Dray, ou les aventures du Centurion Rolex

Les politiciens n’ont aucune pudeur. Opérés dès tout petit, ils sont affranchis de toute honte. En vertu de quoi, même la plus grossière erreur, même les lâchetés les plus basses, les magouilles les plus insolentes passent comme une lettre à la poste. Si on reconnaît les cons à ce qu’ils osent tout, on distingue les politiciens à ce qu’ils osent en toute décontraction même ce dont les cons ont honte. Julien Dray n’échappe pas à la règle.

Mieux : Il en remet une deuxième couche.

Rappelez-vous : c’était il y a six mois, et TRACFIN tombait sur des mouvements pour le moins suspects dans les comptes de l’élu. Ce rapport avait même fuité dans l’Est Républicain et j’avais, à l’époque, réussi à le compulser et à le conserver.

Je l’ai toujours, et il m’arrive, surtout dernièrement, de le relire, au coin du feu, pour me replonger dans le romantisme douillet d’un socialisme où le millier d’euros est l’unité de base. C’est réconfortant de voir ces amis des forçats de la Terre, de la plèbe et des classes industrieuses du pays jongler avec autant de facilité sur des montants qui représentent des SMICs et des SMICs emmaillotés sagement dans d’opaques transactions.

Quelque part, c’est revigorant de constater qu’il existe encore dans les socialistes de vrais roturiers qui sont prêts à mouiller la chemise dans les dures manipulations comptables et financières, dans le déplacement physique d’argent, en petites coupures non marquées chèques, à gérer, avec leurs petites mains caleuses, une demi-douzaine de comptes bancaires.

Et il est vrai que si notre modeste élu achète une petite montre par-ci ou s’abonne à une petite carte Centurion à 2000 euros l’an par là, et s’il gagne 15.000 euros par mois, il n’en reste pas moins un vrai socialiste, proche des gens de peu, la conscience de la classe ouvrière chevillée au corps.

Alors, on le comprend, notre Juju. On peut facilement admettre qu’à présent, il puisse tempêter contre les méchants qui l’ont laissé tomber dans ses moments d’angoisse financière.

Parce que malgré ces mouvements étranges, le parquet a décidé … de donner une petite tape sur les doigts de l’adolescent de l’élu socialiste : ce sera un rappel à la loi, et puis c’est tout.

Moyennant quoi, notre Centurion Rolex s’exclame, outré d’avoir été tant secoué : « Ziva, je suis donc innocent« .

Même pas, en fait. Pour qu’il y ait un rappel à la loi, c’est bien qu’il y a eu infraction, hein. Il est donc bel et bien coupable, mais le parquet juge semble-t-il inutile de poursuivre. Les élus peuvent ne pas être irréprochables. On le savait (qui a sussuré Fabius, Emmanuelli, Juppé, Léotard, … ?).

Là, on officialise simplement l’hypocrisie ambiante : l’élu a bel et bien fait quelque chose de condamnable, mais bon, finalement, ça ira pour cette fois. Comme on vous avait déjà blanchi pour l’affaire du MEDEF, cette fois, on va vous mettre un averto. Au bout de trois, c’est le blâme. Avec trois blâmes, là, on envisage la prison avec sursis.

En pratique, tout le monde (à part les plus naïfs) aura compris que Dray est un instrument pratique pour la droite : l’élu, pas très fûté et une fois « blanchi », va caqueter tout ce qu’il peut sur les vilains canards qui l’ont laissé croupir dans le caca juridico-financier.

Et pour caqueter, il caquète :

Harlem Désir s’en prend une bonne : il l’aurait lâché « parce qu’il n’avait pas le secrétariat national au Parti Socialiste qu’il espérait. (…) On l’avait fait évoluer avec des copains, etc. (…) Il est revenu à ses origines rigides. Normalement, il doit dire spontanément : (…) mon pote est dans une situation difficile, (…) je vais voir comment je peux l’aider. »

Laurence Rossignol, elle a rompu parce que dans l’équipe de direction du Parti Socialiste de 2003, elle est déléguée du bureau national, mais elle n’a pas le titre de secrétaire national. Elle me fait un caca nerveux parce que Delphine Batho a eu quelque chose, mais elle n’a pas eu quelque chose.

Arnaud Montebourg, qui s’est comporté de manière honteuse à mon égard : un jour ou l’autre, on se retrouvera.

Pour le coup, je serai heureux de voir un petit combat de catch entre Dray et le pimpant teckel frisé Montebourg. Je mise sur Dray.

Jean-Christophe Cambadélis : « il ne s’est pas bien comporté dans cette affaire. (…) Il a un problème avec sa conscience. Un jour ou l’autre, il sera rattrapé par tout ça.”

Ah oui, ça charcle bien profond, et on sent déjà les tensions s’accumuler au sein du PS, bien obligé de le supporter pour conserver un vrai gagnant – il n’y en a pas tant que ça dans le parti – en vue des Régionales qui ne s’annoncent finalement pas si faciles que ça (j’y reviendrai dans un prochain billet).

Autrement dit, le parquet, avec cette décision minimale et surréaliste, permet à la droite d’envoyer un magnifique missile dans les rangs de gauche.

Et sinon, au fond ?

Eh bien au fond, les contribuables  – qui subventionnent sans le savoir – et les généreux donateurs des associations concernées par les transferts créatifs et les petites facilités de caisses offertes au Centurion Rolex continueront de joyeusement remplir les caisses pour que notre ami puisse compléter sa collec’.

Les pauvres, les laborieux, les industrieux et les contribuables lambda, les sans-grades que Julien représentera ensuite au Parlement continueront, grâce à leur vote, de s’appauvrir pour permettre à notre édile d’ajouter quelques toquantes à son palmarès.

Un élu combatif, une justice souple et clémente, ça n’a pas de prix.

Pour tout le reste, il y a Centurion d’Américan Express et la Vème République Française.

-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.

Au passage, à noter, l’article de Chitah sur le même sujet et celui de Cultural Gang Bang :

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires11

  1. Chitah

    Merci de m’avoir linké amigo!
    Comme tu as pu le voir, j’ai une approche un peu différente : à la limite, que Dray ait été acquitté n’est pas un sujet pour moi.
    En effet, comme il bénéficie de soutiens très importants, dans le réseau associatif, certains courants du PS, côté élus d’Ile-de-France et spécialement de l’Essonne, ainsi qu’au plus haut niveau de l’Etat, gouvernement et raïs Sarkoko compris (ce dernier lui avait proposé un poste), il était à peu près évident qu’il s’en sortirait le cul propre.

    En revanche, ce qu’il balance sur ses potes est tout à fait intéressant : une question me taraude, que ne l’a-t-il pas dit avant? Comment peut-il laisser, sans rien dire, une personne qu’il considère sans envergure intellectuelle, représenter son courant d’idée auprès des français, par exemple? Si il ne l’ a pas dit, est-ce parce qu’en réalité il ne le pense pas (il fait juste le méchant en ce moment) ou parce que à l’épooque il s’en foutait (si les politiciens sont des tocards, ce n’est pas grave)?

  2. Arkh

    « il était à peu près évident qu’il s’en sortirait le cul propre »
    Bienvenue en république bananière de France. Une justice à multiple vitesses, de la corruption, une presse aux ordres, du clientélisme. Et tout les français sont au courant.

  3. EiriaTem

    Belle dérision, j’adore,

    H16 puis je vous piquer cette maxime ?

    « On distingue les politiciens à ce qu’ils osent en toute décontraction même ce dont les cons ont honte »

    Vous pouvez, bien sûr 😉

  4. glin

    A noter qu’en français, à la différence de l’anglais (eh oui !), les sigles ne prennent pas la marque du pluriel, par conséquent : « des SMIC et des SMIC », sans plus…

  5. David

    Belle plume, comme toujours.
    Un bien bel exemple de la classe politique française.
    On voudrait attiser le feu des inégalités qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Expliquez ensuite au quidam moyen que c’est mal de frauder le fisc…
    Pour ma part, ce que je trouve le plus consternant, c’est qu’on trouvera toujours des pauvres gens pour voter pour lui. Comme si, finalement, cette décision de justice l’avait définitivement lavé de tout soupçon.
    Quand j’étais petit et que je rêvais d’un monde meilleur (…) je me disais qu’il serait bon que tout homme politique, convaincu de près ou de loin de fraude devrait être écarté à vie (allez, pour 20 ans) de la scène politique : plus possible d’être maire, député, ministre, président…
    Si c’était le cas, on n’aurait plus grand monde pour nous gouverner.

Laisser un commentaire