L’État nous espionne ? Espionnons l’État !

J’ai déjà mentionné dans plusieurs précédents billets qu’Internet offrait enfin la possibilité de combattre les dérives de l’État dans une mesure que les autres médias ne permettaient pas jusqu’à présent. Logiquement, les étatistes de tous crins ont bien compris la menace que pouvait constituer Internet et s’emploient donc à le museler. Parallèlement, le combat pour un droit à l’oubli, très vif et très demandé de la part des politiciens, s’explique là encore par ce désir de s’affranchir d’une technologie qui empêche de truander en douce…

À ce dernier titre, on m’a gentiment informé de l’existence d’un site aussi intéressant que poil-à-gratter. Il en existe d’autres, comme Le Promessomètre par exemple, ou encore Députés Godillots qui recensait, en son temps, les députés dont l’activité à l’Assemblée était pour le moins modérée. Là, il s’agit d’un site qui recense toutes les gamelles, casseroles, petites phrases douteuses et affaires délicates de nos politiciens…

Ce site, Politic-Watch, manifestement à ses débuts si l’on en juge par le nombre encore modeste de commentaires, vous propose par exemple de voter pour le politicien qui vous paraît « le pire » (cet adjectif recouvrant tout ce que vous voulez, finalement).

L’idée est semble-t-il d’utiliser le crowd-sourcing pour rassembler dans une unique « bibliothèque » l’ensemble des faits d’armes les plus saillants et les plus représentatifs de nos députés, sénateurs, hommes et femmes politiques. Comme tout bon crowd-sourcing, faire ajouter une casserole ou une citation croustillante passe par le réseau social Facebook. C’est intéressant, parce que s’il existe généralement des pages Wikipédia consacrées à chacun de ces individus, il est difficile d’avoir une vue d’ensemble de l’honnêteté de nos représentants, sauf à éplucher chacune de ces fiches.

Politic Watch

En outre, les fiches Wikipedia virent parfois et en toute discrétion, au panégyrique de la personne, moyennant le passage régulier de thuriféraires zélés. Ici, pas de danger puisque le but est de recenser et conserver ce qui gênera l’homme politique à l’intégrité oscillante et l’honnêteté à géométrie variable. Avec ce site, on peut se permettre un rapide coup d’œil sur les exploits des uns et des autres, et comparer.

Il y a encore certainement pas mal de fiches à ajouter et de politiciens concernés, mais l’idée de base me semble bonne, surtout en ces temps de campagne électorale : connaissez-vous bien le passé de votre candidat ? Et après tout, puisqu’Internet le permet, et que l’État (dont sont les représentants ces hommes et femmes politiques) ne se gêne en rien pour le faire sur chacun de nous, il n’est que temps d’installer une certaine symétrie.

J’en vois déjà objecter à l’opération, sortant un hypothétique droit à l’oubli, en oubliant allègrement le devoir de mémoire de l’électeur trompé, du contribuable bafoué, du justiciable oublié…

Certes, il y a trente ans, ce droit à l’oubli pouvait encore vaguement avoir du sens. Il était et est encore bien trop souvent utilisé par pure commodité pour faire oublier que certains ministres, certains députés, certains sénateurs ou certains maires de grandes métropoles ont bel et bien été condamnés. Et si ce droit à l’oubli peut encore se comprendre pour les condamnés lambda qui, ayant purgé leur peine, veulent se refaire une place dans la société, il est à mon avis bien trop léger de l’appliquer lorsqu’il s’agit de place à des postes importants de la République, qu’on veut régulièrement irréprochable.

Après tout, qui a forcé ces individus à se lancer dans la carrière politique ? S’ils se bousculent pour les avantages, le salaire conséquent, le pouvoir afférent, il semble juste qu’on attende d’eux la plus parfaite probité, que le moindre soupçon de corruption, de doute les fasse trembler et renoncer à ces postes, ces avantages, ce salaires et ces responsabilités !

Du reste, si chaque prétendant à un poste public, payé de nos impôts et disposant d’un certain pouvoir, pouvait sentir le souffle du boulet que peut transmettre ce site, en leur rappelant qu’ils devront toujours être au-dessus de tout soupçon, peut-être arriverons-nous un jour, par ce contrôle permanent et précis, à disposer d’une classe politique plus proche de ce qu’on observe chez nos voisins du Nord plus vertueux et bien plus soucieux des dépenses publiques.

Si la transparence, au niveau du citoyen, doit absolument être combattue (non, l’intimité et la vie privée ne doit souffrir d’aucune entorse), elle doit être totale dans l’exercice des fonctions de ceux des citoyens qui se consacrent à l’appareil d’État, représentent le peuple et attendent d’eux qu’ils respectent, in fine, les lois qu’ils vont voter.

Autrement dit, puisque l’État s’arroge régulièrement le droit d’aller fouiller dans nos vies et se fera fort de ne jamais oublier, dans ses nombreux fichiers, qui nous sommes, d’où nous venons, ce que nous valons, ce que nous faisons et ce que nous pensons, il semble légitime que les citoyens, s’ils en ont la possibilité, lui rendent la pareille et renvoient leurs représentants à leurs responsabilités.

Je soutiens donc l’initiative Politic-Watch et vous encourage à liker, buzzer le site et faire parvenir des sources, données fiables et éléments d’appréciation sur les élus de la République. Les politiciens aiment nous ficher ? à notre tour d’en faire autant ! Ce n’est qu’ainsi qu’on peut espérer voir arriver une classe de politiciens honnêtes.

J'accepte les BTC et BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires32

  1. fred2vienne

    ok politic-watch permet de repérer certaines incohérences,et ça permet de soulever des lièvres, (mais il ne faut pas s’arreter à ça et le prendre pour arget content.)
    mais c’est aussi car elles sont sorties de leur contexte.

    Perso, mon chouchou Méluche, number One du pire pour eux, toutes leurs citations sont approximatives (si si, il suffit de vérifier avec youtube puisqu’ils donnent les dates!!) et tronquées des explications qui suivent ces affirmations.

    je le sais puisque moi même j’avais un probleme avec ce qu’ils ont repéré chez lui, et j’ai fait ce même travail de recherche pour avec des précisions (et je les ai eues).

    1. Je pense que rien n’empêche de commenter ou de remettre les citations dans le contexte 🙂 Il doit être possible d’envoyer des petits commentaires sur le site ou sur la page Facebook correspondante.

      Je crois qu’ici, l’idée est surtout de recenser l’ensemble des « œuvres » des politiciens (le classement est amusant, mais je n’y accorderais pas plus d’attention que ça) … Je trouve intéressant l’idée qui consiste à rappeler aux élus que « Si, il faut être irréprochables » et ne rien lâcher. Le fait qu’ils se sentent, tout le temps, épiés devraient en faire réfléchir plus d’un avant de se lancer dans la carrière politique (et pour un anarchiste comme moi, moins il y a de politiciens, plus ils y vont à reculons, meilleur c’est pour la liberté de tout le monde de se passer d’eux).

    1. Sanksion

      Celui qui a fini éjecter dans le sas pour revenir par une autre porte ?
      Y-a-t-il une procédure d’auto destruction du navire républicain ?

      1. YP

        La « procédure d’autodestruction du navire républicain », on est entrain de l’appliquer.

  2. Calvin

    Merci d’avoir relayé l’initiative.

    J’aimerais apporter une remarque sur ce fameux droit à l’oubli.
    Imaginons des turpitudes concernant le Député X.
    Tant qu’il souhaite briguer les suffrages des citoyens, il est nécessaire que son passé soit disponible à tous, y compris les frasques de sa vie privée. En effet, lorsqu’il s’agit de faire son choix, un électeur peut être influencé ou pas par son attitude même privée car celle-ci est souvent révélée par le candidat lui-même.
    Puis, cet élu décide de se retirer de la vie politique. En ce cas, il est normal qu’il puisse se refaire une certaine virginité selon la gravité des faits reprochés, et, bien sûr, que ses antécédents d’ordre privé soient effacés.
    Reste le cas problématique d’un retour à la vie politique !!

    Attention, le vrai problème est ailleurs.
    Les élus sont régulièrement épinglés pour des délits, mais les médias et les électeurs ne leur en tiennent pas rigueur tant que l’on dit qu' »il n’y a pas eu enrichissement personnel ».
    Voilà une belle hypocrisie : ces délits ont sans doute permis sa (ré)élection, donc ont permis son salaire, le remboursement de ses frais, les autres avantages.
    Et ça, ce n’est pas un enrichissement personnel ???

    1. Sanksion

      Eva Joly s’était fait descendre en flamme par la presse et le public pour avoir payé un taxi (20€) sur des deniers publics.
      Tu m’étonnes qu’elle soit venue ici. C’est beaucoup plus tranquil, tu peux voler des millions, tu seras réélu. Ailleurs, Angleterre ou Scandinavie, tu es grillé à vie.

    2. Bobbysid

      Son passé public doit être transparent mais la vie privée de l’élu(e) ou du (de la) futur(e) élu(e) doit rester privée. Se faire une opinion de sa vie privée ne gage pas de ses qualités professionnelles: une personne studieuse, calme et réservée n’est pas forcément raisonnée et apte à faire de bons choix; et inversement.

      Comme le rappelait H16 au moment de la formation du nouveau gouvernement : « la fonction publique d’état est rigoureusement fermée à tout citoyen lambda qui a un extrait de casier judiciaire non vierge. »
      A partir de là, si cette règle était appliquée, il y aura du ménage de fait ces hautes sphères.

      1. Voilà.
        Autant je suis ok pour qu’on ne mentionne rien de la vie privée du député (jusqu’à ce que celle-ci déborde évidemment dans le domaine pénal, comme DSK ou Tron en leur temps), autant la vie publique doit être transparente.

  3. Pandora

    Les hommes politiques français choisissent cette carrière par vocation : servir l’intérêt général.
    Ils estiment donc qu’ils ne doivent rendre de compte a personne et surtout pas leurs électeurs qui sont évidemment incultes et n’y comprennent rien. Guaino était interroge hier sur une mesure visant a instaurer un contrôle des frais des parlementaires. Alors que tout salarie doit justifier ses dépenses vis-a-vis de la comptabilité, il trouvait cette idée carrément saugrenue !
    Ce site est une bonne initiative mais je suis pessimiste sur son efficacité en fRance.

    1. YP

      Je suis pessimiste quand à sa durée de vie : si il prends quelque audience, il sera fermé.

  4. channy

    il est un fait absolument déplorable en France, c est que pour la majorité des français il est admit que le politocard made in France est un roublard, un brin tricheur, très gros menteur,avec une réputation sulfureuse..c est d’ailleurs un atout électoral .
    L’ initiative de Politic-Watch est excellente,
    mais le fraonçais de base est un veau qui comme d’habitude dira: »c’est un bel enfoiré ce politocard mais c’est comme cela la politique on y peut rien »et pire il revotera pour le même enfoiré aux prochaines élections car celui -ci lui aura dit que la prochaine fois ce sera différent.
    Enfin perso ,merci pour le lien H16

    1. Théo31

      « c’est un bel enfoiré ce politocard »

      Beaucoup de ses électeurs sont exactement comme lui. Ils n’hésiteront pas à aller voir leur maire ou leur député pour faire sauter des pv ou utiliser les services de la mairie à des fins personnelles. On ne peut pas être socialiste et honnête.

  5. duchnez

    Trop facile (et même fasciste)comme methode pour degommer les politiques qui gagnent des elections depuis 25 ans

    Lydie Zhu est candidate liberale dans la 5ème circonscription du Val de Marne.
    Pour des gens comme elle, on n’aura même pas à rechercher sa fiche car elle sera oubliée dès le soir du 10 juin.
    Faut vraiment pas être malin de la part des liberaux pour presenter une candidate asiatique qui a l’outrecuidance de dire qu’il faut supprimer la CPAM qui existe depuis plus de 60 ans car ça coute trop cher
    L’electeur moyen dira « mais de quoi elle se mêle la Chinoise ?  »
    En étant gentil elle va s’en tirer avec 0,4% de voix
    L’electeur veut des représentants efficaces pas des neophytes avec de telles idees à la con

    un electeur (5ème du 94)

    1. Voudriez-vous dire que l’électeur, en plus d’être imperméable à la logique, serait un tantinet xénophobe et machiste ?

      Roh.

    2. wpe

      « qui a l’outrecuidance de dire qu’il faut supprimer la CPAM »

      Elle pourrait rétorquer que supprimer la CPAM, ça signifie également supprimer les cotisations douloureuses qui vont avec.

      « avec de telles idees à la con »

      Arrêter de se faire enfler en payant beaucoup trop cher un service obligatoire incapable de fonctionner sans une administration pléthorique, quelle idée à la con en effet.

    3. Calvin

      duchnez : « Trop facile (et même fasciste)comme methode pour degommer les politiques qui gagnent des elections depuis 25 ans »
      Si je traduis, donc, tous ceux qui critiquent les méthodes clientélistes pour se faire élire et réelire sont des fascistes ???
      Je savais que ceux qui critiquaient les « démocraties populaires » avec leurs pseudos-élections étaient considérés des « fascistes » par les communistes.
      La chute du Mur de Berlin vous conduit aujourd’hui à dire que ceux qui critiquent les méthodes franchouillardes de clientélisme, démagogie, etc… sont maintetant des fascistes.

      Allez, encore un effort. Réfléchissez mieux !

      Ou alors, à défaut, je vous propose une autre méthode : vous élisez votre candidat pour 25 ans renouvelable.

  6. daredevil2007

    Comme toujours, vous faites mouche, mon cher Hash 😉

    Petite correction : « peut-être arriverons-nous un jour=peut-être arriverions-nous un jour »(comme il y a le « si » qui précède et qu’il s’agit d’une hypothèse – que j’aimerais voir se réaliser, ô combien…)

    1. nebukanetsar

      Je vais peut-être faire hurler.

      Je ne suis pas choqué de cette initiative dans son principe : un assureur universel du monde du travail (parce qu’obligatoirement choisi et sans aucun concurrent) constate que ce sont les accidents de voiture en déplacements professionnels qui lui coûtent le plus.
      Comme il ne peut pas empêcher ces déplacements ni ne peut refuser de les assurer, il ne lui reste que la prévention pour atténuer le risque.
      Essayer d’inciter les entreprises de renouveler leurs flottes pour des véhicules plus protecteurs me paraît donc rationnel.
      Toutefois, il est gênant qu’il détourne une partie des fonds collectés auprès de toutes les entreprises pour subventionner celles qui utilisent davantage le transport.
      Il vaudrait mieux, dans cette logique, qu’il consente un rabais de cotisations aux entreprises qui choisissent des véhicules plus protecteurs mais c’est peut-être très ou trop compliqué à mettre en oeuvre
      Quant à la somme elle-même, elle me paraît excessive pour ce qui est de faire « oublier » à l’acheteur, le surcoût de ces différents équipements.

      1. Homo-Orcus

        Donc c’est bien que la sécu ait une activité de banque, de tréso pour les entreprises en utilisant comme elle l’entend, l’impôt qu’elle collecte sur le travail ? Elle s’arroge ce droit souverain à partir d’un motif fallacieux, non vérifié, non vérifiable et sans apporter la moindre statistique. C’est moi qui veux parce que c’est mon pognon, qu’elle dit la princesse. Cette mesure avant législatives est populiste.

        1. nebukanetsar

          Je pense avoir bien relevé qu’à partir d’une intention destinée à diminuer le risque à couvrir, on en vienne à utiliser des fonds déjà collectés pour un autre objet à la base.

  7. Pascale

    Comme vous j’ai toujours apprécié à sa juste valeur le devoir de mémoire vs le droit à l’oubli, les deux étant totalement à géométrie furieusement variable selon les personnes qui devait s’y soumettre ou en bénéficier. Nos politiques et les journaleux ont bien subi une hontectomie des la naissance.

Les commentaires sont fermés.