Les indélogeables de la Vème République

L’important, quand une tempête arrive, est de trouver un roc, un point fixe sur lequel s’ancrer fermement. Et ça tombe bien, en France, on a très heureusement une flopée d’invariants indécrottables qui émergent au-dessus de la masse bouillonnante et nous indiquent exactement ce qu’il faut éviter.

On pourrait croire que ces récifs vaillamment dressés au-dessus des flots socio-économiques démontés balisent le chemin à suivre comme des phares lumineux dans une nuit d’encre. Eh bien pas du tout ! Ce sont plutôt ces écueils en dentelle de granit, solidement enfoncés dans l’histoire française, qui n’attendent qu’une chose : qu’on se jette sur eux, quitte à s’écraser et couler corps et âme.

Dans la catégorie des gros rochers inamovibles et qui mériteraient pourtant d’être dégrossis à la dynamite, on retrouve en bonne place les membres de notre gouvernement qui ont tous démontrés depuis longtemps leur absolue nullité dans la gestion du pays en général et de la crise en particulier.

J’en veux pour preuve les enfilades de bobards qu’ils nous servent comme des nouilles sur un collier de maternelle à la fête des Mères, notamment en matière de croissance. Jusqu’à très récemment, la France était un pays en croissance (c’est assez invraisemblable quand on regarde la situation actuelle, mais je vous assure qu’historiquement, il y a 20 ans, le pays enregistrait régulièrement une croissance supérieure à zéro). Et nos joyeuses moules de bouchot qui dirigent tout le bazar ne se sont pas gênées pour partir de ce principe et nous annoncer, régulièrement, que la croissance française serait cette année de 1.75%…

Las. Malgré (encore une fois) une prévision fausse, malgré (encore une fois) une croissance nulle au 4ème trimestre, les aimables fruits de mers ne seront pas éjectés de leur siège confortable pour aller pointer à Paul Employ.

Baroin a aussi niqué la machine à café, mais heureusement, pas vu, pas pris.

On pourrait aussi évoquer les rocs imperturbables qui gênent par leur ventripotente présence le service de nettoyage de l’Assemblée Nationale : dernièrement, ils ont montré toute l’importance qu’ils accordent aux vrais débats de fond(s) et on sent déjà poindre en eux le besoin d’une union nationale pour sauver le pays. Mais tout ce stress qui s’accumule sur leurs chétives épaules de forçats de la politique doit parfois trouver un exutoire et parfois, les petits mots piquants d’un membre de leur coterie suffit à déclencher… des batailles de boulettes de papier. N’oublions pas que la cheville ouvrière de la législation galopante est tout de même rémunérée tant pour dire des conneries consternantes d’un côté que pour lancer des boulettes et des avions en papier de l’autre.

Baroin n'a pas lancé de boulettes. Ça ne l'empêche pas d'en faire.

Mais tout ceci ne serait que s’occuper des petits graviers pour oublier les montagnes ou les arbres qui cachent la forêt. Il y a, en effet, des éminences qui forment de véritables sommets, des contreforts inaltérables et que même les plus corrosives des bombes thermobariques, à fission, à fusion ou à anti-matière n’arriveraient à peine qu’à entamer.

Ceux-là mêlent en effet à leur situation cette dose incompressible, inexpugnable et imputrescible de mauvaise foi chimiquement pure et de cynisme sans borne, qui, accouplés à une hontectomie efficace et opérée très jeune, permettent de s’ancrer au plus profond de la croûte terrestre.

Dans ce groupe homérique, on trouve notamment Jean-Pierre Chevènement, qui, dans une élection présidentielle, nous permet de mesurer efficacement le temps qui ne passe pas, les idées qui s’empoussièrent et les programmes qui s’enkystent dans la première moitié d’un siècle révolu depuis plus de dix ans.

On apprend en effet que notre brave petit vieux devient indélogeable de son appartement à loyer modéré, essentiellement parce que sa date limite de péremption est dépassée. On aura bien du mal à pleurer sur son sort et ses émoluments qui lui permettent pourtant largement de se payer un fort joli pied-à-terre dans Paris.

Oh, certes, je sens que certains bouffons me feront remarquer que cette affaire refait surface alors qu’il vient tout juste de présenter sa n-ième candidature et qu’il serait donc populiste de réclamer son départ de cet appartement. Et je répondrai simplement qu’un type qui se présente aux Présidentielles devrait montrer l’exemple et arrêter de se vautrer dans les facilités républicaines.

Chevènement ne bougera pas.

D’ailleurs, on peut aller plus loin : tous les élus, à commencer par les députés (les lanceurs de boulettes et autres législateurs en roue libre) devraient largement faire un effort sur leurs indemnités, ne serait-ce que pour des raisons purement symboliques.

On goûtera donc avec un plaisir de fin gourmet la vidéo de cet article :

Et là, florilège de réactions truculentes :

« Arrêtons de stigmatiser les parlementaires. » Alain Gest, UMP.
Les pauvres chous. Tous stigmatisés, qu’ils sont. Ca se voit à leur petit teint blafard.

« D’accord, mais faut aussi que le sénat le fasse. » Charles De Courson, Nouveau Centre.
En gros, si les autres le font, oui, bon, ok. Mais là, ils ne veulent pas alors voilà. Tout le monde doit faire des efforts, mais les autres d’abord. Na.

« Faut arrêter ce genre de conneries. C’est un non-sens économique. » Jacques Myard, UMP.
Ceux qui payent pour tes tickets repas apprécieront ton sens de l’économie, surtout quand eux n’y auront plus droit, mon brave Jacques. Merci pour tes efforts.

« C’est moins les parlementaires que les Français qui sont visés par cette proposition. Elle est donc idéologique et dangereuse pour notre pays. » Jean-Marie Le Guen, PS.
A première vue, j’aurais dit qu’elle est surtout très dangereuse pour ton portefeuille et plutôt bénéfique pour le pays, puisqu’on peut, en rabotant subtilement tes indemnités, alléger la facture des Français de 700 millions d’euros.

On notera que les seuls, dans cette vidéo, à comprendre la valeur de l’exemple, sont François de Rugy et Noël Mamère (tous les deux EELV) que je ne porte pourtant pas dans mon coeur mais qui ont, au moins, la décence de proposer quelque chose. On peut être certain qu’ils le font précisément parce qu’ils sont sûr qu’une telle proposition ne passera jamais, mais c’est un autre débat.

Mais pour tous ceux qui, naïf, pensent que ces gens, malgré tout, sont amovibles à la faveur d’un vote, je leur rappellerai que tous ceux-là sont en politique depuis plusieurs décennies.

Ces berniques ne partiront pas.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires39

  1. infraniouzes

    On est loin du temps où le Grand Charles (je dis ça pour les jeunes qui n’ont pas connu cette époque) avait fait installer un compteur EDF à l’Élysée pour relever la consommation de l’appartement de fonction qu’il occupait et la payer de ses deniers propres. On croit rêver, hein député Myard ? Ça vous fait mal quand on rappelle ça, vieux grigou parasite de la République.

    Mais rassurez vous député Myard, le Grand Charles était en fait un martien déguisé en général qui était venu faire un tour sur la Terre pour voir comment c’était La Politique à la française. Il n’en est pas revenu l’Ancien….

  2. kelevra

    une des definition du pib : »Le PIB est égal à la somme des valeurs ajoutées brutes des différents secteurs institutionnels ou des différentes branches d’activité, augmentée des impôts moins les subventions sur les produits (lesquels ne sont pas affectés aux secteurs et aux branches d’activité) »
    comme vous pouvez le lire c est la valeur ajoutee augmentee des impots, en resume au vue de l augmentation des impots depuis un certain nombre d annees, la croissance francaise est possible que grace a l augmentation des impots.
    sachant que les depenses de l etat represente en gros la moitie du pib, 10% d augmentation des impots c est 5% de croissance. de la croissance mais tout le monde c est appauvri de 10%.
    quant au 1.75% ramene a 1%, ca pourrait meme etre 0, voir -2%, la france ne cree plus de richesse depuis deja 30 ans depuis que les depenses de l etat sont superieur a ses recettes.

    1. Yrreiht

      N’oubliez pas qu’il faut aussi y soustraire le taux d’inflation.

      Si l’inflation réele est 2% au desus de l’oficiele (hypothèse optimiste !) alors nous somes en recesion depuis longtemps.

      (je boycote les doubles consones)

    2. Nicolas

      PIB : PIB + déficit des administrations publiques =>> Nous sommes en récession depuis 20 ans, d’ou LA DETTE..

  3. Aurélien

    J’ai hâte de lire les discussions de l’AN lundi prochain, ça s’annonce exemplaire.

    Consternant de voir que, même pour ceux qui proposent ou soutiennent cette réduction de 10% de l’indemnité des députés, la raison invoquée est l’exemple, ou le symbole, à afficher aux français à qui ont demande des efforts.

    Aucun ne se dit que ça fait 30 ans (18 ans rien que pour Myard…) qu’ils votent les budgets déficitaires qui nous ont menés où nous sommes aujourd’hui, et que par conséquent -10% ça reste au-delà de l’indulgence.

    1. infraniouzes

      Un élément de réponse. Tout peut monter (ou augmenter) et ensuite redescendre. Exemples:
      – la mer monte puis redescend…
      – la route monte puis redescend…
      – les cours du cacao ou de la fraise montent ou redescendent..
      – même la bourse (chose impensable pour certains) monte et redescend…

      Mais une indemnité de parlementaire ne peut (ne doit) JAMAIS redescendre… Sinon où va-t-on ? La politique perdrait tout son charme si on courrait ce risque. Il n’y a qu’un seul risque en politique, effrayant, épouvantable, terrifiant: celui de ne pas être RÉÉLU.

      Alors, par pitié, n’en rajoutons pas.

      1. Raoul

        Je crois que c’est Raymond Queneau qui, dans Les fleurs bleues, a écrit:  » les taxes sont susceptibles d’augmenter, jamais de décroître. »

      2. domingo

        oui, mais même non réélu un député touche sa paye pendant cinq ans – un mandat bonus en quelque sorte

    2. Nicolas

      « Consternant de voir que, même pour ceux qui proposent ou soutiennent cette réduction de 10% de l’indemnité des députés, la raison invoquée est l’exemple, ou le symbole, à afficher aux français à qui ont demande des efforts. »

      On fait, on garde cette petite démagogie pour le jours pas si lointain ou les salaires des fonctionnaires vont être baissés d’autant, comme dans tout les autres pays d’Europe en Krise budgétaire..

    3. eheime

      Leur salaire, est ce vraiment le probleme ?

      S’ils étaient des jusristes d’élite, talentueux, plein de bon sens et responsable, on doublerait leur paie que ça ne me choquerait pas.

      Mais quand on voit le travail délivré : des textes pleins de contradictions, jamais nettoyés, souvent inapplicables au moment même de leur vote, tellement foisonnants qu’on ne les lit plus et qu’on ne songe meme plus à les appliquer parfois (« En France, tout est permis, même ce qui est interdit. » Churchill …) .

      Je me dis que vraiment il ne mérite pas leur paie.

      Pas besoin d’être 600 pour faire n’importe quoi. A 100 ils feront aussi bien sinon mieux, car ils pondront moins de textes. Idem au Sénat (pour lequel je suis un peu moins critique). Là on fera des économies substantielles.

      Et une transparence rigoureuse des factures comme en Suède permettrait une deuxième tranche d’économies fortes.

      Enfin bon …

  4. Flo

    Le sémillant professeur Estrosi s’est fendu d’un beau traité d’économie politique animalier où il critique la « trop libérale » Mme Lagarde.

  5. Pascale

    Hier j’entendais sur ITele, j’ai zappé qui excatement, expliquer que oui, nos députés français étaient bien moins payés que ceux des autres pays auxquels on peut comparer la France.
    En effet, si elle compare la France à l’Italie, à l’Espagne ou à la Grèce, et sa comparaison est juste puisque tôt ou tard nous allons nous retrouver dans la même situation qu’eux.
    Par contre si elle nous compare à des pays nordiques, mais je ne crois pas que ce soit ce que cette personne ait voulu faire, parce qu’eux au moins ont procédé à des réformes structurelles que nos gouvernants n’ont jamais osé entreprendre, il est certain qu’elle a tout faux. En Suède par exemple, les fonctions étatiques n’accordent pas beaucoup de passe-droits.

  6. Florian

    Allez soyons fou et imaginons une baisse de 10% de leur salaire mensuel, la suppression de leur indemnité de frais de représentation, la justification de leurs dépenses sur factures, la mise en place d’une cantine (bio, sans ogm, sans matières grasses…), la mise en place d’une vraie politique RH avec justification des absences et suppression en cas d’excuses foireuses….on applique la même chose au sénat, aux minustres, et aux collectivités locales! Y’a des économies à la pelle là! Enfin je dis ça, je dis rien, je ne suis qu’un affreux populiste!

  7. Pascale

    Et surtout, surtout, il faudrait baisser le nombre de députés de sénateurs, de personnel travaillant pour l’État. Et pourquoi pas supprimer le Sénat tout simplement. Car je ne vois pas trop à quoi ils servent si ce n’est à rien.

    1. gem

      Au contraire, en pratique le sénat est le seul truc utile du parlement. L’assemblée,elle, est par définition d’accord avec le gouvernement. Alors que le sénateur est assez libre : le collège électoral lui permet d’être relativement indépendant de son parti d’origine, et comme le sénat ne peut pas faire chuter le gouvernement il peut dire et écrire tout ce qu’il pense vraiment sans se censurer.

      Le résultat c’est que quand vous voulez avoir une info relativement propre sur un sujet, vous la trouverez dans les rapports du sénat, pas dans ceux de l’assemblée (j’en ai vu un tout récemment qui n’était même pas capable de citer correctement la dernière loi de finance !)

      En outre, il y a moitié moins de sénateurs que de députés, c’est encore trop mais c’est quand même plus économique

  8. Pascale

    Ce que j’ai aussi bien aimé parmi les commentaires de nos chers députés c’est la pique lancée qui sous-entend que les Français font de l’anti-parlementarisme primaire, ce qui nous renverrait tous à être de vilains « fachos ».

    1. something

      vu un jour à la TV : à un journaliste qui posait la question de la baisse des indemnités parlementaires à un député dont j’ai oublié le nom, celui-ci répondit du tac au tac : « c’est sordide comme question ! ». Sordide, rien que ça…

      1. JG2433

        « c’est sordide comme question ! »

        Beau renversement de « culpabilité ». 🙁

        Le contribuable, victime de spoliation, en quelque sorte, devient coupable par son accusation adressée au profiteur du système.

        Après un tel argument d’autorité, le moutontribuable n’a plus qu’à la fermer.
        Le « débat » est clos…
        🙁 🙁

  9. Arkh

    Pour le coup des boulettes c’est en fait rassurant : de nombreux députés présents pour autre chose que dormir à l’Assemblée, ce n’est pas tous les jours qu’on voit cela.
    En tout cas, pas les jours de votes importants.

    1. GrosBen

      On devrait même planter des marronniers devant l’assemblée. Les batailles de marrons pendant la récré, y’a que ça de vrai !

  10. gnarf

    Excellent 🙂
    Peut-on trouver sur internet un recaptilatif des hypotheses de croissance retenues pour chaque budget depuis 30 ans?

    Ca ferait un beau graphique….courbe du haut les hypotheses, courbe du bas la croissance mesuree, histoire d’enfoncer le clou. Parce qu’ils font croire aux gens qu’ils se trompent de temps en temps et que c’est la faute a la criiise, mais ils font expres de surestimer.
    Et le top du top, une troisieme courbe montrant la prevision de croissance des experts au moment exact ou ils ont vote le budget.

  11. gnarf

    Bon, maintenant voici deux images montrant les parlements de deux pays d’Union Europeenne.
    Comme ca au juge, dans lequel de ces deux pays parlementaire rime-t-il avec « par ici la monnaie »?
    http://www.ambafrance-cn.org/IMG/jpg/p007984.jpg
    http://fr.academic.ru/pictures/frwiki/50/20070111_obrady_sejmu_sala_plenarna1.jpg

    Dans l’un des deux, 90% de dorure et 10% de drapeau (les Francais ne sont qu’une lointaine preoccupation bien ennuyeuse) et dans l’autre l’inverse.
    Mais vous allez me dire que c’est parce que l’autre pays n’a pas les moyens.

    Alors l’Allemagne aussi n’a pas les moyens?
    http://info.kopp-verlag.de/data/image/003_Nachrichten/2011-09/2011-09-30/Plenarsaal-Bundestag.jpg

      1. Arkh

        « Depuis, tous les ans, ce rapport est vendu pour la modique somme de 3,5 €. Mais, c’est un labyrinthe de tableaux et de chiffres difficiles à décrypter, compréhensible aux seuls spécialistes, si bien que les médias s’y sont peu intéressés.  » C’est con mais c’est un peu le boulot qu’on demande des médias : décoder des choses complexes pour le non spécialiste.

        Et aussi drôle au début de l’article le fait qu’accumuler une cagnote pour gérer les coups durs est inutile en temps de paix. C’est sûr que c’est une fois en galère qu’il va falloir mettre de côté peut être.

  12. ylyad

    Plus ça va, plus les arguments de Courson et Myard disant qu’ils gagneraient beaucoup plus que dans le privé me font marrer. Si c’était vrai, tout porte à croire qu’ils y seraient déjà… Franchement, imaginer Jaques Myard faire mieux que VRP tient du conte de fées, et je connais suffisamment de cadres supérieurs pour savoir que ça ne vole pas forcément très haut

  13. Namor

    Ils sont odieux : on gagnerait plus dans le privé !

    Déjà faut en vouloir pour embaucher des glands pareil, et après les payer plus que ce qu’ils touchent aujourd’hui ….
    Vu leur niveau intellectuel global, à part vendeur de drogue je ne vois pas quel boulot à forte rémunération ils pourraient exercer.

    Le vrai drame, c’est qu’ils sont élus, et moi c’est ça qui me fait mal

    1. kelevra

      ils sont elus parce que l on vote pour eux, pas moi en tout cas j ai toujours vote avec un petit mot a l interieur de l enveloppe (bande d enc…) sauf une fois pour sarko, oups ce jour la ca etait moi l idiot du village.

    2. eheime

      Beaucoup de gens votent par idéologie. Ca rend aveugle. Si déjà les gens s’interdisaient de voter pour :
      – les repris de justice (jugés)
      – les menteurs avérés

      Uniquement ça.
      Ca ferait déjà un grand menage.

  14. Martin Lothar

    Comme dirait l’Autre (un Martien sans doute) : « on atteint là des sommets de bassesse »
    Même dans le neuf-cube (9-3) les gosses des cours de récré sont plus inventifs, plus natures, plus réels, plus matures, voire plus responsables dans leurs jeux à la con que cette horde parlementaire de vieux maffieux cacochymes et fous.
    Cela étant , sur la vidéo, notre petite frappe de Barouin, accroché à son micro, ne manque pas de panache en plumes de dinosaure trisomique : on dirait Jauni Halliday gueulant « allumez le feu » devant un parterre de bonnes soeurs punkisantes venues écouter les Rolling Stone. Oui, il y a erreur. CPEF.

  15. DominiqueD.

    On n’a pas assez raconté aux français « l’odyssée » d’Homère (pas Simpson, l’autre), et le passage où Ulysse doit s’attacher pour résister aux chants des sirènes. Et elles en profitent, ces bougresses, pour vivre à nos dépends

Les commentaires sont fermés.