Laïcité : l’UMP froufroute trois heures et s’oublie sur le tapis

Dernièrement, entre le boulet programme du PS et les âneries gluantes des vieux débris insomniaques, on a eu une assez bonne idée de ce que les socialistes de gauche savent produire. Étudions à présent ce que ceux de droite, jamais en reste d’une bonne goulée d’alcool de couleuvre saupoudrée de poudre de perlimpinpin, peuvent excréter lorsque l’actualité électorale les y accule.

Vu le tintouin dans les médias, il ne vous aura pas échappé que les socialistes de droite font absolument tout pour pousser des colombins produits par l’extrême-droite dans le proverbial ventilateur de la presse, qui tourne actuellement à plein régime. Le résultat est, on s’en doute, très graphique et ferait sans doute l’objet d’une subvention publique aussi quelconque que coûteuse s’il était produit dans le cadre d’une exposition exceptionnelle d’un artiste slovaque au nom ridicule expatrié en France grâce aux bons soins de Frédéric Mitterrand, par exemple.

Mais là, on a simplement droit aux petites particules fécales abondamment répandues dans les journaux, les sites internet, les télévisions et les palpitants reportages que des brochettes de journalistes désœuvrés nous proposent en désespoir de sujet réellement pertinent.

L’actualité est si calme, actuellement, que voulez-vous.

Bref.

Ici, je pourrai parler de Copé, de Morano, de Guéant et des autres qui, tous, ont lâché l’une ou l’autre petite phrase croustillante dont l’analyse serait certainement amusante. Mais pour cette fois, je me concentrerai sur l’élément le plus radioactif du réacteur atonique de la majorité présidentielle : la liste des propositions, au nombre de vingt-six, qu’ils nous ont pondues pour tenter de faire croire à une réflexion de groupe.

Copé, un politicien qui inspire confiance.

On comprend en effet dès la première salve qu’il n’y a pas besoin d’analyser les saillies ridicules de nos pantins politiques : le résultat se suffit à lui-même.

Ainsi, la première proposition : « Adopter une résolution parlementaire réaffirmant l’attachement aux principes républicains, spécialement ceux de laïcité (avant l’été)« . Ceux qui ont du gel dans les cheveux, à la lecture de cette proposition foudroyante, en seront quittes pour refaire leur coiffure. Le souffle de l’explosion est trop fort : l’UMP propose, avant toute autre chose, de faire écrire par nos députés grassement payés un petit paragraphe pour dire qu’ils sont d’accord avec un principe défini il y a des douzaines d’années que personne ne remet en cause.

Indispensable. Monumental. Marquant.

On sent que le jeu sera serré.

La seconde proposition est du même acabit : « Elaborer un recueil exhaustif des lois, règlements, circulaires et jurisprudences relatifs à la laïcité (avant l’été)« . Ils vont avoir un mois de mai studieux, les braves pépères. Une remarque me traverse l’esprit et un soupir le gosier : serait-ce à dire que, messieurs, vous fîtes un débat sans avoir préalablement fait l’état des lieux que vous visez ici ? On a placé la charrue avant les boeufs qu’on n’a pas encore achetés. Tout va bien, nous sommes en France.

Beaucoup plus lolesque, la troisième boutadeproposition : « Rédiger un Code de la laïcité et de la liberté religieuse (après 2012)« . C’est le « après 2012 » qui emporte le gros lot ! Eh oui : avant, ce serait politiquement épineux, voyez-vous. Elections, tout ça, vous voyez ?

Le courage de la majorité présidentielle laisse songeur. Et il s’agit, au départ, de ces mêmes personnes qui envoient actuellement nos soldats dézinguer du Libyen, exploser sur des mines afghanes ou exfiltrer des Français de Côte d’Ivoire. Là, il s’agirait simplement de donner un code de conduite sur le sujet, mais zut de zut, c’est la panne du petit raisin sec qui leur sert de couille qu’ils ont en time-sharing avec les élus de gauche.

Heureusement, à partir de là, ça devient sérieux : « Consacrer par voie législative l’interdiction de se prévaloir de ses croyances religieuses pour s’affranchir des règles communes régissant les relations entre collectivités publiques et particuliers. » … Mais dites moi, exactement, depuis quand la loi permettrait-elle de s’affranchir gnagnagna comme vous dites ? Il me semblait naïvement que la loi républicaine était la même pour tous ? On m’aurait menti ? Ou me pipeauterait-on avec cette nouvelle proposition ? Dans le premier cas, je me verrais forcé de vous traiter de filous, messieurs de la majorité pestilentielle ! Dans l’autre cas, je serais obligé de vous prendre pour de fieffés menteurs ! On retrouve, dans les propositions 11 et 12, exactement le même aveu honteux que la loi, la simple loi existante, n’est pas appliquée et qu’il faudra donc en ajouter une couche.

Diable.

Les propositions suivantes permettent-elle d’y voir plus clair ? « Prévoir dans le programme scolaire obligatoire un enseignement du principe de laïcité« , « Former à la laïcité tous les agents des services publics« , « Développer avec les universités un module de formation aux principes républicains, et spécialement à la laïcité, pour les ministres du culte » « Former les responsables des ressources humaines et les inspecteurs du travail« … Tout ceci fleure bon le retour à l’école, youkaïdi, youkaïda : avec les cours d’éducation civique et morale, on va ajouter quelques heures d’enseignement sur la laïcité, sur le besoin indispensable de bien séparer l’état de la religion parce que sinon, la société française, et, partant, toute la civilisation occidentale, va se déliter.

Ça promet. Avec des élèves qui, objectivement, n’en auront absolument rien à foutre, surtout qu’ils ne savent pour la plupart ni lire, ni écrire, ni tenir un raisonnement, précisément parce que les enseignements de base sont bouffés par une myriade de pustules républicaines étatiques du même tonneau, tout ceci promet de grands moments de solitude pour les équipes enseignantes. On dirait… on dirait du Pécresse, tiens.

À ce point du billet, un petit bilan s’impose : on n’a pas fait ici la moitié des propositions, et c’est déjà un festival de n’importe quoi froufroutant dont tout indique qu’il s’agit essentiellement d’occuper le terrain médiatique sans la moindre action concrète mesurable par la suite.

Les autres propositions, péniblement ridicules, confirment ce constat : on nage systématiquement dans des recommandations floues et peu cadrées ou des conseils vagues (encourager, assouplir, élaborer, prévoir, clarifier, réfléchir), inapplicables en pratique.

On oscille entre les permissions, présentées comme généreusement accordées par la République à ses citoyens, et les interdictions, immixtions sans le moindre scrupule dans la Vie Des Autres parce que l’état sait mieux que vous-même ce qui est bon pour vous ; non seulement, la laïcité est devenu une obsession des politiciens, mais en plus, cette obsession doit s’imposer dans les entreprises privées, par exemple.

A lire ces propositions, on se rend compte que chaque cas particulier où un pratiquant se sera heurté à la froide administration républicaine sert de prétexte à étendre la non-solution — qu’on se sera empressé de ne pas trouver localement — à l’échelon national, le tout, dans la fanfare exagérée que ce débat artificiel aura généré.

Mais surtout, rien de tout ceci, ni le débat, ni les propositions, ne répond réellement à l’attente des Français qu’on peut résumer d’une façon balistiquement simple : les lois existantes doivent être appliquées. Il n’y a pas besoin de nouvelles aventures législatives, de nouvelles chartes ou de nouveaux débats, et encore moins des gesticulations grotesques d’une poignée d’élus en mal de médiatisation.

En revanche, il y a un fort besoin de courage. Il est plus que temps que les petites billes sèches de certains primates du gouvernement se raffermissent un tantinet pour expliquer, par exemple, que toute manifestation dans la rue nécessite une déclaration en préfecture, qu’elle doit conserver un caractère exceptionnel, et que sans ça, c’est juste et simplement : « Non » et évacuation, manu militari s’il le faut.

De même que la République ne distribue pas du poisson dans les cantines le vendredi, la République n’a pas à s’occuper des desiderata culinaires des uns ou des autres : vous avez voulu, par vos votes, une éducation, une restauration et des traitements collectifs ? Assumez-les, bande de moules ! On ne peut pas réclamer bruyamment vouloir vivre dans un pays si gentiment collectivisé, vouloir profiter de ses magnifiques systèmes soviétoïdes, et refuser ensuite son fonctionnement.

Ce débat montre, en réalité, toute la schizophrénie de la droite : elle ne peut plus assumer son côté républicain parfaitement collectiviste comme les socialistes de gauche, mais ne veut pas non plus laisser germer le moindre doute quant à sa position face à la responsabilité individuelle complètement oubliée de ces débats.

Là où Martine nous aura montré un programme consternant de bigoterie socialiste et décidément ancré dans l’interventionnisme étatique totalement débridé, Copé et sa clique nous offre exactement la même soupe centralisatrice proposant l’ingérence de l’État comme alpha et omega de toute résolution de problèmes.

Aux yeux des politiciens, l’individu, dans ce pays, n’existe plus. Pour eux, il n’y a plus que des petits lutins mus par des pulsions parfois contradictoires que nos augustes penseurs s’emploient à régenter avec bienveillance, fermeté, et petites burettes de vaseline.

Je sens que le moment où les petits lutins en auront réellement assez signera un retour douloureux à la réalité pour cette brochette d’abrutis.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires77

  1. Bof

    Effectivement, programmes UMP et PS mêmes méthodes: on monte sur une estrade pour déclamer qu’on va faire ce qui existe déjà, ou ce qui a existé et échoué. C’est consternant.

    Un point: « De même que la République ne distribue pas du poisson dans les cantines le vendredi, la République n’a pas à s’occuper des desiderata culinaires des uns ou des autres ».
    Je regardais récemment le menu de la cantine de l’école: pas de porc… Jamais. Hum, pas très laïc tout ça.

  2. Higgins

    Heureusement que tes billets nous permettent de sourire devant une tel étalage de bêtises. Einstein avait bien raisons, la c… est infinie. On peut rajouter à son affirmation l’insondable stupidité de la réflexion et de l’action politique en France. Rien que ce matin, outre les billevesées du PS de droite et les élucubrations économiques de l’UMP de gauche ( http://www.toreador.fr/2011/04/05/banderille-n%C2%B0360-le-ps-meurt-mais-ne-se-rend-pas/ ), on a eu droit aux solutions proposé à l’extraordinaire problème posé par les voitures en ville (au hasard http://www.20minutes.fr/article/701644/planete-la-qualite-air-assises . Pour info, mon centre-ville est tellement redynamisé que plus personne n’y vient suite à la courageuse politique menée par la municipalité. Que ceux qui soupçonnent un zeste de corruption dans l’extraordinaire expansion, autour de 30000 m2 de surface de vente à ce jour, de la zone commerciale située à la sortie sud de la ville sortent), aux propositions concernant la télévision d’état ( http://www.europe1.fr/Politique/Cope-veut-s-attaquer-a-France-Televisions-487389/ ), au double-salto arrière des réchauffistes qui se rappellent l’existence de l’ozone, aux délires technocratiques sur le prix supposé du gaz et de l’essence et aux commentaires imbéciles faisant suite aux propos, dont on se fout complètement, tenus par la secrétaire de l’UMP de gauche. En attendant, des informations capitales sont passées sous silence comme celle-ci, qui, si je ne l’avait pas connue, aurait pu gâcher ma journée: http://fr.canoe.ca/sports/nouvelles/archives/2011/04/20110405-195029.html

  3. Manassas

    Je suis un peu déçu, il manque l’idée de création d’une Haute Autorité Destinée à Remettre Obligatoirement la Laïcité dans l’Etat.
    On pourrait ensuite y engouffrer des monceaux de pognons tirés des poches de contribuables de confessions différentes pour un résultat contestable.
    Et pour faire tourner cette usine à gaz, il faudra s’assurer qu’elle ne manque ni de sous, ni de pantins pour la faire tourner sinon cette Haute Autorité deviendrait petite et ça ne serait pas drôle.

  4. Sébastien

    « …la panne du petit raisin sec qui leur sert de couille qu’ils ont en time-sharing avec les élus de gauche »

    j’ai ri.

    merci

  5. Winston (l’autre)

    J’ai, modestement, 3 (trois) propositions pour la Fronce que j’adresse ici solennellement à tous les politiciens de bonne volonté de ce pays

    1/ vous partez
    2/ vous ne revenez jamais
    3/ z’êtes encore là ?

    Bande de larves !

  6. Higgins

    J’avais oublié celle-ci: http://www.lefigaro.fr/conso/2011/04/06/05007-20110406ARTFIG00374-un-panier-de-produits-alimentaires-a-petits-prix.php (merci à Robert Marchenoir qui l’a linké dans http://h16free.com/2011/04/05/7709-proprietaire-a-duree-limite-et-taxabilite-infinie ). On va bientôt dépasser la soviétie à ce rythme.

    Cet excellent Aymeric Pontier (tous ces billets valent le déplacement surtout cette pétition: http://aymericpontier.blogspot.com/2011/03/petition-pour-que-jean-sarkozy-succede.html ) rappelle pourtant l’importance du naufrage: http://aymericpontier.blogspot.com/2011/04/recettes-et-depenses-publiques-en.html et la nullité de ceux ou celles qui veulent commander la navire.

  7. Robert Marchenoir

    Le problème de la laïcité comme barrage anti-islam (car c’est bien de cela qu’il s’agit), c’est que les islamistes eux-mêmes se réclament de la laïcité ! Les laïcistes ne semblent pas s’être aperçus de ce léger problème…

    La méthode de subversion islamique est simple : la laïcité, disent-ils, c’est la non-ingérence de l’Etat dans la religion, par conséquent vous devez nous laisser « pratiquer notre religion ». Mais pratiquer l’islam, c’est islamiser la société, et, au bout du chemin, détruire la laïcité.

    Tenter de s’opposer à l’islam avec la laïcité, c’est essayer d’enfoncer un clou avec un tournevis. La laïcité a été faite pour créer un modus vivendi avec le catholicisme, et d’ailleurs le concept même de laïcité est pronfondément chrétien !

    La seule façon de combattre l’islam, c’est au nom :

    1) du christianisme, qui est au coeur de l’identité française ;
    2) de la liberté (ce qui revient à peu près au point 1) ; et pour cela il faut avoir le courage de proclamer que l’islam est liberticide, nocif, violent, totalitaire, et que son but est d’éradiquer notre civilisation et de nous asservir.

    Il faut avoir le courage de dire que nous tenons à notre civilisation, qu’elle est infiniment meilleure que celle de l’islam, et que nous ne céderons jamais notre territoire à l’islam. C’est une question de souveraineté nationale et de sûreté nationale. Ce n’est pas une question de « religion ». L’islam n’est pas une religion.

    La pseudo-neutralité du laïcisme ne suffira pas. L’islam rentre là-dedans comme dans du beurre.

      1. Robert Marchenoir

        C’est tout à fait faux.

        Le catholicisme est une religion parce qu’il se consacre au spirituel, et qu’il ne cherche pas à prendre la place du pouvoir politique (« Rends à César ce qui est à César, et à dieu ce qui est à Dieu »).

        L’islam est une méthode de conquête du pouvoir qui autorise tous les méfaits (mensonge, pillage, viol, meurtre) et s’occupe exclusivement du temporel. Le génie maléfique de l’islam a consisté à s’abriter derrière les oripeaux d’une religion. Mais l’islam ne s’occupe nullement du spirituel.

        Le christianisme s’efforce de rendre l’homme meilleur en lui imposant des préceptes moraux (les dix commandements). Rien de tel dans l’islam, dont les cinq piliers sont des obligations purement formelles et rituelles (la prière, le ramadan, le pèlerinage…) qui n’ont rien à voir avec l’altruisme et la bonté chrétiennes (à l’exception de l’aumône).

        1. « Le catholicisme est une religion parce qu’il se consacre au spirituel, » : ça n’a pas toujours été vrai, d’une part, et l’idée de base de toute religion est tout de même d’influencer le comportements des hommes (pour le meilleur, on l’espère).

        2. Heimdal

          mouais… Je cite ici l’excellente dxdiag:

          « TOUS les hommes ont tendance à faire souvent le mal,… seulement les catholiques font le mal malgré les évangiles alors que certains musulmans font le bien malgré le Coran et ça fait une sacrée différence »

        3. Raoul

          Je me suis mal exprimé…

          La religion d’une façon très générale est un moyen de cantonner la violence intrinsèque de l’homme à l’extérieur de la communauté qu’elle régit. Les prescriptions de la religion sont à peu près partout les mêmes, interdiction du meurtre, de l’adultère, du vol, de l’inceste…

          Avant le Christ, la communauté se maintenait par le sacrifice d’un bouc émissaire que la foule désignait comme responsable de tous ses péchés.

          Après le Christ, (le sacrifice de la victime innocente) nos fautes nous sont rendues en propre avec l’espérance d’un sauveur capable de nous en délivrer (sinon, autant se flinguer).

          « On pèche seul, comme on meurt » dira Bernanos.

          Ainsi mis en face de ses responsabilités (vous savez: A ce moment le coq chanta et Jésus regarda Pierre) l’homme acquiert cette incroyable capacité de se remettre en question (il sortit et pleura amèrement) ,qui fait la force de toute réflexion, d’autant plus grande qu’il sait que Dieu, pour un peu de repentir lui fait grâce de ses errements (le pardon des péchés).

          Je ne sais pas si l’Islam est une religion archaïque, je note simplement que parmi tous les noms d’Allah (le miséricordieux, par exemple) il manque à mon goût celui de Sauveur.

          Je note aussi que quand des gens qui se disent catholiques font des commentaires du genre de ceux que vous avez produits dans le dernier billet de l’ubiquiste, ils expriment bien les relents d’archaïsme qui discréditent le catholicisme aux yeux du monde.

          Croyez bien que cela me navre bien plus que je ne saurais dire d’autant plus que j’ai souvent lu vos commentaires en d’autres lieux avec plaisir et même avec profit.

      1. simin

        Je viens de cette tradition religieuse (je suis iranienne).

        Le processus de laïcisation me semble se mettre en marche tout naturellement dès lors que les hommes prennent conscience que la politique, l’art, les sciences, le droit, la philo,… sont des disciplines indépendantes de la religion.

        En islam, ces disciplines ont été évoquées (surtout celle liée au droit (fiqh, un ogre!), ou devrais-je dire aux devoirs!). Hélas, les fidèles de cette religion, aidés en cela par une clique d’abrutis idéologues (dont mon pays en est un triste exemple) entretiennent avec bcp de fougue (et de tyrannie) la confusion, et taillent d’énormes croupières à tous ceux qui osent parler de réforme, peinent à s’émanciper (se maintiennent à l’ère de l’humain mineur, sans doute aussi est-ce plus « simple » que la responsabilité).

        Je comprends, néanmoins, parfaitement l’agacement (une litote) de ceux qui deviennent, malgré eux, les témoins (mais surtout les victimes) de ce spectacle grotesque. (Sur ce sujet, j’ai fort apprécié le texte de Gilles Dryancourt, sur le site Turgot, « Immigration et politiques migratoires, ce que personne n’ose dire ».). Le respect du droit de propriété me semble effectivement une solution qui pourrait (re)mettre de l’ordre, d’abord et avant tout sur un plan moral, eu égard aux propriétaires lésés, mais, incidemment, également pour ces assistés entretenus (pardonnez-moi ce pléonasme) qui pourrissent et se pourrissent l’existence. Une bonne baffe, rien de tel pour se réveiller!

      1. raphael

        Un Grenelle, où ça ?
        (tonnerre de bruits de pas d’un grand troupeau de politiciens accourant de toutes parts… suivi de près par un presque aussi important troupeau de journalistes)

    1. vinzzz

      « la laïcité, disent-ils, c’est la non-ingérence de l’Etat dans la religion »
      Chose que notre gouvernement ne semble pas trop maitriser…

      « Mais pratiquer l’islam, c’est islamiser la société, et, au bout du chemin, détruire la laïcité. »

      … « qu’un sang impur, abreuuuuve, nos sillons »
      PonPonPon
      La « destruction », rien que ça…
      Sans trop entrer dans le troll, 3 remarques :

      – la laïcité : c’est la « séparation du civil et du religieux dans l’Etat ». Les lois de 1905 et années suivantes ont eu pour objet de marquer cette séparation. Elle est acquise. La laïcité de la société n’avait jamais auparavant été un projet. A la séparation des pouvoirs au niveau de l’Etat, on accolait au niveau de l’individu liberté de conscience et égalité des confessions et opinions.

      – de façon plus large que la simple question ‘religieuse’, la ‘liberté’ comme valeur fondatrice de nos société profite effectivement bien souvent à ceux qui en sont les ennemis, ou simplement qui ont des opinions contraires aux notres. C’est son apparente contradiction, et le prix à payer.

      – ce fantasme d’un Islam conquérant, monolithique, unique et indivisible est profondément irréaliste. Allez-vous vous laisser ‘islamiser’ vous ? Et tous les Groslandais – pardon – Français? Les prières de rue, 2h chaque vendredi, on en compte peut être une dizaine en France. Les localités n’arrivent pas à appliquer la loi, ou le refusent pour ‘acheter la paix sociale’. Les femmes voilées? quelques milliers peut être… Des problèmes ? éventuellement, et on peut en débattre. Mais on est TRÈS loin de phénomènes significatifs, contrairement à ce qu’affiche l’UMP, et ce que le prisme déformant des média ( et son feedback infini, dont le larsen nous casse les oreilles) nous fait croire.

      Quant au « christianisme qui est au coeur de l’identité française », ce genre de bêtise me laisse à peu près aussi abasourdi que quand ils nous ont créé un ‘Ministère de l’immigration et de l’identité Nationale’. `(un intitulé orwellien pour un ministère, une blague dont je ne suis toujours pas revenu)
      Je reste persuadé que la partie ‘nationale’ de cette « identité » collective ne peut être décrêtée par quelques individus élus, mais émerge ‘naturellement’ de nos actions collectives concertées, donc de nos individualités, et ne se découvre qu’à posteriori.

      Penser qu’on change la société par décret – comme dans ce pseudo-débat – c’est terriblement arrogant, et désespérément absurde.

        1. Théo31

          « La République[…]ne subventionne aucun culte […] »

          Mais distribue de généreuses allocations aux femmes catholiques ou musulmanes ou d’autres confessions qui enfantent. Cherchez l’erreur.

          Ou décrète que tel bâtiment religieux relève de du patrimoine culturel et doit recevoir, à ce titre, des subventions.

          Et curieusement, les socialistes ont été et sont très forts à ce petit jeu. Pour eux, la laïcité, c’est comme la démocratie, elle est à géométrie variable quand ça les arrangent.

      1. Robert Marchenoir

        « Sans trop entrer dans le troll… »

        Gauchistes et faux libéraux français, mêmes méthodes : celui qui n’est pas d’accord avec la ligne du parti est un « troll ».

        « Ce fantasme d’un Islam conquérant. »

        Ce n’est pas un fantasme, c’est la réalité. C’est dans le dogme islamique (la conquête du monde est une obligation religieuse pour tout musulman — et il ne s’agit pas d’une conquête spirituelle, mais bien territoriale et politique); c’est dans l’histoire de l’islam (si l’islam a conquis une cinquantaine de pays, c’est par la violence ; quand Mahomet a tenté de convertir les Mecquois à sa nouvelle « religion », personne n’en a voulu ; c’est quand il a commencé à piller, à violer et à tuer, à Médine, qu’il a été suivi ; les musulmans n’ont pas arrêté depuis ; le vol, le pillage, le viol, le meurtre sont autorisés et encouragés par le Coran) ; c’est dans la réalité de l’islam contemporain (comment se fait-il que les « réfugiés » de Lampedusa, à peine accueillis par les Italiens, mettent le feu à la maison de ceux qui les hébergent, aux cris de « Allah akbar » ?).

        « Quant au « christianisme qui est au coeur de l’identité française », ce genre de bêtise me laisse à peu près aussi abasourdi, etc »

        Vous ne connaissez, visiblement, ni l’histoire du christianisme, ni l’histoire de France. au hasard, pourquoi la procédure judiciaire française est-elle qualifée, par les manuels de droit, d’inquisitoriale ? Mmmh ?… Inquisitoriale ? Inquisition, ça vous dit quelque chose ?

        « Penser qu’on change la société par décret – comme dans ce pseudo-débat – c’est terriblement arrogant, et désespérément absurde. »

        Ceux qui veulent changer la société par décret, ce sont les musulmans et les islamo-complaisants, qui veulent obliger les Français à se soumettre à une idéologie politique totalitaire qui est profondément contraire à leur identité — et à leur volonté.

        Faites donc un référendum sur l’islam en France, et on verra qui reflète les voeux des Français, et qui veut les forcer « par décret » à ce dont ils ne veulent pour rien au monde.

        Pour vous remettre les idées en place, je vous conseille d’écouter une vraie libérale américaine :

        http://gatesofvienna.blogspot.com/2011/04/manifesto-of-evil-totalitarian.html#more

        1. vinzzz

          Sur les exemples données pour me faire croire que l’islam est un ‘danger’ !:
          – Mahommet : ça ne date pas d’hier !
          – Lampedusa : vu le peu de bruit des islamistes pendant la révolte tunisienne, y voir le symbole d’un islam conquérant -(pourquoi pas…) – le trait semble au moins « un peu » fort.

          Pour ce qui est de changer la société par décrêt, les islamistes n’étant au pouvoir ni en France, ni en Europe, je regarde plutôt du côté de nos gouvernants actuels…

          Enfin, affirmer que le christianisme est au « coeur » de notre « identité » (je trouve ce mot identité terriblement mal choisi, je préférerais le terme de « culture », moins immuable dans l’idée…), c’est une vérité historique – bien sur – ET une prise de position; comme affirmer qu’il devrait continuer à en être ainsi.
          Et si votre phrase comportait également ce 2è sens, c’est sur celui-ci que je suis le plus en opposition avec vous.

          PS : ‘troll’ est un terme de ‘geek’, rien à voir avec un quelconque positionnement politique, ne confondons pas tout. Je n’ai pas de parti 🙂

      2. Raoul

        Quant au « christianisme qui est au coeur de l’identité française », ce genre de bêtise me laisse (…) abasourdi.
        Si je vous dis Noël, Pâques, l’ascension, Pentecôte, l’assomption, Toussaint, je suppose que vous me répondrez que c’étaient des fêtes païennes que les chrétiens ont travesties…

        1. vinzzz

          c’est l’idée de ‘coeur de l’identité’ française qui est un non-sens pour moi, pas le fait que le christianisme ait imprégné notre histoire, nos monuments, et nos calendriers…
          Remplacez ‘christianisme’ par ‘saucisson’, la phrase reste tout aussi absurde (et pourtant on faisait sans doute du saucisson avant d’inscrire ces fêtes au calendrier)

        2. vinzzz

          Sur le fait qu’une « identité nationale » n’est pas un enjeu important?
          Définissons identité (wiki) « la relation d’unité à soi, et soulève le problème des rapports avec les autres et avec le devenir »

          Pour moi, la question de notre ‘relation avec les autres’ qui justifierait qu’on se soucie de notre ‘identité’ au niveau national, et sur un terrain englobant ‘islam’, ‘christianisme’ serait valide si de tels mots permettaient de décrire la réalité des contraintes que notre société traverse actuellement.
          Je l’ai écrit plus haut : ce n’est pas le cas
          Je pense qu’il y a 1 faible nombre de citoyens dont les pratiques ‘identitaires’ – islamique en l’occurence – pose problème. Et la gestion de ces problèmes ne demande pas de tergiverser sur leur nature, mais bien souvent d’appliquer la loi.
          Pourquoi la loi est elle mal appliquée?
          Manque de ressources des juges?
          Manque de ressources des gens qui prient dans la rue parce qu’on ne leur a pas trouvé de mosquée à proximité?

          Hop, cette idée cruciale, écologique même, de nos ressources, me permet de faire la transition sur ce qui – pour moi – est réellement à débattre :

          La question économique, ‘du partage des richesses’, et de façon plus générale, la question d’égalité – un des 3 mots de notre devise nationale – me semble extrêmement plus pertinente.
          (+ d’égalité entre individus = + de paix sociale, cf http://www.equalitytrust.org.uk)

          Donc oublions les grandes idéologies, et parlons pognon! emploi, couverture sociale, valeur du travail, rôle des banques…

    2. corsobey

      Beau résumé, à quoi il ne manque pas grand chose. Est-on sûr d’ailleurs que ces gens qui ont une religion qui n’en est pas une sont des humains ? On voit bien qu’ils sont incapables de spiritualité , ce qui est une spécificité de l’espèce humaine. On peut donc s’affranchir des règles à appliquer. D’ailleurs il n’y qu’à relire Louis Veuillot en 1857 à propos de l’Algérie et qui rejoint votre raisonnement. « Il n’y a pas trois procédés pour soumettre l’Algérie et la tenir en paix : il faut vaincre Mahomet, ou exterminer les Arabes ; il faut amener ces peuples au Christianisme, qui seul les rendra Français, ou accepter la mission sauvage et funeste de les détruire. »
      Rien n’a changé finalement sous le soleil et vos propos en sont une triste et malheureuse illustration.
      J’aurais pu répondre d’une manière plus factuelle mais je suis de moins persuadé que la raison a encore son mot à dire

      1. Nicolas

        « Est-on sûr d’ailleurs que ces gens qui ont une religion qui n’en est pas une sont des humains ? On voit bien qu’ils sont incapables de spiritualité , ce qui est une spécificité de l’espèce humaine. On peut donc s’affranchir des règles à appliquer.  »

        Humain ou pas, puisqu’ils ne sont pas français, de toutes façon..

          1. En attendant, tout ceci ne change rien à l’affaire : le chômage, en France, atteint des sommets, la dette aussi, les agences dégradent à droite et à gauche à tour de bras, les entreprises ferment, les dollars et les euros sortent des Epson Stylus de Bernanke et Trichet comme jamais et … vite, parlons voile islamique !

  8. kelevra

    dans « le parisien » ce matin, madame le maire ump de savigny sur orge dans l essonne se fait taper sur les doigts car elle n a toujours pas mis en place dans sa commune des classes d arabe alors que 118 eleves sont inscrits, dans le cadre des ELCO (enseignement des langues et cultures d’origine)

    http://www.leparisien.fr/essonne-91/cours-d-arabe-la-mairie-se-fait-prier-06-04-2011-1395214.php?xtor=EREC-109

    elle est pas belle la vie et vive la france!!!

  9. Théo31

    26 : c’est le QI total de l’équipe de tocards qui a pondu ces propositions débilissimes.

    Autre perle de l’Union des Merdes en Putréfaction, pondu par l’inénarrable G. Longuet il y a quelques jours sur RTL :

    « L’économie française n’a jamais été aussi riche » !

    Dur de rester stoïc devant tant de diarrhée mentale.

  10. Tremendo

    « De même que la République ne distribue pas du poisson dans les cantines le vendredi, la République n’a pas à s’occuper des desiderata culinaires des uns ou des autres : vous avez voulu, par vos votes, une éducation, une restauration et des traitements collectifs ? Assumez-les, bande de moules ! »

    Là-dessus je ne suis pas d’accord, ce genre d’arrangement doit être possible, si cela est possible logistiquement et financièrement parlant, et si les personnes revendicant paient pour ces desideratas culinaires.

    1. En stricte théorie, oui. En pratique, j’imagine déjà le tollé si on apprenait qu’une école publique proposait du poisson à certains élèves cathos : immédiatement, il y aurait un journaliste / chroniqueur / politique frétillant pour déclarer que ces braves élèves n’ont qu’à aller dans une école privée…

      1. Nicolas

        Bien entendu, les musulmans font tout ca pour nous emmerder,

        « Tandis qu’au loin, les vins de France enivrent les Sultans »..

    2. Before

      D’accord, un menu sans porc, ou sans viande, ou sans araignée, pourquoi pas, à condition :
      1. que ce ne soit pas obligatoire.
      2. que ce ne soit pas trop cher ni trop compliqué à mettre en œuvre.

  11. Alliscircle

    Bonjour H16,

    Bien que je ne partage pas toujours vos opinions, vous venez , avec ce billet, de me rappeler pourquoi je continue obstinément à vous lire depuis plus d’un an.

    En un mot : Merci

  12. Flo

    « Prévoir dans le programme scolaire obligatoire un enseignement du principe de laïcité »

    Ca remplacera (ou s’ajoutera?) au principe de développement durable qui devient franchement lourdingue dans presque toutes les matières enseignées au Lycée.
    Mai bor..l de bor..l, tout le temps passé à lire (et apprendre pour quelques uns qui veulent « réussir ») toute cette propagande est du temps soustrait à l’étude des vrais lois physiques, économiques et sociales (sans même parler de l’expression écrite et orale).
    Et qu’est-ce que tu veux développer de durable si tu ne comprends déjà rien aux lois fondamentales?
    Pour leur débat, je ne vois pas pourquoi on en a fait tout un foin si ça devait rester interne à l’UMP.
    Pourquoi les autres partis, les évêques, pasteurs, rabins et autre mouftis s’en sont mêlés?
    Un parti a bien le droit de débattre des questions qu’il souhaite en son sein, fussent-elles crétines et inutiles.
    Ce qui me gêne en revanche c’est que la plupart (tous ?) des intervenants sont des élus ou des ministres qui ont fait ça pendant des heures où ils sont payés avec notre argent.

    1. Groumpf

      « Pourquoi les autres partis, les évêques, pasteurs, rabins et autre mouftis s’en sont mêlés? »

      Des gens influents dans les principales spiritualités en France ont exprimé leur réticence face à l’initiative de l’UMP.
      Voir : http://www.leparisien.fr/societe/toutes-les-religions-contre-le-debat-sur-la-laicite-29-03-2011-1383927.php

      L’UOIF et le CFCM étaient absents quoique invités.
      On peut chipoter sur leur représentativité, m’enfin, le geste est là : boycott.

    2. vinzzz

      « vraies lois […] économiques et sociales », le terme de loi me semble un peu fort ici. (voire carrément LOLesque) Et l’actualité nous montre bien que celles-ci ne sont pas vraiment connues…
      :-p
      Les matières délaissées?
      S’il fallait mettre des priorités, hierarchiser les disciplines scolaires avant le bac, je dirais bien : le français. (éventuellement ex-aequo avec les maths, autres sciences et autres disciplines). car on dit souvent « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement », et VICE-VERSA : les dernières découvertes sur la formulation de nos pensées en fonction du language tendent à montrer que ce sont les mots qui façonnent notre conception du monde.

      Mais je diverge…
      (et 10 verges, ça fait beaucoup)

      1. Nicolas

        « les dernières découvertes sur la formulation de nos pensées en fonction du language tendent à montrer que ce sont les mots qui façonnent notre conception du monde. »

        Ce sont de vieilles théories qui ont depuis été réfutés..

        1. vinzzz

          J’avais en tête une expérience où l’on présentait un problème d’immigration selon 2 champs sémantiques : celui de l’invasion, et celui de la maladie.
          Dans le 1er cas, les solutions choisies était celles du combat, dans le second, celle de la guérison.
          N’ayant pas les sources – que vous ne donnez pas non plus en affirmant que ces soit-disant théories auraient été réfutées – j’aurais du me contenter de dire ‘les mots sont importants et influencent fortement le chemin que prend notre pensée’.

    3. Romain Nz

      « tout le temps passé à lire (et apprendre pour quelques uns qui veulent « réussir ») toute cette propagande est du temps soustrait à l’étude des vrais lois physiques, économiques et sociales (sans même parler de l’expression écrite et orale). »

      on fait rentrer dans le crâne des jeunes ce qu’il faut penser et comment. et on passe moins de temps à leur apprendre à réfléchir.

      une dictature ne ferait pas mieux !

  13. Nicolas

    En fait, la différence entre le christianisme et l’Islam, c’est que le christianisme est un philosophie, une philosophie où l’on cherche à connaître Dieu, tandis qu’avec l’Islam, il n’y a pas à connaître Dieu, mais à obéir : ce n’est pas la philosophie qui compte, mais le Juridique.

  14. Robert Marchenoir

    « L’idée de base de toute religion est tout de même d’influencer le comportements des hommes. » (H16)

    Pas seulement : elle est d’influencer le comportement des hommes dans le sens du bien, dans le sens de la répression de leurs mauvais penchants (le mensonge, le vol, la violence, la luxure, le meurtre, etc).

    Or, l’islam est à l’opposé : il encourage les mauvais penchants de l’homme !…

    Le viol est licite et encouragé (au sein du mariage, à l’encontre des esclaves, à l’encontre des captives de guerre — c’est à dire, in fine, des non-musulmanes…).

    Le vol est licite et encouragé (à condition qu’il s’agisse de butin de guerre… mais la guerre est une obligation religieuse à l’encontre de tous les non-musulmans… ça laisse de la marge).

    La pédophilie est licite et encouragée (Mahomet lui-même a consommé son mariage avec Aisha quand elle avait 9 ans… et l’exemple de Mahomet doit être suivi en tous points…).

    Le meurtre est licite et encouragé (à condition qu’il s’exerce à l’encontre des juifs, des chrétiens et plus généralement des non-musulmans…).

    Le mensonge est licite et encouragé (à condition qu’il soit utile à la conquête du monde par les musulmans, ce qui ouvre des possibilités infinies…).

    La luxure est licite et encouragée (le mariage temporaire d’une heure est légal…).

    Déjà, avec tout ça, on voit que l’islam est une anti-religion.

    Mais ce n’est pas tout.

    Les grands concurrents de l’islam (le christianisme, l’hindouisme, le bouddhisme…) cherchent certes à influencer le comportement des hommes, mais ne prétendent nullement se substituer à l’autorité politique, militaire, juridique.

    Ils ne sont même pas (à l’exception notable du christianisme) prosélytes : ils ne cherchent pas à convertir.

    L’islam est la seule idéologie prétendue religieuse à revendiquer pour elle-même l’exercice de l’autorité politique, militaire et juridique.

    En pays islamique, le droit islamique est le droit tout court. TOUTES les constitutions des pays musulmans sont explicitement placées sous l’autorité de l’islam ; une loi non conforme à l’islam ne serait pas valide.

    L’Eglise catholique a bien son droit à elle, le droit canon, mais il a une toute autre signification : il régit uniquement les relations au sein de l’Eglise ; il ne soumet que ceux qui veulent bien s’y soumettre.

    Les vraies religions cherchent certes à influencer la politique, mais elles se tiennent à l’écart. Elles distinguent soigneusement leur rôle, spirituel, de celui des chefs temporels. (« Mon royaume n’est pas de ce monde ».)

    L’islam est unique en ce sens qu’il est une idéologie politique totalitaire, camouflée sous les apparences d’une religion.

    L’islam est la seule prétendue religion à condamner à mort ceux qui cherchent à la quitter — y compris ceux qui se sont convertis à l’islam. Si ce n’est pas la marque d’une idéologie totalitaire, d’une secte ou d’une mafia ultra-violente, je ne sais pas ce que c’est…

    Incidemment, on peut comprendre que des socialistes aient des complaisances pour l’islam — bien que ce dernier n’ait rien de bon en réserve pour eux.

    Mais des libéraux ? Les principes les plus chers au coeur des libéraux sont à l’opposé des règles de l’islam ! D’ailleurs, les chefs musulmans contemporains le disent et le répètent explicitement : le libéralisme est leur pire ennemi. Quand ils arriveront au pouvoir (s’ils y arrivent), ils éradiqueront tout ce qui ressemble à du libéralisme.

    Il y a un moment où il faut croire ceuex qui vous disent qu’ils vous haïssent et veulent votre disparition (ou, à tout le moins, votre asservissement).

    Ceux qui se bouchent les yeux et les oreilles le font à leurs risques et périls (et aux nôtres…).

    1. Yeux et oreilles bouchés

      Une dizaine de blaireaux qui prient dans la rue, trois ou quatre mosquées au fond d’une misérable ruelle… l’islam est partout, les barbus sont là, ils nous ont infiltré. Il est déjà trop tard.

      Perso j’en profite pour spéculer sur le coran, vu que ce n’est plus qu’une question de jours avant que l’islamisme ait renversé les cathos mous du slip, ils nous imposeront la lecture du coran et paf grosse pénurie et là je vais m’en mettre plein les poches.

    2. chabenj

      merci pour cette analyse tout en nuance. Remplaçons donc l’expression « je suis un bon musulman » par « je suis un bon violeur-voleur-pédophile-meurtrier ». je pense qu’on peut raisonnablement se passer du mensonge et de la luxure qui à coté, font un peu cheap et n’apportent pas grand chose de plus.
      Robert, merci pour ce grand moment de libéralisme (le vrai, hein, pas la pâle imitation en vogue dans le coin). 🙁

    3. Alex6

      Ce qui est etonnant, c’est qu’il faille encore repeter ces truismes. L’islam n’est pas qu’une religion, quel scoop!
      L’islam est different des autres religions, quel scoop!
      Il faudrait vraiment que les Francais retrouvent une culture religieuse, ils comprendraient alors en quoi l’islam ne peut qu’etre politique et que ce ne sont pas les musulmans qui posent problemes mais le systeme qui decoule necessairement du livre qu’ils appliquent sans discussion depuis le XIIIeme siecle (fermeture des portes de l’ijtihad)
      En acceptant le principe de laicite juste, il faut donc controler que l’islam ne deborde pas le champ du religieux, gageons que les politiques en France n’y parviendront pas.

  15. Louis

    La laïcité et la loi de séparation de l’Église et de l’État ont été des machines de guerre dirigées spécifiquement contre l’Église catholique ; que cette dernière, à quel prix doux Jésus, ait fini par s’en accommoder voire s’en recommander ne change rien à cette réalité historique. Qu’on remette en service ce vénérable armement idéologique, cette fois-ci, contre l’islam n’est donc pas vraiment une hérésie ; mais que cette nouvelle cible se laisse attendrir par des comiques troupiers est une autre histoire. Le drôle est que sa première mise en service a été le fait de la gauche contre une droite cléricale et que la seconde le soit d’une droite désavouée par l’Église contre la gauche.

  16. corsobey

    H16, fais gaffe, ton blog vire au brun. Je sais que tu ne publieras pas mon commentaire et ce n’est pas ce que je recherche. Permets moi juste de te dire que la somme d’inepties sur l’Islam que l’on peut lire est absolument stupéfiante, basée sur un seul procédé qui est la généralisation de faits particuliers de nature plus culturelle que religieuse. Si je racontais l’Eglise par le biais de l’OPUS DEI, l’inquisition, la collaboration avec les nazis, il n’y aurait que du vrai mais le portrait général serait faux.
    Mais l’Islam, je m’en fous même si c’est ma religion de naissance et une bonne part de ma culture. Ce qui m’inquiète c’est le délire qui saisit plein de gens en ce moment sur ce sujet comme sur beaucoup d’autres. Internet sert à échanger certes, j’y crois mais aussi beaucoup à alimenter ces paranoïas. Bonne nuit

    1. Heimdal

      Mort de lol. « Le site vire au brun ».

      Généraliser, c’est prendre 1 fait (je dis bien 1) et considérer qu’il s’applique à tout et pour tout. Avec l’Islam, et les musulmans, il y a 10 000 faits PAR JOUR et les média nous serinent qu’il faut pas généraliser…

      Aucun pays musulman n’est démocratique.
      Les non-musulmans en terre musulmane n’ont aucun droit.
      Les droits des femmes et des homos sont bafoués dans TOUS les pays musulmans.

      L’Islam, c’est la plaie. Point barre. Il ne s’agit pas de racisme: je déteste autant Ribéry qu’Abidal, pour prendre deux exemples bien d’chez nous.

      1. Théo31

        « Aucun pays musulman n’est démocratique. »

        La démocratie n’est pas un gage de liberté. La Suisse est mille fois plus une terre de liberté que la France. Et les USA sont mille fois plus laïcs que la France.

      2. Ieremenko

        « Aucun pays musulman n’est démocratique. »
        Et la Turquie ?
        Et, éventuellement, l’Iran ?

        D’autre part, l’Eglise a t-elle soutenue, en tous temps, la démocratie ?

        Et puis comme le fait remarquer Théo le débat n’est pas véritablement sur la démocratie.

        1. Robert Marchenoir

          La Turquie n’est évidemment pas démocratique. Depuis Atatürk, on nous répète que seule l’armée maintient la Turquie dans le camp de la liberté, de la démocratie, de la modernité. Un pays où le gouvernement laissé à lui-même basculerait dans l’autoritarisme n’est pas une démocratie.

          D’autre part, émettre la moindre critique envers Atatürk vous conduit directement en prison. Ce n’est pas la caractéristique d’une démocratie libérale.

          L’Iran démocratique : vous plaisantez, je suppose ? Un pays où les gardiens de prison violent les vierges condamnées à mort juste avant leur exécution, pour que celle-ci soit légale du point de vue islamique ?

          C’est quoi, votre critère, pour la démocratie ? Les élections ? Mais il y a des élections dans la plupart des dictatures !…

          « L’Eglise a t-elle soutenu, en tous temps, la démocratie ? »

          On s’en fout. Ce n’est pas le sujet. L’Eglise, aujourd’hui, soutient en gros la démocratie et même le libéralisme. Vous êtes en train de nous dire que l’islam vaut mieux que la chrétienté d’un point de vue libéral ?

          Islam veut dire soumission. L’islam autorise l’esclavage. L’islam impose aux chrétiens et aux juifs un régime où ils ont un statut de sous-hommes, sont asservis aux musulmans et leur payent un impôt spécial. Un libéral ne peut évidemment avoir aucune complaisance pour une telle idéologie !

        2. Heimdal

          Le gros problème que nous avons, c’est qu’il est très difficile pour des mecs à qui on a bourré le mou pendant des années et des années de COMPRENDRE ce qui se passe en France et en Europe mais plus encore d’ACCEPTER de voir la réalité en face.

          Ils vont au taf en bagnole. Ils ne vivent pas dans une grande ville (ou ils vivent à l’étranger). Ils lisent lefigaro.fr (quand ils sont « de droite ») et lemonde.fr (quand ils sont « de gauche »). Et ils ils refusent de se renseigner AILLEURS.

          Les nombreux blogs (fdesouche notamment) qui ne font que RASSEMBLER des informations locales pour que tout un chacun puisse COMPRENDRE que tout part en sucette sont qualifiés de crypto-fascistes ou ouvertement néonazis. Le monde réel n’a pas d’importance. Le fait que toutes les informations disponibles ne soient que des vidéos/des documents audio etc… non manipulés n’a pas d’importance. C’est bouhpasboméchant. « Les musulmans sont nos amis ». « Ils veulent la même chose que les non-musulmans: vivre pépère tout en pratiquant leur religion d’amour et de paix ».

          L’Islam, c’est pour tout le monde, même les mecs « de droite », comme le communisme pour les mecs de gauche: si les résultats produits sont purement ET SYSTEMATIQUEMENT merdiques, c’est pas A CAUSE de l’Islam (ou du communisme) mais parce qu’il est « mal appliqué ».

          Bref, c’est complètement blaguesque.

          La preuve, même h16 que j’apprécie pourtant beaucoup sort à chaque fois un billet dès qu’un quelconque personnage public prononce le mot Islam/Musulmans/Laïcité en nous disant que c’est du flan, c’est pas important, y a d’autres problèmes [ce qui est vrai, il y a effectivement d’autres problèmes. Mais quand l’Europe ne sera plus l’Europe, les autres problèmes seront epsilonesques à côté du reste pour les quelques indigènes encore en vie]).

          Le fait que TOUS les partis dits d’esstrême-droate progressent en Europe n’est pour la plupart des gens qu’un signe du refus du « système »… Mais personne ne se demande pourquoi ce refus du « système » ne s’exprime pas à l’Extrême-gauche… alors que les Européens ont en moyenne plus de sympathie pour la « Gauche » que pour la « Droite »…

          Même dans les pays du Nord de l’Europe, et je pense en particulier à la Finlande ou à la Suède où ces phénomènes sont ultra-récents, les partis « populistes » s’envolent… Mais y’a pas d’problème, hein?

  17. Libéralisateur

    Après avoir Rééééééééformé les retraites, Sarkozy et ses affidés viennent de marquer une nouvelle page de l’Histoire de France en remettant la Laïïïïcité sur les rails. Et il y en a qui disent encore que nos hommes politiques manquent de courage et de produisent rien d’important.
    Les électeurs – qui ne comprennent rien à rien – sauront récompenser tout ce petit monde en 2012.

  18. Robert Marchenoir

    « « On s’en fout. Ce n’est pas le sujet. » Ah tiens, pour une fois, vous avez tapé juste. » (H16)

    A force de vouloir être spirituel, vous êtes incompréhensible. Pour reprendre une locution qui apparemment a droit de cité ici, faire « prout » ne suffit pas à participer au débat. Soyez un peu plus loquace et exposez-vous un peu plus. Vous serez alors loisible d’être contredit.

    1. Ceci supposerait débat, qui est rigoureusement impossible avec vous. Comme vous ne dites pas toujours n’importe quoi, je vous laisse encore intervenir, mais vos obsessions deviennent tout simplement pénibles.

  19. scaletrans

    Pour en revenir au sujet, cette idée de dispatching de colombins par les ventilateurs de la presse et l’allusion à des expositions scatologiques financées (rigolez pas les gars, c’est avec votre pognon) me remplir d’une hilarité -malsaine, j’en conviens- mais qui fait tellement de bien !
    A propos d’expositions urologiques, voir celle d’Avignon, à propos de laquelle MJ Roïg vient de répondre à une interpellation de F. de Panafieu par une lettre qui est un monument d’hypocrisie. C’est pas grave, c’est un blasphème contre la Croix, donc aucun risque qu’il y ait émeutes ou assassinats comme avec certaines « religions de paix ».
    J’aurais bien aimé vous laisser un lien vers la lettre de la maire d’Avignon, mais il n’y en a pas.

  20. adnstep

    L’idée de laïcité est chrétienne. Donc l’Islam s’en fout. A Mayotte, département français, la loi est rendue par des cadi.

    Ce n’est qu’un ballon d’essai, ça arrive déjà dans d’autres départements.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.