Les narratifs s’épuisent

Il règne une étrange ambiance dans la presse, les médias officiels et les nombreux « fact-checkers » plus ou moins autoproclamés : petit-à-petit, il apparaît qu’on doive donner un peu de crédit aux thèses farfelues (évidemment farfelues) des complotistes, ces petits rongeurs agaçants, qui sentent le dessous de bras et suintent la haine d’extrême-droite voire le populisme rance et facile.

Bien évidemment, ces médias officiels ne peuvent ni l’admettre ni, à plus forte raison, expliquer où, quand et combien ils se sont trompés. Mais les faits s’accumulent, les opinions changent et l’audience de ces médias, qui s’étiole de plus en plus, indique nettement une perte de crédibilité à chaque clou supplémentaire de réalité planté dans le cercueil de leur propagande, enfin, disons « narratif » puisque c’est le mot à la mode à présent pour désigner les collages de témoignages, de photos, de vidéos, de factoïdes plus ou moins exacts, les opinions et les discours assemblés pour obtenir l’apparence d’un raisonnement en lieu et place d’une série d’arguments solides et étayés.

Par exemple, on pourrait prendre appui sur la façon dont furent présentés les événements entourant la fusillade de Kenosha : les médias occidentaux (américains en premier, mais les francophones n’ont pas été en reste) n’ont pas hésité à présenter l’adolescent comme un extrémiste tueur de Noirs. Le procès, que ces mêmes médias auront consciencieusement rapportés de travers puis sous-médiatisé à mesure que le cas du procureur s’effritait, aura montré que Kyle Rittenhouse n’était finalement ni extrémiste, ni tueur de Noirs, et qu’il avait bien agi, en dernier recours, par légitime défense et de façon proportionnée.

Ce narratif n’a pas survécu.

Par exemple, on pourrait évoquer la collusion entre Trump et les Russes dont ces mêmes médias nous ont copieusement barbouillé leurs unes pendant les quatre années de présidence Trump : à mesure que l’enquête Durham avance, il apparaît que cette collusion a été montée de toute pièce par les Démocrates, ce qui entraîne des poursuites d’individus progressivement plus proches du clan Clinton.

Là encore, le narratif de Trump pactisant avec les Russes n’a pas survécu.

Par exemple, on devrait reparler du fameux ordinateur portable de Hunter Biden (le fils de l’actuel président américain) qui, pendant longtemps, n’a tout simplement pas existé et dont les médias officiels ont refusé de parler, et dont ils continuent d’ignorer le contenu, pourtant parfaitement apte à nécessiter l’ouverture d’un procès. Les éléments de preuves qu’il contient montrent l’implication de Hunter Biden dans plusieurs crimes, et établissent assez clairement un haut degré de corruption de la famille Biden avec la Chine.

Mais là encore, plus personne n’est dupe et le narratif du « Circulez, il n’y a rien à voir » n’a pas tenu.

Par exemple, il faudrait revenir un peu sur les scientifiques et les journalistes qui, dès avril 2020, établissaient que la thèse d’un coronavirus échappé du laboratoire P4 de Wuhan était effectivement solide et probablement l’explication la plus raisonnable sur les gains de fonction observés. Il faudrait revenir sur le narratif officiel qui impliquait du pangolin, de la chauve-souris et d’amusantes combinaisons de pas-de-chance et d’imprudences hardies pour expliquer l’apparition à la fois de ce virus à cet endroit, et de ses étonnantes caractéristiques génétiques. Malheureusement, le gain de fonction ne fait plus guère de doute que dans ces médias officiels (qui passent pour des clowns une fois de plus). Il n’y aura jamais de rétropédalage officiel de leur part, mais on peut parier, dans quelques mois, quelques années, à un petit entrefilet pudique accréditant enfin les thèses les plus probables.

De toute façon, ce narratif non plus n’est plus crédible.

Plus proche de nous, faudra-t-il revenir sur les cris d’orfraie et le déni courroucé de tous les fact-checkers à la petite semaine lorsqu’on évoquait les « camps Covid » dont on trouvait pourtant le provisionnement dans certaines lois républicaines, voire des plans ou des débuts de chantiers dans certains pays (en Australie notamment) et ce, dès l’été 2020 ? Il serait cruel (mais probablement nécessaire) de jeter à la face de ces sachants agaçants les coupures de presse, les photos et les reportages vidéos effectués dernièrement depuis l’un des camps australien. Cela n’existait pas, cela n’était même pas en construction ni en projet, et c’était impossible dans des démocraties bien comme il faut et cependant, pouf, ils ouvraient en Avril dernier et maintenant, on y est.

Le narratif de dénégation n’aura, là encore, pas survécu à la triste réalité. Les complotistes avaient encore une fois raison.

Il serait bon de revenir sur ces médecins de plateau, eux aussi garants du narratif officiel, qui nous expliquaient au début de l’année 2020, que le virus ne muterait pas (au contraire d’un certain médecin marseillais dont le verbe haut ne lui a valu que des enquiquinements depuis). Après des douzaines de mutations, plusieurs souches décrétées « d’intérêt » par l’OMS, et l’usage créatif de lettres grecques pour les nommer, là encore, ce narratif se retrouvait épuisé.

Du reste, on nous annonçait avec force arguments que les vaccins seraient efficaces contre ces variants. Ce narratif s’est, depuis, cogné durement à la réalité et vient en collision frontale avec l’autre narratif, qui explique que pour être protégé, il faut pourtant une troisième puis une quatrième dose (bientôt une cinquième les petits gourmands ?) et avec des adaptations à la clé dont on se demande à quoi elles servent puisqu’on vous le rappelle, ces potions magiques sont efficaces contre les variants qui devaient ne pas exister.

Il faudra passer rapidement sur le narratif qui voulait que ces révolutions technologiques miraculeuses protégeaient aussi contre la diffusion du virus. Plus personne n’y croit, et pour cause : c’est complètement faux (mais là encore, cela ne peut être mis au crédit des complotistes qui ont, par définition, tort).

Ce serait méchant d’évoquer les narratifs rigolos qui entendent assurer de la sécurité des données médicales collectées tant lors des essais qu’avec les passeports sanitaires mis en place un peu partout à grands renforts de propagande : comme tout ce qui est mené par des États et des administrations corrompues, il fallait s’attendre à des fuites, des ventes de données, des gabegies, des détournements. Rien d’inhabituel. Seuls les plus naïfs croient encore à ces narratifs là.

La réalité pique. Elle fait bien mal aux yeux et elle n’a pas fini de le faire : on nous a baratiné depuis des années et tous les médias officiels, les politiciens et les fact-checkers de réseaux sociaux et autres nous ont, constamment, menti, mené en bateau, pipeauté et joué du flutiau. Certains d’entre eux croyaient réellement aux fadaises et aux châteaux qu’ils construisaient en Espagne avec dévouement. Mais ce n’est pas le cas de la plupart qui ont volontairement occulté faits et hypothèses, amalgamé ces dernières avec extrémisme (généralement de droite), démarches anti-scientifique et autres fêlés facilement démontables en public, le tout pour pousser leur petit agenda malsain.

Et de la même façon dont on nous promettait deux semaines avant un retour à la normale, on nous a aussi promis deux injections et puis c’était bon. Las, il n’en fut rien, mais là encore, les sales petits complotistes ne furent pas surpris. On nous serinait que les réanimations étaient pleines, que l’hôpital était sur le point de s’effondrer et… il le fit, mais à cause des politiques mises en place pour justement « lutter » contre l’épidémie. Le narratif, là encore, a explosé ces jours derniers avec les chiffres exacts sur l’impact hospitalier de la terrible pandémie.

Oh, zut, ce narratif, éparpillé façon puzzle, ne pourra plus servir pour enfermer les gens de force. Tout comme ne peut plus servir le narratif du « pass sanitaire » qui protège les honnêtes citoyens : les rapports, les enquêtes et les études s’accumulent qui montrent qu’il n’en est rien (mais là encore, le bon sens pardon les complotistes, bien que l’ayant dit, ont encore tort donc oubliez les).

À présent, c’est l’omicron qui est le support des narratifs encore en jeu : quelle crédibilité peuvent encore avoir les organes de presse, les télévisions, les hommes- et les femmes-troncs qui pavanent de plateau en plateau pour nous pousser leurs historiettes ? Comment peut-on encore croire ceux qui tentent de faire passer ce qui n’est plus guère qu’un méchant rhume pour un nouvel ébola ?

Leur mission est-elle réellement d’informer ou ne constitue-t-elle pas plutôt un moyen de détourner l’attention des citoyens de la mise en pièce systématique de leurs droits fondamentaux, de la dissolution des démocratie dans l’acide de la peur créée de toute pièce ? La presse, qui devait jouer le rôle de contre-pouvoir, est maintenant totalement inféodée aux politiciens et n’entend plus faire son travail. Dès que l’un des leurs sort du rang, les anathèmes pleuvent, à commencer par celui de complotiste.

Heureusement, l’homme de la rue y croit de moins en moins. La peur ne peut pas s’entretenir alors que l’habitude s’installe et qu’on force les individus à l’adaptation : à la longue, ils se sont adaptés et habitués, et n’ont plus peur. Comme une drogue, il faut des doses de peur et de propagande de plus en plus fortes, ce qui finit inévitablement par se voir.

Dans le grotesque, les narratifs s’épuisent tous.

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires635

    1. Nemrod

      Ceci dit comptablement parlant il a raison.
      Un virus qui a un taux de létalité de 0.1 % qui touche 10 millions de personnes fera 1000 morts.
      Un autre qui en a un de 10 % qui touche 1 million de personnes en fera 100 000.
      Ceci dit sont ce les mêmes ?…bien évidemment non.
      Le premier touche des personnes déjà très affaiblies…peut on considérer qu’ils les tue peut être mais il n’est qu’exceptionnellement la cause du décès…et objectivement hors du prisme des médias il ne fait peur à personne.
      Le deuxième…c’est la panique même sans télé !
      Mais comme ce genre de mecs ne pense que par tableaux excels…il propage des âneries…et pourtant c’est un cador…théoriquement.

  1. Francis Lacan

    Tout en espérant comme le (très justment) vénéré maître de ce blog que l’effritement des croyances finisse par faire s’effondrer le mur le la propagande et de la fraude, je suis un peu plus pessimiste sur la capacité de la nature humaine à percevoir la lumière qui apparaît progressivement. La plupart des débilospectateurs confondent toujours le tsunami de Tōhoku et l’accident nucléaire de Fukushima, persuadés que c’est le second qui a entrainé des millers de morts; ils continuent d’exiger que les dates soient saisies avec quatre caractères pour prévenir le bug de l’an 3000; et les Londoniens, pour me limiter à un troisième exemple, n’ont toujours pas compris 20 ans après le Big Number Change que le préfixe pour Londres avait deux chiffres et non trois (voir Wikipedia ‘UK telephone code misconceptions’)… J’évite de sombrer dans le désespoir mais pense souvent qu’Einstein a tout résumé avec son aphorisme « deux choses sont infinies : l’univers et la bêtise humaine. »

    1. Pierre 82

      Si l’école n’enseigne plus l’esprit critique (elle enseigne que si une nouvelle est officielle et avalisée par l’état, alors elle est vraie, dans les autres cas, elle est controversée, synonyme de faux), et que par ailleurs, vous avez des medias où tout le monde dit la même chose au même moment et qu’ils orientent sans même plus se cacher ou faire semblant l’opinion dans la confusion pour qu’elle pense un truc qu’ils ont envie que vous pensiez, vous pouvez contempler le résultat.
      L’exemple de Fukushima que vous donnez est frappant de ce point de vue. Totale confusion, mais cette confusion est devenue la vérité. J’ai été sur le cul il y a quelques années, quand un jeune ingénieur en aéronautique (!!!) m’a affirmé que Fukushima était beaucoup plus grave (de plusieurs ordres de grandeur), comparé à Tchernobyl.
      Les bras m’en tombent. Mais où est passé le bon sens dans ce pays? Dès lors, il n’y a pas lieu de s’étonner du succès du covid pour maintenir une peur panique chez la grosse majorité de nos concitoyens.

      1. Aristarkke

        Dès qu’il y a chez Tw… un escrolo qui veut déblatérer sur le Nike, c’est Fukushima qui arrive au grand galop tel Zorro…
        Tchernobyl commence à être un peu ancien et loin dans le passé pour impressionner des gens dont une bonne partie n’était même pas née à cette époque.
        Donc quand vous lisez cela cent fois par an et surtout pas que chez Tw… cela finit par dominer le sujet.
        Déplorable mais quelle somme d’énergie à dépenser pour susciter une réflexion chez des personnes qui n’en ont pas envie, de réfléchir un minimum…

  2. Elie

    « Ainsi sommes-nous enfin libres. On nous a coupé les bras et les jambes, puis on nous a laissé libres de marcher. Mais je hais cette époque où l’homme devient, sous un totalitarisme universel, bétail doux, poli et tranquille. »

    Antoine de Saint-Exupéry
    Lettre au général X, 30 juillet 1944

    1. Nemrod

      Si je suis descendu, je ne regretterais rien.
      La termitière future m’épouvante.
      Et je hais leur vertu de robot.
      Moi j’étais fait pour être jardinier.

      Dernière lettre retrouvé sur le bureau de St Exupéry le 21 Juillet 1944.

        1. Elie

          Merci Nemrod, je n’arrivais pas à retrouver cette citation publiée déjà sur ce site. C’est en la recherchant que je suis tombée sur la lettre au général, que j’ai lue intégralement.

  3. Elie

    « Ah ! Général, il n’y a qu’un problème, un seul de par le monde. Rendre aux hommes une signification spirituelle, des inquiétudes spirituelles, faire pleuvoir sur eux quelque chose qui ressemble à un chant grégorien. On ne peut vivre de frigidaires, de politique, de bilans et de mots croisés, voyez-vous ! On ne peut plus vivre sans poésie, couleur ni amour. Rien qu’à entendre un chant villageois du XVe siècle, on mesure la pente descendue. Il ne reste rien que la voix du robot de la propagande […] Mais où vont les États-Unis et où allons-nous, nous aussi, à cette époque de fonctionnariat universel ? L’homme robot, l’homme termite, l’homme oscillant du travail à la chaîne système Bedeau à la belote. L’homme châtré de tout son pouvoir créateur, et qui ne sait même plus, du fond de son village, créer une danse ni une chanson. L’homme que l’on alimente en culture de confection, en culture standard comme on alimente les bœufs en foin. C’est cela l’homme d’aujourd’hui. […] ça m’est égal d’être tué en guerre. De ce que j’ai aimé, que restera-t-il ? Autant que les êtres, je parle des coutumes, des intonations irremplaçables, d’une certaine lumière spirituelle. Du déjeuner dans la ferme provençale sous les oliviers, mais aussi de Haendel. Les choses je m’en fous, qui subsisteront. Ce qui vaut, c’est un certain arrangement des choses. La civilisation est un bien invisible puisqu’elle porte non sur les choses, mais sur les invisibles liens qui les nouent l’une à l’autre, ainsi et non autrement. Nous aurons de parfaits instruments de musique, distribués en grande série, mais où sera le musicien ? »

    Antoine de Saint-Exupéry
    Lettre au général X (extrait), 30 juillet 1944

    1. Pierre 82

      Il y a des auteurs qui, lorsqu’on les lit plus de 75 ans après, restent troublants d’actualité, et ont été de vrais visionnaires.
      Je retiens également Georges Bernanos – La France contre les robots (1947). Stupéfiant.

        1. durru

          Dans un registre un peu différent, j’ai été scotché par Bainville.
          Et dans le même registre que les autres, je citerais également Soljenitsyne. Son discours à Harvard restera dans les annales (mais ce n’est qu’un exemple).

        2. Pierre 82

          J’ai un problème avec Ayn Rand. J’ai trouvé l’histoire (Atlas shrugged) téléphonée, mal écrite, pleine de poncifs, de longueurs et de répétitions. Bon, c’est juste mon avis, et ça ne remet pas en cause le contenu philosophique de sa critique de l’action maléfique de l’état, ni la description de sa dystopie si proche de ce que nous connaissons actuellement, à peine caricaturée. Ma remarque est purement littéraire…

          1. Nemrod

            Oui c’est peut-être pas le bouquin le mieux écrit du monde.
            Il reste que la puissance de sa  » vision » est stupéfiante.
            Quand je me suis plongé dedans j’ai eu la sensation que Randt avait je ne sais comment inventer un moyen de traverser le temps ou de lire l’avenir .

            1. Pythagore

              Comme Yann, je l’ai lu en anglais, et le texte original est lourd, très lourd, avec les personnages qui décrivent interminablement leur ressenti. A tel point que je n’ai pas lu le discours de John Galt en entier, tellement c’est long. Pourtant, il est charnière ds le roman, mais pour un auteur qui dénonce le communisme, c’est curieux d’écrire un discours interminable qui rappelle les discours de Castro. On espèrerait plutôt un discours synthétique qui va direct aux buts.
              Lorsque je serai à la retraite i.e. pas tt de suite, j’en ferai une version édulcorée, 350 pages au lieu de 1000 devraient largement suffir à faire passer le message.

      1. Simon

        Du meme ordre, un texte de Charrette de la Contrie

        « Notre Patrie à nous, c’est nos villages, nos autels, nos tombeaux, tout ce que nos pères ont aimé avant nous.

        Notre Patrie, c’est notre Foi, notre Terre, notre Roi. Mais leur Patrie à eux, qu’est-ce que c’est ? Vous le comprenez, vous ? Ils veulent détruire les coutumes, l’ordre, la tradition. Alors, qu’est-ce que cette Patrie narguante du passé, sans fidélité, sans amour ? Cette Patrie de billebaude et d’irréligion ? Pour eux, la Patrie semble n’être qu’une idée, pour nous, elle est une terre. Ils l’ont dans le cerveau ; nous, nous l’avons sous les pieds, c’est plus solide ! Et il est vieux comme le diab’ leur monde qu’ils disent nouveau et qu’ils veulent fonder dans l’absence de Dieu… On nous dit que nous sommes les suppôts des vieilles superstitions… Faut rire ! Mais en face de ces démons qui renaissent de siècle en siècle, sommes une jeunesse, Messieurs ! Sommes la jeunesse de Dieu. La jeunesse de fidélité ! »

      1. Nemrod

        Le Fig annonce plus ou moins une dose tous les 3 mois.
        L’Agence Européenne du Médicament l’ayant validé…
        Ma foi les cocus commencent à râler sur le Figaro…
        Je me poile…
        Vraiment tordant.

        1. Roanna

          Une partie des cocus va être celle qui ne pourra pas faire la fête dans les discothèques à la fin de l’année. Notez tout de même -il y a une justice- les clubs échangistes peuvent continuer à faire touche pipi sans se contaminer.

          1. Higgins

            Ça montre bien que nous avons affaire à des cons de première classe. Il faut derechef transformer les boîtes de nuit en club échangiste ou bien n’accepter que des clients nus ou en tenue très légère.

        2. Aristarkke

          Chez Tw… l’impérieuse quatrième picouze commence à préparer les belles âmes à son avènement alors même que la troisième commence juste son tour de manège…

        3. MCA

          @Nemrod

          Ca risque de donner quoi au juste ces picouses à répétition ad vitam æternam?

          L’éradication générale de la population par cancers multiples ou la dégénérescence biologique pour ceux qui n’auront pas le bon goût de mourir?

          Tiens à ce sujet, j’ai vu ce soir au Jité de A2 ces ordures de journalistes présentant aux enfants en bas âge un des leurs (4 ou 5 ans aux US) embrassant un chien pendant qu’une main criminelle en profitait pour lui injecter la mixture dans le bras.

          Révulsant !

          La préparation des esprits commence comme ça ….

    1. Dr Slump

      Les militants convaincus et zélés du vaccinisme ne sont en fait qu’une minorité, et si la plupart des gens ne s’opposent pas ouvertement, c’est plus dans le doute, pour ne pas risquer l’éventuelle opprobre publique, que par réelle adhésion. Un triste jeu de dupes… et alors chacun attend en son for intérieur qu’un innocent s’exclame tout à coup publiquement que le président est à poil. Tout ce délire ne repose que sur cette crainte, et cette attente.

      1. bob razovski

        tiens, ça me fait penser à la méthode utilisée là où j’habitais avant par les musulmans, notamment durant le ramadan. La peur de l’opprobre publique est un système de surveillance et de contrôle remarquable. Résultat, tout le monde suit, que vous vouliez ou non.
        Par contre, jamais personne n’a tenté le coup du président à poil. Les peureux savent que cette personne en prendra plein la poire et ceci fait, ils repiqueront du nez encore plus bas qu’ils ne le faisaient avant.
        Ceux qui attendent attendront longtemps, très longtemps.

        1. Dr Slump

          Bien vu pour la surveillance entre musulmans, mais ce n’est pas une particularité de votre quartier, c’est culturel et l’ai observé partout en France, ainsi qu’au Maroc.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Ce serait peut être à transmettre à Reiner Fuellmich et son Comité Corona.

      Des rabatteurs volontaires pourraient peut-être leur être utile dans leur croisade.

    2. durru

      C’est quand même dommage, la présentation ne commence pas de la meilleure des manières… Kövesi est clairement biaisée, mais vu son âge la traiter de communiste est abusé. Comme les autres (Lazar et Macovei), elle est plus le produit d’un système corrompu mis en place par l’ancien président Basescu pour « nettoyer » le paysage politique de personnages dérangeants. Les accusations liées au communisme et aux prisonniers politiques, si elles ne sont pas complètement fausses, sont largement exagérées et ne servent pas vraiment la cause. Le journaliste roumain a raison de ne pas en parler.

    1. pabizou

      14 ans? Qui paiera les PV a part les parents? Ces méthodes sont a chier, a croire que tant qu’il n’y en aura pas un qui se sera fait proprement allumer ces fachos ne comprendront rien . Quelle bande de crétins .

  4. Elie

    1. Ne pas payer
    2. Se chopper une amende, plusieurs
    3. Perdre son boulot et son appart
    4. Devenir un paria
    5. Vivre dans un ghetto pour non vaccinés

    1. Nemrod

      Ah ben pour sûr qu’il va être tranquille…3 mois.
      C’est à dire 2 et puis après faudra trouver un vaccin, un créneau…tout ça.
      Bien le diable s’il trouve pas 2 ou 3 j pour bouffer un surgelé au restau du coin en février…par là.
      Ben oui le cuistot est au centre de vaccination ou sur doctolib en train de rechercher sa vidavan…alors microonde !
      Enfin si y a du courant.

      1. Nemrod

        Y en a plein des comme ça h 16.
        En fait ils commencent à comprendre mais ça coince au niveau de l Ego.
        Ben oui ils ont été pris pour des cons…et si c’était parce qu’ils le sont.?

      2. Minou

        Nous avons fait un repas ensemble plus un autre couple double vax, quand l’ami en question a dit « zut va falloir faire la troisième » l’autre lui a répondu  » t’es fou va pas faire la troisième Pfizer c’est de la saloperie » réponse « mais sans pass on pourra plus rien faire », « rien à foutre du pass » lui a rétorqué l’autre.
        Finalement le voilà polyvax, je serai pas étonné qu’il aille faire une quatrième dose.

        1. Pythagore

          A ceux qui me disent qu’ils espèrent que ce sera la dernière dose, je leur dis que l’UE a acheté les doses jusqu’en 2023, sous-entendu, non ce ne sera pas la dernière. En général, on me regarde de travers et on passe à autre chose…..

  5. Yanka

    Ne dites plus d’une explication tarabiscotée qu’elle est tirée par les cheveux, mais qu’elle est tirée par le (narra)tif ! Et ne me remerciez pas, je pourvois en bons mots la cour de Belgique, qui en est couverte comme de feuilles mortes.

  6. lxy

    Cet après- midi discours totalement irréaliste et périplaquiste.de Macron.
    Il n’a aucune conscience du retard abyssal pris par la France dans tous les domaines notamment de l’industrie et de la recherche.
    Notre pays est complétement largué et il promet des plans mirifiques par exemple un « plan batteries automobiles » pendant que Tesla commence à produire à Berlin 500 000 VE (véhicules électriques ) par an.!
    Il est à l’image de notre haute administration formée exclusivement d’énarques sans aucune formation scientifique, incapables de comprendre les enjeux actuels de l’industrie, de l’électronique, de la robotique , du management des secteurs d’avenir.
    Tout ce qu’ils savent faire c’est de torcher en quelques jours une loi inapplicable pour emmerder les Français.

    1. MCA

      Il est à l’image de notre haute administration formée exclusivement d’énarques sans aucune formation scientifique, incapables de comprendre les enjeux actuels de l’industrie, de l’électronique, de la robotique , du management des secteurs d’avenir.

      +1000

      Quand on voit le niveau de réalisme de météores aux manettes style Ségo et Cie, comment s’étonner?

      Sempiternelle question : que faire face à ça à notre humble niveau ?

    2. Mitch

      +1000 aussi. C’est un excellent résumé.

      On peut aussi penser que le peuple a les dirigeants qu’il mérite. Un profil comme celui de Mme Merkel (Docteur en Physique si ma mémoire est bonne), ne dépasserait pas 1% des votes ici.

      Si on y rajoute d’immense problème structurel (la Vième n’est autre qu’une monarchie qui ne porte pas son nom), et la culture de l’exercise d’un pouvoir pyramidal, centraliste et castrateur où les petits tyrans sont cloné à l’infini, ça donne ce que l’on observe.

      1. MCA

        @ Mitch 10 décembre 2021, 9 h 22 min

        « On peut aussi penser que le peuple a les dirigeants qu’il mérite »

        J’ai beaucoup de mal avec cette expression alors je vous demande de bien vouloir m’aider en répondant à cette question :

        « Qu’ont donc fait les français de si condamnable pour mériter Macron face à Le Pen au second tour? »

        1. Pheldge

          c’est le fruit d’un long travail : quand tu votes inlassablement pour le même type de charlots, qui te promettent de te donner sans contrepartie l’argent qu’ils vont piquer à ton voisin, tu en arrives inévitablement à ce genre de combat des médiocres !

          rassure-toi, vue la dégénérescence du corps électoral, ça ne risque pas de changer !

        2. Citoyen

          Ce n’est peut-être pas qu’ils aient fait quelque chose de condamnable … Mais qu’ils soient statistiquement assez abrutis pour le mériter ….

        3. Mitch

          Les dirigeants médiocres n’ont malheureusement pas commencer lors de la précédente élection présidentielle.

          Si un responsable politique remettait en cause tous ces grands systèmes collectivistes basés sur ‘Robbing Peter to pay Paul’, je maintiens qu’il ne dépasserait pas 1%.

          Un simple exemple, avec le système de retraites par répartition. Mon fils en CM2 a bien compris en regardant une simple pyramide des ages que ce système est dès à présent mort. C’est une pyramide de Ponzi ( = à la Bernard Madoff) ou les derniers arrivant seront les grands baisés. Que font ceux qui le peuvent ? ils se font leur propre retraite avec ce que cet état de merde veut bien leur laisser. On n’en entend pas beaucoup des dirigeants politiques pour le dire. Et pour cause.

          Même remarque pour la vénérable Sécu, soit disant envié de tous, mais que personne n’a jamais reproduite, qui offre une tranquillité d’esprit inégalité … mais qui s’est peu à peu défausser sur les mutuelles privées. Sécu et système de retraites ont en commun qu’il faut les payer en plus du système de son choix qu’il convient de mettre en place pour avoir quelque chose qui rend le service attendu.

          Combien de responsables politiques pour le dire ? aucun. Et pourquoi ? parce qu’ils ne représenteraient pas plus de 2% des votes, et insulte absolu ici, seraient estampillés comme ‘libéral’. L’horreur ! Macron et son politburo sont vu comme des ‘libéraux’ par une bonne grosse majorité de Français.

          Même avec les plus ‘libéraux’ (j’ai du mal à écrire ce mot s’agissant des dirigeants Français) d’entre eux on retrouve l’état partout, omniprésent, impotent, lourd et inefficace. Pourquoi ? Tout simplement car l’immense majorité des Français en redemande encore et encore, toujours plus d’état, pour tous et pur tout. Ca ne marche pas ?! c’est pas grave, on va en remettre une bonne grosse couche (avec le pognon de mon voisin bien sur)

          Le dernier exemple en date c’est le système de santé. La santé en France c’est 8.5% de PIB. C’est le record des pays de l’OCDE. Ce pognon tombe visiblement dans le tonneau des Danaïdes quand on voit l’état du système de santé. Plutôt que de se poser la question de la gestion de ce pognon, non, aucun n’ose prendre ce risque car ils savent très bien que l’immense majorité de la population ne comprendrait pas, et s’attend à ce qu’une bonne grosse louchée soit remise.

          On peut aussi comprendre qu’une partie de la population veille en remettre de bonnes grosses louchées puisque il n’y a plus qu’une minorité qui finance tous ces systèmes de merde.

          Selon moi, il y a d’immenseS problèmeS culturel en France qui mène à avoir des politicards de merde qui seraient juste capables de planter le florissant club de Ping-Pong de Pithivier en moins de 6 mois.

          Je maintiens qu’on a (quasi toujours) ce qu’on mérite.

          1. durru

            N’y pensez pas… Même quand je parle à des bac+5++ et je leur montre à la fois la pyramide des âges et l’évolution de l’espérance de vie et de l’âge de départ à la retraite, il est impossible pour moi d’obtenir ne serait-ce qu’un début de commencement de doute quant à la viabilité du système de retraites par répartition.
            La réponse, invariable : ça a toujours fonctionné, il suffit d’adapter les montants pour corriger le tir. Ouais, et le « toujours » à commencé sous Pétain. C’est vachement loin, un tel recul, c’est énorme.

            On a remplacé la culture par l’éducation socialiste. C’est tout. Mais ça date des années ’30. Avec quelques coups d’accélérateur après ’45 et ’68.

  7. MCA

    Si ça s’avère, voilà qui risque d’être dommageable pour les affaires.

    Le banquet s’achève? :

    https:/ /www.agoravox.fr/tribune-libre/article/panique-chez-pfizer-omicron-237814

    1. Nemrod

      Oui, le parallèle avec la Grippe Russe de 1890 est évident.
      Et ça fait un an facile que des gens sérieux en parlent.
      Mais ces gens là ne font pas le narratif pour en revenir au sujet.
      Il est maintenant plus qu’évident que le Covid n’est pas le monstre annoncé.
      L’enjeu pour nos joueurs de flûte est de mettre sur son dos et celui des non vaccinés les conséquences de leurs choix politiques à savoir la désorganisation collectiviste du pays et en particulier de nos services de soins.
      La collectivisation entraine toujours et partout un désastre et celle de la Santé individuelle n’échappera pas à la règle.

    2. Pythagore

      Comment nier la réalité, article de presse sur GMX (traduit):
      .
      Des Allemands sont infectés par Omikron en Afrique du Sud malgré le booster
      .
      Sept Allemands ont été infectés par la variante Omikron du coronavirus après une enquête en Afrique du Sud. Tous les sept avaient déjà reçu une vaccination de rappel (booster). « Il y a de très nombreuses infections chez les vaccinés. Ce que nous ne savions pas, c’est que même le booster Biontech/Pfizer n’empêche pas cela », a déclaré Wolfgang Preiser, membre du consortium de recherche qui a découvert la variante, au « Tagesspiegel ».
      .
      Preiser a averti en même temps : « Bien sûr, il ne faut pas se méprendre que la vaccination n’aide pas. Au contraire : cela montre simplement que même la meilleure vaccination possible n’est évidemment pas suffisante pour prévenir l’infection – ce que nous soupçonnions déjà. » L’étude de Preiser et ses collègues de jeudi n’a pas encore été publiée dans une revue spécialisée.
      .
      Aucun des sept Allemands âgés de 25 à 39 ans n’a eu à faire face à une évolution sévère de l’infection. « Vous pouvez bien sûr maintenant dire : ce sont des jeunes de toute façon. Mais vous pouvez supposer qu’au moins une forme lourde sera évitée », a déclaré Preiser de l’université de Stellenbosch près du Cap. L’équipe de recherche tire la conclusion : bien que les résultats soulignent la nécessité d’une adaptation du vaccin, la protection contre les formes graves est susceptible de rester intacte après une vaccination de rappel (booster).

    3. Citoyen

      Ouais, MCA. C’est très embêtant cette histoire …
      « le bougre ne serait pas dangereux et pourrait devenir le vaccin donné gratuitement par Mère Nature. »
      Faut pas déconner avec ça !… D’autant que 36 milliards de chiffre d’affaire, ça se refuse pas !… Surtout quand les pots-de-vin sont déjà distribués …
      Il y a des choses avec lesquelles il ne faut pas plaisanter, ça pourrait devenir dangereux …

  8. Monoi

    Soit on vit vraiment dans une simulation, soit ils se foutent ouvertement de nos tetes, mais omicron est un anagramme de moronic….(cretinerie en anglais…)

Laisser un commentaire