L’attaque des fluffys

Le fluffy est, je vous le rappelle, un animal doux au toucher, issu de la culture socialo-hydroponique, croustillant d’incohérence, trempé dans du caramel de Bonssantiman et recouvert d’une onctueuse nappe de chocolat moraliné. Décliné en plusieurs parfums, il donne à chacun l’occasion de voir en action les principes les plus idiots aboutissant à des situations stupides et, en même temps, des morts par millions dans la bonne humeur décontractée. Les fluffys sont à la charité et à l’humanité ce que sont les Happy Tree Friends aux dessins animés pour enfants : une mauvaise farce qui tourne toujours mal. L’actualité nous en donne une nouvelle démonstration.

Le Fluffy, quand il n’est pas dans son loft parisien à écouter du Vincent Delerme en se vautrant dans un sofa design, en grignotant des amuse-bouches sophistiqués issus du commerce équitable, ou quand il ne pilote pas son SUV en commentant les bienfaits du vélo dans la capitale, eh bien le Fluffy, il s’ennuie.

Comme tout petit animal hyperactif, il a un besoin compulsif de s’agiter, de montrer qu’il existe, et, ce faisant, de s’assurer que le monde ne peut se passer de lui. Il s’agitera pour organiser une soârée coktaêl, il s’enflammera pour sa piqûre quotidienne de moraline aux travers de « journaux qu’il faut lire », comme Libération ou Le Monde Diplomatique, et s’égayera de plonger avec délice dans du Houellebecq ou un Télérama. Mais pour les jeunes fluffys, ces activités sont trop molles pour montrer au monde l’importance de sa cause et de sa propre existence.

Le phénomène qui se déclenche est alors celui du « Tous Ensemble, On Peut Y Arriver » : il s’agit d’une espèce de foi mystique dans la collectivité poussé à son paroxysme, celui où l’individu et son caractère, ses envies, ses pulsions, n’est plus qu’un petit ennui périodique avec lequel on n’a pas besoin de composer pour arriver à ses fins. Ainsi, « Tous Ensemble » permet de répondre à toutes les questions que le fluffy se pose :
– comment faire pour que les pauvres aient de quoi manger ? Il faut qu’on s’y mette « Tous Ensemble ».
– comment faire pour que les industries polluent moins ? Simple. Il faut qu’on s’y mette « Tous Ensemble ».
– comment procéder pour que les espèces animales et végétales soient protégées ? Fastoche : il faut qu’on s’y mette … Tous Ensemble.
– comment … ? Fingers in the nose : tous ensemble, all together, etc…

Vous saisissez l’idée.

Dans ce cas-là, le fluffy visse son poncho péruvien sur son crâne, place ses lunettes de soleil « Police » sur son nez et part à la conquête du vaste monde pour l’évangéliser. Son bâton de pèlerin sera composé d’épais rapports pseudo-scientifiques prouvant que le monde court à sa ruine, parce que les gens sont tous méchants, et que pour le sauver (je vous le donne en mille), « Tous Ensemble, On Peut Y Arriver ». Et à la faveur des événements courants, les fluffys-pélerins qui sillonnent le monde finissent par coaguler à toutes les réunions où, précisément, sont réunis deux choses :
– des gens qui ont de l’argent, ou du pouvoir, ou les deux
– des organes de presses, des journalistes, des photographes, bref des média.

Notez que si ces deux ingrédients ne sont pas là, la coagulation n’a pas lieu. Dès que les fluffys en suspension précipitent, on observe alors plusieurs variantes dans le coagulé formé. A l’occasion du G8, les deux conditions préalables étant réunies, ça n’a pas loupé : pouf, plein de fluffys se sont agglutinés sur place, et on a pu en distinguer trois parfums.

Les Fluffys Ecolo-conscients

Les Ecolos-conscients sont ces animaux soyeux qui rejoignent la troupe bigarrée des fluffys parce qu’ils sont mûs par la certitude que Gaïa, qui ne nous aime que très modérément, souffre intensément de chacune de nos exactions, d’ailleurs tellement nombreuses qu’une éradication massive de la gent humaine est, pour ces fluffys au regard tendre, objectivement envisageable.

Essentiellement, il s’agit de Gentils Animateurs du groupe de voyages Greenpeace. Ce dernier est connu de par le monde pour son offre de séjours linguistiques musclés, ses raftings en zodiacs devant les forces de police, et les balades en aérostats avec interception en vol. On reconnaîtra ici le caractère fluffyesque de leurs démarches en notant que les Gentils Animateurs se lancent des défis plus ou moins rigolos qui vont, de leur côté, cramer une quantité impressionnante d’énergie (dont une partie fossile, soit dit en passant) et entraîner une dépense encore plus importante d’énergie de la part des autorités compétentes pour canaliser leurs débordements. Alors que, dans le même temps, ces crétins hydrocéphales demandent qu’on … réduise les quantités d’énergies dépensées, le tout pour la fumisterie climatique à la mode actuellement.

Les Fluffys Econo-conscients

Les Econo-conscients sont ces fluffys chegueverasés qui rejoignent le Grand Mouvement Mondial de Fluffytude essentiellement pour des raisons de jalousie économique : pas assez malins pour devenir eux-mêmes patrons et en tout cas pas assez bêtes pour ne pas utiliser les mannes, subsides, et canaux qu’offre le Grand Kapital pour faire connaître leur mouvement, ils se placent dans l’optique d’une lutte permanente entre le prolétariat, c’est-à-dire eux-mêmes, et le patronat, c’est-à-dire tous les autres.

L’altermondialisme est une variante amusante du concept où, insatisfait de la réalité des choses, les fluffys concernés prônent un autre monde possible, en faisant absolument tout ce qu’ils peuvent pour imposer cet autre monde, par la force de préférence, et même à ceux pour lesquels le monde actuel est parfaitement possible et tout à fait valable.

Dans cette optique et dans le cadre du G8, ils sont évidemment fort contents d’avoir pû enquiquiner la police, les journalistes et les gouvernements dans leurs réunions. En pratique, les heurts avec la police montrent exactement ce qu’une partie d’entre eux valent vraiment : tristes factions armées d’un communisme déliquescent, petits casseurs haineux où l’altermondialisme se mue en caillassage digne d’une banlieue française en novembre… On est très loin d’un Flaouère Paouère mollasson qui vient à l’esprit quand on évoque l’altermondialisme tel qu’il est volontiers décrit par ses partisans.

Et comme tous les autres fluffys, ils nagent dans leur « cohérence » toute spécifique puisque la mise en place d’une telle organisation n’aurait jamais pu avoir lieu si le système capitaliste et parfaitement mondialisé n’avait pas fonctionné correctement. Faire venir des alters de toute l’Europe, sans utiliser d’avions, de trains, de moyens de communications modernes rendrait en effet les manoeuvres alters particulièrement croustillantes…

Mais ces deux précédentes catégories de fluffys ne seraient rien sans la troisième, la plus symptomatique :

Les Fluffys Bono-conscients

Il s’agit pour le coup d’une variante toute nouvelle avec un nombre de membres très réduit. Le Bono-Conscient est ce type de fluffy particulier qui se lance dans un combat dans lequel il n’entend absolument rien mais pour lequel il veut absolument démontrer à la face du monde qu’il y met tout son coeur – notez qu’il s’agit essentiellement de son coeur et pas son argent. Bien évidemment, cette catégorie ne concernera que les fluffys qui, bien qu’assez ronchons pour ne pas trouver beaucoup de grâces dans le système écologique ou économique en place, se sont fait de solides fortunes grâce à lui, et en arrivent même à le reconnaître implicitement, par exemple en tentant de périlleuses « optimisations fiscales ».

Ce fluffy là est un peu plus dangereux que les autres. En effet, on peut décemment classer les deux précédentes catégories dans les rêveurs, pas franchement doux, mais dont les effets sont jugulés si l’on y met les moyens. Evidemment, le fait de dépenser de l’énergie et de l’argent alors que ces excités appellent justement des économies (qu’ils ne s’emploient en rien à réaliser à leur niveau) est assez peu satisfaisant, mais les effets sont, finalement, limités.

Le bono-conscient, lui, est agaçant en ce qu’on ne peut clairement pas lui claquer le beignet aussi stupides ses assertions soient elles. Ayant masterisé bien au-delà du sens commun les média pour en être arrivé là où il est arrivé, le bono-conscient sait manipuler l’opinion pour lui faire gober à peu près n’importe quelle bêtise. Ce qui est intrinsèquement gênant, c’est l’aspect « bypass lobbyisant » de sa démarche alors que les gens qu’il va voir sont élus et lui non, d’une part, et, d’autre part, c’est le petit côté « j »aimerai bien imposer à tous ce que je ne me résouts pas à faire moi-même ».

En effet, rien n’empêche à ces sémillants quinquas d’aller claquer leurs thunes en Afrique en développant par eux-mêmes moult business juteux. Mais non : il faut qu’ils viennent, bien que riches, fouiller dans nos poches en utilisant des armes d’atermoiement massif pour huiler leurs rouages.

Au final, le G8 aura été pour les observateurs attentifs un festival du Fluffy décérébré : semblables à ces poulets qui continuent à courir alors que leur tête est tranchée, les fluffys s’égaillent dans des causes médiatiques en multipliant leurs mouvements d’air, pendant que leur crédibilité, petit-à-petit, disparait dans leurs tourbillons contre-productifs d’air chaud survitaminé.

Et pourtant, j’ai ce sentiment diffus que malgré tout, la fluffytude a de beaux jours devant elle.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires10

  1. geo

    Il serait souhaitable, mon cher h16, de conseiller à vos fluffys, d’aller dépenser leur énergie dans les pays où il en manque.
    Ces milliers de fluffys feraient une excellente main d’oeuvre dans les pays africains, par exemple, pour creuser des puits, construire des cases, aménager des zones de culture (non OGM bien sûr).
    Mais cela est peut être au dessus de leurs moyens, contester me semble tellement plus facile!
    Vos fluffys commencent, pour ma part, à devenir antipathique.

  2. adnstep

    A lire vos descriptions des fluffys, on se croirait dans le blog de Libé. Tout y est! Merci pour cette tranche de franche rigolade réactionnaire et antirépublicaine, comme ils disent.

  3. Eh oui, c’est même ce qui fait leur caractéristique. Mais ils sont aussi dangereux, « pervasifs », particulièrement têtus… ce qui les rend très toxiques.

  4. Vincent

    Exact. Bravo et merci ! Merci parce que j’ai imprimé cet article avant de décoller pour l’Italie il y a 12 jours, et que le fou rire que je me suis tappé dans la zone d’embarquement m’a permis d’oublier provisoirement ma phobie des avions…

Les commentaires sont fermés.