Et maintenant, une tempête de cerfas

Snif, snif ? Vous la sentez, cette odeur douceâtre de déconfinement progressif ? Car oui, il est là, il arrive : dans quelques jours, on assistera au déconfinement d’une partie du territoire, d’une partie des activités, d’une partie des Français. Et tout se met gentiment en place pour que cette nouvelle épopée se passe dans le calme, la joie, la bonne humeur et, surtout, une sacrée bonne ventrée de formulaires joufflus et de procédures dodues !

Car il ne faudrait pas que ce déconfinement tourne à la déconfiture : l’administration du pays, son gouvernement et ses responsables politiques sont en effet en charge de gérer la bonne fin de cet épisode complexe. Ceci suppose une excellente organisation, que tout le monde soit bien au courant de ce qu’il doit faire, de ce qu’il peut faire, de ce qu’il faut éviter et de ce qu’il est indispensable d’interdire, afin qu’aucun détail ne soit oublié.

En plus, ça tombe bien, cette administration, son gouvernement et ses responsables politiques ont déjà amplement prouvé leur maestria lors de la gestion du confinement ; dès lors, le déconfinement s’annonce sous les meilleurs hospices EHPAD auspices.

Maintenant, il faut bien comprendre que régler la vie des Français, de normaliser chaque activité, chaque interaction interpersonnelle de plus de 60 millions d’individus un peu foufous, de fiers Gaulois qui n’en font qu’à leur tête ne peut pas s’envisager autrement qu’avec un dosage subtil de carottes et de coups de bâton.

Pour les carottes, il s’agira essentiellement de distribuer l’argent des autres (qu’on récoltera des dons spontanés obtenus avec quelques coups de bâton). Et pour les coups de bâtons, il suffira de vidanger la machine à diarrhée législative et ça ira tout seul.

Moyennant suffisamment de papier et de députés travaillant d’arrache-pied, à côté d’administrations jappant des contraintes comme des teckels sous cocaïne, on arrivera sans problème à définir absolument tout ce que chacun peut ou ne peut pas faire dans le cadre de ce déconfinement.

Chaque jour grossit la liste des délires encadrements légaux des activités les plus banales : ainsi, même la machine à café de l’entreprise, de facto lieu de tous les dangers viraux, bénéficiera de ses normes et de l’édiction précises de règles pour les allées et venues des collaborateurs. Si le contenu des discussions qui s’y tiennent est libre (pour le moment), il n’en va plus de même pour le petit bazar social de gens qui se tiennent les uns devant les autres et se postillonnent dessus leur médiocre café bourré de miasmes tueurs.

Et ce qui est vrai de la machine à café l’est bien évidemment de toutes les activités purement professionnelles en entreprises.

Rassurez-vous : la complexité d’organiser les postes de travail dans les myriades d’activités industrielles, commerciales et marchandes du pays n’a pas échappé à notre Grande et Belle Administration qui s’est donc démenée pour pondre quelques petits guides de bonnes pratiques. En seulement 48 petits guides (!) de quelques pages chacun, tous rassemblés sur un site d’une redoutable efficacité et d’une lisibilité quasi-romantique, on y découvre tout ce qu’il faut faire et ne pas faire pour ne pas encovider son voisin de travail et – surtout, surtout ! – pour que le patron ne soit pas immédiatement poursuivi pour mise en danger de la santé de ses salariés.

Les grandes administrations de l’État n’ont pas été oubliées non plus : l’Éducation Nationale a relevé le défi d’aller à l’essentiel pour que professeurs, élèves et équipes administratives et de soutien des établissements scolaires travaillent tous en harmonie non-contaminante (et Gaïa compatible, hein, n’oublions pas l’essentiel). Ainsi, en seulement 53 pages (!) et plusieurs douzaines de « fiches thématiques » du sabir habituel qui sent bon la protection d’arrière-train d’un bout à l’autre, le ministère de Jean-Michel Toutvabien donne les clés indispensables pour que tout le monde survive à cette épreuve.

On le comprend : tout a été couvert. L’administration française est toujours au top lorsqu’il s’agit de faire du formulaire, de pondre de la procédure, de mettre en place des décrets et d’affûter de la circulaire finement ouvragée comme de la dentelle législative pour rond-de-cuir tatillon.

Et donc, bien évidemment, les transports en commun ont aussi été entièrement couverts, détaillés et minutieusement préparés à la reprise d’activité normale dans les prochains jours. Franchement, on est heureux d’avoir des transports collectifs aux normes, parfaitement entretenus et très confortables pour les besoins réels : avant la crise, si ceux-ci avaient été bondés, mal entretenus voire dangereux, régulièrement en panne ou en grève, on aurait largement pu craindre des dérapages sanitaires gênants.

Heureusement, il n’en est rien et tout se passera donc très bien. Ce qui n’empêche pas certains élus de planifier pour les scénarios les plus épineux – on reconnaît bien là, au passage, leur formidable propension à toujours très bien prévoir ce qui pourrait mal se passer et à se préparer en conséquence avec un professionnalisme remarquable, comme en a d’ailleurs témoigné la rigueur de tenue des stocks de masques et de protections indispensables pour les soignants et la population en cas de pandémie, qui nous aura largement évité les psychodrames que certains pays ont vécu (quel nuls !).

Dans ces politiciens à la hauteur de la noblesse de leur charge, signalons Valérie Pécresse, présidente de la région Île-De-France, qui réclame plus de sécurité dans les gares (comme si ces lieux devenaient soudain des coupe-gorges dangereux – pff, en France, en région parisienne, voyons !). Fort logiquement aussi, la patronne de la région en profite pour demander aussi de « rendre obligatoire l’attestation des employeurs, que les salariés devront avoir sur eux dans les transports sous peine d’amende » : il serait en effet inconcevable que les individus commencent à prendre les transports en commun payés de force sur leurs salaires et avec leurs impôts pour vaquer à leurs occupations !

Imaginez le tableau : des individus qui vont, qui viennent librement et font ce qu’ils veulent de leur temps, sans en référer ni à la région, ni à l’État, sans informer une administration et sans pouvoir prouver qu’ils ne sont pas animés d’intentions néfastes, depuis voyager d’un point A à un point B jusqu’à – horreur – tenter de gagner sa croûte de la façon la plus bassement matérialiste (voire, disons-le tout net, capitaliste !).

On comprend, devant cette vision d’apocalypse de gens allant et venant de tous côté sans le moindre petit cerfa sur eux que Mme Pécresse ait pris les devants. Ouf, au moins cet aspect sera-t-il couvert comme chacun des métiers et des cas complexes des petites brochures conseils et autres fiches techniques déjà pondues par les administrations en effervescence.

Enfin, signalons la mise en place des Brigades Sanitaires du Peuple dont la mission consistera à obtenir les aveux identifier les personnes atteintes par le coronavirus et éviter l’apparition de nouveaux foyers d’infection. Ces Brigades seront fièrement secondées par le réseau des médecins de ville qui ont reçu les instructions claires, précises et bien pensées pour permettre un suivi efficace des patients. Jugez plutôt :

  1. Lorsqu’un patient est suspecté, le médecin l’arrête 48 heures et lui fait faire un test de dépistage. si ce dernier est négatif, le patient reprend le travail, youkaïdi, youkaïda.
  2. En revanche, un test positif entraîne une seconde consultation, tarifée à 55€ cette fois-ci, une prolongation de l’arrêt de travail et le médecin traitant doit alors saisir les données du patient sur le site administratif Amelimélo Amélipro, administration redoutablement efficace qui se chargera ensuite, entre deux plantages serveur, de faire le dépistage de tous les contacts de notre malheureux pestiféré contaminé.

Simple et efficace : non seulement, il n’y aura aucune incitation à dépister pour encaisser de la consultation majorée à 55€ (après deux mois de disette), mais en plus les données confidentielles seront jalousement conservées par l’assureur qui garantira qu’elles ne seront jamais utilisées à des fins louches et douteuses.

Tout ceci sent déjà une franche réussite à tous les points de vue et l’Ordre des médecin, garant des droits des uns et des autres, nous assure par son silence compact que tout ceci est à la fois carré et porteur d’espoir.

Ce déconfinement s’annonce grandiose.

Cette crise mondiale d’ampleur historique était, probablement, l’occasion pour des réformateurs et des politiciens courageux de simplifier le pays, de le nettoyer de ses lourdeurs et de ses mauvaises habitudes.

Non seulement, il n’en fut rien mais toute la brochette de clowns actuellement au pouvoir a consciencieusement choisi l’exact contraire, avec une calcification complète par imposition de cerfas par millions. On pouvait choisir la subsidiarité, la responsabilité personnelle et le bon sens. On a résolument choisi le micro-management de tout et de n’importe quoi, n’importe comment, l’édiction de règles au niveau capillaire le plus fin, la noyade par paperasse à des niveaux bureaucratiques de stupidité probablement jamais atteints auparavant.

Pire : on introduit petit-à-petit ce qu’on peut trouver de pire en terme de surveillance généralisée, de délation, de pistage « citoyen » et manipulation de données personnelles.

Forcément, ça va bien se passer.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires641

  1. sam player

    3h58 : La loi d’état d’urgence sanitaire n’a pas été promulguée à temps

    Mauvais timing pour l’exécutif. La loi d’état d’urgence sanitaire n’a pas été promulguée à temps pour le déconfinement ce lundi. L’Elysée et Matignon font dès lors appel « au sens de la responsabilité des Français » pour respecter certaines de ses dispositions.

    Le conseil constitutionnel, saisi par Emmanuel Macron notamment, ne rendra finalement son avis que lundi sur cette loi d’urgence adoptée samedi par le Parlement. Ce qui repousse à lundi soir, sous réserve de cet aval, l’entrée en vigueur de deux dispositions phare : la limitation des déplacements à 100 km et l’attestation obligatoire dans les transports en commun.
    (20minutes.fr)
    ====
    Le léviathan de plus en plus empêtré dans son administration : ca sent l’improvisation et pas la gestion au mm
    Quand je vois que même le modèle d’attestation n’a été sorti qu’hier en fin d’aprem alors que c’est une pâle copie des précédents…

    1. Le Gnôme

      La capacité de l’administration à réagir rapidement est proverbiale. Bon, pas de prunes si vous êtes à 200 km de votre domicile, il y a un vidjuridik, ce qui est à l’administration ce que la gousse d’ail est au vampire.

      1. Pheldge

        je te trouve bien optimiste ! je ne suis pas sûr que nos aimables pandores soient capable de saisir ce genre de nuance, si ça les démange du carnet à prune …

        1. Al Bundy

          apparemment cette partie à été promulguée, il y a juste l’article concernant les 100 kms et l’auto autorisation pour les transport en communs aux heures de pointe qui seront en retard de 24 heures

        2. sam player

          En effet :

          « Pour ce qui est des autres mesures du déconfinement, elles vont entrer en vigueur dès lundi matin puisque, «compte tenu de ces circonstances exceptionnelles», un décret temporaire sera publié au Journal Officiel de lundi pour les faire appliquer à effet immédiat. »
          (lefigaro.fr)
          ====
          Effet immédiat ? Il me semblait que l’application c’était au mini le lendemain de la publication… et y a pas de JO le lundi normalement..
          Vraiment une bande de bras cassés

      1. sam player

        C’est préventif, pour éviter que dans 2 mois, si la loi est déclarée anticonstitutionnelle, d’une part ca la fout mal, ca annule toutes les procédures judiciaires éventuelles, et il faudrait indemniser par exemple les commerçants qu’on a forcé à fermer, les CPF élèves pour perte de chance, les entreprises etc…

  2. Al Bundy

    Ils incitent au covoiturage, les cons, avec voies réservées. c’est pour la distanciation sociales en même temps ?

    1. MCA

      « Juliette Binoche, Robert de Niro et deux-cent artistes »

      Je me demande toujours d’où ces gens là parlent et pour qui ils se prennent pour nous gratifier sans qu’on leur demande de leur réflexion complexe.

      Sûr que l’avis du calibre d’un Debouze et consors va influencer le cours de l’histoire.

      Cette bande de clowns; des faiseurs d’opinion et des modèles de réflexion à suivre?… LOL.

      M’est plutôt avis qu’ils pressentent le gâteau leur passer devant le nez et commencent à s’en inquiéter sérieusement.

      1. Al Bundy

        je ne sais plus laquelle de ces artistes anti consumériste a publié il y a peu son road trip aux états unis ds un gros camion, sans doute électrique…

        Je m’étais dit il y a quelques temps que j’allais boycotter chaque donneur de leçons ou de directive de vote, mais bon, il ne me reste plus que lucini et Clint…

          1. MCA

            Hormis le fait qu’elle soit charmante, son parcours est amusant.

            Ancienne vendeuse au magasin du Printemps propulsée par hasard sous les projecteurs, la voilà à présent affairée à vendre du rêve à destination de ceux qui ne savent vivre que par procuration.

        1. MCA

          « Je m’étais dit il y a quelques temps que j’allais boycotter chaque donneur de leçons »

          Tu es dur,

          tu vas réussir à nous les faire fondre en sanglots.

            1. Citoyen

              Exact, le passage du millénaire ne lui a pas réussi …
              En fait, c’est depuis qu’il fréquente assidument les démocrates … C’est peut être aussi une tactique, quand on est en perte de vitesse. Pour être dans les bons papiers à Hollywood, faut caresser dans le sens du poil, ceux qui amènent la monnaie …

    2. Higgind

      Excellent billet. Merci Sam. Robert de Niro, qu’on l’apprécie ou non, a au moins pour lui d’être connu au plan international. Juliette Boniche, quant à elle, est un pur produit du microcosme aculturel franchouillard. Maintenant, leur avis n’engage qu’eux-mêmes et n’intéresse personne.

        1. Al Bundy

          « Al Capone aussi, ça n’en fait pas un modèle pour autant »

          Mmmm, il était très méchant, soudoyait les responsables politiques, les flics, et fraudait le fisc.

          Quel enculé !

          Major, De Niro fut plus qu’excellent, paix à son âme

    3. Passim

      Comme toujours, il s’agit de qualifier pour disqualifier. Il en est ainsi de « consumérisme », que les locuteurs seraient bien incapables de définir mais qui porte une vague idée d’excès. Et comme dirait Flaubert dans un catalogue d’idées reçues : Excès : être contre tous les excès.

    1. Rick Enbacker

      Ils auront vraiment tout foiré… Et à chaque fois ils avaient largement le temps de se préparer.
      Je me demande bien pourquoi ces abrutis n’ont pas démarré le déconfinement le Samedi. Ca aurait au moins permis aux gens qui doivent se déplacer pour bosser de profiter du week-end avant de plonger dans le merdier…

      Tiens, au fait, à visionner, ça défoule, merci Idriss Aberkane :

      1. MCA

        +1

        J’ai visionné hier soir, ce mec est génial et notamment la conclusion.

        M’est avis qu’en dernier ressort nous allons devoir dire « merci » à l’armée des Indes et je connais un Major qui ferait bien de commencer à dépoussiérer et ré- accorder sa cornemuse.

  3. MCA

    La vache!

    Ce matin je voulais aller faire un tour en bord de mer histoire de renouer avec un semblant de liberté enfin retrouvé; que nenni; il flotte comme vache qui pisse.

    Sûr que c’est encore un coup tordu du Micron qui a soudoyé la météo pour continuer à nous confiner tout en nous expliquant le contraire.

    Tess,

    explique nous comment HAARP est dans le coup.

        1. MCA

          Le Mignon Poudré est à la manœuvre.

          Certains esprits complotistes y verraient même l’intrusion de puissances étrangères.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.