L’économie et Pôle Emploi, ça va « moyennement bien »

Grâce à sa guéguerre au Mali, François Hollande s’est taillé une carrure présidentielle. La guerre et la carrure, il va avoir besoin des deux pour faire oublier la situation française…

Quand on y réfléchit, c’est pratique, ça, une guerre lointaine et une carrure présidentielle !

La guerre, ça permet de distraire l’opinion publique avec des faits et des nouvelles exotiques, aux senteurs de poudre et de sable chaud. C’est de l’émotion, du reportage sensationnel et de l’aventure à portée d’un bouton de télécommande, à dose contrôlée, le soir, au 20H, et l’occasion pour certains de présenter la soupe médiatique en treillis ou avec des gros titres choquants.

Et la carrure présidentielle, c’est assez utile pour regonfler le moral des troupes. Des troupes de militants, d’élus et de sympathisants, hein, pas les troupes de militaires qui remplissent le versant débit de la comptabilité médiatique présidentielle.

Et lorsqu’on voit les signes nombreux qui s’accumulent comme une grosse couche de neige fraîche sur le versant pentu d’une montagne d’ennuis, on comprend qu’il était urgent pour l’exécutif français d’exécuter des trucs et des machins fissa pour avoir l’air de quelque chose, en faisant autant de bruit que possible pour couvrir le bruit de l’avalanche. Et c’est bien d’avalanche dont il s’agit lorsqu’on tombe, en l’espace de quelques heures, sur le chapelet de mauvaises nouvelles que la presse française, déboussolée, est obligée de relater malgré son acharnement confondant de naïveté à minimiser les problèmes.

Du reste, elle est tout de même aidée par l’inconscience, le détachement ou le cynisme, c’est selon, des dirigeants et têtes d’affiches diverses et variées qui continuent de jouer des instruments à vent à un rythme soutenu sur les bancs de l’Assemblée, au gouvernement ou dans les Institutions Internationales de Décoration. On pouffera en lisant les déclarations cotonneuses et douillettes d’un Pascal Lamy, patron de l’OMC, qui se dit « prudemment pessimiste » (ici, lol) parce que pour lui, l’année 2013 « se présente moyennement bien » (lol à nouveau). Nous sommes fin janvier, et rien qu’avec les quelques jours déjà écoulés, on peut dire que « moyennement bien » pour qualifier l’année 2013, c’est assurer une alternative crédible au protoxyde d’azote, tant côté euphorisant que côté anesthésiant si l’on en juge par la réaction (nulle) de toute la classe politique aux propos en question.

Parce que question mauvaises nouvelles, on en trouve, et sans chercher.

Ainsi, le constructeur automobile Renault qui annonce la suppression de 7500 postes en France, c’est, à l’évidence, « moyennement bien ». Au passage, la réaction atone d’Arnaud Montebourg, qui se remet doucement de la sodomie kilométrique subie avec Florange, n’aura que très vaguement surpris la presse francophone, maintenant parfaitement habituée au « Deux Poids Deux Mesures ». Le licenciement chez Peugeot, c’est un scandale, mais chez Renault, au sein duquel l’État reste le premier actionnaire, c’est toléré. Tout ceci est aussi « moyennement bien », mais on est en France, après tout.

Ainsi, le fait économique que les ménages français sont passés en mode « Sauve Qui Peut », pardon, « Épargne Toute », avec une collecte record sur le livret A (du jamais vu en 200 ans), et alors même que celui-ci voit son rendement baisser, c’est, n’en déplaise aux fins analystes des questions économiques en France, assez « moyennement bien », tant cela montre surtout qu’aucune espèce de confiance n’est revenue, que le consommateur français lambda est en train de mettre des noisettes de côté comme jamais auparavant, et se prépare ainsi à un hiver économique qui, si l’on en croit les niveaux de collecte, risque d’être assez rude, pardon, « moyennement bien ».

le changement de diamètreDans le même temps, les Français semblent trouver le temps un peu long et l’impôt un peu fort. Un récent rapport du premier syndicat de ponctionnaires de la Direction Générale des Impôts estime que la fraude fiscale atteint maintenant « une fourchette comprise entre 60 et 80 milliards d’euros ». Venant d’un tel syndicat, et avec un calcul portant sur une fraude qui est par nature aussi discrète que possible, on comprend que ce n’est plus une fourchette, mais tout un service 12 pièces qu’il faut considérer. Mais quand bien même : on a du mal à ne pas voir, dans ce montant là encore record, l’agacement des populations devant la « juste » participation à l’effort national et patati Depardieu et patata Sarkozy qui s’en va à Londres et choubidou bidou Hollande qui est millionnaire, échappe à l’impôt et n’aime pas les riches. Vous le sentez, maintenant, le changement de diamètre de la poire à lavements ?

Et puisqu’on parle riante fiscalité au pays du socialisme crispé, sachez que les exils et les fuites continuent, doucement, dans le silence d’une presse qui ose maintenant à peine relater les départs de sociétés connues (comme Carmignac, récemment), et préfère évoquer l’abondance de stocks sur les marchés de l’immobilier, ahem tousse tousse mais tout ira bien.

Mais tout ceci reste du fifrelin à côté du paquebot de caca gluant (jeté à pleine vapeur sur les icebergs tranchants de la réalité économique) que constituent les chiffres de l’emploi ces derniers temps. On avait déjà eu l’occasion de rire (jaune) en constatant que l’arrivée au pouvoir de Hollande coïncidait malencontreusement avec la descente de plus en plus ferme vers les enfers économiques d’un pays que tout semblait lâcher. Avec un petit dessin, cela donnait ceci :

france situation in one chart

Depuis, la situation ne s’est pas améliorée, même pas d’un cachou : c’est la déroute, et les petits « heu… » hésitants de La Charnière Présidentielle n’apportent ni confort ni assurance d’un avenir vaguement meilleur (ou même d’une stabilisation qui serait enviable à cette glissade désordonnée) : non seulement, le taux de chômage continue de grimper pour rappeler les meilleures années mitterrandiennes, mais en plus, les embauches en CDI chutent. On le savait dès le mois de décembre de l’année dernière, l’année 2013 sera un « grand cru » en terme de chômage, selon l’INSEE. Là encore, d’aucun pourrait juger cela « moyennement bien »…

Quant au système social que le monde nous envierait (selon une rumeur avidement colportée par certains énarques un peu rêveurs), et qui est censé nous protéger, justement, des petits et gros aléas de la vie, eh bien le dernier rapport de la Cour des Comptes n’y va pas par quatre chemins : il est tout pourri.

Difficile de ne pas bondir lorsqu’on apprend que les déficits de l’assurance chômage ont continué d’exploser, et que, dans ceux-ci, le régime des intermittents du spectacle, déjà régulièrement mis à l’index pour son incurie, bat de nouveaux records, avec une disproportion ahurissante entre le nombre d’individus couverts sous ce régime et son déficit (plus d’un milliard d’euro à lui seul). On pourra lire, au sujet des intermittents, l’excellent billet d’Acrithène sur le sujet dont je tire le graphique suivant qui résume à lui seul cette si délicieuse notion d’équité et de justice que le Monde nous envie moyennement :

temps de travail hebdomadaire moyen en 2008

Difficile de ne pas hurler lorsqu’on lit que les dispositifs et préconisations pour lutter contre le chômage ne sont que peu ou pas du tout suivis d’effets. Non ? Sans blague ? Comme si les libéraux ne s’époumonaient pas depuis des lustres à dire pourquoi ces dispositifs merdouillent lamentablement en cramant des camions entiers de pognon gratuit. Comme si les libéraux n’avaient pas déjà expliqué pourquoi le retour à un code du travail simple, clair, et un code fiscal non punitif pour les entrepreneurs ferait plus de bien en quelques jours que tous les bricolages abominables des politiciens sur les 40 dernières années…

Difficile de ne pas glousser lorsque la Cour des Comptes exprime son scepticisme devant les résultats de Pôle Emploi, et devant l’absence de coordination de la myriade d’acteurs différents qui prétendent agir pour aider l’emploi, depuis les municipalités, les Conseils Généraux, jusqu’aux conseils régionaux ou l’État lui-même, le tout sans gouvernance ni but précis : le syndrome du poulet sans tête appliqué à la lutte contre le chômage, un grand classique français, qui continuera bien évidemment tant qu’on injectera de l’argent frais dans le système.

Et d’ailleurs, ce que note la Cour des Comptes est vécu par les chômeurs et confirmé, directement ou indirectement, par les salariés de Pôle Emploi : le mastodonte qui prétend gérer la formation et la réorientation des chômeurs, la recherche d’emploi et l’accompagnement de ces chômeurs coûte une montagne d’argent public et ne sert concrètement à rien. De plus en plus rares sont les postes pourvus grâce aux propositions de Pôle Emploi, et tant du côté des entreprises, que des chômeurs ou des salariés de l’institution, tout le monde s’accorde à dire qu’elle ne remplit plus son coûteux rôle. En définitive, supprimer Pôle Emploi et laisser faire les entreprises spécialisées ferait le plus grand bien au marché de l’emploi français.

Bah. Finalement, tout ceci n’est pas grave puisqu’après tout, grâce à sa guéguerre au Mali, François Hollande s’est taillé une carrure présidentielle. Mais tout montre qu’il l’aura taillé avec votre argent, dans ce bois dont on fait les flûtiaux.

Et les cercueils.

J'accepte les BTC et BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires111

  1. Le Gnôme

    Bah, cela cessera quand le pognon manquera, dès que les taux grimperont et que la machine tombera en panne sèche, ce qui nous vaudra moult défilés entre Nation et République de drogués à l’argent gratuit.

    Le système n’est pas réformable à l’heure actuelle, il le sera par force une fois par terre. Je suis confiant, ça ne saurait tarder. Il y aura du sang et des larmes, c’est moins certain pour la sueur.

    1. Higgins

      D’accord sur le constat concernant l’impossibilité de réformer le machin à l’heure actuelle. Pour autant, je nous vois plus dans la position de la grenouille dans sa casserole pleine d’eau qui chauffe. Lorsque la perception de la réalité sera, il sera trop tard, nous serons morts ou en passe de l’être. Seul lueur d’optimisme, la grenouille peut encore sauter hors de la casserole!!!
      Notre presse courageuse est toujours à la pointe de l’information sur ce point. Ainsi, les propos de Michel Sapin sur la baisse programmée des indemnités chômage ont fait le buzz (http://www.jeanmarc-sylvestre.com/2013/01/23/michel-sapin-« -oui-il-faudra-baisser-les-indemnites-chomage-« ) et la situation réelle de l’économie de ce pays et les diagrammes associés (qui complètent heureusement celui d’Acrythène) mobilisent nos plus brillants journalistes et font un tabac à 20h00 (http://leblogalupus.com/2013/01/20/la-france-le-zombie-invisible-de-leurope-par-mish-global-economic-analysis-avec-commentaire-bruno-bertez/). Je partage pleinement la conclusion de Berthez: « …En un mot qui résume ce que je pense, nous sommes sous le règne de l’opinion, et j’en vois pour preuve les sondages idiots en cours sur l’approbation de l’invasion du Mali par Hollande. Les gens interrogés ne connaissent rien, ni les tenants ni les aboutissants, ils n’imaginent pas les couts, les conséquences. Simplement en fonction des commentaires des médias et des politiques, ils se font une idée, et ils l’expriment…ces gens sont dans une bulle, prisonnier d’illusions et de faux savoirs depuis des dizaines d’années, alors vous comprenez que le résultat ne peut être qu’un discours inadapté mais, et je souligne, partagé… ».

      1. Aristarque

        Dans les présentations radio des remarques sur le coût d’indemnisation des chômeurs, les journaleux défenseurs de la veuve et de l’orphelin parlaient bien davantage du scandale des hauts cadres au chômage pouvant toucher jusqu’à 6.000 euros mensuels que des intermittents du spectacle qui, à 100.000 personnes creusent à eux seuls le tiers du déficit de cette assurance…
        Il faut épargner les copains, comme toujours et avoir l’indignation sélective, pour survivre dans ce système démocratique bananier…

    2. Guillaume

      ne sois pas trop confiant : quand le pognon manquera, l’état n’aura aucun mal à le prendre dans les poches des « actifs sans statut ». Et il le fera avec le soutien de la population.

      1. gem

        +1
        L’état considère que les 10000 milliards (grosso modo) de patrimoine des français sont à sa disposition. son seul problème, c’est de trouver le point de découpe pour en prendre un max tout en conservant un soutient populaire suffisant ; pas si facile, vu la part de l’immobilier dans le total et l’attachement des français à ce type de bien (on ne comprend vraiment pas pourquoi, tient ; se loger soi-même, c’est d’un ringard…)

    3. ludo44270

      beaucoup de libéraux formule cette espoir effectivement qu’une fois le système par terre, en quelque sorte la raison l’emporterait et viendrait effacer les quarante années d’erreur passées. Je suis pour ma part extrêmement inquiet, la société française et l’idéologie de ses concitoyens sont si scléroser que l’on ne peut pas exclure un épilogue plus funeste. A savoir que nous sombrions dans l’extrémisme.

      1. Nemrod

        Je partage ce point de vue.
        L’Histoire c’est long …
        Je pense que le pays se relèvera de sa dégringolade prochaine car il a des atouts ne serait ce que géographiques indéniables mais ceux qui croient à une crise profonde mais courte risquent d’en être pour leurs frais.
        J’envisage plutôt une pathologie longue et douloureuse avec moultes rechutes.

        Au moins une génération va en en baver sévère.
        Je ne pense pas que cela vaille le coup pour les jeunes de rester et d’oeuvrer au redressement.
        Le monde est ouvert ( pour l’instant) et il vaut mieux pour eux partir.

        Pour ceux qui vont rester par nécessité ou choix; un des seuls moment cocasses sera de voir la tronches des « lou ravi » quand la cabane va tomber sur le chien.

        N’oublier pas de stocker du plomb quand même.

        1. Before

          Idem, le travail de bourrage de crânes a été bien mené, depuis longtemps, grâce à l’Édulcoration Nationale, et les responsables désignés à la vindicte populaire seront … suivez mon regard !

      2. Deres

        J’ose espérer que l’Europe nous empêchera de succomber au grand Leader Mélanchon qui ne demande que cela, mais je ne suis pas très optimiste. J’ai une vague idée du contenu réelle de sa VIéme république …

      3. gnarf

        Oui je peux voir ce que ca donne dans les ex-republiques sovietiques.
        Quand le systeme s’est effondre les generations plus agees qui avaient pendant leur jeunesse eu un veritable endoctrinement et la foi dans le systeme socialiste ne se sont jamais vraiment reformees. Elles ont continue a vivre de magouilles, de coups bas, en calquant leur attitude sur l’analyse marxiste du libre marche: dans chaque transaction il y a un pigeon et un arnaqueur… donc faut voler la caisse et se barrer.
        Les plus jeunes, qui majoritairement ne croyaient plus dans ce systeme, ont su rapidement s’adapter.
        Il n’y a aucune chance que la France se reforme aussi vite que l’ex-URSS en cas de crash complet du systeme… car en France tout est inverse: ce sont les jeunes qui croient encore plus que leurs aines dans le systeme d’assistanat. Il suffit de voir que pres de 30% des etudiants en ecole de journalisme soutenaient Melenchon.

        1. daredevil2007

          Contrairement à vous, je ne pense pas que ce système tout pourri pourra se maintenir éternellement car il ne dispose pas des mêmes ressources que l’ex-URSS – à vrai dire, à part sa sécu et son magnifique système de retraites à la Ponzi, il n’en a aucune et si l’Allemagne ne nous soutenait pas à bouts de bras depuis pas mal de temps, le jeu serait fini (cf. JP Chevallier) 😉

        2. gnarf

          Je ne voulais pas dire que le systeme francais peut se maintenir longtemps. Je veux juste dire que meme lorsqu’il se sera ecroule il n’y aura pas de releve derriere ni d’abandon de l’ideologie socialiste. Ce sera la faillite, et ils seront tous d’accord pour dire que c’est la faute du mechant marche, des mechants etrangers.

        3. Higgins

          Sur ce sujet, Staline et les koulaks, je recommande chaudement la lecture du « Staline » de Simon Sebag Montefiore chez Tempus. Ça calme. Staline, c’est Robespierre, la Terreur et la Convention puissance 1000: des malades à la tête d’une nation.

    4. Deres

      Le système ne tombera que difficilement. On voit bien que quand le gouvernement fait dans la « prise de conscience » des problèmes, c’est uniquement pour nous préparer psychologiquement à une baisse des subventions et à une hausse des prélèvements envers la cohortes principales. Autrement dit, cela ne fera que renforcer le clientélisme car les principaux clients ayant des régimes spécifiques sont bien entendus épargnés.

      Par exemple, augmenter les cotisations chômage et diminuer les indemnités, l’air de rien , cela épargne tout ceux qui bénéficie de l’emploi à vie.

      Idem pour les retraites car ils ne vont toucher qu’au régime général, en oubliant les régimes spéciaux ou en évitant au maximum le moindre alignement.

      La pilule sera aussi « huilée » par l’habituel appel à la « justice social », c’est à dire à l’introduction d’inégalité flagrante entre les français qui paient et ceux qui touchent.

      1. taisson

        Tout a fait d’accord,
        le système ne tombera pas, il continura d’essorer complètement tous les avoirs de ceux qui ont encore un petit quelquechose, les salariés du privé verront leurs retraites diminuer et leurs cotisations augmenter. De plus, leurs éventuelles économies, (faites par les plus prévoyants) seront progressivement confisquées par le fisc, et grace à la lourde propagande scolaire et médiatique, la majorité trouvera tout ça très bien!
        Après tout, tous ces gens qui ont épargné durant toute une vie sont forcément riches…(et vieux…)
        La plupart sont nés dans ce pays ou leurs ancêtres travaillent depuis des générations, Ils ont donc aussi des biens matériels… ce n’est pas très égalitaire…Ils n’ont qu’a partager ce qu’ils ont…
        Ce language est déjà mis en place partout dans les médias, et ne semble heurter personne!
        Il faudra au moins 1/2 siècle de misére collectiviste avant que les français réagissent!
        C.P.E.F. !!!

        1. Pascale

          Tout à fait d’accord le système ne tombera pas. Il est trop bien verrouillé par les trotskystes et depuis trop longtemps.
          Pour ma part je vois bien une France sur le modèle de l’ex URSS dont tous les gens voudront finalement partir. Le pourront-ils alors ? car l’URSS avait ses murs et nos gouvernants sont en train d’en inventer et d’en bâtir d’autres : en particulier un mur fiscal qui confisquera tous ses biens à celui qui tentera l’exil. Moins brutal (quoi que ) mais bien plus pervers car se cachant sous les voiles de la démocratie …

        2. Deres

          On en revient aux schémas historiques : comme disait Staline, il n’y a qu’à prendre les terres des koulaks …

    1. Porfirio

      Référence intéressante, d’autant plus qu’il me semble avoir entendu une interprétation présentant le dernier de la file comme un faux aveugle, étant le seul à avoir les yeux fermés.

  2. infraniouzes

    Excellentes vérités, pas toujours bonnes à dire, mais ô combien nécessaires…. On sent un H16 en pleine forme derrière lequel sommeille un proctologue averti (en matière économico-politico-syndical).

  3. mominette

    Les français sont gérés comme des soldats de plomb, inertes et qu’on déplace comme on veut.

    Mais l’être humain n’est pas de plomb et en général adepte de la loi du moindre effort, ce qui est preuve d’intelligence. Cette loi implique de tout se procurer, de la manière la moins pénible possible.

    Dès lors qu’on obtient autant (voire plus) en ne foutant rien qu’en travaillant, les voies royales sont le fonctionnariat, le chômage, les allocations,l’exil ou la fraude fiscale.

    Tant que persistera cette manie de ne pas laisser à chacun le fruit de ses efforts, les choses iront en empirant, avec de plus en plus de demandeurs, et de moins en moins de cotisants.

    Pas nécessaire d’avoir fait l’ENA pour comprendre … (en fait, tout le monde comprend, sauf les énarques !)

    1. Vodkaman

      sur ce sujet, le billet sur le régime des inters-miteux du spectacle est tout simplement édifiant !!!

      Le système est si pervers que je connais quelqu’un qui est cadreur (et qui bosse beaucoup parce qu’il aime le pognon)qui préfère, lorsqu’il est malade, dire qu’il refuse un contrat (remboursé au régime des inter-miteux) plutôt que de se retrouver remboursé au plafond de la sécu…

  4. Josselin

    « je ne vois aucune raison qui justifie qu’un service public ne permette pas à la presse de suivre son travail »

    Voilà qui est bien dit, le réveil est pour bientôt, espérons.

    Et Gérard Lanvin qui n’a pas la langue dans sa poche :
    BFMTV
    Canal Plus

    Petite faute :

    « l’assurance chômage ont continué d’exploser« 

  5. Porfirio

    Ah tiens, voilà au moins donne une version moins politisée des chercheurs d’emplois (ici supérieure à 13%) avec les mêmes sources pourtant :lol:.
    Le conte « Nous ne sommes pas en récession » est d’autant plus triste et risible que le chiffre du PMI est plus que catastrophique depuis un moment et ne promet aucune amélioration. Mais brah, on s’en fout, on maquille la récession en réduisant l’inflation.

    A noter d’ailleurs que le gouvernement peut décider des interventions armées où il veut sans passer devant le parlement sous la condition que ça ne dépasse pas 4 mois.

    1. Porfirio

      Erreur typo?: « voilà au moins quelqu’un qui donne ».

      D’ailleurs quel est l’infâme organe qui colporte des chiffres aussi faux et loin de la réalité de ce pipoteur d’Askenazy, The Economist?

    2. Higgins

      Pour l’évolution de l’indice PMI, c’est là: http://chevallier.biz/2013/01/pmi-france-recession-de-plus-en-plus-forte/
      Pour une synthèse d’autres indicateurs tout aussi intéressant, c’est là: http://leblogalupus.com/2013/01/20/la-france-le-zombie-invisible-de-leurope-par-mish-global-economic-analysis-avec-commentaire-bruno-bertez/
      Je sais, j’avais déjà mis ce lien plus haut mais ça évite de le rechercher. A la fin, Berthez termine justement par « Chirac a fait beaucoup pour le mal français par sa lâcheté lorsqu’il a validé ce modèle comme spécifique et d’exception dont il convient d’être fier. On peut être fier quand on a les moyens de sa fierté, mais quand on emprunte les moyens de cette fierté, et qu’on importe le travail bon marché des émergents, on la boucle. On doit plutôt baisser la tète.
      Pour résumer, la France est un asile d’aliénés, prisonnière, dans une bulle névrotique, et les psychiatres sont plus fous que les patients. »

      1. Porfirio

        Oui, je les avais effectivement vus, merci de les avoir postés d’ailleurs :).
        A vrai dire, ma question reposait sur l’identité de l’instrument de propagande à la solde de l’AntiFrance ;).

    1. Pandora

      2ème : tout montre qu’il l’aura taillée avec votre argent (s’il s’agit bien de la carrure, il y a accord).

  6. Deres

    A noter H16, que la gauche abuse en ce moment de références aux « heures les plus sombres » à propos de la réaction des députés de droite qui se sentent complètement inutiles et privés de débat à l’assemblée. Dans ce pays, la réalité est souvent bien pire que sa description humoristique …

    De toute façon, pour moi, pour que le parlement ait vraiment le pouvoir législatif, il faudrait que les votes soient anonymes et obligatoires (possible à distance ou en différé si nécessaire). Faire tomber le gouvernement étant un peu violent, il faudrait faire tomber un ministre si sa loi est rejeté à plus des 2/3. Idem si elle est rejetée pour des raisons de constitutionnalité. Comme cela dehors les amateurs. Les députés pourrait faire leur travail sans subir la pression permanente de leur parti.

    1. gem

      Le parlement n’est pas censé avoir le pouvoir, il est censé le contrôler et l’empêcher. Un parlement qui fonctionne est ontologiquement dans l’opposition.
      Quant aux lois, elle devrait toutes être soumise à référendum.

      1. Deres

        L’utilisation d’un parlement est censé être une manière indirecte de faire un référendum … En effet, les gens n’ont pas le temps et les compétences pour proposer et étudier des propositions de lois toute l’année …

        C’est pour cela d’ailleurs qu’il faudrait que des sites internet donnent pour chaque député leur vote pour chacune des lois. Ainsi lors des élections, au lieu d’écouter des promesses insipides, on regarderait pour quoi ils ont votés exactement … On a déjà par certains sites leur taux d’activité. Il faudrait aller encore plus loin !

  7. Pandora

    Polemeploi est une structure administrative comme les autres : incapable d’atteindre des objectifs et de se moderniser.

    1. Guillaume

      Avec des employés qui font plus de paperasse que d’aide aux chomeurs : à tel point que malgré des effectifs importants, polemploy doit en plus sous traiter son coeur de métier (trouver du taf à des chomeurs) à des prestataires externes.

    2. Aristarque

      La classification des métiers est déjà à elle seule, un monument du jargon administratif ou comment ne pas appeler un chat un chat…

      1. Ron Paul

        C’est même mieux que cela ! je me suis vu rechercher du personnel qui ne rentrait dans aucune de leurs cases, donc impossible d’avoir un code, donc système bloqué ! Que c’est beau l’administration !

        Seule satisfaction, comme un tel problème remonte forcement à un directeur, d’autant qu’il n’y a que cela, que c’est bon de leur dire en face que ce sont des incapables patentés, leur mettre la tête dans leur caca. Certes cela ne change rien, ils sont irrécupérables, cela ne résout pas votre problème, mais vacherie ! que cela fait du bien de le leur dire en face avec preuve à l’appui.

    3. Pascale

      Mon fils qui est entrepreneur n’a jamais réussi à embaucher avec eux. Las de n’avoir aucune candidature à se voir proposer, il a passé une annonce sur Le Bon Coin : 50 CV en quelques jours !

      1. lechenu

        Je vous crois volontiers mais ce constat est étonnant. Les offres d’emploi de Pole Emploi sont aussi diffusées sur internet. Cela voudrait-il dire qu’on attend de Pole Emploi, l’Etat, qu’il vienne nous tirer du lit et s’occupe de tout, par habitude, tout en sachant prendre l’initiative vers le privé ? Je réagis à votre post parce que mon fifils à moi a trouvé du boulot sur le site de Pole Emploi, rapidement et simplement. Comme pour l’EdNat, il faut s’en servir plutôt que les servir, mais pour ça il faut reprendre conscience de sa propre responsabilité dans l’affaire.

        1. Grosben

          Bah en fait les annonces diffusées sur internet sont bien le seul intérêt de pole-emploi sauf que la recherche par défaut se fait par code métier et ça ne marche pas du tout car ce système de classement est débile. Dans mon domaine, l’électronique, il y a peut-être 30 ou 40 codes pour les métiers que je serais capable d’exercer… Il faut donc faire des recherches par mot-clé ce que tout le monde ne sait pas faire et c’est pas forcément efficace selon ce qu’on recherche.
          Point de vu employeur, il faut se taper de la paperasse et recevoir un conseiller pour passer une annonce.
          Pas étonnant donc que le Bon Coin soit plus efficace, 5mn pour mettre l’annonce en ligne, les chercheurs d’emploi peuvent en un clic les offres d’emploi près de chez-eux (et de vrais offres, pas des offres bidons car déjà pourvues mais que les employeurs sont quand même obligés de publier…)

        2. Pascale

          Pole emploi coute un maximum au contribuable, il serait donc en droit d’en attendre une efficacité certaine …

        3. lechenu

          C’est « attendre », justement, qui me gêne. Même si le service est peu efficace, mal foutu, il faut chercher par mot clé ou tout autre étape pénible et, je suis d’accord avec vous, inadmissible au regard de son coût, on parle de trouver un boulot.
          S’il faut passer les annonces en revue une par une, go. Si on peut le faire sur leboncoin, alors allons au pôle Emploi aussi. Enfin, vu côté demandeur. L’employeur va lui au plus efficace, normal.
          Je suis HS, ok.

        4. channy

          Pole emploi je connais bien, il semble que peu de lecteurs de ce blog soient passés régulièrement par la case pôle emploi régulièrement.
          Par choix personnel j’ enchaine les CDD depuis 12 ans.
          J’ai pu voir évoluer ce magnifique fleuron que le monde entier nous envie(non?)
          Le seul point positif avec Pole emploi, c ‘est que tous les emplois que j’ai occupé( sauf un), étaient des offres parues sur le site pôle emploi .
          Jusqu’en 2005 le site internet était très intuitif, la recherche se faisait par secteur d’activité, le code Rom apparaissait seulement en option , Mais sous prétexte d’affiner les recherches on a fait un site complétement bordélique .
          Autrefois les coordonnées de l’employeur apparaissaient très souvent dans l’annonce, maintenant c est rare, pôle emploi offre à l’employeur de sélectionner les candidatures et ne délivre les coordonnées au chômeur qu’après étude du CV( pour chaque offre on vous demande de remplir un formulaire en ligne ou vous devez résumer votre CV)
          Ensuite rien ne dit que le conseiller pôle emploi vous donnera les coordonnées de l’employeur..vous devez être qualifié Monsieur, les autodidactes n’ont plus leur place même pour passer le balai,alors que bien souvent un bon contact téléphonique avec l’employeur suffit pour décrocher un entretien après une petite annonce dans la presse ou le bon coin..
          Beaucoup d’employeurs chez qui j’ai bossé préféraient passer via l’intérim car les candidats envoyés par pôle emploi étaient pire que les intérimaires.
          Bon après on a les entretiens avec les conseillers, et la on rentre dans la partie » les géants du rire »
          Beaucoup de conseillers n’ont jamais bossé autre part qu’à pôle emploi c’est dire si leur connaissance du monde du travail est grande!
          -Tous les conseillers doivent prospecter les entreprises et ont chacun un secteur d’activité,moi qui suit dans la Distribution et logistique j’avais des gens qui ne connaissaient que le bâtiment et le tertiaire.
          -beaucoup d’annonces à pôle emploi sont des contrats d’une semaine voir moins..lors d’un entretien avec un conseiller je lui signalait que ce genre d’offres m’intéressait et qu’elle pouvait me contacter dés qu’un employeur déposait une annonce
          la réponse fut sidérante: »C’est le boulot des agences intérim d’avoir un fichier et de proposer tout de suite des candidats à l’employeur, Nous ce n’est pas notre boulot »
          A ceux qui voudrait s’expatrier ne comptez pas sur le service international pôle emploi;dans le genre grand guignols incompétent(e)s vous allez être servi
          Bref pôle emploi c est juste valable pour consulter les offres, faire des photocopies gratuites(quand cela marche)

        5. ludo44270

          Je suis d’accord mais il existe déjà une multitude de site gratuit qui le font mieux. Gratuit et mieux !

  8. Aristarque

    « La guerre, ça permet de distraire l’opinion publique avec des faits et des nouvelles exotiques, aux senteurs de poudre et de sable chaud. C’est de l’émotion, du reportage sensationnel et de l’aventure à portée d’un bouton de télécommande, à dose contrôlée, le soir, au 20H, et l’occasion pour certains de présenter la soupe médiatique en treillis ou avec des gros titres choquants. »
    Cela permet de faire passer de l’exotisme à bon compte, façon « Mon légionnaire » de la môme Piaf…
    Tant que les Français ne savent pas combien cela coûte ni qui va payer, en dehors de L’Etat, bien évidemment…
    En Lybie, les opérations exclusivement aériennes ont coûté, paraît-il, environ 100 M€/mois, soit grosso modo 3 M€ par jour calendaire…
    Le structure militaire n’y est pas la même mais on peut probablement compter actuellement sur les 2/3 soit 50 à 60 M€ par mois…
    Je sais bien que cela n’est pas un problème dans ce pays où l’argent déborde des tiroirs-caisses et autres coffres-forts mais tout de même…

    1. Higgins

      Ce n’est pas aussi simple que cela. Par exemple, les avions de chasse volent que ce soit pour des missions de guerre ou pour des missions d’entraînement. Qu’ils fassent l’un ou l’autre a rigoureusement le même impact sur le budget, du moins tant qu’on reste dans l’enveloppe budgétaire allouée pour l’année en cours. Il en est de même pour les troupes au sol. Lorsqu’elles sont en France, elles s’entraînent également. Le problème vient quand les enveloppes sont dépassées (par exemple, les avions volent trois fois plus), que les armements sont réellement délivrés (une bombe guidée laser coûte approximativement 143000 euros: http://info-aviation.com/?p=5230) et qu’il faut assurer le soutien logistique amont et aval d’un tel déploiement (transport affrété ou non, soldes, etc…). Très rapidement se pose, ou va se poser, le problème du potentiel technique attribué. Le processus d’entretien des matériels est généralement basé sur le temps de paix, période où son utilisation est limitée au strict minimum. La conduite de la guerre fait fi de ces prévisions. Seulement certains matériels, en particulier les aéronefs et les bateaux, ne peuvent indéfiniment servir. Il faut les reconditionner à des échéances bien précises et les grosses opérations peuvent prendre entre 6 et 18 mois. Bien entendu, la bonne marche de ces opérations est tributaire des budgets alloués et de la disponibilité du ou des industriels concernés. Je vous laisse deviner où nous en sommes avec la corne d’abondance que possède la France et qui s’est outrageusement déversée sur la Défense depuis une trentaine d’année!!!

      1. Aristarque

        @Higgins
        Nous sommes d’accord sur l’essentiel. Si une part des budgets est automatiquement consommée du seul fait de l’existence des avions, des personnels militaires, de leur entretien, etc…, ces « budgets de paix » sont sans commune mesure avec des opérations de guerre.
        Sans parler de la « casse » en opérations, les matériels servent intensivement, dans des conditions pas souvent optimales d’autant plus que leur sophistication les rend encore plus difficiles à réaliser. Il va donc falloir les entretenir encore davantage et organiser des rotations d’indisponibilité temporaires pour ce faire.
        Quant aux personnels, ils ne peuvent pas non plus mener des opérations pendant des semaines et des semaines d’autant que la guerre sur le terrain se fait sans RTT, weeks-end, ponts viaducs et autres délicieusetés occidentales…
        Le problème est donc le même
        Grâce à la claivoyance française des 30 dernières années, je ne pense pas que nous puissions mener, en dehors du coût lui-même, des opérations militaires de longue durée, impliquant des dizaines de milliers d’hommes, surtout à des milliers de kms du pays.
        Quant à la prétention de la »reconquête du Nord mali » (qui est plus grand que la France) avec quelques milliers d’hommes…
        Il y a donc des risques énormes pour que la France soit limitée à tenir des villes, villages et bastions qui se feront attaquer par guérilla sporadique à laquelle il sera dur de répliquer sérieusement si ce n’est en mobilisant des forces très supérieures aux assaillants.

        1. Higgins

          C’est bien là le problème. A titre personnel, si je considère que Normal 1er n’avait guère d’autres choix que de lancer cette opération, je suis persuadé qu’il n’a aucune stratégie de sortie de crise ni aucune vision d’ensemble sur les problèmes qui se présentent dans cette partie du monde. Ce n’est qu’un premier secrétaire qui a, d’une certaine façon, réussi. Mais ça ne va pas plus loin. Il n’y a qu’à lire le Canard de la semaine et savoir lire entre les lignes pour le comprendre. Cette opération prend tous les aspects d’une victoire à la Pyrrhus.

        2. Higgins

          J’ajouterai que la lecture d’articles comme ceux d’un JM Tanguy n’incite guère à l’optimisme: http://lemamouth.blogspot.fr/2013/01/serval-cote-cuirasse.html

          Le retour d’Afghanistan a été décidé car la machine n’en pouvait plus. Las, elle n’aura même pas eu le temps de panser ses plaies alors que les menaces n’ont jamais été aussi fortes: http://www.marianne.net/blogsecretdefense/Mali-les-deux-craintes-des-autorites-francaises_a922.html

      2. simple citoyen

        Beaucoup pensent que l’objectif réel de cette guerre est la partition de fait puis officielle du pays entre Nord et Sud et de laisser finalement la partie Nord aux insurgés. Il n’échappera à personne que c’est au final confier aux mêmes que ceux qu’on a déjà soutenu dans les précédents conflits récents la partie riche en ressources.
        Il faudra bien qu’un jour nos élites de Fabius à Hollande en passant par Juppé nous explique quel est l’objectif recherché que de mettre les ressources majeures de la région (au sens le plus large) entre les mains des frères musulmans et leur alliés d’Al Quaïda. Il y a là une partie de poker menteur à l’échelle planétaire où notre rôle nous a été clairement dicté par la puissance dominante (les US) à tel point que nos leaders de droite comme de gauche l’ont accepté sans réserve… et sans nous en dire la teneur et l’objectif.

  9. Deres

    A quand un déplacement présidentiel au Mali pour encourager les troupes ? J’attends avec impatience les images du petit gros sur la ligne de front avec son beau gilet par balle camouflé … Les légionnaires seront-ils obligés de lui faire des bisous ? les foulards tête de mort seront en tout cas remplacés par des jolis écharpes liberty avec des petites fleurs par ordre de l’Etat-major. Le problème, c’est que si comme pour les voeux présidentielles, par confiance envers l’armée, nos militaires sont désarmés, on risque un contre-attaque désastreuse pendant sa visite !

    1. Pascale

      la guerre ça permet de rester dans le pathos et la gauche adore le pathos.
      Il faut voir la vertueuse indignation étalée par les pleureuses gauchistes (indiniais) à l’annonce du gars qui avait logé pendant 15 ans dans 1,56 m2 pour 330 € par mois.
      Aucune réflexion, aucun recul dicté par la raison pour analyser la situation telle qu’elle était réellement.

    2. Alecton

      Quand on sait que Normal 1er flippe à la vue d’une arme à feu potentiellement chargée, et qu’il a fait démonter les percuteurs des armes présentes lors de sa revue du 12e Régiment de Cuirassiers d’Olivet dans le Loiret, la revue des troupes françaises au Mali risque d’être savoureuse

        1. Pascale

          Meme avec toute une armada de journaleux « invités » à assister et à s’esbaudir tels des courtisans devant le voyage du Roi ?

        2. Elphyr

          Il faudrait ouvrir une ligne Paris-Tel Aviv, puis Tel Aviv-Le Caire (le train le plus festif au monde imo) puis un Sahara Express jusqu’à Tombouctou.

          Avec un peu de patience c’est jouable !

        3. Deres

          Il parait que depuis notre « entrée en guerre », le train c’est fini … L’excuse est que finalement, c’est trop risqué ! lors des récents déplacements à Lille et Bruxelles facilement accessibles en TGV, il a royalement pris Air Mollande One.

          Quand on est tombé aussi bas dans les sondages, cela ne sert plus à rien de prendre le train. Les seuls satisfaits restants sont des militants socialistes pur jus ou des clients récompensés qui n’exprimeront jamais leur insatisfaction même sous la torture, par principe politique ou clientéliste. les 30/35% de satisfait sont une limite infranchissable de popularité historique …

  10. NOURATIN

    Comme vous le dites de si jolie manière, le diamètre de la poire à lavement croît en raison inverse de la montée du chomage et de la dégradation calamiteuse de l’économie franchouille.
    La carrure présidentielle de notre petit grand chef de guerre aura du mal à résister à la montée de la grogne de tous les crétins qui croyaient que le changement de maintenant, c’était un changement en mieux, pas en pire.

  11. Aristarque

    La Presse « préfère évoquer l’abondance de stocks sur les marchés de l’immobilier ».
    Oui sauf que ce stock inerte « ne rapporte pas » les droits de mutation qui devraient logiquement en découler…
    Dans six mois, il va y avoir des hordes d’émules de Gatignon qui vont gréver de la faim à qui mieux mieux devant l’Ass Nat pour cause de finances en déséquilibre par l’absence criante de ces droits…
    Donc des impôts locaux en forte hausse à la clef l’année prochaine puisqu’aucune collectivité locale ne sait ce que prudence dans la dépense veut dire…
    C’est fou ce qu’il va bientôt y avoir comme riches dans ce pays (vous savez bien, les seuls qui paient impôt…)

  12. Aristarque

    « choubidou bidou Hollande qui est millionnaire »
    Sa déclaration de patrimoine a permis de constater que son chalet de Mougins était passé de 280.000 euros en 2007 à 800.000 en 2012…
    Ma qué la plus value latente à imposer… 😉

  13. Aristarque

    « http://www.contrepoints.org/2013/01/23/112326-marche-automobile-europeen-plus-de-20-de-baisse-depuis-le-point-haut »

    En parallèle avec l’immobilier…

  14. Aristarque

    « sachez que les exils et les fuites continuent, doucement »

    Preuve que ce genre de comportement n’est pas une nouveauté du 21me siècle, voici ce qu’en disait un économiste anglais il y a déjà deux cents ans :
    l’économiste David Ricardo écrivait en 1814 dans « Principes de l’économie politique et de l’impôt » : « Le désir de transporter sa personne et son capital dans un autre pays où on soit exempt de pareilles charges devient à la longue irrésistible et finit par vaincre la répugnance naturelle que tout le monde éprouve à renoncer à son pays natal et aux objets de ses premières affections. Il y a des bornes aux sacrifices d’argent que les particuliers peuvent consentir à faire continuellement pour le seul privilège de pouvoir vivre dans leurs pays natal….. »

    Tiré d’un article de JJ Netter de l’IDL

  15. Pascale

    «  » »l’année 2013 sera un « grand cru » en terme de chômage, selon l’INSEE. » » »
    M’est avis que le cru 2014 sera encore meilleur.
    Tout le monde se focalise sur 2013, mais il vaudrait meiux considérer le package « décennie » pour envisager la situation.
    Car avant que le clignotants repassent « au vert » de l’eau va couler longtemps, très longtemps sous les ponts avec Flamby aux commandes …
    Il n’aime pas les riches, c’est sans doute la raison pour laquelle il ne veut pas que le moindre Français le devienne (riche).

  16. Charentais libéral

    Excellent article d’h16 que je m’empresse de diffuser.
    Cependant, une petite question me taraude sur le passage suivant : « Vous le sentez, maintenant, le changement de diamètre de la poire à lavements ? » cela veut-il dire que nous devons aussi épargner…dans la vaseline, et alors, combien de tube….! Aie, aie, aie !

  17. Charentais libéral

    Bastiat était vraiment un visionnaire :  » « Les abus iront toujours croissants et on en recalculera le redressement d’année en année, comme c’est l’usage jusqu’à ce que vienne le jour d’une explosion. Mais alors, on s’apercevra qu’on est réduit à compter avec une population qui ne sait plus agir par elle-même, qui attend tout d’un ministre ou d’un préfet, même la subsistance, et dont les idées sont perverties au point d’avoir perdu jusqu’à la notion du Droit, de la Propriété, de la Liberté et de la Justice « …

    1. christo

      Traduit en « français » 2012 ça donne :

      -une population réduite à des fonctionnaires, des retraités, des assistés et des immigrés non-intégrables

      Un brouet explosif ! 😉

      Au-délà c’est le fait majeur qui permet de comprendre qu’il n’y aura pas de « réforme » (30 ans qu’on nous bourre le mou avec ce mot qui est devenu orwélien) et qu’il sera impossible de remonter la pente.

      Il faut avoir le courage de reconnaître qu’aujourd’hui déjà la population -la majorité- est dégénérée.
      Et demain ?

      Comment peut-on prétendre qu’on parviendra à les changer ? Qu’on les rendra meilleurs ? Avec l’aide du saint-esprit ?

      Je mets de côté bien sûr délibérement l’option Khmer Rouge dans laquelle on change les hommes en … les éliminant.

      Donc on fait quoi ? Que peut-on faire ?

      Rien. C’est foutu, point barre.

      Quelqu’un plus haut parlait d’une génération au sujet du calendrier.

      C’est un grand… minimum…

      1. Aristarque

        On a déjà les Khmers potirons à la Efa Choly ou à la Gatignon : verts à l’extérieur, rouges à l’intérieur

  18. eheime

     » avec une collecte record sur le livret A (du jamais vu en 200 ans), et alors même que celui-ci voit son rendement baisser »

    > ça ne change pas le fond, mais ce que vous dites est incorrect.

    Recemment le taux avait monté
    http://www.cbanque.com/placement/taux-epargne-graphique.php

    Il n’y a pas eu de baisse de taux pendant l’année 2012 qui a connu une forte collecte. La baisse est tres recente. On verra si la collecte suit.

    IL fallait etre stupide pour faire autrement : le livret 1 est quasi sans risque et sans fiscalité et a plafond augmenté. Autant aller là dessus que sur des placement plus risqués et taxés

    1. eheime

      l’augmentation du plafond avait d’ailleurs été unanimement critiquée pour cette raison : décorélation risque/remunération. Ce qui semble etre une constante socialiste

  19. Napoli

    Peu importe la légitimité de cette « guerre » qui va d’évidence ne jamais se terminer, l’opposant étant une idéologie planétaire, l’islamisme au cas d’espèce.

    Bonne chance donc pour la suite.

    Il est un fait que tout ceci est opportuniste de la part de supernormal premier, de l’enfumage politique afin de distraire la populace ou à tout le moins l’occuper.

    Au fait, sur quels critères et quand a été décidé cette action militaire (guerre telle que nommée par l’état lui même), il a perdu sa PlayStation supernormal ou bien ?

    1. Pascale

      Guerre qui a commencé en 1979 avec la révolution islamiste en Iran et l’invasion de l’Afghanistan par les Russes. On ne voit pas trop comment la France pourrait faire mieux que les autres qui s’y sont frottés …

    1. Le Gnôme

      Meuh non, en 2013, il y aura 0,8% de croissance, le gouvernement nous l’a promis. Ils ne mentent jamais, voyons.

  20. Ron Paul

    On ne lutte pas contre le chômage, on crée des emplois, bien sur des emplois dans le secteur privé.

    Que feront les personnels supplémentaires à l’ ANPE, pardon de Pôle Emploi, cela change tout ! si ils n’ont plus rien à proposer ?

    Qui va croire que cette gauche soit disant sociale-démocrate, va y arriver, d’autant qu’elle est la première responsable du problème, avec l’appui de leurs clones, les ‘’ partenaires sociaux’’ ?

    Elle déteste les entreprenants, les soit disant riches, seuls capables d’en créer. Cette gauche issue du fonctionnariat, pour glisser vers la politique, qui nous suce notre sang, comme tous leurs conseillers, toujours sûrs de savoir que le 1er du mois, leurs salaires tombera en connaissant au centime prés son montant. Ces gens, qui n’ont jamais eu à lutter beaucoup plus longtemps que 35 heures par semaine, contre la concurrence, leurs banquiers, la conjoncture, les mauvais payeurs, voire le personnel pensant plus aux RTT, de préférence à cumuler avec des jours fériés pour transformer les ponts en viaducs, qu’au travail à réaliser, les monceaux de réglementations, obligations sans arrêt plus nombreuses et pénalisants ….

    La loi la plus efficace contre le chômage, était celle des auto-entrepreneurs, comme par hasard, Hervé Novelli le ministre, était aussi un gestionnaire de deux SARL.

    Si chaque artisan, commerçant, profession libérales, indépendant, et bien sûr petite, moyenne ou grosse PME, embauchait un seul chômeur, le chômage disparaîtrait quasiment en France.

    Nous avons toujours été à pays développés comparables, les champions du taux de chômeurs, rien n’annonce une embellie, bien au contraire.

    1. Brice

      Je ne suis pas sûr qu’on puisse blâmer SFR pour ce lobbying. Les licences d’exploitation des fréquences allouées à la 4G ont coûté cher aux opérateurs. Si l’État autorise la 4G sur la bande 1800MHz, les règles du jeu changent, et la valeur des fréquences allouées récemment n’est plus la même.

      Bref, la seule issue raisonnable à toute cette affaire, c’est de privatiser les fréquences électromagnétiques. Mais naturellement ça ne se fera pas, parce que le monopole d’État sur les fréquences rapporte trop pour que nos gouvernants s’en passent…

    1. Pascale

      Il paraitrait que c’est la différence de diplomatie entre Sarko et Flamby qui a fait la différence. Si, si, ce sont les journaleux qui le disent !

      1. Before

        Ce qui est nettement plus important sur la cour de justice mexicaine que le changement de président au Mexique même, non ?

    2. Deres

      Je trouve hallucinant qu’elle soit traité comme une héroïne nationale dans tous les journaux et par les politiques. C’est juste une pimbêche qui s’est tapé un mexicain riche. Quand elle a découvert que sa richesse venait du fait que c’était un caïd de la drogue, elle a fermé les yeux et continué à prendre l’oseille … Pour moi, cela ne constitue peut être pas une complicité judiciaire mais largement une complicité morale qui justifierai son ostracisme …

      Je ne parle même pas de la dégradation de nos relations commerciales et politique avec le Mexique à cause de cette affaire !

    1. Aristarque

      Quand il a fallu, devant l’essor de l’automobile au début du 20me siècle, abandonner le système des bidons d’essence achetables à l’épicier ou au droguiste du coin pour passer à celui des pompes à essence devant chez les mêmes commerçants puis passer à celui des stations services (salauds d’amerloques qui ont rien fait que ruiner le petit commerce de l’époque) l’état français ne s’en est pas mêlé et tous ces réseaux ont été bâtis par d’infâmes capitalistes qui faisaient rien que de rechercher leur abjects profits. Que l’on sache, cela a fonctionné convenablement jusqu’à maintenant…
      Voilà les voitures électriques qui ressortent du néant et paf, les états s’en mêlent pour nous bâtir un réseau de distribution d’électricité pour pouvoir, ne rêvons pas, mettre un équivalent TIPP sur les KWH qui seront fournis par ces installations…
      A noter que les Israeliens ont déjà quelques longueurs d’avance sur le sujet mais qu’il serait inconvenant pour l’exception française et européenne d’envisager de telles installations.

    2. Guillaume

      C’est n’importe quoi, sachant qu’une borne de recharge demande une puissance de 90kw pour recharger rapidement, soit la puissance de … 10 foyers. Les réseaux de desserte d’electricité ne pourront pas suivre longtemps, sachant que beaucoup sont déja saturés. En tout cas je suis surpris que la planification soit toujours de mise en Europe.

  21. BA

    Mercredi 23 janvier 2013 : chiffres de la dette publique pour le troisième trimestre 2012.

    En zone euro, la dette publique de plusieurs Etats atteint des sommes inimaginables.

    En zone euro, la dette publique de plusieurs Etats est devenue hors de contrôle.

    Plus personne ne contrôle quoi que ce soit.

    Nous entrons dans une nouvelle époque : l’époque des défauts de paiement de plusieurs Etats européens.

    1- Médaille d’or : la Grèce. Dette publique de 301,193 milliards d’euros, soit 152,6 % du PIB. Tous les soi-disant « plans de sauvetage » de la Grèce ont échoué. Le premier défaut de paiement avait effacé 107 milliards d’euros de dettes. Mais la dette publique continue à augmenter, à augmenter encore, à augmenter toujours. La Grèce va de nouveau se déclarer en défaut de paiement.

    2- Médaille d’argent : l’Italie. Mario Monti laisse derrière lui une dette publique de 1995,143 milliards d’euros, soit 127,3 % du PIB. Mario Monti a fait la preuve de sa nullité. Mario Monti a fait la preuve de son incompétence.

    3- Médaille de bronze : le Portugal. Dette publique de 201,003 milliards d’euros, soit 120,3 % du PIB. Là encore, le soi-disant « plan de sauvetage » a échoué. La dette publique du Portugal continue à augmenter. Le gouvernement portugais a annoncé que le Portugal était incapable de rembourser comme prévu les 78 milliards d’euros du soi-disant « plan de sauvetage ».

    4- Dette publique de l’Irlande : 190,954 milliards d’euros, soit 117 % du PIB. Là encore, le soi-disant « plan de sauvetage » a échoué. La dette publique de l’Irlande continue à augmenter. Le gouvernement irlandais a annoncé que l’Irlande était incapable de rembourser comme prévu les 85 milliards d’euros du soi-disant « plan de sauvetage ».

    5- Dette publique de la Belgique : 380,923 milliards d’euros, soit 101,6 % du PIB.

    6- Dette publique de la France : 1818,147 milliards d’euros, soit 89,9 % du PIB.

    L’Irlande bénéficie depuis novembre 2010 d’un plan de sauvetage sur trois ans de l’Union européenne et du FMI. Le Portugal a quant à lui dû solliciter un plan de sauvetage sur trois ans en mai 2011.

    http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL6N0ARB6520130122?pageNumber=3&virtualBrandChannel=0

  22. JS

    Merci pour ce billet, on rit jaune cependant comme d’habitude..

    Je reve parfois dans une semi-inconscience que ce genre de billet fasse la Une de notre presse subventionnee..et puis non je me reveille et rien n’a change..

  23. John Bigballs

    Mais non en fait quand ils disent que ça va « moyennement bien », c’est pas pour vous, c’est pour eux. Vous on s’en fout !

    Journalistes, syndicats, politiques, fonctionnaires, asso.
    Dans leur quotidien tout va bien.
    Sauf cette petite tâche, ces petites histoires de chômage, déficit, de truc de bidules gnagna qui viennent les embéter.
    Dans ces conditions garder la super ambiance de la colo d’l’année dernière ça demande sans doute un peu plus d’effort. ça fait plus de trucs à repeindre en rose.
    Du coup ça va moyennement bien en effet.

  24. AlpineGG

    Pas l’emploi serait un nom plus approprié!!

    Ce qui est si frustrant dans ce pays, c’est que les socialistes -au sens réel, c’est à dire tous les étatistes de droite et de gauche- ont tellement lessivé les cerveaux via l’école et les médias, que les vérités dérangeantes pour la Doxa planiste ne sont pas entendues ni comprises par l’immense majorité.

    Il faut se battre pour faire passer la philosophie libérale, et cessez de ressasser les perpétuelles misères infligées par les socialistes. Créons un site avec un parlement virtuel, des mairies virtuelles etc etc…et faisons vivre un pays virtuel à la sauce libérale!

  25. skunker

    Plus jeune j’ai dit un jour à une conseillère ANPE que je me fichais du métier du moment que c’était disponible tout de suite. Elle m’a rit au nez. J’ai fait la même chose dans une agence d’intérim avec juste un CV, un RIB et une pièce d’identité et j’avais mon premier job.

    Je suis content d’avoir été à pôle emploi pour les besoins d’une formation, j’ai pu constater que le nom a changé mais que c’est toujours les mêmes locaux avec les mêmes employés dedans. Il n’y a que l’enseigne et le papier à en-têtes qui changent en fait.
    Pour m’inscrire j’ai juste besoin des attestations employeurs des 48 derniers mois pour avoir seulement des conventions de stage, ce qu’on ne m’a pas dit au téléphone quand j’ai pris rendez vous soit dit en passant, donc je dois y retourner … encore … une deuxième fois … sachant qu’ils m’avaient rayé de chez eux pour un arrêt de travail que j’avais pourtant fait suivre … alors que pourtant je travaillais et je ne touchais rien d’eux …

    Et maintenant même si je les hais et que je voudrais me passer d’eux je vais être obligé d’aller à des réunions « apprendre à mettre en page un CV » sinon ils vont me désinscrire et je devrai encore retourner 4 ans de paperasse quand j’aurai besoin de quelque chose que je ne peux obtenir que d’eux.

    On avait l’ANPE (avec nous part l’espoir), ne reste que le PE (plus d’espoir).

  26. hussarbleu

    J’adore H16, sa verve inimitable, son humour grinçant, sa méchanceté jamais gratuite, mais, et même si je partage ses analyses – comme la plupart d’entre nous, hormis quelques trolls, assez absents en ce moment, au reste – Bon Dieu, quelle délectation morose !

    Ce pays est foutu, j’en conviens, et, chose gravissime, nos socialistes et autres néo-marxistes propagent une haine impressionnante envers tout ce qui ne plie pas devant eux : je suis à trois ans de la retraite, et je me demande si ce ne sera pas celle de Russie… Poutine me plaît bien davantage que Hollande !

  27. Alex6

    Le plus grave, c’est le deni du peuple francais.
    Bloque dans les annees 70, une majorite pense que tout va continuer a bien se passer car ce fut toujours le cas…
    Aucune analyse de fond. Une de mes connaissances restees dans l’hexagone me disait qu’il n’y avait pas de quoi paniquer car la dette par habitant n’etait que de 1,500euros… je lui ai annonce qu’en realite c’etait plutot 30,000euros (bebes, enfants inclus) et que a cela devait se rajouter les provisions pour les retraites des fonctionnaires.
    Il y a eu comme un silence ensuite…

  28. Oscar

    Merci H16 pour ce petit moment de détente.
    Je ne sais pas si c’est vrai, mais un ami me disait l’autre jour qu’il a une connaissance qui travaille dans une banque au Luxembourg: D’après elle, ils n’ont jamais vu autant d’argent venir de France, et même certaines banques françaises placerait de l’argent au Luxembourg …

    1. J’ai lu des choses équivalentes un peu partout (et pas seulement pour le Luxembourg). La France va mal, très mal.

  29. joucla

    Nous avons une presse lèche botte avec les socialistes (37.000 journalistes avec 7600 euros de remise d’impôts ) Ceci expliquant cela . Car avec les socialistes il faut savoir que lorsqu’ils parlent d’argent , ils disent : mon argent , c’est mon argent , le tien on le partage ……………………

  30. Peste et coryza

    Juste pour témoigner :

    Hier, j’avais posé un après midi pour aller au salon emploi cadres organisé par Pôle emploi.

    – 1ere remarque : un monde fou ! de tous ages et des toutes formations, beaucoup de jeunes néanmoins. Beaucoup de docteurs et d’ingénieurs, parfois issus de grandes écoles. Quelques RH et gestionnaires.
    Constat numéro 1 : la science va mal en france…
    – 2eme remarque : beaucoup de SSII et de grosses boites genre Vinci. Si vous êtes informaticien ou physicien, vous aurez votre pain blanc. Pour tous les autres, à mon d’une forte expérience, passez votre chemin.
    – 1ere contact : éduc nat. Recherche de vacataires. Plein à craquer, un CV posé.
    – 2eme contact : éduc catho. Recherche de vacataires. Un peu moins plein, un CV posé.
    – 3eme contact : Fleury Michon. Dès que la RH a vu « doctorant biochimiste » sur mon CV, elle m’a dit « barrez vous à l’étranger ».
    – 4eme contact : Tennera. CV + lettre posés.
    – 5eme contact : Sodebo.  » y a rien pour vous, mais on peut quant même faire passer votre CV à notre DRH RetD »
    – 6eme contact : armées. Plein à craquer. « Trop vieux ».
    – 7eme contact : Total. « non, on ne prend que des polytechs »
    – 8eme contact : pôle emploi international. J’avais vu des branlotins pareils…

    Question 1 : Pôle emploi s’est laissé débordé par la foule. Ont-ils cru aux stats qu’ils trafiquent eux mêmes ?
    Question 2 : pourquoi n’ai je pas fait ermite, comme mon cousin ? Il a bac-2, et il se fait 17000 nets sur trois mois d’activité avec son safran…

    Suggestion : Pôle emploi devrait être renommé Pal emploi.

    N’oubliez pas de préparer votre premier tiers. On vous remercie.

      1. JS

        Ouaip et dépêchez-vous car la tendance maintenant pour les grands groupes présents à l’étranger est d’embaucher « local » même pour le management et les emplois les plus qualifiés…

  31. BA

    Vous vous rappelez toutes les belles promesses au moment du référendum sur le traité de Maastricht en 1992 ?

    Vous vous rappelez toutes les belles promesses en 1992 pour nous inciter à voter « oui » à la monnaie unique, « oui » à l’euro ?

    – « L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. » (Michel Sapin, 2 août 1992, Le Journal du Dimanche)

    – « Pour la France, l’Union Economique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter)

    En réalité, nous avons eu exactement le contraire.

    En réalité, la construction européenne aboutit à un désastre économique, un désastre financier, un désastre social, un désastre humain.

    Vendredi 25 janvier 2013 :
    France : chômage concernant les catégories A, B, C, D, E :
    5 560 100 demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle Emploi.

    http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-VHP736-2.pdf

    Espagne :
    Les chiffres effarants du chômage de masse en Espagne.
    Le taux de chômage espagnol a terminé l’année 2012 sur un nouveau record historique à plus de 26% de la population active, tandis qu’il monte même à 55% chez les jeunes. Et la situation a toutes les chances de s’aggraver encore en 2013.

    Grèce :
    Avec 26,8%, le chômage en Grèce va de record en record.
    Le taux de chômage grec a atteint un nouveau record en octobre à 26,8%, contre 26,2% le mois précédent (chiffre révisé), a annoncé jeudi l’agence nationale des statistiques Elstat.
    L’économie grecque devrait subir une sixième année consécutive de récession en 2013.

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/reuters-00490279-avec-26-8-le-chomage-en-grece-va-de-record-en-record-527279.php

  32. BA

    Dimanche 27 janvier 2013 :

    Michel Sapin évoque « un État totalement en faillite. »

    « Il y a un État, mais c’est un État totalement en faillite. » Le diagnostic, dressé par le ministre du Travail, Michel Sapin, ce dimanche sur Radio J, n’est pas nouveau.

    Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, François Fillon, quelques mois après son arrivée à la tête du gouvernement, avait usé des mêmes mots lors d’une visite en Corse. Un même constat alarmant plaidant pour des mesures d’économies.

    «C’est la raison pour laquelle il a fallu mettre en place des programmes de réduction des déficits et aucune sirène ne doit nous détourner de cet objectif», s’est justifié Michel Sapin, répondant là aux critiques de la gauche qui s’élèvent contre l’objectif de ramener le déficit public sous les 3 % du PIB à la fin de l’année.

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/01/27/20002-20130127ARTFIG00150-michel-sapin-evoque-un-etat-totalement-en-faillite.php

Les commentaires sont fermés.