Discrimination, sexisme et rasoirs roses exorbitants

Même si la France, citoyenne et guillerette, trottine tous les jours vers les vastes prairies de l’égalitarisme total nous assurant à tous du miel et du lait par tsunamis onctueux, il n’en reste pas moins d’importants combats à mener pour s’assurer que nous arriverons tous à destination sans nous perdre en chemin. Aujourd’hui, nous découvrons avec stupeur une pierre de plus, jetée sur la route pourtant lisse qui doit nous mener au bonheur intégral : les produits féminins seraient bien plus chers que les produits masculins.

Or, s’il existe bien une règle absolue à laquelle personne n’échappera dans tout pays qui se veut égalitaire, c’est celle qui dit qu’on ne doit discriminer personne et, mieux, qu’on doit absolument accommoder tout le monde. Et ça tombe bien : la France est le pays qui a placé au rang d’art le fait d’accommoder les choses entre elles, comme en cuisine avec le sucré et le salé, ou en politique avec les blaireaux et les ânes. Accommoder les producteurs avec leurs consommatrices ne devrait donc pas relever de l’impossible, qui n’est pas Français et ça tombe donc encore mieux.

Tout part du constat d’une banalité presque violente que certains produits, destinés à des femmes, sont plus chers que leurs équivalents masculins.

no-way

Grâce à l’enquête de terrain menée par une volée de trentenaires ne reculant devant aucun effort pour découvrir une vérité jusqu’alors cachée de tous, le pays découvre petit-à-petit l’ampleur de la conspiration qui s’est jouée, depuis des décennies, contre la moitié de la population. C’est le collectif Georgette Sand, toute jeune association manifestement fort bien introduite auprès des médias, qui aura alerté l’opinion sur cet extraordinaire scandale, grâce à l’habile truchement d’un communiqué de presse facile à gober sans mâcher et à digérer pour le journaliste-pigiste du 21ème siècle. Et c’est Gaëlle Couraud, apparemment désignée par le collectif pour porter fièrement sa parole, qui s’est écrié :

« On s’est rendu compte que sur des produits de la consommation quotidienne, les femmes étaient systématiquement taxées ! »

Diable ! Ainsi donc, les femmes subiraient une « taxe rose » ! Ainsi, un déodorant (de couleur rose) pour les femmes sera vendu 4,15€ alors que le même en noir, insidieusement libellé « pour homme », ne sera vendu que 4,11€, soit une différence de 4 centimes. On pourrait, devant la modestie de la différence, hausser des épaules. Ce serait une grave erreur, parce que cette dernière est parfois bien plus importante, comme chez le coiffeur où le shampoing-coupe-brush s’étalonne gentiment autour de 8€ là où la même opération s’affiche à un 13€ indécent pour les femmes.

peurLe pays vacille. Les foules, en effroi, s’agitent et la tension est à son comble. Qui va bien pouvoir se lever et, enfin, mettre un terme à ces discriminations abominables ? Rassurez-vous : cette question, aussi rhétorique que conne, est heureusement répondue avec vélocité par Pascale Boistard, qui est, comme vous le savez bien évidemment, la secrétaire d’état payée avec vos sous pour se charger des droits des femmes qui ne comprenaient apparemment pas celui, indispensable, d’acheter des produits masculins lorsqu’ils sont les mêmes que ceux des femmes, mais moins chers :

« C’est une injustice qui ne doit pas perdurer. »

C’est pourquoi, entre deux réformes dantesques et autres annulations de taxes virulentes dont le pays est maintenant perclus, les agents de la forteresse de Bercy se pencheront sur le cas épineux qui leur est présenté : une enquête sera lancée, des relevés seront faits, des actions seront prises et les coupables seront, soyez-en assurés, punis. Ouf, on a évité le pire.

Mais pas l’avalanche de facepalms.

pink floyd facepalm

Encore une fois, on est ici dans le même raisonnement boiteux que celui qui présuppose que les femmes sont victimes de discriminations salariales, et subiraient un plafond de verre qui leur interdirait des postes hauts placés comme grutier ou commandant de bord (ou qui relèguerait Christiane Taubira aux karaokés d’estrade). La réalité, comme bien souvent, est bien plus complexe que ce que les féministes de combat, les bobos et autres lutteurs anti-discrimination tous azimuts sont capables d’appréhender.

La réalité, c’est par exemple que si les femmes étaient systématiquement moins chères que les hommes à l’embauche, les patrons (dont on leur reproche d’être toujours trop près de leurs sous) n’embaucheraient plus d’hommes, et réaliseraient ainsi de substantielles économies sur leur masse salariale. Mais s’ils ne le font pas, c’est à l’évidence qu’il y a un complot sexiste patriarcal et tant pis pour le rasoir d’Occam (dont la version rose se vend manifestement très mal).

La réalité, c’est que lorsqu’on le leur demande, les femmes préfèrent majoritairement être dirigées par des hommes que par des femmes. Là encore, il semble évident que l’enquête qui, depuis plusieurs décennies, parvient régulièrement à cette conclusion est réalisée par une bande de machos dominateurs. Aucune autre explication n’est possible.

privilege oppression feminism

Quant aux honteuses différences de prix entre les produits, l’énorme bruit de fond médiatique causé par la « révélation » du collectif de vaillants branleurs et de courageuses cruches en cache la raison pourtant fort simple : le marché, qui est l’agglomération rationnelle et inévitable de millions de choix individuels, a montré sans réfutation possible que c’est exactement ce que les gens voulaient. Non, le déodorant rose pour femme n’est pas le même que le déodorant noir pour homme et oui, certaines femmes sont effectivement prêtes à payer un peu plus pour avoir un emballage rose.

En toute logique, le collectif devrait s’en prendre à ces individus-là qui ont le mauvais goût de choisir une telle couleur pour un déodorant, qui ont le porte-feuille suffisamment détendu pour se permettre ce genre de folies. Mais voilà, s’en prendre à eux, c’est refuser la liberté de ces individus qui achètent des déodorants plus chers en toute connaissance de cause, ou (plus grave) sous-entendre qu’ils sont trop cons pour mesurer la différence.

Du reste, le collectif n’a pas mené l’étude inverse, qui aurait montré que certains produits, certains services, sont effectivement plus coûteux pour les hommes que pour les femmes (parce qu’avec les hommes, c’est bien fait pour eux, peut-être ?). Entre les chaussures et le prêt-à-porter (notoirement plus cher pour les hommes que pour les femmes, quantités écoulées obligent sans doute), et certains services gratuits pour les femmes mais pas pour les hommes (les entrées en boîtes de nuit, par exemple), on comprend qu’en réalité, la différence s’inscrit dans une démarche tout à fait logique et que la discrimination (i.e. la différenciation, la segmentation de marché) répond à la fois à un besoin pour le consommateur, et à une contrainte pour le producteur.

feminisme

Enfin, on peut s’interroger franchement sur le bon sens de l’œuvre du collectif : à quoi peut bien servir la pétition lancée ? Combien pèseront les 20.000 (ou même 100.000 signatures) récoltées devant les millions d’actes individuels qui valident tous les jours, consciemment ou non, les stratégies des vendeurs et les attentes des acheteurs ? Le risque évident n’est bien sûr pas dans les petits crobards pétitionnaires, mais dans la suite qui leur sera donnée, sous forme d’un énième lobbying gouvernemental ou parlementaire, qui aboutira, une fois de plus, à une règlementation (ou pire, à une contre-taxe).

Et d’après vous, qu’adviendra-t-il de la liberté des prix lorsque ce lobbying sera passé ?

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires364

    1. bob razovski

      Il y a de commentaires qui valent leur pesant d’or (à taxer donc), exemple :

      « C’est une très bonne mesure qui tombe sous le sens : Pourquoi est-ce que quelqu’un qui a de l’argent devrait s’enrichir sans rien faire grâce aux intérêts ? Je pense même qu’elle devrait être généralisée à tous les comptes courants. Décidément les allemands sont plus modernes que nous sur bien des points. »

      A-t-il seulement compris le fonctionnement d’une banque ?

    2. Aristarque

      En fait, le titre est plus ravageur que le contenu. La banque cherche à inciter cette clientèle à lui faire placer son argent dormant d’ une façon plus efficace, surtout pour les intérêts de la banque elle-même! Z’ont du recruter un cadre ex BNP, blanchi sous le harnais depuis les années 70…

  1. carpe diem

    C’est curieux chez les parlementaires, ce besoin de faire des taxes.
    Je trouve également étrange, que tous ces adeptes de l’égalitarisme pour tous ne l’appliquent JAMAIS à leur clique : régimes spéciaux, privilèges en tous genres, ça ne semble pas les contrarier outre mesure…

  2. lxy

    Récemment je vais dans une grande surface spécialisée « jouets » pour acheter une petite trottinette premier prix. Trois modèles sont proposés apparemment identiques (pour un homme). L’un est à 19 E, les deux autres à 29E. Ne voyant de différence, je questionne le vendeur les deux modèles les plus chers sont « siglés » Hello Kitty » et « Valeria ». Ma petite-fille de 5 ans, elle, aurait tout de suite vu la différence et n’aurait jamais voulu de la trottinette la moins chère. Ainsi sont les femmes et c’est ce qui fait leur charme.

    1. Lafayette

      ça fait cher l’autocollant, autant l’habituer très petite au voiture et coamion des garçons. Imaginez un monde sans poupée…

    2. Aristarque

      Sont formatées dès l’ enfance par leur mère. Six mille ans que cela dure. Nous ne pouvons pas résister face à pareil constructivisme… :mrgreen:

  3. cc

    Après « je l’ai lu dans le journal »… nouvelle honte pour le clown qui « dirige » la CGT (annexe aussi du cirque Pinder).

    Le chiotte à 4 450 euros !

    Mais ce n’est pas tout :
    -appart avait été refait AVANT
    -la surface est plus petite qu’annoncée auparavant
    -l’utilisation d’une société de travaux… sans historique, avec 2 salariés

    Bref… la totale.

    Surfacturation, n’importenawak, copinage, veulerie, mensonges.

    Merci la CGT.

            1. yp

              Les traders ont des bonus, les syndicalistes des subventions, d’autres ont des allocations. Enfin, il y a les chanceux qui ont des cotisations ou des redressements.

              La socialie, c’est un monde plus juste : Tout le monde a droit à quelque chose !

              1. Lafayette

                même avec toutes ces caisses noires ils ont pas de bonus… Allons, allons, à quoi ça leur sert alors d’avoir des comptes off shore ?

                1. yp

                  Ca sert à récupérer leurs émoluments en numéraire pour faire voter une loi ou pousser un décrêt favorisant tel intérêt de tel commanditaire… Vous ne pensiez quand même pas qu’ils tirent leurs revenus de leur fonction, ou bien ?

  4. vodkaman

    Dernière minute :
    un dangereux fraudeur au fisc vient de prendre cher !!!
    il semblerait que Thévenoud vient d’être condamné… ha non en fait….
    Il s’agit d’une redoutable organisatrice de bingos clandestins en bande organisée.

    http://www.sudouest.fr/2014/11/04/landes-gironde-elle-devra-verser-206-000-euros-au-fisc-pour-pres-de-300-lotos-non-declares-1725819-3542.php

    pour mémoire et cas similaires ; http://h16free.com/2013/08/19/25359-bingos-mafieux-pour-les-douanes

    j’ai tout d’un coup envie de citer Georges Abitbol : « monde de merde »

  5. bob razovski

    Cette histoire m’inquiète au plus haut point.

    Il m’est arrivé de me raser avec des rasoirs roses ! (je précise que je suis du genre, heuu… on dit comment aujourd’hui ? masculin ? parent 1 ?.. bref…) et je vous avouerai une chose :

    Je les ai trouvés plus agréables pour mes joues modèle 40 gros grains que ceux que j’utilisais avant.

    Cela dit, aujourd’hui, avec la crise (et l’islamisme galopant), je ne me rase plus. C’est à la fois économique, et vivrensembliste. Que du bon ! 😉

          1. vu de sirius

            c’est la mode : les hommes se laissent pousser la barbe de 3 jours (et se rasent le crâne) et les femmes se rasent intégralement une certaine « barbe » (pour plaire aux pédos?) …tout çà n’est pas terrible, si vous voulez mon avis (et je n’ai pas mentionné les tatouages et les piercings)

  6. Calvin

    HS
    Valls a attendu que Nono Montebourg retourne à l’école pour autoriser le rapprochement Alstom-GE.
    Que de bruit pour rien, que de temps perdu.
    Les atermoiements, c’est maintenant !!

  7. LeRus

    En lisant les nouvelles du monde (et de France en particulier), je suis de plus en plus convaincu que notre hôte, H16, est assis dans un siège à très grand dossier, pivotant, style Maître du Monde.

    Il est reclus dans une grotte hyper-connectée, recouverte d’écrans en tous genre. Là, il passe ses journées à créer des informations loufoques reprises immédiatement par des médias qu’il a à sa botte (sans doute en est-il l’ultime propriétaire à travers des sociétés écrans).

    Et pour quoi faire? Pour écrire chaque jour un billet sur son blog pardi!

    Il n’a y a pas d’autre explication rationnelle à la multiplication des ces informations à la noix…

Laisser un commentaire