qu’il subit. La multiplication des contrôles et des contraintes débiles transforme un trajet de deux heures en l’air en périple de quatre heures dont deux à supporter un parcours anxiogène dans des mesures de sécurité aussi ridicules qu’inutiles. On en vient à encenser une adolescente qui refuse de prendre l’avion quitte à prendre la mer pendant plusieurs jours, ce qui impose (comble de l’ironie et de la stupidité) de multiples allers-retours en avions à tous les membres de l’équipe qui va l’entourer dans son coup de pub…

Voilà qu’on s’en prend maintenant aux bateaux, qui, gageons-le, ne seront pas les derniers sur la liste des transports qu’il faudra absolument handicaper…

Surtout ne perdez pas de vue que ce qu’on vous propose ici, ce n’est pas un monde moins polluant (il n’en sera rien), ce n’est pas un monde plus gentil ou plus doux. Non. Ce ne sera rien d’autre qu’un monde plus lent, plus mou, plus difficile à parcourir, plus pénible à arpenter, comme il le fut il y a 100, 200 ou 2000 ans de cela.

Charmante perspective !

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires484

                    1. sam player

                      Bah t’avais pas dit qu’il y avait des oreillers supplémentaires… pi j’ai repoussé à mes vacances de septembre…

                    1. Pheldge

                      un peu comme mézigues, que je graisse et puis je regraisse, que c’est ce qui fait mon charme irrésistible 😉

        1. Aristarkke

          Pas Attali, cela on l’avait compris. Mais la question se pose pour Athalie… Voire Nathalie, la guide sur la Place Rouge, euh la Ville Rose…

    1. Pythagore

      Ou plutôt ds le train, un ancien PDG de la Deutsche Bahn avait fait un essai de train cargo entre la chine et l’Allemagne. Cela n’a pas été poursuivi mais pas dit que l’idée ne revienne pas au goût du jour.

      1. Aristarkke

        Façon :Tellement il en avait mis dedans la sépulture ?
        Je n’y ai pas cru et ce fut confirmé par l’effacement du trublion.

  1. Le Gnôme

    Une loi sur la vitesse des transports maritimes signera la mort des ports français pour le plus grand bonheur d’Amsterdam, Hambourg , Barcelone ou Gênes.

    Bientôt, nous ne serons plus qu »une destination touristique, un grand Disneyland.

    1. douar

      Bof, les bateaux quittent rapidement les eaux territoriales françaises; dès lors, hors d’atteinte les cargos iront à leur vitesse optimale.
      Quand j’ai entendu ça, j’ai cru à une information du Gorafi. Même pas, il ne nous épargnera rien.

          1. Al Bundy

            Ouais, bon plus simple et plus sûr, un pv excess de vitesse de précaution.

            – Mais je suis parti de hong cong y a plus de 6 ans, c’est pour des produits vintage !

            – Ouais mais on sait jamais.
            -Pis vous me sortirez le CT annuel obligatoire de ces 6 dernières années, et la vignette critair moteur de moins de 6 mois

      1. Pheldge

        il a dû trouver l’inspiration chez Martine, pas celle des bouquins pour mômes, mais la copine au Papet, avec son 30 à l’heure en ville …

        1. Aristarkke

          Je te rassure Pheldge, le 30 à l’heure de Méremptoire, ce n’est pas partout à Lille. Juste dans les zones pauvres de ses électeurs…

            1. Aristarkke

              Je me suis exprimé bizarrement pour dire que cette restriction s’applique surtout là où ne résident pas en masse ses électeurs. Lille-Sud est curieusement épargné de cette vicissitude.

    2. Francis Kuntz

      Les ports français sont déjà morts depuis longtemps par la magie de la CGT-docker. Le principal port d’entrée des marchandises conteneurisées vers la France est … Anvers !!
      C’est bien pour cela que la déclaration de Macron ne mange pas de pain. il oublie aussi que les routes maritimes sont libres d’accès (et donc de vitesse) rappelé en cela par la Convention de Montego bay de 1982 dont la France est signataire

      1. Aristarkke

        Ce n’est pas la première fois que la Grance signe textes et traités l’obligeant pour ensuite, feindre devant l’opinion publique pour de vils motifs de cuisine électorale, de protester qu’ils l’ont été à l’insu de son plein gré…

      2. Aristarkke

        Au fait, pourquoi 12 nœuds de vitesse commerciale comme base générale pour tout le monde. Bateaux fournis strictement sur cette base ou vitesse la plus rentable /consommation de carburant ?

        1. Francis Kuntz

          ça dépend du moteur. Sur un 2-temps c’est une vitesse pépère (genre 90km/h) sur autoroute, adapté à un vraquier ou un pétrolier en charge et pas trop pressé. Sur un 4-temps c’est une hérésie. C’est comme mettre le shipburn en avant lente toute la traversée

            1. Pheldge

              vous êtes rien que des gros jalminces, comme si j’avais que ça à faire : faut aller chasser pour préparer la gamelle familiale :

                1. Pheldge

                  Bin, comme personne ne réagissait, pas de commentaires horrifiés « quoi, vous mangez des rats, des asticots, des larves ?  » j’ai pensé qu’il fallait resservir les plats ! 😉

      3. Can-Eye

        Je confirme.
        Pour mon job je fais livrer tous les mois des conteneurs de Chine à Anvers, (ou parfois à Rotterdam) avec un transport en camion vers… Marseille.
        Ne pas oublier un petit détour pour re-palettisation de la marchandise près de Lille (because normes Européennes) et l’utilisation de transporteurs polonais (because contraintes logistiques incompatibles avec les « messageries » classiques…).
        On a tout de même essayé le port de Marseille, une fois : un désastre !

        Sans vouloir à tout prix sauver la planète, je mettrais bien les dockers CGT dans les containers pour retour en Chine…

  2. Aristarkke

    On veut nous sauver d’une fin apocalyptique largement fantasmée mais on ne se préoccupe guère d’une fin financière apocalyptique bien plus certaine.
    Dernier phénix: remise à l’honneur de la monnaie héliportée… avec du RU pointant son nez de ci, de là…

    1. Francis Kuntz

      ça fait des années qu’on annonce l’Armaggeddon financier et on ne voit rien venir. La Bourse continue de se porter à merveille

      1. Al Bundy

        Oui, en 2007 aussi, tout était très solide, avec A+ pour Leman.

        Pas d’inquiétude immédiate de la part des investisseurs, les QE vont reprendre. Mais vu l’évolution des cours de l’or, certains sont en train de s’assurer

  3. Calvin

    Encore un bel article mettant en exergue la notion de temps = richesse.
    Cette évolution, enfin régression française (je ne peux dire macronienne puisque son prédécesseur était sur la même ligne), montre que l’Etat, ce Léviathan boulimique, a perdu tout espoir de s’améliorer et de rendre service.

    On croirait lire les déboires de la Comète de la Taggart.

  4. Higgins

    Pour le transport maritime, je me demande bien comment Jupiter va s’y prendre pour contrôler (au nœud prêt, s’il vous plait), la vitesse des navires (où les armateurs ne sont pas les affréteurs ni les propriétaires de la cargaison) sur un domaine, l’océan, qui reste encore un espace de liberté (au-delà des 12 nautiques, c’est la mer libre) . Peut-être des radars tourelles comme ceux que les zotorités tentent, avec plus ou moins de succès, de déployer le long des routes pour traquer l’impudent citoyen qui ose les défier par un comportement inapproprié. C’est fête du slip au Château et plus l’idée est, il faut bien le dire, conne, plus elle a des chances d’être officialisée.

    Comme le souligne très justement Nathalie MP dans son dernier billet ( https://leblogdenathaliemp.com/2019/08/28/g7-au-theatre-avec-macron/ ), si on peut s’interroger sur le prétendu succès du G7 (perso, c’est plutôt un four qu’autre chose), nous avons avant tout assisté à un formidable meeting électoral. La gesticulation qu’on nous impose quotidiennement (à cet égard, l’épisode Amazonie vaut son pesant de cacahuètes) peine à masquer le vide de la triste réalité que Maxime Tandonnet, sur son blog, appelle la Mégalocratie ( https://maximetandonnet.wordpress.com/2019/08/27/la-megalocratie/ ): « Le pouvoir politique se concentre tout entier dans l’image médiatique d’un personnage, absorbant à elle seule l’essentiel de toutes les sources traditionnelle de la puissance publique: gouvernement, parlement, administration, collectivités… L’exercice de l’autorité politique consiste, non plus à mobiliser, à décider, à choisir, à fixer un cap, mais à incarner, c’est-à-dire à paraître, à communiquer, à rayonner, focaliser l’attention, à n’importe quel prix. L’omniprésence médiatique du visage élyséen n’a donc rien de fortuit ou d’accidentel: elle est l’essence même d’un système. » Mais l’agitation n’y peut rien, le vide reste le vide et, fort heureusement, de plus en plus nombreux sont ceux qui s’en rendent compte. Combien de temps cela durera-t-il, là est la question.

    1. Le Gnôme

      Il est facile de contrôler la vitesse, le livre de bord indique la date et l’heure de départ, la date et l’heure de l’arrivée sont connues et la distance aussi. Voilà pourquoi les ports français sont morts.

      1. Aristarkke

        La distance exacte connue ? Celle, à vol d’oiseau, d’accord. Mais un navire n’avance pas selon une stricte ligne droite mais par une succession de segments de droites corrigeant les effets de la dérive, etc… Toujours allongée, la distance.

          1. Passim

            La loxodormie, c’était ma spécialité. Sous pilote, et roule ma poule. Une fois, je me suis réveillé à 4 ou 5 nM de Saint-Martin, après 8 heures de dodo…

        1. sam player

          N’importe qui peut avoir accès à la position des navires marchands sur la planète : tous les acheteurs s’en servent pour suivre leur livraison. Au hasard vesselfinder.com

          1. Francis Kuntz

            oui et aussi marinetraffic.com
            Le « aucun rapport » était p/r à la phrase « voici pourquoi les ports français sont morts »

        2. Pythagore

          Boite noir / data logger GPS avec scellés, contrôle à l’arrivée au port, et amende en conséquence, voir le data logger indique directement le montant de l’amende sur un petit écran. Pour ce qui est des amendes, il faut que ca aille vite, pas le tps d’attendre comme pour les marchandises.

    2. Jacques Huse de Royaumont

      Je me posais aussi la question de la capacité à appliquer cette réduction de vitesse aux cargo. Le droit maritime est en effet assez pragmatique et minimaliste. Si un cargo fait du 12 noeuds (le méchant) dans les eaux internationales, qui va le juger ? En principe, seul le pays dont il bat pavillon est compétent et j’imagine assez mal le Panama ou le Libéria faire trop de zèle pour condamner les armateurs.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          C’est exactement ça, d’ailleurs plus beaucoup n’adoptent le pavillon français. Et si on enquiquinent dans les ports, ils préféreront Rotterdam, Gênes ou Barcelone (ce qui est déjà largement le cas, grâce, notamment, à nos docker qui bloquent toute modernisation).

          Quant à arraisonner les navires dans le rail d’Ouessant pour verbaliser les excès de vitesse, c’est chercher l’incident diplomatique à coup sûr…

      1. Francis Kuntz

        Effectivement normalement le droit qui s’applique est celui du pavillon (d’où le développement des pavillons dits « de complaisance »). Les États du port n’ont de droit d’intervention à bord des navires étrangers qu’en matière de sécurité et de prévention de la pollution, au titre de l’autre grande convention internationale du droit de la mer, celle de Torremolinos de 1977 (et que la France a aussi signée et ratifiée)

      2. Francis Kuntz

        Personne « n’emmerde » les armateurs, même pas la France. Les enjeux économiques sont bien trop importants. Saadé a récupéré CMA et CGM pour une bouchée de pain grâce à son ami chirac et en a fait le 4ème transporteur mondial sans qu’à aucun moment on lui ait mis le moindre bâton dans les roues. Cette phrase de Macron c’est de la démagogie à l’état pur, un mensonge de politicien

        1. Francis Kuntz

          Les navires sont déjà taxés à l’arrivée (taxes portuaires). Qui en France sont parmi les plus élevées d’Europe, afin de financer des lamaneurs payés 5000€/mois et des dockers 10 k€/mois
          Eh oui les taxomaniaques ont tendance à oublier que quand ils pensent inventer une taxe, eh bien elle existe déjà

          1. Al Bundy

            ‘des lamaneurs payés 5000€/mois et des dockers 10 k€/mois’

            Bon, ça c’est du mensonge, ou alors faut me sortir les ports en questions

              1. Al Bundy

                Tu suppositoires mal, le princeps du docker français c’est être payé, boulot fait ou pas. Je bosse ds leur milieu, plus que toi ds les autoroutes et autres domaines apparemment.

                j’avais cru lire qu’y en avait qui s’invitait systématiquement ds des discuts pour contredire, ha ben oui, c’est confirmé

                    1. durru

                      Allez, j’t’essplique…
                      Si le docker marseillais travaille réellement 3 mois dans l’année (par exemple – le reste étant grèves ou autres arrêts maladie), et qu’il a 2500/mois, ça fait 10k par mois de travail effectif, non ?

            1. Francis Kuntz

              Non seulement c’est la vérité (mon ancien voisin est lamaneur et possède 3 maisons) mais vous n’avez aucune chance de faire ces jobs puisque réservés de pères en fils

              1. Al Bundy

                « mon ancien voisin est lamaneur et possède 3 maisons »

                Salope de proprio.

                Je confirme pour la nécessaire filiation, concernant les salaires vous n’apportez rien que de jalouses rumeurs.

            2. Peter

              Bonjour, mon beau-frère travail au port du Havre, grand port 4000-5000 conducteur de grue portuaire salaire net hors primes 7300€+primes fixes environ 1500€, on est pas très loin de 10000.

              1. Val

                @peter oula prometteuses réunions de famille… surtout que ce type de « job » s’hérite de père en fils … et il vote comment ?

                  1. Val

                    @pheldge on ne sait jamais on ne sait jamais, le monde est plein de surprise, regarde saint Paul -et toi même le bienheureux- 😉

    3. Aristarkke

      Absorbant toutes les sources, assechant notamment les sources financières puisque Flop Joene est déjà bien parti pour exploser le budget élyséen de 2019, encore pire que celui de 2018.

  5. Aristarkke

    « nous allons nous engager avec les transporteurs maritimes »
    De la chance auront-ils si on daigne faire semblant de les consulter avant de leur coller un wagon de contraintes.
    Cependant, dans les eaux Internationales, une réglementation franco-française peut-elle s’appliquer, en dehors du volontariat d »obéissance ???

    1. Pythagore

      Oui mais il faut qu’on montre l’exemple comme pour tout le reste et le monde, ébloui de nos lumières, il faut montrer le chemin, être le guide. Amen.

      1. Pythagore

        oups je recommence: il faut qu’on montre l’exemple comme pour tout le reste et le monde, ébloui de nos lumières, nous suivra.

  6. Aristarkke

    Flop Joene rêverait-il tout haut d’aller mettre des radars-tourelles sur bouées au milieu des mers et océans pour se faire quelques prunes supplémentaires???

          1. durru

            Parce que ça l’est, sur les bords 😉
            Si j’ai bien compris l’histoire, « joene » c’est une forme locale du ch’nord pour « jeune », et « flop », ben… c’est comme en « Top Gun ». Voilà comment Harry a dégoté ce délicieux surnom (enfin, merci de corriger si je déconne).

            1. Aristarkke

              C’est exactement cela. Joene désigne un jeune homme en patois picard (approprié, n’est-ce pas?) avec une nuance péjorative, façon freluquet…
              Quant à Flop, c’est rapport à son surnom dans la twitosphere après ses exploits aéronautiques de début de mandat…

    1. sam player

      A propos des radars tourelles j’ai vu ou lu il n’y a pas longtemps que c’est une analyse manuelle d’un opérateur qui, suite à une infraction de vitesse, valide à partir de la photo HD les autres infractions : téléphone, ceinture, doigt dans le nez… j’étais effectivement perplexe sur une analyse automatique à 200 mètres.
      Donc à priori, si pas d’infraction de vitesse… pschittt

  7. Aristarkke

    C’est fantastique, cette économie de carburant sur un bateau. Je suppose que ‘il baisse sa vitesse de 22 à 16 nœuds, le carburant se régénère dans ses cuves puisqu’il n’ y en a plus besoin… 😆

    1. Gerldam

      Sans être un grand spécialiste, je présume que la pénétration dans l’eau doit varier au moins comme le carré de la vitesse ) à partir d’une vitesse assez basse.

  8. Gosseyn

    Il y a encore moyen de revenir à la marine à voile, ce qui permettra à nos navires actuels d’arriver à bon port en quelques années ! Un avis d’Éolienne impériale sur ce sujet ?

  9. Aristarkke

    Je suppose cependant que les armateurs doivent privilégier les navires ayant des moteurs dont le couplé maximal est celui de la vitesse de croisière standardisée pour que la consommation de fioul soit optimale par rapport à l’effort fourni. Sam, un avis ?

    1. Francis Kuntz

      c’est déjà le cas depuis longtemps. Les ferrys, les vraquiers, les porte-conteneurs, les pétroliers ont des moteurs de propulsion qui leurs sont propres

      1. Stéphane B

        Tout à fait sauf à changer le bulbe et ça coûte bonbon.
        Le micron mignon aurait aussi pu évoquer le changement de consommation des moteurs du coté d’Ouessant. Au sud, fioul lourd. Au nord, diesel et le changement de carburant entraîne un gros nuage de fumée.

  10. Aelil

    En gros si j’ai bien compris le but c’est qu’on ne puisse plus trop voyager pour aller voir ailleurs que le système que le monde nous envie n’est pas copié… Et encore moins que ça ne marche pas si mal sans le dit système dont le rôle est de s’assurer que tout aille bien…
    C’est un peu un mur de berlin mais en plus doux.
    Mais limiter de plus en plus les déplacements, c’est vraiment malin pour un pays dont le secteur tourisme est assez développé et qui en est donc dépendant ?
    On organise aussi la pénurie en la rendant voulue à coup de lavage de cerveau (décroissance toussa toussa).
    M’est d’avis que quand les jeunes cons qui manifestaient il n’y a pas si longtemps ne pourront plus jouer sur leur console/ordi faute de courant, plus manger faute de transports mondiaux (pour acheter à prix cassés) etc etc ils risquent quand même de ne pas être totalement heureux… Mais ce sera la faute du méchant libéralisme (si possible ultra/turbo/giga/…)… :p

    1. Pythagore

      « décroissance toussa toussa »
      Les politiques étant incapables de favoriser la croissance, ils louent la décroissance. Ca ils y arrivent vachement bien.

  11. sam player

    Euh si la vitesse est diminuée il y a moins de rotations, donc il faut plus de navires et à tonnage annuel égal les navires sont moins chargés… hum…

    1. durru

      Donc plus de bateaux pour transporter les mêmes volumes, donc plus de carburant consommé => retour au point départ 🙂
      Ah non, pardon, retour à la marine à voile (comme déjà écrit plus haut).

  12. hub

    la lenteur semble être également l’objectif de l’administration dans son ensemble…. sans parler des procédures au tribunal…

      1. Husskarl

        Ils n’avaient encore rien vu ! C’est comme les taxes, ils s’en plaignaient…mais ils auraient fait un bon jusqu’aujourd’hui, ils auraient fait une attaque.

    1. Higgins

      Le flux tendu à ses limites. Exemple réel: une chambre dans une cour d’appel avec seulement deux titulaires (il en faudrait trois). Le président de chambre a fait un AVC pendant l’été. Bilan: opération et convalescence. Retour prévu, si tout va bien, début octobre. Le second a été victime d’un lumbago carabiné. Vu les impératifs de la législation dans le domaine géré, il n’a pas pris d’arrêt maladie et a travaillé comme il le pouvait. C’est à multiplier à l’infini et ça touche toutes les catégories de personnels. La lenteur est sciemment organisée par les politiques, c’est là la principale explication.

      1. Le Gnôme

        La justice était quand même plus rapide au XIXe, Caserio assassina le président Carnot le 24 juin 1894, le procès eu lieu les deux et trois août et il fut guillotiné le 16 du même mois.

        Rapidité aussi pour Gorguloff, l’assassin de Paul Doumer, crime commis le 6 mai 1932, jugement le 27 juillet, échafaud le 14 septembre. C’est déjà moins rapide que pour Caserio.

        1. Calvin

          La justice reste rapide contre les agresseurs des élus, très lente pour les vulgaires citoyens, et infiniment lente pour condamner les élus.
          Une justice relative, lente et rapide selon le point de vue.
          Une justice Schrodinger.

    1. Calvin

      Ah ben si, il faut bien compenser…
      Je vois même un recul de la mise en retraite des bateaux, pilotés par des équipages moins bien payés puisque ce surcroît d’activité imposée ne peut être rentable sinon.

    2. MCA

      Une course de lenteur à celui qui arrivera bon dernier de la part d’  »En marche ».

      Encore une contradiction qui ne risque pas de les étouffer.

  13. Gerldam

    Le pire, c’est que cela ne sert à rien puisque l’influence du CO2 sur la température de la planète est saturée depuis longtemps.
    Je ne comprends pas que le fait que, lors des dernières glaciations géologiques, la teneur en CO2 était beaucoup plus élevée qu’aujourd’hui, n’interpelle personne.

    1. Husskarl

      Si la vérité, les faits devaient interpeller les gens…ça fait longtemps que la Veme république aurait rendu l’âme qu’elle n’a pas.

    2. Nemrod

      Sans entrer dans la querelle d’experts, il est pourtant évident que la diminution d’émissions de C02 est de toutes façon inatteignable et qu’il conviendrait de faire ce que l’on fait depuis toujours et de s’adapter au climat s’il change pour cette raison une autre ou par ce que c’est comme ça…
      Mais non on veut figer le climat actuel alors que le climat à toujours évolué…
      Qu’ils étaient cons nos lointains ancêtres de l’ère glaciaires de ne pas avoir essayé de « figer » le climat de l’époque, ils allaient tous mourir !
      D’ailleurs la preuve..ils sont tous morts!

      1. P&C

        Il y a une énorme différence.
        Nos ancêtres étaient 5 millions de chasseurs ceuilleurs nomades. Que le climat devienne pourrave à un endroit, il suffisait de déménager. Et le capital à déplacer était fort limité.
        Aujourd-hui on a 7 milliards de sédentaires. Déménager des millions de francais; avec leurs maisons, leurs ports, etc… serait hyper lourd… Sans compter que les voisins ne seront pas d’accord.

        1. Tu fais la moitié du raisonnement (comme souvent) : si le climat devient pourrave à un endroit, contrairement aux cueilleurs, on a la technologie pour se réchauffer, pour se refroidir, pour construire des digues, pour se protéger du vent. Il n’y aura jamais 7 milliards de types à déplacer, ni même 700 millions ou 7 millions.

          1. Nemrod

            Voilà…s’adapter.
            J’habite une région de climat doux et humide.
            La tendance actuelle est à des conditions sèches de Juin à Novembre.
            Si cela se confirme il conviendrait de faire des retenues d’eau et de changer les cultures, le mode d’élevage etc..
            On a d’autres choix que de se barrer contrairement aux peuplades primitives.

            1. Al Bundy

              « J’habite une région de climat doux et humide.
              La tendance actuelle est à des conditions sèches  »

              saloperie de ménopause

                  1. Nemrod

                    Car le poux du pubis ( Phtirus pubis ) ne vit que sur le pubis ou plus rarement les cils ou la moustache…pour des raisons que je n’évoquerais pas par pudeur.
                    La fâcheuse mode actuelle instaurée par le genre 1 prive donc cette brave bête de la moitié de son habitat naturel et plus grave de toute possibilité de dépaysement…enfin disons que cela réduit sa niche écologique.
                    Alors moi je dit, halte au génocide Phtirique !
                    Je propose que Philips et Bic soient trainés devant le Tribunal Ecologique International.

              1. kekoresin

                Je me casse quelques jours et c’est le bordel!

                Ces quoi ces histoires de morbacs qui migrent du pubis doux et humide vers les moustaches? Le réchauffement clitoridien pousserait-il à faire de la lèche à Madame pour la soulager des coups de chaud? La montée des eaux favorise t’elle la fuite des gouines à Man?

            1. Calvin

              C’est surtout que ce n’est pas une conséquence du climat.
              Adaptation locale.
              Ce ne sont pas 10 à 12 millions d’habitants qui vont changer de pays.

              1. Al Bundy

                « C’est surtout que ce n’est pas une conséquence du climat. »

                Ce que ne laissent pas entendre les titres putassiers, à coup de montée des eaux, 30 millions de réfugiés climatique

                1. Pheldge

                  « C’est un site à l’est de l’île de Borneo qui a été choisi alors que Jakarta, la capitale actuelle, est menacée par le changement climatique. »
                  lepoint.fr/monde/l-indonesie-a-choisi-ou-implanter-sa-nouvelle-capitale-26-08-2019-2331660_24.php

                  1. Val

                    @Pheldge le changement climatique a bon dos … nationalgeographic.fr/environnement/environnement-jakarta-senfonce-de-30-centimetres-par
                    Je connais pas mal d’endroits en Europe qui se sont enfoncés eux aussi mais à l’époque l’excuse du réchauffement climatique n’avait pas été inventée. On pourra remarquer que les Indonésiens vont gérer, tout simplement en déménageant. C’est marrant nos gauchistes vont être déçus , ils se voyaient déjà sauver des millions de de réfugiés climatiques , pasdbol padpub

                    1. Al Bundy

                      C’est comme Venise qui n’arrête pas de se noyer avec la méditerranée dont le niveau des eaux monte forcément avec toutes ces glaces italiennes qui fondent.

                      Le premier acqua alta certifié date de 589, déjà les diesels marins, sans doute

                2. turlututu

                  Pfuit…p’tit joueur, on vient de passer à 280 millions :

                  https:/ /www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/climat-le-giec-redoute-les-effets-du-rechauffement-sur-les-oceans-1127408

          2. P&C

            Encore faut-il pourvoir se payer ces moyens.
            Je te rappelle que mal de monde en France (pourtant loin d’être un pays pauvre) n’ont pas vraiment les moyens de se chauffer l’hiver, ou de s’acheter une clim.
            Alors, pour le nigérian ou le congolais moyen…

            1. Tu prends le truc par le mauvais bout. S’il s’agit d’un problème qui concerne 7 milliards d’humains (ou même 7 millions), des économies d’échelles se mettent en place qui n’existent pas encore actuellement. En outre, se chauffer et se refroidir n’est pas un problème technologique (on sait faire et pour des prix abordables même dans les pays émergents). Les taxes (sur les énergies notamment) sont tellement énormes que ça rend le produit final cher, mais c’est purement artificiel. Encore une fois, si tu fais le raisonnement jusqu’au bout (i.e. en te plaçant dans la situation où le monde est réellement en train de bouillir / se cailler les miches), les incitations gouvernementales à faire les cons / bouffer des petits fours diminuent très vite.

              C’est exactement le même phénomène en cas de crise grave : les mesures idiotes et dispendieuses sont rapidement oubliées. Lorsqu’il y aura une crise sévère en France (je parle d’un rang de magnitude supérieur à 2008), les conneries écoloboboïdes vont vite cesser.

              1. Aelil

                En gros et plus simple, les gens ont des priorités, tu peux approcher ça avec la pyramide de Maslow (c’est pas parfait mais quand même): quand t’as faim/soif c’est ta priorité et d’avoir le dernier smartphone tu t’en fous royalement.
                Pour se chauffer/refroidir à pas cher tu peux juste creuser un trou dans la terre, pas si profond que ça (faut que je retrouve le chiffre exact, mais c’est genre 30cm à 1m je crois) tu obtiens un déphasage de 6 mois, bref du froid en été et du chaud en hiver. Ca a aussi un lien avec le principe du puit canadien.

                1. Aristarkke

                  À 1,20m de profondeur, la Terre est à une température de 10°C. D’où, effectivement, le principe des puits canadiens pour rafraîchir l’été et fournir une base tiède, l’hiver.

              2. Val

                @H16 on en arriverait presque à rêver une crise … je blague bien sûr, mais à peine en fait , c’est tout à fait comme cela que les guerre arrivent, elles finissent par être souhaitées par une majorité dont la vie est devenue insupportable et qui comme au loto rêvent de sortir gagnants de la boucherie qui vient.

                1. Al Bundy

                  L’espérer, non, s’y préparer, oui.

                  En cas de crise, comment crois tu t’en sortir face aux professionnels des points chauds de la france…

                  1. Val

                    @Al ça va tanguer c’est sûr , d’autant plus que nos politoqués ont déjà choisi leur camp et ce n’est pas le nôtre… o_O

                    1. Al Bundy

                      ça va tanguer pour les respectueux des lois, nous sommes has been.

                      J’aimerais avoir un nemrod ds mes connaissances, mais bon.

                      Sinon, comme c’est la fin, nous pouvons nous considérer comme perdu, nan ? 🙄

                    2. Val

                      @Al youtube.com/watch?v=JSUIQgEVDM4
                      Cela dit nous savons tous que rien de dure mais que tout se reconstruit,ce sont les transitions nécessairement chaotiques et effroyables qui m’angoissent o_O

                    3. Al Bundy

                      « tout se reconstruit,ce sont les transitions nécessairement chaotiques et effroyables qui m’angoissent »

                      Ben il ne faut pas t’angoisser, ça ne changera rien sauf a te pourrir ta vie de tt les jours, la reconstruction se fera avec nos enfants, ou les leurs, tu en es actrice.

              3. durru

                « Lorsqu’il y aura une crise sévère en France (je parle d’un rang de magnitude supérieur à 2008), les conneries écoloboboïdes vont vite cesser. »
                Wishful thinking, amha… Lesdites conneries vont cesser si, et seulement si, le régime politique qui les soutient disparaît. Ce qui n’est pas exclu, bien sûr, mais ce n’est pas tout à fait la même chose.
                Y’a qu’à voir le Venezuela, pour ne pas retourner avant 1989…

                1. Husskarl

                  Il faudrait que le régime en crève en effet. Je ne suis pas certain que la crise si elle ne tue pas le régime tue les délires socialos. Ca pourrait se fossiliser aussi.

                  1. Aristarkke

                    Les délires socialoïdes ont malheureusement déjà survécu à moult crises dont les effondrements systématiques des régimes qui s’en réclamaient…
                    Rien n’y a fait.
                    Je crains plutôt que ce ne soit comme les dises d’aspirine selon les illustrations d’ici.

                    1. Pheldge

                      en regardant l’Italie, je me dis que revenir à un régime des partis, finalement … parce que pendant les crises, au moins ils ne votent pas de lois majeures pleine d’emmerdements !

                    2. kekoresin

                      Bah, la crise de 2008 n’en était pas vraiment une ou alors elle dure depuis en attendant de faire ressentir son impact réel.

                      Non, une vraie crise avec une perte massive des valeurs monétaires avec un effet domino dévastateur est possible. Mais contrairement aux crises passées, nous sommes devenus bien moins résilients. Prenez les périodes de froid très intenses de 1985 -1986, l’impact que cela aurait aujourd’hui serait bien plus prononcé (plus d’électricité, plus de réseaux, plus de transport…).

                      Une crise majeure verrait une bonne partie des populations urbaines et péri-urbaines se soulever très rapidement contre l’autorité dont elles croient dépendre avant de s’égailler dans les campagnes avoisinantes pour brouter du blé pas mur (cf Malevil).

                    3. Al Bundy

                       » la crise de 2008 n’en était pas vraiment une ou alors elle dure depuis en attendant de faire ressentir son impact réel. »

                      C’est une interrogation ou une affirmation ? ^^

  14. cepatoufau

    Oui certes.
    Merci pour ces éditoriaux à la fois justes, drôles et caustiques.
    Une tirade de plus contre ce gouvernement / président qui traite les mauvais sujets de la mauvaise manière.
    Ce qui est incontestable est que Mr Macron a renoncé à diminuer le nombre de fonctionnaire de manière directe et officielle (comme tous ses prédécesseurs dont certains ont aux contraire encouragé leur embauche) et donc les dépenses de l’état et ce fameux 57% insupportable.
    Reconnaissons-lui le courage de changer ce qui est décrié depuis si longtemps (statut des fonctionnaires, retraites, institutions, statut de cheminots, lycées et collèges), avec un courage que n’ont pas eu ses prédécesseurs. Bien sur il interprète les évènements à sa manière, … c’est un politicien.
    Je me souviens de tous ces éditorialistes qui annonçaient la fin du quinquennat après la deuxième manif des JG. Il réussit à tirer la couverture à lui, et maintient un train de réforme.
    Ce n’est pas totalement ce qu’il faudrait, mais ce sont quand même des changements qui vont dans une forme de bonne direction.
    Ne tirons pas trop vite ni trop fort sur l’ambulance, aidons la plutôt à prendre les bonne décisions et essayons de voir le côté rempli du verre et pas son côté vide.
    Sinon, ce pays est vraiment foutu (droits d’auteurs à H16)
    Amitiés

    1. Francis Kuntz

      « et maintient un train de réforme. »

      c’est du second degré ou vous êtes sérieux ?
      macron ne fait strictement AUCUNE réforme, il fait juste semblant. C’est de la poudre aux yeux lancée à la populace. Il est à son poste principalement pour maintenir les privilèges de ceux qui l’ont mis sur le trône

      1. MCA

        @P&C

        « Il est à son poste principalement pour maintenir les privilèges de ceux qui l’ont mis sur le trône »

        Curieux, dans ce cas tu ne trouves rien à redire….

      2. kekoresin

        C’est de la poudre de perles, hein Pimpin?

        A part relever la plupart des taxes et englober la CSG dans l’impôt pour faire casquer les non résidents fiscaux, son acte vraiment fort est … le 80 km/heure sur les routes qu’il ne prend qu’occasionnellement mais à 120 avec des motards devant et derrière! Il a un peu contraint les collectivités à freiner l’embauche à vie des manches à escargots mais, en même temps, il a continué à multiplier les commissions expertes en réunions pour caser les copains à 5000 boules/ mois plus primes, en contraignant les postes régaliens vitaux. Non, Macron est un saltimbanque comme ses prédécesseurs mais il faut avouer que pour sa défense, le pouvoir est depuis déjà un certain temps entre les mains des syndicats et des hauts ponctionaires en coulisse qui eux, pour le coup, sont aussi irresponsables qu’indéboulonnables.

        CPEF car quel que soit le talent ou l’incompétence du timonier de service, les commandes de l’épave sont soudées à la rouille socialo redistributive!

          1. Al Bundy

            gueule de l’emploi tu parles, il fait pas 20 minutes ds un quartier qu’il chéri. Bloquer tout le sud ouest, c’est trop rigolo, mais il va indemniser, avec ton pognon

    2. sam player

      On dirait qqun qui a voté pour Macron et qui dit « attendez la fin du film avant de sortir de la salle… » genre c’est longuet mais ça va se décanter…

    3. taisson

      @cepatoufau 28 août 2019, 10 h 41 min
      Une réaction mesurée…ou tout n’est pas faux, au moins dans l’idée générale.
      Mais, en fait, selon moi, le gros problème n’est pas Macron !
      C’est la liquéfaction totale de la pensée dite « de bon sens » de l’immense majorité des Français de tous âges.
      Une sorte de fourretout idéologique, appuyé par les événements du moment, médiatisés de façon très orientée par des médias « gaucho-progressistes » (je ne sais pas comment les nommer et je n’arrive pas à en donner une définition précise), c’est emparé des idées…
      La même soupe est servie aux jeunes par l’Ednat, avec une dose supplémentaire chaque nouvelle année scolaire, et ça depuis plus de 40ans, à petite dose au début, puis, au fur à mesure de l’arrivée de plus en plus de gauchistes au sommet de la hiérarchie, les doses ont augmenté !!
      Un peu comme la parabole de l’aspirine du patron !
      Aujourd’hui, ceux qu’ s’affirmaient communistes, anticolonialistes, trotskistes, anars, etc. dans les années 60/70 sont aujourd’hui tous « écolos » : c’est plus vendeur !
      En bref, voici le dogme : les méchants blancs occidentaux, doivent s’excuser de toutes leurs réalisations et de tous leurs actes, renoncer à leurs inventions et à leur mode de vie, pour laisser la place aux « autres » fantasmés.
      Bref, les supposés « damnés de la terre » version 2.0 !!
      Réécrire l’histoire, se mortifier, se dégenrer,et gommer toutes les idées qui ont fait depuis près de 1000ans la relative cohésion de notre pays. Voila le projet au niveau des idées !
      Macron n’est que le produit le plus abouti que ce système informel, ce « complot » sans tête, peut produire !
      Il est là à cause du reste…
      La seule « opposition » dans la galerie politique ou nous devons choisir est pour l’instant une avocate (fille de…), elle aussi enlisée dans cette globalité, et, si qui que ce soit de plus crédible surgissait, le système prendrait les dispositions nécessaires.
      Il ne laissera pas jamais émerger une force dangereuse pour le dogme, sans immédiatement la designer comme « populiste » ou pire …Ou l’éliminer d’autres façons, juridiques ou autres.
      Le camp du bien à tous les droits… Quoi qu’il fasse, Macron à au moins 70% de probabilités d’ être réélu !
      Donc, tout est bien foutu.
      « Essayons de voir le côté rempli du verre et pas son côté vide » C’est facile, ce qui reste à moitié plein, c’est ce qu’ils n’ont pas encore touché !!

        1. taisson

          Ari , ce qui reste est difficile à évaluer…C’était un peu d’humour!
          Disons que tant qu’ils n’y touchent pas il peu y avoir encore quelque chose…

    4. bibi

      Magnifique réforme des retraites qui n’est pas sans rappeler celle du duo Pétain Boulin, puisque le but est simplement de spolier les cotisants à des régimes excédentaires pour financer le régime général auquel tout le monde va être affilié de force sauf les fonctionnaires.

  15. Flo

    Mon fils, jeune ado, me répète depuis déjà plusieurs mois : c’est l’arnaque ce pays, tu payes de plus en plus cher et tu attends de plus en plus…
    Cela rappelle, de manière encore confuse et atténuée, les files d’attente des pays derrière le mur. Leurs populations payaient encore plus cher quoique d’une autre manière et vu le chemin que prend la France, ça n’est pas rassurant.

    Par ailleurs l’hystérie amazonienne c’est arrêtée presqu’aussitôt que le G7…
    Doit-on en déduire que l’intervention « diplomatique » de notre très vénéré a porté ces fruits, que tout est sous contrôle, et que nous sommes (temporairement et à condition que le contribuable Français continue à donner l’exemple) sauvés?

    1. sam player

      Les larmes des pleureuses ont éteint les incendies…
      Tiens exactement ça l’image : des pleureuses payées comme dans les enterrements…

  16. Mildred

    En somme il en est pour les bateaux comme pour les vélos qui, plus on veut qu’ils avancent moins vite, et plus il faut pédaler plus doucement. J’ai juste ?

  17. Nemrod

    C’est pas vraiment ça le broch…euh projet.

    Il convient de ralentir les gueux et autres petites gens …qui ne sont rien, vous vous souvenez .

    Les Oints du Seigneurs eux doivent pouvoir allez vite partout avec forces gyrophares et escortes ( Escorts ?) pour répandre le Bien sur la populace…( et Homards avec grands crus dans leur gosier dessechés par le Sacerdoce ).

    Certes il arrive que les manants regimbent et ne voient pas tout le mal que les gens de qualité se donnent…une bonne charge de Prétoriens remet alors tout ce petit monde dans le droit chemin.

    C’est plus clair comme ça ?

    1. Calvin

      En fait, ce que tu décris, ce n’est pas le projet, mais les moyens pour le réaliser.
      Or, celui-ci était flou, irréaliste, non financé, illusoire, etc.
      C’est une liste d’objectifs antinomiques (protecteur et innovant, conservateur et progressiste, moderne et archaïque, etc…) dont les timides avancées en terme de rigueur se sont aplaties devant la nouvelle religion verte.

      1. Nemrod

        C’est Taisson qui résume le mieux la panade dans laquelle nous sommes…voir plus haut.

        J’en ai vu un de Taisson hier alors que j’attendais un animal tout aussi sympathique mais comestible, j’ai nommé sanglier…mais « ça m’empêchera pas de le tuer tout superbe et formidable qu’il soit » ( Hemingway : « le vieil homme et la Mer »..n’est ce pas !

      2. Nemrod

        Oui mais non.
        Le Projet, leur Projet c’est des putes ( ou des mignons) et du Champagne pour eux et des impôts pour leur fournir pour nous.
        Si c’était ça en fait…

    1. sam player

      « L’impact sanitaire du changement climatique menace d’annuler les progrès du XXe siècle »
      ——
      Non ce n’est pas le Gorafi !

      https://lemonde.fr/idees/article/2019/08/28/l-impact-sanitaire-du-changement-climatique-menace-d-annuler-les-progres-du-xxe-siecle_5503639_3232.html

      Même sans avoir accès à la totalité de l’article c’est à se rouler parterre…

      Ça va même « inverser les progrès »… euh… c’est un nouveau concept… tgcm

      1. Gosseyn

        Le Monde, journal sectaire, ferme ses articles aux critiqueurs et donc aussi à la possibilité de les commenter librement. La reproduction de la boboïtude ne pouvant apparemment se faire qu’en vase clos, garant de pensées méphitiques.

        Le Monde est également entré dans l’illégalité la plus totale et la plus vaste, en ayant censuré tous les commentaires et une partie de ses blogs d’auteurs. Dura lex sed lex L.C.E.N.

        Ce qui nécessite en passant une fripouille entrée au capital, une Direction pervertie et des journalistes aux ordres ; pas glorieux en tous cas …

        1. sam player

          C’est marrant Gosseyn, t’es toujours dans le « j’ai le droit de poser mes com’ ou j’veux », tu tires ça d’où exactement à part de dire globalement de la LCEN ?
          Et quand bien même il existerait une loi à la con pour valider ton propos, ne penses-tu pas que c’est anti-libéral ?
          S’il y avait une loi qui t’autorisait à aller bouffer tous les jours chez ton voisin, en revendiquerais tu le droit ?

          1. Gosseyn

            Oui, bien sur, attenter aux droits constitutionnels des gens, c’est  »libéral » … Et puis, la Constitution, c’est pas anarchiste non plus !

            Quelque part, cela ne m’étonne pas de vous.

            Ah, la loi  »L.C.E.N. », bien sur, mais il faut prendre le temps de saisir la portée de ses articles 5 et 6 …

            Ensuite, votre prédicat est idiot, puisque chacun ne peut poster ses commentaire que là où il a le droit !

            Cette inversion préalable du sens, pour bien faire sentir votre  »capacité à » ne m’étonne non plus pas de vous.

            Ensuite, cette loi est sûrement  »à la con » (sic), puisqu’elle n’attente pas à votre personne …grave !

            Et pour finir, ce n’étaient pas mes blogs ni mes commentaires dont je faisais état, mais du comportement de nature schizophrénique de ce titre de presse.

            Bref, vous n’avez pas manqué une nouvelle occasion de vous singulariser.

            1. sam player

              Pffft relis toi y a rien comme argument !
              La constituton, ouais y a le principe de précaution dedans… Donc c’est la constitution donc tu l’appliques intégralement !

                1. sam player

                  Pffft c’était mon estimation de tes arguments absents.

                  Tu prends pour référence une loi et une constitution comme si elles étaient incréées… alors que dans ces mêmes lois et constitution tu n’es pas d’accord avec là moitié. L’argument est nul. D’où le pffft

                  Le mien d’argument est clair : quand tu n’es pas chez toi, tu es chez les autres et tu ne fais que ce qu’ils te permettent de faire. Tu n’as pas de contrat avec eux.
                  Toi, à déblatérer certainement avec raison sur les notaires, et donc sur le droit de propriété, ça m’étonne que tu ne t’en sois pas rendu compte.

                  Je te rappelle aussi qu’au départ à 9h16 ce n’était que 3 questions simples de ma part : j’ai noté la facon dont tu as répondu à une demande simple d’information et j’en ai fait autant…

                  1. Gosseyn

                    Je vous ai répondu sur votre première appréciation ; que vous ne vouliez pas l’entendre vous regarde.

                    Pour ce qui est de cette loi, elle existe ici et maintenant. Peut importe votre appréciation superfétatoire.

                    En troisième lieu, je considère l’oiseux  »s’il y avait » au même plan que les conditionnels du GIEC, si vous voyez ce que je veux dire.

                    Questions d’ailleurs déplacées, puisque vous vous tamponnez du Monde comme de la loi, et en définitive de mes réponses.

                    Qu’allez-vous alors ajouter pour animer la galerie ? Un nouvel hors-sujet ?

                    1. sam player

                      Tu veux commenter librement les articles du monde, ce sont tes termes, bah c’est pas possible.

                      Pour ce qui est des blogs censurés, c’est écrit dans les conditions d’utilisation de tous ces sites que le service peut être interrompu du jour au lendemain, et ça c’est plus fort que la loi… surtout pour un service gratuit : no free lunch

                    2. sam player

                      Et le « s’il y avait » c’est une expérience de pensée à laquelle je t’invite, mais la pirouette ça t’évite de répondre…

                      La loi est bonne… dieu se rit…

                    3. durru

                      Sam, je me mêle (encore) de ce qui ne me regarde pas, mais Gosseyn a écrit que la loi « existe ici et maintenant », pas que « la loi est bonne ».
                      Comment faire sans respecter les lois en place ? On peut (on doit, même) essayer de les changer si elles ne sont pas bonnes, mais aujourd’hui, on fait comment ?

                    4. sam player

                      Durru, j’entends bien ce que tu dis mais il y a du non dit qui parle plus que si c’était expressément écrit :

                      La loi est bonne ou mauvaise : si tu t’appuies dessus pour exiger des droits c’est que tu la considères bonne dans son ensemble.

                      La LCEN je fous tout à la poubelle même si un alinéa par ci ou par là a quelque intérêt.

                  2. Gosseyn

                    sam player 29 août 2019, 18 h 27 min :  »Tu veux commenter librement les articles du monde, ce sont tes termes »
                    NON ! C’est votre interprétation, celle de vous seul, et elle est parfaitement grotesque et déphasée !

                    Je le précise donc explicitement pour les lecteurs : Non, je ne demande pas de pouvoir commenter gratuitement les articles du Monde par mes apports ci-dessus !

                    Il faut être psychopathe pour dévoyer cela, car il est bien évident que ma critique de cette situation de censure générale de commentaires écrits par tous les tiers sous des articles auxquels nul n’avait accès sans abonnement, hors exceptions, ne pouvait évidemment pas me concerner.

                    Ce ne pouvait alors être détourné de façon aussi insensée ou trollesque que par sam frémal !

                    1. sam player

                      Gosseyn 29 août 2019, 9 h 03 min
                      Le Monde, journal sectaire, ferme ses articles aux critiqueurs et donc aussi à la possibilité de les commenter librement. La reproduction de la boboïtude ne pouvant apparemment se faire qu’en vase clos, garant de pensées méphitiques.

                      Le Monde est également entré dans l’illégalité la plus totale et la plus vaste, en ayant censuré tous les commentaires et une partie de ses blogs d’auteurs. Dura lex sed lex L.C.E.N.

                      ======
                      Souligne le mot également et parles-en avec ton voisin.
                      Ce mot précédant la qualification de nouveaux faits qualifie les précédents par rétroaction.

                      Toi qui est versé dans le langage juridique, ça ne devrait pas t’échapper.

                    2. sam player

                      Suite, je rajoute :

                      Quel serait ton intérêt de noter que le monde ferme son journal aux critiqueurs si ce n’est parce que tu voudrais y avoir accès ?

                      Toute personne qui n’a pas l’intention de commenter dans leurs colonnes s’en branle de l’accès réservé et si tant est qu’elle commenterait ce fait ça serait pour s’en moquer…

                      Tu as une revendication, c’est clair… assume, c’est de saison :mrgreen:

                    3. Gosseyn

                      Sam, vous êtes vraiment à l’ouest ! Et vous ne comprenez que ce que vous voulez bien comprendre. Je me passe de reprendre vos derniers arrangements avec le réel, le lecteur s’en chargera si bon lui semble.

                    4. sam player

                      Écoute Gosseyn

                      Ce n’est pas la 1ère fois que tu revendiques un droit à pouvoir lire et écrire n’importe où en t’appuyant sur des droits imaginaires :

                      Gosseyn 14 février 2019, 13 h 50 min
                      Ce doit être pour ça que je me suis fais bannir de Contrepoints, évidemment sans mobile sérieux et légitime et de façon toute illégale !
                      Le courant alternatif ne doit pas y avoir la même intensité.
                      Et puis, dénoncer la corruption, ce ne doit pas être leur truc …

      2. Higgins

        Et l’autiste qui somme Trump d’écouter enfin « la Science » : https:/ /www.lemonde.fr/planete/article/2019/08/29/arrivee-a-nez-york-greta-thunberg-deplore-que-trump-refuse-d-ecouter-la-science_5503927_3244.html

        Et dire qu’il n’y a pas un journalope qui va s’en prendre à cette artifice de communication qu’est cette jeune personne et en démonter les rouages.

        1. sam player

          « Mon cerveau ne fonctionne plus bien », s’est-elle excusée alors qu’elle bafouillait brièvement lors de la conférence de presse.
          —–
          Un moment de lucidité !

                1. Pheldge

                  t’imagine « paré à virer de bord ! » et hop, retournée comme une crêpe ! ou encore « allez, on passe au vent-arrière !  » 😉

                    1. Pheldge

                      les capotes ? du plastique encore ? Non, le bukkake qui permet à la femme de s’embellir, grâce aux éléments contenus dans le sperme … Les lecteuses et commentateuses confirmeront 😉

                    2. Aelil

                      @Pheldge: C’est pas fait en latex ces conneries ?
                      Du coup c’est de la sève d’arbre non ?

                    3. Pheldge

                      ♫♪ le plastique c’est fantastique, le caoutchouc super douuuux  » ♫♪ y’a les deux mon capitaine ! 🙂

                    4. sam player

                      Latex : en fait c’est de plus en plus rare à cause des gens allergiques à qui il doit manquer aussi des neurones, c’est idem pour les gants chirurgicaux, on n’en trouve plus du tout en latex alors qu’ils sont vachement plus solides pour la mécanique et avec un bon toucher.

                      Quand je vois l’obligation faite partout d’indiquer les composants allergènes… peu de restos appliquent cette obligation et c’est tant mieux, le menu serait illisible.
                      Mais dans les cafets’ ou sur les emballages… wah…

                    5. sam player

                      Surtout qu’en final pour se couvrir, il vaut mieux dire qu’un produit est susceptible de contenir tous les allergènes connus…

                    6. Aristarkke

                      Le fameux « fabriqué dans un atelier utilisant : (liste de produits longue comme un jour sans pain)

  18. Val

    Un de mes cousins travaillait dans un grand groupe français. Il y a qq années, pour fêter l’anniversaire dudit groupe, il a été demandé aux employés de participer à l’élaboration d’un film. Les employés de la filiale française ont abouti à un film en noir et blanc tourné au ralenti. Les employés de la filiale asiatique ont fait un film colorisé en accéléré. Ces films donnaient l’image exacte et criante de la situation : les filiales françaises étaient conduites volontairement dans le couloir de la mort et les asiatiques florissantes et bénéficiaient de tous les espoirs . Cette histoire en cargo est l’illustration de ce mal qui nous ronge : la décrépitude

      1. Astazou

        En courant tous à contresens ?
        Ça me rappelle le《Grand Bond En Bas》d’un des bouquins de Pierre Dac (je crois) qui devait déclencher un tremblement de terre traversant le globe depuis la Chine pour destruction des USA.

      1. Pheldge

        t’inquiète, j’arrive, l’esprit et le cœur emplis de pureté, après la répète de la Chorale pour l’office de samedi, 22 ème dimanche ordinaire, année C.
        Donc, la pelouse présidentielle, ce seraient quelques rares poils blancs, si Granny ne les rasait pas ! Par contre la pelouse brésilienne …

      2. Aristarkke

        Notre ADP (que signifie le P en ce cas ?) est comme mon plus vieux chat. Tu ne le vois pas, tu ne sais pas où il se trouve mais il suffit d’ouvrir le frigo ou le placard à casseroles et il arrive en moins de cinq sec’

      1. bibi

        Version 1986 quand il a avait supprimé l’IGF, baissé la dépense publique (en point de PIB) et avoir tenté la sélection à l’entrée de l’université.

  19. dieter

    Certes ce monde qu’on nous concocte sera plus âpre à vivre et plus lent à parcourir pour le commun des mortels. Les zélites continueront à se goberger et à rouler à grande vitesse…

  20. UnLorrain

    Les manifestations de routiers très mécontents d’il y a quelques décennies ( je me rappelle de cet article sur le journal du coin qui racontait comment un amx 30 sera utilisé pour tracter un PL,fracassant le châssis et autre se faisant, ou cette photocopie NB afficher dans un resto routier où on voyait ce crs brandir son 357 mag au nez du routier prier instamment de descendre de son camion ) parmi ces causes de forts mécontentement il y avait le fait que le PL français ou immatriculé comme tel sera bridé a une vitesse légèrement inférieur de n’importe quel autre poids lourds européen, 3 ou 5 kms/h je ne sais plus exactement.
    Bonne idée de la Socialie cela va sans dire. ..

  21. durru

    Heureusement qu’ils n’ont pas fait ce sondage en France :
    https: / /www.thestar.com/politics/federal/2019/08/27/majority-of-canadians-have-a-positive-view-of-socialism-poll-says.html

  22. durru

    Encore un HS :
    http: / /www.lefigaro.fr/flash-actu/brexit-la-reine-approuve-la-demande-de-suspension-du-parlement-20190828
    Jupiter doit être hyper-content, c’est exactement ce qu’il veut – un Brexit sans accord 🙂

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Excellente idée, après tout c’est seulement le pays avec qui notre balance commerciale est fortement excédentaire. Il est donc judicieux de se fâcher avec eux, histoire de les motiver à acheter ailleurs.
      Mékisonkon.

      1. durru

        S’pa grave, ce sont ces salauds de capitaliss’ qui vont trinquer, tout bénéf’.
        Y’en a qui ne sont pas inspecteurs des finances pour rien, hein…

        1. Calvin

          C’est le nom officiel, ça, « inspecteurs des finances » ?
          J’aurais juré que c’était plutôt : « fossoyeurs des finances »…

            1. P&C

              Maigre consolation : pas mal de ces fermiers généraux sont passés par la faiseuse de veuves.

              Si certaines se sentent des envies, y a ce jeu (à 48 min, procès d’un fermier général).

      2. Aristarkke

        À cause d’eux, d’autres pays sont injustement privés de pouvoir acheter des produits grançais, puisque, Soces dans l’âme, nous limitons nos productions à juste ce qu’il faut comme niveau optimal de notre point de vue…
        Travailler est fatigant, savez-vous une fois.

        1. Francis Kuntz

          la balance commerciale de la France est un chiffre peu significatif. Elle dépend surtout de la bonne santé d’Airbus

          1. Pythagore

            Plus maintenant me semble-t-il car Airbus a son siège en Hollande.
            Avant oui, et c’est ce qui nous permettait d’avoir une balance positive.

            1. Aristarkke

              Dans les accords d’Airbus, c’est la Grance qui « encaisse » les ventes. Cela date des accords initiaux C’est pourquoi nous sommes toujours tympanisés du CA réalisé et présenté comme si la Grance l’encaissait totalement en oubliant de préciser que nous devons rétribuer les trois autres partenaires. Airbus est présenté comme si la Grance en était le propriétaire entier…

              1. sam player

                Bah s’il y a rétribution des partenaires, il y a décaissement et ça affecte la balance dans l’autre sens, nan ? (Mode ingénu activé)

          2. Aristarkke

            Les ventes de vins comptent encore chez les Rosbeefs. Nostalgie d’une époque révolue quand ils étaient en pays conquis. Mais il faut maintenant affronter la concurrence des vins australiens et d’Amérique du Sud…

  23. Al Bundy

    Ha Ha, je viens de voir une pub à la télé, ma première depuis quelques mois, c’est la pub pour bagnoles skoda: « Vous aussi vous étiez moche ds les années 90 » avec des tronches de boutonneux, excellent ^^

  24. Tursan

    Si on ralentit la vitesse des bateaux, il en faudra davantage pour transporter la même quantité de fret. Donc, pas d’économie de carburant, pas de diminution d’émission de « carbone », augmentation du risque de collision…
    A moins de diminuer le commerce, de « consommer local » ou consommer moins… Mais avec une population mondiale qui augmente encore…

    1. Francis Kuntz

      si on réduit la vitesse sur les navires équipés de 2-temps et sans boite de réduction (la plupart des transporteurs de vracs secs) cela va les obliger à être en sous-régime permanent, entrainant des combustions incomplètes et dégagement de particules fines, comme on peut le voir dans bien des ports

              1. Al Bundy

                Superbe !

                en plus: « Et bien non, pas gourmand, avec une consommation spécifique de 120gr/cv et par heure, ce sont les diesels les plus économiques »

                Je rêve de visiter une salle des machines de ce genre

                1. sam player

                  Al, mon premier boulot* a été chez Seco Tools, un fabricant d’outils en carbure pour l’usinage sur machines outils.
                  A cette occasion je suis allé chez Sulzer, un fabricant de moteur de ce type, c’est énorme : un gars se tenait facilement debout sur un piston dans un 16 ou 24 cylindres en ligne et la tête ne dépassait pas, loin de là…

                  Montage de la culasse avec un pont de 100 tonnes… des boulons de 50kg…. tout est demesuré…

                  Ça se visite dans le cadre de tourisme industriel, faut s’y prendre un peu à l’avance….

                  * : 1er boulot trouvé par l’intermédiaire du maire communiste de Bourges arghhh…

                  1. Al Bundy

                    « tourisme industriel »

                    J’en ignorai l’existence, ça va par contre être duraille vs Peg, déjà que l’emmener à la montagne plutôt qu’à la serviette de plage…

                    Il y a peu, celle ci m’a proposé une visite de la base sous marine de min coin construite par les casques à pointes , heureux !

                    finalement rien que de la merde à touriste agrémenté de petits fours, mais les touristes étaient interdits, lieu trop sensible (ben voyons)

  25. Val

    HS mais fort drôle : hier cocorico sur radio ̶M̶o̶s̶c̶o̶u̶ Macron : le chômages est au plus bas en France depuis 2009 . Le machin est passé de 2,6 millions à 2,52 la courbe étant d’une belle flatitude entre les deux. Chouette les gars ! Champagne ! on a stabilisé le moribond ! On dirait les commentaires de pétole de marins sur la mer morte.

    1. Higgins

      S’il est indibutable (je suis un babu) que les offres d’emploi sont nombreuses (https:/ /www.capital.fr/economie-politique/il-ny-a-jamais-eu-autant-demplois-vacants-en-france-1348298), le chômage, le vrai, lui ne baisse pas ou si peu. C’est là la triste réalité et les artifices comptables n’y changeront rien (https:/ /www.liberation.fr/checknews/2019/08/15/la-baisse-du-chomage-cache-t-elle-une-hausse-de-la-precarite_1745266).
      La reprise reste anémique et je ne suis franchement pas optimiste pour l’avenir. Bon, je retourne à mes prières:

      1. Husskarl

        Les offres sont en général ineptes, il faut être formé sur tout ce qui sera abordé par le poste, avoir X années d’expérience et accepter d’être payé au lance pierre. Ce sont presque des offres fictives du coup et les RH s’étonnent de ne trouver personne. Toutefois, il est hors de question de relever le salaire, alors ils restent sans personne durant des mois.

        Ayant déjà eu quelques discussions avec des RH et des patrons, ceux là refusent d’augmenter le salaire d’embauche car les autres à côté feraient pareil et il faudrait augmenter encore pour s’ajuster au marché…
        En fait, la notion d’offre et demande fait défaut.

        Le sommet du podium que j’ai pu voir était une grosse entreprise comme ça qui perdait des centaines de milliers d’euros par mois en voulant radiner, un comble…mais pas question d’augmenter les salaires pour trouver des gens ! Ils finiront bien par venir.

        1. Francis Kuntz

          Oui c’est curieux en France on est obsédé par l’inflation soi-disant trop faible mais on fait tout pour tirer les salaires vers le bas

        2. Aelil

          Ben l’offre et demande justement, si le cômage est haut, ça veut dire qu’il y a une forte offre de main d’oeuvre, donc la demande peut exiger une baisse des prix :p
          Le mieux c’est quand le recruteur vient te contacter pour s’efforcer ensuite de te proposer un salaire plus bas que ce que t’as déjà.
          En général je mets les pieds dans le plat tout de suite pour économiser notre temps.

              1. Francis Kuntz

                Le SMIC a un effet délétère sur l’emploi mais dans la description du recrutement en entreprise quelque part entre Dilbert et Kafka, ça concerne surtout les cadres. Je ne veux pas jouer au vieux con mais quand je vois les conditions de recrutement des jeunes diplômes je comprends que certains finissent par se pendre

                1. Le Gnôme

                  C’est aussi biaisé par le jeu des allègements de charges sur les bas salaires. Moins vous payez l’employé, moins vous payez de charges, soi disant pour aider les bas salaires. En fait, l’Etat encourage à peu payer les employés.

            1. Aelil

              C’est pas faux, même si le marché s’adapte quand même à ces contraintes.
              Mais il y a une contradiction à reprocher aux autres de ne pas connaître le mécanisme d’offre et demande quand son application mène à la conclusion que l’on reproche….
              Après je truande un peu (j’étais d’humeur trollesque) parce que l’offre de main d’oeuvre contient des produits très différents (genre la patron entend baisser le prix sur l’ingénieur qui est en pénurie parce que « il y a une offre de main d’oeuvre », juste pas sur le même produit).

              1. sam player

                En fait j’avais expliqué le principe à mon fils et il a changé de boulot à la suite de cette conversation.
                Il s’étonnait que le couvreur avec 10 ans d’expérience était payé quelque chose comme 100 ou 150 balles de plus que le manoeuvre du chantier (la petite main).
                Je lui ai expliqué que le manoeuvre cannibalisait les couvreurs: le manoeuvre était payé le double du service qu’il apportait et forcément les 2 couvreurs sur le .ème chantier avaient chacun 400 balles de moins.

                Ce phénomène se rencontre partout dans l’industrie et c’est pour cela que les entreprises qui externalisent un maximum paient beaucoup mieux les meilleurs profils.
                Elles reportent le problème sur les sous-traitants.

                1. sam player

                  C’est con car il aimait bien ce boulot, il s’éclatait… et maintenant il travaille à la ville hi hi comme économiste de la construction… mieux payé… mais bon il commence à en avoir ras le bol des passe-droits et que des élus se mêlent de choses qu’ils ne comprennent pas… et de l’argent gaspillé

                2. Nemrod

                  Ben oui.
                  C’est l’étage intermédiaire le problème.
                  Vaut mieux être grouillot un peu au dessus du smig que petit chef.
                  Tu touches à peine plus, surtout rapporté à ton nombre d’heures et tu dois te coltiner des subalternes…et les faire bosser.
                  C’est comme la zone du carré de service faut y passer le plus vite possible mais pas y rester.

        3. Val

          @Huss je suis assez d’accord avec toi. Et les recherches de taf de mes filles vont dans ce sens. Les patrons d’industries brament misère disant « qu’ils ne trouvent personne » . Le pb est qu’ils ne trouvent personne au prix qu’ils sont prêts à mettre. Surtout si le business et/ou le pays d’à côté paye 40% de plus (cas de ma fille industrie versus finance). Je souffle d’ailleurs dans les bronches de chaque patron qui me le sort. Et oui la Ferrari au prix de la Dacia n’existe pas mon gars et elle se vend bien la Ferrari surtout qu’il en sort peu. Par contre incroyable le nombre de branquignoles qu’ils acceptent de payer un bras et une jambe . La n+2 de ma fille fait du ebay toute la journée , ne comprend strictement rien et est sans aucun doute bien mieux payée, c’est Dilbert tous les jours dans son service.

            1. Val

              @aelil certes mais ça ne justifie tout de même pas que l’industrie paye 40% de moins que les banques en France. Et dans la banque le raisonnement c’est : je prends un jeune pas cher alors que j’ai besoin d’un confirmé cher, or je ne veux/peux payer cher donc je prends un vieux nul ou un jeune pas encore formé, le jeune se forme -ou le vieux nul reste, lol- et le jeune se barre pour devenir un confirmé cher . Le confirmé cher a deux choix : se barrer de France ou se mettre à son compte et l’industriel / le banquier brame qu il ne trouve personne …

              1. Aelil

                Il n’y a pas qu’en France que la banque paye…
                Et si on considère que le marché doit fixer le prix en quoi serait-il illogique que l’industrie paie 40% de moins que la banque ? Je n’ai personnellement pas les infos pour dire qui doit gagner le plus (enfin si c’est moi qui devrait parce que je suis génial :p ).
                Par contre je suis d’accord que l’employeur n’a pas à se plaindre de ne trouver personne: S’il ne trouve pas c’est qu’il y a pénurie donc le prix monte et il assume.
                D’un autre côté il a sa contrainte de rentabilité: Il ne peut pas payer plus que ce que l’employé lui rapportera.
                C’est uniquement cet arbitrage qui est rationnel.
                Quand un employeur/client me parle de grille de salaire je sais que ça va mal se passer, d’ou le fait de mettre les pieds dans le plat directement.
                Perso je négocie el prix/salaire en un seul round: J’envoie le prix à partir duquel je suis prêt à travailer de façon chiffrée (au sens cryptographie, comme preuve), il me dit le prix qu’il est prêt à payer et on a alors deux cas:
                – Son prix est inférieur au mien et de toute façon on ne se mettra jamais d’accord donc tant pis (gagnons du temps).
                – Son prix est supérieur au mien et on fait la moyenne (et on est tous les deux content, lui parce qu’il fait des économies et moi parce que je gagne plus que ce que je demandais).

                1. sam player

                  L’industrie paie mal à cause de la cannibalisation par les pas diplomés.
                  Partout où on peut se passer des petites mains ça paie bien.

                  1. durru

                    Je ne sais pas trop où ranger les « bullshit jobs », mais à ce que je vois y’a pas beaucoup de pas-diplômés là-dedans. De par mon expérience perso (certes assez réduite), c’est plutôt le contraire. Le pire, c’est qu’ils ne sont même pas payés au lance-pierre, le plus souvent.
                    Je crois que le meilleur discriminateur est le besoin de performance. Dès qu’une structure peut se permettre de ne pas trop se préoccuper de sa productivité, les salaires deviennent un peu n’importe quoi.
                    Les sous-traitances vers l’Europe de l’Est ont pris leur envol à cause du besoin de rentabilité, justement…

                    1. P&C

                      Ne pas confondre le bullshit job et le job de merde.
                      Le premier est bien payé et pour les cadres, le second est pourrave et pour les ouvriers et employés.

                    2. durru

                      @Sam 20h49
                      95% certainement pas, mais dans les 50% si – comme le poids des dépenses publiques dans le PIB.
                      Pour ma part, j’ai observé que dès que la boîte prend plus de 30% de son CA des contrats avec l’Etat, ce que j’écris devient inévitable. Pas forcément généralisé, mais du moins toléré. Et avec le temps, ça ne s’arrange pas.
                      Et pour les tire-au-flanc, c’est le droit du travail grançais qui les protège, hein… Vous avez de la chance de ne pas en avoir autour de vous.
                      Il y a aussi ce qu’écrit P&C à 16h30 – la bureaucratie, encouragée par l’explosion des normes et réglementations. Et ça, ça en produit des bullshit jobs à la pelle…

                  2. Val

                    @sam +100 c’est exactement ça . Ajoute à cela les trop payés,trop chers à virer et on a le tableau : 3 jambons de djeunes et de tous âges consciencieux qui triment pour peau d’balle coincés entre des tranches sur-payés .

                    1. Aelil

                      @Val 14h42:
                      « entre des tranches sur-payés »
                      Ca me perturbe quand même cette histoire de sur-payés, sur quel critère ?
                      Si la personne fait son boulot en largement moins de temps et du coup traîne sur ebay ou quoi que ce soit d’autre, c’est entre elle et son employeur.

                    2. durru

                      @Aelil
                      Le plus souvent, c’est l’emploi en soi qui est en question, pas l’employé (voir mon « bullshit jobs » plus haut).
                      Ou alors les « placardisés », qui eux ne foutent strictement rien, mais ça coûte trop pour s’en débarrasser.

                    3. Val

                      @Aelil pour le savoir imaginons de faire sauter le SMIC d’un côté et la législation qui protège les insiders qui ont 20, 30 ans de boîte de l’autre et tu verras que ça va ajuster vite fait .

                    4. Aelil

                      @Durru 15h06:
                      On va toujours retomber sur la problèmatique de l’emloyeur: S’il dépense à perte il risque d’avoir un problème (surtout si c’est généralisé), c’est pas parce que l’interêt n’est pas évident qu’il est nul.
                      @Val 15h08:
                      Ce qui serait du coup un critère neutre et objectif.
                      Pour un truc qui m’est vraiment arrivé (enfin du coup justement je n’étais pas là), une équipe avec laquelle je bosse s’était mis en tête que je n’en branlais pas une parce que j’avais toujours l’air cool, que je prenais des pauses et tout… Ils ont essayé une fois de faire une mission sans moi, ils ont retenu la leçon (une histoire d’hélicoptère qui ne décollait pas, enfin pas à temps). Tout ça pour dire que même dans la même équipe parfois on ne sait pas trop ce que le collègue fait, c’est une conséquence logique de l’approche scientifique du travail.

                    5. durru

                      @Aelil 15h25
                      Lorsque la durée de vie moyenne d’une boîte dans le S&P500 est tombée de 60 ans à 11 ans, il y a peut-être des questions à se poser sur la capacité des très grosses structures à rester compétitives…
                      L’intérêt n’est pas nul, mais inférieur aux coûts, c’est tout. Et l’intérêt, il est souvent calculé sur des critères subjectifs. Même dans des plus petites structures.
                      Les subalternes ou les supérieurs qui ne foutent rien (ou plus exactement, pas ce qu’on attend d’eux), ça se voit quand même, le plus souvent 🙂

                    6. sam player

                      Attention aux raccourcis rapides : il y a 40 ans 80% des entreprises du SP500 étaient industrielles, elles ne sont plus que 10%. Alors forcément… ce n’est p-e pas qu’un problème de structures…

                    7. durru

                      Peut-être, Sam, peut-être, je n’ai pas la science infuse (et les chiffres en question sont de Taleb). Toutefois, on parle encore d’IBM, mais pas de Kodak, ni de Yahoo, et Nokia aussi a failli disparaître. Comme partout, il faut savoir s’adapter. Et il y a 65mld d’années, ce sont les plus gros qui ont trinqué les premiers, pas forcément une coïncidence (rapport à la capacité d’adaptation).
                      Dans un pays un peu plus à l’Est, on dit quelque chose du genre : « avant d’atteindre Dieu, tu dois te coltiner les saints ». Désolé, je vois pas l’équivalent français…

                    8. P&C

                      @Val
                      La thèse de Grabber est que le système actuel est une sorte de nouveau ancien régime, qui parasite ce qui reste de capitalisme libéral.
                      D’où bureaucraties privées et publiques tendant à se confondre, retour des fermes générales… et reconstitution de petites cours.

                    9. Pythagore

                      « Les subalternes ou les supérieurs qui ne foutent rien… »
                      Ca dépend du rôle. Je connaissais un directeur qui disait que s’il n’avait rien à faire c’est qu’il avait fait son boulot, conception qui est aussi la mienne. Ca veut dire que le supérieur à tellement bien organisé l’équipe qu’elle tourne toute seule.
                      A contrario vous avez l’exemple Micron, ou Philippe qui nous disait qu’il travaille d’arrache pied à la réforme du pays.

                    10. durru

                      @Pythagore
                      Bah justement, le rôle du directeur c’est de diriger 🙂
                      S’il se met à écrire des docs/specs (par exemple), mais que l’organisation laisse à désirer, c’est qu’il y a un problème 😉
                      Par contre, s’il n’a vraiment plus rien à faire, c’est qu’il est sous-employé, mais ça… c’est à lui de voir (et à ses chefs).

                    11. sam player

                      Le rôle des cadres est d’assurer une fonction, une mission pas des tâches, donc si la mission est assurée conformément au contrat et aux objectifs, il peut bien travailler 2h par jour, c’est pas un souci… Sinon pour qui ?

                      Le nombre d’heures consacrées à un travail ne préjuge pas du tout de la qualité : je fais une distribution en 4h et je facture un forfait qui pour les clients représente 8h (dans leur tête) et quelques uns me demandent si ça va être moins cher du coup quand ils voient que j’ai fini à midi… bah non… j’avais une mission… elle est finie.
                      En général, ceux là, je ne retravaille pas 2 fois pour eux, j’aime pas trop qu’on remette en cause le contrat même en rigolant. On rigole pas avec le pognon, namého

                    12. durru

                      Sam, la fiche de poste d’un cadre (son contrat) dans une (grosse) boîte ne parle pas trop de missions particulières. Sur le long terme, c’est pour ça que bien de boîtes coulent : parce que leurs cadres pensent qu’ils ont rempli leur mission, en mettant des oeillères…

                    13. Aelil

                      @Durru 15h38 (je passe en coup de vent donc je lirai les autres plus tard):
                      Je vais revenir aux fondamentaux: On défend la propriété privée et la prévalence des contrats librement consentis, par conséquent dans un contrat donné, à moins d’être une des parties impliquées, ça ne nous regarde pas.
                      En outre, on ne peut pas se foutre de la gueule des socialos qui viennent nous expliquer que les patrons (ou n’importe quelle autre catégorie professionnelle) devraient être moins payés en leur répondant que le marché sait mieux, tout en venant faire de même ensuite (« les bullshit jobs », « les collègues qui n’en foutent pas une », …) c’est une question de cohérence.
                      Alors oui on pourra toujours trouver des cas ou le marché s’est trompé car il n’est pas parfait, mais comment me prouves-tu que tu es meilleur ?

                    14. durru

                      @Aelil 19h06
                      Je parle du monde réel, pas de ce qu’on aimerait avoir. Et le monde réel est celui-ci, où le capitalisme de connivence est bien installé. Peu de boîtes ne gagnent pas leur pain (ou du moins une partie) de contrats avec l’Etat, dont on connaît l’exigence. Sans parler des difficultés à se séparer d’un collaborateur indélicat, ou des avantages fiscaux pour les bas salaires, etc, etc.
                      On peut discuter des causes de cette situation que je relève, bien sûr, mais (pour moi) le marché « trop libre » n’est pas parmi elles 😉

                    15. sam player

                      +1 Aelil 19h06

                      L’incompréhension ici dépend souvent du point de vue ou on se place : l’existant ou la projection

                      Durru
                      Trop souvent tu reviens avec le capitalisme de connivence alors que ça ne concerne pas 95% des entreprises.

                      J’ai changé très souvent de boite (tous les 3 ans en moyenne) soit une bonne dizaine sans compter celles ou j’ai travaillé en interim, et là il m’arrive encore de fournir des prestations à la demande : je n’ai jamais croisé le genre de personnages dont tu parles ni dans ces boîtes, ni vers les fournisseurs, ni vers les clients, soit quelques centaines de boites privées, juste des cons de temps en temps…

                    16. Al Bundy

                      « Je connaissais un directeur qui disait que s’il n’avait rien à faire c’est qu’il avait fait son boulot,  »

                      –> Ne rien faire, tout faire faire, ne rien laisser faire

                    17. Aelil

                      @sam player 20h49:
                      Pour nuancer j’ai parlé de l’organisation scientifique du travail (enfin j’ai pas parlé d’organisation j’avais un trou de mémoire), un des aspects qui joue c’est qu’on ne sait pas toujours ce que notre voisin fait à cause de ça, du coup on peut avoir l’impression qu’il ne sert à rien, surtout s’il arrive à passer son temps en pause parce que justement son boulot est déjà fait.
                      @Durru 19h19:
                      Une nouvelle fois je ne dis pas que ça ne peux pas arriver, ni même que la France ne jouit pas de contraintes legislatives fortes, mais le S&P 500 c’est les USA, là-bas le licenciement c’est quand même simple (j’ai même vu le comique de situation ou un mec s’est vu licencié, pour être réembauché deux jours plus tard parce que finalement il était quand même utile)…
                      Alors oui les gros ont une certaine inertie, mais ils finissent quand même par dégraisser sous contrainte (combien de licenciements pour deutsch bank ?, BNP, qui pourtant est largement rentable ? …) ou justement par faire faillite comme tout le monde.
                      Quand tu me parlais des bullshit jobs, Grabner les avait définis comme des boulots ou le travailleur lui-même n’est pas sûr de servir à quelque chose, un des métiers qui revient le plus dans la liste de bullshit jobs c’est sexeur de poussin, parce qu’apparement personne ne voit l’interêt dans l’élevage de poules pour les oeufs de se débarasser des mâles le plus tôt possible sous forme de nuggets (on gagne de l’argent avec les nuggets et on n’en perd pas à le nourir alors qu’il ne produira jamais d’oeufs, dit comme ça ça a pourtant l’air évident).
                      Après le marché des travailleurs est prompt à l’erreur car chaque produit est unique (il me semble que c’est une des conditions du marché qui du coup n’est pas remplie).
                      En plus de ça la question en apparence simple du « rapporte-t-il plus que ce qu’il coûte ? » est en réalité vachement complexe, surtout pour les jobs qui ne sont pas directement liés à la production.

                    18. durru

                      @Aelil 7h19
                      J’avoue, le SP500 n’était pas très en rapport avec le reste. Quoique, l’explosion du middle mgmt et de la bureaucratie qui en découle n’est pas étrangère au phénomène observé.
                      Bullshit jobs dans le sens du post de P&C à 16h23, donc le sexeur de poussins n’y rentre pas. Par contre, les exemples donnés par Graeber (surtout les deux derniers) sont en rapport direct avec la dépersonnalisation des activités et le paraître…
                      La question que je me pose est de savoir si cette fuite en avant vers toujours plus de complexité dans l’organisation (qui est de plus en plus difficile à maîtriser) est une réelle nécessité ou une grossière erreur. Car c’est surtout cette complexité (recherchée) qui fait qu’il est souvent difficile, voire impossible d’évaluer la réelle utilité d’un employé.
                      Et j’observe aussi que cette complexité est largement encouragée par l’Etat, par moult réglementations et normes à la c.n (ne pas oublier qu Trump en a supprimé un bon millier, ce que certains mettent en rapport avec l’évolution actuelle de l’économie US). « Trop intelligents, trop subtils, trop techniques », qu’ils disent 🙂
                      Voilà (en partie) pourquoi j’associe cette évolution avec le capitalisme de connivence.

                    19. Aelil

                      @Durru 10h21:
                      Une partie de la complexité est inhérente (les prodits sont plus complexes), une autre est liée à l’organisation scientifique du travail (c’est le fameux exemple du crayon dont la production est totalement divisée et que plus personne ne sait faire)…
                      Qu’une troisième soit liée à l’interventionnisme de l’Etat est aussi probable.
                      Les abus seront purgés par la concurrence si on la laisse faire. Du coup l’erreur se corrigera si besoin.
                      Qu’il soit difficile d’évaluer un salarié c’est un fait, comme je te l’ai dit ce sera même presque automatique dès qu’une profession n’est pas directement liée à la production (en gros je fais gagner des millions d’euros à l’entreprise en sauvant un contrat en apportant une solution technique en tant qu’ingénieur, quelle est la part qui est grâce à moi, quelle est la part qui est grâce au commercial qui a décroché le contrat en premier lieu ?), je n’ai pas besoin d’invoquer la complexité de la chaîne pour que ce soit le cas.
                      Chaque rouage à sa place et la montre tourne.
                      Je n’ai pas la vision d’ensemble, c’est le chef, dont c’est le boulot, qui l’a.

          1. Pythagore

            +1
            « Par contre incroyable le nombre de branquignoles qu’ils acceptent de payer un bras et une jambe »
            Même constat. Des histoires, j’en ai plein les cartons, je pourrais écrire un bouquin. Je rêve d’un manager libéral, ahhh ca serait beau.

      2. Pythagore

        « emplois vacants »
        Oui mais bon 202.972 postes non pourvus pour 2,5Mio de chômeurs. Même si ce n’est effectivement pas normal, qu’il est autant de postes vacants, ca ne représente que 10% des chômeurs ou en gros 1 point de chômage, on est loin de la situation Allemagne ou UK.

    1. Rick Enbacker

      Qu’à cela ne tienne, l’état va interdire la destruction d’invendus.
      Et Amazon sera encore plus incité à rester en France…
      L’état crée des problèmes là où il n’y en a pas puis se pointe avec des solutions encore pires.
      Certain commentaires 🙁

      1. durru

        La plupart des commentaires sont pourtant sensés.
        J’ai bien aimé celui-ci :
        « quand le privé commence à s’occuper de bien public c’est le début de la fin »
        Parce que l’inverse c’est plutôt la fin de la fin 🙂

        1. sam player

          L’accroche de mon ex sur FB : quand tout sera privé on sera privé de tout…

          Euh on pouvait vraiment pas continuer à vivre ensemble !

            1. Al Bundy

              « Je comprends qu’elle soit devenue une ex. »

              Pas moi, y’a erreur de casting dès le départ, n’est pas robot qui veut. 🙄

              Saloperie d’hormones et de courbes ^^

              1. sam player

                Je comprend Al, mais en fait elle vivait sous influence : bcp dans le couple font cela : l’un se conforme aux idées de l’autre.
                C’est après avoir divorcé que le naturel est revenu au galop.

                1. Al Bundy

                  « l’un se conforme aux idées de l’autre. »

                  Oui, tu parles d’une symbiose… J’ai même accepté l’idée que la pipe c’est sale, enfin, je me suis plutôt fais une raison.

                  Ds ma belle famille (catho +), l’aîné s’est fait jeter par sa femme il y a 2-3 ans suite à des cours de tango, il est maintenant avec une nana de la moitié de son age, rencontrée au même endroit.

                  Sa femme gratte cependant à la porte, elle est gonflée, formation psy….

                  Je vais ptet me mettre au tango.

              2. Val

                @Al PTDR ! perso j’avais mis le politique en prérequis, se coltiner un collectiviste h24 : pire que le supplice de la mort lente o_O , par contre c’est rigolo chez les amis .

            2. Aristarkke

              D’après les références sur les étagères de vente, c’était l’abondance et à pas cher comme le promettait le socialisme dans sa théorie. Et pourtant, ce n’était pas le bon… Le seul ennui était de trouver bien trop rarement l’étagère garnie qui, dans ce cas, ne le restait jamais bien longtemps…

          1. Val

            @sam c’est sûr ! question de santé mentale -sans compter les collatéraux- . Sans rire , tu l’avais épousée comme ça ou bien elle a choppé ça qqpart ?

            1. sam player

              Val, à 25 ans ce n’était pas trop ses idées politiques qui m’intéressaient… :mrgreen: et d’autre part le divorce lui a fait changer de situation financière… et un peu comme MB ici (Morne je sais plus quoi) elle a mis ses idées en accord avec sa situation… et forcément sous influence aussi (proximité sociale)

              1. P&C

                Petite question d’un jeunot aux vieillots.
                Est-ce que monter une société écran dont on est le seul actionnaire, y mettre ses biens, et préciser dans le contrat que nous en sommes la seule personne à en avoir l’usus, le fructus et l’abusus est jouable ?

                1. Aelil

                  @P&C 7h48:
                  Tout dépend de ce que tu veux faire…
                  Si la propriété de tes biens peut être mise en péril, ta propriété sur ton entreprise aussi.
                  En général tu peux te défendre de ça si tu peux prouver que ça existait avant le mariage (mais du coup ça veut dire que tu n’abondes plus au capital après le mariage, sinon ta moitié est de fait co-actionnaire car c’est de l’argent du couple qui a été investit). De mémoire c’est l’idée générale qui s’applique.
                  De la même façon si tu possèdes la maison avant, alors elle reste à toi, si tu la revends pour servir d’apport à la nouvelle après le mariage, alors la nouvelle est à vous deux (c’est con mais c’est comme ça).
                  Ca n’empechera pas la pension (basée sur le nombre d’enfants et leur garde, mais aussi pour compenser la baisse de niveau de vie…).
                  La méthode la plus simple de protection c’est le contrat de mariage et/ou le régime en séparation de bien puisque ça pré-résout le problème, mais diplomatiquement c’est parfois délicat à amener.
                  Le mieux resterait de prendre conseil auprès d’un juriste spécialisé.

                  1. sam player

                    « De la même façon si tu possèdes la maison avant, alors elle reste à toi, si tu la revends pour servir d’apport à la nouvelle après le mariage, alors la nouvelle est à vous deux (c’est con mais c’est comme ça). »

                    C’est con mais c’est pas comme ça hi hi !
                    Ça s’appelle une clause de réemploi.

                    1. Pheldge

                      oui, mais dans l’acte d’achat de la nouvelle, tu fais mentionner l’origine personnelle des fonds, ce qui fait qu’à la dissolution du contrat de mariage (tu parles du régime légal de communauté réduite aux acquêts) tu récupères ta mise.

                    2. Aelil

                      @sam player:
                      Tiens je l’avais loupé ça, la clause de réemploi tu ne dois pas justement la faire enregistrer lors de la nouvelle acquisition ? Comme Pheldge le fait remarquer ?
                      Si oui alors ça ne me donne pas tort sur le fond, au contraire même, c’est juste que c’est pas compliqué à contourner (ce qui est une question un chouïa différente).
                      Je chipote oui je sais.
                      Perso j’ai pris une solution plus simple: mariage dans un pays qui ne reconnaît aucun droit à ma moitié, comme ça je peux siphoner ses comptes mais pas l’inverse… La meilleure défense c’est l’attaque :p

                    3. sam player

                      Aelil t’as de ces façons de t’arranger avec la réalité, c’est confondant : t’as sorti une connerie, point barre.

                      Clause ça veut bien dire qu’il faut que ce soit écrit quelque part.

                      Mais même sans clause ça peut marcher : sur le paiement de frais de notaire pour un achat, un des membres du couple avait recu quelques jours avant, de ses parents, sur son compte bancaire, relevé à l’appui, 11000€ pour des frais estimés à 10600€ et c’est passé en compte lors du partage de la communauté bien que ça n’avait pas été mis dans l’acte de vente.

                    4. Aelil

                      @ sam player 12h26:
                      S’il faut demander la clause c’est bien que le régime par défaut est ce que je décrivais donc pas une connerie, sinon la clause n’a aucun but à la base.
                      Que l’on puisse réussir à faire valoir des droits sans est aussi une autre question (j’aurai tendance à dire que c’est juste que des fois le bon sens triomphe).
                      « Si aucune déclaration n’est portée dans l’acte d’acquisition, il n’y a pas de remploi : l’époux acquéreur ne pourra invoquer la qualification de bien propre pour son nouveau bien. »
                      https:/ /www.capital.fr/votre-argent/clause-de-remploi-1340036

                    5. Aelil

                      A moins que tu ne préfères cette source: https:/ /www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070721&idArticle=LEGIARTI000006439639&dateTexte=&categorieLien=cid « A défaut de cette déclaration dans l’acte, l’emploi ou le remploi n’a lieu que par l’accord des époux »

                    6. sam player

                      Aelil 13h 10

                      – On ne peut pas gagner au loto
                      – Si tu joues, si
                      – Ah bah oui mais il faut jouer

                      Tu vois l’idée
                      Bullshit

                      Et l’exemple que je donnais était subsidiaire et réel.
                      Ce n’était pas du réemploi mais plutôt de la donation.

                    7. Aelil

                      @sam player 13h25:
                      « – On ne peut pas gagner au loto
                      – Si tu joues, si
                      – Ah bah oui mais il faut jouer »
                      Sauf que je n’ai as dit qu’on ne peut pas gagner au loto (enfin l’équivalent, j’avais même donné une technique qui marche tout aussi ien qui est d’opter pour la séparation de biens lors du mariage), pour garder la métaphore je dit juste qu’EN GENERAL on ne gagne pas (même en jouant d’ailleurs pour le loto).
                      @sam player 13h27:
                      « Bon tu ne vas pas me tenir la grappe pendant 10 ans »
                      OK si tu veux on va juste changer le registre, je ne vois plus de contradiction mais juste une précision sur comment contourner le régimé PAR DEFAUT et je te remercie donc de ta contribution.
                      Maintenant la plupart des gens, aveuglés par l’amour (on parle de mariage) ne signent pas les documents entourés par une armée de juristes (c’est peut-être un tort) pour leur conseiller de mettre toutes les clauses pourtant utiles, tu conviens de ce point là ?

                    8. Aelil

                      @sam player 13h50:
                      OK je change encore de technique:
                      Oh maître sam, grand déterminant de la vérité unique et absolue, sans biais émotionnel aucun, veuillez m’excuser d’avoir omis de mentionner une technique permettant d’échapper à l’immonde cas général et d’avoir, par ma mauvaise expression, pu donner l’impression que le cas général était obligatoire…
                      Par contre j’ai l’impression d’en faire trop…

                    9. Pheldge

                      @ sam 12 h 26 : tu gardes tes relevés bancaires sur combien d’années ? parce que après 15 ou 20 abs pour prouver un versement/virement …

                    10. sam player

                      Pheldge, ce n’était pas pour moi, j’interviens aussi pour des gens qui me le demandent, souvent dans des conflits du travail.

                      Dans le cas cité, la banque a fourni les relevés, ça a dû coûter 10 ou 15 balles par relevé, ils n’ont pas d’obligation de garder au delà de 10 ans je crois mais ils ont souvent sans problème des docs de 20 ans et là ça devait être 15 ans environ.

                    11. Pheldge

                      @ Aelil 14 h 03 : sam est très mauvais perdant, et selon la lune, je te dis pas … comme tu peux le constater 😉

                    12. Aelil

                      @Pheldge 15h31:
                      Non mais en général il est sympa, et je dois dire que globalement il ne dit pas trop de conneries (si on en veut une évidente il y a l’absence d’émotions), mais des fois c’est un peu chiant parce qu’il tient à interpréter les propos d’une façon certes possible pour l’extrait mais totalement incohérente avec le reste du discours et il n’en démordra pas, un peu comme s’il faisait preuve de mauvaise foi (mais c’est pas possible puisqu’il n’a pas d’émotions, donc il s’en fout finalement d’avoir raison ou tort). Surtout que quand tu regardes nos disputes c’est très souvent sur une connerie alors qu’on est d’accord sur le reste.
                      Enfin bref on ne va pas le réinventer, c’est comme ça qu’on l’aime bien… 😉

                    13. Al Bundy

                      « tu gardes tes relevés bancaires sur combien d’années ?  »

                      ça sert à rien mais j’ai mes relevés depuis mes 18 ans pour les comptes bancaires, et mes 14 ans pour la caisse d’épargne.

                      j’ai tout de même constaté que j’ai retiré 500 francs le lendemain de mes 14 ans pour acheter un radio cassette de marque Phillips, et 5000 francs pour un amstrad cpc 464 quelque mois plus tard.

                      P’tin, j’étais riche avant de m’occuper des femmes

                    14. Al Bundy

                      « Ah moi j’avais acheté un CPC 6128 couleur à 6000 ! »

                      salope de riche, je suis sur qu’y avait le lecteur de disquette pendant que je ramais avec mes cassettes

                    15. sam player

                      Oui lecteur de disquettes hi hi
                      L’interface GEM Desktop de Digital était vraiment en avance sur windows

                    16. Al Bundy

                      Je ne me rappelle plus l’interface, ni le language que j’utilisais, mais un truc frappant, un ami de la famille m’avait écrit un petit programme dont le code changeait à l’exécution en fonction de ce que je faisais du clavier, je veux dire, le programme source était réécrit alors même qu’il était en exécution, tu vois ? Pas sûr d’être bien clair, je pense à l’IA, mais c’était en 84-85.

                      Le mec était très impressionnant, un nom à particule aussi, mais également, incapable de prendre la décision de prendre telle ou telle voie de péage au point d’encastrer sa bagnole entre les deux, on s’est foutu de sa gueule durant des années pour ça, il en souriait.

                    17. sam player

                      Incapable de prendre une décision : MDR un genre 1 ?

                      Tu parles pas de récursivité pour le programme, genre les tours de Hanoï ?

                    18. Aelil

                      @Al Bundy 17h28:
                      L’IA c’est vieux en fait déjà vers 1950 on avait les premières ébauches pour le simple réseau de neurones: https:/ /fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9seau_de_neurones_artificiels
                      Après sur le principe ça a l’air très casse-gueule un programme qui se réécrit donc ça me surprend un peu (ça devient hautement non déterministe, surtout basé sur le clavier), sauf dans le cas d’un bootloader (puisque c’est son rôle d’écrire le programme en mémoire mais en général son entrée c’est pas le clavier).
                      Mais sinon un interpréteur de code c’est jouable (en gros c’est un compilateur plus le bootloader associé), surtout pour rendre l’utilisation à peu près lisible pour un humain (sinon t’as besoin que de deux touches :p ). Il faut aussi repartir en cas de perte d’alimentation.
                      Un truc que j’ai vu de très proche par contre c’est pour de la compression de code (la place mémoire était rare il fut un temps), donc le programme décompresse la portion de code qu’il veut exécuter dans une zone dédiée, l’exécute, décompresse la suivante et ainsi de suite, c’est plus lent mais ça permettait d’avoir des programmes plus gros sans investir dans la mémoire (donc moins cher).

                2. Pheldge

                  P’tain, c’est pas clair ta question ! et je ne te voyais pas du tout envisager le mariage … Si c’est ça le but : contrat de séparation. Mais bon, si tu te maries, en pensant au divorce … autant le Pacs, comme ça pas de pension si ça dure moins d’une vingtaine d’années (à vérifier, il y a un seuil à partir duquel la concubine a les droits d’une épouse …)

                  1. Al Bundy

                    D’après la situation patrimoniale dont il se revendique régulièrement il a tout intérêt à la communauté universelle.

                    Je suis sans contrat, donc réduit aux acquêts, et j’ai cru lire un truc bizarre par je sais plus qui, je confirme donc que vendant un bien immobilier acquis avant le mariage, le produit est rentré ds la « communauté », et d’ailleurs j’ai même dû faire signer à Peg une procuration pour la signature de la vente de cet appart..

    2. sam player

      Cette histoire de TVA je ne pense pas que ce soit un truc volontaire, c’est un mécanisme comptable qui n’a juste pas été revu en conséquence.

      En fait toutes les entreprises sont en contravention avec la loi : on récupère la TVA de l’achat que lors de la revente.
      Sur un produit qui reste en stock, on a payé la TVA mais on ne l’a pas récupérée. Tant que la déclaration de TVA est positive pour l’état, il ne vient pas fouiller.

      La question s’était déjà posée pour la démarque (le vol et la casse) dans les magasins, et je crois qu’ils peuvent maintenant récupérer la TVA payée au fournisseur. Mais dans ce cas, c’était un super casse-tête : comment évaluer un montant sur une démarque qu’on ne peut pas évaluer précisément.

      1. sam player

        Addenda :
        « Sur un produit qui reste en stock, on a payé la TVA mais on ne l’a pas récupérée EN THEORIE, MAIS EN FAIT, SI.

      2. Aristarkke

        Il y en a qui ont connu l’époque où la TVA sur tes achats n’était déductible qu’à la fin du mois suivant… Mais celle sur les ventes était payable de suite…

        1. sam player

          C’était globalement logique pour la deductibilité : dans le cas de revente, l’incorporation à la prestation n’est pas immédiate : si tu achètes des radiateurs le lundi, tu ne les factures pas le mardi… la facture sera issue au moins 3 semaines après quand le chantier est fini.
          Et pour la TVA encaissée, c’est logique aussi : c’est la facture qui génère l’encaissement, les conditions de paiement c’est un arrangement hors état.

          Le décalage est logique.

          1. Aristarkke

            À part la balance fin de mois/début du mois suivant, je revends par la pose, toutes les grosses fournitures achetées au pire quelques jours après. L’ancien système te faisait donc supporter le décalage sur ta trésorerie. N’ayant pas le statut de commerçant, je n’ai que le droit de revendre le matériel qu’au moyen de la pose/installation.

            1. sam player

              Oui décalage de trésorerie mais logique puisque les achats n’ont pas été consommés tant qu’ils n’ont pas été livrés.

    3. sam player

      A lire les commentaires du Figaro sur l’article, je me rends compte que pas un n’a compris le problème : ils s’offusquent du fait que l’on doive payer de la TVA sur les dons, alors qu’en fait on ne peut pas la récupérer… mais comme on l’a déjà récupéré par avance (avant la vente effective qui en final n’aura pas lieu), il faut la rendre.

      1. Pheldge

        sam, explique, parce que dans ma compta basique, moi je paye la TVA que je perçois, et récupère celle déboursée sur mes fournitures.
        Si je te suis, à partir du moment où une marchandise est produite, la TVA serait due, qu’elle soit ou non vendue ? essplique STP

        1. sam player

          Euh… faudrait déjà utiliser les bons termes : tu ne paies pas la TVA que tu perçois, tu la collectes et tu la reverses.

          C’est simplement pour des raisons de facilités déclaratives que l’on fait une balance entre la TVA perçue et celle déboursée.

          Non le fait générateur de la TVA est la livraison du bien ou du service.

          Son versement ou éligibilité c’est autre chose : des la livraison pour les biens, lors du paiement client pour la prestation de services.

          On ne peut déduire de la TVA que pour ce qu’on achète et qui est nécessaire à l’exploitation : d’où le fait que ce qu’on met à la poubelle, ce qui est volé, ou ce dont on fait don n’est pas déductible car ça ne rentre pas dans le cycle d’exploitation comme l’est un stylo (deductible) et si ça n’a pas été livré, ça ne l’est pas : le processus s’est interrompu.

          Je ne dis pas que je suis d’accord, mais c’est le principe.

          Donc pour ta question, ce n’est pas due mais exigible, et non dès qu’elle est vendue (ce qui ne veut rien dire), mais dès qu’elle est livrée.

          Et donc la TVA est exigible dès livraison. Il y a juste sursis de paiement jusqu’a la déclaration ou l’encaissement pour ce qui est des services.

        2. Pheldge

          désolé pour les imprécisions de mon vocabulaire. Moi fabriquant, je livre mon revendeur, qui me paye à terme ma marchandise, je dois la TVA sur la totalité. Mon revendeur, lui ne devra que la TVA collectée sur ses ventes, tout en récupérant celle versée à l’achat sur la totalité du lot.
          Je ne vois pas à ce niveau ce qui peut justifier l(exigibilité d’une TVA sur les invendus, qu’ils soient détruits ou cédés à titre gratuit : ils représentent déjà une perte pour le revendeur, je ne vois pas pourquoi au nom d’une logique comptable absurde, le revendeur devrait en plus assumer la perte de TVA de l’état.
          Après, je n’ai aucune expérience du business industriel et commercial et de ses mécanismes, alors j’ai peut-être une vision très simpliste.

          1. durru

            Explication encore plus simpliste 🙂 (Sam, si je dis des c.nneries, n’hésites pas !)
            Lorsque t’achètes des matières premières pour ta production, si t’as payé la TVA sur ces matières premières, t’es bon, la valeur ajoutée par ton fournisseur est récupérée par l’Etat. Sauf que, par défaut, tu la récupères cette TVA (ou tu la paies pas du tout, des fois). Donc, si à la fin tu ne vends pas ta production, l’Etat l’a dans l’os avec la TVA de ce que tu as acheté (et qui a une VA, dans l’absolu). Voilà comment je comprends moi les choses.
            Ce que je ne comprends pas trop, par contre, c’est sur quel prix doit être calculée la TVA à reverser (essayons d’utiliser les bons termes, au moins) dans le cas des invendus… Ou alors il y a une différence plus subtile entre US/UK et l’Europe continentale dans la gestion de la TVA.
            Comme Sam, je ne dis pas que c’est bien, hein…

            1. sam player

              Durru, oui c’est ce que je dis : le processus est interrompu, l’opération de don ne rentre pas dans l’objet de l’entreprise.

              De plus dans ce cas des produits hors taxe se retrouvent sur le marché.

              Imaginons une entreprise dont l’activité unique est d’acheter des produits et de les donner : l’était lui doit de l’argent et des produits HT sont dans la nature.

              Certes la boite ne durerait pas longtemps : mais imaginons qu’elle fasse ça, le don, pour 10% de son activité, elle est viable et des produits hors taxe sont sur le marché, leur TVA d’achat à été déduite des ventes de l’entreprise.

    1. Val

      @world oui c’est rigolo quand on aborde le sujet sur ce plan.
      Tu es pour la PMA PT -oui
      Tu sais combien ça coûte ? -… ,
      En gros tu es d’accord de payer une somme que tu ne connais pas pour que des gens qui peuvent avoir des enfants mais ne veulent pas faire ce qu’il faut pour? – …

      Le sujet est systématiquement abordé sur le plan moral par les 2 parties, jamais sur l’aspect financier. C’est bien sûr la vraie demande des homos car ça coûte une blinde !
      De mon côté évidemment je n’approuve pas non plus le côté moral mais chacun fait ce qu’il veut mais pas à mes frais en plus ni avec ma bénédiction bo*del !!!

      1. sam player

        Dire qu’il suffirait que les assurances santé soient privées pour que le problème n’existe pas, hors d’une dimension morale pour certains.

      2. Pheldge

        sauf que comme « c’est l’état qui va payer, ça coûte rien » ! Flamby s’en était vanté à la télé, mais ils sont des millions à penser comme ça !
        Et va leur faire changer d’idée : « oui, d’accord, mais comme ça va concerner très peu de gens, au final à moi ça me coûtera très peu, et comme je suis progressiste … ».

  26. sam player

    Puisque l’article parle de marche arrière, y en a quand même un qui était un grand spécialiste, c’est ayrault : il suffit de googler : ayrault machine arrière
    … pour voir la tapée d’articles qui lui est consacré sur les marches arrières toutes.

    Les guignols avaient même à l’époque mis en scene ayrault avec une voiture design special de Peugeot avec 1 marche avant et 4 marches arrières

      1. pabizou

        aussi sincère que les autres??Ça veut dire quoi? Tant pis..dommage? Le pb c’est « elle a l’air », je ne suis pas sûr que ce soit suffisant pour ramener ceux qui ne votent plus a recommencer

      2. Pythagore

        Chien échaudé craint l’eau froide, elle ou un.e autre qui voudrait accéder au pouvoir pourrait-il.elle être vraiment sincère: genre, on va virer 500.000 fonctionnaires, relancer le nucléaire, se rapprocher de la Russie, faire de la sélection au bac,…… Y’en a un qui a essayé, cela ne lui a pas réussi.
        Sans présumer de ses intentions, je pense que les politiques dont l’orientation ne serait pas socialiste/gauchiste avancent avec prudence, et donc n’exposent pas forcément leurs intentions de façon claire au grand jour, ca peut se comprendre au vu de l’opposition médiatique qui les attend.

    1. pabizou

      Il y a a boire et a manger là dedans . Je ne sais pas si son discours est le résultat d’une analyse du réel ou une estimation de ce qui pourrait être audible par le plus grand nombre de gens . Dans le premier cas on peut voir la première marche vers un retour a la raison et le début d’un fléchage dans la bonne direction . Dans le second on peut aussi se dire que, comme dab, tant que les promesses n’engager ont que ceux qui les croient, changer de logiciel électoral ne signifie rien . Reste plus qu’à savoir si les français sont prêts a tenter le coup, pour ma part j’en doute…

  27. Rick Enbacker

    https:/ /www.bfmtv.com/economie/g7-l-etat-debloque-350-000-euros-pour-dedommager-les-commercants-de-biarritz-1757761.html#xtor=AL-68

    C’est pas cher, c’est l’état qui paie.
    La politique est bien un jeu à somme négative…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.