Plein de vélos, d’accidents, de bouchons et de chômeurs

La France n’a pas de pétrole, mais elle a des idées. Plein. Malheureusement, à mesure qu’elles s’accumulent, on se rend compte qu’une majorité d’entre elles sont… pourries.

Et quoi de mieux que la capitale du pays pour illustrer que l’enfer est pavé de bonnes intentions, qu’elles sont glissantes et qu’on y dérape donc facilement au point de se faire mal ?

Prenez l’idée lumineuse qui consiste à remplacer, de force et pas trop doucement, les voitures, les camions et autres camionnettes, par toute une cornucopie de nouveaux moyens rigolos de déplacement, depuis la trottinette électrique jusqu’au monocycle (électrique aussi) en passant par le vélo, éventuellement électrique aussi.

Avant le confinement, on sentait déjà les limites de ce brillant concept, depuis les déboires de la mairie avec le prestataire de bicycles louables jusqu’à la tendance nette à l’augmentation des accidents graves sur ces engins (et, souvent, sous ceux de la municipalité) ; augmentation en 2018, augmentation en 2019 (y compris sur trottinette), augmentation en 2020, la tendance n’était pas bonne.

Le confinement aura été l’occasion de graver les bonnes habitudes dans le marbre : beaucoup de mairies de grandes villes ont profité de l’occasion pour accroître massivement le nombre de pistes cyclables, et la disparition notoire d’une grosse partie des automobilistes a laissé croire que les choses allaient durablement changer en faveur des cyclistes.

Depuis, le constat ne fait plus guère de doute : plus on met de vélos sur les routes, plus il s’en gamelle. Eh oui : avec un vélo, on peut aller du point A au point B, ou à la morgue aussi parfois.

Mais n’oublions pas l’idée initiale : nos villes ne doivent plus devenir des autoroutes à ciel ouvert, et tout devra donc être fait pour, d’une part, rendre la vie des automobilistes impossible et d’autre part, y faire le maximum de place pour les petits pédaleurs.

Reconnaissons au moins aux pouvoirs publics un succès certain dans cette première mission puisque circuler en voiture dans les grandes villes françaises est maintenant devenu un véritable calvaire qui expliquera certainement, dans les décennies à venir, nombre de dépressions, suicides, épuisements et altercations violentes au sein de la société française. Gageons que lorsque des économistes étudieront avec attention la perte de richesse que cette idée aura entraîné, leurs conclusions seront soigneusement cachées devant la hauteur de l’outrage au bon sens et toute la misère engendrée…

D’autant qu’à force d’ajouter des vélos sur des vélos, les bouchons d’automobiles ont petit-à-petit fait place aux bouchons pédaliers dans lesquels il devient difficile, voire dangereux, de se déplacer : victime de son succès, le vélo encombre maintenant une infrastructure citadine qui, malgré les ajouts assez souvent malheureux et pas trop bien conçus, reste sous-dimensionnée pour l’afflux de frétillants pédalomanes…

Cyclistes dont, au passage, on mesurera assez précisément la conversion écologiste lorsque pluie, verglas et froidure seront de retour cet hiver ; il n’est pas invraisemblable d’imaginer que la mauvaise saison arrivée, les grandes villes se dépeupleront un peu de leurs petits pédaleurs qui tenteront alors de retourner aux modes de déplacement plus traditionnels… Pour retrouver des routes largement réduites et donc ultra-encombrées, des rames de métro collées-serrées et des RER aux performances de plus en plus aléatoires.

Certes, on pourra me reprocher de brosser ici un tableau bien pessimiste d’une situation qui ne l’est pas tant. Et ma foi, c’est vrai puisqu’avec ce renouveau du vélo dans nos villes, c’est aussi toute une gamme de nouvelles activités qui a vu le jour, à commencer par une recrudescence des vols en bande organisée, comme a récemment pu le découvrir une équipe de journalistes.

Si, d’un côté, on se rassurera en se disant que ces vols permettent à toute une économie parallèle de se mettre en place et à un nombre important de personnes d’en vivre, sans parler de ceux qui, à l’autre bout du monde (ou de l’autre côté de la Méditerranée, disons) profiteront de l’aubaine que constitue un solide biclou Décathlon, youpi et tant mieux pour les échanges Nord-Sud surtout lorsqu’ils sont sains et basés sur une entente mutuelle ahem broum broum patati patata, d’un autre côté, on ne pourra s’empêcher de noter que notre équipe de journalistes a réalisé en quelques heures un travail que la police, pourtant rémunérée pour ce faire, semble absolument incapable de réaliser.

Mais baste, passons : si les uns et les autres devaient faire correctement leur travail, comment voudriez-vous que la France reste ce bordel désorganisé et coûteux qui attire tant de monde ?

On le comprend : le vélo a envahi les rues des villes de France, pour le plus grand bonheur des écolos, des amoureux de la petite reine et des contempteurs de l’automobile. On devra cependant noter que ce changement profond montre de façon flagrante le décalage de plus en plus pervers entre une petite partie de la population, qui a les moyens de ses ambitions décroissantes et limitatives, qui peut se permettre de pédaler sans être trop chargé pour aller d’un point A en ville à un point B, en ville aussi et pas trop éloigné, et une population qui n’a aucun de ces luxes, doit absolument composer à la fois avec la taxation, les restrictions et les vexations en constante augmentation sur les véhicules motorisés et sur l’impact négatif et grandissant de la première population, pourtant largement minoritaire, sur sa qualité de vie.

Comme, de façon intéressante, la première de ces deux populations vit essentiellement du travail, de la disponibilité et du pouvoir d’achat de la seconde, on comprend intuitivement que ce mouvement général ne pourra pas continuer éternellement, ou en tout cas pas dans ces termes.

À un moment donné, à force de taxes, de bouchons et d’emmerdes invraisemblables, on va arriver à l’épuisement complet des seconds au détriment des premiers. Au paroxysme, nous aurons tout plein de cyclistes, mais ils seront tous chômeurs.

Chemin pour vélo

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires165

  1. Le Gnôme

    Le vélocypédiste pense manifestement que le code de la route ne s’applique pas à ce mode de déplacement qui préserve Gaïa, une midinette de 50 kg contre un SUV qui pèse 1,4 tonne laissera peu de chance à la pauvrette. Mais ce faisant, elle aura contribué à sauver la planète, elle ne polluera plus et fournira de l’engrais.

    1. Pythagore

      Même si le code de la route leur donne raison, vouloir faire appliquer son bon droit devant un 35 tonnes ne se finit pas tjs très bien. On écrira « RIP, elle avait priorité » sur sa tombe.
      Je parle en particulier des vélos qui vous déboulent par la droite alors que vous tournez à droite.

        1. Rick Enbacker

          « Dans les faits, le non-respect du code de la route par un cycliste n’est pas considéré comme une faute inexcusable, aussi imprudente ou inconsciente qu’elle soit. Si un cycliste a un accident avec une voiture après avoir brûlé un feu rouge ou après avoir franchi une ligne continue, il sera indemnisé, même si son comportement est à l’origine de l’accident »

          Complètement aberrant. On encourage l’irresponsabilité.

          1. Calvin

            C’est le même principe d’asymétrie que pour les propriétaires versus les locataires.
            On préfère encourager l’irresponsabilité pour des raisons électorales.
            Pour le grand public, les législateurs montrent leur compassion envers les petits, en réalité, ils désorganisent le secteur….

            1. Aristarkke

              Et après, on verse des larmes de crocodile sur les grands méchants de proprios qui demandent un dossier de location de trois kilos et double garant du loyer. Un de mes petits–cousins est allé bosser deux ans au UK à une cinquantaine de miles de Londres dans une ville moyenne. Il balisait sévère à l’idée d’aligner des nuitées d’hôtel avant de pouvoir mettre la main sur une location.
              Problème réglé en un après-midi après deux agences et trois visites avec comme seuls documents : passeport + contrat de travail débutant une semaine plus tard… Étonné devant cet apparent laxisme /Grance, l’agent lui a répondu que si le loyer n’était pas payé, il était mis dehors en deux mois maximum et sans période hivernale éventuelle…

              1. Lagom

                L’année dernière ma petite fille étudiante à KCL avait été très déçue avec le studio loué à distance. Résiliation du bail dès que le logement a trouvé preneur (35 minutes après la mise en ligne !!!!) avec restitution des sommes versées et un autre studio trouvé dans l’après-midi.

            1. Higgins

              L’idée de départ était d’assurer une couverture assurantiel au cycliste accidenté comme pour les piétons : https:/ /www.argusdelassurance.com/dossier-ja/le-cycliste-une-victime-privilegiee.49271

              Attention à la définition du cycliste, les utilisateurs de deux roues électriques n’en font pas partie.

              1. Gaeloup

                La majorité des accidents de vélos aujourd’hui sont provoqués par des e-bike (voir les chiffres des assurances ). Ce sont des dangers publics. Lors de mes entraînements vélo j’évitais déjà les pistes cyclables fréquentées par les badots, rollers, trotinettes, etc. Rien de plus dangereux dès que l’on dépasse le 30 à l’heure. Les e-bikes se prennent pour des cyclistes professionnels, font des écarts incontrôlés, ne freinent pas aux croisements, et n’ont aucune maîtrise de leur vélo. Je double en laissant suffisamment de place.

                  1. Gaeloup

                    Tiens il est bien mentionné dans la vidéo que dans près de la moitié des accidents impliquant les vélos, les cyclistes sont fautifs. Ce qui autrement dit veut dire que dans plus de la moitié les cyclistes ne le sont pas. Pas exactement ce que je lis dans les commentaires ou tous se déchargent sur les cyclistes. Il y a bien un effort à faire de part et d’autre. De plus les e-bike sont bel et bien majoritaires dans les accidents vélo aujourd’hui. Pour finir les automobilistes vis à vis des cyclistes se comportent comme des socialistes en prenant des risques pour les autres. A méditer…

                    1. Aloux

                      « Pour finir les automobilistes vis à vis des cyclistes se comportent comme des socialistes en prenant des risques pour les autres »

                      Hein? Lapin compris…

                    2. Pheldge

                      Sauf que le préjugé courant est que « c’est la faute des autos » , deresonsabilisant les cyclistes, et légitimant de fait toutes les imprudences. On en arrive tranquillement à une logique gauchiste, « eux contre nous » , avec les « bons cyclistes » violentés, opprimés, par les méchants automobilistes, et je passe le couplet sur Gaia … 😉

                    3. René-Pierre Alié

                      « Ce qui autrement dit veut dire que dans plus de la moitié les cyclistes ne le sont pas. »
                      Voir la définition de « fautif » pour un cycliste. Hormis une claire et probante envie de se suicider, avec de nombreux témoins… Cela dit, la seule fois où je me suis fait renverser en vélo, une conneductrice tournait à droite juste en me doublant, et m’a foutu par terre, avant de se barrer malgré mes cris. La saloooope…

                    4. bibi

                      Pour renchérir, les cyclistes vis à vis des piétons se comportent comme de vrais socialistes en empruntant des voies qui leurs sont interdites, en grillant les feux rouges, et il n’y a jamais d’accident mortel de piétons dont la responsabilité incombe à un cycliste qui roule comme un con, parce qu’évidemment, le cycliste même si il roule comme un connard, ça reste quand même un mec bien car il ne met pas en danger la vie des autres.

                      france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/grenoble-appel-temoin-lance-apres-mort-pieton-87-ans-fauche-velo-passage-pieton-1871460.html

                    5. Aloux

                      « La notion de responsabilité est bien un principe de base du libéralisme dont tout bon socialiste aime à s’affranchir. »

                      Bien d’accord, c’est pour ça que dire que les automobilistes sont comme des socialistes qui font porter le risque aux cyclistes me paraît une inversion assez perverse, les premiers suivent une formation relativement poussés, sont soumis à un code assez contraignant, une police qui n’a guère de scrupules à le faire respecter et sont sévèrement punis à chaque écart. En face nous avons des cyclistes qui n’ont que très peu de contraintes aussi bien en termes de formation obligatoire que de règles, qu’ils ne respectent de toute façon pas dans l’indifférence générale de la maréchaussée qui ne les punira jamais d’avoir grillé un feu rouge ou couper le passage à un piéton. Tout cela étant accompagné d’une propagande délétère qui oppose systématiquement l’automobiliste égoïste coupable et le cycliste vertueux qui sauve la planète, propagande qui se traduit concrètement par des aménagements urbains ridiculement favorables au vélo et des initiatives qui visent ouvertement à bouter la voiture hors de Paris comme ces journées anti voiture dont la présentation nous ramène aux meilleures heures de l’agitprop soviétique.

                      Pas de « c’est toujours la faute des cyclistes » ici, simplement le constat que le socialisme a encore une fois choisi de déresponsabiliser certains, et que ce ne sont pas les automobilistes.

                  2. Aloux

                    Oh la vache « la mort, c’est de rouler comme un con à vélo »
                    Quand on voit ça, rien d’autre à dire que « Vive la Suisse ! »

                    1. Theo31

                      Ca change des affiches débiles vivreensemblesques qu’on voit en ce moment à Toulouse. C’est systématiquement aux automobilistes de ne pas s’approcher alors que l’inverse arrive tout le temps.

                    2. Gaeloup

                      @Aloux : Un automobiliste qui serre un cycliste prend des risques pour le cycliste, pas pour lui. Un cycliste qui ne respecte pas le code met d’abord sa vie en danger. La notion de responsabilité est bien un principe de base du libéralisme dont tout bon socialiste aime à s’affranchir. Notez que je ne légitime pas le non respect des règles, histoire d’être clair.

                      @Pheldge : à force de raisonner à partir de préjugés et sur des catégories on ne fait qu’avancer le marasme intellectuel ambiant. Vous remarquerez facilement que contrer le préjugé « c’est la faute des voitures » par « c’est la faute des vélos » relève du même procédé. Quant au couplet sur Gaia parfaitement superflu, les cyclistes ne sont pas plus syntonisés que les conducteurs d’hybrides à l’huile de friture hydrogénée pour patates douces. Vous confondez il me semble les raisons politiques avec les motivations personnelles de chacun. Bref la encore de la généralisation à grosse louche.

                      @ René-Pierre: Soyez honnête sur l’analyse ce n’est pas la définition de fautif qui est évoquée mais de responsabilité. La clause « fautif » ne détermine pas la responsabilité mais le fait qu’il y est indemnisation ou non. Elle n’est invoquée que très rarement et le chiffre est bien loin de 50%, en prenant cette clause pour responsabilité vous amèneriez la responsabilité de l’automobiliste au dessus des 95%. La vidéo est par ailleurs une vidéo suisse alors que la clause fautif est une législation française. En mélangeant tout il est toujours facile de déterminer l’âge du capitaine.

                    3. Pheldge

                      @ Gaeloup : je viens de passer un mois à Paris, et je suis effrayé par le comportement des cyclistes. Quant aux trottinettes, il faudrait inventer des mots nouveaux !
                      L’ambiance générale, « sauver Gaia -mort aux bagnoles » , la politique de la Mairie, tout ça se traduit par un comportement, qui me semble irresponsable chez les « pilotes » de ces engins, d’autant plus qu’ils « appartiennent à la Ville » . Ce n’est que mon ressenti. J’ai suffisamment pratiqué le vélo, puis les deux roues motorisés, pour être sensibilisé aux questions de sécurité. Franchir un croisement au feu rouge, c’est prendre un risque, et en faire courir à d’ad’autres personnes.

                    4. bob razovski

                      @Gaeloup : En effet, la notion de responsabilité est la base du libéralisme, a laquelle on oublie souvent d’ajouter que dans un monde libéral, tous égaux devant la loi. Traitement identique pour tout le monde.
                      Or il n’y a rien, ABSOLUMENT rien qui justifie qu’un vélo puisse rouler à contre sens, ne pas avoir de feux, de stop.
                      Le socialisme a volontairement initié un déséquilibre concernant les règles de circulation. Là où vous faites erreur, ce n’est pas que le socialiste aime s’affranchir des règles, il veut juste que les règles soient non contraignantes en ce qui le concerne, quitte à ce que ça pourrisse la vie des « zotres ». Vous dites : « Notez que je ne légitime pas le non respect des règles, histoire d’être clair. » A vélo, la loi légitime le non respect des règles. Heureusement, il reste les lois naturelles : un vélo, même dans son droit socialiste, se transforme en pizza lorsqu’il force la route d’un 35T.
                      Et notez qu’arriver à trouver encore 50% de fautifs à vélo alors que la loi leur permet une large palette d’actions qualifiées d’infractions pour les autres usagés de la route, signifie qu’il y en a qui roulent VRAIMENT comme des cons.

                    5. Higgins

                      Hier après-midi, il y a encore un de ces abrutis qui s’est affranchi de la prudence élémentaire dans une priorité à droite. Il aurait du céder le passage mais dans son petit cerveau restreint, le programme avait été effacé. Comme je roulais doucement et que je me méfie comme de la peste, pardon du Covid, de ce genre d’intersection, pas de pb mais à cet endroit, ce n’est pas nécessairement la règle. Un jour, ça paiera forcément.

                    6. Gaeloup

                      Mon intervention se basait principalement à dire que les automobilistes ne sont pas plus vertueux que les vélos mais par contre plus dangereux pour les vélos que l’inverse. On peut difficilement dire le contraire, pourtant il est rigolo de lire les tentatives pour. Le summum étant de dire que les vélos devraient être équipés de feux stop, et là je me tords de rire. Et la smart city de la mère Michelle doit être équipée du système de freinage poids lourds PTAC 4 essieux 38 tonnes sous prétexte que les règles doivent être les mêmes pour tous peut-être ? On atteint là la dose critique du n’importe quoi en boîte, même un socialiste adoubé écolo ne ferait mieux. Il y a distinction dans le code de la route entre les véhicules motorisés ou non et c’est très bien comme cela. Non la règle n’est pas la même pour tous les véhicules et les vélos ne prennent pas l’autoroute, mais la règle est la même pour tous les individus qui prennent un vélo, ainsi que la même pour tous les individus qui prennent leur voiture. Hallucinant de devoir préciser cela. J’ai vécu à Paris un an et faisait chaque week end le trajet à vélo de porte d’Italie à la vallée de Cheuvreuse. Je peux certifier d’expérience que la proportion d’imbéciles reste la même, qu’ils soient à vélo ou en voiture, et oui il est logique d’arriver à 50% de responsabilité de chaque côté sans avoir à philosopher sur la fameuse définition de « fautif » qui est un terme juridique français quand la vidéo donnée est une vidéo suisse.

                      En Suisse, (voir ci dessous), indemnisation ne veut pas dire responsabilité. Il peut y avoir indemnisation partielle de l’assurance auto pour une responsabilité du cycliste. Donc dans plus de 50% des cas d’accident impliquant un vélo en Suisse, l’automobiliste EST RESPONSABLE, à moins bien sûr de contester les données fournies par les assurances. Je suis certain que l’un ou l’autre ici ne va manquer de s’y essayer…

                      ——
                      Collision avec une voiture : qui paie ?
                      Du fait du danger et de la supériorité des voitures face aux cyclistes, la loi prévoit les dispositions suivantes : l’assurance du conducteur impliqué dans un accident avec un vélo est tenue de participer aux frais du dommage, indépendamment de la question de la responsabilité. Mais attention : cette règle ne s’applique pas en cas de négligence grave de la part du cycliste. Si celui-ci ne respecte pas un stop parce qu’il a les yeux rivés sur son smartphone, il pourra difficilement affirmer que le conducteur a une part de responsabilité. Dans ce cas, la majeure partie des coûts serait supportée par l’assurance responsabilité civile privée du cycliste.
                      ——

    2. douar

      ça, c’est la version des pro-vélo: donc, il faut virer la voiture pour éviter ça.
      Problème, c’est qu’une simple gamelle en vélo, seul, être gravissime: tomber de tout son poids et c’est rarement anodin.
      Par expérience personnelle, je mets systématiquement un casque, au moins, en cas de gamelle ou rencontre avec un véhicule blindé, au moins, la tête sera protégée: un traumatisme cranien est vite arrivé.
      J’ai vu des cyclistes pédalant avec le masque sur le museau mais sans casque: problème manifeste dans la hiérarchisation des risques…

      1. ange et démon

        du temps de ma jeunesses (année 60) j’allais/nous allions en vélo à l’école et dans une grande ville, +/-1millions d’habitants déjà; mais nous respections le code de la route! nous restions derrière les voitures à notre place au feu-rouge, nous ne prenions pas les voie unique à contre-sens etc ;nous n’avions pas tous les droits! je pense que la mentalité vélo=écolo= j’ai-tous-les-droits sont pour beaucoup dans ces accidents

        1. Aristarkke

          Exact. Toute ma scolarité collège et lycée a été faite avec le vélo comme moyen de transport quelle que soit la météo (sauf neige et verglas, vraiment trop dangereux).
          Le bus urbain (plus long que le vélo pour cause de parcours différents) était considéré par mes parents comme un moyen ammollissant la condition physique…
          Et au collège, il y avait des circuits montés dans les cours de récréation ou espaces libres avec toutes les situations de priorité, etc… devant être sues par les cyclistes. Avec des gendarmes ou policiers en uniforme, ce qui impressionnait grandement les garnements !

          1. Dr Slump

            Ah les circuits dans la cour de récré, souvenirs! Comme je n’en ratais déjà pas une, c’est lors de l’initiation au code de la route que j’ai eu mon premier accident de voiture. A pédales bien sûr, mais avec les gendarmes en uniforme qui me faisaient les gros yeux je ne faisais pas le malin ^^

  2. Calvin

    La Chine des années 60, ka France des années 2020…
    Le parallèle inversé est bluffant.
    A force d’avoir formé des élus à l’enseignement de Mao, on en récolte le fruit.

  3. Higgins

    Désolé pour le point Godwin mais les nombreux thuriféraires de la petite reine doivent regretter l’heureuse époque de l’Occupation où Paris ne souffrait pas de l’emprise nauséabonde des véhicules à moteur.

        1. Pheldge

          Je crois que c’ec’est pour ce film que Jean Yanne avait détourné la critique de Jacques Siclier du Monde, qui faisait autorité : « un monument de bassesse » avait été repris sur les affiches comme « un monument, Jacques Siclier » … A cette époque, on pouvait encore rigoler !

  4. Sang-Lier

    Les compagnies aériennes s’effondrent, de même que les agences de voyages, les voitures sont stigmatisées au prétexte de pollution, mais pas les tankers.
    Il est envisagé de montrer patte blanche, covid négatif et pourquoi pas vaccin traçable pour passer les frontières, le vélo reste l’alternative « déplacements de proximité ».
    Au prétexte d’écologie, je discerne-là une forme d’assignation à résidence.

    1. Calvin

      « les voitures sont stigmatisées au prétexte de pollution, mais pas les tankers. »
      C’est parce que si on ne voit pas, ça n’existe pas.
      Les écolos sont de gros hypocrites.

      1. Batistouta

        Les « tankers » sont « stigmatisés » depuis au moins 20 ans, qu’est-ce que vous racontez !?
        Il y en a eu pleins des articles et de la propagande politique qui expliquent qu’ils polluent, qu’ils « dégazent » comme des gros dégueulasses en pleine mer et qu’ils font des marées noires.
        Une fois que les dictateurs verts en auront fini avec les avions qui seront définitivement cloués au sol et inaccessibles à la plus grande partie de la population, ils reviendront sur les tankers.
        La difficulté est que les tankers ne circulent pas sur le territoire national puisqu’ils ne font qu’en toucher les bords, qu’il y a des milliers de propriétés légitimes sur un tanker, que les hommes des États ont quand même une certaine nécessité de maintenir ouvert et possible le commerce international, et que l’interdiction et/ou la taxation des tankers nécessiteraient de grandes coalitions interétatiques.
        Mais ne vous inquiétez pas, l’avancée rapide du mondialisme finira probablement par exaucer vos vœux.

  5. hub

    Qu’on veuille développer, en plus plutôt qu’à la place, des moyens de transport alternatifs et pédalogiques, pourquoi pas ?
    Les « coronapistes développées dans tout Paris, en dépit du bon sens, et même en sens interdit, avec des croisements improbables, des priorités qui n’en sont plus, des feux rouges pour tous mais pas pour tout le monde : il faut avouer que les équipes de la mairie ont fait très fort pour, à la fois, développer des pistes et réduire le nombre de cyclistes par mort brutale…

    1. Calvin

      Sauf que le nombre croissant de tués ne sera pas considéré comme une faute (grave) de la Mairie, qui y répondra en diminuant encore plus la part de la voiture.
      Le but de la Mairie est simple : seuls les élus ont droit aux voitures, les autres de débrouillent.

      1. hub

        En fait, le travail de la Mairie sur la construction de ces pistes cyclables est juste inconscient, aberrant, mal pensé, etc. C’est du bricolage très mal fait, dans la lignée des poutres qui servent de banc public, etc. Tout est fait comme ça, à l’arrache, de bric et de broc…
        Tout le contraire en somme de Haussmann, ses belles et grandes avenues, claires, les façades propres et blanches, les vastes trottoirs…

      1. P&C

        C’est juste la traduction politique du délire du grand Paris.

        (et en plus, c’est débile… il y a déjà une grande conurbation en Europe : l’axe Rhénan, avec l’un des plus important sports : Rotterdam; Le havre est un nain à coté).
        Remarquez que dans le classement par importance des ports, Marseille est en 53 eme position, loin derrière Anvers et Hambourg…

        1. Pythagore

          Le plus débile, c’est surtout qu’ils pourraient faire les plus belles infrastructures du monde, tant que les ports sont sous la coupe des syndicats cela n’apportera strictement rien, et comme on connait la propension des politiques à se frotter aux syndicats, ce seront encore des dépenses pour des infrastructures rutilantes qui n’auront pas d’utilité.

      2. Lorelei

        Si son projet est le même que celui de la Métropole de Metz qui voulait annexer jusqu’à 25 km dans son giron pour absorber notre communauté de Communes. L’idée de ce panier percé était de récupérer les revenus de notre CC, pour le reste, pffff

      3. Calvin

        C’est un malentendu.
        Hidalgo voulait étendre Paris jusqu’à la merde.
        Ça a été mal compris.
        En tout cas, elle est en passe de réussir ce projet.

  6. Theo31

    Je fais du vélo le soir sur les berges du canal sans éclairage — j’ai juste des bandes réfléchissantes et un sifflet – car celui de la ville suffit. Les cyclistes que je croise ont des éclairages qui explosent les yeux (les joggeurs aussi) et obligent à s’arrêter pour éviter un accident. Il y a quelques jours, un de ces connards a voulu m’apprendre à vivre sur mon VTT. Il a été bien reçu.

      1. Theo31

        Non mais la prochaine fois, ça risque d’être la main dans sa gueule.

        Seul le proprio de la route a le droit de contester mon équipement. Vu qu’il n’y a pas de proprio…..

              1. Theo31

                Avec le réchauffement climatique qui fait baisser les températures (magie de l’écologie nationale socialiste), je suis peinard sur mon circuit depuis quelques jours. 😀

  7. Reddef

    Je suis cycliste, motard et automobiliste tous sont adaptés à une pratique mais ne sont aucunement concurrents .
    Je signale la pauvreté de le déplacement avec vèlo sur le réseau RER et SNCF.

    1. René-Pierre Alié

      C’est la sagesse même. Chaque moyen de transport est plus ou moins adapté selon la distance, le besoin et l’utilisateur. Sans oublier la marche, bien sûr. Mais ce n’est pas la sagesse qui guide nos édiles : c’est le pouvoir et l’abus de pouvoir, par le moyen de dresser certaines catégories de personnes les unes contre les autres. Les hommes contre les femmes, les élites contre les peuples, les peuples
      de couleur contre les occidentaux, les piétons contre les cyclistes, les
      cyclistes contre les automobilistes, les fumeurs contre les non-fumeurs, les
      pauvres contre les riches, les jeunes contre les vieux, les déshérités contre
      les héritiers, les enfants contre les parents, les partisans de ceci contre les
      opposants à cela…

      1. baretous

        «  »Chaque moyen de transport est plus ou moins adapté selon la distance, «  »

        ça c’était avant… Castex maire de Prades souhaitant que ses habitants aillent travailler à perpignan en vélo électrique……..40 km quand même.. 🙂

  8. Jacques Huse de Royaumont

    La hausse des accidents de vélocypèdistes ne m’étonne pas trop. Il n’ont pas leur pareil pour rouler à contresens, brûler les feux, les stops et les priorités, sans même évoquer les passages piétons. Ils ne se gênent pas non plus pour rouler sur les trottoirs, même lorsqu’une piste cyclable dédiée est présente. Dangereux pour les automobilistes, ils le sont aussi pour les piétons.
    Grâce à eux, le parvis de la Défense est devenu une jungle, où ces circulations dites douces, en ne respectant aucune, rend la vie des piétons dangereuse.

    Espérons que le général Hiver leur fera rendre les armes.

    1. toto17

      Je vais me faire un peu l’avocat du diable.

      Il faut constater que les aménagements routiers ont (presque) tous été conçus pour les automobilistes historiquement, et pas pour les autres.
      Ca pause le problème que vous soulevez : les cyclistes s’affranchissent de règles qui ne sont pas adaptés pour leur mode de déplacement.

      Pour s’en convaincre, il faut faire du vélo régulièrement.
      J’insiste : il faut tenter l’expérience.
      Et là, on se rend compte de plein de choses, oui de tout plein de choses qui ne vont pas du tout, du tout…
      Exemple vécu : Avez-vous longtemps envie de respecter un feu rouge qui ne laisse passer que des piétons, quand il pleut averse et quand il n’y a pas un seul putain de piéton à l’horizon ?
      Pour un vélo, c’est une torture, pour un automobiliste c’est une perte de temps.
      Néanmoins, ce feu rouge est nécessaire car les petits piétons éventuels ne passeraient quasiment jamais, toutes lancées que sont les voitures à cette endroit précis…

      Ma conclusion après de nombreuses années de pratique en très grande métropole (qui j’espère vous invitera à vous questionner ) :

      Les automobilistes sont comme handicapés par leur poids, la manœuvrabilité limité, leur encombrement, la difficulté à communiquer, un champs de vision et d’écoute largement amputé, le tout dans un milieu à l’espace disponible très limité et très riche en événements divers et variés…
      La plupart des automobilistes ne s’en rendent pas compte.

      Le vélo n’a pas tout ces problèmes, mais il en a d’autres, et pas des moindres non plus : à commencer par des bataillons d’humain qui ne savent pas faire de vélo en vrai !
      Il pense que faire des balades sur une piste cyclable de l’île de Ré, 5 jours par an et faire des trajets dans un milieu urbain tous les jours de boulots, c’est la même chose !
      La plupart des cyclistes ne se rendent pas compte des dangers qu’ils courent et font courir aux autres et pratiquent sans casque, sans éléments de visibilité (lumières, etc) même la nuit…sans respect des autres, à des vitesses non adaptées, etc…

      Pour couronner le tout, les élus ne comprennent rien pour l’essentiel : un coup de peinture pas chère et voilà une voie cyclable !

      => Alors, oui c’est la jungle.

      Remarque : Le vélo n’est pas une mobilité douce, c’est même tout le contraire !
      Les autos ne sont pas sympa avec le cycliste, les piétons ne sont pas sympas avec le cycliste, l’hiver n’est pas sympa avec le cycliste, les chaleurs de l’été ne sont pas sympa avec le cycliste, les canicules non plus, les aménagements urbains ne sont pas plus sympa que ça.
      Le stress est grand en vélo, le danger omniprésent.
      Mobilité douce mon cul !

      PS : je suis autant en vélo, qu’en auto.

      1. « les aménagements routiers ont (presque) tous été conçus pour les automobilistes historiquement, »
        Exact. Et on doit ensuite se demander pourquoi. Et là, on découvre qu’il y a de solides raisons, pratiques et économiques.

        1. Francis Kuntz

          dire cela relève quasiment du pléonasme. Ce serait comme dire « les pistes cyclables ont (presque) tous été conçues pour les vélos historiquement ».
          Je note cependant que depuis qu’on ne construit plus d’autoroutes en France, les bouchons ont explosé

          1.  » relève quasiment du pléonasme »
            En effet mais pas seulement ; le développement des villes, leur taille, densité, etc. dépend des moyens de communication et l’arrivée des automobiles a changé durablement leur physionomie. Je pense que c’est cet aspect qui était évoqué…

        2. Aristarkke

          Les Romains concevaient et exécutaient leur réseaux de voies dallées, d’abord pour le déplacement rapide des légions et leurs impedimenta (30 à 40 km/jour, ce qui était considérable) puis pour le commerce…

      2. René-Pierre Alié

        « Néanmoins, ce feu rouge est nécessaire car les petits piétons éventuels ne passeraient quasiment jamais, toutes lancées que sont les voitures à cette endroit précis… »
        Ce feu rouge n’est indispensable qu’en fonction de l’indiscipline de certains. À Londres, pour ne prendre que ce seul exemple, un clignotant orange est un signal d’arrêt absolu quand un piéton fait mine de s’engager sur le passage piéton – d’ailleurs, souvent sans même regarder, tant il a confiance dans ses compatriotes. Ici où j’habite, comme en Espagne, un passage pour piéton lui donne une priorité absolue. En France, la réglementite conjuguée à l’anarchie,l’une engendrant l’autre, fait de l’espace public un champs de bataille et de ses habitants des dégénérés.

        1. Theo31

          Je confirme, les automobilistes anglais s’arrêtent dès qu’un piéton met le pied sur le bitume. C’est assez angoissant. 😀

          En Grèce, c’est l’inverse : faut attendre qu’il n’y ait plus de voitures pour traverser.

          1. Aristarkke

            Le piéton n’est cependant prioritaire que sur les passages cloutés délimités par le marquage au sol, essentiel dans ce pays pour déterminer comment s’y comporter.

        2. Dr Slump

          Ah bon? Quand j’étais gamin, les piétons avaient intérêt à prendre les passages piétons et respecter les feux, un chauffeur de taxi et un bobby qui m’avaient vu traverser en ignorant l’un et l’autre me l’avaient vertement fait comprendre.
          Tout fout le camp, même chez sa majesté la reine d’Angleterre!

      3. Aloux

        « Avez-vous longtemps envie de respecter un feu rouge qui ne laisse passer que des piétons »

        Heu en ville le feu rouge sert aussi souvent à laisser passer d’autres voitures à une intersection. Ce qui n’empêche pas nombre de cyclistes de passer sans même ralentir. Je suis parfois surpris qu’il n’y ait pas plus de mort à Paris…

      4. Higgins

        Si les cyclistes respectaient les règles élémentaires du code de la route, il y aurait moins de problèmes. Un Stop est un stop, un feu rouge est un feu rouge, il n’est pas interdit de tendre le bras pour indiquer qu’on souhaite tourner, on tient sa droite, on ne roule pas sur le boulevard lorsqu’une contre-voie est disponible (boulevard des Invalides à Paris), etc,… L’inconscience de la très grande majorité des cyclistes est réellement impressionnante. Si les politiques n’avaient pas usé de démagogie et si les autorités régaliennes avaient été moins laxistes avec les abrutis, on n’en serait pas là. J’attends presque avec impatience qu’un de ces sombres imbéciles me bouscule en particulier si je suis sur un trottoir…
        Lorsque j’étais en primaire, nous avions quelques cours consacré au vélo sur la route. Rien de bien méchant mais le message était passé et bien passé.. Actuellement, c’est un vrai naufrage puisque tous les enfants passent l’attestation de sécurité routière avec les conséquences que l’on voit tous les jours. Il n’y a pas un crâne d’œuf qui se pose les bonnes questions quant au décalage entre l’intention et le résultat. Ce que les cyclistes vont gagner dans l’affaire, c’est de devoir un jour passer un permis et de rouler harnaché comme un chevalier. Bien fait pour eux. Dans la petite ville où j’ai grandi, je me souviens d’une fois où nous avions coulé un stop avec des camarades dans un quartier tranquille et l’engueulade qui avait suivi puisque le garde-champêtre (et oui, il y en avait un) nous avait surpris. Nous n’en menions pas large.

        1. René-Pierre Alié

          « L’inconscience de la très grande majorité des cyclistes est réellement impressionnante. »
          Souvent, c’est de la provocation, et non de l’inconscience.

        2. Aristarkke

          Hier soir à l’intersection de la rue des Plantes /rue d’Alesia, le Doblo sagement rangé derrière une voiture de police qui démarre lentement au feu vert…
          Un cycliste grille ostensiblement le feu rouge pour traverser le carrefour.
          Que croyez-vous qu’il advînt ???
          La voiture de police le laisse passer tranquillou…
          J’imagine que si ç’ avait été une moto ou voiture, le pilote pouvait faire son deuil de quatre points + prune…

          1. Lorelei

            La police l’arrête et après?
            -Messieurs, je n’ai aucun papier d’identité sur moi…
            -Vous nous suivez au poste pour vérification.

            4 heures de perdues pour les policiers, pas un point d’enlevé sur un quelconque permis, au mieux une amende de quelques dizaines d’euros. Et un citoyen mécontent de plus. Aucun intérêt.

        3. bok

          Je me demande combien de temps cela prendra aux politiques pour faire passer les vélocyclistes de « réserve de voix » à « contribuables à rentabiliser » (amendes, permis, plaque …).

          1. Batistouta

            Admettons que les politocards instaurent un permis vélo obligatoire (dont le passage serait forcément une pure formalité) et donc créent une base de données avec tous les personnes qui ont le « droit » officiel d’être cyclistes.
            Que pourront faire les policiers si une personne n’a pas de permis ? Ils vont saisir son vélo ? Lui coller une amende ? L’emmener au poste si elle ne peut pas prouver son identité ? Enlever des points sur le permis vélo si c’est un permis à point ? Ils n’auront pas fini d’arrêter des cyclistes alors…
            A part le fait de pouvoir coller des prunes un peu plus facilement (et encore c’est à réfléchir pour voir si c’est vraiment le cas) j’arrive pas à identifier ce que les hommes de l’État auraient à gagner à instaurer un permis vélo au final. Sachant que les amendes pour les cyclistes existent déjà aujourd’hui de toute façon.
            En plus, cette histoire de permis serait un sale coup porté à l’étendard de l’écologisme en matière de déplacement.

            A ma connaissance, le permis vélo n’existe d’ailleurs dans aucun pays du monde.

              1. Aristarkke

                Il n’y a pas, en guise de zakouski, une obligation de gravage indélébile du cadre du vélo avec une identification du propriétaire ?

                1. Higgins

                  Je crois bien que cette formalité est toujours obligatoire. Une petite plaque métallique gravée du nom du propriétaire entourant un tube du cadre du vélo doit être installée. Je crois que la mesure date de l’Occupation afin de lutter contre les vols de vélo mais c’est à vérifier.

                  1. René-Pierre Alié

                    Je me rappelle parfaitement cette plaque, sans doute en alu. Je me souviens également de ce que voler un vélo était un acte très grave, alors que c’est aujourd’hui monnaie courante. À ce sujet, le magnifique film de Vittorio de Sica, « Le voleur de bicyclette ».

                    1. René-Pierre Alié

                      J’ajoute qu’après avoir été volé deux fois d’un vélo, en France, j’avais renoncé à la petite reine. Ici, où j’habite maintenant, mon vélo reste le plus souvent adossé près de ma porte, dans la rue, dans même être attaché. Ma moto est accrochée avec un câble qui ne résisterait pas à la moindre des pinces coupantes. L’explication : ici, rien que des autochtones. L’immigration de masse est bien une malédiction, et je maudis ceux qui l’ont encouragée.

            1. Aristarkke

              « Sachant que les amendes pour les cyclistes existent déjà aujourd’hui de toute façon. »
              Elles existent mais sont plus faibles de montants que celles correspondantes pour les véhicules à moteur.
              On va « rire » quand les vélos à assistance électrique vont être catégorisés comme des véhicules à moteur…

        4. Rick Enbacker

          Et en plus la grande majorité ne sait pas pédaler. Combien j’en ai vu qui appuient le milieu de la plante des pieds au lieu de la pointe sur la pédale…

        5. Batistouta

          Vous savez tout mieux que tout le monde vous. Vous savez comment on doit se déplacer, comment on doit respecter le « code de la route », comment les enfants devraient être éduqués, qui a un pouvoir légitime de sanction, ce que l’État doit faire et ne pas faire, qui est inconscient et qui ne l’est pas, qui est un imbécile et qui ne l’est pas etc etc etc.
          Mais c’est bien, continuez à demander plus d’État, moins de « laxisme » pour reprendre votre mot, plus de règles, plus d’obligations et d’interdictions, mais après ne venez pas pleurer que vous vivez dans la misère puisque que vous n’avez rien le droit de faire, et que les hommes de l’État en profitent pour vous voler largement plus de la moitié de votre salaire.

          C’est à cause de gens comme vous qui prétendent réguler et encadrer la vie des autres – là où le libéral ne voit que la manifestation de la liberté individuelle qui est absolue en l’absence de préjudice causé à autrui – que les libéraux et tous ceux qui réclament la liberté se font marcher sur la tronche.

          NB : Pour ceux qui se demanderaient quelle serait la réponse libérale aux prétendus problèmes identifiés par monsieur, c’est : laisser faire, laisser le libre jeu du marché identifier les sources de difficultés et y apporter les corrections. Et je sais parfaitement qu’on est confronté ici en théorie pure au problème des biens communs (puisque les routes appartiennent à l’État, donc à aucun propriétaire identifiable), mais en pratique, plus de 100 ans d’utilisation des routes ont montré que le libre jeu du marché était largement capable d’apporter les corrections aux problèmes de sécurité et assimilé sans intervention de l’État.

      5. Gaeloup

        J’ajouterais que les incivilités des automobilistes sont assez peu souvent évoquées. Des fois dans des entrefilets de presse quand un cycliste professionnel se fait tabasser par un conducteur énervé. Mais je double un vélo pour lui couper la route en tournant à droite, le grand classique, j’ouvre ma portière sans contrôler dans le rétroviseur et peu importe si une bande cyclable longe à gauche (top 1 dans video gags), je klaxonne et serre le cycliste car bordel de merde il n’a qu’à emprunter la piste cyclable et peu importe s’il est dans son doit à rouler sur la route, je double sur départementale car je vais quand même pas attenfre car un vélo arrive en sens inverse, etc, etc, etc…

        1. Higgins

          Il y a du ménage à faire chez les automobilistes ne serait-ce que pour inculquer l’usage du clignotant qui tombe en désuétude. Mais il est nettement plus lucratif de courir après le Doblo qui roule à 82 km/h.

          1. Pheldge

            D’autant plus que quand le dit Doblo est marabouté, c’est la prune assurée … A toutes fins utiles, je rappelle au Papet que mon offre promotionnelle pour le desenvoutement est encore valide … 😉

      6. ange et démon

        « Avez-vous longtemps envie de respecter un feu rouge qui ne laisse passer que des piétons, quand il pleut averse ………………….. Le stress est grand en vélo, le danger omniprésent.
        Mobilité douce mon cul ! »
        donc dans ces conditions on ne prend pas le vélo 😉

        1. Pheldge

          J’ai eu deux accidents en vélo, dus à mon imprudence : remonter une file de voitures à droite, et ne pas respecter une priorité. Quand je vois les cyclistes prendre des sens interdits, et arriver à une intersection où ils ne sont pas attendus, à cause de ce sens interdit, j’ai peur pour eux …

  9. CYRIL VAILLY

    J’aime le terme de  » Mobilités douces « . Pour le vélo, c’est sympa lorsque l’on habite dans une ville bâtie à flanc de côteaux !

  10. Rupert

    Je circule à vélo à longueur d’année depuis environ 6 ans et parcours plus de 6000 km par an, essentiellement en région parisienne. Ce moyen de transport constitue en effet pour moi, célibataire et sans enfants, la solution la plus pratique, la plus rapide et la moins onéreuse du marché; j’ai vendu ma voiture en 2003 et fini par résilier mon abonnement Navigo, lassé des grèves et des « personnes sur les voies » aux heures de pointe. Avec un minimum de sens commun (matériel et tenues adaptés, emprunt systématique de voies cyclables ou peu encombrées, respect des priorités, des feux rouges et en général des autres usagers), il est parfaitement possible de rouler d’un point A vers un point B éloignés de 1 à 50 km sans embêter le reste du monde et en toute sécurité. Ne nous mettez donc pas tous dans le même sac s’il vous plaît. Cela étant dit, l’activisme pro-cycliste de la Mairie de Paris me paraît relever de la plus pure démagogie, de même que les différentes « aides » que la majorité des cyclistes, me semble t-il, n’ont jamais sollicitées. Je crois que la liberté de se déplacer sans permis de faire du vélo, sans plaque d’immatriculation, sans carte grise et sans masque est exceptionnelle dans la société de plus en plus restrictive et socialiste qui est notre lot.

    1. Dr Slump

      Témoignage qui montre par l’exemple comment toutes les mesures prises par l’état et la ville influencent les comportements. De gré ou de force, les gens sont de toute façon contraint de s’adapter, quitte à régresser vers des moyens de locomotion datant d’avant-guerre. A quand le retour des triporteurs chez les artisans?
      Si Castrex dit souhaiter que les habitants de Prades aillent à Perpignan en vélo électrique, 40 bornes, on peut se dire qu’il est sérieux, et qu’il inventera des règlements, des arrêtés et des tracasseries qui emmerderont les pradois… mais qui déménageront. Ils ne vont pas se taper la route à vélo, faut quand même pas déconner!

        1. Dr Slump

          Je reprenais les dires de baretous 18h21 plus haut, et vérification faite, Castex a vraiment dit ça devant un sénat médusé:

          https:/ /www.la-clau.net/info/13686/castex-dans-10-ans-on-pourra-aller-de-prades-a-perpignan-en-velo-pour-travailler

          Quand je disais qu’il était sérieux, je ne l’étais moi-même qu’à moitié, mais en fait, il l’est tout à fait cet ahuri! As-ton déjà entendu pareille clownerie?

              1. Dr Slump

                Oh l’erreur! Plus qu’une faute, c’est un crime! ^^
                Pas d’excuse de smartphone, c’était tapé avec le clavier en plus. Mais bon, à 23h30, après l’apéro et tout ce qui s’ensuit.

              2. René-Pierre Alié

                Tu n’a pas compris. C’est un message codé, un signe de reconnaissance chez les nombreux disciples d’Akhenaton, qui ont pour but de dominer le monde. Docteur, tu t’es trahi !

                  1. Aristarkke

                    Ça sent plutôt le melting-pot de souvenirs si lointains dans ta vieille mémoire : caramba, encore raté, c’est chez Hergé: L’oreille cassée avec Tintin et Milou (tu vises toujours trop à droite)

                    1. Pheldge

                      Major, je suis d’accord sur la citation de l’ancêtre, mais là c’est »damned » pas « caramba »

                    2. Aristarkke

                      Cela dit, la version originale de l’oreille cassée date des années 30 alors que l’œuvre de Morris est beaucoup plus récente, même si ce n’est pas tout jeune non plus.
                      Ce doit être un clin d’œil du deuxième au premier ! 😛

  11. Deres

    Le plan de « relance » se déroule exactement comme prévu. Cet article le montre bien ..

    https:/ /www.leblogauto.com/2020/09/comite-national-hydrogene-starting-blocks.html

    On voit bien que la priorité est que le « Comité national de l’hydrogène « s’installerait prochainement ». ».

    Autrement dit, le grassouillet milliard prévu pour l’hydrogène va en premier lieu servir à créer une administration dédiée. Laisser moi imaginer … dirigée par un énarque méritant, avec des locaux prestigieux dans Paris. Dans quelques années on aura droit au scandale des frais de taxi mirobolants le weekend pendant les absences du chauffeur de la voiture de fonction pour le ou les directeurs du comité. Avec un milliard de budget par an pour l’hydrogène, compter sur 50 millions de frais de fonctionnement par an qui vont monter rapidement à 100 millions.

    Cette histoire se répète tout le temps en France. Pour donner des exemples connus, il y a le comité pour organiser les jeux Olympiques à Paris, le comité pour le métro du Grand Paris, le comité d’organisation pour la restauration Notre-Dame, … Toute occasion est bonne pour créer une nouvelle administration avec quelques placards dorées à la clé.

    Quand au sujet de l’hydrogène, la réaction d’Airbus est parlante. Le premier jour ils ont expliqué que ce n’était pas possible pour les avions et qu’il fallait plutôt travailler sur la synthèse du kérozène à partir du CO2. Puis ils ont réfléchit et se sont dit que Paris valait bien une messe. Ils ont donc sorti de jolis images de synthèse et dit qu’ils voulaient bien en échange recevoir quelques centaines de millions d’euros pour leur bureau d’étude… Quand l’Etat distribue de l’argent, il faut être idiot pour ne pas le prendre.

    1. Deres

      Noter bien que ce nouveau comité était indispensable, car nous n’étions doté que de l’agence France Stratégie et que d’une douzaine d’administrations travaillant sur le futur et l’innovation. Et le commissariat au plan spécial Bayrou n’est pas encore actif… il aurait été idiot de surcharger de travail ces administrations existantes qui ont donné toutes les réussites mondiales que nous connaissons dans les nouvelles technologies !!!

      Et au sujet d’Airbus, ce qui est amusant, c’est que les images de synthèse ont mis une grosse semaine a être produite alors qu’ils parlent d’un avion peut être en 2035. C’est donc vraiment juste de la com’ pour faire plaisir au gouvernement et faire grossir sa part du butin.

      1. Deres

        Ce que je trouve amusant est le parallèle entre le gouvernement français qui décide de lâcher des milliards sur l’hydrogène et la découverte aux USA que les camions à hydrogène de Nikola était une énorme arnaque cherchant à imiter Tesla. On en revient à Anne Lauvergeon qui achetait des mines d’uranium fantômes car c’était la mode.

      2. Pythagore

        Boah disons que s’ils arrivent à relancer le nucléaire sous prétexte de faire de l’hydrogène, cela sera tjs ca de gagné parce que sinon préparez vous à des gros problèmes.
        Qd à Airbus, déjà ds les années 90 et probablement avant, ils avaient déjà des coupes d’avion avec des grosses bonbonnes de gaz, donc, cela n’a pas du être difficile de recycler les graphiques. Tous les avionneurs produisent régulièrement des schémas d’avions fantastiques qui n’existeront jamais.

    2. Aristarkke

      J’ai en mémoire un article (vers 2015/2016 début d’année) de Monseigneur à propos de la construction /gestion d’un réseau internet par fibre optique dans une communauté de communes du Sud ouest où le budget initial évalué pour la totalité de l’opération, avait été bouffé notamment par des bureaux grand standing, voitures de fonction, etc… sans que le premier bout de réseau ait été installé à ce moment là…

    1. Nemrod

      Déjà ici le mec qui pose le gosse dans les bras de la bonne femme pour aller bosser …ça passe pas les fourches caudines progressistes.

  12. Husskarl

    Au pays des libertés, voici que l’école a la maison sera interdite, sous prétexte de l’islam bien sûr. Allez, encore une liberté en moins…

      1. Theo31

        Libéral à la sauce Pétain. Notez que le maréchal avait fait remettre à l’honneur l’instruction publique car voyez-vous, c’était trop fasciste.

  13. Higgins

    Autre HS plus inquiétant : https:/ /lecourrierdesstrateges.fr/2020/10/02/comment-la-securite-sociale-va-se-transformer-en-big-brother/

  14. René-Pierre Alié

    Pas vraiment HS, puisque le sujet de la fraude sociale a été évoqué dans le billet du 11 septembre. Charles Prats est invité à une émission de TV Libertés enregistrée le 7 octobre prochain. Je vais m’y rendre, et me demandais si certains d’entre nous s’y rendraient également – histoire de (fuck the Covid) se serrer la pince, préalablement aseptisée.

    1. Dr Slump

      Mdr, on te donnerait le bon dieu sans confession, mais en fait c’est toi qui transporte la chouffe et les guns, dans ton Doblo là! Excellente couverture!

    2. Pheldge

      Et je tiens à préciser que c’est par pur désintéressement et bonté d’âme, que j’ai honoré le Doblo -ppourtant marabouté- de mon auguste présence … 😉

  15. Foufou-dingue

    J’ajouterais que ces cyclistes sont souvent jeunes et en bonne santé, ce sont des réservoirs de pièces détachées pour le futur transhumanisme, je les appelle donc des donneurs d’organes. Et comme dit le charognard Attali, demain on fera commerce de son corps

      1. Dr Slump

        Non, de sa force de travail. Nuance, mais de taille : ton corps ne devient pas pour autant propriété de l’entreprise.
        Après, la question du salariat vu comme une forme de dépendance, voire d’asservissement, c’est un autre débat.

      2. Pythagore

        Vous laissez votre corps à l’entreprise quand vous rentrez chez vous le soir ?
        Votre corps reste votre propriété il me semble.
        Un contrat de travail est un échange de bien immatériel contre rémunération.

  16. Murps

    Pourquoi tant de « maipri » pour le Doblo ?
    L’usage du Doblo pour les tâches de tous les jours n’est pas sans noblesse.
    Vous allez finir par vous attirer des plaintes des minorités roulant en Doblo à force d’être « maiprizants ». Vous ne préférez pas le Multipla plutôt pour changer ?

    1. Pheldge

      Bin, il me semble que les minorités, enfin, celles issues de la diversitude joyeuse, elles ont une nette préférence pour les berlines allemandes … 😉

      1. Le Gnôme

        La diversitude a du mal à se mettre au vélo, c’est bon pour le bled, ici, il faut paraître pour être considéré, et une trottinette ne pose pas son homme.

        1. RV

          Il faut surtout paraître et se la péter quand on est au bled quitte à louer la berline allemande pendant le mois de vacances. Le vélo n’est bon que pour les blédards.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.