Pour le chômage, c’est comme la dette : tout va mieux.

On pourrait croire, avec le front de nouvelles économiques qui tombent actuellement, que la situation pue. Eh bien pas du tout. Grâce au Pignoufotron de la presse branché sur Turbo, il reste une belle lumière au bout du tunnel dont on sait qu’on a largement dépassé les trois quarts, et, d’ici, on entend déjà le flonflon léger d’une fanfare qui, entonnant un air de Carla B., nous donne du courage pour les quelques mètres avant la sortie.

Tralala, zing boum,

Tralala, youpi, on voit la lumière au bout du tunnel !

C’est le Figaro qui le dit ! Profitant  sournoisement de l’opération de communication Burqa Au Volant, Ministre Au Tournant, le quotidien nous a concocté une magnifique praline au goût sucré-salé intitulée « Le chômage en baisse pour la première fois depuis dix mois« .

Aaaaah, en voilà du soulagement ! Le chômage se résorbe, la crise est passée, la reprise est certes fragile mais bel et bien présente, Christine Lagarde va pouvoir nous fagoter une jolie déclaration pimpante, et …

Et quand on voit le graphique …

Légère Baisse ? Non Mais Vous Vous Foutez De La Gueule De Qui, exactement ?

On comprend que la lumière au bout du tunnel, c’est celle d’un ICE Allemand (les TGV sont trop souvent en grève, que voulez-vous) qui nous arrive dessus. Quant aux flonflons, ils sont bien là, mais ce sont ceux d’une fanfare d’un pays communiste dictatorial avec lequel l’UMP, on s’en rappelle, fricote sans complexe.

Bien. Arrivé à ce point du constat, que dire du titre du Fig ? Malhonnêteté ? Stupidité ? Méchanceté ? Cynisme ? Bêtise ? Mélange de tout ça ?

En réalité, l’article explique rapidement ce qui se passe :

Le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté dans toutes les catégories, sauf dans celle de référence, la catégorie A où il a reculé de 0,2% soit une baisse de 6.600 personnes sur un mois. Cette éclaircie reste à confirmer.

Donc en gros, il y aurait 6600 demandeurs d’emplois de moins dans une catégorie, et partout ailleurs, ça continue à grimper, et en plus, on n’en est pas totalement sûr (de la baisse, hein – pour ce qui est de « ça grimpe », je suis prêt à parier une chemise neuve dessus).

Tout le reste de l’article est un salmigondis de chiffres pour détailler quelle partie baisse quelles parties montent, qui assomme le lecteur entre le deuxième et le troisième paragraphe, sans espoir de réanimation.

Je résume : titre pourri, contenu assommant et confus, graphique pas vraiment roboratif … Pignouferie de bon calibre.

Ici, j’ai pris l’article au Fig, mais on trouve toute une panoplie de bêtises de la même chaîne de fabrication industrielle dans les autres organes. Et comme de juste, les journalistes concernés ont tous bondi sur l’occasion de bien faire leur travail : le nombre total de chômeurs, tout compris, et tenant compte aussi des estimations des personnes qui ne cherchent plus vraiment parce que découragées ou radiées, … n’est pas disponible.

A la louche, on peut estimer que, très probablement, plus de 3.000.000 de victimes sont donc concernées de près ou de loin par le chômage (les catégories A, B, C, bien sûr, et la catégorie Z, souvent oubliée mais essentielle : la personne est sans emploi, désire travailler mais ne trouve rien et préfère rester chez elle sans trop en parler à ces buses de l’administration parce que Paul Emploi est un autiste qui lui propose des stages non rémunérés pour poser du carrelage à 300 km de chez lui).

(Et puis bon, à la limite, le chiffre exact, on s’en tamponne : le chômage est maintenant à des taux records, continue de grimper, et les ministres planchent dur dur sur une interdiction de la burqua.)

Je trouve donc que le titre manque, messieurs les journalistes, d’une certaine pudeur. Dirons-nous. Bande de truffes.

A ce titre, je tiens à signaler les articles récurrents (et, par voie de conséquence, celui de ce mois-ci) de Peuples.net qui permettent de remettre en perspective les escobarderies insolentes qu’on nous présente comme des statistiques de l’emploi en France.

D’autant que bon, ces jolis chiffres amoureusement bricolés dans une arrière-cour sombre et humide, ils ont vraiment du mal à s’accommoder avec la réalité, toujours aussi compacte, toujours aussi bêtement réelle, et qui semble nous narguer avec le taux de défaillance des entreprises, résolument à la hausse lui aussi.

Plus de défaillances d’entreprises, moins de chômage ? Allons ! Qui peut croire ça ?

Pire : qui peut le relayer dans un journal ?

La Presse Fraônçaise, pardi !

J'accepte les Bitcoins !

1FyJXrvAXEXVjdaYLWbdHxdsbDSWVkE1gC

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires18

  1. Nadia K.

    Après avoir flané parmi tous ces blogs je me faisais juste la réflexion suivante : Quelle chance de vivre en France, le pays des droits de l’homme et de la liberté d’expression, où toutes les idées peuvent être exprimées sans crainte, sans censure et en toute liberté, quelle chance !

    N’hésite pas à passer sur mon blog.

    Cordialement

    Nadia K. (Journaliste super conPétante mais toujours en vie)

    http://nadiakjournalistesuperconpetante.20minutes-blogs.fr/

    1. daredevil2007

      Oui, vous avez raison, du moins dans une certaine mesure… malheureusement, au vu de ce qui s’annonce – et même le pire n’est jamais certain – je crains fort que nous ne devions prochainement assister à un « raidissement » de notre chère république… quand on n’a plus de pognon en caisse et que l’on est criblé de dettes, le coût de la liberté et de la démocratie devient tout à coup beaucoup trop élevé…

      1. Flak

        les vrais durs sont le public intransigeant et immature comme un petit enfant qu’on a gate pendant des annees avec trop de cadeaux et pas de devoirs; la situation absolument putride des annees qui viennent va leur sembler si insultante qu’elle sera l’excuse imparable a leurs comportements a venir ni liberaux ni democrates: tout peter, taper sur les chefs, faire des bandes et des cliques aux retournements de pouvoirs incessants.

    2. Arkh

      Sauf erreur, écrire que les chambres à gaz n’étaient qu’un détail pourrait valoir un gentille prune.
      Liberté d’expression en France ? Tant qu’on reste dans le politiquement correct.

      1. Winston the only (other) one

        moi je dis que la diversité festive éco-citoyenne, c’est vraiment trop super bien… mais je ne le pense pas.

  2. Lib

    « Plus de défaillances d’entreprises, moins de chômage ? Allons ! Qui peut croire ça ? »

    Peut-être les gens qui nous expliquent depuis 30 ans que la solution au problème du chômage est de taper sur les employeurs?

      1. Flo

        On va finir par croire qu’ils savent que c’est foutu.
        D’un point de vue mathématique, rien que pour l’Etat c’est hélas limpide.

        Recettes : 254 Md€

        Dépenses : 412 Md€

        Déficit 2010 : 158 Md€ (à ajouter aux 1500 Md en cours)

        Soyons fous : on réduit de 10 % les dépenses et on augmente de 10 % les recettes. Dans l’hypothèse où il n’y a ni effondrement économique, ni émeutes, ni grèves monstrueuses, bref que les effets sur l’économie et la stabilité sont neutres.

        En 2011 on a :

        Recettes : 279 Md€

        Dépenses : 371 Md€

        Déficit 2010 : 92 Md€ (à ajouter aux 1658 Md à reporter)

        Petit problème pour classe de seconde, dans l’hypothèse d’une croissance moyenne du PIB de 1.5 % / an (malgré tout!) :

        En quelle année revient-on à l’équilibre et quel est le taux de prélèvement obligatoire (hors social) cette année là?

        Quelle est la dette cumulée au moment où l’on atteint l’équilbre?

        En qu’elle année a-t-on finit de rembourser cette dette en poursuivant à ce rythme théorique (évidemment impossible en pratique)?

        Nota : ceux qui ont fini avant la cloche pourront calculer le montant des prélèvements obligatoires cette année là (toujours hors social).

        Variantes pour les forts en thème: introduisez dans les équations les caisses de retraites, d’assurance maladie, de chômage etc…

        1. Winston (l’un) :)

          Je m’étais essayé à ce type de calcul dans un commentaire précédent :

          En continuant avec cette méthode (45G€ de dette en + chaque année) pour revenir au niveau d’il y a 30 ans :
          il faudrait 840% de croissance. Soit 27% pendant 10 ans de suite, de 11.9% pendant 20 ans ou 7.6%/an pendant 30 ans.
          La dette serait alors de +2700G€ et le PIB de +13500G€ (Le PIB de la totalité de l’UE aujourd’hui).

          En faisant un ENORME effort , c’est à dire avec un budget à l’équilibre, pour revenir au niveau d’il y a 30 ans,
          il faudrait une croissance de 434% soit : 17.8% pendant 10 ans de suite, de 8.1% pendant 20 ans ou 5.2%/an pendant 30 ans.
          Le PIB serait de 7000G€. (L’équivalent du cumul de la Chine, de l’Inde et du Japon aujourd’hui)

  3. adnstep

    Et dans le genre pignoufferies, que pensez-vous de celle-là : « Près de 120 agents de la SNCF Provence Alpes Côte d’Azur parmi lesquels 90 cheminots sont partis ce matin de la gare Saint-Charles à destination de New York (via Paris) afin d’assister à la conférence d’examen du traité de non prolifération des armes nucléaires qui va se dérouler le 3 mai prochain au siège mondial de l’ONU. Ce déplacement d’une ampleur exceptionnelle est organisé et en partie financé par le CE des Cheminots Paca, en tant que membre du Mouvement pour la paix.

    Porteurs de près de 20 000 pétitions recueillies dans les principales gares ferroviaires de la région, les cheminots vont rejoindre des milliers d’autres manifestants venus de tous les pays pour demander aux nations disposant de la bombe atomique, à la fois de stopper leur course à l’armement et de s’engager dans un processus de démantèlement de leur arsenal nucléaire. »

    Une chance que le volcan islandais n’éructe plus ;-)

    Tiens, en passant, je suis tombé sur ça : http://bit.ly/asuim4

  4. peuples

    merci pour ton exégèse de mon travail, cela fait plaisir. je l’avoue.je l’ai vu cet après midi au boulot.

    Un billet dans la lignée de ta production: toujours aussi impitoyable et décapant. cela fait du bien.

    Au Fait jean Veronis vient de dépoussiérer le classement Wikio. Celui-ci tient désormais compte des RT sur Twitter. A quand des small talks de 140 carac. sur Twitter ?

  5. David CABAS

    Comme l’a dit Jacques Généreux l’esprit de Munich régnait sur Bruxelles, la nuit du 9 et 10 mai 2010, les responsables politiques européens avaient le choix entre le déshonneur et la guerre ! Ils ont choisit le déshonneur et ils auront la guerre !

    Alors qu’il pouvait déclarer la guerre au intérêt financier, à la finance folle, à la spéculation! Ils ont choisi l’austérité pour rembourser un dette injuste !

    Vous voulez connaitre le rôle des établissements bancaires et financier dans la crise financière alors rejoins moi mon groupe http://www.facebook.com/pages/Reduire-la-Dette-Publique/116583849669

    Non à la soumission au chantage des intérêts financiers

    David CABAS
    http://www.davidcabas.fr

    1. h16

      Un mot me vient à l’esprit : lol.
      « il pouvait déclarer la guerre au intérêt financier » : oui, c’est ça.

      Ils ne pouvaient rien du tout. Ce sont des clowns qui ne comprennent rien à l’économie de base. Un peu comme toi. Quant à la dette injuste, on retombe dans le monde merveilleux des bisounours, là encore : je fais du crédit à tire-larigot, j’emprunte comme pas possible, je pisse des fonds publics par tous les trous, et une fois mes comptes dans le rouge et les abysses, je pleurniche que « c’est vraiment trop injuste ».

      Non à la soumission aux pleurnicheurs dépensiers infoutus de tenir un budget !
      Non aux bobos incontinents incompétents en gestion, finance et comptabilité !
      Non à la dépense publique sans frein ni loi !
      Rejoins moi sur le groupe http://www.facebook.com/pages/Reduire-la-Dette-Publique/116583849669 , on va kikoololer sur la dette !
      h16

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)