La philo, c’est überfacile à condition d’être hypermou

Si le vendredi, on fait grâce à Zizek « Philo + Panda », le dimanche, on va plutôt faire Philo + Dinde. D’abord parce que c’est ce que je vais préparer à manger ce midi, dans un délicieux rôti, et aussi parce que je vais vous en présenter une en vidéo.

Pour réussir un bon rôti de dinde, il vous faut partir d’une matière noble, quelque chose qui ne laisse pas place à l’approximation ; côté rôti, on ira choisir chez son boucher/charcutier un bon morceau joliment préparé. Côté dinde, on pourra prendre un sujet général qui pourra nous expliquer comment réussir son épreuve de philosophie.

Ici, vous aurez soin de placer votre rôti dans un plat, après l’avoir salé et poivré. Vous pourrez couper quelques échalotes réparties dans le plat autour du morceau de volaille. Certains ajoutent une ou deux branches de thym.

Pour la philo, c’est la saison, que voulez-vous. Au début du mois de juin, on a bien du mal à échapper à ces articles de presse un peu convenus nous relatant les sueurs froides de Kevin devant sa feuille blanche. Et en parallèle de ces articles, on doit aussi supporter les éternels conseils qui permettent sinon d’atteindre le nirvana philosophique, mais tout au moins une note un peu supérieure à la moyenne.

Magie d’internet : il existe à présent des petites vidéos qui permettent de détailler ces conseils. C’est au détour de ces vidéos que je suis tombé sur ma dinde. Voici la vidéo.

On comprend d’emblée que le rôti s’imposait de lui-même ce dimanche.

Tout part d’une question somme toute légitime : puisqu’on sait que les sujets dits « politiques » en philosophie sont réputés glissants, quels sont les bons conseils pour éviter une taule retentissante ?

La vidéo dure trois minutes, générique compris. On s’en doute, en trois minutes, il est difficile de faire extensif, précis et détaillé. Notre animal va donc se concentrer immédiatement sur les éléments saillants et en venir au fait : oui, les sujets politiques en philo sont casse-gueule, mais il existe une méthode simple, finalement, pour éviter les chausses-trappes.

Imaginons ainsi que vous avez un avis différent du correcteur. Celui-ci peut-il vous en tenir rigueur lors de sa correction ? Non, absolument pas, qu’allez-vous imaginer là, puisque vous serez jugé sur votre niveau d’écriture, votre argumentation, et si vos positions sont recevables, le professeur vous corrigera selon des critères formels, voyons !

Bon.

Mais (car il y a un « mais », version éléphantesque) il faudrait voir à ne pas pousser le bouchon trop loin non plus. Vous pourriez vous exposer à de graves déconvenues si vous aviez des positions insoutenables, ce qui est expliqué vers 1:10 dans la petite vidéo.

Et par « positions insoutenables », mille exemples se bousculent dans ma tête : défendre l’eugénisme, adouber la torture pour des raisons futiles, trouver le lancer de nains rigolo ou la cuisson des endives au four légitime. Avec de telles positions, il ne faut pas s’étonner de se prendre une volée en correction.

Cependant, ce ne sont pas les exemples qui déboulent. Non, pour notre correctrice, une position insoutenable qui lui vient immédiatement en tête, c’est affirmer qu’ « on n’a absolument pas besoin de l’Etat, ce serait mieux si chacun n’en faisait qu’à sa tête. »

Fraônce in a nutshell.

En gros, notre correctrice est en train de nous expliquer que Spooner, Proudhon, Bakounine, Stirner, Molinari, Friedman, Block, tous tenants de différentes formes d’anarchisme et qui ont tous réfléchi très sérieusement au problème, toutes ces personnalités … ont des positions absurdes.

Ici, j’ai donc fait un petit bond en entendant cette affirmation. Profitant de ma poussée, j’ai été retourner mon rôti, pour que chaque côté soit correctement cuit. On peut l’arroser légèrement, ou, mieux encore, le recouvrir d’une feuille d’alu pour qu’il ne se dessèche pas.

Rôti de dinde. Miam.

On pourrait croire à un exemple sorti du chapeau, juste histoire de dire. Mais non, l’éléphantesque « mais » continue de grossir au fur et à mesure que la vidéo déroule : évoquant un sujet de philo précédemment posé, notre correctrice continue sa charge ; « Doit-on tout attendre de l’Etat ? » est ainsi rapidement réglé :

L’élève qui va répondre « non, absolument pas, l’individu doit se prendre en charge, ce n’est pas à l’Etat de nous garantir un travail, la sécurité, la sécurité sociale, … », bref, si vous défendez une thèse ultra-libérale c’est un peu une provocation.

Voilà. Être libéral, c’est une provocation. C’est même faire preuve de mauvais-goût : on commence comme ça, et on se retrouve à réfléchir ! Heureusement, la correctrice nous rassure : « C’est un exemple, hein. »

Oui. On se doute qu’il ne viendrait pas à l’idée de grand-monde de tenir des positions aussi absurdes qui entraînent naturellement la giroflée à cinq pétales dans la boîte à sucettes de tout ado revêche qui viendrait sortir à son respectable géniteur, bourru mais attaché aux vraies valeurs, « Papa, je suis libéral ! »

Non mais.

Nous sommes à 2 minutes de vidéos, et on se dit qu’à ce point, on a déjà pas mal pilonné toute tentative de réflexion hors-norme. Ça devrait se calmer.

Ben non : l’exemple suivant continue dans la droite ligne du « mais » éléphantesque de tout à l’heure. Cette fois-ci, « doit-on critiquer la démocratie ? » est l’exemple choisi. Et bien évidemment, si l’élève impudent (et imprudent) répond « oui » en proposant d’expliquer en quoi la monarchie est bien meilleure, eh bien il prend « quelques risques tout de même« .

C’est tout de même gênant qu’une correctrice de philo oppose ainsi monarchie et démocratie. Les Anglais, les Belges, les Espagnols et bien d’autres encore seront ravis d’apprendre qu’en France, la monarchie est vue comme incompatible avec la démocratie, et que cette dernière est l’horizon indépassable du philosophe de Terminale.

A contrario, la correctrice continue en nous expliquant que l’autre position, qui consiste à idolâtrer cette démocratie si particulière, n’est pas un choix beaucoup plus judicieux : la démocratie ne serait pas un régime parfait.

Autrement dit, ce qu’il faut absolument éviter, dans une copie de philo, c’est tout ce qui peut s’apparenter à une position tranchée et claire. La bonne méthode, outre l’habituel découpage « Thèse Antithèse Fouthèse », consiste donc à rester dans la partie molle de la réflexion : surtout, ne pas faire de vagues, ne pas exprimer une position qui n’est pas reconnue officiellement dans la doxa de l’Education Nationale.

Encore une fois, on assiste ici à une véritable censure soft, où l’élève devra montrer non pas sa capacité à aligner un raisonnement construit, étayé et argumenté, mais simplement à recracher une suite de poncifs aussi modérés que possibles, ménageant la chèvre, le chou, la crémière et son sourire. Et s’il dévie des canons standardisés de la mollesse républicaine, s’il n’ouvre pas tout grand le robinet à eau tiède d’une pensée savamment encadrée, plaf, son correcteur l’étrillera.

Le rôti est bientôt prêt. Un délicieux fumet envahit la cuisine. Il faudra faire attention, parce que de délicieux à trop cuit ou cramé, il n’y a que quelques minutes d’écart, finalement. On défourne la volaille et on va pouvoir la servir avec d’aimables petits légumes pas bio (je tiens à ma santé).

Pour la correction philosophique, la réalité est, pour l’heure, heureusement un peu plus nuancée que ne le ferait croire notre correctrice de Prisunic : certains correcteurs n’hésitent pas à faire leur travail consciencieusement, et laisser ainsi des élèves un peu fous exprimer leur ultra-libéralisme scandaleux sans pour autant descendre leur copie.

Mais ce genre de vidéos, expliquant en substance qu’il ne faut surtout pas sortir des sentiers battus, est une parfaite illustration de la gangrène qui ronge le pays : on ne veut plus de gens qui pensent, on veut des gens qui font ce qu’on leur dit.

Et si tout le monde fait ça, c’est comme pour le rôti, on est cuit.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires120

      1. Nord

        Ca dépend: citer Marx pour livrer une critique fondée sur (mettons) Hayek, j’ai comme dans l’idée qu’on rouvre Cayenne rien que pour toi, franco de port!

  1. Pere Collateur

    L’éducation nationale dans toute sa splendeur!
    Machine impitoyable à décérébrer du Kevin à la chaîne.

    Et le résultat est vraiment réussi.
    Ces Kevins (et autre Kevina, Amber, Océane, Kamel Jean Charles, etc…) je commence à les voir arriver dans ma boîte, en entretient d’embauche.
    Mais comment leur parents ont pu laisser faire ça? Ils les détestent à ce point?
    C’est toute une génération qui a été massacrée. Et plus grave, ça continue, et rien ne semble pouvoir arrêter la fabrique à crétins.

    Le pire là dedans, c’est que la génération précédente, la mienne donc, était déjà très fortement polluée. Je ne pensais pas qu’on ferait encore pire…
    Apparemment si… Hélas.

    1. Zorglub

      Personnellement, je viens de passer le bac de philo et, à condition d’être prudent, je pense que l’on peut tout à fait soutenir des positions libérales (bon ok, j’ai pris mes précautions en citant Marx d’abord et Hayek ensuite)…

      J’ai juste une question : qu’est-ce qui va mal avec notre génération??

      1. Pere Collateur

        Bonne question.
        Je dirais, mais ça n’engage que moi, que le passage à la moulinette de l’éducation nationale ne vous a pas donné les armes nécessaires pour affronter dans de bonne conditions la vie de tous les jours.
        Au contraire, elle vous a savamment déstructuré.
        Et au final, l’impression que j’ai, est d’avoir en face de moi des gens formaté pour notamment croire qu’on a un besoins vital d’une autorité supérieur dont on ne peux pas se passer, même pour des choses basiques, alors que c’est tout l’inverse.

        Sur le terrain, outre des carences de culture général et de bon sens « paysan », je constate que trop de jeunes se bercent d’illusions et ne conçoivent même pas que devant un problème la solution est d’abord en eux et pas dans un hypothétique état maman bienveillant.

        Il y a évidemment de louables exceptions. Mais tellement rares…

        Une chose est sur, les conséquences pour notre société seront morbides.
        Et encore, je n’aborde pas le problème de ceux qui sont « hors jeu » comme dans les ZUP qui ont fleuries un peu partout. Là, je crains que ça soit irréversible et que le final sera sanglant.

        1. toni

          Pere Collateur a écrit : « Sur le terrain, outre des carences de culture général … »
          Que se passe t’il exactement ?

          Pere Collateur a écrit : « je constate que trop de jeunes se bercent d’illusions et ne conçoivent même pas que devant un problème la solution est d’abord en eux et pas dans un hypothétique état maman bienveillant. »
          aille ça remet en cause tout ce qu’on leur a expliqué depuis la maternelle. Il n’y a pas de responsabilité individuelle dans les pays communistes Pere Collateur.
          Dans un pays communiste ou presque communiste comme la France, la responsabilité est collective … Autant dire tout de suite que personne n’est responsable de rien.
          De cette façon les dirigeants socialistes obtiennent exactement l’effet inverse de ce qu’ils recherchent.

          Pour les ZUP c’est un mélange de nos problèmes franco français d’éducations nationales en plus des différences culturelles, autant dire que c’est ingérable.

      2. Nord

        Marrant: je n’avais pas vu ton message avent d’écrire le mien (plus haut.) Tu nous écris de Cayenne ou ils t’on laissé filer? 😉

      3. Nicolas

        « qu’est-ce qui va mal avec notre génération?? »

        Le socialisme, c’est la guerre contre l’intelligence. Ca fait donc déjà plusieurs génération que les enseignants bousillent les élèves, eux même futurs enseignants qui vont re-bousiller encore plus bas les élèves, etc… etc… etc..
        Et comme l’école « de ferry » est majoritaire depuis 1945..

        « Et au final, l’impression que j’ai, est d’avoir en face de moi des gens formaté pour notamment croire qu’on a un besoins vital d’une autorité supérieur »

        Souvenez vous des commentaires d’ahurissement lors de la catastrophe au Japon : les japonais ne s’entre-tuaient pas, malgré le destruction de l’Etat dans ces zones ! Stupeur des journalistes, et commentaire du français de base : ils sont aliénés par leur culture rigide et incapable d’exprimer leurs émotions (??)..

  2. Le libéralisme pour les débutants

    Très bonne conclusion générale sur l’état d’esprit français.

    Cette dame fait effectivement froid dans le dos… Il y a une immense machine à endoctriner contre laquelle il faut aller : l’éducation nationale socialiste.

    Par contre, la cuisson des endives au four entourées d’une tranche de jambon, gratinées et baignant dans la sauce béchamel, est tout à fait légitime.

    1. poil

      « la cuisson des endives au four entourées d’une tranche de jambon, gratinées et baignant dans la sauce béchamel, est tout à fait légitime. »

      propos inacceptables. 3/20.

    2. Nicolas

      Autre exemple : une universitaire prof de philo qui exige L’INTERDICTION de Ficht !!!!!!!!!!!!!

      Pas assez à gauche, le Ficht, d’après ce que j’ai compris de son babillement (Pourtant… Il trouve Robesspierre un peu mou.. Et « Se bat pour l’Egalité » )..

      Donc ca, c’est l’Université. Galilée, revient !

  3. Alf

    et en plus, elle est de droâte !!!

    http://www.hansen-love.com/article-la-gauche-morale-suite-76792305-comments.html

    « Quelques coups de canif, publics ou privés, dans le contrat n’y changeaient rien. Un « anticommuniste » était un chien comme le disait Sartre, c’est-à-dire un salaud, un exclu de l’humanité et de ses valeurs, quand, à l’inverse, un militant socialiste ou communiste capitalisait toutes les vertus républicaines : dévouement à une cause commune, générosité, fraternité et même courage. »

  4. yoook

    Ce qui me pose question, c’est comment tu fais pour trouver de tels trucs ! Tu fouilles les coins les plus sombres de l’internet, n’est ce pas ? Des heures à chercher les hyperlinks les plus improbables ! Un maniaque des clics obscurs, voilà ce que tu es ! J’imagine la joie malsaine qui t’anime quand, enfin, tu trouves la pépite sans nom, celle qui t’abime le cortex pariétal dès la première lecture ! Le trou noir du web ! Là où on abandonne toute raison ! Mon pauvre vieux, ressaisis toi !

    1. Li Po

      Il exploite une armée d’enfants qui détruisent leurs neurones et leurs cornées pour fouiller le web en permanence . Quand ils ne peuvent plus servir, ils sont utilisés dans des orgies de pédophiles nazis, puis mangés . Les déchets ne sont ni triés, ni recyclés .

  5. bibi33

    Après avoir écouté ça, on comprend l’urgence d’enseigner la philo dès la seconde, histoire de corriger au plus tôt les élèves ayant des pensées déviantes.

    Car il est inadmissible qu’il y ait encore des élèves libéraux au sein de l’EdNat et il s’agit là d’un ratage massif de la dite vénérable institution, qu’elle se doit de corriger en enseignant comment il faut penser à ceux qui après plus d’une dizaine d’année en son sein, ont l’outrecuidance de penser et mal de surcroît.

    1. poil

      je suis content: mes enfants vont grandir a l’etranger, sauront parler l’anglais et viendront voir la fRance comme on va au Zoo.

      1. Stéphane

        C’est déjà un peu le sentiment que j’ai parfois en revenant dans l’hexagone. Sérieusement.

        Jodorowski dans ses BD utilisait les termes « troglosocialiste » ou « paléosocialiste », ça collait pas mal je trouve.

  6. imper

    Je trouve que la dame de la vidéo a raison. Sans Etat, pas de protection, pas de régulation. L’économie n’est pas viable sans gestion étatique, et nos dirigeants sont on en peut plus qualifié que nous pour savoir quelle direction prendre. Sans la sécu, et tout nos acquis sociaux, notre modèle (envié à travers le monde je le rappelle) se serait sûrement effondré depuis belle lurette, comme tout modèle de société anarchiste qui relève de la dystopie.

    1. imper

      Puis après les méfaits du libéralisme sous Tchatcher et Reagan, ainsi que sa contribution à la crise économique en dérégulant la finance et en donnant carte blanche aux banques, on est en droit de censurer (au même titre que le fascisme et le nazisme) l’ultra-libéralisme.

      1. toni

        imper a écrit: « on est en droit de censurer (au même titre que le fascisme et le nazisme) l’ultra-libéralisme. »
        Oui et ensuite imper, il faut acclamer la sociale démocratie à la Française qui s’inspire d’une idéologie qui a fait 100 millions de morts en URSS et république populaire Chinoise, sans oublier Cuba et la Corée du Nord.

        c’est vrai imper après tout, 100 millions de victimes au goulag, c’est chiadé comme réalisation. Comme h16 je vous dis braveau.

        1. Nicolas

          Pff, tout le monde sait que Staline était en fait un agent de la CIA, et que ce sont les capitalistes qui sont responsables de toutes les famine dans le monde..

      2. imper

        La social-démocratie ne s’inspire pas du stalinisme impérialiste et totalitaire, et qui s’apparente en de nombreux point au fascisme. Fascisme réprimé en France quand outre-Atlantique on laisse des néo-nazis s’exprimer et manifester au nom de la sacro-sainte liberté d’expression incontrôlée, tant chérie par les gens de votre bord.

        Et on ne compte plus les les victimes du néo-libéralisme, que ce soit par les spéculations sur les matières premières agricoles et les famines provoqués ainsi, les centaines de millions d’enfants travaillant dans des conditions inhumaines. L’environnement en prend aussi pour son grade, mais ce n’est pas productif de toute façon, c’est moche, inutile et ca prend de la place en plus. Mais on ne peut tuer tout le monde tout de suite, il nous faut quand même de al main d’œuvre sur laquelle asseoir notre suprématie, hein.

        Alors on continue notre petit business et lobbying ultra-libéral. L’exploitation de travailleurs à travers le monde, se faire de l’argent sur le dos de ces sales pauvres, la routine. Tout cela pour satisfaire les désirs irraisonnés de traders se souciant plus de l’achat de leur troisième Porsche que du sort de l’Humanité. Et vous voulez leur donner plus de libertés. Wtf ?

        1. Théo31

          La plus grande famine de l’histoire a été organisée par Mao : plus de 50 millions de morts. Celle de l’Ukraine (sur la volonté de Staline en personne), plus de 5 millions, alors que c’était le grenier à blé de la Russie. Sans oublier le génocide par famine des Cambodgiens (un tiers des habitants sont morts, excusez du peu).

          Si 20 % des Cubains ont fui leur pays, Imper nous expliquera que c’est un coup des néo-libéraux pour avoir de la main d’oeuvre bon marché aux USA. Mais bizarrement, il n’arrivera jamais à nous expliquer pourquoi aucun habitant, à commencer par les communistes, de pays libéral victime de l’abominable exploitation turbocapitaliste ne demande jamais l’asile chez Fidel ou Kim Jong Il.

        2. yoook

          Ouuuuuuuuuuuuiiiiiiiiiiiiiiiiii ! C’est bien l’euro-super-cagnotte du point goldwin que vous venez de gagner ! Quel talent ! Et felicitations à votre dame !

        3. Li Po

          mais oui petit troll, c’est la faute de Staline ! Lénine était un gentil intellectuel barbichu, Nikita un joyeux clown au nez rouge, Brejnev un gai luron, Pol Pot … arrêtez avec votre délire de Staline pas gentil qui a trahi l’idéal communiste . Tu n’es pas obligé d’être d’accord avec nous, mais ta vision caricaturale du libéralisme qui recrache des poncifs qu’on t’a martelé depuis des années est pathétique . La NRA, wall-street et Chuck Norris ne sont pas vraiment la définition du libéralisme . Apprend et revient critiquer de façon plus constructive . Les libéraux n’entendent pas forcer le monde entier à vivre comme ils le désirent sous prétexte que leur idéal est « juste » …

        4. gem

          nan, j’y crois pas, Imper c’est pas un vrai. Il fait semblant, c’est Aurel qui fait une blague. Aussi bien imité c’est pas possible, on dirait un authentique vase Ming tout neuf, c’est forcément un faux. non ?

    2. imper

      Je ne m’attendais pas vraiment à autre chose que cette condescendance. Quand on voit comment vous considérez ceux qui osent se détourner de la Pravda libertaré, prêché par votre secte heureusement très réduite en France. Ah mais j’oubliais, je ne suis qu’un produit de cette machine abrutissante et aliénante qui a perverti mon esprit et l’a rendu lucide vis à vis de ces idées nauséabondes. Vous avez de la chance d’avoir pu y échapper.

      L’effet papillon a très bien décrit la folie de votre mouvement dans son émission du samedi, mais on n’y montre pas assez d’égoïsme pour que cela puisse être considéré comme étant un reportage sur le libéralisme, allez vous me dire.

      1. toni

        imper, j’ai eu moi même quelques problèmes dans ma vie en plus d’un frère handicapé autiste hyperactif. je connais pas mal d’aspects du modèle social que le monde social nous envie suite à 20 ans de vie avec un frère handicapé.
        Ce modèle social là, perso cela fait depuis que je suis enfant que je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour m’en débarrasser.
        Désolé pour vous mais je souhaite que aujourd’hui ces gens dégagent de ma vie. J’èspère simplement ne pas avoir à sortir les grands moyens.

        Navré pour vous mais je préfère ce que vous appelez l’ultralibéralisme anarchique même en ayant de gros soucis dans ma vie.

      2. imper

        Je compatis à votre sort et à celui de votre frère, sincèrement. Toujours est-il que ce modèle social est indispensable pour beaucoup de nos concitoyens, et des centaines de milliards d’autres être humains rêvent d’y accéder un jour.

        Sans indiscrétion, pourrais-je savoir ce qui vous pousse depuis votre enfance à rejeter le modèle social français ? Et, puisque l’on parle de cas personnels, l’État m’a donné une chance de m’élever, alors que tout me prédisposait à n’être que ruine de mon humanité. Vouloir détruire l’Etat-Providence est un crime contre l’humanité à mes yeux.

        1. toni

          imper, ce qui m’a poussé à rejeter le modèle social Français est sa fâcheuse habitude à vouloir tout égaliser, tout uniformiser alors que chaque individu est unique.
          Mais surtout dans mon cas, les branches des administrations qui gèrent le handicap en France sont gangrénés par les mêmes syndicats qui détruisent le port de Marseille.
          Ces gens là sont des capitalistes qui s’ignorent et confondent intérêt général et intérêts privés. Je les vois comme des seigneurs qui défendent un fief.

          Je prends volontairement l’exemple des seigneurs et de leur fief; pour la réforme des retraites c’est la même chose. Les cotisations que vous payez actuellement servent à payer la retraite de gens nés en 1945 … Vous ne cotisez pas pour vous mais pour eux, systeme par répartition oblige.
          Qui cotise en ce moment pour moi et mes parents nés en 1955 ou après ? Personne.

          Revenons en au sujet qui est l’éducation nationale; Pere Collateur commence à s’apercevoir que quelque chose ne va pas. Le pire est que l’éducation nationale est le premier budget de la nation.

          Quand je vais à la pompe à essence, j’attends d’avoir de l’essence dans mon moteur …
          Pas un mélange composé de deux tiers d’essence et d’un tiers d’eau avec des feuilles mortes.

          Autrement dit les Kevina et Kevin, personne n’a besoin d’eux. Personne n’a jamis osé leur dire dans quel merdier on les a collés.

        2. Li Po

          comparer le fait de vouloir un peu plus de liberté, et la revendication de ne pas imposer de modèle aux autres est pour vous un crime contre l’humanité ? comme les massacres du Rwanda, les goulags ou Buchenwald ? mais quand vous dites l’Humanité, troll, rassurez-moi vous parlez du journal ?

        3. gem

          « Sans indiscrétion, pourrais-je savoir ce qui vous pousse depuis votre enfance à rejeter le modèle social français ? »

          Et d’une, ce n’est pas depuis l’enfance. C’est arrivé par la réflexion, par usage d’un cerveau en état de marche, et contre l’environnement. Et de deux : une sainte horreur de l’injustice et du mensonge.

          Exemple de mensonge : « ce modèle social est indispensable pour beaucoup de nos concitoyens » : Ah, oui ? et à qui, précisément, est-il indispensable ?
          Les gens qu’il transforme en chômeurs, ceux qu’il empêche de se loger ? Les fonctionnaires malheureux à force de n’avoir rien à foutre, ou pire encore de n’avoir que des choses qu’ils savent nuisibles (et je parle d’expérience, je bosse avec eux !) ? Mme Aubry et M. Sarkozy ? Le maire et les habitants de trifouillis, avec sa maternité de 30 accouchements par an où les risque de crever d’un petit pépin sont multipliés par 10 par rapport au chef lieu, son école 5 classes où l’enseignement au rabais coute le double à la collectivité, ses trente HLM occupées pas les cousins et les potes du maire, et quarante pauvres trop fiers (ou trop honnête ou trop faibles…) pour demander à participer au pillage de la caisse publique ?

          En Europe il n’y a pas d’état-providence, il n’y en a jamais eu, il y a juste des états militaristes qui, depuis 1791, se sont engagés dans une guerre totale qui commence par l’enrôlement général de leur population et de leurs ressources, par endoctrinement et la contrainte, et la destruction de toutes les structures parallèle, y compris et surtout quand elles exerçaient vraiment une fonction « providentielle ».

          Mais vous, « Sans indiscrétion, pourrais-je savoir ce qui vous pousse depuis votre enfance à rejeter » le LIBERALISME ?
          Non, ne dites rien, je sais : on vous a dit que c’était la liberté qui causait les malheurs, et vous l’avez cru. L’avez vous observé vous même, expérimenté vous même ? non bien sur, et d’ailleurs vous savez que ce que vous faites librement ne nuit à personne, et que ce que les autres font librement ne vous nuit pas non plus.

          Mais si il vous plait, ce « modèle » (arf !) « social » (re-arf !), moi ça ne me dérange pas que vous le mettiez en place. Vous n’avez même pas besoin d’aller à Cuba ou en Corée du nord, vous n’avez qu’à faire ce que faisait les vrais socialistes quand ils croyaient à leurs lubies : s’organiser en phalanstère et en Kibboutz, et aussi en mutuelle, coopératives, sociétés coopératives de production ouvrières… Des fois ça marche, en général ça marche pas, mais au moins c’est libre et c’est vrai. Si l’autoritarisme marchait il n’aurait pas besoin de pourrir le libéralisme, d’enrôler de force les péons, il n’aurait qu’à se montrer tout nu pour les convaincre

      3. Nord

        pardonnez mon impudence, mais à vous lire c’est d’emblée la condescendance qui vient à l’esprit!

        Que vous désiriez exprimer vos opinions, soit! mais là vous ressassez une logorrhée inepte alors oui, effectivement, on a envie d’écrire bravot (autre version de braveau.)

        Bon alors sur l’Etat-providence et son rôle, un seul point: vous confondez buts et moyens. Nous autres libéraux affirmons seulement que le même but peut être atteint (voire mieux) pour moins cher et avec plus de garanties de choix et donc de liberté.

        Et puis, permettez-moi de préférez que toutes les opinions puissent s’exprimer, même les plus nauséabondes plutôt que de les réprimer! Ces idées-là, voyez-vous, on les combat avec d’autres idées et non des lois liberticides.

        Encore faut-il en avoir des iées, savoir argumenter, mais ce n’est pas le cas, donc on réprime. Libre à vous de préférer ce monde-là.

    3. YP

       » L’économie n’est pas viable sans gestion étatique, et [b]nos dirigeants sont on ne peut plus qualifié[/b] que nous pour savoir quelle direction prendre. »

      OMG ! C’en est un gros poilu, celui-là ! 8-o

    4. Jesrad

      « Sans Etat, pas de protection, pas de régulation. L’économie n’est pas viable sans gestion étatique »
      C’est complètement faux. Comme vous n’avez pas avancé le moindre début d’argument, je pourrais m’en abstenir aussi, mais je crois à la pédagogie par l’exemple, donc: nul ‘régulateur’ ou’planificateur’ n’a indiqué à mon boucher, mon marchand de primeurs ni même à mon employeur d’exercer son activité, ni expliqué comment l’exercer.

      « nos dirigeants sont on en peut plus qualifié que nous »
      C’est là aussi le contraire qui est vrai: je vous invite à vous renseignee sur la sagesse des foules, sur la supériorité démontrée des algorithmes distribués sur les algorithmes centralisés pour la résolution de problèmes NP-complets, et sur le simple fait que le système politique en place promeut en priorité des personnalités sociopathes.

    5. Semaphore

      Avec un pareil pseudo, il ne faut s’étonner que la protection de l’état-nounou paraisse essentielle à celui qui s’en orne…

  7. Guillaume

    Un pied de nez à l’esprit même de la Philosophie…Là pour le coup la dame est en pleine sophistique. C’est franchement navrant et très très très inquiétant quant aux contenus des « savoirs » dispensés par l’EN. On s’en doutait mais que le pourrissement soit si profond qu’on puisse l’étaler sans gêne inquiète tout de même…

  8. Epicier vénéneux

    En clair:
    – fondez-vous dans la masse,
    – soyez mainstream,
    – ne laissez pas dépasser votre tête,
    – ne faites pas trop de bruit avec vos idées subversives,
    – fermez-la ou on vous écrase la gueule à coups de talon,
    – n’oubliez pas de payer vos impôts et d’aller voter.

    1. breizh06

      100 % d’accord.

      Le mode de pensée de cette femme et de ces enseignants, c’est le besoin de se sentir du coté du plus fort (l’Etat), cette espèce d’instinct grégaire. Je pense aux collabos des « heures les plus sombres de notre histoire », de leurs actions pour se sentir eux-aussi « mainstream ». J’imagine très bien cette femme, aujourd’hui, dénoncer les libéraux mangeurs d’enfants, pour les emmener dans des camps de reformatage mental.. 🙂

      Dans le test d’obéissance de Milgram seuls 20% des cobayes américains se rebellaient (encore moins en France). A mon avis c’est le pourcentage maximum d’individus capable de penser par eux-mêmes, et de se rebeller.

      Quelqu’un sait-il si l’adaptation du film « Atlas Shrugged » est prevue en France ?

      1. Théo31

        En parlant d’instinct grégaire, on m’a rapporté l’exemple véridique d’une jeune enseignante fraîchement sortie de l’IUFM qui ne savait pas dans quel syndicat elle souhaitait adhérer et qui a finalement choisi celui qui avait le plus de militants.

        Quant à la critique de la démocratie, la dame ignore probablement que c’est la démocratie qui a tué un des plus grands philosophes de l’Antiquité et que ses disciples, Platon en tête, n’ont eu de cesse de la critiquer.

  9. Theillier

    Bien vu. C’est comme ça que 98% des profs de philo abordent la question politique en effet. Bon à savoir pour ceux qui passent le bac. Simplement une bonne culture philosophique et une argumentation intelligente permettent d’obtenir une bonne note, même avec des idées libérales. J’en ai des preuves chaque année avec mes élèves. J’ai un élève (doué) qui a eu 20/20 en interprétant un texte de Tocqueville avec Hayek. D’autres ont eu d’excellentes notes en citant Bastiat (mais là, c’est moins dangereux, personne ne connaît !)
    En tout cas, je ne peux que recommander un excellent cours de philosophie numérique vendu sur le site http://cours-de-philosophie.fr !

  10. Curmudgeon

    Même pour la construction, les manuels enseignant l’art de la dissertation littéraire, historique ou philosophique indiquent qu’on est libre du plan, mais que, évidemment, il faudrait être tordu pour ne pas le faire en trois parties. Ça n’a pas toujours été ainsi, mais c’est l’orthodoxie régnante. C’est le Principe de Ford : vous choisissez la couleur de votre voiture, à condition qu’elle soit noire.

    1. scaletrans

      J’ai une variante à « Thèse, Antithèse, Fouthèse », extrêmement bien trouvée. Il y a en effet la Thèse et l’Antithèse, mais la Synthèse c’est l’EtatMaman qui vous la met où vous pensez.

  11. Florian

    Il en va de même dans les autres matières et notamment les Sciences Economiques et Sociales, surtout quand elles sont enseignées par un syndicaliste SUD!!!
    C’est bien simple, nous étions deux vilains trolls au milieu de toute une classe endoctrinée et régulièrement mis en avant par ce gentil professeur histoire de nous faire passer pour des mangeurs d’enfants communistes.
    Il nous a même obligé à aller voir Bowling for Columbine afin de faire un débat sur le port d’arme aux USA. Je vous laisse imaginer les poncifs du genre : Parce que vous comprenez, ils ont que ce qu’ils méritent ces abrutis de ricains, ils ont élus W. Bush; c’est la faute du wellfare si la dame devait faire 2h de trajet par jour pour toucher 100$ pendant que son fils de 5 ans a pris son pistolet et tuer un petit camarade; et de toute façon tuer les autres c’est génétique chez les ricains, ils ont supprimé tous les indiens en arrivant!
    Et quand je pense que j’en rajoutai une couche en disant que Raël avait tout compris!

  12. Nick de Cusa

    La question du périmètre de l’action de l’état, c’est à dire de la force coercitive, serait donc une question illégitime, voir interdite ? Aurait-elle mis 0 à Benjamin Constant ?

    1. bibi33

      A l’EdNat aujourd’hui on ne met plus zéro c’est trop vexatoire et stigmatisant pour l’apprenant qui construit son propre savoir.

    2. Hefjee

      Sait-elle au moins qui est Benjamin Constant?
      Rousseau, Marx, Keynes, certainement; Bastiat, Mises, Hayek, j’ai des doutes…

  13. Calvin

    Article magistral !!
    Emaillé de pépites (thèse, antithèse, fouthèse) avec la parabole du rôti de dinde menée de A à Z en parallèle, et une conclusion juste et argumentée.
    Cela m’a fait replonger dans mes propres souvenirs du bac.
    Et là, j’ai une expérience à faire partager.
    Avant le bac (scientifique), j’étais plutôt mauvais en français ou philo (quoique excellent en orthographe), et ce n’est qu’après le diplôme, une fois en fac, que j’ai développé des facultés de rédaction.
    J’ai pu enfin réellement lire les grands classiques, m’intéresser à la culture (non scientifique), à la poésie, à la littérature.
    Au final, c’est bien quand j’ai pu sortir « des sentiers battus », comme dit l’ami H16, que j’ai pu révéler et exprimer ma créativité et ma curiosité littéraires.
    Comme quoi, il y a encore un espoir.
    Minime, mais bon, c’est ça aussi l’espoir…

    1. Jesrad

      De même, ce n’est qu’une fois le Bac passé que des matières qui jusque-là me filaient des boutons (histoire, géographie, français, philosophie, et tout ce qui tient également de la culture en général) sont devenues des centres d’intérêt.

  14. Pascale

    Finalement je trouve que c’est pas si mauvais que ça d’apprendre aux jeunes à se débrouiller dans un environnement conformiste mais hostile. ÇA peut leur apprendre à déjouer des pièges, à naviguer entre deux eaux et, tous comptes faits, à devenir d’excellents commerciaux. Rester dans le moule du politiquement correct est un exercice difficile pour les vrais anti-conformistes et ça peut leur apprendre toutes les techniques de manipulation. À condition, bien sûr, qu’ils soient parfaitement lucides et donc libres …

    P.S. il y a quelques semaines une personnalité s’était étonnée du conformisme des jeunes qui rentraient à l’ENA ….

    1. toni

      Pascale a écrit : « il y a quelques semaines une personnalité s’était étonnée du conformisme des jeunes qui rentraient à l’ENA  »
      Elle croyait que ça allait se passer comment cette personnalité ??!! Un mouton se déplace et finalement tout le monde le suit.

  15. Tabilore

    Hachement balèze, aujourd’hui, H!
    Je me rappelle mon année du bac. Et la philo… Il faut dire qu’en S, on n’avait qu’un programme réduit.
    Toujours est-il qu’à l’époque, je n’avais pas l’esprit ouvert sur la politique, et encore moins sur le libéralisme. Ces lycéens, ont-ils fait comme moi, c’est à dire sont-ils passés à côté de la propaganda officielle? Avoir l’esprit ailleurs, ça a du bon. Je pense que l’âge du bac est un âge où on se préoccupe peu de politique. Ou alors, on a des idées toutes faites, transmises par l’environnement immédiat. On baigne dans un milieu donné et c’est l’âge où les idées, le background se forment.

    Bon voilà, j’ai quand même l’impression qu’aujourd’hui, ça s’empire (ça sent pire) dans l’EN. J’ai passé mon bac il y a 11 ans.

    Enfin, pour finir sur une remarque positive, je dirais que la dame définit les ultra libéraux mangeurs d’enfants comme des gens qui remettent en question le pouvoir monopolistique de l’Etat. Il me semble qu’avant, on parlait plus des libéraux comme des milliardaires avides d’argent. Aujourd’hui, c’est fini; on peut trouver de ces étranges énergumènes dans les lycées.

    Ils sont parmi nous!

  16. josick d’esprit agricole

    Au final, dans son texte, H16 pondère sa critique (ce qui l’excuse, c’est qu’il allait passer à table) :

    Mais si on tient vraiment à s’assurer une bonne note, sachant que ce genre de correctrice existe, il apparait quand même bien risqué de présenter une attitude tranchante.

    H16 devrait savoir que ce n’est pas la moyenne (par exemple du marché) qui compte, mais bien la dernière cotation. C’est donc bien cette dernière information qui vaut, effaçant toutes les autres, ce qui qualifie effectivement l’Ednat de soviétique.

  17. josick d’esprit agricole

    ce qu’il ne faut pas faire en philo pour ne être mal noté…

    Mais le problème est que la Justice française (cf. mon expérience rennaise) fonctionne exactement de la même manière. Une fois que vous n’êtes plus dans les clous de la pensée unique, rien ne va plus pour vous, les « objectifs » critères de notation passent à la trappe tout comme les objectifs critères de jugements.

    Alors vous pensez ! Lorsque le juge me demande pourquoi je ne demande pas le RSA et que je lui répond que je préfère éviter tout contact avec l’administration, je suis fondamentalement hors des clous, ne peut-être qu’un individu très dangereux que ses enfants ne doivent absolument pas fréquenter, que je dois avoir aucune autorité sur eux.
    Simple au final mon affaire.
    Sortir du cadre soviétique français est fatal… aussi bien pour l’EdNat que pour la justice familiale.

  18. Poilagratter

    Bin ça pour un exemple « au hasard », le hasard fait bien les choses.

    Sinon pour le rôti, ce qui est pas mal aussi c’est de rajouter des petites pommes de terres entières, salées et éventuellement épicées, tout autour du rôti. Moi je mets plutôt de l’oignon en tranches que de l’échalote. Et les plus ultras-libéraux pourront tester d’enfoncer à l’aide d’un couteau quelques morceaux d’ail dans le cœur du rôti.

  19. scaletrans

    On parlait de l’influence des syndicats un peu plus haut. Savez-vous que des syndicalistes du public siègent aux conseils d’administration des caisses de retraite du privé?
    C’est pas mignon ça? Il y aurait un papier à faire là-dessus!

  20. Bof

    Bravo pour cet article, le dimanche vous réussit !
    Je me souviens, en effet, qu’en terminal il m’avait fallu du temps avant de comprendre qu’en philosophie on nous demandait juste de recracher dans l’ordre ce qu’on nous avait faire lire. De réflexion, point.

    Rien à retirer donc de votre savoureux article. Sauf l’attaque tout à fait injustifiée contre les endives au four.

  21. Marc-Brandon Pichon-Lévy

    Cher Mr h16,

    Une fois de plus, génial, (il faut toujours flatter avant un « mais ») donc, j’veux dire bon, voilà quoi …il y a un mais :
    d’après la photo, votre dinde est farcie, avec quoi et pourquoi avez vous évité d’en parler ? Ensuite, si vous mettez directement vos endives (ou chicons en nord-pas-de-calaisien) au four, elle vont faire du jus à un point que ça va gâter votre gratin à la béchamel. Donc faites les bouillir puis égoutter plusieurs heures avant de les entourer des tranches de jambon et de les recouvrir de béchamel. Mais même comme ça on a toujours un peu de jus, alors quelqu’un a-t-il un meilleur truc ?
    Tout cela pour dire que s’il y avait eu cuisine au bac en 1970, au lieu de philo, j’aurais eu une mention !

    Proposition de sujet du Bac pour l’an prochain : la philosophie a-t-elle changé en 40 ans ? Réponse : Oui !
    Thèse : Je constate avec horreur que depuis 40 ans la situation a énormément changé, à l’époque, les profs de philo nous déblatéraient un discours ultra gauchiste et constestataire, limite barricadien et au demeurant totalement incompréhensible . Aujourd’hui, il tiennent un discours gentil bisounours.
    Antithèse : Il y a un point commun, ils touchaient et touchent toujours leur salaire de fonctionnaire, avec 2 mois de grandes vacances.
    Synthèse : en fait ils sont presque plus honnêtes aujourd’hui, au moins ils ne crachent plus dans la soupe !

    Dites moi ce qu’il y a dans la farce de votre rôti, et je vous commande illico votre livre!

    PS:(Post-Scriptum, bien sur, je ne fais pas de politique !) pour avoir un bon jus de rôti, il faut un plat en fonte émaillée, vous faites rôtir au début assez fort avec un peu de matière grasse et des rondelles d’oignons en surveillant bien pour ne pas que ça brûle. Quand les oignons sont bruns, et la viande un peu rôtie, commencez à arroser, surtout pas avant. mais comme c’est très chaud, si vous avez un plat en porcelaine, il va péter avec l’eau froide, d’où le plat en fonte émaillée, qu’on ne trouve plus dans le commerce, tout fout le camp, vous avez raison ce pays est foutu. Evidemment, baisser ensuite un peu le four si c’est de la viande blanche à cuire longtemps et doucement pour pas que ça dessèche, mais ne mettez pas de feuille d’alu, on ne fait un rôti en papillote! Voilà quoi.

  22. Flo

    Faire passer une épreuve de philo à des élèves de terminale (sauf, peut-être, aux littéraires purs et durs)c’est comme faire passer une épreuve de maths à des élèves en fin de CP en la faisant corriger par des agrégés.

  23. Tremendo

    J’ai répondu ça sur son blog:
    « La tolérance dans l’éducation nationale c’est d’accepter toutes les positions politiques sauf -malheur!- les positions ultra-libérales qui sont selon vous sont « absurdes » et « inconcevables ». On savait que l’éducation nationale était une usine d’endoctrinement, ce qu’on savait moins c’était le niveau intellectuel de ces profs.

    Vous trouvez que vous avez usé d’argumentation en disant cela… et vous vous dites prof de philo? L’ultra-libéralisme n’existe que dans la bouche des marxistes pour décrire de manière péjorative le libéralisme, seule théorie du droit réellement humaniste basée sur le Droit naturel (le droit de propriété, la liberté d’échanger, le droit à la vie et la sûreté physique). Le libéralisme c’est un Etat de droit avant tout et la liberté économique comme meilleur moyen de sortir les pays de la pauvreté, exactement ce que tous les pays riches ont fait depuis le 19ème siècle et l’avènement du capitalisme, je vous invite à lire Hayek, Friedman, Bastiat, Toqueville, Turgot, Constant, Vargas Losa et autres et vous verrez que vous n’avez aucune connaissance en Droit, en politique et en économie.

    Mais apparemment vous ne vous intéressez pas non plus à l’histoire ni à ce qui se passe dans le monde (réflexe très franchouillard je vous excuse). Opposer Monarchie et démocratie…qu’est-ce qu’en diraient anglais, espagnols, hollandais, belges, suédois ou luxembourgeois? »

    Va-t-elle le valider?

    Quelqu’un a posté le lien de H16
    Voici ce qu’elle a répondu:
    « il a raison h16.. il vaut mieux une pensée forte et subversive plutôt qu’une absence de pensée.. Si seulement il donnait son nom, on pourrait discuter.

    En tout cas le texte est brillant et drôle. « 

    1. poum

      « Si seulement il donnait son nom, on pourrait discuter.  »

      c’est precisement parce qu’on ne peut pas disctuer qu’il serait bien bete de donner son nom…

        1. Nicolas

          « c’est vrai, cette utilisation du pseudo n’est pas très citoyenne et républicaine … »

          Oui, et en plus elle n’est pas à poil !

        2. Semaphore

          Mais bien sûr que le patronyme est important!
          Rappel : il vaut mieux avoir tort avec J.P. Sartre que raison avec Raymond Aron…

          Autre merveille : vous avez juridiquement tort parce que vous êtes politiquement minoritaires »
          (Dédé Leignel, membre du camp du Bien en 1981)

          Pauvre Galilée…

  24. Orangemax

    Tout en étant un affreux étatiste suceur de sang je dois bien reconnaître qu’il y a des choses inquiétantes dans cette vidéo, je vais nuancer après.

    Je ne me considère pas comme libéral encore moins comme libertarien ou anarchiste, mais ce sont des idéologies qui ont leur cohérence et qui devraient donc être recevables dans un devoir de philosophie.
    Autant dire que chacun peut en faire à sa tête est idiot ( ce serait un peu simpliste, l’anarchie c’est pas la partouze géante.) autant défendre l’abolition de l’Etat ou la limitation de son rôle à tel ou tel domaine est tout à fait intéressant.

    Le problème est que la prof est très maladroite dans son explication, en effet dans un devoir de philo de terminale on n’attend pas une prise de position personnelle, mais une prise de position basée sur des références philosophiques, littéraires ou historiques.

    Concrètement il s’agit souvent de donner un aperçu des manières de traiter la question puis d’en choisir une tout en admettant qu’elle peut être réfutée et qu’on n’a pas tout dit.
    Le prof n’a pas à nous en vouloir puisque ce n’est pas vraiment un avis personnel.Même ainsi il est tout à fait possible de choisir Proudhon comme référence et il est étonnant que ce prof n’y pense pas.

    Il est vrai qu’un an de philo c’est peu pour prendre des positions qui soient à la fois radicales et intelligentes, généralement c’est l’un ou l’autre.
    Ceci dit c’est l’avis d’un prof seulement, il y a harmonisation entre différents correcteurs et
    je pense qu’un élève faisant une référence intelligente à Proudhon piquerait la curiosité du correcteur car c’est un auteur peu vu en Terminale.

    PS: Quant à la distinction entre monarchie et démocratie, je ne pense pas que ce soit une erreur mais plutôt, là encore, une maladresse.
    Elle faisait sans doute référence au sens antique des deux termes tel qu’on le retrouve chez Platon ou Aristote: monarchie=gouvernement d’un seul, démocratie=gouvernement du grand nombre.
    On opposait les deux à l’époque, c’était logique.
    La monarchie parlementaire comme forme de la démocratie représentative est une firme récente de gouvernement.

    1. Nicolas

      « , en effet dans un devoir de philo de terminale on n’attend pas une prise de position personnelle, »

      Gni ?????????????????????????????????????????????????????

      1. Orangemax

        Ne sois pas choqué, c’est un simple fait, on attend que l’élève connaisse les courants de penser et puisse s’y référer pour traiter d’une question donnée en étant le plus objectif et neutre possible.
        En gros il doit dire ce que l’on pourrait dire de tel sujet en s’appuyant sur Marx, Tocqueville, Hobbes, Platon, Descartes.
        Bien sûr il peut choisir de développer une approche plus que l’autre (l’approche libérale de l’Etat par exemple) mais même ainsi il le fait sans dire « je », sans dire qu’il s’agit de sa position, il choisit simplement de montrer comment les libéraux pourraient voir la chose.
        Il y a une difference entre dire « je suis libéral et donc je pense que… » et dire « je vais vous parler essentiellement des auteurs libéraux car il s’agit de l’un des courants de pensée qui s’est le plus intéressé au sujet ».
        Il conclut en disant que ce n’est pas la seule approche possible.

      2. Nicolas

        Moi, on m’a appris que les cours de philo, c’était pour apprendre à PENSER, pas à réciter -ce que du reste, on est bien incapable de faire en terminal ! (« PAlez nous de l’architectonique de la raison pur, comparé au Dasein, SVP »)

        Et mon prof était communiste, mais neutre..

        Après, peut être que cela à changer, mais, même si l’objectif était irréaliste, il était au moins noble.

        1. Orangemax

          Apprendre à penser oui, mais en terminale on attend une réflexion de voulant la plus neutre et objective possible.
          Montrer la complexité d’un problème est plus important que d’y répondre en réalité.

        2. gem

          Apprendre à penser c’est aussi commencer par admettre qu’on vient après quantité de gens qui ont déjà pensé avant nous, et que donc il faut être rien d’autre qu’un méchant crétin pour croire qu’on peut penser du neuf (et révolutionner le monde parce qu’il est pas aussi beau qu’on pourrait rêver).

  25. bisounours

    Je suis assistante soociale, et chaque jour, j’ai de magnifiques exemples de l’inanité des aides attribuées, des dysfonctionnements impressionnants des différents dispositifs d’aide, inclus ceux destinés aux handicapés. En fait, nous ne servons qu’à nous mêmes, en alimentant la machine pour aider et faire proliférer les pauvres et en en vivant grassement.
    La mise en oeuvre du rsa en est un magnifique exemple, où des dizaines de fonctionnaires ne servent plus à rien et s’agitent en faisant des photocopies par paquets de 100.
    Depuis que je fais ce métier, je n’ai jamais vu d’amélioration, quelque soit le gouvernement, sachant que c’est toujours le même refrain, à droite comme à gauche

  26. pp

    Le problème sur le fond est que Platon aurait probablement mis un 0 à Aristote et inversement. Comment peut on mettre une bonne note à 2 copies qui s’opposent dans leur conclusion ? Au moins une des deux est forcement fausse. Alors ?

    1. Justement, tu ne juges pas le fond, mais la forme. Est-ce que les deux raisonnements se tiennent ? Oui, alors ça mérite une bonne note.
      Le fond, c’est justement la philo, mais ce n’est pas ce qui est jugé au bac : au bac, c’est la capacité à tenir un raisonnement philosophique correctement (suivre un déroulé logique), même si les prémices sont fausses.

      1. pp

        > même si les prémices sont fausses.

        Exactement ! C’est ce que je trouve non seulement profondement stupide, mais en plus philosophiquement orienté.

  27. Martin Lothar

    Cette pauvre femme doit souffrir de botulisme (maladie causée par la bactérie B1H1L1 et transmise par le concombre libanais mal cuit au four) Tous les philosophes modernes, mondains et festifs en sont atteints. C’est le SIDA des intellos bling bling. C’est odieux de se moquer ainsi des handicapés. Sinon, H16, il était bon le rôti ? Qu’avez-vous bu avec ? (restons philosophes hein !)

  28. Yanis

    Mais, de toute façon, le but de la dissertation c’est de répondre à la question posée ou supposée par Thèse/Antithèse, donc Oui/Non.
    J’ai moi même passer le Bac de philo jeudi dernier, et à la question  » La liberté est elle menacé par l’égalité » j’ai fait une première partie « Oui » et une seconde « Non » en mettant de côté mes avis. Les correcteurs ne devrait-ils pas faire de même?

    En tout cas connaissant les profs de philo de mon lycée . . . la salle des profs est une véritable annexe du parti communiste. Mais cela ma permis de belles joutes verbales avec mon prof tout au long de l’année .

  29. douar

    La chronique de Dominique Seux de ce matin sur France Inter, a propos des sujets d’economie en ES etait tres instructive. Je vous conseille de la lire ou l’ecouter. Je regrette seulement qu’il soit trop poli.

  30. Arnaud

    Personnellement, j’ai plutôt compris qu’il fallait éviter les affirmations péremptoires et non argumentées, c’est-à-dire éviter l’idolâtrie d’un système politique dont on peut facilement montrer qu’il n’est pas infaillible par un exemple historique.

  31. Eva R

    Mais non banane de H16 ce n’est pas être libéral la provoc, c’est de 1. ne pas nuancer ses thèses, ce qui est ce qui est évalué par cet examen 2. utiliser des références trop homogènes, donc ignorer une partie des enseignements du programme… qui incluent différents bords 3. aborder les néo classiques alors que le programme évalue et porte sur les classiques. En somme ce n’est pas ce qui est demandé, et c’est de la provoc car on le fait passer pour ce qui est demandé en se la jouant « je vais plus loin que le programme » alors qu’on le respecte pas.

    L’élève prend des risques en défendant la monarchie car il faut une solide argumentation dans la mesure ou c’est un sujet plus difficile (et non abordé niveau lycée), c’est à dire qu’il doit avoir une solide culture pour fournir une argumentation de même qualité que pour la démocratie. Voilà pourquoi il prend un risque. C’est un sujet ou on fait plus vite fait des raisonnements simplistes ou des contre sens. Le traiter est aussi la meilleure manière de briller, mais il ne faut pas se louper, c’est tout.

  32. Eva R

    N’importe quoi sur le coté mou des raisonnements. J’ai eu une très bonne note en philo cette année en poussant la logique à l’extrême, et en montrant que je savais en faire de même pour la thèse opposée. Je n’ai pas fait de synthèse, donc plan en 2 parties, car les parties se nuançaient déjà suffisamment en elles même. J’ai eu 15, alors ne raconte pas qu’il faut être à fond dans les opinions molles c’est n’importe quoi. C’est une épreuve d’argumentation, de pertinence, de création et d’organisation des idées, pas une épreuve de logique randienne, ça, par contre, c’est sûr…

  33. Eva R

    Tu te plantes simplement sur l’objet de l’épreuve donc tes conclusions sont erronées.

    PS : oups pour le comment en trois parties :/

    1. Mhm. Du calme.
      Si tu sais lire, ce qui est dit c’est que d’après ce qui est expliqué par cette aimable professeur de philo, il faut être mou etc… Ce n’est pas ce que moi, je recommande. Et je ne dis pas que tous les profs pensent ainsi. Je me cite :

      Pour la correction philosophique, la réalité est, pour l’heure, heureusement un peu plus nuancée que ne le ferait croire notre correctrice de Prisunic : certains correcteurs n’hésitent pas à faire leur travail consciencieusement, et laisser ainsi des élèves un peu fous exprimer leur ultra-libéralisme scandaleux sans pour autant descendre leur copie.

      Bref : c’est bien mignon de s’emballer d’un coup, youpi pif paf, mais justement, la nuance nécessite de bien comprendre les termes du débat qui porte sur cette vidéo, ce discours là.

      Merci d’avoir participé.

      1. Eva R

        Oui, oui, je parlais bien de ton interprétation de la vidéo. Je retranscrivais ce qu’elle entendait à priori et que tu avais à mon sens abusivement interprété.
        Je ne m’énerve pas, mais je manie suffisamment mal l’outil pour avoir posté en trois fois, à nouveau je m’en excuse, ça fait pas propre :o)

        Et je maintiens sur toute la ligne. C’est à dire que ta thèse, le titre de cet article, sont à coté de la plaque ou du moins que les propos de la professeure sont très largement passés à travers un filtre un peu abusif et peu pertinent, ce qui fait que tu aurais aussi bien pu écrire cela sans la vidéo.

        Après c’est sur qu’en critiquant la raison d’être de ton article je ne me met pas dans une position évidente ; ça n’est pas synonyme d’emportement pour autant.
        Je suis bien trop loin d’être dévouée à l’éducation nationale pour cela !

        Pour le reste, comme on se connait un peu par ailleurs ou au moins de vue, que je ne suis pas une grosse blogueuse überagressive, pas la peine de me rentrer (un peu) dans le lard. Et puis je ne te veux aucun mal ni discrédit… donc…

        1. Paf

          ceci est vrai dans la mesure ou j’avais de meilleures notes en ecrivant des phrases au hasard qu’en essayant de developper un raisonnement clair.En meme temps cette prof etait vraiment l’illustration parfaite du neologisme H16ien ‘Ubermou’, donc je suis confus maintenant

        2. Le fait est que ton interprétation de ce que j’écris n’est pas celle qu’ont retenu les précédents intervenants, ni même ce que j’ai voulu dire. D’ailleurs, comment expliques-tu le paragraphe que j’ai quoté un peu plus haut, dans ton argumentation ?

          Non non, y’a pas à tortiller. Si je te dis que je ne parle que de la vidéo, que je l’écris dans mon billet et que je te le redis là, c’est ainsi.

  34. Virginie

    Chuis peut être à l’ouest mais je ne vois pas en quoi aller plus loin que le programme serait tellement scandaleux.
    Ce que je ne comprend pas dans cette phrase: « aborder les néo classiques alors que le programme évalue et porte sur les classiques. En somme ce n’est pas ce qui est demandé, et c’est de la provoc car on le fait passer pour ce qui est demandé en se la jouant « je vais plus loin que le programme » alors qu’on le respecte pas. »

    En gros, si je parle des néo-classiques dans ma copie, je fais juste de la sale provoc parce que ça ne fait pas partie du programme et je veux juste montrer que j’en sais plus que d’autres ? Ou alors, j’avais bien étudié le domaine et je savais qu’il existait des mouvements différents et qui ne faisaient pas parti du programme ? En quoi est-ce un tort finalement de vouloir parler d’autres tendances non étudiées dans le « programme »…

    Personnellement à mon bac de philo, j’ai fais une gentille argumentation guillerette avec toutes les idées qu’on pouvait trouver dans le domaine sans pousser bien loin, j’ai eu 16 et voilà. Je suis pas allée bien loin dans le raisonnement, je n’ai pas poussé, fallait pas choquer le correcteur.

    Et honnêtement, parler de choquer le correcteur… Sérieux quoi, le prof qui se choque et qui te saque pour ça (ce qu’elle dit en somme), faut vraiment qu’il soit mauvais dans son métier.

    1. Eva R

      J’entends par « se la jouer plus loin que le programme », le faire sans avoir vraiment les connaissances pour cela.
      TU fais de le provoc avec des néo classiques si on t’a parlé d’un classique que tu snobes et que, surtout, tu parles mal des néoclassiques. = programme pas assimilé, techniquement pas possible d’aller « plus loin ».

      Encore une fois le BAC n’a pas pour vocation de former des raisonneurs randiens ni même des philosophes. On attend une argumentation, organisation des idées, connaissance du programme…
      TU ne peux pas avoir plus de 16 en restant dans le moule.
      Les points entre 14 et 16.5 sont beaucoup plus facile à gravir qu’entre 16.5 et 19. Sortir du programme c’est risqué parce qu’il faut assurer mais c’est aussi la seule manière de briller. Pas de 17 ou 19 sur une copie « bien dans le moule ». 16 au max, entre 14 et 15 si il manque quelque références et ainsi de suite.

      Est ce plus clair ainsi ?

      1. Paf

        ce qui est bizarre c’est que vu les notes que je me tapais en argumentant gentiment dans le programme (des 6 et des 7), je devrais etre un gros cretin.
        bon d’acco

        1. Eva R

          Je me tapais des notes désastreuses lorsque je pondais des arguments solides (uniquement… c’est ce que j’appelle la logique randienne -pour rigoler- A donc B donc C et la logique est supérieure à tout donc ça marche) mais sans l’organisation qu’on est censé apprendre.

  35. Olivier Laurent

    Si vous vous éloignez de la gauche, restez bien au centre…Tout pas (même un doigt de pieds) vers le libéralisme sera sévèrement réprimé.

    L’Etat est votre bonheur. L’Etat s’occupe de tout, gloire à l’Etat.

Laisser un commentaire