L’informatique de l’État et le syndrome de l’idiot savant

Lorsque l’État se mêle de faire de l’informatique, ce n’est généralement pas bon signe. Et récemment, les révélations d’Edward Snowden ont amené leur lot de stupéfiantes découvertes, comme le fait que la NSA envisage d’infecter des millions de machines avec des virus sophistiqués. Le monde a lentement fini par prendre conscience de l’ampleur des moyens mis en place pour l’espionner, plaçant chaque citoyen devant ses responsabilités d’électeur qui, à force d’avoir choisi une sécurité de plus en plus débridée, se retrouve dans une jolie cage dorée scrutée par des milliers d’invasives caméras.

Heureusement, ce tableau par nature orwellien n’est pas totalement noir. Il subsiste de forts espoirs que la puissance de calcul mise à disposition des États ne soit pas suffisamment bien employée, ou que, comme à leur habitude, les États se prennent les pieds dans le tapis et se gamellent mollement sous les applaudissements.

Optimiste, moi ?

Certainement un peu, mais parier sur une contre-performance des États en général et de l’État français en particulier n’est pas une prise de risque très élevée en réalité. Et en ce qui concerne l’informatique, on a tout de même quelques pistes sérieuses de la direction générale prise par les autorités françaises, ainsi qu’un historique déjà étoffé des magnifiques plantages qu’ils nous ont offerts (avec nos sous). Je passerais pudiquement sur le cas épineux de Bull qui constituerait sans problème le sujet de plusieurs billets, ne serait-ce que par sa gestion consternante du progiciel étatique Chorus, qui a explosé en vol en juin dernier suite à un enchaînement ridicule de circonstances et n’a pu être remis en service que plusieurs jours plus tard là où, vu le niveau de criticité du progiciel, on se serait attendu à avoir des installations un tantinet plus résilientes. Ceci posé, je m’attarderai plutôt sur quelques récentes affaires qui montrent toute l’ampleur de l’incompétence étatique dans le domaine.

Bien sûr, il y a eu Louvois.

epic failLouvois, c’est ce gros, cet énorme, cet hippopogiciel de gestion de la solde des militaires français dont la facture totale, impossible à calculer complètement, dépasse largement les 400 millions d’euros. En substance, le coût initial, de 7 millions d’euros, n’aura pas suffi à sécuriser un développement harmonieux de l’engin, qui aura assez rapidement commencé à merdouiller avec brio sur des centaines de milliers de soldes, entraînant un pataquès mémorable dont les coûts de gestion sont venus s’additionner au dérapage déjà massif du développement et de la correction du programme informatique. Bien sûr, on pourrait largement attaquer le prestataire de service qui a développé une telle immondice, et traîner son nom dans la boue en notant qu’un tel plantage n’était pas digne d’une grande société de services informatiques. Certes. Je mâtinerai cependant cette critique en notant que travailler dans un environnement comme celui de l’armée, où les généraux et les services se tirent généreusement dans les pattes (peut-être à défaut d’avoir un ennemi commun clairement identifié ?) et où quelle que soit la solution retenue, son analyse et sa mise en application relève bien plus de la politique, de la diplomatie et de la gestion d’hommes parfois très bornés plus que de la simple gestion de projets informatiques.

Autrement dit, ce magnifique plantage informatique en dit certainement bien plus long sur la capacité de l’armée française à se moderniser que sur la capacité du prestataire à fournir un programme idoine. La leçon aura donc coûté plus de 450 millions d’euros au contribuable français (qu’il remboursera en PV routiers, en fiscalité explosive et autres taxes rigolotes, ne vous inquiétez pas).

Du reste, on retrouve sensiblement le même problème dans une autre administration, avec un autre programme informatique, ce qui continue à prouver que l’informatique et l’administration étatique, ce n’est pas vraiment ça : alors que Louvois est en analyse post-mortem, le gouvernement a choisi d’abandonner le logiciel de paye des fonctionnaires destiné à centraliser les salaires de toute l’administration française. Le gouvernement, après avoir lancé un audit pour évaluer l’état d’avancement du projet, a décidé d’arrêter les frais, dont le total avoisinait les 290 millions d’euros. Joli fail.

epic cat fail

Pour le moment, ces deux petits projets, normalement conçus dans le cadre de la modernisation des infrastructures des administrations françaises (militaires et publiques) ont coûté la bagatelle de 750 millions d’euros, qui ont donc été brûlés en pure perte ou quasiment. Mais tout ceci n’est finalement qu’une de ces péripéties habituelles qui font le charme tout particulier de la vie en France. Après tout, d’autres administrations dans d’autres pays offrent aussi un spectacle pathétique d’implémentation informatique farfelue. La mise en place de l’Obamacare est un vrai poème à ce titre.

On pourrait donc croire que tout ceci n’est que, comme le disent justement les Américain, « business as usual ». Il n’en est rien : on peut toujours faire plus fort, plus rigolo, plus périplaquiste que ça encore et pour cela, il suffit de faire intervenir nos fiers branquignoles maroquinés, Fleur Pellerin ou Arnaud Montebourg par exemple. Et rien de tel qu’une grosse acquisition capitalistique pour pimenter un peu l’action, comme c’est actuellement le cas avec Vivendi qui tente de se débarrasser de SFR.

Bouygues et Numéricable se sont portés acquéreur, et immédiatement, Montebourg s’est montré particulièrement favorable au rachat de SFR par Bouygues et l’a bruyamment fait savoir au point de diffuser sur les ondes des informations boursières jusqu’alors confidentielles. Nous sommes en France, tout ceci n’est pas louche, tout ceci est normal et le ministre n’aura pas à répondre du yoyo boursier des cours de Free, SFR et Bouygues à la suite de son intervention. Manque de pot ou talent naturel de Montebourg pour choisir systématiquement le mauvais cheval, c’est bel et bien Numéricable qui est finalement choisi. Pour Montebourg, c’est donc un fail.

loup qui court et paf le loup FAIL

Or, comme le fait judicieusement remarquer Bluetouff sur Reflets.info, parmi les entités contrôlées par SFR, on trouve Numergy dont j’avais déjà copieusement parlé ici même. Numergy, c’est ce « cloud » construit pour s’assurer que les données qui y sont stockées ne tombent pas dans le giron de l’une de ces abominables boîtes étrangères (américaine notamment). Numergy, c’est ce bricolage à base de copieuses subventions publiques, dans lequel on trouve SFR, l’inaltérable Caisse des Dépôts et Consignations, et … Bull, dont j’ai déjà parlé plus haut. Numergy, c’est la version « cloudàlafrançaise », avec tout ce qu’il faut de bon capitalisme de connivence pour réjouir les petits contribuables et les grandes entreprises d’État. Miam.

Et Numergy, une fois le rachat par Numericable entériné, ce sera le cloud détenu par un câblo-opérateur luxembourgeois, le groupe américain Carlyle, et l’anglais Cinven. Du vrai bon cloud bien français, on le comprend. Cela sent le petit fail des familles.

Shipment of fail !

Mais comme je le notais en début d’article, il faut savoir rester optimiste et voir le bon côté de ces échecs répétés.

De façon manifeste, l’État a toutes les peines du monde à gérer son informatique. Entre les contrats douteux d’infogérance qui se retournent contre lui, les projets pharaoniques dans leurs buts, babylonesques dans leurs budgets et micrométriques dans leurs résultats, on dispose maintenant d’un bon recul pour affirmer sans trop de risque que le merdoiement général qui entache déjà tous les domaines de la société civile dans lequel l’État met les doigts s’étend aussi dans l’informatique. Le plus beau, c’est que malgré ces échecs répétés, certains continuent toujours de placer dans l’État des espoirs aussi chimériques que coûteux.

Et lorsqu’on nous dit que l’État est capable de tout écouter, tout espionner au moyen de ses oreilles toujours plus fines, toujours plus grandes et toujours plus précises, on peut aussi constater qu’il n’est même pas capable de développer ou faire construire un logiciel de gestion décent pour sa propre administration, là où, pourtant, des entreprises du privé employant des centaines de milliers de personnes (Walmart, Microsoft, IBM, etc…) ont montré qu’un tel défi est parfaitement relevable.

À l’évidence, l’État est passé, depuis longtemps, en mode glouton. Il dévore nos finances, il prétend tout écouter, tout le temps, partout, mais il semble assez infoutu (au moins pour le moment) de savoir quoi faire avec ce qu’il récolte. C’est un idiot savant, c’est-à-dire qu’il dispose d’une mémoire prodigieuse, très profonde, mais extrêmement étroite qu’il lui est difficile de mettre en pratique.

Et objectivement, tant mieux.

epic fail

J'accepte les Bitcoins !

1DSHo18NhoYzgHT1v8mHesd14mqXni5pA2

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires190

  1. NOURATIN

    L’Etat est évidement incapable de s’occuper sérieusement des choses sérieuses. Il n’est même plus foutu d’assurer le fonctionnement normal de ses activités régaliennes. La Police ne fait plus régner l’ordre et la Justice court après les gens de droite.
    Alors, évidemment, quand on commence à parler informatique il ne reste plus qu’à tirer l’échelle, on sait d’avance et par expérience qu’on va au désastre lourdement financé par le contribuable.

    1. max

      Cahuzac s’est fait coincé et Benguigui va avoir des ennuis :

      Une déclaration que la Commission pour la transparence financière de la vie politique, remplacée depuis par une Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, était censée avoir contrôlée. La vérif n’avait pourtant rien de sorcier : il suffisait de fureter sur le registre français du commerce, accessible en ligne via plusieurs sites bien connus, lâcher une poignée d’euros pour obtenir les statuts des quelques sociétés gravitant autour de Yamina Benguigui et mentionnant la société G2, puis se connecter au site du greffe belge (gratuit lui, merci les Belges !).

      http://www.marianne.net/Affaire-Benguigui-une-ministre-star-de-la-finance-_a237550.html

  2. Calvin

    Cap clap. Très bon, très drôle, très juste.
    L’état compense sa nullité par le vol de nos ressources. En vain, mais en nous appauvrissant.

            1. hussardbleu

              Je suis plein d’empathie pour ce canidé : c’est exactement comme cela que je me suis vautré ce matin en voulant couper au travers d’un massif de plantations quelque peu épineuses… et la coiffe de mon épaule me semble un brin douloureuse… rats…

              Ceci dit, le groupe Carlyle, c’est un peu la CIA et la NSA et toutes ces sortes de choses… le Fail est grandiose… On refait le coup de l’or de la Bundesbank, version France…

        1. Bruno

          Pas chic!
          Sans être complotiste, je soupçonne le metteur en scène du gag d’avoir piégé le parcours avec un fil nylon au bon endroit.
          Je le dirai à Brigitte Bardot.

        1. gameover

          Le Shipment of Fail je l’ai affiché dans mon bureau.

          Dans mon métier on ne peut qu’en rigoler car notre boulot est en général fini quand les containers en chargement ont passé le rail du bastingage, sinon quand on inclut le transport multimodal il y a une assurance et heureusement.

          Entre les containers perdus au port, en mer, ceux qui ont perdu 1 mètre en hauteur, ceux qui se sont détachés de la grue ou de l’hélicoptère ou semés par l’avion en vol , le camion qui a perdu son chargement après être passé sous un pont, le fenwick qui a basculé hors du quai… plouf… on rigole bien, ça détend.

  3. Calvin

    Comparer la paye du public et celle du privé montre surtout que dans le premier cas, on trouve des tas d’exceptions : contrats bidons, horaires hasardeux, adaptations syndicales, règles locales, etc…

  4. Le Gnôme

    Comme par hasard, Numéricâble se voit gratifié d’un contrôle fiscal, geste éloquent poour de futurs investisseurs qui n’auraient pas l’adoubement de l’état.

    Quant à mettre d’éventuelles données confidentielles dans un cloud sposorisé par l’état, désolé, je n’ai pas confiance.

    1. Théo31

      Il y a des coups de batte dans les genoux qui se perdent. Nono et sa bande de gros enculés ne se cachent même plus.

      La gauche est bien la salle d’attente du fascisme.

    2. Kazar

      Mettre des données quelles qu’elles soient dans un cloud, c’est pour moi de l’hérésie : vous perdez le contrôle sur vos données, point final. Et si la société qui les héberge change sa politique de confidentialité, vous allez faire quoi, la poursuivre ? Si elle fait faillite, qu’elle est liquidée et que ses serveurs sont revendus aux enchères publiques ? Bref, on pourrait multiplier les exemples à l’infini. A part pour stocker des photos de vacances (et encore, en ayant évidemment les fichiers à l’abri chez soi sur un DD), le cloud, beurk.

        1. toufou

          Boxcryptor n’est pas opensource.
          S’il n’est pas opensource, il peut parfaitement lire mes données et les envoyer à un tiers sans me le dire (comme un trojan horse)
          Pourquoi j’aurais plus confiance en Boxcryptor qu’en Google, Dropbox ou comparse ? Au moins Google et Dropbox ont une réputation et des billes à perdre.

          Dans ce que vous proposez Truecrypt me semble la seule option possible.
          Sinon verifiez ça :
          http://stefanstools.sourceforge.net/CryptSync.html

          1. Nocte

            Truecrypt a effectivement ma préférence parce qu’il est open source, mais après, je laisse les gens choisir ce qui leur convient, la proposition se voulait initiatrice d’une recherche sur le chiffrement de données pour un stockage en ligne, et non comme la solution ultime 😉

            En tout cas, merci pour cryptsync, vous me l’avez remis en mémoire !

      1. val

        d accord avec vous mais .. pourquoi donc employez vous le futur ??? l’enfer fiscal , a toujours été là , rampant , avec ses bons revers dans la gu***le rétroactifs.

    3. Ano59

      Pour le contrôle fiscal, il faut tempérer ça : c’était une procédure déjà mise en oeuvre avant l’histoire du rachat de SFR.

      Bon après, on peut se demander pourquoi l’information sort maintenant. Et on peut se « rassurer » en se disant que vu le doigt d’honneur infligé à Nono, un second contrôle fiscal pointera rapidement le bout de son nez.

      1. tabbehim

        Nan Jesrad, Montebourde n’est pas un mauvais perdant car montebourde ne pers jamais son objectif de vue !
        Il sait ce qui est bon pour nous, il sait tout ce qu’il faut sur le capitalisme d’état, et il sait infuser ses idées en lançant des blagues sur le petit écran que seul lui, Jean clande van damne et Chuck Norris peuvent comprendre !
        écoutez le parler 🙂
        http://www.20minutes.fr/economie/1323110-sfr-pour-montebourg-vivendi-prefere-numericable-a-bouygues
        Il va démonter Numéricâble avec ses petits poings pour punir une vilaine entreprises qui aurait des avoir ailleurs qu’en France namého !
        que ça serve d’exemple aux autres 😀

  5. infraniouzes

    CDC vous avez dit ? CDC… Ah oui. La Casse des Dépôts après Confiscation…. Je comprends mieux pourquoi ça « fail » dans tous les coins…

  6. royaumont

    Sans vouloir prendre la défense des service de l’état, il faut rappeler une règle des projets informatiques :
    plus le projet est important, plus les risques d’échec, de retard ou de dépassement de budget sont importants.
    Pour mémoire, on peut citer le projet Ariane, vers l’an 2000 au GAN…
    De même, chez nous, société privée, les projets de refonte du système RH ou du système business accumule les retards et les dépassement de budget (et accessoirement les charettes pleine de galonnés).
    Que l’état connaisse les mêmes problèmes que les autres n’a rien d’étonnant. Il est vrai que chez nous, on teste avant de livrer…

    1. Ce n’est pas le problème. Le problème, c’est le fail systématique. La fusion des assedic/anpe a été un gros moment de bonheur aussi (on voit le merdier actuellement). Il n’y a toujours pas eu de fusion entre les deux services informatiques des impôts (ceux qui collectent les impôts et ceux qui les calculent). Etc… Une entreprise privée ne peut tout simplement pas se permettre ce genre de cascade. Et lorsqu’une banque ou une Fortune 500, par exemple, doit changer de système informatique, tout le monde sert les fesses et fait ce qu’il faut pour minimiser l’impact. Dans le public, objectivement, tout le monde se fiche de l’argent dépensé et de la cata finale.

      1. Jesrad

        Sur la fusion ASSEDIC/ANPE: le système des ASSEDIC était plus simple, plus robuste et moins coûteux. C’est donc logiquement celui… de l’ANPE qui a été choisi pour consolider le tout. Insérer un facepalm ici.

      2. korri

        « tout le monde sert les fesses et fait ce qu’il faut pour minimiser l’impact.  »
        Encore un scandale alimentaire : quand les restaurateurs se décideront-ils à servir de la bonne viande de chez nous, dans les parties nobles?

        Servir de la fesse est digne d’un thuriféraire du cul qui mérite une mise à la raie….

          1. korri

            @ hussard
            Merci l’ami, je me disais bien que j’aurai, avec cette saillie, pu prendre votre bel esprit en croupe (par réglée, hein..)
            Voilà
            C’est chose fesse…

            1. korri

              paS réglée, voulais-je écrire

              Fatigante, cette histoire de Fès me vaudra mon.. maroquin.

              Ok , j’en Rabat…. et je sors…

      3. Guillaume_rc

        Là vous soulevez un point ô combien intéressant.
        J’ai pu constater l’efficacité des services fiscaux (il paraît que nous avons un record en matière de taux de recouvrement).
        Ma question est : à quel prix ?
        Si comme vous le sous-entendez, les impôts sont très bien collectés mais pour un coût monstrueux, il y aurait, une fois de plus, un gros pb, non ?

        1. Higgins

          Non. Je crois plutôt que les services de l’Etat savent être performants quand le besoin s’en fait sentir. Le gigantesque racket fait avec les radars automatiques en est la preuve. Je serai donc moins catégorique que notre hôte. Quand il y a derrière un projet une très forte volonté politique, ça marche. Peu chaut aux initiateurs que le truc soit impossible à connecter à ses équivalents, le résultat voulu, généralement à court terme, est obtenu. Sinon, H16 a raison, les gens s’en foutent comme de l’an 40.

          1.  » Je crois plutôt que les services de l’Etat savent être performants quand le besoin s’en fait sentir »
            Non. Ils le sont par défaut, ils « tombent en marche », disons.

      4. Ladioss

        Pour avoir bossé sur plusieurs projets pour le compte de l’ogre étatiste (pas ceux cités, heureusement), j’ai fini par remarquer un point commun qui font que ce type de projets sont souvent plus délicats à gérer : le manque absolu de volonté du client de restructurer/simplifier des process qui possèdent déjà à la base la complexité que l’on imagine. Hors de question de remettre en cause la place et le rôle de chacun dans la pyramide.

      5. val

        A la fois , cher hôte, que l’état réussisse une migration info d’ampleur aurait pour le coup été scotchant , on aurait sombré pour le coup dans la mécanique quantique . Quand on voit les affres des migrations (SAP par ex ) dans le privé …

      6. Othello

        « Tout le monde sert les fesses » : lapsus délicieux, même si je préfèrerais que seule la gent féminine suive le conseil en ma présence 🙂

  7. Higgins

    Moins que les combats d’arrière-garde de généraux et services en mal de pouvoir, l’échec de Louvois, et un fine de son homologue civil, montre avant tout l’innommable machine à gaz qu’est la grille de la fonction publique que nous devons à Thorez et consort. De primes en échelon, indice, échelle et tutti quanti, l’usine à gaz est devenu tellement complexe qu’une chatte est incapable d’y retrouver ses petits. Un pouvoir politique digne de ce nom (oxymore?) devrait s’atteler à une remise à plat de ce machin avant d’envisager de le centraliser (mot bien français et généralement synonyme d’échec) de manière informatique. Si, après la guerre, les communistes avaient dans l’idée de pourrir la vie d’une société soixante-dix ans plus tard, on ne peut que saluer leur réussite. Total respect.

    1. Fred

      Oui, comme vous dites si bien, une usine à gaz… Dans les concours internes de l’administration, le tronc commun est souvent un module RH. Les textes sont incompréhensibles aux premiers abords, mais vous devez vous démerder pour faire une note de synthèse en moins de 3 heures. Je suis tellement lasse de tout ça que j’ai décidé de ne plus inscrire aux dits concours… J’en ai assez de tout ça !

      1. hussardbleu

        Marrant, je croyais que Fred était un homme… je vais peut-être voir mes interlocutrices coté Léviathan d’un autre oeil…

    2. Calvin

      C’est ce que je disais dans mon commentaire plus haut. Il y a un véritable maquis en terme de ressources humaines dans les organismes publics.
      Tout programme de paye est devenu une usine à gaz démoniaque.

  8. Jesrad

    Intéressant, le fail sur Chorus:

    « l’incident aurait été provoqué le 19 juin par une erreur d’intervention – erreur humaine donc – d’un sous traitant en mission dans un data center de la région d’Angers : des travaux auraient provoqué de la poussière, pollution qui aurait d’abord mis en panne le système de climatisation, ce dysfonctionnement entraînant par la suite le déclenchement du dispositif de lutte contre l’incendie. Celui-ci fonctionne par un envoi de gaz neutre sous haute pression qui appauvrit la teneur en oxygène du local et étouffe les éventuelles flammes. C’est cette projection de gaz qui aurait détérioré des disques durs »

    Ce genre de chute de dominos en série arrive bien plus fréquemment qu’on se l’imagine. Même une panne partielle sur un système de clim’ parmi deux ou trois suffit souvent à faire trop chauffer les disques dans les baies de stockage, réduisant leur durée de vie ou provoquant précocément leur panne. Ensuite, les performances dégradées du stockage (pendant la panne ou pendant le remplacement des pièces) entraîne son lot de dysfonctionnements, difficiles à anticiper – je parle d’expérience bien sûr 😀

    Quant au logiciel de paye centralisé qui va être abandonné, je crois que j’ai une petite idée duquel il s’agit. Bon débarras. La dernière fois qu’un machin pareil a été arrêté et mis au rebus, je crois savoir que l’équipe SI a pris grand plaisir a défoncer à coups de pied quelques-unes des machines obsolètes destinées à la casse, juste pour se soulager.

    1. Les explications fournies sont parfaitement consternantes.
      La clim qui tombe en panne, ok, ça peut arriver.
      Au point de déclencher l’alarme incendie ? Wtf ? Normalement, entre la panne (qui a dû faire couiner des trucs) et la libération des gaz neutres, il a dû s’écouler du temps. Personne derrière les moniteurs ?
      L’explication officielle des plantages disques est que le gaz est sorti si fort que ça aurait fait vibrer les baies à proximité au point de planter les têtes de lecture. Wtf again ? Une vibration à ce point forte ? Des baies à ce point proches ? Un logiciel critique qui n’est pas répliqué sur un site de secours ? 3 disques RAID 6 qui tombent, sur la même grappe ? WTF ? Mais sérieusement, c’est quoi, ça ?

      Une coïncidence, c’est étonnant.
      Deux, c’est louche.
      Trois ou quatre comme ça, c’est du sabotage ou de l’incompétence crasse.

      1. Jesrad

        Il suffit de crier dans une salle de serveurs pour faire foirer les diques. Cherche sur Youtube ! C’est très amusant à tester sur de la prod ! 😀

        1. Tout ceci est une aberration. Il y a aussi des hébergeurs qui connaissent leur travail, heureusement, et ce sont les plus nombreux. Comme par hasard, c’est pas Bull.

          1. Jesrad

            En fait toute une série de disques dur en SAS d’un certain grand fabriquant a ce défaut, leur échange standard est en cours, petit à petit… et pas mal de datacenters sont vulnérables pendant ce temps. Fortuitement, des marchés interministériels sont concernés…

      2. Jesrad

        Et sinon, des pannes de disques « ensemble » dans le même tiroir de baie, c’est aussi courant, car la surchauffe est un phénomène bien localisé. Par exemple, quand ledit tiroir est collé à l’onduleur et sa batterie…

        Quoi ? Du vécu ? Jamais voyons.

          1. Othello

            Bah tu m’étonnes. Premier point, dès lors que l’on veut avoir un SLA correct pour une application critique, il est hors de question de ne tourner que sur un Datacenter….

            Deux DC a minima, avec des circuits d’alimentation électrique, de climatisation complètement séparés, sans même parler du site de PRA, lui aussi séparé des deux DCs.

            Ce sont des bouffons.

      3. lateo

        J’ai connu une panne de clim le WE dans une petite salle serveur « du pauvre » (l’informatique c’est pas important puisque ce n’est pas le cœur de métier…) : lundi matin on a mesuré ~80°C dans la salle en question… et plusieurs serveurs cramés ou qui ont cramé dans les semaines suivantes.

        1. Aucun doute qu’en laissant une salle machine tourner quelques heures sans clim, c’est une fournaise rapidement. Mais là, on parle de quelques minutes Et d’un déclenchement de gaz inertes.

          1. lateo

            Ah, je cherchais une possible explication du déclenchement du système anti-incendie, mais si ce n’est que quelques minutes de coupure de la clim…

    2. royaumont

      Ils n’ont pas de backup des serveurs ? Pas de site de repli ? Etonnant !
      Je me souviens d’un incident où un onduleur du datacenter avait cramé (le truc qui n’arrive jamais) : l’indisponibilité a durée moins d’1/2 journée et aucune donnée n’a été perdue dans l’aventure.

      1. Nocte

        ça nécessite d’avoir mis les moyens dans un PRA (plan de reprise d’activité) ou mieux, un PCA (plan de continuité d’activité).

        1. tabbehim

          PCA? principal component analysis 😛

          vous voulez analyser les corrélations entre les incohérences gouvernementales et les gaspillages d’argent publique? 😀

  9. Fred

    Moi, en attendant, je bosse dans une administration avec des applications certes mises à jour mais un peu désuètes… Faut faire avec comme on dit si bien…

    1. vengeusemasquée

      Toi, au moins, tu as des applications. Moi j’ai une vieille version d’excel et une vieille version de word. Et basta, demerden sie sich!

      1. gameover

        Tu veux des applis VM ? Devine !

        Journal Enjeux / Les Echos :

        Et le médiatique ministre revendique être au niveau 103. Un score très honorable à ce jeu censé… ruiner la productivité.
        «Le ministre du Redressement productif stupéfie ses collègues par l’intensité et la vigueur de son engagement à aligner les petits bonbons lors des réunions interministérielles», écrit le mensuel.

  10. max

    Management selon pays :

    https://pbs.twimg.com/media/Bi__HuoCAAEgD8x.png:large

    Le DMP aussi :

    Dossier Médical Personnalisé (DMP) destiné en principe à améliorer le suivi des soins des patients. Ce système informatique, dont la construction a commencé il y a dix ans, a déjà coûté 500 millions d’euros – qui proviennent en grande partie de l’assurance maladie qui n’a pourtant pas besoin de tonneau des Danaïdes supplémentaire – pour un résultat nul ou presque.

    http://www.atlantico.fr/decryptage/chantiers-informatiques-etat-milliards-euros-jetes-fenetre-pierre-guyot-1014447.html#HzgAgo3VMkOccHzj.99

    1. Ano59

      Quelle connerie aussi ce DMP centralisé. Déjà, le principe de centralisation de ce truc est un epic fail en soi (coûts, résilience, confidentialité des données…). Ensuite il est apparemment si mal implémenté que les médecins traitants n’y souscriraient pas trop car ce serait bien galère à utiliser (‘sont con ces médecins, de pas utiliser les jolis outils de l’Etat qui leur facilitent la vie).

      A la rigueur, quitte à faire un DMP, autant s’inspirer du carnet de santé qui marche pas trop mal, en l’améliorant avec les innovations technologiques. Clé USB par exemple, contenu chiffré, standards technologiques ouverts, etc. Juste une idée en l’air, trouvée en peu de temps. Qui écrase déjà ce que l’Etat a choisi. J’ose même pas imaginer tout ce qui peut exister d’encore meilleur. Et de moins coûteux.

  11. max

    L’état n’a pas de problèmes d’argent, la preuve :

    L’arrogant Fabius déclare que la vente de deux navires militaires à la Russie pourrait être annulée. Une rupture d’un contrat signé en 2011 pour un peu plus d’un milliard de dollars représentant 5 millions d’heures de travail pour 1000 salariés. Le premier navire devrait être livré dans quelques mois et 400 marins russes sont attendus à Saint-Nazaire pour initiation au matériel. Le contrat prévoit la construction de deux autres navires. Lundi, le fabricant italien de pneus Pirelli a signé à Moscou un contrat de 500 millions d’euros tandis qu’en Grande Bretagne, les autorités soutiennent qu’il n’est pas question de s’en prendre aux oligarques russes impliqués dans les grands clubs de football.

    http://josefort.over-blog.com/2014/03/fabius-droit-dans-ses-bottes.html

    1. Kazar

      Une commande déjà payée, qui plus est. On va sans doute rembourser la Russie… Du grand n’importe quoi, encore des paroles ridicules prononcées à la va vite par un minustre incompétent. La routine habituelle, quoi !

        1. Le Gnôme

          On les vendra à la Suisse qui manque de marine. Un bateau sur le Léman, l’autre sur le lac de Constance, ce sera pile-poil. Reste à résoudre la question du transport. Mais nous avons des experts, n’est-ce pas ?

        2. val

          Je propose qu’on les charge avec toute notre joyeuse bande de bras cassés qui hantent les couloirs du pouware et hop , direction les galapagos ! Bon s’ils râlent, un bon trou ds la cale en prime

    2. Eole

      Fabius n’est pas le seul, Bruno Le Maire aurait dit la même chose hier matin à la radio! C’est formidable ces yaka fokon…

      1. Fred

        Je confirme. Le Maire a dit la même chose chez Bourdin hier matin. Disons qu’il a parlé plutôt de « suspendre » les livraisons…

  12. Pierre

    Ah, le fameux projet ONP…
    J’etais stagiaire dans la SSII qui a decroche le contrat, il me semble qu’il y a eu au moins 4 chefs de projets dessus qui sont partis en depression nerveuse.

    A l’epoque, je bossais sur un projet pour la DGDDI, on passait la plupart du temps chez le client a louvoyer entre querelles politiques, directeurs/chefs d’equipe incompetents et pointilleux a l’extreme. Cote SSII, 2 chefs de projets s’y etaient casses les dents, l’un a demissionne et l’autre fut interné 2 semaines pour « mental breakdown » suivi d’un arret maladie de 6 mois.

    15j avant la fin de mon stage dans cette boite, j’avais signé un contrat pour une entreprise de Londres, et ai quitté la France le lendemain de la fin du stage

    1. Nocte

      louvoyer entre querelles politiques, directeurs/chefs d’equipe incompetents et pointilleux a l’extreme

      J’ai eu le même ressenti lors de mon passage dans le public en tant que presta.

      1. Higgins

        « Vendredi encore – à propos de l’affaire SFR-Numericable – Arnaud Montebourg a donné l’image la plus détestable de ce qui tue la France : un mode de gestion étatique non seulement autocratique et autoritaire, mais également menaçant (si on n’agit pas comme le gouvernement l’a décidé, c’est le chantage au contrôle fiscal). Le Français croit malheureusement qu’il va suffire d’une élection politique pour que tous les problèmes soient magiquement réglés. Mais le mal est beaucoup plus profond et de nature plus « anthropologique »… » (http://www.contrepoints.org/2014/03/16/159660-le-vrai-mal-francais-un-systeme-de-management-autocratique-autoritaire-et-non-performant)

    2. gameover

      Ah les Chefs de Projet (CdP) qui partent en dépression… épique !

      2-3 mails sans réponse, on appelle… le CdP est souffrant mais un CdP qui ne lit pas ses mails c’est un CdP mort ou en nervous breakdown. J’en ai eu un beau de CdP client qui est parti en sucette sur un projet pour Ariane Espace : pression du client final au travers d’intermédiaires dont chacun a pris son temps pour lancer le projet et qui se sont réveillés un peu tard + tous les délais des processus de décision qui s’additionnent.

      Une des principales raisons à mon avis qui conduisent souvent les gros projets dans le mur est l’application du principe de Peter : on propulse des CdP plus fort en gueule qu’en technique, en finances ou en droit à des postes auxquels ils atteignent leur niveau d’incompétence et eux-mêmes recrutent des incompétents qui ne leur feront pas d’ombre. Ce n’est peut-être pas que de manière délibérée : ils n’ont tout simplement pas le niveau technique pour apprécier le niveau de leurs collaborateurs… donc ils recrutent sur des paramètres sans aucun rapport avec le poste.

      Autres soucis aussi :

      – la jeunesse. Un de mes clients dans la pétro s’est dernièrement étonné de l’âge du responsable du département Projet (32 ans) alors que dans la gestion de projets qui sont de plus en plus complexes l’expérience permet d’anticiper 90% des fails : il faut les avoir vécus, ça ne s’apprend pas.

      – les contrats : ils ont bien souvent été baclés par des commerciaux qui n’ont pas contractualisé les obligations du client à chaque étape du projet. le CdP est alors tenu par un délai final quand bien même le client ne fournirait pas les éléments ou son accord en temps utile. Idem pour les données d’entrée, données de sortie, les limites de fourniture et les « deliverable ».

  13. raimverd

    « la bagatelle de 750 millions d’euros, qui ont donc été brûlés en pure perte ou quasiment »

    tut tut tut, vaste « quasiment »
    « chaque euro de gaspillage/déficit est un euro qui va dans la poche de quelqu’un. »

    Comme tu dis l’inefficacité de l’Etat est l’espace de liberté du citoyen. Dommage qu’il coûte si cher aux producteurs d’impôts.

  14. Lafayette

    D’une manière générale le logiciel en France est une baraque à Fric.
    Mais on est loin de l’efficacité escomptée pour le premier prix demandé.

  15. Waren

    Rien à voir mais entendu à l’instant sur BFM, à propos du « nombre important de suicides chez Orange depuis le début de l’année ».
    « La situation n’a certainement plus grand chose à voir avec le comportement de la direction mais il faut sans doute mettre tout cela sur le compte de la concurrence ultra-libérale qui sévit actuellement dans nos activités. »

    Des cuistres, je vous des cuistres !

    1. douar

      Les agriculteurs, médecins sont parmi les populations les plus touchées par le suicide. Une des principales causes, c’est le stress du au poids réglementaire et administratif.
      Pas franchement une cause turbo libérale.

  16. tabbehim

    . Manque de pot ou talent naturel de Montebourg pour choisir systématiquement le mauvais cheval

    Non, ce n’est pas un manque de pot 🙂
    c’est du talent qui frise le génie, et c’est totalement naturel !

    fleur pellerin ne pourrait pas faire des épic fail aussi gros sans montebourde ! quand l’état veut faire une sillicon valley « à la française », j’ai entendue : « on va griller plein d’argent avec des copains qui vont créer une boite fictivement fonctionnel qui servira à faire croire au veau tant moyen que l’état agit pour l’emploie en créant des entreprises (avec ses impôts) »

    Honnêtement, qu’est ce qu’il y’a de plus drôle à la télé française que d’écouter les interventions du monte bourde ? 🙂

    1. royaumont

      si, hier sur 28 minutes d’Arte, une écolo, genre clone en plus jeune de Duflop, expliquait sans rire que pour sortir de la crise l’Etat devait créer des emplois publics et investir sur des projet écologique.
      Le plus drole n’était pas d’entendre ces crétineries habituelles, mais de voir les autres invités, présentés comme des économistes, entendre cela sans réagir.

      1. tabbehim

        c’était de vrais économistes?
        le plus dangereux, c’est que les paroles prononcés ne sont jamais contredites, on a qu’un seul son de cloche sur télé France au sujet de l’économie….
        le péquin moyen et supérieur pensent bien trop souvent que maman état fera tout pour eux, que maman état est amour et travail, que maman état de protège……
        le lavage de cerveaux est très puissant, le remplir sera long….très long….

        1. Eole

          Remplir le cerveau? mais comment, y a pas de cerveaux sinon, très petits, alors là oui, cela prendra du temps pour tous les remplir 😉

      2. Vodkaman

        arf…

        en matant vaguement le grand angle de BFMTV hier, je suis tombé sur l’interview d’un magistrat qui légitimait le recours aux écoutes pour l’évasion fiscale en disant grosso merdo qu’en matière de terrorisme, il fallait intervenir avant que la bombe n’explose, et que pour l’évasion fiscale, quand le fric est dans les Bahamas, c’est trop tard…

        le type met sur un même plan le criminel qui pose des bombes pour faire un max de victimes, et le patron de PME qui cherche a échapper à la confiscation de ses biens. à aucun moment il ne s’est posé la question (pas + que les titulaires de l’abattement fiscal pour cause de journalisme) du montant des impôts en Rance et dans les dits paradis fiscaux

    2. Kekoresin

      Le jour où les conneries aux coûts astronomiques seront vraiment et personnellement punissables par la loi, ces clowns seront moins pressés d’y mettre leurs gros doigts graisseux.
      Malheureusement, il est plus facile d’isoler et d’abattre un Kerviel qu’un élu même à perte égale, alors que le deuxième joue exclusivement avec notre pognon et souvent sans autre consentement qu’une élection présidentielle suivie d’une formation gouvernementale d’escrocs identifiés ou en cours de formation!

    1. Kekoresin

      Il est vrai que les affaires se bouscules en ce moment, mais cette info ne serait certainement pas passé inaperçu sous Sarkozy! Là où la presse voit un petit passe droit sous un gouvernement de gauche, le même événement serait passé pour un acte d’affreux abus de pouvoir d’un gouvernement de droite!
      A leur décharge, si le pouvoir n’avait pas tous ces petits avantages en nature, nous aurions moins de candidats pour le trône et la cour qui l’entoure. Pauvre France!

  17. Kekoresin

    Bien d’accord. Ca fait très longtemps que je répète aux stressés de la théorie du complot que les états, même plus malins que la France (ce qui n’est pas trop difficile), peuvent bien « écouter » tout le monde, ils sont incapables, par faute de moyens mais surtout de compétences, de traiter les milliards de données journalières. Par contre, sur des surveillances focalisées sur un individu, le système est redoutable et personne ne peut y échapper, à moins de vivre comme au début du siècle dernier.
    Pour ce qui est des tribulations et des fails massivement coûteux, rien de neuf sous le soleil. Rien non plus du côté justice qui ne cherche absolument pas de coupables dans ces fuites de capitaux dans d’étranges tuyaux dont personne ne semble curieux de savoir où ils atterrissent! Les sommes en jeu font pourtant passer Cahuzac pour un artisan fromager du Larzac face à la centrale d’achat de Leclerc. Mais encore une fois, il ne semble pas y avoir d’enrichissement perso donc pas d’enquête qui pourrait le prouver, ou pas!?!
    Après ces petits mais coûteux arrangements politico-judiciaire, nos braves têtes de choux lèvent des poings courroucés contre le « tous pourris ». Lorsque leur nom, sûrement tiré au hasard, ressort par une petite fuite de joint, les poings retombent et les voix s’éteignent: il va falloir se faire oublier pour mieux revenir sur le devant de la scène.
    Il m’est avis que nos politiques n’ont aucun intérêt à financer la recherche sur Alzheimer!

    1. tabbehim

      « par faute de moyens mais surtout de compétences, de traiter les milliards de données journalières »
      non, juste qu’ils recrutent des incompétents qu’ils financeront, un système d’écoute massif pourrait se retourner contre eux. mieux vaut faire peur que d’être efficace, c’est moins dangereux. le jour où ils commenceront à réunir l’intégralité de leurs systèmes informatiques, qu’ils commenceront à utiliser les même variables et les mêmes ressources, alors là, ça sera dangereux.
      Après tout, les outils d’ordinations de données et les outils de « découpage » de phrase totalement automatique, ça existe déjà \o/ et c’est relativement puissant….couplé aux données sur l’individu enregistré par l’état, je vous laisse rêver.
      la seule limite serait alors la taille du serveur de calcul qu’on peut y mettre 🙂

      Mais avant ça….il y’a un désert informatique à traverser ^^

      1. Kekoresin

        Ouaip! Un désert qui ne manque pas de gourde mais toutes sont vides!!! La simple réunion de systèmes informatiques pour ne citer qu’un exemple entre le RSI et l’URSSAF se révèle être insurmontable pour nos fonctionnaires assoupis. Alors imaginer un logiciel pour les gouverner tous et dans les ténèbres les liés 😉 c’est aussi crédible, pour le moment et pour encore longtemps, que de récolter des ressources sur la lune!
        Bref, c’est pas parce qu’on a 600 chevaux sous le capot que l’âne au volant battra des records!

        1. tabbehim

          ah oui, ça serait ça, un logiciel pour les gouverner tous, un logiciel pour les fusionner tous et dans les ténèbres les liés au service du logiciel unique….
          ****président gollum****
          ~~Mon précieux~~stupide Français joufflu, paye tes taxes~~le maître est bon, il donne plein de taxe au précieux~~

  18. bob razovski

    Ne sommes nous pas en train de regarder le doigt ?

    Comme l’a judicieusement noté plus haut un contributeur éclairé (dont j’ai zappé le nom, sorry) tous ces fails, cette avalanche de conneries n’a rien d’un pur gaspillage d’argent.

    Cet argent n’est pas perdu pour tout le monde.

    Alors, je me demande si le postulat de départ, quel qu’il soit, n’est pas finalement qu’un trompe l’oeil, un habile détournement qui permet de s’offusquer, de râler, mais de ne pas voir que le but premier n’était que « de taper du fric dans la caisse ».

    Parce que de ce côté là, c’est toujours un succès.

    Ca coûte toujours cher, et comme c’est finalement impossible à faire fonctionner correctement, c’est toujours abandonné en rase campagne.

    Sauf que les espèces sonnantes zé trébuchantes ont bien fini dans quelques poches politiquement discrètes, mais ô combien profondes.

    1. lareponseest42

      Encore un article « langue de bois » habituel
      – la ministre Marisol Tourraine s’autocongratule: «On le voit, ce gouvernement travaille de manière maîtrisée aux comptes de la Sécurité sociale»
      – elle dit toutefois que « l’effort doit être poursuivi et c’est le travail que nous faisons pour préparer le pacte de responsabilité que le président de la République a défini», pour à la fois faire la lèche-bottes auprès du président et dire que mine de rien elle bosse
      – Et pour finir, une petite critique du précédent gouvernement: «dans le même temps cela ne se traduit pour nos concitoyens par aucune perte de garantie, aucune perte de remboursement, aucune diminution de leurs droits, contrairement à ce que faisait le gouvernement précédent»

      1. Petit Poney

        Yep, et quand je dis qu’il faut que je regarde ça, c’est que je sens que ce n’est pas anodin si ça sort un peu en même temps que les contestation du rattachement des frontaliers au régime français, et que l’amplification (mesurée, mais quand même) du mouvement des libérés, qui gagne en visibilité ces derniers temps.

  19. max

    Les gros doigts de l’état :

    Les entreprises zombies et les états se sont donc lancés dans une guerre ouverte envers tout ce qui pourrait remettre en cause le monopole de la voiture.

    Aux États-Unis, trois états interdisent les voitures électriques Tesla, qui confortent pourtant le symbole de la voiture individuelle mais le font subtilement évoluer. Le prétexte de cette interdiction ? Les voitures sont vendues directement par le constructeur et non pas par un vendeur intermédiaire.

    http://ploum.net/la-voiture-premier-front-de-la-guerre-a-linnovation/

    1. gameover

      La conclusion de l’article montre que ça commence à se voir :

      « Nous sommes dans la situation absurde où les gens que nous avons nous-même élus se battent contre nos propres intérêts, contre notre propre avenir, contre les jeunes entrepreneurs qui ont investi leur temps, leur argent et leur énergie pour créer un service utile et en tout point de vue bénéfique.

      À votre avis, combien de temps un tel système peut-il encore tenir et faire des dégats ?

      1. Nocte

        Tant qu’ils croiront que la sécurité peut se monnayer avec leur liberté, et j’ai l’impression qu’en France, même enchaînée, une bonne partie de la population continuera à trouver qu’il y a trop de liberté pour les autres.

      1. gameover

        C’est plutôt du lobbying dans le cas présent et de la corruption locale de la part des concessionnaires automobiles. les 3 états sont le New jersey, le Texas et l’Arizona… pas spécialement des états de la motor industry.

  20. lareponseest42

    Complètement HS
    Dans le JT de TF1, il y avait un reportage sur les municipales à propos de la ville de Reims.
    La maire sortante du PS m’a fait halluciné, c’était limite caricatural.
    Lors de la première image qu’on voit d’elle, elle est dans un théâtre en train de regarder des jeunes habitants en HLM faisant de la danse de rue sur scène. Elle était seule dans la salle, témoignant du succès de ce spectacle financé par les impôts locaux.
    Elle s’est ensuite exprimé sur scène pour encourager les jeunes à aller voter. Selon elle, « les jeunes n’ont pas l’impression que les élections ont un rapport avec leurs quotidiens », il fallait donc convaincre les veautants que contrairement aux apparences les élues avaient toujours leurs préoccupation en tête.
    Ah oui, sans oublier qu’elle est sorti de l’école nationale de Magistrature, est ancienne présidente du syndicat de la magistrature et à bosser dans le secteur de la prévention à la délinquance…

  21. gameover

    Je trouvais complètement stupide les déclarations de patrimoine mais bon là ça devient marrant.

    Yamina Benguigui – Ministre de la Francofolie – aurait oublié 430,000E dans sa déclaration au titre de parts détenues dans une société luxembourgeoise. Mais là ou c’est drôle c’est qu’elle dit que les parts avaient été vendues 2 mois avant la déclaration… soit.

    Mais alors le cash aurait du être sur un de ses comptes ou sur un actif.

    Que nenni : ses comptes courant & épargne : 99,56 euros, 67,19 euros, 32,09 euros.

    Elle explique alors que pour raison fiscale elle a modifié l’opération de cession qui n’a été effective qu’en 2014. Donc soit elle a les parts, soit le cash… contrairement à la déclaration de patrimoine…. ou….

    Aurait-elle cramer 430,000E en 2 mois ? Fichtre.

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/coulisses/2014/03/19/25006-20140319ARTFIG00138-anne-hidalgo-menace-de-virer-yamina-benguigui-de-ses-listes-si-elle-a-menti-sur-son-patrimoine.php

    http://www.declarations-patrimoine.gouvernement.fr/pdf/declaration-patrimoine-benguigui.pdf

    1. gameover

      Une possibilité, ce se serait qu’elle ait remboursé un prêt de 430,000E avec le cash reçu.

      Un mensonge : vite une solution.
      Appli K.Uzac téléchargeable sur Apple Store.
      Plateforme Androïd bientôt disponible.

      (Taubira n’était pas abonnée)

  22. Adolfo Ramirez Jr

    a propos de Montebourg, j’ai regarde son interview sur Antenne2 via TV5 Monde…
    et Montebourg d’affirmer que l’installation de la fibre partout en France, c’est un investissement de 30 milliards d’euros, que numericable n’a pas les reins assez solides (forcemment, avec 36 Millions de redressement).

    30 milliards, ca fait 450 millions d’euros par francais, de quoi payer a chaque francais actuel un abonnement Freebox pendant 100 000 ans.

    evidemment Poujadas n’a pas bronche.

    1. gameover

      Euh Adolfo… nous avons le regret de vous informer que nous n’avons pas retenu votre candidature pour le poste de comptable auquel vous postuliez chez Iliad (free).

      Néanmoins nous nous permettons de transmettre et de soutenir votre candidature à un poste d’analyste financier fusions-acquisitions au Ministère du Redressement Productif en lien avec la Caisse des Dépôts et Consignations. Merci d’apporter votre machine à calculer.

      Vos dévoués… patati patata

      @h16 : chacun sa box nan mais !

  23. BJ

    Pour Louvois, si ça n’avait tenu qu’aux militaires, il n’aurait jamais été mis en place… oui mais voilà, malgré les tests non satisfaisants, les politiques l’on gentiment imposé pour faire des économies (avec la suite qu’on connait). Et en effet, un militaire, comme il a un statut qui lui interdit de râler, a une fois de plus obéit aux ordres à la con du politique.
    Si le militaire était si borné, il ne serait pas le seul à accepter de tout réorganiser tout les 3 ans par faute de crédit…

    1. Raph

      +100000000; l’armée française est le seul service étatique qui se modernise continuellement depuis 1996 tout en gagnant ses batailles.

      Mais là, je doute que l’ingéniosité du bibi de combat suffise pour donner plus longtemps une illusion de puissance militaire même moyenne. Surtout si elle continue à se faire imposer par l’administration des outils d’une résilience douteuse.

      Epic fail en perspective. Comme toujours.
      Montebourg, ministre de la Défonce!

      1. hussardbleu

        Il y avait un chanteur français homosexuel – dont le nom m’échappe – qui disait que tout était la faute de la « bite des Noirs »… Al Gore is going to get gored…. pour l’excessive fertilité des Noires, maintenant ? donc notre chanteur avait raison ? confirmé par l’idole réchauffiste ? elles auraient le feu au derrière ?

      1. lareponseest42

        ça me rappelle les dialogues d’Anarky dans Arkham Origins (c’est un bosse du jeu.
        La voix monocorde donne l’impression qu’une machine parle.

      1. vengeusemasquée

        De toute façon, ce n’est pas comme si les options manquaient pour regarder des films sur la toile. J’ai toujours trouvé que l’ampleur des possibilités et de la créativité des internautes rendait extrêmement comiques les gesticulations des pouvoirs publics pour empêcher le partage de fichiers. Un peu comme si on voyait Nono agiter ses bras en faisant de gros moulinets devant une vague de tsunami en lui disant de repartir d’où elle vient, en somme.

  24. Ano59

    L’informatique, c’est surtout l’incompétence crasse de l’Etat mise à nu.

    Lors des débats sur Hadopi, pas mal de jeunes comme moi qui avaient des connaissances au moins sommaires de l’informatique ont pu suivre une démarche politique portant sur quelque chose qu’ils maîtrisaient très bien.

    Observation quasi-unanime : « ce sont des manches ». Pensée logique qui vient après : « si ce sont vraiment des quiches avec l’informatique, que je connais, qu’est-ce qui les empêche d’être de pauvres merdes dans tous les autres domaines, que peu de gens connaissent vraiment ? »

    Et vint le début de la remise en question des choix éclairés des élites…

Laisser un commentaire