Ivermectine, baclofène : en France, l’État s’occupe aussi de votre santé. Parfois. À l’occasion…

On apprend, dans une presse manifestement désœuvrée, entre des massacres islamistes, un krach monétaire en Russie et quelques déclarations de politique intérieure idiotes, que d’abominables parents auraient eu l’idée aussi sotte que grenue d’utiliser des produits vétérinaires pour se débarrasser des poux de leurs enfants. C’est incroyable tout de même ce qui se passe dans notre pays, ma brave dame !

viazacEt c’est ainsi que 20 Minutes, PravdaFranceTV, ou LeParisien par exemple se sont empressés de relayer l’incroyable information : si vos enfants se grattent la tête, n’allez pas chercher l’anti-puces, nom d’une pipe en bois. Même que d’abord, si le conseil peut paraître grotesque, c’est l’Agence de sécurité sanitaire (ANSES) qui rappelle que non, non, non, ce n’est pas bien de faire ça et en profite pour mettre garde contre l’utilisation de produits antiparasitaires pour animaux comme traitement anti-poux sur les enfants, dans un communiqué publié lundi 15 décembre.

La campagne de prévention d’un tel comportement est donc lancée. L’Agence de sécurité sanitaire veille au grain et se charge de remettre un peu d’ordre dans les idées délirantes de certains parents. Et c’est sur le site même de l’ANSES qu’on comprend que l’alerte a été déclenchée suite à un nouveau signalement d’utilisation de produits vétérinaires pour traiter les poux des enfants, ce qui montre à qui en douterait encore que c’est bien d’un cas réel dont on parle ici, ma bonne dame, et c’est très grave, parce que les traitements pour les animaux ont obtenu une autorisation de mise sur le marché (AMM) spécifique, spécialement destinée aux animaux, et surtout pas pour les humains qui ne sont pas des animaux et tout ça. Les insecticides et acaricides pour humains doivent aussi recevoir une AMM spécialement conçue pour les humains, parce que ce n’est pas pareil, ce ne sont pas des animaux et tout ça. Vous me suivez ?

Non ?

Eh bien pourtant c’est très simple. Prenez l’ivermectine, puisque c’est de cela dont il s’agit. C’est une molécule neurotoxique pour nos amis les animaux chitineux, qui paralyse les poux, tue leurs lentes, annihile les puces et détruit les parasites de la gale. Cette molécule, utilisée depuis de nombreuses années en médecine vétérinaire, a largement montré son efficacité pour débarrasser nos toutous et nos félins de leurs encombrantes vermines.

Mais, et c’est là que les agitations de l’ANSES prennent tout de suite un parfum délicieux, cette molécule a aussi été testée, de façon étendue, chez l’homme, qui est aussi un mammifère, souvent gros et mou dès qu’on s’approche du Palais Bourbon, mais mammifère tout de même. Et ce n’est pas nouveau. En 2010, on pouvait ainsi lire, dans LePoint, cette amusante découverte :

« des chercheurs et des médecins français (des hôpitaux Henri Mondor et Avicenne, en région parisienne, et de l’Inserm U738 à Tours) viennent de démontrer l’efficacité d’un médicament pris par voie orale dans la lutte contre les poux. Leurs travaux sont publiés dans l’édition du 11 mars du New England Journal of Medicine. »

gepalmoralOh eh bien sapristi, que voilà une bonne nouvelle ! Avec l’ivermectine, les résultats sont particulièrement probants. Pour rappel, cet article date de 2010. Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts. Et toujours dans LePoint, trois années plus tard, on (re)découvre que le médicament à base d’ivermectine fonctionne très bien sur les humains, qu’il est en fait disponible depuis 1981 (cela nous fait un petit trente-deux ans bien tassé) pour d’autres maladies, et qu’il est utilisé assez massivement pour les animaux depuis cette date, au point que l’OMS en recommande maintenant l’usage à des fins sanitaires chez l’humain.

Mais voilà, en France, ce médicament n’est toujours pas autorisé pour les humains. Pas de bras-AMM, pas de chocolat-poux-tués. Et là, le Pr. Raoult, qui n’hésite pas à employer cette molécule pour guérir des SDF qui lui sont confiés à la faculté de Marseille, a une explication :

Pourquoi n’est-il pas disponible dans cette indication ? Est-ce que le laboratoire l’ayant découvert (Merck) ne veut pas investir de l’argent, car décrocher l’agrément d’une indication nouvelle pour un médicament est un processus très coûteux et qu’il n’est pas assez rentable ? Probablement, car ce médicament ancien peut être utilisé comme générique, et dans ces conditions, les études de mise sur le marché ne seront jamais rentabilisées pour le laboratoire.

Roooh ! Méchants laboratoires qui ne veulent pas se lancer dans un processus long et coûteux d’autorisation de mise sur le marché. Pas de doute : si vous n’arrivez pas à traiter les poux de vos gamins, c’est la faute à Merck. Hem… Ou disons, pour être un peu plus précis et un peu moins politiquement correct, que Merck, en entrepreneur cohérent, a fait le calcul des bénéfices attendus et des coûts engendrés par la demande d’une nouvelle AMM, et que les législations actuelles, les lenteurs administratives et les vexations paperassières (et fiscales ensuite) sont suffisamment fortes pour que le jeu n’en vaille pas la chandelle. Autrement dit : si vous n’arrivez pas à traiter les poux de vos gamins, ce n’est pas parce qu’on ne sait pas le faire, ce n’est pas parce que ce serait dangereux (ça ne l’est pas), mais c’est parce qu’une armée de petits ronds-de-cuir en a décidé ainsi en augmentant très artificiellement le coût d’un médicament. Si une autorisation de mise sur le marché avait été demandée à Pasteur en son temps, nous aurions encore à souffrir de la rage actuellement.

Au passage, ceci explique pourquoi vous êtes obligés de vous rabattre sur des produits vétérinaires, vendus pour des toutous d’un poids équivalent à celui de vos enfants. Le traitement, autorisé pour ces animaux, est exactement le même. Et marche trèèèès bien, tellement bien que, d’ailleurs, les vendeurs de lotions diverses, pharmaciens compris, verraient assez vite leurs marges grignotées, et que certains marronniers de septembre sur les infestations scolaires disparaîtraient des rédactions. Heureusement, les autorités sanitaires dorment sur leurs deux oreilles veillent pour vous éviter ces tracas-là.

Mais cette intéressante histoire d’ivermectine et d’AMM n’est pas sans en rappeler une autre, celle du baclofène.

gelafritt 500Cette molécule, utilisée depuis 1990 en doses moyennes puis à partir de 2005 en doses fortes (ça nous fait neuf années bien remplies) pour traiter avec succès des alcooliques contre leur addiction, n’a toujours pas reçu son autorisation de mise sur le marché. Pourtant, en mars dernier, l’Agence de sécurité du médicament lui accordait une « recommandation temporaire d’utilisation », histoire sans doute de ne pas trop brusquer les uns et les autres, INSERM y compris.

Il aura donc fallu des années, une dizaine quasiment, pour qu’un médicament, testé de très nombreuses fois (on parle de dizaines de milliers d’alcooliques guéris par ce traitement, discrètement, par quelques médecins ayant pris sur eux de prescrire la molécule hors de son strict cadre reconnu) parvienne à ce stade où on envisage enfin de le considérer comme une solution viable.

Les raisons de la résistance au changement sont multiples : entre les intérêts de certaines associations de lutte contre l’alcoolisme pour lesquelles un sevrage ne peut être obtenu que par abstinence complète, les habitudes de certains professionnels révoltés à l’idée qu’un traitement purement chimique puisse se substituer à leurs multiples séances et méthodes de travail, et la prudence voire l’immobilisme des administrations de veille sanitaire, le temps continue de s’écouler, des malades continuent à sombrer voire à mourir de leur addiction pendant que tout ce beau monde se met d’accord.

Dans le cas de ces deux molécules (baclofène et ivermectine), il est frappant de constater le poids délirant et le pouvoir extrêmement important d’une administration pléthorique et plus calcifiée que conservatrice, qui impose un coût très élevé à la réalisation des essais cliniques dans le privé ou des dossiers d’AMM, avec un espoir de retour sur investissement délicat à estimer.

Dans les deux cas, on observe aussi que les tests, très positifs, les témoignages de praticiens et de malades, très favorables et les ayant expérimenté, n’ont absolument pas suffi à diligenter des essais que les organismes publics ont largement les moyens de subventionner (tout comme ils subventionnent souvent des recherches nettement plus controversées pour lesquelles le contribuable aura bien du mal à avoir un retour sur investissement). Pourtant, le bénéfice social et financier qu’on peut attendre de l’éradication des poux et de la disparition de l’alcoolisme ne fait aucun doute, et le coût des traitements, en face, semble bien faible pour hésiter encore.

Mais peu importe. Tout devra prendre du temps, beaucoup de temps. Ce n’est pas comme si les gens ne savaient pas se débrouiller pour contourner le système. Ce n’est pas comme si la Sécurité Sociale manquait d’argent. Ce n’est pas comme si des vies étaient en jeu.

Dormez tranquille. L’État s’occupe aussi de votre santé. Parfois. À l’occasion.

fepalcon 500

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires194

  1. Kazar

    « Ce n’est pas comme si la Sécurité Sociale manquait d’argent. »
    On s’en fiche, parce que le système va bientôt exploser, en commençant par le RSI. De toute façon, il y a belle lurette que les Français ne vivant pas dans les grandes villes ont compris ce que signifie l’expression « désert médical », grâce à l’État qui s’occupe de tout pour nous…

    1. Tribuliste

      S’il n’était que médical… aucune assoce pour prendre en charge efficacement les bobos du quotidien : levers difficiles, escares du bottom, gratoïtes rectales aïgues et autres je m’en foutismes chroniques. C’est dur la solitude, quand personne vous tend la main.

    2. gameover

      Kazar, tu te méfieras… j’ai l’impression qu’au FN ils sont tous du bâtiment ! Je viens d’entendre le maire d’Hayange là, pareil…

  2. Black Mamba

    Ah ! Cette histoire me rappelle la tentative de mon oncle pour éradiquer ces poux avec une bombonne de Baygon….
    Il a failli y passer … enfin l’espèce humaine est coriace :mrgreen:

  3. MadeInCH

    C’est plus rentable de dépenser des sous dans des études prouvant que la théorie de genre, c’est vrai! ça marche! Si si!!!
    .
    Quant au retour sur investissement… Ta gueule, sale facho!

    1. Calvin

      Oui, le sens des priorités est étonnant.
      Sauf que… Quand on sait que pour les écolo – conscientisés, qui tiennent la politique et les médias, l’homme est un virus qu’il faut éradiquer, il y a une logique certaine.

    2. Ano59

      C’est dommage parce que quitte à cramer un peu de fric public, il y a des domaines non rentables en santé qui pourraient être intéressants éthiquement à explorer. Même avec une efficacité à la ramasse ça serait toujours mieux que pour le prochain comité théodule…

      1. Nicolas

        1)Il n’y a pas d’argent public
        2)L’Etat n’en a rien à branler des « domaines non rentables », ça ne rapporte pas de voix (sauf le SIDA, très très super grave pour les homos et les 68hardeurs)

        1. Fll

          A la lecture de ce commentaire, j’ai juste envie de répondre, casse twa, pov’c…
          Franchement, la lecture de ce commentaire est d’une connerie abyssal … Tu as remarqué que les gens qui avaient le SIDA n’etaient quasiment pas remboursé ?
          Tu as le droit de ne pas aimer/apprecier/comprendre les homos, mais de la à sortir une connerie pareil … ca me laisse quasi sans voix…

            1. Fll

              1/ ca, c’est la théorie, dans la réalité, ca ne fonctionne pas comme ca.
              2/ pas dit le contraire. Relis bien. Chacun pense ce qu’il veut.
              Ce que je denonce, c’est le mépris. Sang contaminés, accident, etc … y’a pas que des homos qui ont le sida.
              Je ne comprends pas les gens qui haïssent comme ca. Qu’Est-ce ca peut leur foutre que qq soit homo ? C’est quoi ce mépris ?
              Je confirme, c’est a gerber !!!
              Pétain, liberté quoi, ca va dans le sens des autres aussi. Je milite pour le droit a la difference, l’opposé de l’egaritarisme.

                  1. Nyamba

                    Paix, amour, liberté et fleurs !

                    Ceci était mon message pacifique pour mettre du baume au cœur des gens irrités (contre leur correcteur orthographique qui leur fait dire des mots vraiment pas bisous).

                    Il est possible que l’effet obtenu soit parfaitement inverse à celui souhaité – je sais que lorsque je suis énervée, les gens joyeux qui veulent me contaminer avec leur pouettitude ont tendance à me taper sur le système. Si tel est le cas, j’en ricane d’avance. Sinon, mission accomplie ! Be safe, bisous 😉

      1. Calvin

        Surtout que Diogěne t’expliquerait, s’il était en vie, que le terme cynique, étymologiquement, vient du grec signifiant « chien ».

          1. Quiet Desperation

            Calvin est (parfois) un cuistre, en forme infantile : on tremble à la pensée de ce qu’il risque de devenir, le pire étant qu’il choisisse – je sais pas, moi… – de travailler à la SS… avec un Cerfa MP40 ou MG42, ce serait saignant…

              1. vegeta

                j’aimerais bien savoir comment l’état a réussi à savoir que des gens utiliser des produits vétérinaires sur des humains, sa sent la collaboration nazie des pharmaciens ? des médecins ? des petits fonctionnaires de classe C qui ont entendu ce procéder ? décidément plus rien ne m’étonne dans ce pays

    1. Flo

      Ah non!
      C’est le taureau qui est un homme comme les autres avait dit la princesse Stéphanie en interview.
      Mais vous êtes sans doute trop jeune pour avoir assisté à ce moment inoubliable :-)!

          1. Quiet Desperation

            Hmm… me rappelle une petite histoire… un peu longue :

            Le coude de Spannie qui s’enfonça dans mes côtes me sortit de ma torpeur. Le jour allait se lever, et je commençais vraiment à fatiguer, ma tête se mettant à dodeliner. « By God, I think it’s him… he’s coming for us ! » : je devinai plutôt que j’entendis ces mots, tant Spannie parlait bas, mais je percevais le tremblement de sa voix, son excitation et… oui, sans doute… sa peur…

            J’étais trop épuisé pour ressentir une quelconque frayeur, mais cela me fit tout de même un choc de me rendre compte qu’un type comme lui pouvait être impressionné par un animal…

            Le veld devant nous, à une trentaine de yards, commençait à frissonner comme sous un vent que je savais inexistant. Les branches couvertes de feuilles cirées se soulevaient sous une houle qui avançait dans notre direction. Un sourd grognement, sauvage, dont les basses fréquences se répercutèrent dans mon estomac, me réveilla tout à fait. Le guidon de nuit, relevé, de ma Holland 375 luisait doucement au bout du canon, tandis que mes mains serraient le beau noyer circassien.

            La peur qui émanait de Spannie se mit à me gagner, mais c’était une peur salvatrice, celle qui dispensait dans mes veines la bonne adrénaline, cette drogue intime qui aiguisait le regard, et facilitait la coordination musculaire. Et j’allais avoir besoin de tout ça…


            Quand Spannie m’avait envoyé son E-mail pour me demander si, éventuellement, je serais intéressé par un « gibier vraiment exceptionnel », je me morfondais, depuis un mois que la chasse était ouverte en Auxois, poursuivi par un guignon absolument indéfectible…. envers moi… et moi seul…

            Cette malveine était collante comme la tunique de Nessus, et impossible de m’en défaire : les chefs de ligne avaient beau me placer aux postes les plus favorables, sur les coulées immémoriales, là où d’innombrables générations de sangliers avaient trouvé leurs voies favorites. Rien, mais rien : les sanlés sortaient systématiquement à ma gauche ou à ma droite, mais jamais sur moi, tandis que mes voisins vous faisaient de ces doublés d’anthologie qui les rendaient stupidement fiers d’eux-mêmes, et bassement euphoriques.

            Et je me rongeais les poings, dimanche après dimanche, en déchargeant ma carabine par le dessus… rentrant au rendez-vous, d’humeur sombre, en ayant, comble de malheur, à supporter avec un sourire contraint les compte-rendus des tirs heureux, dont certains ne vous faisaient pas grâce du plus petit détail. En ai-je entendu des « il est sorti comme une bombe, mais j’étais prêt, et je te l’ai séché à trente mètres d’une seule balle au rembûcher ! » ou des « j’ai laissé passer la meneuse, et les trois rouquins qui suivaient, mon vieux, ils sont morts à la file, alignés comme à la parade »… Rien de douloureux comme les triomphes des autres… on peut en devenir César, ou dépressif…. j’étais pompé…

            Alors, le courriel de Spannie tombait au bon moment pour me redonner le moral. Et ce « gibier exceptionnel » sur lequel il n’avait voulu donner aucun détail ne pouvait qu’exciter en moi une envie irrésistible. L’Afrique…. J’avais donc cassé ce qui restait pitoyablement de ma tirelire, râclé quelques pauvres fonds de tiroirs, tapé mes frères, mis au mont-de-piété, sans qu’elle ne s’en aperçoive, quelques bijoux de ma femme, et finalement j’avais pu m’envoler…

            De retrouver sous mes fesses les banquettes du vieux Kombi 4×4, j’oubliais l’Europe, la Crise, et comme m’avait dit, un jour récent, l’aînée de mes petites-filles : « je ne veux pas devenir adulte, il y a trop de responsabilités, et puis, n’est-ce pas, les niches fiscales… ».

            Je ne sais trop ce qu’elle entendait, à onze ans, par « et puis, les niches fiscales » mais le fisc m’avait coûté assez cher ces années passées : en ne travaillant pas, je contribuais à affamer le Moloch…. Que les chasseurs heureux d’Europe le nourrissent, moi, je serais avec Spannie et Izak, le pisteur bushman….

            Arrivés à la ferme, Zelda nous accueillit avec le repas gargantuesque de tradition, et, tout en faisant honneur au ragoût de wildebeest, je me mis à interroger Spannie sur le fameux « gibier exceptionnel ». Je sentais une réticence chez lui, non plus pour m’appâter, mais, maintenant, plutôt comme une sorte de crainte révérentielle : je percevais une gêne, que je m’expliquais difficilement.

            Mon exact contemporain à quelques mois près, c’était un garçon essentiellement positif, pas le genre porté à l’angoisse existentaliste, aux questionnements profonds sur l’être et le néant, au nombrilisme en un mot. C’était un fermier, un vrai Boer, qui travaillait dur, et, sûr de son bon droit calviniste, ne craignait pas de marcher dans la Vallée de l’Ombre de la Mort. Alors ?

            Alors ? il se mit à me raconter que, quelques mois plus tôt, il s’était porté acquéreur, pas très loin de chez lui, d’une ferme tombée à l’abandon en suite du décès sans héritiers de son propriétaire, le vieux Dr Moreau (encore un de ces antiques noms français que l’on trouve là-bas). Moreau était un original qui ne frayait pas avec ses voisins, se contentant de les saluer courtoisement lorsqu’il les rencontrait à Hochfeld, en faisant ses provisions mensuelles.

            Poli, mais distant, il n’encourageait pas la familiarité, et vivait replié sur sa ferme, entourée de clôtures électrifiées, comme au temps de la Guérilla. Ses Noirs se tenaient sur leur quant-à-soi, et ne voisinaient pas avec les ouvriers des autres fermes. Tous étaient célibataires, comme Moreau lui-même, et on souriait discrètement quand on remarquait une fois par mois, la visite d’un minibus contenant quelques dames, un peu voyantes, de la ville….

            Après le décès de Moreau, fort âgé, ses noirs s’étaient dispersés sans chercher à s’installer dans la région, et, sur succession vacante, la ferme avait été vendue aux enchères. Spannie l’avait achetée parce qu’elle formait naturellement une unité avec la sienne, et l’étrange réputation de Moreau avait dissuadé d’autres acquéreurs.

            Ayant pris possession de la propriété, il l’avait trouvée, comme il s’y attendait, dans un état de délabrement avancé quant aux bâtiments d’habitation, sauf pour ce qui semblait avoir été une sorte de local scientifique, mais sciemment dévasté intérieurement, sans doute par les Noirs avant leur départ.
            La chose étant sans importance à ses yeux, puisqu’il n’entendait pas y habiter, il ne s’en était pas préoccupé, s’attachant surtout aux terres agricoles, elles aussi à l’abandon, et qui allaient nécessiter quelques années de remise en état.

            Le bush y était redevenu aussi sauvage qu’avant la colonisation, il n’y avait aucune des clôtures intérieures habituelles, et les seules pistes étaient celles laissées par les animaux sauvages, Moreau n’ayant jamais eu de bovins.
            Certaines pistes, durement damées dans la terre rouge, paraissaient toutefois d’une largeur fort inhabituelle : se pouvait-il qu’il soit demeuré en ces lieux une sorte d’isolat de rhinos ? La chose était improbable, mais après tout, personne n’avait visité ces terres depuis 40 ou 50 ans…. Les noirs étaient muets, et Moreau ne parlait jamais de ses affaires et de ses occupations.

            Quand Spannie avait amené ses Noirs sur l’ancien domaine Moreau pour commencer à y tracer les lignes des blocks, il avait remarqué comme une inquiétude chez eux, même chez Izak, pourtant garçon d’une certaine trempe. Et les Noirs étaient heureux, le soir, de quitter le domaine, même s’ils étaient assez fiers pour ne pas paraître avoir peur devant leur patron blanc.

            Spannie commençait lui-même à ressentir une sorte de mal-être lorsqu’il travaillait sur son nouveau domaine, se sentant parfois observé, même s’il n’avait jamais pu apercevoir quiconque susceptible de lui donner ce sentiment : le fantôme du vieux Moreau hantait-il les lieux ? même en pleine journée ?

            Spannie avait entrepris, en vue de pallier la sécheresse hivernale, de créer, pour ses bovins et en sus des classiques éoliennes, une retenue d’eau. Il tirait avantage de ce que, sur le haut plateau, le domaine Moreau était juste suffisamment déclive pour faciliter les travaux d’une digue, exécutés à l’aide de sa pelle mécanique, amenée sur place. Ce n’était qu’une petite pelle, genre Bobcat, mais sur roues pneumatiques.

            Le lendemain, lorsqu’il revint reprendre le travail, il trouva la pelle renversée, les quatre roues percées à l’aide d’un instrument pointu… la terre était remuée alentour, la digue commencée à peu près éventrée… Il aurait pu croire que c’était un de ces sabotages le ramenant trente années en arrière, n’étaient les traces indistinctes de sabots dans la terre pulvérulente…

            Quand Izak examina les traces, il secoua la tête pour masquer son incompréhension, puis cracha au sol. Spannie ne l’avait jamais vu faire cela auparavant, depuis vingt ans qu’il connaissait le Bushman. Les parents d’Izak étaient venus s’embaucher quand il avait une dizaine d’années, et comme il était tenu à l’écart par les autres jeunes noirs à cause de sa couleur ethnique tirant sur le jaune orangé, il s’était attaché fortement au Boer, le tenant sans doute pour une sorte d’oncle ou de grand frère, d’une autre teinte plus claire.

            La fraternité bushman existait alentour, même si la famille d’Izak se limitait maintenant à sa vieille mère devenue veuve, et qui restait à la ferme, par charité. Les autres bushmen de la région se retrouvaient les week-ends et tenaient à intervalles irréguliers des sortes de congrès dans le veld dont on savait peu de chose, tant par manque d’intérêt pour ces gens assez méprisés, qu’en raison de l’extrême discrétion qu’ils manifestaient autour de leur vie évidemment religieuse en ces occasions.

            Izak avait fréquenté l’école d’Hochfeld, et parlait aussi bien le néerlandais que l’anglais, mais sa langue maternelle était à peu près incompréhensible, même à Spannie. Il était également chrétien, officiellement, mais savoir ce que pense et à quoi croit un bushman ?

            En tous cas, cracher au sol, personne ne l’avait jamais vu faire, la chose étant au demeurant quasiment inconnue chez les Noirs en général. Spannie se demandait si ce n’était pas une manifestation de dégoût irrépressible, qui équivalait à une perte de face chez Izak, lequel se refusait à toute explication, se contentant de hausser les épaules pour tout commentaire…

            Et quand Spannie lui demandait quel genre d’animal avait pu causer ces dommages à la pelle, et laisser ces grosses traces, Izak le considérait sans répondre, avant de détouner le regard. C’était pourtant un exceptionnel pisteur, qui semblait généralement posséder un ou deux sens de plus que les autres, et connaissait toute la faune de la région et même d’autres plus lointaines…

            Sans roues de remplacement pour sa pelle, Spannie laissa ses ouvriers reprendre les travaux sur les pistes des futurs blocks, sans paraître voir leurs signes d’inquiétude à l’idée de se retrouver seuls, tandis qu’il se dirigeait vers les bâtiments Moreau pour essayer de comprendre ce qui se passait dans ce bizarre domaine.

            Dans la petite maison que Moreau habitait, rien de mobilier n’avait de valeur, et tout était encore en place, notamment une importante bibliothèque, scientifique et même religieuse, cette dernière n’étant pas rare en ce pays protestant où les études bibliques sont la base de la vie sociale. Spannie remarqua une chronique en haut allemand de Otton de Freising, des ouvrages sur Gabala, les Croisades, des biographies d’empereurs byzantins, tous noms inconnus de lui. Des livres, aussi, sur les Bushmen et l’Ethiopie, où Moreau passa, sembla-t-il, une partie de sa jeunesse…

            Dans la partie scientifique, qui lui parlait davantage, il trouva l’ex-libris de Moreau, découvrant ainsi ses prénoms qu’il ne connaissait que par leurs initiales JP : John Prester. C’étaient essentiellement des ouvrages sur la génétique, la sélection des espèces, la faune sauvage. Et dans un cahier manuscrit, Spannie découvrit les notes prises par Moreau pendant les décennies où il demeura dans cette ferme… des expériences sur les animaux sauvages…

            Alors Spannie comprit…

            Il m’avait raconté cela, avant que nous ne partions, mais j’avais beaucoup de mal à le croire…et pourtant…. la masse monstrueuse qui commençait à se découper dans le petit jour, se dirigeant droit vers nous… ces gigantesques verrues sombres, les énormes défenses… les yeux que je devinais méchants… un phacochère de 600 kg !

            Sans même que j’en aie eu conscience, le guidon en ivoire blanc se posa au centre de la tête de l’animal, et je pressai la détente. Sans attendre le résultat, ma main droite avait actionné la culasse, une autre blindée était passée dans la chambre, et aussitôt partie dans la même direction, puis une troisième…

            La main de Spannie sur mon bras arrêta mon dernier tir : l’animal était à terre, se roulant dans les convulsions de l’agonie. C’était, selon Spannie, le dernier survivant des expériences de Moreau. L’Auxois était bien loin…. tandis que le soleil africain montait dans le ciel impitoyablement bleu….

  4. Le Gnôme

    Jenner aurait fini au gnouf, tenter la vaccination direstement sur les humains, ça ne se fait pas, c’est criminel. On a pas le droit de sauver des gens sans le Cerfa adéquat.

  5. pouf pouf

    Etre artiste et ne pas avoir au moins un assistant, c’est comme l’absence de rolex au poignet, ça devrait être interdit. Quand on pense que l’immensément talentueux jean-françois con, qui peut défigurer ce qu’il veut de bâtiments publics dans notre pays sans que cela ne pose autant de problèmes qu’un nourrisson entre les animaux de la ferme réunis dans l’étonnement, en avait un avant même d’être vendu. Regardez par exemple la mode des petits objets en très gros, ou des mous en matériaux dur, on va bientôt revenir à l’orchestre de grenouilles ou de rats taxidermisés mais avec des chinois à l’échelle un, enfin zéro virgule quatre-vingt treize quelque chose, vous croyez qu’on peut faire ça tout seul ? L’administration nosocomiale française aux petites heures perdues en train de récupérer les organes des condamnés d’assise près de la voie mazas, enfin un truc avec de la gueule, du travail d’équipe tendue ensemble vers un but unique et commun, on ne peut rien faire sans un soutien public indéfectible ; on interdit bizarrement des expositions photographiques d’un larry clark voyeur au bon goût pourtant éprouvé, éprouvant, raboté, radotant et (salut amical à patricia porasse qui va enfin sortir un nouvel album après son retour raté en duo avec gonzales) prenant avec son appareil d’une main des adolescents en train de se masturber de l’autre, c’est tout de même beaucoup moins choquant que le code civil in piss d’andres serrano, non ?

  6. monte

    L’ivermectine est utilisée depuis de nombreuses années chez l’humain comme antiparasitaire (filariose, anguillulose) : Stromectol® qui est également utilisé pour traiter la gale.

      1. Deres

        C’est pareil pour le paludisme. Il y a une dizaine d’année, ils se sont rendus compte qu’un antibiotique servant à traiter l’acnée était aussi puissant que ceux habituellement utilisé mais qui était vingt fois plus cher … Par contre, quand des versions spécifiques servant contre le paludisme sont sortis, le nombre de cachet par boîte a été divisé par dix et le prix multiplié par dix …

        1. Adolfo Ramirez Jr

          Les effets secondaires du dit médoc sont assez costauds. Sinon, l’avantage est qu’on peut prendre qu’un cacheton par semaine contre un par jour avec d’autres traitements. Voire, comme j’ai fait au bout d’un temps, ne le prendre qu’en cas de suspicion de crise en curatif.
          ça revient 5 fois moins cher, de mémoire.

          1. Deres

            Oui, perso quand on me dit qu’avec ce médicament il ne faut pas trop s’exposer à la lumière, je ne me fait pas cramer sur la plage sans crème solaire … Sinon, la meilleure des protections restent d’éviter de se faire trop piquer …

            1. Adolfo Ramirez Jr

              en Afrique en général il est dur d’éviter le soleil 😀 Mais je parlais surtout des effets secondaires « psychiques » : paranoïa, anxiété et autres…
              Mais bon en 6 mois j’ai été piqué UNE fois.

            2. Black Mamba

              La crème solaire ne protège pas, les indices de protection c’est de l’arnaque … la crème est avant tout un anti inflammatoire …
              Il faut rester à l’ombre 🙁

  7. gameover

    Rappelons à nos aînés quelle est l’utilisation du Viazac, croisement du Viagra et du Prozac et faisant l’objet de la 1ère illustration de cet article :

    Tu bandes plus mais tu t’en fous !
    _____________

    Typo : tout Ce beau monde

  8. PhD

    Bonjour
    Les personnes qui ont utilisé les médicaments vétérinaires ont-elles une idée de la posologie en mg/kg du principe actif qui peut être différente chez l’homme et chez le chien/chat ?
    Sont elles certaines de la non toxicité chez l’homme des excipients utilisés ?
    Perso, je suis véto et je n’aurais jamais fait cela.

    En ce qui concerne les difficultés d’obtention des AMM, que ce soit en pharmacie humaine ou vétérinaire d’ailleurs, la judiciarisation à outrance et la recherche systématique d’un coupable en cas d’accident rendent l’ensemble des acteurs impliqués dans la délivrance de ces AMM extrêmement précautionneux.
    Rien n’empêche à priori le médecin de prescrire du STROMECTOL (ND), ivermectine indiquée pour la gale, si ce n’est la crainte de se voir traîner devant un tribunal si un effet secondaire indésirable survenait.

    1. PhD

      J’ajoute que d’après certains de mes professeurs à l’école véto, il est probable que l’aspirine n’obtiendrait pas d’AMM à l’heure actuelle pour le traitement banal des maux de tête

      1. dede

        « Perso, je suis véto et je n’aurais jamais fait cela »

        Je n’ai pas lu une incitation a donner des remedes de cheval aux enfants.

        « il est probable que l’aspirine n’obtiendrait pas d’AMM à l’heure actuelle pour le traitement banal des maux de tête »

        c’est bien une partie du probleme que denonce H16 il me semble.

      2. Ano59

        Vu la complexité de l’action de l’aspirine et les effets secondaires potentiels, je doute que la molécule eusse survécu aux exigences règlementaires actuelles de mise sur le marché.

        Quant à une commercialisation OTC, n’en parlons même pas.

    2. « Rien n’empêche à priori le médecin de prescrire »

      C’est ce que certains font. Et pour le moment (voir les articles en lien), il n’y a eu aucun problème. Du reste, l’ivermectine est utilisée contre les poux dans d’autres pays. Le Français n’est pas un humain comme un autre, semble-t-il.

      1. Vodkaman

        Le français, en bon parasite risquerait d’y passer aussi, c’est pour cela que ce médoc n’a pas d’AMM.
        Quant au Baclofène, si les gens arrêtent de picoler, ils vont retrouver leur lucidité et prendre les armes.
        CQFD

    3. Ano59

      Le médecin français reste globalement un salaud de rebelle vis-à-vis des AMM quand il tient compte du bon sens ; si on devait dénombrer toutes les prescriptions hors AMM en France… :mrgreen:

  9. Tribuliste

    Roselyne Bachelot a-t-elle été consultée au préalable? Visiblement son réseau n’a pas été « informé » en bonne et « due » forme pour faciliter la mise en normes de ce juteux marché. C’est chose faite, l’état et les sympathisants vont prendre leur pourcentage, on fonce !

  10. gameover

    Je serais curieux de connaître les différences dans les normes de mise sur le marché entre la france et la FDA (Food and Drug Administration) des US.

    Il semble que la FDA est beaucoup plus prompte à retirer des médicaments du marché quand il y a des complications… et bien souvent on fait la même chose 5 ans après.

    Il semble aussi que l’on ne veuille pas s’aligner sur la FDA car quand la FDA retoque des médicaments étrangers on l’accuse souvent de protectionnisme… je ne sais pas si c’est prouvé c-a-d existe-t-il des médicaments retoqués outre-atlantique qui soient des grands succès de ce coté-ci.

    Cela repose encore la question sur la gestion des implants mammaires PIP :
    « Don’t panic about breast implants, says France as it’s revealed U.S. warned manufacturer 10 YEARS before scandal broke »

    Read more: http://www.dailymail.co.uk/health/article-2079044/US-warned-French-breast-implant-maker-PIP-10-YEARS-silicone-scandal.html#ixzz3MKd22GSN

    1. Epicier vénéneux

      Extrêmement peu de différence entre USA, Europe et Japon pour ce qui concerne les mises sur le marché. Ils écrivent les guidelines (International Conference on Harmonisation, ICH) pour ainsi dire ensemble. Pour un spécialiste des affaires réglementaires, c’est un groupe homogène.

      Pour ce qui est des retraits, la pharmacovigilance se fait au niveau national, selon des règles plus ou moins communes et des systèmes d’analyse statistique parfois différents selon les pays. Ca explique la majorité des différences.

      Souvenez-vous du Mediator, dont les effets secondaires graves ont été rapportés aux USA en premier. Plus proche de nous, le retrait des médicaments à base de dextropropoxyphène (type Di-Antalvic) retirés au niveau européen pour leur mésusage en Grande-Bretagne et non détecté en France, ici car le conditionnement du médicament en France ne contenait pas suffisamment de gélules pour que quelqu’un puisse vraiment se faire du mal avec (surdosages, suicides, etc).

  11. jeff

    Et meme si un mec a décidé de se foutre un produit pas adapté à la race humaine, c’est son choix, non ? Faut juste pas qu’il vienne pleurer, c’est tout.

    1. Ano59

      Non. Il faaaaaut un responsable*. A tout prix. Quitte à déclencher une enquête hors de prix pour trouver toute personne ayant un quelconque rapport avec le problème.

      * Ce responsable peut être n’importe qui à l’exception du véritable responsable

      1. Deres

        Responsable mais pas coupable en cas de problème ! Fabulous Fabius (TM). Oui, le même qui gère notre politique extérieure, a participé au lancement d’une guerre civile avec 200 000 morts en Syrie, une autre en Ukraine avec 5 000 morts et aimerait bien déclencher la troisième guerre mondiale avec la Russie par ce qu’il trouve que Poutine n’est pas un bon camarade (et en plus il n’a pas fait l’ENA et n’est pas membre d’un American Fundation, c’est tout dire !)

        1. Quiet Desperation

          Voui, voui… mais BHL n’a pas fait l’ENA davantage, et il fait tout ce qu’il peut avec ses petits bras et son allure décontractée pour lancer d’autres conflits bien saignants… L’ENA, c’est pas tout, n’est-ce pas ? On peut parfaitement être un fauteur de guerre, sans en sortir obligatoirement !

    2. Ano59

      Ca me rappelle d’ailleurs une polémique d’il y a quelques années sur la nocivité potentielle de la bouffe pour animaux en cas d’ingestion par un humain.

      Les fabricants avaient fait pas mal d’efforts pour rendre cette nourriture comestible pour l’homme, car certains maîtres avaient la fâcheuse tendance d’engloutir la pitance de Médor et pourraient ensuite se retourner contre le vendeur…

      1. Val

        @Ano59 , oula il faut avoir une faim bien tenace pour manger de l nourriture pour chien …. d’ailleurs mon chien (qui surveille mes dires) est scandalisé .

  12. Mifn

    Peut être n’y a-t-il pas de CERFA correspondant au baclofène et à l’ivermectine???Allez savoir et puis inciter les parents à utiliser des produits vétérinaires (efficaces) sur leurs enfants mignons quelle idée!!
    Après la théorie du genre à quand un permis pour avoir des ptiots??

  13. Ano59

    Intéressant pour l’invermectine. N’étant pas très au fait de la médecine vétérinaire, j’ignorais totalement que la molécule servait à l’éradication des poux.

    L’avantage chez le gosse c’est la facilité d’utilisation par rapport au traitement local classique, donc plus de chances de bonne observance, donc de meilleurs résultats. Après il faut voir si le pou ne va pas finir par s’adapter.

    Concernant les utilisations « détournées » de produits du commerce, il existe des astuces pas très connues pour éviter de payer un bras des produits labellisés, multi-testés et règlementés en pharmacie, genre le Baygon tout con de grande surface qui permet de désinfester une literie (contexte de gale) à moindre frais.

  14. Kloupa

    On retient aussi de ces dysfonctionnements, qu’il suffit de déposer un « beau » dossier, conforme aux Cerfas et tout le toutim, même bidonné, et d’avoir quelques experts à sa solde dans le comité d’AMM, pour obtenir cet agrément. N’est-ce pas feu Monsieur Fournier? Il a fallu atteindre que des médecins praticiens constatent les décès ou les séquelles graves de nombreux patients soignés par le médicament, pour que les services de l’état fasse quelque chose…

  15. Nyamba

    « Si une autorisation de mise sur le marché avait été demandée à Pasteur en son temps, nous aurions encore à souffrir de la rage actuellement.
    Mais oui mais Pasteur, le principe de précaution, il n’en avait rien à faire, l’inconscient !
    Accessoirement, la rage, je l’ai tous les jours. Une souche pas mortelle, qui ne fait pas baver de façon incontrôlée, mais c’est de la rage quand même. Je crois qu’on est quelques uns, dans ce cas 🙂

        1. MadeInCH

          Trop gros, trop cher.
          C’est comme utiliser du 155 à bout portant lorsque de la 12.7×99 serait suffisant.

          Dans bien des cas, de la .22Lr , ce’st largement suffisant. Si un peu plus loin, de la .308. Et du vraiment plus loin, alors de la .408 CheyTac, qui est malhereusement plus rare.
          .
          Oui, je sais que la .50BMG c’est de la 12.7×99.

  16. hop hup

    Marisol Touraine demande l’interdiction de l’e-cigarette au cannabis
    La ministre de la santé Marisol Touraine a annoncé, mardi 16 décembre sur RTL, qu’elle allait saisir la justice pour faire interdire une cigarette électronique au cannabis, dont la commercialisation avait été annoncée quelques heures plus tôt à Paris.
    « Je suis opposée à ce qu’un tel produit puisse être commercialisé en France », parce que « cela constitue une incitation à la consommation de cannabis » qui est « potentiellement répréhensible par la loi », a-t-elle déclaré, précisant qu’elle avait « l’intention de saisir le juge » pour interdire sa commercialisation.

    sa aussi ça pourra faire l’objet d’un billet pour h16

    1. Ano59

      Elle parle de la variété thérapeutique sans THC en développement ? Quelle connerie cette réaction…

      A la rigueur si on veut respecter toutes les procédures légales on pourrait imposer à ce produit un parcours similaire à la commercialisation d’un médoc’. Mais comparer ça au cannabis récréatif…rien à voir.

    2. Nemrod

      Vaudrait mieux qu’elle se ménage car elle va avoir besoin de toutes ses forces.
      Dans mon secteur, les médecins libéraux seront en grève pendant les fêtes et pourtant ce sont des « piliers » qui privilégient leur boulot au détriment du reste.
      Pas bon signe que des acteurs aussi importants débrayent…pou MST.
      Au fait  » who is J Galt « ?

    3. Tactac29

      Solaine Maritour, est contre l’e-cigarette au cannabis, c’est bien, mais le tink-tank socialo intelligent veut diminuer l’endettement en commercialisant le hashkik (Coluche) dans les bureaux de tabac . Les rentrées de fric-frank seraient faramineuses, de quoi changer le scooter d’un dragueur casqué de la rue du cirque. Et un sacré paquet de croissants pour toutes ses conquêtes de quequette. La santé n’a rien à voir lad’dans! Question subsidiaire: Le médicament Placebo, a t’il une AMM? Si non, est il dangereux ?

    1. Val

      Oui et en France il faut vacciner medor tous les ans contre la rage , en Belgique c’est tous les 2 ans et aux UK (pourtant tres regardants sur ce point ) 3 ans … merci la France ! Manifestement le lobby des vétos est en pleine forme …

      1. hugeus

        C’est plutôt le lobby des industriels de la pharmacie qui est en forme, Val. Si tu savais le nombre de vétos qui ne conseillent plus la vaccination contre la rage…

          1. Val

            @yann Hugeus : merci pour la rectification , en tant qu' »utilisateur » si je puis dire , on sait qu’il y a un problème mais difficile de déterminer quelle est la cause ..

            1. Nyamba

              Aaaah, la cause de tous les problèmes…

              Pour les gentils, c’est les méchants, donc…
              – pour les socialos de gauche, c’est les riches ;
              – pour les socialos de droite, c’est les immigrés (pauvres ?) ;
              – pour les cocos, c’est la finance apatride et l’individualisme forcené ;
              – pour les bobos pastèques, c’est l’être humain ;
              – pour moi, c’est l’Etat omniprésent et omniimpotent (mais, contrairement aux autres, j’admets pouvoir me tromper).

              Je caricature ? Meeeuhnon, à peine :mrgreen: !

        1. Jeanpierre

          Le lobby des industriels est peut être en forme, mais celui des vétos aussi. Je pratique une thérapie manuelle (l’étiopathie), non reconnue par la sécurité sociale. Il existe une branche de cette pratique dans le domaine animal. Les praticiens formés dans cette branche traitent les chevaux (les propriétaires de chevaux que j’ai rencontré connaissent très souvent l’étiopathie d’ailleurs), les chiens, et même les vaches. Il y a cinq ans donc, les éleveurs ont obtenu de l’état de vacciner eux mêmes leurs bêtes. Plus besoin de passer par un véto. Ces derniers ont donc obtenu de l’état en retour que l’étiopathie dans le domaine animal soit purement et simplement interdite. Si vous trouvez que ça ressemble à du corporatisme, que ça a la couleur du capitalisme de connivence et l’odeur d’une tentative de monopole, rassurez vous, vos sens ne vous trompes pas!

    1. Deres

      Très fort aussi ce matin ! Flamby se réjouit de la croissance française, mais uniquement de celle prévue dans une étude circonstancielle de L’INSEE pour l’année prochaine … Parce que de la vrai croissance réelle, on n’en a pas vu le début de la queue cette année !

      1. Deres

        Dans atlantico, ils rapellent qu’il y a un an tout juste l’INSEE prévoyait 1.4% pour 2014 alors qu’on a fait 0.4% au final. Donc avec une prévision de 0.7%, on peut facilement faire -0.3% !!!

    2. Nicolas

      Eric Le Boucher, le mec qui est à fond pour toutes les conneries socialo-démago-bobos ?

      Il y a des gens, ce ne sont plus des simplets, ce sont purement et simplement des traitres..

  17. vigneron

    moins hasardeux que l ivermectine, le fipronil en pulverisation est totalement inoffensif (sauf allergie de contact…mais ça c est pareil pour tous les medocs) sur l’humain! C’est tellement safe qu on l ‘utlise sur les chatons de 2 semaines…

    Les seuls cas d intox ,que j ai vu, etaient dus au fait que le chien avait léché le produit a pulvériser….excipient alcoolique…bref il etait rond comme une queue de pelle! Je l’ai mis en cage de dégrisement 🙂

    Fipronil en pulverisation…plus de poux en 1 pulverisation…mais c est sur ca fait moins vendre que les tonnes de daubes que les pharmaciens vendent..mais inefficace avec AMM SVP 🙂

    le véto anti poux!

    1. Nemrod

      Y avait plein de produits insecticides efficaces mais ce sont les patients eux même qui n’en voulaient plus car pas assez « bio », trop « dangereux », « polluants »…alors maintenant y a plus que des daubes écolo compatibles.

  18. Patrick

    Dans la même veine il y a le test de dépistage du cancer du colon. Il existe un test immunologique plus efficace que le test actuel (GAIAC) et plus simple à mettre en œuvre. Il a obtenu un avis favorable de la Haute Autorité de Santé en 2008, un rapport favorable de l’Institut national du cancer publié en 2011.
    Le nombre de cancers du colon diagnostiqués en France est de 42000 chaque année et le nouveau test devrait permettre de sauver 3000 vies tous les ans

    Sa généralisation devait intervenir fin décembre 2014 mais il semble qu’il y ait des problèmes administratifs….

    http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-les-francais-prives-d-un-depistage-performant-du-cancer-colorectal-12311.asp?1=1

    1. Ano59

      Certaines mutuelles commencent à effectuer des remboursements sur le test septine9. ‘faut croire que les méchants turbocapitalistes du privés se soucient davantage de la santé de nos congénères que les pouvoirs publics.

  19. pactol

    Un médecin est un vétérinaire ayant l’autorisation pour soigner les êtres humains. A moins que ce soit l’inversé, je ne me rappelle plus …
    In vino veritas !

  20. bob razovski

    mouais…

    Les poux, ça se développe dans les cheveux. Les étatistes font absolument tout pour endiguer les prochaines épidémies :

    Ils font en sorte qu’on s’arrache les cheveux un peu plus chaque jour 😉

    L’état, le meilleur des remèdes ™

  21. lolo

    Pour avoir bossé quelques années dans le milieux du médoc, je peux vous assurer que les mafieux sont des enfants de cœur. Le prix des médicaments sont longuement débattu entre labos (qui bidouillent les études) et les détenteurs du pouvoir de commercialisation (qui aiment bien les retombées).

    Un indice, dès qu’il y a de la pub (DMLA ou cancer de foufoune, par ex) je ne peux pas voir autre chose que de la valisette. Pour la DMLA, le traitement 4 ou 5 fois plus cher que l’autre molécule qui marche pareil mais spa bien, pasque bon… faut prendre la chère elle est mieux, ou encore pire, le vaccin contre le papilloma virus efficace sur moins de 50 % des virus responsables des cancers de l’utérus (d’après les études sans doute bidonnées) dont on parle de les rendre obligatoire a 9 ans (on sait jamais, vu ce qui se passe désormais) a la fâcheuse manie de rendre les filles a l’état de légume avec une incidence supérieure a celle du cancer du col de l’utérus.

    Un simple frotis régulier (haaa, le speculum) dépiste tout risque cancéreux…

    Il y a des tonnes de cas a présenter, les pharmas sont inquiet depuis qu’ils ne font plus une croissance à 2 chiffres

    1. Et la question à 10 milliards : pourquoi ne font-ils pas une croissance à deux chiffres ? Eh bien parce qu’une mise sur le marché, des essais cliniques, ça coûte un bras, mon bon monsieur. Et pourquoi ça coûte un bras ? Eh bien réglementations, agences sanitaires, principe de précaution, assurances, patati patata.

      L’État crée des monstres qu’il regarde se dévorer entre eux.

        1. Deres

          C’est l’idée derrière la dépénalisation du cannabis par Terra Nova. Uniquement si c’est entièrement géré par un monopole publique, dirigé par des hauts-fonctionnaires … On imagine d’avance les coûts de production faramineux plus les taxes en constante augmentation faisant que la vente illégale ne disparaîtrait pas au contraire … Il faudra moins de 10 ans avant que ce monopole publique soit déficitaire et ait besoin de subvention …

    2. Val

      @lolo Pour illustrer votre propos , il y a eu la carrière (eclair) la la pilule miracle Alli pour maigrir(?) , lancement digne du dernier joujou d Apple . Et la pilule miracle trônait décomplexée en tête de gondole comme une inoffensive boîte d bonbons ….

    3. Epicier vénéneux

      Lolo, à vous lire, une seule conclusion à tirer: l’un de nous deux ment quand il dit qu’il bosse ou a « bossé dans le médoc ».

      Ou peut-être avez-vous bossé dans le Médoc ?

      1. Epicier vénéneux

        On pourrait s’appesantir sur le cas Lucentis qui, pour le coup, est l’antithèse de ce que ce billet essaye de dire: la Sécu tord le bras des agences réglementaires pour qu’elles ferment les yeux rapidement et se scotchent les paupières pour que les médecins puissent utiliser un médicament hors du cadre de son AMM.

        Effectivement, quelques études ont montré que l’Avastin et le Lucentis, tous deux commercialisés par le laboratoire Roche, ont des molécules extrêmement proches et une efficacité identique dans le traitement de la Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge (a bobo les rétines). Sauf que l’un (l’Avastin) est indiqué et enregistré pour le traitement de certains cancers solides et coûte en France et de mémoire une trentaine d’euros le flacon, tandis que l’autre (le Lucentis) est indiqué pour la DMLA et pour la rétinopathie diabétique aussi depuis peu il me semble, et coûte entre 800 et 900 euros l’injection.

        Il n’a pas fallu longtemps pour que Sécu et Ministère de la Santé proposent à Roche une procédure exceptionnelle pour étendre rapidement les indications d’Avastin. Ce que Roche s’est empressé de ne pas faire, en leur rappelant le chemin de croix réglementaire que cela impliquerait pour eux. Et aussi, clairement, le manque à gagner !

        Maintenant, nous avons la SS qui incite tacitement les médecins à prescrire hors AMM un anti-cancéreux en ophtalmologie.
        Pendant ce temps, Roche attends patiemment le premier cas de pharmacovigilance remontant un oeil perdu suite à l’utilisation d’Avastin à la place de Lucentis pour se payer un ministre devant la Cour de Justice de la République.

        1. « Ce que Roche s’est empressé de ne pas faire, en leur rappelant le chemin de croix réglementaire que cela impliquerait pour eux. »

          Ce qui est bien exactement ce que le billet tente de dire. En outre, d’où proviendrait le manque à gagner ? De cet écart entre une autorisation et une autre. Dans tous les cas, on est devant des barrières (administratives) à l’entrée d’un marché, barrières qui ne sont pas les mêmes pour tous, et qui introduisent des trouzaines de biais de marché.

        1. Epicier vénéneux

          Je regrette déjà cette invective… car je savais qu’il faudrait que je me justifie et je n’ai rien contre vous a priori. Je ne le ferai pas, c’est dimanche et bientôt Noël. Pourrez-vous jamais me pardonner…
          Tout au plus, puis-je vous inviter à reconsidérer vos propos et à vérifier sérieusement vos sources en HEOR comme en épidémiologie.

          Je cite le cas de Lucentis pour montrer que les structures étatiques mettent certes des bâtons dans les roues des labos, mais qu’elles sont aussi les premières à vouloir les retirer quand les bâtons en question finissent par les tabasser. Vous et moi ne sommes a priori pas d’accord ni sur les raisons, ni sur les suites à donner à cette affaire. Mon propos ne va pas dans votre sens, en tout cas ce n’est pas le message que je souhaitais faire passer.

          Bien à vous.

          1. lolo

            Même en dehors de cette période festive, votre demande de pardon suffisait pour l’obtenir 😀

            Pour Lucentis, vous même êtes conscient qu’il a fallu que certains journaux s’offusquent de la gabegie pour que l’état commence a se demander si il n’y aurait pas comme un malaise, ça fait bien 6 mois, mais ça n’a pas vraiment bougé…

            En ce qui concerne l’épidémio et les rapports bénéfice risque, trouvez l’incidence du cancer du col de l’utérus… Et franchement vacciner toutes les fillettes de 9 ans avec un vaccin censé protéger de moins de la moitié des papilloma virus est une connerie, la nature ayant horreur du vide ont crée de toute manière un déséquilibre.

            Quand on voit l’état de certaines jeunes filles qui sont désormais foutue, et il y en a beaucoup, alors que le frottis est sans faille, ce ne peut être qu’une question de pognon.

            Une vaste fumisterie comme celle du vaccin contre le tetanos, alors que l’on sait que cette infection est impossible à contrer par le vaccin du fait de la nature de ce bacille.

            1. Black Mamba

              « Même en dehors de cette période festive, votre demande de pardon suffisait pour l’obtenir  »
              + 1 😆 Paix aux hommes de bonnes volontés !!!

            2. Epicier vénéneux

              Mais c’est là où nos propos diffèrent. Je ne vois aucun problème à la situation du Lucentis. La loi protège les patients en obligeant les labos à conduire des essais cliniques, et c’est normal. La loi protège aussi la propriété intellectuelle des labos, en empêchant n’importe qui de faire ce qu’il veut et en protégeant ainsi l’investissement initial en recherche.
              Ensuite, une distinction est à faire: un contournement de la loi dans un cadre réglementaire défini pour pallier le manque de Lucentis ou d’équivalent thérapeutique est légitime, grâce à des véhicules réglementaires qui existent et qui sont acceptées par Roche, qui utilise ces procédures par ailleurs pour étendre les indications de ses médicaments. En revanche, un contournement de la loi avec pour seul but de spolier le laboratoire de l’usufruit de sa propriété intellectuelle est hautement discutable.
              Que le législateur soit celui qui cherche à contourner la loi, c’est rigolo.
              C’est le même législateur qui est sur le point de criminaliser l’optimisation fiscale!

              Pour hPV, il y a très peu à débattre. La procédure de vaccination, avec toutes ses réussites, tous ses ratés, et ses drames fantasmés (je vous rappelle qu’aucune étude publiée n’a fait le lien entre le vaccin de Sanofi et les cas que vous évoquez), est toujours plus efficiente médicalement et économiquement que faire un frottis annuel à toute la population féminine d’un pays.

              Et le frottis n’est pas sans faille… aucune méthode de prélèvement n’est parfaite, aucune méthode de détection non plus, et quant à l’interprétation des résultats, laissez-moi rire.

              N’oubliez pas que les médicaments sont des armes relatives, pas absolues.

                1. Epicier vénéneux

                  Effectivement, ça envoie du pâté.

                  Toutes ces années d’étude, toute cette expérience de terrain à foutre à la poubelle grâce à votre lien vers « Sylvie Simon Révélations »…

                  Je pars mourir, maintenant.

  22. NicolasPimprenelle

    Votre histoire me rappelle vaguement l’aventure française NICOX et son PDG, Michele Garuffi, qui sont aller après des années d’études cliniques demander à la FDA une AMM pour son médicament phare, le Naproxcinod.
    J’y avais cru, à l’époque, à mon détriment …
    Pourtant j’ai toujours été convaincu que cette molécule était très efficace pour les patients atteints de l’arthrose du genoux.
    Mais peut-etre qu’encore une fois une petite biotech française s’est trouvée sur le chemin d’un géant américain : le pot de terre ne concurrence pas le pot de fer …

  23. Kekoresin

    Youhouyoupiiiiii, je reviens tout juste de l’hôpital public où j’ai pu constater notre administration en ordre de marche. 4 blouses blanches par patient et des hordes de personnels d’entretien qui errent dans les vastes couloirs à la recherche de leurs chariots à chiffons propres. Les tarifs sont affichés au dos de la porte: 1000 euros la journée en tarif de base par souffreteux (hors soins). Ca fait cher la piaule et les barquettes de bouffe qui pour le coup n’ont pas reçu d’AMM ni de MIAM. « Ce qui ne te tue pas te rend plus fort » – pas forcément mon cher Nietzsche! « Ca a un drôle de goût votre affaire! – Ca doit être la chimio, ça dénature un peu l’environnement buccal… – Mais j’ai pas le cancer! – Ho mer… »

    Des piles de papelards tamponnés mollement par des fonctionnaires aux yeux jaunis par l’ennui et des soignants qui se déplacent moins vite que les malades. Bref, un microcosme fascinant de fourmis désoeuvrées qui circulent sans ordre apparent. « Et puis mon cher Kéko, ça serait bien de voir le grand professeur Mengele, lui seul a la réponse à votre problème. Bon, c’est 14 mois pour voir Josef ou 3 jours si tu payes 900 boules de glissement d’honoraires – Mais c’est une médecine à 2 vitesses ça? – Ouais mais l’Audi R8 en fibre de carbone du doc en a 6, alors hein bon, j’vous programme pour quelle date? T’es à quelle banque? Oui on prend la Gold ou la Platinium! Un p’tit café? What else?

    Pour les médocs c’est Noël avant l’heure, avec assez de gellules de toutes les couleurs pour décorer tous les sapins de la planète! Et puis, en parallèle, il y a un service de désintox à la Morphine et autres hypnotiques prescrits abondamment un étage plus haut!

  24. Deres

    Si vous ne suivez pas les informations militaires françaises, les infos actuelles sont :
    – on va probablement vendre une frégate à l’Egypte et elle sera prise sur la commande française. On se demande même si ce ne sera pas la frégate qui va être mise en service dans les mois prochains sur laquelle il faudrait démonter des équipements sensibles … On va donc continuer à se servir de nos vieux tromblons qui ont parfois 40 ans et demande deux fois plus d’équipage un peu plus longtemps.
    – la signature (enfin) de la vente de Rafale en Inde commencerait par la livraison de 28 exemplaires assemblées en France, prise là aussi sur les commandes de notre armée. Comme la chaîne d’assemblage en fabrique 11 par an , cela signifie que notre pays ne recevrait plus d’avion de chasse d’ici la fin du quinquennat … Si la commande du Qatar se concrétisait, on n’achèterait plus rien probablement d’ici 2020 …

      1. vegeta

        gâcher des millions pour que deux rafales survolent en irak tire un missiles sur 3 barbus, qui seront de toute façon mort dans quelques heures, sa c’est du pur gaspillage d’argent mais bon la presse voulaient une belle vidéo d’avion de guerre …

        1. Deres

          La côte de popularité de Flamby a besoin de le voir prendre des décisions fermes de chefs d’Etat. Conclusion, on est impliqué dans tous les conflits en cours … Et pour éponger les frais de ecs déploiements, on ne renouvelle pas les équipements que justement on use plus vite …

          1. vegeta

            concrètement la france et l’armée française sont à la solde de pays douteux comme le qatar ou l’arabie saoudite et parfois de pour le profit de quelques grands groupes français (capitalisme de connivence)

    1. petit-chat

      Ils fabriquent, ils font payer, et…ils ne livrent pas. A cause d’un incident de frontière entre l’Ukraine et l’Inde, par exemple… Pas besoin d’un DEA Duflotesque pour comprendre ça !

      1. Calvin

        Pour l’Inde, on peut évoquer le problème des castes qui ne sont pas vivrensemble-compatibles, ainsi que l’omniprésence de la religion hindoue pas très laïque.
        On a quand même des valeurs !
        Ca passe avant l’économie.

    2. Aristarque

      Un mauvais esprit, Deres, pourrait déduire de cet empressement à livrer du matériel pris sur les dotations grançaises prêtes à la livraison, qu’ il présente l’ avantage d’être payable au CDC, ce qui est toujours apprécié par un impécunieux dealer, non ???

  25. Cyril45

    Savez-vous comment s’appelle celui qui tue son beau-frère ? Un insecticide parce qu’il tue l’époux de sa sœur !
    Désolé, je n’ai pas pu m’empêcher de la sortir.

  26. dg

    Juste un truc pour ponderer l’usage de l’ivermectine et preciser les choses. Oui il a été publie que ca marchait tres bien dans des gales et des pediculoses etendues, notamment chez les immunodeprimes. Dans le NEJM, le plus gros canard de medecine. C est un bon antiparasitaire a large spectre qu on utilise pas mal en medecine humaine dans certaines indications.
    Maintenant l’ivermectine peut exceptionnellement donner des troubles du rythme mortels. Si on se met a traiter des millions de gamins qui ont des poux avec, il risque statistiquement d y avoir quelques morts. Ok le risque est assez faible mais comme toujours eńmedecine, il faut évaluer le benefice risque. Pour une maladie aussi benigne que les poux, ca demande reflexion

  27. dg

    Concernant les études cliniques, les réglementations sont très complexes et strictes (notamment dans le but de protéger les patients et ne pas passer à côté d’effets secondaires en particulier quand ce sont de nouvelles molécules) La mise en place d’études coute donc extrêmement cher. Ce n’est pas le cas qu’en France, c’est pareil partout. L’EMEA, la FDA imposent des règles de plus en plus drastiques, qui finissent parfois par en devenir presque contre productives.
    La conséquence est que certains essais sont hyper lourds à gérer pour les médecins qui suivent les patients. Egalement que certaines molécules risquent de passer à la trappe car les labos pharmaceutiques n’ont pas forcément envie de dépenser des millions de dollars pour un retour sur investissement médiocre.

  28. dg

    Pour finir, l’efficacité du baclofène dans le sevrage alcoolique n’a pas l’air d’être gravée dans le marbre. J’avoue de modeste connaissance sur le sujet mais une simple recherche pubmed m’a permis de retrouver une metanalyse de la Cochrane Review database (qui est un organisme indépendant généralement apprécié pour la qualité de ses analyse), et qui conclut que les données des études disponibles ne sont pas suffisantes pour conclure à une efficacité du baclofène supérieure à celle d’autres traitement.
    Entendons nous bien, ce sont des études statistiques qui ont des limites, ca ne veut pas dire que ça ne marche et personnellement je ne vois pas de problème à l’essayer chez des patients. Mais bon, les données sont moins clear cut que ça.

      1. dg

        Bien entendu que cette méta-analyse doit être regardée avec un sens critique.
        Vous noterez qu’il y a souvent bien peu de patients dans la plupart des études sur le baclofène, y compris celle que vous citez (100 patients, c’est peanuts, a comparer aux essais en cancero avec des centaines voire des milliers de patients et je ne parle même pas des études en cardiologie ou il y a parfois un nombre hallucinant de malades).
        Votre étude en outre n’est pas une étude randomisée contre placébo ou un autre traitement « de référence », donc on pourra vous rétorquer que les résultats sont du coup difficiles à interpréter (l’essai randomisé en double aveugle étant considéré comme le gold standard, même si bien évidemment c’est loin d’être exempt de défaut)
        Bref, cela illustre le fait que les données sur le baclofène ne sont pas aussi spectaculaires que certains le disent et qu’a l’heure actuelle, son utilité reste un sujet de débat dans la communauté médicale. Certains études plus ou moins bien faites montrent un bénéfice, d’autres plus ou moins bien faites non. Il y a pleins de traitements dans ce cas-là, le baclofène n’a rien d’un cas isolé.
        En règle générale, quand il n’y a pas de consensus clair, c’est souvent le feeling du médecin en l’efficacité ou non d’un traitement qui le lui fera prescrire. Pas très scientifique, hein?
        Mais la médecine, en dépit de ses avancées considérables, c’est aussi ça.

  29. jeece

    Juste pour pondérer, les 2 cas sont ici différents:
    – L’ivermectine est un traitement ayant bénéficié de tests de phase 3 chez l’homme, dans d’autres indications. Son rapport bénéfice/ risque a été évalué dans d’autres parasitoses. Il n’est pas utilisé en 1ere intention pour les poux du fait du risque infime de mort subite. (d’ailleurs le vinaigre marche très bien aussi en application…)
    -Le baclofene est un « vieux » médicament, qui n’a jamais à ma connaissance été testé en phase 3. Il était utilisé à la tête du client, pourvoir, sans preuve scientifique de son efficacité. Des témoignages nombreux montrent, pour une posologie env 10 fois supérieure à celle recommandée, qu’il y aurait peut être une efficacité. On est dans l’empirisme, qui peut bien marcher (la pharmacopée ancienne vient de là), mais demande à être testé scientifiquement (c’est en cours).

    D’ailleurs, un médicament que les patients demandent, sans qu’on ait de preuves d’efficacité, pour un effet à court terme, sans connaitre les effets adverses, ca ne vous rappelle rien? (médiator)

    1. Heu. Avez-vous lu le billet et notamment le passage où l’on parle justement de la bonne idée que serait des essais cliniques diligentés en regard des effets bénéfiques observés ? En outre, lorsqu’on a des centaines (des milliers en réalité) de patients qui ont montré un effet palpable, on n’est pas encore dans la preuve scientifique de l’efficacité, mais on se rapproche drôlement d’un test en phase 3.

      Enfin, je note que le coup du médiator est particulièrement à propos pour démontrer toute la nullité de l’autorité en question. Non seulement, elle ne fait pas des tests qui ont un bénéfice estimable assez évident, mais elle n’est d’aucune utilité pour prévenir contre les médicaments mal utilisés (ou les prothèses bidons).

      1. dg

        A l’heure actuelle, aucun médicament ne sera approuvé juste sur la base de ce qu’ont ressenti certains patients (ou leurs médecins d’ailleurs) avec tel ou tel traitement. Ca ne marche plus comme ça, il y trop de biais. Cela conduit sans doute parfois à laisser tomber un médicament à tort mais c’est ainsi. A contrario on voit parfois de nouvelles molécules renaitre de leurs cendres car on leur trouve des effets biologiques très intéressants. L’exemple le plus marquant ces dernières années est le thalidomide, qui apres avoir été marqué du sceau d’infamie du fait de son effe tératogène, est devenu un traitement de reference du myélome. Et là, le labo qui l’a ressorti des tiroirs a gagné des millions et a financé pleins d’études.
        Il y a quand même eu 2 études randomisées avec le baclofène. Elles ont inclus peu de patients (81 au total). Les résultats sont très mitigés.
        Il faudrait sans doute faire une grosse étude avec un bien plus gros effectif pour y voir plus clair. Mais comme mentionné plus haut mettre en place une étude clinique prend un temps fou et coute très cher donc ça ne se bouscule pas au portillon pour le financement. Les boites pharmaceutiques sont plus occupées a financer leur phase 1-2 et 3 avec leurs nouvelles molécules, ce qui est tout a fait logique d’un point de vue économique pour elles. Les études académiques sont faisables mais il ne faut pas se leurrer, elles sont généralement sponsorisées par des labos pharmaceutiques qui donnent de l’argent, fournissent le médicament gratos etc…

          1. vegeta

            l’important n’est pas de savoir si le médicament est fiable, comme l’exige l’Etat, ou pas dans cette péripétie, ce qu’il faut comprendre c’est que l’Etat fou de rage telle un musulman voyant une fillette souriante en jupe dans sa cours de récré fait tous pour brisé et anéantir l’esprit humain

            1. Nyamba

              Ca ne frise plus la monomanie, par chez vous, ça patauge complètement dedans… C’est terrible, quand même, cette idée fixe sur les musulmans.

                  1. vegeta

                    un islamiste vivant en france rentre dans un commissariat en hurlant allah akbar et d’autres onomatopées, tente de tué 3 policiers, mais bon ce n’est qu’une idée fixe et une monomanie 🙂

        1. Aristarque

          Il y a une bonne vingtaine d’années, Pfizer a donné l’ impression qu’ il ne manquait pas de volontaires pour réactiver une pub pétrolière des années 60… 😉

        2. « Mais comme mentionné plus haut mettre en place une étude clinique prend un temps fou et coute très cher donc ça ne se bouscule pas au portillon pour le financement. Les boites pharmaceutiques sont plus occupées a financer leur phase 1-2 et 3 avec leurs nouvelles molécules, ce qui est tout a fait logique d’un point de vue économique pour elles. »

          C’est l’objet du billet. Ces coûts sont au moins en bonne partie lié à de l’administratif qui n’est pas nécessaire.

          1. iAristarque

            Mais je l’ai bien compris. Mon propos est teinté d’ironie puisque lorsque Pfizer a perçu le potentiel de sa pilule bleue (il semblerait que viagra dérive du mot tigre en hindou), il a mis ce qu’il fallait sur la table (et ailleurs, très probablement aussi) pour que tests, essais cliniques, etc… aient lieu, tambour battant… Il lui a donc fallu des kyrielles de volontaires tous unanimes quant aux bienfaits de cette trouvaille (totalement fortuite à l’image de la pénicilline) pour obtenir une AMM aussi vite par rapport aux cas évoqués qui peinent alors que leur intérêt est loin d’être nul. Hélas, leur potentiel commercial est moindre et le principe de précaution en a remis quelques pelletées comme si le faix antérieur ne suffisait déjà…

            1. Epicier vénéneux

              Découverte fortuite effectivement, puisqu’à la base le sildénafil était en essai clinique en cardiovasc dans le traitement de l’hypertension artérielle pulmonaire.

              Or, il y a plus de patients présentant des troubles de l’érection que présentant une HTA pulmonaire.

      2. jeece

        Justement non, des centaines de patients trouvant un effet palpable sur une molécule, ça peut être tout simplement un effet placebo. D’ou l’intérêt des études randomisées contre placebo. Et je suis totalement d’accord avec vous sur la bonne idées des essais à diligenter.
        Le médiator, quant à lui, date d’une époque où les essais de phase 3 n’existaient pas de manière sérieuse, (ils ont été généralisés vers la fin des 80’s en cardiologie puis étendus aux autres spécialités), ces molécules ont, par inertie, été maintenues sur le marché. Cela n’excuse pas la lenteur de l’administration à le retirer.

  30. Aristarque

    H16, décidément, vous ne faîtes que médire sur une administration qui ne veut que notre bien sous l’ empire du principe de précaution! Ne l’oubliez pas, celui-là! Et puis, veuillez considérer que la rapidité des tests, essais cliniques, etc… préalables à l’ AMM dépendent de l’action présumée du médoc! Surtout si ces fonctionnaires zélés, forcément zélés, incurablement atteints pour certains dans le domaine d’action présumé, décident de se dévouer pour la Science, forcément la Science! Un exemple ? Considérez donc qu’ un de ces laboratoires assoiffés de profits a obtenu son AMM pour une pilule répondant au doux nom improbable de Sildenafil (pays d’origine : Syldavie???) en trois petites années chrono! Et en Grance, siouplait!!!

  31. yoananda

    bonjour,
    hors sujet (du post mais pas du blog) : serait il possible nous faire un topo sur la nouvelle monnaie virtuelle qui monte, le RIPPLE ?
    ca me parrait plus intéressant comme monnaie que le bitcoin et elle commence à faire le buzz, mais je n’ai pas encore eu le temps de creuser à titre perso.

  32. pouf pouf

    Messieurs, c’est la nécessité d’apaisement qui m’amène à revenir vers vous avant la nativité, pour rectifier les propos de mon collègue administrateur trop souvent débordé par la richesse conjointe de son tempérament et de son vocabulaire ; après avoir étudié à nouveau minutieusement le bilan comptable de la structure poste par poste, il apparait que nous nous étions trompés et que le ménage et l’entretien des locaux ne coûtent pas deux millions d’euros la demie heure mais un million neuf cent quatre vingt-dix-neuf et vingt-trois centimes toutes les vingt-quatre minutes, ce qui, je vous l’accorde, stigmatisait injustement une dure activité professionnelle par trop souvent ignorée ou méprisée quand ce n’est conspuée ou honnie, comme vous nous l’avez si judicieusement rappelé dans votre courrier de menaces ; il retire tout ce qu’il a dit et nous nous en excusons tous. Messieurs, je ne sais plus si c’est staline ou lénine, qui, surpris en train de peloter la bonne dans les escaliers a rappelé qu’aucune révolution ne pouvait se faire sans concierge avant d’exécuter lui-même l’intrus, mais j’ai remarqué que suite à nos récriminations quant à la tenue et l’asepsie du bloc opératoire il n’y a plus un, mais deux emballages souples de javel vides dans la poubelle prévue à l’usage des déchets humains. Je sais que mes phrases sont longues mais mes journées aussi.

  33. Varroa

    Tout ça me fait penser aux abeilles. Les apiculteurs traitent leurs ruches avec des médicaments vétérinaires contre le varroa: apivar(amitraze) ou apistan(tau-fluvalinate). Les mêmes molécules utilisées par les agriculteurs deviennent des pesticides qui empoisonnent les enfants et provoquent les cancers. Et ce ne sont jamais ces molécules appliquées au sein même de la ruche qui sont incriminées quand il y a mortalité d’abeilles. Quant au fipronil, interdit pour délit de sale gueule, il est aujourd’hui utilisé par ceux qui l’ont fait interdire pour lutter contre le frelon asiatique à proximité des ruches: de la viande faisandée copieusement arrosee par de appât anti-fourmi et le tour est joué! Mais chuuuuuttttt… Il faut pas le dire sinon on risque de ne plus toucher les aides et autres subventions données par maman l’état parce que mon bon monsieur sans les abeilles vous allez tous MOURIR!

  34. hop hup

    Les Français restent très pessimistes sur la situation économique
    68% des Français estiment que la situation économique française sera moins bonne à la fin de l’année 2015
    près des deux tiers des Français pensent que la situation économique de l’Hexagone sera moins bonne à la fin de l’année prochaine et à la fin du mandat de François Hollande qu’actuellement, selon un sondage BVA-Orange.

    alors ce sondage ça colle avec ce que vous vivez actuellement ceux qui postent sur ce blogue ?

  35. BenOui

    Voici venue, l’inflation négative…?

    Si vous avez compris le concept de la croissance négative, vous n’aurez aucun souci de compréhension.
    Les polissons sont toujours mignons, quand ils présentent leurs bilans…

    Et comme les prix baisses, il faut con-penser, et donc, augmentation des taxes sur les carburants. Ouf sauvé !

  36. Kuing Yamang

    La raison à ceci est très simple, l’éradication des poux fait très peur aux politiciens et hauts fonctionnaires car ils craignent que monsieur tout-le-monde trouve enfin tout seul la solution pour que tous les parasites opportunistes disparaissent.

  37. Dom

    L’humain part en Javel,l’occidental surtout,le leucoderme,je ne vois pas de bricoleur de molècules du cotè des musulments par contre.
    Lu je ne sais plus òu il y a pas mal de temps « les molecules non assimiles se stockeront dans le tissus adipeux,pendant des annees cela,recombinaisons sera possible aussi..pour?pour developper,qui sait..un chancre mou va.
    J’avais peur de voir ce mot dans le fil de comms,il y est vers la fin a cet instant, »thalidomide »,je me souviens de cet homme a la tv,né dans les annèes 60 comme moi,lui n’eut pas de chance car il naquit homme-tronc,la thalidomide avait fait son œuvre,souvenir de son regard insoutenable,souvenir aussi qu’il dit « si dieu existait il n’aurait pas permi ma naissance »
    Oui vraiment,sur cette autoroute hysterique qui nous conduit chez les mutants..

  38. hop hup

    Le député Noël Mamère a été nommé aujourd’hui président de la commission d’enquête sur le maintien de l’ordre dans les manifestations, qui avait été demandée par les écologistes après la mort de Rémi Fraisse à Sivens (Tarn).
    Cette commission a été créée par l’Assemblée début décembre et devrait avoir achevé ses travaux fin mai 2015. Il s’agit de « faire plus qu’un tour d’horizon », en allant « fouiller » ce que doivent être les modalités de maintien de l’ordre « dans une démocratie », a indiqué M. Mamère à la presse.

    Commission glandage, rapport recommandation ça va prendre longtemps pour un résultat proche du néant
    Au moins il sera occupé le bougre

Laisser un commentaire