Quand la France accepte de menus efforts…

Bon, voilà, c’est dit, la France accepte de faire des efforts : les déficits abyssaux dans les 10%, les dettes à 80% du PIB, les giclées d’argent du contribuable un peu partout pour rire, tout ça, c’est fini. On va arrêter de faire les charlots, on va revenir dans les critères de Maastricht et voilà. Enfin… Si on fait de la croissance à +50% et d’ici à 2078, hein. Faudrait pas se péter un câble en chemin.

Oui.

Je sais, j’exagère un tantinet. Mais c’est en gros ce qui ressort du récent « accord » entre la Commission Européenne et le Gouvernement français qui a donc accepté de ne pas laisser filer son déficit en le ramenant à 3% maximum et si et seulement si la France parvient à réaliser une croissance forte, le tout pour 2013.

Comme quoi, j’exagérais à peine, finalement :

  • 2013, c’est après les élections qui, comme chacun le sait, n’engagent finalement guère que ceux qui ont voté, et pas ceux qui ont été votés.
  • ramener le déficit à 3% du PIB, c’est acter qu’on ne sera toujours pas à l’équilibre, et qu’on va donc continuer à augmenter notre dette toute honte bue. Business as usual là aussi.
  • Quant à la condition de croissance, elle est aussi réaliste qu’un zèbre albinos : la croissance forte, en France, c’était jusqu’en 1960 et ça ne s’est plus reproduit depuis…

Bon.

Maintenant que ces saines décisions sont prises, on sent pousser au sein du gouvernement la ferveur des hommes d’actions, ceux qui entreprennent des trucs et qui ne vont pas s’arrêter en si bon chemin, on sent la puissance de la détermination et l’envie de ne pas se laisser distraire.

Zou ! C’est décidé, on va faire des économies.

Par exemple, on va économiser sur les salaires.

Oh là, attention, hein, pas tous les salaires. Celui de Guaino, par exemple, restera inchangé. Et d’ailleurs, je ne vois même pas pourquoi j’évoquerai ici les 290.000 euros annuels que ce triste pisse-copie et maître du copier-coller parvient à amasser sur le dos des moutontribuables qu’il berne avec ses slogans creux mais léni(ni)fiants. Ce serait continuer cette transparence que le pauvre chou trouve « totalitaire« , ce qui est particulièrement piquant d’un bobo précieux dont une tartufferie précédente le poussait probablement à chérir tendrement cette transparence.

Une fois les salaires réduits, on va taper un peu dans les économies, hein, parce que bon, faudrait pas que les gens, en France, s’enrichissent brutalement. Mais attention ! Comme le disent d’habiles commentateurs de la vie politique française, zélotes militants de l’UMP, qui viennent parfois faire de petites crottes sur ce blog, il n’y aura pas d’impôts nouveaux, hein. Non, non, c’est une promesse du candidat Sarkozy !

Les impôts n’augmenteront pas.

Pour les taxes, en revanche, ça va être un feu d’artifice à côté duquel la pyrotechnie de Paris un 14 Juillet passera pour une fête de village dans le Lubéron.

On ne reviendra pas sur les douzaines de taxes déjà crées, mais on pourra toujours en ajouter quelques unes, en toute bonhommie, hein, c’est Guaino qui régale. Par exemple, vous avez un abonnement internet, et vous vous en servez pour relever vos mails, chatter avec Mamie et regarder des clips de salsa sur Youtube ? Eh bien vous êtes un délinquant potentiel qui copiez de la musique et des films à tire-larigot et vous allez donc cracher au bassinet, hein. Et Mamie aussi, tiens, ça lui apprendra à se la jouer technophile, la vioque !

Eh oui : internaute, tu vas payer le salaire de Guaino les déficits franchouilles auxquels personne ne veut s’attaquer, tu vas payer les lobbyistes incapables de s’adapter, parce que … parce que tu es un internaute et que tu respires trop fort. Ça fait trop de CO2, et plein de bonnes raisons de te ponctionner un bout tous les mois. Schlaaaa !

Mais les impôts n’augmenteront pas, hein. Pour éviter qu’ils augmentent, on trouvera bien une autre voie. Par exemple (au hasard) …. une nouvelle taxe !

Non non, ce n’est pas un malheureux copier-coller des paragraphes précédents. C’est simplement qu’on a encore une nouvelle taxe dans les tuyaux, et cette fois-ci, sur les … cosmétiques. Relax, hein, c’est rien que de très naturel : pas d’impôts, on a dit ! Des taxes, plein de taxes, et toutes les semaines, pif, paf, une nouvelle raison de se réjouir. Pendant ce temps, Guaino est payé à gribouiller des discours l’état accroît son déficit.

Et le plan général de remise en forme des comptes publics ne s’arrête pas là !

C’est décidé, non seulement les impôts n’augmenteront pas (l’ais-je mentionné ? Oui ? Non ? En tout cas, c’est une promesse du candidat Sarkozy, hein, donc, c’est du solide), les salaires ne bougeront pas et Guaino vous dit merci, et on va se remettre au travail.

Ça va dépoter sévère. Notamment le 12 décembre à la SNCF. Le 12, ils travailleront.

Je vous ai bien eu.

Évidemment, vous aviez compris : le 12, de nouveau pour aider les salariés du privés à payer les dettes des salariés du publics, les contrôleurs de la SNCF se sentent solidaires des efforts consentis par tous et, dans un geste d’un rare altruisme, ont décidé de faire la grève pour soutenir les pauvres et les miséreux de ce monde en demandant une amélioration de leurs abominables conditions de travail (des contrôleurs, hein, pas des miséreux et des pauvres, ne mélangeons pas tout).

Quant aux musées, hein, même combat : il faut bien que quelqu’un se dévoue pour faire la grève dans ce pays. Imaginez, en effet, qu’un touriste, étranger par exemple, se pointe dans ce beau pays et y trouve des transports en commun propres, sécurisés, ponctuels et en fonctionnement, pour se rendre dans un musée propre et bien tenu, ouvert, et aux hôtesses affables et accueillantes, pour un tarif modique. Cet étranger est donc très probablement en Allemagne. Ou aux Pays-Bas. Mais pas en France.

Voilà.

Vous voyez, ce n’est pas dur, finalement, l’équilibre budgétaire : il suffit que chacun fasse de petits efforts, et hop, c’est reparti.

Youpi youpi.

Ce pays est foutu.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires33

    1. @Higgins : oups, oui, elle est belle celle-là. Contrôleurs en réalité. Mais il est vrai qu’il y a aussi beaucoup de l’autre orthographe possible 😉

  1. Before

    Dans l’article du Monde, sur la taxe Internet, j’adore la question : « QUI PAIERA, LE CONSOMMATEUR OU LE FOURNISSEUR D’ACCÈS ? »

    Trop drôle, ces mecs…

  2. Mr T.

    « QUI PAIERA, LE CONSOMMATEUR OU LE FOURNISSEUR D’ACCÈS ? »

    Haha, excellent. Ca me rappelle toutes les imbécilités du même genre sur les cotisations salariales et patronales.

    Pas mal le demotivator despair.com 😀

  3. Hervé

    Quand aller vous cessez de mentir ?

    PaAaaArdon ? De nous deux, je crois qu’entre vos approximations fantaisistes et votre naïveté à côté de laquelle les bisounours font office de loubards déniaisés cocaïnomanes, le plus pipoteur ou le plus « à côté de la vérité », c’est encore vous.

    L’UMP a entres autres instauré un maximum avec le bouclier fiscal et supprimé de nombreuses taxes et impôts comme la taxe professionnel, réduit la TVA chez certaine professions, réduit les tranches d’impositions …

    Enlever un ou deux impôt et ajouter 23 taxes, pardon, je dois dire que c’est couillu d’en déduire « tout va mieux ». C’est votre vision de la Vérité Qui Ne Ment Pas Mais Qui Dérange Un Chouilla Et Qui Pue Du Bec Aussi Un Peu, non ?

    Et s’engage même pour les régionales afin de limiter l’inflation fiscale des régions socialistes. Vous êtes vraiment malhonnêtes !

    Povtichou.

  4. Flak

    « Quand aller vous cessez de mentir ?  »

    presque, pas loin, c’etait l’inverse qu’il fallait ecrire:
    « Quand alleZ vous cesseR de mentir ? »

    pas de bras pas de chocolat, pas de participes correctement accordes, pas de discussion politique.

  5. TN

    ez fete pa chiez jai fai des etutude et jeu sui quandida au regional et je sui favori pasqe moi je cause comme les gen et y meuh conprenne. dans leu neuf troi en plus

  6. TN

    Désole, mon cher H, mais je me suis un rien laissé aller. Je vous présente donc mes excuses les plus plates.

    TN

  7. TN

    @FLAK

    Et puis, votre pseudo est, j’en suis sur, une attaque personnelle.

    En effet, nous avons ici certaines localités nommées « Poste de FlaCk, Centre de FlaCk, FlaCk, Pointe de FlaCk, Flic-en-FlaCk ». Donc, votre « C » manquant m’est un tourment perpétuel.

    Et non, je ne suis pas parano.

  8. Marie

    Mais où est Maurice b. ? Heureusement que son alter ego assure. Vous êtes en pleine forme en ce moment h16, il faut dire que l’actualité s’y prête… ne vous arrêtez surtout pas. Vos billets quotidiens sont excellents pour la santé, et si ça se trouve ils protègent même de la grippe et du Co2.

  9. adnstep

    Ou là, il est en colère, h16. Quelque chose d’avalé de travers, ou c’est pour commémorer Pearl Harbour ?

  10. alex6

    Une petite remarque, il serait bon de toujours insister sur le fait qu’une taxe est toujours repercutee sur les salaires et non sur les consommateurs ou autres.
    Juste histoire de mettre en avant la coherence du president du pouvoir d’achat…

    Sinon je me rejouis deja de venir passer les fetes en France communiste! J’ai particulierement aime les petits slogans de gouvernemaman a la radio l’annee derniere (vous vous tapez ca toute l’annee??) rapport au fait de manger sucre, de ne pas faire d’exercices etc…
    La premiere fois j’ai mis dix minutes a me remettre d’une crise de rire memorable, par la suite ca m’a rappele a quel point ce pays depense une grande part de son energie a lutter contre les libertes.
    Enfin ca avait deja commence en 1793 et en partant de moins bas pourtant.

  11. Emma

    Oui, les déficits abyssaux, Guaino, les grèves en cours (dans les musées) et celles qui se profilent, continuez H16 à être le poil à gratter de toutes ces aberrations françaises et j’ajouterais les déclarations (pondues par ce même Guaino certainement) de N. Sarkozy sur les dérives du capitalisme anglo-saxon qui ont provoqué la levée de boucliers que l’on sait de l’autre côté de la Manche. Tiens, j’aurais bien aimé vous voir vous exprimer là-dessus.

  12. Cultilandes

    Les sites qui répertorient les nouvelles taxes en oublient probablement quelques unes, ignorées du grand public, souvent créées à l’initiative de certains secteurs professionnels.
    Le pompon, ce sont les CVO: Contribution Volontaire Obligatoire. Oui, vous avez bien lu! Non, je n’invente pas pour me moquer! Sous ce nom, ont été instituées ces dernières années plusieurs taxes dans le secteur agricole, par exemple sur les semences , l’équarissage, le bois, et j’en passe…

  13. maurice b.

    Les élus de l’UMP, dans la plus grande discrétion, font la chasse au gaspillage en s’attaquant à des « citadelles » intouchables et en leur demandant de rendre des comptes. Alors, comme vous ne semblez pas être au courant, je vous informe de l’initiative de Georges Ginesta député UMP, qui met en cause le gaspillage dans les services des pompiers et de sécurité . Il ne suffira dans ces services de claquer des doigts pour obtenir (sans aucun controle) des crédits publics.L’UMP demande que ça change.

    —————-

    Le rapport Ginesta, de juillet 2009,a pour mission l’évaluation et le contrôle par la commission des Finances (MEC) du financement des services départementaux d’incendie et de secours (Sdis),
    Il dénonce une « flambée des dépenses sur la base d’un constat « . et estime notamment que « la maîtrise des dépenses des Sdis est la condition d’un financement soutenable » et que « l’organisation du temps de travail des sapeurs pompiers professionnels sur la base de gardes de 24 heures n’est plus adapté ».
    ll propose notamment d’indiquer le coût des services d’incendie et de secours (Sdis) sur la feuille d’impôts locaux des particuliers, comme cela se fait pour les ordures, afin de « responsabiliser les Français ».

    http://laposte.lci.fr/france/societe/2009-12/les-pompiers-coutent-ils-trop-chers-5582991-449.html

    Tiens, pour une fois, momo n’est pas hors sujet et apporte une information intéressante : on va encore trouver un moyen de taxer les Français pour un service déjà payé par les impôts – les pompiers, c’est l’armée, au départ… Autrement dit, quand l’UMP fait la chasse au gaspillage, c’est pour trouver un nouvel angle de ponction.

  14. Flo

    He Mr H16,

    A propos d’argent balancé par les fenêtres ou dans l’infâme trou des chi.ttes vous nous feriez pas un billet sur certaine « Cassiopée »?
    Il s’agirait d’un logiciel qui équiperait nos tribunaux et qui ferait des siennes.
    J’ai entendu un petit reportage sur France Info et ça à l’air croustillant et tout et tout…

  15. Harald

    Bong ! H16 pris en défaut. Pour une fois. Les pompiers militaires n’œuvrent qu’à Paris, petite couronne où ce sont les sapeurs-pompiers et à Marseille où ilo s’agit cette fois de marins-pompiers. Pour le reste de la France il s’agit de pompiers territoriaux rattachés aux conseils généraux. Ceci dit, je crains effectivement une hausse de la fiscalité locale qui sous-couvert de financer les sdis servira en fait à tout autre chose.

    1. … Graphiques intéressants auxquels il manque celui de la répartition de maturité en fonction de la date des emprunts. On y découvrirait que la France doit de plus en plus d’argent à des termes de plus en plus courts. Et ça, c’est très mauvais signe.

  16. argone

    « On y découvrirait que la France doit de plus en plus d’argent à des termes de plus en plus courts »

    Je suppose que logiquement les taux court terme sont plus faibles (1% ?) que les taux long terme, et que donc cela peut expliquer cette préférence pour ce type d’emprunts.

    1. Oui, tout à fait : les taux sont plus faibles. Mais ça entraîne deux choses : il faut rembourser plus vite, et si les taux remontent, cela fait mal plus vite.

  17. argone

    > »il faut rembourser plus vite, et si les taux remontent, cela fait mal plus vite. »

    En effet !

    Des explications dans Les Echos :

    « Cette évolution dans la structure de la dette est, pour l’instant, sans conséquence : la situation est même à ce point favorable que le gouvernement peut augmenter la dette en volume, sans accroître sa charge financière. Les émissions à 3 mois, par exemple, coûtent aujourd’hui 0,8 %, contre 4,1 % il y a un an. Dans certains cas, la dette à très court terme est même financée à un taux proche de zéro (de 0,2 % à 0,3 %). Mais cette exposition pourra constituer un lourd handicap demain, lorsque les taux d’intérêt seront relevés, frappant en premier lieu les titres à court terme. »

    http://www.lesechos.fr/info/france/02058092039-la-france-accroit-sa-vulnerabilite-en-empruntant-a-court-terme.htm

    Le cite

Les commentaires sont fermés.