Règlement de compte à OK McDonald

Une histoire qui implique un grand groupe capitaliste, de la discrimination, du racisme et de la malbouffe au pays du vin et du fromage, voilà qui tombe à pic pour une journée pluvieuse. Et pour parfaire notre histoire, nous placerons ça dans le Sud de la France, terre d’élection des plus belles affaires mafieuses de notre histoire.

Tout se passe donc à Aubagne, charmante bourgade de Provence, et plus précisément dans le restaurant McDonald qui s’y est installé il y a quelques années. Ici, faites travailler votre imagination et mêlez l’odeur caractéristique du graillon BigMac avec celle de la lavande provençale et l’accent chantant des gens du sud qui déclament un grand « 2 cheeses et 3 petites frites » dans l’ambiance bon enfant du restaurant rapide…

Mais dernièrement, il semble que tout ne se passe pas tout à fait comme ça à McDonal’s : une grève a été déclenchée par les salariés. Zut et zut, l’ambiance choupinette se dégrade.

Et là, ça devient un peu compliqué à suivre. Je vais essayer de faire simple et synthétique, à partir de l’article ici, écrit avec une armée de conditionnels et de tournures ambiguës qui empêchent toute certitude.

Après la lecture de quelques uns des rares articles consacrés à ce micro-fait-divers (qui en dit long sur le syndicalisme et un certain esprit pas tout à fait McDo), on comprend que dans un autre McDonald tout proche, celui de la Valentine (par ailleurs l’un des plus gros restaurant de la chaîne en France avec un chiffre d’affaire particulièrement mammouthesque), les salariés se chamaillent avec la direction ; le syndicat maison, la CGT, est en conflit plus ou moins larvé avec un autre syndicat (FO). Notez que c’est peut-être le contraire, mais sans importance. Il faut juste retenir que les deux syndicats se cognent l’un sur l’autre, et en profitent pour prendre la direction en sandwich, ce qui est très goûtu au pays des Big Mac.

Quel rapport avec mon premier restaurant ? Au départ, aucun, jusqu’au moment où les salariés grévistes du McDo La Valentine sont allés débaucher ceux du McDo d’Aubagne. Le conflit s’étend et les raisons de ce pugilat sont suffisamment complexes pour écarter impitoyablement le pigiste qui a autre chose à faire que vérifier des faits et se renseigner sur ce qui se passe. Apparemment (et j’utilise ici le même conditionnel que les pisse-copies qui ont rapidement expliqué l’affaire en cours), il semblerait qu’un des salariés d’Aubagne (ou de La Valentine, on s’y perd) aurait été victime d’une discrimination.

Horreur.

McDo France

L’explication laisse pantois, je la retranscris ici telle qu’on peut la lire :

« Elle vient d’obtenir une évolution et pas lui. La seule différence, c’est la couleur de peau. Nous sommes solidaires et n’accepterons pas la discrimination. »

Vous l’avez deviné : la direction serait (conditionnel obligatoire) raciste ou discriminerait à la couleur de peau. Mais dans ce galimatias de conjectures, d’hypothèses peu étayées et de banderolles agitées vigoureusement, une autre question s’ajoute aux précédentes : imaginons — folie d’un instant — que la direction ait choisi le salarié noir pour sa promotion, et non la femme blanche.

Eh bien la Direction de McDonald était alors coupable de sexisme, c’était une évidence.

Il faut bien comprendre que dans ce genre de cas, il n’y a qu’une seule réponse : celle de l’Ecole des Fans où tout le monde gagne (le Noir et la Blanche). En République du Bisounoursland, on n’a plus le droit ni d’avoir une couleur, ni d’avoir un sexe. Encore qu’à bien y réfléchir, l’ordre d’évaluation permet de placer au plus bas l’homme blanc chrétien honnête, lie de l’humanité discriminante aux pensées troublées de désirs sexistes, racistes, intégristes et conservateurs, les seules égalités appartenant aux sphères évoluées des minorités visibles des pas-honnêtesLa Société M’A Obligé, pas-blancs, des pas-chrétien et des pas-hommes.

Si l’on y ajoute l’élément syndical, délicieusement opérationnel et pas du tout lié à des histoires d’argent qui sont bien en-dessous des considérations humanistes des encartés du cru, on comprend immédiatement que tout ceci ne peut se terminer qu’avec une soirée mousse et des petits bisous de bonheur sucré et non discriminant.

Cette société merveilleuse vit — heureusement ? — ses dernières années de joie bondissante vers le non-discriminatoire discriminant et la distribution obligatoire de bonbons citoyens. Chaque jour qui passe fournit un nouvel exemple ahurissant de collision débile d’une minorité risible avec une autre, dans la bataille ultime à celui qui sera le plus parfaitement correct, propre sur lui, c’est-à-dire sans tache (mais surtout pas blanc).

J’exagère ?

Même pas, puisqu’on se retrouve avec, par exemple, une plainte pour racisme déposée par un commissaire de police (oui oui) contre une association … de lutte contre le racisme. On se rapproche ainsi du jour où les insupportables porte-drapeaux de la pensée rectiligne vers les goulags centres citoyens anti-discrimination, dirigeants d’associations à la SOS Racisme, CRAN et autre LICRA, se retrouveront à porter plainte les uns contre les autres et à s’entredéchirer dans un bain de sang festif qu’on applaudira des deux mains.

Ce jour viendra.

Mais en attendant, on sera obligé de lire des articles incompréhensibles expliquant pourquoi il faut continuer la lutte contre les méchants (hommes honnêtes, blancs et chrétiens).

J'accepte les Bitcoins !

1LgsNcPvu2cF81uo9KpKs1eZ6mgxoExnCv

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires37

  1. infraniouzes

    Mon cher H16 vous pénétrez sur un terrain glissant, gluant, voire même explosif. Le mot « racisme » ou « raciste » est à prononcer avec précaution selon le côté de la barrière duquel vous êtes.
    Mais quand on n’a pas d’idées pour débattre – ou de solutions à proposer – c’est le dernier recours des vociférateurs, écornifleurs et autres empêcheurs de danser en rond.
    Vous êtes un paumé, un solitaire abandonné ? Repérez la première association antiraciste qui passe, adhérez et c’est bien le diable si 2 ou 3 intellectuels de gauche (pléonasme) qui y grenouillent et y font la pluie et le beau temps ne vous prennent pas sous leur aile protectrice pour vous réconforter et vous promettre, si vous les suivez, des lendemains roses bonbons. Car eux, ont tout compris et vous. . . rien.
    On connaissait la glu ou le miel pour attraper les mouches.
    On a maintenant l’antiracisme sous toute ses formes pour attraper le gogo en mal d’idée.

  2. Calvin

    Excellent article qui fait le lien entre toutes les formes de discrimination positive qui se seront imposées au gré de la culpabilisation de la société, sans avoir jamais été dites comme telles.

    Quelques retouches à apporter :
    goûtu (au lieu de goutû),
    sandwich (au lieu de sandwiche),
    les insupportables porte-drapeauX.

    1. Nicolas

      « formes de discrimination positive qui se seront imposées  »

      Qui SONT imposées, dans les société du CAC40 et autres ayants de bonnes relations avec l’Etat..

  3. caterina

    Il manque aussi la discrimination selon la préférence sexuelle. La lie de la société étant alors un homme blanc chrétien hétérosexuel honnête.
    Concernant le « racisme », il y a l’invraisemblable histoire du joueur de foot à qui l’arbitre de touche aurait dit « dehors l’arabe » ou quelque chose approchant. Je ne savais même pas qu’ »arabe » était une insulte. Dans le dictionnaire, les arabes sont un peuple. Etrange, non?

  4. kelevra

    la nouvelle organisation anti raciste le CACA, et non ca ne s invente pas, ca me rappelle le canada dry, ca a la couleur, l odeur, et le nom et c en est : de la merde.

  5. Jesrad

    « L’homme blanc chrétien honnête, lie de l’humanité discriminante aux pensées troublées de désirs sexistes, racistes, intégristes et conservateurs »

    Il ne manque que nazi, pédophile (car chrétien, hein) et ultragiganéolibéral.

  6. Pascale

    Enfin ,h16, pour nos Bisounours le fait d’être Noir vous assure une plus grande considération que le fait d’être une femme. En effet, alors que l’Afrique du Sud pratiquait l’apartheid racial, celle-ci était mise au ban de l’Humanité et un blocus féroce avait été instauré contre elle.
    On attend toujours que l’Arabie Saoudite soit elle-aussi traitée de la même manière que l’Afrique du Sud en son temps, avec punitions de la communauté internationale pour son non respect du droit des Hommes et pour pratique de l’apartheid sexuel sur la moitié de sa population.

    Ce qu’il y a de profondément véreux chez les Bisounours c’est qu’ils pratiquent toujours le deux poids deux mesures.

    1. Pascale

      On imagine un instant les embarcations chargées de gentils membres (indiniiais) d’ONG humanitaires essayant d’accoster les rives de l’Arabie Saoudite, si au lieu de s’appliquer aux femmes, la discrimination s’appliquait à des Noirs.

      1. something

        je crois qu’en Arabie Saoudite la discrimination s’applique à beaucoup de monde et que les noirs ne sont pas particulièrement bien considérés dans le monde arabe…

        1. Pascale

          Mais ils ont peut être le droit de conduire et de se promener seul dans la rue. Et de toute façon, la question n’est pas là, ce n’est pas le sujet de mon commentaire qui est la différence de traitement entre les discriminations : certaines sont acceptables, d’autres pas.

  7. fifou

    et on peut ajouter, d’ailleurs, Homme blanc, chretien, honnete, heterosexuel, raisonablement moral, grand (voire pas petit), beau (pas moche suffira), marie, fidele… la liste est longue

  8. Calvin

    « la liste est longue »
    Oui, d’autant que je surchargerai aussi la description de notre H16 international :
    « Chaque jour qui passe fournit un nouvel exemple ahurissant de collision débile d’une minorité risible avec une autre, dans la bataille ultime à celui qui sera le plus parfaitement correct, propre sur lui, c’est-à-dire sans tache (mais surtout pas blanc) » et sans tâche (un chômeur à aider est beaucoup plus mieux qu’un pauvre type qui bosse)

  9. Pascale

    Ca me rappelle une réflexion faite par un ministre des 70s’ ou des 80s’ (me souviens plus) qui avait provoqué un tollé parce qu’il avait dit que le malheur qui était arrivé à ces gens (je crois qu’ils avaient perdu un petit enfant) était bien pire parce qu’ils étaient pauvres.

    Je me souviens qu’à l’époque nombreux avaient été scandalisés ( à juste titre à mon avis) que l’on puisse penser qu’un riche souffre moins de la mort d’un enfant parce qu’il est …. riche.

    P.S. C’était forcément pendant les 80s’ parce que le ministre était de gauche.

  10. Gil

    Cet article qui stigmatise les minorités visibles et les syndicats et promeut l’homme blanc raciste (pléonasme mais il est bon de l’enfoncer dans les têtes) sous couvert de victimisation, est ignoble.

    Une solution : un débat non-stop de 16 heures avec Pulvar et ses 4 grands yeux indignés d’amour pour le peuple. Ça vous passera l’envie de déconner.

  11. Merci

    Cher h16, j’admire votre patience courageuse à décortiquer l’inextricable et pour vous récompenser de vos utiles efforts et afin de ne point transformer vos admirables initiatives, voici une petite histoire que vous allez particulièrement savourer, vous et vos fidèles lecteurs, n’en doutons points : réglement et solde de tous comptes des abrutis inutiles nominés de chez Natixis:

    http://chevallier.biz/2011/12/nordine-naam-palme-d%E2%80%99or-de-l%E2%80%99idiot-nuisible-2011-suite%E2%80%A6/#comments

  12. Pascale

    Hors sujet mais lu sur un forum socialiste : »Et on sait désormais que ce qui a fait échouer les banques nationalisées. En fait personne ne contrôlait vraiment ce qui s’y passait.
    Mais c’est normal. L’état peut difficilement faire le boulot et contrôler qu’il est bien fait.  »

    Véritable caricature de la pensée socialiste. Tout y est et surtout cette impossibilité d’admettre que c’est l’État qui fout le bazar alors que les socialistes (enfin au moins celui-ci) le disent clairement.

  13. Franck Boizard

    H dixit :

    *******
    On se rapproche ainsi du jour où les insupportables porte-drapeaux de la pensée rectiligne vers les goulags centres citoyens anti-discrimination, dirigeants d’associations à la SOS Racisme, CRAN et autre LICRA, se retrouveront à porter plainte les uns contre les autres et à s’entredéchirer dans un bain de sang festif qu’on applaudira des deux mains.

    Ce jour viendra.

    *******

    Je fais la même analyse :

    Pourquoi l’invasion migratoire échouera à prendre le pouvoir

  14. Maleypart

    Réduire les individus à leur origine ethnique, liée forcément à leur classe sociale et statut de victime ou de bourreau, voila qui ferait se retourner nos révolutionnaires passés dans leurs tombes (libéraux eux, mais on l’a oublié).

    « I’m not gonna spend my life being a colour… »
    Michael Jackson.

  15. Dolokhov

    http://www.20minutes.fr/cinema/845192-cinema-la-verite-si-mens-3-dernier-asterix-verront-ils-jour

    Il faut sauver la Kulture !

    Elle propose «la mise en place d’un dispositif de sauvetage immédiat», qui passerait par la sauvegarde des éléments et la poursuite des finitions des productions en cours. «Il faudrait figer les choses. On a besoin de temps, entre trois semaines et un mois», a indiqué à 20 Minutes Thierry de Segonzac, qui a adressé une lettre ce lundi matin au président de la République, Nicolas Sarkozy. «Compte tenu de l’urgence et de la gravité de la situation, il nous faut une impulsion de l’Etat», a-t-il expliqué, car les «conséquences économiques et culturelles» pourraient être «irréversibles». Pour lui, «la réussite de ce dispositif [de sauvetage immédiat] implique une mobilisation et une réactivité immédiate des pouvoirs publics et une sensibilisation de l’institution judiciaire autour des professionnels». 

    1. kelevra

      ce cretin des industries du cinema, a en plus le culot de dire la societe est en faillite, mais bon les producteurs voudraient recuperer les images meme s ils n ont pas paye la facture!!! peut etre qu en payant ce qu ils doivent, la situation iraient mieux non? ca ne le choque pas ce cretin a lunettes.

    2. Théo31

      Toujours la même rengaine nationale franchouille : la culture se résume au seul cinéma.

      Mais on ne doute pas une seconde que le petit homme va lui porter secours en lui donnant tout plein d’argent gratuit des autres.

    3. Gil

      Déconnez pas les mecs… là c’est important… dans les films qui risquent d’être perdus, y en a un avec Romain Duris, un autre avec gad Elmaleh, un avec Josiane Balasko et un avec Frank Dubosc… on peut pas laisser perdre ça… et pis Astérix ça sent le chef-d’oeuvre… et La vérité 3 ça fait des années que je l’attends… là on parle bien de culture avec un grand Cul… un grand C, pardon.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)