Et vlan, un débat qui claque !

Ah, ça manquait, un bon débat bien polémique avec les coups et les douleurs qui, dit-on, ne se discutent pas ! Et puis ça faisait longtemps qu’on n’avait pas lâché le troll rouvert la nécessaire discussion sur l’importance des châtiments corporels, de préférence en y adjoignant une pignouferie de presse bien croustillante pour enrober le tout. C’est donc chose faite grâce à une nouvelle campagne de sensibilisation.

Enfin, bon. Sensibilisation… Sensiblerie serait tout aussi adapté.

On a donc droit à un petit clip dans lequel une mère de famille tarte sa fille après qu’elle a renversé son verre sur la table.

Au passage, le puriste notera que le mouvement gagnerait en précision et en force si la mère accompagnait son mouvement de bras d’une rotation de la hanche qui permet d’imprimer une vélocité supplémentaire aux phalanges impactantes. En visant bien, elle parviendrait sans doute à déboîter la mâchoire de la chieuse.

La séquence suivante montre la grand-mère, témoin de la scène, qui prend la mère dans ses bras et lui présente ses excuses. Et elle a bien raison : après tout, si elle est là, elle aurait aussi bien fait de surveiller la mouflette et lui administrer elle-même le crochet du droit qu’elle méritait pour avoir flanqué par terre son verre de jus de fruit.

L’air facepalmesque de la mère à la fin de ce morceau de bravoure cinématographique montre assez clairement que la giroflée de la gamine ne l’a pas franchement calmée et qu’un bon aller-retour sur la vioque qui gâtouille remettrait tout ce petit monde d’équerre.

Bon, soit, mon interprétation du clip est, elle aussi, ouverte à débat. Je n’ai probablement pas saisi toutes les nuances que le réalisateur a voulu imprimer dans ce puissant message. L’idée générale est donc qu’il faut absolument tout faire pour éradiquer, complètement, les claques et la fessée de l’arsenal répressif des parents, et qu’une claque ou une fessée peuvent être amalgamés sans autre forme de procès au cas des enfants battus ou maltraités, parce que tout se vaut, ma bonne dame. Moyennant quoi, on a droit à quelques niaiseries balancées par un certain docteur Lazimi qui déclare, au sujet de la claque :

« c’est tout, sauf de l’éducation, c’est de la brimade, c’est de l’humiliation »

En fait, docteur, oui, vous avez raison. Une claque, ou une fessée, ce n’est peut-être pas une solution, mais c’est très clairement une humiliation dans le sens où le but précis de l’acte est bel et bien de rendre celui qui la reçoit … plus humble, le ramener sur terre et lui faire comprendre que non, ce n’est pas lui qui commande. Et apprendre sa place, savoir qu’on ne dit pas, qu’on ne fait pas tout ce qu’on veut, … c’est de l’éducation.

Notons ici que je ne me fais pas l’avocat de la méthode, mais bel et bien de son adéquation avec le but poursuivi lorsqu’elle est employée de façon idoine. Ainsi, la claque ou la fessée pour arrêter l’enfant qui se roule par terre de colère lors d’un caprice n’est pas incompréhensible ou impardonnable puisque le but (calmer l’impétrant et le ramener à sa juste place) sera rapidement atteint par la méthode (notez qu’il y en a d’autres, sans violence, mais aussi efficaces, et tout aussi … humiliantes).

Et c’est aussi pourquoi gifler un enfant lorsqu’il commet un faux mouvement est parfaitement idiot. Le film montre donc un cas typique où une mère fait n’importe quoi, en espérant que personne ne s’apercevra de la supercherie et de la généralisation grossière.

Le bon docteur nous sort aussi, un peu plus loin et toujours sans réaction du journaliste de garde :

« La loi interdit de frapper un adulte, la loi interdit de frapper un animal, et c’est normal. La loi doit interdire de frapper un enfant »

Sauf que la loi interdit très clairement les sévices corporels sur les enfants.

Ce qui enquiquine assez prodigieusement le docteur Lazimi, du reste, est précisément ce petit flou juridique encore d’actualité en France et en Angleterre où, nous explique-t-il, on n’a toujours pas interdit la claque au contraire des autres pays géniaux du reste de l’Europe où, simultanément, les parents n’administrent pas de claque (c’est bien connu, l’interdiction assure la disparition de l’acte) et où les enfants, de surcroît, n’en ont pas besoin parce qu’ils sont de base très bien élevés.

Pas comme en France donc, où il faut parfois faire preuve de beaucoup de patience pour supporter les gamins garçonnets jeunes déçus même après 18 ans – et encore : Cahuzac, lui, a tout de même pété un plomb, tout Socialiste du Camp du Bien soit-il.

Cette sensibilisation et ce débat sont aux contribuables et aux citoyens responsables de ce pays, finalement, ce que la claque et la fessée sont aux enfants : une humiliation.

Encore une fois, on considère que l’éducation n’est plus du domaine des parents et que seul l’Etat est en mesure de savoir, de connaître ce qui marchera avec 100% des enfants. Tous pourront se passer d’une fessée, voyons, puisque c’est l’Etat qui le dit ! On peut parvenir à parfaitement juguler les caprices de 100% des enfants en utilisant 0% de violence, et, plus important encore, 0% d’humiliation, parce que l’Etat le dit et vous explique comment faire.

Et surtout, on ne va pas laisser les parents responsables de leurs moutards : un pas de plus sera franchi dans la diminution de la sphère privée au profit de la sphère sous domination de l’Administration Officielle du Bonheur National, une nouvelle étape sera passée visant à laisser à l’Etat la charge de l’éducation des pupilles de la Nation (il n’y aura bientôt plus de parents, seulement des géniteurs).

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland

Effectivement, docteur Lazimi, la fessée ou la claque ne sont pas toujours des solutions, et il existe très probablement, dans l’écrasante majorité des cas, d’autres solutions. Effectivement, on doit essayer d’obtenir des enfants des comportements adéquats autrement que par la violence, aussi calculée et retenue soit-elle.

Mais être parent, c’est aussi commettre des erreurs avec ses enfants, c’est aussi un processus d’apprentissage qui permet de découvrir ce qui marche ou pas. Si chaque enfant est différent, il l’est parce que chaque parent est différent. Souffrez aussi que dans ces parents, la plupart, la très grande majorité, aime ses enfants plus que tout et que chaque claque imméritée, chaque fessée trop lestement administrée sera amèrement regrettée. A contrario, chaque claque perdue ou fessée oubliée peut, en contrepartie, donner un signal clairement néfaste : « vas-y, c’est désapprouvé mais pas interdit, lâche toi, petit diablotin, tu vas faire rire la galerie et tiens que fais-tu avec cette masse ah non pas la voiture ah chplaf aïe« .

Il est facile de calmer sa bonne conscience en faisant, banalement, interdire l’acte. Il est impossible, en revanche, de rattraper un gamin qui n’aura jamais reçu de sain avertissement et qui, une fois adulte, ne comprendra pas ce qu’arrêter veut dire.

Il est simple de déclarer qu’une fessée est un traumatisme (qui ne laisse bizarrement aucune trace physique et psychiques passées les quelques minutes) ; il est plus compliqué d’expliquer ensuite pourquoi l’adulte, qui n’aura jamais eu de bornes clairement dressées autour de lui, est soudainement passé à des occupations violentes ; jamais humilié, jamais ramené à sa place, l’enfant aura grandi comme un roi auquel tout est toujours dû.

Le résultat est connu, on en voit régulièrement tous les jours.

Accessoirement, une question reste en suspens : est-ce une question fondamentale, actuellement, qui nécessite le studieux travail de nos députés ? N’ont-ils pas mieux à faire de leur temps chèrement indemnisé ?

Vraiment pas ?

On pourra lire avec bonheur le très bon billet de Koz sur le sujet, qui arrive en plus à caser sexe dans le titre en mot compte triple.

J'accepte les Bitcoins !

13TSmppoC4pWJZQXxKXSoaMFsUe1j6QFAd

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires38

  1. Koz

    Sexe… et fessée. Là, c’est du mot compte triple, de la lettre compte triple et du tour d’honneur ! Et par la même occasion, une citation du pape dans le titre, moi, je dis : ça, c’est de l’orfèvrerie !

  2. Higgins

    J’attendais ton billet avec impatience qui annonce des lendemains difficiles et dénonce justement la décrépitude actuelle. Les français ont peu d’appétence pour la liberté in fine, la tranquillité a largement leur préférence.
    Outre que cette pignouferie montre, une fois de plus, la nullité abyssale des journaleux traitant cette fulgurante information (aussi fulgurante que la claque sus-nommée), je m’interroge sur la nature de la fondation à la base de cette campagne. Qui est-elle? Qui la finance? Que regroupe-t-elle? Comment finance-t-elle cette campagne? Pour quel lobby travaille-t-elle? Autant d’interrogations qui ne suscitent même pas un froncement de sourcil dans notre belle presse.

    1. simple citoyen

      Ne cherchez pas: c’est le Conseil de l’Europe (CoE) dont il a déjà été parlé longuement qui est à l’origine de cette campagne.

      Cette institution qui n’a aucun rapport avec l’UE, qui malgré ses nombreuses références à un parlement, n’est pas une représentation démocratique, mais dont le poids coercitif est très fort notamment en raison de son tribunal des droits de l’homme est le fer de lance d’une certaine conception de la société post démocratique par nos élites.

      Allez traîner vos neurones sur son site et lisez au hasard de vos pérégrinations les contenus des textes. Vous y apprendrez beaucoup sur cette conception dévoyée de notr société à venir, mais aussi la complaisance permanente vis à vis de certains pays comme la Turquie (le président tout juste sortant du CeO était turc) et l’acharnement à vouloir promouvoir un délitement des états et de leurs prérogatives par la promotion croisée des régions (déstructuration du tissus exécutif) des ONG et autres associations représentatives (déstructuration du tissus représentatif) et d’un corpus réglementaire et législatif (destruction de la souveraineté du droit local).
      http://www.coe.int/defaultFR.asp

      Sur la fessée:
      http://www.coe.int/t/transversalprojects/children/monacointroprogramme_FR.asp
      http://www.coe.int/t/dg3/children/pdf/StrategyProgramme_fr.pdf
      et cet article que je trouve très pertinent de Florentin Piffard:
      http://modernologue.blogspot.com/2009_01_01_archive.html

  3. Boutros

    H16, vous êtes de très très mauvaise foi. L’état ne vise que notre bonheur, et un environnement rose bonbon et idyllique.
    Les AK47 tireront des bubble-gums, les voitures cuiront à feu doux, les CRS caresseront avec des matraques en mousse, les tunisiennes gênantes dans les bateaux seront déposées gentiment sur l’onde pure et non plus jetées à la mer, divers artefacts rudimentaires de kamikazes nous feront exploser de rire,les filles ne seront plus violées qu’en musique et vitriolées avec avec de la barbe à papa,etc… et tout cela obligatoire et on rasera gratis. Les contrevenants seront punis par une bise baveuse et une amende conséquente.
    Et puis pour en revenir au film, le plus simple était finalement 1/ d’interdire par décret le jus d’orange, 2/ ne pas faire d’enfants.
    C’est vrai que, quand on regarde l’état du monde, on se dit
    que c’est vital, tout ça.

  4. Jesrad

    A la lecture des commentaires de l’article d’origine je ne peux que m’extasier devant la capacité des Fluffies de rexuser de coir le monde qui les entoure. Quelle flexibilité mentale de vouloir plus d’état et de règles et de lois partout, tout le temps, et dans le même mouvement de décrier la violence comme « stérile » car « n’engendrant que plus de violence ». C’est à se demander comment ils comptent s’y prendre pour faire appliquer leur petits rêves humides et mous d’existence dépourvue à 100% de tout angle et tout antagonisme.

    1. Théo31

      « C’est à se demander comment ils comptent s’y prendre pour faire appliquer leur petits rêves humides »

      Avec de la vaseline.

  5. kelevra

    vous parlez de ce depute de gauche qui a foutu une torgniole a un malpoli, et tout le monde s en felicite, mais bon, le depute en question etait entoure de ces gardes du corps, on sait jamais que le jeune ne veuille pas tendre l autre joue!!!.
    tout le monde s est aussi felicite de la tarte de bayrou au chenapan lui faisant les poches.
    dans les deux cas, les jeunes en question sont des basanes….
    maintenant, en voulant interdire les punitions, les deputes s adressent uniquement aux parents des tetes blondes, il y a longtemps que dans les cites et les ghettos les parents n ont plus aucune autorite et on en voit le resultat.

  6. Aurélien

    Tous ces gamins entre 12 et 17 ans qui commettent des petits délits, qu’on ne sait pas comment juger ni sanctionner… Si on leur claquait le fessier cul nu en place publique devant tous leurs potes dès le premier délit, avec publication sur facebook, ne serait-on pas plus dissuasif?

    C’est presque une question sérieuse…

  7. Pierre

    Et si on réhabilitait les châtiments corporels pour les hommes politiques en cas de non-respect de promesses électorales ? Ou simplement pour les cas de tête à claque avérée ? Par exemple, mettre des têtes coupées sur des pics, on a déjà testé au XVIIIè siècle, ça avait l’air assez efficace. Quoi que je ne sais pas si c’est vraiment un châtiment corporel… Enfin, au moins un député sans tête devrait voter moins de lois débiles… quoique…

    > Si on leur claquait le fessier cul nu en place publique

    Le pilori.

  8. scaletrans

    C’est donc pour ça que je ressent des élancements puissants dans la main droite! Normal, c’est celle qui donne des BAFFES
    Merci H16 une fois de plus!

  9. Melkion

    A quand un comité Thoéodule chargé d’une étude psycho-sociologique sur les conséquences d’une fessée, la rédaction de la loi et la mise sous haute surveillance des parents récalcitrants ?

  10. Maindo00

    Bisounoursland , ou le royaume des chattré et de la démagogie !

    L’état et plus particulièrement ce gouvernement moisi fait tout pour crée de la fracture social, nous dresser les un contre les autres, diviser pour mieux nous niqués ..

  11. Franck Boizard

    Il me semble qu’il y a un sujet beaucoup plus important que les baffes pour enfants : les baffes pour adultes.

    La technique ne me semble prêter à aucune discussion : l’aller-retour fluide, accompagné du passage d’un pied sur l’autre.

    Non la seule chose importante, c’est la liste des baffés : Nicolas Sarkozy, Rama Yade, Edwige Antier, Pascale Clark, Alain Duhamel, Jean-Michel Aphatie, Dominique de Villepin, Djamel Debbouze, Mélanie Laurent, BHL, NKM, Guy Bedos, Ségolène Royal, Martine Aubry…

    1. René de Sévérac

      Vous avez raison.
      Notons que les mouflets protégés par la loi ont aussi mission de ne pas frapper trop fort leurs parents. Sinon, ils seront condamnés par la justice à faire du cheval en Bretagne.
      Et huit jours. Et plus si récidive.
      Votre liste : BHL, NKM et (why not) MTM.
      HL va raler car il a eu son lot de « tartes » !

      1. Winston (l’autre)

        Je suis volontaire pour administrer une bonne fessée (déculottée) à Rachida Dati… ouf, fait chaud d’un coup !!!!

  12. adnstep

    Plutôt que vous fatiguer à élever un gosse qui de toute façon vous décevra un jour ou l’autre, pourquoi ne pas laisser ça à des professionnels.

    EducNat Corp. est LA solution.

    Nous nous chargeons de toutes ces tâches ingrates depuis la maternité jusqu’à ses 18 ans (et au-delà, avec l’option Tanguy).

    Nous assurons à votre enfant :
    - une bonne éducation (politesse, ranger sa chambre, dire bonjour et merci, …etc.),
    - un enseignement de qualité,
    - la chance de trouver sa place dans la société,
    - un relationnel fort,

    grâce à notre équipe hautement professionnelle (éducateurs, enseignants, psychiatres, nutritionnistes, pères fouettards, …).

    Dès notre abonnement de base, nous lui inculquons également un amour sans frein pour ses parents.

    En plus, bénéficiez de notre assurance ado : si, malgré toute le sérieux et le professionnalisme que nous mettons à satisfaire vos espoirs de parents, vous ne seriez pas satisfaits par nos services, l’assurance ado permet d’échanger votre ado contre un autre qui vous conviendra mieux (limité à un échange par an).

    Profitez-en maintenant. -10% jusqu’au 1er juillet.

    Profitez également de notre tarif « famille nombreuse »

    1. Nord

      Vous je sais pas, mais je verrais bien là la base d’un business plan pour une école privée de bonne facture :-)

      Blague dans le groin, les baffes aux chiares ça ne dure qu’un temps, le temps de porter ses fruits et si une éducation (pas celle de l’EdNat hein! celle des parents, celle devant laquelle 90% des parents abdiquent) donne auxdits minauds un carde de référence cohérent avec des repères clairs et imparables, plus besoin de baffes. Ce n’est pas la baffe d’ailleurs qui est l’acte d’autorité: c’est la compréhension que l’enfant a du ‘pourquoi’ de la baffe, et ce ‘pourquoi’ vient du parent – toujours expliquer a postériori, et aussi s’excuser quand on a pété un câble (oh ça arrive, hein!) et qu’on a eu la main leste.

      J’ai deux exemples de résultats très probants: mes enfants! Ca doit faire près de 10 ans qu’ils n’ont plus pris de baffe, ni de fessée! Mais bon – c’est du boulot, l’éducation parentale … Bisounours voit ça différemment je suppose. Du coup, le jeune de nos jours est souvent très déçu, faut comprendre !!!

      PS: j’ai eu la chance de voir un spectacle de Dennis Leary il y a longtemps, dans lequel il dit: « my parents used to beat the living shit out of me, and I’m looking forward to beating the shit out of my kids ». Je crois que c’était « No Cure for Cancer » … hilarant!

  13. Toma

    De plus en plus, les jeunes esquivent et les parents renoncent à leur coller ces tartes qu’ils méritent pourtant largement, et de loin.
    Et voila que l’Etat, malgré ces nombreux dossiers brulants qui attendent, ne trouve rien de mieux que de chercher à sceller le problème et donner raison aux parents laxistes qui se foutent de ce que peut faire leurs enfants.

    J’ai de plus en plus peur en l’avenir que nous prépare notre jeunesse.
    Effectivement, ce pays est foutu.

  14. lin

    Je découvre ce blog, très bien rédigé, très drôle et très instructif. Que du bon.

    N’étant pas économiste, j’ai regardé ce qui se fait sur le net, entrainant diverses errances de néophyte passant entre autres par Jorion, inévitable par son audience. Mais bon, bof, le personnage est affable, habile prestidigitateur, mais ses approches néo baroques finissent par convaincre, même un nul en économie, qu’on ne tripote pas un domaine de connaissance sans se prendre les pieds dans le tapis.

    L’Econoclaste, plus sérieux tout de même.

    Je rejoins les constats de certains commentateurs ici sur l’état de la France, pas joli joli. D’ailleurs, je me suis cassé à l’étranger, lassé par les crétins-escrocs qui dirigent bon nombre de boites françaises. Je ne regrette pas de l’avoir fait, mes revenus ont grimpé en flèche, mes idées font mouche et cartonnent, alors qu’en France ceux qui ont quelques idées hors du moule se font lyncher.

    Je connais de l’économie, ce que j’ai constaté en me prenant quelques bleus, tout comme mon père entrepreneur avec de bonnes idées aussi qui s’est fait spolié malgré des recours à des tribunaux en sous effectifs chroniques, expédiant les affaires d’un à la va comme j’te pousse.

    Pour conclure, j’ai commandé Égalité – Taxes – Bisous.

    Donc bonne suite pour le boulot que vous faites.

      1. lin

        Pas de quoi, mais puisque le sujet du jour est la taloche.

        Je me souviens d’un jour où un gamin de 7 ans( fils de diplomate français qui le sermonnait littéralement à coups de « c’est pas négociable », véridique et je croyais halluciner, quand le mioche faisait un caprice à se rouler par terre ) a commencé à me donner des coups de talons dans la jambe, alors qu’on jouait tranquillement. Je lui ai dit d’arrêter, mais non, il a continué, alors je lui ai mis une pichenette sur la cuisse. Ça l’a fait chialer des Niagara, et puis sans que je fasse rien d’autre, le gamin s’est jeté dans mes bras, comme si tout d’un coup il se sentait mieux.

        Le père avait assisté à la scène, ça a du le faire chier lui le négociateur professionnel, mais j’allais pas me faire bastonner non plus par un gamin par souci de respect inconditionnel.

        Je ne suis pas adepte de la violence, mais la négociation graduée a du bon.

        1. Je ne suis pas surpris de cet exemple. Beaucoup d’enfants ont un besoin impérieux de limites, et sont, au fond, malheureux de n’en avoir pas l’expérience auprès de leurs propres parents…

      2. Nord

        Et dire que mon copain fan-de-méluche trouve que Jorion ne reçoit pas suffisamment d’exposition médiatique :-)

        Mais je vous rassure, lin, il y a pire: lisez Lordon …

        1. lin

          J’ai aussi lu Lordon, mes dérapages m’y ont aussi éconduit.
          Quand on y connait rien à la théorie économique, on ose tout.
          C’est la phase des puceaux qui clignote des pupilles au moindre téton.

          Le gus est marrant, mélangeant les centrales nucléaires à Spinoza, un vrai homme orchestre, qui peut faire des gammes sur un piano avec ses orteils.

          J’ai aussi connu alternatives économiques, pour vous dire si je suis un corrompu, mais repenti.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)