Au Vénézuela, tout va bien

Entre les manifestations nantaises et les bouleversements politiques en Ukraine, les journalistes ne savent plus où donner de la tête. Cependant, on peut se demander pourquoi les événements qui se déroulent au Venezuela semblent recueillir aussi peu d’attention de leur part…

Comme je l’ai noté il y a quelques jours, la situation vénézuélienne n’a pourtant rien de calme ou de rassurante, et géopolitiquement parlant, le pays ne peut pas être négligé tant ses réserves en ressources pétrolières sont grandes. Pourtant, si l’on s’en tient au traitement médiatique qui est réservé aux émeutes et très violentes manifestations qui secouent le pays actuellement, force est de conclure que tout ne va pas si mal.

Certes, il y a bien eu quelques échauffourées, certes l’intervention des forces de l’ordre aura entraîné quelques petits dommages collatéraux, certes le pays semble un peu mal enquillé. Mais il n’est qu’à lire les articles délicieusement pondérés du Monde ou de Libération pour écarter toute éventualité d’un pays au bord de la guerre civile : tout ceci est un petit mauvais moment à passer, voilà tout.

Pignouferies de presse

Ainsi, le Monde titre-t-il sans trembler que  » les deux camps mobilisent en masse mais dans le calme », calme qui a jusqu’à présent fait 10 morts et plusieurs dizaines de blessés (chiffre officiel, les chiffres officieux étant à la fois bien supérieurs et surtout à la solde de l’impérialisme américain ce qui les discrédite immédiatement). À l’aune de ce « calme » là, on peut dire que le jour où les Vénézuéliens vont vraiment s’énerver, ça va faire dans l’humanisme à coup de gros calibres. En tout cas, pour les journalistes du quotidien national français pas du tout acquis à la cause chaviste et toujours aussi neutre politiquement, tout ceci serait simplement

la plus importante vague de contestation depuis (l’)élection (de Maduro) de justesse en avril

… Vague qui aurait été déclenchée par une tentative de viol d’une étudiante sur le campus à San Cristobal, oups, ça arrive allons allons, protestations qui auraient dérivé « des revendications sur l’insécurité » à « la critique plus générale de la situation du pays ».

journalism - demorand keep fakingPour Libération, dont la qualité journalistique se mesure maintenant avec un microscope à effet tunnel (comme les nouveaux abonnements, du reste), on assiste aussi à des « contestations » (diable, que c’est bien trouvé – miracle de l’AFP et du copier-coller, la vraie valeur ajoutée du journalisme à la française), et puis le déploiement de parachutistes serait une conséquence de l’arrivée de paramilitaires colombiens, pas de quoi fouetter un petit félin sud-américain. Étonnement feutré (suivi d’une totale absence d’enquête) de nos journalistes en culotte courte lorsqu’ils nous apprennent que, je cite,

Dans les manifestations, il y a beaucoup de groupes armés qui ne semblent pas appartenir aux corps de sécurité de l’État.

Bah. Des citoyens vigilants qui organisent des petites patrouilles pour calmer les contestations un peu trop vigoureuses, il n’y a pas de raisons de vouloir y voir à mal. De toute façon, tout le monde sait que Maduro, le successeur du Cha’, est un Membre Officiel de La Ligue Du Bien Humaniste, et on le voit mal déclencher une répression sanglante ou laisser son pays à la solde de groupes armés plus ou moins anarchiques.

Pour le Figaro, tentative amusante de faire croire à un journal de droite en France, la question vénézuélienne doit être bien piquante puisque sa rédaction a choisi d’aborder le sujet sous l’angle du pas d’angle du tout, cachons ça dans les brèves et les « flash-actu » rédigés un sandwiche à la main, entre les fines analyses de Sotchi et les palpitantes resucées d’AFP sur l’Ukraine et les échauffourées nantaises.

Problème d’une source unique (AFP) et diablement pondérée, pour le dire gentiment ? Souci lié à une réduction drastique des effectifs de fin de semaine dans les rédactions des quotidiens nationaux ? Trop de stagiaires et pas assez de rédacteurs aguerris ? Volonté manifeste de conserver une saine distance aux événements, histoire de ne pas surjouer les problèmes vénézuéliens ? Détachement lié à l’éloignement du pays (après tout, Caracas, Maduro, l’Amérique du Sud, tout ça, c’est bien loin et il faut bien traiter les petits enquiquinements d’Ayrault Le Bâtisseur à Nantes, hein !)  ?

Allez savoir. En tout cas, il semblerait que le pays soit en proie à une insécurité galopante, une inflation vitaminée, des pénuries grandioses et des troubles sociaux et économiques pétillants, bref toute la panoplie de ces lendemains qui chantent promis régulièrement aux citoyens trop heureux de voter pour le socialisme triomphant.

che vador

On ne peut tout de même pas s’empêcher de noter que tout ceci cadre assez mal avec la présentation du pays que les mêmes journalistes des mêmes organes de presse subventionnée nous ont fait les mois et les années précédentes. Oh, ne leur retirons pas le fait qu’ils ont bien relaté les petits soucis économiques du pays, mais à chaque fois, les euphémismes furent de sortie, les modérations habilement introduites et, pour le coup, toutes les avancées sociales entraînées par Chavez ne furent jamais oubliées. Tant lors de sa première élection, qui leur permit de dresser le portrait d’un populiste, certes, mais humaniste et décidé, que lors de sa réélection et de sa mort, il fut toujours présenté dans des demi-teintes appliquées avec une précision louable si elle était d’actualité pour tous les autres politiciens de tous les autres pays. Et on ne compte pas les billets plus ou moins enfiévrés de chavistas européens louangeant le nouveau révolutionnaire, dont les Libération, Rue89 et autre NouvelObs se firent les porte-voix joyeux.

Comme d’habitude cependant, le crépi de la réalité est venu frotter sur les fesses des socialistes et des communistes qui doivent maintenant composer avec le résultat sanglant. Pourtant, il était visible depuis longtemps que le pays courrait à sa perte ; à la mort de Chavez, Contrepoints synthétisait fort bien l’état général du pays, son bilan économique désastreux, son bilan social très mitigé (les disparités sont toujours énormes), son inflation, ses pénuries multiples, et se posait déjà la question de savoir ce qu’il resterait des années Chavez devant un tel désastre. Et alors que les journaux français se lancent dans une tornade de copiers-collers vigoureux de nouvelles d’agence AFP insipides, c’est encore dans les médias non-subventionnés qu’on devra chercher pour trouver une analyse claire et sans concession de la situation, analyse qui laisse apparaître que la menace principale n’est pas l’opposition dont Maduro pourra toujours s’occuper en augmentant la répression et la violence, mais bien les forces militaires alliées au président de l’Assemblée Nationale, Diosdado Cabello, que le moindre signe de faiblesse de la part de l’actuel président pourraient amener à agir, et plonger ainsi durablement le pays dans une bonne vieille dictature communiste comme on en trouve encore quelques unes.

De façon ironique, Maduro s’était récemment déclaré solidaire de son homologue ukrainien, Viktor Ianoukovitch. La question est à présent de savoir jusqu’à quel point le président vénézuélien suivra les traces de l’Ukrainien.

communism party is over

J'accepte les Bitcoins !

1B5WYLwq9Ztkcj9j76uTrug2LFX5hU1RdS

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires112

    1. Théo31

      Avec pas loin de 60 meurtres par jour, il n’y a pas à dire, les pays est aux petits oignons. La devise nationales doit être « la bourse et la vie ».

        1. richard

          en vacance la bas: arrivé dans le bus, j’ouvre mon sac pour prendre mon portefeuille et plus rien (caméra, portefeuille, montre, tablette…) le gars m’a séché mais m’a laissé un saucisson d’âne (comme dédommagement surement), en tout cas j’ai rien senti!

  1. Aristarque

    Les journaleux grançais se taisent parce qu’ils ne peuvent concevoir que dans un pays membre du Camp du Bien, les choses aillent quelque peu différemment de ce qu’ indique la propagande. Les manifestations de révolte ne sont légitimes que quand le régime politique du lieu est classé « dextre ». Classé « senestre », ce ne peut résulter que des menées subversives de la CIA ou d’ un complot des blouses blanches ou chemises brunes ou chemises noires, etc…

  2. Aristarque

    Dans les blogs louangeurs, H16 oublie Agoravox. Je ne mets pas de lien, un opérant sur Smartphone, deux parce qu’ il est inutile de s’ esquinter les pupilles pour du flan. On y trouvait, à l’ occasion du trépas du Ducha, un article louangeur à la gloire de Chavez, qui avait permis l’ edification de 600 Klogts en 13 ans, soit une remarquable moyenne de 50Klogts/an. Pour la Suisse, ce serait juste passable. Mais pour le Venezuela, cela revenait à ce que la Grance se vantât d’ en construire 100.000/an…. Or, bien que socialiste, elle arrive, au pire, à faire un peu mieux, probablement plus pendant encore très longtemps…. A cette aune, nous sommes donc davantage socialistes (pris collectivement, je précise) que les chavistes, et sans pétrole. De quelles idées de qualité sommes nous donc le nom!… 😐 PS : en population, le Venezuela est la moitié de la Grance…

    1. gameover

      Kloug c’est de la m….e (LPNEUO) mais Klogt oops c’est quoi ? un kiboutz ? google muet là dessus et wiki aussi. Help ! je ne veux pas mourir idiot.

  3. Peste et coryza

    Avec de bons vieux relents de révolution française à assignats…

    Ben oui, ce sont les méchants commerçants qui augmentent les prix sans arrêt ou veulent échanger dans un monnaie plus stable qui sont la cause de l’absence de PQ au Venezuela.

    Note : pendant la terreur, la catégorie sociale la plus raccourcie a été celle des commerçants.

    1. channy

      « pendant la terreur, la catégorie sociale la plus raccourcie a été celle des commerçants »
      Exact Peste,
      D’ailleurs pour les trolls je conseille de réécouter Jovanovic peu suspect d’être un journaliste à la solde impérialiste

    1. Karamba!

      Et donc il n’y aura pas de plainte pour atteinte à la liberté d’informer, la liberté de manifester et de tout casser de la jeunesse gauchiste primant sur la première. J’avoue avoir du mal à suivre la hiérarchisation dans l’application des droits de l’homme dans notre pays. Il faudra que Valls nous explique…

    2. Théo31

      Ces journalistes se seraient pointé avec des poussettes et des bonnets rouges, ils seraient en taule pour conspiration fasciste.

      En revanche, devant des vrais fachos, VallSS est curieusement absent.

    3. flak

      tres bien.Rien que de voir leur tetes de cons par la portiere ca donne envie de tout casser (le vehicule, les dents)
      un bon journaliste francais est un journaliste au chomage, qui ferme sa gueule.

    4. petit-chat

      Quand on regarde l’actionnariat des journaux, on voit que leurs intérêts sont communs et qu’ils ont tous le même langage.
      Un journaliste est aux ordres de son patron, il devient rapidement un journaleux car il faut bien qu’il nourrisse sa famille, pas d’état d’âme devant le bifton mensuel, sinon c’est Popaul Employ. Les « écoles » de journalistes ne sont plus qu’un lointain souvenir.

  4. pi31416

    N’oublions pas la remarque de Jean-Luc Mélangeons (à moins que ne soit de Crétine Tintin) comme quoi « ce qu’il nous faudrait, c’est un Hugo Chavez »

      1. Aloux

        Ce qui est bien avec les idiots utiles c’est que ce sont généralement parmi les premiers à inaugurer les camps de rééducation quand ils réussissent à imposer un régime socialiste. Bien que voir cette grosse enflure en chier dans un goulag ne serait pas sans me procurer une certaine satisfaction, je suis par contre moyennement emballé par le fait de m’y retrouver avec lui et plein d’autres gens qui n’ont rien demandé.

    1. Kekoresin

      Eux seuls ont vu l’illumination. L’intime conviction d’être dans le droit chemin est un moteur puissant qui propulse les peuples suiveurs de bonnes nouvelles vers le mur bien tangible de la réalité cruelle.
      Le peuple soumis se retrouve assez rapidement à faire la queue en silence pendant deux heures pour un paquet de nouilles. Les défaitistes et les gâches-la-fête se verront nourris, logés et torturés par les picaros.
      Muy caliente la salsa socialista!

  5. pouf pouf

    Desestrats terrestres m’appellent par un chiffre, je vais à un autre guichet, un petit reptile énergique me considère gravement. J’avais mentalement pris la photo de son voisin d’aquarium, pour des jours où la lumière ne viendrait pas, un gros chat roux et gras habilement/admirablement plongé dans le grand rien. Il avait eu la pudeur de masquer son visage par un judicieux prospectus de propagande, il se méfiait peut-être de télé-lié-raté ou des clients bizarrement mécontents, prudent l’impudent vaurien. Le saurien me sourit cependant, et qu’à c’estnormalbiensûr-sur seine, ça va de soi, alors que bon, voilà. Je m’en retourne chez moi fièrement muni d’un petit papier qui ne veut rien dire, et de deux prospectus bruyamment colorés m’invitant à remettre à plus tard mes deux démarches pas du tout du tout du tout réalisables/réalistes/normales/good morning.

  6. gameover

    Les essais du socialisme ça me fait penser à un thème de film récurrent dont le premier à l’avoir utilisé est le film « Un jour sans fin ».

    Le héros est bloqué dans le temps jusqu’à ce qu’il ait donné un sens à sa vie.
    Ca a été repris dans pas mal de séries. C’est assez intéressant de voir en général le héros passer par différents stades (colère, découragement, jusqu’à faire des trucs que la morale réprouve en laissant libre cours à ses pulsions) jusqu’à enfin résoudre le problème. Dans StarGate le time loop dure 3 mois.

    En France, ce film n’a pas eu beaucoup de succès (500,000 entrées) peut-être parce que c’est la vie de tous les jours.

        1. Black Mamba

          C’est après une petite réflexion que je me suis souvenue de cet épisode de SG1 😳 , et j’ai eu alors un doute pour Start Trek :rool: … Ouf ! Mon honneur est sauf 😛

  7. Resistant Valaisan

    Je me suis bien marre l’ autre jour a lire sur Atlantico les reactions au precedent billet de H16 sur le Venezuela et l’ Argentine…. Faut dire qu’ ils en ont, des statistiques en bois pour vous dire que le Venezuela chaviste, c’ est trop cool.

  8. Cerf D

    A propos de l’Ayraultport de Nantes, pourrait-on avoir un billet à ce sujet ? Malgré le fait que l’opposition à ce projet soit essentiellement le fait des gauchistes, il a quand même l’air d’être un chef d’œuvre du capitalisme de connivence.

    1. Joséphyne

      Bonjour,
      A propos de cet aéroport dont l’idée de construction a germé il y a 40 ans, Mr Ayrault s’y accroche, voulant sans doute laisser sa griffe politique au même titre que certain pour la Grande Bibliothèque. La postérité et le rêve de son nom accroché au pinacle ! Ce sera peut-être l’aéroport  « Jean Marc Ayrault »
      Mais il faut avouer que cet énorme futur chantier contient bien des lacunes. Quid des transports en commun via cette plate-forme et de leurs financements ? Le réseau ferré de France étudierait la possibilité d’un train via la ligne Rennes-Châteaubriant ( même pas encore électrifiée) détournée vers Notre Dame des Landes et opérationnelle selon lui dans…..une quinzaine d’années.
      On parle de fermer les petits aéroports bretons qui font figure de nains auprès du futur aéroport international, à savoir Brest, Quimper, Lorient et pourquoi pas Rennes. Les bretons n’ont plus qu’à prendre leur mal en patience et attendre la LGV qui n’est même plus à l’ordre du jour pour desservir leur région. Parce-que la liaison des villes bretonnes à NDLandes n’est pas à l’étude, et quand on sait que notre cher premier ministre s’oppose au rattachement de son département à la région Bretagne, on mesure le mépris de ce monsieur pour tout ce qui ne tourne pas autour de son dada.
      N’y aura-t-il que des Nantais ou des gens des communes avoisinantes qui prendront l’avion pour se rendre dans le vaste monde ? Nantes qui a déjà son aéroport international non arrivé à sa capacité puisque prévu pour 9 millions de passagers(….en 2065!) n’en recevant que 3 millions, Nantes dis-je prend ses rêves pour des réalités.
      Et puis la société Vinci qui a déjà investi beaucoup d’argent semble piaffer très fortement pour supposer que les centaines de millions nécessaires à cette affaire feront beaucoup de petits d’ici la livraison finale. Qui va payer ?
      Ci-joint le commentaire d’un pilote de ligne s’interrogeant sur cette idée de construire Notre Dame des Landes.
      http://www.bastamag.net/Notre-Dame-des-Landes-un-pilote

      Pardon pour le HS avec le Vénézuela.

      1. LNB

        « dont 10 années de Commandant de bord avec 18000 heures de vol, pour le compte de notre Compagnie nationale »

        Ca pique les yeux la compagnie nationale… mais ils se rattrape bien après 🙂

  9. Moggio

    En effet, Contrepoints propose assez régulièrement une analyse de la situation plus étoffée que celle de pas mal de journaux papier français. La lecture régulière d’un hebdomadaire comme The Economist le permet aussi.

    1. Aloux

      J’ai souvent entendu qu’au moins en privé les gauchistes les plus convaincus étaient rarement philosémites, sauf éventuellement par opportunisme pour taxer leurs adversaires de fascistes, malheureusement n’ayant pas ce genre de fréquentations je ne sais pas trop qu’en penser.

      1. Théo31

        La gauche a toujours craché sa haine des Juifs mais à la faveur d’un événement particulier, l’a mise sous le tapis pour s’acheter une bonne conduite. Mais voilà, à force de chasser le naturel, il finit par revenir au galop : les gauchos font d’excellents fachos.

      2. petit-chat

        La LICRA et le CRIF en ont peut-être un peu trop fait pour faire fermer leurs gueules aux dissidents du régime actuel.
        Et ont peut aussi imaginer que la différence est faite entre les ligues sionistes véhémentes d’une part, et d’autre part, les juifs du peuple qui sont plutôt bien tranquilles et ne se manifestent pas.

    2. Kekoresin

      He oui, les cocos sont aussi cons que les fachos! Derrière le socialiste bon ton se cache un gros coco bien Stalinien qui ne supporte pas que l’on puisse avoir des idées différentes des siennes! La démocratie oui, si elle se drape dans mes convictions, sinon c’est du fascisme!
      En attendant, toutes ces associations du bisouland promptes à annihiler la liberté d’expression dans ce pays, ont exacerbé le ras le bol d’une majorité qui restait jusque là silencieuse, bercée dans une confortable désinformation télévisuelle.
      La seule réponse que ces autistes avancent encore et encore pour expliquer ces « débordements », c’est le racisme sous une forme ou une autre. Ces représentants qui défendent le communautarisme kippa ou tchador (ou…) n’ont pas conscience visiblement que les français en ont plein le cul qu’on les traite de racistes et que l’on réduise les problèmes de fond de ce pays à des stigmatisations stériles post colonialistes!

    1. gameover

      Je vais me répéter mais je ne trouve pas que BFMTV mérite le nom de pravda tv.

      La diversité de l’info y est pour ce qui est et reste un media national.
      Pour ce qui est des commentaires ils sont souvent neutres, même si parfois on peut déceler une mimique sarcastique quand un propos du gouverne-ment est vraiment trop gros.

      Coté éco je les trouve un peu mieux documenté que leurs confrères.

      Mais ce n’est évidemment pas un media d’opinion, ils ne le revendiquent d’ailleurs pas. BFM ce n’est que 60ME de budget et 200 personnes.

      A ce sujet, gouverne-ment serait-il un mot valise ?

      PS : je ne travaille pas à BFMTV !

      1. Crema

        Je pense pareil que vous. Et surtout pour leur parti Eco, des intervenants de tout types interviennent pour se vraiment se forger un opinion. (même si certain reste grotesque à mentir sans même inventer des chiffres appuyer ses propos :p)

  10. kloupa

    Tout ce que dit H16 n’est pas à la gloire des médias Français. L’Argentine est aussi très mal traitée, et nos journaux nous informent très mal et très partialement sur le reste du monde. Pour la France, c’est aussi à peu près nul. On comprend que la plupart des titres soient en perdition, ou en bonne voie pour l’être. Résultat probable de cinquante ans d’écoles de journalistes, plus axées sur le sectarisme, et l’esprit partisan que sur l’information objective et l’analyse…Et avec les études PISA, on démontre qu’on n’est pas près d’inverser la crétinisation des masses Françaises.

  11. Hugues001001

    Moi ce que je trouve étonnant dans toute cette non-histoire dont personne ne parle, c’est qu’on n’entend pas notre incomparable Jean-Luc, fidèle allié de Hugo, louangeur de la politique chinoise au Tibet à ses heures perdues et certainement très bon ami – comme le fut Danielle – du bientôt regretté Fidel qui n’en finit pas de mourir. Bon je suis méchant: Jean-Luc a fort à faire: député européen, il est à Bruxelles et Strasbourg toutes les semaines (ah non ?) et hier, il était à Nantes avec son bon ami Jean-Vincent pour dénoncer le projet d’aéroport qui ne le regarde même pas puisqu’il n’habite pas dans la région (en plus, si ça se trouve, une fois construit, il y aurait peut-être des vols directs Nantes-Caracas). L’histoire ne dit pas s’ils s’y sont rendus en voiture du Conseil régional d’Île-de-France ou en train nucléaire.

    1. vengeusemasquée

      Pas du tout, il est très concerné. Voir sur twitter :

      Jean-Luc Mélenchon ‏@JLMelenchon Feb 21
      Très inquiet de la tentative de putsch d’extrême droite en cours au #Venezuela.

  12. Toutatis

    Moi je n’ai pas du tout l’impression que la presse est en faveur du régime vénézueliens. En général tout ce qui est anti-US est diabolisé.

    1. Adolfo Ramirez Jr

      Ils ne montrent pas la réalité mais des faits soigneusement édulcorés… vu sous un autre angle, depuis un autre pays (Je vis au Pérou) on peut se rendre compte de la violence et de la mauvaise foi du gouvernement… les évènements sont aussi profonds que ce qui se passe en Ukraine.

    1. paf

      hipparchia, pas etonnant que vous ne compreniez pas.
      Penser a la responsabilite des Us dans le probleme venezuelien actuel, c’est comme vouloir connaitre le role du rhume des foins dans le 3e Reich: du trollage periplaquiste et tete-a-claque.
      Le probleme numero 1 des Venezueliens c’est leur etat socialiste.S’inquieter de la position de H16 sur l’ingerence Us dans les affaires du Venezuela releve d’un anti-americanisme primaire franchouillard pur et simple.

        1. Adolfo Ramirez Jr

          Les USA ont à voir dans ce bordel : ils osent INFORMER les gens sur la réalité du pays.
          évidemment, le pouvoir n’aime pas la réalité. Pour Maduro, les manifestants sont des fachos-nazis,enfin bref toujours la même réthorique pour éviter de répondre au peuple.

    2. Les USA ont un rôle parfaitement mineur. Ils n’ont absolument pas besoin d’aller foutre la grouille au Venezuela. Le socialisme s’en charge tout seul.

      Comme en URSS, du reste. Il a suffit que Reagan invente la Guerre des Etoiles pour mettre l’armée russe à genoux financièrement, et tout le reste est tombé.

      1. hipparchia

        Merci d’avoir précisé, je maintiens que les USA ont une capacité certaine à exacerber le bordel et qu’il y a là-bas pas mal de pétrole pas du tout privatisé qui doit les chagriner un brin et leur faire regretter Pérez. Alors, je ne sais pas. Je vous rejoins sur le socialisme, ce n’est pas le souci.

        J’ai presque envie de vous dire à dans cinquante ans quand tout cela sera déclassifié mais j’ai peur que nous soyons déjà morts.

        1. LeRus

          Du pétrole vendu… aux USA!

          Le Venezuela, c’est un peu comme si une Mairie vendait de la drogue dans les rues pour financer son programme de lutte contre la drogue. La faux-culrie élevée en art.

        2. Non, sérieusement, le coup du « Célézuhessa », c’est trop gros. Le problème vénézuélien n’est pas qu’ils ne vendraient plus leur pétrole aux USA, mais plutôt qu’à force de nationaliser, ils ne sont plus foutus de vendre autre chose, l’essence et le diesel étant importés.

          1. LeRus

            C’est connu, plus c’est gros, plus ça passe.

            Les USA, tous seuls avec leurs petits bras musclés et une population qui à 95% est à peine capable de placer l’Europe sur une carte, est responsable de tous les maux des pays socialisants… Tout le monde y gagne: les USA flattent leur égo, les pays en question tiennent un bouc émissaire en or massif.

          2. Théo31

            +1000.
            El Ducha n’a eu besoin de l’aide de personne pour détruire l’agriculture et l’industrie pétrolière : il lui a suffi de claquer tout l’argent de la rente pétrolière dans le clientélisme et de pratiquer le socialisme comme à Cuba, avec les magnifiques résultats que l’on sait.

            Je suis étonné que personne n’ai suggéré que la CIA ou le Mossad aurait pu inoculer le cancer au Ducha.

            Gauchisme rime avec autisme.

            http://www.slate.fr/story/69141/chavez-ruine-socialisme-radical

          3. gameover

            « …à force de nationaliser, ils ne sont plus foutus de vendre autre chose, l’essence et le diesel étant importés. »

            Mise à jour d’octobre 2014

            Googler : (liens dans message suivant)

            Le Venezuela, le pays qui a les plus grandes réserves mondiales importe du pétrole d’Algérie.

            et

            Venezuelan socialism accomplishes the impossible, starts importing oil

            Le Venezuela parle de mélange pour pouvoir transporter leur pétrole lourd dans les pipelines mais c’est du pipeau… il y a d’autres techniques.

            Il y avait une blague au XXème siècle qui disait que si on donnai le désert aux communistes alors 10 ans après ils seraint obligés d’importer du sable… bah en fait c’était pas une blague.

    3. gameover

      Autant le rôle des US en Arabie Saoudite et dans tout le M-O a toujours été clair et a joué plus ou moins un rôle de stabilisation dans la région (pétrole contre armes et protection), autant je ne vois pas quel pourrait être le deal qui justifierait que les US oeuvrent en sous-marin dans la région sachant qu’on ne craint plus trop le déploiement de missiles style Cuba.

      Quant au pétrole, il n’est pas besoin des US pour plomber l’exploitation et l’exploration. Le Venezuela se tire lui-même une balle dans le pied en ne respectant pas la propriété : annulation de contrats, expropriation, nationalisation.

  13. fx

    J’aime les rougeatres qui disent que rien ne doit se passer au Venezuela puisque les medias venezueliens n’en parlent pas. Vu que les medias venezueliens ont ete soit fermes, soit repris par le gouvernement, ils refont le coup qui marchait si bien en URSS.
    Il faut dire que meme pour les medias etrangers, il faut du courage, du vrai, pour aller montrer ce qui se passe. Illustration:
    http://townhall.com/tipsheet/danieldoherty/2014/02/19/cnn-journalist-in-venezuela-i-was-held-up-at-gun-point-and-robbed-for-reporting-the-truth-n1797474
    On peut aussi avoir un peu de vrai reportage chez Reuters, par rapport auxquels l’AFP demontre sa nullite profonde:
    http://www.reuters.com/article/2014/02/19/us-venezuela-protests-idUSBREA1I15M20140219

    1. Adolfo Ramirez Jr

      les journalistes se font attaquer, frapper même par des gens à l’air « honnête ».
      ça se passe comme en Syrie : on fait tout pour décourager les journalistes, comme ça, pas de témoins, tout le monde se tire, et la propagande n’a pas de contestation et les images « amateur » sont à prendre « avec des pincettes »

  14. NOURATIN

    Alors c’est tout à fait clair, le Vénézuela on s’en fout. Et puis d’abord il y a l’Ukraine, on peut pas parler de tout. Et puis aussi, le Vénézuela c’est la Grande Famille de Gauche, comme les manifestants de Nantes qui cassent tout y compris les flics…alors moins on en parlera mieux ça vaudra, pas vrai? On va tout de même pas cracher dans la soupe collectiviste!

  15. Kekoresin

    Le socialisme, qu’il soit rougissant sous les coups de marteaux ou de faucilles ou rosé comme un petit vin de coteau provençal, conduit à une mort certaine. Seule la durée de l’agonie reste à définir.
    En France, elle risque de durer encore un peu les copains, parce que la masse de ceux qui profitent du buffet à volonté est immense. Même les capitalistes 1ère langue tirent profit de cette absurdité collectiviste, fidèles à leur devise: « si tu ne peux pas terrasser ton ennemi, marrie-toi avec! »
    Pour un changement de cap réel, il faudra attendre la bonne grosse claque vénézuélienne (ou grecque au choix) pour que la réalité finisse par avoir la peau de ce corporatisme syndical qui gangrène la 5ème puissance mondiale (lol).
    J’ai trouvé une petite intervention de Luchini assez juste et rafraîchissante, face à un Cohen qui , pour une fois, a du mal à ouvrir son vomitout! https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=W8MpU6o5nz8
    C’est marrant également de voir l’hypocrisie socialiste qui s’émeut des manifs du peuple réprimées violemment en Ukraine ou ailleurs, alors que le maire par intérim de Nantes (Patou Rimbert – 69 ans et politicien à vie – survivant du PC sauce Staline) porte plainte contre les casseurs qui sont sans nul doute des fascistes de la pire espèce.
    Je crois sincèrement que nos élus vont avoir de plus en plus de mal à contenir le mécontentement avec des « je vais porter plainte alors faites gaffe les petits casseurs! ». Quand il s’agira de Madame Michu dans la rue, les limites du système commenceront à se voir!

    1. gameover

      Oui j’ai vu que le préfet déclarait vouloir porter plainte pour « défaut d’organisation de manifestation ».

      Dans un des billets de Contrepoints cités ici à propos du Venezuela il y a bien écrit à propos de l’indice des prix :

      « Quiconque remet en question le calcul officiel est susceptible d’amendes et de poursuites. »

      Ce n’est pas si différent en fait.
      Bientôt une loi pour rendre responsable les organisateurs de manif de la casse… quoique avec l’arsenal existant à mon avis ça serait possible.

      1. Kekoresin

        Pour les syndiqués en colère qui ruinent une entreprise, pas de sanction. Pour le citoyen, justement énervé, prison.
        En parlant de destruction de biens publics, il faudrait éventuellement se pencher sur les nombreux cas d’élus dilapidant notre pognon. Bon, là c’est pas grave, il n’y a pas de fumée, pas de lacrymo…

        1. gameover

          Bonne remarque sur les syndiqués… non seulement pour la casse mais aussi pour les pneus brûlés… là on n’entend jamais les écolos.

          Les pneus des manifestations seraient-ils moins cancérigènes ?

          Vivement des accords de Genève pour les manifestations.

  16. lyx

    Au Venezuela, les Rouges sont exactement comme les nôtres : selon le Gouvernement venezuelien les manifestations sont un complot « fasciste » fomenté par les Américains, évidemment la CIA (comme aussi en Ukraine…les gars de la CIA ne chôment pas en ce moment). Ce qui va autoriser Maduro à faire donner l’armée (qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour défendre la démocratie, le peuple, la liberté, le progrès face à un complot fasciste ? On a déjà entendu ça des milliers de fois …on croit rêver.
    Pour l’information internationale ne pas compter sur l’AFP (Agence Française de Propagande : « L’AFP ment, l’AFP ment,c’est la parole du Gouvernement »), un vrai nid de Rouges. Mais avec les smartphones des videos des violences gouvernementales parviennent à la presse autre que Française notamment britannique.

    1. Théo31

      Les socialistes sont obsédés par le pouvoir et l’argent gratuit des autres. Ca fait deux raisons pour les satisfaire par tous les moyens.

    1. dede

      Non, en France, on a des idees mais on n’a pas de petrole… Je penche plutot pour l’Argentine comme modele de ce qui attend la France (le dossier de The Economist la semaine derniere est interessant a ce sujet : il posait la question « who’s next? » en decrivant le gachis argentin de ces 100 dernieres annees, sans donner de reponse) .

  17. passim

    Le principe de fonctionnement est similaire.
    Au Venezuela comme en France, on achète les votes.
    Au Venezuela, où j’ai vécu assez longtemps, c’est simple et direct : un petit paquet de Bolivars fuerte dans la paluche. En France, on donne des places, on engage des fonctionnaires, on fait des bisous aux intermittents. C’est plus soft.
    Même principe, conséquence identique. Comme le bulletin de vote coûte toujours plus cher, il y a toujours, a terme, des raleurs, qu’il faut payer encore plus.
    Au Venez, il y a le pétrole

  18. LeRus

    La bonne nouvelle dans tout cela, c’est que Maduro apporte son soutien à Ianoukovitch: comme ça on a la preuve directe que ces régimes « forts » que sont l’Ulraine, la Russie et la BieloRussie, sont bien des dictatures socialistes. Sauf que eux ne s’embêtent même pas à utiliser l’idéologie socialiste comme excuse.

    La meilleure preuve est que les opposants à Ianoukovitch sont systématiquement brocardés comme des fascistes et des antisémites par le Kremlin. Comme c’est pratique! On dirait du Valls dans le texte.

    Ce qui est bien avec les régimes se ventant d’être stables (Chavez, Lukachenko, Poutine) c’est qu’ils qu’ils le sont surtout dans l’instabilité.

  19. Pirouli

    Réjouissez vous. Le gouvernement sauvera cette presse libre que le monde entier nous envie.

    Jean Marc Ayrault en veut à « Libération » qui « multiplie les attaques contre le gouvernement ».
    « Il n’y a pas un numéro où je ne me fais pas allumer », a t-il déploré. « Et pourtant, la direction de ‘Lib’ vient réclamer des millions au gouvernement pour sauver son journal ! Ils ne savent plus où ils habitent ! Mais comme nous sommes pour le pluralisme, nous ne laisserons pas disparaître un journal. »

    Source : Le Canard de cette semaine.

    1. Black Mamba

      Toutes ces grilles me rappellent le Brésil et la Guyane.
      Bon! La question qu’ont ils fait pour mériter une intervention aussi musclée ?
      Et la personne qui a filmé, elle a eu beaucoup de courage de rester derrière la fenêtre car les dommages collatéraux existent dans ce genre de situation …

      1. yp

        Les grilles au rez de chaussée et au premier étage sont « conseillées » dans beaucoup de pays du monde, même dans certains coins d’Europe… J’ai d’ailleurs pris l’habitude de juger du degré de sécurité de l’endroit ou je me trouve au budget relatif que les autochtones accordent aux fermetures des bâtiments…

        J’avoue que lorsque j’ai regardé la vidéo la première fois, j’attendais le moment ou la police vienne réquisitionner la caméra (tout en me disant que c’était impossible, puisque la vidéo à pu être postée sur youtube.)

Laisser un commentaire