Immobilier : les vieilles idées idiotes refont (encore !) surface

En République du Bisounoursland, être propriétaire est à la fois une fierté pour les uns et une source de taxes pour les autres, un vecteur d’enrichissement pour certains et pour d’autres, la voie rêvée d’une redistribution vivifiante. C’est sans doute pour cela que le gouvernement, qui sait mieux que vous ce qui est bon pour vous, entend tondre toujours plus ras le propriétaire immobilier.

Depuis que la France existe, devenir propriétaire était une méthode simple pour se garantir sinon une retraite, au moins un toit pour ses vieux jours. Cependant, ces dernières années, il apparaît qu’un propriétaire, par sa nature même de possédant, est surtout quelqu’un sinon de riche au moins qui aspire à le devenir, une sorte de bourgeois en puissance. Dans le pays de l’égalitarisme, où la lutte des classes est devenue l’opium du peuple, accéder à la propriété est presque un affront jeté à la face des pauvres, des sans domiciles, des mal-logés et des locataires.

Comme c’est une faute, elle doit être expiée, par une jolie taxe généralement. C’est pratique (puisqu’on peut l’enduire d’une bonne couche de moraline) et accessoirement, ça rapporte de l’argent dans les caisses toujours vides d’un État obèse.

On ne s’étonnera donc pas que l’idée d’un loyer fictif refasse surface.

Tout d’abord évoquée en 2013 par le Conseil d’Analyse Économique, énième sinécure improbable d’aigrefins et autres fromagers républicains, cette idée est réapparue à la fin de l’année 2016 via le travail en coulisses de l’un de ces misérables « think-tanks » socialistes, ceux qui s’emploient à trouver les idées les plus progressistes afin de remodeler la société (à coups de pelle dans la nuque s’il le faut) pour correspondre à leurs désirs humides de collectivisme total.

Comme souvent, cette idée de loyer fictif part d’un constat bancal (« le propriétaire immobilier qui a fini de rembourser son prêt n’a plus aucun frais ») pour tenir un raisonnement abrutissant de bêtise (« il s’enrichit donc, mensuellement, du loyer qu’il n’a pas à payer ») et pour enfin aboutir à une conclusion puissamment stupide (« on doit donc pouvoir le taxer sur cette rente« ).

Au-delà même de l’aspect parfaitement inique qui consiste à surempiler des taxes et des ponctions sur des biens déjà largement taxés, et à tenter une nouvelle fois de piquer dans la poche des uns pour faire semblant de distribuer aux autres, dans un monde normal, ceux qui tiennent ce genre de raisonnements sont régulièrement moqués (grassement de préférence) et ceux qui insistent se font un peu taper dessus, jusqu’à comprendre que leurs « propositions » sont nauséabondes, nocives et méritent de solides coups de pied dans les parties génitales.

En République du Bisounoursland, il n’en est rien (bien sûr) et ceux qui reviennent à la charge (pour la troisième ou quatrième fois dans ce cas-ci) ont même le soutien quelque peu humide voire louche d’une presse quasiment acquise à leurs propositions toxiques. Ce qui permet par exemple à Gasgard Panzer, qui cherche actuellement à placer ses divisions sur Paris dans le cadre de sa campagne militaire électorale, de faire le beau sur différents plateaux et dans différents articles en proposant, une fois encore, cette idée méphitique.

Pour lui, c’est évident : on va enfin pouvoir contenir les loyers parisiens en imposant cette taxe aux biens immobiliers qui sont inoccupés. Et ce n’est pas grave si une taxe équivalente (aussi stupide) existe déjà (et, de fait, ne résout absolument rien).

Le journalisme français étant mort depuis bien longtemps, personne ne lui fera la remarque que c’est un raisonnement parfaitement crétin : d’une part, si une taxe savait résoudre les problèmes de loyers trop importants, le reste de la planète l’aurait déjà adoptée partout ailleurs. D’autre part, le contrôle des loyers n’est pas (même de loin) dans les prérogatives de l’État et lorsqu’on regarde, dans l’Histoire, toutes les fois où ce dernier a agi dans le domaine, on constate une suite ininterrompue d’échecs systématiques et catastrophiques à tel point que plus aucun économiste (sauf quelques imbéciles francophones) n’ose faire une suggestion pareille.

Ceci dit, si Gasgard avait comme but de faire parler de lui, c’est réussi et se moquer de lui devient alors indispensable tant ces idées coûtent (et pas seulement de l’argent) à la population : derrière chaque nouvelle taxe se cache des effets indésirables que ces mêmes abrutis tenteront de corriger avec la maestria qui les caractérise (lisez : nouvelle bordée de taxes, qui entraîneront de nouvelles catastrophes). Derrière chaque nouvelle taxe se cache un nouvel appauvrissement, de nouveaux choix de consommation biaisés et de nouvelles petites et grandes misères qui, sur le nombre, finissent par enfoncer le pays dans le marasme qu’il connaît à présent…

C’est probablement pour cela que ces idées refont ainsi surface, encore et encore, à l’instar de cette autre qui consiste à rendre l’État copropriétaire de certains ou de tous les biens fonciers…

Oui, vous avez bien lu : en 2017, on découvrait effaré cette brillante proposition qui consistait à rendre l’État copropriétaire des biens immobiliers, à hauteur d’un petit pourcentage, et à transformer ce petit pourcentage en rente pour l’État ou, si la taxe n’était pas payée par le propriétaire, à ce que la proportion confisquée par l’État grandisse progressivement (jusqu’à atteindre éventuellement 100%).

L’idée, probablement jugée trop avant-gardiste par les politiciens, le gouvernement et l’administration derrière eux, n’avait alors pas abouti et l’État avait dû se contenter de l’habituelle pluie de petites taxes et autres brigandages habituels sur les routes et ailleurs pour boucler ses budgets.

Ceci n’est pas une raison pour ne pas pousser à nouveau cette idée dans les tuyaux et habituer encore un peu les esprits à ce qu’en France, tout, partout, tout le temps soit ainsi rançonné.

C’est ainsi qu’on découvre une nouvelle mouture de cette idée dans une proposition de loi qui sera déposée à la fin novembre par une brochette d’élus du MODEM (ce parti d’élus suffisamment courageux pour détruire la notion même de propriété privée en France mais gonadectomisés au point de n’avoir pas su rallier les godillots officiels de LREM) : au prétexte de vouloir résoudre le problème de la méchante spéculation foncière dans les « zones immobilières tendues », la députaillerie en question envisage de rendre l’État propriétaire des terrains à bâtir pour une durée infinie. Seule la propriété des murs resterait au bâtisseur.

Là encore, on se demande pourquoi on n’avait pas pensé à ça plus tôt, ou plutôt pourquoi, à chaque fois que de similaires tentatives furent faites, partout ailleurs, cela s’est (littéralement) terminé en champs de ruines, le contrôle de l’immobilier par l’État étant réputé comme étant le second meilleur moyen pour détruire une ville après le bombardement en bonne et due forme…

Ce sont, dit-on, dans les vieilles casseroles qu’on fait les meilleures soupes. Apparemment, ce sont dans les vieilles casseroles politiciennes qu’on fait les pires idées taxatoires.

Mais peu importe que le constat soit toujours le même. Peu importe que ces idées stupides aient déjà été tentées ailleurs, aient déjà foiré ailleurs, aient déjà provoqué misère et effets indésirables ailleurs : la France doit montrer le chemin, tenter elle aussi de se brûler avec le feu, de se noyer avec l’eau, de s’appauvrir avec le socialisme et de se déchirer avec le collectivisme, le communautarisme et l’étatisme le plus débridé. Il n’y a pas de raison que ce soit réservé aux Vénézuéliens, aux Boliviens, aux Cubains : nous aussi, nous avons le Droit À Un Pays En Ruine !

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires219

  1. Aristarkke

    En fait, il fait imaginer en permanence de nouvelles taxes pour remplir le tonneau des danaïdes. Fatalement, les domaines taxables étant limités en nombre, la redite guette…

  2. Le Gnôme

    Nous finirons par avoir une surface imposée par l’Etat pour finir avec des appartements communautaires. L’habitat sera socialiste ou ne sera pas.

      1. Higgins

        Le film les « 400 coups » de Truffaut montre bien le niveau de l’habitat moyen en France à la fin des années 50. Il ya une ou des scènes qui se passent dans l’appartement des parents du jeune Antoine Doinel. A l’époque, Il était urgent que cela change. Maintenant, la donne a changé. Les acteurs de l’immobilier sont comme les vitriers de Bastiat. Il sont accro à la subvention d’où les plans foireux des gouvernements dans le domaine (loi Pinel: https:/ /www.ideal-investisseur.fr/politique/rapport-igf-immobilier-pinel-un-investissement-sur-deux-pas-rentable-7750.html).

        1. Blondin

          Bien vu le témoignage des films.
          Dans « Rue des Prairies » (1959), on voit Gabin, ouvrier, qui habite le XX° et qui se lave dans son évier.
          Pas de salles de bain à l’époque dans beaucoup d’appartements.

        2. Al Bundy

          Acheter de l’immobilier pour une raison fiscale, faut pas être étonné de se faire enculer.

          De toute manière la règle est simple, quel que soit le domaine, s’il y a défiscalisation, c’est que le marché est ou deviendra pourri

  3. Theo31

    Tu ne fumes pas, revenu fictif
    Tu ne te drogues pas, revenu fictif
    Tu jeûnes, revenu fictif
    Tu n’utilises pas de capotes, revenu fictif.

    Il n’y a pas à dire, les abrutis sont en roue libre.

    1. Calvin

      Tu n’utilises pas de voiture : revenu fictif
      Tu respectes les limitations de vitesse : revenu fictif
      Tu achètes hard-discount au lieu de Monoprix : revenu fictif
      Tu ne regardes pas Netflix : revenu fictif
      Tu ne lis pas l’Humanité : revenu fictif, ah, non, là ça va, vu le pognon de dingue qu’on leur file déjà…

      Le socialisme, une idée si moisie qu’il faut y revenir 100 fois pour espérer endormir les gens…

      1. MCA

        T’as aussi oublié le plus important parmi les revenus fictifs; ceux qui ne picolent pas.

        Ça tombe bien, comme tout le monde à besoin d’oublier, je n’en connais pas.

              1. Al Bundy

                Donc rien à voir avec tes dix ans d’abstinence.

                Les médecins sont tétanisé par les risques hémorragiques liés aux avk et n’y connaissent rien. mieux que les contrôles INR, se connaitre.

                je suis mouru d’un embol pulmo il y a quelques années pour avoir suivi les recos. les MG suivent comme des ânes

          1. Pheldge

            là ça sera un revenu réel, plus certainement au moins une activité commerciale non déclarée ==> lourde amende pour tentative de fraude !

    2. Makalioka

      @theo31:
      À la campagne,
      – tu te fournis en bois de chauffe, revenu fictif
      – tu vidanges ta caisse toi-même, revenu fictif, et c’est devenu illégal il me semble
      – tu récolte tes fruits, tes légumes, tu fais des confiotes, revenu fictif
      – tu fais tes propres semences potagères, revenu fictif et illégalité aussi
      – tu greffes tes propres fruitiers, boutures ta propre vigne, revenu fictif et illégalité
      – tu fais cramer au fonds de ton terrain un tas de branches mortes, illégalité totale, grôze délinkan, forte amende probable par les pandores qui viennent constater sur place, ce en fonction de la sensibilité du voisinage
      Etc, etc.
      C’est devenu bin bô la France!

      1. Jeanne ère

        je me rappelle sous Jospin, qu’il y avait eu un « travail » sur la possibilité de taxer les jardins potagers, les jardiniers étant considérés comme des travailleurs au noir (pardon pour cette comparaison racialiste).

        Ouf, cette réflexion n’a pas eu de suite.

        1. sam player

          Bah si… la taxe a été annulée avant d’être mise en œuvre… donc c’est une hausse du pouvoir d’achat… Vous avez plus d’argent que si vous en aviez moins et vous ne dites même pas merci !

  4. Opale

    Comme d’habitude, on constate que les logements sont vacants sur Paris, alors il faut punir le méchant propriétaire. Mais personne n’a l’audace de se demander POURQUOI tant de logements sont vacants… Les propriétaires seraient-ils de simples collectionneurs de coquilles vides ? Acheter pour rien, investir sans retour, en voualà une idée bien moisie ! ‘Sont cons ces propriétaires, sans blague.

    1. Theo31

      Ils sont en vente, en rénovation ou en attente d’un locataire. Mais quand on demande quatre fois le loyer en garantie et que les candidats gagnant 4000/6000 euros mensuels ne courent pas les rues, faut pas s’étonner du résultat. Grâce à Hidalgogol et sa clique de mongoliens, les rats seront les habitants les plus nombreux de Paris.

      1. Aristarkke

        Il y a aussi des appartements qui sont des résidences secondaires pour le travail hebdomadaire de provinciaux itinérants ou pour la détente.

    2. Jacques Huse de Royaumont

      Si un propriétaire doit quitter son logement pour 2-3 ans (mutation professionnelle, par exemple), il peut hésiter à y mettre un locataire, car il aura toutes les peine du monde à récupérer son bien à son retour. De plus, au niveau de prix du marché parisien, les locataires sont souvent des gens bien informés et bien au fait de tous les recours possibles. Bref, les locataires potentiels ont une capacité de nuisance extrêmement élevé, ce qui peut faire hésiter.

  5. Aristarkke

    Monseigneur, vous dites qu’il n’y a plus que notre pays pour rêver d’un contrôle autoritaire des loyers. Mais il me semble avoir lu qu’il était instauré à Berlin depuis cette année. Un expatrié français à l’origine de cette résurrection ?

    1. Aristarkke

      Vérification faite, c’est même plus « violent » pour le droit de propriété et du contrat puisque c’est un gel pour cinq ans depuis cet été.

        1. Calvin

          En été, ils veulent éviter un nouvel Stalingrad, en pure perte.
          Le contrôle des loyers, pour une ville, c’est pire qu’un bombardement.

      1. Pythagore

        Non non pas depuis cet été, la loi est en train d’être votée, ou vient d’être votée. Il s’agit de plafonner les loyers à env. 9,5 EUR/m² en moyenne et le plafond dépendra du quartier et des loyers existants aux alentours me semble-t-il.
        La CDU et le FDP (libéraux hein) vont intenter une action légale contre la loi au motif que la politique des loyers est de la responsabilité de l’état et non de la région.
        Par ailleurs, de gros proprio ont annoncé qu’ils porteraient plainte au motif que c’est contre le droit de propriété et anticonstitutionnel.
        Un des plus gros proprio à Berlin est une boite appelée « Deutsche Wohnen (DW) » et ils sont proprio de 111.000 logements.
        Va y avoir du sport.

    2. Pythagore

      A mon très grd regret, cette mesure est effectivement en train d’être mise en place par l’administration socialiste de Berlin (sénat), où on trouvera certainement qq reliques de la RDA, comme chez les électeurs d’ailleurs. L’est de Berlin, en particulier, vote fortement (>> 20%) pour « Die Linke », réminiscence du communisme. La coalition à la tête de la ville est rouge-rouge-verte, le SPD, Die Linke et Die Grünen.
      Même le maire de Berlin avait retoqué le premier jet de la loi au motif qu’elle ne prévoyait pas assez de création de nouveaux logements (une petite lueur de bon sens dans une forêt noir de n’importe quoi).
      Sur Berlin, il faut aussi dire que ds les années 90, une coalition de droite était à la tête de la ville. Ils se sont fait remarqués par qq combines ds le domaine de l’immobilier suite à la vente du park de l’Allemagne de l’est, certains y ont laissé des plumes, (je chercherai qq détails à l’occasion), ce qui leur a valu d’être expulsé durablement du pouvoir.

      1. Coralline

        Remarquez, le loyer fictif ça se pratique en Suisse et ça me fait assez grincer des dents. Il est question de l’abolir mais alors, si j’ai bien compris, on ne pourra plus déduire un certain nombre de dépenses de ses revenus. Il semblerait que ce soit le serpent de mer jumeau de celui de sa création en France; ça marche en quelque sorte comme les personnages des baromètres : quand l’un sort (on va le mettre en France), l’autre rentre (on va le supprimer en Suisse).

          1. Coralline

            Eh bien le fisc estime que si on louait l’appartement que l’on occupe, il rapporterait une somme que ledit fisc détermine, et cette somme est mentionnée comme un revenu, s’ajoutant aux revenus effectifs dans la déclaration que l’on fait chaque année. Mes grincements de dents empêchent mes voisins de dormir, tous les ans à la même époque. Il y a dû y avoir un article dans le journal Le Temps, cette année, sur l’éventualité de la suppression de cette monstruosité. Mais ça devrait être compensé par l’impossibilité de déduire travaux et hypothèques de ses revenus, alors je ne sais pas ce qui est le plus avantageux au final pour le contribuable.

            1. Al Bundy

              Merci, je ne pensais pas les suisses aussi ravagé par le cancer socialope, visiblement celui ci s’est propagé sur la totalité de la planète.

              bien heureux je suis d’avoir pratiquement tiré mon temps

              1. Jojobargeot

                On doit effectivement cette loi crasse à un socialiste, un certain Otto Stich. Et ça dure depuis plus de 20 ans. Mais bon, cette enclume touche une retraite de près d’un quart de million par an pour cette prouesse commise en temps que conseiller fédéral.

            2. suzy

              En Suisse,on peux deduire toutes ses dettes, hypotheques,prets,meme les payments a temperaments sur les cartes bleues,visa etc..les frais medicaux,dentaires et pharmacetiques,les trajets professionels,meme dans la meme ville et meme si on possede une voiture.c’est vrai que les impots,sont chers en Suisse ( a peut pres 2 salaires et demi part an), mais le niveau de vie est bien bien meilleur qu’en France avec uneTVA a ,en moyenne 5% . Le paradis n’existe pas, mais je ne connais pas beaucoup de suisses qui se sentent aussi pressurises par l’etat federal ou cantonal,comme se sentent ecrases par les taxes,les francais!! Mais c’est vrais le paradis n’existe pas, mais la vie en suisse,meme par temps de bise noire, s’en rapproche pas mal!!!!

  6. hub

    les français sont attachés à la pierre (qui permet de les noyer plus facilement). Comme c’est un placement immobilisé, si je puis dire, l’état s’en donne à coeur joie.
    Taxe à l’achat, taxe foncière, taxe d’habitation ou taxe sur les bureaux, tva, taxes du syndic, taxes de ramassage, quelqu’un aurait une liste complète?….

      1. Aristarkke

        Au moins dans toutes les métropoles urbaines, même dans des communes périphériques d’elles. A noter que bien des maires de la fausse droite n’ont pas manqué de l’instaurer, justifiant pleinement leur vagabondage intellectuel.

  7. Infraniouzes

    On ne pourra rien faire. L’ivresse de redistribuer de l’argent à n’importe qui est telle que rien ne pourra la stopper. Non seulement il en faut toujours plus pour gaver les quémandeurs, mais il faut continuer à rincer tous ceux qui constituent le socle des clients électoraux. Et bien sûr, tout ça fonctionne sur le merveilleux principe mutualiste complètement dévoyé depuis 50 et plus: on vous ponctionne 100 mais on redistribue 80, dans le meilleur des cas, vu qu’il faut bien rémunérer les malins qui gèrent le système. Depuis le PMU on n’a pas trouvé mieux pour s’enrichir au détriment des gogos qui y croient dur comme faire. PMU = Pour Moi Uniquement.

  8. Blondin

    Je confirme la mort du journalisme français.
    Dîner juste avant les présidentielles avec une de mes cousines réd chef adjointe d’un grand hebdo français. Je lui parle de la taxe sur les loyers fictifs, projet dans les cartons de Micron (info que j’ai eue ici, merci patron).
    Elle me rétorque que c’est n’importe quoi, complotisme etouça.
    Je lui dis de vérifier. Ce qu’elle fait dans la semaine, mais en me précisant que LaRem avait abandonné et démentait les rumeurs de maintien du projet.
    Tout ça pour dire qu’une des journalistes haut placée d’un hebdo à fort tirage préfère s’intéresser aux bruits de chiottes des couloirs de l’Assemblée, vous regarde de haut quand vous lui parlez d’infos sérieuses, mais manifestement ne les a pas, ces infos.
    Et toute la presse s’étonne de voir ses tirages baisser.

    1. pl00tarke

      @Blondin

      Etonnant cette ignorance de la part de votre cousine…

      J’ai abordé ce même sujet avec des membres de ma famille, Macronistes convaincus (et comme par hasard retraités). Eux avaient entendu parler de cette brillante idée, connaissaient même sa provenance : Terra Nova, fameux Think-Tank Socialoïde à tendance couteau entre les dents.

      Donc, selon eux « aucun risque, c’est juste du buzz ».

      Quelle naïveté…

      1. Blondin

        @p100tarke

        Pas tellement étonnant malheureusement.
        Outre cette cousine, j’ai dans mon entourage un certain nombre de journalistes.
        Ils sont focalisés sur le court terme, la personnalité des uns et des autres, les ragots et surtout sur le « jeu » politique (qui peut/veut prendre le pouvoir ? avec qui ? en flinguant qui ? etc.).
        Du coup, ils passent très très très peu de temps sur le fond.

        Et ils regardent tout ce qui ne vient pas de leurs propres sources avec mépris : qu’il s’agisse du web ou même de témoignages concrets qui ne vont pas dans leur sens.
        Ils sont pour la plupart incapables de sortir de leur cadre de pensée.

        Quant aux retraités de votre famille, ils doivent se mordre les doigts.

    2. Calvin

      « la mort du journalisme français »
      Illustré de façon criante par le naufrage complet de Cash Investigation. Leur dernière sortie sur la fiscalité était sembe-t-il pathétique.

    3. Dr Slump

      La réponse de votre cousine montre en effet que les journalistes parisiens pensent tout mieux savoir que les autres du fait de leurs relations avec les sphères du pouvoir, que ce soit le parti, les couloirs ministériels, ou les copains qui travaillent à l’Elysée. Et ça me conforte dans l’idée que le journalisme français est complètement vendu à l’état. Des gratte-papiers imbus de leurs relations qui se prennent pour des sommités.

      1. Nemrod

        Un journaliste : une pute ou un chômeur.
        Je vous laisse trouver la source.

        Et ce n’est pas gentil pour les putes qui « donnent beaucoup pour relativement peu d’argent » contrairement aux journalopes : là je vous la donne : Serreau dans « Garde à vue ».
        Mon film Français préféré.

        1. Adolfo Ramirez Jr

          Il vient de passer sur TV5 Monde. D’habitude j’évite ce genre de film, daté, passé de mode, au format plus actuel ou trop « intellectualisant ».
          Mais là, j’ai regardé du début à la fin. Prenant et très bon.

  9. Cata

    Chez les shadoks, la situation était satisfaisante : les essais de fusée continuent à très bien rater… Car c’était un principe de base de la logique shadok :Ce n’est qu’en essayant continuellement que l’on finit par réussir. En d’autres termes, plus ça rate et plus on a de chances que ça marche.

    1. durru

      C’est même mathématique, hein : si on a 1% de chances, au 100ème essai ça va certainement passer 😀
      (ce message a été approuvé par Gilles « le technique »)

      1. Calvin

        @Durru
        Et encore, pas si sûr.
        Des abrutis de journalistes avaient titré « 110% de chances qu’une centrale européenne explose »
        Une probabilité improbable pour un événement jamais arrivé.

  10. Pythagore

    Je ne connaissais pas ce Gasgard Panzer. Il coche toutes les cases de la sociali:
    – inscrit au PS à 22 ans
    – IEP / ENA
    – « haut » fonctionnaire
    – soutien de Ségolène
    – soutien de Hollande
    – soutien de Macron
    ……
    C’est du chimiquement pur.
    .
    https:/ /fr.wikipedia.org/wiki/Gaspard_Gantzer

    1. pl00tarke

      +1… création de valeur zéro, un pur boulet pour le contribuable.

      La question « comment justifiez-vous votre existence? » a été créée pour lui. (ça change du « vous faites quoi dans la vie? »)

        1. Jacques Huse de Royaumont

          « C’est en surmontant les difficultés, les problèmes et les embûches qu’on acquiert une bonne image de soi. Grâce à moi, vous pouvez être fier de vous, très fier, même ».

  11. Higgins

    Je crois me souvenir que le marasme immobilier qui a touché la France jusque vers les années 60 était la conséquence directe de textes imbéciles votés vers la fin du XIXème siècle affectant la construction et les propriétaires. De mémoire toujours, dans les années qui ont suivi la Grande guerre, le pouvoir politique a pris conscience de cet état de fait (la guerre a agi comme un immense révélateur des dysfonctionnements latents de la société française) et des études ont commencé pour tenter de remédier à ce problème de mal-logement (absence de sanitaire digne de ce nom, logements insalubres, etc,…). C’est sous Vichy (qui pensais à plein d’autres choses et qui restera avant tout le pouvoir qui a donné les clés du pays à la technocratie, choix rendu indispensable suite à l’occupation du pays et aux dégâts occasionnés par la guerre) que l’impulsion décisive a été donnée et qu’a été élaborée un grande partie des plans et implantations des villes nouvelles de la couronne parisienne. La IVème République a raflé la mise et a lancé les chantiers en question. Je ne pense que les concepteurs de ces entités aient pensé un jour qu’ils donneraient naissance à des monstres urbains dont l’existence rend désormais impossible ou extrêmement difficile toute velléité de juguler rationnellement et intelligemment les problèmes de circulation à l’intérieur de l’agglomération parisienne (surtout au vu de l’état des finances publiques après plus de 40 années de socialisme larvé).
    Comme les abrutis qui prétendent régenter nos vies n’apprennent jamais rien de l’Histoire, ils répètent les mêmes erreurs, erreurs qui conduiront inéluctablement aux mêmes catastrophes. Étonnons ensuite que de moins en moins d’individus investissent dans le locatif surtout que les délires politiques énoncés en partie ci-dessus ont accouché de textes de lois iniques qui amènent à ce genre de situation ou des squatteurs aux arguments plus que discutables: https:/ /www.20minutes.fr/insolite/2285059-20180606-video-aisne-proprietaire-venge-locataires-deversant-poubelles-devant-chez et https:/ /france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/marseille/marseille-squatteurs-occupent-ancien-pole-emploi-faire-maison-du-peuple-1680048.html (au delà de cas très particuliers; la recension faite rapidement sur ce sujet sur le fil Actualité tendrait à démontrer que les expulsions deviennent enfin une règle suite à la loi Elan).

    1. Pythagore

      « Comme les abrutis qui prétendent régenter nos vies n’apprennent jamais rien de l’Histoire, ils répètent les mêmes erreurs »
      Erreurs pour vous et moi, mais pas pour la technocratie et ses représentant qui sous prétexte que rien ne marche en profite en permanence pour étendre sa sphère de (in)compétence ds tous les domaines de la vie, créant de l’état et du fonctionnaire à gogo. C’est tout bénéf.

      1. Higgins

        Je ne parlerai pas de compétence ou d’incompétence mais plutôt d’accaparement du pouvoir face à des idiots utiles, les politiques, qui eux sont généralement rarement compétents. Comme les derniers n’ont qu’une obsession, leur réélection, il est facile aux sachants de délivrer alors des messages porteurs à cette population. Cela leur permet de briller auprès de leurs électeurs abrutis par la propagande officielle et un système éducatif à la dérive. Je pense qu’une fois qu’on a compris cela, il existe un bon espoir de rester intègre au plan intellectuel et moral.

      2. Higgins

        Sur l’incompétence politique, un exemple tout frais: « Les constructeurs retirent peu à peu de leurs chaînes de production les petits modèles urbains. Leur faible rentabilité, dans un marché en recul, n’est pas compatible avec les coûts générés pour respecter le durcissement de la réglementation sur les émissions de CO 2 et de particules. » ( https://www.lesechos.fr/industrie-services/automobile/la-fin-programmee-des-petites-voitures-citadines-1148926 )

          1. Blondin

            Merci major pour votre long billet sur le logement – très instructif.

            C’est là qu’on voit les méfaits de Vichy sur le long terme.

            Les bien-pensants et les pleureuses subventionnées nous rebattent les oreilles avec le retour de Vichy.
            Mais ces cons n’ont pas compris que les horreurs de l’antisémitisme d’Etat sont finies depuis longtemps.

            En revanche, la prise de pouvoir par des technos irresponsables (au sens juridique du terme) est toujours d’actualité.

            1. Aristarkke

              C’est là qu’on voit les méfaits de Vichy sur le long terme.
              Cela avait commencé bien avant Pétain, dès le blocage des loyers pendant la 1ere GM qui a ensuite été « assoupli » mais si peu, M’sieur Sabatier, si peu…
              Pétain n’a eu qu’à suivre la tendance bien amorcée…

              « Avant Guerre en France[modifier | modifier le code]
              Un blocage des loyers stricts décidé en 1914 et jamais remis en cause après la première guerre mondiale va entraîner une paralysie quasi totale de l’investissement locatif privé : le blocage des loyers obérant toute rentabilité de ce type d’investissement, les propriétaires de logements existants cessent de les entretenir, faute de revenus suffisants. Pareillement, la perspective de rendements faibles réduit la construction de nouveaux logements. Ainsi, entre les deux guerres, la France a construit 2,5 fois moins de logements que la Grande-Bretagne, et deux fois moins de logements que l’Allemagne, pourtant affligée par une crise monétaire grave (1923). Entre les logements manquants et les unités insalubres, la pénurie avant guerre est estimée à 2 millions d’unités ».

              (tiré de wikipedia -criseS du logement en France C’est le premier paragraphe)

              1. Blondin

                Très intéressant mais je parlais de la prise de pouvoir des technos. A mes yeux, l’école d’Uriage (voulue par Pétain et surtout Laval) préfigure l’ENA.

                1. Jacques Huse de Royaumont

                  L’ENA, la sécu, la fête des mères, l’heure à GMT+1 et Nantes hors de la région Bretagne.
                  La France reste Vichyste, finalement.

                2. Higgins

                  Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. L’irruption de la technocratie remonte en fait à la Grande guerre, celle qui devait être fraîche et joyeuse. Le pouvoir a fait appel à des gens extrêmement qualifiés et intelligents (a l’époque, essentiellement des X) pour faire passer l’économie du pays du temps de paix au temps de guerre. il a fallu près de trois ans pour réussir cette transformation et encaisser, entre autres, le choc de Verdun en 1916. Les armées ont vécu une même évolution. Les effets positifs se sont faits sentir à partir de 1917, année de l’arrivée des américains. A partir de 1918, la machine était lancée et ce n’est pas pour rien que l’armée française, au sortir de ce conflit, pouvait être qualifiée de la meilleure au monde.
                  Dans les années 20-30, ces mêmes technocrates, qui avaient goûté à l’ivresse du pouvoir, n’ont pu que constater l’état de délabrement de la société dans tous les domaines: social, politique et économique. Des cercles de réflexion se sont alors créés, comme X-Crise, pour tenter d’apporter des réponses efficaces et pérennes à ce délabrement. Ils inclinaient généralement vers des pouvoirs autoritaires, seuls à même de leur point de vue, de résoudre tous ces graves problèmes. En 1940, il est donc logique, vu l’ampleur de la défaite, de les voir arriver en masse à Vichy. Ils ont tenté de faire face aux difficultés générées par l’Occupation mais ils ont également beaucoup penser à l’après. Bichelonne, X-Mines, « la tête la mieux faite de son époque », ministre de la production industrielle en 42-44, reste l’archétype de ce genre de personnage. A la Libération, il était tout aussi logique pour le nouveau pouvoir de faire appel à cette population pour reconstruire le pays. La création de l’ENA en 47 a été la réponse apportée pour diversifier les origines de cette population. Les 30 Glorieuses leur doivent beaucoup. C’est l’époque royale du Plan. 70 ans plus tard, ils sont toujours en place et « L’Etat profond » français repose en partie sur leurs épaules. Le bémol est qu’une bonne partie de la classe politique en est issue et utilise toujours le même logiciel. On en voit les tristes conséquences tous les jours.

                  1. Jacques Huse de Royaumont

                    Intéressant récapitulatif.
                    Cependant, il semble que 2 changements majeurs soient intervenus insidieusement.
                    D’une part, l’état est passé d’une part de 25% (ou moins) du PIB en 14-18 à 57% aujourd’hui, avec une montée vertigineuse à partir des années 70. Ca change tout, car le rôle des technocrate passe de facilitateur à celui de stratège et décideur avec pouvoir de contrainte fort. La démarche change et les techniciens endossent un role qu’ils ne savent pas tenir.
                    Le second changement est le profil des technocrates. On passe d’ingénieurs (et même ingénieurs militaires, comme les X) à des profil HEC / SciencePo, peu au fait des réalités techniques et dressés à faire passer leur intérêt personnel avant toute autre considération.
                    Ces 2 changements ont totalement perverti le fonctionnement de ce système désormais à mon sens totalement dysfonctionnel.

                  2. Pythagore

                    Merci pour ce résumé, et comme dit Jacques, le souci c’est que les ingénieurs ont disparus de la circulation et que l’on ne trouve plus que des littéraires pour ce qui est des politiques et de la presse, alors que nous sommes ds un monde encore bcp plus technologique qu’il y a 70ans.
                    Ce qui nous mènent à des débats suréalistes du type RCA …etc… des gens qui prennent des décisions sans avoir aucune compréhension des réalités, et qui ne peuvent avoir aucun avis critique, qui sont laissés à leurs conseillers, car ils n’ont pas le background.
                    C’est pas que j’ai une confiance aveugle en des X ou autres, mais ds le tas il y en a qd même des très compétents et qui ont certainement une meilleur compréhension des aspects technologiques de notre société, que des ENArques.

        1. Pythagore

          Oups un petit effet de bord ? Je reste coi devant la connerie abyssale des politiques qui ne sont pas que les nôtres, puisque les normes se discutent au niveau européen. Je vais lancer un business de leasing assurance incluse depuis la Pologne ou la Roumanie, avec immatriculation en conséquence.
          Que la Smart allait devenir électrique, j’avais entendu, y’a eu de la pub, mais qu’elle allez partir en Chine, je ne savais pas.

          1. Citoyen

             » un business de leasing assurance incluse depuis la Pologne ou la Roumanie, avec immatriculation en conséquence.  »
            C’est une excellente idée à creuser …

        2. sam player

          L’excuse de devoir développer des petits moteurs de moins en moins polluants, je n’y crois pas trop puisque les moteurs du segment B se retrouvent sur le segment A.

          Je crois plutôt que le segment A est le domaine de prédilection du véhicule électrique en 2ème voiture… mais ceux qui la veule en première voiture… euh… mystère…

              1. Aristarkke

                Le « pot de yaourt » était le surnom de la Fiat 500, mouture des années 60.
                L’appellation Fiat 500 apparaît bien avant la 2me GM, Sam et Fiat en a sorti de nombreuses variantes

                  1. Citoyen

                    Ah, c’était pour prolonger la remarque :  » mais ceux qui la veule en première voiture… euh… mystère…  » … concernant les petits modèles …

                1. Citoyen

                  Et avant la Fiat 500, il y a eu un modèle précurseur « pot de yaourt », … c’était l’Isetta, … qui là, correspondait très bien à l’appellation …

    2. Deres

      La loi de 1948 a encore des effets en région parisienne. Les loyers des appartements correspondants sont ridicules. Le bail n’a pas de durée. Si on veut récupérer l’appartement, il faut reloger les locataires avec leur consentement. Dans les faits, il faut attendre leur mort. L’achat de ce type d’appartement est le même type de pari qu’un viager.

  12. Gerldam

    Parfois, je me demande si toutes ces conneries inventées les unes par des députés en mal de notoriété, les autres par un politiciens de même, n’ont pas pour seul but et, en tout cas, pour seul effet de masquer à la populace que les seuls grands gagnants du bordel ambiant sont les hauts fonctionnaires et leurs mentors (les « hommes de Davos »). Pendant que le peuple se chamaille, ils continuent leurs business (juteux, forcément juteux, comme ne manquent de le souligner systématiquement ces imbéciles de journalistes) et préparent déjà les prochaines vacances aux Séchelles avec leurs amis de New York ou de Shanghai

    1. Makalioka

      @Gerldam;
      Y-a de ça, mais surtout comme l’indique le patron, il est maintenant impensable pour certains, que les propriétaires de biens immobiliers aux prêts épurés, n’aient pas à payer de loyer par rapport aux « pôvres » locataires;
      nous percevons bien tout de go la pertinence et la profondeur du concept…
      Après, comme vous le rappelez quasiment tous ici, une grande partie de la population est formatée:
      il y a plein de personnes qui contractent des LOA pour leurs caisses, et trouvent cela très bien, alors que certaines de ces personnes, ont largement les moyens de se payer les mêmes bagnoles sans avoir recours à la location…
      Donc, pour l’immobilier, il y a en plein qui se diront qu’il « vaut mieux payer un terrain à crédit », que cela sera par exemple 25, 50 ou 100 000 roros d’économisés lors de la construction…
      Personnellement, je trouve ce raisonnement bancal, la détention en pleine propriété de notre vivant d’un bien immobilier étant à mon avis un droit fondamental;
      si cette loi est appliquée un jour, ce serait peut-être une raison de plus pour les futurs propriétaires d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte.
      Pour finir, si la loi est votée, cela pourrait être la goutte de trop pour déclencher un ramdam populaire, « l’ambiance » est sacrément tendue dans les campagnes actuellement…

  13. Rick Enbacker

    Je propose que notre Président, qui loge gracieusement à l’Élysée, profite d’une voiture de fonction, ne paie pas son essence, sa bouffe, ses frais de représentation, ses voyages, etc. soit taxé à 100% au titre de tous ces avantages fictifs.
    Ah mais que je suis con, en tant que haut fonctionnaire de l’État, ses émoluments viennent directement de la poche du moutontribuable…

    1. Calvin

      Ou alors, « on n’avait pas pensé à ça, Pluto »
      C’est d’ailleurs ma version la plus plausible : entre Bruno « Pluto » Le Maire, Marlène « Odie » Schiappa, Christophe « Rantanplan » Castaner, Jean-Michel « Dingo » Blanquer, … au gouvernement, celui-ci a son quota de corniauds…

      1. Citoyen

        Ah,… le Bruno, en « Pluto », je trouve que ça lui va bien …
        Avec les photos que lui donne H16 de temps en temps, ça colle parfaitement …

  14. glot

    Pourquoi les médias (au service de la Socialie) parlent, sans arrêt, du malaise des personnels des hôpitaux publics sans jamais donner la parole aux personnels non-grévistes qui travaillent dans les cliniques privées appartenant à des groupes (parfois cotés en bourse) comme Génerale de Santé ou quelques autres ?

    1. Calvin

      Depuis quand donne-t-on la parole aux agents du privé, ces idiots utiles du grand capital spoliateur et apatride ?
      Les français risqueraient de demander la privatisation du secteur hospitalier….

      1. durru

        Sauf que l’avalanche de cerfas est tombée aussi sur le privé, du moins dans le domaine de la santé. Le sentiment de pédaler dans la semoule est quand même assez général…

  15. Calvin

    La propriété… Depuis quand c’est un droit ??

    Admettons qu’en France cela en soit un, ça vient quand même après le droit au logement, à l’égalité des citoyens, à la juste vie décente, à la santé gratuite pour tous, …
    Il faut plus de moyens pour ces droits.

      1. Makalioka

        @ Calvin et P&C; petit déterrage:
        Vous êtes au second degré là!
        Passque sinon, si-si-si, c’est un droit, c’est à dire la possibilité de faire légalement quelque chose de précis, ici acheter une baraque ou la faire construire;
        le privilège est un droit partagé par une minorité, et ne me dites pas que c’est le cas des proprios; petit exemple pratique:
        – tous les hommes français blancos célibataires de plus de 50 bougies résidant en Maine et Loire, pourront voir une escort conventionnée une fois par semaine, exerçant exclusivement sur le territoire du département, le tout remboursé par la CPAM locale, qui engrange les excédents de trésorerie à la pelle à charbon!
        Bon, certes, je déconne, mais dans ce cas, de façon contractuelle, c’est un droit devenant un privilège.
        Après fectivement, au train-train ou vont les choses, le terme de privilège quant au fait d’être proprio, ça pourrait arriver, mais pas de suite.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Nomadisme, (i.e. télétravail, mais en moins encadré).

      Entre les RTT, le télétravail, le service minimum et les lignes automatiques, le pouvoir de nuisance de nos gréviculteurs experts est amoindri.

    2. carpe diem

      Oui, un mega gâteau, avec un verre de bon vin, c’est mon anniv. Je me mettrai ensuite devant la télé pour regarder le marasme ambiant, je compterai les blessés, j’écouterai les phrases creuses et les discours inutiles, ronflette assurée. En espérant que le spectre des macron ne vienne pas me hanter.

  16. zelectron

    Le fisc apprécie hautement les propriétaires car non seulement ils sont solvables mais qui plus est non susceptibles de prendre la poudre d’escampette pour fuir la peste ET le choléra.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      En plus, les propriétaires sont peu susceptibles d’aller les chercher pour planter leur tête au bout d’une pique, même lorsque nos dirigeants le méritent.

  17. Jeanne ère

    J’ai de nombreuses questions à poser au sujet de ce projet de loi, s’il aboutit.
    Puisque l’état préemptera le terrain lors de la vente (ou la commune):
    —— Le préemptera t-il au prix estimé par les notaires, les agences immobilières… ou à un prix lui convenant, c’est à dire des « clopinettes »
    —— Le nouveau propriétaire des murs de la maison ou de l’immeuble devra t-il payer un loyer pour la surface du terrain sur lequel est construit le logement?
    —— Si ce logement est sur un grand terrain (cour, jardin potager ou d’agrément), en aura t-il la jouissance (avec loyer en fonction de sa surface et de sa finalité, bien sûr)?
    —— Si, sur ce terrain , la commune a envie de construire un immeuble (à 2m de vos fenêtres, par exemple), pourra t-elle vous « expulser » pour construire cet immeuble « d’intérêt général »?

    Bref… ce projet de loi est un pas de plus vers le communisme le plus pur.

    Espérons que ce ne soit qu’un écran de fumée… (mais qui cacherait quoi?)

    Je vais être, comme beaucoup de mes semblables contrainte à errer avec un sac à dos (jaune???) et devenir non plus Jeanne èr(r)e, mais Jean du Voyage!

    1. glot

      Lorsque l’état, le préfet ou une commune préemptent un terrain, ils se fichent du prix du marché (agences immobilières ou notaires) et demandent à un fonctionnaire du service des domaines …. d’en déterminer le prix. Sauf à aller en justice pour le faire revaloriser, c’est donc un prix tout à fait arbitraire et honteux qui est proposé aux propriétaires qui subissent le droit de préemption.

  18. baretous

    la derniere fois qu’on a réquisitionné quelque chose chez nous c’étaient les allemands en 40 pour loger des migrants pardon des réfugiés..

  19. Citoyen

     » la députaillerie en question envisage de rendre l’État propriétaire des terrains à bâtir pour une durée infinie. Seule la propriété des murs resterait au bâtisseur.  »
    Ils sont vraiment demeurés !
    Je ne suis pas sûr (mais je peux me tromper) qu’ils trouvent beaucoup de gogos pour vouloir construire là-dessus !
    A moins que l’intention cachée de cette méthode, soit de geler des terrains, sans l’avouer ?…

  20. lxy

    Je suis désolé de ne pas suivre la ligne du parti, mais à ma connaisance le bail emphytéotique du terrain bâti est la généralité aux Usa et très répandue dans le monde anglo-saxon (Londres par exemple).Mais aux US la maison n’a pas la même valeur « symbolique » que chez nous.
    Vous ne surchargez pas le prix de votre maison individuelle par un coût exorbitant de terrain, lequel est payé sous forme de loyer.
    Quand un américain déménage il laisse presque tout au locataire suivant. Autre aspect à considérer, 100% des maisons individuelles sont construites en bois…on ne construit pas pour des générations. En cas d’incendie tout part en fumée, alors on reconstruit trés vite (pendant un stage de 3 semaines effectué aux Usa, j’ai observé de ma fenêtre tout un lotissement se construitre(gros oeuvre)

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Peut-être aussi parce la ressource y est abondante et que c’est un très bon matériau pour la construction (même si son caractère non isotrope demande de faire attention lors de la mise en oeuvre)

      1. lxy

        Oui j’ai bien compris. Si c’était une solution intelligente les socialistes ne la proposerait pas.
        J’ai des cousins aux USA qui ont des petites situations mais qui habitent une maison de rêve.
        Construction bois très économique+bail emphyteotique=coût de logement extrêmement bas
        La construction bois utilise une matière renouvelable, isolante qui se prête tres bien a une fabrication industrielle et qui permet de nombreuses fantaisies architecturales…a un prix très bas chez eux…s’appuyant sur des spécialistes très qualifiés.

    1. MCA

      Louer le terrain et au besoin déménager leur baraque en planches sur un camion à rallonges comme je l’ai vu en Californie, pourquoi pas; mais ici avec le tout béton.. comment dire?

      Si la bail arrive à échéance et que le propriétaire du terrain ne désire pas le renouveler il y a deux solutions :

      Ou il rachète la maison
      Ou le propriétaire de la maison y met le feu.

    2. Lorelei

      Il me semble que dans le cas du Royaume-Uni, le sol appartient à des grands propriétaires. L’habitant du logement paye un loyer mais en contrepartie, le propriétaire s’occupe des grosses réparations et de l’amélioration de son patrimoine, y compris les rues et le mobilier urbain.
      Je ne sais pas si ce serait pareil chez nous et si c’est bien ainsi au RU

    3. Citoyen

       » on ne construit pas pour des générations  »
      C’est la plus grosse différence entre le « vieux monde » et le « nouveau monde » …
      Dans le « vieux monde », l’habitat est construit en dur, sur du terrain en toute propriété, parce qu’il est considéré comme une valeur patrimoniale, que le propriétaire souhaite transmettre. c’est le capitalisme « à l’ancienne » …
      Alors que dans le « nouveau monde », ils sont plus nomades, dans l’esprit « conquête de l’ouest »…

  21. Stéphane B

    HS: ce type, je l’ai rencontré. Sympa comme tout et en plus, il assume son choix.
    https:/ /www.ladepeche.fr/2019/11/21/jai-choisi-la-liberte-je-suis-parti-sur-les-routes,8553818.php

    1. Pheldge

      Pfff … « J’ai surtout voulu me libérer de l’emprise de la société de consommation ! » ah oui, comme je compatis, c’est terrible …
      Je n’ai rien contre les doux dingues, mais quand la liberté est financée par les autres, RSA , manche, je suis perplexe.
      L’an dernier j’étais allé à la première réunion de GJ et il y avait ce mec, plein d’idées merveilleuses, qui vivait du RSA, habitait sur un terrain communal,où il ne payait ni eau ni électricité … saleté de société de consommation !

      1. Stéphane B

        Certes, d’un certain coté, je te l’accorde, mais il ne vit pas tout à fait comme l’État pour moi, car lui ne quémande pas un droit qu’il pourrait obtenir avec le RSA. L’État, lui, se sert et abuse de ses droits et prérogatives.

        1. Stéphane B

          Et attention, lui donner de l’argent peut amener à prendre une amende:
          https:/ /www.ladepeche.fr/2019/11/21/gare-de-toulouse-matabiau-jai-recu-une-amende-de-100-pour-avoir-donne-70-centimes-a-une-dame,8554708.php

          1. Higgins

            Pas surprenant de la part d’une « entreprise » incapable de faire circuler normalement des trains (une amie à moi a eu ce matin encore 40 mn de retard pour venir à Paris) et qui se contrefout au quotidien de sa « clientèle ». Entre les retards à répétition, les annulations intempestives jamais explicitées et ce genre de prestation, on a un choix pléthorique d’incompétence en action.

            1. MCA

              « une amie à moi a eu ce matin encore 40 mn de retard pour venir à Paris »

              Une vraie amie part la veille si besoin pour ne pas rater l’heure du rdv; d’ailleurs c’est à ça qu’on les reconnait…

                1. MCA

                  Hahaha, MDR!

                  c’est du cinquième degré et je suis persuadé que même le SAM de service qui d’ordinaire a des problèmes avec le second degré l’a comprise… :o)))

                  1. sam player

                    Bah, avec le tabassage, ça circule super bien dans Paris… hier je me suis garé pile en face du resto et ça ne m’a coûté que 9€… et après j’ai mis 1/4h-20 minutes pour aller à La Défense et leur parking était à moitié vide… et gratuit… et je suis arrivé en avance…
                    Je suis pour les transports en commun… pour les autres :mrgreen:

                    1. pl00tarke

                      Raaahhh… Moi aussi, je me suis garé presque en face. Mais j’ai joué (j’ai mis que pour 1 h dans le juke-box).
                      Ben au retour, j’ai eu une belle prune de 46 euros.

                      Mais bon, c’est presque le prix du stationnement légal de toute façon. J’aurais pas du payer, tiens…

                    2. sam player

                      A Paris je privilégie les parkings avec paiement à la sortie : je me sens plus libre :mrgreen: et en plus ça coûte moins cher que le paiement anticipé.
                      En plus celui en face du resto était en surface et avait plein de places, rançon du tabassage youpi !
                      Le seul problème c’est que c’est dans 90% des cas un paiement CB et j’aime pas trop laisser de traces : j’ai testé une fois en demandant à la « borne » de payer en espèces… pas possible, mais pas de souci ils m’ont envoyé la facture par e-mail et j’ai payé un mois après par virement :mrgreen:

          2. Higgins

            Ailleurs, on a droit à ça (croquignolesque): « L’association pro-aéroport a écopé d’une amende pour affichage illégal. Alors que de nouvelles cabanes sont construites sans permis dans l’ex-Zad de Notre-Dame-des-Landes, elle dénonce un « deux poids, deux mesures ». » (https:/ /www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/aeroport-de-nantes/nantes-pour-l-association-pro-aeroport-des-ailes-pour-l-ouest-l-amende-ne-passe-pas-febaa42e-0ba4-11ea-b38d-6ee7a2c9ea97)

          3. Higgins

            Eclair de lucidité? Sagesse? L’affaire semble close : https:/ /amp.ouest-france.fr/economie/transports/sncf/100-eu-d-amende-pour-avoir-donne-70-centimes-une-mendiante-dans-la-gare-la-sncf-annule-le-pv-6619414

  22. Stéphane B

    Tiens patron, histoire d’apporter de l’eau au moulin.
    https:/ /www.ladepeche.fr/2019/11/21/numerique-la-presse-francaise-porte-plainte-contre-google,8554328.php

    1. Jacques Huse de Royaumont

      j’adore la conclusion :

       » la presse, elle, lui apporte l’essentiel : les informations de qualité. »
      C’est vrai, la preuve, même la presse le dit.

  23. carine005

    Ça devient une habitude de prendre en compte des valeurs fictives.
    Que sont les « milliards » concédés aux GJ sinon une promesse de non-augmentation des taxes sur les carburants ? Promesse même pas tenue d’ailleurs.
    Donc, les propos

  24. carine005

    Fausse manip tel.
    Je disais que les proprios ne s’étonneront donc pas de payer des vraies taxes sur des non-loyers.
    Nous sommes dans un monde du déni du réel, de l’invention permanente de conditions qui n’existent pas. Dans le but du « taxez toujours plus et c’est ainsi que votre fille est siliconée et muette certes, mais jolie, souriante et positive… »

  25. zelectron

    Pour racketter, les gouvernements ont inventé la saisie immobilière contre les propriétaires : rien de tel pour mettre à genoux ceux qui à tord ou à raison doivent de l’argent à l’état qui bien sûr a tout intérêt à ce que les quidam possèdent leurs logements, il est très rare qu’il s’enfuient en courant.

    1. Pythagore

      Ces gens semblent vraiment être complètement déconnecter de la vie réelle, à se demander si on vit ds le même monde:
       » Il faut savoir par ailleurs que dans une ville, le maire peut imposer une partie de logement social aux promoteurs »
      Question bête: et si y’a pas de promoteur, il impose à qui, le maire ???

      1. durru

        Aucune contradiction : le quota restera celui imposé par le maire.
        Et c’est même encore plus facile à calculer, n% de 0 ça fait toujours 0, peu importe le n. Ils sont malins, faut pas croire…

        1. P&C

          Sauf que les maires en question n’ont pas forcément envie de voir débouler plein de chances pour la france, gitans et autres cas sociaux… ce qui fera fuir des locataires plus paisibles/solvables.

          C’est ainsi que Grenoble a été pourrie : en acceptant ce qui est sorti de Marseille.

    2. Pythagore

      « Quelqu’un qui gagne 10 000€ par mois, marié avec trois enfants, paye 18 000€ d’impôts »
      et puis
      « Pour éviter cette hausse des prix, la dissociation de la propriété du bâti et du foncier, une idée qui existe depuis Napoléon, consiste à créer des foncières qui sont gérées soit par la région, soit par la commune ou par la communauté de communes. Ces foncières achètent le terrain. « 
      .
      OK, et si on n’arrêtait de pomper 18.000EUR au premier ts les ans, peut-être, qu’on aurait pas besoin de la 2nde proposition ? (une idée comme ca).
      Ah les clowns !!!

    1. Citoyen

      C’est un sujet qui a déjà été évoqué ici. C’est un copain (dont j’ai oublié le nom) du micron, qui fait du business juteux dans les EPHADs, qui se propose de relancer les bistrots dans les petites communes …. Probablement pour que les alcoolos, arrivent plus vite dans ses établissements … il doit être en manque de clientèle …
      Et donc, il a dû solliciter son pote « en même temps », pour que l’AN lui arrange ses petites affaires …

      1. Aristarkke

        Et dans le même temps, le guignol ministre de l’agriculture voulait interdire toute consommation d’alcool aux automobilistes. Pour les acclimater à la future charia, peut-être ?

      2. MCA

        (prétendu) RCA oblige, les députés doivent craindre de mourir de soif lors de leurs promenades dans la ruralité et autres campagnes électorales, d’où cette loi prévoyante.

        Ce qu’il y a d’amusant dans l’histoire c’est qu’il était prévu « le mois sans alcool » en 2020 et cette trouvaille que la planète entière nous enviait déjà a rapidement été remisée dans les cartons, je me demande bien pourquoi?

        Et enfin vous aurez tous compris qu’il n’y a aucune contradiction entre « le mois sans alcool », le futur « Zéro alcool au volant » et l’ouverture de nouveaux troquets à tous les coins de rue.

  26. lxy

    Piketty a pondu 2 énormes ouvrages de plus de 1000 pages chacun alors que toute son oeuvre peut se résumer en une phrase…sans verbe « Vive le communisme ». C »est aussi le rêve d’une grande partie des Français !

  27. Jeanne ère

    Dernières nouvelles de cette loi (lu sur mieux vivre son argent):
    « La ville de Paris va proposer des logements dont le prix au mètre carré sera nettement en dessous du marché via un mécanisme qui dissocie le foncier du bâti.
    A la revente, pas de plus-value

    Ian Brossat, adjoint (PCF) au Logement à la maire de Paris, dévoile dans un entretien au Journal du Dimanche les cinq sites où seront bâtis des appartements vendus aux classes moyennes, à environ 5.000 euros du mètre carré pour une période de 99 ans.

    Lors d’un vote au Conseil de Paris en juillet, la Ville de Paris avait acté la création d’un nouvel organisme, la Foncière de la Ville de Paris, qui l’associe à ses bailleurs sociaux, dans le but de vendre des biens, deux fois moins cher que les prix appliqués sur le marché immobilier, en dissociant le foncier du bâti.

    L’acquéreur pourra faire « des travaux comme tout propriétaire », assure l’élu communiste, mais il devra payer un loyer de 2 euros le mètre carré par mois, et « en cas de revente, la Foncière rachètera l’appartement à un prix révisé en fonction de l’inflation, mais déconnecté du marché de l’immobilier ». « Le vendeur ne perdra pas d’argent mais n’en gagnera pas non plus », prévient l’adjoint. »

    Ces logements qui auront « trois à quatre pièces » seront réservées à des familles aux revenus modestes (pour l’instant, plafonnés à 4.500 euros net mensuels pour un couple avec un enfant et 5.000 euros net pour un couple avec deux enfants), sélectionnées par une commission sur la base de critères multiples, dont le fait d’avoir « un lien avec Paris », en y vivant ou en y travaillant, et « sortir d’un logement social »

    Pire qu’un bail emphytéotique, (si j’ai bien compris, je suis du genre 1, excusez moi), puisque au départ on paye et au bout de 99 ans, « on » (nos descendants) n’ont plus rien, et si on revend entre temps, ce sera à un prix moindre au m2!

    1. Aristarkke

      Jeanne, vous seriez une exception du genre un à ne rien comprendre aux histoires de gros sous ! 😆
      Toute la question de l’emphytéose est dans la façon dont les clauses d’icelle seront rédigées, notamment sur ce qui se passera en fin de parcours, influençant lourdement les valeurs du bien en cours de bail/durée restante.
      D’autre part, en partant d’un appartement de 70m2vendu selon le projet à 350k€, un prêt sur 20ans au Teg de 2%env vaut une mensualité constante de 184x…
      Avec un revenu de 4.500*13/12= 4.875€ le mois, nous sommes hors du ratio standard bancaire (sauf si fonx, comme par hasard).
      Ce ne sera tout de même pas joyeux puisque le couple consacrera mensuellement 2000€ (emprunt+loyer terrain) et devra assurer les charges, la TH, la TF sa vie, ses plaisirs et autres dépenses avec moins de 3.000€…
      Deux parts avec quasi 60k€ de revenu vaudront bien un IR à 200€ le mois…
      Bref, les gaietés de la vie parisienne n’adviendront pas souvent…

    2. Aristarkke

      Je pense surtout à une comm’ electorale parce que même en mettant le turbo, l’opération mettra bien trois ans à livrer ses logements…
      Le scrutin, lui, est dans un peu plus de trois mois…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.