Belleville : une France tout d’un coup moins bisounours

Plus ça va, et plus l’actualité française ressemble à une longue liste de quartiers chauds. Récemment, on avait Tremblay ou Echirolles, actuellement, on peut facilement piocher Villiers-Le-Bel, ou encore Belleville. Jadis, on se rappelait des villes par leur spécialité culinaire, comme les bêtises de Cambrai ou les saucisses de Toulouse. Maintenant, nos jeunes têtes blondes découvriront la France au travers des quartiers où la Vème République, citoyenne, aura su pousser le festif jusque dans ses derniers retranchements…

Vraiment, quel coquin de sort ! On avait pourtant expliqué, ces derniers mois, que la France n’avait pas réellement de problème d’insécurité, mais simplement un sentiment d’insécurité. Puis on avait ensuite enquillé sur les petits mouvements volontaires de menton d’un Brice déterminé, et d’un Sarkozy prêt à tout kärcheriser. Et on arrivait doucement dans la phase où, dans le petit Burp! replet du politicien qui vient de finir un bon repas, on allait conclure tous ces beaux discours par une chanson, car en France, tout se termine toujours par des chansons.

Et d’action concrète, hormis la ponte bruyante d’une ou l’autre nouvelle loi événementielle, point ne fut prévue : la France de la République Démocratique du Bisounoursland est trop douillette et sympathique pour ne serait-ce qu’envisager une fois l’utilisation de l’un ou l’autre muscle : tout doit être mou, doux, rond, souple.

Le problème avec la réalité, c’est qu’elle se prête mal aux injonctions colériques des Bisounours.

Parfois même, comme tous les petits élastiques là qui évitent les fuites mais qui sont vraiment trop tendus sur des parties empâtées par des années d’immobilisme et de gavage aux bons gros impôts républicains, ça claque, paf, et schlââââ !, le bisounours se le prend dans la gueule (c’est un petit élastique, mais il est très tendu et très long).

Cette fois-ci, ce n’est pas une communauté de sales petits blancs fachisssses partouzeurs de droite qui se rassemble pour hurler sa haine de l’autre au prétexte que ce dernier, l’autre, l’étranger, le différent, serait un gros voleur. Cette fois-ci, ce n’est pas non plus un de ces rassemblements festifs et joyeux, destiné à chanter la vie, la liberté d’une autre sexualité ou la vraie citoyenneté rigolote et socialisante partageuse dans des rythmes endiablés technoïdes dans laquelle on saura se faire dépouiller sans ronchonner sous l’oeil attendri des médias heureux de constater qu’enfin, toute réponse musclée a été écartée de la panoplie du frétillant contribuable.

Non.

Cette fois-ci, c’est une communauté dont la France peut clairement admettre qu’elle ne fait pas souvent parler d’elle, si ce n’est à l’occasion du nouvel an chinois dont les couleurs vives et les pétarades ravit toujours JP Pernaut dans son 13H. Cette fois-ci, la communauté asiatique de Belleville en a eu assez de se faire dépouiller par des petites raclures et a décidé d’en faire une manifestation.

Manifestation pacifique qui, comme de juste dès qu’il y a manifestation en région parisienne, a attiré les petites frappes et les gouapes minables qu’on retrouve maintenant traditionnellement, de la plage au bal populaire en passant par les fêtes foraines ou les sorties de boîtes, dès qu’un peu de pognon peut se faire facilement en dévalisant sans risque, à 5 ou 8 contre 1.

Sauf que cette fois-ci, nos fripouilles se sont heurtées à une légère résistance qui a bien failli se terminer par un lynchage que, en toute honnêteté, j’aurai trouvé mérité : se pointer dans une manifestation nombreuse réclamant plus de sécurité pour y dévaliser des honnêtes citoyens, c’est demander une élimination drastique de ses gamètes par sélection naturelle, c’est implorer bruyamment un Darwin Award ; et une telle récompense, ça s’octroie toujours quand c’est demandé gentiment !

Relaté par les journalistes, on obtient par exemple ceci qui frise la pignouferie avec brio sans toutefois l’atteindre complètement (l’article contient en effet quelques informations utiles pour comprendre). On ne saura pas exactement la cause des échauffourées, mais on sent que, pour une fois, ce ne sont pas quelques jeunes déçus qui ont exprimé leur désappointement.

République du Bisounoursland

En voyageant un peu sur le web, on trouve quelques autres éléments de réflexion, qui permettent de dresser le constat suivant : cela fait des années que Belleville et les quartiers périphériques subissent des vols à l’arrachée, que la réponse de la police est grossièrement inadéquate, et que les autorités semblent s’en foutre ouvertement.

Concernant la police, on comprendra qu’à force de devoir relâcher les petites crapules avant même que l’encre des papiers de rapport d’arrestation soit sèche, les forces de l’ordre, lassées, se cantonnent aux affaires les plus graves, par exemple quand l’une des victimes fait feu sur l’étron qui tente de s’enfuir après un vol avorté.

Maintenant, on lira avec délectation les contorsions folliculaires sur le sujet où chaque journaliste se précipite pour expliquer la nature non raciste des agressions et l’absence de racisme aussi dans la réponse de plus en plus exaspérée de la communauté asiatique ; on comprendra, dans l’ambiance qui règne actuellement, l’insistance sur le sujet : elle semble nécessaire pour éviter qu’on puisse, de près ou de loin, taxer de fascisme, de poujadisme, ou de démagogie sécuritaire ceux qui auront relayé l’information de la rébellion des Asiatiques, qui ont – oh ! – l’inconscience politiquement incorrecte de dire ouvertement qu’ils sont agressés par des Noirs et des Maghrébins.

(A ce sujet, je suis à peu près sûr, en écrivant ces quelques lignes, d’avoir le droit à de croustillants commentaires qui me prêteront, il va de soi, toutes les sombres pensées nécessaires à compléter ma panoplie de libéral mangeur d’enfants communistes…)

Bref.

La France traverse, on le saura, une crise financière et économique grave, qui va jeter dans la rue et le chômage un nombre toujours plus grand de personnes. Mais elle traverse aussi, depuis des années, une autre crise, sociétale celle-là, en ce que son Etat est devenu incapable d’assurer le minimum de sécurité sur son propre territoire. A chaque nouvelle avancée progressiste frétillante, à chaque avortement du débat sécuritaire au prétexte qu’il pouvait, certainement, déraper vers les zeures les plus sombres de notre zistoire, on a accru l’ampleur de la crise et ses effets.

De plus, pendant des années, on a joyeusement confondu l’anti-racisme et la lutte contre une xénophobie autant fantasmée que réelle avec un laxisme excusant et lénifiant qui aura permis l’installation de droits nouveaux, non écrits mais bien réels, plaçant ceux qui s’estimaient différents au-dessus des lois du vulgum pecus, bêtement normal. On a généreusement excusé au nom de la pauvreté ou de la difficulté de s’insérer dans une méchante société discriminante des débordements et des comportements qui n’auraient jamais dû l’être ; d’excuses en disculpation, d’alibis plus ou moins mous en justifications bancales, on en est arrivé à tout supporter, trouver tout sinon normal mais au moins logique ou pas directement condamnable. Le résultat est à la hauteur des efforts déployés : un désastre sur tout un territoire…

Si, à présent, on conjugue la crise économique à cette crise sociétale profonde, et si l’on y ajoute la crise institutionnelle provoquée par des élites de plus en plus délitées, médiocres et cyniques, on obtient un mélange détonnant : non seulement, l’avenir promet d’être nettement moins riche, mais il promet d’être aussi beaucoup plus violent.

Sale temps pour les bisounours.

—-

A noter : l’article de l’Hérétique, sur le même sujet.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires55

  1. NeBu

    Excellent article, comme toujours et belle analyse. Je me demande juste une chose…est-ce tu t’ouvres à ce type de réflexion pour la simple et bonne raison que de plus en plus de langues se délient (les finkielkraut, les zemmour, l’équipe de France…) ou par intime conviction?

    1. Il est plus facile d’en parler maintenant, mais la conviction existe depuis un moment (ce blog le prouve, cherche dans les articles précédents 😉 )

  2. Mateo

    Et bien, la communauté asiatique nous montre l’exemple. Bravo à eux, même s’ils ont quelques peu débordé en s’attaquant également, si j’ai bien tout compris, aux policiers. Quelles idée aussi de vouloir protéger ces p*** de racailles de m***. Je m’emporte…

    L’état, dont ça devrait être la mission principale (voire unique, pour certains), n’assure plus depuis longtemps la défense de nos droits les plus simples. Nous nous défendrons nous-même! Et ça risque d’être moins « diplomatique » que la défense prétendument assurée par l’état.

    Concernant les policiers, parlez avec eux si vous en avez l’occasion. Non seulement ils en ont ras-le-bol de travailler pour rien, les racailles étant relâché le lendemain, mais en plus les consignes qu’ils reçoivent « d’en haut » sont l’exact opposé des discours clamées par Sarko & Co. Les consignes sont: « surtout ne faites pas de vagues, laissez couler »! C’est que vous comprenez, les émeutes tout ça, c’est pas bon pour mon image et ma réélection…
    Allez un petit exemple, rapporté d’une discussion très récente avec un ami policier: dans ma ville natale, si la police veut faire une interpellation dans un des quartiers gitans, les policiers doivent d’abord appeler le « chef » des gitans pour qu’il autorise l’interpellation et s’assure qu’elle se déroule sans heurts…

      1. philippepsy

        J’ai toujours eu du mal à soutenir nos braves policier. Parce que celui qui vient chouiner que l’état l’empêche de faire son travail, peut se révéler le lendemain comme étant le roi des connards qui vous alignera parce que vous avez dépassé de 2 km/h la limitation de vitesse. De plus en plus, je vois en la police une sorte de milice au profit exclusif du pouvoir que l’on paye avec mon fric.

        C’est exactement ce que je vois chaque jour en face de mon cabinet : deux voitures de police mobilisées quotidiennement pour aligner de l’automobiliste et rien que cela. De la même manière je constate que ces mêmes pandores, lorsqu’ils s’arrêtent pour acheter à déjeuner chez le traiteur chinois ne sont pas soumis aux mêmes règles que moi : leur véhicule est garé n’importe comment à l’arrache. Tout ceci est inadmissible, on se croirait dans une république bananière. Et que dire du comportement des fliquettes qui vous arrêtent !

        Si un flic pense que l’état qui l’emploie le prend pour un con, alors qu’il se barre de la police comme semble l’annoncer le lecteur qui a publié ci dessous.

        Pour le moment, comme hurlaient les gauchistes : police partout, justice nulle part !

        1. Oui et non. Tout d’abord, ce ne sont pas toujours les mêmes qui verbalisent les infractions routières et ceux qui vont dans les cités. D’autre part, leur comportement est assez compréhensible lorsqu’on les oblige à d’un côté ne pas faire ce pourquoi ils sont rentrés (pour la plupart) – i.e. aider le citoyen, le protéger – et faire d’autre part un job pour lequel ils savent pertinemment qu’ils seront mal vus. Si on note qu’en plus, ils font un job qu’ils ont choisi, on comprend que quitter le corps de métier ne soit pas si simple.

          Bref, je serai plus nuancé. Et pragmatiquement, lorsque tout va partir en sucette, les flics et les soldats seront les seuls remparts qui nous resteront peut-être…

        2. chrome

          @ Philippe psy

          Totalement d’accord avec un bémol.
          Tenez encore un exemple : les mariages musulmans. Dans la commune ou j’exerce (mais c’est un peu partout pareil), les musulmans se comportent en pays conquis, perturbant la tranquillité, mettant en danger les piétons en slalomant autour d’eux, utilisant des hordes de motards non casqués pour réguler eux même la circulation à leur profit, bloquant l’autoroute avec des véhicules en ligne et pancarte « mariage musulman » à l’appui (une façon de dire « on vous emmerde »). Ceux qui protestent sont insultés voir agressé et ça dure depuis des années. Dernièrement cependant, les pouvoirs publics ont commencé à taper du point sur la table et à monter des procédures contre ces gens. Pourquoi cette prise de conscience soudaine? Madame le Maire a fait les frais de leurs petits dérapages festifs et a été prise à partis verbalement…

          Le bémol maintenant : il est parfois difficile de quitter son boulot. Le policier qui a trouvé sa place ici n’a pas forcément la possibilité de faire autre chose. Se former coute très cher. Alors, souvent il reste dans la police. Vous même, si demain, l’État avec sa manie de s’occuper de tout rend votre profession impossible à exercer (responsabilité automatique en cas de suicide de vos clients par exemple ou tracasseries administratives en tout genre), que ferez vous? Changerez vous de métier? Allez vous encore une fois repartir de zéro? Je ne crois pas que vous serez du genre à vous plaindre, mais tout le monde n’est pas capricorne… 🙂

          @ h16 :
          « Et pragmatiquement, lorsque tout va partir en sucette, les flics et les soldats seront les seuls remparts qui nous resteront peut-être… ». C’est gentil mais ne vous faites pas trop d’illusion. Les forces de l’ordre seront utilisées au profits exclusifs de la nomenclatura française et seront payées pour mater la population si d’aventure il lui prenait l’idée de mener une petite révolution. La seule garantie actuelle que la France ne devienne pas une dictature genre URSS est que nous sommes trop bordéliques et incompétents pour parvenir à être efficace. C’est ce qui nous sauve pour le moment. Mais si nos « zélites » sont menacées par cette vulgaire populace, soyez certain que la France saura faire honneur à son modèle idéologique.

          1. Les forces de l’ordre seront utilisées au profits exclusifs de la nomenclatura française

            Au début, oui, tout à fait. Et puis quand celle-ci aura rétrécit de 20 cm par le haut (on aime bien ça, en France), les flics et les soldats pourraient être recrutés par la population pour ce qu’ils savent faire.

        3. philippepsy

          Mon cher H,

          Je note que vous défendez plus facilement le flic que le guichetier de la poste. Pourtant, le guichetier de la Poste, quelque soit son statut, vit aussi ce que nous vivons.

          Je ne fais que relater ce que j’observe et ces observations ne sauraient évidemment valoir pour la police nationale dans son entier.

          En revanche, ce qui est intéressant est de constater que la police nationale est un corps dans lequel on se suicide beaucoup (sans doute plus qu’à FT).

          Il est certain, et cela a été prouvé en psychologie du travail, que travailler contre ses valeurs est la plus grande souffrance qui existe.

          Dans tous les cas, comme je le disais à mon jeune ami en ce moment en stage aux USA à qui j’explique qu’il ne faut pas revenir mais faire sa vie là-bas, ce pays est foutu.

          Sur ce point, nous sommes tous les deux d’accord.

          1. « Je note que vous défendez plus facilement le flic que le guichetier de la poste »

            Ah bah oui : le flic est armé, pas le postier 🙂

            (et sinon, je suis effectivement d’accord avec vous, mon cher P.)

        1. Flak

          quelle bande de gros blaireaux.gachage de fric ridicule.
          Rahhhhhh trop de connerie, c’est trop de connerie.
          insupportables BLAIREAUX

        2. Flak

          « Soutenu par le syndicat Sud-PTT, le facteur, qui est noir, se dit victime d’une arrestation au faciès. Il va adresser un courrier au procureur de la République et à la Halde (la haute autorité contre les discriminations). »

          en fait ce que la fRance merite c’est juste un tapis de bombes bien dense.

  3. Flo

    « C’est à cause d’un vol de sac à main d’une femme dans le cortège que le rassemblement a dégénéré. D’après plusieurs témoignages, des manifestants chinois ont pris à partie les voleurs qui ont dû se réfugier dans le commissariat avec le sac, pour éviter le lynchage. »

    Bah là au moins le flagrant délit, avec pièce à conviction, auteurs des faits et aveux, est clair et livré à domicile port payé!

    1. NeBu

      Intéressant de voir la réaction de ces pseudo-caïds. Avoir peur de la réaction des manifestants et aller se réfugier avec le sac dans un commissariat…ils n’ont vraiment pas d’honneur.
      Pour moi, cette réaction prouve une chose : Répondre à la violence par la violence, ils se calmeront rapidement et n’auront d’autre choix que de rentrer dans le droit chemin

      1. Flo

        L’Etat se retrouve à nouveau dans une position ubuesque.
        Nos fonctionnaires payés avec nos impôts sont obligés de mettre leur vie en danger pour soustraire des agresseurs aux conséquences possiblement douloureuses de leurs actes.
        Ce genre de siutuation va hélas se produire de plus en plus souvent dans les prochains mois et dans un contexte de chômage de plus en plus important, de déficits abyssaux, de prélèvements et d’impôts de plus en plus élevés, de prestations forcément réduites et de violence accrue, les élections de 2012 vont être vraiment rock’n roll.

        1. chrome

          Exact.

          Il y a quelques jours, j’expliquais à un jeune collègue de travail (je suis policier) pourquoi je souhaite quitter la police, pourquoi j’avais entrepris des formations pour le faire (je ne souhaite pas devenir RMIste…). Une des raisons que je lui donnais était que, précisément, je pense que nous recevrons de plus en plus l’ordre de nous opposer aux honnêtes gens excédés par l’insécurité et les abus de l’Etat. J’ai bien peur qu’en france, seulement deux crimes soient très sévèrement sanctionnés : ne pas payer ses impôts et prendre en charge sa propre sécurité en se faisant justice sois même.

          Se faire justice sois même : ça peut faire frémir certains mais que pensez vous du jugement suivant : quelques jours de prisons avec sursis of course et des dommages et intérêts qui ne seront jamais payés naturlish. Les faits : une agression ayant occasionné 32 fractures de la machoire pour la victime. Je ne pensais même pas que c’était possible de placer 32 fractures sur une machoire. Ah, j’oubliais : la réaction de l’agresseur au rendu du jugement : un bras d’honneur, des insultes et des menaces à la famille de la victime. Bien entendu, il n’a pas été plus inquiété pour sa conduite au tribunal que les racailles qui scandaient, à l’occasion du jugement d’une bande de jeunes déçus auteurs de viol en réunion dans une cité, « libérez les, c’est une blanche, elle est faite pour ça » (la « blanche », c’était la victime des viols, vous l’aurez compris. Inutile de s’appesantir sur les origines des violeurs qui est la même que notre spécialiste en fractures concentrées de la machoire).

          De plus en plus, les honnêtes gens sont passés par profits et pertes. Sachez le, vous n’êtes plus défendu ni protégé. Prenez vos dispositions en conséquence. Méfiez vous des regroupements festifs genre « fêtes de la musique », ne laissez pas vos enfants y aller seul : ce sont de véritables embuscades et le risque n’est pas seulement de se faire dépouiller d’un portefeuille et de quelques biens. L’agression est souvent ouvertement raciste et s’accompagne de violences qui laissent des marques physiques et psychologiques (agression sexuelle, traitements dégradants souvent). L’information n’est bien évidement pas diffusé aux informations.

        2. Mateo

          @ chrome

          Est-ce que vous confirmez aussi les paroles de policiers que j’évoquais plus haut, à savoir que les consignes qui leur sont données par la hiérarchie sont de ne pas surtout pas faire de vagues et de laisser couler?

        3. daredevil2009

          Parce que vous croyez que rien ne se passera d’ici là? Moi, j’ai des doutes… au train où la situation dérape, je crains le pire!

        4. Flak

          « J’ai bien peur qu’en france, seulement deux crimes soient très sévèrement sanctionnés : ne pas payer ses impôts et prendre en charge sa propre sécurité en se faisant justice sois même. »

          parce que ce sont les fondements meme de la contestation du pouvoir de l’etat.

        5. NeBu

          Je suis scandalisé par vos propos…non pas parce que je ne peux les admettre mais justement parce qu’ils confirment ce que je vis, ce que je ressens.
          L’échéance 2012 est trop lointaine. Le gouvernement va devoir lâcher du lest et des milices se formeront.
          Mon ami bosse en restauration rapide, en tant qu’Assistante de Direction. Tous les soirs, elle appelle les flics. Ils ne viennent plus, sauf après avoir insisté. Ils arrivent 2h après les incidents. Je ne compte plus les fois où j’ai du me lever en pleine nuit pour aller sécuriser sa sortie du restaurant minuit passée, couteau de cuisine dans la manche et batte de baseball dans la voiture. Inutile également de préciser que j’ai une fois pris un coup de tournevis dans le flan pour avoir osé sortir d’un club…
          Dégouté par cette France. J’étais à 2 doigts de m’engager pour porter haut les couleurs, mais servir pour cette France, pour ce président, pour cet UMPS, je ne peux pas…

        6. chrome

          @ Matéo.

          Oui. « Je préfère que vous preniez un coup de couteau dans le ventre que d’avoir à gérer des émeutes dans les quartiers sensibles ». Parôle d’un procureur plutôt favorable à la police à des policiers en formation…

          @NeBu :
          « Des milices se formeront » : peut être mais n’y comptez pas trop quand même.

        7. Mateo

          Merci chrome pour la réponse, qui confirme une fois de plus ce que j’ai entendu à plusieurs reprises.

          Il faut donc le dire, le redire, le crier, en parler tout autour de soi: il y a une VOLONTÉ DÉLIBÉRÉE de la part des gouvernants de PROTÉGER ces délinquants, de NE RIEN FAIRE pour les arrêter et les sanctionner (hormis pour quelques cas médiatisés), de NE PAS ASSURER LA DÉFENSE les honnêtes citoyens, en bref de NE PAS ASSURER sa mission première: la défense des droits naturels de chacun.

          Dans ce cas, il ne reste plus qu’une solution: s’armer pour assurer soi-même sa défense.

    1. Enorme. On me dit parfois que j’exagère avec ma section « Pignouferies de Presse »… Mais là, comment un journal peut s’autoriser à laisser passer des articles pareils ?

      1. Winston (l’autre)

        Vous avez vu les signataires ?
        La bien-pensance blessée et de plus en plus acculée va se battre avec l’énergie du désespoir. Plus ils seront outranciers, plus on peut supposer qu’ils se sentent en danger.

    2. Mateo

      Hallucinant! Tout bonnement hallucinant!

      Pour ceux qui, comme moi, ne cliquent pas forcément sur les liens, voici l’introduction de « l’article »:

      « A Villiers-le-Bel, les 25 et 26 novembre 2007, un renversement s’est produit : ces gamins que la police s’amuse de mois en mois à shooter ont à leur tour pris leurs aises avec ceux qui les ciblent. Ces quartiers submergés par une occupation devenue militaire ont, un temps, submergé les forces d’occupation. Les roueurs ont été roués. L’espace de deux soirées, la peur a changé de camp. »

      1. Flo

        Les réactions des lecteurs sont sans appel.
        On commence, dans les différents articles ou les commentaires, à voir apparaître l’origine des agresseurs et des inculpés.
        Mots qui il y a encore deux mois valaientt menace de licenciement pour celui qui les prononçait.

      2. scaletrans

        Flanquer une bonne branlée aux auteurs de cette saloperie, et aux dirigeants du torchon qui l’a publiée, voilà ce qu’il faudrait faire… et avec la « longue épée » peut-être.
        C’est à vomir.

  4. Kassad

    « comme le bon Tocqueville louait durant le massacre de juin 1948 ces troupes qui «font admirablement leur devoir» »

    J’ai arrêté la lecture de l’article sur cette phrase montrant la profondeur des connaissances historiques de ses auteurs…

    J’en reste confondu : l’équipe de france de foot a presque trouvé un autre groupe plus ridicule qu’elle. Impossible n’est pas fRançais…

    1. Yul

      Je suis écoeuré.

      Par Sarkozy, qui est un tartuffe.

      Par la gauche, qui est un ramassis de censeurs incultes, les terroristes intellectuels qui ont empêché tout analyse lucide de la situation, au nom d’un marxisme qui perçoit le monde de manière binaire (et fausse) et d’un post-modernisme qui ne perçoit rien du tout.

      Je les hais.

      Ils ont assassiné mon pays.

      Et l’aveuglement lyrique persistera jusqu’à la guerre civile.

      Les gauchistes comprennent le monde avec un « filtre inverseur »: ils défendent les racailles de banlieue, les fondamentalistes du Hamas (à coup de manifestations communes), et accablent les victimes.

      Je ne suis pas surpris que les voyous soient relâchés aussitôt: la magistrature, en France, est majoritairement de gauche, comme les media et l’éducation nationale. Ils peuvent remercier Gramsci.

      En revanche, ces âmes vertueuses qui sont intraitables envers le racisme, et ne manquent jamais une occasion d’évoquer les heures sombres de notre histoire récente, sont les mêmes qui excusent les dictatures réputées de gauche. L’internationale était un chant d’espoir, ai-je entendu un jour. L’URSS était un modèle social où régnait la raison et la solidarité, ai-je lu sur un forum. Les millions de morts de la famine de 1932 en Ukraine et de 1958 en Chine ne sont rien en comparaison de l’exploitation des petits enfants par les capitalistes qui leur font fabriquer des chaussures pour un salaire de misère. Et ceux qui froidement, un cocktail à la main, te disent que bien sûr, il faudra mettre les ultra-libéraux dans des camps le jour de la Révolution.

      Vraiment, je les hais.

  5. Théo31

    Ca rappelle, qu’à La Rochelle, les commerçants qui avaient organisé la résistance contre les crevures qui venaient les racketter ont eu des emmerdes avec les flics pour avoir fait tout simplement leur boulot : les flics et le préfet avaient été informés des violences subies, mais bien sûr, il faut « laisser couler », sauf que ça ne coule pas qu’au figuré.

    Tiens dans l’Immonde, j’ai relevé cette phrase énormissime du maire du quartier :

    « La mairie se félicite du mouvement, signe ‘très positif d’intégration, la manifestation faisant partie des codes culturels français' ».

  6. Phantom

    Eh beh dit donc, voir des asiates manifester et être responsables de débordements… Ils ont vraiment dû être dans une merde pas possible pour en arriver là! 😀

    Je suis un peu triste de voir ce qu’est devenu Belleville, ayant vécu là bas (ou presque), c’était un endroit de Paris où Juifs, Arabes, Asiates et « Français » cohabitaient ensemble de manière pacifique. Ca l’est sans doute encore (en tout cas je l’espère!), mais c’est surtout très triste quand on sait qu’ils se battent tous entre pauvres, car les asiates de Belleville sont pauvres et ont beaucoup de difficultés contrairement à une idée reçue sur les Asiates et l’argent.

    Je pense qu’il y a peut-être aussi une part de responsabilité chez les asiates eux-mêmes car les asiates (surtout ceux de Belleville qui sont les moins « intégrés »), même si ça fait un peu cliché, n’appellent pas naturellement la police lorsqu’ils subissent la violence. C’est pour ça que voir une telle manifestation est assez rassurant, elle montre que cette communauté s’est mieux « intégrés » avec le temps!

      1. Phantom

        J’y ai vécu jusqu’au début du collège, en gros durant toutes les années 80 et j’ai toujours un oncle et des connaissances qui vivent toujours là-bas. J’ai vécu un peu partout à Paris, de l’est dans le XIXe et XXe jusqu’à l’ouest dans le chic XVIe mais je n’oublierai jamais mes racines qui sont dans le coin.

        Quand j’étais petit, à l’école de Belleville (qui se situait en fait plutôt du côté de Pyrénées mais dont le secteur couvrait en fait une très grande partie de Belleville) la mixité ethnique était une réalité et même si tout n’était pas rose la cohabitation et les échanges se faisaient en toute intelligence, Juifs, Arabes, Asiates et « Français » on était tous pareils. Les commerces ethniques étaient entremêlés, les Juifs et Arabes possédaient des boutiques dans la partie haute de la pente de Belleville (boutiques de jouets, des bazars et de prêt-à-porter) et la partie basse vers Couronne (plutôt alimentaire), les Asiates possédaient tout le milieu.

        Aujourd’hui les Juifs et Arabes possèdent encore une partie de Couronne (vers Darty), les Arabes ayant encore une présence sur toute la partie basse de Belleville, on peut encore lire de l’hébreu et de l’arabe sur les vitrines mais j’ai l’impression que de nos jours beaucoup de ces boutiques s’orientent vers le semi-gros. Tout le reste de Belleville appartient aux Chinois (je précise bien « chinois » car les Vietnamiens ont quasiment disparu du quartier et ce sont dispersés dans la capitale, il reste néanmoins encore un grand restaurant vietnamien rue Louis Bonnet: Ta Ming, probablement le meilleur restaurant vietnamien de la capitale).

        Ce qui caractérise pour moi Belleville, c’est ce vivrensemble qui a vraiment existé (des Juifs en chapeau qui se promène dans les boutiques chinoises, des « Français » qui discutent avec des Arabes au PMU, etc.), sans vouloir faire la propagande pour les républicaneux-socialeux, une communauté arabe exemplaire par rapport à ce qu’on trouve ailleurs (en banlieue et tout) et une cohabitation entre Juifs et Arabes qui ne fait pas de vague (même si je me doute bien que depuis la deuxième intifada et ce qui se passe au Proche-Orient beaucoup de choses ont changé), une communauté chinoise récente moins éduquée que celle du XIIIe arrondissement.

        Moi en fait ce qui me « choque » dans les différents articles sur Belleville actuellement, c’est la négation du caractère ethnique des éventuels conflits à Belleville (enfin bon, ça ne m’étonne pas tant que ça à cause du politiquement correct), il faut vraiment être un bobo qui a de la merde dans les yeux pour ne pas voir que presque tout ce qui se passe à Belleville a un caractère ethnique, les habitants eux-mêmes parlent d’Arabes, de Juifs et de Chinois de manière naturelle sans arrière-pensée depuis très longtemps…

        Ce qui semble avoir changé, c’est qu’il y a des Noirs à Belleville de nos jours, ça c’est quand même relativement nouveau car il n’y avait pas de communauté noire à mon époque.

        Ca me rend un peu triste de voir ce qu’est devenu Belleville (après la lecture de tous les articles que j’ai trouvé sur internet sur cette manifestation) 🙁

  7. adnstep

    « Non seulement, l’avenir promet d’être nettement moins riche, mais il promet d’être aussi beaucoup plus violent. ». Et surtout plus amusant.

  8. Alex6

    La solution est connue, reduire drastiquement les depenses de l’etat un peu partout et creer des milices d’intervention type GIGN pour nettoyer le pays.
    Pour le moment, la racaille n’est pas vraiment organisee donc l’action localisee et violente peut resoudre le probleme. Attendre plus longtemps fera basculer le pays dans la guerre civile et la je doute que le citoyen « moyen » s’en sorte bien…
    C’est bien sur la derniere option qui sera choisie, triste avenir qui se prepare.

    1. Flak

      « des milices d’intervention type GIGN »

      une milice ne peut pas ressembler a une troupe d’elite.Tu vas avoir des gerards avines armes de fusils de chasse.Et des debordements.
      De toute facon si moi je m’y mets ce ne sera pas pour faire le planton, mais plutot de la punition active.

  9. simple citoyen

    Ce qui est doublement choquant est la réponse de l’édile du 20ème: «Nous sommes d’accord pour créer un comité de pilotage unique, explique le maire du 20e arrondissement, Frédérique Calandra. Il s’agit de simplifier la vie des ressortissants chinois, mieux prendre en compte leur demande.»
    En gros, on va faire pour les chinois ce qu’on refuse aux autres habitants n’appartenant pas à une minorité ethnique…

      1. Alex6

        Commentaires etonnants effectivement, il me semble de loin qu’un fort retournement de tendance est en train de s’operer et que la propagande pro-immigration blablabla a fait long feu.
        On notera au passage les 2 interpelations pour 200 « tres » jeunes (« tres » c’est quel age, 12 ans?) blaireaux, ca fait un petit 1%, belle performance!

  10. Marine

    Il y a des moments où on se sent Chinois de France!
    Merci à vous pour cette remarquable analyse.
    Va-t-il falloir que les citoyens français conscients de la faillite de ce Bisounoursland prennent le train en marche et s’associent au mouvement que d’autres auront généré? Pas trop glorieux pour nous, tout ça, mais après tout, on en a l’habitude.
    Sait-on si cette manif avait été annoncée publiquement dans le secteur, ou si c’est le bouche à oreille qui les a mobilisés? Ou Facebook, comme d’habitude? Est-il possible qu’ils préviennent plus largement, la prochaine fois? Ou ont-ils envie/besoin que cela reste une protestation de leur communauté, alors que tout le monde a les mêmes problèmes avec les « cailleras »?

  11. Ico

    – Pour haineux qu’est l’auteur du billet on peut dire que sa plume ne s’en porte pas trop mal.
    – Mais quand on a des ailes de moineau et qu’on veut voler comme un aigle le ridicule pousse vite à l’écrasement.
    – Le style est juge et partie, condamnation ici de ses propres travers sur l’autel de l’abondance.
    – La démonstration sous-jacente est sans assise et pleine de truismes.
    – La pensée de l’auteur n’est pas clairement identifiable.
    – En première analyse, on discerne certaines postures idéologiques essentiellement marquées par les contre-pieds sévères à la pensée dominante.
    – Mais

      1. H17

        « …La bave du crapaud n’empêche pas la caravane de passer !… », comme disait Horst Franck dans les Tontons.
        Et j’ajouterais: c’est curieux, chez les c…, ce besoin de faire des phrases!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.