Armes de persuasion massive

Que faire quand on est peu nombreux, peu représentatifs et peu crédibles pour se faire entendre et se faire écouter, se faire voir et se faire suivre, et surtout, se faire obéir ? Il n’existe qu’une solution, l’utilisation d’armes de persuasion massive. Les syndicats français l’ont bien compris…

Le 4 octobre prochain, l’ensemble du pays va (de nouveau) être paralysé par des mouvement, dits sociaux, de grèves, de manifestations et de protestations, de marches pas silencieuses et de discours enflammés pour une « journée de mobilisation unitaire interprofessionnelle » (on remarquera au passage l’utilisation de termes en novlangue pour « journée de paralysie du pays »).

Les professions concernées sont les fonctionnaires cheminots (SNCF, RATP), les fonctionnaires des autoroutes, les fonctionnaires des Organismes Sociaux, les fonctionnaires de France 3, les fonctionnaires enseignants, les fonctionnaires de l’ANPE et les fonctionnaires de la Confédération Nationale du Logement. Bizarrement, les salariés du privés sont absents, tout comme les employés de Renault, les pompistes, les boulangers, les guichetiers de banque, les coiffeurs, etc… La grève serait-elle l’apanage des fonctionnaires, des gens du publics, ou seulement des branleurs ?

Au delà de cette N-ième journée de gesticulades ridicules des intoxiqués du collectivisme, on peut simplement remarquer la disproportion de l’attention donnée à ces populaces criardes par rapport à leur poids relatif dans l’économie et la masse salariale de l’ensemble du pays…

C’est là qu’interviennent les armes de persuasion massive. On peut compter essentiellement parmis elles :
- les médias
- l’éducation nationale
- le gouvernement

L’ensemble de l’édifice de construction de la persuasion massive commence à la base par les syndicats ; historiquement très ancrés dans le collectivisme (gôchisme marxiste), ils ont réussi le tour de force de verrouiller, au sortir de la seconde guerre mondiale, leur représentativité. Ainsi, seul un petit nombre d’entre eux sont dit « représentatifs » et ont à ce titre le droit de négocier avec le patronat et le gouvernement. Les autres syndicats sont dès lors évacués du paysage politique.

Les salariés, pour être représentés, s’adressent généralement aux syndicats qui disposent de la meilleur visibilité. Cette visibilité s’acquérant au travers de moyens financiers dont seuls les syndicats « officiels » (i.e. représentatifs) disposent, les salariés sont cantonnés à utiliser les voies de ces syndicats pour exprimer une opinion (ou se taire). Les comptes des syndicats n’ayant aucune obligation comptable, ces fameux moyens financiers sont rapidement devenu gigantesques (cf les CE d’entreprises nationales, comme EDF-GDF etc…). Plus ils ont de moyens, plus ils sont attrayants et plus ils peuvent faire de la pub et relayer leurs actions auprès des médias.

Tout ceci constitue donc un terreau riche pour que les syndicats s’implantent dans les milieux les plus favorables à leur évolution. Typiquement, la Sécurité Sociale et l’Education Nationale. La première fournit des moyens financiers importants en utilisant le principe de Solidarité (« si la sécu n’était pas là, tu crèverai dans le caniveau à la moindre maladie dans un petit couic misérable, tu dois donc nous remercier d’exister …. A genoux, manant ! »). La seconde fournit des cerveaux aptes à recevoir les messages en question (« sans l’Etat, sans Solidarité, nous serions livrés au capitalisme et nous crèverions dans le caniveau à la moindre péripétie dans un petit couic misérable, … »).

Cette dernière assertion sur l’Endoctrinement National est basée sur l’observation de faits précis : petit à petit, les gens n’en viennent plus à se scandaliser de l’incurie générale des enseignants, de leurs grèves à répétitions, des horaires de plus en plus réduits, de leur nombre grandissant pour des classes de plus en plus surchargées, de leur niveau général de plus en plus faible (niveau en orthographe, enseignements mathématiques inadaptés et mal possédés, sciences physiques de moins en moins en lien avec l’expérimentation directe, la favorisation de l’utilisation de méthodes prémâchées au détriment des efforts de réflexion, d’analyse, l’abscence de méthode scientifique, …). Non : les gens se scandalisent quand il y a du boeuf pendant la vache folle, quand les repas ne sont pas hallal ou que sais-je, … bref, pour des questions totalement annexes à l’instruction des élèves.

Il est d’ailleurs intéressant que le Ministère de l’Instruction a brutalement changé de nom pour devenir Ministère de l’Education, alors que l’école n’a jamais eu, en théorie, comme but de fournir autre chose que de l’instruction aux élèves…

Progressivement, les notions dispensées dans les écoles et les collèges sont devenues celles dont on doit disposer pour « bien-penser ». La Solidarité n’est plus remise en cause : elle DOIT être mise en place. L’enseignement de l’économie est une vaste fumisterie où les théories libérales n’existent pas (ou sont ridiculisées en quelques paragraphes). Les noms de Hayek, von Mises ou Friedman ne sont jamais évoquées, au contraire de Keynes, et pour justifier les dérapages incontrôlés de l’état. En physique, la simple compréhension de phénomènes basiques est relégué au rang d’amusette ; rare sont les enfants qui, arrivant en 6ème, sont capables de mener une expérience quelconque, et d’en tirer au moins le début d’une conclusion. Arrivé en Terminale, le principe même de la démarche scientifique, jamais expliqué dans les cours, a été totalement perverti en principe de recette de cuisine, où l’élève se borne à remplacer les inconnues par les valeurs fournies dans l’exercice. Très peu d’élèves se posent la question du Pourquoi ? (pourquoi doit-on apprendre ça et pas ça ? Pourquoi doit-on procéder de la sorte et pas autrement, etc…). L’orientation des élèves tient alors de la roulette russe… Et on se retrouve avec des centaines d’étudiants en Histoire de l’Art, et douze pelés dans un amphi de Mathématiques Appliquées.

Cette non-remise en cause systématique du système conduit au même désastre que son penchant inverse (la remise en cause systématique d’un système) : on n’apprend plus rien du tout. En outre, il favorise l’émergence de pensées toutes faites, formattées, prémâchées. Citons en vrac :
- l’altermondialisme et la lutte contre la mondialisation, les OGM, les produits chimiques, …
- le principe de précaution
- la notion de service public
- l’écologie de bazar …

L’esprit critique ayant disparu, la prise de distance se faisant rare ou inexistante, le cerveau moyen de l’élève imbibé de star’ac se prête alors facilement aux raccourcis sidérants des syndicats : défendre les vieux dogmes, ne rien toucher qui pourrait remettre en cause le système.

Dans ces élèves, bon nombre se verront un jour produisant (avec des fôtes partou, ou en stil SMS paskon sé pa fR otrement) des articles qui seront relayés par les médias. On voit déjà apparaître des boulettes (de l’inexactitude légère au ramassis de sottises approximatives) dans des organes prestigieux, le laxisme face aux faits est devenue monnaie courante. La plupart du temps, ceux qui dénonceront ces dérives le feront sur le dos du capitalisme (« c’est pour le sensationnel qu’il a dit ça comme ça, c’est scandaleux »), ne se rendant pas compte que la personne qui sort des âneries et celle qui la dénonce ont toutes les deux les mêmes carences culturelles, ou scientifique, de sens critique ou simplement de bon sens…

Au final, voilà le système de persuasion massive au point : des syndicats qui noyautent un système éducatif qui produit des blobs mous prêts à gober n’importe quelle grosse baliverne sucrée, dégoulinante de bons sentiments et aride du moindre raisonnement étayé.

Le pire, c’est qu’alors, les petits ronchonneurs impétrants ayant un retentissement médiatique important, les gens qui nous gouvernent ne peuvent plus les ignorer.

L’abrutissement atteint alors son sommet quand le gouvernement, la bouche en coeur, reprend (de façon à peine masquée) les arguments des nabots solidaires pour justifier leur immobilisme.

A ce moment, il n’y a plus d’alternative. Plus de retour possible.

Tout le système est atteint.

J'accepte les Bitcoins !

1Nb9YbV1kKSJ4ciVyD1ARREkr4eW35ykog

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)