Les problèmes du candidat Zemmour

Depuis ces deux ou trois dernières semaines, la pandémie n’occupe plus la première place dans les esprits épuisés par le Niagara constant d’hystéries sanitaires qu’on nous déverse sans relâche depuis plus d’un an et demi par un matraquage médiatique sans précédent. Et alors que la fatigue des médias commence à se sentir sur ce trop vaste sujet, de sa gestion réellement exemplaire par un gouvernement intellectuellement au mieux de sa forme, pouf, Éric Zemmour déboule dans le PAF.

Il montait, il montait, depuis plusieurs mois et il lui aura fallu mesurer l’engouement pour ses idées et ses propositions pour qu’il se lance véritablement dans la course. Oh, bien sûr, rien n’est encore officiel mais on comprend que ce n’est qu’une question de jours, de semaines tout au plus, avant qu’il n’officialise sa candidature à la présidence de la République pour les élections d’avril 2022…

Au vu des derniers sondages, le journaliste puis éditorialiste puis débatteur télévisuel à la rhétorique bien huilée aurait tort de se priver d’une telle campagne : on murmure qu’il pourrait avoir, dès à présent, plus de 15% des voix lors d’un premier tour hypothétique, voire dépasser Marine Le Pen et son Rassemblement national, jusqu’à présent donnée comme certaine dans un second tour contre un candidat Macron qui semble indéboulonnable avec un score obstinément fixé autour de 25% …

Une ascension pareille n’est pas sans rappeler l’intérêt que suscitait un Delors ou un Balladur lors de précédentes campagnes présidentielles qui se terminèrent assez vite cependant. Il n’en reste pas moins que le discours actuel d’Éric Zemmour séduit.

Il séduit d’autant plus que ce discours est populiste, par définition, puisqu’il oppose le peuple à l’élite qui le dirige actuellement et ne tient plus compte de ses aspirations réelles.

De ce point de vue, l’éditorialiste ne se trompe pas de beaucoup : il y a effectivement un décalage de plus en plus dangereux entre ce qu’une petite partie des dirigeants désire et met effectivement en place, et ce que la masse entend pouvoir faire sans y parvenir, ne trouvant dans les politiciens actuels aucun relais efficace de leurs opinions ou de leurs aspirations.

Dès lors, Zemmour joue la partition objectivement efficace du non-politiquement correct : non seulement, cela donne un discours audible, mais en plus cela lui permet de parler à une quantité très importante d’électeurs qui n’en peuvent plus des discours à la fois creux et policés jusqu’à l’absurde, qui n’ont plus aucune prise sur le réel.

Ce faisant, il redonne de l’importance à des thèmes (sécurité, primauté des valeurs relativement familiales et sociales à la fois traditionnelles et conservatrices françaises, importance du sol, de la culture) qui sont soigneusement évités par tous les autres candidats… et qui se retrouvent maintenant à aborder ces thèmes en catastrophe devant le succès de Zemmour.

En fait, il se place ici comme porte-voix de ceux qui sont les cibles régulières des médias de la gauche boboïde, accompagnés de toute une classe citadine qui confond sa culture relative avec l’intelligence ou le bon sens et qui méprise, souvent ouvertement voire outrageusement, cette partie du peuple à laquelle cette gauche et ces citadins ne veulent surtout pas être mélangés. Zemmour agit ici sans même s’en cacher exactement comme Trump l’avait fait en 2016 avec ceux que Hillary Clinton avait qualifiés de « deplorables ».

Du reste, la leçon de 2016 ne semble pas avoir porté puisque les médias français ne prennent guère plus de pincettes, même devant cette stratégie avouée par Zemmour, en lui donnant ainsi implicitement raison.

De la même façon que Trump, Zemmour a aussi compris qu’il fallait limiter le nombre de problématiques que ses thèmes de campagne devaient aborder. Ici, il veut essentiellement redonner sa grandeur à la France (dans une sorte de « Make France Great Again »), en travaillant à fournir une solution à la fois concrète, plausible et suffisamment simple pour qu’elle puisse être appréhendée de tous ses futurs électeurs.

Ceci posé, cela n’évitera pas de sérieux obstacles sur la route d’Éric Zemmour.

D’une part, au contraire assez évident du Trump dont il veut mimer la campagne, il n’a jamais été entrepreneur à succès et ne connaît pas grand-chose du monde de l’entreprise. Pour lui, la plupart des problématiques actuelles de l’entrepreneuriat en France sont assez ésotériques et même s’il comprend quelques principes de base, il lui sera difficile de toucher du doigt tout le kafkaïesque de la bureaucratie ou de la fiscalité française délirante par exemple. Il lui faudra donc faire beaucoup d’efforts pour apprendre et convaincre qu’il a compris ce qu’il avait appris.

D’autre part, si Zemmour, à l’instar de sa référence américaine, propose une sorte de protectionnisme français, cela ne peut pas constituer un programme à lui tout seul et ce d’autant plus que la France n’est pas l’Amérique et n’a ni son marché intérieur, ni sa puissance de frappe commerciale, loin s’en faut. L’exercice budgétaire expliquant comment il entend financer une partie de ses idées reste à faire et il n’aura pas le droit à l’erreur sur ce sujet.

Mais surtout, Zemmour souffre d’un problème de crédibilité dans son rapport à l’entrepreneuriat, la fiscalité et le rôle de l’État français.

En effet, pendant des années, il a pontifié à longueur de plateau sur un libéralisme dont il a utilisé la non-définition usuelle de toutes les radios, toutes les télés et toutes les rédactions françaises… En 2014, j’observais assez consterné que Zemmour s’employait à parer la gauche d’un libéralisme débridé voire un libertarianisme surdéveloppé. Et je n’étais pas le seul du reste, puisque comme le faisait aussi remarquer Charles Gave à la même époque, il confondait et confond encore généreusement libéralisme et interventionnisme d’État tous azimuts, voire avec le capitalisme de connivence.

Zemmour faisait alors les mêmes amalgames idiots et utilisait les mêmes sophismes débiles (libéralisme = caca, gauche = caca, donc gauche = libéralisme) que toute la gauche et la droite dans une belle unanimité française lorsqu’il s’agit de trouver un ennemi à la fois simple (il est unique) et commode (personne n’en prend plus la défense).

C’était grotesque à l’époque, ça l’est toujours alors que notre candidat putatif nous serine que le libéralisme détruit les structures traditionnelles :

Cependant, étant maintenant passé de l’autre côté des plateaux télé, Zemmour, qui a bien compris qu’il va devoir – comme il l’explique lui-même – aller attraper les voix de la bourgeoisie patriote de droite, se doit donc de policer nettement son discours notamment vis-à-vis des entreprises et ne peut pas prôner sans faire tiquer un État omnipotent et interventionniste comme il le faisait jusqu’à présent avec gourmandise. Et s’il se gargarise de Napoléon, peut-être va-t-il devoir songer plus souvent au III, nettement plus libéral que le premier, s’il veut conquérir un tant soit peu d’électeurs chez Les Républicains.

Ce positionnement promet d’être intéressant, et pourrait à l’avenir pimenter son avis sur Michel Barnier, apparatchik typique lui aussi dans la course :

https://twitter.com/aymbld/status/1445801681271279617

Et si l’on doit clairement s’interroger sur la cohérence de Barnier, on devra au moins évoquer la question pour Zemmour alors qu’il a conspué le libéralisme et le « moins d’État » sur les 10 dernières années.

Au passage, c’est aussi pour tenter de rassembler le plus largement possible qu’il n’évoque en rien les dispositions sanitaires ahurissantes mises en place par Macron. C’est peut-être tactique, mais c’est surtout fort troublant, inquiétant même alors que le pays s’enfonce chaque jour plus loin dans la dictature, de savoir qu’il pourrait finalement très bien s’en accommoder une fois au pouvoir, au point qu’on se demande s’il ne serait pas si bruyamment adulé par la presse précisément dans ce but là…

Il existe enfin un dernier obstacle, de taille, pour le frétillant éditorialiste : lorsque Trump s’est lancé, il pouvait espérer dans son parcours le ralliement de tout le Parti Républicain une fois les primaires remportées. C’était un pari audacieux, mais bien mené, il savait qu’il aurait toute l’équipe derrière lui s’il le remportait.

Ici, la situation est fort différente : Zemmour s’inscrit clairement en dehors des partis traditionnels, à l’instar d’un Macron de 2016 qui avait pour lui de ne bousculer que quelques partis vieillissants. Dans une présidence Zemmour, sauf à considérer une compromission du candidat, ceux qui ont soutenu Macron en 2016 auraient beaucoup de mal à retrouver leurs billes. Et surtout, aucun des partis auquel l’éditorialiste entend piquer de grosses portions d’électeurs n’a d’intérêt à venir le soutenir en fin de compte : la façon dont sont financés les partis politiques et les tambouilles électorales actuelles garantissent que ni LR, ni RN ne lâcheront le gâteau pour le laisser à Zemmour qui risque surtout de se retrouver avec des miettes.

Si l’on peut sans mal reconnaître à Éric Zemmour le mérite de changer le sujet d’actualité et de modifier la dynamique électorale à venir, on ne pourra cependant guère trouver de quoi se réjouir pour le pays qui, souffrant toujours d’une suradministration et d’une surfiscalisation mortelle, n’offre actuellement aucun candidat solide prêt à le nettoyer de ses chancres.

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires531

  1. Aristarkke

    HS : lu il y a un ou deux jours un article relatant que la production de PV routiers avait été médiocre en 2020, fatalement. Mais que celle de 2021 ne serait guère mieux et, en tout cas, toujours nettement inférieure à celle de 2019 qui reste donc le « record » à battre.
    Conclusion provisoire : mankdethunes en germe!!!

    Que croyez-vous qu’il advient : cet après-midi, je monte à Lille pour un petit chantier chez ma mère. Trois zones de chantier d’entretien sur l’A1, i.e. cônes sur trois ou quatre voire cinq kilomètres, une voie de moins et avec réduction de vitesse de 130 à 110…
    Et au milieu à peu près dans un des points d’accès réservés aux FDO, dépanneurs, etc… une bagnole de gendarmerie avec jumelles et/où banalisée avec radar sur le pare-choc. Ceci pour les trois zones…
    En revanche, grave manquement au rendement par l’absence de flicaille à un de leur point favori de guet entre le parc Astérix et la sortie vers Senlis…

    1. Higgins

      Surtout que si pruner des gens qui roulent à 10 km/h au-dessus de la norme avait un impact sur la mortalité routière, ça se saurait.

    2. Léo C

      Ils se placent où ça rapporte, non où cela est nécessaire ou souhaité.

      Il y a quelques années, autoroute A7, entre Avignon et Cavaillon, un tronçon passe de 130 à 110 sans aucune justification (absence totale de travaux ou d’obstacles, aucune présence humaine) avec un gentil radar placé 200 m après le panneau de réduction de vitesse.

      Bingo !

      La colère jaune de 2018 avait vu ces auxiliaires routiers de la prédation fiscale un peu malmenés.

      La prochaine fois risque d’être un peu plus comique.

      1. Balthazar

        La règle du jeu a été au loins validée par les représentants du Peuple. À celui ci de choisir des représentants qui changeront les règles de ce jeu.
        Donc soit le Peuple ne sait pas ce qu’il veut, soit es dès son pipes.
        À Paris,l’ensemble des délires que la ville subit sont mis en place pour séduire 60.000 électeurs Khmers verts sur plus d’un million d’inscrits et deux millions d’habitants…

    3. MCA

      De tte façon à force d’augmenter les carburants, ça devrait moins rouler donc mathématiquement les recettes devraient maigrir…..snif!

      1. MCA

        Moi je l’ouvre sans problème…

        Sinon cet interview figure dans « Livre Noir » « Zemmour Président  » avec Geoffroy Lejeune.

        C’est un interview remarquable où on y découvre la face cachée de la machine Zemmour et notamment un réponse à la question que je me posais : « qui le finance à hauteur de 25 milliards d’E nécessaires pour être présent au second tour ».

        Ce n’est pas dit ouvertement, mais Bolloré serait de la partie que ça ne m’étonnerait guère.

          1. Yanka

            Macron faisait l’unanimité. Zemmour, pardon, mais pas vraiment en dehors de Cnews et Europe 1 (Bolloré) et Valeurs Actuelles à cause de Geoffroy Lejeune, Tugdual Denis et sainte Charlotte d’Ornellas. Le reste ne manifeste pas vraiment une grande sympathie, même pas le Figaro où il a de solides inimitiés (dont Stéphane Durand-Soufflant, le chroniqueur judiciaire, qui le hait à mourir).

            Donc, pas de mise en scène.

              1. Yanka

                Ce n’est pas une opinion, mais un fait (hostilité à Zemmour en dehors de quelques médias, tandis que Macron séduisait tout le monde sauf chez V.A.), et « donc » n’est jamais qu’une petite conjonction de coordination exprimant la conséquence ou la conclusion (au sein d’un raisonnement comme d’une opinion même bégayée de gueux), rien de plus, rien de moins.

                Une « mise en scène » semble suggérer une organisation préalable, même si rien n’empêche une mise en scène improvisée, un équivalent théâtral ou cinématographique de la jam session, assez rare en dehors de l’art scénique de l’improvisation. Elle laisse aussi suggérer quelque chose de moins sympathique, comme un long et patient huilage d’anus avant pénétration brutale, et là, je demande des explications, pas des soupçons.

                On voulait un Fox News à la française et Cnews prend cette direction, toutes proportions gardées tout de même. Qu’une pareille chaîne soutienne Zemmour qui a contribué à en faire quasi l’égal de BFM, rien d’anormal. Mais on insinue, si je comprends bien, que le produit Zemmour est lancé par des investisseurs, tandis que moi que j’affirme que Zemmour est seulement soutenu par iceux, et qu’il s’est lui-même lancé comme produit.

                1. Non, vous continuez et utilisez les arguments types d’un groupie : l’opinion des médias est sans importance. La couverture médiatique (bonne ou mauvaise) est essentielle.

                  Et il y a eu et il y a encore une organisation préalable. Il faut 25M pour faire campagne en France environ : vous pensez que Gave paiera ? Allons. Zemmour, c’est Bolloré qui ne peut pas encadrer Drahi (c’est BFM). On assiste simplement à une bascule d’un complexe politico-médiatique qui mettait Macron en avant à un autre, qui met Zemmour en avant, c’est tout.

                  Zemmour, comme Macron, n’avait pas de thunes pour commencer. Pouf, comme Macron, des financiers bien intentionnés lui volent à l’aide.
                  Zemmour, comme Macron, n’avait aucune équipe de campagne. Pouf, comme Macron, des énarques se sont assemblés à sa rescousse.
                  Zemmour, comme Macron, n’a pas de relai de terrain. Pouf, comme Macron, des « jeunes » et moins jeunes se retrouvent à faire la retape sur les réseaux sociaux.
                  Zemmour, comme Macron, n’a pas de programme jusque tard dans sa campagne. Pouf, comme Macron, il va en trouver un d’ici janvier.
                  Zemmour, comme Macron, ne se présente pas comme candidat jusque tard dans la campagne. Pouf, comme Macron, il se déclarera le meilleur moment pour créer encore plus de buzz.
                  Zemmour, comme Macron, a commencé avec une couverture médiatique importante. Pouf, à l’inverse de Macron, il serait détesté par la presse (qui en parle tout autant).

                  Le tableau a bien du mal à faire penser à autre chose qu’une belle préparation. La fable d’un mouvement « spontané », grassroot, venant de la base et faisant monter un leader naturel n’est que ça, une fable. C’est la même fable qui voudrait qu’on soit en démocratie, que le procès Fillon n’était pas honteusement téléguidé, que les gens votent et qu’on tient compte de leur vote, que le scrutin est sans tache, que les comptes de campagne sont auscultés, etc.

                  1. durru

                    Il faut quand même bien admettre, Patron, que le Z n’a pas la même stature intellectuelle que Macron (ou plutôt l’inverse…). Et ça aide pour rendre la chose naturelle, même si elle ne l’est pas tout à fait.

                    1. Attention : je n’ai pas écrit ni même pensé ou laissé supposer que l’engouement pour Z était fictif, ce n’est pas de ça qu’il s’agit ici. Je n’ai pas non plus parlé des défauts ou qualités intrinsèques de Z.

                    2. durru

                      Ah, désolé, je ne voulais laisser entendre ça. Je voulais juste dire que l’attitude de Yanka, comme celle de beaucoup d’autres comme lui, est ainsi compréhensible, en tout cas mieux que celle des groupies de Macron il y a cinq ans.

                    1. Nemrod

                      De toute façon le système est si bien verrouillé que l’homme providentielle sauveur de la France…à la Jeanne d’arc c’est romantique mais peu crédible.
                      Que Bolloré soit derrière c’est probable.
                      Son simple nom ulcère les gaucho bobos…c’est déjà ça.
                      C’est un peu comme Trump, vous dites Bolloré et ils éructent…ces chiens de Pavlov modernes.

                  2. Pythagore

                    +1, excellent. Oui, c’est tt sauf de l’amateurisme, c’est évident. Une chose ds les financements que je ne comprend pas malgré tt. Je croyais que les dons étaient limités à ~8000eur/pers ou qq chose comme ca. Si Gave donne 300.000, ca sort des clous. Comment est-ce possible ?

  2. Jack

    Et sa logorrhée sur le libéralisme ne serait-elle pas plutôt à orienter sur le progressisme? Et qu’ici libéralisme serait n abus de kabgage ?

    Je ne vois rien de relatif au libéralisme économique, mais tout est en revanche potentiellement à lier avec ce principe tant adulé par la gauche.

    1. C’est possible mais justement, ce n’est pas dit. Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup comme disait une célèbre alcoo pardon socialiste.

      1. Jack

        C’est vrai, le flou savamment entretenu n’est jamais bon signe. Peut-être mon envie de voir enfin quelqu’un qui tienne un tant soit peu la route.

Laisser un commentaire