La prévisible déroute de Hollande

En qualifiant notre « Monsieur Bricolage » de « fade » et « manquant d’audace », même la presse dézingue François Hollande. La prestations de jeudi soir fut finalement aussi terne, aussi millimétriquement convenue, aussi calmement chiante que prévue. Et ce n’est pas bon signe.

Je pourrais, ici, revenir en détail sur l’allocution et la pénible élocution du chef de l’État. Je ne vous cache pas que je n’ai aucune envie de visionner, en différé, les petites tranches de gelée mièvre de l’échange entre un Pujadas au garde-à-vous et un président mal à l’aise. Mais ça tombe bien : la presse l’a fait pour moi et force est de constater qu’elle n’est pas tendre.

Hollande, capitaine de pédalo CCCPElle n’a guère de mal, du reste : à peine tombés les scories de la contre-performance dormitive du chef de l’État, on apprend que les chiffres de déficits et de la dette publics, calculés par l’INSEE, seront encore plus mauvais que prévus. Pauvre petit capitaine de pédalo en pleine tempête ! Ses petites jambes de serin n’arrivent pas, malgré ses frénétiques coups de pédale, à ramener le frêle esquif à bon port…

Cependant, quand on y réfléchit deux secondes, tout ce qui arrive ici était parfaitement écrit.

Oh, je ne parle même pas de l’aspect économique : quelques experts, libéraux notamment, ont largement expliqué pourquoi cette crise était profonde et pourquoi les recettes appliquées jusqu’à présent (des relances keynésiennes bouillonnantes, une « austérité » essentiellement basée sur un déluge d’impôts et de taxes) étaient vouées à l’échec. Non, ici, je parle du strict plan politique : Hollande était destiné au casse-pipe.

Sarkozy voulait le pouvoir pour lui-même et parce qu’il lui permettait de se mettre en scène, de montrer à tous ceux qui l’avaient toisé de haut qu’ils avaient eu tort. Faisant cela, même s’il n’a jamais eu, à proprement parler, la moindre classe, il avait indéniablement les comportements (et les emportements) d’un chef, et certainement plus que sa concurrente en 2007, qu’il a battue sans problème. Mais en 2012, à force de faire le contraire de ce qu’on attendait de lui, et de raconter n’importe quoi, il a fini par agacer tout le monde au point de donner la victoire à un candidat qui n’avait jamais été crédible et qui s’était ensablé là autant par hasard que poussé par une suite d’événements improbables.

Hollande, en effet, est un technocrate, un clerc de notaire qui, parvenu là par défection de combattants aguerris, ne sait pas à proprement parler ce qu’on attend de lui. Rappelez-vous qu’en juillet 2011, les primaires socialistes offraient une superbe brochette de bras cassés, explosion de DSK oblige. Montebourg, Valls et Baylet, tout comme Hollande, n’avaient jamais été ministres auparavant : des bleus. Les seuls qui peuvent alors prétendre à une certaine connaissance des coulisses du pouvoir national sont Royal et Aubry. Royal, sévèrement battue en 2007, surjoue son rôle de pasionaria, et ne convainc pas. Aubry, toujours aussi raide et dogmatique, rebute un peu trop. Qui reste-t-il ? Le moelleux.

Poussé par une presse bien plus acquise à la chute de Sarkozy qu’à une hypothétique réussite de Hollande, aidé par les boulettes excitées du président sortant, Hollande, dans un rêve éveillé, décroche la timbale. Une fois le pouvoir obtenu, pareil à une poule devant un couteau, il ne sait absolument pas s’en servir. Les six mois suivants passeront en grattage de gonades, en blagounettes légères, en petits déplacements, en anecdotes. Il a, simplement, fait ce qu’il a toujours fait ailleurs : placer des copains, modérer les dissensions internes, récompenser les petites mesquineries, arrondir des angles avec des promesses molles oubliées à peine prononcées, bidouiller un peu par ci, tripoter un peu par là. De direction, aucune.

Il faut comprendre que Hollande n’a, en pratique, jamais été réellement confronté à tout le peuple français.

Député, il était largement encadré par son parti, qui a fourni pour lui un cocon douillet, et un rail rectiligne vers le secrétariat, dans lequel il s’est confit avec bonheur (il faudrait suivre sa courbe de poids à ce moment là, ce serait symptomatique). Et côté élections, pour un type à peu près doué dans le compromis et les petits arrangements entre amis, bien dans son parti, le niveau départemental convenait parfaitement : il parvint donc à s’emparer du Conseil général de Corrèze sans grande difficulté ; pour la pratique de sa gestion, on n’aura aucun mal à se rappeler qu’il a laissé un département en faillite. Normal. Il s’en foutait.

hollande : habemus blagounetteDevenu président, il n’a jamais réellement quitté son rôle de secrétaire. D’ailleurs, avec Hollande, la France n’a toujours pas de président et n’a qu’un secrétaire. Et je ne parle pas d’un de ces bras droits dont on fait les successeurs, mais bien d’un dactylographe indolent, d’un preneur de note, d’un conseiller un peu obséquieux qui n’aura jamais l’ambition de prendre son destin en main (ce sont ses femmes qui s’en sont chargé).

Et la prestation (dramatiquement) soporifique de Jeudi soir montre à quel point Hollande n’a toujours pas compris son rôle, l’ampleur du problème et ce qu’on attend de lui. Même la presse (allemande y compris !), le taxant de Monsieur Bricolage, a fini par comprendre l’impasse dans laquelle elle a, consciemment ou non, dirigé le pays en faisant croire à certains qu’il avait l’étoffe d’un chef.

Revue de presse hollande

Cependant, un pays sans direction n’est pas toujours un pays dans le péril. L’immobilisme, s’il ne prépare pas le succès, évite parfois la déroute en s’abstenant de foncer dans le précipice. Un Hollande mou aux manettes pourrait avoir cette (maigre) vertu. Malheureusement, à ce manque dramatique de direction claire, il faut ajouter un dogmatisme délétère : Hollande croit dur comme fer aux âneries socialisantes et égalitaristes qu’il lui arrive de débiter. Avoir nommé des individus comme Taubira, Peillon ou Vallaud-Belkacem aux postes qu’ils occupent en dit fort long sur les désirs humides de reconstruction de la société à grands coups de lois et de décrets. Et alors qu’il serait urgent de s’attaquer aux réformes de fond sur le plan économique, la France se trouve paralysée sur des questions sociétales, des débats que seule une nation véritablement prospère et optimiste peut se permettre de tenir.

Or, en temps de crise, les groupes ont cette fâcheuse tendance à se resserrer : la peur des lendemains qui ne chantent pas du tout amènent plus facilement que toutes autres choses les individus qui ont les mêmes affinités à se retrouver, à s’assembler. Contre toute logique, Hollande parvient ainsi à cliver bien plus que Sarkozy, jusqu’à agglomérer contre lui des groupes jadis hétérogènes : des sénateurs communistes qui votent avec des sénateurs UMP contre les propositions du gouvernement, des catholiques qui défilent avec des musulmans, des chats qui couchent avec des chiens… Sentez-vous ce parfum de cordeau Bickford qui se consume vigoureusement dans la mauvaise direction ? En votant pour Hollande, des Français ont délibérément choisi un opposant à Sarkozy en croyant élire un air de changement. En réalité, ils ont élu un nul avec des idées catastrophiques. Et donner tous les pouvoirs à un nul aux idées délétères, c’est difficile de faire pire.

En vertu de quoi, ce pays est foutu.

Hollande : la grosse gamelle, c'est maintenant

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : 15cVfp1wgNFSUVLUbGUufRvWntSkCcpcEB
 

Commentaires133

  1. Martin T

    Très bon!

    De crème caramel, nous sommes passés en quelques mois à la crème brûlée:
    La première référence à la crème brûlée se trouve dans le livre « Nouveau cuisinier royal et bourgeois » de François Massialot, publié en 1691.

    Avec son embonpoint renaissant, notre François Zéro se devrait de vite passer à la version light…

  2. vincent

    H16, c’est la fusion de Jean-François Revel et de Pierre Desproges, La puissance analytique d’un crozier croisée avec la verve d’un Pierre Dac. A déguster sans modération.

    1. Pascale

      Et nous sommes de plus en plus nombreux à déguster. Ca fait 2 ans maintenant que je me régale sur le blog, et le nombre de gourmets a littéralement explosé. Bravo, encore à notre hôte !

      1. Philippe Sandron

        « Ca fait 2 ans maintenant que je me régale sur le blog, » dit Pascale,

        pour moi je ne compte pas les années… 5 ou 6.

        Donc : mais si, mais si !

  3. Pere Collateur

    En introduction, vous dites que « ce n’est pas bon signe. »

    Je répond, ça dépend pour qui.

    On arrive maintenant à un tournant ou il est souhaitable de se crasher le plus vite possible, dans le but, dans un premier temps, d’éradiquer l’idiocratie qui c’est installée dans le pays il y a bien trop longtemps, et dans un deuxième temps, de pouvoir rebondir.

    Évidemment, je le concède, le nettoyage des écuries d’Augias laissée par nos socialistes de tout bord a de fortes chances d’être particulièrement saignant…

    1. « il est souhaitable de se crasher le plus vite possible »
      Comme vous le dites, il y a un fort risque que ça aille bien plus mal avant d’aller mieux.

      1. Pere Collateur

        Néanmoins, je suis très étonné du manque de compréhension de Hollande (et en général des socialistes) de ce qui se joue en ce moment, quel que soit le domaine.

        Systématiquement, et avec une régularité de métronome, ils sont, non pas à coté de la plaque, mais plutôt dans une autre dimension.

        L’impression que ça donne, est qu’ils ne comprendrons que lorsque ça cognera dur à leurs portes avec des bruits inquiétants de gens pas contents du tout…

        Je l’ai déjà évoqué en commentaire d’autres de vos billets, mais je n’arrive toujours pas à concevoir que ces gens, somme toute cultivés et possédant tout de même de l’intelligence, puissent à ce point être… Je ne trouve même pas de mots pour définir ce manque total de bon sens. Ça dépasse l’entendement.

          1. Simon

            @Pere Collateur et @Pascale: « je n’arrive toujours pas à concevoir que ces gens, somme toute cultivés et possédant tout de même de l’intelligence, puissent à ce point être… ». Non, ces gens là ont des certitudes et c’est ce qui les rend encore plus dangereux. Pas l’ombre d’un doute chez aucun depuis presque un an. Et c’est pourtant le doute qui permet d’avancer.

        1. Before

          C’est ma principale interrogation : ces gens là, les Hollande, Sarkozy, Ayrault, etc… ne sont pas idiots. On ne poeut pas leur enlever ça. Ils sont cultivés, ils ont des conseillers. Donc ils ne peuvent pas ignorer les atouts et les faiblesses des solutions possibles. Ils ne peuvent pas ignorer les dangers du collectivisme et du populisme d’un côté et les succès, même partiels, même dévoyés de l’économie de marché.
          Alors pourquoi ? Pourquoi ne font-ils pas, ne serait-ce qu’un pas, dans la bonne direction ?
          A cette question je ne vois que deux réponses possibles :
          – soit les présupposés sont faux, et ils sont réellement incompétents
          – soit ils sont vrais, les décisions sont prises sciemment, et ils sont donc des traitres à la nation en mentant et agissant de façon erronée.
          Je pèse mes mots. Des traitres.

          1. alpharuper

            Pour avoir déjeuné il ya qq semaines avec un ministre (enfin, un ministre délégué), je peux confirmer qu’il y a des cons profond au gouvernement…

        2. raimverd

          Ils sont litéralement dans une autre dimension, mystique et sentimentale.
          Une clé de compréhension :
          Gustave Le Bon Opinions et Croyances (et d’autres) en ligne : uqac classiques
          A lire lentement

        3. vengeusemasquée

          La réponse est pourtant simple : ils s’en foutent. Ils sont là pour s’amuser et faire durer la fête autant que possible pour pouvoir se rincer et rincer leurs potes aussi longtemps que possible. Il n’y a pas à aller voir plus loin, malheureusement. Et force est de constate que pour l’instant, ça marche plutôt bien.

        4. jabugo

          Parce que ces gens là ne peuvent intellectuellement s’affranchir du cadre dogmatique dans lequel évolue leur réflexion . Je sais de quoi je parle, j’en ai plein (hélas) dans ma famille. Brillants à l’intérieur des limites imposées par le dogme. Surréalistes (ou autistes) face à la réalité, qu’ils sont incapables de percevoir, n’ayant qu’un objectif, l’adapter à leur « croyances ». Tous hauts fonctionnaires, cadres, ou assimilés. Toute communication étant impossible avec eux, chacun vit de son côté.

          1. Hella

            Je suis bien d’accord avec vous, impossible de discuter avec eux, quand vous leur parlez fond ils parlent forme en attaquant systématiquement la personne plutôt que l’idée qu’elle véhicule.

        5. JS

          La soupe est trop bonne, ajoutez à cela une bonne dose de dogmatisme et de « on est là pour changer les mentalités » et enfin et surtout, à mon humble avis, le fait qu’ils savent très bien que le bateau coule (à plat pour l’instant) et qu’ils ne peuvent tout simplement rien y faire…pour l’instant.

          Il y a tous un tas de blocage dans la société française qu’ils ne pourront pas modifier ou contourner tant que la la situation ne sera pas devenue complétement dramatique (genre les retraites, les syndicats, la fonction publique, etc)

        6. Rémy

          Je suis d’accord avec vous mais j’ai eu un choc dernièrement.
          A une jeune femme, qui a pourtant fait des études supérieures, qui se classe elle-même parmi les intellectuels de ce pays et qui donne des cours dans une université supérieure de gestion, j’expliquais les risques de l’abus du paradoxe et du sophisme en France dans notre système réflexion. Elle m’a répondu très fière d’elle-même « mais moi monsieur, je suis du coté du sophisme ».
          Alors, si nos intellectuels sont nombreux comme elle, ne nous étonnons pas de l’état de la France.

      2. YP

        De toutes manières, de nombreux français ne sont pas près a lâcher l’état providence. Les politiques le savent, et faute de réforme, nous aurons donc droit à l’effondrement avec tout ce que cela comporte. L’un dans l’autre, peu importe – un crash sera certes un moment dur à passer mais ça ne durera pas toute la vie.

        Mais pourvu que ce système débile cesse ! C’est l’essentiel. Si en plus on pouvait faire une récolte de têtes socialisantes, tant mieux.

  4. Aristarque

    « Hollande croit dur comme fer aux âneries socialisantes et égalitaristes qu’il lui arrive de débiter ».
    Tu es trop aimable : (…) qu’il débite en permanence.
    C’est bien là le problème de tous les branquignols qui font dans la démagogie de racolage pour plaire aux faiseurs d’opinion et aux gogos qui rêvent aux récoltes grasses et abondantes sans s’être donné la peine initiale de semer quoi que ce fût, ni même de labourer. (d’où le besoin irrépressible ultérieur de faire les poches aux autres parce qu’il faut bien vivre)
    En vertu du théorème du bon Dr Goebbels qui s’y connaissait et pas qu’un peu, le n’importe quoi répété suffisamment et avec sérieux devient une « vérité ».

    1. Aristarque

      L’ennui est que même ceux qui débitent ces âneries finissent par y croire eux-mêmes puisqu’ils préfèrent les chimères à la réalité…

  5. Woland

    Pour ceux qui ne lisent pas le russe, la légende de l’affiche veut dire : « Le capitaine du pays des soviets nous conduit de victoire en victoire ».
    Quant on connaît le destin de l’URSS (CCCP), c’est fort à propos, je trouve.

  6. Aristarque

    Quant à son équipe !
    Pas étonnant qu’il n’y ait que des bras cassés à deux ou trois exceptions près qui surnagent au moins quant à l’idée qu’on se fait de l’apparence et la dégaine de ministre.
    Dans leurs fameuses primaires, Normal 1er apparaissait comme la 5me ou la 6me roue du carrosse et n’avait que peu de supporters initiaux, la majorité à son image de petits apparatchiks de province sans envergure, tout justes bons à relayer les mots d’ordre du Parti, quelqu’ineptes soient-ils.
    Souvenez-vous des propos amènes de Fafa ou de Méremptoire à son encontre… Finalement, il s’impose probablement par sa capacité à produire du consensus mou et surtout en raison de la neutralisation réciproque des éléphants pour finalement gagner la présidentielle davantage par rejet de l’autre excité que par adhésion à sa personne et à son programme (j’emploie ce terme par pure convention de laconisme).
    Au moment de récompenser ses « fidèles », le choix ne s’était pas amélioré par miracle entretemps et on voit le résultat, surtout qu’il fallait en plus « récompenser » les Verts de leur bienvotitude, même symbolique…

  7. Aristarque

    « pour la pratique de sa gestion, on n’aura aucun mal à se rappeler qu’il a laissé un département en faillite. Normal. Il s’en foutait »
    Que nenni ! Il faisait l’application pratique du socialisme de social-clientélisme : je dépense, je distribue, je prébende à qui mieux mieux et je compte que les impôts des autres et les subventions de l’Etat (en fait c’est pareil, mais à plus grande échelle) pour que le manège tourne, tourne, tourne.
    E tant que la majorité des Français feindra de croire que l’argent de l’Etat est différent du sien, il n’y aura pas de cesse au manège, quoi qu’on pense…

  8. Aristarque

    En revanche, et pour revenir sur l’excellente parodie de la Chute d’hier, je serais Normal 1er, je m’inquiéterais sérieusement que la Pravda, les Izvestias et autres journaux officiels commencent à renâcler de plus en plus visiblement, même avec leurs grasses subventions en jeu…
    Un Edwy Plenel qui flingue en plein vol un Cahuzac au teint bien rose et bien en cour, c’est du rarement vu ces dernières années (DSK n’a été « lâché » que relativement tardivement, si vous vous en souvenez parce que pour un simple troussage de domestique, tout de même,…)

    Peut-être se rendent-ils compte, tous ces potes, que s’ils veulent conserver un semblant de crédibilité par un nombre de lecteurs autre que symbolique et parce qu’il n’est pas sûr que la hausse des subventions suive à l’avenant de la désaffection, il est temps d’appliquer le dicton : je suis leur chef (de file) donc je les suis…

    1. Pandora

      Les syndicats ont de moins en moins d’adhérents (et de plus en plus de subventions, forcément) mais leur ligne de conduite n’a toujours pas changé et leur pouvoir de nuisance est restée la même. Je ne suis pas aussi optimiste que toi sur les changements de comportements : je n’en vois aucun.

      1. Aristarque

        J’ai mis un « peut-être » en entrée de propos.
        Le revirement est une option possible, crédible mais assurée ?
        Il peut avoir d’autres origines comme par exemple l’affaiblissement du chef Normal 01er qui n’est pas entouré que de bons samaritains avec parmi eux, d’aucuns frustrés du tour à devoir attendre, qui commencent à ré-affûter les dagues ou à concocter les poisons..

  9. Pascale

    «  » »Ses petites jambes de serin n’arrivent pas, malgré ses frénétiques coups de pédale, » » »
    Et encore je vous trouve bien gentil, cher H16. Le malheureux n’essaye même pas de pédaler. Remarquez, je ne m’en plains pas, car à chaque fois qu’il essaye de le faire (le mariage gay, l’explosion des taxes en tous genres etc) c’est une catastrophe pour le pays.
    Pour ma part, je préfèrerais qu’il reste à ne surtout rien faire et à laisser le bon peuple de France se débrouiller sans lui..

    1. Aristarque

      Surtout qu’il laisse Méremptoire bien au chaud à Lille où elle fait déjà bien assez de dégâts. Pas la peine qu’elle étale le désastre sur toute la FRance qui n’en a déjà que trop à subir.

        1. Aristarque

          Oui.
          Un détournement de péremptoire qui signifie couramment
          « Qui affirme ses opinions sans autres considérations, sans réplique possible. »
          Martine Delors Aubry Brochen est bien connue sur la banquise lilloise pour son ouverture au dialogue que certains, très rares, ont pu constater, paraîtrait-il si on accepte de les croire, durer jusqu’aux environs des 45 secondes.
          C’est une personne cassante, abrupte, qui « sait », qui n’est entourée que de cons (et elle ne parle pas que de ses opposants politiques), dont les colères sont homériques, qui n’est pas encombrée par les scrupules, totalement hontectomisée en n’ayant aucune gêne à renier le lendemain sa parole de la veille, tout en affirmant haut et fort rester fidèle à ses convictions, déclarées chrétiennes à l’occasion d’une campagne électorale pour draguer le catho de gauche énamouré de son tortionnaire fiscal et qui préfère triompher avec gloire, mais surtout sans péril (électoral) .
          Se dit honnête, probe, etc… sans que le bourrage des urnes du PS pour son élection ne l’ait défrisée en quoi que ce soit…
          Elle n’est pas député comme on pourrait le croire. Non parce qu’elle est favorable au non cumul des mandats comme elle le clame (mezzo voce) depuis parce qu’elle est tout de même maire ET présidente de la CUDL mais parce qu’en 2002, aucun baron local n’ayant voulu céder sa bonne place (elle les avait copieusement piétinés dès son arrivée à la Mairie, appelée par Mauroy, on ne sait d’ailleurs pas trop pourquoi) , elle s’était présentée dans une circonscription de la banlieue lilloise pourtant socialiste pour s’y faire étendre proprement par un inconnu envoyé alors au casse-pipes. Ce qui nous avait valu une larme (de crocodile) en direct au soir de la déroute. De même en 2007 et 2012 où elle n’a rien tenté. Elle camoufle cela en disant qu’il serait normal qu’elle soit député de LILLE et exclusivement parce qu’elle se dévoue entièrement pour ses électeurs (sauf quand elle est appelée ailleurs à un plus haut poste comme 1ere secrétaire du PS) mais qu’elle ne veut pas prendre la place d’un élu ancré dans sa circonscription (Tu parles, DEROSIER sortait l’artillerie dès qu’il la voyait ou l’entendait et maintenant son successeur adoubé MARCHAND) et donc, par probité envers ses administrés, etc…. Pour ce qui est de la gestion de Lille, c’est une catastrophe qui est minorée par le fait qu’une partie de la gabegie y est assumée par la LMCU, ex CUDL (dont c’est d’ailleurs la vocation depuis sa création) comme la Cour des Comptes régionale le dit et redit sans que Méremptoire en ait le moins du monde à cirer. Contribuable local sur Lille, j’ai vu en 9 ans l’impôt foncier augmenter de presque 60% quand la revalorisation des loyers a péniblement atteint les + 20% durant la même période et pour un résultat, en terme d’apparence de la ville très peu visible. En fait tout l’effort est concentré vers les secteurs de LILLE-SUD qui sont les réservoirs à électeurs de Méremptoire au détriment des autres, en particulier du Centre. Je vous passe les conneries dans lesquelles le pognon des Lillois passe, vous en seriez vraisemblablement écoeurée…
          Sachez également que pour se maintenir au pouvoir de Maire, elle est tellement aimée et plébiscitée qu’elle phagocyte les communes limitrophes pour reconstituer les bataillons d’électeurs déserteurs quand ils voient ses impôts : Hellemmes, puis Lomme y sont passées. Peut-être, selon la rumeur, Ronchin pour la suivante fournée.
          Si vous voulez connaître ce phénomène, je vous conseille un livre assez ancien La Dame des 35 Heures sous la plume de Ph. Alexandre qui est, à mon avis, encore en dessous de la vérité.

  10. Alex

    Pour la Corrèze, il est utile de préciser que c’était ses prédécesseurs de l’UMP qui ont fait exploser la dette du département. Hollande a donc herité d’une situation peu favorable, tout en subissant les effets du transfert de compétences.
    Après le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas été assez talentueux pour réduire cette dette. Il l’a même continué de l’augmenter en faisant comme si elle n’existait pas !

    1. mario

      Socialisme pour socialisme, à part de subtiles nuances entre UMP et PS, quelle différence fondamentale espère-t-on trouver ?

  11. Tea Party

    Hollandouille, le Baumgartner des sondages est d’une nullité crasse, incapable d’assumer ce qu’exige le poste de président surtout en situation de crise, de dette, de chômage, de croissance nulle ou quasiment, de déficit commercial effarent …..

    Même s’il était à la hauteur, n’oubliez pas qu’ il ne fait qu’ appliquer une politique de gauche, et malgré tout c’est son aile gauche extrême, qui le lâche le plus, car il n’en fait pas assez pour les éternels assistés, et privilégiés !

    Dire que nous n’avons qu’ en stock Sarkozy, ou similaire ! ce n’est pas le tout de dire qu’il nous faut un homme providentiel. Il faudrait d’abord qu’ il existe, et que les français votent pour lui. Vaste programme improbable.
    Notre pays est foutu.

  12. Before

    @H16 / Hors sujet : avez-vous lu les commentaires de votre article sur la sécu sur Atlantico. Y a du boulot !
    Point Godwin immédiat : vous êtes un réactionnaire favorable à une dictature fasciste ultralibérale! Et ce dès le premier commentaire !
    Chapeau bas …

    1. Aristarque

      Pour celui qui bénéficie de la C.M.U. ou de l’A.M.E., la S.S. c’est super! Pourquoi changer une règle aussi avantageuse ?

    2. Ah, les commentaires sur Atlantico, je n’y réagis pas. C’est totalement inutile. L’intérêt de l’article n’est pas tout en bas, mais tout en haut : le nombre de partages en dit bien plus long que les vagissements outrés des petits kapos du camp de dressage français.

  13. gnarf

    C’est un peu HS, mais pas totalement. Pour les plus joueurs d’entre vous, je suis tombe sur un jeu qui s’appelle « Rulers of Nations », fait par une petite boite francaise, et qui se propose de vous mettre dans le role du chef de l’Etat du pays de votre choix.
    Bien entendu les actions possibles sont limitees, les graphismes pas terrible (mais ca n’est pas le point important)…mais c’est assez edifiant comme experience.
    Querelles intestines au sein du gouvernement, soldats francais tues a l’etranger, mauvaise presse, syndicats qui vous empechent de baisser les depenses de secu et d’education, campagnes electorales qui vous empechent de faire toute reforme a moins d’etre sur de ne pas etre reelu, groupes terroristes qui se manifestent des que le mecontentement augmente, contrats miliaro-industriels. Tout y est, jusqu’a l’inflitration, l’espionnage industriel, la possibilite de fournir des armes en douce (provenance marche noir) a des rebelles africains.
    J’ai fait deux trois parties, c’est tres realiste… avec toute la bonne volonte liberale du monde la France est ingerable.

    1. Caton

      Il y a des solutions, mais pas dans le jeu.

      Le premier souci c’est qu’il faut neutraliser les syndicats et l’extrême gauche. Je rappelle que le chef de l’état dispose d’un droit de grâce individuel. Il peut même gracier un assassin s’il le souhaite. Et il n’est pas nécessaire d’attendre que cet assassin ait été jugé.

      Dois-je continuer?

      1. gnarf

        C’est dans le jeu aussi. Grace, assassinats, pots de vin, mise sur ecoute puis chantage. Il m’a vraiment bien eclate ce jeu…il y a une bonne cinquantaine de leviers economiques a tripoter, toutes les taxations, la taxe sur les transactions financieres, tous les niveaux de depense poste par poste de la subvention du cinema a la recherche, l’entretien des monuments historiques, le niveau des prestations sociales, duree et montant du chomage…etc. On peut meme sortir de l’Euro pour pouvoir a nouveau reajuster le taux directeur.

        1. gnarf

          Le plus interessant avec ce jeu c’est qu’il oblige le joueur moyen Francais, socialiste, a remettre les pieds sur terre. Il suffit a n’importe qui de faire 2 parties pour comprendre que la voie socialiste mene a la catastrophe, et que la seule et mince chance de redresser le pays c’est la reduction des depenses publiques et des taxes.

    2. mario

      La Belgique a tenté récemment une expérience longue d’absence de gouvernement exécutif régulièrement nommé. Y-a-t-il eu un chaos dans ce pays ?

  14. hipparchia

    Rien à voir, mais histoire de, en plus je suis certaine que cela fera plaisir à quelques uns, je suis en plein dans mon cours sur la justice et la loi, et mardi je commence Bastiat.

    Alors, alors ? Les profs de philo, tous des vendus ?

    Sérieusement, en relisant La Loi, je me pose franchement la question : n’importe qui lisant ce livre – court, percutant, bien écrit – va brûler l’Elysée dans la foulée ; cela n’expliquerait-il pas pour quoi personne ne le lit ?

    1. Before

      Vous êtes prof de philo, et vous faites étudier Bastiat, c’est excellent (et ça doit vous valoir quelques échanges intéressants en salle des profs); mais est-ce qu’un prof d’économie oserait ? (Y en a-t-il seulement un seul qui approuverait ?).
      Enfin, félicitations et bon courage…

      PS : connaissez-vous cette vidéo où une prof de philo donne quelques conseils pour réussir son épreuve au bac : en résumé si vous argumentez correctement ça se passera très bien, même si le correcteur n’a pas du tout les mêmes opinions. Elle conclut en disant que, bien sûr, si on défend des thèses indéfendables on court à la cata. Comme exemple de thèse indéfendable elle prend… le libéralisme ?
      Étonnant, non ?

        1. Before

          Je vais essayer de retrouver. J’avais vu ça sur Contrepoints ou un blog libéral il y a quelques temps…
          Si quelqu’un d’autre a le lien…

          1. Before

            Trouvé :
            http://www.dailymotion.com/video/x2301w_comment-traiter-un-sujet-politique_school#.UViBeldbMsI
            à partir de 0’50 ».
            « toutes les positions sont recevables » … « mais pas l’ultra libéralisme »
            Je viens de réécouter, c’est une véritable caricature. Je n’arrive pas à comprendre qu’une personne se disant philosophe puisse sans rougir décrété qu’une idée est « absurde », et refuser d’en discuter. Cela me semble la négation même de la philosophie.

          2. hussarbleu

            Bien intéressant, cet exposé orwellien… nos petits-enfants profiteront évidement de ce passionnant exercice de Taqiya dans l’école de la République:

            « Sous sa forme la plus connue, la taqiya est une pratique qui consiste à dissimuler son appartenance à un groupe religieux et à pratiquer en secret sa religion dans le but spécifique d’échapper à des persécutions. La dissimulation peut être passive (en se cachant), ou aller jusqu’au stade actif (allant jusqu’à feindre les us et coutumes religieuses des adversaires) car le Coran signale que ceux qui auront été contraints à l’apostasie seront pardonnés…. »

    2. Cyrille

      C’est personnel mais la raison qui explique pourquoi Bastiat n’est pas ou très peu étudié en France est très simple. Il est tellement accessible, clair avec des arguments qui parlent à tous que le socialisme s’effondrerait très rapidement. Finis la propagande de l’édnat.
      Ces sophismes sont parfaitement d’actualités et on peut les transposer à de nombreux événements, interventions de l’état.
      J’ai récupéré il y a peu un manuel scolaire d’économie de terminal Es pour me renseigner sur ce qu’il y a dedans. A la première page où figure les noms des grands économistes par courant de pensées, Bastiat n’apparaît pas. Comme si on cherchait à l’effacer tout simplement.
      En tout cas merci de faire découvrir Bastiat à vos élèves.

      1. hipparchia

        Les filières éco’ sont des fumisteries dont même les élèves sont conscients. Ils apprennent l’économie avec moi.

  15. hussarbleu

    Comme d’habitude, H16 : impitoyable, réaliste dans l’analyse du Personnage et de sa Cour… et si drôle : il faut bien cela pour nous éviter de pleurer…

    Mais je me pose une question : si ces gens étaient conscients de la gravité de la situation au moment de l’élection, pourquoi se sont-ils lancés ? fierté genre schadenfreude de piloter le Titanic ? foi invraisemblable dans la validité des solutions aberrantes qu’ils préconisaient ? ou, plus grave, comptaient-ils sur l’effondrement qui se précise chaque jour davantage, pour instaurer une sorte d’ordre néo-léniniste à la Enver Hodja, genre hollando-marxiste dans la forteresse assiégée ?

    Dans un cas ou l’autre, quoi qu’il en soit, cela relève nettement de la psychiatrie…

    Mais quelques bons moments tout de même, comme l’autre jour, au lendemain de l’allocution présidentielle, entendre sur Rance Inter l’habituellement frétillant néo-marxiste Bernard Maris, avec sa chaude voix faussement cordiale d’homme du midi, avaler son chapeau face à l’inodore journaliste des Echos, et vanter du bout des lèvres le réalisme de Hollande quant à l’allongement de la durée de cotisations pour les retraites… on sentait qu’il en avait la colique… Ave, Stella Maris….

    1. tonton adolphe

      @hussardbleu
      ‘comptaient-ils sur l’effodrement pour instaurer une sorte d’ordre néo-léniniste… »

      que l’on se souvienne de salvador allende, un gentil socialiste « modéré » au départ, qui a rapidement dérivé vers un communisme bon tein avant d’être stoppé en plein vol; j’ai bien peur qu’avec notre pantin, tout juste bon à mettre le feu à un exctinteur, on se dirige vers un scénarion du même tonneau….

      1. mario

        Extrait de Wikipédia
        « Devenu le premier président élu démocratiquement sur un programme socialiste, Allende ne dispose cependant pas de la majorité parlementaire. Il décide alors de gouverner par décret, ce qui lui évite de passer par le Parlement. »

        Il y a même de grands démocrates, natifs DU pays DDH etc… avec la majorité partout et à tous les étages, qui veulent les ordonnances…
        Si l’Histoire doit bégayer, Chabichou devrait se méfier de ses impulsions…

    2. hipparchia

      « pourquoi se sont-ils lancés ? »

      Pour un peu toutes ces raisons, mais principalement parce que les différents gouvernements font tout pour verrouiller les cerveaux des citoyens. Le dogme contre lequel il faut lutter est simple : nous ne sommes pas, contrairement à ce que l’on nous répète, condamnés à cet échiquier politique.

      « (…) quand la Loi, – par l’intermédiaire de son agent nécessaire, la Force, – impose un mode de travail, une méthode ou une matière d’enseignement, une foi ou un culte, ce n’est plus négativement, c’est positivement qu’elle agit sur les hommes. Elle substitue la volonté du législateur à leur propre initiative. Ils n’ont plus à se consulter, à comparer, à prévoir ; la Loi fait tout cela pour eux. L’intelligence leur devient un meuble inutile ; ils cessent d’être hommes ; ils perdent leur Personnalité, leur Liberté, leur Propriété. »

      Il faut réaliser qu’on en est là. A ce point très précis.

    3. hussarbleu

      Un autre point : qui à la place ? il est évident que pas un des prétendants de l’opposition ne vaut tripette, pris qu’ils sont dans les rets et lacs de la pensée unique, sauces Enarchie et Commission Européenne.

      Ce qui ne me gêne nullement : dans l’effondrement général, où je n’exclus nullement une guerre civile, il y aura « fatalement » un homme (ou une femme, pourquoi pas?) qui émergera : dans un coin ignoré, peut-être se prépare-t-il (elle) pour les « orages désirés », rêvant de rendre à son pays un « signalé service »…. Un forumeur citait Burke, que j’aime bien, tout pillard de Rivarol qu’il ait été… Burke avait prédit un sabre, ce qui s’est vérifié…

      Et par plaisir masochiste :

      « N’imitez pas la sottise et la vanité des Français, de ce peuple de vantards et d’écervelés, qui n’admire que les siens et qui est ainsi seul à s’admirer. La France est une nation vaniteuse, orgueilleuse jusqu’à la folie, que tous les désastres passés ne corrigeront jamais et qui doit être considérée comme ces hommes atteints par moment de delirium auxquels il faut passer la camisole de force… »

      1. hipparchia

        Ne me demandez pas à moi, j’ai déjà confessé que, poussée par l’absurdité de la situation, j’avais voté Poutou. La solution, la seule, est celle que j’applique chaque jour : réveiller les peuples.

        Ils imposent leur vision du monde ; je prétends que si le peuple sort de son marasme, de fait, de nouvelles personnalités émergeront. Finalement, je crois beaucoup plus au méchant marché que je ne me l’avoue.

    4. « foi invraisemblable dans la validité des solutions aberrantes qu’ils préconisaient ? »
      Twingo ! comme ils disent chez Renault.

    5. Aristarque

      Ce qui compte pour ces branquignols, c’est de laisser debout le totem de l’âge légal de départ à 60 ans pour que les fonctionnaires soient favorisés à donf. Le retraite à 75% du dernier salaire hors prime en prime.
      Peu importe après que pour le régime général du privé, les cotisations doivent démarrer à l’âge de 10 ans pour avoir les trimestres requis à 60 ans si cela doit permettre le maintien des zavantageszaki pour son électorat cible.

  16. Aristarque

    HS mais tout de même :
    égalitaristes dans l’âme, les Français trustent 25% des gains jack pot à l’EURO MILLIONS (77 sur 307 gains depuis l’origine).

    http://www.economiematin.fr/ecoquick/item/4207-euro-millions-super-jackpot-130-millions-euros-vendredi-29-mars-2013

    Comme on n’a jamais entendu un de ces gagnants annoncer qu’il partageait avec tous les autres Français, je suppose qu’on est dans la configuration de Peppone le jour où il gagne au Calcio. Que faire ? Mes convictions ! Mon cas personnel !

    1. Pandora

      Le loto.
      De l’argent gagné facilement sans le moindre effort en grugeant les autres joueurs. La « poésie des pauvres » qui n’entrevoient aucun autre moyen pour s’enrichir.

  17. Aristarque

    Au fait, Sarko avait inspiré le chroniqueur Rambaud pour une Chronique du règne de Nicolas 1er.
    N’y aurait-il personne pour la Cour de Normal 1er ?

  18. Dex

    Mec, je sais pas comment te dire ça… c’est de loin ton billet le moins drôle, et également un des trois meilleurs.

    Long life !!!

    Dex.

  19. mominette

    Puisque c’est Pâques, commençons par nous réjouir des nouvelles cloches de ND de Paris. Dommage que celles de l’Elysée-Matignon ne sonnent pas aussi juste.

    Tout est-il négatif dans le pédalo présidentiel ? Pas certain. Cela dépend de la manière dont la PAC subventionne la production de navets, parce que là, la France est devenue leader incontesté.

    Echarpé depuis le jour de son élection par une presse qui avait décidé que Sarkozy avait la rage et qu’il fallait l’abattre, cette hargne généralisée a si bien entrev& le remarquable travail du Président que la fin de sa trajectoire a été fatalement un peu erratique. N’y revenons pas, l’Histoire ne repasse pas les plats, le beau jouet a été cassé …

    Le sort a alors désigné une « tortue- piquet » : celle qu’on trouve posée sur un piquet en rase campagne … On ne sait qui l’y a posée, mais il est clair qu’elle n’a rien à y faire, et ne sait comment en sortir.

    Toujours férus de changement, les français n’ont pzas su ce qu’ils perdaient, et encore moins ce qu’ils gagnaient. Et pourant, deux mises en garde étaient claires :

    – Ségolène disant : « le malheur, avec François, c’est qu’il n’a jamais rien foutu et ne fera jamais rien »
    – Et ce cri du coeur de Sarkozy lors de son débat avec Normal Ir : « et vous croyez que ce job est celui d’un homme « normal » ???

    Mais l’empressement à danser la Carmagnole a occulté ces messages.

    Bref, sauf cohabitation, la France est condamnée à acculumer ses retards et ses échecs, ses bricolages honteux et son hyper-apécialisation dans les peccadilles pendant encore 4 ans. Elle sera au moins en soins palliatifs à ce moment.

    1. Aristarque

      SVP, amie Belge, ne nous souhaite pas de cohabitation. Nous avons déjà donné il y a 27 ans puis 20 ans puis 16 ans, et à tous les sens du terme. Nous avons besoin d’un renouvellement profond et non d’un attelage disparate entre socialistes de droite et de gauche à moins que ce ne soit l’inverse.

      1. mominette

        Cher Aristarque, partant du principe que tout ce que fera Hollande ne fera qu’enfoncer la France, une cohabitation aurait le mérite de limiter les dégâts pour les 4 années encore à subir.
        Il n’y aura de toute manière aucune renouvellement profond d’ici là.

        Entretemps, on peut espérer que l’électorat soit revenu à la raison, et que les diverses gzuches qui se partagent le fromage français trouvent une vraie alternative libérale.

        On peut rêver …

        1. alpharuper

          Borlooo (Hips) en parlait ce matin. sur Europe 1.. Si il veut avoir une chance d’être réélu en 2017, Normal ne pourra que dissoudre pour laisser d’autre prendre des mesures forcément impopulaire… bon, d’un autre coté, on sait comment a fini la convocation des Etats-Généraux…

  20. johnny_rotten

    Depuis l’intervention télé de Caramel Mou 1er , on sent, quand même, que la haine contre lui est montée d’un cran.

  21. Clairon

    Il est certain qu’avec Flamby, la France s’est choisi un clerc de notaire frileux et suffisant. Maintenant deux réflexions (à deux balles diront certains) de ma part :

    – Ca fait environ 20 ans et plus que la société française est bloquée et se « vermouluse » à petits pas … Certains doivent quand même se rappeller de la fameuse « fracture sociale » du grand Jacques, qui en bon Radsoc de première n’a fait qu’appliquer les principes de base de ce cher Henri Queuille, c-a-d : « il n’est pas de problème dont une absence de solution ne finisse par venir à bout. » et autres « La politique, ce n’est pas de résoudre les problèmes, c’est de faire taire ceux qui les posent.  » … Après ce fameux Roi fainéant (ultra sympathique certes, comme beaucoup de fainéants, conf. « Alexandre le Bienheureux »), nous avons eu droit à 5 ans de gesticulations dans le vide, de prises de positions de matamore sans aucun résultat, si ce n’est de dégouter une bonne partie de l’électorat qui avait crû en la capacité de réforme de Nicolas Ier … Sans oublier aussi qu’avant le Grand Jacques, François de 81 s’était bien gardé d’en foutre une pendant 7 ans, trop occupé à cacher ses petits secrets …. Tout cela nous a fait 25 ans d’immobilisme complet.

    – Egalement pour dire qu’il est aussi une mauvaise habitude bien française : attendre l’homme providentiel, malheureusement les hommes providentiel on en a environ 1 max 2 par siècle, et encore, les bons siècles.
    A ce point de vue là, le Général nous a fait du tort, car 95 % des français attendent qu’un seul homme (ou peut-être bientôt une seule femme) de par ses « simples décisions », changera en un coup de baguette magique 20 à 30 ans d’incurie et de manque complet de prévoyance.
    Je crois d’ailleurs que tant que l’on restera dans ce modèle « du chef qui fait tout et décide de tout », du guide suprème digne des plus beaux moments de la révolution culturelle, le beaujolpif et Brigitte Bardot en plus, on ne s’en sortira pas. C’est comme vouloir être riche uniquement grâce au Lotto (ou à l’Euro-Millions comme dernièrement).
    Et voila qu’aujourd’hui beaucoup de français tombent des nues, « comment ça, le président ne peut pas changer ça ? créer 3 millions d’emplois, ramener le bonheur ? On nous aurait menti ? » Certes, tous les candidats vous ont fait « une vente », comme on dit, avec pour certains des mensonges plus gros que la tour Eiffel, mais le plus gros mensonge est encore dans ce fameux « inconscient collectif français », tant de droite que de gauche, inconscient qui continue de rêver et d’attendre l’homme providentiel.

      1. Clairon

        Certes, mais le 1er mandat a été un mandat de nombreuses réformes, pas toutes les plus fameuses certes, mais cela a bougé, alors que depuis le 2e mandat et 1988, la France mis à part l’accumoncellement de règlements et d’impots supplémentaires n’a pas connu le moindre changement.
        Enfin rendons grace à François de 81 de nous avoir syphonné le parti communiste …. Dommage qu’il n’ai pas pousser le bouchon jusqu’à la CGT ….

    1. mominette

      Le plus intéressant de votre message, Clairon, est cette déification du Pouvoir par les républicains français 🙂
      Un peu polythéistes, il faut l’avouer, puisqu’il y a des « dieux mauvais », comme Grankapital, Turbolibéraleeurope, dumpingmachines, eurokituékirendfou …) Et puis, Le bon dieu, celui qui peut tout arranger, mais est en panne …

      Ce qui est cool, c’est que jamais le citoyen n’est en cause ! Du moment qu’il peut militer pour la survie du bourdon, travailler moins pour gagner plus, recevoir pour rien ce que d’autre ont pris la peine de gagner, il n’est pour le surplus qu’une victime d’une mauvaise météo conjoncturelle et de la mauvaise volonté des fées qui se penchent sur son berceau …

    2. channy

      Pour l’immobilisme je crois que vous pouvez encore rajouter les 7 ans de Valéry..en 1980 Raymond Barre ne disait il pas: « il faut d ‘urgence un frein à l’immobilisme « 

  22. ph11

    « des chats qui couchent avec des chiens… »

    Le problème, c’est qu’on n’aura pas de chasseurs d’ectoplasmes pour sauver le pays de la destruction…

  23. mario

    « Ses petites jambes de serin n’arrivent pas, malgré ses frénétiques coups de pédale, à ramener le frêle esquif à bon port… »
    Quelle impertinence alors que malgré ces violents efforts, sa cravate est maintenant d’équerre et sa manchette de chemise droite normalement à sa place.
    Le changement est en marche!

  24. NoName

    Difficile de mieux résumer la situation.
    Non mais vraiment chapeaux bas, H16. Quand nos arrières-petits-enfants, disséminés autour du globe en diasporas reparleront de cette époque, on verra dans les manuels d’histoire un petit encart, intitulé « Le Témoignage d’un blogueur de l’époque: La prévisible déroute de Hollande ».
    Et la maîtresse leur expliquera pourquoi il avait raison.

        1. Aristarque

          Blague à part, Frau Hauptmann 😉 ,
          Je suis surtout pessimiste sur l’avenir de la France qui pourrait bien devenir le 17me land d’Allemagne ou qq chose comme cela, non par l’effet d’une guerre mais par une soumission économique dû à la déqualification complète de notre pays et sa disqualification. Au moins sous une forme larvée parce qu’il est évident que les Allemands vont réclamer de plus en plus de contreparties contre leur aide et qu’ils se contenteront de moins en moins des belles promesses dont nous abreuvons le monde depuis 20 ans au moins. Nous sommes déjà dans leur ombre portée. Or nous restons totalement dépendants des emprunts dans la position du drogué qui va avoir de plus en plus de mal à se procurer sa dose tranquillisante et qui va devoir se raccrocher à n’importe quel dealer pour se fournir, quelles qu’en soient les conditions.
          Nous n’équilibrons pas le budget avant même d’y imputer la dette et ce, pas pour un petit loupé de quelques millièmes de % mais un de l’ordre de 20%. Et quand on parle d’une réduction des dépenses de 1%, soit 3,5 Md€, on a déjà et immédiatement des hurlements d’un bout à l’autre du pays pour beugler à l’austérité qui va tous nous assassiner ! Dans beaucoup de boîtes qui vont mal, c’est souvent bien plus d’1% qui est à raboter pour redresser la barre et que cela plaise ou non, faut y aller parce que sinon la situation est vite réglée pour tout le monde quelques mois plus tard en fonction de la patience des banquiers/créanciers…

  25. zebgg

    Hollande fait ce que l’on peut espérer de mieux. Il pousse la France vers ses principes premiers d’économie mixte et d’ordre bureaucratique. Les Français comprennent (ou commencent à comprendre) qu’ils ne vivent pas dans un éden au milieu de l’enfer représenté par les autres pays de sauvagerie capitaliste. Ils découvrent que l’Idée du modèle social, politique et économique de notre pays inculqué par les médias, l’ensemble de notre classe politique et syndicale, et tous nos rouages de l’administration omniprésente est un mirage. Hollande est notre magnifique révélateur qui permettra une future réforme d’une ampleur qui aurait été impossible sans lui. En ce jour de Pâques, magnifions Saint Flamby , car il tue le socialisme comme personne n’aurait su le faire !

    1. hussarbleu

      « magnifions Saint Flamby »… cela me rappelle – dans le grandiose Gala des Vaches, d’Albert Paraz, que l’on redécouvre de temps en temps, parce qu’il le mérite vraiment – ce passage où, dans son sana de Vence, le pauvre Albert s’étonne de voir un des autres patients dont il connaît les opinions ultra-réactionnaires, vanter le grand Staline (la scène se passe à la fin des années 40).

      Réponse de l’intéressé : « Mais, c’est pourtant clair : citez moi un seul homme qui ait assassiné autant de communistes que notre bon Géorgien! »….

  26. duff

    Bon billet comme d’habitude mais dans le genre, je crois que l’analyse de Bruno Bertez est encore plus révélatrice :

    http://www.atlantico.fr/decryptage/probleme-hollande-est-pas-tant-gestion-que-election-bruno-bertez-670351.html

    Enfin, Charles Gaves explique en gros qu’au pire moment les français ont mis au gouvernement une équipe parfaitement technocratique et incompétente mais ce qui est déjà dramatique tourne à la tragédie bientôt grecque quand on sait que les français l’ont fait en toute connaissance de cause.

    http://institutdeslibertes.org/petite-bande-dessinee-pour-expliquer-la-situation-francaise/

    Je cite la conclue accablante :

    « Nous sommes gouvernés par la classe politique la plus nulle de l’Histoire de France, que les Français ont élu en connaissance de cause, et à cela, il n’y a pas de solution. »

    Donc un entretien d’entrée à l’ENA (pour ceux qui restent sympas) ou à Science Pipo (de mon point de vue) n’avait aucune chance d’aboutir au moindre résultat. Le climat en France est délétère et quasiment pré-insurrectionnel parce qu’il y a un décalage entre le pressentiment mauvais des français et leur président qui ose encore égrener comme seules mesures concrètes des « trucs » économisant 100 millions… Soit 0.1% de ce qu’il faudrait faire…

    On va dans le mur et on le savait en 2012. maintenant en 2013, on sait toujours qu’on y va et peut être encore plus vite mais on sait maintenant aussi qu’on y vas en klaxonnant et en jetant des confettis comme lors d’un mariage… Triste décalage.

  27. LeRus

    Très bon billet (faut-il le rappeler?).

    La chute finale « En réalité, ils ont élu un nul avec des idées catastrophiques. » est un bon résumé de la situation.

    J’ai perdu pas mal de salive lors des élections à tenter d’expliquer que ce type était un incapable qu’aucun artisan ne voudrait en apprentissage (Faire HEC, ScPo et ENA ça devient pathologique) et à présent je n’ai aucune pitié pour tous les abrutis qui ont voté pour lui.

    Par contre, je crains qu’il faille encore attendre avant que le pays ne s’échoue complètement sur les rocs de la réalité. Tant que les ondes radiophoniques retransmettrons des messages informatifs (payés par les impôts) sur les CHÈQUES VACANCES (intraduisible en langue étrangère), on peut être sûr que rien ne changera.

    1. Robert Marchenoir

      « Les CHÈQUES VACANCES (intraduisible en langue étrangère). »

      Essayez food stamps, Obama phones ou Section 8 en anglais. Ca vaut largement les chèques vacances.

      Les food stamps sont tellement utilisés pour de la food qu’un Etat américain a été obligé d’interdire leur usage sur les distributeurs de billets situés sur les bateaux de croisière : en effet, les food stamps, qui ne sont plus des timbres depuis belle lurette mais des cartes électroniques de paiement (EBT), étaient utilisés par des nécessiteux mourant de faim pour y retirer de l’argent.

      Mais ça n’empêche pas les journalistes et les intellectuels français de vous parler avec des sanglots dans la voix de l’énooorme pourcentage des Américains qui ne s’alimentent qu’avec des bons de nourriture, expression qui a l’immense avantage de faire penser à la fois à la misère et au rationnement alimentaire en temps de guerre.

      (Par ailleurs, je ne nie pas la montée de la pauvreté et du chômage aux Etats-Unis, mais il faut faire la part des choses.)

      Googlez Obama phones, aussi, c’est très rigolo. Hollande doit se mordre les roustons de ne pas y avoir pensé.

  28. deres

    Hollande s’occupe de la France exactement comme de la Corrèze auparavant. En conséquence, il ne dirige pas réellement le pays et ne fait que de la gestion courante. Une région subit l’environnement macro-économique du pays et ne fait que des actions symboliques à la marge. FH de la même façon considère que l’environnement macro-économique ne dépend pas de son action. Son optimisme béat et sa croyance dans sa bonne étoile fait ensuite que ses prévisions de croissance ridicules au lieu d’être auto-réalisatrice sont anti-réalisatrice.

    Ses prévisions économiques sont d’ailleurs des plus affligeantes. Il pensait que la croissance reviendrait après son élection par simple « apaisement » et suite aux petites actions de redressement de son prédécesseur. C’est ce qui est arrivé à Jospin en 97 en bénéficiant au passage de la baisse des taux d’intérêt après les efforts minimalistes de ses prédécesseurs pour tenir les critères de Maastricht et accéder à l’Euro. Premier plantage.

    A la rentrée, face à la grogne montante se rendant compte que pendant une crise majeure les pingouins du gouvernement ont pris du bon temps pendant les beaux jours au frais de la princesse, FH a été obligé d’admettre que la crise était plus longue qu’il pensait. Quel clairvoyance quand on sait que la crise dure depuis plus de 3 ans. Il avait complètement zappé tous les anticipations de crise en W et autres … Au final, cela ne l’a pas empêché de continuer à croire en sa bonne étoile et donc à une reprise dès début 2013 suite à ses mesurettes ne compensant que partiellement les effets délétères de ses propres hausses d’impôts … C’est donc le deuxième plantage.

    Finalement, début 2013, il doit finalement admettre que sa prévision de croissance 2013 « deux ex machina » de 0.8% est du flan. Elle n’était basée que son doigt mouillé et sa capacité à virer un conseiller élyséen contestant cette estimation. Cela rappelle un peu Royal qui plutôt qu’admettre la nullité de son chiffrage et de sa politique préféra virer Besson avec fracas et humiliation. Les autres socialistes s’en rappelle encore … Troisième plantage.

    Mais, au lieu d’admettre ses échecs constants, le pire est qu’il persévère sans sourciller !!! Il n’hésite pas une seconde et nous promet donc immédiatement la reprise spontanée de la croissance pour 2014 ! Vu comme cela, en la promettant tous les 6 mois cependant les 5 ans de son mandat, il finira bien par avoir raison au moins pendant un semestre ! En tout cas, pour le moment, on sent poindre le quatrième plantage …

    Je ne parle même pas du fait que la prévision européenne de déficit en 2014 est de 3.9% avec une croissance de 1.2%. Notre Flamby national n’hésite pourtant pas à prétendre que avec une année de répit il fera 3% les doigts dans le nez sans expliquer le moins du monde comment.

  29. Malaiac

    Si on voit le bon côté des choses, il faut décerner à Flambichou la médaille d’or d’honneur hors concours toutes catégories de « Réveil de la droite ». Je veux dire, pas la fausse droite de Jacques, Nicolas, François et Jean François, mais celle du sentiment de droite, de la responsabilité individuelle et de l’envie de construire. J’ai 33ans, et c’est la première fois (malgré un intérêt soutenu pour toute chose politique) que j’ai le sentiment que quelque chose se passe en France.

  30. Theotimedesavoie

    Cher Hastable,

    Cela fait longtemps que je souhaitais vous féliciter pour votre blog et pour sa causticité que j’apprécie… Oui, ce pays est foutu! Travaillant en Suisse, je mesure chaque jour, par comparaison, le déclassement que subit notre pauvre pays.

    Comment avons-nous pu porter au pouvoir ce personnage falot, sans culture, sans classe, sans profondeur… Oui, c’est ce qui me frappe le plus chez le personnage : son absolue superficialité…abyssale si l’on peut dire!

    Pour votre information : Amazon me signale un retard de livraison de votre livre… Y aurait-il une subtile censure?

    1. Kevin

      Comme h16 le recommande, s’adresser directement aux Belles Lettres.
      Commande annulée sur Amazon vendredi, puis commandé dans la foulée sur le site des Belles Lettres.

      Mail ce matin pour me dire que la commande est partie. Il devrait arriver jeudi! Trop impatient de le lire.

      1. Robert Marchenoir

        Hahaha, je suppose que les Belles-Lettres fournissent Amazon au compte-gouttes, préférant vendre en direct et se garder leur marge. Pas sûr que ce soit un calcul intelligent, vu le nombre de gens qui ont le réflexe Amazon, et vu le fait que les livres sont souvent un achat d’impulsion.

  31. Fucius

    « la France se trouve paralysée sur des questions sociétales, des débats que seule une nation véritablement prospère et optimiste peut se permettre de tenir »

    La plus prospère des nations ne peut se permettre de laisser son État redéfinir le mariage pour y inclure les paires homosexuelles.
    Car si d’une institution de promotion de l’intérêt national on fait une institution de promotion du plaisir personnel et de l’égalitarisme, alors qu’opposera-t-on aux autres lubies socialistes ?

    L’égalitarisme entre hétérosexuels et homosexuels est identique à l’égalitarisme en matière de revenus: On ne peut donc pas avoir l’un sans l’autre.

    Si par une déformation de la charité on feint de croire que l’homosexualité a les mêmes vertus que l’hétérosexualité, de même on il faudra feindre de croire qu’aucun talent ne justifie les hauts revenus, qui seront donc spoliés pour les « redistribuer ».
    On ne peut pas nier l’intérêt général et la responsabilité individuelle dans un domaine et les respecter dans un autre.

    D’autre part, et c’est encore plus grave, le mariage relève de l’absolu anthropologique qui, en civilisation chrétienne, a toujours été soustrait à l’État.

    Le libéralisme reprend ce principe de l’existence d’un absolu anthropologique exclu du champ de la politique.

    Bastiat a démoli tous les sophismes économiques socialistes: confusion entre richesse et argent, protectionnisme, productivité… Mais dans son texte le plus fondamental, celui où il définit son approche du rôle de législateur (propriété et loi), c’est bien cela qu’il met au fondement de tout: « Ce n’est pas parce qu’il y a des lois qu’il y a des propriétés, mais parce qu’il y a des propriétés qu’il y a des lois. »

    Autrement dit, la question de l’absolu anthropologique est la divergence de fond entre libéraux et socialistes.

    Il est urgent de s’interroger sur la laïcité dans un contexte où des mouvements politiques athées s’emparent de la définition de ce qui revient à Dieu dans la tradition chrétienne.
    Il est admis que la séparation entre Dieu et César a été féconde.
    Les socialistes athées nous ont fait croire que cette séparation est portée à sa perfection en excluant les croyants de tout débat.
    Selon moi, c’est une imposture: En réalité il faut que la question de l’absolu anthropologique échappe à l’État. Nous ne sommes donc plus en régime laïc, puisque le socialisme contrôle l’État, l’enseignement moral, et définit le mariage.
    Nous sommes sur la pente totalitaire, sur la « route du servage ».

  32. Jacques de Guise

    Tres bon vos commentaires que je viens de decouvrir.

    Une question pour vous: les Français ont-il envie que les choses changent?
    Les entrepreneur,s oui, la classe moyenne non pourvu qu’on ne touche pas à leur argents et ce dont il pensent « qu’on leurs doit »..
    Si nous, Peuple Français avons élu un Hollande, c’est bien notre faute…nous n’avons pas eu le courage de nous opposer d’une part a un homme comme Sarkozy, le petit roquet, ou le bureaucrate qui ne sait pas gérer même son département, la Corrèze.

    1. aristarque

      (…) ne sait pas gérer son département.
      Cela se discute. Évidemment, si vous en êtes encore à la version besogneuse et triviale de budgets raisonnables et équilibrés, il ne sait pas gérer. Mais si vous êtes du camp du Bien qui ne connaît que la dépense avec adaptation de la recette selon besoin, qui admet comme normal que tous les zakouski électoraux à destination de sa clientèle soient financés par la fraction minoritaire des « riches », bref qui veut qu’ une majorité vive aux crochets d’ une minorité, là, il est excellent gestionnaire (cf la liste des grandes réalisations du cador en Corrèze ou à Tulle).

Laisser un commentaire