Sécurité Sociale : ça y est, l’Etat français installe des miradors

C’est bien joli de s’élever bruyamment contre les cotisations salariales ou patronales ; c’est bien mignon de rouspéter contre les impôts ; c’est gentil tout plein de s’imaginer que l’herbe est plus verte ailleurs, d’aller y voir et de se rendre compte qu’en effet, l’herbe est bien plus verte. Avec tout ça, l’Etat français commence à trouver la soupe amère et l’avenir moins rose, malgré ses doses toujours plus massives de socialisme. Ça ne va pas, alors il siffle la fin de la récré.

On ne saura pas, du reste, si le mouvement d’humeur, en direction presqu’exclusive de la Suisse, aura été déclenché par l’information récente relative à des essais militaires helvètes : les impétrants auraient ainsi campé une France surendettée et guerrière partie à l’assaut de la Confédération pour lui faire rendre gorge et surtout, lui faire rembourser l’argent que le petit pays neutre lui aurait soi-disant piqué ; en gros, ce dernier exercice se projetait dans une Europe décimée par une longue dépression et dans laquelle «Saônia», état ruiné situé dans l’actuel Jura français, accusait la Suisse d’être responsable de son déclin jusqu’à la menacer d’envahissement si la Suisse n’épongeait pas la dette saônienne. Toute ressemblance avec des faits existants ou à venir est purement blablabla…

soldier : when in doubt, frag out

Intéressant scénario qui dépeint une France ruinée et percluse de dette ; on comprend qu’une aussi invraisemblable histoire n’ait pu que faire glousser les citoyens français, à commencer par ceux de l’Inspection Générale des Affaires Sociales qui auront donc conservé tout leur sang-froid, mais — faut pas pousser quand même — en auront profité pour pondre un rapport bien poivré.

Dans ce dernier, ils rappelent au bon souvenir de l’État cette dérogation si spéciale permettant aux travailleurs frontaliers de cotiser à l’assurance maladie de leur choix : la CMU française (yeah, baby, yeah), le système suisse (LAMal) ou une assurance privée (oh que c’est cracra, que c’est vilain, que c’est turbo-libéral donc méprisable). Pour résumer le rapport en quelques mots, l’idée est donc de remettre en cause cette dérogation dont ils bénéficient et de faire revenir ces frontaliers dans le giron de la Sécurité Sociale française, si bonne, si généreuse, et si aimante.

Bien évidemment, ce qui tient lieu de gouvernement en France actuellement, s’emparant de ce rapport remis le 23 septembre dernier, a décidé de ne surtout pas prolonger ce dispositif dérogatoire qui doit prendre fin le 1er juin 2014. En effet, le Ministère de l’Économie, bien plus habile pour les petits calculs que pour faire des économies, a compris toute la substantifique moelle qu’il peut tirer de cette manœuvre : correctement empêchés de continuer à bénéficier d’une assurance privée, les frontaliers devront rejoindre le système national ; ces heureux salariés, frétillant de bonheur à l’idée de retrouver cette couverture sociale que le monde entier nous envie, devront s’acquitter d’une cotisation prélevée sur leur revenu fiscal de référence au taux de 6% pendant un an, puis (parce que ce serait trop simple de s’arrêter là), à compter du 1er juin 2015, de 8%.

N’hésitant pas à jouer de cet air de flutiau que les non-frontaliers connaissent maintenant assez bien, le ministère a assuré, dans un souffle aux lourdes odeurs alcooliques :

« La première année, un frontalier sur deux verra sa cotisation stagner, voire diminuer. Et les autres retrouveront l’affection, le retour de l’être aimé et nous redresserons leurs zizis mous. »

(Citation de mémoire, vous m’excuserez, j’ai du noter très vite, c’est un peu l’avalanche de nouvelles actuellement…)

On se demande pourquoi Bercy n’a pas fait ça plus tôt et pourquoi ces imbéciles de frontaliers s’obstinaient jusqu’à présent à cotiser à des assurances privées alors qu’une fois repris en main par Bercy, leurs cotisations vont « stagner voire diminuer« . Décidément, le foutage de gueule heu la propagande les explications de Bercy sont excitantes. Bien qu’incomplètes. On se doute en effet que l’autre raison de faire ainsi sauter cette dérogation réside dans l’autre petit calcul que le Ministère a fait, là encore sur l’un de ces post-its proverbiaux où, vraisemblablement à en juger par les performances moyennes de l’institution, l’ensemble des budgets des 40 dernières années a été réalisé, vite fait.

Et ce petit calcul montre que cette décision, qui fera l’objet d’un décret aussi lisible que d’habitude, devrait rapporter 100 millions d’euros à la Sécurité sociale la première année, puis 150 millions dès que le taux sera portée à 8% et après ce sera le bonheur sucré d’une rente assurée. C’est une évidence. D’ailleurs, chaque nouvelle ponction, chaque nouvelle taxation récente démontre à l’envi que ce qui est planifié se passe comme prévu et que les rentrées d’argent frais se gaussent lolesquement de la courbe de Laffer, et prout.

chouette, des cotisations sociales !

Pour faire passer la pilule, Bercy nous explique cependant le pourquoi de l’opération :

« Ce régime pesait sur les comptes de la Sécu. Et juridiquement, cette dérogation ne pouvait pas être prolongée. »

Et pourquoi donc ce régime pesait-il sur les comptes de la Sécu ? Eh bien parce que, parce que, parce que Bercy le dit, tiens pardi. En effet, selon toute logique, les gens qui bénéficient d’assurances privées sont sortis du système. Ce sont donc des flux financiers qui intéressent ces gens et ces assurances, mais pas la Sécu. De son point de vue, c’est un peu comme si ces gens n’existaient plus ou, plus morbidement, s’ils étaient décédés. Jusqu’à preuve du contraire, un mort non plus ne rapporte rien à la Sécu, mais il ne vient pas à l’idée de Bercy d’utiliser cet argument pour les faire cotiser histoire de compenser le système bancal qui semble montrer des signes de fatigue. Pire, il ne vient surtout pas à l’idée ni des rapporteurs ni de Bercy que si des assurances privées s’en sortent aussi bien pour assurer leurs clients, peut-être faudrait-il étendre ce systèmes aux non-frontaliers et débarrasser ainsi l’État de l’épineux problème de Sécu qu’il trimballe comme une gangrène depuis des décennies (et qui va finir par avoir sa peau, assurément).

La réalité est évidente : les andouilles qui ont pris ces décisions, outre le fait qu’ils ont grossièrement surestimé les rentrées de cotisation correspondantes et vont au-devant d’une amère déception et d’une déconfiture méritée, ont essentiellement raisonné comme à l’habitude, voyant dans ces moutontribuables qui ne rapportaient rien de juteuses opportunités qu’il fallait concrétiser d’une façon ou d’une autre, et ce de façon d’autant plus pressante que les fonds sociaux affichent une mauvaise santé insolente.

Et l’autre réalité évidente que ces andouilles n’ont pas comprise est que l’annulation de cette dérogation va indubitablement entraîner … un nouveau mouvement de grogne. Ce qui tombe très bien : actuellement, grâce aux bonnes œuvres de Hollande, le pays est trop calme et risque de s’enfoncer dans une soporifique torpeur de pays apaisé ; rien de tel que quelques ronchons pour le réveiller, comme par exemple ceux du collectif “Frontaliers ou bien ?”, qui réunit plus de 50 000 frontaliers franco-suisses, et qui se déclare outré et note au passage que les « économies » réalisées sur le dos de ces individus risquent d’être un peu maigres :

“Ce rapport est inacceptable. Il fait des frontaliers des boucs émissaires, comme si ceux-ci pouvaient à eux seuls combler les déficits accumulés de l’assurance maladie.”

Bah, tout ceci est sans importance : les frontaliers, comme les autres, vont devoir revenir bien vite aux guichets de l’Etat. Il va falloir payer, mes enfants. Jusqu’au dernier centimes. Et ne comptez pas fuir : les miradors fiscaux sont en place. Les mitrailleuses à taxes sont positionnées. Le Stalag Fiscal « France » est prêt.

luke je suis ton fisc

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires243

  1. Théo31

    « Le collectif a demandé à être reçu en urgence par le Ministre de l’Economie. »

    C’est exactement ce qu’il ne faut pas faire. Il ne faut jamais négocier avec des communistes. Il faut faire comme les Bretons avec le portique : il faut tout casser. Le moteur du communisme, c’est la guerre civile permanente pour asseoir sa domination et sa prédation. Lénine avait promis aux Russes le pain, la paix et la liberté : ils ont eu la famine, la guerre et la dictature la plus féroce qu’un peuple ait jamais connue.

    Négocier, c’est abdiquer.

  2. BelgoLuxo

    J’aimerai avoir votre avis sur ce que je compte faire pour échapper à cette loi: En tant que expatrié en France, je suis belge, je travaille en Suisse et j’habite en France. J’ai acheté récemment un appart. en construction en France j’attends la livraison qui aura lieu en Juin 2014. Par contre mon assurance santé privée arrive à échéance fin mars et va être reconduit à la CMU si je ne fais rien. Je comptais me dé-domicilié de la France pour me domicilier en Belgique chez mes parents en attendant la livraison de mon appart. et reprendre une assurance santé en Belgique et une fois mon appart. terminé, soit je me domicilie en à nouveau en France en seconde résidence et je garde mon assurance belge ou je me re-domicilie en France en tant que nouveau frontalier pour pouvoir avoir la possibilité de choisir l’option Lamal. Pensez- vous qu’en me re-domiciliant en Fr je serai considéré comme nouveau frontalier et je pourrai choisir l’option Lamal?
    Merci pour vos conseils et peut être de nouvelles idées… Je ne comprends rien à ces histoires d’assurance santé, en Belgique c’est si différent.

    1. Wapi

      Domicilies toi en Belgique….tu en as la possibilité… Tu auras une résidence secondaire… Comme tant d’autre a expats. Et tu cotiseras comme tu voudras, Lamal ou autre privée!

    1. Black Mamba

      C’est juste un attrape nigot cette histoire d’annulation de dérogation, tout ceux qui ne seront pas informé du piège à pigeon , et bien, ils vont tomber dans le panneau et se faire plumer .

  3. regis33

    Il faudrait peux être informer ce collectif de frontalier , si quelqu’un a une adresse ……
    Mais il faudra faire ça demain , car il est plus de 21 h et la CGT nous surveille . 🙂

  4. jeneveuxpasêtreracketté

    Il faut absolument faire venir Reichman et ses confrères en Hte-Savoie pour qu’une vraie prise de conscience se fasse. Beaucoup doutent, ou ont peur de passer à l’acte en souscrivant une assurance européenne. C’est bien dommage, car 140 000 frontaliers, si seulement 10% le faisaient, ce serait déjà une belle victoire et une autre brèche d’ouverte !

  5. ironbooboo

     » Bah, tout ceci est sans importance : les frontaliers, comme les autres, vont devoir revenir bien vite aux guichets de l’Etat. Il va falloir payer, mes enfants. Jusqu’au dernier centimes.  »

    Et on peut parier que pour une fois pas un dossier ne sera « égaré », même pas en fin d’année fiscale. Rhaaaa les fumistes …

  6. Vache à lait

    Comme d’hab quoi… Dès qu’il y a moyen de gratter quelques sous sous, Carbalas montre vite ses chicos…! Alors que si l’Etat versait vraiment ce qu’il revient normalement de droit à la sécu, il n’y aurait pas de déficit…! Donc, à cause d’un Etat qui ne fait pas correctement son travail, celui ci va se permettre de nous foutre la merde dans nos vies… Et ensuite ça se dit lutter pour nous rendre notre pouvoir d’achat…etc… etc…?!? Qui nous à mis 2000 milliards de dettes, qui n’est pas foutue de donner à la sécu les dividendes qui lui reviennent de droit, qui etc… etc… Et c’est encore à nous de porter le chapeau… Qui s’est permis de renflouer nos banques à coup de milliards parce que ces c…. se sont crues au casino… Qui nous oblige à prendre des assurances alors que celle ci trouvent toujours le petit prétexte pour se désister de ses responsabilités… Qui nous a mis un permis à points et quand il se fait annuler, tu perds ton taf et tout ce qui en découle sur ta vie familiale et te mène à l’exclusion… (Pourtant on est loin d’être tous des irresponsables de la route…) J’crois que bon nombre de français en à marre et vivent sur les dents à force… Après on s’étonne d’une recrudescence de violence, de la baisse de vente de voitures, d’économie qui bat de l’aile etc… Tout est fait pour nous gratter au lieu que chacun puissent profiter de son labeur et que l’argent soit injecter en faisant tourner l’économie… Franchement, y en a grave marre de cette démocratie à cloche pied… C’est plus de la démocratie qui engendre un capitalisme sain, mais un capitalisme à outrance tenu par des nantis qui biaise la démocratie populaire… Je vais vraiment finir par prendre un passeport et aller vivre sous d’autres cieux où l’on peut vivre de ce que l’on transpire sans se faire gratter jusqu’à la moelle et ou l’on peut construire sa vie sans qu’on vienne nous la foutre en l’air… Hein, à quand un bon 1789 avec guillotine pour politiciens vampiriques incompétents et clique d’élites corrompus… Quand est ce que ce peuple d’endormi qui se contente de miettes de capitalisme et de démocratie ainsi que de petits acquis qui disparaissent un peu plus chaque jour va se réveiller et se faire entendre pour de bon…!?!? En Suisse, ils font des votations et c’est le peuple qui dit oui ou m…. à tel ou tel chose… (Et ça c’est une démocratie..!) Pas un soi disant élu qui va faire passer des choses à son bon gré sans se soucier de ce qu’en pense son propre peuple… France, pays de la taxe, du paye et ferme ta g….. (Désolé pour cette irascibilité mais franchement… Grrrrrr…)

  7. Philcore

    Assurance maladie : rappel de la Direction de la Sécurité sociale

    La Direction de la Sécurité sociale vient de diffuser un communiqué de presse rappelant les obligations d’affiliation et de cotisation des français au système national d’assurance maladie

    Ce communiqué, que vous trouverez en pièce jointe à cet article, fait
    suite aux dernières effusions web et radio clamant la fin du monopole de
    la Sécurité sociale.
    Pour voir le communiqué (pdf), se rendre à l’adresse suivante:

    http://www.frontalier.org/emploi-suisse/1116829/assurance-maladie-%3A-rappel-de-la-direction-de-la-securite-sociale.htm

    1. Je rappelle à toutes fins utiles que ce communiqué, qui ne parle pas du tout de l’arrêt Podesta (ce n’est pas un hasard) n’a aucune valeur de loi.
      Je rappelle en outre que personne n’a jamais été condamné pour avoir incité à choisir un autre organisme de couverture santé que la Sécurité Sociale.

      1. Philcore

        Il y a quand même une mauvaise foi sans limite sur ce dossier… En la Sécurité Sociale et les représentants PS (voir lien ci-dessous)

        http://rassemblement-frontaliers.org/2013/10/la-soit-disant-fin-du-monopole-de-la-securite-sociale/

        En tant que frontalier, je ne sais plus ce qui est valable ou pas en terme de droit. J’ai le sentiment que l’Etat français s’en fout et ne respecte absolument aucune règle de droit, même émanant de l’UE, lorsque cela arrange ses finances

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.