RATP : la vie duraille des syndicalistes

Il y avait longtemps que je n’avais plus parlé des syndicats. Il faut dire que nous ne sommes pas en période de gréviculture intensive, encore que le mois de Décembre soit régulièrement propice à quelques débrayages intempestifs. Heureusement, les fiers protecteurs de la veuve encartée et de l’orphelin politisé se rappellent à nous grâce à leur talent naturel en comptabilité créative et leur esprit décidément super-festif.

Et pour cette fois-ci, nous nous occuperons de l’un des bastions les plus solidement défendus du Syndicalisme À La Française : le transport ferroviaire, avec en tête de liste la RATP. En effet, les imprimeries et l’édition en général, avec le Syndicat CGT du Livre (dont les comportements amusants et espiègles sont régulièrement relatés ici ou ), et le transport avec la RATP offrent ce genre de poches de résistance au réel parfaitement hermétiques qui permet la survie de ces bactéries anaérobies alors que le milieu normal ne le permet normalement pas.

Depuis quelques mois, on sent cependant que s’ouvre lentement le couvercle de la boîte de Petri dans lequel s’ébattaient joyeusement la flore bigarrée des syndicalistes en culture. Et ce que l’interstice ainsi ménagé permet de voir n’est pas très joli joli.

Bactéries de Syndicalus Profitans

On se souvient que le mois de novembre avait vu l’éclatement d’un scandale sexuel particulièrement gratiné dans lequel un de ces syndicalistes, en position de force dans l’entreprise, exerçait un droit de cuissage ou faisait pratiquer des activités sexuelles tarifées qui ont fini par agacer l’un ou l’autre collègue, au point qu’un vilain délateur se soit fendu d’une lettre ébouriffante à la police.

Brebis galeuse, évidemment, d’un cheptel normalement sain et intègre, m’expliquera-t-on, la main sur le cœur, en protection du portefeuille. Mmmh. Moui peut-être…

Sauf que depuis ce premier soubresaut à la direction de la RATP, les choses s’accélèrent.

On découvre en effet, assez stupéfait, qu’un récent rapport de la Cour des Comptes accuse de façon claire le Comité d’Entreprise de cette magnifique société (publique, dois-je le rappeler) d’à peu près toutes les malversations comptables et financières possibles. Et les termes choisis par la Cour pour cadrer l’affaire sont pour une fois sans la moindre langue de bois ou arrondi diplomatique :

« Les dérives constatées laissent à penser qu’ils ne sont la conséquence ni de hasards malheureux ni de défaillances humaines. C’est un système de fuite des fonds confiés au comité d’entreprise qui apparaît. »

En clair : le Comité d’Entreprise de la RATP détourne des fonds tant qu’il peut. Et par qui est noyauté ce Comité ?

Surprise : par la CGT.

Et où vont les fonds ?

Dans des fêtes somptueuses aux factures troubles pour des montants ahurissants, auxquels certains privilégiés ont accès. Eh oui : l’égalitarisme, à la CGT, c’est une notion très particulière qui ressemble comme deux gouttes d’eau à du copinage, de la bonne magouille mafieuse et du détournement de fonds massif des poches des salariés et de l’entreprise (et donc, de ses clients, hein) vers celles, manifestement d’un fort beau gabarit, de certains syndicalistes pour lesquels le mot scrupule n’a jamais rien voulu dire.

On se rassure à peine en apprenant que la police financière, habilement rencardée par la Cour des Comptes, est déjà au travail pour ratisser tout le merdier putride que l’organisation syndicale a mis en place pour se financer au frais des usagers des transports en commun parisien. En effet, on peut toujours naïvement penser qu’une telle affaire finira par aboutir… Mais ce serait oublier la force d’inertie incroyable (et qui justifie à elle seule l’emploi raisonné du mot mafieux, un peu plus haut) de l’ensemble de la classe politique qui fait actuellement absolument tout pour camoufler l’affaire.

Car cette affaire n’est finalement qu’un cas d’application particulier de ce qui avait été noté dans un rapport parlementaire d’un certain Nicolas Perruchot, rapidement évoqué dans les colonnes du Figaro il y a quelques jours seulement.

Voilà un rapport fort intéressant qui met enfin noir sur blanc ce dont tout le monde se doutait : toutes les grosses entreprises publiques — ou partiellement privatisées — dans lesquelles l’Etat a son mot à dire, et qui disposent d’un gros Comité d’Entreprise joufflu, sont en réalité les bailleurs quasi-inépuisables des principaux syndicats français.

Et ce rapport, vous voudriez bien le lire, hein, mes gaillards ?

Eh bien ce ne sera pas possible.

Comme l’explique fort bien cet article de Contrepoints, dans un élan de courage qui caractérise les cancrelats politocards qui nous enfument plus qu’ils ne nous gouvernent, le ramassis minables de députés UMP a laissé le pauvre Perruchot se débrouiller face aux bandes de branleurs parasites de députés socialistes qui ont bien évidemment voté contre son rapport ce qui oblige l’enquêteur … à faire disparaître le rapport.

L’ensemble est assez bien résumé dans la petite vidéo suivante. Cela dure presque sept minutes et c’est parfaitement édifiant :

Oui.

Vous avez bien lu, bien vu, bien entendu : mis à part Arnaud Richard (UMP) et Francis Vercamer (Nouveau Centre), qui ont apparemment trouvé le minimum de courage nécessaire pour soutenir Perruchot, pas un seul autre député, aucun des cancrelats socialistes de droite, aucune des minables sangsues socialistes de gauche n’a voulu savoir ce que contenait ce rapport.

Ce ne serait « pas le bon moment » , semble-t-il.

On parle de milliards d’euros détournés, qui iront servir à ces syndicats pour venir vous bloquer dans vos déplacements pendant vos vacances, vous couper votre courant, votre eau, votre essence ou que sais-je encore. On parle de milliards détournés qui alimenteront les gaspillages les plus honteux. On parle de milliards détournés qui servent, ni plus ni moins, qu’à scléroser la société française dans un immobilisme qui, au final, tue le pays.

Mais trois personnes sur toute l’Assemblée Nationale se sont montrées à la hauteur minimale qui consistait simplement à poser la question de savoir si tout cela était bien légal.

TROIS.

Décidément, en mai 2012, avant d’aller voter pour ces parasites, réfléchissez.

Bulletin de vote

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires67

  1. Le libéralisme pour les débutants

    En fait, ils étaient tous très occupés à voter une résolution de principes, hyper indispensable, sur la prostitution.

    Ils ne savent faire que deux choses : foutre l’argent des Français par la fenêtre et les emmerder tout en se donnant bonne conscience.

    1. Higgins

      Surtout que le vote unanime de l’assemblée contre pour l’abolition de la prostitution a rassemblé en tout et pour tout … 17 députés (entendu sur Europe hier matin). Suprême ironie, qui montre à quel point on se fout de notre gueule, la proposition de loi, qui devrait entériner cette mesure que tout le monde attendait dans cette période festive, aura du mal à être étudiée et votée avant le cirque du mois de mai tant le calendrier législatif est, paraît-il, encombré!!! Plus minable, tu meurs.

      1. Le libéralisme pour les débutants

        A voir le Taddei d’hier soir.

        http://ce-soir-ou-jamais.france3.fr/?page=emission&id_rubrique=1508

        D’abord Salin seul, comme d’hab contre des socialistes de droite, de gauche, de nulle part. Patient, courtois, ce qui est constitue sans doute une vertu sociale mais qui rend beaucoup de libéraux un peu handicapé dans un débat.

        Ensuite il y a le député anti-prostitution. Son discours est un modèle de langue de bois étatiste. Responsabiliser pour dire pénaliser… Le tout sans aucun état d’âme sur son rôle : il est là pour commander à la société…

        L’émission est intéressante, mais il faut avoir l’estomac libéral bien accroché.

        1. Nicolas

          Consternant.

          Ces gens sont des fous : ils passent leur temps à insulter Sarkozy, les riches, les banquiers, etc, mais « les rapports de forces » (notion très droits de l’homme !) les autorisent à condamner les autres !

          Tu m’étonnes que les riches se barrent de cette asile !

  2. infraniouzes

    Rien ne bouge, rien ne change. . . mais tout fout le camp. Ainsi va le destin de la France et des Français. Bof, la neige tombe enfin, la dinde sera bien rôtie à Noël, le champagne et tout ce qui y ressemble va couler à flots: pourquoi s’inquiéter Mme la Marquise si vos écuries brûlent ? Faisons la fête… C’est d’ailleurs le résumé du programme du PS: « Travailler moins et s’amuser plus ! ». Qui pourrait dire non à ça ?

    1. NEV

      Vos enfants qui vont payer?… mais il semblerait que l’électeur moyen n’en a rien à foutre de ses enfants, tant qu’il fait la fête…

  3. zen aztec

    « Décidément, en mai 2012, avant d’aller voter pour ces parasites, réfléchissez. »
    Vous avez le début d’un conseil pour alimenter ma réflexion?

      1. NEV

        Je pense qu’il vaut mieux aller voter pour le plus petit parti, même si son programme vous semble nul, l’important est de montrer une bonne fois pour toutes qui commande, quitte à mettre n’importe qui au pouvoir pour autant qu’il ne l’ai jamais eu.

        Répéter cela jusqu’à ce que les gens à qui on confie la gestion du pays apprennent qu’ils ont des comptes à rendre.

      2. Nicolas

         » fuyez ce pays. Quand les moutons vont se rebeller, ça va saigner. »

        Se rebeller ? Vous y croyez vous ? 70% des français au moins sont d’accord avec les principes même, et râle parce que ce n’est pas encore l’homme providentiel qui va enfin faire fonctionner le socialisme correctement. Ca fait 40 ans qu’ils y croient : pourquoi voulez vous que ca change ?

        1. Stéphane

          Parce qu’il n’y aura plus de fric dans les caisses.

          Le socialisme marche tant qu’il n’est pas à court d’argent des autres… Mais lorsque c’est le cas…

          Militer devant un coffre vide de l’a jamais rempli.

        2. Joblagadluch

          Bah! En France, même les « pauvres » ont (pour la plupart) un logement, une voiture, un smartphone, un ordinateur, de quoi manger, etc… Certes, ils n’ont peut être pas de mercedes, ils ne vont pas en vacances au club med, ils bouffent plus souvent des pates que du saumon, etc… Mais de pauvres véritables, incapable de se procurer de quoi se nourrir, il en existe (heureusement!) peu en France. Tout cela pour dire que les Français ont trop à perdre à faire la révolution. Pour rassembler les conditions d’une révolution, il faut que le peuple ait quelque chose à gagner, et pas grand chose à perdre. Or nous vivons dans un pays en apparence démocratique, l’état nourrit les plus pauvres en tondant ceux qui en ont un petit peu plus et ne montre pas trop que les moutons les plus gras ne sont jamais tondus. Bref, « tout vas bien » pour la grande majorité des gens. Donc cette grande majorité ne fera pas la révolution. Elle y aurait trop à perdre! A commencer par le système social, l’éducation, l’infrastructure, etc…

          1. « même les « pauvres » ont (pour la plupart) un logement, une voiture, un smartphone, un ordinateur, de quoi manger, etc… »
            Ca va changer.

        3. gnarf

          40 ans? Je crois personnellement que c’est beaucoup plus profondement ancre dans la mentalite Francaise. Ca remonte au moins a Colbert, pur etatiste beatifie par les Francais.

          Texte de 1846
          http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Minist%C3%A8re_de_Colbert

          « Colbert a été l’organisateur du gouvernement absolu : ses actes et ses doctrines ont régi la France jusqu’en 1789 ; même après cette époque, le principe démocratique introduit dans nos lois et dans nos mœurs n’a pas complètement renouvelé les enseignemens de l’ancienne monarchie. La pensée de Colbert subsiste encore dans nos règlemens de commerce extérieur, dans notre organisation maritime, dans notre système colonial, dans presque toute la pratique administrative.  »

          Ce livre expose directement la continuite d’idees:
          http://books.google.com/books?id=9jknZ2ShklkC&pg=PA41&dq=colbertisme&hl=en&ei=E4rfTsNWz575Btf20bMK&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=8&ved=0CFUQ6AEwBw#v=onepage&q=colbertisme&f=false

          « Colbert estime que l’Etat est le tuteur de tous ceux qui travaillent a la fortune publique, et qu’en dehors de lui il n’y a que desordre et anarchie.
          Plus que tout autre, Colbert personnifie non seulement le mercantilisme ou l’etatisme en France au XVIIeme siecle, mais aussi une conception sui generis du mecanisme economique, distrincte de celle du liberalisme pur et simple. L’Etat n’est pas considere seulement dans ses fonctions de garant de l’ordre civil et de l’integrite nationale, mais egalement comme le gouverneur de l’economie nationale percue comme un tout. Cette conception totalitaire de l’economie connut une breve eclipse au XIXe siecle pour redevenir dominante, a des degres divers, au XXe. Tandis que le totalitarisme a pris des formes extremes et aberrantes dans le monde sovietique et a ete largement copie dans le Tiers Monde, il s’est perpetue en France sous des formes adoucies. La « planification indicative » depuis 1947 en est une expression. »

          Je pense de plus en plus que la France n’a pas vraiment deraille il y a 40 ans. La France est passe des Etatistes de droite aux Etatistes de gauche, avec en arriere plan une conception de l’economie absolument inchangee depuis 2 siecles. Bastiat tout comme les liberaux d’aujourd’hui, n’etait pas ecoute.
          L’Etatisme fonctionnait auparavant car le pays pompait les colonies et pouvait jeter l’argent par les fenetres. Depuis 40 ans c’est fini.

        4. Théo31

          « Pour rassembler les conditions d’une révolution »

          Comme il y a deux siècles, sauf que vous remplacez « plus de blé dans la grange » par « frigo vide » ou « réservoir à sec ». Quand on sait que des gens se sont foutus sur la gueule pour avoir de l’essence, on peut imaginer le pire.

        5. Nicolas

          On peut aussi estimer que la référence à Colbert n’est là que pour justifier des conneries qu’ils n’aurait jamais admises. Par ex, les société subventionnées, oui, mais que 5 ans, après…

          Certes, le mal est plus profond, puisque après guerre, la quasi totalité des professeurs sont communistes..
          Cela dit, c’était pareil en GB, et ils ont finis par s’en sortir !

          Oui, c’est vraiment une vielle histoire. Peut être que les français sont riches par erreurs.. Une minorité l’aurait imposé à la majorité, minorité depuis longtemps disparue..

    1. breizh06

      « l’ensemble de la classe politique qui fait actuellement absolument tout pour camoufler l’affaire »
      Finalement au lieu de voter blanc, il me prend l’envie de retourner la table.

  4. Raoul

    D’habitude la conclusion me fait bien rire… Cette fois-ci, je suis très tenté de la prendre au sérieux.
    En tout cas, merci, pour cet article.

  5. Nicolas B.

    Et après tout, pourquoi ne pas soutenir ces trois députés, leur envoyer un mail de soutien. Leur dire qu’il y a des gens qui en ont marre des dictats des syndicats, qui apprécient que le parlement puisse exercer son rôle de contrôle des dépenses publiques… Et puis, les inciter à aller plus loin en refusant de voter les fonds qui sont alloués à la clique des syndicats??? Après tout, il y a encore des français qui habitent sur le territoire qui sont contre la socialisation à marche forcée du pays! Il est facile de trouver leur mails sur le site de l’Assemblée Nationale!!!

      1. NEV

        C’est même la moindre des choses et le devoir de base du citoyen : Récompenser le méritant. (je ne sais pas si en France on peut votrer pour une personne ou seulement un parti? Je ne vote jamais pour un parti, toujours pour une tête.)

  6. Jacques

    En tant que syndiqué de base, je peux vous dire que je suis autant révolté, si ce n’est plus, que H16. Mais je ne suis pas dupe, et je sais depuis longtemps, par les fonctions que j’ai pu exercé par le passé dans le syndicat, de quoi il retourne exactement. En tant que trésorier d’un syndicat local, j’aurai pu manipuler les fonds du syndicat quasiment suivant mon bon plaisir. Heureusement, la probité, et le fait que je ne partageais pas les conceptions sociales et politiques du syndicat m’ont éloigné de tout cela, avant qu’il ne me vienne des idées d’en profiter.
    Mais je vous le dis, il doit être difficile pour les syndiqués secrétaires ou trésoriers de rester toujours parfaitement intègres, croyez-moi. Je crois que les instances nationales ont entrepris dans mon syndicat de ne pas laisser les locaux la bride sur le cou, fort heureusement.

    1. Nord

      Ce qui prouve bien que ce que les cuistres nomment « cupidité » (mais c’est en général le seul fait des banquiers spéculateurs apatrides et des rentiers sionistes) est bien le principal moteur de l’action humaine.

      Attention, pas l’unique, mais le principal.

  7. infraniouzes

    Cette dictature des syndicats, aux effectifs, somme toute, modestes, me fait penser à l’URSS. Au plus fort de sa splendeur, je crois me rappeler que le nombre des adhérents au PCUS ne dépassait pas les 6 millions. Et pourtant le parti communiste tenait d’une poigne de fer son empire.
    Aujourd’hui, avec la France et ses syndicats croupions mais omnipotents, c’est la même chose.
    Mon cher H16 vous avez bien raison de parler de moutons… Ça bêle, ça bêle et c’est tout ce que ça sait faire.

    1. Nicolas

      Oui : le KGB avec 2000 fonctionnaires seulement a zigouillé 200.000 membres du PC sous Staline…

      -Bon, en même temps ils ont avoué avoir eut des pensées bourgeoise capitaliste, alors..

      1. Théo31

        L’URSS, c’était 660 000 fonctionnaires pour 300 millions d’habitants à la fin du régime. L’EdNat à elle seule, c’est déjà quasiment le double. Sans parler du pouvoir de nuisance de ces personnages.

  8. Pascale

    «  » »On parle de milliards détournés qui servent, ni plus ni moins, qu’à scléroser la société française dans un immobilisme qui, au final, tue le pays. » » »

    Mais non, h16, ce ne sont pas ces milliards détournés qui tuent le pays, ce sont les milliards (!?) que certaines entreprises privées ne payent pas à l’URSSAF ou au Trésor Public !

    1. Nicolas

      « ce sont les milliards (!?) que certaines entreprises privées ne payent pas à l’URSSAF ou au Trésor Public ! »

      Lesquels ?

      Toute ces déclaration sur le montant des fraude, venant de la CGT au passage, ca me semble louche, surtout avec 200.000 fonctionnaires. Ils foutent quoi, en fait, ces fonctionnaires du fisc ?

  9. MarcusVinicius

    Faudra pas que le petit Nicolas vienne se plaindre d’avoir perdu les élections, si vraiement « au plus haut niveau » on donne l’ordre d’enterrer ce genre de rapports.
    Je ne comprends plus le monde dans lequel on vit. Quelque chose m’échappe…
    En tout cas d’accord pour la comparaison entre nos syndicats et la nomenklatura d’ex-URSS. Avez-vous lu à ce sujet l’excellent livre de Mikhaïl Voslenski : La Nomenklatura : les privilégiés en URSS ?

    1. Nicolas

      « Je ne comprends plus le monde dans lequel on vit. Quelque chose m’échappe… »

      Marcus Vinicius =>Winston Smith

  10. Toni

    Je ne comprends pas ce pays. Bon j’admets être porteur d’un léger handicap mais je ne suis pas complètement idiot non plus. Il y a de plus en plus de jeunes sdf … ça ne va pas, il faut les faire travailler disent les internautes.

    Si par hazard, un de ces marginals ou un autre jeune finit à la tête d’un grand groupe 5 ou 10 ans plus tard … ça ne va pas encore parce qu’il n’est pas solidaire de la France.

    ce que j’aimerais savoir, c’est quand est ce que ça va pour une certaine société Française ? Je veux pas être désagréable mais une certaine société Française que h16 dénonce commence à sérieusement me gonfler.

    1. Paf

      rien ne va jamais.les francais se plaignent tout le temps.La bouffe est bonne en fRance, mais je crains que ce soit tout.
      Je reviens au pays pour les fetes.Tout le monde est obsede par l’ecologie, mais tout le monde roule en diesel qui pu du cu.
      quand on dit aux gens qu’ils ont bonne mine, ils repondent ‘il faut le dire vite’.J’ai eu cette reponse plusieurs fois dans la meme journee…

  11. gnarf

    Le plus puissant c’est qu’il est mentionne dans l’article que c’est la premiere fois qu’un rapport parlementaire est rejete de cette facon, passe au pilon, interdit d’en parler…etc.
    D’habitude les rapports passent et ce sont les preconisations qui ne sont pas appliquees.

    1. Joblagadluch

      Ben oui, c’est bien connu qu’il ne faut pas fachier les syndicats de la RATP ou de la SNCF. Parce que cela fait chier les usagers (ie : les électeurs) si ils se mettent en grève. Ca paralyse la capitale, qui compte pour 33% du PIB de la France, et en plus, le pire du pire, c’est qu’ils sont tout près de l’Elysée, Matignon, le Luxembourg, le Palais Bourbon, etc… Et puis un usagélecteur insatisfait, même si il sera remonté contre les vilains syndicats grâce aux show télévisé des ministres d’état (inerte), hé ben il sera au final quand même moins content du pouvoir en place, donc il votrera potentiellement pour l’autre pouvoir, celui qui n’est pas en place.

      1. Toni

        Cela revient à acheter la paix civile à court terme …
        le sentiment d’impunité va s’installer et notre syndicat en redemandera toujours plus.

        Quitter le pays … Parce que c’est ingérable et ingouvernable ce pays.

  12. juni palacio

    L’expression « diktat des syndicats » est assez rigolote. Ils ont une part de la gamelle et grondent fort si l’on s’avise d’y toucher, c’est tout. Ils font comme tous les autres. Et le reste du temps, ils s’entendent fort bien avec leurs voisins de gamelle du MEDEF ou d’ailleurs. H16 nomme ça très pudiquement et joliment du capitalisme de connivence.
    Il y a un bien plus gros gâteau encore : les fonds de la formation professionnelle dans lesquels chacun picore avec bon coeur pour le plus grand bien des salariés de ce pays

      1. juni palacio

        Un jeune et ambitieux ministre avait proclamé haut et fort qu’il mettrait de l’ordre et plus vite que ça dans la gestion des fonds de la formation pro.
        Il a aussitôt été pris d’une crise soudaine de silencionnite chronique pour une raison qu’on ignore encore.
        il a depuis retrouvé un autre poste et la parole pour dénoncer les bénéficiaires du RSA. Bien moins risqué et ça fait tant plaisir aux électeurs…

  13. something

    Mme Elise Lucet a beau faire les gros yeux et donner la parole à M. Perruchot tout ça finira comme d’hab’ par un « pschitt » retentissant. Les français sont choqués sur le moment et cinq minutes après ils pensent à autre chose et/ou ils reviennent à leur disque rayé qu’il vaut mieux des syndicats mafieux que pas du tout, le modèle français patati, le droit de grève patata, les méchants patrons gnagnagna, le service public blablabla, etc etc etc…
    La Strike Mob n’a rien à craindre au pays de la Franconnivence parce que les français sont des cons.

  14. jerome

    Et les millions de l’ IUFM, sensés  » fluidifier » les relations … on attend tjrs le résultat hein !
    Tout ça est le reflet du copinage en oeuvre depuis des années.

    Votez Ron Paul, mille sabors !

    1. Toni

      Les millions de l’iufm sensés « fluidifier » les relations sociales se sont traduits par un parachute doré de 1,5 millions d’euros pour Mr Sauvagnac qui commençait de donner les noms des gens à qui il avait donné des sous.
      Cette affaires a été « classée » … Cette affaires là sera classée … La gabegie et la corruption pourront repartir de bon train.
      Les Français reprendront leurs habitudes … Tant que le frigo et les fêtes de fin d’années sont assurés … c’est ce qui compte.

  15. RonRon

    Un scandale, dénoncé par la cour des comptes (l’état), les journalistes de France2 (l’état), l’enquête va être mené par la police (l’état), et je suppose que la justice (l’état), va envoyer ces infâmes dans une prison (d’état).

    Mais que fait le secteur privé ???

    On se le demande.

    1. Vous voulez dire que l’état se surveille et parvient, après des années longues et pénibles, à se choper la main dans le sac, une fois parmi mille ?

      Quant au secteur privé, vous pensez naïvement que s’il n’y avait pas le moindre problème tous ces gens (du public) ne leur tomberaient pas dessus comme la vérole sur le bas clergé ?
      Vous me faites rire.
      (D’ailleurs, c’est pour ça que je laisse passer ce genre de commentaires…)

      1. RonRon

        Content de d’avoir fait rire même si c’est à mes dépens.

        Puisque tu as eu l’amabilité de laisser passer un message légèrement critique, je te fais une fleure : Si je consulte ton blog, ce n’est pas que je suis mazo mais parce que j’apprécie l’humour, les images, les formules.

        Et je me permet une autre contradiction : dans un système libéral la RATP n’aurait pas été mise en cause, car ce serait légal. Voir les fonds de pension privés qui coulent après avoir versé des salaires et primes hallucinantes aux gérants.

        Comme le dit Oliver Stone (Wall Steet, le film) : « Je pense que l’avidité est une pulsion aussi ancienne que la Bible. Elle est enracinée en nous, mais il semble qu’aujourd’hui elle soit devenue légale. Elle fait partie de la vie. »

        1. Théo31

          Dans un système libéral, la RATP n’aurait pas l’obligation d’avoir un CE et de le financer avec un pourcentage de son chiffre d’affaires comme c’est actuellement le cas.

          Quant aux fonds de pension qui coulent, certains sont gérés par des syndicats.

  16. RonRon

    Je n’ai pas dit que le problème des fonds de pension était dû au gérant, je ne pense pas non plus que les problèmes de la RATP sont dus au CE. Cependant, rien ne t’empêche d’être critique envers ces personnels qui abusent d’entreprises qui sont pour le moins très peu performante.

    D’un autre coté, il est possible que zerohedge maîtrise assez mal le sujet des fonds de pension.

    http://www.zerohedge.com/news/guest-post-next-line-implosion-pension-plans

    1. Où veux-tu en venir ? Qu’il y ait des gens pourris partout est une évidence. Mais quand une entreprise privée merde, c’est avec l’argent de ses actionnaires. Avec une entreprise publique, c’est avec l’argent de tous.

      Tu comprends pourquoi dans un cas, je m’en fiche (il y a tout ce qu’il faut pour régler ça) et pourquoi dans l’autre, je fais un billet ?

      1. RonRon

        Effectivement, je n’ai pas été assez clair.

        Il se trouve que dans ce cas, l’arnaque ne coûte pas un euro à la RATP, ni donc à ses clients. Les personnes laissées sont le personnel de la RATP, au lieu de donner des bisous ou des câlins aux petits nenfants RAPT, ils sont allés aux putes avec, je t’avoue que c’est choquant. D’autant plus choquant que le syndicaliste est sensé défendre les intérêts du personnel pas faire l’inverse. C’est un peu comme les curés pédophiles, c’est une circonstance aggravante.

        Là où je veux en venir, c’est que dans un système dérégulé, les arnaques sont massives et en pratique impunie, c’est le sens de la phrase de gekko : « Maintenant c’est devenu légal ».

        Ces enc…lés de la RATP, tu leurs souhaite la taule, normal, et ils vont y avoir droit. Mais c’est un scandale bien banal à comparé aux sommes hallucinantes captés par un système financier qui demande toujours plus de liberté, où les escroqueries sont légions et … légales.

        C’est la raison pour laquelle je souhaite plus de régulation et moins de libéralisme.

        Tu vas m’expliquer que le libéralisme, ce n’est pas ça, alors je te pose deux questions :

        Faut-il interdire les crédits dans une monnaie étrangère ?
        Faut-il interdire les CDS à nu ?

        J’en ai plein d’autres 🙂

        1. « dans un système dérégulé, les arnaques sont massives et en pratique impunie »
          Non.

          Mais là, c’est à toi de faire la démarche intellectuelle de comprendre pourquoi, et pourquoi ce genre de phrase n’est que du gloubiboulga pour que, précisément, on te fasse adorer les petites interventions de l’état (miam, bisous). Tout le reste de ce que tu dis provient exclusivement du même charabia déversé par tonneaux entiers par ceux qui n’y comprennent rien. Pour ta gouverne (et simplement pour illustrer), le système financier et bancaire US est le domaine le plus régulé du monde.

          Et comme c’est peine perdue, je te laisse trouver pourquoi tout seul.

  17. RonRon

    « Le système financier et bancaire US est le domaine le plus régulé du monde. » Très bonne blague, c’est pour ça que je t’aime.

    Bon ben tant pis, je n’aurais pas la réponse à mes questions.

    Par ailleurs, je ne vote pas non plus, donc on vote pareille et pratiquement pour les mêmes raisons.

    Peut-être que l’expérience des UK nous départagera ??? Ah non, tu vas me dire que ce n’est pas ça le vrai libéralisme, j’ai un pote communiste qui dit pareille, c’est jamais assez communiste et c’est pour ça que ça ne marche pas 🙂

    1. Théo31

      « Très bonne blague »

      Avant de faire son métier, le banquier doit s’enquiller plusieurs milliers de pages de textes réglementaires.

      Quand on ne sait pas, on la ferme.

Les commentaires sont fermés.