Hollande président ? Bof. Et après ?

Le second tour approche à pas de loups et les sondages, la presse, les journalistes, les politiciens et les Français sont formels : Sarkozy va y laisser sa chemise. Avec une telle unanimité, on se demande même si le vote de dimanche prochain a une quelconque importance. Partant de cette constatation d’évidence, tout le monde doit donc se préparer à cette fameuse occurrence : François Hollande devient Président de la République…

Nous sommes donc le 7 mai. La France est euphorique : toutes les forces vives de la Nation, qui n’en pouvaient plus d’une droite rétrograde et calcifiée, se sont unies dans un élan passionnel et unanime pour bouter la sclérose hors du pays et porter, dans une vague puissante et joyeuse, l’homme providentiel qui a su insuffler un vent nouveau d’espoir, de courage, d’honnêteté, de volontarisme et — il faut bien le dire — de prestance dans une nation maltraitée par des années de conservatisme aux senteurs naphtalines qui rappelaient les heures les plus sombres de notre Histoire…

François Hollande est donc élu Président de la République avec un score ne laissant aucun doute sur sa capacité à mener le troupeau le pays vers de riants pâturages. Sa carrure puissante de quinquagénaire taillé dans du bois brut, son regard d’aigle, ses muscles turgescents de forçat du travail d’état font frémir les femmes de tout le pays et il sait déjà qu’il pourra compter sur le soutien de toutes ces ménagères enamourées. Quand aux hommes, ils savent déjà reconnaître en lui le mâle alpha qui pourra donner une direction claire et combattre tous les ennemis de la Nation, qu’ils soient des méchants marchés financiers, du capitalisme apatride, ou de la mondialisation anonyme et ultra-libérale.

Bien.

Winnie HollandeCeci posé, et l’euphorie retombée, voici donc François dans la place. Que se passe-t-il à présent ? Certes, ses premiers jours sont consacrés à l’établissement d’un gouvernement qui devra attendre sagement le renouvellement de l’Assemblée Nationale, l’actuelle, violemment de droite, ne pouvant pas le soutenir. Pendant le mois qui vient, il s’agira essentiellement de gérer les affaires courantes. Ce qui veut dire que sur les 100 jours qu’on accorde généralement comme état de grâce, il en passera une trentaine à régler les petits papiers du précédent gouvernement. Le changement, c’est pour plus tard.

Pendant ce mois, on peut imaginer quelques événements extérieurs qui semblent assez logique : contrairement à ce qu’on murmure un peu partout, je ne pense pas que les marchés s’en donneront à coeur joie pour dézinguer le CAC. Il est probable que l’élection de Hollande se traduise de façon relativement modeste dans les cours de Bourse. En revanche, l’Etat français, bien que disposant d’un nouveau chef, et aussi formidable et majestueux soit-il, devra continuer à faire appel à ce fameux marché pour emprunter et payer les dépenses courantes.

Le calendrier des adjudications de l’Agence France Trésor est disponible en ligne et on peut par exemple constater que le 9 mai, le 16 mai et le 22 mai, la France va continuer à utiliser son gros crédit-revolving. Et à ces dates, on pourra mesurer, de façon assez précise, non pas ce que vaut vraiment le petit François, mais la confiance de tous les partenaires de l’Etat français dans sa capacité à rembourser ses dettes. Et là dessus, François n’y pourra absolument rien.

Hollande élu, il faudra tout de même trouver les dizaines de milliards d’euros qui manqueront pour boucler le budget courant d’ici à la fin de l’année. Certes, c’est la fotalaméchante droite, un tel déficit, mais il n’en reste pas moins que, petits poings fermés ou pas, gouvernement socialiste ou pas, Hollande ou pas, il faudra bien combler ce nouveau trou-là.

Hollande élu, il faudra tout de même juguler les 3 millions de chômeurs qui s’agglutinent devant les portes d’un Pôle Emploi inefficace et désuet. Certes, ces millions de malheureux sont le résultat évident d’une politique calamiteuse d’une droite décomplexée qui n’a pas suffisamment assommé les riches patrons d’impôts pour les inciter à embaucher massivement. Mais peu importe : ces millions de chômeurs ne vont pas disparaître une fois le président et son gouvernement renouvelé. Ces chômeurs ne vont pas se dissoudre dans le bonheur sucré d’une assemblée nationale renouvelée d’un bloc vers la gauche, youkaïdi, youkaïda.

Soyons bien clairs : contrairement à certains articles, contrairement même à ce que disait Sarkozy, ce fourbe corporatiste qui aura mis la France dans l’ornière, Hollande élu ne constituera pas le début de l’Armaggedon, la fin du monde, le cataclysme socio-politique que certains s’évertuent à décrire avec force détails sur tous les supports, Facebook inclus.

En réalité, devant ces difficultés évidentes, Hollande sera, finalement, exactement comme Sarkozy et devra surtout composer avec des marges de manœuvre extrêmement réduites.

L’Etat n’a plus un rond. Hollande, comme Sarkozy, devra donc aller en trouver auprès des marchés, ceux-là même qu’il fustigeait mollement dans quelques uns de ses discours les plus palpitants.

L’Europe est en récession. Hollande, comme Sarkozy, devra composer avec des partenaires européens, Anglais, Allemands, Espagnols, Portugais, Italiens, Grecs, qui ont déjà commencé à sentir le vent des boulets. Pour ces partenaires là, le mot rigueur est sérieusement plus concret, et notre super-héros chucknorrissien va donc être confronté, tôt ou tard, à cette réalité là aussi, ne serait-ce que par ricochet (n’oublions pas que les frontières françaises sont étonnamment étanches aux nuages radioactifs, à l’inflation, la mondialisation et à la récession mondiale).

Bien sûr, Chuck Hollande a tout de même plusieurs armes décisives dans sa panoplie de politicien ninja.

D’abord, c’est un socialiste. Ce qui veut dire que tout ce qu’il fera sera immédiatement frappé du sceau de la moralité et de la gentillesse qui évitent les grèves, les mouvements syndicaux, les broncas parlementaires et les hurlements stridents de la presse. Les mesures d’austérité (qu’il appellera autrement, évidemment) passeront donc comme une lettre à la poste, et certains souriront même : trop super, les burettes de vaseline seront gratuites !

Ensuite, l’habile Machiavel de la gauche a truffé son programme de petites pépites qui permettront d’enrober ses mesures les plus impopulaires dans un bon chocolat de moraline sucrée. Une augmentation d’impôts ? Zouf, on propose un grand référendum ou une discussion parlementaire maousse pour une loi cadre sur l’euthanasie ! Une TVA à 33%, des taxes comme s’il en pleuvait ? Paf, on enrobe ça d’une refonte du mariage incluant les personnes de même sexe ! Une diminution des remboursements de la sécu, une inflation qui devient subitement gênante ? Pas de panique, zip, zoup, on introduit le vote des étrangers dans la machine et l’affaire est réglée !

Et le mieux, c’est que ces changements sociétaux ne coûtent officiellement pas un rond sur le budget ! Tout comme l’abolition de la peine de mort avec Mitterrand, on sait que ces mesures seront utilisées ensuite pour glorifier le quinquennat hollandiste dans une iconographie populaire déjà en cours d’impression.

Mais une fois la poussière des âpres débats sur ces questions fondamentales (qui n’a pas eu, un jour, à euthanasier un enfant adopté par un couple gay qui venait de se marier, hein ?) il n’en restera pas moins vrai que les difficultés économiques des individus lambda, en France, seront exactement les mêmes.

Hollande président ne changera pas des masses de Sarkozy, en définitive. Son style, bien sûr, sera différent : moins de tics, moins de paillettes et d’ostentation pénible, moins d’esbroufe. Mais tout autant de bidouille à la marge et tout aussi peu d’argent pour les mettre en musique. Ce sera, finalement, comme d’habitude en France : plus de socialisme, plus de déficits, plus de dette, plus de malheurs pour les individus, moins de libertés…

Hollande président ? Bof. Et après ?

J'accepte les Bitcoins !

1BSFRhiSA7FRedf1z8m9szQhKs4Jh6PHcC

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires129

  1. tn

    « qui n’a pas eu, un jour, à euthanasier un enfant adopté par un couple gay qui venait de se marier »

    Petit oubli

    qui n’a pas eu, un jour, à euthanasier un enfant adopté par un couple gay ETRANGER VOTANT qui venait de se marier

    1. Nicolas

      On garde le mariage polygame et la reconnaissance de l’inceste pour la prochaine élection. Faudrait du reste favoriser toute ces pratiques dés l’école primaire, afin qu’elles ne soient plus minoritaire, donc stigmatisés.

  2. infraniouzes

    Je vois une différence avec 1981. Cette année là les finances de la France n’étaient pas si mauvaises et le François (pas celui-là, , l’autre) a pu piocher dans les caisses pour commencer sa merveilleuse politique de gauche puis emprunter à tout va pour continuer.
    Aujourd’hui, François II se trouve avec une dette gigantesque, un déficit énorme, une récession lugubre, une capacité d’emprunt quasi nulle.
    Comment faire pour arroser le bon peuple dans ces conditions ? Comment entretenir l’illusion du socialisme rédempteur ?
    Wait and see come on fit outré Manche….

    1. Nicolas

      « Comment faire pour arroser le bon peuple dans ces conditions ? Comment entretenir l’illusion du socialisme rédempteur ? »

      Gros impôts, comme d’hab..

      1. gem

        Marche pas. Les impôts sont déjà trop gros. Par exemple en doublant l’IRPP « ce que tu vois » c’est + 50 milliards brut … et « ce que tu ne vois pas » c’est -50 milliards de dépenses privées, c’est à dire pour l’état -10 milliards en TVA, -15 milliards en cotisations, -5 milliards en impôts sur les bénéfices, etc. c’est à dire des recette nette de, quoi ? 10 milliards peut-être ?
        Et bien sûr chômage (combien ? 100 000 ? )

    2. yann

      Francois II de France (1544-1560)
      D’après Wikipédia, « Son règne éphèmère n’a duré qu’un an et cinq mois mais constitue un prélude majeur au déclenchement des guerres de religion. »
      Oups…

    3. Pascale

      A la limite, il s’en moque. L’important c’était d’avoir le pouvoir, il l’aura, ouf. Alors l’état des finances et du pays, ma foi il s’en fout du moment qu’il garde le pouvoir le plus longtemps possible.

  3. Calvin

    H16 : « Ce sera, finalement, comme d’habitude en France… »
    Eh oui, finalement, le changement, c’est faire comme d’habitude…
    « moins de tics, moins de paillettes et d’ostentation pénible »
    Oui.
    « moins d’esbroufe »
    Je suis moins sûr que toi, là…
    Quand on n’a pas de marge de manœuvre (et Hollande en aura légèrement moins que son prédécesseur), que l’on est pressé par sa base et ses alliés, l’inaction s’accompagne d’esbroufe, et l’action (forcément catastrophique) s’accompagne aussi d’esbroufe.

    (une coquille : « qu’il pourra compter sur le soutient », c’est le soutien qu’il espère)

  4. Higgins

    Le souffle nauséabond de la dure réalité: « l’écart se creuse entre la croissance aux Etats-Unis où elle est aux alentours de son potentiel optimal de 3 % (le PMI est au centre de la bande optimale de fluctuation) et la France où elle maintenant négative (le PMI est sous la bande optimale) malgré les acrobaties de l’Insee pour sauver les apparences du village Potemkine, » (http://chevallier.biz/2012/05/croissance-usa-france-l%E2%80%99ecart-se-creuse-suite/)

  5. Calvin

    Je viens de percuter que cet article est encore plus réaliste, que le Président Rose va sans doute saisir la Cour des Comptes pour auditer l’État.
    Et là, soit il y a un (énième) déni de nos institutions, et c’est la casse au bout de quelques mois (car les décideurs concluront que la France refuse de voir la réalité en face).
    Soit le constat est posé, et Hollande doit renoncer à ses promesses de changement et/ou inventer quelque chose de « neuf », donc un saut dans l’inconnu hors Keynes.
    Ce qui ne manquerait pas de piquant.

    1. Marco33

      Il l’a dit deux fois : c’est là et avec ça qu’il va faire l’inverse de toutes ses promesses insensées.
      Je ne serai pas du tout étonné que comme pour la période Jospin -qui avait dirigé le gouvernement qui a le plus privatisé- nous aurons droit à un plan de rigueur mêlant hausses d’impôts, taxes, et faible diminution du train de vie de l’Etat.
      Pour faire passer tout cela, il utilisera la vaseline « Bilan de Sarkosy » et l’anti-inflammatoire « Méchant monde libéral » pour faire passer le tout.
      J’oubliais un détail non anecdotique : les syndicats seront curieusement « absent »… Ils seront reconnaissable de loin avec leur démarche jambes arquées. Pour les adhérents cégétistes, la pause d’un anus artificiel sera obligatoire.

      1. Pascale

        Mais pourtant Hollande vient d’annoncer qu’il voulait donner plus de poids aux syndicats, qu’il voulait les « sanctuariser » et inclure leur prérogatives dans la Constitution. Et ne pas faire de réformes du travail sans les consulter (ce qui a mon avis se fait déjà), mais à cette annonce je me suis immédiatement dit que notre droit du travail déjà méchamment verrouillé allait devenir un véritable bloc de béton façon blockaus.

        1. Deres

          Les avantages acquis sont en train de devenir une véritable ligne Maginot qui nous protège de la mondialisation ultra-libérale, bref encore un exemple du génie français que le monde nous envie …

  6. Camille Lienhard

    Sans rien nier de la nullité du bilan de Sarkozy, il faut quand même admettre que Hollande pousse le délire beaucoup plus loin… Un président élu commence toujours par tenir un certain pourcentage de ses promesses ; au vu du programme du PS, je ne sous-estimerais pas sa capacité de nuisance.

      1. MarcusVinicius

        Le seul avantage à un gouvernement (et un pays entièrement à gauche), c’est la joie (certes un peu malsaine) de voir des gens de gauche obligés de prendre des mesures entièrement opposées à leur idéal-à-la-con.
        Voir les CRS tirer sur une foule de fonctionnaires CGTistes parce qu’il faudra bientôt en licencier certains et baisser le salaire de tous les autres, sera un plaisir de fin gourmet.

        En tout cas, j’espère au moins que le pays est dans un tel état que les mesures devront être prises avant la fin du quinquennat, sinon quel dommage !

        1. NEV

          Oh vous savez c’est exactement ce qu’on a eu chez nous (Belgique) et la sauveuse di roupette a réussi le tour de force à passer comme sauveur car « si ça avait été la droite, les réformes auraient été pires »… En attendant ses réformes sont totalement insuffisantes et basées sur le vidage de fonds de réserve devenus « caducs ».

      2. Camille Lienhard

        Oui je suis d’accord avec ça mais peut-on écarter le danger économique particulier qu’il représente pour autant ? le programme économique de Hollande est un fort cocktail de socialisme et de keynésiannisme. Le premier se heurtera très rapidement à la réalité mais son impact destructeur est tel qu’il y a fort à parier que quelques mesures, prises dans les premiers mois, suffiront à infliger de lourds dégâts au pays — notamment sur le plan fiscal. Le second est plus pernicieux, non seulement parce que ses mauvais effets ne se font généralement pas voir sur le court terme mais surtout parce que, contrairement au socialisme, il n’est pas discrédité auprès de toutes les forces politiques majeures d’Europe (dans une moindre mesure qu’Hollande, l’Europe est déjà keynésienne); par conséquent, au gré des douleurs de l’austérité et des évolutions électorales, le risque d’une contagion de nos voisins par le keynésiannisme de Hollande ne paraît pas entièrement impossible.

        1. « peut-on écarter le danger économique particulier qu’il représente pour autant ? »
          Il est exactement le même avec Sarkozy. Il n’y a *pas* de programme économique de Hollande. Il a promis des trucs et des machins, mais l’état à -80 milliards de marge, c’est plus qu’il n’en faut pour ne *pas* faire ce qu’il prône. Les emplois qu’il créera ? Des jeux d’écriture.

          La seule chose qu’il fera comme promis : avalanche fiscale & rage taxatoire (exactement comme Sarko).

        2. MarcusVinicius

          A mon avais la rage taxatoire est tout de même plus forte chez les gens de gauche.

          NS a quand même des idées moins mauvaises que la flasque socialiste. Il suffit de lire les réponses données aux interrogations de deux sites ayant la tête sur les épaules : l’IFRAP et le Cri du Contribuable. La grosse baudruche ne s’est même pas donnée la peine de répondre au Cri, et à pondu une lettre type de bonnes intentions sans aucune mesures détaillées pour l’IFRAP. Déjà ça, ça fait réfléchir, et ça montre la différence entre les deux gus.

        3. gem

          Ca ne montre rien parce que ce n’est évidemment pas les deux gus en question qui ont lus et répondu, mais deux grouillots acquis à leur cause respective ; la seule différence c’est celui de Sarko a été choisi parmi ceux qui a un peu de respect pour le Cri et l’IFRAP, alors que chez Hollande il n’avaient pas ce modèle de magasin.

  7. Kuing Yamang

    H16 : « Hollande sera, finalement, exactement comme Sarkozy et devra surtout composer avec des marges de manœuvre extrêmement réduites. L’Etat n’a plus un rond. Hollande, comme Sarkozy, devra donc aller en trouver auprès des marchés… »
    —————-

    Et c’est là qu’on va se marrer le plus et qu’on va pouvoir taper très fort… ;-)

    1. channy

      et comme l aurait dit coluche en son temps: vous marrez pas tous cela c est avec votre pognon(avalanche fiscale & rage taxatoire)

  8. bbph

    Autant d’articles pour dire que Sarkozy ou Hollande c’est du pareil au même, ça me fascine…
    Comme tous les politiciens franchouilles sont économiquement socialistes, la différence se fait donc sur le reste, ce que vous appelez des broutilles, comme le mariage des pédérastes et lesbiennes, l’abattage de vieux (z’avez pas à vous débarrasser d’un père où une mère?) et autres malades, ou le vote des gentils immigrés (c’est vrai qu’on s’en balance de favoriser l’implantation locale de certains partis pas forcément libéraux). En 1981 c’est ce qu’ils on dû ce dire aussi les gens biens et cools: « Mitterand président ? Bof. Et après ? ». C’est vrai quoi, la fête de la musique, touche pas à mon pote, la vraie liberté, et tout et tout, en fait la société est devenue franchement géniale, si on met de côté les choses économiques, le seul truc important. Et pis vu que l’un a rien à voir avec l’autre, pourquoi s’en inquiéter, hein. Bon, moi l’expatrié je rigole, parce que pour le coup, je peux vraiment en avoir rien à foutre.

    1. Tremendo

      Sauf que les conneries du vivre ensemble et des budgets en déficit ont commencé sous Giscard. Mittérand a généralisé tout ça ,a voulu tout nationaliser puis a juste mis le frein.
      L’histoire se répètera

  9. Aurélien

    Le plus drôle avec Hollande à l’Elysée, c’est quand la majorité PS s’attaquera au cumul des mandats, et qu’au parlement, dans les régions, départements et grandes villes il faudra, dans un grand élan de partage et de renouvellement, caser tout le monde.

    Quand on sait comment fonctionne le PS et qu’on se souvient de l’ambiance qui y régnait jusq’au début des primaires, on a hâte de voir celui qui a laissé le boxon s’y installer pendant 11 ans chapeauter tout ça…

    1. Pascale

      J’y crois pas beaucoup, et même pas du tout à cette attaque contre le cumul des mandats. Il veut bien se fendre de quelques réformettes qui ne mangeront pas de pain, mais de là à tirer une balle dans le pieds des copains, j’ai des doutes.

      1. Deres

        Si il y a des lois contre le cumul des mandats, cela sera pour la galerie. En parallèle, ils créeront les structures nécessaires pour recaser tout le monde, conserver les avantages et les revenus. Les communautés de communes et les sociétés mixtes sont de bonnes pistes. Si cela se fait, ils mettront de toute façon fin au conseiller territorial qui voulait détruire une partie des doublons …

      2. gem

        L’expérience prouve qu’il n’est pas difficile d’être le patron à la fois de la Région, du département, de la grande ville, du député et du sénateur du coin. Demande à Deferre, à Fabius, à Chirac, à Hérault, etc.
        Il suffit de décider des investitures et du pognon … C’est à dire de contrôler la fédération locale
        Le noncumul c’est bien mais en pratique ça ne change rien si les partis restent les structures de commandes

  10. Pascale

    «  » »Et à ces dates, on pourra mesurer, de façon assez précise, non pas ce que vaut vraiment le petit François, mais la confiance de tous les partenaires de l’Etat français dans sa capacité à rembourser ses dettes. Et là dessus, François n’y pourra absolument rien. » » »

    Mais cher h16, c’est là où vous vous trompez : les Hollandolâtres vous expliqueront que leur idole a été élue pour tordre le coup aux méchants marchés, les mettre au pas et sortir la France de la dictature insoutenable de ces derniers. Par conséquent, ils ne doutent pas une seconde de sa capacité à remplir son rôle de héros très couillu tel que vous le décrivez vous même si bien d’ailleurs. Soyez-en sûr, dès que Hollande va paraître face aux marchés, ceux-ci vont s’incliner, tremblants, honteux tels la bête immonde devenue inféconde devant leur nouveau maître.

    Enfin, perso, quand j’entends les trémolos des Hollandolâtres accompagnés des violons en arrière plan musical, si je n’y connaissais rien en économie, je n’aurais absolument aucun doute sur les facultés viriles de notre homme à terrasser l’hydre et je dormirais sur mes deux oreilles.

    Tout cela me fait furieusement penser à la ferveur qui a habitée notre bon peuple de France et surtout sa presse lors de l’élection d’Obama en 2008. Tout dans le pathos, rien dans la réflexion.

    1. Nicolas

      « les Hollandolâtres vous expliqueront que leur idole a été élue pour tordre le coup aux méchants marchés, les mettre au pas et sortir la France de la dictature insoutenable de ces derniers.  »

      Tant que Hollande ne crois pas un mot de ce qu’il raconte, les idées des gens simples, on s’en tape un peu..

    2. Marco33

      Hollande est un énarque.
      Et comme tout énarque qui fait de la politique, il pense que les français sont des débiles plus ou moins légers.
      Il sort quelques grosses généralités langue-de-bois, 2-3 trucs socialos-démagos pour justifier qu’il fait parti des 1% des plus riches + quelques blagues rigolottes qui en font un type sympa et voilà sa recette.
      Derrière, il se contorsionnera pour doser idéalement vaseline + Emla crème en fonction des tailles de godemichets à nous présenter.

    3. Kamoulox

      « Par conséquent, ils ne doutent pas une seconde de sa capacité à remplir son rôle de héros très couillu tel que vous le décrivez vous même si bien d’ailleurs. Soyez-en sûr, dès que Hollande va paraître face aux marchés, ceux-ci vont s’incliner, tremblants, honteux tels la bête immonde devenue inféconde devant leur nouveau maître. »

      L’Europe commence à envisager l’amorce d’un début d’embryon de projet de relance de la croissance (mais sans rien retirer ni renégocier, c’est la hausfrau Merkel qui le dit) C’est bien la preuve que « les esprits évoluent » et grâce à qui, hein?

      1. Calvin

        Ce ne sont pas les « esprits qui évoluent ».
        Seulement que les politiciens actuellement au pouvoir voient leurs sièges menacés.
        Pour éviter une défaite, il ne leur reste qu’à redonner de l’argent aux électeurs, et tant pis si… « après moi le déluge ».

        1. Laglute

          Exact, on appelle ça la realpolitik…

          Cependant, que vont dire les verdâtres qui sont plutôt adeptes de la décroissance ? N’y a t-il pas contradiction entre eux et Hollande ?

  11. Nicolas

    Le plus drôle, c’est surtout que la majorité des français se suicident pour le bonheur de la fonction public, dont le PSF est la vitrine politique légale..

    Y’en a qu’on pas encore tout compris et qui vont se réveiller avec de sérieuse hémorroïdes..

    Finalement, je ferai bien fonctionnaire moi : tous ces cons qui hurlent pour me donner leur argent parce que Sarkozy-a-humilié-le-peuple, ca m’excite.

  12. christo

    Attention en effet au « bof et après ».

    C’est justement parce qu’il n’y a pas plus un rond, que Hollande va devoir compenser.

    Et en tant que socialo, un boulevard s’ouvre à lui, bordé de tas de contrefeux festifs pour faire « avancer la société ».

    Donc son pouvoir de nuisance sera non négligeable.

    Moins ils auront de prise sur le « réel » (économie, pépettes, crise, dettes) plus ils pourront (et devront afin de masquer la misère) se déchaîner sur les autres sujets.

    Je prends ainsi le pari que Hollande en fera des tonnes sur la lutte contre le « racisme » (après tout la « bête » est toujours là, n’est ce pas, plus forte que jamais). Harlem Désir, qui en crève d’envie depuis des lustres, aura un poste majeur dans le gouvernement (en plus ça tombe bien il est coloré et donc festif et donc dans le coup).

    Et avouez que là, on rigolera quand même moins qu’avec d’autres fariboles comme le mariage homosexuel.

    Ca va dégouliner de partout. Ca va être infect.

    1. Pascale

      Oui il va créer de toute pièce des boucs émissaires : les riches, les patrons, les racistes, les fascistes, pour masquer son incompétence et son inutilité face aux vrais problèmes

    2. Paf

      je ne sais pas.Quand on les laisse faire les Degoche sont plus racistes et plus fascistes que n’importe quelle autre obedience; m’etonnerait pas qu’on voit l’exact inverse de ce a quoi on s’attend.

    3. channy

      « Harlem Désir, qui en crève d’envie depuis des lustres, aura un poste majeur dans le gouvernement  »
      Et grâce a cela plus besoin de payer ces contraventions.

  13. Marco33

    Hollande a sa recette pour nos déficits :
    – tout faire pour créer la structure européenne qui prêtera sans regarder : voilà la finalité des eurobonds.
    – diluer une part importante de la dette nationale vers les collectivités.
    Cette dernière trouvaille est marrante car il va pouvoir donner la patate chaude à ses petits « camarades » qui gèrent les régions….
    Pour l’augmentation des impôts et taxes, il justifiera cela par le « bilan Sarko ».
    Les syndicats seront obligés d’approuver, vu qu’ils l’ont soutenu…

  14. Deres

    Je ne suis pas trop d’accord en fait. Je pense qu’au contraire Hollande incarne à fond tout ce que la France a de plus conservateurs et de médiocre. Le pays étant devenu socialiste, le conservatisme a changé de bord. Les changements sociétaux sont un cache misère de la volonté de ne rien changer au système actuel. Ce sont juste des reconnaissance de la nature de fait de notre société moderne. Par contre, la retraite doit rester à 60 ans. L’ISF doit revenir à son ancien niveau. Les 35 heures doivent être conservés même si tout le monde est d’accord que c’est une catastrophe. Rien ne doit changer. La volonté d’ajouter des choses à la constitution est le paroxysme de cette volonté de congeler le pays dans son état actuel. Après le principe de précaution, Hollande veut y ajouter le rôle des syndicats, qui sont eux aussi extrêmement conservateurs … car ils protègent principalement des avantages acquis créateurs d’inégalités entre les français.

    Sarkozy, lui aime l’action et le changement, même si c’est en mode girouette avec volte-face permanent et manque de volonté à long terme. Derrière son discours officieux qui cherche à rassembler, on sent poindre sa volonté de réformer le pays. le souci est surtout qu’il a essayé de le faire avec la méthode française habituelle, c’est à dire en empilant les lois, les fonctionnaires et les taxes. et Attaquer les syndicats et vouloir court-circuiter les corps intermédiaires par référendum n’est pas une bonne idée pour gagner des soutiens politiques … D’ailleurs ces idées anti-immobilisme créent un flottement dans sa propre majorité … Le problème, c’est que pour gouverner, il faut un parti et que celui-ci suit les opinions majoritaires socialistes car il craint en permanence pour sa gamelle. A noté que pendant son premier septennat, certains sujets trop chaud ne pouvait être confiés qu’aux homme liges ou n’ayant plus rien à perdre (Hortefeux, Besson), les autres se gardant bien de travailler sur des sujets clivants …

    1. « Hollande incarne à fond tout ce que la France a de plus conservateurs et de médiocre. »
      Ah mais je suis tout à fait d’accord avec ça.

      1. Deres

        Je ne suis pas d’accord avec le fait que Sarkozy et Hollande au final, ce sera la même chose.

        Les risques sont beaucoup plus grand avec FH que cela tourne sectaire. Avec NS, c’est service minimum, mais il fait au moins 2 ou 3 trucs dans la bonne direction. Personnellement, même si ce n’est pas de gaieté de coeur, je pense qu’il vaut mieux voter Sarkozy. Se tirer dans le pied en votant FH est de la haute trahison pur et simple. S’abstenir, c’est favoriser le leader des sondages donc cela revient à voter pour lui.

        1. Paf

          « cela tourne sectaire »

          ca veut dire quoi ca concretement?

          « il fait au moins 2 ou 3 trucs dans la bonne direction »

          et 25 dans la mauvaise.Hollande ne va rien faire du tout.

          « S’abstenir, c’est favoriser le leader des sondages donc cela revient à voter pour lui »

          n’importe quoi.s’abstenir c’est s’abstenir.Cela revient a aller a la peche.C’est s’abstenir au lieu de voter Sarko qui revient a favoriser hollande, mais les bons petits soldats de l’ump en ordre de marche ne sont pas du genre a s’abstenir, n’est-ce pas.

        2. Théo31

          « Les risques sont beaucoup plus grand avec FH que cela tourne sectaire. »

          Gros Lande est certes entouré de gens sectaires mais son cul est très accueillant.

  15. bibi33

    Tout comme Sarkozy, Hollande ne passera pas 2012!

    Donc après Hollande c’est retour aux urnes dans le meilleur des cas.

    1. alpharuper

      De toute façon, la fin du monde est pour le 21 décembre, si le réchauffement climatique ne nous a pas noyé (et ébouillanté) d’ici là sous des flots d’iceberg et autre calottes glaciaires fondus !

    2. Calvin

      Non Bibi.
      Même si je t’accorde un passage aux urnes (inutile car il disposera de la totalité des pouvoirs en France), comme sorte de référendum, cela ne concernerait que l’Assemblée Nationale.
      Flanby resterait donc aux commandes.
      Et dans un scénario grec ou italien, le FMI nommerait certes un Premier Ministre technocrate (lire « de chez Goldman & Sachs »).
      Flanby resterait donc aux commandes.

  16. Jacques

    Au fond, j’aimerais beaucoup que vous ayez raison, H16, la continuation pour le pays d’un petit bonhomme de chemin, cahin-caha. Sauf que je n’y crois pas, la situation est plus proche d’un tipping point qu’on ne le pense en général.
    Ce que dit Charles Gave sur Reichmantv, par exemple, ou les infos que donne Pierre Jovanovic sur son blog montre plutôt que nous arrivons au terme de ce qu’il est possible de faire en matière de camouflage de poussières sous le tapis… En l’occurrence, pour rester dans l’image, le poids de ces poussières font plutôt craindre l’effondrement du plancher, maintenant.

    Puissiez-vous cependant avoir raison !

    1. Je ne sais pas. Je suis assez d’accord avec l’idée qu’on se rapproche d’un point de rupture, mais j’ai eu le malheur de prévoir cette rupture bien trop tôt (2007/2008 pour ceux qui me lisaient déjà à ce moment). Je ne croyais pas dans les capacités des Etats à faire durer le plaisir aussi longtemps (4 ans) …

      1. Calvin

        Les Etats (européens, mais pas que) se sont serrés les coudes et ont utilisés des artifices comptables durant ces années.
        Quant on arrivera au point de rupture, il sera donc plus violent et quasiment global.

      2. Jacques

        Je ne parviens pas à situer quand le point de rupture sera atteint, probablement n’est-ce pas prévisible, mais je sais que pour tout mouvement, à terme, il y a toujours un retour de balancier, et celui qui va venir risque d’être tellement fort qu’on pourrait voir une restauration de l’Ancien Régime, au point où nous en sommes… Je parle au sens symbolique, bien sûr, mais méfions de la colère si longtemps contenue par autant de monde, parce que les fourches et les piques pourraient vite revenir à la mode. Et moi, je ne serais pas effondré de voir se promener sous mes fenêtres quelques têtes de « dirigeants capables » ou autres socialoïdes au bout des piques…

        1. Jacques

          Je n’ai pas défendu l’idée de révolution, je la crains, en vérité, mais je la vois venir aussi, et plus vite encore avec Hollande qu’avec Sarko

        2. LJ

          Et si, justement, rapport au balancier, maintenant etait mieux que plus tard? Au moins d une certaine facon n aurait (n aurat ?) il pas menti « le changement c est maintenant ».
          Car vous paraissez vous aussi en etre convaincus de l existence et la proximite du point de rupture.
          Et malheureusement -j espere avoir tord- mais je ne crois pas en la capacite de nos dirigeants de nous eviter un coup de tete dans le mur.

  17. BA

    Mercredi 2 mai 2012 :

    France : nouvelle contraction confirmée dans l’industrie en avril.

    L’activité du secteur manufacturier français a de nouveau ralenti en avril, selon les résultats définitifs de l’enquête Markit auprès des directeurs d’achats publiés mercredi, qui sont moins bons que ceux annoncés en première estimation.

    L’indice PMI s’est établi à 46,9 le mois dernier, un niveau inférieur à la première estimation (flash) de 47,3. Il s’était inscrit à 46,7 en mars, repassant sous le seuil de 50 qui distingue croissance et contraction.

    L’indice de la production manufacturière se redresse mais continue d’indiquer une contraction, à 47,5 contre 47,7 en première estimation et 45,6 en mars.

    L’indice des nouvelles commandes recule de nouveau à 43,5 contre 45,1 en première estimation et 43,8 un mois plus tôt.

    « La faiblesse du secteur manufacturier français persiste en avril, les fabricants signalant une diminution particulièrement inquiétante du volume des nouvelles commandes », déclare Jack Kennedy, économiste senior chez Markit.

    « Les entreprises interrogées font de nouveau état d’une demande intérieure fragile, mais signalent également la faiblesse des ventes sur les marchés européens. Les replis annuels de l’indice PMI en janvier et en février 2012 laissent présager des données officielles sur la production industrielle française conformes à une nouvelle contraction dans le secteur », ajoute-t-il.

    http://www.latribune.fr/depeches/reuters/nouvelle-contraction-confirmee-dans-l-industrie-en-avril.html

  18. Calvin

    Il y a quand même quelque chose que Hollande peut faire, et assez rapidement.
    Indexer, comme il s’y est engagé, le SMIC non plus sur l’inflation, mais sur la croissance.
    Vu que les syndicats ont soutenu Hollande, ET donc le projet, ils ne pourront qu’accepter.
    Techniquement, le SMIC devrait rester stable voire diminuer (si Hollande est logique avec lui-même et s’il a le niveau CE2) sur plusieurs années…

    1. Deres

      Non, son projet, c’est qu’au lieu d’avoir des augmentations automatiques, ce soit lui qui gracieusement, tel le père Noël du petit peuple, octroie depuis son palais de l’Elysée de généreux coups de pouce avec l’argent des autres, car c’est un homme bon avec ses sujets.

      1. Deres

        Sarkozy a été bien idiot de supprimer ces petits coups de pouce généreux ainsi que l’amnistie présidentielle sur les contraventions … La démagogie cela rapporte toujours et vu les promesses tout azimut de FH, il est au courant.

  19. no pub

    Nicolas Sarkozy, Queen Elizabeth, et Barak Obama meurent en même temps et se retrouvent en enfer.A leur arrivée, ils repèrent un téléphone rouge et immédiatement demandent quelle en est l’utilité.Le diable leur dit qu’il peut être utilisé pour appeler la terre dans des circonstances exceptionnelles.Considérant tous les trois que les circonstances sont exceptionnelles car ils n’ont pas eu le temps de régler tous leurs problèmes, ils décident de demander s’ils peuvent s’en servir.Obama demande donc d’appeler les Etats-Unis, il parle pendant 5 minutes et le diable lui dit qu’il lui doit 1 million de dollars. Obama fait un chèque. La Reine Elisabeth demande donc à son tour d’appeler l’Angleterre. Elle parle pendant 20 minutes et le diable lui demande 6 millions de livres. Elle paye.Nicolas Sarkozy à son tour prend le téléphone, appelle la France et parle pendant 4 heures. A la fin de l’appel le diable lui dit qu’il doit 5 euros.Quand Obama entend cela il rentre dans une rage épouvantable et demande au diable pour quelle raison Sarkozy est il traité de manière préférentielle.Le diable sourit et lui dit que depuis que François Hollande est devenu président, la France est devenue un enfer et que c’est donc un appel local.

  20. T-Buster

    Pour moi si c’est la fin de la règle « d’un fait divers une loi (stupide/inutile) » c’est déjà pas mal.
    Quand au reste je n’attend rien de positif de toute façon.

    Sinon il y a un truc qui me chiffonne. D’habitude tes analyses sur le futur de la france se conclue par:
    Ce pays est Foutu.
    La c’est juste bof.
    Surprenant.
    H16 reprendrait-il espoir dans l’avenir de cette contrée ??

  21. Paf

    en fait Hollande a ete plutot sobre dans ses promesses, au point ou on en est et pour gagner il aurait pu nous promettre la fete du slip; puisque ca n’a pas l’air d’inquieter tant que ca les electeurs PS de savoir ou Flambydochon va trouver les sous pour se financer, autant y aller large et promettre deux fois plus! moi je dis petit joueur.

  22. Paf

    je regarde le debat sur ternet et ce qui me frappe avant tout c’est la voix de Flamby qui est insupportable et pseudo-larmoyante.

      1. Paf

        on dirait qu’ils ont chacun un kleenex dans la bouche, ca doit etre un truc pour sonner bonhomme, sympa et pepere.Sarko se fait taper sur ses hausses de taxation, bien fait pour lui.

        1. Paf

          c’est fort ils se battent pour etre celui qui va economiser le plus tout en depensant plus tout en laissant tout pareil.

        2. Thomas

          Un point que personne n’a relever dans la presse (ou dans le débat),
          durant le débat sarkozy à parlé des poches de l’état au début quand il étaient sur le theme de la TVA: je crois quelque chose comme « l’état a deux poches, les impots et la consomation »
          j’ai trouvé le mot de poche génial, l’état fait les poches des gens, donc dit clairement qu’il vole, et personne ne bronche :p

  23. Théo31

    Si Gros Lande est élu, je vois bien une petite dégradation de la notation de l’Etat national Socialiste franchouille dans les jours qui suivront.

    1. Paf

      moi je pense au contraire qu’ils vont attendre le plus longtemps possible pour faire quoi que ce soit histoire de faire genre ‘ca n’a rien a voir avec l’election, c’est la khonjonctuhr’

  24. ps37120

    Comme j’aime à le dire, il est un temps ou les loups ne peuvent plus être les gardiens de la bergerie. La France à besoin d’un avenir plus serein avec elle même pour aborder les prochaines évolutions qui ne manqueront pas de marquer notre avenir. On l’a vu, Mr Sarkozy est intellectuellement à la rue, comment croire qu’il puisse affronter avec intelligence ce qui va suivre. On a tous constaté les dérives de la politique de Mr Sarkozy. Ses mensonges en on trompé plus d’un. Ce personnage prône l’honnêteté, c’est équerrant et ça ne fait qu’alimenter le stresse d’une société déjà en difficulté.

    La liberté, quelle belle chose! C’est un ingrédient que l’on sert aux ados pour vendre des produits pas très utiles. C’est aussi ce que l’on vend pour emprisonner les autres dans un système.
    La liberté n’existe pas, arrêtez de brandir cette carotte qui ne manquera pas de frustrer les autres.

    « Hollande président ? Bof. Et après ? »
    On dirait le commentaire d’un jeune homme pourris gâté qui ne peux se contenter de ce qu’il aura. Rien n’est parfait. Je sais que le pessimisme peut faire avancer les choses, mais laissons Mr Hollande nous prouver ce qu’il peux faire, l’autre à déjà fait l’évidence de son incompétence.

    J’aime lire vos articles, comprenez là, qu’il s’agit de débattre et non de se battre.
    Bon courage pour la suite, à bientôt

    1. « La France à besoin d’un avenir plus serein »
      Ah. C’est raté, alors.

      « La liberté, c’est un ingrédient que l’on sert aux ados pour vendre des produits pas très utiles »
      Voilà bien de la philosophie de Prisunic. Et le reste est à l’avenant. C’est toujours à la fois touchant et pathétique, un esclave qui justifie ses chaînes.

      I would remind you that extremism in the defense of liberty is no vice. And let me remind you also that moderation in the pursuit of justice is no virtue.

        1. ps37120

          Encore une fois, ta perception des choses n’alimente que ta naïveté. Si ça peu convenir à ton égaux de croire que tu ne peux me faire changer d’avis c’est dommage.

          1. Tu ne veux pas être convaincu, et je n’ai pas de temps pour le faire. Et puis, tu n’en as manifestement pas non plus (tu ne te relis même pas).

      1. Paf

        « Que veux tu dire? »

        listons les fautes de ton message:

        à besoin: a besoin
        c’est équerrant: kamoulox
        en on trompé: en ont trompé
        le stresse: stress
        un jeune homme pourris: pourri
        qui ne peux: ne peut
        comprenez là, qu’il s’agit: comprenez qu’il s’agit là
        à ton égaux ; à ton ego

        « mais laissons Mr Hollande nous prouver ce qu’il peux faire, »

        et tu accuses H16 de naivete.Mort de rire.
        Guignol.

    2. Calvin

      A ps37120…
      Comme j’aime à le dire, il est un temps ou les loups ne peuvent plus être les gardiens de la bergerie.
      Hum, tu compares N.S. avec Hitler, Stalline, Mao, Pol Pot, etc… ?

      La France à besoin d’un avenir plus serein avec elle même pour aborder les prochaines évolutions qui ne manqueront pas de marquer notre avenir.
      Le problème est, avant tout, que la France a raté d’énormes évolutions ces dernières années. Raté le virage de l’innovation. Raté le virage de l’impasse social-démocrate. Raté le virage des bienfaits de la mondialisation.

      On l’a vu, Mr Sarkozy est intellectuellement à la rue, comment croire qu’il puisse affronter avec intelligence ce qui va suivre.
      Oui, tu as raison sur ce point, mais il est dans le même sac que F.H. (et ce sont ses amis socialistes qui le disent !).

      On a tous constaté les dérives de la politique de Mr Sarkozy.
      La politique de NS est d’abord et avant tout une politique de relance keynésienne, avec, comme socle, du capitalisme de copinage.
      La caractéristique de l’action de NS n’est pas une dérive -puisqu’il n’a rien fait de plus ni de moins que tous les autres – mais d’avoir un rythme effréné : le nombre de lois, décrets, revirements, etc… ont été aussi nombreux que plusieurs mandats présidentiels.
      Je ne vois pas de dérives : l’Etat de Droit est au même niveau qu’avant (c’est à dire pas aussi haut que dans d’autres pays de l’OCDE), la presse est toujours libre (voire très largement contre lui) et très médiocre comme elle l’était avant, les humoristes le sabrent à chaque émission, etc…
      Ah, si, il y a Hadopi et les radars routiers… Je suis persuadé que 2-3 présidents plus tard, on aurait eu pareil.
      C’est juste une question de rythme…

      Ses mensonges en on trompé plus d’un.
      Bon, on ne va pas se mentir, ça tombe bien, FH sera le prochain président. Or, nous allons pouvoir facilement vérifier les mensonges de cet énarque. 60 propositions ! Quand on sait qu’on va se rater de nouveaux virages !

      Ce personnage prône l’honnêteté, c’est équerrant et ça ne fait qu’alimenter le stresse d’une société déjà en difficulté.
      Je ne vois pas le rapport. C’est l’état d’un président qui rejailli sur la société ? Quand Giscard reçoit des cadeaux, ce sont les Français qui sont contents ? Quand Pompidou meure, les Français souffrent et subissent le martyre ? Quand Mitterrand se tape des journalistes, c’est la France qui baise ? Quand Nicolas épouse Carla, les Français n’ont plus de voix ? etc etc…
      La société est déconnectée de ses Présidents. Point.
      La société française ne se recoupe pas avec ses politiques. La France, ce n’est pas l’Etat.

      La liberté, quelle belle chose! C’est un ingrédient que l’on sert aux ados pour vendre des produits pas très utiles. C’est aussi ce que l’on vend pour emprisonner les autres dans un système.
      La liberté n’existe pas, arrêtez de brandir cette carotte qui ne manquera pas de frustrer les autres.

      Bon, voilà, on arrive au truc qui a fait qu’H16 s’est arrêté là (et que je m’arrêterais là aussi).
      La liberté, ça existe, ça s’encourage, ça se protège.
      C’est le premier et le plus important des droits.
      Il précède tous les autres (comme l’égalité en droit, la propriété, le droit à la sécurité, etc…).
      Ceux qui disent qu’elle n’existe pas, peuvent continuer leur raisonnement.
      « la liberté n’existe pas (virgule) il n’y a donc pas d’inconvénient à ce que tu sois esclave ».

    3. Deres

      « laissons Mr Hollande nous prouver ce qu’il peux faire ». Bel état d’esprit digne des gens qui au poker passe leur temps à faire des tapis en bluffant et s’étonne de perdre. Je rappelle pour ceux qui ont oublié que l’on ne vote pas pour un délégué de classe avec un vague pouvoir que l’on pourra ignorer si nécessaire … On vote pour notre chef exécutif, avec des pouvoirs extrêmement vaste sur le pays.

      Il nomme directement le gouvernement qui dicte les nouvelles lois. Il peut dissoudre l’assemblée pour obtenir une majorité si nécessaire. Il nomme aussi directement sans contrôle la plupart des hauts fonctionnaires. Il est le chef direct de nos armées et commande le feu nucléaire. Il peut organiser des référendums, c’est à dire court-circuiter tous les autres pouvoirs. Il est garant de l’indépendance de la justice et eut donner des droits de grâce sans recours. Il peut prendre les pleins pouvoirs à volonté. Il peut convoquer le congrès pour changer la constitution. Il désigne aussi les membres du CSA et le directeur de la banque de France qui siège à la BCE. Et je ne vous parle même pas des pouvoirs non officiels du type écoute de l’Elysée et services de renseignements …

      En clair, il peut faire à peu près ce qu’il veut car il a des moyens de court-circuiter tous les contre-pouvoirs. Il peut aussi changer fondamentalement le système si il le désire. Donc, j’admire votre désinvolture de payer pour voir en toute confiance mais désolé, moi je me méfie des hommes d’appareil. Je ne tient donc pas à confier les clés de la maison à un inconnu magouilleur.

        1. Calvin

          C’est « Flanby », pas Flamby !
          Il n’a rien de flamboyant, et il ressemble de plus en plus au dessert de la marque Nes(biiip).

    1. Calvin

      Il a juste voulu te dire que tu écrivais sans te relire.
      Sans quoi, tu aurais retiré certaines phrases et, accessoirement, corrigé pas mal de fautes.

      1. Calvin

        Ca signifie peut-être de retailler la tête (de bois) à Sarkozy afin qu’elle rentre mieux dans le billot, où qu’elle s’adapte à la pensée (en bois) marxiste (car il s’égare, parfois le bougre).

  25. ps37120

    Comme c’est le point le plus important, je vais peu être m’expliquer.
    « La liberté, ça existe, ça s’encourage, ça se protège. »

    Il ne s’agit pas pour ma part d’un simple constat issue d’une pensée philosophique. (D’ailleurs testez vos philosophies avant d’aller trop loin).
    Il y a une mécanique très simple à comprendre. Toute liberté implique qu’une autre soit réduite.
    Exemple très simple, si tu veux manger il faut chasser ou cultiver. Si tu veux être en sécurité il faut surveiller et moraliser… à toutes liberté son lot de contraintes

    Voici le début de la définition faite dans Wikipédia:
    La liberté est la faculté d’agir selon sa volonté en fonction des moyens dont on dispose sans être restreint par le pouvoir des autres.

    Au vu de ce que je viens d’expliquer et de cette définition, je me demande donc si l’on peut respecter la liberté, qui à le droit décider pour les autres en sachant qu’il faudra restreindre la liberté de certain pour assurer celle des autres.

    La liberté et pour moi une valeur appartenant au passé, c’est une valeur pour laquelle j’avais une très haute estime. Nous avons tous grandis avec cette notion que nous on inculquée nos parents, elle me semblait belle jusqu’à ce que je prenne conscience du prix que je fesait payer au autres pour obtenir les miennes. Je reste déçu devant son échec à pouvoir être applicable.
    Si c’est impossible est ce réel?
    C’est une idée que les hommes doivent remettre en cause et repenser si il veulent se sentir mieux avec eux même.

    Je parlai de naïveté, la même qui ne voulais pas que l’on croit que la terre était ronde. Je ne veux pas avoir la naïveté de croire que les valeurs de nos civilisations soient éternels, à chaque vague de l’évolution de la pensée amène nos convictions vers de nouvelles idées. Pourquoi le concept de liberté ne serait pas un jour dépassé?

    Excusez moi pour les fautes. C’est vrai que pour avoir la liberté d’écrire il faut connaitre l’orthographe avoir de bon yeux et peut être lire et écrire tous les jours et ne pas être dislequesique.

    1. Calvin

      Pas trop grave pour les fautes !
      En revanche, en ce qui concerne la liberté, on parle bien du droit et non de la simple liberté de faire ceci ou cela.

      La liberté qui est prônée est celle des hommes (et des femmes, donc) dans le cadre d’une société.
      « Toute liberté implique qu’une autre soit réduite. »
      Non. La liberté se définit dans l’ensemble des possibilités offertes à des hommes en société, donc dans le respect des autres droits (sécurité, propriété).
      Je ne suis pas libre d’aller sur le soleil, je ne vais pas pleurer. Je ne suis pas libre de vivre 777 ans, et alors ?
      Si je prends la liberté de tuer quelqu’un, je dois me dire que ce crime ne restera pas impuni.
      La liberté implique la responsabilité de ses actes.

    2. Calvin

      « Pourquoi le concept de liberté ne serait pas un jour dépassé ? »
      Il l’a été temporairement et/ou localement (dictatures, camps, goulags).
      Et il le sera sans doute. Lorsqu’il n’y aura plus un seul humain.
      Mais, il y a une faille dans ce que tu dis.
      La liberté n’est pas une idée.
      C’est un fait, c’est un droit.
      Pourquoi veux-tu que ce concept évolue ?
      Le concept de vie évolue-t-il ? Le concept de mort évolue-t-il ? Le concept d’énergie évolue-t-il ?

    3. « Toute liberté implique qu’une autre soit réduite. »
      Bon.
      Je n’ai pas été plus loin. Quand on joue sur la polysémie de liberté pour assoir des thèses fumeuses, on n’a pas vraiment commencé à faire de la philo. On fait de la rhétorique. Je laisse ça aux politocards.

  26. ps37120

    « « Toute liberté implique qu’une autre soit réduite. »
    Non. La liberté se définit dans l’ensemble des possibilités offertes à des hommes en société, donc dans le respect des autres droits (sécurité, propriété). »

    Je répète la définition:
    La liberté est la faculté d’agir selon sa volonté en fonction des moyens dont on dispose sans être restreint par le pouvoir des autres.

    Tu utilise le mot liberté dans un contexte ou sa définition ne peut être respecté.

    C’est la mauvaise utilisation du mot liberté que je veux souligner.
    Vous voyez la liberté la ou elle ne se trouve pas.

    1. Tu emploies le mot liberté là où tu devrais employer le mot capacité. D’où la grande confusion (marxiste, du reste) qui règne dans ton « raisonnement ».

  27. ps37120

    Bon désolé je doit partir. Merci d’avoir été patient. J’aime confronter mais idée à celle des autres. Je ne sais pas qui gagne, mais vous m’avez donné à réfléchir. Et désolé pour la rédaction je ne suis pas très bon. J’essaierai de trouver quelles sont les autres sens de ma polysémie.

    1. Liberté dans le sens « capacité ». « Oh zut, je n’ai pas la liberté de m’envoler en battant des bras » = « Oh zut, je n’ai pas la capacité de m’envoler en battant des bras ».
      « Je n’ai pas en tant que smicard la liberté d’acheter une Rolls-Royce » = « Je n’ai pas en tant que smicard la *capacité* d’acheter une Rolls-Royce, mais en terme de liberté, j’en ai parfaitement le droit. »

      1. Kamoulox

        Pourquoi perdre son temps à dialoguer avec un altercomprenant, dangereux qui plus est puisque la liberté ne signifie rien pour lui (en même temps, il est à l’image de son candidat, pour qui la France se résume à la seule égalité – ça promet…)

        1. Calvin

          Ben, tu vois, peut-être qu’un jour il comprendra son erreur.

          Mieux, le mot « égalité », il ne sait même pas que dans « Liberté, égalité, fraternité » cela s’énonce en fait « égalité en droit de tous les hommes », et, non, il faut que tous les hommes soient égaux en tout : salaire, superficie de maison, poids du cerveau, taille du nez, espérance de vie…

          Ah ben tiens, je vais faire comme lui : « Quoi ? il y a des hommes grands et des hommes petits ? Rho, la loose… Et on peut rien y faire ??? Je me demande donc si l’on peut respecter l’égalité. Je reste déçu devant son échec à pouvoir être applicable. Pour moi, l’égalité est une valeur appartenant au passé ».

  28. ps37120

    Comme nous sommes tous d’accord sur le mot « une liberté = un droit », je peux donc vous demander d’en énoncer une dizaine au hasard. Je rebondirais sur cette liste par la suite. L’idée est toujours de se questionner sur le principe des libertés.

    1. Bon déjà on n’est pas d’accord sur « une liberté = un droit ».
      Exemple : j’ai la liberté de me jeter sous un pont et en me suicidant de ruiner la vie d’un conducteur de train et 3h de la vie de centaines de passagers. Il est évident que je n’en ai nullement le droit.

      Je crains que vous n’ayez *aucune* idée de ce dont vous parlez.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)