Sécurité routière, allocation optimale des ressources

Si DSK n’était pas tombé pour ses histoires de #bistougate, peut-être se serait-il fait prendre à 200 km/h, au volant d’une Porsche (911, comme dans « call 911!« ), par un de ces radars qui poussent en France comme des champignons et qui ne seront bientôt plus annoncés par de pimpants panneaux : pour « renforcer » la sécurité routière, le gouvernement a décidé de passer à l’action. Et ça dépote.

Encore une fois, on ne peut être qu’abasourdi par la bêtise de nos gouvernants.

L’année dernière on s’en souvient, le gouvernement avait décidé de réduire le nombre de points retirés lors de certaines infractions et de permettre aux automobilistes de retrouver plus rapidement les points perdus.

Conséquence ou non, le nombre de morts sur les routes constaté ce mois d’avril aura montré une hausse alarmante et déclenché un réflexe pavlovien chez les décideurs : plutôt que revenir sur la décision initiale et voir ainsi si c’était bien elle qui avait pu déclencher une telle hausse, ils se sont empressés de courir un peu partout les bras en l’air et … de prendre de nouvelles décisions sans lien avec les précédentes.

Ils ont donc choisi de retirer les panneaux avertissant les radars. C’est très malin, puisque l’objectif initial des radars, rapporter des taxes, sera plus facile à remplir ainsi. C’est en revanche très bête pour la sécurité puisque ceux qui verront les radars de loin risquent d’utiliser le frein de façon intempestive.

Ils ont aussi choisi d’interdire l’utilisation des avertisseurs de radars, dispositifs travaillant sur la base de la position géographique de la voiture et celle des équipements policiers (et non sur leur émission électromagnétique, dispositif qui est lui déjà interdit depuis des années). C’est aussi très malin, puisque cela va encore accroître le ratissage d’amendes. Pour la sécurité, c’est toujours aussi nul.

Et sur le plan constitutionnel, on est en droit de se demander si cette lubie est parfaitement en règle : n’importe qui peut, en effet, relever les positions des radars fixes, et en faire mention sur une carte (qu’elle fut électronique ou papier, peu importe). C’est la base de la liberté d’expression et on voit mal quelle règle on peut enfreindre ce faisant. On attend donc le vote au parlement pour expérimenter les aléas du Conseil Constitutionnel que Sarkozy et son gouvernement connaissent maintenant bien (HADOPI, anyone ?).

Maintenant, on est aussi en droit de se demander pourquoi tant d’efforts sont faits pour lutter contre les morts sur la route, alors que le résultat ne semble pas si probant.

En effet, si l’on regarde quelques statistiques, on peut facilement mettre en rapport ces morts-là avec ceux, aussi ballots, des accidents domestiques, des maladies nosocomiales ou des suicides, toutes ces autres causes que de bonnes campagnes de prévention permettraient sans doute de combattre.

Pour rire, j’ai fait un petit graphique, ci-dessous. Afin de bien mettre en rapport le nombre de mort et la médiatisation des campagnes de prévention afférentes, j’ai inclus la mortalité par SIDA.

Mortalite sur les accidents en France

Diable.

Comme on le note, un paquet de fric est largement et gloutonnement dépensé dans la prévention des accidents routiers (ou dans la lutte contre le SIDA) alors qu’en regard, les accidents domestiques, les suicides et les maladies nosocomiales provoquent bien plus de morts et — paradoxalement — bien moins de spots navrants à la télévision.

D’ailleurs, si on veut vraiment être complet, et si l’on additionne toutes ces causes de mortalités les unes aux autres, on peut les comparer aux deux principales : le cancer et les maladies cardio-vasculaires. Le résultat (graphique) est sans appel : c’est la déroute.

Mortalité en France, maladies incluses

Eh oui : en réalité, lutter contre ceux qui clabotent d’une crise cardiaque ou qui se sont malencontreusement passé la tondeuse à gazon sur la nuque, c’est ni glamour ni politiquement bénéfique.

Impossible, en effet, de coller des détecteurs de comportements idiots dans les maisonnées, avec une belle amende à la clef (sinon, croyez-moi, ce serait déjà fait). Trop compliqué et surtout, beaucoup trop impopulaire de limiter certaines consommations et certains régimes, trop peu glamour et médiatique de lancer de grandes études médicales pointues sur la nutrition pour éviter les crises cardiaques.

On préférera toujours les bonnes taxes juteuses d’un radar ! Même s’il y a 40 morts par crises cardiaques et par accidents vasculaires divers pour chaque mort sur les routes, on s’occupera du dernier, visible, plutôt que des quarante autres, disséminés dans la société française.

Si l’on additionne les morts des deux premières causes, cela revient à dire que pour chaque personne qui se tue connement sur une route, près de 80 personnes, soit un car de tourisme plein, passe l’arme à gauche.

En réalité, c’est, pour ces deux dernières causes, aussi bien ainsi : il est déjà difficile d’encaisser les niaiseries mangibougiques du gouvernement que lui donner encore plus de moyens pour nous taper sur les nerfs et réguler notre existence jusque dans ses détails culinaires serait insupportablement frustrant.

En revanche, il n’en va pas de même pour les maladies nosocomiales ou des suicides : l’une et l’autre font partie de cette santé dont l’Etat prétend s’occuper, à grand frais. L’une et l’autre sont donc, qu’on le veuille ou non (magie de l’impôt citoyen et coercitif) de sa responsabilité. Dès lors, chaque euro dépensé dans la prévention routière et qui a permis de sauver une personne aurait très bien pu, avec un peu de logique, en sauver plusieurs dans ces autres causes. On frémit à l’idée du nombre de personnes qui seront mortes sur l’autel d’une prévention routière bien juteuse pour un Etat cynique cruellement en manque de fonds.

Comme on peut le voir, l’allocation des ressources est vraiment optimale : non seulement, les gens de l’Etat savent mieux que vous ce qui est bon pour vous, mais quand ils dépensent sans compter l’argent qu’ils vous prennent dans vos poches, c’est pour les causes qui sont les plus utiles à leur propre intérêt, et les plus néfastes aux vôtres.

Si vous avez cette petite impression de vous faire avoir sur toute la ligne, c’est normal : c’est aussi ça, la magie du dirigisme.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires83

  1. Guillaume

    Bonjour,

    Le problème n’est pas tant de savoir si le nombre de morts est du entièrement à la vitesse. Le problème, c’est que l’automobiliste (dont je fais partie) doit respecter le code de la route. A commencer par les règles simples, qui ne sont pas soumises à interprétation : vitesse, feux, lignes blanches. Quand il y a marqué 90, ce n’est pas 91 ou 92. A l’automobiliste d’être responsable.

    Personnellement, j’en ai marre de me faire coller quand je suis à 50 sur une route limitée à 50 ou 90 sur une route limitée à 90. Je suis à 100% pour la suppression des panneaux de radars.

    Par contre, là oui je te rejoins, la non divulgation des positions des radars fixes est pour moi une sorte de censure, je suis contre.

    1. Qu’ils mettent ou pas le panneau est effectivement sans grand intérêt. C’est l’interdiction des avertisseurs qui est scandaleux.

      1. poil

        les morts ne sont pas lies a la vitesse, il sont lies au conduisage comme un cretin dans des zones inappropriees, a l’ignorance de ce qu’est une distance de securite, a la non utilisation des clignotants, a l’absence absolue de controle direct par les automobilistes qui ont des miroirs partout, au conduisage bien trop vite dans les bretelles d’acces aux zones urbaines, a l’ignorance quasi complete des limites d’adherence de votre vehicule, au roulage trop vite sur une surface sale qui vient d’etre mouillee par la pluie, a la presence d’une large population de grenouilles decerebrees dans la population conduisante.

        pour moi les panneaux radars permettaient de calmer le jeu dans les zones ou systematiquement le flot est trop rapide, tant pis.

        1. Pythéas

          Absolument d’accord !
          Le panneau fait ralentir à coup sur… et les radars mobiles prouvent que les radars cachés ne ralentissent pas le flot !
          Si le but c’est de ralentir la vitesse, le panneau est plus efficace que le radar.

          Donc, si l’Etat s’intéressait plus à nos vies qu’à nos portefeuilles, il mettrait des panneaux sans radars plutôt que des radars sans panneaux.

          Et c’est pas ici qu’on parlait il y a peu des études sur la naked street ? Où finalement les gens roulent plus doucement sans indications ni panneaux qu’avec, car ils se servent alors de leur cerveau et adaptent leur vitesse à leur environnement ?!

          Et puis à quand des flics qui contrôlent la pression des pneus, la propreté des phares, et même l’attention générale du conducteur à son environnement (le nombre de gars qui reculent sans regarder derrière eux…) ?

        2. Fabrice

          @Pytheas
          « Et puis à quand des flics qui contrôlent la pression des pneus, la propreté des phares, et même l’attention générale du conducteur à son environnement (le nombre de gars qui reculent sans regarder derrière eux…) ? »

          J’ai déjà eu une amende pour feu de route non réglé correctement un samedi soir vers Sartrouville.

          Les 2 feux fonctionnaient, mais un feu éclairait moins que l’autre.

          22 € d’amende.

          Pas de test d’alcoolémie ni rien, vraiment un arrêt de 15 minutes + une amende pour ça.

    2. Tremendo

      La pose des panneaux suffisemment de temps avant le radar permettait aux automobilistes de ralentir avec suffisemment de temps, sans piler. Les enlever c’est s’assurer que les gens seront très distraits quand ils verront le radar c’est-à-dire au dernier moment, morts connes en plus assurées.
      Surtout, au moins avec ces panneaux, le gouvernement évitait la critique que les radars servaient uniquement à collecter de la tune, là ce n’est plus le cas on sait que le gouvernement se fiche de notre sécurité définitivement.
      Enfin être pris à 55 au lieu de 50, c’est vexatoire, liberticide, il n’y a pas de meilleur mot pour le décrire.

      Les avertisseurs partaient du même principe que les panneaux, ils étaient même foutrement plus efficaces et n’avaient rien d’illicite, ça allait toujours dans le même sens de la sécurité.

    3. Higgins

      « Les français sont des veaux » disait le Général. Comme il avait raison.

      Il y a deux manières de considérer le problème de l’insécurité routière, soit il est d’ordre conjoncturel, soit il est d’ordre structurel. Dans le premier cas, un simple mais ferme rappel à la loi suffit normalement à faire rentrer les choses dans l’ordre. C’est la cas simple de l’enfant qui fait une bêtise et qu’on sanctionne. Dans le second cas et en l’absence de réflexions fines sur le sujet, ces rappels à la loi resteront des coups d’épée dans l’eau et, immanquablement, ne serait-ce que parce que le nombre de véhicules en circulation augmente, le nombre de morts repartira à la hausse. Que feront alors les clowns qui dirigent ce pays? Interdire de rouler? Truffer le pays de dispositifs coûteux et automatiques qui fliqueront les citoyens (les télécrans ne sont pas loin!). Transformer un habitant de ce pays sur deux en flic pour surveiller le second (on peut envisager un changement de fonction en fonction de la parité des semaines pour égaliser les chances de chacun)? Si on reprend l’analogie de l’enfant, on peut le frapper plus fort. Au bout d’un moment, il se sera habitué et il recommencera ses bêtises.

      La suppression des panneaux n’a qu’une seule fonction, à l’heure où les radars automatiques rapportent de moins en moins d’argent, faire rentre des sous dans les caisses de cet état qui nous vampirise (pour notre bien paraît-il?): « Mais il y a plus terrible que les failles techniques des radars: leur rentabilité est, à terme, dangereusement menacée ! Ce que leurs détracteurs prévoyaient au moment de leur lancement en fanfare par Sarkozy, en 2003, est en train de se vérifier: plus un radar flashe, plus les conducteurs lèvent le pied à sa hauteur, et moins l’argent rentre. Mariton livre d’ailleurs un petit secret: le rendement unitaire d’un radar baisse de 17% par an, si bien que, d’ici à 2017, d’après ses savants calculs, les gains de ces sympathiques machines ne couvriront même plus leurs frais de maintenance. » (http://www.impots-utiles.com/le-cout-des-radars-flambe.php et http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-info/i1650.asp. La lecture de ce rapport est assez édifiante). Donc le but est clairement établit et cette décision, aussi imbécile soit-elle, était déjà écrite.

      Vouloir s’attaquer aux causes structurelles de l’insécurité routière suppose une réflexion d’une autre qualité à laquelle nous avons malheureusement droit. Pour cela, il faudrait du courage politique (aussi rare que la croissance dans ce pays) et de l’intelligence (les mines sont à sec).

      Une dernière chose: la société Coyote (oui, celle qui fabrique le fameux avertisseur responsable de tous ces morts) a reçu en 2007 le label Jeune Entreprise Innovante décerné par le Ministère de la Recherche (http://www.parmeformation.com/outils/presse/read.php?page=116&client=49&message=919). CPEF

  2. kelevra

    comme toujours en france, ce sera les memes qui vont payer, les pauvres. si vous avez les moyens de vous payer un avocat (il faut compter 4 a 5000 € par an pour beneficier des conseils d un avocat specialise dans le domaine), alors vous pourrez rouler sans aucune limite. comme pour le viol, si vous etes riches et puissants vous n avez rien a craindre.

    une experience vecue : au tribunal un automobiliste est convoque pour plus de 500 exces de vitesse (oui plus de 500 en trois ans), petits et grands exces (plus de 250 km/h au lieu de 130), au final le juge a annule tous les pv. efficace l avocat mais cher, il arrive au tribunal en maserati.

    1. Pere Collateur

      Je ne sais pas qui est le plus à blamer:

      Un bonhomme adepte des grandes vitesses à la conduite potentiellement dangeureuse.
      Ou l’état et ses méga-chiées de législateurs incapables de pondre des lois correctement boutiquées à un tel point que des business très lucratifs peuvent se monter sur leurs failles et ce en toute légalité et impunité.

  3. Niaatan

    Tu mets en évidence l’intelligence mathématique et sa supériorité sur l’arbitraire de nos dirigeants.
    C’est principalement pour cette raison que j’aime beaucoup ton blog. (Le cynisme et l’humour noir jouent également.)

    Bref, bonne continuation ! Et au plaisir de te lire tous les jours !

  4. Stéphane

    On savait depuis longtemps que l’Etat ne se préoccupait guère de sauver des vies, mais c’est encore mieux avec les chiffres qui le prouvent. Merci H16! 😀

  5. Scaletrans

    Sécurité routière: les cons sont lâchés ! Franchement, je ne sais pas comment je vais faire pour garder mon permis (à 70 balais…). Millionnaire en km, je n’ai pas eu d’accident depuis 1964. Un pilote automobile connu m’avait dit à l’époque: « si la route a l’air de se dérouler lentement devant toi, c’est que tu roules selon tes moyens… lesquels peuvent varier selon ton état général. » J’ai toujours respecté cette conduite, et je n’ai jamais eu d’accident depuis; mais cela implique de ne pas avoir le nez sur l’indicateur de vitesse.

  6. Arnaud

    Hello

    Pour l’état nous sommes un investissement même eux au passage!!

    0 a 20 il paie vos études ecole gratuite medecin ect apres si vous crever vous avez couté de l’argent sans rentabilisé l’investissement de départ c’est pour cela qu’ils souhaite moins de mort

    1. Si c’était ce raisonnement qui était appliqué, il y aurait de méga-campagnes de sensibilisation aux tondeuses-tueuses et contre les détergents anti-bébés à portée de babines. Ce n’est pas le cas, donc …

    2. Ieremenko

      C’est le gouvernement qui prend les décisions, et le gouvernement pense plus à l’aspect électoral qu’à l’aspect financier (cf finances publiques depuis 35 ans).

      La baisse du nombre de tués sur les routes a été vu comme une réussite du gouvernement 2002-2007, ce qui pour certains démontre la grande utilité de la politique gouvernementale.

      Sarkozy a clairement dit qu’il ne céderait pas sur la politique routière. Si le nombre de tués continue à diminuer, ce sera mis sur le dos de la politique de son gouvernement et pourra être fièrement affiché dans le bilan de l’Elysée comme une victoire, une belle victoire avec chiffres à l’appui assez clair, pas comme dans le domaine économique où il n’y a véritablement rien de concret.

  7. ANT1

    Un des défauts du système actuel est qu’il pénalise fortement les gros rouleurs. Nos représentants font jusqu’à 70 000km/an et les permis tombent, souvent pour des accumulations de petites infractions à 1 ou 2 points, qui arrivent inévitablement lorsque l’on conduit autant.
    Pour cela la réforme de l’année dernière relevait du bon sens, mais celui ci a de nouveau disparu….

    1. Guillaume

      Et les routiers, ils font comment? Réponse : le fait d’être surveillés par un disque les pousse à respecter scrupuleusement les vitesses. Pourquoi les autres n’y arrivent pas?

      Personnellement, j’ai pris le choix de respecter les vitesses au kmh près depuis les années 2000, lors de la grosse vague de répression.

      Depuis, rien, nada, pas de point en moins. Et pourtant j’en ai croisé des radars mobiles! Je fais 15000/an, ce qui est peu, mais quand même!

      Je ne dis pas que je suis infaillible, loin de là! Mais entre perdre un point de temps en temps, et perdre le permis, il y a un sacré gap!

      1. Scaletrans

        Vous avez un affichage « tête haute », ou alors vous ne regardez pas tout le temps la route, ce qui fait que je vous considère comme potentiellement dangereux.

        1. Guillaume

          Pas besoin. Essayez, vous verrez! A moins que vous ne regardiez aussi le compte tour pour changer les vitesses?

          Et si voun n’y arrivez pas, conduisez avec une marge de 5kmh en DESSOUS. D’ailleurs, les compteurs des voitures exagèrent la vitesse de 5 à 10%, donc ils incluent le risque de dépassement inopiné de 2 à 3kmh.

          J’adore ce genre de jugement à l’emporte pièce digne du café du commerce.

          Ici, on parle de responsabilité et de respect du code. Si les gens respectaient le code, les radars n’auraient pas lieu d’être, ne seraient pas rentables et vite démontés. Ce n’est pas le cas, donc je comprend qu’il faille des radars.

  8. gem

    Pour une fois je te trouve à coté de la plaque.
    On s’en fout des morts, ce qui pose problème ce sont les TUES (nuance). Quand Tartempion se tue dans sa baignoire ou se suicide, il ne cause de tort à personne, c’est son affaire. En revanche quand Tartempion percute Dupont et le tue, ça fait scandale, la « ligue contre la violence routière » s’insurge et presse le gouvernement d’agir ; et comme le gouvernement a besoin de sous, que le ministre de l’intérieur est un type qui n’a jamais été élu et ne prévoit pas de le devenir, en route pour la matraque et la taxe

    1. Stéphane

      Perso je crois que si les chiffres de la sécurité routière intégraient la distinction entre les gens qui se tuent eux-mêmes (Untel roulait bourré et s’est mangé un platane, tant pis pour lui) et les gens qui tuent autrui (Mme Michu, innocente fauchée par un conducteur qui avait perdu la maîtrise de son véhicule alors qu’elle traversait une rue…) le problème serait encore plus… Petit!

      Et encore plus plus si on considère dans les gens tués par un automobiliste, les passagers qui l’accompagnent et acceptent de se laisser conduire par un type bourré / drogué / complètement con.

      1. poil

        ma preference va aux gens qui conduisent en parlant a leurs passager sans pouvoir s’empecher de tourner la tete pour les regarder…

      2. Jonathan

        @Stéphane: on connait ce chiffre, 40% des morts sur la route se tuent « seul » sans engager autrui 😉
        Donc sur 4000 morts, seulement 2400 sont dû à la connerie ou l’erreur d’autrui…et encore dans ces 2400 ça englobent les passagers d’un mec qui conduit bourré en sortie de boite.

        Donc les gens qui meurent réellement « alors qu’ils n’avaient rien demandé » comme disent les associations, c’est peau de balle !

    2. gem

      Là je suis d’accord, mais même en ne gardant que les gens tués par autrui, on doit avoir un nombre supérieur à celui des homicides (ou plutôt : des autres homicides involontaires). C’est quand même pas rien …

  9. Ouimais

    Les députés de la majorité se disent impuissants, pourquoi ne démissionnent-ils pas?

    Mais comme pour la Hadopi, c’est une très bonne nouvelle ! Ce gouvernement n’a qu’un seul ennemi, c’est lui-même. Il se crée des problèmes pour exister, cela fait diversion sur ses petites magouilles.

    Et puis tant que les Français se sentent utiles en passant à la caisse, ce petit jeu est loin d’être fini.

    Le gouvernement devrait retirer tous les panneaux liés à la circulation, et les remplacer par de la pub, cela serait encore plus juteux.

    Et puis c’est beau un radar, c’est comme les étoiles filantes d’ une chaude et claire nuit d’ août, surtout si tu as des actions dans la société qui les fabrique.

    Cela prouve que l’injustice et bien plus efficace pour faire régner l’ordre car plus personne ne sait pourquoi il est vraiment en colère à force de passer du coq à l’âne, le cocorico-hi-han devient un brouhaha inaudible et donc inutile.

    Regardez, hier c’était un problème islamique, aujourd’hui c’est « il se la nique”, et demain ? Il se la pique-nique-douille c’est toi l’andouille ?

    Un peu vieillot ce refrain, non ?

    Enfin de conte, ce gouvernement manque cruellement d’imagination et pour gagner du temps il lui suffit de faire perdre celui des autres: la preuve, nous faisons crépiter nos claviers pour de l’Inexistentiel, et cela fonctionne: Ils sont contents, bientôt les vacances, rigolade assurée.

  10. monoi

    Depuis le temps qu’ils nous les cassent avec la vitesse, et leurs surencheres successives, pour des resultats pas brillants, on pourrait esperer qu’ils commencent a se demander s’ils ne font pas fausse route.

    Mais non.

    Ceci dit, il y aura toujours ceux qui ont abandonne l’utilisation de leur cerveau (genre Guillaume) pour croire a leurs balivernes. A 57%, ils sont nombreux.

    1. Guillaume

      Trolleur va!

      Si tu trouves les vitesses inadaptées, milite pour qu’on les augmente!

      Mais là, on est devant un cas d’école de mauvaise foi : les gens, qui ne respectent pas la loi, ne se plaignent pas de la loi, mais de sa stricte application.

      Etes vous inscrit dans un automobile club pour défendre votre idée des limitations de vitesses?

      Si vous avez eu le code de la route, vous ne pouvez nier qu’un panneau indiquant une vitesse représente une limite mathématique à ne pas dépasser. Vous vous êtes accomodé de ne pas respecter cette règle simple, ne venez pas vous plaindre quand on demande de l’appliquer.

      Quand au cerveau, je vous remercie bien. Quand on voit le tollé que génère le fait de simplement sanctionner ceux qui ne roulent pas aux bonnes vitesses, alors que dans le même temps personne ne bronche aux LOPSSI et autres passe-droits anticonstitutionnels, je vois très bien ou beaucoup de mes concitoyens placent leur cerveau.

      1. Arkh

        Vous admettez vous-mêmes n’avoir fait attention à votre vitesse qu’à partir d’une certaine répression.
        J’imagine donc que vous faites parties des spécialistes qui ne respectent pas ce qui n’est pas réprimé :
        – squattage de file de gauche sur autoroute
        – dépassements qui prennent du temps
        – peur d’utiliser les clignotants
        – utilisation à tort et à travers de l’avertisseur sonore
        – non respect des distances de sécurité
        – grillage des feux orange

  11. Valuebreak

    bj à tous …

    je suis allé faire un tour sur le site de la ligue contre la violence routière … hé bien,il n’y a pas un seul document statistique, même périmé, qui quantifie la dite violence …

    à H16 : avez vous vu des chiffres précis sur les composantes de cette mortalité routière ? les renseignements sur le site de la prévention routière sont indigents ….

    1. On peut aller voir là : http://blog.turgot.org/index.php?post/Vincent-la-r%C3%A9pression-routi%C3%A8re
      C’est très très instructifs.

      La vitesse, c’est 20% des morts. Ce qui veut dire que 80% des morts ne sont pas concernés par les agitations rétrogrades de nos gouvernants. Et ce qui veut dire aussi que les beaux efforts de Guillaume pour, comme un esclave repentant, bien respecter les limites arbitraires qui lui sont imposées, n’entraînent en réalité qu’une très modeste diminution de la mortalité dont au demeurant rien n’indique que la présence des panneaux ne permettrait pas d’arriver au même résultat.

      1. Valuebreak

        propos de Vincent Bénard pleins de bon sens, comme d’hab.

        dans les commentaires, un renvoi au site de l’union routière pour obtenir les stats détaillées. effectivement tout plein d’infos .. mais à fin 2009, hélas …

          1. « radars pédagogiques » … LOL. On est en train d’amener la sécurité routière au même niveau que l’EdNat, le référentiel bondissant étant le conducteur, je suppose.

        1. Higgins

          On ne souhaite pas désavouer le prince donc on s’arrange comme on peut. Enlever les panneaux est d’une imbécilité sans nom mais c’est elle qui dirige ce pays. Combien de temps les fameux radars pédagogiques vont-ils le rester, là est la question?

          Du lien précédent, je retiens que « Si le pouvoir réagit, ce n’est pas parce que les barbares cognent avec insistance à nos portes, mais parce qu’il est prisonnier du modèle qu’il a lui même conçu, en faisant de la sécurité routière une question politique essentielle mais de court terme, en traitant cet objet social complexe comme s’il disposait à son égard de pleines capacités d’action, en dotant des écarts statistiques non significatifs, qui ne devraient être connus que des seuls spécialistes, à la fois du statut d’un jugement remis en jeu tous les mois, et d’une visibilité qui, au même titre que pour ces autres chiffres dotés de propriétés semblables, le chômage, l’inflation, la croissance, fait du bilan mensuel de la sécurité routière un sujet obligatoire d’ouverture des journaux télévisés. Décrétant que les progrès considérables des quarante dernières années devaient tout au seul accroissement de la répression, il se trouve, à la plus légère inflexion négative, contraint de réagir : sauf que, en l’espèce, il n’était pas prêt. » Pas sûr que la vraie sécurité routière y gagne.
          Le final se souffre d’aucune contestation: « La sanction immédiate et automatique du plus léger écart, voilà bien le projet d’un État technicien qui ne voit aucun mal à développer des dispositifs qui lui permettront de savoir à chaque seconde où se trouve n’importe quel individu, puisque c’est pour son bien. »

          Je n’ai pas lu son livre, « Radars, le grand mensonge », mais le propos est intéressant: http://ripostelaique.com/jean-luc-nobleaux-rien-ne-justifie-lacharnement-du-gouvernement-contre-les-automobolistes.html

  12. slade

    Au début des années 70 il y avait infiniment moins de voitures qu’aujourd’hui et pourtant regardez les chiffres.
    Il y avait presque 10 fois plus de morts qu’en 2010.
    Pourquoi:
    – parce qu’à l’epoque la prevention routière était quasi inexistante et sans moyen.
    – parce qu’avoir un accident était considéré comme la conséquence d’une maladresse de conduite, soit la honte et était humiliante pour celui qui en était la victime.
    Celui qui echappait aux accidents, au contraire se glorifiait s’en vantait, en tirant une superiorité par rapport à ceux qu’on nommait « mauvais conducteurs »(on dirait aujourd’hui étalait sa beaufitude).
    C’est bien grace aux associations contre la violence routière et pour la prévention (soutenues par l’Etat) que reviennent le mérite de cette spectaculaire baisse des morts sur les routes.

    1. Les constructeurs n’y sont pour rien ?
      L’amélioration de la qualité et quantité des routes non plus ?
      Oh.
      Ah bazut alors.

  13. Jesrad

    Encore heureux que le gouvernement n’en fait pas plus contre les maladies cardiovasculaires, quand on réalise que ce sont ses recommandations nutritionnelles sans fondement scientifique de mangi-bougisme, de chasse aux acides gras ou au cholestérol, et de fuir le soleil, qui ont provoqué l’envol spectaculaire de l’obésité, du diabète et des cancers…

  14. Scaletrans

    @ Guillaume
    Pour moi, la route est devenue un enfer, et apparemment vous êtes du côté des garde chiourme de cet enfer.

    1. Guillaume

      Et bien arrêtez de prendre la voiture, ça me fera de la place et vous ne serez plus obligé de survivre dans cet enfer. Au passage, je trouve curieux que respecter le chiffre écrit en gros dans un rond rouge soit tellement infernal, mais passons.

      Merci.

      1. Higgins

        On croirait entendre un général de Napoléon III, un de ceux qui déclarait à la veille de la guerre de 1870: « On ne craint rien, il ne manque pas un bouton de guêtre à nos uniformes! »

        « Les dictatures fomentent l’oppression, la servilité et la cruauté ; mais le plus abominable est qu’elles fomentent l’idiotie. » Jorge Luis Borges

  15. Louis

    Il est indéniable que le nombre de morts a augmenté sur les routes depuis le début de l’année. D’autre part, on vient d’assouplir les sanctions pour les faibles petites infractions. Y a-t-il une relation de cause à effet ? C’est ce que hurlent certaines associations. Pour trancher, il faudrait disposer de certaines statistiques. Quels types d’accidents ont-ils augmenté ? Quels types de conducteurs ou de pilotes de deux-roues sont-ils impliqués dans ces accidents ? Où trouver ces statistiques ? Nulle part.
    Dans Le Progrès d’aujourd’hui,je lis ceci à propos des accidents impliquant des moins de 20 ans dans le département de la Loire :
    « On en dénombre neuf sur les douze morts, ce qui est du jamais vu. Par ailleurs, les deux-roues motorisés sont surreprésentés, avec huit motards et scootéristes parmi les victimes ». Mon Dieu, mais c’est stigmatiser les jeunes ! Quelle honte. Mieux vaut traiter en criminels potentiels tous les usagers de la route indistinctement ; et répression à l’aveuglette et à tous les étages.

    1. DoM P

      Sans avoir les statistiques, on peut déjà se dire ceci :
      – Le mois d’avril 2011 fut énormément plus ensoleillé que son copain de 2010.
      – Il comprenait 5 WE, contrairement à celui de 2010
      – Le nombre de morts est en baisse sur un an glissant

      Ça permet de pondérer un heure l’hystérie de certains…

  16. Fabrice_BLR

    Rappelons à toutes fins utiles que contrairement à ce qui est écrit ici, l’Etat ne gagne rien dans les amendes radars, comme cela a été expliqué par la Cour des Comptes.
    Et oui, le coût administratif est tellement élevé qu’à chaque amende l’état perd de l’argent.
    Bon à savoir…

    1. a/ Références. Pour ma part, j’ai lu le dernier rapport sur le sujet (fev. 2010) et … il y est dit que les coûts de gestions pourraient être réduits, certainement pas que l’état y perd.
      b/ Indépendamment de l’état, je suis certains que certains y gagnent, grassement, notamment dans les sociétés de gestion de ces radars.

      1. Fabrice_BLR

        Ok pour b).
        Pour a), il y a plusieurs sources.
        Le rapport Mariton:
        http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-info/i1650.asp

        et la cour des comptes qui a traité l’ensemble des infractions routières en même temps:
        http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/RPA/3_gestion-du-produit-des-amendes-de-circulation-routiere.pdf

        J’ai fait un léger amalgame entre tous les dispositifs, mais globalement on (=l’état, donc nous) paume de l’argent
        Bonne lecture.

        1. « un léger amalgame » ? C’est le moins qu’on puisse dire.
          L’un et l’autre rapport, que j’avais lu, indiquent clairement des RECETTES (donc, ça rapporte bel et bien). Et non, on ne paume pas de l’argent avec les radars. Ces rapports conviennent qu’avec l’habitude, en 2015 ou 2017 (selon le rapport), ils ne rapporteront plus assez, mais sinon, c’est un bénéfice observé (plus de 400 millions).

    2. Fabrice_BLR

      Avec votre raisonnement, toute entreprise a des recettes 🙂
      Il faut toujours mettre les dépenses en face des recettes.
      Or pour l’état, le produit des recettes des radars ne lui reviennent pas en propre (affectées aux ColLocs, dans mes souvenirs), alors que le coût colossal de l’entretien des radars est à sa charge.

      1. Vous m’envoyez des liens, ces liens montrent des bénéfices et ensuite, vous tentez l’entourloupe. Raté. Les radars rapportent, et tout le monde le sait, à commencer par les politiciens qui en réclament plus.

  17. jcg48

    Quelqu’un dans un commentaire et en citant de Gaulle, a rappelé que les français étaient des « veaux » ! Et bien la grande majorité des commentaires lui donne malheureusement raison.

    Que les arguments soient simplistes, voire primaires, ou très documentés, ils ne proposent qu’une seule chose : ne pas respecter la/les lois et réglementations…parce que c’est chiant…et que chaque français lui, seul dans coin, sait ce qui est bon.

    Quelques soient les sujets, les français sont toujours prêts, avec des raisons « justes », de ne pas respecter les règles générales : fisc, sécurité routière,…

    La seule raison est la suivante : ne pas accepter les contraintes , surtout pour les 47% de « résistants » qui n’ayant pas voter Sarko aux dernières érections pestilentielles se croient obliger de tout refuser !

    Je faisait 80-90.000 km/an il y a encore 4/5 ans, et 40.000 seulement maintenant, et mes points perdus sont dus exclusivement à « l’oubli » des règles par moments, et non à toutes les fausses excuses données ici !!!

    1. Vous vous fourrez le doigt dans l’oeil. La plupart des règles légitimes et justes n’ont aucun problème pour être respectées.

      N’allez pas me sortir que vous volez, violez ou tuez sur des petits moments d’oublis.
      Oublier une priorité à droite, c’est surtout dangereux pour vous.
      Griller un feux rouge, c’est difficile d’oublier la règle.
      Oublier la limite à 130, dans une ligne droite, par beau temps, visibilité 100%, voiture en bon état, 0 autre véhicule sur le tronçon, c’est un chouilla différent.

      Bref, vouloir tout amalgamer et comparer les oublis des uns et les manquements des autres, ce n’est pas un raisonnement, c’est juste un salmigondis.

    2. Higgins

      Les lois sont respectées quand elles sont respectables. Poser un panneau 50 km/h dans une ligne droite dégagée comme on le voit souvent relève de l’imbécilité et, comme il se doit, n’est pas respecté. On peut cependant supposer que cette limitation est justifiée par un réel impératif de sécurité comme la présence d’une sortie d’école. Deux manières simples et plus ou moins onéreuses d’obtenir alors le résultat voulu, soit placer des chicanes ou autres ralentisseurs (pas cher et terriblement efficace) ou installer un radar automatique (relativement onéreux). Sans panneau, vous vérifierez simplement, et en gagnant de l’argent, que les automobilistes ne respectent pas la vitesse recommandée. Dans ce dernier cas, bilan sur la sécurité égale à zéro.
      Puisque vous êtes un grand rouleur, observez comment la signalisation routière évolue. Elle est de moins en moins placée pour aider les usagers. Par contre, elle permet aux autorités de se dédouanner à bon compte de ses responsabilités en cas d’accident. Tant que les autorités joueront à ce jeu imbécile, la sécurité ne progressera pas d’un iota. Si l’homme a été doté d’un cerveau, c’est pour s’en servir. Ce paradigme semble oublié dans ce pays.

        1. gem

          c’est bien vrai ; ce qui donne sur les ronds points ce cocasse système de priorité à gauche sur l’entrée (logique) et de priorité à droite sur la sortie (priorité à celui qui est sur la voie extérieure sur celui qui est sur la voie intérieure), source d’une bonne proportion des accrochages en ce genre d’endroit

          La priorité à droite c’est bon pour les anglais, pas quand on roule à droite de la route…

    3. Guillaume

      JE suis d’accord avec vous. Quand j’en vois assimiler le seul respect des limites de vitesses à la dictature, je pleure.

      1. Vous n’avez, je crois, absolument rien compris au débat. Il porte
        a/ sur l’utilisation optimale des fonds des contribuables
        b/ sur la légitimité de l’action de l’état
        c/ sur la pertinence de cette action
        Le reste, c’est totalement hors sujet.

    4. Laurent

      Les epnsionnaires des goulag russes ou des camps de réducation chinois sont également des gens qui ont eu l’impudence de « d’oublier » les règles par moment… Non monsieur, la loi n’a pas à être respecté aveuglément. Tout citoyen à le DEVOIR de la soumettre à sont propres jugement et à décider si celle ci est injuste et arbitraire et empiète sur sa propre liberté( tout comme il doit lui même examiner ses propres actions et déterminer si il n’empiète pas sur sur la liberté d’autrui. la désobéissance aux lois injustes est une attitudes saine et qui sur le long termes bénéficie à la société toute entière. La lois est faite par des hommes donc elle est faible. Qui plus est notre système met en avant des hommes politiques particulièrement retord et malhonnête qui sont moins apte que tout un chacun de concevoir des lois juste car ils sont guidé avant tout par leur propres intérêts au détriment du reste de la population.

  18. Franck Boizard

    Il ne faut pas oublier une dimension symbolique très forte, peut-êttre prépondérante sur les affaires de gros sous : la bagnole, c’est la liberté individuelle la plus grossièrement capitaliste.

    C’est pourquoi les liberticides de tout poil (dont nos gouvernants font à l’évidence partie) lui vouent une haine inextinguible.

    Sans cela, on ne s’expliquerait pas l’hystérie anti-bagnole de certains.

    1. Epicier vénéneux

      Je pensais les avoir baisés en passant à la moto… mais voilà qu’on nous annonce des contrôles techniques obligatoires pour 2012.

      Quel intérêt? connaissez-vous un seul motard capable de se mettre en route sereinement sans avoir jeté systématiquement un coup d’oeil à ses pneus et son éclairage? connaissez-vous un seul motard capable de rouler sereinement en se disant « tiens, je n’ai plus de frein… c’est pas grave, ça peut attendre »?

      N’importe quel motard sent immédiatement quand il manque ne serait-ce que 0.2 ou 0.3 bar de pression dans l’un de ses pneus et c’est tellement gênant qu’il s’arrêtera forcément à la première station-service qu’il croisera.

      Dans la même veine, on n’imagine pas un pilote décoller sans avoir fait sa visite pré-vol.

        1. Epicier vénéneux

          Disons qu’une voiture mal entretenue est moins dangereuse pour son conducteur qu’une moto ou qu’un avion. Le danger est moins immédiat et moins grave. Et la sensation d’être en danger est également moindre, ce qui permet de remettre à plus tard l’entretien ou le remplacement des pièces pour ce qui est des voitures.

    1. poil

      le but du radar est de faire le travail du flic pendant que celui-ci n’intervient pas contre vos problemes de voisinage.

  19. simple citoyen

    Merci pour ton billet H.
    deux points qui éclairent peut être le débat:
    1. le vrai chiffre important est la mesure de l’accidentologie/décès par nombre total de véhicules et km parcourrus (il existe un indice statistique de circulation automobile). En gros combien d’accidents par km parcourru.
    2. en termes de rapport argent investi/vies sauvée, il y a bien pire que l’automobile: la réforme des ascenceurs aura coûté à son terme de l’ordre de 3 à 5 milliards d’euros, et pour quel résultat? 8 à 10 morts par an. Quand on réfléchit aux nombreux domaines où de telles sommes eussent été mieux employées on frémit.

  20. Scaletrans

    Si on examine le réseau routier hors autoroute (ce dernier ne m’ayant jamais posé aucun problème de respect des vitesses), on se rend compte qu’il comporte un nombre de pièges innombrables, et c’est certainement là que le plus grand nombre de points se perdent; il est fréquemment impossible de savoir exactement quelle est la limitation, surtout que les vitesses autorisées ne correspondent pas nécessairement au profil et à l’environnement: pour qu’une loi soit respectée, il faut qu’elle soit respectable, et qu’elle ne comporte pas de chausses trappes volontairement ou non. Mais ce sont des notions qu’un Guillaume semble incapable de comprendre.

      1. Tib

        pour rester dans la gamme, c’est le Cayenne la bagne-ôle adaptée pour ceux qui s’éloignent des chemins balisés par la loi qu’il lui faudrait!

        C’est marrant, ces derniers jours je regardai de mon coté les chiffres santé.gouv.fr et securiteroutiere.gouv.fr :
        Le bon-sens doit couter trop cher.

  21. Jacques

    Un principe qui devrait être fondamental (et on devrait se battre pour qu’il soit inscrit dans la constitution, avec primauté sur tout le reste ): pas de sanction quand il n’y a pas de dommage.
    Et surtout pas de sanction collective pour punir les dommages créés par quelques uns, c’est trop facile.

    Tout le reste est injustifiable, se retrouver à payer des amendes ou se voir sanctionné alors qu’on a pas engendré de dommages à qui que ce soit ou à quoi que ce soit, cela relève de l’abus , de l’arbitraire, et même du totalitarisme.

  22. Alf

    Le problème dans ce genre d’affaires, c’est tjr l’État, on peut raisonnablement concevoir qu’un entrepreneur privé propriétaire de routes, intéresse à son chiffre d’affaire et donc à la sécurité sur son réseau impose des limites de vitesses là ou la visibilité est limitée.
    Par conséquent il disposera des radars sur le trajet et présentera la facture à ses clients sans gênes en fin de mois selon une grille tarifaire progressive et contractuelle.

  23. NiKo

    Le premier article que je lis sur ton blog et j’avoue que la qualité est au rendez-vous.
    Les commentaires sont tout aussi constructifs et j’encourage les futurs candidats pour 2012 à se préoccuper du peuple qui vit la réalité au quotidien.

    Il ne faut pas sortir de l’ENA pour savoir que la politique est fait pour ceux qui recherche la soif du pouvoir et l’embellie de son ego. Complètement déconnectés de la vraie vie, les gouvernants ne construisent pas une politique sur des réalités mais sur des sujets médiatisés et instrumentalisés. Hélas, le pouvoir est partagé entre une poignée de personnes alors que le vrai pouvoir est dans les mains du peuple. Il ne fait pas le poids car il n’est pas organisé.

    Pour réussir à se faire entendre, il faudrait une révolution comme on l’a vu dans le monde arabe et en Espagne avec la jeunesse. Nous avons tous de bonnes idées et une grosse volonté, alors sortons de l’anonymat et présentons un candidat pour une France réaliste et la plus égale possible.

Laisser un commentaire