Ouf, enfin de l’argent gratuit pour la presse !

Avec la solennité qui commandait compte tenu de la gravité des événements, notre Président l’avait dit, clairement, dès mars dernier : « Létapéra ! » Ceci, en l’espèce, se traduit, après quelques nécessaires semaines de petits calculs pointus, par un magnifique Plan de Relance couillu et particulièrement bien doté, bien pensé et bien ciblé qui, on le sait, permettra évidemment au pays de se redresser d’un coup dans une turgescence aussi ferme que l’ensemble des actions prises jusqu’à présent.

Car oui, les plans de relance, ça marche ! Regardez la façon dont l’économie française s’est littéralement envolée en 2008 après le plan de relance mis en place à l’époque, a tel point que la Cour des Comptes estime (à bon droit) qu’il a coûté plus qu’il n’a rapporté ! Rappelez-vous du coup de fouet que le plan de relance de Mauroy aura donné à la France en 1981, si puissant que le pays a frôlé la faillite complète, ou celui de Giscard en 1975 qui se sera soldé par une inflation galopante et un gros déficit du commerce extérieur ! Pas de doute, vu l’historique, on sait que ce plan va merveilleusement fonctionner, tout comme le plan de relance européen qui n’est pas du tout une solide arnaque sucrée.

Et c’est d’autant plus vrai que, point important, la presse, elle aussi, bénéficiera d’un petit coup de pouce salvateur. Ouf. Il était temps.

D’une part, ceci garantira que le bilan qui sera dressé (par la presse) de ce plan de relance (dont elle bénéficie) sera immanquablement le reflet exact de la réalité. Voilà qui rassurera tous les contribuables puisqu’on va clairement leur expliquer, quel que soit le résultat réel, que leurs deniers ont été éparpillés et cramés avec diligence pour les meilleures raisons. Au moins en dormiront-ils mieux.

D’autre part, ce plan de relance pour la presse permet enfin de consacrer un peu d’argent gratuit des autres pour sauvegarder ce secteur économique en péril à mesure que les outils numériques se développent, voyez-vous ma brave dame. Il faut en effet comprendre que la presse, en France, est le parent pauvre de la distribution de pognon magique puisqu’au contraire de beaucoup trop d’associations lucratives sans but, elle est tenue de présenter un résultat palpable sous forme de journaux, de magazines ou d’enquêtes journalistes palpitantes.

Et puis, tout le monde le sait : ces dernières années, la concurrence du numérique a beaucoup fait de mal aux petits éditeurs de presse, aux organes régionaux autant qu’aux nationaux et à toute la profession journalistique qui a dû continuer à vivre très chichement comme autant d’Albert Londres à chacun de ses reportages au milieu de l’action. Ce fut particulièrement tendu tant les petits robinets d’argent public étaient obstinément fermés.

Mais si.

Dès lors, on ne peut que se réjouir – comme le font d’ailleurs nos journaux récipiendaires – que le gouvernement, dans son extraordinaire munificence, se soit décidé à larguer plus de 480 millions d’euros à ce secteur en difficulté : le président Macron a en effet présenté un vaste plan ayant pour but d’accompagner sa transformation numérique et lui permettre de supporter les lourdes pertes enregistrées depuis le début de la crise sanitaire.

Vraiment, il était temps : on sent bien que l’informatisation, les intertubes, les autoroutes de l’information, tout ça, ça va pulser grave dans quelques temps – c’en est fini du minitel, m’ame Ginette, que voulez-vous ! – et qu’il ne va pas falloir louper le virage numérique. Dès lors, rien de plus normal que la Puissance Publique claque votre pognon investisse l’argent du contribuable pour aider les journaux, dès 2020, à s’adapter à la nouvelle donne numérique qui a déboulé sans crier gare il y a à peine un quart de siècle.

Un autre aspect, rappelé par le président Macron, impose qu’une aide précieuse soit dévolue à notre grande presse : en effet, il ne faudrait pas que l’actuel pluralisme de nos journaux s’éteigne suite à la crise ! Réfléchissez deux secondes, M’ame Ginette : grâce à une aide judicieuse de l’État, on peut enfin garantir que tous les journaux favorables à cet argent magique survivront, les autres (opposés à ce genre d’aides) ne pouvant alors que reposer sur leur lectorat. Voilà assurément garantie la pluralité d’expression de l’opinion qu’il faut des aides à la presse !

Mieux encore : en gommant ainsi les difficultés financières de ces organes, à grand renfort d’argent des autres pioché dans les larges poches contribuables, on ne leur impose pas du tout de dépendre des fortunes personnelles de magnats de l’industrie qui pourraient ainsi acheter des titres et en orienter le contenu à leur guise ! Pas de ça en France, m’ame Ginette, le président Macron s’en assure ici encore une fois avec le zozotant brio qu’on lui connaît !

Enfin, cette foisonnante pluralité de la presse, heureusement largement visible dans l’écosystème actuel où toutes les tendances du socialisme et du politiquement correct s’expriment en toute liberté, permet à chaque contribuable de financer indirectement, au travers de l’impôt, des idées qui lui sont chères : l’antimilitariste est heureux de retrouver une partie de son obole fiscale au Figaro de Monsieur Dassault ; le chrétien pratiquant se réjouit de la pièce donnée aux anticléricaux de Charlie Hebdo ou de Libération par le truchement de son Cerfa n°2042 ; quant aux communistes, même s’ils ne s’abonnent plus trop à l’Humanité (dont le lectorat n’existe plus, à vrai dire), au moins seront-ils heureux d’apprendre qu’ils participent indirectement à la survie de La Croix ou d’autres journaux chrétiens.

Car c’est cela, la grandeur de la France, m’ame Ginette, c’est ça, ce viol moral des consciences pour une pluralité inexistante de la presse et cette survie d’épaves journalistiques tenues par des milliardaires qui les font renflouer par l’argent public. Et ça, franchement, m’ame Ginette, on ne peut pas, on ne doit pas s’en passer, d’autant que, je vous le rappelle, l’étapéra quoi qu’il arrive. Ce qui veut dire vous, m’ame Ginette.

Sachant enfin que ce plan exceptionnel de 483 millions d’euros s’ajoute au 840 millions d’euros d’aides annuelles sous forme directe et indirecte dont les aides postales, ce serait vraiment dommage de s’en priver, m’ame Ginette.

Alors on compte sur vous. Et ne vous abonnez pas, ce n’est pas nécessaire, l’État vous a abonné à la source.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires142

  1. Aristarkke

    Grosso modo, un quart de plus de la dotation annuelle courante. Plus besoin de s’embêter, pour les patrons de presse de s’adonner à une triviale poursuite des lecteurs et lectrices…

    1. Aristarkke

      Nous pouvons aussi penser que c’est sa facture de ses bons services d’il y a quatre et trois ans, en faveur du dispensateur de la manne, qui est ainsi honorée.

  2. Aristarkke

    Je remplis déjà la case de 10H48 réservée au commentaire de MCA :
    « 9h03… il y a du laissez-aller… »
    Comme cela, il peut prolonger sa grasse mat’! 😛

    1. MCA

      Que nenni Ari, j’étais absent pour la bonne cause mais rassure toi, me revoilou.

      Et j’en profite pour rappeler au patron qu’un nouveau Mail est arrivé….

      1. Aristarkke

        La cause de la grasse matinée est effectivement une des plus sacrées…
        (de pire en pire, ton heure de réveil. J’ai bien été avisé de pallier)

    1. Calvin

      Je crois qu’il est bien plus facile de comprendre le film « Tenet » de C. Nolan que la communication gouvernementale sur les plans de relance ou la stratégie du port du masque…

      Au passage, quelle claque visuelle et intellectuelle, ce film.

          1. Dr Slump

            Ah ben j’hésitais à aller le mater. J’irais le voir alors. En streaming pirate 😀
            Nan je blague, ce sera mieux sur grand écran ^^

      1. Geneviève Boyer

        Ah oui la claque commence dès l’affiche : d’habitude avec les films américains à cinq ou six acteurs et une femme, la femme est sur l’affiche. Là même pas : juste un homme et un pistolet. En double.

  3. Blondin

    «Si une entreprise ne fait pas de bénéfices après cinq ans, l’Etat ne doit plus l’aider».
    C’est une citation de… Colbert.
    Chacun sait qu’il était turbo-libéral…..

    1. Stéphane B

      Et encore, je l’ai vu en direct, en allant chercher le pain. Je ne savais pas que le patron était si friand que ça de ce genre de journalopes ayant abusé de la potion magique.
      Et le pire, c’est la fréquence à laquelle on trouve ce genre de contradictions.

      1. Aristarkke

        Tstt, tstt ! Sous peine d’une vendetta à la mode menhir, affirmer que le Finistère et les Côtes d’Armor sont la même chose, est très aventureux…
        Déjà qu’en Bretagne, tous secteurs confondus, il est fréquent d’avoir du beau temps plusieurs fois par jour… (donc du mauvais temps, aussi)…

        1. Stéphane B

          Tststststs
          Le Finistère, c’est la Bretagne, la pure, la dure.
          Le Morbihan, c’est la Côte d’Azur Bretonne
          Les Côtes-d’Armor, c’est la réserve de homards bleus et de Saint-Jacques
          L’Ille et Vilaine, c’est la banlieue parisienne.

          Et puis on parle de quelle partie du Finistère: Quimper, Audierne, Ouessant ou Morlaix car le Finistère a différents climats.

          1. douar

            Rhaaa, les finistériens, à l’est de Carhaix, ce n’est plus la Bretagne…
            Par contre, exilés, loin de Landerneau, ils acceptent de partager la Bretonnitude avec les Nantais (du nord de Loire, faut pas déconner quand même ;)).

          1. Pheldge

            ça serait pas un Finistérien d’adoption, un peu grec, un peu plombier, par hasard ?
            Par les mânes de Glenmor,et par la blanche hermine, tu cherches la provocation là, petit !

  4. Aristarkke

    « le plan de relance de Mauroy aura donné à la France en 1981 »
    Quel grand moment que le blocage à Poitiers sur la ligne nic-fric des Sarrasins magnétoscopes nippons !!!
    Quelle efficacité aussi nous mit alors le martel en tête…

      1. Aristarkke

        Par an ! Les deux mille francs. Certes, ils avaient nettement plus de pouvoir d’achat que les 304 €de maintenant mais cela ne permettait pas d’aller ni loin ni longtemps.

          1. Le Gnôme

            Il avait été institué un carnet de change, les particuliers pouvaient changer 2000 francs par an en devises pour aller à l’étranger. Les hommes d’affaire pouvaient évidemment avoir plus moyennant le remplissage de quelques cerfas.

    1. Aloux

      Discussion avec une vieille communiste, qui me chante les louanges de Mauroy, ce grand homme. Moi, usant de l’excuse que je n’étais pas né en 1981 pour balancer ingénument : « Ah, c’est pas le mec qui a coulé l’économie de la France tellement vite que Mitterrand avait dû prendre le virage de la rigueur ? »
      Elle, clairement piquée : « le capitalisme n’a besoin de personne pour se couler tout seul »
      Voilà voilà

      1. Higgins

        Il faut lui poser la question suivante : pourquoi Mitterand est-il enterré à Jarnac ?
        Si personne ne la connaît, je donnerai la réponse plus tard.

        1. Higgins

          Deux bonnes réponses sur trois. Il n’y a pas de village qui s’appelle « J’enc… ».
          En général, ça calme le socialisant.

      2. Theo31

        Une collègue croit que les fonx paient des impôts alors qu’ils ne rendent qu’une partie du butin pour faire semblant d’être solidaires.

  5. Stéphane B

    Bizarrement, je n’ai pas vu « Valeurs actuelles » dans les images ??? Ah oui, c’est vrai, ce magazine n’a pas le droit aux subventions car il a été condamné. Suis-je bête ! (non non pas sidette)

      1. Pheldge

        … et VA risque de morfler grave sur ce coup là, vu que tout le personnel politique lui tombe dessus, avant d’avoir lu la fiction, de peur d’être accusé de complicité de racisme, même MLP …
        lepoint.fr/societe/obono-en-esclave-dans-valeurs-actuelles-enquete-ouverte-pour-injures-a-caractere-raciste-31-08-2020-2389669_23.php

  6. Aristarkke

    Dans la galerie des sans-le-sou propriétaires de ces épaves, Monseigneur, vous devriez remplacer Serge Dassault par les héritiers de SD et prévoir qu’Arnaud Lagardère va bientôt se prendre un coup de Jarnac puisque tant Vincent Bolloré que Bernard Arnaud sont allés à lui, certes par deux chemins différents.
    Or ni l’un ni l’autre aiment un dirigeant qui accumule les pertes, surtout pour roucouler à son aise devant sa Belle…

  7. Pythagore

    Très en forme aujourd’hui H16, j’ai bien rigolé. Je crois que si 75% de la presse disparaissait, personne ne ferait la différence.

  8. Rick Enbacker

    Le plan de relance sera appuyé par la création de sous-préfets dédiés.
    Cette fois ça va forcément marcher !

    Et au fait, l’Huma existe encore depuis le temps qu’il n’en finit pas de crever ?

      1. Rick Enbacker

        Merci. Tous les ans on nous annonce sa liquidation judiciaire. Faut croire qu’on n’a pas fini de cracher au bassinet…

  9. Calvin

    Hasard du calendrier, on apprend que dans le prochain plan de relance, l’investissement (notez bien le mot) dans le nucléaire représentera 400 millions d’euros, soit moins que la subvention exceptionnelle de la presse….
    Subvenir à sa clientèle électorale (du court-termisme, donc) est plus important que les générations futures….

  10. Pythagore

    Sachant qu’en 2017 il y avait env. 35000 journalistes avec carte de presse. Cela nous fait:
    (840.000.000+483.000.000)/35.000 = 37.800 EUR/journaliste
    Et encore, probablement que parmi eux, il y a un certain nombre d’étrangers et de membres de la presse non subventionnée.
    Autant dire qu’ils sont payés par l’état.

    1. René-Pierre Alié

      Se servir d’exemples débiles à l’appui de conclusions acceptables, ce n’est pas très malin. La politique, ce n’est pas les gentils et les méchants. Environ 90% des Juifs ont été assassinés en Pologne, 75% en Hollande, 60% en Belgique, 25% en France. Pétain a lâché les Juifs étrangers pour protéger les Juifs français. Avoir les mains propres est facile, il suffit de ne pas s’en servir.

  11. Rick Enbacker

    Une dizaine de TGV en panne entre Dax et Bordeaux hier, des voyageurs coincés plus de 10h sans eau ni nourriture à cause d’une série de pannes électriques en cascade. Trafic bloqué jusqu’à demain matin au moins .
    Cerise sur le gâteau : des billets remboursés jusqu’à 300 % !
    Et tout ceci malgré les 15 milliards annuels de subventions à la SNCF, les plans d’aides financières successifs et divers à ce machin moribond qui n’est même pas foutu d’assurer le minimum de maintenance.
    L’état se fout de notre gueule et n’est pas prêt de s’arrêter…

    1. Higgins

      SNCF : « À nous de vous faire détester le train !  »
      C’est réussi. Lorsque je lis ce genre de nouvelles concernant la SNCF, j’ai l’impression de me trouver dans le roman d’Ayn Rand.

        1. Léo C

          La dernière fois que j’ai pris le train était entre Bordeaux et Tours, je ne pouvais faire autrement. C’était en 2015.

          Je ne le prends que contraint.

          Un A/R avion en Europe est de l’ordre de 50 – 60 €. Entre 9 h de train merdique Bordeaux – Nice, des toilettes immondes, un chariot années 60 avec les mêmes sandwiches et quelques émotifs qui grimpent entre deux ou trois gares et une heure d’avion sur la même distance, pour un prix divisé par 3, comment peut-on encore grimper dans un train sur grandes lignes ?

    2. baretous

      bien plus que ça! les trains se sont arrêtés en cascade. Par exemple de Pau plus rien vers bayonne ou toulouse avec les ter … et encore des retards ce matin……..

    3. durru

      Et voilà pourquoi la CGT annonce une grève dans deux semaines. Logique, avec ce turbo-libéralisme capitaliste qui détruit les fleurons de l’industrie française…

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Je ne vois pas pourquoi ils font grève : le fonctionnement habituel de la SNCF est suffisant pour enquiquiner tout le monde.

    4. Dr Slump

      C’est une loi cosmique française: la qualité des produits et services d’une entreprise diminue en raison de la persistance dans le temps des subventions qu’elle reçoit.
      Il en découle qu’une entreprise a d’autant plus de probabilités de périr qu’elle reçoit des subventions de l’état. Alors concernant la presse, j’ai bon espoir ^^

  12. Cata

    Je crains que les 840 M€ n’incluent pas les services de La Poste, ni autres « coups de pouce » discrets, la phase cachée représentant plus que les lignes budgétaires. C’est pas moi qui le dis, c’est la Cour des comptes. « Selon le périmètre et les conventions retenus, leur montant total [des aides à la presse écrites] en 2017 oscille donc entre 580 M€ (documents budgétaires) et 1,8 Md€. » https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/2018-01/12-aides-presse-ecrite-Tome-2.pdf

    1. Pheldge

      il y a également ceci qui permet d’avoir des tableaux et de trier et classer les aides
      data.gouv.fr/fr/datasets/aides-a-la-presse-classement-des-titres-de-presse-aides/

  13. glot

    Malgré les pressions syndicales visant à étouffer le scandale, le ministère de l’Ed Nat a enfin « laché » le chiffre des enseignants n’ayant plus donné signe de vie depuis le début du confinement en mars 2020.
    Ce serait 20 000 fonctionnaires enseignants qui perçoivent toujours leur salaire alors qu’ils sont absents depuis 5 mois et sans contact avec leurs élèves.

    Blanquer aura t-il les c…. pour les licencier ?

    1. Stéphane B

      Gamine en 4ème: durant le confinement, travaux demandés par prof de math, français et espagnol (seconde langue); un passage de temps en temps (trois quatre fois durant trois mois) pour la physique, la techno ou la musique. Et rien pour les autres

      1. Higgins

        Sans compter les parents qui ont purement et simplement retiré les enfants de l’école (au moins 10% des effectifs), enfants qui n’ont plus donné le moindre signe de vie et dont les parents n’ont pas daigné répondre aux sollicitations des écoles lorsqu’il y en a eu. L’EdNat est la grande sœur de la SNCF.

        1. petit-chat

          J’ai une hypothèse : le ridicule confinement a permis aux parents de se rendre compte du niveau d’instruction dispensé par l’EdNat, et ils en ont conclu qu’ils pourraient faire mieux, sans se faire chier à trimbaler la marmaille.

        2. toto17

          Entre 20% et 30% d’élèves volatilisés dans la classe (constituée d’élèves pas vraiment émotifs) de mon enfant.
          Disparition pure et simple.

          Je soupçonne même qu’ils ne sont pas revenus rendre les livres aux fédés de parents d’élèves au vue du nombre de mails de relance que j’ai reçu durant l’été.

          1. Higgins

            Chiffre probablement plus juste que le mien. Brighelli parle de 15%. En s’arrêtant à 20%, on doit approcher la vérité. Bien sûr, il peut y avoir des variations importantes au plan régional comme il doit y en avoir entre le public et le privé sans affirmer que l’un s’en sort mieux que l’autre.

    1. Aloux

      C’est tout de même un signe de l’indépendance désormais totalement disparue des journalistes que nous en sommes réduits à saluer le courage de l’un d’entre eux qui ne fait au fond que rappeler une évidence.

    2. Deres

      De toute façon, le réel sujet des querelles sur ces médicaments n’a rien à voir à leur efficacité. C’est une question de pouvoir et d’autorité. Les instances dirigeantes du monde médical ne peuvent pas tolérer que de « simples » médecins même chercheur spécialisé courcircuitent des organisations décisionnaires complexes bien établies. Ce serait le début de l’anarchie. En plus, ses membres ont mérités leur place dedans en s’investissant et en courtisant pendant des dizaines d’années. Pas de parvenu dans ce système, il faut se faire coopter par les barons en place en prodiguant menus services et retour d’ascenseur.

    3. Pierre 82

      Je peux bien sûr me tromper, mais certains signes me font penser à un effondrement du moral de nos « élites ». J’ai l’impression qu’ils sentent qu’un dénouement tragique pourrait advenir, et ce cher Poujadas a l’air un peu gêné aux entournures, et qu’il essaie laborieusement de tirer son épingle du jeu en montrant qu’il n’y est pour rien dans cette malheureuse histoire.
      Une ambiance un peu comme dans l’extraordinaire film « La Chute (der Untergang) » sur les derniers jours du IIIème Reich dans le bunker de la chancellerie. Avec Pujadas dans le rôle de Speer (qui d’ailleurs est sorti vivant de Nüremberg). Peut-être que le quinquennat de Macron est en train de s’achever en débandade, voire en pantalonnade ou en farce tragique.
      J’espère ne pas me tromper…

      1. Pythagore

        Les élites savent que dès que les histoires de virus seront finies, ils peuvent se préparer à des manifestations monstres, d’où la masquarade actuelle et l’intensification des tests, plus on en trouve, plus ils peuvent justifier des mesures de coercitions, et éviter les manifestations. Mais ce n’est qu’une fuite en avant.
        Toutefois, nos élites sont tellement hors des réalités et sûr d’elles-mêmes que je doute que leur moral s’effondre.

      2. Jacques Huse de Royaumont

        La gestion calamiteuse du covid-19 est d’abord due à l’inconsistance morale de nos élites. Ils ont peur (de quoi ?) et en oublient de réfléchir.
        Ce sont des grattes-papiers, pas des chefs, ils ne sont pas à leur place, tout simplement.
        Par ailleurs, dresser au culte du tout-communication et de l’égocentrisme, ils sont moralement incapables de concevoir une stratégie face à un problème qui ne se voit pas (un virus…) et qui frappe peut-être peu, mais peut-être eux. De là leur choix de tout arrêter plutôt que de s’exposer.

        1. Dr Slump

          ils ont juste peur que le petit peuple se rende compte de leur incompétence. Et ce serait grave pour eux, car ce serait se rendre compte ipso facto de leur inutilité.
          Alors ils communiquent, à la télé, à la radio, dans les journaux, dans la rue, en vacances, en France et à l’étranger, ils communiquent partout, tout le temps, pour maintenir l’hypnose. Mais ça ne peut pas durer éternellement… le tout est d’atteindre la masse critique de gens qui ouvrent les yeux sur leur inutilité.

  14. Marcello Biondi

    Tiens au fait! On n’entend plus parler de l’égérie que dis-je de la divinité que les journalistes on brossé pendant des mois j’ai nommé sainte assa traoré. Que devient elle? D’un coup plus rien…. Serait elle devenue gênante? Le roitelet aurait-il donné l’ordre à ses corvéables journalistes de l’oublier?

      1. baretous

        pire que ça……un grand pere qui était gouverneur de la province de keynes au Mali, province ou se pratique encore l’esclavage …

      2. Dr Slump

        Et son confrère fanatique de la ligue de défense des noirs africains, celui qui se fait appeler Béhanzin, c’est drôle, parce que le roi Béhanzin du Bénin était un gros fournisseur d’esclaves, en plus d’organiser d’horribles sacrifices humains.

        1. P&C

          Il est tellement con qu’il est possible qu’il ne le sache pas.
          Et même s’il le sait, à ses yeux aucune importance : il est dans une logique tribale, sauve suprématiste de la race noire.
          Kémi Seba en moins littéraire, en gros.

    1. Marcello Biondi

      Depuis quand les français sont regardants sur les incohérences de leurs idoles? La tradition faites ce que je dit pas ce que je fait est finie? En france on avait bien le pape de l’écologie qui a fait le tour du monde en hélico et qui à un garage d’automobiles thermiques assez rempli et ça n’a dérangé personne.

  15. cyprus ill

    Le gaspillage d’argent public est à un niveau grangguignolesque, et ce depuis un sacré paquet de temps. Bon il est vrai qu’on ne sait plus très bien si c’est vraiment de l’argent, ou qqch d’une autre nature, directement issu de la planche à billets, et remboursable et renouvelable à gogo puisque à taux zéro! Voilà la véritable énergie renouvelable : le pognon vraiment gratuit existe !

    Tout ce à quoi nous assistons est totalement kafkaïen : on arrose des business (enfin, appeler ça du business est évidemment grotesque) en ruine complète avec de l’argent pris aux rares productifs restants, histoire de retarder leur agonie au nom de je ne sais quel principe, et ce faisant on accélère la déconfiture de tous les autres.

    Je ne dirais qu’un mot : bravo

  16. Rick Enbacker

    Dernière pignouferie dans le feuilleton du covide intellectuel : l’hôpital d’Arcachon interdit les visites.

    Petite anecdote : nous promenant vers 11h du soir, mon épouse et moi, sans masques, dans une rue quasi-déserte d’une station balnéaire de la côte atlantique où les muselières sont obligatoires, nous aperçûmes trop tard 3 gendarmes en formation de combat qui venaient droit vers nous. Faits comme des rats nous préférâmes jouer la candeur : nous ne cherchâmes donc pas à enfiler les muselières et fîmes profil bas. Je fis néanmoins remarquer aux représentants de la maréchaussée qu’il n’y avait personne d’autre que nous à 10m à la ronde mais nous eûmes quand même eu droit eu droit à la petite leçon de morale « pédagogique ».
    Nous échappâmes à la prune de 135€ ce qui est le principal.
    Dès que les pandores nous eurent tourné le dos je m’empressai d’ôter la muselière…

      1. Pythagore

        A Arcachon aussi. Mi-Août, l’ARS a testé 1000 volontaires dans la presqu’île du Cap Ferret et ils ont trouvé 9 personnes positives, des jeunes de 9 à 25 ans.
        Ce qui a déclenché l’obligation des masques dans la rue.
        Où ces jeunes se sont-ils infectés, sont-ils tous de la même bande ou pas, personne ne sait, mais en tt cas, m’ame Ginette, faut mette le masque.

    1. Opale

      La préfecture des AM a re-déclaré le plan blanc lundi pour les hôpitaux du secteur (zone rouge mein gott), donc ce qui veut dire filtrage à l’accueil, restriction des visites, j’ai même vu le vigile à l’accueil interdire à un monsieur de rentrer avec son déambulateur !! Le bon sens est parti en vacances…
      Cela dit, c’est peut-être le cas aussi sur la côte atlantique, d’où l’interdiction des visites.

      Pour la prune, anecdote de mon côté : mes beaux-parents vont voir le tour de France dans l’arrière-pays ce WE, sans masque (pleine montagne) les pandores se pointent pour les houspiller « vous allez le mettre ce masque ? » ma bm répondant : « c’est obligatoire? » Il a dû manger son chapeau et faire demi-tour.

  17. glot

    L’Etat doit aussi penser à verser de l’argent « gratuit », dans les comptes de la SNCF.
    Car c’est par manque de moyen financiers de cette entreprise, que des centaines de voyageurs sont restés bloqués 20 heures dans un TGV en panne ce weekend entre Hendaye et Paris.

    1. Le Gnôme

      La fosse des Mariannes est moins profonde que tous les déficits cumulés de cette entité. Vivement la concurrence pour mettre fin à cette gabegie, si l’Etat et les syndicats ne mettent pas de bâtons dans les roues.

      1. John John

        La sncf mm si tu la prends pas, elle te prend de l’argent.

        Un classique chez les voleurs socialistes, ou les syndicalistes qui, rappelons-le, ne représentent que les travailleurs qui pqient pour leur syndicat.
        Ahh, ahh, on me dit dans l’oreillette que l’état socialiste force tous les employés à payer les syndicats … ahh pas mal.

        Dans un état socialiste, comme la France, on force les citoyens à payer des films qu’ils n’iront pas voir, on les force à financer des syndicats qui ne les représente pas, on les force à payer des écoles où ils ne veulent mettre leur enfants, on les force à … bref, la liste est longue. On appel cela une économie administré. On les force mm à voter pour certains mais sans voter, c’est pas mal.

        bfm nous montre, ce matin, des entreprises d’avenir, une « carterie » – je cite – en l’occurence, comprenez, des entreprises centenaires … non non je ne plaisante pas. Plus c’est vieux, plus c’est futur. Là, je mate un truc, c’est marrant, on me vend une entreprise de merde qui vend des carte postale, et qui veut des subventions pour survivre à la crise … c’est à chialer.

        Tous ces individus, si il n’y avait pas de subventions, alors, seraient dans la merde: il faudrait soit qu’ils deviennent de simples employés soit qu’ils arrivent à convaincre des clients potentiels, ce qui est est, je crois, impossible tant les produits qu’ils vendent sont pourris. Je sais mm pas si un africains achèterai leur merde.

  18. Rick Enbacker

    Le bonheur du jour :

    https:/ /www.20minutes.fr/justice/2851403-20200901-coronavirus-bouches-rhone-maire-grans-condamne-avoir-rendu-masque-obligatoire-commune?xtor=RSS-176

    Hélas le préfet a pris le relai et le maire a fait appel…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.