Mortalité et confinements : ces chiffres qu’on ne veut pas voir

Par Nasier Ockham et h16

Et pour continuer dans le chapitre de la statistique amusante, je vous propose aujourd’hui, toujours grâce à l’aide de Nasier Ockham qui a réalisé les analyses statistiques suivantes, de tenter une évaluation de ce qu’ont coûté les confinements en termes humains et d’apporter une lumière statistique sur l’état général des établissements hospitaliers publics français.

Des confinements meurtriers

Ainsi, alors que plus de seize mois se sont écoulés depuis le premier confinement de mars 2020, il peut être utile d’estimer l’impact de ces opérations sans précédents en France. Et pour cela, on pourra regarder les données statistiques collectées notamment par les pompiers de Paris et médecins de l’INSERM qui ont publié les chiffres des résultats catastrophiques des confinements sur la survivabilité des arrêts cardiaques hors hôpital, avant, pendant, et après le confinement.

Les chiffres sont sans appel : le confinement multipliait le risque de mourir d’un arrêt cardiaque hors hôpital par 2,2. Non seulement le nombre d’arrêts cardiaques à la maison est ainsi passé de 76,8% à 90,2% mais les auteurs notent que les délais d’interventions ont été plus longs, et que dans nombre de cas les massages cardiaques n’étaient pas faits par peur de contamination ou sur consigne des hôpitaux. Au total, la proportion de patients arrivant vivants à l’hôpital a dramatiquement changé, ainsi que la proportion de patients survivants sortant de l’hôpital.

Pire encore, alors que, hors confinement, on observe 13,42 arrêts cardiaques hors hôpital par semaine et par million d’habitants, avec 22,8% de survivabilité, ces mêmes arrêts cardiaques sont grimpés à 26,64 et la survivabilité s’est, elle, effondrée à 12,8%.

Si les conclusions de l’article sont très prudentes, les chiffres qu’on y lit sont, eux, violents : hors confinement, on observait 44,9 morts/mois/million d’habitants d’arrêt cardiaque hors hôpital, proportion qui est montée à 100,6 pendant le confinement, alors même que la population de Paris a, dans cette période, largement diminué. Avec 10% seulement de ces accidents cardiaques testés positifs au Covid, et en comptant les attributions larges de Covid sur la base de suspicion seulement, c’est un tiers uniquement des cas recensés qui pourraient être attribué au Covid – laissant tout de même deux tiers de la surmortalité attribuable au confinement.

L’application de ces chiffres parisiens au reste du pays aboutit à la sombre conclusion que la France a déploré 3700 à 3800 morts supplémentaires pour chaque mois de confinement. Pour rappel, normalement environ 16% de la mortalité normale est causée en France par des maladies cardio-vasculaires, soit entre 10 000 et 11 000 décès mensuels lors des années normales.

3700 à 3800 morts par mois supplémentaires causés par les confinements uniquement pour les arrêts cardiaques hors hôpitaux, c’est beaucoup plus que la diminution de mortalité routière due au confinement (de l’ordre des baisses de 190-195 morts par mois enregistrés par la sécurité routière au même moment). Ici ne sont évoqués que les arrêts cardiaques hors hôpitaux, pas toutes les autres mortalités cardio-vasculaires, ni les cancers et autres affections de longue durée dont le diagnostic décalé par les différents confinements cause inévitablement des morts supplémentaires…

Un pilotage gouvernemental aux mauvais instruments

En regardant les données mensuelles des décès dus au Covid (et ici) et en les comparant avec les décès mensuels et par million de la population, on observe que le pic de mortalité du mois d’Avril pendant le premier confinement dépend bien plus des décès hors Covid que des décès Covid.

Cependant, au mois de Mai 2020, l’importance des décès Covid semble exploser, alors que ce mois n’était pas un pic de mortalité. A contrario, la mortalité non Covid atteint un niveau si bas qu’il est sans précédent depuis que les données existent :

On peut imaginer que le Covid efface momentanément toutes les autres maladies infectieuses et respiratoires, et que le confinement fasse diminuer les morts violentes (ainsi, la mortalité routière a diminué, soit environ 1000 accidents et 195 décès en moins pendant le mois de mai) mais on a du mal à comprendre par quel mécanisme miraculeux toutes les maladies non infectieuses et non violentes (cancers, maladies cardio vasculaires, etc.) représentant d’ordinaire entre 83 et 84% des décès tomberaient soudain à 56% des décès, une faible proportion jamais observée depuis 1980.

En réalité, il n’est pas physiquement possible que ces maladies aient disparu.

Bien plus logiquement, beaucoup (trop) de décès non causés par le covid ont été classés comme ayant eu le covid comme cause, suite par exemple à un test PCR positif. Bref, beaucoup plus nombreux sont ceux morts avec et non du covid.

Une conclusion s’impose : le gouvernement pilote avec un compteur qui ne donne pas la mesure, ce qui explique (en partie tout du moins) l’enfilage de perles absurdes par ce même gouvernement. En outre, il sera difficile d’écarter l’idée que, bien conscient de ce biais énorme dans ces chiffres, le gouvernement n’en a pour autant pas moins communiqué goulûment dessus, instillant la peur apte à générer la soumission du peuple dont il a eu besoin ensuite pour faire passer toutes ses mesures liberticides.

Au passage, la comparaison des mortalités sur ces derniers mois et celle des variations de mortalités saisonnières habituelles en France (visible sur le graphique suivant) permet d’affirmer que, jusqu’à récemment, le système de soin français savait traiter ces pics de mortalité sans que René Coty et ses successeurs se soient sentis obligés de mettre le pays à genoux, en état d’urgence, en lui retirant ses libertés au nom de la santé.

Difficile, devant ce graphique, de justifier l’hystérie permanente des médecins de plateau télé, les emportements adolescents du ministre de la Santé et l’impression de fin du monde colportée par les médias nationaux : oui, les hôpitaux et les médecins français ont su traiter par le passé des épidémies provoquant bien plus de morts par million que celle que nous observons maintenant.

Un système de soins français en pleine décrépitude

Il est vrai que les instructions gouvernementales pour la gestion de cette crise n’ont clairement pas aidé : évaporation du rôle du médecin traitant, interdiction de toute liberté de prescription, tests longtemps interdits ou limités, focalisation sur des vaccins expérimentaux, utilisation alternative du Rivotril sur les personnes âgées en EHPAD, … Rien n’a permis d’aider le système de soins.

Système de soins qui n’avait pas besoin de cette confusion politique, tant la dégradation dont il est victime est maintenant visible de tous (au point que certains médecins s’en ouvrent sur les réseaux sociaux) et qui se traduit, comme on peut le voir dans la figure ci-dessous, par une augmentation progressive inquiétante du nombre de morts mensuels pour 100.000 habitants depuis 2008.

Au passage, cette dégradation du système de soin français, visible dans les mortalités dans le graphique suivant, est confirmé par une étude réalisée en 2020 qui montre que, une fois corrigés par les classes d’âge, les décès (par 1000 habitants dans ce document) pour la classe d’âge 65 ans et plus ont diminué jusque vers 2003-2007 puis ont recommencé à augmenter. Comme il s’agit d’une classe d’age, l’effet « papy boom » est donc gommé et une autre explication que le vieillissement de la population doit être apportée : la dégradation des services de soins n’est pas la plus absurde. Et lorsqu’on épluche cette étude de Santé publique France, on constate (figure 5 de cette étude) qu’en effet les décès sont amplifiés dans les établissements publics par rapport aux établissements privés, au-delà de la simple proportion de patients gérés par les deux systèmes…

Tous ces éléments montrent s’il était encore besoin que les décisions politiques qui entendent se mêler de la santé en France ont essentiellement eu sur la décennie passée un effet délétère au point de se traduire en morts inutiles.

Pire : la cohorte de médecins qui, de plateaux télés en comités scientifiques bidons, se sont acoquinés avec les pires pendards politiciens ont perdu, avec eux, la crédibilité et la confiance qu’un sain détachement des basses manœuvres politiciennes leur aurait permis de conserver.

De politiques idiotes en corruption et en lobbyisme éhonté, la médecine française n’est plus que l’ombre d’elle-même.

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires569

        1. Higgins

          Je ne suis pas persuadé, à l’entendre, que nos TDC aient fait une bonne chose en le poussant dehors. Déjà, à l’intérieur, il leur menait la vie dure alors, si vraiment ils le foutent dehors, ils ne pourront pas le contrôler. Risqué comme jeu.

          1. durru

            Major, ils sont quand même spécialistes en conneries monumentales, on peut pas leur enlever ça. Ils ne pouvaient donc pas faire exception ici. Selon MCA, ça serait grâce à leur extrême intelligence (qui est un obstacle, n’est-ce pas ?) 😉

            1. MCA

              @durru 7 septembre 2021, 21 h 12 min

              Ah! je vois que ma brillante démonstration (ADP inside) t’a marqué l’esprit au point d’en rappeler les termes et je m’en réjouis.

              Le Druide est un cas spécial vu son prestige.

              En faire un martyre eût été contreproductif et comme ces gens sont intelligents (je te remercie de l’avoir souligné) ils l’ont très bien compris.

              Le Druide s’était plaint lors d’une précédente vidéo de cette charge qui commençait à lui peser vu son grand âge.

              Pour le soulager ils lui ont donc retiré tout en lui laissant le micro afin qu’il puisse exprimer tout le bien qu’il pensait de la politique française en matière sanitaire suivie jusqu’à ce jour; chose qu’il s’est empressé de faire en saluant la clairvoyance de notre bon Président.

              Tout ceci me paraît cohérent et révélateur d’esprits bien affutés.

              Je ne vois pas ce qui peut bien te troubler. 😆

                1. MCA

                  Wait and see… car en réalité je n’en sais rien, par contre qu’il soit accueilli à bras ouverts en Afrique s’ils le virent, j’en suis persuadé et qu’il devienne ministre de la santé là-bas je le verrais bien.

                  1. durru

                    D’un côté tu nous expliques à n’en plus finir qu’il n’y a rien à faire, aucun espoir, et de l’autre tu ne veux même pas croire leurs annonces les plus officielles… Va comprendre, Charles…

              1. Pheldge

                rêve pas, le micro, il ne l’a plus pour longtemps, et de toutes façon, ce qu’il aime, c’est son boulot de chercheur/directeur de l’IHU, avec les moyens techniques qui permettent de faire les études, dont il nous expose les résultats, avec un plaisir certain.
                Le jour où il n’aura plus ça, il passera à autre chose, et ne perdra pas de temps à polémiquer, ça ne l’intéresse pas, il le répète suffisamment. Il écrira peut-être un bouquin, s’il estime devoir défendre son oeuvre et son héritage. Mais je ne le vois pas lancer une chaîne youtube pour commenter l’actualité, ni aller faire le pitre à la télé.

  1. TiKamthi

    Je m’aperçois ici comme ailleurs qu’il y a des personnes qui sont prompts à défendre leur beau pays lorsqu’on décrit son état de décrépitude sur un sujet ou un autre. Ce que je comprends très bien au demeurant.

    Ces personnes disent : mais non tout ne va pas si mal ! et puis si c’est le cas, c’est tout récent ; avant, y a pas longtemps, c’était bien mieux, etc…

    En ce moment, tout ce qui est médical et liberté en général est concerné et pour cause.

    Depuis que j’ai quitté la Belle France, ma chère Taxland, comme je la surnommais entre autres, j’ai réfléchi, confronté à l’organisation d’un autre pays et me suis dit : qu’est-ce que je regrette de la France ?
    Or, après mûres réflexions, je n’ai rien trouvé qui me manque ou qui était mieux, mieux organisé, etc..
    Quelque part, cela m’attriste beaucoup. J’aurais bien aimé me dire : je suis bien ici mais ça ou ça, c’était vraiment super.

    Voici un petit jeu ou un sujet de réflexion pour tous.
    Une simple réponse honnête à cette question : en quoi, la France vous rend fière ? Sur quel thème : économique, sécurité, éducation, niveau culturel, liberté, santé ou n’importe quel autre, pouvez-vous dire : Monsieur, vos critiques c’est bien beau mais sur tel ou tel sujet la France est devant tout le monde ! Regardez les chiffres, les statistiques, c’est prouvé !

    Je sais qu’aucun pays n’est parfait ! Tous ont des bons côtés et d’autres plus mauvais, c’est normal.

    Par exemple, tout n’est pas super en Allemagne mais au niveau économique, les allemands peuvent être fiers. L’Europe c’est eux ! Et pour cause !

    Alors, en quoi êtes vous fiers d’être français ?
    Bien sûr, une réponse honnête pour vous seul ou à partager, avec chiffres, statistiques, données officielles à l’appui !

    1. Husskarl

      La famille, l’Histoire, l’histoire familiale, certaines régions reliées à la dite histoire, les paysages liés, le savoir vivre d’une certaine société, l’art de de la table.
      Je crois que c’est à peu près tout. C’est un attachement plus qu’une fierté.

    2. Dr Slump

      Abavala… il n’est pas entièrement d’accord, donc il est contre vous 🙄
      Il nuance votre diatribe enflammée contre le système de soin français, donc il prend la défense de tout ce qui va mal dans ce pays.

      Vous devriez aller débattre sur Jeuxvidéo.com, vous y trouverez des rageux et des flamers à votre mesure.

    3. Pythagore

      @TiKamthi: je crois qu’il ne faut pas confondre la France et une caste qui a mis la main sur la France. La France n’appartient pas aux gauchistes, même si ils ont mis la main dessus.
      La France aurait tout à fait les capacités de dépasser l’Allemagne économiquement si le gauchisme, la corruption et le capital de connivence ne s’y était pas installé.
      Histoire, paysages, architecture, culture, bcp d’artistes, d’industriels, de scientifiques brillants (rapporté à la taille du pays), créativité, la bouf, la famille, l’humour,…..

          1. Theo31

            Theo en a rien à branler de la patrie et de la nation. Ce sont des concepts constructivistes qui permettent de justifier pas mal de trucs bien dégueulasses.

            1. durru

              Mais tu es bien content d’être né ici et pas là-bas. Ce qui, du coup, n’est pas un con-cept.
              Ce qui me rappelle pourquoi j’avais renoncé d’échanger avec toi. Borné, sans nuance, sans empathie (Sam doit être vert)…

    4. MCA

      @TiKamthi 7 septembre 2021, 18 h 01 min

      Pourquoi faudrait-il être « fier » d’être français?

      D’ailleurs la fierté est une notion qui m’échappe; je suis né là et n’y suis pour rien et n’ai pas à en être fier. .

      Par contre on peut être heureux d’être français,

      pour la convivialité et l’esprit français, l’histoire, la beauté de ce pays au relief si varié, sa gastronomie, l’esprit de discussion sur tout et sur rien, la richesse de sa langue, la richesse de ce pays car malgré tout ce qui nous arrive ce pays est encore un des plus riches du monde, son infrastructure routière, ferroviaire, aérienne, télécommunications, son niveau de vie et j’en oublie.

      Il faudrait que je fasse un inventaire plus exhaustif mais voilà ce qui me passe par la tête d’un premier jet.

      Il faut aller voir ailleurs (chose que j’ai fait, je voulais faire le tour du monde mais je me suis arrêté en route) pour comparer et franchement ce pays est très loin d’être le pire.

      Par contre le système politique qui le dirige… alors là….il y aurait un sacré ménage à faire mais tout a été très bien pensé pour être verrouillé et à moins d’une improbable révolution, je ne vois pas comment ce pays peut s’en sortir.

      1. Yanka

        « … la richesse de sa langue… » Le français est une langue harmonieuse (moins que le lituanien avec son accent tonique mobile), mais sa richesse est très relative comparée aux langues slaves ou même anglaise. On se rappelle Nabokov préférant écrire en anglais, langue moins riche et moins brouillonne que le russe, et Beckett renoncçant à l’

        1. Yanka

          Oups !

          … et Beckett renonçant à l’anglais, trop riche pour ce qu’il avait à dire, pour le français et sa sécheresse. Le français a été karcherisé par Malherbe. D’une langue verte, souple, colorée, vivante (Villon, Rabelais, Montaigne), il a fait une langue plutôt rigide quant à sa forme, et faite pour penser, non pour décrire les choses ou les sentiments, où elle est d’une pauvreté lamentable par manque de souplesse essentiellement et d’un vocabulaire limité. Il faut des génies pour faire de cette langue quelque chose de beau (Proust) ou de vivant (Céline). Si on veut décrire des mouvements et créer des effets, rien de tel que les langues à déclinaisons et à particules mobiles : le tchèque, l’allemand, etc., langues qui souffrent hélas ! d’un manque d’harmonie frappant, avec des sons durs ou chuintants en cascade.

          1. durru

            Vous connaissez le roumain, ou toute autre langue balkanique ? Question déclinaisons, accents, particules, ça devrait se trouver (si je comprends pas de travers, je suis pas linguiste…)

            1. Yanka

              Connaître est un grand mot. J’ai des notions pour certaines langues slaves (russe, et un peu plus que des notions pour le tchèque) ou le hongrois, le lituanien. Je mettais l’accent sur les possibilités de décrire les mouvements au sens spatial du terme, les actions, de manière précise, ce que permettent les particules (up, down, herum, hinum, etc.). Pour le style, les effets, imposer une vision, donner du rythme, une langue à déclinaisons (il y a 7 cas en tchèque, et quasi tout se décline, jusqu’aux possessifs et démonstratifs, les noms et prénoms) permet de placer les mots plus ou moins n’importe où dans la phrase, puisque le sens est donné par la déclinaison et non l’ordre. J’adore ma langue, mais elle est contraignante et peu propice à la créativité. On a vite l’air affecté si on dérange l’ordre attendu. Lisez Shakespeare dans le texte, puis sa traduction en français : vous allez vite comprendre en quoi le français est rigide et lourd par rapport à l’expressivité de l’anglais au temps de Shakespeare. Quand on traduit un texte étranger vers le français, le texte français est toujours plus long. j’aime citer cet exemple : « Andrew’s moonlight sunbathing ». La situation est absurde, mais la phrase est limpide. Traduction française ? « Le bain de soleil d’André au clair de lune ». Trois mots et une apostrophe en anglais, dix mots, dont cinq noms, trois prépositions et deux articles en français ! Une impression de boiterie, de claudication ! En effet, le français marche avec des béquilles.

    5. Yanka

      Une amie, orthodoxe convertie, originaire du Sud de la France, qui a été enseignante en Russie, a décidé, retraitée, une fois sa mère morte, d’acheter une isba en Russie, dans une ville historique à une bonne heure de Moscou, et d’y vivre désormais. Alors qu’elle est russophone parfaite et très introduite dans les milieux religieux et folklorique (elle joue de la vielle et du gouzli), elle ne peut s’empêcher d’avoir tout de même la nostalgie parfois de la France, parce c’est là qu’elle a vu le jour, grandi, etc; Le pays de l’enfance est le pays charnel, et vous aurez beau haïr votre pays pour ce qu’il est devenu, ce qu’il a été pour vous est un facteur de nostalgie contre quoi vous ne pouvez rien.

  2. Nestorius

    HS (d’autant que je suis vacciné et que le pass sanitaire ne me dérange en rien – ne me lapidez pas, je ne suis pas dans la note) mais pendant que les débats covidiques s’enlisent, au Canada sur d’autres sujets ça avance bien.

    « Des écoles détruisent 5000 livres jugés néfastes aux Autochtones, dont Tintin et Astérix.

    Ils ont été jetés, certains brûlés et enterrés, par le conseil scolaire de l’Ontario qui les accuse de propager des stéréotypes. Les auteurs sont consternés.

    Les cendres ont servi « comme engrais » pour planter un arbre et ainsi « tourner du négatif en positif ».

    Une vidéo destinée aux élèves explique la démarche : « Nous enterrons les cendres de racisme, de discrimination et de stéréotypes dans l’espoir que nous grandirons dans un pays inclusif où tous pourront vivre en prospérité et en sécurité ».

    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1817537/livres-autochtones-bibliotheques-ecoles-tintin-asterix-ontario-canada?partageApp=rcca_appmobile_appinfo_android

    Meanwhile au Mexique, on ne chôme pas non plus. La maire de Mexico, Claudia Sheinbaum (pas très autochtone, du coup…) fait remplacer le Monument à Christophe Colomb par « la statue d’une femme indigène ». C’est dommage d’ailleurs, le monument de 1875 était d’un sculpteur français.

    1. Nemrod

      Si par hasard il était prolongé le 15 11, vous seriez toujours d’accord ?
      Parce que les délires woke canadiens c’est sûrement inquiétant mais la dérive autoritaire chez nous …ben c’est chez nous et maintenant hein !

      1. paf

        le Canada est un des pays les plus impatients d’avoir le pass,ils n’en sont pas encore au niveau de la France, mais pas loin.Les PM qui resistaient se sont tous fait offrir des postes prestigieux et des subventions donc ils ont laché.
        Les Canadiens ont du bol d’avoir une constitution qui met des batons dans les roues du pass, a mon avis ca ne va pas durer et ca va finir comme la france.

      2. Nestorius

        Ah je ne voulais pas commencer un débat là-dessus ici, bien que ne commentant jamais, je vous lis tous depuis des années, je vous connais par cœur les uns et les autres et je vous apprécie chacun avec votre caractère (y compris les chers disparus RPS etc.), je ne tiens pas à me fâcher avec vous rn cette seule occasion où je suis complètement hors de la ligne du Parti H16…

        Mais bon, tant pis, je me lance, je vais faire simple. Non seulement s’il est prolongé je serai d’accord, mais j’espère bien qu’il le sera. J’ai toujours été contre absolument TOUT dans leur gros rhume. Contre le confinement, le masque (jamais porté une seule fois de ma vie dans la rue à Paris, et sous le menton dans les magasins), le couvre-feu, les fermetures de bars, absolument tout. J’étais pour la solution suédoise. Bon. C’est dire dans quel état de rage/dépression j’ai été depuis mars 2020. Mais enfin, ça y est, on voit le bout du tunnel. Maintenant on a un vaccin qui MARCHE (oui bon là il faudrait encore tout un développement là-dessus) et qui est la condition sine qua non pour éviter que les boomers n’encombrent de nouveau les hôpitaux cet hiver et que par conséquent on me fasse de nouveau iech moi, qui me fous du covid, à m’empêcher de vivre de nouveau avec leur cirque. Alors les gens qui ne veulent pas se faire vacciner, bah ouais du coup, je les regarde de travers. Et si le pass sanitaire en enquiquine quelques-uns et par lassitude les force à franchir le pas, je trouve ça très bien. C’est le but.
        Et les arguments « Oui non mais le vaccin c’est du poison et tous les vaccinés vont mourir dans les 2 ans qui viennent » non là désolé, ça ou la 5G qui donne le sida, moi, c’est même combat. Je suis d’une famille de médecins à tous les étages, oncles, frères, beaux-frères, cousins, neveux, j’en passe (et j’y pense, j’en passe surtout un, si je disais qui c’est… Vous n’imaginez pas…). Bon. Ils ont tous été les premiers à se faire vacciner, alors j’ai tendance à faire confiance, m’voyez. À un moment donné, être contre toutes les évidences juste pour le principe d’emmerder le Poudré, ça trouve ses limites.

        1. TPA

          Approbation totale. Il me semble que vous allez recueillir « les foudres » d’un auditoire tout acquis à la cause anti-macronienne. Je crains le pire pour vous.

        2. paf

          « Ils ont tous été les premiers à se faire vacciner, alors j’ai tendance à faire confiance, »

          ahahahahahaha
          ahahahahahah
          ahah
          aha
          ha
          hahahaahahahah

          1. durru

            Ça fait un bail qu’on dit ici que les médecins aujourd’hui en France ont perdu tout esprit critique ou scientifique. Sauf exception, bien sûr.
            Une confirmation de plus, rien d’autre.
            Si ça vient de la région parisienne, c’est d’autant plus prévisible. Les fractures dans la société française sortent de plus en plus en évidence.

        3. Yanka

          Vous faites confiance à des menteurs pathologiques, des mecs qui vous insultent tout le saint jour, qui vous vendent un produit toujours en phase de test, avec une AMM provisoire, et dont les effets secondaires s’avèrent désastreux pour des milliers de gens, et qui ne protègent aucunement le vacciné, puisqu’il peut toujours attraper le virus et le transmettre… Les bras m’en tombent. Je conçois que cette année et demie de mascarades à jets continus vous ait mis le bonnet à l’envers, mais enfin, bordel, demandez de l’aide !

        4. MissKat

          oui le vaccin MARCHE
          oui le pass ça marche
          Et ce sont les médecins qui l’ont dit!
          et si vous êtes confinés ce sera la faute à ces salauds non vaccinés !
          Il faut les pourchasser et les enfermer dans des camps et les passer à la douche ces sales pouilleux. C’est gênant à la fin ces rebuts de la société qui essayent de s’introduire illégalement dans les restos, les magasins.. nous on a fait l’effort de se vacciner en bon citoyen et on peut même plus boire notre café en terrasse tranquille!
          Merde !
          C’est pourtant écrit « interdit aux animaux et aux non vaccinés!!

          (Covid1984 c’est now)

          Mais pourquoi vous venez sur ce blog?

        5. Pheldge

          Le choix du vaccin est une question personnelle et doit reposer sur le rapport bénéfice/risque. Je respecte votre choix, et je pense que tout le monde ici également, c’est une décision qui vous appartient.
          Après, pour ce qui est des bénéfices pour tous, du passeport, et de l’obligation vaccinale, là, nous risquons de ne pas être du même avis … 😉
          Alors évitons un débat stérile, et inutile, puisque je comprends que sur bien d’autres points nous sommes d’accord.

        6. Nemrod

          Je vais rester dans le domaine médical.
          Passon sur le fait que le Pass repose sur un mensonge, d’outil de moindre contamination il est devenu un chantage sans vergogne…je ne crois pas qu’il ait été voté sur ces critères…mais bon nous somme dans un Etat arbitraire, c’est acté.
          Le pb est que les boomers dont vous parlez étaient déjà vaccinés à 75 % quand le Pass a été mis en route…sans coercition particulière parce qu’ils y ont intérêt à titre individuel.
          Je ne crois pas que les 25 % restants auraient pu encombrer à ce point les hôpitaux si le vaccin marche ; d’autant que certains parmi cette proportion ont une immunité naturelle ou acquise.
          Là on vaccine des gens qui ont un rapport bénéfice risque défavorable…ce que les médecins préfèrent ignorer par compromission et fonctionnarisation.
          De plus le pognon de dingue mis dans tous ces dispositifs manquera pour soigner les malades…le nombre de lits de soins intensifs ayant encore baissé.

          1. Louchp

            Il suffit d’aller sur YouTube et de taper « hôpitaux (ou « urgences ») saturés grippe 20xx » avec « xx »<20 pour voir…

            Est-ce vraiment un phénomène nouveau purement lié au Covid ? …

            1. Arthur H

              Non, je ne sais plus qui parlait de ça … chaque automne, les réanimateurs, avec le télégénique Peloux, se plaignaient du manque d’effectif et de matériel notamment des lits de rea.

              Non, non, non, tout ceci est un escroquerie en bande organisée, pour le moment, le chateau de mensonges tient …

        7. Pierre 82

          @Nestorius 7 septembre 2021, 23 h 52 min
          Bravo pour votre franchise. Et vous vous doutiez que vous ne vous feriez pas accueillir par des applaudissements nourris (à part ceux de TPA, mais lui, on le connais, et au fond, on l’aime bien, c’est notre Nicolas Gardères à nous). Je vais essayer de répondre à ma manière.
          Quand on déroule un raisonnement, ce qui me semble le plus intéressant n’est pas la réflexion elle-même, du moment qu’on applique correctement les règles de logique formelle.
          Le plus souvent, le plus intéressant sont les prémices, vos hypothèses de travail, sur lesquelles vous allez baser votre raisonnement, que ces hypothèses soient implicites ou explicites.
          Je regarde les vôtres:
          1. le Covid est une maladie terriblement tueuse. Vous ne le dites pas formellement, mais c’est sous-entendu, puisqu’on n’arrête pas une économie ou on n’impose pas un Ausweis pour un nez qui coule.
          2. Il n’existe aucune médication, même imparfaite, contre cette maladie.
          3. il est indispensable que les autorités « fassent quelque chose » (quoique vous mentionnez plus haut que l’exemple suédois était bon, ce qui est en contradiction)
          4. le vaccin « marche », et est la seule solution.
          5. le pass sanitaire n’est ennuyeux que parce qu’il nécessite de sortir le téléphone de sa poche et vous fait perdre 12 précieuses secondes.
          6. Le but ultime de la médecine, c’est de ne jamais avoir de saturation dans les hôpitaux
          Je caricature un peu vos hypothèses, j’en suis conscient. C’est un tropisme chez moi, pour m’aider dans mes réflexions.

          Nos points de désaccord se trouvent sur ces hypothèses, et pas sur votre raisonnement. C’est donc à celles-là que je vais répondre.
          1. Les ravages du covid sont du même ordre de grandeur qu’une grosse grippe de type Hong Kong, même si elle a été plus sévère. On n’est pas dans un cas qui nécessite un barnum pareil ce n’est pas la peste noire.
          2. On sait maintenant qu’il y a moyen, à condition de traiter précocement, d’atténuer fortement les effets du covid dans la plupart des cas, ce qui ferait s’effondrer le nombre d’admissions en réa. Même si, je le répète, ce n’est pas parfait, ça montrer des résultats infiniment meilleurs que le triptyque Doliprane – étouffement – réa. Tous les gens dans mon entourage qui ont été en réa pour le covid ont été traité suivant ce schéma dans les premiers jours. Je ne connais qu’une exception, mais cette personne soufrait d’un asthme chronique assez avancé, et son médecin l’avait traité convenablement.
          3. Les autorités ont agi à tort et à travers depuis le début. Pourquoi avoir interdit aux médecins d’essayer de s’occuper de leurs patients, et pourquoi l’ordre des médecins pourchasse-t-il ceux qui prescrivent des produits connus depuis des décennies? Pourquoi avoir aboli la liberté de prescription? (c’est d’ailleurs à mes yeux le seul crime qu’on commis les autorités, le péché originel de cette gestion calamiteuse qui mériterait de les envoyer à la potence, mais ça nous éloigne du sujet)
          4. L’efficacité du vaccin existe, mais elle est loin d’être parfaite, et surtout, on a lancé une campagne quasi universelle alors qu’on ne connais pas les effets à long terme.
          5. Non, le pass sanitaire n’est pas qu’une petite contrainte. Il s’agit de s’immiscer dans la vie intime des gens, et l’avènement d’un apartheid officiel dans un pays qui se prétend libre. De nouveau, si ça pourrait être admissible pour un temps bref en cas de peste noire, on ne peut l’accepter pour une maladie qui est en train de devenir endémique sous nos latitudes. En plus, c’est une porte ouverte à une surveillance de masse, modèle de société que je récuse en bloc. Je refuse même d’entamer la moindre négociation ou discussion sur les modalités sur ce sujet. C’est non. Et quand on me dit que ça se terminera le 15 novembre, je vous laisse libre d’accorder votre confiance à des menteurs compulsifs. D’autant que si je le croyais, je me contenterais de faire le gros dos et d’attendre. Je ne suis plus à ça près.
          6. Le but de la médecine, c’est de soigner. Dans un régime d’état-providence comme le nôtre, le rôle de l’état est de se démerder pour obtenir la logistique. Dans un régime libre, ce serait encore mieux, les hôpitaux se démerderaient tout seuls comme des grands pour faire ouvrir les lits en cas d’urgence. La vie économique est devenue une variable d’ajustement pour combler les trous béants laissés par une gestion déficiente du secteur de la santé. C’est hallucinant, quand on y réfléchit.

          N’étant pas d’accord avec vos hypothèses de travail, je ne peux que ne pas être d’accord avec vos conclusions.
          J’ai écrit un peu rapidement, je n’ai pas pris le temps de remettre en ordre, de soigner le texte, mais j’espère que je reste compréhensible…

        8. Pythagore

          J’hésite à en rajouter une couche 😉
          Il est tout à fait compréhensible que vous souhaitiez la fin de ce cirque, on en est tous là.
          Toutefois, vous avez à faire à des pervers qui ne pensent pas comme vous. Leur objectif n’est pas de vous rendre votre liberté même avec un pass.
          Lorsque le vaccin n’était pas encore disponible, tous les politiques et spécialistes nous expliquaient qu’il faudrait atteindre 70% de vaccination pour atteindre l’immunité de groupe et retourner à une vie normale.
          Bonne nouvelle ! Nous y sommes ! Les mesures vont-elles être levées ? Oui ! En Suède. En France non.
          Je pense que la psychologie d’un pervers est difficile à appréhender lorsque l’on pense logiquement, même si tt le monde n’a pas la même logique.
          Mais leur logique est très différente, et leur objectif n’est pas de faire le bien, ou de faire en sorte que ca marche, mais de se faire aimer. Et lorsqu’ils ne se sentent pas aimés, ils deviennent violent. Se plier à leurs injonctions vous apportera la paix pour un temps, et puis le pervers recommencera à s’en prendre à vous et à vouloir vous contrôler car il ne peut pas autrement.
          Un jour le personnel soignant sont idolâtrés, 6 mois plus tard, ce sont les propagateurs du virus.
          L’année dernière, les jeunes étaient critiqués pour diffuser le virus en faisant la fête, maintenant le Président est dans les grandes opérations de séduction des jeunes.
          Spirale permanente entre l’amour et la haine.
          Se vacciner ne changera rien à cela.

          1. durru

            « Vous obéissez pour que ça s’arrête et c’est précisément parce que vous obéissez que ça continue. »
            Quant à une quelconque « logique » derrière tout ce qui se passe, à part leur volonté farouche de s’accrocher aux prébendes, pas la peine de chercher, y’en a pas.

  3. Higgins

    Les conséquences imprévues du débile pass sanitaire : https:/ /insolentiae.com/boycott-mac-do-ferme-3-restaurant-plus-de-personnel-ledito-de-charles-sannat/

    1. Pierre 82

      Merci de m’avoir fait connaître par le biais de cet article très intéressant le « trilemme de Rodrik », vaguement évoqué par Eric Verhaghe dans une de ses dernières vidéos, mais que je n’avais pas bien saisi ni compris à quoi il faisait allusion. Très intéressant, je n’avais jamais vu les choses comme ça.

      Et j’ajoute
      Mode Phelde on
      « ce Rodrik a-t-il du cœur? »
      Mode Pheldge off.

Laisser un commentaire