Les problèmes du candidat Zemmour

Depuis ces deux ou trois dernières semaines, la pandémie n’occupe plus la première place dans les esprits épuisés par le Niagara constant d’hystéries sanitaires qu’on nous déverse sans relâche depuis plus d’un an et demi par un matraquage médiatique sans précédent. Et alors que la fatigue des médias commence à se sentir sur ce trop vaste sujet, de sa gestion réellement exemplaire par un gouvernement intellectuellement au mieux de sa forme, pouf, Éric Zemmour déboule dans le PAF.

Il montait, il montait, depuis plusieurs mois et il lui aura fallu mesurer l’engouement pour ses idées et ses propositions pour qu’il se lance véritablement dans la course. Oh, bien sûr, rien n’est encore officiel mais on comprend que ce n’est qu’une question de jours, de semaines tout au plus, avant qu’il n’officialise sa candidature à la présidence de la République pour les élections d’avril 2022…

Au vu des derniers sondages, le journaliste puis éditorialiste puis débatteur télévisuel à la rhétorique bien huilée aurait tort de se priver d’une telle campagne : on murmure qu’il pourrait avoir, dès à présent, plus de 15% des voix lors d’un premier tour hypothétique, voire dépasser Marine Le Pen et son Rassemblement national, jusqu’à présent donnée comme certaine dans un second tour contre un candidat Macron qui semble indéboulonnable avec un score obstinément fixé autour de 25% …

Une ascension pareille n’est pas sans rappeler l’intérêt que suscitait un Delors ou un Balladur lors de précédentes campagnes présidentielles qui se terminèrent assez vite cependant. Il n’en reste pas moins que le discours actuel d’Éric Zemmour séduit.

Il séduit d’autant plus que ce discours est populiste, par définition, puisqu’il oppose le peuple à l’élite qui le dirige actuellement et ne tient plus compte de ses aspirations réelles.

De ce point de vue, l’éditorialiste ne se trompe pas de beaucoup : il y a effectivement un décalage de plus en plus dangereux entre ce qu’une petite partie des dirigeants désire et met effectivement en place, et ce que la masse entend pouvoir faire sans y parvenir, ne trouvant dans les politiciens actuels aucun relais efficace de leurs opinions ou de leurs aspirations.

Dès lors, Zemmour joue la partition objectivement efficace du non-politiquement correct : non seulement, cela donne un discours audible, mais en plus cela lui permet de parler à une quantité très importante d’électeurs qui n’en peuvent plus des discours à la fois creux et policés jusqu’à l’absurde, qui n’ont plus aucune prise sur le réel.

Ce faisant, il redonne de l’importance à des thèmes (sécurité, primauté des valeurs relativement familiales et sociales à la fois traditionnelles et conservatrices françaises, importance du sol, de la culture) qui sont soigneusement évités par tous les autres candidats… et qui se retrouvent maintenant à aborder ces thèmes en catastrophe devant le succès de Zemmour.

En fait, il se place ici comme porte-voix de ceux qui sont les cibles régulières des médias de la gauche boboïde, accompagnés de toute une classe citadine qui confond sa culture relative avec l’intelligence ou le bon sens et qui méprise, souvent ouvertement voire outrageusement, cette partie du peuple à laquelle cette gauche et ces citadins ne veulent surtout pas être mélangés. Zemmour agit ici sans même s’en cacher exactement comme Trump l’avait fait en 2016 avec ceux que Hillary Clinton avait qualifiés de « deplorables ».

Du reste, la leçon de 2016 ne semble pas avoir porté puisque les médias français ne prennent guère plus de pincettes, même devant cette stratégie avouée par Zemmour, en lui donnant ainsi implicitement raison.

De la même façon que Trump, Zemmour a aussi compris qu’il fallait limiter le nombre de problématiques que ses thèmes de campagne devaient aborder. Ici, il veut essentiellement redonner sa grandeur à la France (dans une sorte de « Make France Great Again »), en travaillant à fournir une solution à la fois concrète, plausible et suffisamment simple pour qu’elle puisse être appréhendée de tous ses futurs électeurs.

Ceci posé, cela n’évitera pas de sérieux obstacles sur la route d’Éric Zemmour.

D’une part, au contraire assez évident du Trump dont il veut mimer la campagne, il n’a jamais été entrepreneur à succès et ne connaît pas grand-chose du monde de l’entreprise. Pour lui, la plupart des problématiques actuelles de l’entrepreneuriat en France sont assez ésotériques et même s’il comprend quelques principes de base, il lui sera difficile de toucher du doigt tout le kafkaïesque de la bureaucratie ou de la fiscalité française délirante par exemple. Il lui faudra donc faire beaucoup d’efforts pour apprendre et convaincre qu’il a compris ce qu’il avait appris.

D’autre part, si Zemmour, à l’instar de sa référence américaine, propose une sorte de protectionnisme français, cela ne peut pas constituer un programme à lui tout seul et ce d’autant plus que la France n’est pas l’Amérique et n’a ni son marché intérieur, ni sa puissance de frappe commerciale, loin s’en faut. L’exercice budgétaire expliquant comment il entend financer une partie de ses idées reste à faire et il n’aura pas le droit à l’erreur sur ce sujet.

Mais surtout, Zemmour souffre d’un problème de crédibilité dans son rapport à l’entrepreneuriat, la fiscalité et le rôle de l’État français.

En effet, pendant des années, il a pontifié à longueur de plateau sur un libéralisme dont il a utilisé la non-définition usuelle de toutes les radios, toutes les télés et toutes les rédactions françaises… En 2014, j’observais assez consterné que Zemmour s’employait à parer la gauche d’un libéralisme débridé voire un libertarianisme surdéveloppé. Et je n’étais pas le seul du reste, puisque comme le faisait aussi remarquer Charles Gave à la même époque, il confondait et confond encore généreusement libéralisme et interventionnisme d’État tous azimuts, voire avec le capitalisme de connivence.

Zemmour faisait alors les mêmes amalgames idiots et utilisait les mêmes sophismes débiles (libéralisme = caca, gauche = caca, donc gauche = libéralisme) que toute la gauche et la droite dans une belle unanimité française lorsqu’il s’agit de trouver un ennemi à la fois simple (il est unique) et commode (personne n’en prend plus la défense).

C’était grotesque à l’époque, ça l’est toujours alors que notre candidat putatif nous serine que le libéralisme détruit les structures traditionnelles :

Cependant, étant maintenant passé de l’autre côté des plateaux télé, Zemmour, qui a bien compris qu’il va devoir – comme il l’explique lui-même – aller attraper les voix de la bourgeoisie patriote de droite, se doit donc de policer nettement son discours notamment vis-à-vis des entreprises et ne peut pas prôner sans faire tiquer un État omnipotent et interventionniste comme il le faisait jusqu’à présent avec gourmandise. Et s’il se gargarise de Napoléon, peut-être va-t-il devoir songer plus souvent au III, nettement plus libéral que le premier, s’il veut conquérir un tant soit peu d’électeurs chez Les Républicains.

Ce positionnement promet d’être intéressant, et pourrait à l’avenir pimenter son avis sur Michel Barnier, apparatchik typique lui aussi dans la course :

https://twitter.com/aymbld/status/1445801681271279617

Et si l’on doit clairement s’interroger sur la cohérence de Barnier, on devra au moins évoquer la question pour Zemmour alors qu’il a conspué le libéralisme et le « moins d’État » sur les 10 dernières années.

Au passage, c’est aussi pour tenter de rassembler le plus largement possible qu’il n’évoque en rien les dispositions sanitaires ahurissantes mises en place par Macron. C’est peut-être tactique, mais c’est surtout fort troublant, inquiétant même alors que le pays s’enfonce chaque jour plus loin dans la dictature, de savoir qu’il pourrait finalement très bien s’en accommoder une fois au pouvoir, au point qu’on se demande s’il ne serait pas si bruyamment adulé par la presse précisément dans ce but là…

Il existe enfin un dernier obstacle, de taille, pour le frétillant éditorialiste : lorsque Trump s’est lancé, il pouvait espérer dans son parcours le ralliement de tout le Parti Républicain une fois les primaires remportées. C’était un pari audacieux, mais bien mené, il savait qu’il aurait toute l’équipe derrière lui s’il le remportait.

Ici, la situation est fort différente : Zemmour s’inscrit clairement en dehors des partis traditionnels, à l’instar d’un Macron de 2016 qui avait pour lui de ne bousculer que quelques partis vieillissants. Dans une présidence Zemmour, sauf à considérer une compromission du candidat, ceux qui ont soutenu Macron en 2016 auraient beaucoup de mal à retrouver leurs billes. Et surtout, aucun des partis auquel l’éditorialiste entend piquer de grosses portions d’électeurs n’a d’intérêt à venir le soutenir en fin de compte : la façon dont sont financés les partis politiques et les tambouilles électorales actuelles garantissent que ni LR, ni RN ne lâcheront le gâteau pour le laisser à Zemmour qui risque surtout de se retrouver avec des miettes.

Si l’on peut sans mal reconnaître à Éric Zemmour le mérite de changer le sujet d’actualité et de modifier la dynamique électorale à venir, on ne pourra cependant guère trouver de quoi se réjouir pour le pays qui, souffrant toujours d’une suradministration et d’une surfiscalisation mortelle, n’offre actuellement aucun candidat solide prêt à le nettoyer de ses chancres.

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires531

  1. Aristarkke

    Z a la tactique de ne pas dévoiler toutes ses batteries d’attaque et de discussion trop rapidement. Cela epuisera l’adversaire qui aura ainsi un coup de retard systématiquement dès qu’un sujet aura été épuisé.

  2. Aristarkke

    « Macron qui semble indéboulonnable avec un score obstinément fixé autour de 25% … »
    Il réussirait à faire mieux qu’en 2017 après nous avoir épuisé pendant cinq ans pour un bilan des plus maigrichons?
    Y-en-a-t-ils qui y croient sincèrement ???

      1. Duff

        Le plus surprenant c’est que les médias affirment que les électeurs de Macron feraient partie des plus « sûrs de leur choix ». Je me demande tout de même s’ils sont si sûrs de bouger leur séant, aller voter et effectivement placer un bulletin de vote Macron dans l’urne dès le premier tour.

        Si deux candidats venaient à s’approcher de lui vers les 20%, le scénario rigolo voyant l’élimination de Macron au premier tour aurait de bonnes chances de se matérialiser.
        Chose inédite, les candidats et aspirants candidats s’écharppent entre eux et ont pour le moment laissé le président en paix. Quid de ces 24% quand on va (enfin) parler de son bilan et de sa personalité détestable (mieux que les pauves Davet et Lhomme)?

        1. Gelato29

          Sa personnalité : un sociopathe comme ses prédécesseurs, c’est juste que c’est débordant chez lui. Objectivement son bilan est le pire de la 5ème Répupu et c’est un exploit. Le pays était déjà foutu et en voie de déliquescence avant son mandat, il nous a accéléré le processus d’au moins 10 ans. Il a en plus divisé profondément et durablement les français. Corrompu (comme les autres) mais aussi haineux envers la France et les français, qu’il veut dissoudre (il est en passe de réussir), ce qui est impardonnable. Je n’ai aucun doute sur le fait que lui (ou son Joker Doudou) remportera l’élection vu le réservoir de boomers, bobos et fonx qui votent…Cela fait longtemps que ces catégories ne votent que pour leurs gueules.

          1. Courtial

            En 2017, un ex-collègue (pour lequel j’avais bien peu de sympathie au demeurant) m’avait justifié de façon extrêmement cynique son choix de voter Macron.

            CSP+ normies bien comme il faut, il était conscient dans une certaine mesure des problèmes structurelles de la France, mais il faisait le calcul que Macron était le candidat qui lui offrait les meilleurs garanties que le statu quo autour duquel il avait fait ses choix de vie se maintiendrait 5 ans de plus.

            Ce n’était pas glorieux, mais au moins il ne se mentait pas à lui ni aux autres. Les bénéficiaires nets du système continueront de voter pour Macron et ses clones tant qu’ils estimeront qu’il est avantageux pour eux de le faire, quelqu’en soit le prix.

            L’ironie c’est qu’une grande partie de ces gens sont en fait totalement cocus (et cet ex-collègue sans doute aussi d’ailleurs), mais ne s’en sont pas encore rendus compte, et je ne sais pas s’ils s’en rendront compte un jour.

    1. Calvin

      Moi j’y crois, par défaut, par lassitude, par la prime au sortant (qui ne donne pas le sésame obligatoire mais bien un matelas de voix), par l’affichage médiatique bienveillant, etc…
      Mais, justement, toutes ces raisons se trouvent être très fragiles…

      1. Pheldge

        et tu peux y ajouter l’arme absolue, le PNF qui n’a pas son pareil pour dégommer les candidats trop chanceux … J’y ajouterais bien la quasi totalité de la haute magistrature, vu qu’ils doivent toute leur carrière à leur soumission obséquieuse aux maîtres du moment.

    2. heli0gabale

      Quoi qu’il fasse, il a 20% de garanti minimum.
      Une poignée d’irréductibles bourgeois qui résiste encore et toujours à l’envahisseur populiste.

        1. heli0gabale

          Comme d’habitude, ça risque pas de se bousculer en sortie de l’isoloir.

          Mais il a très clairement un gros vivier qui votera aveuglément pour lui (normal, voter c’est un truc de vieux).

            1. Lafayette

              Grâce a eux ont sera bientôt une province sous développée de Pekin. Leurs entêtements contre les arabes ne les ménera a rien de bon. Ca pue.

      1. Pythagore

        Cherche électeur désepérément. Bcp de Macroniste ds mon entourage, je n’en ai trouvé aucun qui revotera pour lui, enfin peut-être cachent-ils leur jeu.

    3. Jacques Huse de Royaumont

      Permettez, son bilan n’est pas maigrichon :

      – il a vendu à la découpe la souveraineté nationale
      – il a ridiculisé la France sur la scène internationale où nous n’existons pratiquement plus
      – par des traité comme celui de Marrakech, il a laissé le pays en proie à qui en veut bien.
      – il a réduit en miette le tissu industriel et économique
      – il a bien préparé une crise énergétique majeure
      – il a fait exploser la dette publique
      – il a méticuleusement détruit les libertés individuelles
      – il a anéanti toutes les structures sociales, de la famille aux institutions
      – il a ouvertement méprisé et bafoué les droits élémentaires d’à peu près tout le monde
      – avec sa stratégie vaccinale, il a sans doute envoyé à la mort ou saboter la vie de milliers de personnes

      Il en faut, de l’énergie, pour en faire autant ; être malfaisant, c’est un métier.

      1. Aristarkke

        *Il en faut, de l’énergie, pour en faire autant ; être malfaisant*
        Carrière entamée dès l’adolescence en détournant du droit chemin une honorable mère de famille…

        1. Popeye

          Et où était son père?
          Je n’imagine que trop bien la réaction de mon paternel si à l’orée de ma majorité j’avais ramené à la maison comme louloute ma prof de théâtre, accessoirement de français, contemporaine de madame ma mère.
          Un franc éclat de rire pointant le ridicule de la situation, puis un message en l’air sur le mode « jour dans ta cour et ne va pas piquer les femmes des autres ». Un entêtement de ma part l’aurait vraiment mis en rogne…
          Mais bon, moi j’ai eu la chance d’avoir un père, un vrai.

          1. Pheldge

            « Papa est fier de toi fiston ! » voilà comment j’aurais été accueilli … enfin, je suppose*. 😉

            *si dès demain, vous ne me voyez plus commenter, c’est que le fantôme paternel sera venu me voir …

        2. Laurent

          Je n’aime pas Macron, mais, sur ce point, la victime c’est lui et la coupable, cette honorable mère de famille. Aurait-elle refusé d’écouter ses bas instincts et remis cet adolescent à sa place (d’élève), nous n’en serions peut-être pas là.

          1. Popeye

            Aussi.
            Les adultes auxquels le Macron adolescent s’est confronté ont TOUS été en dessous de tout.
            « un homme, ça s’empêche » écrivait Camus.
            On pourrait aussi écrire « un Homme (donc c’est valable aussi pour les femmes) ça s’empêche »

          2. MissKat

            Il faut être sacrément tordue pour être attirée par un gamin de 16 ans a 40 piges!

            C’est clair que c’était à elle, l’adulte de le remettre à sa place. Cette femme est malsaine.

            1. Pheldge

              non, il suffit d’être une femme en manque d’attention, perturbée par sa quarantaine … Il y a également le grand classique, celles qui se sont mariées jeunes avec leur amour de jeunesse, et qui ont réalisé une les yeux décillés, que le prince n’était pas si charmant, voire même très décevant.
              Et ça les rend sensibles à la drague intense d’un ado en rut.

              1. Casuffit

                Pourquoi? A 16 ans, tu étais un ado en rut et draguait grave les vielles de 40 et n’hésitait pas à harceler tes profs ?
                Ne serait-ce pas dire que les pédophiles ne sont que de pauvres victimes de ces obsédés sexuels qui ne se satisfont plus de leur suce

                1. Pheldge

                  pour peu qu’elle soit une MILF, une femme prof fait fantasmer les ados, à l’âge où la sève monte … Je me souviens, euh non, je ne vais pas m’étendre, il y a des enfants qui nous lisent 😉

                  Je ne dis pas que c’est bien, simplement que ça peut se produire, ça tient plus de la faiblesse que de la perversion.

                  1. MissKat

                    Il y a quand un gouffre entre fantasme et passage à l’acte avec un gamin à peine pubère!
                    Je persiste c’est complètement pathologique.
                    perso une pouffiasse quadra touche à mon ado, je lui pête les dents.
                    et je suis une mère non violente.

                    1. Pierre 82

                      Quand j’étais étudiant, je me souviens d’un pote, pour qui le mot séducteur n’est pas suffisant, qui se tapait tout ce qui bougeait, et un jour qu’il était chez sa copine du moment, il avait remarqué que la mère de ladite copine lui faisait les yeux doux. Et le lendemain, il est revenu tout fièrement nous annoncer qu’il avait réalisé un vieux fantasme: après la fille, se taper la mère, où il était repassé le soir même. On l’a cru, car j’avais déjà vu la mère en question, elle avait vraiment l’air d’une chaudasse. Je n’ai pas eu l’impression, malgré tout que c’était pathologique. C’est vrai qu’il avait 20 ans et pas 16, ça peut changer tout…

                    2. MissKat

                      Mais il y a bien une différence entre « choper une vieille pour frimer devant les potes  » et bien entendu des ptis branleurs vantards ça existe
                      et creer une relation à long terme avec un gamin de 16 ans quand on en a 40 et qu’on est sa prof , moi j’y vois surtout une relation d’emprise et d’abus de pouvoir dans lequel la dame a fabriqué sa créature,
                      et/ou un truc chelou ou la dame lui sert pour cacher son homosexualité.
                      Ou alors ils sont tous les 2 aussi pervers l’un que l’autre et se sont bien trouvés!
                      Il n’y a rien de sain ni chez l’un ni chez l’autre.

                    3. Pheldge

                      sauf que, en général l’ado est demandeur, et se fout complètement des interdits … enfin, c’était comme ça de mon temps* 😉

                      *je vous rassure, je me suis pris un vent !

                    4. Pheldge

                      je serai plus indulgent : il a pécho une cougar, et après c’est devenu autre chose, qui s’est consolidé … le fait qu’ils soient mariés depuis va dans ce sens.
                      Alors oui, c’est atypique, mais c’est leur vie, leur choix.

                    5. Pheldge

                      MissKat, euh, ah oui, j’avais pas remarqué … tiens je vais le dire à ma femme, même si elle le sait déjà, ça lui fera plaisir. 😉

        3. Laurent a LA

          C’est curieux mais tous les commentaires semblent prendre pour argent comptant la version « officielle » du mariage du gars. J’avais cru lire de ci-de la que tout ca n’etait que poudre aux yeux a la lumiere de gaz, pour cacher d’autres penchants moins avouables.
          Mais bon.

          1. MissKat

            Oui voila
            ce mec est pas net, y’a qu’à le voir enlacer les blacks musclés!
            Il n’a pas un comportement de mâle hetero.
            ça pue le mariage de façade
            on peut dire que l’association manu /brigitte est efficace en tous cas.
            Je ne crois pas non plus une seule seconde à l’attirance sexuelle d’un ado pour sa prof.
            si c’était le cas il serait allé expérimenter avec des jeunettes après l »initiation par la vieille.
            pardon je suis cynique mais pour moi c’est autre chose qu’amour et sex.

            1. Pheldge

              le mariage de façade ? et personne ne serait au courant ? il y a des services secrets qui sont friands de ce genre d’infos : il n’a pas été PR et donc hyper protégé, toute sa vie, il doit bien y avoir des gigolos, des amants quelque part depuis le temps, non ? et pourtant, rien ne sort …
              Ensuite, quand il l’a emballée, elle n’avait que 40 ans, c’est pas vieux … Bon aujourd’hui elle en a 65 et en fait 10 de plus OK, mais ça n’était pas le cas il y a 25 ans.

              1. Pierre 82

                Rappelez-vous l’arsouille, où tous les journalistes savaient qu’il avait une double vie. Il me semble que les journalistes ne sont pas devenus moins serviles ces derniers temps…
                Quoi qu’il en soit, il n’y a qu’en France qu’aucun journal n’a jamais considéré Macron comme un inverti. Dans les autres pays par contre, ce n’est pas la même chanson…

                1. Pheldge

                  une double vie, une seconde famille, c’est moins sulfureux que d’être homo en cachette … et puis, c’était avant. Aujourd’hui ce genre d’infos, à parfum de scandale – je parle d’une vie homo cachée – ça vaudrait de l’or, car ça serait un moyen de pression énorme sur le PR, et l’argent motive.
                  Ensuite les amants délaissés, pardonnent rarement et se vengent … J’ai du mal à imaginer qu’aujourd’hui on puisse cacher ce genre de double vie.

      2. Calvin

        Il faut de l’énergie, mais justement sa politique énergétique est la pire le Vième République.
        Il est l’idiot qui a fait fermer Fessenheim.

            1. Pheldge

              non, mais c’était pour rappeler que c’est une pourriture, qui a échangé la fermeture de Fessenheim contre un soutien électoral. Et après ce salopard vient t’asséner son « intérêt général » ! Que les vers le rongent 😀

        1. Artiste

          Et plus grave mettre fin au programme ASTRID permettant le recyclage des déchets radioactifs et fournissant donc du carburant gratos .Il est temps d’avoir des ingénieurs et non des énarques à la tête de ce pays

      3. Citoyen

        Tout à fait exact, JHR. Il faut déployer une énergie colossale pour atteindre un tel bilan !… Et ce n’est pas donné à tout le monde d’y arriver …

      4. Theo31

        Il a repris le flambeau de son prédécesseur des selfies avec des delinquants.

        Mitterrand était une crapule de premier ordre mais n’aurait jamais posé dans le jardin de l’Elysee avec des pederastes avec des plumes dans le cul.

  3. Calvin

    Et oui, Z… est arrivé, sans se presser, mais n’a aucune assise réelle si ce n’est un soutien populiste qui peut facilement être retourné…

    1. MCA

      @Calvin 13 octobre 2021, 9 h 12 min

      Va donc écouter l’interview de Livre Noir que j’ai posté en fin de ces commentaires et tu nous en reparles.

      1. durru

        Le vrai risque est bien identifié : se placer en favori trop tôt. Avoir le discours attendu par une majorité de la population n’est pas vraiment le modèle du feu de paille.

      2. Dr Slump

        En tout cas, je l’ai visionné dans l’émission de Pascal Praud, et je dois dire qu’il m’a séché. Sa fermeté et son intégrité sont admirables, un politicien qui parle vrai et ne flanche pas devant l’inquisition médiatique, il en a au moins autant que Bernard Lugan.
        Par contre, il me paraît lui manquer des clés de compréhension sur ses sujets pourtant de prédilection, et je ne comprends pas, par exemple, qu’il ne désigne pas clairement le tabou qui a été imposé par la gauche sur tout ce qui touche aux juifs, et par extension à l’immigration africaine. Aujourd’hui encore, on ne peut plus prononcer le mot « juif » sans que cela ne déclenche tension, malaise, et crispations. La faute à qui ? A Mitterrand et compagnie, au CRIF, et tous ces aigrefins qui font de ça leur fond de commerce, leur précieux auquel personne n’a le droit de toucher. Et Zemmour a raison de dénoncer tout le pathos que les politiques mettent en scène pour bloquer tout débat à ce propos. A un moment, il va falloir que ce « barrage » tombe pour de bon.

    1. heli0gabale

      Le problème c’est que ça fait doublon avec LREM qui a exactement le même projet.

      Mais bon, comme LR fait tout pour couler grâce à Bertrand…

      (Visez l’artiste, il est pas élu qu’il ment déjà) :

      https:/ /twitter.com/Ambroise_Mejean/status/1447673138087661573?t=YjgwN32sX_zrwi2oAJEg7A&s=19

    1. Une rumeur le place à 200 maintenant. Tout peut arriver, à commencer par un problème côté Macron (et un second tour Z vs MLP qui serait épiquement drôle).

      1. Calvin

        Ouah ce scénario de fou !
        Macron troisième derrière les 2 populistes, ça va faire des rivières de larmes pendant des jours et des semaines.
        Rien que ça me fait rire !

        1. Grosminet

          Paradoxalement, Méchancon président c’est peut-être une partie de la solution : il pourrait réussir à mettre enfin l’état français en cessation de paiement, ce qui est à mon avis, malheureusement, (il y aurait beaucoup de casse) la condition sine qua non pour faire repartir la France sur des bases saines.

          1. Pierre 82

            Je ne pense même pas qu’on aura besoin de Mélanchon, ni même des verts alliés à Poutou pour mettre le pays en faillite. J’ai même l’impression que ça arrivera avant les présidentielles.

      2. Higgins

        Il est facile pour nos oligarques de faire pression sur les édiles afin de bien leur faire comprendre où se situent leurs véritables intérêts mais peuvent-ils prendre le risque d’exclure du jeu un candidat gênant et de laisser passer une potiche vide ?

      3. heli0gabale

        Z vs MLP au second tour.

        Ça a peu de chance d’y arriver mais qu’est ce que j’ai envie d’y croire ! Tout ce lol en perspective !

        1. Popeye

          alors là il faut préparer le plan blanc pour aller relever toutes les victimes de malaises, de crises d’hystérie, de nerveux break-down qui auront lieu dans toutes les rédactions de tous les médias. Le 21 avril 2002 sera de la gnognote en comparaison!

    2. Calvin

      Même s’il les a à un instant T, il faut pouvoir les conserver jusqu’à la fin, et les pressions seront importantes.
      Zemmour ne pourra pas être candidat.

      1. Duff

        Allons. Même MLP avant que le FN/RN n’engrange des élus locaux sous Hollande y était parvenue. C’est plus la divulgation des noms des parrains qui pourrait en faire hésiter certains plus que les consignes des cadavres qui nous servent de partis.

        1. Higgins

          Sans aller jusqu’à divulguer les noms des impétrants, la menace d’un refus de subvention attendue ou de l’exclusion d’un programme majeur dans un département (rénovation du réseau routier, mise en place de la fibre, etc,..) suffit souvent à faire réfléchir.

          1. Aristarkke

            Cela, c’est si celui qui met cet aspect dans la balance est élu…
            Tout le *hic* est là.
            Parce que l’impétrant peut *aussi* faire les mêmes promesses, lui aussi…
            Or, le succès appelle le succès. Si Z réussit à couler un des cuirassés LREM brillamment en un seul coup au but, lors d’un débat ou un éditorial, beaucoup peuvent subitement changer d’avis le concernant en pensant à leur taf de dans six mois, un an, etc…
            Regardez Aurore B. qui commence à poser des jalons auprès de Ed. Si nous la voyons inopinément trouver que Z est intéressant, alors tous les espoirs seront permis…

            1. Pythagore

              « Regardez Aurore B. qui commence à poser des jalons auprès de Ed »
              J’ai lu « commence à poser des jartelles auprès de Ed », mon cerveau fatigué a fourché.

          2. Pheldge

            Major, « la menace d’un refus de subvention » à quelques semaines d’un scrutin qui s’annonce très incertain pour les « en place » ? allons, ça n’est pas crédible, les élus locaux ont tout à gagner d’un renversement du pouvoir actuel, et il y en aura suffisamment pour prendre le risque.

            Le Point annonce Z au second tour, ça fait retourner bien des vestes, et même des pantalons !

        2. Calvin

          Oui, c’est ce que je dis.
          Il peut avoir ses 500 et en perdre sur coup de fil juste avant dépôt, qui, je crois, se fait désormais au dernier moment… Comme par hasard…

    3. Dr Slump

      Bof, si Zemmour obtenait les 500 sceaux municipaux, il deviendrait de toute évidence le principal opposant de Macron, qui pourrait alors rejouer la partition habituelle du barrage contre tous les -ismes malodorants. Il lui suffirait de l’adapter au personnage: barrage contre le populisme, le trumpisme, le nationalisme et le conservatisme rétrograde. Et comme nous ne sommes pas aux Etats-Unis, ça fonctionnerait les doigts dans le nez pour Macron.
      En résumé: pile Zemmour perd, face Macron gagne. Et vive la république pluraliste.

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Avec tout le sang qu’il a sur les mains (GJ, soignants, vaccinés), son mépris affirmé et son coté dictateur non dissimulé, il n’est pas sûr que la stratégie du castor fonctionne.
        Bloody Manu est sans doute dans une situation moins bien assise qu’il ne le pense.

          1. Le Grincheux

            Mais je n’ai pas dit le contraire. La campagne risque d’être rigologène, mais c’est après que ça se corse. Il y a un truc à faire en France pour commencer à réformer, c’est briser le contrôle des partenaires sociaux sur la sécu (sur laquelle ils vivent grassement). C’est un préalable qu’aucun candidat n’est en mesure de faire.

          2. Jacques Huse de Royaumont

            Macron étant un aspirant dictateur, n’importe quel singe fera l’affaire pour prendre sa place. Après, la qualité du successeur n’est pas assurée.

            1. MCA

              Certes, mais la qualité du tenant du titre a au moins l’avantage d’être connue.

              Nous en sommes réduits à choisir entre une certitude et un espoir.

            2. Higgins

              La dernière en date : https:/ /insolentiae.com/maintenant-vous-serez-aussi-confines-en-cas-de-pollution-ledito-de-charles-sannat/

              Et l’autre dernière : « La ministre déléguée au Logement, Emmanuelle Wargon, affirme que « le modèle de pavillon avec jardin n’est pas soutenable et nous mène à une impasse ». Les constructeurs de maisons s’indignent de ces propos. » (https:/ /www.lesechos.fr/industrie-services/immobilier-btp/immobilier-les-constructeurs-de-maisons-se-rebiffent-1355191)

      1. dupont2021

        un regime representatif n’a rien à voir avec une democratie…
        comme le disait Sieyes le theoricien de la revolution en 1789..

        « Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; ils n’ont pas de volonté particulière à imposer. S’ils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet État représentatif ; ce serait un État démocratique. »

        « Le peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants. »

        — Discours du 7 septembre 1789

        et à l’epoque la « democratie » etait tres mal percue

      2. MCA

        @François 13 octobre 2021, 18 h 31 min

        « on est plus en démocratie »

        C’est beau d’être jeune !

        La démocratie n’est qu’un fantasme, comme la liberté, l’égalité etc….

        Nous ne sommes pas en « démocratie », nous sommes en « démocratie dite REPRESENTATIVE ».

        Ce qui signifie qu’une fois élus, les dirigeants font ce qu’ils veulent, voire l’inverse de ce qu’ils ont déclaré lors de leur campagne électorale, sans avoir de comptes à rendre.

        Une démocratie directe n’est applicable que quand le groupe est composé d’un petit nombre d’individus.

        Un pays comme la France est déjà trop grand pour que ce soit viable.

        Une démocratie directe en France serait le bazar et le blocage assurés sans parler d’une réactivité aux évènements imprévus proche de zéro.

        1. Pythagore

          Objection. Il serait tout à fait possible avec les moyens technologiques actuels de permettre aux électeurs de s’exprimer régulièrement.
          Il suffirait d’une application, le projet de loi y est rentré, les gens ont 15 jours pour voter, et voilà. En fait cela n’a jamais été aussi facile d’organiser une démocratire directe mais curieusement les services de l’état sont plutôt occupés à détecter les piscines sauvages par satellite.

  4. Louchp

    ‘Mais surtout, Zemmour souffre d’un problème de crédibilité dans son rapport à l’entrepreneuriat, la fiscalité et le rôle de l’État français. »
    Il s’appuiera certainement sur quelqu’un pour ces trois sujet, il n’a pas vraiment le choix.

  5. Gerldam

    En écoutant bien les dernières déclarations de Zemmour, j’ai trouvé qu’il commençait à infléchir son propos sur l’économie. Certes, il n’a pas encore retourné sa veste entièrement, mais je sens derrière lui un conseiller plus sur la longueur d’onde d’un Charles Gave qu’un Benjamin Coriat pour ne citer que cet exemple de gauchiste qui fait passer son idéologie avant le peu de science qu’il maîtrise mal.
    Si on en croit les travaux d’un Charles Prats sur la fraude sociale, estimée par ce dernier à 50 milliards par an et qu’on y ajoute le programme de Zemmour sur les étrangers, on peut économsier encore une bonne vingtaine de milliards. Certes on ne ramènera pas la fraude de 50 à 0 milliard, mais on doit pourvoir la limiter à 20 milliards soit 30+20=50 milliards qui peuvent financer pas mal de choses.
    Enfin Zemmour affirme à chaque prise de parole que les 750 milliards de dépenses sociales sont beaucoup trop. Il ne rentre pas -à bon escient – dans les détails, mais on entre là dans la baisse des dépenses publiques, seul moyen de financer un vrai programme de réformes utiles pour le pays.
    Je crois Zemmour assez intelligent pour s’entourer de gens compétents dans les domaines qu’il ne maîtrise pas ou mal.
    Reste maintenant à trouver les 500 parrainages….
    Quoiqu’il advienne, il aura eu le mérite de mettre les pieds dans le plat de ce que nos « zélites » veulent pousser sous le tapis depuis des décennies.

  6. Higgins

    Analyse pertinente de la situation qui démontre bien les atouts dont Zemmour dispose et les handicaps qu’il accumule. Pour le moment, il joue d’une certaine manière gagnant car il oblige ses adversaires à sortir du bois pour le combattre sur le terrain qu’il a choisit. La déconection entre le discours des politiques traditionnels et le ressenti d’une grosse majorité de la population n’a jamais été aussi importante et cela joue en la faveur du trublion. Je pense que de ce point de vue, il va réduire à pas grand chose MLP bien que je considère que s’ils restent sur bien des points proches, Zemmour n’appartient pas à l’extrême-droite et que confondre les deux est une grave erreur d’appréciation. Les jeux cependant évoluent et s’il se confirme que les candidats de la droite classique acceptent de se soumettre au verdict d’une primaire, y compris Bertrand comme il vient de l’annoncer, la partie va se corser. Les limites du « candidat » surprise dans le domaine économique et social risquent fort lui nuire. On peut, en partant de ce postulat et tant est grande l’exaspération d’une bonne partie de l’opinion, envisager un second tour qui verrait alors s’affronter Zemmour et le candidat de cette droite dont Maurice Druon disait qu’elle était le deuxième nom de la gauche. Les sondages annoncent régulièrement un socle de 25% pour le Mignon poudré. A supposer que ce chiffre soit juste, s’il vient à s’éroder, les jeux vont être très ouverts. N’oublions pas que ce pays danse sur un volcan. Au plan économique par exemple, un acteur d’un tribunal de commerce me confiait très récemment qu’actuellement, la situation était à un étiage assez bas (mise en liquidation judiciaire, redressement ou cessation d’activité) du fait de la politique d’arrosage systématique mise en place par le gouvernement mais que ça ne saurai durer. Même remarque pour la situation sanitaire. Que celle-ci évolue comme à Singapour et il va falloir fournir des explications.

    1. Deres

      L’arrosage continuera jusqu’à l’élection. Si j’ai bien compris, le budget 2020 et le futur budget 2021contiennent de nombreuses non-exécution de paiement qui font que Macron a un large matelas d’avance pour arroser tout azimut avant les élections. C’est donc à l’été 2022 que cela va faire mal d’autant que la fin des aides entrainant une hécatombe d’entreprise et une explosion du chômage se cumulera à une croissance plus faible que prévu (quel surprise !) et une inflation plus forte.

  7. Louchp

    « il n’évoque en rien les dispositions sanitaires ahurissantes mises en place par Macron. »

    En fait si, ici:
    https:/ /youtu.be/c6QfgPBcF_E

    Ça va plutôt dans le bon sens dans la mesure où, en tout logique dans un mode campagne électorale, il ne peut afficher un avis tranché sans heurter de face tout un pan de l’électorat qui n’a toujours pas compris.

  8. Stéphane B

    Peut-être va-t-il s’allier à la Vals qui bouffe à tous les râteliers ?
    https://www.lefigaro.fr/vox/societe/manuel-valls-immigration-tout-repenser-a-partir-de-zero-20210928
    «Les républicains des deux rives» doivent proposer une réforme drastique de l’immigration, notamment la suspension du regroupement familial et du droit à l’admission sur le territoire pour les conjoints étrangers, s’ils ne veulent pas que les Français se détournent d’eux à l’élection présidentielle de 2022, argumente l’ancien premier ministre.

  9. Alex

    Lors de nombreux débats, Zemmour argue souvent le fait que le libéralisme a puisé son origine à gauche.

    J’ai toujours trouvé cela étonnant, étant donné qu’aujourd’hui on l’assimile plutôt à droite

    1. durru

      La gauche est assimilée au progrès et la droite à la conservation. De ce point de vue, le libéralisme en France commence à être le plus à l’extrême droite (rétrograde, retour à des anciennes valeurs – au hasard, Napoléon III ou la monarchie de juillet).
      Macron lui même est porté par la frange la plus conservatrice de la société, qui ne veut surtout pas qu’on touche à ses prébendes et son train de vie.

    2. heli0gabale

      Z a raison, le libéralisme est né à gauche.

      Le problème c’est que les idées bougent et se déplacent dans le clivage politique (je pense que Fabry n’a pas tort quand il dit qu’elles vont de gauche à droite).

      Si au XIXème siècle c’est le triomphe du libéralisme classique (truc de gauche à l’époque), le XXème siècle c’est le triomphe de l’Etat-Providence (nouveau truc de gauche).

      Logiquement, le libéralisme fini aujourd’hui à droite en réaction (voire à lestremedrouate).

      1. Higgins

        A son époque, lorsqu’il était député sous la seconde République, Bastiat était situé à l’extrême-gauche de l’échiquier politique.

  10. Nemrod

    Il n’y a pas de candidats chantres du libéralisme…je le déplore mais c’est comme ça.
    Alors le choix est entre l’abstention et un candidat qui ne soit pas woke en plus d’étatiste ET avec une chance même infime de gagner.
    A chacun de voir.

    1. durru

      J’ai bien aimé le parallèle de C. Gave avec le choix de son père de suivre De Gaulle. A l’époque, il fallait d’abord combattre les Allemands. Tout est dans *d’abord*.

  11. pabizou

    Difficile de se faire une opinion pour le moment . Z a les défauts de ses qualités et je suis sceptique sur sa capacité à passer par dessus ses convictions étatistes . C’est presque aussi crédible que Barnier voulant réduire l’immigration et défendre les souverainetés nationales . De plus sa vision de l’immigration est difficilement applicable sans modification des traités européens, au moment où l’UE fait feu de tous bois pour augmenter son influence et réduire celle des nations, pas sûr que ce soit gagné d’avance . Ils se préparent à brader la santé en la mettant entre les mains de l’OMS qui est un nid de corruption et là, Zemmour, on ne l’entend pas trop . J’ai de plus en plus l’impression que les libertés publiques ne sont pas vraiment son problème .

    1. Pythagore

      Il me semble qu’il est souverainiste, donc si il reste sur cette ligne, je ne pense pas qu’ils braderaient des compétences à l’étranger.

  12. Le Gnôme

    L’avantage de Z est qu’il est moins hors sol que ses concurrents. Il parle de problèmes concrets que le citoyen rencontre tous les jours. Je ne crois guère à ses chances, mais il a le mérite d’être rafraîchissant. Il est clairement pour le rétablissement du régalien, savoir s’il sera interventionniste dans l’économie n’est pas encore tranché. De toutes façons, il ne peut pas être pire que MLP dont le programme économique est fortement mélanchonesque.

  13. Mildred

    Ils seront nombreux les obstacles pour « le frétillant éditorialiste, et celui-ci ne sera pas des moindres :

    http:/ /www.crif.org/fr/content/france-bhl-ce-que-zemmour-fait-au-nom-juif

    1. pl00tarke

      Le fiel dans cet edito… BHL est vraiment une ordure.

      Avec quelle délectation écrit-il « Zemmour est juif » ! Quel délice de dénoncer ses petits camarades à la Kommandantur pour se retrouver dernier tailleur officiel de la SS…

      La prose nauséeuse de BHL l’Algérien n’a qu’un objectif : préempter le judaïsme : n’est réellement juif que ce que Monsieur Levy reconnaît comme tel.

      Tout comme il tente depuis des décennies de préempter l’idée de la France, en appelant à la noyer sous la lie islamique.

      1. Pierre 82

        Le pire avec ces gens qui mettent en avant leur judéité comme pour montrer qu’ils sont intouchables, c’est qu’en plus de ça, en très grosse majorité, ce sont des mauvais Juifs, qui ont en fait renié à la fois Dieu, la loi mosaïque, et leurs traditions.
        Quelqu’un qui se dit juif et qui défend l’avortement, par exemple, me fait le même effet qu’un Macron qui irait gueuler sur tous les toits qu’il est catholique romain. C’est indécent. Il l’est peut-être par son baptême, mais il a renié sa foi en bloc.

  14. singedupommier

    Bonjour
    juste une question, euh, perfide? …
    M.Z. est élu. OK et alors? il déclare l’état de guerre pour gouverner sans les députés?
    je ne crois pas une seconde qu’il arrive à avoir un parti de godillots comme M.CONAR
    qu’en pensez vous?

    1. Rien. Qui vivra verra. Z élu signifie une dynamique différente, donc des députés différents.
      La question porte plutôt sur l’administration et les médias derrière.

      1. durru

        Pour les médias, le Z en a déjà parlé. S’il leur coupe les vivres, c’est peu probable qu’ils auront encore un quelconque impact…

        1. Aristarkke

          Je ne le pense pas. Tout sera question du score électoral du dégager de Flop Joene. S’il est élu ric et rac, il sera effectivement probable qu’elle sera le problème à résoudre suivant. En revanche, une victoire nette et franche, suivie d’une AN bien élue et il est du plus haut vraisemblable qu’elle s’alignera sur les desiderata du vainqueur, probablement après un baroud d’honneur plus ou moins sanglant (figurément parlant, amha) coûtant leur bonne place à quelques ceusses ayant mal suivi les actualités.
          Etat profond compris surtout s’il subit la perte de quelques cuirassés et porte-avions, pourtant puissamment armés, d’entrée de jeu, histoire de mettre les pendules à l’heure, comme les militaires disent.

          1. Berdol

            L’administration est constituée de serviteurs de l’État (le plus petit nombre) de braves gens pas trop courageux (une grande majorité) et de quelques nuisibles dans les hautes sphères. Ces derniers peuvent être foutus au placard ou virés pour concussions (Ils en ont tous croqués, il suffit de chercher) Donc le problème de l’administration est gérable à condition de s’y attaquer des le début : Les plus courageux ou agressifs morflent en premier, les autres se couchent, comme ils l’avaient fait lors de la prise de pouvoir de De Gaulle qu’ils n’aimaient pas.
            Et on choisit des placards bien humides et bien puants pour calmer les énergies : Il y a de la place en Guyane et a Nouméa.

        2. Aristarkke

          Effectivement, Talonnette 1er qui avait eu ce viatique électoral a tout foiré parce que ce n’est finalement qu’un minable velléitaire

        3. Aristarkke

          Au moment de la prise de fonction de Margaret Thatcher, beaucoup devaient imaginer que mettre au pas, le Labor, les syndicats et l’administration serait impossible ou extrêmement difficile. Mais sa coriacité, sa détermination et son score électoral net et incontestable ont servi à lui maintenir la faveur des Anglais, même s’ils ont subi les soubresauts des opposants.

    2. heli0gabale

      Je ne vois pas le problème, LREM était aussi en dèche de députés à l’époque.

      Mais l’appel de l’assiette au beurre est plus fort que les convictions.

      Comme les seconds couteaux PS ont trahi pour Manu, je vois bien des seconds couteaux LR trahir pour Éric.
      (je vois d’ici les arguments de trotskistes bidons qu’ils vont dégueuler : « ouais on trahit LR mais c’est pour mieux infiltrer le fachisssm et contrôler Zemmour m’voyez »).

      Le Patron a raison, c’est ce que vont faire l’administration et les médias le plus important.

      1. Aristarkke

        Les médias seront très vite mis au pas mais il est du plus haut probable qu’ils se rangeront d’eux même, sans la moindre résistance, au vainqueur, tellement ils dépendent tous de leurs subventions. Ce n’est pas parce que leurs propriétaires officiels sont milliardaires qu’ils seront larges du portefeuille pour autant.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          De toute façon, lesdits milliardaires vivent de contrats publics pour leur activité principale. Il savent de quel coté leur tartine est beurrée et sauront le rappeler à leurs troupes.

          1. Theo31

            Les degoche savent très bien s’arranger avec leur conscience dès lors qu’il y a du pognon es aytes en jeu. Segopouffe et Méchanculé ont bien collaboré avec Chirac.

    3. Jacques Huse de Royaumont

      On trouve toujours de bonnes âmes pour voler au secours de la victoire. N’ayez aucune crainte, il trouvera toujours des courtisans.

      1. Aristarkke

        Le tout est de savoir démêler les affidés des thuriféraires velléitaires de circonstance…
        Bref de ne pas être dupe des faux…

      2. Pheldge

        comme le rappelait le Papet plus haut, si t’as les ronds, Talleyrand, le Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord ayant participé à la vie politique agitée de la fin du XVIII ème au milieu du XIX ème

  15. hub

    A mon tour de donner ma petite opinion sur le bonhomme. Je trouve que son style oratoire est d’un niveau plus élevé que celui de la plupart des hommes politiques. Du coup, il assène parfois des phrases catégoriques, mais aussi des propos plus nuancés, plus riches, plus ouverts. Et c’est pour les wokistes et gens de gauche du pain béni : ils triturent ses phrases, ils lui font dire exactement ce qu’il n’a pas dit, ils inversent ses propos. Dans la bataille actuelle, qui n’est pas seulement idéologique, mais aussi rhétorique, une partie importante de l’électorat ne le rejoindra jamais car elle n’a de lui que propos déformés, et son image paraît cent fois pire que son discours.

    1. Pythagore

       » une partie importante de l’électorat….. »
      Le plus gros de l’électorat est abstentioniste, et c’est certainement là qu’il espère des reserves de voix. Si ces électeurs ne vont plus voter, c’est qu’ils ont piscine ou qu’ils ne sont pas dupe de la manipulation médiatique. La question est donc: va-t-il arriver à mobiliser une partie de cet électorat ?

  16. Mo’ Truckin’

    À qui profite la candidature de Zemmour ?

    ► LaREM ? à part Macron, que représente vraiment ce parti aux élections municipales, départementales et régionales ?
    ► LR ? gangrénés par des guerres intestines, aucune unité en perspective.
    ► RN ? un demi siècle d’un même nom de famille a fini par lassé son électorat.
    ► LFI ? en plus de mal porter son nom, les dérapages mal contrôlés de certains ont fini par achever ce mouvement.
    ► PS ? en voie de disparition.
    ► PC ? moribond.
    ► Les Verts ? hum … il suffit de voir certaines décisions prises par les municipalités aux mains des écolos pour se rendre compte que, ouf !, l’avenir de la planète est entre de bonnes mains.
    ► Abstention ? à part montrer un ras-le-bol du cirque Politico électoral,
    aucune incidence.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Le paysage politique français ressemble à un champs de bataille le lendemain de l’affrontement : on y trouve des charognes qui commencent à sentir et quelques agonisants oubliés qui gémissent encore faiblement.
      Quelque soit son opinion, rien d’attrayant pour personne n’apparait. Dans ce sinistre tableau, Macron s’apprêtait à une réélection par défaut, sans gloire mais sans frayeur. M Z met au moins un peu de vie dans cette ensemble et suggère autre chose qu’un zombie fatigué jouant un rôle auquel personne ne croit.

    2. P&C

      LR est mort : c’était ‘union de la droite d’argent et de la droite scrogneugneu… mais la droite d’argent est partie chez Macron.
      Quant à la droite scrogneugneu, on a vu ce que vaut sa partie droite catho : comme la droite protestante, chez Macron.
      Comme quoi, le mot important dans bourgeois catholique, c’est bourgeois.

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Je suis catholique et je ne suis pas chez Macron. Je concours même au titre de celui qui le déteste le plus en ce lieu.

  17. Orto Graf

    « Relai »: eh non, pas de chance, c’est « relais », au singulier comme au pluriel ! Oui, je sais, ce n’est pas logique, mais c’est comme ça. Influencé par « Relay », qu’on voit, malheureusement, dans les gares ? A noter que mon traitement de texte (Document Writer, de LibreOffice) ne laisse pas passer ça.
    Bel article, où les faiblesses de Zemmour sont bien soulignées. Mais il est notre dernière (petite) chance de ne pas boire définitivement le bouillon.

  18. heli0gabale

    Tiens tiens, Gilets Jaunes 2, le retour de la vengeance ?

    https:/ /twitter.com/ConflitsFrance/status/1448037736179552263?t=06PcVkLa4DW2cXqj9Z-pmg&s=19

    1. Vodkaman

      Le plus drôle, c’est que je ne sais plus quelle insignifiante mini-stresse ou secrète hère d’étron (en fait Barbara Pompili ) a tancé les distributeurs pour leur demander de réduire leurs marges…

      déjà, avec BP comme initiale, sur le sujet carburant, on ne la ramène pas !

  19. Reddef

    Monsieur Z ne propose rien d’ autre qu’ un retour en arrière mais aucun programme d’ avenir dans le monde tel qu’ il est aujourd’hui. Et c’ est là que micron va jouer sa carte.

    1. pabizou

      Pour jouer sa carte, vu son bilan, suis pas sûr que ce soit le bon angle d’attaque . A part de la com et distribuer du pognon qu’il n’avait pas aux copains je serais curieux de lire vos exemples de réussite de ce clown .

        1. heli0gabale

          – L’annulation du projet Astrid
          – La fermeture de Fessenheim
          – L’augmentation du prix du carburant
          – Les 80 km/h
          – Explosion du poids de l’Etat
          – L’impro totale de la crise du Covid
          – L’interdiction des pailles en plastique
          – La taxe Amazon
          – Les bagnoles de particulier équipées de radars mobiles.
          – L’histoire des fameux « produits de première nécessité »
          – La séquestration de l’intégralité de ses concitoyens pendant des semaines (3 fois)
          – La mise en place d’une ségrégation sanitaire socialement acceptable
          – L’humiliation internationale avec cette histoire de sous-marins en Australie
          – La création d’un « fond pour la démocratie en Afrique » (c’est-à-dire balancer l’argent du contribuable français dans les poches de fonctionnaires africains corrompus)

          Je dois bien oublier des trucs dans ce bilan sans fausse note non ?

          1. Flag

            Oui :
            – braquage d’Alstom
            – absence de représailles à la suite du contrat non respecté des sous-marins australiens
            – couverture des bavures policières

            1. Aristarkke

              Dont le Benallah un peu oublié ces derniers temps…
              Peut-être que Monseigneur jugera utile de nous écrire une rétrospective de toutes les brillantes décisions du picard?

          2. Tofgong

            Alors les trois suivants sont plutôt un combo portant atteinte à notre honneur

            – La fête de la musique 2018 avec danseurs en talons et résille sur le perron d’honneur de l’Elysée.

            – Les enlaçades avec les kaniars du coin à Saint-Martin et doigts d’honneur sur les photos (2018).

            – Mc Fly et Carlito en roulades gualipettes dans les jardins de l’Elysée invités d’honneur à bord des avions de nos armées pour le défilé du 14 juillet 2021.

          3. MissKat

            -Les auto -ausweis
            -La sequestration des vieux dans les ehpad
            -l’euthanasie au rivotril et aux benzodiazepine et morphine des vieux
            -l’img a 9.mois pour detresse psychosociale de la mère
            -le chantage du pass sanitaire pour forcer a la vacc
            -les mensonges et fausses promesses
            -Etat d’urgence perpétuel
            -gouverner par ordonnances
            -conseil scientifique et ses décisions secrètes
            -« soyez fiers d’être des amateurs » = incompétance et zero contre pouvoir
            -Fin de l »instruction en famille
            -affirmer qu’il n’y a pas de culture française
            -affirmer que la colonisation de l’algerie est un crime ctre l’humanité
            -la baffe
            -la coke
            -la fête Lgbtq a l’elysee avec les blacks trans
            -les photos avec les blacks délinquants
            -les conneries avec les 2 bouffons machin et carlito

            Bref
            je peux plus le voir en peinture ce sale type pourri

            1. P&C

              ah oui, Macfly et carlito dans des navions.
              https:/ /www.midilibre.fr/2021/07/20/14-juillet-mcfly-et-carlito-devoilent-les-images-de-leur-vol-a-bord-dun-avion-de-la-patrouille-de-france-9682933.php

              Avec nos impôts, mesdames et messieurs.

  20. pabizou

    Dans certains domaines un retour en arrière serait du simple bon sens . Les « woke » et autres propagandistes du nihilisme ne sont pas d’une utilité flagrante à partir du 3eme neurone, tout comme d’ailleurs la mise en veilleuse de l’écologie punitive à tendance décroissante .

  21. toto17

    J’ai été heureux de croiser le Z dans le 17ième arrondissement de Paris.
    Très sympa le Z…

    Vu le niveau minable de ses concurrents, même si il y a quelques problèmes avec sa candidature…pour moi, comme on dit :
    « Ya pas photo !! »

    La gauche ? Rien…
    Hidalgo ? LOL.
    Le Macron ? On a donné..C’est bon !
    MLP ? Non.
    Les divers restes de la droite ? C’est clairement du Macaron resucé et européïste.

  22. heli0gabale

    HS mais je ne résiste pas à partager ce grand moment de parlementarisme qui rentre dans le top 10 des discours lunaires de la Macronie :

    https:/ /twitter.com/BFMTV/status/1447918726146363396?t=udp9ToHU_J81r1EqYi4o5A&s=19

    (Ce culot quand même, ça me souffle)

    1. Higgins

      Elle est coutumière du fait et elle sait mentir avec conviction ou alors elle est stupide, l’un n’empêchant pas l’autre. Elle a sorti encore une énormité l’autre jour du style : 75% des français sont pour l’éolien ou l’éolien et le solaire sauront nous donner l’électricité requise demain !!! Et dire que c’est ministre, pauvre France.

      1. Pierre 82

        Je ne pense pas que cette clique est constituée d’idiots. Ce sont plutôt des manipulateurs compulsifs, pour qui la réalité n’a aucune importance, car le seule chose qui importe est la perception de la réalité par les masses à manipuler.
        Et quoi qu’on en dise, je ne serais pas surpris que 75% des gens pensent qu’avec des éoliennes en nombre suffisant, tout irait mieux, mais qu’on y arrive pas pour deux raisons: le mankdemyens, dû aux ultra-riches qui refusent de donner leur pognon volé aux classes laborieuses, et, pour les citadins, la faute en incombe aussi à ces péquenots qui refusent qu’on installe une éolienne dans leur potager.
        Chaque jour qui passe me laisse de plus en plus ébahi par la connerie ambiante. Je vous parle depuis mon Aventin.

        1. heli0gabale

          Ce qu’on fait ici (c’est-à-dire se renseigner ailleurs, comprendre ce qui a anime nos élites, comprendre comment on en est arrivé là,…) ce n’est pas quelque chose de normal, le commun des mortels s’en balance.

          Le citoyen moyen est ignare pas parce qu’il est crétin mais parce que les idées politiques, l’histoire,… Tout ça il s’en fout (et c’est normal).

          1. Pheldge

            le citoyen normal est légitimiste, parce que c’est simple. Ca rappelle le
            « Je suis communiste parce que cela me dispense de réfléchir. » de
            F. Joliot-Curie

          2. Vodkaman

            « Le citoyen moyen est ignare pas parce qu’il est crétin mais parce que les idées politiques, l’histoire,… Tout ça il s’en fout (et c’est normal). »

            Et je ne compte pas les fois où j’ai droit à « vaut mieux pas savoir » lorsque j’aborde les discussions avec un paradigme complètement différent de celui des MSM, genre les éclairages du maître de séant.

          3. Dr Slump

            Ouais mais se déresponsabiliser de ces sujets, c’est vraiment crétin à la fin.
            Alors, faudra pas venir pleurer quand c’est à eux que les khmers verts viendront s’en prendre. Si cela devait arriver, je dirai alors: vous chantiez leurs louanges? Eh bien, dansez pour eux maintenant…

        2. Aristarkke

          C’est sûr que si leur syndrome NIMBY est respecté, des tas de gens seront toujours pour ce qui embêtera d’autres qu’eux.
          En passant, j’ai toujours été étonné que les pequenots Picards envoient des représentants gauchistes à donf dans les assemblées. Ils me semblent n’avoir vraiment rien compris au marxisme et autres doctrines soces et escrolos-soces.

        3. Jacques Huse de Royaumont

          L’Aventin, c’est une colline où on peut installer au moins une demi-douzaine d’éolienne qui font assez de bruit pour t’empêcher de dormir.

      2. heli0gabale

        Allez je relance d’une Pompilli :

        https:/ /twitter.com/RTLFrance/status/1448172077895274500?t=fFtN48zsIqEaw3xxS60JrA&s=19

        (elle me rappelle à quel point Ségogo me manque)

  23. René-Pierre Alié

    Z., c’est le coup de pied dans la fourmilière, que beaucoup de Français attendaient depuis JMLP.
    Comme JMLP, il met le doigt où ça fait mal, avec un avantage, c’est d’être juif. Ce qui n’empêche pas les ukases des prétendus représentants de la communauté (voir la déclaration de Francis Kalifat : pas une voix juive pour Zemmour).
    Difficilement blâmable au titre d’antisémitisme (excepté par ce clown de BHL, qui ressort le vieux truc de la « haine de soi »), le fait d’être juif est quand même un handicap. Difficile d’oublier que les artisans du Grand Remplacement appartenaient pour beaucoup à la même confession. Certaines choses ne peuvent-elles être dites que par un juif ? se diront-ils.
    Pour moi, je voterais Zemmour sans hésitation, en espérant qu’entre deux séances de dédicaces il lise un peu Bastiat, et Maurice Allais.
    Je crains néanmoins qu’il manque un peu de carrure, comme Président. Zemmour, ce serait un Richelieu auquel il manquerait un Louis XIII, pas forcément plus intelligent que lui, mais étant mieux à même d’incarner la fonction suprême.

    1. Higgins

      BHL s’est lâché dernièrement dans le Point sur ce sujet : « Ce que Zemmour fait au nom juif » (https:/ /www.lepoint.fr/editos-du-point/bernard-henri-levy/bhl-ce-que-zemmour-fait-au-nom-juif-12-10-2021-2447219_69.php)
      Seul le jeu de mot facile est à retenir. Pas la peine de s’abonner.

      1. Pheldge

        BHL est un mégalomane aigri : il a eu son rond de serviette à l’Elysée depuis Mitterrand, et ne supporte pas que Z qui le déteste, et pas cordialement, lui vole la vedette, et surtout le foute à la porte du Château !

  24. Blondin

    Excellent article mais, à mon sens, il manque un point.
    Contrairement à Trump, et sauf erreur de ma part, EZ n’a jamais dirigé quoi que ce soit, ne serait-ce qu’une rédaction.
    Or gouverner ça veut dire aussi – et surtout – commander, coordonner, arbitrer, s’imposer…
    Il y a là une grosse faiblesse dans la candidature EZ. Que ses adversaires ne vont pas se priver de souligner.

    1. toto17

      Son immense culture de l’Histoire et sa profonde connaissance des décisions prises par les Hommes d’état dans diverses circonstances devrait lui permettre de palier à tout ça.
      Et puis il ne sera pas seul.

      1. Pierre 82

        Mode Grammar nazi on:
        « devrait lui permettre de pallier tout ça » et pas « devrait lui permettre de palier à tout ça »
        Le verbe pallier est transitif direct, et de plus, prend 2 « l ».
        Grammar nazi off
        C’est juste une taquinerie, of course…

    2. pabizou

      Réponse simple, où sont les résultats des précédents, à part la survie de partis dont plus personne ne veut et qui ont fait passer leurs intérêts avant tout le reste?

    3. Aristarkke

      Adolf H. n’avait rien commandé de sérieux non plus avant d’accéder au Pouvoir.
      Jamais maire ni ministre ou secrétaire d’État…
      Et que dire de Wladimir I. L. par exemple ?
      Merci de ne pas reprendre sans discernement des pseudos arguments à la Méremptoire où ne devraient être candidats à la mairie de grandes villes que des ex-maires de grandes villes. Et avant Lille, de quelle commune avait-elle été maire? Même pas de Lannoy (micro commune totalement enclavée dans Lys-lez-lannoy)

  25. Crypturion

    « …puisque comme le faisait aussi remarquer Charles Gave à la même époque, il confondait et confond encore généreusement libéralisme et interventionnisme d’État tous azimuts, voire avec le capitalisme de connivence. … »

    Le même Charles Gave, qui par ailleurs vient de faire un chèque de 300.000 boules à l’association de financement du parti Les Amis d’Éric Zemmour…

    Peut être un espoir donc, que le Z se fasse expliquer ce qu’est le Libéralisme, et se convertisse même (on peut rêver).

  26. Yves Chauvel

    Le candidat ou l’homme parfait n’existe pas, et c’est une habitude depuis la nuit des temps. Donc, si Eric Zemmour n’est pas parfait, moi non plus d’ailleurs! L’essentiel se situe dans le régalien, la souveraineté recouvrée et la restauration de nos traditions, de notre culture. Le reste suivra…

    1. Jacques Huse de Royaumont

      En fait, nous sommes face à 2 questions :

      Faut-il se déplacer pour voter contre Macron ?
      Zemmour représente-il la moins mauvaise solution disponible pour cela ?

      1. MCA

        Eternelle question :

        Tout sauf Sarko,

        Tout sauf Hollande

        Tout sauf Micron,

        Tout sauf Z ?

        Le pb dans ce pays c’est qu’on ne vote plus depuis longtemps pour élire qq1 mais pour virer le tenant du titre en espérant que le suivant sera la solution à nos maux et on se plante à chaque fois.

        En arriverons nous à espérer qu’excédé par cette situation sans issue un militaire se réveille un jour et se dévoue à faire le ménage sachant que par les urnes c’est devenu impossible ?

        Est-ce souhaitable et le remède ne risque t’il pas d’être pire que le mal?

        1. Pierre 82

          C’est la Vème qui est vérolée, et qui doit disparaître, car non adaptée.
          En fait, on nous demande de choisir un dictateur pour 5 ans, et ce choix est limité à 2 personnes issues du sérail (Z, tout comme MLP, sont également issus du même sérail, d’ailleurs).
          Aller voter dans une telle situation devient un signe d’acceptation, voire de soumission à ce système inadapté. J’ai lentement glissé vers cette conclusion ces derniers temps, et « l’affaire Z » m’en convainc de plus en plus. C’est devenu un vrai cirque, où chacun joue son rôle, et je trouve ça consternant.

            1. Pierre 82

              J’ai failli écrire ça, mais perso, je ne crois pas du tout au retour de la royauté. Ou si c’est une royauté, elle sera forcément constitutionnelle, et donc comme dans les pays du nord de l’Europe, le roi ne pourra faire que de la figuration, et on aura alors un gouvernement soumis à un parlement, grosso modo la situation type IVème république, mais avec Louis XX dans le rôle de René Coty, ce qui est certes plus chic, mais ça s’arrête là.
              Quant à une royauté avec un régime présidentiel (un gouvernement qui dépend directement du roi, et un parlement qui donne juste son avis), type Charles X, ça a déjà montré ses limites. Si l’actuel duc d’Anjou a l’air d’être un très brave type, qui nous dit que Louis XXI ne sera pas un woke de stricte observance?
              Ne parlons pas d’une royauté de droit divin, qui me semble un fantasme pur.
              En plus, ils ne sont même pas fichus de trancher entre le duc d’Anjou (dit légitimiste) et le comte de Paris (orléaniste), et déjà ça, c’est pas bon.
              Je reste sur mon point de vue: ce n’est pas le principe d’une république qui me pose problème, ce terme a d’ailleurs un fourre-tout, puisqu’on y trouve aussi bien l’Allemagne ou l’Italie, que la Corée du Nord, la Chine ou l’Iran.

              1. Jacques Huse de Royaumont

                Sans oublier les républiques de Rome, d’Athènes, de Venise…

                Actuellement en Europe, le roi d’Espagne dispose de pas mal de pouvoir, puisque selon la constitution la souveraineté réside dans le roi et le peuple d’Espagne et il reste le chef de l’armée. Bon, avec une intronisation qui évacue toute dimension religieuse, Philippe VI a sans doute scié les pieds de son trône… On verra.
                On parle désormais d’une restauration des Romanov pour la succession de Poutine. Si cela se produit, le retour d’un roi en France suivrait à mon avis en moins d’une génération. Avec une constitution mixte, qui partage la souveraineté, ça peut tenir la route.

              2. P&C

                Louis XX ? un banquier avec un sourire coldgate… ça sent le macron version fleur de lys.

                Pareil pour les Romanov. Si c’est pour se retrouver avec le très conservateur, très mou, et très incompétent Nicolas III, c’est pas la peine ; ce sera un boulevard pour un Lénine 2.0

    2. Ba

      La souveraineté ? La souveraineté de qui ?

      « nos » traditions ? « notre » culture ?
      Mais vous utilisez le pluriel car vous êtes plusieurs dans votre tête ? Ou vous essayez de me dire que je dois avoir *votre* tradition et *votre* culture, que je ne connais pas et que je n’ai pas envie de connaître ?

      L’essentiel ne se trouve pas du tout dans ce que vous dites. L’essentiel se trouve dans la compréhension chez chacun qu’il faut se débarrasser des États, qui ne sont rien d’autre que des organisations criminelles régulées par leurs lois, et la compréhension qu’aucun homme ne doit être soumis à un autre sans son consentement.

      1. durru

        Toujours dans les mêmes délires sans aucun rapport avec la réalité. Je vous souhaite bonne chance pour vous « débarrasser » du PCC en Chine, de l’Etat en Russie, Turquie, Maroc, etc. Un proverbe, apparemment finlandais, dit que dans un pays il y a toujours une armée. Si c’est pas celle du pays, c’est celle du pays d’à côté. Je vous l’ai déjà dit, mais la réalité ne vous touche pas plus que les idéologues socialistes que vous brocardez.

  27. Higgins

    Les merdias français se surpassent une nouvelle fois avec l’Italie. Tout tourne devant un ou des groupuscules de l’ultra-droite (pouah, les vilains) suite aux manifestations d’hier. Pas un mot sur les appels à une grève générale : https:/ /blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/blog/121021/la-greve-generale-en-italie-dessine-la-tendance-generale-du-moment-j-chastaing

  28. Rick_Enbacker

    Blackout Matters.
    La geurre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage, l’ignorance c’est la force et sans c’est avec.
    A rajouter à la citation d’Orwell
    Elle a aussi reproché aux distributeurs de carburant de se gaver.
    Pour rappel leur marge est d’environ 1 ct/l alors que l’état prend en moyenne 90 ct/l…

      1. Blondin

        Puisqu’on vous dit qu’ils se gavent !!!
        C’est comme Amazon, d’après l’improbable qui sévit en tant que Ministre de la Culture : il faut les empêcher de se gaver dit-elle sans voir que le confinement imposé par l’Etat qui booste comme jamais l’activité d’Amazon.
        Comme il s’agit d’Amazon, personne ne relève, tant le réflexe anti-US rabique est développé en France.

  29. Patrick

    Pass nazitaire jusqu’à l’été prochain, voilà la prochaine date butoir que le gouvernement veut faire passer…Bon ,je retourne chiner pour un bon 12

    1. Souriss

      Le pass ne serra jamais supprimé, suspendu à la rigeur mais il restera utilisé :
      Au mieux comme un moyen de pression, une menace qui plane pour garder les gens sous pression.
      Au pire étendu avec de nouvelles fonctionalitées, pour votre bien évidement.

      1. MCA

        La fonction clé sera probablement la fonction paiement (obligatoire via ce mode).

        Pas de pass plus de paiements possibles.

        Par contre, la liberté de ne pas posséder ce pass sera garantie.

    2. Higgins

      « Le Conseil sanitaire l’envisageait, Gabriel Attal l’a confirmé. Le porte-parole du gouvernement a assuré ce mercredi que le pass sanitaire pourrait être prolongé « jusqu’au 31 juillet, si et seulement si c’est nécessaire, encadrer l’activité des établissements recevant du public ». Il a également précisé que « des décrets pour un état d’urgence sanitaire pour 30 jours » pourront être pris « si et seulement si la situation s’aggrave »… Sur la question de l’état d’urgence, bien que son prolongement soit rendu possible par le texte de loi présenté par le Premier ministre Jean Castex, « son retour n’est absolument pas à l’ordre du jour », a insisté Gabriel Attal. « Il n’y a pas d’état d’urgence éternel », mais « nous retardons le moment où il disparaîtra », a-t-il justifié. » (https:/ /www.20minutes.fr/sante/3147287-20211013-pass-sanitaire-gabriel-attal-annonce-pourra-etre-prolonge-jusqu-31-juillet-2022)

      Notons l’hypocrisie de la dernière phrase de cet enf…

      1. Rick_Enbacker

        Je venais de le poser juste au-dessus mais j’avais oublié les espaces. Donc en attente de validation. La dernière phrase de la déclaration n’a en effet aucun sens logique

  30. Nemrod

    J’ai entendu dire que la présentation d’un Pass frauduleux pouvait valoir 5 ans de taule…
    Faut que je pense à le ressortir à ceux qui me parlent d’Etat de Droit et non autoritaire…
    Maintenant je comprend comment des pays entier peuvent sombrer dans la folie.
    Par l’action d’une poignée de crapule et la lâcheté et la paresse de la plupart des autres.

    1. Rick_Enbacker

      https:/ /www.20minutes.fr/politique/3146967-20211013-coronavirus-conseil-ministres-examine-mercredi-prolongation-polemique-pass-sanitaire?xtor=RSS-176

      Et 75000 € d’amende

    2. Vodkaman

      Pour l’instant, la qualification la plus adaptée prévoit déjà trois ans, ce qui est déjà énorme si l’on songe àque cet usage vise à contourner.
      https:/ /www.legifrance.gouv.fr/codes/id/LEGISCTA000006149854/#:~:text=Le%20faux%20et%20l’usage,45%20000%20euros%20d’amende.&text=La%20d%C3%A9tention%20frauduleuse%20de%20l,30%20000%20euros%20d’amende.

      J’ai bien peur que les rigolos utilisant le pass du présifiente ne prennent très cher.

  31. Yanka

    Mon scénario est que Macron renoncera ou sera empêché, et sera remplacé « au pied levé » par Eddy Alaphilippe (Édouard Philippe, sorte d’Eddy Merckx et de Julian Alaphilippe mêlés, du moins sur le papier glacé, dans les rêves immoroses d’un Christophe Barbier de Séville). Ensuite le candidat de la droite et du centre (ou de la drentre et du croite) sera Barnier. Zemmour parviendra au second tour contre un adversaire qui ne sera pas l’épouse d’Ordralphabetix (ni Bonemine Pécresse, si vous avez suivi).

    Cette question du libéralisme. Soit le libéralisme est un système juridique comme l’affirme Charles Gave (soutien financier majeur des Amis du Z.) et seulement cela, soit c’est en plus un système économique et j’aimerais alors qu’on me fasse comprendre enfin en quoi il se différencie du « capitalisme de connivence » ou de ce que les gens ordinaires entendent généralement par libéralisme et son expression achevée de l’ultra-libéralisme. Si le libéralisme est ce que prétend Charles Gave (j’y souscris assez, peut-être parce que cela m’arrange et que le jour où je l’ai entendu dire ça, une pièce est tombée chez moi et ça s’est entendu, puisque j’avais le crâne vide et creux), si donc le libéralisme n’est qu’un système juridique, alors il y a des libéraux à gauche, au centre et à droite, ce qui expliquerait que dans certains pays (USA, Pays-Bas, pays anglo-saxons en général), les libéraux soient plutôt de gauche. Et si donc cette définition est exacte, alors je ne vois pas en quoi Zemmour n’est pas non plus libéral. Si le libéralisme est un système politico-économique fondé sur la liberté d’entreprendre, l’individu, le marché qui se régule tout seul, la concurrence libre et non faussée, le fric, le fric, le fric et les affaires, en opposition continuelle à l’État omniprésent et ses mamelles abondantes et gorgées de bon lait chaud, alors l’ami Zemmour, partisan d’un état stratège en économie, n’est pas un libéral, ni personne en France en dehors de puristes de papier imbibés de Bastiat (je n’ai rien contre Bastiat, je rassure). Je crois me souvenir que pour Bastiat le rôle de l’état doit se réduire à assurer la liberté et la sécurité. Ce sont là des principes plutôt philosophiques. En pratique et en 2021… La preuve par les omnipotents GAFAM que les belles idées libérales mènent aussi à concentrer le pouvoir entre quelques mains qui finissent par submerger les états du fait de leur force de frappe financière, et ce pouvoir-là, au contraire de l’état, n’est pas démocratique et ne fait pas même semblant de l’être. Bref, un cheval à qui on laisse un peu trop de bride sur le cou, il fait n’importe quoi. Ça explique aussi pourquoi, peut-être, entre le couple antithétique libéralisme/socialisme, je choisis le conservatisme qui met, dans mon esprit du moins, le marché après la vie en société. L’organisation de la société d’abord, en toile d’araignée, puis le marché (ou le commerce, si vous préférez). Les hommes avant les boutiques. Vous avez beau expliquer des trucs aux gens, pour eux le libéralisme c’est un système qui permet aux plus malins, aux plus ambitieux, de s’enrichir au détriment des autres, de la collectivité, en saccageant tout si nécessaire, car le but c’est toujours l’argent, le pouvoir qu’il confère et jamais la sagesse ni rien de paisible. Et dans ce monde-là, tous les coups sont permis, et le cynisme règne. Mais ici on me dit que cela n’a RRRRRRIEN à voir avec le libéralisme, mais bien avec le capitalisme de connivence, comme le communisme de l’URSS et de la Chine et de partout n’a RRRRRIEN à voir avec le communisme idéal des bouquins. Je vois les faux-amis libéraux-conservateurs comme une opposition de type matheux/littéraires (froid/chaud), avec fort peu d’individus brillants dans les deux matières, ce qui serait l’idéal de l’intelligence et de l’harmonie. Toujours des oppositions, des systèmes rigides, du binaire. J’ai une vision plus héraclitéenne des choses.

    Je pourrais développer, donner des exemples, mais bon. Ce n’est pas un combat pour moi. Ici, en terres libérales, je défends autre chose, et en terres socialistes je peux défendre une vision plus libérale, puisque je suis aussi pour un état réduit à ses prérogatives régaliennes, mais un état régulateur (non organisateur). Je suis aussi pour la libre entreprise, il va de soi. J’aime les oiseaux, mais il ne faut pas que des rapaces dans les airs.

    1. Pythagore

      « j’aimerais alors qu’on me fasse comprendre enfin en quoi il se différencie du « capitalisme de connivence » »
      Pffuii y’a du boulot, pas d’intervention de l’état ou du politique dans l’économie. Le marché, c’est à dire le client, fixe les prix. Les clients font la réussite et la défaite d’une entreprise (pas les subventions). Le contrat fait la loi.

      1. Yanka

        Le monde comme il va prouve que quand on laisse faire le marché et sa main invisible toujours miraculeuse, on va de catastrophe en catastrophe et à la fin c’est vouzémoi qui payons, comme on l’a vu en 2008/2009. C’est pourquoi je parle d’un état régulateur, qui fixe les règles du jeu et s’y tient (genre lois antitrust ou encadrant la spéculation). Ceci à supposer que l’état soit une entité aussi neutre que possible et que ces règles ne puissent pas être modifiées au gré des alternances (imaginons Mélenchon élu). Le rôle de l’état serait celui d’un arbitre, d’un pivot, d’un axe. Il faudrait veiller à ce qu’il n’y ait pas d’entrisme, de conflits d’intérêts et limiter drastiquement, voire interdire les lobbies, au moins au niveau du législateur. Pas de subventions, jamais, en aucun cas, nous sommes d’accord. Mais par exemple l’enseignement… Qui organise l’enseignement ? C’est un point crucial. Il existe des écoles libres, dont une bonne partie confessionnelles, mais elles répondent aussi à un cahier des charges de… l’État. Est-ce que l’État, dans ce cas-là, doit produire les règles sans avoir son propre réseau ? Mais alors, s’il n’y a que du privé, s’instruire sera réservé aux plus riches, vu les coûts, et on retombe dans un système de castes, d’aristocratie, de sachants et de gueux, ou dans un système américain où tu paies toute ta vie ton emprunt d’études. La vision anglo-saxonne du monde (fondée sur le protestantisme, le mérite intégral, une sorte de marche où crève séparant la société en winner set en losers) se heurte à nouveau à la conception latine, catholique, plus sociale et pitoyable aux plus faibles, dans un esprit de solidarité et non plus de compétition). Ce sont deux conceptions (juridiques, politiques, économiques, culturelles) occidentales du monde, et je ne vois pas pourquoi nous devrions devenir des Anglo-Saxons. Si on considère que les pères du libéralisme sont John Locke et Adam Smith, le libéralisme est d’essence anglo-saxonne et ça peut expliquer son insuccès en terres latines (et slaves, c’est à vérifier).

        1. Pierre 82

          Je vous conseille une lecture
          https:/ /www.amazon.fr/Comprendre-Doctrine-Sociale-lEglise-Despaigne/dp/2878100646

          Il me semble que cette doctrine répond à ces questions, même si elle se refuse à donner la moindre recette sur la manière de parvenir à une harmonie. Au départ, ça s’adresse à des chrétiens, mais si vous ne l’êtes pas, vous êtes quand même issu d’une culture profondément chrétienne, et vous en êtes le produit. Les concepts manipulés dans cet ouvrage ne devraient donc pas vous sembler saugrenus, même si vous n’êtes pas croyant.
          C’est, je pense, une excellente introduction au concept.

          1. Yanka

            Je ne suis pas croyant, mais j’ai été élevé dans un univers de foi profonde et je ne répugne pas du tout à lire des livres religieux. Je suis par ailleurs et depuis longtemps intéressé par la mystique rhénane (la mystique étant à la théologie ce que le libéralisme est au socialisme).

            Quand je dis que je ne suis pas croyant, j’entends à l’égard d’un monothéisme (je réfute l’idée d’un Dieu unique, anthropomorphe, non d’un principe, d’un souffle créateur). Je suis plutôt païen, au sens intellectuel du terme, mais un païen qui se sent très à l’aide à Vézelay, au Puy, etc. (j’ai fait le chemin de Saint-Jacques en partie). J’aime assez la conception du mysticisme athée développée par Jean-Claude Bologne.

            1. Jacques Huse de Royaumont

              la mystique rhénane : Hildegarde de Bingen, I presume ?
              Si ce n’est déjà fait, tu peux aller voir chez les latins, l’oeuvre poétique de saint Jean de la Croix (peut-être le plus grand poète d’occident), sainte Thérèse d’Avila ou … Dante.
              Les grands mystiques sont fascinants car pour avancer dans leur quête et grâce à elle, ils ont poussé l’exercice de la liberté humaine plus loin que n’importe qui d’autre.

              PS : pour nous Dieu n’est pas anthropomorphe, mais c’est l’homme qui est théomorphe, la nuance est de taille.

              1. Yanka

                « la mystique rhénane : Hildegarde de Bingen, I presume ? »

                Pas spécialement, mais aussi. Le courant de Maître Eckhart et Heinrich Suso et des figures comme Hadewijch d’Anvers, Marguerite Porète et son « Miroir des simples âmes anéanties », les béguines, puis des figures rattachées à ce courant comme Angèle de Foligno. Le principe du mysticisme est le dialogue direct avec Dieu, sans passer par des intercesseurs, ni les discours et bavardages de la théologie (qui n’a rien à voir avec la foi, mais avec le discours autour de Dieu) : Jeanne d’Arc contre le gros Cauchon, pour résumer. La mystique de l’amour contre le discours et la raison raisonnante. Ça m’intéresse beaucoup, historiquement et d’un point de vue psychologique. Les mystiques sont libéraux et les théologiens socialistes ! Ils se passent de l’Église, comme le libéral se passe de l’État. Tout ça se tient.

                1. Pierre 82

                  Pardonnez-moi cher Yanka, mais quand vous écrivez: « Les mystiques sont libéraux et les théologiens socialistes », j’ai un peu de mal à suivre.

                  1. durru

                    Je crois qu’il veut parler des hiérarques de l’Eglise, pas des théologiens. Un théologien c’est un philosophe, un théoricien. Dont la philosophie peut grandement varier.

                  2. Jacques Huse de Royaumont

                    Il n’a pas tort, les grands mystiques ont souvent eu maille à partir avec la hiérarchie de l’Eglise. Sainte Thérèse d’Avila a été pas mal enquiquinée par l’inquisition, par exemple. Idem pour Saint François d’Assise. L’Eglise aussi a ses énarques.
                    Ceci dit, et on l’oublie trop souvent, les grands théologiens, saint Thomas d’Aquin en tête, sont souvent, et d’abord, des mystiques. Cela se comprend, il est impossible d’avoir une pensée réellement créatrice, celle qui fait les grands penseurs, sur la seule mécanique de la logique.
                    Il en va des théologiens comme de tous les autres, seuls les médiocres sont socialistes.

        2. Pythagore

          A ma connaissance, mais je ne suis pas spécialiste du sujet, d’aucun me corrigera si je dis des bétises, la crise des subprimes est liée à la politique de la planche à billet, qui n’est pas le fait du libéralisme.
          Par ailleurs, le consommateur a une responsabilité. Lorsque vous avez un revenu de 1000eur par mois et que l’on vous propose un logement à 500.000eur, peut-être que vous pouvez vous dire qu’il y a anguille sous roche.
          Une entreprise ne peut vivre sans client. C’est au consommateur de se renseigner et d’acheter ou ne pas acheter. Mais ds notre société qui préfère la deresponsabilisation, le consommateur attend de l’état de nous protéger de tout, ce qui finit dans un capital de connivence. Ce n’est plus le consommateur qui a droit de vie ou de mort sur une entreprise, c’est l’état ou les lobbies politiques.

          1. durru

            La crise des subprimes, de mes lointains souvenirs, a été surtout générée par l’incitation du gouvernement fédéral à multiplier les propriétaires même s’ils n’étaient pas solvables. Pour ce faire, deux mastodontes ont été créés : FreddyMac et FannyMae (pas 100% sûr de mes souvenirs sur ces noms). Puis, comme C. Gave le dit dans une de ses dernières vidéos, sur le plan financier ils ont inventé des outils hyper complexes pour cacher les risques et ils ont rempli le marché avec.
            Ce n’est pas contradictoire, c’est pour compléter 😉

            1. Berdol

              Et amplifiée et diffusée dans le monde entier par la titrisation desdits crédits hypothécaires vendus à des débiteurs insolvables dont la clientèle des pauvres des banlieues noires et hispaniques par des démocrates généreux avec l’argent gratuit et qui se foutaient bien des conséquences désastreuses prévisibles pour ces pauvres bougres enfilés une fois de plus par la bienpensance…

              1. Vodkaman

                Un autre facteur important est que les crédits consentis sont à taux variables (sauf connerie, la France fait figure d’exception avec des crédits immo à taux fixe).

                Quand c’est parti en sucette, les taux ont explosés, précipitant la banqueroute des emprunteurs.
                Dans un contexte d’effondrement des prix, vous ne pouvez même plus vous en sortir en revendant, sauf accepter une grosse perte.

        3. sam player

          On dirait bien qu’il y a un concours de celui qui va sortir la plus grosse connerie et personne ne relève, excepté Pythagore, timidement genre excusez moi de vous demander pardon.

          La crise des subprimes de 2007-2008 (2009 etc…n’en est que la conséquence) vient du fait que l’état US a garanti les créances hypothécaires par l’intermédiaire de ses agences Fannie Mae et Freddy Mac.
          Vu que c’était des créances garanties, les acteurs financiers les ont intégrés dans des véhicules financiers qui de ce fait ont été bien notés puisqu’il y avait la garantie de l’état. Idem pour les assureurs
          Et pour vous le problème vient du marché alors que c’est l’état qui a mis ses gros doigts dedans ?

          1. durru

            Sinon, depuis que tu ne squattes plus ces pages, Yanka a fait son nid, au point que j’avoue avoir lu son post très en diagonale et d’un air distrait. Fatigant d’expliquer la même chose plusieurs fois…

            1. Yanka

              Moi aussi, si je veux, je peux arranger les choses pour qu’elles conviennent à l’idée que j’en ai, quand la réalité leur a brisé quelques dents. Les libéraux font ce que font les communistes quand on leur reproche Staline, etc. : ça n’a rien à voir, ce n’est pas ça le communisme, usw ! C’est humain, mais c’est le problème avec les idéologies : en principe, c’est très beau ; en pratique, y a souvent des couics et des couacs, quand ça ne part pas en sucette. Ça ne m’empêche pas de voter dans mon pays pour un parti libéral ou qui se dit libéral, faute de plus charnu. Et aussi une chose qui me fatigue dans le discours libéral, c’est d’attribuer au socialisme tous les maux de la Terre. C’est quand même assez convenu. Ça fait club de vrais mecs qui se gaussent des gonzesses ; et puis quand une gonzesse arrive, les slips se tendent et le sucre verbal coule des lèvres ! Y a pas besoin de me réexpliquer les choses comme si j’étais malentendant ou borné. Entre l’excès de solidarité des socialistes et l’excès d’individualisme des libéraux (le côté « marche ou crève » qui perce vite), il y a autre chose. Entre le noir et le blanc, il n’y a pas que le gris (qui résulte du mélange des deux), mais tout le spectre. Et ne me faites pas dire que je suis pour un arc-en-ciel politique et des licornes qui sautent partout joyeuses !

              1. durru

                Purée, mais c’est plus fort que vous !
                Pourquoi diable avez vous écrit « le libéralisme est un système juridique » si vous n’en croyez pas un traître mot ???
                Vous n’arrêtez pas de parler du libéralisme vu par les yeux de ses adversaires (devrai-je dire ennemis, carrément), mais lorsqu’on vous propose un point de vue libéral (Philippe Fabry – « Rome du libéralisme au socialiste », pour rester dans la sphère de vos posts), vous l’ignorez royalement.

                1. Pierre 82

                  N’empêche que j’ai eu souvent ce sentiment de me sentir dans la peau de ces gauchos que je fréquentais quand j’étais étudiant et qui m’expliquaient doctement que l’URSS, ce n’était pas du vrai communisme. Ce sentiment très perturbant me prend chaque fois que j’essaie d’expliquer que le capitalisme de connivence n’a rien à voir avec le libéralisme.
                  Je m’en suis d’ailleurs quelques fois épanché sur ce blog, en me demandant si on ne devrait pas trouver un autre nom pour définir le concept de libéralisme, qui est en fait, comme l’explique Gave, d’abord un principe de droit.
                  Si le libéralisme est devenu un gros mot, comme l’explique si bien Yanka, c’est parce que dans la tête des gens, ce mot est synonyme d’un état qui vole l’argent des classes moyennes pour le filer dans la poche des gens qui sont déjà à la tête de la puissance économique, tout en se partageant le butin, et en s’arrangeant pour mettre des bâtons dans les roues de ceux des nouveaux venus qui essaieraient de parvenir au sommet.
                  Par opposition, un socialiste est quelqu’un qui vole l’argent des classes moyennes pour en redistribuer à leur clientèle électorale, mais également pour favoriser ceux qui sont au sommet de la puissance économique, manœuvre qui leur est nécessaire pour se maintenir au pouvoir, et avec qui, comme pour la première catégorie, ils se partagent le butin.
                  Un « vrai » libéral serait plutôt quelqu’un qui arrêterait de considérer les poches des classes moyennes comme leur propriété, et qui pense que le rôle de l’état n’est pas de redistribuer un butin, mais juste de s’assurer que les règles du jeu soient respectées, et que ceux qui sont à la tête de la puissance économique n’empêchent pas les nouveaux venus de les rejoindre, et ne les aide pas non plus s’ils chutent. A côté de ça, l’état peut bien sûr prendre soin des plus faibles, mais tout en s’assurant de ne pas subventionner ad vitam quelqu’un qui ne veut pas bosser. Fragile équilibre…

                  On a beau se rouler par terre en gémissant, je n’en démords pas: le mot « libéralisme » nous a été volé par plusieurs décennies de travail de sape des étatistes qui contrôlent l’enseignement.
                  Alors, la manière la plus simple de contourner un pareil obstacle (qui est insurmontable en quelques années, il faudrait au moins 2 générations pour effectuer le glissement sémantique inverse) serait de trouver un nouveau mot. On avait abordé ce sujet il y a quelques années, mais on n’a rien trouvé de satisfaisant.

          2. Jacques Huse de Royaumont

            Je crois me souvenir que cette manip est une conséquence d’une décision de Clinton qui voulait favoriser l’accession à la propriété de populations qui n’en avaient pas les moyens. La garanti de prêt par l’état était alors nécessaire pour trouver des prêteurs.
            Du socialisme pur sucre, donc.

            Nb : je suis tombé dans mes vieux cartons sur un bon obligataire de 1922 émis par la mairie de Paris, d’une valeur faciale de 1 Franc. Ce coupon circulait comme un billet de la banque de France avec lequel il était échangeable (c’est écrit dessus). Les crédits s’utilisaient donc déjà comme de la pseudo-monnaie il y a un siècle, nos banquiers centraux n’ont rien inventé, il ont juste compliqué les choses pour les rendre incompréhensibles.

          3. Theo31

            Le bousin avait, dixit Stiglitz, une chance sur 500 000 à 3 000 000 de se casser la gueule.

            Ce crétin aurait mieux fait de lire Taleb qu’écouter un soit disant expert en risques.

        4. bibi

          Qui est le responsable de la crise de 2008 l’état ou le marché?

          Crise des subprimes, un désastre engendré par l’état
          objectifliberte.fr/2008/08/subprimes.html
          Vincent Benard

    2. Dr Slump

      La loi est faite pour tous les hommes et quelques hommes font la loi…
      Les rats sont sur terre comme dans les airs, et c’est insoluble.
      Libéralisme, conservatisme, rien ne pourra jamais instaurer le système parfait sur terre. Et d’ailleurs, d’une part supprimer le mal de la terre est une impossibilité ontologique, et d’autre part ce n’est pas le but. Live with it.

      1. Yanka

        Juste observation; C’est pour ça qu’il faut renoncer aux idéologies, du moins celles qui prétendent présenter un système parfait, global, total (c’est le propre des idéologies, mais certaines idéologies sont plus soft que d’autres). Quand je dis que j’ai une vision héraclitéenne des choses, je ne dis rien de plus : tout est dans tout, la nuit et le jour sont la même chose dans des états différents, tout n’est que mouvement et transformation et le principe premier est le feu perpétuel (pour résumer). Un système est un système partiel par définition. Ce qui vous convient ne me convient peut-être pas, sans qu’il y ait là-derrière un esprit de contradiction. Une sensibilité n’est pas l’autre. Il faut des ingénieurs, mais aussi des poètes, des musiciens, des auteurs. J’ai toujours trouvé chez les libéraux une froideur à l’égard des arts, et pas mal d’ironie sur les artistes (la création artistique est intermittente, elle ne peut être mesurée du point de vue de l’efficacité, cadrée dans un horaire). C’est pour ça que je parle d’une opposition de type matheux/littéraire, raison/passion, tripalium/otium, etc. C’est un peu caricatural, mais pas tant que ça. Tous mes profs de français/histoire/latin étaient chaleureux, tous mes profs de maths/physique étaient secs comme des rebecs et revêches comme des bêches ! Cerveau droit/cerveau gauche… Ce sont des observations que je fais souvent quand je cherche à savoir à qui j’ai affaire. Dieu nous garde d’une société où il n’y aurait que des ingénieurs ou que des poètes ! Ce n’est pas ce que je souhaite. Je pense que l’intellect est une chose, mais qu’au-delà de ça, il y a une part de sensibilité profonde que l’on a ou pas, et je mesure ça à la quantité et à la qualité de nostalgie (« douleur que pose la proximité du lointain », selon Heidegger) qu’ont les gens, s’ils sont ou non sujet à la mélancolie et dans quelle mesure, un penchant à une tristesse de fond (non pathologique) que le théologien allemand Romano Guardini (oui, il est Allemand) explique par l’inquiétude que provoque chez l’homme la proximité de l’éternel (qui serait un frein à l’action et inciterait à la réflexion, à la rêverie). L’homme d’action (raison, logique, mathématiques, froideur) n’a aucun scrupule à agir, car rien ne l’entrave au-dedans, etc., etc. Je retrouve ces derniers aspects chez le libéral (pour la couleur de fond, la tonalité général du bonhomme).

        1. Dr Slump

          Ah ça, vous êtes bien l’antithèse de sam player vous, y’a aucun doute ! 😀
          La « froideur » rationnelle dont vous parlez m’a souvent irrité, je suis plutôt du tempérament chaud vous voyez, mais quand les matheux en question maîtrisent leur sujet, c’est formateur de pouvoir se confronter à leur logique distanciée, et c’est nécessaire, je crois, d’apprendre à réfléchir de ces deux façons, rationnelle-linéaire et intuitive-systémique.
          Il y a bien des artistes des mathématiques après tout, et des peintres matheux.

        2. Jacques Huse de Royaumont

          En fait, tu es proche de l’idéal de l’époque gothique ou raison et passion, culture et nature ne s’opposent pas mais se soutiennent, ainsi que l’exprime magnifiquement l’architecture de l’époque.

          1. Dr Slump

            Ainsi que l’architecture et les arts du 19e siècle, que j’aime beaucoup. Les quartiers modernes avec leurs immeubles coins carrés et baies vitrifiées me font déprimer, c’est morbide, sans vie, sans esthétique. Heureusement, c’est construit en carton-pâte, ça tombe en morceaux et ne durera pas.

            1. Pierre 82

              C’est un truc qui m’a frappé depuis des décennies.
              Jadis, les « ultra-riches », comme on dit maintenant pour faire bien, construisaient des palais somptueux, de Florence à Bourges en passant par Paris et Venise, que tout un chacun pouvait admirer.
              Maintenant, ils construisent des villas d’un goût de chiotte, qui en plus, sont invisibles des manants, car cachés dans des chemins privés, et dont la seule chose que l’on peut apercevoir sont les barbelés qui protègent leurs camps retranchés.
              Je ne parle même pas des édifices publics, et surtout pas des églises, car j’en pleurerait…
              Heureusement, comme vous le dites, ce n’est pas fait pour durer.

              Une petite citation d’un certain Heinrich Heine, écrit au début du XIXème siècle.
              « On ne pourrait plus rebâtir de cathédrales, parce que ceux qui ont fait cela avaient des convictions. Nous, nous avons des opinions. Et on ne bâtit pas une cathédrale avec des opinions. »

                1. P&C

                  Peut être est-ce lié à la nature de ces ultra riches ?
                  Nos riches actuels sont loin d’être des seigneurs de guerre, des curetons, et des banquiers dans le style des Medicis.

                1. Pierre 82

                  Et contrairement à aujourd’hui, l’envie et la jalousie étaient considérés comme des péchés. Maintenant, elles sont tenues pour des vertus cardinales. Ça fait la différence, aussi…

            2. Yanka

              @Dr Slump 14 octobre 2021, 9 h 38 min

              Le dernier grand mouvement étant l’Art Nouveau. J’ai eu le plaisir de travailler avec la fille de Jean Delhaye, d’un des derniers collaborateurs de Victor Horta et créateur du Musée Horta, l’archéologue Anne Cahen-Delhaye. Ce que vous dites de l’architecture moderne est frappé du coin du bon sens. Un Français non croyant pourrait se battre pour sauver la cathédrale de Reims ou la basilique de Vézelay, mais qu’il ne bougera pas son cul d’un millimètre pour sauver l’église Saint-Pierre de Firminy, œuvre du Corbusier.

              1. Aristarkke

                Oeuvre de Le Corbusier, siouxplay!!!
                Déjà qu’il faut subir des « au Mans » ou « au Touquet »…
                l’Académie Française, du moins ce qu’il en reste après avoir cédé pour les noms de ville, reste au moins encore intraitable pour les noms de personnes !!!
                La Belgitude francophone doit s’y plier!!!
                Fin de mon quart d’heure grammar nazi!!! (pour l’instant)

            1. Pierre 82

              Ceci étant, la messe la plus émouvante à laquelle j’ai assisté, était célébrée à la basilique la plus laide de France, Sainte-Bernadette de Lourdes (ville qui contient 3 basiliques, ce qui est assez unique).
              Comme quoi…
              Je ne connaissais pas Saint-Pierre-de-Firminy..
              Je découvre, et les photos disponibles sur le web ne sont déjà pas terribles, mais alors, en Google Street View, c’est carrément à vomir. On a des silos à grains plus élégants. Je vous confirme que si elle se lézardait, ça m’en toucherait une sans m’en faire bouger l’autre…
              Vous parlez d’art déco, mais l’église St Augustin à Forest (Altitude 100) est quand même à gerber… comme quoi on ne réussit pas tout…

              1. Higgins

                J’aime bien Le Corbusier mais là, je dois dire que je trouve ça moyen. D’ailleurs, elle est rarement citée dans ses travaux. Par contre, je ne dirai pas la même chose de Notre Dame de Rongchamp qui, pour moi, est absolument superbe.

    3. Nemrod

      Scénario audacieux.
      Je ne comprend pas l’engouement pour Ed qui pour moi a tout raté et a allumer le brasier des gilets jaunes en plus d’être un traitre quand même et un arriviste .
      J’entend autour de moi des gens; surtout des femmes( désolé) qui ont une haute considération pour lui…ça me laisse rêveur.
      Mais bon j’ai l’habitude de me sentir vraiment très décalé par rapport à mes concitoyen donc…l’habitude.

      1. Vodkaman

        C’est juste parce qu’à la différence des précédents, qui mesurent au max 1,40 m au garrot, il en fait 1,70 ???
        Big is beautifulll

      2. Pheldge

        oui, des femmes surtout, comme pour Macron … la décadence de ce pays a commencé avec le droit de vote des femmes ! (René Pierre approved) 😀 😀

    4. durru

      Le monde n’a pas commencé en 1932, ni même en 1789.
      Les Etats n’ont pas toujours été des Etats-providence, malgré ce qu’on essaie de nous faire croire. Même l’action d’un Colbert (déjà un cas plutôt particulier) est très loin des Etats-stratèges modernes.
      Un livre que je vous conseille (aussi) : « Rome du libéralisme au socialisme », de Philippe Fabry. Qui montre pourquoi et comment le libéralisme assure la prospérité, prospérité qui amène le socialisme qui n’a pas d’égal à dilapider et dissiper cette prospérité.

  32. Arthur H

    Parfois, je continue ma lecteur de l’Archipel du goulag… un fabuleux livre.

    Je recommande de le lire, ou de le relire, car tout y est décrit: l’espionnage de tous les citoyens, la folie de l’administration, la pauvreté de l’ensemble de la population qui pourtant est fournie en génie.

    « Ils, les médias et les juges, ne disaient pas ‘traitre à la patrie’ mais ‘traitres de la patrie' ».

    Nous vivons actuellement en France l’avènement d’un archipel en tout point similaire.

    Je lis peu et je garde des livres en réserve car je sais que leur lecture est un voyage au début de l’infini.

    Bref.

    1. Nemrod

      Suis dedans aussi…une relecture.
      Un livre d’une puissance inégalée je pense.
      Je l’avais lu un peu jeune et ça me paraissait un peu ésotérique…lointain et impossible.
      Maintenant je comprend…la mécanique, l’engrenage qui amène toutes ces horreurs.

      1. Arthur H

        En France, mes compatriotes ont peur.

        La peur interdit de se cultiver, elle interdit non pas juste de dire mais aussi de lire.

        Lire est donc un acte de résistance salvateur car c’est la construction puis l’entretien d’un bouclier au moins intérieur 🙂

        La peur favorise la corruption, elle favorise le crime, la tricherie, les fausses écritures.

        La peur n’est plus ni un tabou ni un totem; non, Peur est un devenu un art de vivre. Qui a peur ment quelqu’en soit le prix; et la vérité, comme la liberté, coûte toujours plus chère que toute chose car elle est collective par opposition à la vie qui est individuelle.

        Si j’avais les moyens, je mettrais les doigts dans à endroits: les médias et le secret du roi.
        Car ce dernier sait et que le premier dit. Peut-être que l’avenir de France tient en trois verbes: savoir, dire et faire (les deux premiers).

        Amen

      2. Louchp

        Ça fait un moment que je voulais le lire, vous m’avez convaincu de le mettre sur le dessus de la pile.

        Pour ma part j’ai enfin réussi à trouver le « courage » (et la volonté délibérée de perdre du temps) pour commencer à lire La Grande Reinitialisation de Klaus Schwab, sachant d’avance ce que j’y trouverais : rien hors mis banalités et inepties, le tout saupoudré de bien-pensance dégoulinante.

        Un détail cependant a éveillé mon attention :
        « Le prochain obstacle est le défi politique consistant à vacciner suffisamment de personnes dans le monde (collectivement nous sommes aussi forts que le maillon le plus faible) avec un taux de conformité suffisamment élevé malgré la montée des anti-vaccins. »
        J’avoue avoir eu un doute sur le moment, au point de vérifier pour en avoir le cœur net : oui le livre est bien paru en juillet 2020 …..

    2. Dr Slump

      Les guerres se suivent et se ressemblent toutes, les empires passent et tombent dans l’oubli, l’humanité n’apprend rien et refait les mêmes guerres, les mêmes empires, les mêmes effondrements.

      1. P&C

        Pour l’effondrement, je ne suis pas sur…

        Je ne conçoit pas les empires de jadis tomber sous les coups des wokes.
        L’empire romain à la fin mou et faible, à la rigueur…

        1. Dr Slump

          L’empire romain en déclin avait clairement son équivalent des woke. Rien de nouveau sous le soleil, je me tue à le dire. Tout ce qu’on peut dire à propos de l’humain a déjà été dit, tout ce que l’humain peut vivre sur terre a déjà été vécu, chacun revit ce que d’autres ont déjà vécu, le reste n’est que littérature.
          Pour l’effondrement, je veux simplement dire que tout empire, toute civilisation finit par disparaître. Vanitas vanitatum, etc.

          1. Husskarl

            Qui étaient les wokes de ce temps là ?

            Je ne vois pas, les gens étaient ramollis par le confort et pensaient aussi qu’intégrer des métèques était possible, mais il me semble que c’est tout.

            1. P&C

              L’empire romain a assimilé nombre de peuples au cours de son histoire.
              Par exemple, lors de l’épisode des invasions simbres et teutonnes (où s’illustrera un certain Marius), les Noriques, peuple germanique allié de Rome, fuiront en masse vers l’Italie. Rome absorbera les Noriques sans problèmes.
              De même pour la Gaule… les modes de vie gaulois se rapprochaient de celui des romains, à tel point que les deux civilisations auraient fini par fusionner, Vercingétorix est un baroud d’honneur d’une élite confrontée à sa fin.
              Même les goths… c’est d’ailleurs parce que les romains les ont méprisés qu’ils se sont révoltés… et ont fumé l’armée romaine et un empereur du même coup. Mais lorsque qu’Alaric prend Rome, le déclin est déjà bien engagé…

              Le moment de bascule de l’empire, je ne sais où le situer…

              Les valeurs sociales romaines étaient déjà en carafe sous la république, avec crise de natalité, guerres civiles dans tous les sens. Il aura fallu qu’un sénateur se la joue Palpatine pour redonner un peu de peps au merdier.
              Même avec la grosse peste noire Antonine, l’empire est encore solide… et attendra son extension maximale sous Trajan. Mais c’est également là qu’il va se militariser et se bureaucratiser.
              (même sous Marc Antoine, les effectifs de l’armée sont grosso modo resté au même niveau de ceux ci sous Auguste).

              1. Pierre 82

                Oh non, s’il vous plait !!! On est déjà empêtré à essayer d’expliquer le libéralisme à Yanka, ne nous rajoutez pas mes gnostiques…

                1. durru

                  C’est pourtant cohérent, cher Pierre.
                  Voyez l’intervention de P&C ci-dessus, il ne veut pas comprendre, lui non plus, que l’Empire Romain était déjà à un stade assez avancé de socialisme. Et les gnostiques en pre-wokes et bras armé du socialisme pour la destruction accélérée des bases de la société c’est une suite assez logique.

                  1. P&C

                    @Durru

                    Tu te méprends. Je ne conteste pas Rome a fini dans le n’importe quoi (suffit de voir les œuvres de l’empereur Caracala), mais je cherche à savoir quand le changement a lieu.

                    De même, Rome libérale, ça me fait tiquer. Les valeurs sociales qui ont fait Rome, c’est le Mos Majorum.
                    Si on se place du point de vue commerce, la société gauloise est plus libérale.

                    Est-ce pendant la république ? je me souviens d’un discours de Metellus Scipion qui n’aurait rien à envier aux MGTOW actuels.
                    Caton l’ancien avait plaidé sans succès pour la réinstauration du mos majorum.
                    On sait aussi que Octave, sans doute traumatisé par sa mère, sera très sévère dans la réinstauration du mos majorum, avec coups de fouet en public pour les femmes accusées de mauvaise conduite.

                    Si tu parles de l’annone (la distribution de blé à la population), la charge de préfet de l’annonce date des débuts de la république.

                    Je ne sais pas si l’empire romaine est mort de socialisme, (si tu peux me le démontrer je suis preneur), mais je sais qu’il a souffert des défauts suivants :
                    – une économie lourdement basée sur l’esclavage
                    – peu d’innovation. Les maths, c’est bon pour les grecs.
                    – une bureaucratie qui deviendra tentaculaire.
                    – une armée aux effectifs croissants, qui va être source d’instabilité. Et dont la qualité va baisser.
                    – la peste antonine et celle qui suivront , qui vont amputer les forces vives et réduire les effectifs recrutables.
                    – l’impression de monnaie pour financer l’empire qui va plomber son économie.
                    – une perte des valeurs (le fameux « temps faciles hommes faibles ») au moins dans l’aristocratie romaine (il faut voir ce que Attila a appris lors de son séjour à Rome : les romains sont des gens riches, mous, et faibles. Il a fallu le meilleur général de son époque et une coalition de peuples fédérés pour repousser Attila, même pas le vaincre, puisqu’il reviendra).
                    – le rôle des religions (le christianisme ?)

                    1. durru

                      Pour la démonstration, je conseille la lecture de l’ouvrage de Philippe Fabry, « Rome du libéralisme au socialisme », paru en 2014 (assez difficile à trouver en format papier, mais numérique y’a pas de souci).
                      Le passage au socialisme (« par le haut », comme il dit) serait à placer après les guerres puniques et le déferlement de richesses que ça a généré, richesses captées par… les riches. La suite, c’est un enchaînement trop prévisible, finalement.

          2. Pierre 82

            J’ajouterais pour ceux qui rétorquent que l’empire romain a connu plusieurs siècles de décadence avant de s’effondrer, que notre système est déjà en état de décomposition avancée, et depuis un bon moment, et que les poteaux qui le soutiennent ne sont déjà plus supportés que par la rouille.
            Je ne peux pas m’empêcher de penser qu’on est déjà tombé dans le trou, que les bruits de craquements sont de plus en plus sinistres, et que la seule chose qui faisait tenir notre civilisation, à savoir une consommation effrénée, qui ne se soucie pas de notre absence de solvabilité, a déjà atteint son point de rupture.
            Les pénuries commencent seulement à montrer le bout de leur nez, ça ne sert à rien de vouloir se voiler la face, ça va s’empirer, car il n’y a aucune raison que la confiance revienne.
            Pour notre consommation (à crédit), nous dépendons d’autres pays, et le mur de notre crédibilité économique est plus que lézardé, il est déjà en train de tomber. Quand un clodo vient vous pour acheter des trucs en disant qu’il payera demain, il arrive un moment où vous ne lui faites plus crédit. Et là, ça fait un moment que ça dure.
            La presse se gargarise d’un taux de chômage historiquement bas, sans même sembler se rendre compte que ce sont principalement des personnes qui sont entrése en masse dans la marge, c’est-à-dire qu’ils ne prennent même plus la peine de s’inscrire chez Paul Emploi, et qui vivent d’expédients, tant que c’est encore possible.
            Seule l’inertie maintient le système en place, mais il faut bien comprendre que cette force d’inertie est prépondérante dans les forces qui maintiennent le bousin en service depuis déjà quelques décennies.

            1. P&C

              +1
              La maison est vermoulue depuis pas mal de temps maintenant.

              Effet de la WW2 ? confort et prospérité sauve « les temps faciles créent des hommes faibles « ?
              Destruction des valeurs et structures de base de la société occidentale ?
              Incapacité à créer du sens ou une vision partagée de l’avenir ?
              Détricotage de la société par le marketing politique ?

            2. heli0gabale

              Rome aurait pu mourir 2 ou 3 siècles plus tôt, c’est un miracle (façon de parler) si elle a tenu aussi longtemps.

              Je me demande bien si l’Occident aura cette résilience, il suffit de 2 semaines de blackout pour transformer le comptable metrosexuel du coin en Immortan Joe ou autre sauvage psychotique.

              1. P&C

                On a vu ce que valait l’occident en Afghanistan

                La marionnette des russes avait tenu 3 ans. La notre, 145 jours… et il s’est barré avec la caisse.

                1. durru

                  C’est parce que la caisse était pleine, justement.
                  Et qu’elle était remplie d’argent gratuit, qui ne manquait à personne.
                  On a quand même à faire à des imbéciles de compétition, c’est toujours Audiard qui a les mots justes.

          3. Pheldge

            tiens merci Dr, tu viens de me donner une idée de surnom pour le maquignon des hauts de France : M. du déclin, en toute simplicité, comme Bertrand du Déclin 😉

            1. Pierre 82

              Joli. Je suis béat d’admiration.
              Dommage que ce Bertrand du Déclin tombera dans l’oubli bien avant cette présidentielle.
              A moins qu’il n’ait sa chance, plus rien n’est de nature à m’étonner ces temps-ci…
              Gave l’a surnommé Séraphin Lampion, mais ça ne correspond pas. Lampion est un assureur ultra-relou, mais qui essaie d’être drôle, et n’a pas un mauvais fond.
              XB, par contre, aurait tendance à me foutre les jetons, sans doute pire que Macron. Pour la caste, ce serait un candidat idéal. Pas pour rien que Tandonnet le voit comme l’homme de la situation.

  33. Simon C-T

    Ce billet intitulé « Les problèmes du candidat Zemmour » est hors-sujet. Zemmour n’ambitionne pas de devenir Premier Ministre mais Président de la République Française qui est, selon la conception gaullienne de l’État, une monarchie républicaine. Le Président incarne la nation et ses valeurs, le Premier ministre détermine et en conduit la politique. Un peu comme si l’on avait reproché au candidat Georges Pompidou d’être avant tout un littéraire (professeur de français, latin, grec), banquier chez Rothschild, auteur d’une Anthologie de la poésie française et amateur d’art contemporain. Oui, Pompidou, comme Zemmour, « n’a jamais été entrepreneur à succès et ne connaît pas grand-chose du monde de l’entreprise ». C’est pourtant sous sa présidence, à la fin des 30 glorieuses, que la politique de modernisation de la France a été conduite ; symbolisée par le Concorde, le TGV et la naissance de grands groupes industriels. Sans oublier les investissement de l’État dans les secteurs de l’automobile, l’agroalimentaire, la sidérurgie, les télécommunications, le nucléaire ou encore l’aéronautique et l’aérospatial. Lorsque Zemmour « serine que le libéralisme détruit les structures traditionnelles », il fait plutôt référence aux libertariens qu’aux tenants d’un libéralisme économique. Dans son interview du 28 septembre sur LCI face à François Lenglet, il déclare « Il faut alléger les charges sur les entreprises, il faut qu’elles soient compétitives…je ne suis pas un communiste, je ne vais pas vous dire qu’il faut tout nationaliser « .

    1. Nemrod

      Oui mais ça c’était avant.
       » arrétez d’emmerder les français » disait Pompidou aux crânes d’oeuf de l’époque…vous dire si ça date.
      Un temps que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaître.
      Maintenant nous sommes dans un régime avec un hyperprésident…merci le quinquennat.
      Un seul homme décide de tout avec quelques conseillers ( enfin d’aucuns disent qu’ils appliquent seulement une feuille de route) et tous les godillots suivent…Macron en est l’avènement ultime.
      Ceci dit vous avez raison et Z serait bien inspiré de revenir à ça et de le dire publiquement.
      Je suis le leader, l’instigateur, je fixe un cap général mais je ne m’occupe pas de la couleur du papier chiotte dans l’EDNAT.
      La plus grosse erreur de Le Pen a été de s’enferrer dans des détails technocratiques, des chiffres, des pourcentages face à l’archétype du techno…qui peut bien la conseiller d’ailleurs ?

      1. Yanka

        « … qui peut bien la conseiller d’ailleurs ? »

        Il y avait Philippot, un énarque, et Zemmour a pour plus poche conseillère une énarque (Sarah Knafo), qui à 16 ans toutefois voulait être… Marie-France Garaud ! Sarko conseillé par Buisson avait pas mal réussi, et Buisson n’est pas un techno.

      2. Berdol

        Le crane d’œuf en question, c’était ce grand dépendeur d’andouille de Chirac…Il n’a pas retenu la leçon. Mais comment s’encombrer d’un secrétaire d’État de cet acabit ?

    2. kekoresin

      Z nes s’oppose pas à la mondialisation économique mais défend une idée de patriotisme et d’un état stratège comme effectivement sous Pompidou. Pour ce qui est des autres politiciens professionnels, ils n’ont pas plus de connaissances du monde réel de l’entreprenariat sauf dans des cabinets d’avocats ou des sièges de direction bidons. Ils en savent en tout cas assez pour piller la France et naviguer dans des recoins douillets mis en place par eux-mêmes et pour eux-mêmes avec de l’argent publique dont ils s’assurent la rentrée régulière à coups de boutoir dans le fion.

      Pour juger de la compétence des minables en place qui nous parlent à grands coups de com de stratégies pour la France, histoire de convaincre les gogos de les engager pour un tour supplémentaire, 5 ans de rab pour finir de racler le fond de caisse :

      https:/ /youtu.be/1rxC8bN6hEE

    3. Theo31

      Z ferait mieux de lire Rothbard plutôt que Tirole.

      Un type parlant de protectionnisme n’est pas libéral.

      Ça me gonfle profondément ces « immigrés » qui se sentent plus français que les autres.

      1. Nemrod

        Oui j’en connais aussi qui sont plus français que moi dont les ancêtres grattaient la terre ici depuis aussi longtemps qu’on puisse remonter.
        Plus français mais double nationalité et prénom Français à ne pas employer.
        Bon, je comprend l’attachement aux racines mais merde à la fin.
        Dont un que j’adore mais pas pour ça.

              1. Dr Slump

                Ok, si tu veux, mon propos ne portait pas sur les subtilités kabalistiques du golem, mais sur sa nature de créature sans personnalité ni volonté propre.

  34. kekoresin

    Bien d’accord avec le taulier. Z n’est pas clair avec la destruction massive des libertés dans ce bordel intégral qu’il nomme pompeusement ‘nation ». Sa position économique est plus qu’ambigüe surtout vis à vis de l’UE. Cela étant, les autres clampins ne sont pas mieux et trottinent derrière en mode impro désastreuse. Quant à la vision du « libéralisme », elle sonne aussi surannée dans l’intégralité des discours. La où je ne suis pas mister Hash, c’est sur le positionnement du marché intérieur de la France qui est forcément trop restreint pour réussir. Le Royaume Uni ou la Norvège ne se portent pas si mal en dehors du gloubiboulga européen. Bien sûr ce pays doit se libérer de ses oripeaux soviétiques sous peine de sombrer, dans ou hors de l’UE. Ce préalable est nécessaire pour ne pas continuer à s’enfoncer en entrainant le troupeau frappé du syndrome de Stockholm envers le cartel Macronien.

    En tout cas je suis sidéré d’assister au comportement de ces gaulois que l’on dit réfractaire mais qui fond comme du beurre rance à la moindre hausse de la température totalitaire. Parfois je me crois plongé dans un roman de Philip K. Dick, une espèce d’uchronie délirante dans laquelle des escrocs au pouvoir auraient démantelé Alstom et fermé Feissenheim tout en annonçant le développement du nucléaire. Une fiction où les menteurs, tricheurs, voleurs arriveraient en tête des sondages, dans un troupeau soucieux de sa sécurité au sein de l’abattoir. Pas sur que Z n’arrive à convaincre des moutons qui souhaitent ardemment se faire tondre et transformer en kebab, surtout en s’agrippant à ses vieilles lunes sur les prénoms tout en éludant la question majeure de la liberté, qu’elle soit individuelle ou économique.

  35. kekoresin

    Le cirque va tourner jusqu’en mai, voire en juillet pour un spectacle de pass pass reconductible pour des siècles et des siècle, Amen !

    https:/ /youtu.be/Jkl4atkGCiA

    1. MCA

      @kekoresin 14 octobre 2021, 0 h 19 min

      T’inquiète, en bons pervers ils ont plus d’un tour dans leur sac :

      Pass jusqu’à l’été?

      Pour rendre sa validité illimitée ils sont foutus de décréter la disparition des saisons à cause du RCA.

  36. Creation Rebel

    Dans l’ isoloir, si on y va
    Entre le charisme de la vache ou du taureau et le programme proposé
    Qui a le dernier mot ?
    Les sondages sont fiables comme le vaccin à la mode.
    Les prochains mois seront Rock, Metal, Classique, Reggae, Jazz, Electro…

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Et une coupure de gaz.
        J’attends avec gourmandise la pièce de propagande qu’il faudra déployer si ça arrive.

          1. Pheldge

            la mondialisation, le turbo libéralisme, preuve qu’il faut nationaliser tout ce qui bouge !

            Ah, et, parce que c’est un slogan fédérateur, qui marche de LFI au RN, il faut « faire payer les riches ! » 😉

              1. Berdol

                Elle avait juste pour but d’avantager les Allemands grâce aux efforts faits par les français dans le domaine nucléaire.
                Je suspecte nos gouvernants depuis Mitterrand d’avoir tous été des adeptes de la brioche infernale comme disait Alphone Boudard. Quand on voit le grand Kohl tenir par la main le petit mignard sur le retour, ça donne à penser…

                1. Pheldge

                  ah bah vala, et que sam en touche une sans faire bouger l’autre …
                  le pôv P&C, comme plein d’autres, il a cru ce qu’on lui a dit à la télé … après, ça se voit qu’il vient ici, parce qu’il a écrit « la soit disante libéralisation » (pardon Papet, je corrige pas les fautes).
                  Peut mieux faire 😉

              2. sam player

                « On en peut pas dire que la soit disante libéralisation du marché de l’élec soit une réussite. »

                Entre toi et Yanka vous faites un concours de celui qui va sortir la plus grosse connerie ?

                Comment peux-tu appeler ça, même une soi-disant libéralisation ? … quand tu obliges un fournisseur à vendre aux autres à un prix fixé et que tu subventionnes la fourniture par d’autres au point que sur la marché spot le prix arrive à être négatif mais que le coût lui ne l’est pas ?

                C’est un marché administré

                  1. durru

                    Il est souvent pertinent, le Sam, si ça touche pas à ses premiers amours, comme les concessionnaires d’autoroutes ou les normes ISO 😉

                    1. Aristarkke

                      Sam et Durru, c’est le film « Les duellistes » de Ridley Scott (superbe) transposé deux siècles plus tard…

                1. Yanka

                  @ sam player 14 octobre 2021, 13 h 06 min

                  « Entre toi et Yanka vous faites un concours de celui qui va sortir la plus grosse connerie ? »

                  Che Guevara vaincraâââhh !

  37. P&C

    Derrière cette élection, y a quelque chose de plus profond : le changement démographique. Les naissances des non européens deviennent majoritaires vers 2022, il me semble, non ?

  38. schelten

    Je ne comprends pas trop l’intérêt du point de vue libéral de taper sur Zemmour.

    Sans Zemmour, l’élection est jouée: le second tour sera Le Pen / Macron, avec la victoire de Macron. Macron est le président qui a détruit le plus les libertés et l’économie en France, le réélire reviendrait actuellement à précipiter l’effondrement de la France.

    Avec Zemmour, on a maintenant au moins deux autres scénarios possibles:
    – Zemmour arrive au deuxième tour et pourrait battre Macron sur le fil
    – Zemmour divise l’électorat RN et permet au candidat LR de battre Macron au second tour

    Dans les deux cas, Zemmour pourrait nous débarrasser de la nationale-socialiste Le Pen, rien que pour cela, on devrait le décorer et si en plus, il nous débarrassait de Macron, ce serait le sommet.

    La main-mise de la dynastie Le Pen sur les idées conservatrices est une nuisance, qui a empêchée que la France puisse avoir un parti conservateur-libéral comme dans nombreux pays occidentaux. Alors qu’en cas d’élection de Zemmour, comme il ne pourra pas régner tout seul, il lui faudra piocher un peu partout à droite, et cela pourrait au final aboutir à un parti conservateur-libéral, composé de LR, RN, et même de libéraux proches de Charles Gave… Ce scénario serait le meilleur que l’on pourrait espérer aujourd’hui pour la France.

    Si LR gagne, ce ne sera pas fondamentalement très différent de Macron, mais on pourrait quand même espérer le retour de quelques libertés.

      1. schelten

        Je n’étais pas du tout un adepte d’Eric Zemmour, mais ce qui change tout pour moi, est que Charles Gave finance sa campagne. A moins que Gave ne soit devenu sénile, j’imagine quand même que Gave a obtenu des engagements sur la politique de Zemmour en contrepartie.

        Or, cela n’apparaît pas du tout dans votre article, où on aurait même l’impression que Charles Gave serait encore plutôt opposé à Zemmour.

        Après, cela m’est un peu égal, car pour l’instant, Zemmour n’est pas candidat, Macron est donné gagnant contre lui, et même si Zemmour la jouait à la Trump, le résultat de Trump est finalement désastreux.

        Certes, Trump a pu donner un mandat de répit à l’économie US et freiner le terrorisme, mais Trump a été incapable de réformer les institutions américaines. ni de réconcilier les américains comme l’avait réussi Reagan. Le résultat aujourd’hui est un parti démocrate qui a sombré dans le socialisme et qui mène les USA à la catastrophe.

          1. schelten

            Le désastre de Trump, c’est d’avoir perdu le congrès, le sénat, et sa réélection. C’est d’avoir échoué à nettoyer du gauchisme les instances étatiques. C’est d’avoir provoqué une radicalisation extrême des démocrates et l’arrivée de l’administration Biden.

            L’expérience Trump a montré qu’il ne suffisait pas qu’un candidat hors système l’emporte un peu par hasard, il faut impérativement des réformes en profondeur à tous les niveaux de l’administration, qui est actuellement sous la mainmise de l’extrême-gauche.

            1. Dr Slump

              Le désastre de Trump, c’est tout bêtement d’avoir cru qu’il pouvait « assainir le marais » comme ça, en un mandat et quelques lois. C’était vraiment naïf de sa part, il y croyait, mais je suis absolument certain qu’il n’avait pas prévu que le marais soit aussi corrompu et pestilentiel, et les corrompus à ce point prêt à tout pour le virer. D’ailleurs, si tout ce qu’ils ont fait contre luin’avait pas suffit, il l’aurait fait tuer. Remember Kennedy…. mêmes causes, mêmes effets.

              1. schelten

                Je pense aussi que Trump n’avait pas assez de pouvoirs pour le faire légalement. Quant au démocrate Kennedy, j’avais plus dans l’idée que c’était ses liens étroits avec la mafia, qui avaient causé sa perte, que son intégrité… 

                1. Dr Slump

                  « ses liens étroits avec la mafia », lol… vous croyez sur parole ce que disent les journalistes vous? Et même s’il avait effectivement eu des liens étroits avec la mafia, pourquoi les mafieux l’auraient t-il tué? Vous réfléchissez à ce que vous dites?

                  1. schelten

                    Je ne crois rien du tout, j’expose seulement des idées que j’ai entendues et pas que chez les journalistes, si vous avez un dossier complet et pertinent sur la question, je prends volontiers. Lorsqu’un gars cumule une double-casquette d’homme honorable et de malfaiteur, il peut vite se retrouver complètement coincé et finir par fâcher autant les honnêtes gens que les malfaiteurs… Et vu le nombre de morts violentes qu’il y a autour des Kennedy, il y a quand même de quoi se poser des questions.

                    1. Higgins

                      Il a été le premier président catholique US et ça, c’était déjà un gros handicap au pays des WASP. Il a hérité d’une situation que son prédécesseur avait évoquée : « Lors de son discours télévisé de fin de mandat du 17 janvier 1961, le président Dwight D. Eisenhower a mis en garde son pays contre la possible montée en puissance d’un « complexe militaro-industriel », expression qui depuis est entrée dans l’Histoire. Il déclare précisément : « Dans les assemblées du gouvernement, nous devons donc nous garder de toute influence injustifiée, qu’elle ait ou non été sollicitée, exercée par le complexe militaro-industriel » (https:/ /raids.fr/2020/09/09/etats-unis-les-president-trump-en-accord-avec-son-illustre-predecesseur-dwight-d-eisenhower-sur-le-sujet-du-lobby-militaro-industriel/).

                    2. durru

                      Merci Major, c’est une explication qui tient la route, sans aucun doute.
                      Je me demande toutefois si, pour cette période du début des années ’60, le « complexe militaro-industriel » s’apparente plus au Deep State (ce qu’il est plus ou moins devenu depuis) ou à la mafia (ce qu’il avait clairement été auparavant).

                  2. Citoyen

                    « pourquoi les mafieux l’auraient t-il tué? »
                    Pour le coup, le dernier film de De Niro, avec Al Pacino, en donne une vision plus que crédible, Dr Slump …

                    1. Dr Slump

                      Sans doute, mais quel film d’abord ?
                      Ce que je voulais dire, c’est que si la mafia l’avait fait buter, ce n’était sûrement pas pour le récompenser de ses bons services, vous me suivez ? Et quelles qu’aient été ses accointances réelles ou supposées avec elle, au final il aura été victime de cette mafia, et pas l’inverse. Faudrait quand même garder un peu de bon sens.

                    2. Citoyen

                      J’ai dit le dernier film de De Niro, avec Al Pacino, Dr. Et le dernier où ils sont tous les deux, c’est : »The Irishman »… bien sûr …
                      Tout le monde sait que le vieux, le père de JFK était macqué avec la mafia, et il était admis que celle-ci avait largement aidé à l’élection du fils … L’ascendeur n’ayant pas été renvoyé, il est bien connu qu’ils ne laissent pas de dette impayée … Ce n’est pas bon pour les affaires … ça laisse une mauvaise image …
                      Effectivement, ce n’était « pas pour le récompenser de ses bons services » … Mais plutôt pour manquement …

                    3. Higgins

                      J’ai vu le film et j’ai bien aimé. De mon point de vue, l’assassinat de JFK est la somme d’intérêts divers qui mêle la Mafia, le Deep State, le FBI (Hoover le tenait fermement et c’était un WASP) et la CIA. N’oublions pas l’échec de la baie des cochons et l’épisode des fusées soviétiques à Cuba. Ça a laissé des traces chez les faucons. Feu Jean-Michel Charlier (le scénariste de BD) a consacré un dossier noir sur ce sujet (3x1h30) à la fin des années 70. C’est que j’ai vu de meilleur sur le sujet. Il en arrive, je cite de mémoire, à des conclusions similaires. Malheureusement, je n’arrive pas à le retrouver.

                    4. Citoyen

                      Ah, qu’il y ait eu des intérêts divers, et surtout croisés, Major, est plus que probable …, vu qu’à l’époque la mafia s’était infiltrée un peu partout, et certainement autant dans le Deep State, qu’à la CIA … Cela dit, la méthode, pour ce qui est de l’organisation comme de l’exécution ressemble plus à la mafia, même si d’autres y avaient aussi intérêt …
                      Et justement, l’échec de la baie des cochons était un sacré revers pour eux aussi, qui en attendaient énormément, en prévoyant d’infester l’ile de casinos. Ils avaient largement financé et armé les réfugiés cubains, qui devaient se charger de la reprise de l’ile avec les militaires, tout comme ils avaient graissé les politiques … Un investissement énorme, perdu, reprochant à JFK de n’en avoir pas fait assez pour y arriver … Tout cela est suggéré dans le film qui est fort bien fait …

            2. durru

              Ahem… C’est Trump qui a « provoqué une radicalisation extrême des démocrates » ? Comme Charlie Hebdo qui a provoqué le terrorisme islamiste en France.
              Sinon, tout à fait d’accord sur son échec à nettoyer les institutions. Mon impression, il a sous-estimé le Deep State comme il avait été lui même sous-estimé en 2016.

              1. schelten

                Trump et Charlie Hebdo ont un style délibérément très provocant. La provocation n’est pas la cause de la haine, mais elle a pour conséquence de l’exacerber.

                1. durru

                  C’est un point de vue. Comme celui de 22% de jeunes qui croient qu S. Paty a fait une provocation inutile en montrant ces caricatures.
                  La soumission est plus facile, ça induit moins de risques.

                  1. schelten

                    Le but d’une caricature est bien de « provoquer » une réaction. Ce n’est donc pas faux d’appeler cela de la « provocation », ni de constater son « inutilité » à faire reculer l’islam.

                    La caricature peut être un bon moyen de taquiner un ami, mais surtout pas un ennemi, car cela va exciter sa haine et au final le renforcer. Lorsque les Espagnols ont voulu désislamiser leur pays, ils n’ont pas commencé à faire des caricatures, mais ils ont inventé la Sainte Inquisition…

                    1. Dr Slump

                      Et la « sainte inquisition » aurait donc été perçue avec bienveillance par les mahométans au pouvoir en Espagne, bien sûr… pas gênante, pas provocante pour les occupants, wesh tranquille mon frère 🙄

                    2. schelten

                      @ Dr Slump

                      Pas du tout. La Sainte Inquisition espagnole a été établie à la fin de la Reconquista pour veiller à ce que l’islam ne puisse plus du tout s’exercer en Espagne. Son but n’était pas de « provoquer » les musulmans, mais de les combattre afin de les faire revenir par la force à l’Eglise catholique, ou à défaut, de les chasser, voir de les trucider.

                      Je ne dis pas que je cautionne la méthode, mais c’est le seul exemple historique de désislamisation d’un pays que nous ayons.

                    3. Dr Slump

                      Donc pour désislamiser le pays, ils n’ont pas commencé par l’inquisition, mais par la guerre, dite de « reconquista ». Ce n’est pas de la provocation, c’est 10 crans plus loin que ça: à coups de mousquets et de rapières, en les blessant et les tuant. Faut vraiment tout vous réexpliquer à vous.

                      Autre chose: la provocation, ça ne renforce pas l’adversaire, ou du moins seulement en apparence à court terme, car à long terme, ça l’affaiblit. On s’habitue à tout, et surtout à la provocation, le tout est de persister, et Zemmour l’a très bien compris. La provocation, c’est comme l’indécence: ce n’est pas dans ce qu’on dit ou ce qu’on fait, mais dans ceux que ça choque.

                    4. schelten

                      @ Dr Slump

                      La provocation est efficace contre le christianisme, preuve en est la déchristianisation actuelle qui se passe exclusivement par des provocations incessantes dans les écoles, dans les médias, dans la culture, etc.

                      Mais en islam, la provocation fait l’effet inverse, car elle alimente le Jihad. Par contre, le combat fonctionne bien: en Suisse, une initiative populaire a interdit la construction des minarets, cela n’a fait aucun problème, car ce n’était pas une provocation, mais une interdiction, un combat.

                    5. Dr Slump

                      La déchristianisation n’a rien à voir avec la provocation, d’ailleurs je vous apprends que ce n’est pas un phénomène général. A l’étranger on observe au contraire un fort taux de conversion à la religion chrétienne, je vous laisse deviner quelle religion tous ces convertis abandonnent.

                      Le jihad n’a rien à voir avec la provocation non plus.Vous inversez cause et conséquence, ce sont les fanatiques de l’islam qui cherchent des prétextes à la guerre. Les journalistes de Charlie n’ont rien changé à leur ligne éditoriale, depuis des décennies ce sont toujours les mêmes caricatures outrancières qui sont leur marque de fabrique, et ça ne posait pas de problème jusqu’à ce que des furieux d’allah déclarent que c’était une insulte à leur coranitude.

                      Perso, les artistes peuvent plonger tous les crucifix qu’ils veulent dans la pisse, chier dessus ou les brûler, je ne me sentirai jamais provoqué, ils ne font que révéler leur faible niveau d’élévation, ça n’a rien à voir avec moi, alors pourquoi me sentirais-je offensé? La provocation, c’est comme les insultes: ça n’atteint que ceux qui ont un problème de personnalité.

                    6. Pheldge

                      @ schelten 20 h 36 : les gars de Charlie hebdo, ont eu pour habitude de rire de tout, et ont publié quantité de dessins sur les chrétiens, les papes, Jésus, des caricatures de juifs. Ca se terminait au pire au tribunal, avec une amende. jamais par des attentats, des morts, des égorgements et des camions fous.
                      Ils ont cru, que dans la France « des potes » des années 90, ça passerait pareil avec les musulmans.

                    7. schelten

                      @ Pheldge

                      Ils se riaient plus de certaines idées que d’autres, et ils étaient conscients qu’ils risquaient leur peau, puisque l’un d’eux avait fait une demande de port d’arme, qui lui a été refusée… Il est mort dans la tuerie, et le fonctionnaire qui l’a empêché de se défendre n’a fait que son devoir.

                  2. schelten

                    Voilà, vous le dites vous-même: les islamistes cherchent des prétextes à la guerre. Ils vont donc cibler en premier les provocations manifestes, et s’il n’y en a pas, ils vont les créer. Les caricatures sont faites pour provoquer, elles sont donc des cibles de premier choix. 

                    Dans les pays non chrétiens, les persécutions fortes impliquent que l’on ne connaît pas le nombre de conversions. Par contre, dans les pays « chrétiens », il y a quelques décennies, tout le monde allait tous les dimanches à la messe, et aujourd’hui, ce n’est plus qu’une infime minorité. Les gens ont renoncé pacifiquement à la religion, et cela s’est fait parce qu’un jour ils ont été « provoqués » sur la question et que cette provocation a lancé le processus de leur abandon de la pratique religieuse. L’inverse est vrai aussi: la Bible prône la conversion au christianisme comme le processus d’une provocation, qui passe par la prédication.

                    Alors qu’avec l’islam, tout marche par la force: on naît musulman, on est obligé de le rester, la force est le premier moteur pour convertir les non musulmans, et si elle échoue, il faut utiliser la ruse, qui est aussi une manière de forcer les gens.

                    Pour moi, je suis très sensible à la provocation des caricatures, parfois cela me fait bien rire, parfois cela me blesse profondément, parfois cela me laisse insensible. Peut-être ai-je un problème de personnalité?

                    1. Dr Slump

                      Désolé, mais vous avez tout faux. Des chiffres, il y en a :
                      https://jesusoumohamed.com/2017/12/04/crise-islam-conversions-christianisme/
                      Regardez bien les liens en bas de cet article, rien que l’Indonésie voit 2 millions de musulmans se convertir au christianisme par an, 6 millions par an dans le monde entier.

                      Ce n’est pas le christianisme qui est en voie de disparition, c’est l’islamisme, et l’exemple français est une exception due à plusieurs facteurs, culturels, historiques et politiques. Vous vous laissez aveugler par les quelques attentats violents que des fous de haine perpètrent, et mis à part le choc qu’ils peuvent causer localement, ils ne sont qu’une goutte d’eau contre un raz-de-marée.

                      S’arrêter de s’exprimer parce que l’autre se sent offensé ou provoqué, ça revient à se soumettre misérablement à de ridicules bigoteries, et on s’expose à devoir continuellement s’interdire de s’exprimer dans le doute que cela n’offense une de ces sensibilités dont le monde est rempli. Il faut continuer de s’exprimer librement: les chiens aboient, la caravane passe, qu’elle passe encore et encore et les chiens se fatigueront d’aboyer.

                      N’inversons pas cause et conséquence: quand on se sent insulté ou provoqué, on ne fait que trahir une faiblesse ou un doute en soi, et le problème vient de celui qui se sent provoqué, pas de celui qui s’exprime.

                    2. schelten

                      Votre lien dit quand même que c’est difficile à quantifier, et on est encore loin de voir renaître de ses cendres l’Empire byzantin. En Europe (pas juste en France), ce n’est pas que les attentats, les femmes voilées sont toujours plus nombreuses partout, ainsi que les classes métissées. Le phénomène est toujours plus visible et explique le succès de Zemmour.

                      Je n’aime pas Charlie Hebdo, mais je ne demande pas pour autant à ce qu’ils s’arrêtent de s’exprimer, simplement que je ne sois pas importuné par leurs dessins, ni moi, ni mes enfants. Cet enseignant n’avait pas à leur faire de la publicité en montrant cette caricature. Après, cela ne légitime en rien ce retour de violence, et si l’Etat leur avait autorisé à porter une arme, on aurait peut-être pu éviter tous ces massacres, mais évidemment, l’Etat est responsable, mais pas coupable…

          1. schelten

            Trump a surtout accéléré cette réforme, tout comme Bush avant lui.
            Lorsqu’un président élu a un langage simpliste, voir extrême, cela a tendance à affaiblir le centre, et à favoriser les extrêmes tant chez les Républicains que chez les Démocrates. D’ailleurs les centristes de ces deux partis subissent actuellement une véritable chasse aux sorcières.

            1. durru

              Les « centristes » ? Késako ?
              Les corrompus style Clinton ou Cheney ? Les alliés principaux du Deep State ? L’extrême centre, à l’image de Macron ?
              C’est un peu comme la guerre civile en Russie, un combat entre diverses nuances de rouge. Le mieux serait qu’ils s’entretuent tous, mais dans tous les cas il y aura plein de victimes collatérales…

              1. schelten

                Les centristes étaient sensés être des gens plus modérés. Mais je suis d’accord qu’actuellement l’extrême-centre fait sûrement plus de dégâts contre les libertés que tout ce que les extrêmes gauche et droite auraient pu rêver.

    1. paf

      je serais tres surpris si le moindre politicien revenait en arriere de ce qui a ete etabli.Ca sera soit abandonne parce que ca ne fonctionne pas, soit retire quand on va se rendre compte que l’obligation vaccinanle est une obligation de suicide, et que c’est pour ca qu’on ecrase ceux qui refusent.

      1. durru

        Ah, d’accord, pour l’instant c’est maintenu parce que ça marche. Merci, ça confirme ma démonstration plus haut qui avait été remise en question de façon sournoise…

        1. Pheldge

          le bon gouvernement et son conseil scientifique te disent que ça marche, donc ça marche ! tu prétends contredire le gouvernement, Camarade durru ? 😉

  39. Rick_Enbacker

    https:/ /fr.news.yahoo.com/prix-carburants-roussel-r%C3%A9clame-taxe-074040933.html

    Sardine Ruisseau toujours en dessous de la ligne de flottaison.
    Attention à la poussée d’archi-merde

    1. Rick_Enbacker

      Ah mince, j’ai confondu Sandrine Rousseau avec Fabien Roussel. C’est pas comme s’ils se ressemblaient physiquement. J’ai pas les yeux en face des trous ce matin…

    2. Pierre 82

      Ce qui est marrant, c’est que le baril (le brent pour prendre la référence habituelle) est aux alentours de 85$, et l’essence à la pompe est à un max historique, alors qu’il y a 7 ou 8 ans, on flirtait avec les 130$ le baril.
      Cherchez l’erreur.

      1. Semaphore

        Les « coups de pouce » selon le gouvernement, les « coups de batte de base-ball » selon les administrés, annuels aux taxounnettes déjà supérieures au reste, à n’en pas douter…

  40. MCA

    Ah! il se pourrait que nous ne tardions pas à retrouver un peu d’ambiance :

    https:/ /www.letelegramme.fr/france/prix-des-carburants-les-gilets-jaunes-bientot-de-retour-13-10-2021-12846689.php

    1. Pierre 82

      Il ne faut pas insulter l’avenir, mais je n’imagine pas un retour des gilets jaunes. J’ai plutôt l’impression que c’est la faction gauchiste, celle qui avait récupéré le mouvement assez habilement, qui aimerait reprendre la main et relancer le bazar dont ils éprouvent une certaine nostalgie.
      Mais la plupart des « gilets jaunes du début » (ceux dont certains nient l’existence) sont rentrés chez eux, écœurés, et surtout convaincus que les manifs pacifiques ne servent à rien. Tant que les gamelles sont encore remplies, il ne se passera pas grand chose. Quand le prix des denrées alimentaires auront doublé ou triplé, il se passera quelque chose, mais probablement d’assez inédit, et certainement violent.
      Mais ce n’est que mon avis, et en madame Irma, je ne suis pas au top.

    2. Citoyen

      C’est aussi la réflexion qui m’est venue, quand j’ai vu le gas-oil passer les 1,5 chez Edouard !…
      Mais les ronds-points, ce n’est pas la bonne solution … En emmerdant les automobilistes, c’est se tromper de cible …

  41. Minou

    Et voila ça arrive! Pas trois doses plus de pass partout, les moutons sont pris au piège :
    https:/ /twitter.com/Europe1/status/1448540768923160576

    1. MCA

      J’y vois deux problèmes :

      Une raison supplémentaire de démotiver les refuznick,

      Une raison de démotiver les picousés malgré eux qui sont largement majoritaires.

      J’ai lu pas plus tard qu’hier que ce sont les soit disant « plus fragiles » picousés en premier qui regardent ailleurs quand on leur parle de le la troisième dose.

      Et tout ça motivé par une crainte de débordement des lits d’hôpitaux en saison hivernale par la grippe.

    2. Nemrod

      Non !!!
      Paspossib .
      Zêtes certain.
      Quelle surprise !
      Pourtant on a dit oui pour être tranquille !
      On nous l’avait promis !

      C’est presque trop facile d’arnaquer toute cette bande de cons ( je me répète)

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Il y avait comme une contradiction, entre un pass valide 1 an et un vaccin efficace 6 mois (dixit le fabricant). Ca laissait planer un sérieux doute sur l’efficacité de l’ausweis.
        Il y avait donc deux solutions :
        – la bonne, abandonner le bousin
        – celle du gouvernement, piquer tout le monde une troisième fois sans se soucier des risques.
        Même en supposant qu’ils soient cons, vaniteux et corrompus, j’ai du mal à comprendre.

        1. durru

          Pour l’explication, c’est simple. En Israël ils l’ont fait et ça marche, c’est donc la bonne solution et on pourra rien leur reprocher.

            1. durru

              L’inflation est *temporaire*, combien de fois faut-il le répéter ?
              En plus, avec la monnaie numérique, le dernier souci qui restait au sujet de l’impression de monnaie (celui de tuer Gaïa avec une sur-consommation de métal, papier et autres matières premières) va disparaître d’ici peu.
              Donc oui, ça marche. De tonnerre, même.

              On ne comprend vraiment pas comment il peut encore y avoir des gens d’une telle mauvaise foi…

            1. durru

              Au bout de la vingtième dose ils y seront certainement arrivés…
              Ce n’est peut-être pas ce qu’ils cherchent, mais c’est certainement ce qui va arriver.

      1. Pierre 82

        Beaucoup considèrent que tout est revenu comme avant. Il y a juste une formalité, celle de sortir leur téléphone à tout bout de champ, mais ce n’est qu’un moindre mal. Ils l’ont de toutes façons toujours en main. Beaucoup s’accommodent très bien de cette situation, et les journalistes ont raison de dire que c’est entré dans les mœurs pour au moins 80% des Français.
        La 3ème dose sera très rapidement acceptée, après avoir râlé un peu, pour le principe.
        Et vu l’efficacité du vaccin, je m’attends à voir la période de validité passer à 4 mois, puis 3. A ce moment, l’état des défenses immunitaires sera tellement mauvais, que les gens, craignant la mort à chaque fois qu’ils ont le nez qui coule, pleureront où se battront pour recevoir leur dose en premier.
        La question que je me posais: comment vont faire les refuzniks qui décideraient de rentrer dans le rang dans un an, quand on sera à la 7ème dose? Ils devront recevoir six doses en une fois, ou bien, ils seront déclassés définitivement et envoyés dans des camps?

        1. durru

          Vous sous-estimez l’esprit humain, le bon sens, l’instinct de survie.
          Mes propres parents (âgés et, pour ma mère, avec comorbidités) se sont fait injecter l’élixire miracle assez tôt (en février), mais ils n’envisagent pas de continuer. C’est vrai qu’ils sont en Roumanie et les contraintes ne sont pas les mêmes, mais il y a aussi certains problèmes de coagulation chez mon père (qui sont apparus après) qui ont refroidi certaines ardeurs. (rien de bien grave, du moins pour l’instant, mais je vais surveiller ça…)
          Je crois que le nombre de gens ayant eu ou vu des effets secondaires non négligeables ne doit pas être si insignifiant que ça et ça va pas aider à rassurer. On se dirige vers des sables mouvants.

          1. Pierre 82

            Je ne demande qu’à vous croire, mais la vision que j’avais de l’esprit humain, du bon sens et de l’instinct de survie de mes contemporains s’est considérablement assombrie ces 19 derniers mois…

        2. pl00tarke

          Je disconviens courtoisement.

          Nombreux sont les français qui travaillent masqués, font leurs courses masqués, ont des enfants scolarisés obligés de s’affubler d’une déplorable muselière etc.

          Ceux-là se rendent bien compte que la situation n’est pas normale. Mais ce sont des actifs.

          C’est encore une fois les vieux (retraités) qui sont population à risque : eux dont la cervelle est la plus poreuse au virus médiatique. Pour eux, oui, c’est « lavidavan », ou presque. Disons un moindre mal, pour conjurer leur terreur de la mort.

          Certains ont tenté de m’expliquer qu’ils étaient « d’une génération où l’intérêt collectif passait avant le confort individuel, on avait le sens des responsabilités » (sous entendu : sale jeune irresponsable, tu ne devrais même pas voter).

          Mon analyse : les vieux soixante huitards sans repères moraux ni convictions sont terrorisés par la maladie et la mort. Habitués à « jouir sans entraves », désormais empêchés par l’âge et les abus passés, ils sont prêts à sacrifier ce qui ne leur manque plus; Et leurs enfants et petits-enfants au passage.

          Quand aux journalistes : en majorité des demi-instruits consanguins, ils ne font que répéter les mantras que leurs Maîtres désirent entendre. Déplorables relents de méthode Coué.

          J’ajoute que ce descriptif général, que je pense statistiquement correct, ne s’applique pas aux anciens du forum qui sont tous des individus clairvoyants et d’une intelligence hors norme

          :o)

              1. Aristarkke

                Quand on vit sur un île où croisent tout autour des requins affamés, volontiers croqueurs de nageurs, forcément, ça déteint sur les insulaires…

            1. Pheldge

              pfff …. bande de gros jalminces, je vous offre d’innocentes plaisanteries, recherchées, fines et distinguées, habituellement réservées à un public de connaisseurs, et voilà comment on me traite !

          1. Pythagore

            « Certains ont tenté de m’expliquer qu’ils étaient « d’une génération où l’intérêt collectif passait avant le confort individuel, « 
            C’est pour ca que ces solidaires ds l’âme ont soutenu l’arrêt d’activité des autres, pour se protéger eux, sens de l’intérêt collectif effectivement. Légèrement confusion entre leur intérêt privé qu’ils confondent avec l’intérêt collectif.

            1. MCA

              « ont soutenu l’arrêt d’activité des autres, »

              Pas si sûr,

              ils ont des enfants qui travaillent et des petits enfants qui vont à l’école et ça m’étonnerait qu’ils aient vu d’un bon œil les contraintes que ces irresponsables leur ont infligé.

              Remember les cours de récréation avec un carré d’un mètre au sol où les petits devaient rester immobiles et affublés d’un masque sur le nez pour compléter le tableau.

                  1. Nemrod

                    Y a pas grand monde dans les manif. et surtout pas ceux qui n’auraient que ça à faire
                    Et les restos sont pleins de septua nonagénaires alors qu’il aurait suffit qu’ils boycottent une semaine ou deux.
                    Après moi le déluge et tant pis pout la Liberté de mes petits enfants…pour ceux là.
                    Je sais bien que c’est désagréable mais c’est comme ça.

                    1. Theo31

                      Tous ces boomers qui roulent dans des énormes bagnoles payées par leurs gosses via la cotisation Petain. Ce doit être ça le fameux intérêt général.

          2. Nemrod

            Je plussoie.
            Il aurait suffit de déconseiller les sorties aux plus fragiles et basta !
            Mais pensez donc…restez à la maison ( s’ils le voulaient) pendant que les plus jeunes sortaient…pas question !
            Au delà j’ai perçu chez beaucoup une délectation malsaine d’emmerder les jeunes…jalousie tout simplement.

            1. MCA

              Il ne faudrait pas se tromper de cible,

              les vieux n’y sont pour rien et on ne leur a jamais demandé leur avis, les politiques se sont servis d’eux comme prétexte sans leur accord, nuance!

              Les responsables du désastre sont ceux qui avaient le pouvoir politique, à savoir Micron et sa clique, les responsables des mesures démentes sont les membres de leur conseil prétendu « scientifique » et les responsables de la mise en œuvre zélée de cette politique ignoble sont leurs flics et personne d’autre.

              1. Nemrod

                J’ai dis beaucoup .
                Ca veut pas dire que c’est une majorité.
                Heureusement que beaucoup ont pas cette mentalité là.
                Mais il y en a pas mal dans ma clientèle et les gens que je fréquente.
                Quand il en a fugacement question de ne s’en tenir qu’à confiner les vieux, je me souviens bien de la levée de boucliers .
                C’est pas très étonnant, la jalousie est une passion française .
                L’égalité à tout prix ça s’appelle.
                Le Gouvernement n’aurait jamais pu faire tout ça sans s’appuyer sur ce genre de mentalité trop répandue.

                1. René-Pierre Alié

                  Il serait louable de cesser de cataloguer les gens : les vieux, les jeunes. On fait le jeu de nos adversaires.
                  Il y a des gens qui ont une mentalité d’esclave, et des gens qui ont une mentalité d’hommes libres – nonobstant leur âge.
                  Celui qui aurait la mauvaise idée de me dire ce que je devrais faire, ou penser, parce que j’approche les 80, trouverait à qui parler.

          3. Yanka

            « Mon analyse : les vieux soixante huitards sans repères moraux ni convictions sont terrorisés par la maladie et la mort. Habitués à « jouir sans entraves », désormais empêchés par l’âge et les abus passés, ils sont prêts à sacrifier ce qui ne leur manque plus… »

            C’est à la fois très juste et injuste, parce que vous politisez le propos en parlant de soixante-huitards, c-à-d des gauchistes, maoïstes, etc., alors que cette inquiétude de la mort promise et proche concerne toutes les personnes âgées ou vieillissantes (y compris moi à pas encore 60 balais, du fait qu’il y a 20 ans, c’était hier pour moi, et que dans 20 ans, j’aurai 79 ans si je vis encore et j’ai du mal à me projeter à cet âge-là en tant que randonneur aguerri notamment). Je n’ai jamais cru Juppé septuagénaire quand il disait que seul l’avenir l’intéressait; L’avenir d’un septuagénaire à court terme, c’est le cercueil et le cimetière. Sur le plan anthropologique, vous avez raison, et vous aurez encore raison quand la génération de 68 (soit des gens nés entre 1945 et 1950) aura disparu, et dans trois siècles aussi. Craindre la mort est naturel quand l’âge vous diminue, et les philosophes antiques apprenaient aux gens à mourir, autrement dit à accepter l’idée de la mort, à vivre sans l’obsession de la mort. C’est cela que ne savent plus faire beaucoup de vieux qui veulent être jeunes et beaux jusqu’à la nuit des temps et jusqu’au ridicule. Et de fait, pour y parvenir, ils sacrifieraient la jeunesse. Ce n’est pas ma position, et j’irais plutôt manifester avec des jeunes contre ces vieux-là.

            1. pl00tarke

              Ce que je soulignais pour le déplorer n’était pas la peur de la mort, naturelle quand les ombres s’étendent.

              Mais bien le manque de force morale (pour reprendre un terme apprécié de mon célèbre homonyme). Manque que j’attribue -abruptement peut-être- à la dégénérescence soixante huitarde.

              Vous l’avez finalement bien résumé en écrivant « les philosophes antiques apprenaient aux gens à mourir, autrement dit à accepter l’idée de la mort ».

              1. Yanka

                Qu’est-ce qu’un soixante-huitard, dans le fond : une personne qui avait 20 ans en 68 quand toute la jeunesse issue du baby-boom a débarqué à l’université, dans un monde en noir et blanc tout de même assez sclérosé. Mai 68, c’est un état d’esprit, commencé bien avant et pas seulement en France, et jusqu’à sa politisation, c’était une aspiration de la jeunesse à un monde en couleurs (d’où le succès du LSD, d’où les aventures (à partir de 1964) des Merry Pranksters de Ken Kesey, d’où, etc. J’en ai des litanies sur ce thème. On prétend que les Boomers ont connu et joui (cyniquement) des Trente Glorieuses, mais c’est faux, je pense en avoir déjà parlé ici. Le type né en 1950 (18 ans en 68) avait 23 ans en 73 quand la crise pétrolière éclate suite à la Guerre du Kippour. Les Boomers ont grandi pendant les Trente Glorieuses, mais ils ont été frappés de plein fouet par la crise et ses conséquences (chômage endémique). Les vrais « jouisseurs » des Trente Glorieuses sont plutôt né en 1930. Ils ont connu la Guerre, mais ils étaient trop jeunes pour la faire. La majeure partie de leur carrière se déroule pendant les Trente Glorieuses, même s’ils n’avaient jamais que la petite quarantaine en 73.

                Je pense qu’il faut lâcher un peu les soixante-huitards. Ils sont les héritiers, devenus souvent cyniques, d’une utopie, mais qui n’a pas eu 20 ans ? Est-il sain d’être sage et rangé à 20 ans ? Jadis, les jeunes suivaient le chemin tracé pour eux, on faisait ce que le père faisait, que faisait déjà son père. Arrive une jeunesse nombreuse, issue des folies de la guerre, qui ne veut plus suivre et brouter là où on leur dit de brouter, mais « jouir sans entraves » (pour résumer, et c’est bien sûr un slogan caricatural, un idéal). Je ne vois pas bien, dans le contexte, comment on peut leur reprocher ça. Les vieux cons à mentalité de notaires grognaient et grognent d’ailleurs toujours. Un qui comprenait cette effervescence, c’est Paul Morand, alors octogénaire (il en parle dans son Journal, et notamment de la beauté des filles) et plutôt, par sa culture et son ancienne profession de diplomate (et son épouse, princesse authentique), habitué aux salons des années 20, aux queues-de-pie et au charleston. Le problème, pour moi, ce n’est pas les anciens de 68, mais plus globalement les vieux, surtout ceux de la classe plus ou moins aisée, dans une société vieillissante, où ils sont majoritaires. Cet électorat-là, qui votent à tous les coups et ne veut surtout pas perdre ses avantages, est évidemment choyé. Comme ils ont peur du virus, ils trouvent normal qu’on consigne à la maison tout le monde au lieu de se protéger eux-mêmes, s’ils sont ou se sentent vulnérables. Et comme il a été dit plus haut, la vie continue d’être « comme avant pour eux » ou plus ou moins, puisque ne travaillant plus, ils ne sont pas soumis au masque tout le saint jour au boulot ou à l’école. Et comme ils sont conformistes, ça ne les gêne pas d’avoir à présenter un passe sanitaire : pour eux, c’est une preuve de leur vertu civique, pas comme ces jeunes qui ne pensent qu’à teufer et à courir partout !

                1. Pierre 82

                  Ré-écoutez « Les Bourgeois » de Brel, on croirait qu’il l’a écrit en pensant à des gens comme Cohn-Bendit… cette génération 68 y est parfaitement décrite, en 1961 (très grande année, puisque celle de ma naissance), avec 7 ans d’avance.

                  1. Yanka

                    La grande année, c’est la suivante : 1962 !

                    Cohn-Bendit n’est en aucun cas le représentant d’une génération. Un Bernard Lugan est de cette génération-là (mai 46) et pas du tout, mais alors pas du tout un soixante-huitard, puisqu’il a cassé du gaucho et s’en vante. Il n’est pas le seul.