2023 : fin de l’hégémonie du dollar américain ?

Si l’Histoire nous enseigne quelque chose, c’est qu’un empire ne peut tenir dans la durée que grâce à deux éléments clés : son armée et sa monnaie.

Son armée, car l’empire doit être capable de protéger son territoire et de conquérir de nouvelles terres pour s’étendre ; et sa monnaie, car c’est avec celle-là qu’elle paye ses militaires et c’est par elle que cet empire entendra échanger des richesses avec ses vassaux. Dans ces deux domaines, un empire qui veut durer doit mettre en place des mesures pour maintenir la stabilité à la fois militaire et économique.

De ce point de vue, ce qui se passe actuellement du côté américain impose quelques questions : l’usage du dollar et la puissance qui lui est attachée semble nettement amoindrie par les récents événements en Europe et dans le reste du monde.

En Europe, le conflit ukrainien a fortement fait bouger les lignes : malgré la pluie drue de sanctions que son intervention ukrainienne a provoquée, il apparaît que la Russie n’est plus aussi dépendante des systèmes financiers occidentaux qu’elle ne l’était en 2014, date des derniers trains de sanctions et qui lui ont apparemment laissé le temps de s’organiser. Actuellement, l’économie russe est loin d’un effondrement (alors qu’on est en droit de se poser la question concernant les économies européennes par comparaison).

Et ce qui se passe dans le reste du monde accroît l’impression d’un changement tectonique majeur au niveau de la monnaie américaine : l’Arabie saoudite, pourtant partenaire de longue date des Américains et pilier de la puissance même du pétrodollar, semble résolument se tourner vers la Chine en acceptant ouvertement des paiements en d’autres devises que le dollar pour l’acquisition de son pétrole.

La nouvelle peut ne pas sembler fraîche : dès 2018, la Chine introduisait des contrats pétroliers cotés en yuan dans le cadre de ses efforts pour internationaliser sa monnaie, bien que 80% des transactions pétrolières mondiales soient encore effectuées en dollars américains. Et dès mars 2022, des discussions s’ouvraient entre la Chine et l’Arabie saoudite à ce sujet pour envisager le paiement du pétrole directement en rial saoudien voire en devises chinoises.

Il faut en effet se rappeler que ce rial saoudien est rattaché au dollar américain depuis des décennies, tandis que les exportations de pétrole saoudien continuent de soutenir le système du pétrodollar des années 1970, dans lequel le premier exportateur mondial de pétrole fixe le prix de son brut en dollars américains.

Alors qu’il se murmurait déjà depuis quelques années que le nouveau pouvoir saoudien envisageait d’ouvrir ses exportations pétrolières à d’autres devises, les événements en Ukraine ont largement précipité ces projets : depuis, l’Arabie saoudite semble vouloir couper totalement les liens avec le dollar américain et se tourner vers la Chine.

La question est loin d’être marginale : quelque 25% des importations de pétrole de la Chine (sur un total se situant autour de 10,5 millions de barils par jour) proviennent d’Arabie saoudite, le reste étant livré principalement par la Russie, l’Irak et l’Angola. Le Royaume, qui exporte en moyenne 6,2 millions de barils par jour, figure également parmi les principaux fournisseurs de brut du Japon et de l’Inde.

En outre, cette question se pose avec une insistance croissante à mesure que les pays occidentaux tentent de faire valoir leurs points de vue de façon de plus en plus autoritaire aux pays producteurs : depuis les sanctions imposées au Venezuela, puis à l’Iran et maintenant à la Russie, les pays émergents sont devenus moins dépendants des États-Unis. Pour les Saoudiens, la méfiance est encore plus ancienne, notamment depuis que le prince héritier Mohammed ben Salmane a été ostracisé par l’administration Biden qui l’accusait d’avoir fomenté l’assassinat du journaliste dissident Jamal Khashoggi, distendant de façon évidente les relations entre Washington et Riyad ; les demandes de Biden à l’Arabie saoudite d’augmenter sa production pour faire baisser le prix du baril de brut n’ont pas été suivies du moindre effet et, pire, la production a même été réduite dans ce qu’on peut qualifier de véritable camouflet infligé au président américain.

Cet alignement progressif de l’Arabie avec la Chine et la Russie est encore plus compréhensible lorsqu’on apprend que la Kingdom Holding d’Arabie Saoudite a investi 500 millions de dollars dans les trois principales sociétés énergétiques russes quasiment au moment où la guerre en Ukraine a commencé.

Dès lors, on ne pourra pas être surpris par les déclarations de Xi sur la mise en place de swaps rial/yuan lors de son voyage officiel en Arabie Saoudite en décembre dernier :

“The Shanghai Petroleum and Natural Gas Exchange platform will be fully utilized for RMB (renminbi) settlement in oil and gas trade”
“La plateforme de bourse Pétrole & gaz naturel de Shanghai sera pleinement utilisée pour le règlement en renminbi dans le commerce du pétrole et du gaz”

Et comme ceci s’ajoute aussi aux velléités logiques et officielles de la Russie (et de l’Inde) de ne plus commercer en dollar, une part croissante des échanges mondiaux de pétrole ne va plus se faire en dollars mais dans d’autres devises.

De façon évidente, là où les Américains pouvaient prétendre forcer certains pays à conserver le dollar comme monnaie d’échange internationale, il ne peut en aller de même avec la Chine qui constitue un adversaire plus dangereux. Si, au début des années 2000, l’hégémonie financière et militaire américaine ne posait pas de doute, il en va maintenant tout autrement et l’Oncle Sam sait qu’il doit réfléchir à toute position réellement belliqueuse contre l’Empire du Milieu.

Ceci devrait avoir plusieurs effets notoires sur le dollar américain.

La demande pour ce dernier s’amenuisant avec la disparition rapide du pétrodollar, et l’offre actuelle étant plus importante que jamais, il semble assez clair que la valeur du dollar va s’effondrer dans un avenir proche.

Ceci va se traduire par une augmentation des prix du baril de pétrole ; actuellement autour de 80$, il n’est pas invraisemblable de le voir rapidement grimper au-delà des 120$, ce qui renchérira les biens et produits importés de l’étranger vers les États-Unis et vers l’Europe, ainsi que les biens produits localement dont la production dépend ultimement du prix de l’énergie. L’inflation qu’on constate actuellement n’est qu’en partie seulement résultante de cet effet ; on peut raisonnablement s’attendre à d’autres hausses de prix, plus fortes celles-là, lorsque le pétrodollar deviendra marginal.

Si l’on poursuit le raisonnement, la forte demande en actions et bons américains étant en bonne partie pilotée par le besoin des pays étrangers, disposant de dollars, de les investir, le pivot vers le pétroyuan pourrait favoriser les entreprises chinoises avec un afflux de nouveaux capitaux extraits des bourses occidentales. L’impact sur les bons du trésor américains pourrait être important : la baisse de leur demande se traduira mécaniquement par une augmentation de leurs taux d’intérêts, ce qui pourrait plonger l’économie américaine et, par ricochet, toutes les économies occidentales, dans une récession marquée. Les pays qui ont des finances saines s’en sortiront mieux que les autres (surprise : la France n’en fait pas partie).

Au passage, notons que la baisse des cours des actions et de la valeur du dollar devrait normalement aussi se traduire en une hausse notable des valeurs des matières premières comme l’or, l’argent et, logiquement, des cryptomonnaies…

La situation économique américaine et occidentale, largement dégradée, ne laisse ensuite rien présager de bon : une telle transition internationale ne pourra se passer sans douleurs et, à ce titre, un ou plusieurs conflits majeurs ne sont pas à écarter.

La fin du pétrodollar, à plus ou moins brève échéance, ne fait plus guère de doute.

Si l’année 2022 vous a paru bien pleine de rebondissements, l’année 2023 pourrait lui tenir la dragée haute…

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires462

      1. Aristarkke

        Il y a des pays producteurs, pas assez puissants pour tenir la dragée haute aux USA, qui devraient continuer volens nolens à les utiliser. Ou alors, cela obligera ou résultera à des bouleversements dans les alliances internationales telles que nous les connaissons, ce qui est prometteur de secousses économiques d’ampleur sismique.

      2. UnKnown

        Vu le nid de vipères qu’est la dynastie Saoudienne et l’écosystème de ses séides, plus les Saoudiens se rapprochent des Chinois et plus les USA ont toutes les bonnes raisons et opportunités de mettre le feu aux poudres du Royaume. Ca donnera une Lybie 2.0, mais avec des chefs de guerre milliardaires capable de financer milices, djihad, et autres PMC… Un beau bordel de plus si ça arrive.

          1. Pierre 82

            J’imagine mal les USA réussir à déstabiliser le régime Saoud, vu comme les Américains sont méprisés là-bas par la population, qui les considèrent comme sataniques.
            Et puis, sans vouloir la ramener, le Saoudien de base est plutôt content de la dynastie régnante. Il faut bien se mettre dans la tête qu’ils ne pensent pas comme nous.

            Si révolution il y a, ce sera, comme d’habitude, une révolution de palais, et un autre Saoud qui prendra la place.
            Et on a toujours tendance à se fourvoyer sur leur mentalité, en les prenant pour ce qu’ils ne sont pas, vu la manière assez rigoriste de leur manière de considérer l’islam.
            Avant tout, anthropologiquement parlant, c’est un peuple de commerçants et de guerriers (les deux allant de pair dans ces régions de déserts). Si leur intérêt est de suivre les USA, ils le feront sans état d’âme, et s’il faut changer d’alliance (Chine-Russie par exemple) ils le feront également sans état d’âme.

            Quoi qu’il arrive, ils considèrent les non-musulmans comme un truc situé quelque part entre le grand singe et le néanderthalien. Les Chinois pensent d’ailleurs à peu près pareil des non-Chinois. Ce qui ne les empêchera pas de tisser des alliances.

              1. Grosminet

                Si il a en plus le malheur d’être noir, effectivement. Sinon je dirais qu’il est plutôt quelque part entre la femme et le chien.

      3. duff

        Si Biden s’est retiré d’Afghanistan n’importe comment (obligé par les décisions de Trump) il serait étonnant de ne pas revoir des GI’s au moyen orient avant la fin de la décennie. Ou alors l’expression petrodollar n’a plus aucun sens.

        1. durru

          J’aimerais bien comprendre en quoi les décisions de Trump d’une retraite bien organisée auraient obligé Biden d’annuler tout ce qui avait été prévu et mettre le bazar qu’on a pu voir.

          1. Aristarkke

            Pareil. C’est à croire que parce que Trump n’a déclenché aucune guerre quelque part dans le monde, tout ce qui a foiré ensuite où il n’avait plus la main, a foiré par sa faute.

            1. duff

              Naïfs… Si Trump avait agi conformément à ses propos de campagne il l’aurait fait d’entrée s’il était confiant de la suite… Le timing prouve qu’il savait qu’il laisserait un gros bordel (à un second mandat ou à un malheureux successeur).

  1. Aristarkke

    L’offre faite par plusieurs pays dont l’Arabie Saoudite d’accepter de vendre du pétrole contre des monnaies autres que dollar (sans aller jusqu’à de la monnaie de singe) montre un essai de test du Léviathan…

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Ne vendons pas trop vite la peau de l’ours. Si la guerre d’Ukraine a révélé les faiblesses de l’Empire, n’oublions pas que le camp Eurasien n’est pas exempt de problèmes : la Chine est dans une phase délicate économiquement et sur le front de la politique intérieure. De plus, une coalition avec l’Inde et la Chine, l’Iran et l’Arabie Saoudite, l’Inde (encore) et le Pakistan est pleine de contradictions et de rivalités internes, donc de fragilités.
      Le tout est de savoir qui craquera le premier, l’Empire ou la Coalition ?

      1. Aristarkke

        JHR, le fait que des pays osent tester en vrai direct live, montre l’affaiblissement de l’imperium US. Mais je ne dis pas qu’il ne reste pas dangereux ni susceptible de réactions destructrices. Simplement, il est visible que son exécutif est dans une méforme olympique et que cela pousse à l’enhardissement de certains.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          C’est certain.

          Mais je me demande si cet enhardissement est exclusivement rationnel ou si une détestation de l’Empire ne pousse pas au-delà de la prudence.
          J’ai l’impression que le “modèle” idéologique Woke (pour faire simple) est une abomination pour beaucoup. Plus qu’économique ou politique, la révolte est donc d’abord anthropologique (pour ne pas dire religieuse).

          1. Nemrod

            C’est à dire que la prudence des précédents contestataires les a vu prendre un KO militaire.
            Je suppose que c’est pour ça que les nouveaux attaquent les premiers.

      2. Grosminet

        « Ne vendons pas trop vite la peau de l’ours. Si la guerre d’Ukraine a révélé les faiblesses de l’Empire, n’oublions pas que le camp Eurasien… »
        +1

  2. Higgins

    J’ai trouvé, c’est JP Chevallier qui se dissimule derrière H16 !!!
    Effectivement, ça sent de plus en plus le sapin pour le dollar. Je voudrai bien savoir comment l’oncle Sam va faire pour juguler les velléités d’indépendance du Brésil et de l’Argentine qui ont annoncé vouloir s’émanciper du billet vert.

  3. Mo.

    Ouh là!!!!
    me dites pas que nos énarques vont gesticuler encore plus comme des poulets sans têtes qu’ils sont pour continuer à plaire à Sleepy Joe sans se faire défoncer la tronche par quelques Sans-dents avinés (forcement) complotistes (normal) et antiVaxxxx (évidement)
    PT1, Cétoujour lafota poutine. Kulé!!!!!!!

  4. Nemrod

    Il m’étonnerai fort que l’Empire américain se laisse faire.
    Comme vous l’avez dit, il va donc se servir de son autre levier.
    Un des problèmes, il me semble sera de faire la Guerre avec de la chair à canons étrangère.
    Pour l’instant on en trouve en Europe centrale ou les russes se sont fourrés dans un beau merdier.

    1. Dr Slump

      Il ne faut pas oublier que ce n’est pas dans les intérêts de ma Chine que la Russie perde cette guerre. Xi n’enverra pas de troupes en Ukraine, mais il peut orchestrer des troubles dans sa zone d’influence pour se rappeler au bon souvenir des USA, et les empêcher de concentrer trop de moyens sur l’Ukraine. Oui les US sont encore une puissance, mais ils ne peuvent plus jouer les shérifs du monde, et sont désormais obligés de composer avec les autres puissances telles que la Chine.

      1. Bruno

        La Chine a plus qu’ “intéret” à ce que la Russie ne perde pas cette guerre. Si la Russie perd la guerre, la Chine est complètement cuite concernant Taiwan.
        Mais si la Russie gagne la guerre, le US se retrouvent complètement cuits aussi concernant Taiwan et la Chine.

        Nous sommes dans une partie extrêmement dangereuse dont l’enjeux se situe autant en extrême Orient qu’en Europe et dans laquelle chaque partie ne peut pas perdre. Ca fait peur.

    2. Stéphane B

      Un beau merdier, je ne sais pas si c’est le terme quand il s’agit de sa survie.
      Ce que je constate surtout, c’est que les russes ont la supériorité militaire; qu’ils ne lancent pas des offensives couteuses en personnel; qu’ils ne veulent pas détruire les infrastructures de l’Ukraine, ni sa population, seulement celles pouvant servir militairement; qu’ils broient méthodiquement toutes les lignes avec leur artillerie et leurs drones.

      Les ukros sont en train de se faire saigner.

        1. Nemrod

          Mouais…peut être.
          Pour ce qui est de la “saignée”, la population ukrainienne est à peu près la même que celle de la France de 14 et je vous laisse regarder combien de soldats peuvent encore mourir sans que le front s’écroule.
          Je maintiens que c’est un merdier épouvantable.
          Que la Russie n’ait pas eu le choix, c’est possible, même probable.

          1. Stéphane B

            Les différents chiffres que j’ai lus, à droite et à gauche, évoquent environ 7 millions d’ukros qui ont fui.
            Il en resterait donc 35 millions. Sur ces derniers, on enlève 40% de personnes trop vieilles ou trop jeunes, il nous reste 21 millions de personnes soit environ 14-15 millions de combattants potentiels, femmes ou hommes, vive l’égalité.

            La boucherie n’est donc pas prête de s’arrêter.

            1. Pierre 82

              Mouais.
              Plus le temps passe, et moins la combattivité de ceux qui restent est assez limitée.
              Les plus enragés sont déjà sur le front… ou ont été tués.
              D’autant que ceux qui sont restés sont forcément les plus faibles, les autres ayant réussi à fuir.
              Ajoutons que j’imagine que parmi ceux qui pourraient être enrôlés, un certain nombre ne veulenbt pas la guerre… voire même préféreraient secrètement que les Russes gagnent en douceur, pour se débarrasser des pignoufs aux manettes.
              Je n’ai pas de témoignages particuliers, mais j’imagine que l’ambiance en Ukraine doit être proche de ce qu’on a appelé la Terreur en France…

              1. Jacques Huse de Royaumont

                De fait, il s’agit d’une guerre fratricide. Le media de grand chemin sont d’ailleurs très discret sur le soutien réel des populations au gouvernement ukrainien. La prise en main de plus en plus voyante des US sur le pouvoir local pourrait susciter des révoltes.

            2. Nemrod

              Les stratèges militaires russes sont pas plus cons que nous…enfin je croie, j’imagine donc que la stratégie de saigner l’armée ukrainienne leur apparait illusoire.
              Ils ont peut être voulu la saigner de son matos mais ça aussi c’est un horizon ( voir les livraisons continues d’armes)…ligne qui s’éloigne quand on s’approche.
              Ils vont donc devoir faire autre chose de plus ample…nouvelle escalade.
              Ou bien acter qu’ils n’ y arrivent pas.

              1. Stéphane B

                Le matos, c’est bien, mais encore faut-il savoir s’en servir et avoir du personnel pour être formé et volontaire.

                On en revient donc à la base, l’humain.

                1. Aristarkke

                  Ça a été vu en 40 quand l’armée de l’air française, six/sept semaines avant le déclenchement des hostilités lourdes, a reçu des avions américains Curtiss dont le modèle le plus évolué, le P40 n’a quasiment pas servi, le manque de pilotes formés pour le piloter n’ayant pu être comblé en si peu de temps…
                  Le vieux dicton des Romains de préparer la guerre pour rester en paix, est toujours d’actualité.

                2. Gerldam

                  Il faut aussi savoir l’entretenir, le matos et avoir conçu des matos aussi robustes que les russes capables de tirer mille obus par jour sans faiblir, ce qui ne semble pas être le cas des fameux canons César ni du matos américain.

                3. Nemrod

                  On avait dis ça pour les Himars et ils posent des gros problèmes aux popov.
                  Comme finalement le reste du matos livré.
                  Je maintiens que les russes vont devoir faire autrement ou bien ils seront en guerre pour des années.
                  Reste à savoir s’ils le peuvent.

                    1. Pierre 82

                      Forcément, ils ne peuvent pas tirer sur la Russie, donc ils tirent sur l’armée russe dans le Donbass, sans trop se soucier des dégâts collatéraux.
                      De toutes manières, l’armée ukrainienne considère que les populations civiles russophones sont des Russes et devront de toutes façons dégager le terrain (ou au choix, se laisser massacrer) dès que l’Ukraine aura remporté la victoire.
                      La population de Donbass l’a très bien compris, et c’est la raison pour laquelle pour eux, le combat est existentiel.
                      Et c’est un anti-Poutine qui vous le dit. Propagande russe ou pas.

              2. Pierre 82

                @Nemrod
                Les Russes n’ont plus le choix. Abandonner signifiera laisser massacrer tous les russophone en Ukraine, alors qu’ils peuplent tout le sud du pays.
                De plus, quoi qu’on en dise, le peuple russe est derrière Poutine. Cela signifierait la fin du pays, et rien d’autre.
                D’où nouvelle escalade possible.
                La seule chance pour Poutine de s’en tirer sans armes nucléaires est d’attendre que l’Europe s’effondre économiquement. Sinon ce sera la guerre, la vraie, et plus par procuration/
                On n’a pas fini d’en baver.

                1. Nemrod

                  Oui .
                  Nous sommes dans la configuration la plus dangereuse depuis 1962.
                  Pire amha.
                  Scholtz annonce la livraison de chars…escalades.
                  Je ne donne pas 3 mois avant que des avions modernes suivent…car je ne vois aucune raison particulière que l’escalade s’arrête.
                  Ca pue très fort.

                  1. Malancourt

                    L’escalade pourrait aussi venir de Chine ou de Corée du Nord par fourniture d’équipements et munitions. Ce serait d’un niveau supérieur à l’Iran je trouve.

                    1. Husskarl

                      Ça dépend de du ratio emmerdes pour soi et emmerdes pour l’ennemi. Est ce que le temps joue pour l’Ukraine et ses alliés ou pour la Russie ?
                      Vu la gueule de l’économie de l’ouest, je penche pour la seconde solution.
                      La Russie devrait donc logiquement prendre son temps, tout son temps, le temps que l’Occident crève de sa bêtise.

                  2. Nemrod

                    Les léopards sont déjà sur les trains vers l’Ukraine…rapide, vu que les teutons ont donné leur accord aujourd’hui.
                    Ah ce cirque…se cachent même plus de nous prendre pour des cons.
                    Dire s’ils nous méprisent…

                  3. Grosminet

                    @ Nemrod 25 janvier 2023, 12 h 10 min
                    « Scholtz annonce la livraison de chars…escalades.
                    Je ne donne pas 3 mois avant que des avions modernes suivent…car je ne vois aucune raison particulière que l’escalade s’arrête.
                    Ca pue très fort. »
                    Oui, à mon avis aussi ça va continuer à monter en mayonnaise concernant le matos. Par contre, je me répète, dans l’état actuel des choses l’extension du conflit hors de l’Ukraine me paraît fort improbable. Du moins tant que Poutine est là.

                    1. Pheldge

                      d’ailleurs : “Ukraine : Zelensky réclame aux Occidentaux des missiles de longue portée et des avions de combat”
                      lefigaro.fr/flash-actu/guerre-en-ukraine-kiev-reconnait-la-perte-de-soledar-les-russes-avancent-a-bakhmout-20230125

                2. Flag

                  @Pierre82
                  Je ne sais pas. Il me semble qu’une sortie possible consisterait à ce que les occidentaux reconnaissent la Crimée comme russe et que la Russie se retire de l’Est ukrainien. Et que ce qui reste de l’Ukraine et la Finlande adhèrent à l’OTAN.

                  1. durru

                    Il n’y aura pas de compromis acceptable avec une OTAN fonctionnelle.
                    La révolte est menée justement contre l’hégémonie. L’Ukraine n’est qu’une facette.
                    Soit on arrive à un accord pour une structure multipolaire, soit on va tout raser. En février dernier cette deuxième option n’était qu’une hypothèse, avec le temps on constate que sa probabilité augmente.

                  2. Malancourt

                    Si les russes se retirent du Donbass alors les populations vont bien morfler, je ne vois pas comment la Russie pourrait accepter cela?

                    1. Flag

                      Ce n’est pas par humanisme que les russes ont envahi le Donbass. Si les pertes humaines et économiques continuent au même rythme en 2023, Poutine pourrait être tenté de négocier. Même chose de l’autre côté.

                    2. Theo31

                      Les Russes ne mégotent pas avec l’antifascisme. Ca fait des années que la Russie essaie de faire voter sa résolution contre l’apologie du nazisme avec l’opposition de la France où cette apologie y est interdite.

                    3. Higgins

                      Les russes ne se retireront de nulle part. Ça été dit. Le Dombass pouvait encore servir de monnaie d’échange il y trois ou quatre ans sachant que pour la Crimée, c’était déjà niet. C’est désormais trop tard.

            3. dupont2022

              un bon tiers sont plutot russocompatibles et ne feront aucun effort pour etre de bons soldats ukro..
              On commence à voir des combattants ukrainiens qui changent de camp..
              Il est de plus en plus clair que les reserves utiles ukrainiennes sont presque epuisées

            4. Spirou

              Kiev vient de demander aux pays européens de relayer leur conscription auprès de ceux qui ont fuit. Je confirme tout ce qui est en état de se battre est à bakhmut.

              1. Higgins

                Erwan Castel sur son fil Telegram montre la manière énergique de la conscription ukrainienne. Ils font visiblement les fonds de tiroir.

      1. Grosminet

        « Un beau merdier, je ne sais pas si c’est le terme quand il s’agit de sa survie. »
        J’ai du mal à voir en quoi la Russie joue sa survie. Même en admettant qu’elle prenne une branlée et se fasse virer d’Ukraine, Crimée comprise, elle y perdrait certes des plumes mais serait toujours là.

        1. Pierre 82

          Si l’OTAN chasse les Russes d’Ukraine, ils ne s’arrêteront pas là, et d’autres conflits seront organisés à ses frontières, type Kazakhstan, Caucase, et même dans les républiques de la CEI. Les printemps colorés fleuriront partout, et en plus, l’aura de la Russie sur les anciens “non-alignés”, la Russie étant le seul pays qui a osé défier l’oncle Sam sera définitivement compromise (l’histoire n’aime pas les losers).
          Ce que veulent les néocons, c’est s’emparer à terme des richesses naturelles de la Russie en considérant le peuple russe comme une sous-humanité. En fait, les USA ont le même projet que le troisième Reich en ce qui concerne les slaves.
          Au delà de sa personne, Poutine a très bien compris que s’il perd cette partie, la Russie sera démantelée et deviendra la propriété de fonds américains.

          1. Grosminet

            Mouais… et d’une vendre à ces pays du rêve américain, je dirais que c’est pas gagné, et de deux Poutine aura à mon avis la prudence de faire demi-tour avant d’avoir trop usé de ressources militaires si jamais ça devait tourner au vinaigre.

            1. Dr Slump

              Toi y’en a pas avoir compris : grand sachem Poutine pas pouvoir faire demi-tour, pas pouvoir perdre guerre, pas pouvoir lever drapeau blanc, car mêmes conséquences dans tous ces cas, celles décrites par grand sage Pierre82. Ugh !

              1. Pierre 82

                Le problème avec une offensive, c’est que c’est prévu pour se passer extrêmement rapidement. Il est même possible que toutes les capitales européennes (y compris Moscou et St Pétersbourg, bien évidemment) soient vitrifiées en moins de deux heures…

                En espérant pour ma pomme qu’ils se contentent des capitales, et qu’ils laissent la campagne tranquille.

                1. dupont2022

                  faudra quand meme tenir compte des capacités d’interception..
                  surtout avec des bêtes trajectoires balistiques de certains missiles..

                  1. MCA

                    L’interception se traite par une saturation, il y aura forcément dans le tas qq vecteurs qui passeront; et puis il y a les sous-marins aux aguets, les vecteurs hypersoniques…

                    1. Dr Slump

                      Nous signalons à l’ami MCA qu’il a reçu un mail – je répète : vous avez reçu un mail. Le Comité.

            2. Pierre 82

              Si Poutine faisait demi-tour, je fiche mon billet qu’il serait renversé et remplacé par un jusqu’au-boutiste, et à partir de là, ça tournera forcément en guerre nucléaire.

                  1. durru

                    J’aimerais être de votre avis, mais non… Je crois vraiment que c’est chez nous que les tarés sont aux manettes. Le pire est à craindre.
                    Et c’est pas la dernière sortie de la verte allemande (potentielle chancelière à un moment, c’est dire) qui pourrait me rassurer…

          2. Higgins

            Excellente analyse rapportée par B. Bertez : https:/
            /brunobertez.com/2023/01/25/a-lire-le-meilleur-texte-que-jai-jamais-vu-pour-la-comprehension-historique-de-la-situation-en-ukraine-et-dans-le-monde/

          3. Higgins

            Les chars modernes que les dirigeants occidentaux s’apprêtent à livrer à l’Ukraine (Léopard 2, Abrhams, bientôt du Leclerc) sont en capacité de tirer des obus à uranium appauvri. Les Russes ont clairement indiqué qu’ils assimileraient l’emploi de ces munitions à du nucléaire sale et qu’ils agiraient en conséquence. Nous pouvons être inquiets. Les imbéciles qui se sont réjouis de la “victoire” du Sénile et du Mignon risquent de devoir fortement déchanter.

            1. Nemrod

              Ça s’emballe comme pour le Covid avec les mêmes qui font les mêmes surenchères… évidemment, mêmes causes mêmes effets.
              L’engrenage infernal du ” virtue signaling “.
              Là c’est être le plus antirusse possible.
              Préparez vous au pire.

            2. Nemrod

              Oui j’ai vu ça.
              Je pense d’ailleurs que la symbolique des Panzers allemands déferlants sur la Russie va être utiliser largement par le pouvoir russe pour mobiliser un peu plus sa population…peut être nécessaire militairement mais sacrément contre-productif en fait.
              Bon, peut être qu’une fois au bord de l’abîme des moins abrutis que ceux qui y courent prendront la main…
              J’espère.

              1. Higgins

                Surtout que certains véhicules ukrainiens n’hésitent plus à arborer des symboles nazis utilisés par les supplétifs ukrainiens pendant la guerre.

              2. Pierre 82

                Franchement, je n’y connais rien en matière militaire, mais je n’ai toujours pas compris à quoi peut bien servir un char si l’espace aérien n’est pas parfaitement contrôlé.
                Pour moi, cette arme me semble aussi démodée que l’arbalète ou le mangonneau…

                  1. Aristarkke

                    Oui mais en ayant la maîtrise du ciel. Or, ce ne sont plus seulement les avions qui sont à décompter en ce cas mais aussi tous les drones (relativement) peu onéreux et pouvant être mis en oeuvre à partir d’installations rudimentaires, éventuellement au plus près du front.

                1. Higgins

                  Indispensable pour occuper le terrain même si ça reste très vulnérable. Par exemple, en Ukraine, très intéressant les chars, et rassurant, pour aider la valetaille à résorber les poches de résistance vu l’absence d’aviation ukrainienne. Tout cela forme un tout.

            3. Mitch

              Effectivement cette escalade est inquiétante.

              J’admets bien humblement m’être bien planté car jusqu’il y a quelques mois je pensais, naif que je suis, que les occidentaux ne seraient pas si cons et que l’Ukraine discuterait faute de matériels et de combattants.

          4. Higgins

            “Quant aux gouvernements européens, qui envoient leur armement à la casse avant d’attaquer frontalement la Russie, ils préparent leurs états-majors (leurs opinions publiques ne comptent plus) à l’inéluctabilité d’un recours au nucléaire.”

            http:/
            /stratediplo.blogspot.com/2023/01/risque-de-guerre-nucleaire-ou-imminence.html?m=1

          5. Spirou

            En opex conventionnel les US ont envoyé 150000 hommes et femmes en 2003 au fait de leur puissance et sous équipés. Depuis c’est une lente dégringolade. Bonne chance. Je suis fair play

        2. Higgins

          Les réponses sont là : https:/
          /brunobertez.com/2023/01/25/a-lire-le-meilleur-texte-que-jai-jamais-vu-pour-la-comprehension-historique-de-la-situation-en-ukraine-et-dans-le-monde/

          1. dupont2022

            oui malheureusement ça confirme bien que les Russes sont toujours aussi naîfs meme apres le pacte de non agression germano sovietique soldée par l’operation barbarossa

            1. Pierre 82

              Dans un cas comme dans l’autre, les Russes n’avaient pas trop le choix.
              Dire que Poutine est naïf est amha assez osé. On l’a poussé dans ses retranchements, et il a choisi d’attaquer l’Ukraine en entier, au lieu de se contenter de pénétrer au Donbass, à qui il venait de reconnaître leur indépendance avant de signer un pacte d’assistance militaire en cas d’attaque.
              Je n’ai pas toutes les données en mains, mais il est de plus en plus clair que s’il s’était contenté de ça, ça aurait été pire pour l’armée russe vu l’incroyable système militaire offensif ukrainien placé sur la frontière du Donbass .
              L’idée de l’OTAN était sans doute d’attirer l’armée russe à cet endroit et de les tirer comme des lapins.
              Poutine n’a en fait pas trop eu le choix, à part celui de laisser le Donbass se faire envahir, et assister impuissant à une épuration ethnique de grande ampleur en Ukraine, grosso modo ce qui s’est passé dans la Krajina, mais multiplié par 20, en attendant que l’OTAN n’ouvre d’autres fronts pour expulser les Russes du Kazakhstan, et autres anciennes républiques de l’URSS. Bref, de se faire dépecer assez rapidement. Une épuration ethnique à l’échelle d’un continent.
              Donc, le qualifier de naïf me semble excessif. C’est une question de choix de société: ou bien la Russie se défend et se rebelle, ou elle disparait, non en tant qu’état, mais bien en tant que peuple, car l’idée finale de l’OTAN est bel et bien de s’approprier les richesses en laissant le peuple russe le cul dans la boue (ou dans la neige, selon la saison).
              Et je me rends compte en écrivant qu’au fond, je critique copieusement Poutine pour la manière dont il gère son pays, mais concernant cette guerre, je lui donnerait plutôt raison.
              Comme quoi…

                1. Pierre 82

                  On sous-estime toujours le traumatisme qu’ont été l’épuration ethnique de la Krajina, et ensuite les bombardements de Belgrade par l’OTAN pour les Russes. Et le fait qu’ils gardent ça en mémoire et se rappellent que c’est le sort qu’il leur sera réservé par l’OTAN s’ils n’arrivent pas à se défendre.
                  Plus ça va avancer, et plus leur attitude se raidira et plus ils seront offensifs. Les Russes, faut pas trop venir les chatouiller chez eux, même s’ils ont l’air de prime abord de moujiks imbibés de Vodka. Demandez à Napoléon et à Adolf, ils vous expliqueront…
                  D’ailleurs cette guerre sera probablement connue en Russie comme la “troisième guerre patriotique”. Je ne serais pas surpris que quelque éditorialistes russes l’aient déjà évoqué.

                  1. durru

                    J’étais convaincu depuis le début du bazar en ancienne Yougoslavie que ça sonnait le glas de la paix de mille ans en Europe. Déjà l’aide trop rapide et enthousiaste de l’Allemagne aux anciens alliés Croates, mais le viol du Kosovo, avec une Russie impuissante, c’était le point de non retour.
                    Mais j’avoue que je ne pensais pas que les occidentaux allaient chercher les Russes chez eux…
                    Pour ce qui est des Russes des pays baltes, la plupart sont des colons installés après l’occupation par Staline en ’40, je ne pleurerai pas leur sort, quel qu’il soit. Ils ne sont pas chez eux, point.

                    1. P&C

                      C’est plus ancien que ça.
                      Les baltes eux même ont été très colonisés par les boches (chevaliers teutons, etc…).

                      Le baron fou lui même mettait en avant ses origines aristocratiques baltes, et méprisaient les russes.
                      Seuls les peuples de l’est trouvaient grâce à ses yeux.

                    2. Pierre 82

                      Là par contre, sur les Russes aux pays baltes, je ne suis pas d’accord.
                      Quand on réside dans un endroit depuis 80 ans, que quasi tous y sont nés, il est compliqué de prétendre qu’ils ne sont pas chez eux.
                      Un modus vivendi devrait être négocié, mais par les temps qui courent, on n’en prend pas le chemin. Surtout que les Baltes sont une ethnie différente des Slaves.

                      Pour généraliser, faut-il considérer que l’épuration ethnique est une solution défendable ? C’est toute la question.
                      En 1946 – 1947, les Alliés ont décidé d’une très grande opération d’épuration ethnique, quand on a expulsé les germanophones de Tchécoslovaquie, de Dantzig, de Silésie et j’en passe, pour les renvoyer de force en Allemagne (les plus chanceux en RFA).
                      On en pense ce qu’on veut, mais grâce à ça, après la chute du mur, on a évité le pire. Imaginez Szczeczin (pardon Stettin) exigeant son rattachement à l’Allemagne réunifiée, les Sudètes réclamant le même chose. On a évité ça grâce à cette épuration faite 50 ans plus tôt.

                      Évidemment, ça pose un problème moral, mais ne serait envisageable que dans une ambiance un peu plus pacifiée que celle que nous connaissons actuellement. Quand l’opération allemande a eu lieu, on n’a pas demandé leur avis aux personnes concernées et elles étaient incapables de rouspéter.

                      Et dans les pays baltes, je présume que l’épuration ethnique progresse lentement.

                    3. Pierre 82

                      La reconnaissance quasi immédiate de l’indépendance de l’Allemagne m’avait stupéfait à l’époque. Ils avaient complètement torpillé les efforts de Mitterrand pour tenter de remettre tout le monde autour d’une table, en mettant la France devant le fait accompli.
                      J’ai d’ailleurs toujours pensé que c’est cette initiative qui a été la cause première de la guerre en Yougoslavie.
                      En plus, c’était la première fois depuis 1945 que l’Allemagne prenait une décision diplomatique, et ils n’avaient pas trahi leur tropisme à foutre la merde dès qu’ils se mêlent de politique étrangère.

                    4. durru

                      Le nombre de Russes qui s’étaient installés aux pays baltes avant 1918 est infinitésimal par rapport à ceux arrivés après WWII. Déjà, le tsar ne faisait pas dans le nettoyage ethnique. Les pourcentages de Baltes massacrés ou exilés par Staline sont juste hallucinants.

                    5. durru

                      @Pierre
                      Désolé, mais entre 1945 (le vrai début de la colonisation) et 1991 (leur indépendance) il n’y a même pas 50 ans. Clairement, je ne parle pas de ceux venus avant.
                      C’est parce qu’ils avaient la grande Russie derrière qu’ils se sont accrochés. Dès le début, on leur a clairement signifié qu’ils n’étaient pas les bienvenus.
                      Il faut aussi voir le contexte, ils ont récupéré les biens des assassinés et des déportés.
                      Moi je veux bien écouter aussi l’autre partie, mais avec toute la vérité sur la table, pas seulement la part qui les arrange.

                    6. Pierre 82

                      durru 26 janvier 2023, 17 h 38 min

                      Petit rappel : Staline était géorgien et pas Russe. Il a persécuté tout ce qui bougeait en URSS, mais plus de 80 après, ce sont toujours les mêmes Russes qui doivent continuer d’en payer les pots cassés.
                      Si on part comme ça, les Russes seraient en droit de rayer la Géorgie pour se venger de ce que Staline a fait.

                    7. durru

                      @Pierre 17h46
                      Ceux qui s’accrochent comme des morpions, depuis 1991, à leur droit de vivre dans les pays baltes, se revendiquent Russes, pas Géorgiens.
                      Lorsque Israël a fait la paix avec l’Égypte, ça n’a choqué personne que les colons quittent leurs maisons.
                      Mais là, tout d’un coup, #cépapareil.

                    8. durru

                      @jusnaturaliste
                      Peut-être que oui, peut-être que non. Mais ça n’a aucun rapport avec la choucroute. J’ai déjà écrit explicitement que ceux arrivés avant la première indépendance ne sont pas concernés par mes propos.
                      Les personnes dont on parle sont venues de manière *volontaire* s’installer dans des demeures désertées (de manière forcée, il faut bien le dire) par leurs anciens propriétaires, sans avoir à payer une quelconque indemnisation. Vous serez j’espère d’accord qu’à la base cela s’appelle du vol. Ça, pour commencer.
                      Ensuite, sur une durée de 46 ans ou moins, il y aura très peu d’entre eux qui pourront se targuer, comme le suggère Pierre, d’avoir toute leur famille sur place.
                      De plus, l’énorme majorité est arrivée en conquérant et est restée dans le même esprit, la langue et la culture du pays ne les intéressent pas, ils continuent à être Russes et ils y tiennent.

                      Pour venir chez nous, vous trouvez que les “Français de papiers” qui n’arrêtent pas d’insulter la France et les Français, sont des Français, ou pas vraiment ? Bah, c’est pareil.

                    9. Pierre 82

                      @durru 26 janvier 2023, 20 h 56 min
                      Et encore, tu ne parles pas de ces quasi-Belges installés dans le sud ouest en conservant leur accent.
                      Flanquez-moi ça dehors !!!

    3. pabizou

      En Europe centrale? Ceux qui sont en train de se foutre dans un beau merdier sont les Polonais, pas les Russes . Si les peuples européens veulent éviter de payer la factures de leurs “dirigeants” il ne reste plus qu’à faire exploser l’UE, l’euro et à sortir de l’OTAN . Vu ce que la commission européenne a été capable de faire depuis le covid et a encore dans ses cartons, ce ne serait pas un gros risque .

      1. breizh

        sauf que les économies européennes dépendant fortement du dollar, j’ai des doutes sur les marges de manœuvre pour s’opposer aux américains (sortir de UE ou OTAN)

        1. Pierre 82

          Dépendance financière surtout. Sortir de l’UE, c’est l’effondrement immédiat de la monnaie. Comme c’est la BCE qui tient la carte bleue, les gouvernants sont pieds et poings liés.
          Ce qui veut dire, en d’autres termes, que ça se terminera forcément dans un bain de sang.

          1. Jacques Huse de Royaumont

            Vos échanges posent une question un peu oubliée : quel est l’intérêt (ou le moindre mal) de la France dans ce conflit ? Et quelle stratégie pour s’en approcher ?

            1. hub

              J’ai cru que la France avait un rôle diplomatique de médiateur, si elle avait encore une diplomatie de haut vol…. elle aurait gagné des accords agricoles d’un côté, des accords de matière première de l’autre…

            2. dupont2022

              certains disent que notre interet c’est de pousser les allemands à la manoeuvre pour qu’ils perdent leur place en UE
              A premiere vue le macron ne s’y prend pas trop mal pour ça

      2. Spirou

        Un sondage donne 90% de polack vent debout contre la folie du PIS. Bon y avait des millions de gens dans la rue en fev 2003 et ça n’a effleuré les deux neurones de bush et blair

    4. Jacques Huse de Royaumont

      L’Empire ne se laisse pas faire, la guerre en Ukraine le prouve.

      Mais il est confronté à un problème délicat : la contestation de son hégémon est de plus en plus répandue et sa supériorité moins évidente. De plus, ses exigences envers ses alliés sont de plus en plus contraignantes pour de moins en moins de profits, la tentation de faire défection est donc accrue.

      On voit que ça tient encore, tout au moins pour le coeur de sa zone d’influence, à savoir l’Europe. Mais pour combien de temps ?

      1. Nemrod

        Le plus délicat est je pense qu’il ne peut plus envoyer ses propres troupes se faire hacher sauf en des endroits ou la disproportion des forces est énorme.
        Faut donc en trouver d’autres.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          cf https://brunobertez.com/2023/01/24/troubles-au-sein-du-gouvernement-a-kiev/

          Il semble que l’oncle Sam prenne plus directement la main en Ukraine. Ce n’est pas bon pour lui, il se prépare un VietNam, mais en pire.

          De fait, le conflit devient vital pour l’Amérique également : une défaite décrédibiliserait son rôle de “protecteur”. Sa domination n’aurait plus de contrepartie crédible et ne serait plus vue comme inévitable.
          Quand deux nations aussi puissantes militairement jugent toutes les deux le conflit comme vital, c’est mauvais, très mauvais, le risque d’escalade est accru et sans limite.

          1. durru

            Oui, c’est mauvais.
            Mais il y a un mais. C’est pas “deux nations”. Si vous demandez à l’Américain de base, il peut très bien vivre même après une défaite de l’Ukraine. Les Russes, par contre…
            Il reste un infime espoir, amha.

              1. durru

                Les Russes en dehors des frontières de la Russie vont devoir bien cacher leurs origines, déjà.
                Et ceux à l’intérieur, ça va être un peu comme les petits Nigériens (ou similaires).
                Je ne vois pas le rapport avec la nostalgie, même si je suis loin d’aimer les Russes…

      2. Dom17

        Comme si les abus de pouvoir pouvaient durer éternellement.
        Il faut que les dirigeants européens soient sérieusement “tenus” pour ne pas avoir saisi l’occasion de rester neutres dès le début du conflit en Ukraine. Il est vrai que la pression s’exerce par le haut, et aussi par le bas, à travers un système médiatique (presque) totalement sous contrôle.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          Si le président français et le chancelier allemand étaient allés il y a un an à Washington expliquer que si la guerre éclatait en Ukraine, ce serait sans nous, il n’y aurait sans doute pas eu de guerre.
          Par lâcheté face aux Etats-Unis, dans l’espoir de préserver nos intérêts, nous avons accepter la guerre. Nous y récoltons la guerre, le déshonneur et la ruine.

            1. Jacques Huse de Royaumont

              Je parle un peu plus haut des raisons anthropologiques de la révolte contre l’Empire. Notre coté donneur de leçons n’y est pas étranger.

              1. Nemrod

                Notre “deux poids deux mesures” et le fait que nous nous camouflions derrière des sentiments nobles pour pousser nos intérêts…ce côté faux culs doit être ulcérant.

                1. Pheldge

                  “pour pousser nos intérêts” ? même pas ! regarde l’Irak où nous avons aidé l’Oncle Sam à apporter la démocratie – il y avait à l’époque des reportages montrant les Irakiens en liesse accueillant les GI – quel profit en a-t-on retiré, en comparaison des US ?
                  Non, c’est juste l’hubris, le fantasme de la France phare de l’humanité.

                  1. Pythagore

                    Nous avons suffisamment de gens techniquement brillants pour que la France face partie des phares de l’humanité. Sauf que pour cela, il faudrait laisser faire, et c’est exactement l’inverse qui se passe. Toute vélléité d’entreprendre qui ne rentre pas dans le cadre de la start-up jeune, sympa, et fortement subventionnée, est taxée, encadrée, persécutée, détruite.
                    La dernière prix nobelle francaise ne travaille pas en France.
                    Dans les discussions sur le wokisme, le socialisme, et le collectivisme, c’est tjs le nom de Foucault qui ressort. Un francais également. Un phare dont on se serait bien passé peut-être.
                    Bien que nous soyons devenu un poid plûme, la voie de la France pourrait compter, encore faudrait-il qu’elle ne soit pas porter par un pervers narcissique.

                    1. Aristarkke

                      “La dernière prix nobel francaise ne travaille pas en France”
                      Et vendue au grand Kapitâââl apatride international puisque sa boîte n’est même pas d’origine grançaise…

            2. Mitch

              Tu oublies cette manie occidentale de vouloir apporter la lumière au monde entier …

              +1000

              Et en plus sans comprendre le contexte des pays dans laquelle la ‘lumière’ est sensée être apporté.

              Et puis ne soyons pas naif, sous le couvert de la lumière l’occident avance ses pions.

          1. durru

            Faut-il rappeler que ce sont les dirigeants français et allemand qui ont posé leurs signatures sur les accords de Minsk, il y a bientôt huit ans ?
            La suite était écrite déjà à l’époque…

            1. Pythagore

              Oui, ca me fait qd même bien rire: ils accusent Poutine d’être menteur et corrompu et là coup sur coup, Merkel explique joyeusement qu’ils ont volontairement trompé Poutine, et une partie non négligeable du staff de Zelensky tombe pour corruption.
              MDR. Ce sont qui les corrompus dans l’histoire ?

          2. Pierre 82

            Je ne pense pas.
            Grâce à la dette, les USA maintiennent fermement l’UE, et peuvent exiger ce qu’ils veulent.
            Le premier qui quitte le système est en faillite dans la minute, et en totale cessation de paiement.
            Le problème de l’Europe est sa dépendance financière totale, ce qui est logique quand on a dépensé plus que ce qu’on a gagné ces 40 dernières années, avec une course à l’abime depuis quelques années.

            1. Grosminet

              « Grâce à la dette, les USA maintiennent fermement l’UE, et peuvent exiger ce qu’ils veulent.
              Le premier qui quitte le système est en faillite dans la minute, et en totale cessation de paiement. »
              Ah bon ? À sourcer, mais je ne pense pas que les US détiennent une part si significative de la dette européenne. Et si c’est le cas, à mon avis la réciproque doit être plus ou moins vraie aussi, parce que niveau dette, les US ont pas vraiment les fesses propres non plus..

              1. Pierre 82

                Je parle de tous les moyens de pression dont disposent les USA, et la main-mise totale qu’ils ont sur les autorités de l’UE.
                Admettons un cas limite : une révolution éclate en France, le pouvoir est remplacé et la première décision est de quitter l’UE.
                Ça ne devrait pas ravir les US, qui auront tôt fait d’organiser un quasi blocus économique du pays, avec de peut-être des embargos de produits français et peut-être même des interdictions de nous vendre quoi que ce soi. La raison invoquée serait simple: la France a failli à ses obligations vu le nombre de traités en cours où on a bradé notre indépendance. La seule manière d’y échapper serait de payer les compensations que l’UE aurait décidé, ce qu’on serait incapable de faire.
                La France s’effondrerait dans la minute.

                Ce qui rend l’espoir d’un changement par les voies démocratiques très ténu, vu qu’il faudrait que tous les pays se rebellent en même temps.

                Bref, on n’a pas le cul sorti des ronces.

                1. herve_02

                  je ne suis pas aussi pessimiste. Effectivement si vous mettez au pouvoir des espèces de tarlouze prestiputes comme nous avons, c’est certain.

                  Mais vous mettez des gens qui en ont et qui envoient bouler recta et l’ue et les us. Ça peut marcher. la france ce n’est pas la serbie, on est une puissance nucléaire, personne ne peut venir envoyer son armée nous faire chier.

                  Bien entendu cela tanguerait, mais je suis intimement persuadé que l’on pourrait trouver des “alliés” auprès des russes, des chinois, des indiens… On s’en cogne de ne plus avoir netflix amazon google ou microsoft.

                  on peut jouer contre les marchés si on n’y va pas seul avec sa bite et son couteau. Ce “mythe” du marché qui nous détruirait instantanément est un mythe poussé par les globalistes pour faire peur. je n’y crois pas.

                  Pas la peine de joueur avec leurs règles. Ils vont confisquer nos avoirs dan leurs banques ? on gelera tous leurs avoirs dans nos banques et nous saisirions tous leurs avoirs immobiliers et autre propriétés intellectuelles et brevets…

                  À la guerre comme à la guerre. Je ne dis pas qu c’est ce qu’il faut faire, je dis juste qu’il ne faut pas avoir peur.Et je suis persuadé que nous trouverions très rapidement des alliés dans l’europe “du club med”

                  1. Pierre 82

                    On est d’accord.
                    Mais il se fait qu’on a des dirigeants vendus, et qui ont verrouillé le système.
                    Seule une révolution d’ampleur cosmique pourrait faire changer le cours des choses
                    Et elle n’arrivera que quand tout le monde sera ruiné.
                    Donc c’est clair, ça va tanguer.
                    Une guerre nucléaire pourrait changer la donne, c’est clair…

            2. Mitch

              on a dépensé plus que ce qu’on a gagné ces 40 dernières années, avec une course à l’abime depuis quelques années.

              Le mignon est, une fois de plus, le grand leader de cette course à l’abîme.

              Il y avait 2000 milliards de dette générée en 34 ans (ce qui n’est déjà pas rien), mais le mignon aura poussé le concept encore plus loin puisqu’il à la fin 2023 il aura généré à lui seul 1000 milliards de plus en 6 ans.

              En effet, fin 2023, et d’après le budget 2023, la grance va encore s’en coller pour 300 milliards de plus ce qui nous amènera allègrement au delà des 3000 milliards de dette dont le 1/3 peut être attribué au poudré.

              Ce qui est intéressant est aussi de constater ce qui est produit pour 1000 milliards. Est-ce de l’investissement sous forme d’infrastructure : hôpitaux, écoles, routes aéeroports, centrales nucléaires, etc ? non,rien de tout ça. De l’investissement dans les technologies du futur alors ? non plus.

              Outre la dette colossale, ce qui fait encore plus mal c’est de constater que ces 1000 milliards ont été brûlé en place publique dans des conneries dont il ne reste rien et qui plombe le futur de nos enfants.

              Ces mecs là ne méritent que le lampadaire.

      1. Nemrod

        Allons, la ” communauté internationale” ne l’aurait jamais permis !
        Je plaisante …en riant jaune, car évidemment que si .
        Personne n’en aurait parlé.
        Quadrature du cercle…
        J’imagine que toutes les options ont été mises sur la table .
        Mais de mon point de vue, le dispositif russe était sous dimensionné pour absolument aucun bénéfice politique.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          Les russes ont voulu croire que sortir les crocs calmerait tout le monde. Ils ont sous-estimé la volonté de guerre de l’OTAN. De fait, cela parait irrationnel, au regard des risques encourus par rapport aux bénéfices potentiels.
          De la part de dirigeants occidentaux, on est bien au-delà du cynisme, même au-delà du Schadelust, c’est une véritable pulsion suicidaire.

  5. Stéphane B

    Vu qu’on parle dollar et banque, cet article a toute sa place
    https:/ /brunobertez.com/2023/01/23/allemagne-un-autre-haut-general-ose-sexprimer-il-est-clair-et-dur/

  6. Dr Slump

    Article essentiel amha, sur une thèmatique internationale/géopolitique que j’aimerais voir plus souvent, si je puis me fermettre.

    PS :Petite inversion de syllabes dans le nom du journaliste : Jamal Khashoggi (quoique Kagoshi lui donne une aimable consonance japonaise) 😉

  7. Amaury

    Vos articles sont toujours très intéressant, et je suis souvent en ligne avec leurs contenus.
    Sur le point particulier des actions US, en dehors de l’effet “monnaie” il y a aussi l’effet : Les entreprises US sont les plus rentables, les plus libres et les plus favorables aux investisseurs de la planète.
    Donc autant la partie bon du trésor pourrait souffrir, autant pour la partie actions ce n’est pas forcément le cas, même une monnaie moins forte pourrait être une bonne nouvelle (ex pour la tech, salaires US qui seront “dévalués” alors que les revenus seront en hausse par l’effet de change).

    1. Sur le long terme, oui : les entreprises bien gérées et rentables retrouveront rapidement une bonne valuation. Sur le court terme, les actions vont prendre un bouillon (il y a une bulle de toute façon, nonobstant le pétrodollar).

      1. Jacques Huse de Royaumont

        L’extraterritorialité repose sur le dollar comme monnaie mondial. Si l’hégémonie monétaire disparait, l’extraterritorialité disparait aussi.

          1. Pheldge

            j’évoquais surtout la possibilité pour des entreprises étrangères, la possibilité de faire du business aux USA, cf les amendes payées par des Sté françaises, les banques en tête, quand elles ont reconnu avoir commercé avec des pays interdits …

  8. Le Gnôme

    Il est certain que les pénalités données aux entités commerçant en dollar ne pouvait aboutir qu’à des solutions alternatives n’utilisant pas cette monnaie. L’étonnant est que ça arrive si tard.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Saddham Hussein et Khadafi ont eu cette vélléité et ont été liquidés. Ca incitait à la prudence.
      Ici, la dissidence vient de Russie, morceau plus coriace.
      La position initiale de la plupart des pays a été l’attentisme. A mon avis, les ralliements récents au camp Eurasien signifie que de plus en plus de chancelleries sont convaincus d’une non-défaite russe et donc que l’Empire n’a plus les moyens d’imposer sa loi.
      Il n’est pas exclu qu’un effet boule de neige ait lieu, qu’il y ait une dislocation générale, comme un barrage qui cède d’un seul coup.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          Ca peut se passer autrement si l’Empire gagne. Le camp d’en face n’est pas sans faiblesses, il ne faut pas l’oublier.

          1. durru

            Malgré les apparences, les faiblesses internes sont encore plus importantes pour l’empire.
            Plus le temps passe, moins je doute de l’issue…

        2. Grosminet

          Tout le monde ne suivra pas. Les US garderont pour encore longtemps leurs plus fidèles toutous, à savoir pal mal de pays d’Europe de l’Est.

          1. durru

            Y’en a de gros exportateurs de matières premières ou d’énergie dans le lot ? Sinon, ça ne compte pas. À la limite, si ça fournit de la chair à canon, mais pas sûr que ça en prend le chemin…
            Du coup, le “longtemps”, je ne sais pas combien il va durer 😉

          2. dupont2022

            “pas mal” c’est qui?
            pays baltes (ridicules) et pologne qui delire et reve d’indemnité de guerre de l’allemagne..avec les anglais qui les pousse au suicide
            les autres comme la hongrie croatie et slovaquie sont plutot contre
            et le reste est indecis et ne veux pas prendre de risque

              1. Pierre 82

                Ça va, l’OTAN a une grande expérience dans le traficotage d’élections, et on peut s’attendre à une remise à plat des dirigeants pas assez otanesques. Ils maitrisent…

  9. Mitch

    Argentine et Brésil discutent de la création d’une monnaie commune. C’est pas pour demain et c’est encore moins sur que cela se réalise, mais le simple fait qu’ils en parlent est un message fort.

    cnbc.com/2023/01/24/argentina-and-brazil-are-discussing-plans-for-a-common-currency.html#:~:text=Argentina%20and%20Brazil%20are%20in,%E2%80%9Cpie%20in%20the%20sky.%E2%80%9D

    1. Theo31

      Comme dirait Campagnol “quand on se fait baiser aux deux tiers, ça reste un viol”.

      L’existence d’un musée de la dette devrait mettre la puce à l’oreille sur les intentions argentines.

  10. Gerldam

    Au fond, comme pour l’empire romain, un empire se délite quand il commence à devenir socialiste. Je fais référence à l’excellent livre de Philippe Fabry “Rome, du libéralisme au socialisme”.

  11. hub

    L’armée américaine, comment dire ? Poutine a bien vu qu’elle avait filé comme un lièvre d’un pays qu’elle n’a jamais su maîtriser…

    1. Mitch

      Il est aussi juste de dire que l’armée soviétique avait filé de la même façon quelques années avant. Un pays comme l’Afghanistan est juste intenable.

      1. Gerldam

        Un seul homme a su tenir l’Afghanistan: Babur, qui faisait des tours de crânes quand les afghans devenaient trop turbulents. Babur était originaire de Fergana en trans-oxanie. Cela se passait autour de 1600. Même Babur en eut marre des afghans et franchit le Kyber pass pour conquérir l’Inde et de venir le premier empereur moghol, père d’une longue lignée

          1. Gerldam

            A ma connaissance, Tamerlan (Timur beg), n’a jamais conquis l’Afghanistan, juste Herat qui faisait à l’époque partie de l’empire perse. Babur était chagatay. D’ailleurs ses Mémoires -passionnantes- sont écrites dans cette langue, le chagatay.

            1. P&C

              “Babur, parfois orthographié Baber, né le 14 février 1483 à Andijan et mort le 26 décembre 1530 à Agra, est un prince timouride de l’Inde et le fondateur de l’Empire moghol”

      2. Pierre 82

        Ca signifie surtout que l’Afghanistan est intenable par un empire en décomposition.
        Dans les deux cas, il n’y avait aucune compréhension ni même aucune attention portée à la manière dont le pays peut être contrôlé. Dans les deux cas, c’était du grand n’importe quoi au niveau du projet porté par l’envahisseur.

        1. Semaphore

          Il était cédé à l’impression que tenir la capitale et quelques grandes villes noeuds de communication, suffisait à contrôler le pays. Si éventuellement, ça peut marcher dans un pays très développé, ça achoppe fortement dans un pays sous-developpé où la majeure partie de la population vit encore comme il y a cinq cents ans auparavant.

        2. Pheldge

          c’est une démonstration de plus, mais assez spectaculaire, que occuper un pays, contre la volonté de ses habitants, un pays musulman qui plus est où la Taqiya est une seconde nature, est voué à l’échec !

        3. dupont2022

          les Russes ont sutout perdu à cause de l’aide militaire US aux afghans….
          tiens un peu comme aujourd’hui en ukraine et je pense que les Russes l’avaient envisagé..

  12. Pythagore

    Ce que je trouve découcertant, étonnant, hallucinant, atterrant, c’est qu’on peut penser qu’au siècle dernier, la diffusion de l’information était faible et la génèse des tragédies, qui se sont passées, n’était pas forcément visible de tous.
    Aujourd’hui les choses se passent à ciel ouvert, tout est là, l’information est là, tout est su, connu. Et pourtant les gens continuent à se laisser maltraiter par leurs dirigeants qui promettent le paradis et nous assurent l’enfer.

    1. Nemrod

      C’est à dire que la marée des infos dilue les infos importantes et qu’il faut un esprit curieux pour aller les chercher, qui n’est pas le plus répandu.

    2. jusnaturaliste

      @ Pythagore

      Je partage votre avis.

      D’autant plus que maintenant une grande partie de la population est connectée et qu’elle a des gens non covidotraités dans son entourage, c’est-à-dire des gens qui ont forcément pris leurs distances avec les discours officiels et qu’elle refuse d’écouter.

      1. Pheldge

        l’information est présentée de façon manichéenne, et il est difficile d’accepter de reconnaître qu’on s’est trompé, et qu’on a été berné …

        1. durru

          Philou, ils veulent pas comprendre que les mêmes mécanismes qui ont fonctionné pour le covid et les vaxx pourraient être utilisés pour l’Ukraine.
          Avec, bien sûr, les mêmes risques : quand ça passe plus, c’est fini…

        2. jusnaturaliste

          On préfère continuer d’être trompé et berné, que se remettre en question. Sauf que les conséquences de ce comportement sont de pire en pire et que cela continuera jusqu’à ce que ceux qui ont ce comportement finiront par le payer de leur propre personne. Ils sont en train de creuser leur propre tombe.

          1. Vieux rat

            Deux films sont projetés au cinéma :

            – une vérité qui dérange
            – un mensonge qui rassure

            Je vous laisse deviner quelle est la file la plus remplie… 😉

            1. jusnaturaliste

              En attendant, le mensonge paye, Al Gore a encaissé des millions, de nombreuses villas, dont une proche de la mer, comme Obama. Ils peuvent en toute hypocrisie vivre selon l’exact contraire de ce qu’ils prêchent, et on continue de les porter aux nues.

  13. cherea

    1971, fin de la convertibilité du dollar en or.
    Les us peuvent imprimer autant de usd qu’ils veulent.
    Avec les usd ils achètent du pétrole aux Saoudiens.
    les Saoudiens achètent des bons du trésor et des actifs libellés en usd.
    On arrive à la fin du cycle, des valorisations bidons, pour retourner sur du tangible, concret, un CA, du profit…et pas des valo en 50x les profits dans 10 ans….

  14. phil

    Une monnaie de régimes autoritaires, opaques et corrompus arriverait donc à prendre la place du dollar?

    Si de tels pays cherchent à créer un “étalon (de change) d’or”, c’est peut-être que l’or n’est plus la garantie d’infalsifiabilité monétaire.

    Cela restent les marchés qui décideront quelle monnaie domine et non les quelques décrets politiques d’état autoritaires

        1. Roanna

          Cette fois ci ils arrivent avec des Abraham aux pieds nickelés et vont repartir les pieds devant plombés et des dollars papier troués.

    1. Flag

      Regardez ce que vous pouviez vous acheter avec un Bitcoin en 2010 et ce que vous pouvez vous acheter avec un bitcoin en 2023. Faites ensuite la comparaison avec le dollar et l’euro. A l’issue il est possible que vous compreniez mieux la position de notre Sérénissime Patronnade.

    2. Pierre 82

      Le bitcoin, ça va, ça vient. Ça en devient même rigolo de voir dans quelles proportions il rebondit après avoir pris la tasse, et la manière dont il arrive à se péter la gueule après chaque montée vertigineuse.
      Amha, le bitcoin, c’est une question de foi.

      1. Pheldge

        et comme les gogos espérant faire du x 100 en quelques mois ne manquent pas, il a de belles années devant lui.
        Je connais un mec, un escroc, qui a planté toutes ses boîtes, tapant largement dans la caisse, flouant ses associés, mais qui trouve toujours des investisseurs pour ses nouvelles lubies … C’est comme ça, c’est dans la nature humaine, quand tu es beau parleur …

        1. Theo31

          Je vais suivre les conseils de Campagnol. Vais me faire passer pour un plombier grec ou un vendeur de hamacs réunionais animateur de la chorale de l’église, demander des aides, des acomptes, faire faillite et partir prendre une retraite bien méritée en Polynésie.

          😀

    3. cherea

      bitcoin est une monnaie qui n’a que 14 ans…vous en faites un outil de spéculation, ce que 95% de utilisateurs font pour le moment, ce qu’il faut comprendre c’est que 1 bitcoin est un 1bitcoin, pour sortir de cette tautologie, je vais le dire autrement…si vous possédez 21 bitcoins, vous possédez 1/10^6 de l’offre totale de la monnaie bitcoin et cette part ne bougera pas.
      Si vous possédez par exemple, 1 millionième de totalité de l’offre de dollars en circulation, il est fort probable(inflation, planche à billet, QE…) que dans 10 ans, si vous ne faites rien pour faire travailler l’argent…et bien vous allez être dilué, c’est à dire que le gateau a augmenté mais que votre part est restée la même…pour l’instant, ce qui est humain, vous convertissez le bitcoin en dollar, mais si vous ne faites pas spéculation, ne convertissez pas et que juste vous empilez vos sats…vous n’êtes pas dilué.

      1. Pierre 82

        Certes mais le fait est que ça reste un outil de pure spéculation, et surtout rien ne dit que ce sera cette cryptomannaie qui percera dans les années à venir.
        Un peu comme le cours des actions Netscape dans les années 90.
        C’est une question de foi.

        1. Flag

          Ce qu’essaie d’expliquer Cherea c’est justement que ce n’est pas une question de foi ou de croyance. Le bitcoin est basé sur du code informatique, immuable ou presque en ce qui concerne ses éléments fondamentaux. Cela le sépare à la fois des monnaies fiat et de l’or.

          1. Pierre 82

            J’entends bien, mais ce n’est qu’un code. Qu’il soit infalsifiable est une chose, qu’il soit encore accepté dans qualques années en est une autre.
            Si le G20 venait à décréter que l’utilisation d’une crypto dans un échange privé est assimilé à de l’utilisation de fausse monnaie et condamnée pénalement avec prison à la clé, et sa valeur devient nulle.
            L’autre différence entre une crypto et une fiat, c’est que la fiat dispose d’une force armée, d’une police et de tribunaux.

            Maintenant, il est possible qu’ils ne le fassent jamais, et cest pour ça que amha c’est un pari. Sur lequel est libre de jouer…

        2. Higgins

          Le succès du Bitcoin vient en grande partie de la défiance qui entoure de plus en plus les monnaies officielles à commencer par le dollar mais l’euro suit de très près. C’est en cela qu’il est le plus fascinant. Et cette perte de confiance fait peur aux instances dirigeantes car le Bircoin, de part sa conception, leur échappe complètement. Après, que certains spéculent dessus n’a rien de surprenant. Chaque jour qui passe, des traders spéculent sur le dollar, le yen, la livre sterling ou l’euro.

          1. herve_02

            moi je trouve que le bitcoin est une belle idée, mais que son concept même fait qu’il ne peut pas “marcher” en dehors de sa niche de croyants (et de ceux qui l’utilisent pour payer en étant impossible à tracer).

            Cette limitation du nombre de bitcoin fait que “miner” (c’est à dire recalculer la blockchain pour en assurer sa cohérence et son inviolabilité) va rapporter de moins en moins (par conception même). Cela veut dire qu’il va arriver un moment ou le calcul pour assurer sa cohérence rapportera moins que l’électricité que cela coûtera pour le faire.

            Et donc que “plus personne” ne minera et elle disparaîtra puisque inutilisable.

            et je ne parle pas de ceux qui l’ont lancé et on donc bénéficiés de “fortunes” puisque le “minage” rapportait beaucoup et très vite. Cette “inégalité” est, de mon point de vue, un défaut rédhibitoire.

                    1. herve_02

                      Le soucis va devenir qui contrôle les frais de transactions.

                      le “seul avantage” est qu’il est _peu_ politique : pas de “planche à billet”, mais pas de croissance, pas de création de valeur. et une grande partie détenue par quelques happy few qui étaient là au début.

                      Mais comme ce n’est pas une “monnaie”, mais une marchandise qui sert d’étalon d’échange entre certains acteurs de la “secte”. Elle a les inconvénients de ses avantages. en fait elle est adossée sur… rien. Le bitcoin est un acte de foi. Demain je trouve autour de chez moi 500 personnes qui croient que le coquillage de polynésie est notre “monnaie” d’échange et je peux sortir ma caisse qui traîne à la cave, et je suis riche.

                      une monnaie est la représentation de la richesse d’une zone monétaire. alors oui il y a la planche a billet. cette planche ne fait de ‘inflation QUE parce qu’elle sert principalement à aller dans les caisses de certains et ne créé aucune richesse.

                      L’autre tanche à donné 400 milliards pour le covid, quelles richesses ont été créés ? là il emprunte 200 milliard pour boucler un budget de fonctionnement = zéro richesse et même destruction de valeur, donc inflation.

                      pas de planche à billet, pas de croissance. D’ailleurs l’ordolibéralisme allemand avec son inflation hyper faible n’a que pour seul but de préserver les retraites des vieux (le capital) plutôt que le travail. Cet ordolibéralisme sacrifie sa jeunesse pour ses vieux comme l’ukraine sacrifie ses jeunes pour quelques milliardaires et faire chier les russes.

                      C’est dans l’air du temps.

  15. jusnaturaliste

    La fin de la suprématie du dollar serait une très bonne chose, car la concurrence est la meilleure garantie de la liberté.

    L’hégémonie des seuls USA n’était pas trop un problème tant qu’ils étaient une nation libre, mais depuis le recul flagrant des libertés aux USA et en Occident, il serait très souhaitable d’avoir des systèmes économiques en concurrence, car dans ce cas, ceux qui voudront l’emporter n’auront pas d’autre choix que de mener une politique libérale.

  16. Ba

    “un ou plusieurs conflits majeurs ne sont pas à écarter”

    Des conflits comme la “guerre en Ukraine”, n’importe quelle world war, n’importe quelle guerre, ou le conflit israéolo-palestinien ?
    Donc des conflits à base uniquement de médias montrant du faux sang, des mannequins en plastique, des armes en plastique, et des trans aux cheveux roses qui font semblant d’être morts face au caméras ?
    Bon ça va alors, on peut dormir sur nos deux oreilles.

    La guerre et les conflits n’existent que dans les têtes des abrutis qui regardent les news (north east west south).

  17. Dom17

    Le dollar à lui seul est un empire, mais pas contrôlé par le peuple américain. Il n’y a pas de démocratie, ni aux Etats-Unis, ni en Europe.
    Du moins, s’il y a démocratie, c’est au sens où l’entendent les maîtres du monde: système politique permettant l’accaparement de factions étrangères à l’intérêt de la nation.
    Pour les pays refusant l’accaparement politique du pouvoir financier et la subversion morale et culturelle rebaptisée “société ouverte”, c’est très simple: ils sont dirigés par des “dictateurs” dont il faudra les “libérer”.
    La guerre menée par la Russie rebat les cartes et sert de révélateur.
    https://reseauinternational.net/les-maitres-des-monnaies/

  18. HAYD

    Cela fait plus de dix ans (en fait la crise de 2008) qu’on voit venir un déclin américain par sa monnaie. Jusque là le monde finançait (parfois à rebours de ses envies…) le shériff, qui se permettait donc un déficit colossal,structurel et assumé précisément comme une sorte d’impôt planétaire de domination.

    La vigueur économique reste là et pour moi le scénario de chute par la monnaie s’éloigne car le péril de prééminence économique chinoise s’amenuise : les chinois ont mangé leur pain blanc et vont petit à petit connaître la croise de croissance la plus forte qu’ils aient jamais connu (récemment s’entend). Les manœuvres actuelles sont des fins de cycle, je ne crois pas au début de quelque chose. Rien de neuf, en fait.

    Sur la puissance militaire, aujourd’hui tout est au beau fixe : les américains peuvent enfin avoir une guerre de pure technologie sans un seul homme sur le terrain. C’est triplement gagnant : le monde militaro-industriel prospère, le mérite de la victoire en cours et à venir (il y a peu de doute) renforce leur position de shériff, enfin ils forcent à la dépendance l’Ukraine et toute l’Europe. Poutine leur a fait un beau cadeau.

    Plus dindon de la farce que les européens, je ne vois pas.

    1. Nemrod

      “sans un seul homme sur le terrain ” n’est pas validé pour l’instant.
      Ca change à peu près toute cette partie de votre raisonnement.

      1. HAYD

        Il y a eu un mort ou un blessé américain ? Non et il n’y en a aucun d’exposé. Je crois que c’est ça qui est important.
        Quand bien même ce serait le cas (très possible !) toute mort serait maquillée en accident ou cachée . Bref, rien à voir avec le Koweit, le Viet Nam, la guerre de Corée, tout ce qui a forgé l’imaginaire américain qui déteste la mort de soldats au front, alors que pour les civils ils s’en cognent.

        1. Roanna

          J’ai lu qq part qu’il y en avait déjà (que) 8 officiels – des volontaires bien sûr –
          S’ils s’impliquent trop ça va tomber plus dru sans compter cette bette flotte qui est en ligne de mire, des milliers et des milliers de soldats avec tout leur équipement.
          Bien trop tentant pour ne pas y croire.

        2. Nemrod

          Alors c’est ” sans un seul de ses morts sur le terrain” qu’il faut dire.
          Je suis d’accord d’ailleurs…le pb étant qu’il faut en trouver d’autres pour se battre car la guerre sans soldats malgré vos dires, c’est pas encore pour aujourd’hui.

        3. Jacques Huse de Royaumont

          Des troupes américaines sont sur place, comme “mercenaires” étrangers, conseillers militaires ou experts en armes de pointe. Certains ont été pris à Marioupol, d’autres ont été tués.
          Il semble également que des troupes polonaises soient assez massivement présentes.
          Tout le monde fait encore semblant de croire à la fable du non-engagement direct. Mais jusqu’à quand ?

        4. Husskarl

          Osef qu’il n’y ait pas d’américains, il y a de la chair à canon d’une autre nationalité, il n’y a pas de full automatisation de la guerre.

        1. HAYD

          Plus que ça, je crois que les ricains rêvent d’une guerre sans troupes au sol. Bombarder ça leur va bien, mais l’infanterie…. Il n’y a pas de division d’infanterie au sol, il y a des individus dans des rôles plus ou moins masqués, mais en gros pas de GI. Le petit coeur de chaque américain ne saigne pas pour ses héros (un GI tué au combat est forcément un héros). D’où d’ailleurs le départ format débâcle d’Afghanistan.

          Ils sauvent leur image intérieure, dépense exceptée, ils affaiblissent un ennemi, ils préemptent des marchés de reconstruction, ils montrent au monde que leur techno militaire est la plus efficace, ils font augmenter les budgets des armées européennes pour acheter leur matos, ……

          Et les européens asservis et enchaînés ronronnent de bonheur en pétant de trouille – image sonore pas très heureuse, désolé.

          1. durru

            Pour commencer, dans pas longtemps les européens vont se trouver dans l’incapacité de payer la moindre cartouche. Voyez-vous, ils n’ont pas d’armée pour piller ailleurs afin de remplir les caisses. Et regarder Netflix à longueur de journée n’est pas encore assez rémunérateur.
            Après, question efficacité de la technologie militaire, ça n’a pas été assez flagrant jusqu’à présent…

    2. breizh

      Sauf que la victoire de l’OTAN en Ukraine n’est pas évidente du tout (j’y vois plutôt le contraire) et que le narratif officiel ne pourra pas cacher éternellement une telle réalité.
      A la différence de l’Afghanistan, l’Irak ou même le Viet-Nam, cette guerre en Ukraine est celle pour laquelle les américains se sont préparer, la vraie !
      C’est donc la vérité des prix qui risque d’apparaître…
      Pour la Chine, sa population commence à diminuer…

  19. breizh

    deux points de vue sur la guerre en Ukraine :
    https:/ /brunobertez.com/2023/01/25/la-guerre-tourne-mal-pour-lukraine-le-conflit-soit-setendra-davantage-setendant-a-leurope-soit-sera-resolu/

    https:/ /brunobertez.com/2023/01/25/a-lire-le-meilleur-texte-que-jai-jamais-vu-pour-la-comprehension-historique-de-la-situation-en-ukraine-et-dans-le-monde/

  20. Unmeusien

    Merci h16 du sujet du billet,le fil de commentaires sera très intéressant.
    @ Ba ne vous méprenez pas de la couleur rose de corps affreusement déchiquetés filmé par une journaliste en place en Ukraine, averses de neige, pluies, font devenir rose ce qui était rouge sang quelques heures seulement auparavant.

    1. Theo31

      L’agonie à duré deux bons siècles. Les gens voyaient tres bien que la métrologie des monnaies était foireuse puisque leur poids définissait leur valeur.

    1. Ils consomment ce qu’ils produisent, essentiellement (ou plus exactement, ils importent plus qu’ils n’exportent). Ils pourraient devenir exportateurs cette année, mais tant qu’ils ne le sont pas, le pétrodollar est surtout le fait des autres pays.

  21. Terry

    ..”les demandes de Biden à l’Arabie saoudite d’augmenter sa production pour faire baisser le prix du baril de brut n’ont pas été suivi du moindre effet..”.
    Correction : “n’ont pas ete SUIVIES”. Qui saura decouvrir les autres fautes ?

      1. Roanna

        A vrai dire il commence par lire 3 fois le texte avant de se rendre compte qu’il y a une ou +sieurs fautes.
        La meilleure preuve étant qu’à 9:01 vous ne trouverez jamais, JAMAIS, une demande de correction mais une banalité pour ouvrir le bal.
        C’est seulement tard dans la jounée après avoir tout décrypté, désossé qu’il ose un assaut, tout penaud comme roulé sous la carpette.

        1. Aristarkke

          Non, j’ai laissé tomber la correction soutenue sauf pour les noms propres, les titres et quand c’est énorme ou en contresens. Melusîîîîne s’y attelant ensuite avec une assiduité variable, rendant l’exercice vain alors. Je commente bien davantage sur smartphone (el famoso Nokia mais le chinois plus le finlandais pour cause d’arrêt des mises à jour de Msoft), ce qui rend l’exercice plus laborieux qu’avec l’ordinateur.

        2. Aristarkke

          Pourquoi serais-je penaud?
          Il y a bien plus d’articles de Monseigneur qui restent sans la moindre remarque orthographique ou syntaxique de ma part, ce qui ne sous-entend que rarement que je n’y aurais rien trouvé à redire.

      2. Aristarkke

        J’ai même la courtoisie d’en laisser passer chez toi des fôôôtes que tu n’avais même pas décelées, occasionnant toutefois une réaction honnête de contrition de ta part, ce qui doit être reconnu, les fois où je montre les conséquences du naufrage dans l’océan Indien… 😥

        1. Roanna

          Après coup j’en vois certaines, pas toutes probablement que j’évite d’ailleurs de corriger car ça n’apporte rien.
          Ce qui serait bien par contre serait de pouvoir intervenir sur les posts qu’on a laissés pour pouvoir les corriger.
          C’est une option qui existe sur certains sites, j’imagine que ça nécessite certainement un gros travail sans être pour autant informaticien programmeur.

  22. Theo31

    C’est là qu’on voit les limites d’une monnaie fiduciaire. En une seconde, elle perd toute sa valeur. Des lors tu peux considérer les échanges comme du pillage.

  23. BenOui

    h16, Rajoutons au Dollarium, une dette officielle de plus de 31 trillions et officieuse de plus de 60 trillions…
    Cela explique certaines réticences pour commercer avec du papier vert ! Les Suisses n’ont perdu que 140 milliards dernièrement… mais ce n’est pas dit qu’ils sont prêts à perdre quelques 1000 000 000 000 de plus…
    Combien coûte une bombe zatomique ? À ce prix c’est peut-être donné… ou plutôt inévitable !

    1. Pierre 82

      Le plus cocasse, c’est que Peter Bystron est député AfD, que nos élites ont définitivement catalogués comme nazis.

      Je me demande de plus en plus comment tout ça va se terminer. Ou plutôt je pencherais pour le bain de sang. Haut les cœurs, la persécution physique n’a pas encore commencé pour nous autres complotistes.

      1. breizh

        vu que les léopards 2 ont eu quelques soucis face aux Kurdes en Syrie, si c’est la même chose face aux russes, que va-t-il se passer… ?

                1. Pierre 82

                  Mouais:
                  Je n’irais personnellement jamais voir “Une vérité qui dérange”, film de 2006 d’Al Gore (synopsis : le réchaufmik aura tué 80% de l’humanité en 2020 si on ne fait rien – avec des données venant du Consensus Scientifique)

                  1. Jacques Huse de Royaumont

                    L’université du Wisconsin était pourtant formelle. Je suis sûr que Poutine a falsifié les données sources, je ne vois pas d’autre explication.

            1. Malancourt

              Est-ce que ce n’est pas le cas également pour les avions, face à une armée moderne.
              Très peu de bombardements aériens dans l’ouest de l’Ukraine, alors que les avions peuvent transporter des bombes de plusieurs centaines de kgs ce qui doit être terriblement efficace.

              1. Higgins

                A l’époque du pacte de Varsovie, la survie d’un avion de chasse en cas de conflit en centre-Europe était estimée à trois heures !!! Je ne crois pas que le chiffre ait augmenté depuis. C’est entre autres pour cette raison qu’ont été développés des armements à tirer à distance de sécurité : missile, bombe guidée laser ou GPS planant, etc,… Du coup, se pose la question de l’intérêt d’avoir un pilote dans l’avion sachant que tout peut être coordonné a minima depuis un avion type AWACS.

                1. Pythagore

                  Avec l’émergence des drones d’attaque aux US, je ne suis pas sûr que l’avion de chasse ait encore un avenir pour ce qui est de l’attaque, peut-être en défense pour prévenir l’entrée dans son propre espace aérien, mais comme vecteur de bombardement ?

                    1. Jacques Huse de Royaumont

                      Le talon d’Achille de ces systèmes est qu’ils dépendent d’un guidage à distance, qui peut être brouillé. Il semble d’ailleurs que les systèmes de détection ukrainien en ont fait les frais à quelques occasions. Dans ce contexte, les drones sont inopérants

          1. Higgins

            Les nouveaux missiles anti-char frappent ces derniers verticalement, là où ils sont le plus vulnérables, et plus latéralement comme avant.

  24. Pheldge

    HS: no comment
    lepoint.fr/high-tech-internet/un-internaute-lance-chatcgt-une-intelligence-artificielle-d-extreme-gauche-25-01-2023-2506212_47.php

      1. Pheldge

        on attend avec une impatience gourmande la déclaration de Sandrine Rousseau, qui désormais rivalise avec Ségolène dans le panthéon des femmes les plus idiotes.

        1. Mitch

          Philou, n’oublie pas qu’à l’international la compétition est sévère. Yacinda (pour ne citer qu’elle) à Kiwiland est une compétitrice de tout premier plan.

            1. Pierre 82

              Oui, pour Sardine, la guerre en Ukraine est un non-sujet. Ca ne l’intéresse pas, et pourtant, ce n’est pas la peur de dire une connerie qui la retient.

          1. Simon

            Yacinda a démissionné, elle a quitté son poste en pleurs, déclarant qu’à 42 ans elle était trop fatiguée pour pouvoir continuer.
            Peut-être la verrons-nous défiler le 31 janvier à Paris au côté de la CGT afin de réclamer la retraite à 40 ans !

      2. Roanna

        Ce qui lui manque à cette greluche c’est 8 jours de terrain dans la boue jusqu’aux oreilles et qq balles qui sifflent autour des oreilles.
        Calme garanti après l’expérience.

        C’est quoi cette conne à peine pubère qui se montre aussi va t’en guerre.

      3. breizh

        Piotr Tolstoï a déjà répondu sur BFM TV : ” l’Europe au maximum peut fournir 200 chars. Pensez-vous que 200 chars sont un problème pour l’armée russe ?”.

        Mais ce va-t-en-guerrisme de ces ministres et politiques européens (qui ne connaissent strictement rien à la guerre et à la chose militaire) est à vomir ! J’espère qu’ils le paieront cher.

        Comme d’hab, les écolo, les gauchos, les pacifistes poussent toujours à la guerre (qu’ils ne feront personnellement pas).

        1. breizh

          vu l’effet à attendre d’une telle livraison, je me demande ce que cherchent les gouvernements occidentaux, mis à part s’enfermer dans leur connerie…?
          Au final, ils prennent le risque que la Russie apparaisse comme d’avantage vainqueur sur le terrain, ruinant ainsi la réputation de superpuissance des USA…

          1. Flag

            Les livraisons de chars visent justement à ce que la Russie ne l’emporte pas. Aucune idée de si cela sera suffisant ou pas. D’ailleurs on ne connait pas avec certitudes les objectifs des russes ni ceux des occidentaux seuls Kiev explique clairement ce qu’elle veut.

            1. Pythagore

              on ne connait pas avec certitudes les objectifs des russes
              Poutine me semble-t-il a annoncé ses objectifs dès le départ, mais le reste du monde (occidental) dans leur délir de bien contre le mal et de politique de blocks, non-inclusive pour le coup, lui prête un nombre infini d’intentions qu’il n’a jamais exprimé (à ma connaissance, je ne suis pas ttes ses déclarations).
              Connait-on avec certitude les objectifs de nos dirigeants (à supposer qu’ils en aient vu que Macron change 3 fois par jour de discours) ?

              1. Flag

                C’est exactement ce que j’écris : nous ne savons pas ce que veulent nos dirigeants dans ce conflit.
                En ce qui concerne Poutine depuis qu’en février 2022 l’ambassadeur russe auprès de l’Union européenne a déclaré que la Russie “n’envahira pas l’Ukraine sauf si on nous provoque” ; je n’accorde à ses déclarations qu’un crédit fort limité et je pense qu’il en est de même pour l’ensemble des dirigeants occidentaux.

                1. Jacques Huse de Royaumont

                  Oui, 100000 hommes massés aux portes du Donbass prêts à massacrer les populations russophones et à reprendre la Crimée par les armes, on ne peut pas parler de provocation… Pas plus que quand Zelinsky demande à être équipé d’armes nucléaires (novembre 2021, si je ne m’abuse).

                  Cela dit, le Kremlin cultive l’ambiguïté : où veulent-ils en venir, et comment ?

                    1. jusnaturaliste

                      @ breizh

                      Cela n’aurait rien changé, les médias auraient même certainement mis sur le dos des Russes les massacres commis par les Ukrainiens.

                      Il faut bien comprendre qu’aujourd’hui plus rien ne peut arrêter le narratif.

            2. Roanna

              Aux dernières nouvelles si j’en crois le rapport russe,
              7 634 chars et autres véhicules blindés de combat ont été détruits.
              Je vous laisse cogiter pour savoir si 200 en plus ou en moins vont changer la donne. Si vous n’avez aucune idée je peux vous en suggérer une, insignifiant.

          2. Pythagore

            La question que je me pose, est dans quelle mesure tout ceci n’est pas que de l’affichage. Combien de chars vont être livrés ? Qui va les piloter ? Qui va assurer la maintenance ?
            Il me semble avoir lu, que pour le matériel que l’Allemagne a déjà envoyée, ils n’avaient qu’une semaine de munitions à tt casser et la suisse a refuser d’en livrer plus.
            Combien de munitions disponibles ?
            On peut penser que la Russie se préparait depuis lgtps à cette invasion, et les stocks ne sont probablement pas les mêmes.
            Cela ressemble plus à une fuite en avant devant le dessastre à venir qu’autre chose.

            1. durru

              La Suisse est en train de modifier ses lois pour permettre l’export de ses armements vers des zones de conflit (à condition que… bla-bla).

          3. Arthur H

            “je me demande ce que cherchent les gouvernements occidentaux”

            Ils utilisent leur dernière arme: le retournement du gouvernement russe de l’intérieur. C’est la seul manière de ne pas perdre la face. Et je suppute que c’est exactement le discours qu’ils vont pousser dans les prochains mois.

            Si vous avez regardez l’interview bfm, il y une personne qui fait le malin à parler de ses contacts au sein de l’etat major russe… c’est très drôle, LOOUUL.

          1. durru

            Les nazis ukros, par contre, sont les bienvenus.
            Comme par exemple l’adjointe du Truduc, héritière d’un vrai et qui n’a jamais renié son ascendance.

      4. Gerldam

        Il semble que les allemands aient le chic de choisir les plus connes comme ministre de la guerre. D’abord Urula von der Pétasse puis celle-ci.

                1. Higgins

                  La dernière déclaration de guerre en bonne et due forme a été faite en 1982 à l’occasion du conflit des Malouines entre l’Argentine et le Royaume-Uni.

                    1. Higgins

                      C’était une guerre légale. Les bonnes âmes qui s’insurgent quarante ans plus tard du torpillage du navire argentin Général Belgrano commettent une erreur. Les anglais étaient dans leur droit le plus strict. C’est terrible mais c’est comme ça.

                    1. Higgins

                      Non, le corps expéditionnaire agissait avec l’aval de l’ONU. Le 29 novembre 1990 : le Conseil de sécurité de l’ONU vote la résolution 678 qui rend légitime l’emploi de la force contre l’Irak, et fixant au 15 janvier 1991, minuit, l’ultimatum après lequel les membres des Nations unies seront habilités à contraindre par la force les troupes irakiennes à évacuer le Koweït occupé

        1. Pythagore

          KKB était à mon avis pas trop mal, mais les ministres passent et l’armée trépasse, vu qu’ils changent en permanence et qu’il n’y a aucune continuité dans un domaine où le développement d’un matériel dure parfois plusieures décénies.
          Peut-être pour ca qu’ils veulent acheter du matériel US “off the shelf”.

    1. Minou

      Entendu ce matin à la radio, les russes considèrent désormais les pays envoyant des chars comme co-belligérants.
      Tout ça va très bien ce passer…

      1. Aristarkke

        Ça n’est pas vraiment surprenant sauf éventuellement qu’ils aient attendu ce stade de participation pour le déclarer.
        Peut-être pensaient-ils que ce niveau ne serait pas franchi ?

      2. jusnaturaliste

        Les Russes ne comprennent vraiment rien à la politique européenne.

        Il faut vraiment que EM leur explique que la France envoie des chars, mais qu’en même temps, elle n’est pas en guerre contre la Russie…

        D’ailleurs, elle aimerait bien aussi envoyer des soldats et quelques petites bombes, mais toujours, en même temps, sans être en guerre.

        1. Higgins

          Les Russes sont simplement prudents et ils ne souhaitent pas de conflit avec le reste de l’Europe. Ils ont soigneusement évité toute surenchère sur ce point. Je considère que si le conflit s’étend, la responsabilité en incombera uniquement à nos clowns. J’ose espérer que la raison va prévaloir mais j’y crois de moins en moins. Nous sommes nombreux ici à craindre une explosion sociale compte tenu de l’arrogance du Mignon et de ses affidés et de l’état de décomposition avancée de la société française sans parler du délabrement de l’économie. Actuellement, et bien qu’il y ait le conflit sur les retraites (qui ne mobilise vraiment que la fonction publique et assimilé du moins sur le terrain), si le spectre de la guerre civile semble s’éloigner devant l’habileté du Mignon, celui d’un conflit classique, en l’occurrence contre la Russie, prend le pas sur celui-ci. L’effondrement prévisible viendra peut être d’une cause extérieure à laquelle il était difficile de penser il y a de cela trois au quatre ans.

          1. HAYD

            On peut aussi lire autrement. Les Russes ne sont pas prudents mais réalistes et patients. Ils ont objectivement sous-estimé le retour de bâton occidental, pensant peut-être qu’ils n’oseraient pas se tirer une telle balle dans le pied, mais ça n’en reste pas moins une vraie, énorme erreur d’appréciation.

            Se mettre l’occident à dos n’était pas leur plan, ils doivent maintenant faire sans, mais je ne les vois pas mettre leur énergie et économie à une guerre plus ou moins ouverte contre l’occident. Ils ont mile fois plus intérêt à rompre les chaines, trouver de nouveaux débouches, évoluer vers une vision de zone, plus ou moins bonne mais prospère. On va plus vers des fossés (ça change des murs) que des envahissements.

            Idem pour la Chine je pense, l’apogée du soft power externe est passée, le défi intérieur grandit, on démondialise et un conflit n’arrange personne à part les bourgeois en manque de sensation par personnes interposées. (Dont nos politiques sont issus).

            Le reste comme les gilets jaunes ou les retraites ne sont que les moments aigus d’une débandade (peut-être inévitable) acceptée globalement, pourvu qu’elle soit molle – si j’ose dire – et un peu confortable quand même. On préfère un air gêné devant la contre-performance qu’un échec loyal et clinquant. Le réflexe patriotique pour sauver la nation, l’union devant un ennemi extérieur, ça ne marche plus, je crois, il n’y a tout simplement plus assez d’énergie à mobiliser.

            Il faut attendre une émergence nouvelle, qui ne se décide pas, ne dépend absolument pas du politique – et tant mieux, même s’ils ne l’ont pas compris. Qui, quoi, quand, comment, alors là……

              1. Nemrod

                Je pense que de toute façon la confiance est durablement rompue.
                Les russes ont mal vécu les révélations de Merkel et Hollande sur les accords de Minsk.

            1. Mitch

              @HAYD 26 janvier 2023, 11 h 15 min

              Pas convaincu par l’analyse … qui est au passage une belle vision occidentale à peine actualisée.

              mais ça n’en reste pas moins une vraie, énorme erreur d’appréciation.

              Oui, sans sans doute, mais les occidentaux ont fait des erreurs d’appréciation encore plus grossières. Ils ne pensaient pas que les russes interviendraient malgré les interventions occidentales répétées depuis des années allant même jusqu’au soutient même pas masqué d’un coup d’état.

              Même avec 300 000 hommes de l’armée russe aux frontières de l’ukraine ils n’étaient pas convaincus que les russes étaient sérieux.

              Les occidentaux ont poussé la ligne rouge bien au delà de la tolérance russe et c’est en soit la pire des erreurs d’appréciation.

              1. HAYD

                Je crois que cette notion de ligne rouge est un artifice, même pas un chiffon à agiter sous le museau des faucons de tout bord. Mon analyse, contestable certes, est que tout ce barnum médiatique va aboutir à un durcissement du positionnement, et pas à un élargissement du conflit. Les lignes rouges n’existent que de la pensée de quelques uns, face à la réalité de la situation tout le monde s’adapte (Clausewitz etc). Un truc de politique et de journaliste donc.

          2. jusnaturaliste

            @ Higgins

            Mon propos était ironique. Le “en même temps” montre que les paroles des dirigeants européens ne veulent strictement plus rien dire. Le mensonge est tellement devenu la norme, qu’ils ne se rendent même plus compte qu’ils font l’exact contraire de ce qu’ils disent.

      3. Pierre 82

        Peut-on considérer ça comme une déclaration de guerre en bonne et due forme ?
        Vu que Poutine n’a pas formellement déclaré la guerre à l’Ukraine (officiellement une opération spéciale), sans doute s’en abstiendra-t-il.
        Le jour où l’ambassade de Russie à Paris aura fermé ses portes, on sera fixé.

        1. Minou

          “Peut-on considérer ça comme une déclaration de guerre en bonne et due forme ?”
          Non, c’est plus une manière poli de dire “nous vous désignons officiellement comme nos ennemies”, c’est quand même une marche de plus dans le processus de l’escalade.

    2. pabizou

      Foutaise . Pour atteindre le front il fut traverser le Dniepr, si les ponts sautent l’aviation russe va faire un très joli carton .

      1. Roanna

        Peut-être qu’ils attendent que les chars soient arrivés pour faire sauter les ponts, pour enfermer et interdire tout retour en arrière.
        J’ai d’ailleurs pas encore compris pourquoi les ponts sont toujours en place mais on finira par le savoir.

      2. Grosminet

        « l’aviation russe va faire un très joli carton . »
        Faudrait déjà qu’ils la sortent, leur aviation. Parce que jusqu’à présent, on ne peut pas dire qu’on en ait beaucoup entendu parler.

        1. pabizou

          Ben voyons… les Russes utilisent des lance-pierres pour expédier leurs missiles . Heureusement que vous êtes là pour nous éclairer . Au fait, vous expliquez comment le fait qu’ aucun des derniers missiles livrés (80) il y a un ou 2 jours n’ait déclenché la moindre alarme?

          1. Grosminet

            Déjà, les missiles ne sont pas lancés qu’à partir d’avions, et on ne parle pas de balancer des missiles à quelques dizaines voire centaines de kilomètres pour dégommer des cibles fixes. Pour que « l’aviation russe fasse un joli carton » sur de la cible mobile, puisque c’est de tanks dont il s’agit, ça nécessite un tout autre niveau d’engagement (et de prise risques), chose que j’ai pas l’impression d’avoir vu jusqu’à présent de la part de l’aviation russe (à tort ou à raison, ce n’est pas la question)
            « Heureusement que vous êtes là pour nous éclairer »
            C’est vrai que votre clairvoyance, vous qui écriviez en ces lieux vers le mois de novembre que l’Ukraine mordrait la poussière avant la fin de l’hiver, comment dire…cela dit il vous reste presque 2 mois…
            L’histoire des 80 missiles, désole je ne sait pas ce dont il s’agit. Si vous pouvez me faire part de vos lumières, SVP.

            1. Pheldge

              j’ai vu ça hier passer sur le Point, ce matin l’article a disparu et ça donne : “Selon le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, le général Valery Zaloujny, la Russie a tiré jeudi 55 missiles sur l’Ukraine et « 47 ont été détruits, dont 20 » aux abords de Kiev.”
              lepoint.fr/monde/ukraine-11-morts-dans-la-derniere-salve-de-missiles-russes-jeudi-26-01-2023-2506384_24.php

    3. Jacques Huse de Royaumont

      Pour s’en sortir, les russes pourraient être tentés de porter la guerre chez nous et d’envoyer une bordée sur une capitale d’un pays de l’OTAN.
      Ca pue.

      1. Nemrod

        Ils ont deux options si ils sont confrontés directement à l’OTAN
        – soit arrêter les frais…sans garanti de non poursuite d’ailleurs
        – soit accepter la confrontation et mettre tout ce qu’ils ont et ils ont beaucoup.
        Ca sent pas bon.
        La confiance de nos dirigeant devrait me rassure…mais non .

      2. breizh

        je ne pense pas qu’ils en aient besoin. Les envois de l’Europe ne restent qu’échantillonnesques, face à une armée russe qui monte en puissance et a désormais 11 mois d’expérience du combat.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          Ca, c’est le scenario optimiste, possible, mais qui suppose que les dirigeants occidentaux sont capables d’arrêter les frais à un moment.
          Or j’ai de moins en moins confiance en cette bande de salopards irresponsables qui nous servent de dirigeants. Plus ça va, plus cette guerre a un enjeu vital pour eux, donc plus il sont prêts à tout sacrifier, y compris nous, pour se sauver. Leurs intérêts et les nôtres divergent totalement et de manière de plus en plus visible et de moins en moins réversible.

          La meilleure solution serait d’envoyer à Moscou les couilles du poudré en salaison dans un pot de moutarde, en gage de bonne volonté. Plus facile à dire qu’à faire.

          1. breizh

            militairement, les occidentaux arrêteront les frais quand ils n’auront plus rien : les européens n’ont aucun effectif militaire disponible et vident leurs arsenaux ; les américains ne sont pas beaucoup plus riches et doivent en garder pour le reste du monde (face à la Chine).
            En face, les russes mobilisent (et ont de la réserve) et produisent de l’armement en continu : ils poursuivent leur montée en puissance.

            1. Jacques Huse de Royaumont

              A ce moment-là, les russes seront-ils d’accord pour s’arrêter ? Ne seront-ils pas tentés de pousser leur avantage et de reconstituer un “glacis” de vassaux sur leur flanc ouest ou tout simplement de punir la Pologne et les pays baltes ?

                1. breizh

                  pour s’attaquer à la Pologne (35 millions d’habitants plutôt déterminés et qui ont déjà montré qu’ils savaient mourir en combattant), il faudra des effectifs que l’armée russe ne peut avoir que par très grosse mobilisation.
                  Cela n’a pas d’intérêt pour la Russie, car il y a déjà la Biélorussie.
                  En revanche, les pays baltes auraient intérêt à parler moins fort.

                  1. Nemrod

                    Vous croyez que les Popov hésiteront à bombarder les villes polonaises comme il rechigne à le faire sur les villes ukrainiennes hormis ligne de front ?

                  2. Pierre 82

                    Qu’en est-il d’ailleurs, de la grosse minorité russe résidant dans les pays baltes depuis l’invasion de l’Ukraine?
                    La vie leur est-elle rendue encore plus compliquée, sont-ils en train de fuir vers la mère-patrie, ou bien les dirigeants baltes ont choisi de ne pas trop ajouter d’huile sur le feu ?

                2. Jacques Huse de Royaumont

                  Non, la Russie n’est pas hégémonique. Mais au départ, le plan n’était pas non plus d’annexer de Donbass ni de raser l’Ukraine. C’est une réaction à nos brillantes initiatives.

            2. Pierre 82

              Tant qu’on est dans les hypothèses, prenons-en une bien farfelue: c’est un coup des USA pour envahir l’Europe et l’occuper militairement.
              Ils s’arrangent pour que toutes les armes européennes soient envoyées à l’Ukraine, et il ne manquera qu’une seule chose: que Macron décide de démanteler sa force de frappe et l’Europe sera à poil. Et Macron serait tout à fait capable de la démanteler, sous un prétexte quelconque.

                1. Aristarkke

                  Que ne ferait il pas pour que la BCE continue à financer sa gabegie permanente ? Avec pareil histrion, il faut s’attendre à tout et au reste dans le pire.

                  1. Nemrod

                    Je mettrais bien un billet la dessus.
                    C’est bien son style.
                    Et qui protestera ?
                    Les militaires fermeront leur gueule comme d’hab en n’en pensant pas moins mais bon…la carrière toutça.
                    Les presstitués trouveront ça “formidables, “progressiste” tandis que l’opposition sera trop occupée à savoir quelle magouille la rapprochera de l’assiette au beurre.
                    Fastoche.

          2. Aristarkke

            Pour aller le chercher, il faudra traverser la rue du Fbg St Honoré, ce qui sera plus facile à dire qu’à faire, vu le nombre de sicaires, janissaires et plots béton qui l’agrémentent de leur présence…

      3. Higgins

        C’est ce que souhaitent les faux cons américains. Les baisés resteront les européens, quelque soit leur pays. Actuellement, aucun d’entre eux ne dispose du matériel requis, si tant est qu’il existe, pour contrer des missiles hypersoniques. En tout et pour tout, la France a huit batteries de Mamba, système d’arme moderne (missiles air-air) en service depuis une dizaine d’année avec très probablement des stocks en munitions proche de zéro. On en avait un tout petit peu plus mais le Migon les a cédés à l’Ukraine.

      4. Roanna

        Admettons qu’ils envoient une bordée sur un pays, ils ont le choix, quelle pourrait être la réaction.
        Les plus sensibles seraient probablement les allemands – le peuple – il s’en suivrait des manifestations gigantesques.
        L’Allemagne ne pourrait pas rendre la pareille, ils n’ont rien, après c’est la grande inconnue.

          1. Minou

            Cela ne trompe pas les commentateurs-tateuses-tatrices-iels de ces colonnes. C’est une manifestation de pro-russes manipulés par le Kremlin. En plus aucun ne porte le masque, je penche donc pour qu’ils soit anti-vax complotistes de l’estrème droite ultra nazi fasciste et celui avec les échasses je l’ai reconnu c’est un survivaliste qui pense que la terre est plate (les échasses ne trompes pas).

              1. Pheldge

                “vous griffée” ? c’est la conjugaison du déclin … Avec les pénuries alimentaires annoncées, le Soylent Green va retrouver tout son attrait . 😉

                  1. Pheldge

                    j’ai réfléchi longtemps, ne voulant pas donner l’impression d’un acharnement, mais la faute était trop énorme, et c’est la mort dans l’âme que j’ai rédigé ce commentaire.

                    1. Pheldge

                      bon, je pense que je n’avais pas rafraîchi la page avant de poster mon 14 h 21 – en passant c’est 3h de décalage en cette période – et je n’ai pas vu que l’ancêtre avait encore quelques réflexes, et avait rectifié son erreur. J’ai été un peu rapide sur ce coup ci, mais le temps joue en sa défaveur … 😉

                    2. MCA

                      M’est avis qu’il n’y a pas que la page qui n’est pas rafraîchie… quand à la supposée rapidité tropicale, elle semble faire furieusement concurrence à la rapidité corse : “pas trop vite le matin et doucement l’après midi” 😉

            1. MCA

              Il était encore consultable avec un VPN ce qui devait faire rager en haut lieu.

              Conséquence : cette démocrassie* que le monde entier nous envie leur a coupé les comptes bancaires pour mettre fin à leur activité.

              Ofète, tu as dû recevoir un mail…

    4. Higgins

      Le général Mark Milley, président des chefs d’états-majors interarmées américains, a livré la semaine dernière une évaluation inconfortable sur les chances ukrainiennes d’évacuer la Russie de son territoire u territoire. Ca oscille entre mince à rien du tout (je décode). Il a évidemment été attaqué pour défaitisme par les néo-cons (https://www.huffingtonpost.fr/international/article/guerre-en-ukraine-l-armee-americaine-est-peu-optimiste-sur-la-duree-du-conflit_213023.html). J’ai eu l’info via un lien australien beaucoup plus direct que la soupe française mais l’article était réservé aux abonnés (ce que je ne suis pas).

  25. breizh

    en attendant, plus concrètement, la misère progresse chez nous : https:/ /insolentiae.com/les-penuries-de-medicaments-de-plus-en-plus-graves-mises-en-danger-averees/

    1. Aristarkke

      Sujet du JT TFI de ce midi (suis chez ma mère). Il y aurait des “tensions” (qu’en termes élégants mais évasifs, ces choses là sont dites !) pour la fourniture en temps et quantités appropriés de …3.000 molécules pharmaceutiques. Excusez du peu!

      1. Malancourt

        Tensions est le nouveau mot fourre-tout : il n’y a plus d’appauvrissement des français mais des tensions liés à l’inflation.

      2. Nemrod

        Je confirme… ça s’arrange pas.
        Mais rassurez vous le gouvernemaman prépare le Ségur numérique de la santé.
        Si vous trouvez un toubib avant de mourir, il vous délivrera une belle ordonnance avec un QR code que le potard ( s’il n’a pas jeté l’éponge) passera dans son merveilleux système traînant 8 serveurs et 5 lecteurs de cartes plus reconnaissance faciale ( s’il y a du courant ) et hop …il vous expliquera comment vous passez des médicaments en rupture.
        Voilà .

        1. Higgins

          Que pensez du pont aérien, rien que ça, mis en place entre Dijon et Nevers (190 km par la route champêtre et bucolique) pour permettre à des médecins de Dijon de venir travailler à Nevers ?!!! L’argumentation invoquée me paraît assez faible (https:/
          /www.francetvinfo.fr/sante/deserts-medicaux/ce-qu-il-faut-savoir-sur-les-flying-doctors-ce-pont-aerien-de-soignants-etabli-entre-dijon-et-la-nievre_5624285.html) pour ne pas dire que c’est du foutage de gueule. En cette saison et vu l’équipement du terrain de Nevers, une chance sur deux que l’avion ne puisse pas se poser.

  26. Mitch

    Les dirigeants des pays d’Europe sont tellement détestés par leur propre population et considérés comme, au mieux, des clowns que je serais curieux de savoir le pourcentage de militaires européens qui préféreraient combattre pour les Russes (ou ne pas combattre du tout) s’ils avaient le choix. Je parierais bien quelques bonnes bouteilles de Post House que le pourcentage est très très loin d’être négligeable.

    1. HAYD

      La brutalité russe et leur mode d’organisation déplait aux militaires modernes. Qui, en général, ne sont pas du tout va-t-en-guerre, ils savent de quoi ils parlent, eux.

      1. Mitch

        Ah,parce que les militaires modernes sont des clones de mère Thérésa 😉

        Je ne suis pas persuadé que l’armée russe soit plus ‘brutale’ qu’une autre mais bon … Par contre oui, c’est largement plus médiatisé.

        Quand une bombe tombe sur un immeuble de civil on a droit à une bonne semaine ou les politocards grancais défilent sur la Pravda pour hurler au meurtre et au crime contre l’humanité, mais quand les brits/grancais/yanks font de la Libye un parking, ou balance des bombes sur Belgrade,ou encore transforme l’Irak en terrain vague, étonnamment la couverture et les messages ne sont pas les même.

        1. Higgins

          Je plussoie. Pour info, un B52 à la charge max, c’est 30 tonnes de bombes qui peuvent dégringoler de 10 000 mètres. En surface couverte, ça commence à faire.

          1. Higgins

            A 500 kg la bombe, ça fait 60 bombes. Si l’avion vole à 360 kts et qu’on compte une minute pour tout larguer, il a couvert une distance de 6 nm (une dizaine de km). A froid, on a donc une surface de 10 km (10 000 mètres) sur 300 mètres de large pulvérisée soit 300 ha.

          2. Roanna

            Il y a de fortes chances qu’il soit pulvérisé avant d’avoir largué ses 30 tonnes s’is s’en servaient en Ukraine, ça ferait un beau cratère à l’arrivée.

            1. Higgins

              C’est un avion qui a un âge vénérable (60 ans pour les plus jeunes). Il devrait être remotorisé pour durer jusqu’en 2050 (mise en service 1955). Il présente un rapport coût/efficacité incomparable dans un espèce aérien sécurisé et il a le meilleur taux de disponibilité de l’US Air Force. Lors de la première guerre du Golfe, je me souviens les avoir vus passer très haut dans le ciel au départ de l’Angleterre (en plus, il a une allonge extraordinaire).

              1. Roanna

                Les missiles actuels doivent pouvoir le déloger facilement du haut de ses 10000 mètres, d’autant plus que ce n’est pas un petit drone de 30×30.

                1. Higgins

                  Oui quoiqu’ils ne sont si nombreux à monter aussi haut et surtout à avoir une portée suffisante. Les Russes sont plutôt bons dans ce domaine (cf le vol Malaisien qui en a fait les frais). En Occident, il existe des systèmes performants mais les Russes semblent avoir une longueur d’avance. Et puis, les avions sont équipés de contre-mesures et de leurres et un missile tiré, ça se détecte au départ du coup.

                  1. Roanna

                    A propos de l’avion malaisien, les occidentaux font porter la charge aux russes alors que ces derniers semblent incriminer les ukrainiens.
                    Vu les coups tordus, ces derniers temps des ukros, je me laisserai bien tenter par la version russe.

                    1. Pierre 82

                      C’est sans doute ce qu’on appelle un dérapage, qu’il ait été commis par les ukros ou les supplétifs volontaires russes présents sur site, et qui se sont sans doute emballés.
                      Pas très malin, quoi qu’il en soit. Comme n’était pas très malin d’avoir laissé survoler la zone à un avion civil.

                      Sur ce sujet, il faudra attendre le verdict des historiens quand ils se seront mis d’accord, mais pas avant l’an 2214.

              2. Mitch

                @ Major
                Merci pour ces précisions sur le B52 supers intéressantes. Je ne savais pas que la fin de vie de ce bombardier n’était pas prévu avant 2050. Quasi 100 ans de vie pour ce type de materiel !!! c’est vraiment impressionnant.

                Une question me taraude: la furtivité c’est finit? à un moment c’était le grand truc en vogue. Le B52 est loin d’être furtif, non?

                1. breizh

                  le B52 font partie de cette époque où l’on construisait des avions sans calculer de durée de vie : tant que l’on répare, cela peut voler (comme nos Alouette III).

                2. Higgins

                  Notion absente lors de sa conception. C’est en quelque sorte le rejeton ultime des Forteresses volantes (B17, B24 et B29) de la seconde guerre mondiale. Au cœur des années 50, les américains maintenaient en vol 24h/24h des avions de ce type (B36, B47 et B52) avec de l’armement nucléaire à bord. Ça a pris fin avec l’arrivée des fusées intercontinentales.

                  1. HAYD

                    La doctrine du bombardement à haute altitude est américaine. L’armée française a toujours préféré les approches plus dangereuses et plus ciblées de la basse altitude. ce qui fait d’ailleurs qu’il est arrivé à l’entrainement qu’un mirage coupe le mat d’un bateau en méditerranée…

                    Je trouve cette intervention inadaptée au théâtre de guerre ukrainien, ni d’un côté ni de l’autre on va bombarder comme cela.

                    1. Higgins

                      Le B52 est directement issu des enseignements de la seconde guerre mondiale et de la notion de “carpet bombes” mis en œuvre en Europe et au Japon. J’ai lu un jour que les américains ont terminé le stock de bombes fabriquées à cette époque en 1968 au Vietnam. Les nord-vietnamiens redoutaient l’avion car il volait souvent au-dessus de la couche de nuage et le bruit des moteurs était quasiment inexistant. La piste Hô-Chi-Min en a fait les frais.
                      La mise au point des armements de précision à donné un coup de jeune car désormais, point n’est besoin d’utiliser un marteau-pilon pour écraser une cible. Deux bombes bien guidées font l’affaire. Avec potentiellement 60 bombes de 500 kg disponibles et l’autonomie sur zone, la capacité de traitement est impressionnante.

        2. Semaphore

          la couverture et les messages ne sont pas les mêmes
          Les intérêts en jeu, non plus et c’est bien pour cette cause, la différence d’attitudes…

        3. P&C

          Pas pareil. Là ce sont des niaks, des bronzés, des loukoums, ou des slaves.
          Et puis ils n’ont pas les bonnes valeurs. Et ils sont du mauvais coté du maitre américain.

        4. durru

          Moi j’avais compris qu’il était question de la brutalité à l’intérieur de l’organisation militaire elle même.
          Parce que, effectivement, si le sujet est le mode d’action, c’est l’hôpital qui se fout de la charité…

    2. breizh

      je pense que la plupart des militaires européens qui regardent et réfléchissent, ne peuvent que constater que se frotter à l’armée russe est suicidaire.

    1. Arthur H

      Un regard pertinent même si je suis plus nuancé quant au consensus aux sein de la population états-unienne sur le déroulé qu’une majorité de ses élites aimerait.

    2. Jacques Huse de Royaumont

      Bien vu et cela explique un point important : si les masses européennes sont si facile à tromper, c’est qu’elles ne demandent que cela.

          1. Vieux rat

            Je note que Zelensky s’est exprimé à Boca Ratón…

            … la bouche du rat ! 😉

            https:/ /brunobertez.com/2023/01/25/intervention-de-zelensky-a-boca-raton-du-lourd-il-sait-parler-aux-americains/

  27. laurent a LA

    Un petit HS mais je suis sur que vous apprecierez la sombre ironie de la chose.
    Je tombe ce jour sur le questionaire (Cerfa) officiel pour renouveler une license sportive en France.
    La:
    https:/ /www.formulaires.service-public.fr/gf/cerfa_15699.do

    Avant d’ouvrir, essayez de visualiser quelle est la question de sante numero un posee officiellement ??
    Ne trichez pas.
    Ecrivez la reponse sur un coin de papier.

    Ensuite ouvrez le lien, regardez, et comparez.

    Le merveilleux monde du futur moderne dans lequel nous vivons n’est il pas formidable ??

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)