Rassurez-vous, l’argent gratuit des autres coule à flot !

Ce n’est pas parce que l’économie est en train de passer par une phase de ♩ petites tensions passagères ♪ qu’il faut se laisser abattre : les beaux jours sont là, et à présent, le bon peuple a évidemment besoin de vacances. Or, il peut être difficile d’envisager sereinement des vacances quand la situation économique est à ce point délicate… Heureusement, gouvernemaman s’occupe de vous !

Ainsi, après la distribution des petits « chèques-confinements » à différentes catégories de personnes pendant la période critique, voilà arrivé le temps de la distribution de petits « chèques vacance », à des catégories de personnes à peine différentes : le gouvernement envisage en effet que soient distribués des sommes, financées par l’État et les régions (donc c’est gratuit, n’est-ce pas) en priorité aux Français les plus modestes et à ceux qui ont travaillé « en première ligne » pendant l’épidémie.

On constatera d’ailleurs que dans ces populations ciblées par cette manne gratuite d’argent public magique en provenance directe de l’étable à licornes du gouvernement se trouvent bien évidemment les « jeunes » des « quartiers émotifs » de notre République : comme l’explique par exemple Pierre Bédier, le président du département des Yvelines qui sera à la pointe du sprinkler à pognon dirigé vers ces cités,

« Ces quartiers populaires des Yvelines sont peuplés par des habitants originaires de pays étrangers et qui ont pour habitude de retourner chez eux l’été pour y passer leurs vacances. Cette année, en raison de la fermeture des frontières avec le Maroc, l’Algérie et le Sénégal, ce sera impossible. On va se trouver avec des enfants et des adolescents désœuvrés et quand c’est comme ça, ils ont souvent la tête aux bêtises. »

Les lecteurs assidus de ce blog savent en effet que certains « adolescents » désœuvrés de 25 ans avec 45 condamnations au casier judiciaire s’échauffent rapidement l’été venu et que le jeune déçu est parfois si désappointé qu’il peut en venir à commettre des gestes malheureux que d’aucuns, à la parole un peu leste, pourraient qualifier méchamment de criminels.

La logique impose donc qu’on fasse un petit bilan économique : s’il revient moins cher d’arroser les cités que d’y faire régner l’ordre, et puisqu’il semble facile de mettre le contribuable à la tâche, pourquoi se gêner ? Ce n’est pas comme si la France ne mollassonnait pas doucement sur un épais matelas d’argent public engrangé toutes ces années de gestion au cordeau et qu’il faut bien utiliser pour ces périodes délicates, n’est-ce pas ?

Au passage, quand on dit financé par le contribuable, on entend donc essentiellement deux types de populations : ceux qui travaillent actuellement dans le secteur marchand (le secteur non-marchand n’agissant, dans le cadre des impôts, qu’en termes de vases communicants), et les générations futures, c’est-à-dire ceux qui, un jour, travailleront dans ce qui restera de secteur marchand. Autrement dit, l’argent gratuit « des autres » provient des impôts (les autres contribuables) ou de la dette (leurs enfants).

Pour la tempête de prélèvements qui s’abattra sur les générations futures, soyons clairs : tout le monde s’en fiche. S’il s’agissait de climat, de petites plantes vertes et d’oiseaux rares, ces générations futures seraient l’objet de toutes les attentions. Mais en matières de finances publiques, ceux qui ne votent pas encore ou qui, mieux encore, ne sont pas nés, ne peuvent pas se plaindre et sont donc d’ores et déjà taillables et corvéables à merci. Pour un gouvernement aux abois, c’est une manne inespérée.

Assujettie à cette population future dont on n’a cure, la dette française va donc continuer de grossir, passant tous les caps pour atteindre l’obésité morbide, juste avant celle qui déclenche la mort.

Parallèlement, il serait dommage d’oublier l’autre population, celle du moutontribuable actuel qui, s’il peut effectivement rouspéter de tontes trop claires, ne le fait pas encore, trop soucieux qu’il est de reprendre ses activités normales et, pour certains, de planifier ses vacances.

Pourtant, les signaux s’accumulent et ne laissent aucun doute : la pluie d’impôts continuera. La crise sanitaire suivie de la crise économique ne laisseront aucun répit au moutontribuable qui va devoir s’enfiler à la fois des impôts existants largement musclés pour l’occasion, et reprendre deux fois des nouilles d’impôts anciens qui reviendront du diable-vauvert.

C’est ainsi que la CRDS, qui devait disparaître en 2024, va pouvoir continuer à sucer les capitaux et les petites richesses jusqu’en 2033. Cet ultralibéralisme de Bercy n’étonnera que les plus niais des politiciens, des contribuables et des idéologues persuadé que l’État français, baignant dans plus de 1000 milliards de prélèvements annuels, ne pourra s’en sortir qu’avec encore plus de prélèvements.

Et c’est donc sans surprise qu’on peut à nouveau lire les abrutissantes débilités des imputrescibles collectivistes de salon, depuis Esther Duflo jusqu’à Thomas Piketty dont l’unanimité à réclamer le retour de l’ISF ne devrait laisser aucun doute sur l’idiotie des propos : la cathédrale de Paris brûle ? Vite, rétablissons l’ISF ! Une récession fait rage ? Vite, rétablissons l’ISF ! Des gens sont malades et meurent ? Vite, rétablissons l’ISF ! Des manifestants détruisent des commerces ? Vite, rétablissons l’ISF ! L’insécurité s’accroît dans les cités ? Vite, rétablissons l’ISF !

Cette équation simple « Problème lambda => Vite, rétablissons l’ISF ! » est véritablement magique puisqu’à la portée à la fois d’économistes renommés et de syndicalistes, de politiciens et de l’homme de la rue pour lesquels tout peut se résumer à un « il faut faire payer les riches » qui a amplement démontré son efficacité à chaque crise, à chaque époque et qui s’est à chaque fois terminé par des résultats flamboyants.

Mais cette fois, c’est évident : c’est très différent et ça va marcher !

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires446

  1. Bol

    @Hussarkl: les articles en rajoutent une couche sur l’émotionnel: le fait de creuser des tombes en masse et de les remplir, et c’est de l’observationnel, pas de l’observationnel.

    Reprenons: les données sont plus ou moins biaisées selon les pays. Dû au manque de tests, à des considérations politiques etc.

    On observe une surmortalité. Elle se concrétise en chiffre (cf toutes les réponses de Monsieur H), et en faits: on creuse des tombes sur différents continents. Et à certains endroits, on n’arrive pas à gérer correctement les corps. Faits non observés les années précédentes.

    On prend un endroit où l’on a des données un peu plus précises: l’état de New York par exemple. Données plus précises grâce à la sérologie, quoi qu’encore imparfaite. Le résultat donne un taux de mortalité supérieur à la grippe.

    On prend les données de Monsieur H: une surmortalité comparable si j’en crois son poste (je n’ai pas reverifié) a eu lieu pendant la grippe de Hong Kong. A une époque d’ailleurs où les traitements étaient moins avancés (cf la réa, des gens en sortent, pas forcément en bon état mais pas morts). Par ailleurs aucune des mesures extrêmes prises durant cette épidémie n’avait été prise durant la grippe de Hong Kong.

    Sur quelle base peut-on sciemment soutenir que c’est « juste une grosse grippe « ?

    L’émotionnel, c’est de juger si on en fait trop/pas assez vis à vis de la létalité du bidule. Par contre les faits sont là : cela n’a pas la létalité du MERS, mais les quelques données exploitables que l’on a pointent sur le fait que cela n’a pas la létalité d’une grippe non plus. Et les données étant difficiles à exploiter à cause des biais, l’observationnel sert à valider la tendance: si on creuse des tombes pendant cette épidémie alors qu’on n’en creuse pas pendant les épidémies de grippe, c’est qu’il y a plus de corps à enterrer que pendant une épidémie de grippe. Et le seul événement commun à tous ces endroits est l’épidémie.

    L’émotionnel c’est aussi les attaques de Sam Player qui se contente de m’attaquer sur ma personne pour discréditer mes propos.

    Si le dernier des débiles dit qu’une jeune pousse de chêne est verte, ce n’est pas parce qu’il est idiot que la feuille n’est pas verte.

    1. pabizou

      N’étant pas dans l’émotionnel je vais attendre la fin de la foire pour compter les bouses . Pour le moment je n’ai qu’une certitude, cette épidémie a été instrumentalisée et continue à l’être . Les querelles de cours de récréations …

      1. Husskarl

        Voilà, je suis du même avis. Et la stat qui va m’intéresser sera le nombre de morts sur un an. On verra si il y a réelle surmortalité ou si c’était juste une « avance ».

        1. C’est complètement con comme remarque : s’il y a 20.000 morts sur la route la deuxième semaine d’août, à l’année, ça fera 0 différence aussi sur la mortalité globale (620K morts par an en France, toutes causes confondues). Il faudrait être totalement idiot pour prétendre que la surmortalité observé en août est alors normale. Ce qui est vrai pour ce cas l’est évidemment aussi pour n’importe quelle maladie, n’importe quel phénomène, catastrophe naturelle, etc.

          On ne qualifie pas une épidémie comme « petite, normale, sévère ou exceptionnelle » en fonction de la surmortalité totale, toutes causes confondues, à l’année, enfin.

          Si je continue à voir des arguments hors sujet, sans source solide, des manœuvres rhétoriques débiles, des opinions personnelles à la sauce « moi je dis que c’est comme une grippe alors c’est vrai » et des raisonnements idiots comme celui-là, je sucrerai le commentaire purement et simplement. J’ai passé trop de temps, apporté trop d’éléments solidement sourcés pour me battre avec des moulins.

          1. capmathaly

            Les quelques cas de gens que je connais personnellement et qui ont attrapé le virus ont un point commun: dès qu’il y a suspicion, ils ont été renvoyé à domicile avec du Doliprane, et interdiction de revenir à l’hôpital sauf s’il y a détresse respiratoire.
            Un mien cousin s’est ainsi retrouvé avec les symptômes d’une pneumonie (en tous cas ça y ressemblait) qui a fini par disparaître en 3 semaines… avec du Doliprane!
            Je suis complètement effrayé de voir cette manière de traiter les patients, je n’ai aucun souvenir d’une pareille attitude de la part des autorités médicales (note: je ne suis pas médecin, et c’est un milieu que je ne connais pas). Il me semble que quand quelqu’un est malade, on essaie au moins de le soigner. Là non, même pas d’antibiotiques, rien n’a été tenté. Version officielle: attendons un nouveau médicament, et avec un peu de chance, vous survivrez. C’est ahurissant, c’est de la non-assistance à personne en danger.
            Dans les EHPAD, c’était pire encore, ça s’apparente à un crime.

            Dans quelle mesure cette façon de procéder n’est pas en partie responsable du nombre de morts?

            1. durru

              Il y a médecins et médecins…
              Le souci, c’est qu’il y a eu (en France) des directives politiques sur la façon de gérer cette épidémie. Qui vont de l’interdiction de l’accès à l’HCQ dès janvier (quand l’épidémie en Chine était quand même connue) à une circulaire envoyées aux EHPAD qui spécifiait noir sur blanc que « les personnes âgées » ne doivent pas encombrer les services de réa. Un médecin (habitué du blog) faisait justement remarquer que les personnes âgées sont globalement plus fragiles et les mettre en réa n’est pas forcément bénéfique, mais c’est une chose d’accepter que ça soit vrai pour la majorité et autre chose de l’imposer à tous.
              Sans parler des déclarations très médiatiques du Conseil de l’Ordre ou des membres du Conseil Scientifique…

              Et derrière ces histoires politiques, chaque médecin s’est arrangé comme il a pu (ou voulu) avec sa conscience. Il a respecté les consignes (comme ça, il risquait rien) ou il a fait ce qu’il était censé faire, soigner les malades. Très grande variabilité des résultats, du coup.

      2. Aristarkke

        L’instrumentation est patente au vu des textes votés, promulgués et des décisions contradictoires au fil de temps, visiblement selon besoin urgent du jour sans aucune autre base.

    2. sam player

      ” L’émotionnel c’est aussi les attaques de Sam Player qui se contente de m’attaquer sur ma personne pour discréditer mes propos.”

      Non, j’ai pris votre premier lien pour montrer qu’il y avait incohérence entre les données fournies, le texte et les images.
      Vous en avez convenu en disant que vous avez fourni ce lien sans même le lire, ce qui n’est franchement pas sérieux.

      Je ne vois pas pourquoi je perdrais du temps à lire le 2ème ou le 3ème, si à la lumière de mes remarques c’est pour m’opposer la même non lecture de votre part.

      C’est votre lien qui est discrédité, et vous par transition, pas l’inverse.

      1. pabizou

        « Je ne vois pas… » ah bé non alors, et la présomption d’innocence hein, tu en fais quoi de la présomption d’innocence? Non mais ho!!!

        1. Aristarkke

          Rappel : c’est un bot qui a une forme humanoïde dont l’empathie n’est pas la qualité qui abonde le plus. 😛

  2. Bol

    C’est donc bien exactement ce que je dis. Mea culpa fait, je vous propose d’aller regarder les autres liens, je vous propose de faire vous même des recherches pour avoir ces informations qui sont publiques, et pour lesquelles pouvez très certainement trouver des informations dans un média qui vous convient, ce que vous refusez de faire, en pointant du doigt une erreur pour un lien posté trop vite. Et même s’il en existe 10 000 fiables rapportant l’information, vous ne ferez rien pour la vérifier par vous même, puisqu’elle irait à l’encontre de vos convictions.

    Par ailleurs le procédé de discréditer une personne sur une erreur est un procédé très classique, je le maintiens. Absolument personne n’est à l’abris d’une erreur, surtout en postant un commentaire en vitesse sur un blog (et donc sans faire forcément attention). Que pensez vous du lien de la BBC? Que pensez-vous des autres liens?

  3. Husskarl

    HS: Je découvre l’exitence d’un caillou nommé Anguilla, qui appartient au Royaume-Uni et qui possède une fiscalité vraiment très légère: deloitte.com/content/dam/Deloitte/global/Documents/Tax/dttl-tax-anguillahighlights-2019.pdf

    Question: pourquoi ce territoire demeure t-il pauvre malgré ce terrain favorable ?

    1. Aristarkke

      91km2, 18k habitants… Presque 22.000€de pib/habitant, ceci dans le secteur de St Martin
      Manque de place et loin de tout (ce qui compte)

      1. Husskarl

        Je suis encore dubitatif, je compare avec Saint-Christophe-et-Niévès, 261km2, 53k habitants, pib de 26 000€/hab avec des taxes bien plus élevées (33% sur les sociétés, 17% de TVA par exemple). Confetti tout aussi paumé donc comparable a priori.

        deloitte.com/content/dam/Deloitte/global/Documents/Tax/dttl-tax-stkitts&nevishighlights-2019.pdf

        1. Aristarkke

          Tourisme et place financière offshore…
          Il ne semble pas y avoir de port d’importance permettant de tout importer en brut et exporter en fini.

          1. Husskarl

            Ce qui est similaire à Anguilla du coup (tourisme & finance). On a donc deux systèmes similaires dont un avec plus de lourdeur fiscale mais c’est celui-ci qui est le plus riche. Un truc doit m’échapper.

            1. Passim

              Je n’ai pas d’explication, mais je connais bien ces îles. Antigua, St Kitts…
              St Kitts est développé côté tourisme. Anguilla resté très pauvre. Tous les matins, les artisans d’Anguilla traversent le bras de mer et viennent vendre leurs produits au marché de Marigot, côté français de Saint Martin. Ils n’ont sans doute pas de débouchés chez eux, because pas de sous. Il faut un minimum de carburant pour qu’une économie décolle. Je me souviens de discussions avec un rasta vendeur de pizzas à Union Island. Pas de fonds pour investir, pas d’emprunt possible à la banque. Il suffisait d’un coup de pouce, d’après lui. Un coup de pouce, et un peu plus de boulot d’après moi.

              1. Husskarl

                Très intéressant d’avoir un connoisseur =)

                C’est vrai que le prix de l’export peut jouer, mais je ne vois pas cela comme un facteur explicatif de la différence trouvée entre les deux îles citées car leurs débouchés sont:

                – Anguilla à 7km seulement de Saint Martin/san marteen !
                – St Kitts à 120km de la Guadeloupe, Montserrat ou Antigua = 60/70km

                Anguilla devrait être favorisée et c’est pourtant le plus pauvre des deux. Le tourisme apporte des devises c’est certain mais a priori, ils ont quand même déjà bien développer le secteur:
                journals.openedition.org/etudescaribeennes/7409?lang=en

                    1. Pheldge

                      c’est pas en rapport avec les civettes ? ou la variété très protégée, les civettes N’diaye ? 😉

                    1. Pheldge

                      Normal, Google, c’est pas bon, essaye Qwant, le « moteur de recherche souverain », tu nous donneras ton avis d’expert ! 😀

  4. Bol

    Pour en finir avec Manaus, pour les personnes intéressées, voici une vidéo (qui date du 22 avril):
    https://www.rts.ch/play/tv/12h45/video/la-situation-liee-au-coronavirus-au-bresil-est-alarmante–reportage-a-manaus-?id=11267707

    Ce serait une ville, un pays seulement, on pourrait douter, mais ce n’est pas le seul. On peut pinailler sur la sévérité, mais de nombreux pays, peu importe le continent, le niveau de développement, les spécificités, voient leur système de santé (et leurs cimetières pour certains) anormalement sous pression, et c’est quelque chose qui n’a pas du tout été observé depuis des années.

    Sinon de mon côté je vais m’arrêter là. Ces histoires de « juste une grippe » on des implications concrètes, on le voit avec les délires complotistes. Comme dit, l’épidémie est utilisée à des fins politiques, et est minimisée ou amplifiée pour cela. Ça me paraît important d’essayer de se faire une opinion de ce qui se passe réellement, afin de savoir comment agir et réagir. J’essayais juste de ne pas laisser filer ce qui semble s’apparenter à un mensonge, et avertir par la même sur la difficulté à utiliser les chiffres fournis.

    1. Pheldge

      Atterrant de voir que Cazeneuve proclame « Il est urgent de rompre avec les dogmes de la loi du marché » sans que personne ne réagisse …

      1. bibi

        Tu m’étonnes le marché arrive à approvisionner la France en masque alors que l’état qui se substitue au marché non.
        Le marché fait donc une concurrence déloyale à l’état, il est donc urgent de s’en débarrasser!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.